AC T I V I T É PHYSIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AC T I V I T É PHYSIQUE"

Transcription

1 AC T I V I T É PHYSIQUE Mieux cnnaitre et prendre en cmpte les mtivatins des publics à la pratique d activités physiques : repères pur les prfessinnels Oc t b r e IREPS Rhône-Alpes Instance Réginale d Educatin et de Prmtin de la Santé

2

3 ACTIVITÉ PHYSIQUE Mieux cnnaître et prendre en cmpte les mtivatins des publics à la pratique d activités physiques : repères pur les prfessinnels Intrductin... 3 Quelques définitins pur un langage cmmun... 4 Qu est ce que la mtivatin?... 5 Cmment renfrcer la mtivatin intrinsèque?... 5 Educatin pur la santé : les principes d une démarche... 6 Prendre en cmpte les savirs des persnnes... 7 Prendre en cmpte l envirnnement des persnnes... 7 Prendre en cmpte le désir de changement des persnnes... 7 S O M M A I R E Zm sur une technique... 8 Les principaux freins et leviers repérés... 9 Repères pur la mise en place d actins Réduire les freins Le sentiment de manquer de temps la pratique d activités physiques La fatigue L argent La vlnté, la persévérance Renfrcer u faire émerger les mtivatins Les bénéfices pur la santé Le plaisir En guise de cnclusin

4 Intrductin Si la recmmandatin de la pratique d activités physiques pur une vie saine n est pas nuvelle, elle est réactualisée depuis quelques années avec 3 plans natinaux qui nt cnfrté prgressivement cette recmmandatin 1 * : du 1 er Plan Natinal Nutritin Santé ( ) au 2 nd Plan Natinal Nutritin Santé ( ) ; il a été pssible d bserver une prgressin dans la prise en cmpte de cette dimensin pur la santé. Si le 1 er plan évquait la nécessité de prmuvir l'activité physique dans la vie qutidienne et au travail, sa dynamique a surtut enclenché des actins d éducatin nutritinnelle. Le 2 nd plan quant à lui apprtait plus de précisins en recmmandant 30 minutes d activité physique par jur. le Plan Natinal de Préventin par l Activité Physique u Sprtive (PNAPS) de sn côté décline un ensemble de mesures et actins à mettre en œuvre pur encurager tutes les situatins qui favrisent la pratique au qutidien et permettent d amélirer la qualité de vie. Ces différents plans, avec l ensemble de la cmmunicatin déclinée, nt cntribué à sensibiliser le grand public sur l intérêt de l activité physique. Or, la sensibilisatin massive, seule, ne suffit pas pur bserver un changement, et la pratique d activités physiques de l ensemble de la ppulatin n a pas encre atteint un niveau favrable à la santé (Escaln H., Bssard C., Beck F, 2009) 2. Si les prfessinnels, dans la dynamique de ces plans, bénéficient aujurd hui d un cntexte favrable pur engager des actins de prmtin de l activité physique auprès des publics qu ils accmpagnent, il n en demeure pas mins qu ils se heurtent suvent à la difficulté de dnner envie de buger de manière durable. Il cnvient dnc de réinterrger les mdalités de cmmunicatin et les références véhiculées pur les rendre plus attractives et accessibles au plus grand nmbre. Afin d adapter cmmunicatin et démarches, l identificatin des mtivatins et des freins à la pratique de l activité physique semble cnstituer une étape préalable à la mise en place d actins auprès des publics. Telle est l ambitin de ce guide qui a pur bjectif de furnir aux prfessinnels des repères thériques et pratiques à la mise en place d actins sur le thème de l activité physique. Les auteurs 3 de ce dcument nt, dans un premier temps, prcédé à une analyse de la littérature prtant sur les mtivatins à la pratique d activités physiques (repérage des mtivatins mises en avant dans des études / recherches et repérage des mtivatins mises en avant dans les dcuments de cmmunicatin sur l activité physique). Dans un secnd temps une enquête a été réalisée auprès d une ppulatin située dans les départements de la Drôme, la Savie et la Haute Savie afin d identifier les mtivatins et les freins à la pratique de l activité physique. A partir de l ensemble des éléments recueillis, les auteurs prpsent dans une trisième partie, un ensemble de repères thériques (la santé et les dimensins qu elle recuvre, les fndements de la démarche d éducatin pur la santé, la définitin de l activité physique, les mtivatins) et des repères pratiques à la mise en place d actins. 1 L ensemble des dcuments relatifs au Plan Natinal Nutritin Santé snt dispnibles à l adresse suivante : 2 VUILLEMIN A., ESCALON H., BROSSARD C. Activité physique et sédentarité. In : EECALON H., BOSSARD C., BECK F. Barmètre santé nutritin Saint Denis : INPES, 2009, Marie Line Beaupil, diététicienne, chargée de prjets nutritin Educatin Santé Drôme Mylène Grapeggia, diététicienne Educatin santé Haute Savie Isabelle Jacb, chargée de prjets IREPS Adèle Tabuelle, diététicienne, chargée de prjets Educatin Santé Savie. 3

5 Quelques définitins pur un langage cmmun Activité Physique : Crrespnd à tus les muvements de ntre crps prduits par la cntractin des muscles, qui augmentent la dépense énergétique. Elle cmprend tus les muvements de la vie qutidienne, ceux effectués lrs du temps de travail cmme lrs des lisirs. Sprt : Activité physique cdifiée et rganisée, cmpétitive u nn, pratiquée dans un cadre réglementé. Cmprtement sédentaire : Crrespnd aux ccupatins pur lesquelles les muvements crprels snt réduits au minimum (entraînant une dépense d'énergie prche de celle au reps), cmme par exemple : regarder la télévisin, travailler sur un rdinateur, juer à des jeux vidé et de façn générale, être assis u cuché. Activité physique régulière : Au sens du Prgramme Natinal Nutritin santé, l'activité physique de base est la marche. Pur être régulière, elle dit être pratiquée au mins 30 mn (par fractins d'une dizaine de minutes au mins) et tus les jurs. Cette marche dit être assez rapide pur être d'intensité mdérée. Vici quelques équivalences d'activités en fnctin de leur intensité: 4

6 Qu est ce que la mtivatin? Mtivatin vient du latin «mvere» qui signifie se mettre en muvement. C est un prcessus qui pusse l individu à vulir faire quelque chse de précis, à agir. Dans la littérature actuelle, n différencie deux frmes de mtivatin : La mtivatin intrinsèque : Dans ce cas, la persnne fait une activité pur le plaisir, la satisfactin qu elle en retire. Cette mtivatin vient de sn seul désir. L actin est réalisée vlntairement, par intérêt pur l activité elle même. Des activités répndant à une mtivatin intrinsèque snt assciées à des émtins psitives, cmme le plaisir, la liberté, la jie, et à un état de relaxatin. La mtivatin extrinsèque : Prvquée par l envirnnement, la mtivatin extrinsèque fait agir dans l intentin d btenir quelque chse extérieur à l activité elle même. L engagement est lié alrs aux bénéfices que la persnne retire d une activité : une récmpense, l apprbatin sciale, l hyper cmpétitivité, le fait de ne pas se sentir cupable, vulir perdre du pids Cependant si les résultats attendus semblent prmetteurs, les mtivatins extrinsèques peuvent générer un état d anxiété, de tensin chez la persnne. Les deux types de mtivatins cexistent en général et peuvent se relayer pur sutenir l engagement dans l activité. Mais la mtivatin intrinsèque est plus stable et durable dans le temps. Cmment renfrcer la mtivatin intrinsèque? Favriser l autdéterminatin des individus, renfrcer leur sentiment d autnmie : Ce snt eux qui décident, ils snt respnsables de leurs perfrmances. Tut ce qui est ressenti cmme pressin, cntrainte, cntrôle, fait baisser la mtivatin intrinsèque. Permettre de ressentir un sentiment de cmpétence : Ce sentiment est essentiel et participe à la cnstructin de l estime de si. Il pusse l individu à se fixer des bjectifs, en fnctin de ses capacités. Prendre cnscience de ses prgrès persnnels, à la fis sur les plans techniques, physiques et parfis mentaux permet de prendre cnfiance en si. Un individu s investira dans une activité s il pense qu il a des chances de réussir. A l inverse, le risque d échuer peut blquer l engagement. Quand l engagement dans une activité dnne un plus grand sentiment de cmpétence à un individu, la mtivatin de ce dernier augmentera. A l inverse, si cette activité lui laisse le sentiment d être mins cmpétent, la mtivatin diminuera. On a cependant remarqué que trp de facilité entrave la prgressin et l idée de réussite, d ù la nécessité de fixer des buts et des niveaux de difficultés : «Les buts difficiles et accessibles nt un effet mtivatinnel imprtant, dans la mesure ù ils induisent un sens d accmplissement persnnel» (Vallerand). On peut aussi repérer un état d amtivatin : «Un individu est amtivé lrsqu il ne perçit pas de relatin entre ses actins et les résultats btenus» (Pelletier et Vallerand 1993). Dès lrs qu un individu est animé par ce type de sentiment l abandn de l activité est effectif dès que pssible. Cette amtivatin peut être liée au fait que l individu : ne pratique pas pur éviter de ressentir un sentiment d incmpétence ; truve les effrts à prduire trp imprtants ; pense ne pas avir les qualités requises pur atteindre un but fixé ; pense que tut ce qu il entreprend est vué à l échec. 5

7 Educatin pur la santé : principes d une démarche Avant d intervenir en éducatin pur la santé, il est nécessaire d appréhender le cncept de santé afin d envisager cmment il peut se traduire dans les actins que les prfessinnels élabrent avec les publics. Les définitins prpsées ci dessus apprtent un éclairage sur ce cncept. «La santé est un état de cmplet bien être physique, mental et scial, et ne cnsiste pas seulement en une absence de maladie u d'infirmité» 4. «La santé, c est la mesure dans laquelle un grupe u un individu peut d une part, réaliser ses ambitins et satisfaire ses besins, et d autre part, évluer avec le milieu u s adapter à celui ci. La santé est dnc perçue cmme une ressurce de la vie qutidienne, et nn cmme le but de la vie» 5 Ces définitins sulignent tut d abrd l uverture du cncept de santé à d autres dimensins que l apprche bimédicale. Ainsi snt intégrées les dimensins psychlgiques et envirnnementales. Cnsidérer la santé cmme un prcessus dynamique, prpre à chaque individu, permettant à tut un chacun de prendre place dans la sciété, va influer sur la manière d agir avec les publics. Dans cette perspective, l éducatin pur la santé, aura pur finalité de créer avec les persnnes les cnditins favrables au dévelppement de capacités vis à vis de leur santé. Il s agira dnc, pur le prfessinnel, d accmpagner les persnnes vers une plus grande autnmie et la capacité à faire des chix favrables à leur santé. L apprche éthique cnstitue une exigence à la démarche d accmpagnement afin d éviter la tentatin nrmalisatrice, l injnctin au changement, la stigmatisatin et la culpabilisatin des persnnes. Ce mdèle invite dnc les prfessinnels à cncevir des méthdes et des démarches qui favrisent la mise en œuvre de cette intentin. Dès lrs, le prfessinnel intervenant en éducatin pur la santé, veillera à prendre en cmpte : les savirs des persnnes (savir, savir être, savir faire) ; l envirnnement dans lequel se situent les persnnes ; le désir de changement des persnnes. 4 Préambule à la Cnstitutin de l'organisatin mndiale de la Santé, tel qu'adpté par la Cnférence internatinale sur la Santé, New Yrk, juin 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats Organisatin Mndiale de la Santé. La Charte d OTTAWA

8 Prendre en cmpte les savirs des persnnes Cnsidérer que le savir est «l ensemble des cnnaissances d'une persnne u d'une cllectivité acquises par l'étude, l'bservatin, l'apprentissage et / u par l'expérience» 6 permet d identifier les différents niveaux de savir et ainsi cmprendre l interactin entre eux : les savirs frmels : u cnnaissances u savirs académiques snt les savirs acquis par la transmissin de l infrmatin. les savir faire : encre appelés savirs pratiques s apparentent à des techniques u habiletés alliées à l expérience des persnnes dans un champ d activité précis. les savir être : u aptitudes persnnelles peuvent s entendre cmme la capacité des persnnes à s adapter à des situatins en fnctin de l envirnnement et des enjeux de la situatin. Ce rappel autur de la ntin de savirs suligne la nécessité, pur les prfessinnels de cmpléter une démarche centrée sur la transmissin d infrmatin, par d autres dimensins du savir : quels snt les savirs que la ppulatin pssède sur la questin? Quelles expériences en a t elle fait? Dans quelles circnstances ce savir s est il avéré utile u inutile?... Prendre en cmpte l envirnnement des persnnes Cette étape cnsiste à identifier les caractéristiques sciales, culturelles et écnmiques dans lesquelles se situe la persnne. Il s agira dnc pur le prfessinnel d identifier ces différents éléments afin que sa prpsitin ne vienne pas les heurter mais puisse au cntraire les accmpagner. Prendre en cmpte le désir de changement des persnnes Les chix de vie des persnnes, les cmprtements de santé en fnt partie, relèvent de stratégies cnscientes u incnscientes qui participent à leur équilibre. Le cmprtement de santé ne se laisse jamais ttalement expliquer par la mtivatin. Tutefis un cmprtement est mtivé quand il est cnsciemment vulu, quand il a un bjectif et un sens pur la persnne. La mtivatin est dnc à cmprendre cmme un prcessus psychlgique qui cause le déclenchement, l rientatin et le maintien d un cmprtement. Elle est dnc basée sur 2 pstulats fndamentaux : la persnne est libre du chix de ce qu elle fait u ne fait pas. ses actins snt tujurs rientées vers un bjectif, qu il sit cnscient u nn. La prise en cmpte de ces tris dimensins suppse, au préalable à la mise en place d actins, d rganiser un temps de recueil des éléments de cnnaissance de la ppulatin cncernée (état des lieux : cmpsitin de la ppulatin, cnditins de vie,...) et d un temps d explratin des représentatins et des mtivatins autur de l activité physique. Ce travail est indispensable pur l élabratin d bjectifs partagés entre les prfessinnels et la ppulatin cncernée. 6 Centre Natinal de Ressurces Textuelles et Lexicales [en ligne]. CNRTL, Dispnibilité et accès sur : 7

9 ZOOM sur une technique L entretien mtivatinnel 7 Lrsque l n discute avec une persnne de ses mtivatins, il est pssible d essayer la technique de l entretien mtivatinnel, dévelppé dans les années 80 par les psychlgues William Miller et Stephen Rllnick 8. Cette technique s ppse au style cnfrntatinnel. L entretien mtivatinnel invite la persnne aux changements. L bjectif général étant la mise en œuvre et le maintien d un changement de cmprtement. Au delà de la technique, l entretient mtivatinnel est un style relatinnel et un état d esprit, centré sur la persnne. Cette apprche répnd à quelques exigences : Manifester de l empathie : l empathie est la capacité à cmprendre, à ressentir les sentiments u à se mettre à la place d une autre persnne. Pinter du digt les cntradictins : n a un intérêt à faire une activité physique, mais n a aussi des avantages à ne pas en faire! Ne pas prendre partie : la mtivatin vient de la persnne elle même elle n est pas impsée de l extérieur. Renfrcer le sentiment de liberté de chix. Réduire ce sentiment de liberté est un excellent myen de créer des résistances chez le patient : la «réactance psychlgique», est un état d émtin qui pusse la persnne à rétablir cette liberté qu elle estime menacée u perdue. (Brehm 1981) Renfrcer le sentiment d efficacité persnnelle. Utiliser autant que pssible des questins uvertes. Inviter la persnne à une démarche d intrspectin vis à vis de sa pratique (u nn pratique), ses mtivatins, sn prjet de changement, ses inquiétudes, ses capacités à entreprendre le changement. L écute en éch, (la refrmulatin du discurs), à chaque fis qu une persnne exprime un prps ntamment mtivatinnel. Ceci dnne du pids à sn discurs, riente la recherche sur les mtivatins prpres à la persnne, permet dnc à l accmpagnateur et à la persnne de mieux les cerner. Quelques pièges snt à éviter : Eviter les questins fermées, inviter plutôt l interlcuteur à dévelpper sn pint de vue par des questins uvertes. La cnfrntatin : démntrer, expliquer, pruver, impressinner, faire réfléchir, tenter de persuader, vnt avir pur effet de renfrcer la résistance du patient s il n y a pas une demande préalable de ce dernier, si il n y a pas d attente et u de questinnement. Juer l expert : se placer dans la psture de celui qui détient la répnse à tus les prblèmes. Fcaliser d emblée sur le prblème. 7 Assciatin Francphne de Diffusin de l entretien mtivatinnel : Crdinatin d'actins en Réseau Pur l'étude, le Dévelppement et l'intégratin de l'entretien Mtivatinnel : mtivatinnel.fr/entretienmtivatinnel.htm 8 MILLER R., ROLLINCK S., et al. L'entretien mtivatinnel : Aider la persnne à engager le changement. Paris : Inter Editins,

10 Les principaux FREINS et MOTIVATIONS repérés* Les principaux freins et mtivatins repérés (à partir de l analyse de la littérature et de l enquête réalisée dans 3 départements de la régin (Drôme, Savie, Haute Savie). Ppulatin Principaux freins cités (au mins 4 fis) Principales mtivatins citées(majritaires à + 50%) ans "Je n'ai pas le temps" "Je n'ai pas beaucup d'argent pur pratiquer une activité physique" "Je n'ai pas assez de vlnté pur persévérer" "Cela va prendre trp de temps avant que je sis en frme" "J'ai du plaisir à pratiquer une activité physique" "Je pense que c'est bénéfique pur ma santé" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être en bnne santé" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être actif" ans "Je n'ai pas le temps" "Ma santé ne me permet pas de pratiquer une activité physique" "je n'ai pas beaucup d'argent pur pratiquer une activité physique" "Je n'ai pas d'endrit ù pratiquer une activité physique" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être en bnne santé" "Je pense que c'est bénéfique pur ma santé" "J'ai du plaisir à pratiquer une activité physique" "Jai besin de pratiquer une activité pur me sentir bien" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être actif" "Je réduis les risques de maladies cardi vasculaires, de diabète et de cancer" (surtut pur les ans) +50 ans "Je suis fatigué" "Je n'ai pas assez de vlnté pur persévérer" "Je n'ai pas beaucup d'argent pur pratiquer une activité physique" "Je ne suis pas habile pur les activités physiques" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être en bnne santé" "Je pense que c'est bénéfique pur ma santé" "J'ai du plaisir à pratiquer une activité physique" Je réduis les risques de maladies cardi vasculaires, de diabète et de cancer" "Je suis plus en frme, léger, heureux, tlérant, calme, endurant, dynamique" "Jai besin de pratiquer une activité pur me sentir bien" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être actif" "J'ai besin de pratiquer une activité physique pur me sentir bien" "J'ai une meilleure cnfiance en mi et une meilleure estime de mi" Hmmes "Je n'ai pas beaucup de temps" "Je suis fatigué" "Ma santé ne me permet pas de pratiquer une activité physique" "Je n'ai pas assez de vlnté pur pratiquer une activité physique" "J'ai du plaisir à pratiquer une activité que j'aime" "Je pense que c'est bénéfique pur ma santé" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être en bnne santé" "J'ai besin de pratiquer une activité pur me sentir bien" "J'attache de l'imprtance au fait d'être actif" Femmes "Je n'ai pas beaucup de temps" "Je n'ai pas assez de vlnté pur pratiquer une activité physique" "Je n'ai pas beaucup d'argent pur pratiquer une activité physique" "Je suis fatigué" "J'ai du plaisir à pratiquer une activité que j'aime" "Je pense que c'est bénéfique pur ma santé" "J'attache beaucup d'imprtance au fait d'être en bnne santé" * à partir de l analyse de la littérature et de l enquête réalisée dans 3 départements de la régin : Drôme, Savie, Haute Savie. 9

11 Repères pur la mise en place d actins Les éléments présentés dans le tableau ci dessus fnt apparaitre des freins et des mtivatins qui reviennent régulièrement auprès des ppulatins enquêtées. Ces éléments cnstituent des pints de repères sur lesquels (u à partir desquels) le prfessinnel, désireux de dévelpper des actins favrisant la pratique d activité physique, purra s appuyer. Réduire les freins Les principaux freins relevés snt les suivants: manque de temps, manque de myens financiers, la fatigue que génère u purrait générer la pratique d une activité physique et le manque de vlnté. Le sentiment de manquer de temps pur pratiquer une activité physique La ntin du temps est délicate à appréhender du fait qu il faut sans dute l envisager plutôt du côté de la pririté u nn accrdée à l activité physique ainsi que des représentatins que les publics se fnt de l activité physique : inviter les publics à une réflexin sur le temps «libre» dnt ils dispsent et la manière dnt ils l ccupent. Il est imprtant de ne pas mettre en cncurrence l activité physique avec une activité de type plutôt sédentaire (regarder la télévisin, lire, recevir des amis,...) ; aider les persnnes qui se disent peu u pas pratiquantes à repérer la part d activité physique réalisée sur une péride dnnée (jur, semaine,...), les repères de l activité physique présentés peuvent être utilisés pur ce pint (vir page 4 ) ; accmpagner la réflexin individuelle pur une intégratin prgressive de l activité physique. Les repères de l activité physique présentés peuvent être utilisés pur ce pint (vir page 4 ). La fatigue Derrière la ntin de fatigue peut s exprimer la crainte d être fatigué par la pratique d une activité physique (crainte liée à un prblème de santé, crainte de ne pas être en assez bnne cnditin physique) mais aussi la fatigue «d être si» qui renvie davantage à une fatigue psychique. Il est imprtant que le prfessinnel qui suhaite engager la réflexin sur cet aspect sit vigilant sur ce que recuvre la ntin de fatigue afin de ne pas accritre les difficultés d rdre physique u psychique dans lesquelles purraient se truver des publics. clarifier la ntin de fatigue (physique, psychique) ; rienter les publics fragiles vers des prfessinnels plus aptes à déceler et prendre en charge des pathlgies assciées ; infrmer sur les capacités physiques de l rganisme (l effrt physique, la fatigue «nrmale» après l effrt, la récupératin, les ntins de paliers et d intensité,...) ; accmpagner individuellement dans la pratique prgressive d une activité physique adaptée à la situatin de la persnne. 10

12 L argent Si le manque d argent peut cnstituer une réalité à laquelle des publics snt cnfrntés, les réflexins menées sur cette ntin nt pur bjet de mettre en évidence que l activité physique peut être pratiquée sans générer des dépenses supplémentaires. aider au repérage d activités physiques réalisables sans engager de dépenses ; aider au repérage d une ffre dispnible dans l envirnnement prche de la persnne, à des cûts raisnnables ; aider au repérage de dispsitifs financiers existants qui facilitent l accès à une ffre (passeprt sprt de certaines cllectivités,...) ; rassurer quant à l équipement spécifique nécessaire à la pratique d une activité physique (suvent une paire de chaussures slides et cnfrtables peut suffire). La vlnté, la persévérance Le manque de vlnté u de persévérance peut être exprimé suite à des échecs dans la pratique d une activité dans la durée. Des bjectifs trp ambitieux, une activité qui ne prcure aucun plaisir, la pratique slitaire de l activité,... tut un ensemble d explicatins existe, qui fnde ce sentiment de ne pas avir de vlnté u bien de ne pas être persévérant. inviter les publics à tester différentes activités afin qu ils puissent repérer celles pur lesquelles ils épruvent du plaisir ; favriser la mise en lien des persnnes intéressées par la même activité ; accmpagner la persnne dans la mise en place d une prgressin pur l activité chisie ; encurager, valriser les prgrès individuels mêmes ceux puvant paraître minimes. Renfrcer u faire émerger les mtivatins Les mtivatins récurrentes quelque sit l âge et le sexe snt les bénéfices attendus u imaginés, par la pratique de l activité en termes de santé et le plaisir que prcure la pratique. Cmme cela a été évqué précédemment dans ce dcument, si la première mtivatin appartient à la catégrie «mtivatin extrinsèque» et la secnde à la catégrie «mtivatin intrinsèque» il n existe pas de clisn étanche entre les mtivatins, elles peuvent chabiter. Les bénéfices pur la santé Largement valrisés à travers tus les supprts de cmmunicatin "grand public" les bénéfices pur la santé que prcure la pratique régulière d une activité physique ne snt plus à démntrer. Si la littérature scientifique apprte suffisamment d éléments dans ce sens, elle n éclaire bien suvent que la dimensin «physique» de la santé : réductin de certaines pathlgies, améliratin des capacités respiratires et musculaires, etc.... Dès lrs que les prfessinnels se réfèrent à une apprche plus glbale de la santé il cnviendra d explrer les autres facettes de la santé. 11

13 accmpagner une réflexin sur les représentatins de la santé afin de permettre aux publics de cmprendre ce qui se jue en termes de santé sciale et santé psychique à travers la pratique d activités physiques ; Le plaisir La ntin de plaisir recuvre l idée d épanuissement individuel et scial, elle peut se définir dans le cadre de la pratique d une activité physique cmme un état émtinnel agréable, une répnse psitive à l actin engagée. Il cnviendra dnc pur les prfessinnels désireux de renfrcer cette ntin de bien cerner les différents facteurs qui la favrisent ; le plaisir que prcure une activité physique étant prpre à chaque persnne. Le prfessinnel aura dnc intérêt à cultiver et à faire vivre avec les persnnes cette ntin de plaisir. repérer avec les publics ce qui, dans la pratique de l activité physique, prcure du plaisir : la maitrise de la tâche, les prgrès accmplis, la cnvivialité, la décuverte de nuvelles pratiques, le dépassement de si, une meilleure cnnaissance de si même,... ; mettre en place des activités en adéquatin avec les facteurs renfrçant la ntin de plaisir. En guise de cnclusin... Les éléments présentés ci dessus cnstituent des pistes de réflexin pur prmuvir la pratique d activité physique avec les ppulatins et ainsi faciliter la mise en œuvre d actins. Le lecteur aura cmpris qu une cnditin préside à cette vlnté : être à l écute des ppulatins cncernées par l actin. Cette exigence, fndement d une démarche d éducatin pur la santé, permettra aux prmteurs d actins de s inscrire dans une réelle démarche d accmpagnement des publics. Pur aller plus lin Dans chaque cmité d éducatin pur la santé de vtre département des prfessinnels purrnt vus apprter des cnseils et un accmpagnement méthdlgique dans la mise en œuvre de vtre prjet dans ses différentes étapes : définitin d bjectifs, identificatin de ressurces, mise en place des activités, mise à dispsitin d utils d interventin, suivi et évaluatin. Sur le site de l IREPS, vus truverez les crdnnées du cmité de vtre département ainsi qu un ensemble de ressurces utiles à vtre démarche : base d utils, base bibligraphique, dssier sur la méthdlgie de prjet,... sante ra.rg Crdinatin : Isabelle Jacb (IREPS Rhône Alpes), avec la cllabratin de Marie Line Beaupil (Educatin Santé Drôme), Adèle Tabuelle (Educatin Santé Savie) et Mylène Grapeggia (Educatin Santé Haute Savie). Financement INPES 12 Octbre 2010

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

Communication pour le changement social

Communication pour le changement social INFORMATION TECHNIQUE ESSENTIELLE ASSISTANCE POUR TECHNIQUE L ELABORATION DES PROPOSITIONS Cmmunicatin pur le changement scial La cmmunicatin est un élément essentiel des effrts de préventin, de traitement

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme Dcument 10 Leadership du 21e siècle dans le Scutisme Table des matières LEADERSHIP DU 21 e SIECLE DANS LE SCOUTISME 1 Résumé des activités du triennat 1 Dcument de réflexin (descriptin cmplète en page

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Je suis capable tout seul!

Je suis capable tout seul! Je suis capable tut seul! Cette vignette vise à faire décuvrir aux parents (et autres membres significatifs de l enturage) cmment favriser l autnmie de leur enfant dans tutes les sphères de sn qutidien.

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement CENTRE e-learning HES-SO CYBERLEARN COURS MOODLE SUPPORT DE TRAVAIL Pur prfesseur-es et assistant-es d'enseignement Sndages et tests : rendez vs curs Mdle interactifs! HES-SO 2010 Team Cyberlearn Table

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE et de LICENCE Révisin le 22 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES But... 2 Définitin... 2 Aperçu... 2 Particularités... 3 Crédits de licence... 4 Délai d exécutin

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE Snt éligibles au de la Fndatin Médéric Alzheimer les thèses de dctrat en sciences humaines et sciales et en santé publique sutenues entre le 15 septembre 2013 et le 31 mai 2015 et

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d ptin sur pste de travail 1 Ce que vus devez savir À Partir de la versin 7.16.00, l arrière scène des ptins de pste de travail vnt se cmprter différemment.

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE»

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» «Enrichir l Organisatin par les Hmmes» CYCLE CYCLE : Le management de prjet «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» METHODOLOGIE ET OUTILS PRATIQUES EN GESTION DE PROJET Du 27 juin au

Plus en détail

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015 pininway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Nte de synthèse Septembre Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts Dssier Spécial Les 5 étapes pur vendre ACT! Apprendre à détecter un besin en Gestin de Cntacts Ce dssier à pur bjectif de vus aider à cmmercialiser ACT! auprès de vs clients et prspects. Nus allns vus

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive»

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive» VERSION au 09 01 2014 Prjet du CNOSF pur le sprt français Une ambitin : «Passer d une natin de sprtifs à une natin sprtive» Une clé : «Rénver le mdèle sprtif français» Faire du sprt un élément central

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

Club des Léopards de Rouen

Club des Léopards de Rouen Club des Lépards de Ruen Saisn 201 4 / 2015 Qui et quand dis-je vir rendre le dssier d inscriptins? Après les entrainements en direct avec les nms/mails suivants : Les lundis et mercredis pur les sénirs/flag

Plus en détail

Rapport d enquête. Le patient évalue-t-il l impact financier de ses choix à l hôpital?

Rapport d enquête. Le patient évalue-t-il l impact financier de ses choix à l hôpital? Rapprt d enquête Le patient évalue-t-il l impact financier de ses chix à l hôpital? 1. Intrductin La MC a cnstaté que de nmbreux patients épruvent des difficultés à évaluer l impact financier de leurs

Plus en détail

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan?

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan? Prmtin Le défi des étiles Aérplan 2013 Q1. Qu est-ce que la prmtin Le défi des étiles Aérplan? La prmtin Le défi des étiles est une ffre de milles-bnis destinée à récmpenser les membres qui accumulent

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Prgramme Executive MBA Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien ral) et y jindre les pièces

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Transformation / Production

Transformation / Production Cnditins d admissibilité : Catégrie : Transfrmatin / Prductin Être cityen canadien u résident permanent; Démarrer une nuvelle entreprise dans le secteur de la transfrmatin et / u de la prductin; Démntrer

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES Le Kern et une partie des membres du bureau d écl j arrivent à la fin de leur mandat de 2 ans. Nus smmes dnc à la recherche d une nuvelle équipe,

Plus en détail

Logiciel de gestion des inscriptions en CPGE

Logiciel de gestion des inscriptions en CPGE Admissin CPGE Lgiciel de gestin des inscriptins en CPGE La réfrme du mde de recrutement en classes préparatires aux Grandes Écles intervenu en 2003 a prfndément mdifié la gestin par les établissements

Plus en détail

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements ITIL V3 Explitatin des services : La gestin des événements Créatin : janvier 2008 Mise à jur : aût 2009 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

Institut de Formation Aide-Soignant

Institut de Formation Aide-Soignant Institut de Frmatin Aide-Signant Centre Hspitalier 96 Rue des capucins BP 148 41200 ROMORANTIN LANTHENAY Tél secrétariat : 02-54-88-34-41 emails : ecleas@ch-rmrantin.fr NOTICE EXPLICATIVE CONCOURS AIDE

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

Accueil des personnes âgées en clinique privée : Agir pour la santé des plus âgés

Accueil des personnes âgées en clinique privée : Agir pour la santé des plus âgés La santé en actins Accueil des persnnes âgées en clinique privée : Agir pur la santé des plus âgés Ce n est un secret pur persnne, le vieillissement de la ppulatin Française s accélère. Si 1 Français sur

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail