La problématique. Séquences fonctionnelles. Illustration. 1. Production des alignements. BIF7001 (Hiver 2005)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La problématique. Séquences fonctionnelles. Illustration. 1. Production des alignements. BIF7001 (Hiver 2005)"

Transcription

1 La problématique Étant donnée un enemble de LONGUES équence d DN (pluieur million de bae conécutive ur un même chromoome chez PLUSIEURS epèce, alignée Séquence fonctionnelle BIF7001 (Hiver 2005 repérer le egment uffiamment conervé pour indiquer une poible preion fonctionnelle ur ce egment : MCS (multipecie conerved equence Problème : aligner de long egment d DN meurer la conervation d un egment déterminer la iginicativité d une meure de conervation 1. Production de alignement Illutration Séquence de l humain et 11 autre vertébré. 2 primate (chimpanzé, babouin, 2 carnivore (chat, chien, 2 artiodactyl (vache, cochon, 2 roongeur (ouri, rat, 1 oieau (poulet, 2 poion (fugu, tetraodon lignement de région orthologue à une région de 1.8-Mb chromoome 7q31 du génome humain (contenant un gène impliqué dan la fibroae cytique. Margulie et al. Genome Reearch 13: , lignement de chacune de 11 équence nonhumaine avec la équence humaine (équence de référence avec BlatZ. Combinaion de ce 11 alignement en un eul MP (Multi-Pairwie lignment en upprimant le gap du génome humain. Validation : 99% de motif détecté par FootPrinter ont correctement aligné. nnotation et uppreion avec Repeat-maker de ncetral Repeat (relique de tranpoon Réultat : un alignement multiple de 12 équence.

2 2. nalye de la conervation d une poition 1. Étant donnée une poition de cet alignement (bae du génome humain, lui aocier une valeur numérique meurant a conervation dan l alignement de 12 équence. Deux méthode : nalytique ( binomial method Combinatoire ( parimony method 2. Etimer la ignificativité de ce core : Prendre en compte l échantillonage taxonomique, qui doit être uffiamment diperé pour permettre de ditinguer la conervation due à une preion fonctionnelle. Comparer à un taux d évolution neutre Bae : une fenêtre de taille 25 parcourt chacune de 11 équence non humaine alignée. CGGCTG CTGCTGGGT CGCTGG CTGCTGGGT Pour la équence ( allant de 1 à 11 : N nombre de bae alignée avec une bae de l humain dan la fenêtre K nombre de bae matchant la bae de la équence humaine K/N = core de conervation aocié à cette fenêtre. p probabilité de ubtitution elon un modèle neutre pour l epèce (modèle non encore défini: probabilité, i on prend une bae non fonctionnelle (ayant donc évolué elon le modèle neutre que l on oberve la même bae C( probabilité cumulée (binomiale d oberver au moin K match dan un alignement de N bae : N ' N $ k( N! C( = (% " p k 1! p k = K& k # On dipoe donc, pour la fenêtre courante de C(, à avoir la probabilité d oberver au moin K match dan un alignement de N bae. On définit un core aocié à l epèce en fonction de C( : $ 0 if! = #% log( C(! " log(1 % C( N = 0 if K & p N otherwie Pour obtenir le core aocié à la fenêtre courante, on le pondère elon la tructure groière de l arbre de phylogénie de 12 epèce prie en compte S Bin ( i = chicken 1/ 5 ( 0.5 ( ( fugu chimpanzee + + tetraodon baboon Score > 0 = région plu conervée qu attendu elon un modèle neutre Score < 0 = région moin conervée qu attendu elon un modèle neutre Le équence conervée avec de epèce divergente (plu fort taux de ubtitution neutre ont un core plu élevé ( dog + cat ( cow + pig Score aocié à une bae du génome humain : maximum de 25 core de 25 fenêtre qui ont couvert cette bae. Choix d un euil indiquant qu une bae et uffiamment conervée pour uggérer une preion fonctionnelle : baé ur l obervation qu à peu prè 5% du génome humain et fonctionnel. Modèle neutre : analye de troiième nucléotide de codon indépendant de leur 3ème bae.

3 lgorithme 2 : parcimonie Principe : 1. Pour une bae i, P(i, et défini comme le nombre minimum de ubtitution néceaire le long de branche de l arbre phylogénétique de 12 epèce 2. Remarque. C et le problème claique d étiquetage parcimonieux d un arbre phylogénétique vu en début de eion. C 2 mutation C (humain C (chimp. G (ouri (chat (chien 3. Une P-value et aociée à cette valeur P(i meurant la urprie d oberver un tel core de parcimonie dan un modèle neutre. lgorithme 2 : parimonie Modèle neutre d évolution : 1. On connaît l arbre phylogénétique et la longueur de e branche. 2. On choiit un modèle probabilite d évolution : ici le modèle HKY (Haegawa, Kaami, Young - vu en cour dan le chapitre ur le méthode de maximum de vraiemblance en phylogénie - couplé à la ditribution! de nucléotide donnée par l alignement. 3. On imule l évolution d une bae elon ce modèle (arbre+hky et on note, pour un ommet u de l arbre, Z(u, la variable aléatoire repréentant le core de parimonie pour le ou-arbre de racine u. 4. Pr[Z(r! P(] et alor la probabilité que le core de parcimonie obervé et moin bon que celui généré par le modèle neutre. Calcul de cette probabilité : programmation dynamique. Une probabilité faible indique une preion fonctionnelle. lgorithme 2 : parimonie Interection. Score final aocié à une bae i baé ur le 24 bae voiine: SPar ( i = "! log( Pr[ Z( r # P( ] = i" 12.. i+ 12 Score baé ur un arbre phylogénétique complet (différent de la méthode binomiale. Pa de équence de référence (autre différence importante. Finalement, une bae du génome humain et conidérée comme appartenant à une MCS i elle et au-deu de euil choii pour le deux méthode. Cela donne : bae eulement binomiale bae eulement parcimonieue bae binomiale et parcimonieue

4 Survol de réultat. Survol de réultat. Survol de réultat. Survol de réultat.

5 Survol de réultat. Quelque remarque : 1. Unicité de MCS : 99.6% n ont aucun autre match dan le génome humain MCS peuvent e replier en une tructure econdaire ignificative, dont 12 dan de UTR et 28 à au plu 2kb de équence trancrite (épiage 3. Le équence du chimpanzé et du inge ne ont d aucune utilité pour la détection de MCS et aucune epèce n et uffiante pour détecter tou le MCS. Concluion. L analye de la conervation de équence d ND et un outil fondamental dan la compréhenion de environ 4% du génome humain qui ont ou preion fonctionnelle an être de gène codant. Le méthode exitante ont baée ur troi apect : 1. Obtention d alignement long fiable (MultiPipmaker, MUVE, MultiLagan, MVID 2. Meure de la conervation prenant en compte la phylogénie 3. Définition d un modèle neutre d évolution utre méthode : phylo-hmm, CSTMiner, Information centrale dan le brower du type VIST, UCSC, Enembl,

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

Mots Clés : pluie de projet, assainissement pluvial, courbes I.D.F, hydrogramme de ruissellement, Annaba.

Mots Clés : pluie de projet, assainissement pluvial, courbes I.D.F, hydrogramme de ruissellement, Annaba. Revue cientifique emetrielle et technique------le Journal de l Eau et de l Environnement 30 CONTRIBUTION A L ETUDE DU DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT PLUVIAL : LES METHODES DES HYDROGRAMMES

Plus en détail

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE En analye chimique comme dan beaucoup d autre cience, le méthode tatitique ont incontournable. Le tracé de chaque droite d étalonnage en contitue une application de tou

Plus en détail

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones Chapitre 9 Synthèe de ytème équentiel ynchrone Ce chapitre et conacré à la préentation de la méthode d'huffman-mealy pour la ynthèe de ytème équentiel ynchrone. Cette méthode permet de paer du cahier de

Plus en détail

Analyse de textures en traitement d images

Analyse de textures en traitement d images Analye de texture Analye de texture en traitement d image Iabelle Claude Analye de texture Sommaire Introduction 3 Définition de la texture 3 3 Le approche tructurelle (macrotexture) 7 4 Caractériation

Plus en détail

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires mathématique - S3 probabilité et tatitique : corrigé département Meure Phyique - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilité élémentaire 1. Le reponable de l entretien d un immeuble doit remplacer deux

Plus en détail

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE MODULE 1 Lecture d image; Viualiation d image TÉLÉDÉTECTION Françoi Cavaya GEO2522 NUMÉRIQUE LECTURE ET VISULALISATION DES IMAGES 1. Lecture de fichier image Depui pluieur année maintenant le fournieur

Plus en détail

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome Commande par mode de gliement pour robot mobile autonome Par Stanilaw TARASIEWICZ Profeeur Titulaire à l Univerité Laval Reponable du Laboratoire d Automatique Complexe et de Mécatronique (LACM) Stanilaw.Taraiewicz@gmc.ulaval.ca

Plus en détail

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7 BACCALAUREAT BLANC Février 04 - Lycée de la côtière- La Boie MATHEMATIQUES SERIE S - obligatoire Durée : 4 heure Coefficient 7 Le calculatrice électronique de poche ont autoriée conformément à la légilation

Plus en détail

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec rigeage dual et rigeage avec dérive externe rigeage dual Il et intéreant de reormuler le rigeage ou une orme diérente que l on appelle rigeage dual. Conidéron le ytème de rigeage habituel ou orme matricielle

Plus en détail

C orrigé Panorama 4. 4) Les segments de droite tracés pour relier les sommets homologues sont parallèles et isométriques.

C orrigé Panorama 4. 4) Les segments de droite tracés pour relier les sommets homologues sont parallèles et isométriques. C orrigé Panorama 4 1. La rotation 1) La rotation, déignée par le ymbole r et une tranformation géométrique qui aocie une figure image iométrique à une figure initiale elon un centre, un angle et un en

Plus en détail

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton armé 1 Chapitre 4. Comportement du béton en flexion imple 4.1 Convention/notation Signe : + compreion - traction Notation : voir tableau Unité : 1 MegaPacal = 10 6 Pacal

Plus en détail

Introduction à la comparaison de séquences

Introduction à la comparaison de séquences Introduction à la comparaison de séquences - Université de Lille 1-2 eme Semestre Pourquoi comparer des séquences Recherche de similarités. Déterminer si des séquences sont homologues. Rechercher les exons/introns....

Plus en détail

ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016

ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016 ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016 Un Génome est l ensemble de l information héréditaire d un organisme, présente en totalité dans chaque cellule. Caractéristiques des génomes procaryotes: Chromosome

Plus en détail

Introduction à l annotation de séquences

Introduction à l annotation de séquences Introduction à l annotation de séquences - Université de Lille 1-2 eme Semestre But de l annotation de séquences Les séquences nucléiques : Détecter la présence de gènes Trouver la structure des gènes

Plus en détail

Recherche de motifs dans les arbres phylogénétiques

Recherche de motifs dans les arbres phylogénétiques Séminaire du club génome Octobre 2002 Recherche de motifs dans les arbres phylogénétiques Jean-François ufayard Sous la direction de Laurent uret, Guy Perrière et François Rechenmann UMR 5558 Biométrie,

Plus en détail

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement.

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement. 48 III LES TESTS D EGALITE. Comparaion 'un paramètre e poition à une valeur fixe a) But u tet On veut comparer un paramètre e poition, généralement une moyenne e n meure à une valeur fixe M. Cette valeur

Plus en détail

Méthodes comparatives. I - Y-a-t il de l information phylogénétique dans un caractère? I - A/ Information phylogénétique sur un caractère discret

Méthodes comparatives. I - Y-a-t il de l information phylogénétique dans un caractère? I - A/ Information phylogénétique sur un caractère discret Méthodes comparatives Y-a-t il de l information phylogénétique dans un caractère? Etude de la corrélation de caractères Marc Girondot, Université Paris Sud I - Y-a-t il de l information phylogénétique

Plus en détail

Configuration électronique et propriétés des atomes

Configuration électronique et propriétés des atomes ATOMES ET MOLÉCULES chapitre 2 Configuration électronique et propriété de atome Le but de ce chapitre et de caractérier le différent électron dan un atome, de connaître leur énergie, et d en déduire divere

Plus en détail

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif SETIT 007 4 th International Conference: Science of Electronic, Technologie of Information and Telecommunication March 5-9, 007 TUNISIA Extraction de route à partir d image LANDSAT ETM+ par contour actif

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Table de matière Objectif évaluateur... 2 1. Définition... 3 1.1. Seuil de rentabilité ou chiffre d affaire au point mort... 3 1.2. Marge

Plus en détail

éléments répétés gènes des ARN stables (ARNr, ARNt) gènes protéiques Nb de gènes, taille du génome et complexité pseudogènes régions régulatrices

éléments répétés gènes des ARN stables (ARNr, ARNt) gènes protéiques Nb de gènes, taille du génome et complexité pseudogènes régions régulatrices Plan 3. Annotation des génomes a) Annotation structurale : localisation des éléments génétiques éléments répétés gènes des ARN stables (ARNr, ARNt) gènes protéiques Nb de gènes, taille du génome et complexité

Plus en détail

UNIVERSITÉ MOHAMMED V AGDAL FACULTÉ DES SCIENCES Rabat THÈSE DE DOCTORAT. Présentée par. IDBRAIM Soufiane

UNIVERSITÉ MOHAMMED V AGDAL FACULTÉ DES SCIENCES Rabat THÈSE DE DOCTORAT. Présentée par. IDBRAIM Soufiane UNIVERSITÉ MOHAMMED V AGDAL FACULTÉ DES SCIENCES Rabat N d ordre : 2458 THÈSE DE DOCTORAT Préentée par IDBRAIM Soufiane Dicipline : Science de l ingénieur Spécialité : Informatique & Télécommunication

Plus en détail

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité SYPOSIU DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 4) : EF-EPF-GE 04, 8-0 JUILLET 04, ENS CACHAN, FRANCE Paramètre clé pour la conception d une machine pentaphaée à aimant à double polarité Huein ZAHR,, Franck SCUILLER,

Plus en détail

Génétique des Populations Génétique Humaine

Génétique des Populations Génétique Humaine Génétique des Populations Génétique Humaine Polymorphisme Coalescence Tests de Neutralité S. Mousset Biométrie et Biologie Évolutive, UMR5558, Lyon I Bioinformatique et Génomique Évolutive 29 avril 2010

Plus en détail

Les codes convolutifs

Les codes convolutifs Codae de canal et turbo-code 3// / Le code convolutif Table de matière Table de matière... Table de fiure.... Introduction.... Structure de code convolutif..... Code convolutif de rendement /n..... Code

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Capitre : a mécaniue ondulatoire Eercice E. On peut aocier le epreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l epreion p m. Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Démonstration 7-8. La Phylogénie

Démonstration 7-8. La Phylogénie Le Mars 003-03- Démonstration 7-8 La Phylogénie. L horloge Moléculaire. Méthodes de construction 3. Récapitulatif. L horloge moléculaire La phylogénie consiste à comparer des gènes ayant un taux de mutation

Plus en détail

Les isométries du plan

Les isométries du plan Chapitre 8 Le iométrie u plan 1. Symétrie orthogonale (ou ymétrie axiale) Définition. Etant onné une roite u plan, la ymétrie orthogonale axe et la tranformation u plan notée, qui aocie à tout point M

Plus en détail

Exercice «Evolution des gènes de la famille du NPY»

Exercice «Evolution des gènes de la famille du NPY» Stabilité, variabilité des génomes et évolution Niveau Terminale S Exercice «Evolution des gènes de la famille du NPY» Par Hervé Tostivint Professeur au MNHN, Paris Evolution des Régulations Endocriniennes

Plus en détail

MB6. Statistiques descriptives Estimation ponctuelle Estimation par intervalle de confiance. Objectifs pédagogiques

MB6. Statistiques descriptives Estimation ponctuelle Estimation par intervalle de confiance. Objectifs pédagogiques MB6 Statitique decriptive Etimation nctuelle Etimation par intervalle de confiance MB6 - - - UFR médecine Montpellier-îme Objectif pédagogique Donner la définition d'une variable aléatoire Reconnaître

Plus en détail

PROBABILITES 2 : Répétition d'expériences identiques et indépendantes.

PROBABILITES 2 : Répétition d'expériences identiques et indépendantes. PROBABILITES 2 : Répétition d'expériences identiques et indépendantes. 1) Représentation par un arbre d'une répétition d'expériences identiques et indépendantes Dans le cas d'une répétition d'expériences

Plus en détail

Alignement Multiple de séquences

Alignement Multiple de séquences Alignement Multiple de séquences Introduction Alignement multiple = Alignement simultané de plusieurs séquences (Nt ou Prot) Outil essentiel pour : Signatures protéiques Homologie avec une famille de protéines

Plus en détail

Activité 1 Un devoir de Mathématiques est sous forme de QCM de 20 questions indépendantes les unes des

Activité 1 Un devoir de Mathématiques est sous forme de QCM de 20 questions indépendantes les unes des Activité 1 Un devoir de Mathématiques est sous forme de QCM de 20 questions indépendantes les unes des autres. Chaque question propose quatre propositions dont une seule correcte. Un étudiant n ayant pas

Plus en détail

Mise en situation et recherche à mener

Mise en situation et recherche à mener Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener Les liens de parenté au sein des grands primates (Homme, Gibbon, Gorille, Chimpanzé, Orang-outan) ont longtemps été discutés par la communauté

Plus en détail

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine ynchrone autopilotée. NOGAREDE, D. HARRIEY, Y. LEFEVRE, F. PIGACHE ertrand.nogarede@laplace.univ-tle.fr INPT/ENEEIHT, 2 rue Camichel,

Plus en détail

L impact sur l emploi du projet 2XL

L impact sur l emploi du projet 2XL Part de marché du Port de Mareille-Fo en 2010 an Fo 2XL avec Fo 2XL L impact ur l emploi du projet 2XL Tout grand projet et porteur d'emploi dan le bain où il doit 'implanter. Fo 2XL n'échappe pa à cette

Plus en détail

Visualisation à l ordinateur des tensions d un convertisseur analogique-numérique et d un convertisseur numérique-analogique

Visualisation à l ordinateur des tensions d un convertisseur analogique-numérique et d un convertisseur numérique-analogique BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1445 Viualiation à l ordinateur de tenion d un convertieur analogique-numérique et d un convertieur numérique-analogique par Deni GAUTHIER Lycée Bernard Paliy - 47000

Plus en détail

Initiation à la phylogénie moléculaire. Jean-François Dufayard Équipe "Intégration des Données"

Initiation à la phylogénie moléculaire. Jean-François Dufayard Équipe Intégration des Données Initiation à la phylogénie moléculaire Jean-François Dufayard Équipe "Intégration des Données" Famille de gènes? Ou "Il était une fois la phylogénie"...?? Il était une fois la phylogénie Histoire évolutive

Plus en détail

Arbre des suffixes. Recherche de motifs

Arbre des suffixes. Recherche de motifs rbre des suffixes et Recherche de motifs rbre des suffixes Structure de données qui permet de représenter exactement tous les facteurs d un texte Une feuille de l arbre = un suffixe du mot un facteur =

Plus en détail

Prédiction des gènes chez les procaryotes.

Prédiction des gènes chez les procaryotes. Prédiction des gènes chez les procaryotes Hélène OUZE touzet@lifl.fr Deux approches 1. prédiction par similarité ES BLSN BLSX traduction suivant les 6 cadres de lecture 2. prédiction de novo, ou ab initio

Plus en détail

Introduction à la phylogénie*

Introduction à la phylogénie* Introduction à la phylogénie* Tree of Life web project: http://tolweb.org/tree/phylogeny.html * Notes basées en partie sur les notes de cours de Nadia El-Mabrouk * * * 1. Théorie de l évolution 2. Arbres

Plus en détail

Alignements de séquences

Alignements de séquences de séquences Problématique Matrices de points Distance d édition + calcul d un alignement optimal Qu est-ce qu une distance Méthode naïve: énumération de tous les alignements possibles Programmation dynamique

Plus en détail

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS CHAITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS Le ytème peuvent préenter une préciion inuffiante, de l intabilité, un temp de répone trop lent, un dépaement trop important, de vibration, une grande enibilité

Plus en détail

Opérations sur les variables numériques en Java

Opérations sur les variables numériques en Java Activité : Club Informatique Site reource : Gecif.net Opération ur le variable numérique en Java I Le opération de bae ur le variable numérique Opération Symbole dan un programme Java omme + différence

Plus en détail

8. Tenue à la mer des talus en enrochements

8. Tenue à la mer des talus en enrochements 8. Tenue à la mer de talu en enrochement 8.1. Introduction Le talu en enrochement prennent une place de plu en plu importante dan la contruction de ouvrage maritime défenif. Cela tient à pluieur raion

Plus en détail

Assurance de responsabilité et aléa moral dans les régimes de responsabilité objective et pour faute

Assurance de responsabilité et aléa moral dans les régimes de responsabilité objective et pour faute Centre de recherche ur l emploi et le fluctuation économique (CREFÉ) Center for Reearch on Economic Fluctuation and Employment (CREFE) Univerité du Québec à Montréal Cahier de recherche/working Paper No.

Plus en détail

Dans le groupe des primates, on précisera la place de l Homme parmi les Hominoïdes.

Dans le groupe des primates, on précisera la place de l Homme parmi les Hominoïdes. TP15- LES RELATIONS DE PARENTE ENTRE L HOMME ET LES PRIMATES Mise en situation et recherche à mener l Homme (Homo sapiens) a une histoire évolutive qui s inscrit dans celle plus large des Primates. l Homme

Plus en détail

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité 1 UV Cour 4 Sytème linéaire aervi : analye de la tabilité ASI 3 Contenu! Introduction " Élément d'une tructure d'aerviement! Sytème en boucle fermée "Fonction de tranfert en boucle ouverte notion de chaîne

Plus en détail

Circuit court vs Circuit long

Circuit court vs Circuit long Circuit court v Circuit long Une autre voie et poible, Mattthieu Liaigre Un circuit court et un circuit de ditribution impliquant 0 ou 1 intermédiaire. C et donc avant tout une proximité relationnelle

Plus en détail

Rendre le travail sous forme d un document word ou autre traitement de texte avec saisies écrans justificatives.

Rendre le travail sous forme d un document word ou autre traitement de texte avec saisies écrans justificatives. Corrigé des activités «Alignement de séquences» ACTIVITE 1 : BLAST et la Bête du Gévaudan... : Rendre le travail sous forme d un document word ou autre traitement de texte avec saisies écrans justificatives.

Plus en détail

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés Univerité Deni Diderot Pari 7 Martingale onentielle Rappelon le cadre de l exercice, et on objectif. Dan la uite, B t ) t déigne un mouvement brownien relativement à une filtration F t ) t. Par ailleur,

Plus en détail

Master 1 IUP Génomique et Protéomique Examen de GP4 - Bioinformatique

Master 1 IUP Génomique et Protéomique Examen de GP4 - Bioinformatique Master 1 IUP Génomique et Protéomique Examen de GP4 - Bioinformatique Exercice 1 : banques de données. Durée de l épreuve : 2h Documents autorisés Q1) Le schéma ci-dessous représente le nombre d articles

Plus en détail

Sommaire. Prérequis. Probabilités conditionnelles

Sommaire. Prérequis. Probabilités conditionnelles Probabilités conditionnelles Stéphane PASQUET, 22 mars 2015 C Sommaire Probabilités conditionnelles.................................. 2 Probabilité d une intersection................................. 2

Plus en détail

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé.

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé. Le redreeur Nou avon vu que, la plupart du temp, l'énergie électrique était fournie par le réeau, et donc par l'intermédiaire d'une tenion inuoïdale. Or, dan de nombreue application (une bonne partie de

Plus en détail

Liaison 3ème seconde

Liaison 3ème seconde Liaison 3ème seconde Thème de travail: l'apprentissage en classe de troisième et en classe de seconde des capacités de la démarche scientifique: - saisir et organiser de l'information issue de plusieurs

Plus en détail

Printed in Germany Postfach D Regensburg Téléphone: Téléfax: Télex: 65881

Printed in Germany Postfach D Regensburg Téléphone: Téléfax: Télex: 65881 BA B03/02 fr - 1197/500 Machinenfabrik Reinhauen GmbH Printed in Germany Potfach 12 03 60 D-93025 Regenburg Téléphone: +49 9 41 40 90-0 Téléfax: +49 9 41 40 90-1 11 Télex: 65881 REGULATEUR DE TENSION ELECTRONIQUE

Plus en détail

Exemple. Identification et contrôle de force d un robot KUKA KR-210. GPA-783 Asservissement numérique en temps réel. Robot Kuka KR-210 et Gantry

Exemple. Identification et contrôle de force d un robot KUKA KR-210. GPA-783 Asservissement numérique en temps réel. Robot Kuka KR-210 et Gantry Exemple Identification et contrôle de force d un robot KUKA KR-21 Robot Kuka KR-21 et Gantry Gantry Robot KUKA KR-21 Controller KUKA Capteur de Force ATI DELTA Outil 1 Principe du contrôle de force Module

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

Algorithmes sur les arbres et les graphes en bioinformatique

Algorithmes sur les arbres et les graphes en bioinformatique M2 - IAD Algorithmes sur les arbres et les graphes en bioinformatique Reconstruction des arbres phylogénétiques Quelles sont les relations génétiques entre espèces? Idée : comparer des caractères spécifiques

Plus en détail

La phénétique est l étude des relations entre un groupe d organisme basée sur leur degré de similarité

La phénétique est l étude des relations entre un groupe d organisme basée sur leur degré de similarité La phénétique est l étude des relations entre un groupe d organisme basée sur leur degré de similarité La similarité peut être moléculaire, phénotypique, anatomique, comportementale Un arbre exprimant

Plus en détail

Statistiques de Base. Chapitre 5. Statistique descriptive

Statistiques de Base. Chapitre 5. Statistique descriptive Statistiques de Base Chapitre 5. Statistique descriptive Introduction La statistique est une méthode scientifique qui consiste à réunir des données chiffrées sur des ensembles nombreux, puis à analyser,

Plus en détail

probabilité expérience 1 expérience 2 expérience 3 «je lance un dé non truqué» On regarde ensuite le nombre de points sur la face supérieure

probabilité expérience 1 expérience 2 expérience 3 «je lance un dé non truqué» On regarde ensuite le nombre de points sur la face supérieure probabilité Des phénomènes, des situations ou plus généralement des expériences permettent de s intéresser à la probabilité. Quelles chances ai-je d obtenir tel ou tel résultat? Peut on calculer un taux

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État

Jean-Louis CAYATTE  Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État Jean-Loui CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 13 Marché du travail avec alaire fixé par l État Dan ce chapitre, nou déterminon l équilibre du marché du travail en uppoant que le

Plus en détail

Exercice 1. Tableau 2 Espèces Cebus Homme Chimpanzé Macaque Cebus Homme Chimpanzé 0 13 Macaque 0

Exercice 1. Tableau 2 Espèces Cebus Homme Chimpanzé Macaque Cebus Homme Chimpanzé 0 13 Macaque 0 Exercice 1 On peut établir des relations de parenté en comparant l enchaînement des acides aminés constituant une protéine (séquence de la protéine). Le document ci-dessous correspond à un arbre de parenté

Plus en détail

Chapitre 1.8 Les ondes mécaniques progressives

Chapitre 1.8 Les ondes mécaniques progressives Chapitre 1.8 Le onde mécanique progreie Onde et temp de réaction d un milieu Lorqu il y a de force d appliquée ur un milieu, ce n et pa l enemble du milieu qui réagit intantanément. Puique le milieu et

Plus en détail

Contribution à la modélisation et à la commande d un UPFC dans le cadre du développement des réseaux intelligents (SmartGrids)

Contribution à la modélisation et à la commande d un UPFC dans le cadre du développement des réseaux intelligents (SmartGrids) Contribution à la modéliation et à la commande d un UPFC dan le cadre du développement de réeaux intelligent (SmartGrid) Juan Joé Pacual Camacho To cite thi verion: Juan Joé Pacual Camacho. Contribution

Plus en détail

2 Mouvement rectiligne uniforme

2 Mouvement rectiligne uniforme 2_et_3-cinematique.nb 22 2 Mouvement rectiligne uniforme 2. Définition ü Grandeur contante, grandeur uniforme Une grandeur f et qualifiée de contante lorque, conidérée comme fonction du temp, elle ne varie

Plus en détail

Initiation à la Bioinformatique

Initiation à la Bioinformatique Université d Alexandrie Initiation à la Bioinformatique Basic Local Alignment Search Tool BLAST Université d Alexandrie AUF Auteur(s): Mohamed GAD 2009/2010 Auteur(s) : Mohamed GAD Professeur à l institut

Plus en détail

BIOINFORMATIQUE APPLIQUEE (BI4U2) EXAMEN DE SECONDE SESSION JUIN 2013

BIOINFORMATIQUE APPLIQUEE (BI4U2) EXAMEN DE SECONDE SESSION JUIN 2013 Année universitaire 2012/2013 Site : X Luminy X St-Charles o St-Jérôme o Cht-Gombert o Aix-Montperrin o Aubagne-SATIS Sujet session de : o 1 er semestre - o 2 ème semestre - X Session 2 Examen de : X L1/L2/oL3

Plus en détail

Evolution Moléculaire et Phylogénie

Evolution Moléculaire et Phylogénie Evolution Moléculaire et Phylogénie Dominique Mouchiroud dominique.mouchiroud@univ-lyon1.fr Biométrie et Biologie Evolutive, UMR5558, Lyon I Bioinformatique et Génomique Evolutive Phylogénie : Céline Brochier-Armanet

Plus en détail

Réponses : les protéines

Réponses : les protéines épone : le protéine e répone ne ont pa de corrigé type : elle ont de indication pour formuler de répone correcte. Enoncé 1 - Donnez la définition d'un acide α-aminé et un exemple. Le aminoacide ont de

Plus en détail

ANALYSE DES EVALUATIONS CM2 janvier 2009 Par champs et items. Circonscription de Gap-Büech

ANALYSE DES EVALUATIONS CM2 janvier 2009 Par champs et items. Circonscription de Gap-Büech ANALYSE DES EVALUATIONS CM2 janvier 2009 Par champ et item Circoncription de Gap-Büech Avant propo : Ce document ur le évaluation, qui repoe ur le réultat de ynthèe que l on peut retrouver ur le ite de

Plus en détail

Taille des génomes. Exemple génomes eucaryotes. Exemple génomes procaryotes. Mycoplasma genitalium 0,58. Heamophilus influenzae 1,8

Taille des génomes. Exemple génomes eucaryotes. Exemple génomes procaryotes. Mycoplasma genitalium 0,58. Heamophilus influenzae 1,8 Taille des génomes Exemple génomes procaryotes Exemple génomes eucaryotes Species Genome size (Mb) Bacteria Mycoplasma genitalium 0,58 Heamophilus influenzae 1,8 Escherichia coli K12 4,6 Bacillus subtilis

Plus en détail

Motifs et classes de permutations : le point de vue des arbres de décomposition

Motifs et classes de permutations : le point de vue des arbres de décomposition Motifs et classes de permutations : le point de vue des arbres de décomposition Institut Gaspard Monge, Séminaire Algo, 17 nov. 2009 liafa Plan de l exposé 1 Objets d étude : Permutations, Motifs, et Classes

Plus en détail

Chapitre 4 : un regard sur l'évolution de l'homme Objectif : l'évolution de l'homme - B2I

Chapitre 4 : un regard sur l'évolution de l'homme Objectif : l'évolution de l'homme - B2I Objectif : l'évolution de l'homme - B2I Observation : l Homme (Homo sapiens) a une histoire évolutive qui s inscrit au sein d'autres espèces en particulier les Primates. Problème : comment placer l'homme

Plus en détail

Risque microéconomique, aversion à l incertitude et indétermination de l équilibre

Risque microéconomique, aversion à l incertitude et indétermination de l équilibre ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 48 1997 Rique microéconomique, averion à l incertitude et indétermination de l équilibre Jean-Marc TALLON* RÉSUMÉ. Cet article e propoe d étudier le propriété d

Plus en détail

FICHE METHODE PROBABILITES CONDITIONNELLES I) A quoi servent les probabilités Conditionnelles

FICHE METHODE PROBABILITES CONDITIONNELLES I) A quoi servent les probabilités Conditionnelles FICHE METHODE PROBABILITES CONDITIONNELLES I) A quoi servent les probabilités Conditionnelles a) Exemples :. On jette un dé à faces numérotées de à et on obtient un score pair! Quelle est la probabilité

Plus en détail

Familles de gènes, aspects phylogénétiques, problématiques bioinformatiques. Jean-François Dufayard Équipe "Intégration des Données"

Familles de gènes, aspects phylogénétiques, problématiques bioinformatiques. Jean-François Dufayard Équipe Intégration des Données Familles de gènes, aspects phylogénétiques, problématiques bioinformatiques Jean-François Dufayard Équipe "Intégration des Données" Famille de gènes? Ou "Il était une fois la phylogénie"...?? Il était

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 FUZEON 90 mg/ml, poudre et olvant pour olution injectable Boîte de 60 flacon de poudre pour olution injectable, 60

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 394

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 394 FICE PÉDAGGIQE CYCLE 2 394 ATRE : LIRE PR EPRIMER A RBRIQE Tobdoc, (p. 8 à 13) DMAIE D ACTIVITÉ Langue orale Lecture Compréhenion Vocabulaire Découverte du monde BJECTIF ET CMPÉTECE Lecture/vocabulaire

Plus en détail

TP REDRESSEMENT MONOPHASE NON COMMANDE

TP REDRESSEMENT MONOPHASE NON COMMANDE P REDRESSEMEN MONOPHASE NON COMMANDE FAREIE MAHIEU KERJEAN MICKAEL Ce P porte ur l étude d un convertieur tatique : le redreeur (rectifier). Le but d un redreement et d obtenir en ortie du convertieur

Plus en détail

Comparaison et alignement de séquences 2

Comparaison et alignement de séquences 2 Comparaison et alignement de séquences 2 LV348 -BI Sophie Pasek sophie.pasek@upmc.fr Comment comparer une séquence contre une banque? Comparaison séquence/banque Pourquoi? : Réunir un échantillon taxonomique

Plus en détail

HORLOGES MOLÉCULAIRES ET DATATIONS EN BIOLOGIE EVOLUTIVE

HORLOGES MOLÉCULAIRES ET DATATIONS EN BIOLOGIE EVOLUTIVE HORLOGES MOLÉCULAIRES ET DATATIONS EN BIOLOGIE EVOLUTIVE Module M1 - UM BGE 103 "Génétique des Populations & Evolution" Emmanuel J. P. DOUZERY ISE-M / Université Montpellier II http://mon.univ-montp2.fr/claroline/course/index.php?cid=genep

Plus en détail

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ;

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ; Etude du couple dan le machine ynchrone. Où ont le champ tournant? Emmanuel HOANG, Gille FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. hoang@atie.en-cachan.fr ; feld@eea.en-cachan.fr Réumé

Plus en détail

Introduction à la classification spectrale

Introduction à la classification spectrale Introduction à la claification pectrale L. Macaire - LAGIS - UMR CNRS 8146 Réunion Clapec du 23 mar 2007 1 Clutering par k-mean 2 Notation [Halawana Mater Recherche 2006] Enemble de n donnée l-dimenionnelle

Plus en détail

Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire

Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire Phénomène de éparation pour l équation de Prandtl tationnaire Anne-Laure Dalibard Nader Mamoudi 5 novembre 215 Réumé Cet article et le réumé d un expoé donné au éminaire Laurent Schwartz en décembre 214.

Plus en détail

Alignements multiples

Alignements multiples Alignements multiples Celine Brochier celine.brochier@up.univ-mrs.fr http://194.57.197.233:800/ 04.91.10.64.75 Intérêt des alignements multiples Caractérisation des familles multigéniques Démontrer l homologie

Plus en détail

Les indices à utilité constante : une référence pour mesurer l évolution des prix

Les indices à utilité constante : une référence pour mesurer l évolution des prix PRIX Le indice à utilité contante : une référence pour meurer l évolution de prix Françoi Magnien et Jacque Pougnard* Le débat récent ur une poible uretimation de l inflation ont notamment porté ur l ampleur

Plus en détail

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour 1 Dimenionnement d un moteur ynchrone à aimant permanent démarrant ur le réeau pour pompe immergée Juliette Soulard, Sébatien Cadeau-Belliard*, Katrin Wand* Electrical Machine and Power Electronic Royal

Plus en détail

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques.

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques. Étude de la olubilité de l acide benzoïque dan l eau en fonction de la température et de la alinité Introduction expérimentale du coefficient d activité et de la relation de Van t Hoff Stéphane Mathé et

Plus en détail

Détection de balayages sélectifs à l aide de chaînes de Markov cachées.

Détection de balayages sélectifs à l aide de chaînes de Markov cachées. Détection de balayages sélectifs à l aide de chaînes de Markov cachées. Simon Boitard, Andreas Futschik, Christian Schlötterer INRA, LGC, Toulouse Université de Vienne (Autriche) Simon Boitard (LGC) Détection

Plus en détail

Electronique d Instrumentation I

Electronique d Instrumentation I TP Electronique d Intrumentation I (SP3 0809) 2/15 Sommaire Travaux Pratique aktham.afour@ujfgrenoble.fr Electronique d Intrumentation I TP1: aractériation de l ampliop réel gain et bande paante en BF

Plus en détail

Classification phylogénétique du vivant. Classification cladistique vs phénétique

Classification phylogénétique du vivant. Classification cladistique vs phénétique Classification phylogénétique du vivant Classification cladistique vs phénétique phénétique Quantification des similitudes Ressemblance générale chiffrée => distance Particulièrement adapté aux données

Plus en détail

Chapitre 1 La recherche de parentés chez les Vertébrés. L établissement de phylogénies. I Critères de comparaison. A Données embryologiques

Chapitre 1 La recherche de parentés chez les Vertébrés. L établissement de phylogénies. I Critères de comparaison. A Données embryologiques Chapitre 1 La recherche de parentés chez les Vertébrés. L établissement de phylogénies. Les êtres vivants, très diversifiés, partagent pourtant des propriétés communes : - une structure cellulaire - un

Plus en détail

Le Neighbor-Joining (NJ)

Le Neighbor-Joining (NJ) Le Neighbor-Joining (NJ) Celine Brochier celine.brochier@up.univ-mrs.fr http://194.57.197.233:800/ 04.91.10.64.75 Méthodes de distances Famille majeure de méthodes phylogénétiques Introduites par Cavalli-Sforza

Plus en détail

Mortalité: Détection statistique d un risque de spécification

Mortalité: Détection statistique d un risque de spécification FINANCE & RISKS INSURANCE RISK MANAGEMENT Mortalité: Détection statistique d un risque de spécification Chaire BNP Paribas Cardif ISFA Séminaire technique 8 avril 2013 Jean-Charles CROIX Frédéric PLANCHET

Plus en détail