Traitement des cancers du bas rectum

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement des cancers du bas rectum"

Transcription

1 Traitement des cancers du bas rectum Christophe Laurent, Eric Rullier Service de Chirurgie Digestive, Hôpital Saint-André, 1 rue Jean Burguet, Bordeaux La définition des cancers du bas rectum doit être de plus en plus précise pour affiner les choix thérapeutiques. La marge de sécurité circonférentielle, évaluée par l imagerie par résonance magnétique, est aussi, voire plus, importante que la marge distale pour choisir le type de chirurgie. La technique de résection intersphinctérienne permet d éviter l amputation abdominopérinéale chez la majorité des patients porteurs d un cancer du bas rectum. La chirurgie conservatrice sphinctérienne des cancers du bas rectum ne compromet pas le pronostic local ni la survie, préserve mieux la sexualité mais expose à des troubles fonctionnels digestifs dont l impact sur la qualité de vie est dépendant du patient. Les traitements néoadjuvants améliorent le contrôle local et sont utilisés pour sélectionner les patients pour une épargne sphinctérienne et même une épargne rectale. La spécialité chirurgicale joue un rôle prépondérant dans la stratégie et les résultats du traitement des cancers du bas rectum. Mots clés : cancer du bas rectum, conservation sphinctérienne, traitement néoadjuvant L e traitement des cancers du rectum a connu des progrès considérables ces dix dernières années grâce à la standardisation de la technique d exérèse du mésorectum [1] et à la codification des traitements néoadjuvants [2]. Les cancers du bas rectum posent des problèmes spécifiques où l objectif fonctionnel prédomine parfois sur la guérison [3]. Leur pronostic en général plus mauvais est dû à des facteurs anatomiques et non pas biologiques, la tumeur très proche des organes génitaux et de l appareil sphinctérien va très vite envahir ces organes et rendre la chirurgie plus difficile. L apparition de nouvelles techniques chirurgicales, une meilleure connaissance de l histoire naturelle de la maladie et de l impact des traitements néoadjuvants sur ces tumeurs nécessitaient une mise au point sur ce sujet en constante évolution. doi: /hpg Définition des cancers du bas rectum Le rectum est défini en deux parties, ampoule rectale et canal anal, selon les anatomistes, et en trois parties : tiers supérieur (10 à 15 cm de la marge anale), tiers moyen (5 à 10 cm) et tiers inférieur (0 à 5 cm) par les chirurgiens et les thérapeutes. Cette définition en trois tiers, adoptée en Europe [1], est justifiée par les différentes stratégies pour chaque tiers. Par 45

2 Type 1 Type 2 Anneau sphinctérien Sphincter externe Marge anale Sphincter interne Type 3 Type 4 Figure 1. Définitions des cancers du bas rectum. Type I = tumeur sus-anale (marge distale < 1-2 cm) ; traitement par anastomose coloanale. Type II : tumeur juxta-anale (marge distale 0 cm) ; traitement par résection intersphinctérienne partielle. Type III : tumeur intra-anale superficielle (infiltrant le sphincter interne) ; traitement par résection intersphinctérienne totale. Type IV : tumeur intra-anale profonde (infiltrant le sphincter externe) ; traitement par amputation abdominopérinéale. exemple, une chirurgie conservatrice sphinctérienne est recommandée pour les tiers supérieur et moyen et un traitement néoadjuvant pour les tiers moyen et inférieur. La définition des cancers du tiers inférieur du rectum nécessite cependant plus de précisions en raison de la longueur variable du canal anal selon les individus et leur sexe, 3 cm en moyenne, 2 cm chez la femme et 4 cm chez l homme [4]. Les recommandations de pratique clinique du traitement des cancers du rectum [5] rappellent l importance de mesurer la distance de la tumeur par rapport à la marge anale et au bord supérieur du sphincter. En pratique, il faut effectuer un toucher rectal avant traitement en décubitus latéral gauche (plus confortable pour le patient et permettant de palper les tumeurs du moyen rectum) pour évaluer dans un premier temps la distance entre le bord inférieur de la tumeur (ancrage pariétal) et la marge anale (toucher rectal statique) et, dans un deuxième temps, la distance entre la tumeur et le bord supérieur du canal anal (anneau sphinctérien) en demandant au patient de contracter son sphincter (toucher rectal dynamique). C est cette dernière distance qui permettra au chirurgien de décider de la technique opératoire. L apparition de nouvelles techniques chirurgicales nécessite de définir les cancers du bas rectum en quatre types selon la situation de la tumeur par rapport au sphincter anal interne et externe (figure 1). Pour le type I (sus-anal), la conservation sphinctérienne peut être envisagée ; pour les types II (juxta-anal) et III (intra-anal superficiel ou infiltrant le sphincter interne), elle peut encore se discuter si on utilise des techniques 46

3 chirurgicales spécialisées ; pour le type IV (intra-anal profond, c est-à-dire avec sphincter externe envahi), l amputation reste la règle. Le toucher rectal par un spécialiste, l échographie endorectale et plus récemment l imagerie par résonance magnétique (IRM) permettent d évaluer avec précision les rapports entre la tumeur et le plancher pelvien et d affiner la décision chirurgicale [6]. Nouveaux concepts carcinologiques La marge de sécurité distale a toujours guidé le choix de la technique chirurgicale des cancers du rectum. Les raisons sont un risque d infiltration carcinomateuse de la paroi rectale en dessous de la tumeur dans 20 % des cas. Les recommandations de pratique chirurgicale, issues de données anatomopathologiques et de confrontations cliniques, ont évolué avec le temps et grâce à une meilleure connaissance de l histoire naturelle de l adénocarcinome rectal. Initialement, 5 cm de marge distale étaient nécessaires pour autoriser une chirurgie conservatrice sphinctérienne [7]. A partir des années 1980, 2 cm étaient jugés suffisants [8]. En 2005, 1 cm de marge distale semble compatible avec une conservation sphinctérienne, sous réserve d une technique d exérèse de qualité du mésorectum et d un éventuel avis spécialisé pour confirmer le choix thérapeutique [5]. L acceptation d une marge de résection distale de plus en plus réduite est en partie liée à l importance prépondérante de la marge de résection circonférentielle dans le contrôle local de la maladie. Une marge circonférentielle < 1mmexpose à un risque de 40 % de récidive locale contre 10 % en cas de marge > 1mm [9]. Le véritable risque du traitement chirurgical conservateur des cancers du bas rectum est donc une marge circonférentielle trop étroite plus qu une marge distale insuffisante, ce d autant qu une marge distale saine peut toujours être obtenue en élargissant l exérèse au sphincter interne. Ce nouveau concept de marge circonférentielle va progressivement modifier les principes de la chirurgie conservatrice sphinctérienne. Le critère de choix entre amputation abdominopérinéale (AAP) et conservation sphinctérienne ne sera plus la distance de la tumeur par rapport à la marge anale ou au sphincter mais l infiltration circonférentielle de la tumeur au sphincter externe, suspectée cliniquement et confirmée par échographie endoanale ou IRM [10]. Traitement chirurgical standard : résultats et limites L AAP est encore le traitement standard des cancers du bas rectum pour la majorité des chirurgiens pour des raisons conventionnelles et historiques. En effet, une chirurgie large enlevant le sphincter est théoriquement plus carcinologique qu une chirurgie passant à quelques millimètres du sphincter anal ou du rectum. Par ailleurs, l AAP étant la première opération proposée pour traiter les cancers du rectum dès 1910 [11], elle demeure aujourd hui encore l opération de référence à laquelle toute nouvelle technique doit se confronter. Les résultats de l AAP pour cancer du bas rectum montrent 70 à 95 % de contrôle local selon la qualité de l exérèse du mésorectum et si une radiothérapie a été associée [2, 12, 13]. De façon assez surprenante et inattendue, les limites oncologiques de l AAP viennent d être rapportées. L essai hollandais a analysé de façon exhaustive les pièces opératoires d exérèse rectale et a mis en évidence 14 % de perforation rectale après AAP contre 2,5 % après conservation sphinctérienne [14]. Le risque de marge de résection circonférentielle envahie était également plus élevé après AAP qu après conservation sphinctérienne : 29 versus 12 %. Ces observations viennent également d être notées en Norvège [12] et en Angleterre [15]. C est surtout la présence d un taux non négligeable de perforation rectale et de marge envahie dans les stades précoces T1 et T2 après AAP et leur quasi-absence après conservation sphinctérienne qui ont permis d incriminer la technique opératoire [14]. L AAP apparaît comme une technique non anatomique et non standardisée. Les temps de dissection abdominale et périnéale ont tendance à amincir l exérèse dès qu on se rapproche du canal anal, à l origine de perforation tumorale ou rectale qui altère le pronostic local et la survie. Le taux de récidive locale est deux à trois fois plus élevé en cas de perforation rectale ou de marge circonférentielle envahie [12, 14-16]. L AAP a un autre inconvénient par rapport à la chirurgie conservatrice sphinctérienne. Cette technique mutilante détruit la barrière anatomique du plancher pelvien en sectionnant les muscles releveurs de l anus. Ceci entraîne des plaies pelvipérinéales dont la cicatrisation, parfois longue après traitement néoadjuvant, favorise des processus inflammatoires ou infectieux locaux, ce qui facilite la récidive locale voire métastatique par l intermédiaire des facteurs de croissance cellulaire comme les cytokines [17]. Il a ainsi été observé un taux de 33 % (10/30) de récidive locale après sepsis postopératoire contre 8 % (5/60) sans sepsis chez des patients traités par AAP pour cancer du bas rectum [18]. Pour cette raison, l AAP est considérée par Heald, chirurgien promoteur de la technique d exérèse du mésorectum, comme une intervention potentiellement dangereuse [19]. En résumé, bien qu étant considérée comme le traitement chirurgical standard des cancers du bas rectum, l AAP a des limites. L association de l ouverture du 47

4 Tableau 1. Comparaison entre RA et AAP pour cancer du bas rectum. RA AAP n RL Survie n RL Survie Gamagami 1999 [22] % 78 % % 74 % Lavery 1997 [23] % 70 % % 62 % Topal 1998 [24] % 62 % % 58 % Luna-Perez 2001 [25] % 75 % Enker 1997 [26] % 60 % Nissan 2001 [27] % 58 % Dehni 2003 [28] % 76 % Mc Anema 1990 [29] 56 4 % - Marks 1993 [30] % 85 % Léo 1994 [31] % - Mohiuddin 1998 [32] % 82 % Rullier 2001 [33] 43 2 % 85 % RA : résection antérieure ; AAP : amputation abdominopérinéale ; RL : récidive locale. plancher pelvien et des tissus périnéaux, d une inflammation locale et d un risque de perforation rectale peut expliquer le plus mauvais pronostic des amputations, avec une perte de chance de survie estimée à 30 % [12]. Les solutions sont une meilleure formation chirurgicale à la technique d amputation [16] et plus de chirurgie conservatrice sphinctérienne [20]. Avantages et inconvénients des techniques conservatrices sphinctériennes Pour des raisons éthiques, aucun essai randomisé n a comparé l AAP à la chirurgie conservatrice sphinctérienne. Cette dernière s est imposée successivement pour les tumeurs du haut puis du moyen rectum exclusivement à partir de séries historiques comparatives [21]. En 2006, les données de séries comparatives et non comparatives pour cancer du bas rectum montrent que le contrôle local est identique entre chirurgie conservatrice sphinctérienne et AAP (tableau 1). Dans la plupart des séries, le taux de récidive locale varie de 5 à 15 % et la survie de 60 à 80 % pour les deux techniques chirurgicales. La technique de résection intersphinctérienne (RIS) est l ultime technique chirurgicale avant l amputation [34, 35]. Le but est d enlever une partie (RIS partielle) ou la totalité (RIS totale) du sphincter anal interne pour obtenir une marge distale saine et préserver la fonction naturelle de défécation (figure 2). Les indications sont les tumeurs juxta-anales et les tumeurs intra-anales superficielles, c est-à-dire respectant le sphincter externe (figure 1). Grossièrement, ce sont les tumeurs peu évoluées, T2 ou petit T3 à moins de 1 cm du bord supérieur du canal anal, c est-à-dire à moins de 4 cm de la marge anale. Les tumeurs volumineuses, infiltrant le sphincter externe, les releveurs de l anus ou fixées à la partie basse du pelvis restent du domaine de l AAP. Les résultats des RIS montrent que l on peut obtenir une marge distale saine dans tous les cas, y compris chez les obèses, en cas de pelvis étroit et lorsqu il existe un envahissement du sphincter interne [36-38]. Le taux de marge saine, dans notre expérience, était de 98 % chez 92 patients traités par RIS pour des tumeurs A Figure 2. Résection partielle (A) et totale (B) du sphincter interne pour cancer du très bas rectum. B 48

5 Tableau 2. Résultats oncologiques de la résection intersphinctérienne pour cancer du très bas rectum. n Hauteur tumorale* Stade Récidive locale Survie Schiessel 1994 [34] T % - Köhler 2000** [39] T % 79 % Braun 1992** [40] T % 62 % Tiret 2003** [37] T1-3 3 % - Saito 2004 [36] T1-3 3 % - Vorobiev 2004 [41] T2-3 0 % - Rullier 2005 [38] T2-4 2 % 81 % Schiessel 2005 [42] T1-3 5 % - *Cm de la marge anale ; **RIS partielle par voie abdominale pure. situées à 3 cm (extrêmes 1,5 à 4,5) de la marge anale dont 20 % de tumeurs intracanalaires [38]. Les résultats oncologiques des RIS montrent un taux de récidive locale entre 2 et 13 % et une survie entre 60 et 80 % (tableau 2). On peut donc conclure que la chirurgie conservatrice sphinctérienne des cancers du bas rectum, qu elle soit conventionnelle pour les tumeurs susanales ou associée à un sacrifice du sphincter interne pour les tumeurs juxta- ou intra-anales, ne compromet pas le contrôle local ni la survie (tableaux 1, 2). Il existe même un avantage carcinologique en faveur de la chirurgie conservatrice sphinctérienne, compte tenu des insuffisances de l AAP conventionnelle. La chirurgie conservatrice sphinctérienne est en train de devenir un standard pour la majorité des cancers du bas rectum [43]. Un autre avantage de la conservation sphinctérienne est la préservation de la fonction sexuelle. La possibilité de poursuivre une activité sexuelle existe chez 75 % des hommes et 90 % des femmes après exérèse rectale avec conservation sphinctérienne, contre 63 % et 72 % respectivement après AAP [44]. Ceci est dû au plus faible risque de traumatisme des branches distales du plexus pelvien autonome qui sont exposées pendant le temps périnéal de l amputation. Préserver la fonction sexuelle est d autant plus important que le sujet est jeune [45]. Les inconvénients de la chirurgie conservatrice sphinctérienne sont le résultat fonctionnel aléatoire des anastomoses basses. En effet, à long terme, un patient sur deux a des séquelles digestives qui associent une fréquence accrue de selles, un fractionnement des selles, une impériosité et dans certains cas une incontinence fécale, symptôme considéré comme le plus invalidant [46]. L incontinence fécale significative (au moins une fois par semaine) est présente chez 20 % des patients après exérèse totale du mésorectum [47]. Elle est plus fréquente après exérèse du sphincter interne [48] et après radiothérapie préopératoire [47]. Les troubles digestifs des exérèses rectales ont un impact direct sur l activité domestique, professionnelle et sociale chez 20 à 50 % des opérés [47, 49]. Cependant, l impact des séquelles digestives sur la qualité de vie en général reste discutable. Une revue récente de la Cochrane Database concluait à l absence de différence de qualité de vie entre AAP et conservation sphinctérienne [50]. L AAP a des avantages en termes de gêne fonctionnelle digestive (moins de constipation et de diarrhée), alors que la chirurgie conservatrice sphinctérienne préserve mieux la sexualité et l image corporelle [51]. En fait, l acceptation d un handicap dépend des caractéristiques sociodémographiques et culturelles du patient. Le port d une colostomie abdominale a un impact négatif dans les populations d Europe du Sud et dans les pays musulmans, alors que ce n est pas le cas en Europe du Nord [52, 53]. En résumé, la discussion entre conservation sphinctérienne et AAP demeure en apparence complexe. En réalité, le choix est simple. En l absence d infiltration de l appareil sphinctérien par la tumeur, une chirurgie conservatrice sphinctérienne doit toujours être proposée au patient en l informant des avantages et inconvénients de chaque technique, sans oublier les possibilités thérapeutiques d éventuelles séquelles digestives (rééducation périnéale, myorraphie, sphincter anal artificiel ou retour à la colostomie) [54]. Place des traitements néoadjuvants dans le traitement des cancers du bas rectum La radiothérapie préopératoire fait partie du traitement des cancers du rectum car, même si elle a peu d impact sur la survie, elle diminue de moitié les récidives locales [55], y compris en cas d exérèse totale du mésorectum [2]. Elle est d autant plus indiquée pour les cancers du bas rectum que le pronostic de ces lésions est plus mauvais [2, 56]. Un traitement néoadjuvant est recommandé pour les tumeurs localement avancées, c est-àdire les stades II et III de l UICC ou T3 T4 ou N+ de la classification TNM [5]. Elle pourrait se discuter, bien 49

6 Tableau 3. Risque de métastase ganglionnaire mésorectale chez les bons répondeurs ypt0-1. n ypt0-1 ypn+ Read 2004 [72] % Schell 2002 [73] % Hiotis 2002 [74] * 4 15 % Onaitis 2001 [75] * 4 13 % Bosset 2005 [71] * 6 9 % Rouanet 2005 [76] ,5 % Laurent 2005 [77] % Total % *pt0. que non validée, pour les stades T2 du bas rectum, notamment en cas de conservation sphinctérienne [57, 58]. Le deuxième objectif du traitement néoadjuvant pour les cancers du bas rectum est la conservation sphinctérienne [59]. Les essais randomisés sur le cancer du rectum n ont pas permis de mettre en évidence d impact du traitement néoadjuvant sur la technique opératoire. Les raisons sont l absence de réponse tumorale en cas de chirurgie immédiate après une radiothérapie courte [2, 60, 61] et la prudence des chirurgiens qui ne modifient pas leur décision malgré une régression tumorale après radiothérapie longue. Les trois essais FFCD, EORTC et Polish Trial [62-64] ont montré une augmentation de 11 à 13 % de stérilisation tumorale en ajoutant de la chimiothérapie à la radiothérapie préopératoire, sans pour autant modifier le taux de conservation sphinctérienne. A l exception d un essai utilisant une escalade de dose d irradiation [65], seules des études rétrospectives monocentriques de chirurgiens spécialisés ont suggéré la possibilité d augmenter la conservation sphinctérienne à l aide d un traitement néoadjuvant [33, 58, 66, 67]. Ceci montre que la chirurgie conservatrice sphinctérienne pour les cancers du bas rectum est une décision complexe qui dépend probablement autant de la volonté du chirurgien et de sa technicité que du traitement néoadjuvant. La possibilité de modifier le choix d une technique chirurgicale après traitement néoadjuvant viendra de l amélioration des techniques d imagerie médicale permettant de mieux évaluer la réponse au traitement. Après l épargne sphinctérienne, l épargne rectale Le risque de mortalité opératoire (3 à 4 %) et surtout la morbidité postopératoire élevée (40 à 50 %) des exérèses rectales [68, 69] justifient des alternatives thérapeutiques [70]. Une réponse tumorale complète (ypt0) et subcomplète (ypt1) a été observée dans respectivement 14 % et 10 % du bras radiochimiothérapie de l essai EORTC de Bosset et al. [71], soit au total 24 % de bons répondeurs après traitement néoadjuvant. Chez ces patients, le risque de métastases ganglionnaires dans le mésorectum (évalué à partir de plus de 2000 patients) est de 6 % (tableau 3). Il existe en effet une corrélation entre la réponse tumorale et la réponse ganglionnaire [72], la radiothérapie étant capable de stériliser la plupart des ganglions < 7 mm[59]. C est ce très faible taux de métastases ganglionnaires résiduelles après traitement néoadjuvant qui a incité plusieurs équipes à épargner le rectum et proposer une simple tumorectomie chez les bons répondeurs. Le traitement néoadjuvant permet donc de sélectionner les patients pour un traitement conservateur par simple exérèse locale. Cinq études de phase II ont montré un très faible taux de récidive locale et métastatique (< 5 %) après tumorectomie chez des bons répondeurs initialement T2 T3 du bas rectum avec près de 5 ans de recul (tableau 4). Les avantages de la technique d exérèse locale sont l absence de mortalité opératoire, une faible morbidité (rectorragie et incontinence anale temporaires) et l absence de séquelles digestives ou génitales donc une qualité de vie préservée [81]. Un autre avantage de la tumorectomie première est la possibilité d exérèse rectale complémentaire immédiate en cas de mauvaise réponse anatomopathologique (pt2-3 ou marge envahie), ce qui laisse le patient en sécurité oncologique optimale. Certains ont proposé une simple surveillance sans tumorectomie en cas de bonne réponse [80] mais les limites de cette stratégie sont les difficultés pour définir une bonne réponse tumorale, compte tenu de l insuffisance actuelle de l imagerie [82]. Nous avons évalué à l hôpital Saint-André la faisabilité technique de la tumorectomie chez 10 patients après traitement néoadjuvant pour cancer T2 T3 du bas rectum. Aucun patient n est décédé, la morbidité était faible (une rétention d urine et une rectorragie), un 50

7 Tableau 4. Etudes de phase II de tumorectomie après radiochimiothérapie pour cancer T2T3 du bas rectum. n Stade Récidive locale Récidive métastatique Suivi (en mois) Schell 2002 [73] 11 T Kim 2001 [78] 26 T2T Bonnen 2004 [79] 23 T Habr-Gama 2004 [80] 71 T2T Lezoche 2005 [81] 100 T2T Total 231 T2T3 8 (4 %) 8 (4 %) patient a présenté une récidive locale traitée par exérèse rectale de rattrapage, tous les patients sont actuellement vivants sans évolutivité de la maladie après un recul allant de 2 à 31 mois. Un projet national intitulé GRECCAR 2 (deuxième essai du Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum) a pour but de comparer la tumorectomie à l exérèse rectale chez les bons répondeurs après radiochimiothérapie (50 Gy avec éloxatine et capécitabine) pour cancer T2 T3 du bas rectum. Les bons répondeurs dans cette étude sont définis par une cicatrice non végétante, non infiltrante et de petite taille < 2 cm après traitement, associé à une bonne réponse histologique après tumorectomie. Cette nouvelle stratégie pourrait permettre d éviter l exérèse du rectum chez 30 % des cancers du bas rectum. Conclusion L évolution récente du traitement des cancers du bas rectum est due à une meilleure évaluation de nos pratiques (examen systématique des pièces opératoires remettant en question des dogmes), aux progrès constants de la technologie (IRM permettant de prévoir une radiothérapie en cas de marge chirurgicale étroite) et surtout à la spécialisation chirurgicale. L impact d un chirurgien spécialisé sur le contrôle local est plus important que celui d un traitement néoadjuvant associé à une chirurgie standard [83]. Un chirurgien spécialisé (> 12 exérèses rectales par an) a un taux d amputations plus faible (19 versus 30 %) et un taux de récidive locale plus bas (4 versus 10 %) qu un chirurgien non spécialisé [84]. Cette évolution de la prise en charge thérapeutique modifie le concept de chirurgie «large» (AAP) comme standard des cancers du bas rectum pour laisser la place à une chirurgie plus anatomique et standardisée (chirurgie conservatrice sphinctérienne). Enfin, l émergence de nouvelles stratégies d épargne rectale vient de la nécessité de diminuer la morbidité thérapeutique afin de préserver la qualité de vie des patients dont le pronostic s est considérablement amélioré. Références 1. MacFarlane JK, Ryall RD, Heald RJ. Mesorectal excision for rectal cancer. Lancet 1993 ; 341 : Kapiteijn E, Marijnen C, Nagtegaal I, et al. for the Dutch Colorectal Cancer Group. Preoperative radiotherapy combined with total mesorectal excision for resectable rectal cancer. N Engl J Med 2001 ; 345 : Rullier E, Sebag-Montefiore D. Sphincter saving is the primary objective for local treatment of cancer of the lower rectum. Lancet Oncol 2006 ; 7 : Nivatvongs S, Stern HS, Fryd DS. The length of the anal canal. Dis Colon Rectum 1982 ; 24 : Therapeutic choices for rectal cancer. Gastroenterol Clin Biol 2006 ; 30 : Salerno G, Daniels I, Heald RJ, Brown G, Moran BJ. Management and imaging of low rectal carcinoma. Surg Oncol 2004 ; 13 : Goligher JC. Dukes Ce, Bussey Hjr. Local recurrence after sphincter saving excision for carcinoma of the rectum and rectosigmoid. Br J Surg 1951 ; 39 : Williams NS, Dixon MF, Johnston D. Reappraisal of the 5 centimetre rule of distal excision for carcinoma of the rectum : a study of distal intramural spread and of patients survival. Br J Surg 1983 ; 70 : Wibe A, Rendedal PR, Svensson E, Norstein J, Eide TJ, Myrvold HE, et al. Prognostic significance of the circumferential resection margin following total mesorectal excision for rectal cancer. B J Surg 2002 ; 89 : Holzer B, Urban M, Holbling N, Feil W, Novi G, Hruby W, et al. Magnetic resonance imaging predicts sphincter invasion of low rectal cancer and influences selection of operation. Surgery 2003 ; 133 : Miles WE. A method of performing abdominoperineal excision for carcinoma of the rectum and the terminal portion of the pelvic colon. Lancet 1908;2: Wibe A, Syse A, Andersen E, Tretli S, Myrvold HE, Soreide O. Oncological outcomes after total mesorectal excision for cure for cancer of the lower rectum : anterior versus. abdominoperineal resection. Dis Colon Rectum 2004 ; 47 : Swedish Rectal Cancer Trial. long lasting benefits from radiotherapy on survival on survival and local recurrence rate. J Clin Oncol 2005 ; 23 : Nagtegaal ID, van de Velde C, Marijnen CAM, van Krieken J, Quirke P. Low rectal cancer : a call for a change of approach in abdominoperineal resection. J Clin Oncol 2005 ; 23 : Tekkis PP, Heriot AG, Smith J, Thompson MR, Finan P, Stamatakis JD. Comparison of circumferential margin involvement between restorative and nonrestorative resections for rectal cancer. Colorectal Dis 2005;7: Marr R, Birbeck K, Garvican J, Macklin CP, Tiffin NJ, Parsons WJ, et al. The modern abdominoperineal excision : the next challenge after total mesorectal excision. Ann Surg 2005 ; 242 :

8 17. Yu JL, May L, Lhotak V, Shahrzad S, Shirasawa S, Weitz JI, et al. Oncogenic events regulate tissue factor expression in colorectal cancer cells : implications for tumour progression and angiogenesis. Blood 2005 ; 105 : Kressner U, Graf W, Mahteme H, Pahlman L, Glimelius B. Septic complications and prognosis after surgery for rectal cancer. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Heald RJ, Smedh RK, Kald A, Sexton R, Moran BJ. Abdominoperineal excision of the rectum-an endangered operation. Dis Colon Rectum 1997 ; 40 : Tytherleigh MG. McC Mortensen NJ. Options for sphincter preservation in surgery for low rectal cancer. Br J Surg 2003 ; 90 : Williams NS, Johnston D. Survival and recurrence after sphincter saving resection and abdominoperineal resection for carcinoma of the middle third of the rectum. Br J Surg 1984 ; 71 : Gamagami RA, Liagre A, Chiotasso P, Istvan G, Lazorthes F. Coloanal anastomosis for distal third rectal cancer : prospective study of oncologic results. Dis Colon Rectum 1999 ; 42 : Lavery IC, Lopez-Kostner F, Fazio VW, Fernandez-Martin M, Milsom JW, Church JM. Chances of cure are not compromised with sphincter-saving procedures for cancer of the lower third of the rectum. Surgery 1997 ; 122 : Topal B, Penninckx F, Kaufman L, Filez L, Aerts R, Ectors N, et al. Outcome after «curative» surgery for carcinoma of the lower third of the rectum. Br J Surg 1998 ; 85 : Luna-Perez P, Rodriguez-Ramirez S, Vega J, Sandoval E, Labastida S. Morbidity and mortality following abdominoperineal resection for low rectal adenocarcinoma. Rev Invest Clin 2001 ; 53 : Enker WE, Havenga K, Polyak T, Thaler H, Cranor M. Abdominoperineal resection via total mesorectal excision and autonomic nerve preservation for low rectal cancer. World J Surg 1997 ; 21 : Nissan A, Guillem JG, Paty PB, Douglas WW, Minsky B, Saltz L, et al. Abdominoperineal resection for rectal cancer at a specialty center. Dis Colon Rectum 2001 ; 44 : Dehni N, McFadden N, McNamara DA, Guiguet M, Tiret E, Parc R. Oncologic results following abdominoperineal resection for adenocarcinoma of the low rectum. Dis Colon Rectum 2003 ; 46 : Mc Anema OJ, Heald R, Lockhart-Mummery HE. Operative and functional results of total mesorectal excision with ultra-low anterior resection in the management of carcinoma of the lower one-third of the rectum. Surg Gynecol Obstet 1990 ; 170 : Marks G, Mohiuddin M, Masoni L. The reality of radical sphincter preservation surgery for cancer of the distal 3 cm rectum following high-dose radiation. Int J Radiation Oncology Biol Phys 1993 ; 27 : Léo E, Belli F, Baldini MT, Vitellaro M, Mascheroni L, Andreola S, et al. New perspective in the treatment of low rectal cancer : total rectal resection and coloendoanal anastomosis. Dis Colon Rectum 1994 ; 37 : S62-S Mohiuddin M, Regine WF, Marks GJ, Marks JW. High-dose preoperative radiation and the challenge of sphincter-preservation surgery for cancer of the distal 2 cm of the rectum. Int J Radiation Oncology Biol Phys 1998 ; 40 : Rullier E, Goffre B, Bonnel C, Zerbib F, Caudry M, Saric J. Preoperative radiochemotherapy and sphincter-saving resection for T3 carcinomas of the lower third of the rectum. Ann Surg 2001 ; 234 : Schiessel R, Karner-Hanusch J, Herbst F, Teleky B, Wunderlich M. Intersphincteric resection for low rectal tumours. Br J Surg 1994 ; 81 : Rullier E, Zerbib F, Laurent C, Bonnel C, Caudry M, Saric J, et al. Intersphincteric resection with excision of internal anal sphincter for conservative treatment of very low rectal cancer. Dis Colon Rectum 1999 ; 42 : Saito N, Ono M, Sugito M, Ito M, Morihiro M, Kosugi C, et al. Early results of intersphincteric resection for patients with very low rectal cancer : an active approach to avoid a permanent colostomy. Dis Colon Rectum 2004 ; 47 : Tiret E, Poupardin B, McNamara D, Dehni N, Parc R. Ultralow anterior resection with intersphincteric dissection--what is the limit of safe sphincter preservation? Colorectal Dis 2003; 5: Rullier E, Laurent C, Bretagnol F, Rullier A, Vendrely V, Zerbib F. Sphincter-saving resection for all rectal carcinomas : the end of the 2-cm distal rule. Ann Surg 2005 ; 241 : Köhler A, Athanasiadis S, Ommer A, Psarakis E. Long term results of low anterior resection with intersphincteric anstomosis in carcinoma of the lower one-third of the rectum : analysis of 31 patients. Dis Colon Rectum 2000 ; 43 : Braun J, Treutner KH, Winkeltau G, Heidenreich U, Lerch MM, Schumpelick V. Results of intersphincteric resection of the rectum with direct coloanal anastomosis for rectal carcinoma. Am J Surg 1992 ; 16 : Vorobiev GI, Odaryuk TS, Tsarkov PV, Talalakin AI, Rybakov EG. Resection of the rectum and total excision of the internal anal sphincter with smooth muscle plasty and colonic pouch for treatment of ultralow rectal carcinoma. Br J Surg 2004 ; 91 : Schiessel R, Novi B, Holzer B, Rosen HR, Renner K, Hölbling N, et al. Technique and long-term results of intersphincteric resection for low rectal cancer. Dis Colon Rectum 2005 ; 48 : Di Betta E. S Hoore A, Filez L, Penninckx F. Sphincter saving resection is the standard procedure for low rectal cancer. Int J Colorectal Dis 2003 ; 18 : Marijnen CAM, van de Velde CJH, Putter H, van den Brink M, Maas CP, Martijn H, et al. Impact of short-term preoperative radiotherapy on health-related quality of life and sexual functioning in primary rectal cancer : report of a multicenter randomized trial. J Clin Oncol 2005 ; 23 : Schmidt CE, Bestmann B, Kuchler T, Kremer B. Factors influencing sexual function in patients with rectal cancer. Int J Impt Res 2005 ; 17 : Bretagnol F, Troubat H, Laurent C, Zerbib F, Saric J, Rullier E. Long term functional results after sphincter-saving resection for rectal cancer. Gastroenterol Clin Biol 2004 ; 28 : Peeters KCMJ, van de Velde CJH, Leer JWH, Martijn H, Junggeburt JMC, Kranenbarg EK, et al. Late side effects of short-course preoperative radiotherapy combined with total mesorectal excision for rectal cancer : increased bowel dysfunction in irradiated patients. A dutch colorectal cancer group study. J Clin Oncol 2005 ; 23 : Bretagnol F, Rullier E, Laurent C, Zerbib F, Gontier R, Saric J. Comparison of functional results and quality of life between intersphincteric resection and conventional coloanal anastomosis for low rectal cancer. Dis Colon Rectum 2004 ; 47 : Rullier E, Zerbib F. Conséquences fonctionnelles et qualité de vie de la chirurgie d exérèse rectale. Oncologie 2003; 5: Pachler J, Wille-Jorgensen P. Quality of life after rectal resection for cancer, with or without permanent colostomy. Cochrane Database Syst Rev 2005 ; 18 ; (CD004323). 51. Schmidt CE, Bestmann B, Kuchler T, Longo WE, Kremer B. Prospective evaluation of quality of life of patients receiving either abdominoperineal resection or sphincter-preserving procedure for rectal cancer. Ann Surg Oncol 2005 ; 12 : Holzer B, Matzel K, Schiedeck T, Christiansen J, Christensen P, Rius J, et al. Do geographic and educational factors influence the quality of life in rectal cancer patients with a permanent colostomy? Dis Colon Rectum 2005 ; 48 : Kuzu MA, Topcu O, Ulcar K, Ulukent S, Unal E, Everdi N, et al. Effect of sphincter-sacrifing surgery for rectal carcinoma on quality of life in Muslim patients. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Laurent C, Benajah D, Bretagnol F, Bourgeyx D, Rullier E, Zerbib F. Management of defecatory function disorders following rectal resection with coloanal anastomosis for low rectal cancer : can fecal incontinence and quality of life improve? Gastroenterology 2005 ; 128 : A Colorectal Cancer Collaborative Group. Adjuvant radiotherapy for rectal cancer : a systematic overview of 8507 patients from 22 randomised trial. Lancet 2001 ; 358 :

9 56. Holm T, Johansson H, Rutqvist LE, Cedermark B. Tumour location and the effects of preoperative radiotherapy in the treatment of rectal cancer. Br J Surg 2001 ; 88 : Rouanet P, Fabre JM, Dubois JB, Dravet F, Saint Aubert B, Pradel J, et al. Conservative surgery for low rectal carcinoma after high-dose radiation. Functional and oncologic results. Ann Surg 1995 ; 221 : Rengan R, Paty P, Wong WD, Guillem J, Weiser M, Temple L, et al. Distal ct2n0 rectal cancer : is there an alternative to abdominoperineal resection? J Clin Oncol 2005 ; 23 : Gerard JP, Arefpour A, Ortholan C, Ginot A, Marcy PY, François E. Sphincter and rectal preservation approaches for early stage distal rectal cancers. Current Colorectal Cancer Reports 2006; 2: Swedish Rectal Cancer Trial. Improve survival with preoperative radiotherapy in resectable rectal cancer. N Engl J Med 1997 ; 336 : Marijnen CA, Nagtegaal ID, Klein Kranenbarg E, Hermans J, van de Velde CJ, Leer JW, et al. No downstaging after short-term preoperative radiotherapy in rectal cancer patients. J Clin Oncol 2001 ; 19 : Conroy T, Bonnetain F, Chapet O, Bouché O, Closon Dejardin M. Preoperative (preop) radiotherapy (RT) + 5FU/folinic acid (FA) in T3,4 rectal cancers : Preliminary results of the FFCD 9203 randomized trial. ASCO, 2004 ; (Report No. : 3626). 63. Bosset JF, Calais G, Mineur T, et al. Preoperative radiation in rectal cancer : effect and timing of additional chemotherapy 5 year results of the EORTC trial. Proc Am Soc Clin Oncol 2005 ; 23 : 247 ; (Abstract). 64. Bujko K, Nowacki MP, Nasierowska-Guttmejer A, Michalski W, Bebenek M, Pudelko M, et al. Sphincter preservation following preoperative radiotherapy for rectal cancer : report of a randomised trial comparing short-term radiotherapy vs. conventionally fractionated radiochemotherapy. Radiother Oncol 2004 ; 72 : Gérard JP, Chapet O, Nemoz C, Hartweig J, Romestaing P, Coquard R, et al. Improved sphincter preservation in low rectal cancer with high-dose preoperative radiotherapy : the Lyon R96-02 randomized trial. J Clin Oncol 2004 ; 22 : Rouanet P, Saint-Aubert B, Lemanski C, Senesse P, Gourgou S, Quenet F, et al. Restorative and nonrestorative surgery for low rectal cancer after high-dose neoadjuvant chemoradiation for rectal cancer : long term oncologic and functional results. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Janjan NA, Khoo VS, Abbruzzese J, Pazdur R, Dubrow R, Cleary KR, et al. Tumor downstaging and sphincter preservation with preoperative chemoradiation in locally advanced rectal cancer : the M. D. Anderson Cancer Center experience. Int J Radiat Oncol Biol Phys 1999 ; 44 : Marijnen CAM, Kapitejn E, Van de Velde CJH, Martijn H, Steup WH, Wiggers T, et al. Acute side effects and complications after shortterm preoperative radiotherapy combined with total mesorectal excision in primary rectal cancer : report of a multicenter randomized trial. J Clin Oncol 2002 ; 20 : Alves A, Panis Y, Mathieu P, Kwiatkrowski F, Slim K, Mantion G. Mortality and morbidity after surgery of mid and low rectal cancer : results of a french prospective multicentric study. Gastroenterol Clin Biol 2005 ; 29 : Panis Y. Cancer infiltrant du rectum traité par radiochimiothérapie «néoadjuvante» : peut-on se passer de la proctectomie? Ann Chir 2006 ; 131 : Bosset JF, Calais G, Mineur L, Maingon P, Radosevic-Jelic L, Daban A, et al. Enhanced tumorocidal effect of chemotherapy with preoperative radiotherapy for rectal cancer : preliminary results-eortc J Clin Oncol 2005 ; 23 : Read TE, Andujar JE, Caushaj PF, Johnston DR, Dietz DW, Myerson RJ, et al. Neoadjuvant therapy for rectal cancer : histologic response of the primary tumor predicts nodal status. Dis Colon Rectum 2004 ; 47 : Schell SR, Zlotecki R, Mendenhall WM, Marsh RW, Vauthey LN, Copeland III EM. Transanal excision of locally advanced rectal cancers downstaged using neoadjuvant chemoradiotherapy. J Am Coll Surg 2002 ; 194 : Hiotis SP, Weber SM, Cohen AM, Minsky BD, Paty PB, Guillem JG, et al. Assessing the predictive value of clinical complete response to neoadjuvant therapy for rectal cancer : an analysis of 488 patients. JAm Coll Surg 2002 ; 194 : Onaitis MW, Noone RB, Fields R, Hurwitz H, Morse M, Jowell P, et al. Complete response to neoadjuvant chemoradiation for rectal cancer does not influence survival. Ann Surg Oncol 2001; 8: Rouanet P, Rivoire M, Lelong B, Rullier E, Vanseymortier L, Lasser M, et al. KBR01 résultats initiaux d une phase III randomisée évaluant la conservation sphinctérienne des cancers du bas rectum initialement amputables. Ann Chir 2005 ; 130 : ; (Abstract). 77. Laurent C, Vendrely V, Smith D, Rullier A, Maire JP, Rullier E. Doit-on toujours enlever le mésorectum après une bonne réponse au traitement néoadjuvant des cancers T3T4 du rectum? Ann Chir 2005 ; 130 : 661 ; (Abstract). 78. Kim CJ, Yeatman TJ, Coppola D, Trotti A, Williams B, Barthel JS, et al. Local excision of T2 and T3 rectal cancers after downstaging chemoradiation. Ann Surg 2001 ; 234 : Bonnen M, Crane C, Vauthey JN, Skibber J, Delclos ME, Rodriguez- Bigas M, et al. Long-term results using local excision after preoperative chemoradiation among selected T3 rectal cancer patients. Int J Radiat Oncol Biol Phys 2004 ; 60 : Habr-Gama A, Perez RO, Nadalin W, et al. Operative versus nonoperative treatment for stage 0 distal rectal cancer following chemoradiation therapy : Long term results. Ann Surg 2004 ; 240 : Lezoche E, Guerrieri M, Paganini AM, Baldarelli M, De Sanctis A, Lezoche G. Long-term results in patients with T2-3 N0 distal rectal cancer undergoing radiotherapy before transanal endoscopic microsurgery. Br J Surg 2005 ; 92 : Kahn H, Alexander A, Rakinic J, Nagle D, Fry R. Preoperative staging of irradiated rectal cancers using rectal examination, computed tomography, endorectal ultrasound, and magnetic resonance imaging does not accurately predict T0,N0 pathology. Dis Colon Rectum 1997 ; 40 : Read TE, Myerson RJ, Fleshman JW, Fry R, Birnbaun EH, Wolz BJ, Kodner IJ. Surgeon specialty is associated with outcome in rectal cancer treatment. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Martlin GA, Cedermark B, Johansson H, Rutqvist LE, Holm T. The surgeon as a prognostic factor after the introduction of total mesorectal excision in the treatment of rectal cancer. Br J Surg 2002 ; 89 :

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter?

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Eric RULLIER Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Connaître les critères carcinologiques de la conservation sphinctérienne Connaître les nouvelles méthodes chirurgicales

Plus en détail

Radiothérapie dans le Cancer du Rectum. Olivier Dubreuil Février 2008

Radiothérapie dans le Cancer du Rectum. Olivier Dubreuil Février 2008 Radiothérapie dans le Cancer du Rectum Olivier Dubreuil Février 2008 Plan Pourquoi? Comment? Quand faire de la radiochimiothérapie? Conclusions Pourquoi faire de la radiothérapie? Diminution des récidives

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE. David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil

DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE. David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil 8 Les tumeurs villeuses du rectum ont un risque de dégénérescence de l ordre de 20% au moment du diagnostic

Plus en détail

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Take home message Le traitement du cancer du rectum évolue vers une approche moins invasive pour lésions débutantes

Plus en détail

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale Institut Curie Cas Clinique Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : A 7 cm de la marge anale 4 cm de hauteur Non circonférentielle Non occlusive Histologie : Adénocarcinome bien

Plus en détail

Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017

Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017 Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017 Epidémiologie Taux d incidence et de mortalité augmentent jusqu

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Radioanatomie du Rectum. Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain

Radioanatomie du Rectum. Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain Radioanatomie du Rectum Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain Apport de l IRM dans le bilan d extension initial locorégional du cancer du rectum Pigneur F., Djabbari M.,

Plus en détail

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour!

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! et n a pas de conflits d intérêt Pr Thierry CONROY Chimiothérapie adjuvante des cancers du rectum : le point de la situation Cancers du

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum

Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum Y. Panis Le syndrome de la «résection antérieure» observé après chirurgie d exérèse du rectum se traduit, sur le plan symptomatique,

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

Cancer colique en France: Pronostic : nouveau cas/an morts/ an

Cancer colique en France: Pronostic : nouveau cas/an morts/ an Cancer colique en France: 38 000 nouveau cas/an 15-16000 morts/ an Pronostic : Fort risque de récidive si: T3 avec envahissement extramural >5 mm, T4, N2. Récidive à 5 ans 71% ( groupe haut risque), 43%

Plus en détail

Place de l IRM dans le bilan d extension initial des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT

Place de l IRM dans le bilan d extension initial des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Place de l IRM dans le bilan d extension initial des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Quand faire une IRM rectale? } Dans tous les cas de tumeurs rectales (sauf si contre indication à une exploration

Plus en détail

Un homme de 62 ans en bon état général présente un adénocarcinome du bas rectum considéré comme opérable d'emblée :

Un homme de 62 ans en bon état général présente un adénocarcinome du bas rectum considéré comme opérable d'emblée : Cas Clinique Un homme de 62 ans en bon état général présente un adénocarcinome du bas rectum considéré comme opérable d'emblée : Pôle inférieur à 2 cm de la jonction rectoanale Mobile Hémicirconférentiel

Plus en détail

Prise en charge d un cancer du rectum avec métastases hépatiques synchrone résécables

Prise en charge d un cancer du rectum avec métastases hépatiques synchrone résécables Prise en charge d un cancer du rectum avec métastases hépatiques synchrone résécables Professeur Christophe PENNA Hôpital de Kremlin Bicêtre Parmi les 10 000 patients chez qui un cancer du rectum est diagnostiqué

Plus en détail

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Regimbeau JM Service de chirurgie digestive et Oncologique CHU Amiens Nord, université de Picardie Amiens

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Cancer de l estomac traitements périopératoire

Cancer de l estomac traitements périopératoire Cancer de l estomac traitements périopératoire P. Michel Unité d oncologie Digestive Service d Hépato-gastroentérologie CHU de Rouen 1. Survie après chirurgie TNM Stade UICC 1997 Cancer 2000 USA Survie

Plus en détail

Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal

Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal Dr Véronique Vendrely Service de Radiothérapie-CHU de Bordeaux Email: veronique.vendrely@chu-bordeaux.fr OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définition histologique

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Traitement adjuvant des cancers du rectum

Traitement adjuvant des cancers du rectum Traitement adjuvant des cancers du rectum Astrid Lièvre, Emmanuel Mitry Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie digestive, hôpital Ambroise Paré, Assistance publique Hôpitaux de Paris, 9 avenue

Plus en détail

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version 0.0.207 Ce document présente les principales interventions chirurgicales sur le côlon et le rectum. Il sert

Plus en détail

BILAN DU CANCER RECTAL. L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive

BILAN DU CANCER RECTAL. L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive BILAN DU CANCER RECTAL L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive ALGER 6-5-2009 THESAURUS NATIONAL DE CANCEROLOGIE DIGESTIVE 2009 (tncd.org) Explorations pré-thérapeutiques : TR : distance, mobilité,

Plus en détail

Imagerie du cancer du rectum avant et après traitement néo-adjuvant Magaly Zappa, CarolineBertin, Léon Maggiori, Yves Panis

Imagerie du cancer du rectum avant et après traitement néo-adjuvant Magaly Zappa, CarolineBertin, Léon Maggiori, Yves Panis Imagerie du cancer du rectum avant et après traitement néo-adjuvant Magaly Zappa, CarolineBertin, Léon Maggiori, Yves Panis Services de Radiologie et de CCR Hôpital Beaujon, Clichy, France. Amiens, 2014

Plus en détail

Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux

Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux 40-70% KC colo-r. Méta Foie seul: 50%. Christian GOUILLAT Lyon France Exérèse chirurgicale. mortalité PO < 5%. survie à 5 ans: m=35%

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Chapitre 3 Cancers de la cavité buccale Généralités Les cancers de la cavité buccale représentent environ 30 % des cancers ORL (REF). Le type histologique le plus fréquent est le carcinome épidermoide

Plus en détail

Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical

Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical Dr. Jean Lubrano, Pr. Bertrand Dousset Service de chirurgie digestive, hépato-biliaire et endocrinienne CHU Cochin Po u rq u o i l e x é

Plus en détail

Chirurgie transanale : pour qui et comment?

Chirurgie transanale : pour qui et comment? Mini-revue Chirurgie transanale : pour qui et comment? Transanal local surgery for rectal tumors Frederic Bretagnol, Yves Panis H^opital Beaujon, p^ole des maladies de l appareil digestif (PMAD), service

Plus en détail

Le rectum est un organe très différent du côlon

Le rectum est un organe très différent du côlon Traitement périopératoire du cancer du rectum : place des traitements néoadjuvant et adjuvant Perioperative rectal cancer treatment: place of neoadjuvant and adjuvant treatments Tarek Boussaha*, Jean-Baptiste

Plus en détail

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Tumeur du canal anal V Servois Institut Curie Paris Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Carcinome du canal anal - généralités - 2% des tumeurs digestives - L incidence est de1.5/100 000 personnes/année

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER DU rectum COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Bases de la radiothérapie: Dr S. Rivera, Pr C. Hennequin Oncologie Radiothérapie Hopital Saint-Louis, Paris

Bases de la radiothérapie: Dr S. Rivera, Pr C. Hennequin Oncologie Radiothérapie Hopital Saint-Louis, Paris Bases de la radiothérapie: l exemple lexemple des cancers du rectum Dr S. Rivera, Pr C. Hennequin Oncologie Radiothérapie Hopital Saint-Louis, Paris La radiothérapie Qu est ce que c est? Comment ça marche?

Plus en détail

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Diane Goéré Département Chirurgie Viscérale diane.goere@gustaveroussy.fr Critères d opérabilité et de résécablité Opérablité : liée au patient : consultation

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose?

Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose? Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose? Glehen olivier Chirurgie Oncologique Hospices Civils de Lyon Centre Hospitalier Lyon Sud Université

Plus en détail

QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE)

QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE) QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE) F.Mekki Faut-il un traitement complémentaire à la chirurgie? o Le taux de rechutes locales

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Les objectifs d un traitement optimal en 2013

Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Pr L.Bresler Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Minimiser le taux de récidives loco-régionales (RLR) Augmenter la survie sans récidive et la survie globale Diminuer la morbi-mortalité de la

Plus en détail

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 %

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Adénocarcinome du rectum: prise en charge Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Séminaire de formation IRFC/Oncolie Christophe

Plus en détail

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie, vascularisation et drainage lymphatique du recto-colon Anatomie du pelvis Adénome du colon Anatomo-pathologie

Plus en détail

Cancer du rectum ÉPIDÉMIOLOGIE. Facteurs de risque et affections prédisposantes. C. Penna

Cancer du rectum ÉPIDÉMIOLOGIE. Facteurs de risque et affections prédisposantes. C. Penna Cancer du rectum C. Penna Le cancer du rectum est, en France, un des cancers les plus fréquents en incidence et en mortalité. Le diagnostic repose sur le toucher rectal et la rectoscopie avec biopsies.

Plus en détail

Radiothérapie des cancers rectaux : Past, Present & Futur! Pr J.F. BOSSET Oncologie Radiothérapie Franche-Comté

Radiothérapie des cancers rectaux : Past, Present & Futur! Pr J.F. BOSSET Oncologie Radiothérapie Franche-Comté Radiothérapie des cancers rectaux : Past, Present & Futur! Pr J.F. BOSSET Oncologie Radiothérapie Franche-Comté 1980s = 5 year patterns of failure % Conventional surgery LR = 27 DM = 29 From Galandiuk

Plus en détail

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Spécificité de la chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Chirurgie colorectale du sujet âgé Faut-il opérer? Espérance de vie Risque de la chirurgie Balance bénéfice risque Quel type de chirurgie réaliser?

Plus en détail

Cancer du rectum Indications et volumes cibles

Cancer du rectum Indications et volumes cibles Cancer du rectum Indications et volumes cibles Laurent Quéro 10ème Printemps Déclaration d intérêts Aucun conflit d intérêt à déclarer Le cancer du rectum dans les années 1980 Récidives locales après chirurgie

Plus en détail

Critères de résécabilité des métastases hépatiques d origine colorectale

Critères de résécabilité des métastases hépatiques d origine colorectale Critères de résécabilité des métastases hépatiques d origine colorectale Cours intensif FFCD Prodige Orléans Octobre 2008 Dr Benchellal Service de Chirurgie Digestive CHU Tours Épidémiologie des MHCCR

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale

Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale Pr Frank ZERBIB Hôpital Saint-André Bordeaux Liens d intérêts Coloplast Medtronic Le cancer du rectum Le syndrome de résection rectale Augmentation

Plus en détail

Réunion du CORP 25 sept 2014

Réunion du CORP 25 sept 2014 Réunion du CORP 25 sept 2014 Prise en charge chirurgicale des métastases pulmonaires Dr Ludovic Fournel Pr Jean-François Regnard Hôpital Cochin Paris Généralités Résections pulmonaires pour métastases

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Dr Frédéric Meaux Jeudi 12 Avril 2012 Clinique Ambroise Paré Beuvry Rappel épidémiologique : En France, le cancer colo-rectal: 36.000 nouveaux

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires L.Debbah, H.Djedi CAC Annaba CIC Alger le 11/03/2017 Introduction Pathologie rare: -< 1% de tout les cancers dans le monde -

Plus en détail

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires B. Salicru, P. Croisille Grenoble Objectifs de l étude 1. Déterminer si l IRM apprécie correctement la taille des cancers

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU PANCRÉAS. Principes généraux

RTC 3D CANCER DU PANCRÉAS. Principes généraux RTC 3D CANCER DU PANCRÉAS Principes généraux Classification T1 : T. limitée au pancréas 2 cm T2 : T. limitée au pancréas > 2 cm IA T1 N0 M0 T3 : T. étendue hors du pancréas mais sans envahissement de l

Plus en détail

DESESCALADE THERAPEUTIQUE POUR LES CCIS JUSQU OU PEUT-ON ALLER?

DESESCALADE THERAPEUTIQUE POUR LES CCIS JUSQU OU PEUT-ON ALLER? DESESCALADE THERAPEUTIQUE POUR LES CCIS JUSQU OU PEUT-ON ALLER? Bruno Cutuli Institut du Cancer Courlancy, Reims FORUM PROGRAMME DE DEPISTAGE 38èmes Journées de la SFSPM 16 Novembre 2016 RAPPELS (1) ~

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

et place de la radio embolisation

et place de la radio embolisation La place de la radio embolisation dans le traitement des cancers primitifs du foie et des métastases hépatiques au CHU UCL Namur en 2017 Traitement des métastases hépatiques: données cliniques, évidences

Plus en détail

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables?

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? Symposium International de Cancérologie Digestive SAHGE-FFCD 12 Décembre 2010 Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? K. Bentabak, A. Graba Service de Chirurgie Oncologique

Plus en détail

Chirurgie de clôture après radiochimiothérapie. avancé du col utérin «pour»

Chirurgie de clôture après radiochimiothérapie. avancé du col utérin «pour» Chirurgie de clôture après radiochimiothérapie pour cancer localement avancé du col utérin «pour» Dr P.E Colombo ICM - Montpellier SFCO 22/05/2015 Chirurgie de clôture après radiochimiothérapie pour cancer

Plus en détail

Chirurgie du cancer du sein en 2015

Chirurgie du cancer du sein en 2015 Chirurgie du cancer du sein en 2015 Dr Catherine Riera Coordinatrice clinique du sein I.S.P.P.C. Service Gynécologie- obstétrique 02/10/2015 Première description de mastectomie, Johannes Scultetus Armentarium

Plus en détail

Chimiothérapie néo adjuvante et radiothérapie préopératoire des carcinomes mammaires suivies de reconstruction immédiate

Chimiothérapie néo adjuvante et radiothérapie préopératoire des carcinomes mammaires suivies de reconstruction immédiate Chimiothérapie néo adjuvante et radiothérapie préopératoire des carcinomes mammaires suivies de reconstruction immédiate Contre Pr Roman Rouzier Institut Curie Recommandations d experts publiées en 2010

Plus en détail

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Facteurs de risque de fistule et de mortalité de la chirurgie colique Alain Valverde Clinique de chirurgie viscérale Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Quels sont les risques de la sigmoïdectomie

Plus en détail

Cancer colo-rectal: quoi de neuf?

Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Cancer colique ou rectal: des différences d approche Dépistage, diagnostic et bilan d extension du cancer colique: TDM Bilan d extension

Plus en détail

Cancer bronchique localisé opérable A. DÉNIEL, S. THUREAU.

Cancer bronchique localisé opérable A. DÉNIEL, S. THUREAU. Cancer bronchique localisé opérable CAS CLINIQUE A. DÉNIEL, S. THUREAU. Anamnèse. Mr FC Patient de 63 ans, ATCD de tabagisme actif (50 PA) Anamnèse : - Février 2014 douleur thoracique - Radiographie thoracique

Plus en détail

Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT

Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT Dr Jean-François LE BRUN Chirurgien 13 mai Journée Laurence LEROYER, 9e édition - Granville

Plus en détail

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O.Benhadid, A.Chetouane, A.Ourabah, C. younsi, Z. Imessaoudene Clinique chirurgicale A CHU

Plus en détail

Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical

Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical S. Benoist Service de Chirurgie Digestive et Oncologique CHU Bicêtre Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt à déclarer

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

La méta-analyse en oncologie

La méta-analyse en oncologie La méta-analyse en oncologie Emmanuelle Paris Staff santé publique 25 janvier 2012 Introduction 1904 (Pearson) : Manque de puissance des échantillons de petite taille 1955 : Méta-analyse (MA) sur traitement

Plus en détail

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Diminuer le taux de ré interventions dans la chirurgie conservatrice du cancer du sein : un challenge Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Introduction Le taux de ré interventions

Plus en détail

LE SCANNER MULTIBARETTES PEUT-IL ETRE L EXAMEN UNIQUE POUR FAIRE LE BILAN D EXTENSION DU CANCER COLORECTAL

LE SCANNER MULTIBARETTES PEUT-IL ETRE L EXAMEN UNIQUE POUR FAIRE LE BILAN D EXTENSION DU CANCER COLORECTAL LE SCANNER MULTIBARETTES PEUT-IL ETRE L EXAMEN UNIQUE POUR FAIRE LE BILAN D EXTENSION DU CANCER COLORECTAL Alain LUCIANI, Marie-Christine ANGLADE, Mohamed BOUANANE, Benhalima ZEGAI, Hicham KOBEITER, Caroline

Plus en détail

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante M.OUKKAL, K. BOUZID Service d Oncologie Médicale EHS CPMC Alger Symposium International de Cancérologie Digestive Alger

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements?

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Pr. Eric F. LARTIGAU Centre Oscar Lambret & Université Lille II Lederman «The early history of radiotherapy 1895-1931» IJROBP 1981 Premiers essais du traitement

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Nom : Nom de jeune fille : Code postal domicile : Prénom : Né(e) le : / / Code postal commune de naissance : Nom établissement

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM

LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM Le colon et le rectum peuvent être le siège de tumeurs et d inflammations qui nécessitent un geste chirurgical. Ce type d opération s accompagne d une paralysie de l

Plus en détail

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Franck Bonnetain Fédération Francophone de Cancérologie Digestive & CGFL Contact : fbonnetain@cgfl.fr Journées scientifiques FFCD, Paris le 15 janvier

Plus en détail

Traitement du cancer des voies biliaires. Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007

Traitement du cancer des voies biliaires. Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007 Traitement du cancer des voies biliaires Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007 Traitement chirurgical = seul traitement à visée curative Classification de Thomkins Classification de Bismuth et Corlette pour

Plus en détail

Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal. DES hépato-gastro 14/11/2009 S.

Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal. DES hépato-gastro 14/11/2009 S. Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal DES hépato-gastro 14/11/2009 S. Pernot Traitement adjuvant du cancer colique Stade (AJCC 6 th ) Survie

Plus en détail

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis Carcinomes intracanalaires du sein : l expérience de Saint Louis S. Frank, C. Cuvier 21 septembre 2012 Généralités sur les CCIS Epidémiologie : Diagnostic rare avant 1980 ; actuellement 15.4% des cancers

Plus en détail

Hypopharynx. Hypopharynx. Description de la localisation étudiée. Incidence. Population d étude. Remarque

Hypopharynx. Hypopharynx. Description de la localisation étudiée. Incidence. Population d étude. Remarque Auteurs : M. Velten, B. Lapôtre-Ledoux Description de la localisation étudiée Topographie CIM-O-3 C12.9 et C13.0 à C13.9 Correspondance en CIM-O-2 C12.9 et C13.0 à C13.9 Correspondance en CIM-O-1 148.0

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Faut-il intensifier la prise en charge néoadjuvante des cancers du rectum localement

Faut-il intensifier la prise en charge néoadjuvante des cancers du rectum localement Mini-revue Faut-il intensifier la prise en charge néoadjuvante des cancers du rectum localement avancés? doi: 10.1684/hpg.2014.1031 Induction chemotherapy in locally advanced rectal cancer: a new paradigm?

Plus en détail