Tumeurs non épithéliales. Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tumeurs non épithéliales. Collège Français des Pathologistes (CoPath)"

Transcription

1 Tumeurs nn épithéliales Cllège Français des Pathlgistes (CPath) Date de créatin du dcument 2011_2012

2 Smmaire 1 Hémpathies malignes 1. 1 Hémpathies myélïdes Hémpathies lymphïdes Hémpathies lymphïdes matures B Hémpathies lymphïdes matures T u à cellules NK Maladie de Hdgkin (lymphme de Hdgkin) Aspect histlgique général Prlifératins histicytaires Prlifératins mastcytaires : mastcytses 1. 2 Tumeurs mélancytaires Tumeurs bénignes : nævus nævcellulaires Tumeurs mélancytaires malignes : mélanmes 2 Tumeurs cnjnctives 2. 1 Tumeurs des tissus fibreux (fibrblastiques u myfibrblastiques) Fibrmes Fibrmatses Tumeur fibreuse slitaire Dermatfibrsarcme de Darier et Ferrand Fibrsarcme 2. 2 Tumeurs adipeuses 2. 3 Tumeurs musculaires 2. 4 Tumeurs vasculaires 2. 5 Angisarcmes 2. 6 Tumeurs de différenciatin incertaine 2. 7 Tumeurs du squelette 2. 8 Tumeurs mésthéliales 2. 9 Tumeurs strmales digestives 3 Tumeurs des systèmes nerveux central et périphérique 3. 1 Tumeurs nerveuses périphériques 3. 2 Neurblastmes périphériques 3. 3 Tumeurs neurectdermiques périphériques 3. 4 Tumeurs cérébrales primitives 4 Tumeurs germinales 4. 1 Ntins générales 4. 2 Pratique clinique 4. 3 Classificatin histpathlgique Séminme Carcinme embrynnaire Tératmes Tumeur vitelline Chricarcinme Tumeurs germinales cmplexes 5 Tumeurs de blastème 5. 1 Rétinblastme 5. 2 Néphrblastme 5. 3 Tumeurs du blastème nerveux 6 Les pints essentiels

3 OBJECTIFS Cnnaître la nmenclature et les principales caractéristiques cliniques, macrscpiques, micrscpiques et évlutives des tumeurs nn épithéliales. Intrductin Les tumeurs nn épithéliales snt très hétérgènes et peuvent être séparées en plusieurs grupes seln leur mrphlgie et leur rigine (histgénèse) suppsée. Elles appartiennent à différents dmaines de la pathlgie. 1 - HEMOPATHIES MALIGNES Les hémpathies malignes snt dévelppées à partir des cellules d rigine hématpïétique et snt classées seln 4 lignées de différenciatin : myélïde, lymphïde, histicytaire/dendritique et mastcytaire. Elles se manifestent sit par une leucémie (= envahissement sanguin et médullaire) sit sur un mde tumral (n parle alrs de lymphme pur les hémpathies lymphïdes). En anatmie pathlgique, le diagnstic d hémpathie maligne est habituellement prté sit sur un prélèvement tissulaire d une adénpathie u d une lésin tumrale (tube digestif, pumn, peau ), sit sur une bipsie réalisée lrs d un bilan d extensin (bipsie stémédullaire, bipsie hépatique ), u plus rarement sur un prélèvement liquidien (épanchement pleural, ascite, LCR ). L immunhistchimie est presque tujurs nécessaire au diagnstic anatmpathlgique des hémpathies. Elle permet habituellement de préciser l rigine u le phéntype de la prlifératin hématpïétique. Sur les prélèvements tissulaires parvenus nn fixés, il est pssible de réaliser des appsitins (permettant une étude cytlgique), de la cngélatin (pur études en bilgie mléculaire), de la cytgénétique u de la cytmétrie en flux, techniques qui apprtent des renseignements cmplémentaires et snt parfis indispensables pur classer précisément la maladie (vir chapitre 1) Hémpathies myélïdes Elles se dévelppent à partir des cellules suches hématpïétiques précurseurs de la lignée myélïde (érythrcytaire, granuleuse et mégacarycytaire). Elles snt le plus suvent diagnstiquées par les hémat-cytlgistes, mais les pathlgistes snt parfis sllicités : lcalisatin extra-médullaire, évaluatin de la fibrse et de la richesse médullaire, etc. On rappellera ici seulement les tris principales catégries de néplasies myélïdes : Leucémies aiguës myélblastiques (LAM). Elles snt caractérisées par l accumulatin dans la melle sseuse de précurseurs hématpïétiques myélïdes immatures, avec disparitin de l hématpïèse nrmale. La classificatin la plus répandue (classificatin FAB révisée) distingue 8 catégries de LAM classées de M0 à M7 seln la maturatin des cellules et la lignée de différenciatin. Syndrmes myélprlifératifs. Ils snt habituellement assciés à la prductin excessive de cellules myélïdes matures (différenciées). Les principaux syndrmes myélprlifératifs snt les suivants : leucémie myélïde chrnique, avec fusin des gènes BCR et ABL ; leucémie chrnique à plynucléaires neutrphiles (sans réarrangement BCR/ABL) ; maladie de Vaquez ; thrmbcythémie essentielle ; myélfibrse primitive.

4 Syndrmes myéldysplasiques Ils représentent un grupe d affectins clnales des précurseurs myélïdes caractérisés par une hématpïèse inefficace (défaut de maturatin) avec cytpénie et cmprtent un risque de transfrmatin en leucémie aiguë. anémie réfractaire ; anémie réfractaire sidérblastique ; anémie réfractaire avec excès de blastes Hémpathies lymphïdes Plus de 80 % des hémpathies lymphïdes dérivent de la lignée B. La classificatin OMS distingue les prlifératins des précurseurs lymphïdes (B u T), les lymphmes B, les lymphmes T et NK (natural killer) et la maladie de Hdgkin. Les lymphmes tuchent suvent les ganglins lymphatiques, mais plus de la mitié des lymphmes nt une lcalisatin initiale extra-ganglinnaire. En particulier, les lymphmes dévelppés à partir du système lymphïde asscié aux muqueuses (MALT : mucsal assciated lymphid tissue) snt fréquents. Certaines hémpathies lymphïdes se présentent suvent sus frme leucémique, cmme les prlifératins des précurseurs lymphïdes (= leucémies lymphblastiques) u la leucémie lymphïde chrnique. Mais des hémpathies malignes de même nature peuvent se présenter sus frme essentiellement tumrale, et sernt alrs dénmmées lymphme (respectivement lymphme lymphblastique et lymphme lymphcytique). Les lymphmes (ganglinnaires u extra-ganglinnaires) nt un aspect macrscpique typiquement «chair de pissn» : blanc nacré, luisant, hmgène (figure 11.1). Figure Aspect macrscpique typique de ganglin atteint par un lymphme «chair de pissn» Les hémpathies lymphïdes snt des entités d agressivité très variable. Les lymphmes snt classés en deux grupes principaux : maladie de Hdgkin, particulière, nn seulement mrphlgiquement mais également cliniquement ; lymphmes nn hdgkiniens (LNH). Les LNH peuvent être sus-classés en plusieurs entités de prnstic et de traitement très différents en fnctin de critères : cytlgiques : taille des cellules (petite, myenne u grande), aspect des nyaux u des cytplasmes ; histlgiques : architecture diffuse u ndulaire ; phéntypiques : lymphmes B u T/NK ; géntypiques : avec ntamment des translcatins récurrentes puvant être mises en évidences par des techniques de bilgie mléculaire u de cytgénétique. En savir plus : «Étude phéntypique et géntypique des lymphmes».

5 Hémpathies lymphïdes matures B Il s agit des lymphmes u leucémies (en fnctin de leur présentatin plutôt tumrale u leucémique) dérivant de cellules lymphïdes de la lignée B. Les lymphmes snt actuellement classés en fnctin du stade de maturatin des cellules dnt ils dérivent. La leucémie lymphïde chrnique (LLC) B et le lymphme lymphcytique B snt des prlifératins de petits lymphcytes B matures (figure 11.2) exprimant le plus suvent le CD5 et le CD23. Ces prlifératins évluent sur un mde chrnique, mais peuvent se transfrmer en lymphmes plus agressifs (= syndrme de Richter). La macrglbulinémie de Waldenström et le lymphme lymphplasmcytaire snt suvent révélés par un pic mnclnal à IgM. Ce snt des prlifératins de petites cellules B avec suvent une différentiatin plasmcytaire. Leur évlutin est suvent prlngée. Les lymphmes B de la zne marginale, qu ils sient ganglinnaires, spléniques u extra-ganglinnaires, snt des prlifératins de petits lymphcytes B matures, généralement CD5 négatifs. Leur évlutin est suvent indlente pendant de lngues années. L atteinte gastrique (lymphme du MALT de faible grade) est le plus suvent liée à une infectin par Helicbacter pylri. Les lymphmes du manteau dérivent des cellules situées en périphérie des centres germinatifs. Ils snt liés à une translcatin chrmsmique t(11 ;14) qui induit une surexpressin de la cycline D1, et dnc une anmalie du cntrôle du cycle cellulaire. Ils snt de plus mauvais prnstic que les autres lymphmes B matures. Les lymphmes flliculaires snt parmi les plus fréquents des lymphmes. L atteinte ganglinnaire est d architecture ndulaire avec un mélange de petites cellules (centrcytes) et de grandes cellules (centrblastes). La translcatin chrmsmique t(14 ;18) est très fréquente et respnsable de la surexpressin de la prtéine antiappttique Bcl2. Les lymphmes flliculaires peuvent se transfrmer en lymphmes agressifs. Les lymphmes diffus à grandes cellules B snt les lymphmes les plus fréquents (deux tiers des lymphmes agressifs u «de haut grade»). Les grandes cellules (centrblastes et/u immunblastes) se dispsent en plages diffuses. Les lymphmes de Burkitt (figure 11.3) snt des lymphmes très agressifs surtut bservés chez l enfant et l adulte jeune, caractérisés par une prlifératin intense de cellules B de taille myenne cntenant une translcatin t(8 ;14) u plus rarement t(2 ; 8) u t(8 ;22), respnsable d une surexpressin de l ncgène MYC. Malgré leur grande agressivité, ils répndent en général favrablement à une chimithérapie lurde. La plus fréquente des prlifératins plasmcytaires est le myélme (myélme multiple u maladie de Kahler), qui se manifeste suvent par une atteinte sseuse lytique (figure 11.4), et/u par un pic d immunglbuline mnclnale. Figure Leucémie lymphïde chrnique (LLC) : prlifératin médullaire faite de petits lymphcytes matures

6 Figure Lymphme de Burkitt : cellules à chrmatine immature et présence de macrphages dispersés Figure Myélme A. atteinte sseuse crânienne lytique par un myélme. B. Histlgie : cellules malignes à différenciatin plasmcytaire (cytplasme A abndant et nyau excentré à la chrmatine mttée) Hémpathies lymphïdes matures T u à cellules NK Les hémpathies lymphïdes (leucémies u lymphmes) T u à cellules NK snt plus rares que les lymphmes B. Elles peuvent être de lcalisatin ganglinnaire u assez suvent extraganglinnaire (ex : le mycsis fungïdes, lymphme T cutané primitif) Maladie de Hdgkin (lymphme de Hdgkin) C est une affectin tumrale du tissu lymphïde, tuchant préférentiellement les sujets jeunes, caractérisée par une prlifératin de cellules malignes de grande taille dnt certaines, les cellules de Reed-Sternberg, snt nécessaires au diagnstic de la maladie. Ces cellules, qui ne représentent que 1 à 5 % de la masse tumrale le plus suvent, induisent l accumulatin à leur visinage de cellules nn tumrales frmant le «granulme hdgkinien». La nature des cellules de Reed-Sternberg est restée mystérieuse pendant de nmbreuses années, mais il est maintenant établi qu il s agit de cellules lymphïdes de la lignée B, dérivant du centre germinatif. Le diagnstic est d rdinaire fait sur la bipsie exérèse d un ganglin lymphatique périphérique. Les traitements actuels permettent le plus suvent d btenir la guérisn des patients Aspect histlgique général Quelle que sit la lcalisatin, n bserve une prlifératin de cellules malignes assciées à un strma riche en cellules inflammatires (le granulme hdgkinien). La tumeur asscie tris éléments : les cellules de Reed-Sternberg, dnt la détectin est nécessaire au diagnstic, snt des cellules de grande taille, à nyaux multiple u unique mais plylbé, mnstrueux, dnt la chrmatine est abndante et irrégulièrement dispsée, avec plusieurs vlumineux nucléles. Elles snt de nature lymphïde B (figure 11.5A) ; les cellules de Hdgkin snt des cellules tumrales de grande taille présentant des anmalies nucléaires mins marquées que les cellules de Sternberg ;

7 le granulme hdgkinien est fait de cellules nrmales, en prprtin variée, assciant des lymphcytes, des plasmcytes, des plynucléaires neutrphiles et ésinphiles, des fibrblastes, des histicytes-macrphages (figure 11.5B). Les remaniements snt fréquents : nécrse, sclérse ndulaire (figure 11.5C). Figure Maladie de Hdgkin A. Cellules de Reed-Sternberg (deux cellules mnstrueuses à nyaux plurilbés (u binucléées) au centre), cernées par le granulme hdgkinien. B. Plynucléaires ésinphiles autur d une cellule de Reed-Sternberg. C. Fibrse ganglinnaire ndulaire (sus-type sclérsant ndulaire de la maladie de Hdgkin). En savir plus : «Lcalisatins et stades du lymphme de Hdgkin» Prlifératins histicytaires On distingue les histicytses langerhansiennes des autres histicytses. Les histicytses langerhansiennes snt des prlifératins de cellules de Langerhans, qui snt des leuccytes dendritiques résidents des épithéliums malpighiens et respiratires. L immunhistchimie est nécessaire pur cnfirmer l expressin du CD1a par les histicytes tumraux. Les histicytses langerhansiennes tuchent plus fréquemment les enfants, mais peuvent s bserver chez l adulte. Elles se manifestent de façn très variable par des lésins sseuses lytiques, une atteinte cutanée, pulmnaire, ganglinnaire, hépat-splénique, etc. La plupart des histicytses nn langerhansiennes ne snt le plus suvent pas tumrales (réactinnelles, génétiques, infectieuses) Prlifératins mastcytaires : mastcytses La lcalisatin préférentielle des mastcytses est cutanée. Les frmes systémiques (généralisées) snt plus rares, et nt suvent une atteinte médullaire. Sur les bipsies cutanées, l infiltratin par les mastcytes peut être difficile à bjectiver. La recherche de la métachrmasie à la clratin de Giemsa u l immunhistchimie snt suvent nécessaires Tumeurs mélancytaires Les mélancytes snt à l état nrmal, des cellules pigmentaires respnsables de la synthèse de la mélanine, situées dans l assise basale de l épiderme ù ils s intercalent entre les cellules

8 basales. Le pigment mélanique est respnsable de la teinte macrscpique nirâtre u bleutée de la plupart des tumeurs mélancytaires. Il apparaît micrscpiquement cmme des mttes nirâtres u brunâtres intra et extra-cytplasmiques. Les tumeurs bénignes mélancytaires snt appelées nævus nævcellulaires. En effet, n cnsidère qu une partie d entre eux crrespnd à des hamartmes cutanés, ntamment ceux présent à la naissance u apparaissant dans la petite enfance. Elles snt définies par la prlifératin de cellules rndes u fusifrmes, grupées en amas (en thèques) dans l épiderme et/u le derme. Ces cellules, appelées «cellules næviques», snt prches des mélancytes par leurs caractéristiques ultrastructurales, immunphéntypiques (marquage par l anticrps antiprtéine S100, par exemple) et fnctinnelles. Les tumeurs malignes snt les mélanmes. Ils snt définis par la prlifératin maligne de cellules à différenciatin mélancytaire. La synthèse de mélanine par les cellules tumrales explique la clratin nirâtre, suvent hétérgène, de ces tumeurs. N.B. : il existe des nævus et des mélanmes nn pigmentés, dits achrmiques. Inversement, tutes les lésins cutanées pigmentées ne snt pas des tumeurs mélancytaires. En savir plus : «Lésins pigmentées nn næviques curantes» Tumeurs bénignes : nævus nævcellulaires Cliniquement, n distingue les nævus cngénitaux et les nævus acquis. Ces derniers snt les plus fréquents et apparaissent pur la plupart durant l enfance et l adlescence. Ce snt des lésins uniques u multiples, de quelques millimètres de diamètre, rarement plus étendues, habituellement pigmentées, parfis pileuses, à surface lisse un peu surélevée (nævus en dôme) u papillmateuse, en saillie sur le tégument (nævus murifrme u tubéreux). Micrscpiquement, il s agit d une prlifératin de cellules næviques, petites cellules arrndies au cytplasme ésinphile peu abndant plus u mins chargé de pigment mélanique (figure 11.6). Elles se grupent en thèques (amas arrndis d une dizaine de cellules dnt la périphérie est dépurvue de membrane basale, à la différence des massifs épithéliaux) u frment des nappes de cellules s étendant plus u mins prfndément dans le derme. La bénignité est affirmée sur un faisceau de critères : bnne individualisatin des thèques dans la partie superficielle du derme, absence d infiltrat inflammatire, présence d un gradient de maturatin vertical, absence d atypie et de mitse. Figure Nævus næv cellulaire dermique : cupe mntée Les cellules naeviques frment des nappes de cellules bleues, mnmrphes, bien visibles sus l épiderme (tpgraphie dermique). Ch11. En savir plus : «Histlgie des nævus nævcellulaires».

9 Tumeurs mélancytaires malignes : mélanmes Les mélanmes intéressent le plus suvent la peau, rarement les muqueuses (respiratires, digestives, génitales), la chrïde culaire u les structures cérébr-méningées. Sur la peau, ces tumeurs peuvent se dévelpper sur un nævus préexistant. Plus suvent, elles apparaissent en peau antérieurement saine. Elles snt exceptinnelles avant la puberté, plus fréquentes après 45 ans. Elles snt fréquentes dans certaines ppulatins (race blanche, ntamment australiens blnds d rigine anglaise), rares chez d autres (japnais, race nire). L expsitin slaire et le phttype clair en snt les principaux facteurs de risque. Les frmes les plus fréquentes évluent en 2 stades, avec une phase initiale d extensin hrizntale, strictement intra-épidermique : extensin lente, superficielle, centrifuge, puvant se prlnger pendant plusieurs années, puis une phase d invasin verticale, avec envahissement du derme et frmatin d un ndule. Tutefis, dans envirn 15 % des cas, le mélanme est ndulaire d emblée, sans stade superficiel individualisable. Leur gravité et la fréquence des métastases, parfis révélatrices, divent être sulignées. Quel que sit le type, les mélanmes snt lymphphiles : les premières métastases snt généralement ganglinnaires. Le prnstic des mélanmes dépend de leur extensin en prfndeur. Le risque métastatique est d autant plus élevé que l invasin est prfnde. En pratique, n mesure l épaisseur de la tumeur sur la cupe en millimètres, grâce à un culaire micrmétrique gradué (indice de Breslw). Une épaisseur supérieure u égale à 0,76 mm est un élément de mauvais prnstic. Le risque de métastases ganglinnaires, viscérales, hépatiques (figure 11.7B), pulmnaires et cérébrales (figures 11.7C, 11.7D) et d une mrtalité accrue (25 % des cas) est plus élevé. Figure Mélanme A1. Aspect macrscpique tumeur nire à cnturs irréguliers, plychrme. A2. Exérèse cutané d un mélanme (nter la présence d un petit naevus naev cellulaire à l extrémité gauche du fragment cutané). B. Mélanme achrmique de la cheville à un stade avancé (type acr-lentigineux). C. Métastase hépatique. D et E. Métastases cérébrales d un mélanme. Il est imprtant de préciser histlgiquement le niveau d invasin du mélanme en repérant sur la cupe les cellules tumrales les plus prfndément situées (En savir plus : «Principaux types histlgiques de mélanmes et stades lcréginaux (seln Clark)»).

10 Il faut retenir : la nécessité de faire l exérèse de tute lésin pigmentée d apparitin récente u qui cmmence à se mdifier, pur éviter de laisser évluer un mélanme. Le prnstic est d autant plus favrable que le mélanme est diagnstiqué préccement quand il a une très faible épaisseur ; la nécessité de préciser le type histlgique d un mélanme et d en mesurer l épaisseur ; la gravité évlutive des mélanmes, du fait de leur frt ptentiel métastatique ; la pssibilité de métastase révélatrice. 2 - TUMEURS CONJONCTIVES La classificatin des tumeurs cnjnctives repse actuellement sur le type de tissu frmé par la tumeur (différenciatin) et nn plus sur la cellule à partir de laquelle la tumeur est suppsée naître (histgénèse). Chaque type tumral est divisé en tumeurs bénignes et malignes, et pur certains types apparaît une trisième catégrie : les tumeurs de malignité intermédiaire. Les tumeurs bénignes cnjnctives snt beaucup plus fréquentes (de l rdre de 100 : 1) que les tumeurs malignes cnjnctives. Elles snt habituellement de petite taille, superficielles. Elles ne métastasent pas, mais peuvent récidiver lcalement si l exérèse est incmplète. Classiquement, il n y a pas de nécrse tumrale, ni d atypie cyt-nucléaire et les mitses snt rares. Les tumeurs malignes cnjnctives snt appelées sarcmes. Elles snt très rares (envirn 1 % des cancers). Si les cellules tumrales snt peu différenciées, il est parfis difficile d en préciser la nature (utilité de l immunhistchimie, de la bilgie mléculaire, vire de la micrscpie électrnique). L évlutin peut être rapide avec extensin lcale et métastases précces par vie hématgène. Il peut être difficile d affirmer la bénignité u la malignité d une tumeur cnjnctive bien différenciée. Le rôle du pathlgiste est : d établir un diagnstic ; d analyser les éléments du prnstic ; d évaluer la qualité de l exérèse (examen des limites) et/u la répnse à une chimithérapie. Ceci nécessite une étrite cllabratin avec les cliniciens pur cnnaître les renseignements cliniques (âge, lcalisatin et taille tumrales ), les dnnées de l imagerie, les mdalités évlutives, les antécédents et les éventuels traitements réalisés. Lrs de l exérèse, le chirurgien dit rienter la pièce et la transmettre sans fixateur au pathlgiste pur qu un prélèvement puisse éventuellement être analysé en cytgénétique u cngelé. L examen macrscpique est fndamental. Il dit être signeux avec repérage des limites d exérèse à l encre de chine et échantillnnage suffisant pur analyser les différents aspects de la tumeur.

11 L analyse histlgique appréciera : la mrphlgie des cellules tumrales (fusifrmes, rndes) ; l existence d une différenciatin ; l imprtance et l aspect de la vascularisatin et du strma ; la présence de remaniements (nécrse, calcificatin, hémrragie ). Les facteurs prnstiques imprtants snt : le type histlgique ; la taille de la tumeur ; la lcalisatin (superficielle u prfnde) de la tumeur ; l état des limites de la résectin chirurgicale ; le grade histprnstique. Le grade histprnstique des sarcmes des tissus mus cmprte tris grades de malignité et repse sur l évaluatin de tris paramètres : le degré de différenciatin tumrale ; l activité mittique ; la prprtin de tissu tumral nécrsé. Les sarcmes de grade 1 crrespndent aux tumeurs très différenciées de ptentiel métastatique faible, les sarcmes de grade 3 aux tumeurs peu différenciées de ptentiel métastatique élevé. En savir plus : «Grade histprnstique des sarcmes». La classificatin des tumeurs cnjnctives a été cnsidérablement mdifiée ces 15 dernières années par l apprt des techniques immunhistchimiques et cytgénétiques. L identificatin d une tumeur cnjnctive repse sur l assciatin de plusieurs critères : présentatin anatmclinique particulière, aspects mrphlgiques, immunhistchimiques et/u ultrastructuraux caractéristiques et anmalies chrmsmiques particulières Tumeurs des tissus fibreux (fibrblastiques u myfibrblastiques) Ces tumeurs nt en cmmun une prlifératin de fibrblastes (vimentine psitifs) qui peuvent prendre une différenciatin fibrhisticytaire (CD68 psitifs), u myfibrblastique (actine psitive) Fibrmes Ce snt des prlifératins bénignes, d évlutin lente. Ils snt cnstitués de fibrblastes assciés à une plus u mins grande quantité de fibres cllagènes dispsées en faisceaux. Ils peuvent siéger n imprte ù dans le tissu cnjnctif cmmun, mais s bservent surtut dans la peau et les vies aériennes supérieures (fsses nasales, rhinpharynx) ù ils snt suvent très vascularisés. Le fibrme mu u mlluscum pendulum est une petite tumeur cutanée très fréquente, de cnsistance mlle et allngée, parfis pédiculée, suvent située sur le cu, le thrax u les aisselles Fibrmatses Ce snt des prlifératins fibrblastiques multifcales, évlutives, dévelppées à partir des apnévrses, envahissant et détruisant les muscles, puvant être vlumineuses. La maladie de Dupuytren est une fibrmatse ndulaire rétractile de l apnévrse palmaire.

12 Elle est suvent bilatérale. L atteinte peut aussi être plantaire u génitale (pénis). La tumeur desmïde (desms = tendn) (u fibrmatse desmïde) crrespnd à une prlifératin fibrblastique et myfibrblastique peu dense assciée à du tissu cllagène hyalinisé abndant. De siège intra u extra-abdminal, elle est suvent très mal limitée et envahit les tissus avisinants. Sn exérèse dit si pssible être large pur éviter les fréquentes récidives lcales, mais elle est suvent difficile à réaliser u au prix d une chirurgie mutilante Tumeur fibreuse slitaire Cette tumeur a été initialement décrite dans la plèvre puis en situatin sus-cutanée au niveau de la tête et du trnc, dans les méninges, etc. C est une tumeur bénigne, à cellules fusifrmes, richement vascularisée. Les cellules tumrales expriment le CD34, le CD99 et BCL Dermatfibrsarcme de Darier et Ferrand Il est actuellement classé parmi les tumeurs fibrhisticytaires. C est une tumeur cutanée rare, ndulaire, mal limitée. Les cellules tumrales snt psitives avec le CD Fibrsarcme C est une prlifératin cnjnctive maligne à différenciatin purement fibrblastique qui se dévelppe dans les membres u le trnc. L évlutin se fait vers la récidive lcale et les métastases à distance (figure 11.8). Dans les frmes bien différenciées la frntière avec un fibrme envahissant est imprécise. Le diagnstic différentiel avec des lésins inflammatires, réactinnelles, nn tumrales (fasciites) peut être difficile. Figure A. Aspect macrscpique de sarcme (T : tumeur, M : muscle squelettique). B. Aspect micrscpique : cellules fusifrmes tumrales (flèches : capillaires sanguins intra-tumraux) Tumeurs adipeuses Ce snt des tumeurs fréquentes. Les lipmes snt des tumeurs bénignes, superficielles, qui s bservent surtut après 45 ans. Ils snt cnstitués d adipcytes, ressemblant à du tissu adipeux mature. L aspect macrscpique est celui d une tumeur hmgène, flasque, jaunâtre (figure 11.9).

13 Les lipsarcmes snt des tumeurs fréquentes des tissus mus. Ils peuvent être de tris types : bien différencié, myxïde et plémrphe. Les lipsarcmes bien différenciés snt des masses à crissance lente, suvent bien limitées, parfis plurindulaires. Seln la tpgraphie de la tumeur, il peut être difficile, vire impssible, d en réaliser une exérèse cmplète (rétrpéritine). Les récidives lcales snt dnc fréquentes, itératives. Les lipsarcmes bien différenciés peuvent également subir un phénmène de «dédifférenciatin», qui crrespnd à l apparitin d un cntingent sarcmateux agressif au sein de la tumeur. Le lipsarcme myxïde se dévelppe dans les tissus mus des membres, mais pas dans le rétrpéritine. Il peut être de bas u de haut grade de malignité. Il est caractérisé par une anmalie génétique spécifique, la translcatin t(12 ; 16) (q13 ; p11). Enfin, le lipsarcme pléimrphe est une tumeur peu différenciée, de haut grade de malignité, d emblée agressive et assciée à un risque métastatique élevé. Figure Lipme : aspect macrscpique. Tumeur jaune-rangé «adipeuse», bien limitée, hmgène, à cntur légèrement plycyclique Tumeurs musculaires On distingue les tumeurs cnjnctives dévelppées aux dépens des muscles lisses (léimymes, léimysarcmes) de celles dévelppées à partir des muscles striés (rhabdmymes, rhabdmysarcmes). Tumeurs musculaires lisses Les léimymes snt des tumeurs musculaires lisses bénignes, fréquentes, bien différenciées. Ils snt extrêmement fréquents dans le crps utérin : les léimymes utérins, suvent multiples, parfis appelés à trt fibrmes, snt très fréquemment bservés chez la femme en péride péri- u pst-ménpausique et nécessitent parfis de réaliser une hystérectmie (à cause de leur taille, leur nmbre, leur nécrbise u en raisn de métrrragies) (figures 11.10A,B,C). Ils peuvent aussi être lcalisés dans le tube digestif u les paris vasculaires. Figure Tumeurs musculaires lisses

14 A et B. Aspects macrscpiques des léimymes de l utérus, suvent multiples (léimymatse utérine). C. Léimyme : aspect micrscpique. Cellules fusifrmes régulières ressemblant à des cellules musculaires lisses. Les léimysarcmes snt des tumeurs musculaires lisses malignes. Elles surviennent électivement chez l adulte, tant au niveau de la peau que des viscères creux, dnt l utérus (figures 11.10D et E). Figure (Suite) Tumeurs musculaires lisses D. Aspect macrscpique de léimysarcme utérin. E. Aspect micrscpique de léimysarcme : cellules musculaires atypiques, irrégulières. Tumeurs musculaires striées Les rhabdmymes snt des tumeurs bénignes rares (figure 11.11). Les rhabdmymes cardiaques snt suvent assciés à la sclérse tubéreuse de Burneville. Les rhabdmysarcmes snt des tumeurs malignes plus u mins bien différenciées. Les rhabdmysarcmes snt plus fréquents chez l enfant que chez l adulte et nt suvent un mauvais prnstic, nécessitant une exérèse précce et large. Ils se dévelppent préférentiellement au niveau des cavités céphaliques (rbite, nez, sinus, reille) u de la sphère urgénitale (vessie, prstate, vagin, crdn spermatique). Plus rarement, ils snt intramusculaires au niveau des muscles prximaux des membres. Figure Rhabdléimyme : tumeur bénigne dévelppée à partir du muscle strié La striatin est bien visible sur la clratin à l HES (en haut) et l immunhistchimie avec un anticrps anti-desmine (en bas) Tumeurs vasculaires Angimes Il s agit de tumeurs vasculaires bénignes, caractérisées par une prlifératin de vaisseaux néfrmés enturés de tissu cnjnctif. On en distingue deux types, les hémangimes et les lymphangimes.

15 Hémangimes Ils snt faits de vaisseaux sanguins et cmprennent seln le type histlgique de ces vaisseaux les hémangimes capillaires (snt également cnsidérés cmme des dysplasies tissulaires lrs du dévelppement u des hamartmes). Ils snt cmpsés de la juxtapsitin de nmbreux capillaires ayant u nn une lumière centrale ù se truvent des hématies. Ils siègent principalement sur la peau et les muqueuses ; les hémangimes caverneux qui frment de larges cavités kystiques juxtapsées remplies de sang, séparées par des lames cllagènes plus u mins épaisses et brdées par des cellules endthéliales. Ils siègent dans la peau, le fie, les muscles (langue). Lymphangimes Il s agit tujurs de tumeurs bénignes de l enfant cnstituées de vaisseaux lymphatiques qui frment des cavités de taille très variée, remplies de lymphe, auxquelles s asscient suvent des ébauches imparfaites de ganglin lymphatique et des trncs veineux anrmaux. Leur siège d électin est cervic-médiastinal unilatéral, plus rarement mésentérique. Angimatses La présence d hémangimes multiples caractérise divers syndrmes. En savir plus : «Angimatses» Angisarcmes Ce snt des tumeurs malignes suvent peu différenciées qui prédminent sur la peau et dans les tissus mus (figure 11.12), parfis les viscères (fie). Un angisarcme peut parfis se dévelpper sur un lymphœdème chrnique du bras, chez les patientes pérées d un cancer du sein : c est le syndrme de Stewart-Treves. On en rapprche le sarcme de Kapsi qui réalise une prlifératin de cellules fusifrmes, creusée de fentes vasculaires séparées par du tissu cllagène, parsemée de macrphages surchargés en hémsidérine. Cette tumeur est habituellement unique et lcalisée dans le derme chez les sujets âgés. Une frme d évlutin rapide avec lcalisatins multiples (cutanées mais aussi viscérales) est décrite en Afrique mais aussi chez les sujets atteints de SIDA. Une rigine infectieuse est démntrée. L agent étilgique est un virus du grupe herpès (HHV-8 u Human herpès virus 8). Figure Syndrme de Stewart-Treves : angisarcme survenant sur un lymphedème chrnique du bras dans les suites d un traitement pur cancer du sein (curage axillaire et irradiatin)

16 A. Aspect macrscpique. B. Aspect micrscpique : fentes irrégulières brdées de cellules endthéliales atypiques Tumeurs de différenciatin incertaine La différenciatin et l histgenèse de plusieurs grupes de tumeurs cnjnctives restent incertaines, vire incnnues. Parmi ces tumeurs, n truve le synvialsarcme, qui, cntrairement à ce qui avait été suggéré initialement, ne se dévelppe pas aux dépens d un revêtement synvial. Le synvialsarcme est avant tut une tumeur des tissus mus prfnds des membres mais peut aussi tucher certains rganes cmme le pumn et le rein. Histlgiquement, il se caractérise par une prlifératin suvent biphasique, assciant une cmpsante cnjnctive et une cmpsante épithéliale. Il est caractérisé par une translcatin spécifique t(x ; 18), dnt la mise en évidence cnstitue un util diagnstique imprtant Tumeurs du squelette Tumeurs stéfrmatrices Tumeurs stéfrmatrices bénignes : stéme stéïde et stéblastme L stéblastme partage avec l stéme stéïde un même aspect histpathlgique, assciant des stéblastes sans atypie, une stégenèse immature et un strma richement vascularisé. Ces deux entités diffèrent par cntre par leurs présentatins radi-cliniques. L stéme stéïde est une lésin de petite taille, peu évlutive, caractérisée par une symptmatlgie dulureuse, alrs que l stéblastme cnstitue un véritable prcessus tumral expansif, parfis vlumineux et puvant être pris à trt pur une tumeur maligne. Tumeurs stéfrmatrices malignes : les stésarcmes Ce snt des tumeurs malignes fréquentes de l adlescence, lrs de la crissance des membres (métaphyse des s lngs). La prlifératin tumrale est cnstituée d stéblastes atypiques, prduisant un s immature. À l ppsé des tumeurs stéfrmatrices bénignes, l stésarcme détruit le tissu sseux préexistant et infiltre les parties mlles (figure 11.13). Figure Ostésarcme détruisant la crticale sseuse A. Aspect radilgique. B. Aspect macrscpique. C. Aspect micrscpique : cellules tumrales frmant un tissu sseux pathlgique. Leur évlutin est rapide et les métastases pulmnaires fréquentes. Chez le sujet jeune, les garçns snt électivement tuchés, ntamment au niveau des membres inférieurs, près du genu (extrémité inférieure du fémur et supérieure du tibia). Chez le sujet âgé, ces tumeurs surviennent fréquemment sur une lésin préexistante (maladie de Paget).

17 Tumeurs cartilagineuses Tumeurs cartilagineuses bénignes : stéchndrme et chndrme L stéchndrme (u exstse stégénique) est la plus fréquente des lésins sseuses. Elle a une architecture caractéristique assciant de dehrs en dedans, une ciffe cartilagineuse, dnt l aspect histlgique est prche de celui d un cartilage de crissance et un tissu sseux d architecture trabéculaire cnstituant le crps de l exstse. Le chndrme est cnstitué de plusieurs ndules cartilagineux, en général de petite taille, renfermant des chndrcytes sans atypie. Le chndrme respecte l s pré-existant. La maladie des exstses multiples et les chndrmatses multiples nt un risque de dégénérescence maligne qui justifie la mise en place d une surveillance et l exérèse de tute lésin se mdifiant, par définitin suspecte. Tumeurs cartilagineuses malignes : les chndrsarcmes Ce snt des tumeurs rares de l adulte, suvent âgé, d évlutin lente, qui atteignent les s plats des ceintures. Ils snt cnstitués de ndules cartilagineux de taille imprtante, renfermant des chndrcytes atypiques. À l ppsé des tumeurs cartilagineuses bénignes, le chndrsarcme détruit le tissu sseux préexistant et infiltre les parties mlles. Les chndrsarcmes de bas grade nt une malignité lcale alrs que les chndrsarcmes de grade intermédiaire et de haut grade présentent un risque disséminatin métastatique pulmnaire. Chrdmes Ce snt des tumeurs rares, dérivées de reliquats de la ntchrde. Elles surviennent électivement au niveau du rachis, en particulier au niveau du sacrum et de la régin sphénccipitale. Ce snt des tumeurs malignes, de crissance lente et d évlutin surtut lcale, dnt l exérèse cmplète est suvent difficile et le prnstic défavrable en raisn de l extensin lcale. Sarcme d Ewing Le sarcme d Ewing est une tumeur maligne sseuse intramédullaire, lytique, infiltrant la crticale avec suvent une imprtante réactin péristée, qui peut tucher tus les s y cmpris les petits s, les s plats et les vertèbres. La prlifératin tumrale est d aspect peu différencié, «à petites cellules rndes et bleues». Les cellules cntiennent suvent du glycgène (clré par le PAS) et expriment l antigène de grupe sanguin Mic-2. Il existe de façn quasi cnstante une translcatin t(11 ; 22). La mise en évidence par bilgie mléculaire du gène de fusin est une aide imprtante au diagnstic. Le terme de «tumeur neurectdermique périphérique (PNET pur Peripheral neurectdermal tumr)» recuvre le sarcme d Ewing ainsi que des tumeurs identiques de siège extra-sseux, plus rares. Ces différentes entités, de siège sseux u extra-sseux, snt aujurd hui regrupées sus l appellatin «tumeurs de la famille Ewing» Tumeurs mésthéliales Les tumeurs bénignes pleurales (fibrmes mésthéliaux de la plèvre viscérale) snt rares. Les mésthélimes malins snt surtut pleuraux (plus rarement péritnéaux u péricardiques) et snt dans leur immense majrité liés à une expsitin à l amiante (asbestse) dans les 20 ans précédents. Ils dnnent au début une prlifératin mésthéliale

18 papillaire pariétale, puis ultérieurement une atteinte massive de tus les feuillets de la plèvre avec frmatin de ndules et masses multiples (figure 11.14). Actuellement, l évlutin est le plus suvent rapidement fatale. Micrscpiquement, il existe une prlifératin suvent biphasique faite de cellules fusifrmes et de fentes épithéliales. L immunhistchimie est suvent indispensable pur affirmer le diagnstic et exclure la pssibilité d une métastase pleurale (diagnstic différentiel). Figure Mésthélime pleural (macrscpie) : la plèvre est épaissie et infiltrée, plurindulaire Tumeurs strmales digestives Ces tumeurs se dévelppent principalement au niveau de l estmac et de l intestin grêle et snt parfis dénmmées en utilisant l acrnyme angl-saxn «GIST : Gastr-intestinal strmal tumr» (figure 11.15). Elles dérivent des cellules interstitielles de Cajal, qui snt respnsables du péristaltisme du tube digestif. Les tumeurs strmales digestives snt frtement assciées à une expressin et une activatin de l ncgène KIT, u plus rarement du PDGFRα. Figure Tumeur strmale gastrique : ndule arrndi enchâssé dans la pari de l estmac, recuvert de muqueuse et ulcéré à sn smmet Le prnstic est variable et reste suvent incertain après l analyse histpathlgique. On dit généralement les cnsidérer cmme des tumeurs ptentiellement malignes. Tutefis, les tumeurs de petites tailles avec peu de mitses nt le plus suvent un cmprtement bénin (guérisn définitive après l exérèse), alrs que les tumeurs vlumineuses et riches en mitses peuvent dnner des métastases et cnduire au décès. 3 - TUMEURS DES SYSTEMES NERVEUX CENTRAL ET PERIPHERIQUE Tumeurs nerveuses périphériques Les schwannmes (encre appelés neurinmes) snt des prlifératins bénignes des cellules de Schwann de la gaine des nerfs (figure 11.16). Les neurfibrmes snt des prlifératins de cellules cnjnctives de type fibrblastique qui disscient une structure nerveuse. Ils peuvent être spradiques islés u multiples, cmpliquant une maladie de Recklinghausen (neurfibrmatse de type I). Les tumeurs malignes snt les schwannmes malins u «tumeurs malignes des gaines nerveuses périphériques».

19 Tutes ces tumeurs nerveuses périphériques peuvent être rencntrées au curs de la maladie de Recklinghausen. Figure Schwannme A. Schwannme bilatéral du VIIIe nerf crânien. B. Tumeur cmprtant des znes cellulaires (Antni A) avec des ndules de Vercay (brd drit de la phtgraphie) ainsi que des znes plus lâches, myxïdes (Antni B, centre de la phtgraphie) Neurblastmes périphériques Les tumeurs neurblastiques périphériques snt les tumeurs slides les plus fréquentes de l enfant, survenant à un âge myen situé entre 2 et 3 ans. Elles sécrètent des catéchlamines et fixent la métaidbenzylguanidine (MIBG - utilisatin scintigraphique). Dérivées de cellules de la crête neurale, elles snt situées sit au niveau des ganglins sympathiques sit dans la médullsurrénale. Ces tumeurs de blastème réalisent une prlifératin de petites cellules rndes appelées neurblastes, dnt la différenciatin est variable. Leur évlutin spntanée est habituellement agressive et très rapide avec extensin métastatique et décès. Tutefis, un phénmène de différenciatin vers un tissu mature (maturatin) est parfis bservé, spntanément u surtut sus l effet du traitement chimithérapique. Le prnstic dépend de l âge (plus favrable avant 18 mis), du stade (plus favrable si lcalisé), du statut de l ncgène NMyc (plus favrable si cet ncgène n est pas amplifié), et de critères histprnstiques (différenciatin, taux de mitses et de caryrrhexis) Tumeurs neurectdermiques périphériques Vir précédemment le paragraphe «Sarcme d Ewing» Tumeurs cérébrales primitives Il peut s agir de tumeurs extra-parenchymateuses dévelppées à partir des méninges, appelées méningimes. Ces tumeurs méningthéliales snt habituellement bénignes, rarement de cmprtement malin (méningime malin) (figure 11.17). Figure Méningime A. Méningime parasagittal multilbé implanté sur la dure-mère, cmprimant le cerveau sus-jacent. B. Méningime : prlifératin cellulaire d aspect turbillnnant cmprtant des enrulements cellulaires et parsemée de psammmes.

20 Les tumeurs intraparenchymateuses snt surtut dévelppées à partir du tissu glial de sutien (astrcytes [figure 11.18], ligdendrcytes) u d éléments péri- u intraventriculaires (épendyme, plexus chrïde). Ces tumeurs gliales u glimes(astrcytmes, ligdendrglime, épendymme) nt un cmprtement évlutif très variable : certaines snt bien limitées et nt un cmprtement bénin (curables par exérèse u traitement lcalisé) ; d autres snt mal limitées et infiltrantes et évluent prgressivement sur plusieurs années, avec des récidives ; d autres enfin snt des tumeurs malignes agressives à crissance rapide, mrtelle (gliblastme). Chez l enfant, des tumeurs blastémateuses (neur-ectdermiques) peuvent également être bservées dans le système nerveux central, également regrupées sus le nm de PNET (Primitive neurectdermal tumr) : neurblastme (hémisphérique), médullblastme (cérébelleux). Figure Astrcytmes A. Astrcytme de bas grade se présentant cmme une zne élargie de substance blanche dans l hémisphère cérébral gauche. B. Gliblastmé : gliblastme réalisant une masse tumrale infiltrante, hémrragique et nécrtique. C. Gliblastme : la tumeur est densément cellulaire avec les cellules tumrales s agençant en palissades autur de znes de nécrse (centre et cin inférieur drit). 4 - TUMEURS GERMINALES Ntins générales Les tumeurs germinales se dévelppent à partir de cellules germinales primrdiales. Ces tumeurs siègent préférentiellement dans les gnades mais peuvent aussi être lcalisées sur le trajet de migratin des cellules germinales lrs de l embrygenèse, le lng de l axe médian du crps : la base du crâne (surtut la régin épiphysaire), le médiastin antérieur, le rétrpéritine et la régin sacr-cccygienne. Les tumeurs germinales snt rares : les tumeurs germinales malignes cnstituent plus de 95 % des tumeurs testiculaires mais seulement 1 % des tumeurs malignes chez l hmme. Elles snt beaucup plus rares chez la femme. Elles nt la particularité de survenir chez des patients jeunes, de puvir pur certaines être détectées et suivies par des marqueurs sériques et d être curables même au stade métastatique. En revanche, les tumeurs germinales bénignes (tératmes matures) snt beaucup plus fréquentes chez la femme, dans l vaire. Les tumeurs germinales snt très variées dans leur différenciatin mrphlgique,

3 ème Rencontre Régionale d Oncogénétique

3 ème Rencontre Régionale d Oncogénétique 3 ème Rencntre Réginale d Oncgénétique Nirt, le 12 février 2015 3 ème Rencntre Réginale d Oncgénétique «Indicatins de la chirurgie prphylactique dans les frmes familiales de cancers du sein et du côln»

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Item 146 Tumeurs intracrâniennes

Item 146 Tumeurs intracrâniennes Item 146 Tumeurs intracrâniennes I. ÉPIDÉMIOLOGIE II. Caractères généraux des tumeurs intracrâniennes II. Sémilgie V. Diagnstic différentiel V. Cmplicatins de l évlutin d une tumeur cérébrale VI. Traitement

Plus en détail

Advisory Board Cancer de l Ovaire

Advisory Board Cancer de l Ovaire Advisry Bard Cancer de l Ovaire Alger, 5 mai 2012 Les labratires Rche nt rganisé le 5 mai 2012 à l hôtel Sfitel d Alger, un Advisry Bard cnsacré au cancer de l vaire animé par le Dr. F. Selle de l hôpital

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o o o o o

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o o o o o Partie du prgramme : Crps humain et santé Niveau : première Titre de la séance : la cancérisatin EXTRAIT DU PROGRAMME Des mdificatins accidentelles du génme peuvent se prduire dans des cellules smatiques

Plus en détail

CONDITIONS PREALABLES A LA FECONDATION

CONDITIONS PREALABLES A LA FECONDATION CONDITIONS PREALABLES A LA FECONDATION Pr. Henri Cpin CHU d AMIENS Intrductin : - définitin de la fécndatin - dans les cnditins physilgique : lieu et mment du cycle - en prcréatin médicalement assisté

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

Ce que peut faire le médecin généraliste. devant une pathologie oculaire. Pr. André MATHIS Service d Ophtalmologie Hôpital Rangueil

Ce que peut faire le médecin généraliste. devant une pathologie oculaire. Pr. André MATHIS Service d Ophtalmologie Hôpital Rangueil Ce que peut faire le médecin généraliste devant une pathlgie culaire Pr. André MATHIS Service d Ophtalmlgie Hôpital Rangueil I. Cnnaître les signes d appel nécessitant une cnsultatin spécialisée en urgence

Plus en détail

RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP)

RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP) RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP) INTRODUCTION : Cnfrmément à la réglementatin, nus vus infrmns sur les risques liés à vtre inclusin en Assistance Médicale à la Prcréatin. Ces risques

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC 3 SOULAGEMENT RAPIDE ET EFFICACE DE LA DOULEUR Slutin unique et nn-invasive pur les pathlgies assciées au système muscul-squelettique Seulement tris à quatre traitements nécessaires,

Plus en détail

Les indications Le choix de l implant Les techniques de pose La position de l implant La surveillance post-implantatoire Les contre-indications et

Les indications Le choix de l implant Les techniques de pose La position de l implant La surveillance post-implantatoire Les contre-indications et Les indicatins Le chix de l implant Les techniques de pse La psitin de l implant La surveillance pst-implantatire Les cntre-indicatins et effets indésirables La matérivigilance L affaire PIP et les recmmandatins

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION DERMATOLOGIE ET VÉNÉROLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION DERMATOLOGIE ET VÉNÉROLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION DERMATOLOGIE ET VÉNÉROLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique, spécialisatin

Plus en détail

SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE

SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE Mieux analyser les blessures que peuvent encurir ns jueurs lrs d'un entraînement u d'un match, permet suvent de mieux prévenir d'une blessure plus

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

6.3.1 NOTICE INFORMATIVE PIÈCE N COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU :

6.3.1 NOTICE INFORMATIVE PIÈCE N COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU : COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) PIÈCE N 6.3.1 NOTICE INFORMATIVE Agence Karine Ruelland architecte-urbaniste 42, rue Srbier 75020 PARIS VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU : Annexes

Plus en détail

Service de radiodiagnostic Unité d'irm LE RÔLE DE D IRM DANS LA PRISE EN CHARGE DES FIBROMES UTÉRINS

Service de radiodiagnostic Unité d'irm LE RÔLE DE D IRM DANS LA PRISE EN CHARGE DES FIBROMES UTÉRINS Service de radidiagnstic Unité d'irm LE RÔLE DE D IRM DANS LA PRISE EN CHARGE DES FIBROMES UTÉRINS Anne-France Humbert-Drz TRM / Janvier 2010 Intrductin Le terme de fibrme utérin est cmmunément utilisé,

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases cndensées 1. Cmprtement universel des gaz à basse pressin 1.1. Equatin d état de tus les gaz à basse pressin 1.2. Définitin expérimentale de la température abslue

Plus en détail

DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES

DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES Cmmissin de gégraphie du cmmerce - Séminaire méthdlgique DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES 30 MARS 2012 Présentatin : J. VAZQUEZ PARRAS - SEGEFA (Université de Liège) PLAN DE L EXPOSÉ

Plus en détail

Partie du programme : De l œil au cerveau : quelques aspects de la vision Niveau : Première S Titre de la séance : Les cellules photoréceptrices

Partie du programme : De l œil au cerveau : quelques aspects de la vision Niveau : Première S Titre de la séance : Les cellules photoréceptrices Partie du prgramme : De l œil au cerveau : quelques aspects de la visin Niveau : Première S Titre de la séance : Les cellules phtréceptrices EXTRAIT DU PROGRAMME La rétine est une structure cmplexe qui

Plus en détail

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o Partie du prgramme : la Terre dans l Univers, la vie et l évlutin du vivant Niveau : première Titre de la séance : variabilité génétique et mutatin de l ADN EXTRAIT DU PROGRAMME Pendant la réplicatin de

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

TransBred.com GUIDE UTILISATEUR SEPA

TransBred.com GUIDE UTILISATEUR SEPA TransBred.cm GUIDE UTILISATEUR SEPA Mise à jur 29/07/2014 Dans ce Guide Utilisateur SEPA, vus retruverez également les fnctinnalités SEPA dispnibles : - Réaliser la cnversin des RIB des bénéficiaires et

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers)

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers) TALI (Traitement adapté des Impayés de Lyers) Evlutin du traitement amiable Cahier des charges 1 Cnstat 1 ère versin... 2 2 Evlutin 2 nde versin... 2 2.1 Cntexte 2 2.2 Les acteurs et leurs rôles 2 2.3

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o o o o o Partie du prgramme : la Terre dans l Univers, la vie et l évlutin du vivant Niveau : première Titre de la séance : expressin de l infrmatin génétique EXTRAIT DU PROGRAMME La séquence des nuclétides d une

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE

SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE Le 22-02-05 Sins Infirmiers aux persnnes atteintes d affectins cardi-vasculaires Mme BOURDAIRE SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE Objectifs Dnner la définitin et le mécanisme

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL Questinnaire cnsultatin destiné à tus les habitants : la santé à Bnneuil La ville est engagée, avec l Agence réginale de Santé, sur la mise en place d un Cntrat Lcal

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Banque centrale du Luxembourg

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Banque centrale du Luxembourg Recueil des règles de vérificatin des rapprts V de la «Cllecte des dnnées paiements» (CDDP) Banque centrale du Luxemburg 1 Smmaire Intrductin...3 Validatins cmmunes à tus les tableaux...4 Vlume u valeur

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

Contrat d agrément du conducteur

Contrat d agrément du conducteur 2012 Unin Natinale pur l Utilisatin de Chiens de Ruge Cntrat d agrément du cnducteur UNUCR Unin Natinale pur l Utilisatin de Chiens de Ruge CA du 6 avril 2012 Adpté par AG du 27 mai 2012 Intrductin Les

Plus en détail

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015 pininway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Nte de synthèse Octbre 2015 Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département 15, place

Plus en détail

Bulletin n 7 du 13/03/08

Bulletin n 7 du 13/03/08 7 AS ODONTOLOGIA Bulletin n 7 du 13/03/08 Une fis encre, la 7 e éditin des sirées du 7 AS aura remprté un franc succès, avec près de 60 membres présents. Un plébiscite, si l n prend en cmpte le nmbre de

Plus en détail

FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE

FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE EPU95 Mntmrency Médecine Interne Mise à jur du 13 Mai 2007* FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE Pr. P. Vinceneux Chef de Service de Médecine Interne - l Hôpital Luis Murier - Bis-Clmbes

Plus en détail

Leçon N 5 Picasa 2 ème Partie

Leçon N 5 Picasa 2 ème Partie Leçn N 5 Picasa 2 ème Partie Après avir vu u revu la présentatin de PICASA 3, vus allez dans cette leçn vir cmment gérer vs phts avec ce lgiciel. 1 Récupérer vs phts de vtre appareil de pht numérique.

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 DATE DE REUNION 10/05/2012 Lieu de réunin GIP ATGeRi Affaire suivie par : Philippe LORIOT

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO Synthèse Décembre 2014 CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO 6, rue Gurvand

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Chap.6 Distribution de courant Champ magnétostatique

Chap.6 Distribution de courant Champ magnétostatique Chap.6 Distributin de curant Champ magnétstatique 1. Distributins de curant électrique permanent 1.1. Distributin vlumique de curant 1.2. (Cmplément) Distributin surfacique de curant 1.3. Distributin linéique

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

Téléphonie mobile. Rapport du groupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005

Téléphonie mobile. Rapport du groupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005 Téléphnie mbile Rapprt du grupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005 Cadre de l expertise de l Afsse Lettre de saisine des ministères chargés de la santé et de l envirnnement du 3 février 2004 demandant

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

CONSEILS AUX ELEVES STAGIAIRES

CONSEILS AUX ELEVES STAGIAIRES CONSEILS AUX ELEVES STAGIAIRES 1 PREPARER SON STAGE Savir se présenter, se situer (la situatin actuelle, la frmatin et la filière envisagée), Réfléchir au cntenu du stage avant de s y présenter, S interrger

Plus en détail

CE DOCUMENT S ADRESSE À DES ADULTES. L ÉNERGIE Capsule théorique

CE DOCUMENT S ADRESSE À DES ADULTES. L ÉNERGIE Capsule théorique L ÉNERGIE Capsule thérique Bien que ce dcument mette en relief des savirs essentiels du prgramme du primaire, il dépasse les énncés de la Prgressin des apprentissages. Il est destiné à l enseignant qui

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL»

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI Analyse du prjet de li C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LE PROJET DE LOI C 38 Sanctinné le 29 juin 2012, ce prjet de li apprte des changements majeurs à la li de l assurance

Plus en détail

Archivage de videos IVTVision (Windows)

Archivage de videos IVTVision (Windows) Archivage de vides IVTVisin (Windws) 1 Intrductin Puisque le Serveur IVTVisin enregistre des vidés en utilisant une structure de fichiers du système d explitatin simple, l archivage de vidés devrait être

Plus en détail

Item 288 : Troubles des phanères : alopécie

Item 288 : Troubles des phanères : alopécie - Supprt de Curs (Versin PDF) - Item 288 : Trubles des phanères : alpécie Cllège Natinal des Enseignants de Dermatlgie Date de créatin du dcument 2010-2011 - Université Médicale Virtuelle Francphne - -

Plus en détail

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Une fis l espace créé par le CRDP, il y a un certain nmbre de travaux à prévir avant de puvir l utiliser avec les étudiants. D une manière générale,

Plus en détail

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusin sciale De nmbreuses familles vivent en Belgique des situatins de pauvreté, de précarité

Plus en détail

Le Drive, un mode de distribution responsable?

Le Drive, un mode de distribution responsable? Le Drive, un mde de distributin respnsable? En 2012, Harris Interactive avait cnduit une enquête sur un phénmène alrs en plein essr: le Drive...Depuis le nmbre de Drives a dublé en France: En décembre

Plus en détail

Politique de Service à la clientèle

Politique de Service à la clientèle Plitique de Service à la clientèle Ntre engagement : Innver et aller au-delà de vs attentes! Révisée aût 2009 Table des matières 1. Missin de l entreprise 2. Clientèle et services distinctifs 3. Départements

Plus en détail

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X Lgique binaire Définitin Une variable binaire est un élément qui ne peut prendre que deux valeurs ntées 1 et 0 (Oui et Nn). On dira que X est une variable binaire si X 0 X = 1 et si X 1 X = 0. Opératins

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

SOMMAIRE. Chapitre 2 - Génétique et embryologie - Génétique - Embryologie. Chapitre 4 - Cornée et sclère : tuniques externes - Cornée - Limbe - Sclère

SOMMAIRE. Chapitre 2 - Génétique et embryologie - Génétique - Embryologie. Chapitre 4 - Cornée et sclère : tuniques externes - Cornée - Limbe - Sclère SOMMAIRE Partie I : ANATOMIE Marilyn C. Kincaid Chapitre 1 - Intrductin - Questins à résudre - Tissu transparent mais vivant - Cllecte d infrmatins - Tris disciplines étritement liées Anatmie et histlgie

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes :

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes : CAHIER DE PROGRAMME TECHNOLOGIE DE RADIODIAGNOSTIC (142.A0) DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pur btenir un diplôme d études cllégiales, vus devez avir satisfait aux tris cnditins suivantes : 1. Avir

Plus en détail

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE - - REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE La régulatin du système de chauffage dit permettre une crrespndance idéale entre le besin d énergie et la quantité de chaleur effectivement prduite.

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3 3 Date de publicatin Objet Id du dcument Juillet 2013 Prescriptins de travail à l attentin des FST u des sciétés utilisatrices et de mandataires accrédités Prescriptins prtant sur les travaux dans les

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : ANESTHÉSIE LOCALE Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le : cnsent à l'interventin suivante : J'ai bien reçu les dcuments intitulés "exérèse d'une

Plus en détail