COMMUNICATION PRATIQUES MANAGERIALES ET E-REPUTATION : PROJET D ETUDE EXPLORATOIRE EN HOTELLERIE. Nathalie Phoebé-Montargot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNICATION PRATIQUES MANAGERIALES ET E-REPUTATION : PROJET D ETUDE EXPLORATOIRE EN HOTELLERIE. Nathalie Phoebé-Montargot"

Transcription

1 COMMUNICATION PRATIQUES MANAGERIALES ET E-REPUTATION : PROJET D ETUDE EXPLORATOIRE EN HOTELLERIE Nathalie Phoebé-Montargot Professeur agrégé d Economie-Gestion Doctorante - Directeur de thèse Jean-Marie Peretti Université de Cergy-Pontoise Laboratoire Théma

2 COMMUNICATION PRATIQUES MANAGERIALES ET E-REPUTATION : PROJET D ETUDE EXPLORATOIRE EN HOTELLERIE Nathalie Phoebé-Montargot PRAG Doctorante, Directeur de thèse Jean-Marie Peretti Université de Cergy-Pontoise Laboratoire Théma L opinion aujourd hui se fabrique sur de nouveaux territoires, notamment sur le web participatif, spontanément ou de manière organisée. Quelles sont les pratiques des gestionnaires de réputation? Pour répondre à cette question, le concept de réputation électronique (e-reputation) est questionné et mis en perspective par rapport à la réputation du monde physique. Le cadre théorique prend appui sur la théorie de l économie de l attention (Goldhaber, 1997, Kessous, 2010) et sur le modèle de gestion de la réputation IPS de Boistel (2007). Notre proposition d étude exploratoire pourrait permettre de définir la fonction, les compétences spécifiques du manager d e-réputation ainsi que ses pratiques managériales. Elle permettrait également d envisager les possibilités d application du modèle de gestion de la réputation de Boistel (2007) au domaine de l e-réputation. Nous prendrions alors pour terrain d observation l hôtellerie internationale. Mots clés : Réseaux sociaux, Communication, Economie de l attention, E-Réputation, hôtellerie 2

3 MANAGING PRACTICES AND E-REPUTATION: PROPOSITION OF AN EXPLORATORY STUDY IN THE HOTEL BUSINESS FIELD Nowadays, opinions are created on new territories, particularly on the Web, spontaneously or in an organized way. This atomized, diffuse opinion becomes less sensitive to the traditional methods of the communication and the marketing. What are the practices of the administrators of reputation? To answer this question the concept of electronic reputation (ereputation) will be examined before asking the question of its managerial implications. The theoretical frame will take support on the theory of the attention economy (Goldhaber, 1997) and on the IPS management model of the reputation of Boistel (2007). Our proposition of exploratory study project could allow defining the function and the specific skills of the e- reputation manager. It might also validate the possibilities of application of the IPS management model of the reputation of Boistel in the domain of the e-reputation, by taking for ground of observation the international hotel business. Keywords: Social Networks, Communication, attention economy, E-reputation, hotel business 3

4 PRATIQUES MANAGERIALES ET E-REPUTATION : PROJET D ETUDE EXPLORATOIRE EN HOTELLERIE Introduction Les spécialistes des sciences du management utilisent depuis de nombreuses années la notion de réputation et analysent les interactions entre les différents acteurs d un marché. La réputation «classique», celle du monde physique, apparaissait jusqu à présent comme complémentaire ou connexe à d autres notions telles que l image, la notoriété, l identité ou la confiance (Boistel, 2007). L opinion se fabrique désormais sur de nouveaux territoires notamment depuis l avènement du web participatif. Cette opinion atomisée, diffuse, devient une source capable d influencer les médias traditionnels (Fillias, Villeneuve 2010). Le Web participatif, (baptisé Web 2.0) a effectivement changé la donne, Il est devenu un nouveau vecteur de réputation, son mode de fonctionnement associe participation et interaction des internautes grâce aux nouvelles technologies 1. Il permet une mise en commun de contenus, une approche collaborative, ses interactions s appuient sur les réseaux sociaux. Au-delà du phénomène de mode, il importe pour l organisation de comprendre la notion d eréputation et l impact des réseaux sociaux. Les usages, les comportements, les codes des nouveaux internautes ont en effet changé, entraînant une adaptation nécessaire des organisations et de l e-manager (Rolland, 2010). 2 Il nous a semblé intéressant d analyser dans un premier temps le concept de réputation électronique (e-réputation) en comparaison avec le concept classique de réputation. Nous nous référerons, dans un deuxième temps, aux concepts théoriques de l économie de 1. Voir l article de Sciences Humaines n 186, octobre 2007 «Du web 2.0 au web sémantique 2 Voir «Les nouveaux codes du e-management» et les 12 typologies repérées par Rolland 1

5 l attention de Goldhabert et Kessous, ainsi qu au modèle de gestion de la réputation de Boistel (2007). Enfin, nous proposerons dans une troisième partie, un projet d étude exploratoire qui pourrait définir le périmètre des fonctions du gestionnaire d e-réputation et de valider la transposition possible du modèle de gestion de la réputation de Boistel à celui de l e-réputation. 1 DU CONCEPT DE REPUTATION A CELUI D E-REPUTATION Les contours des notions de réputation et d e-réputation vont être étudiés dans un premier temps afin de mettre en lumière les changements qu ont induit l élargissement de cette notion. Quelle est la différence entre réputation et e-réputation? 1.1 L essor de l e-réputation Les années 1980 ont vu l essor de la notion d e-réputation, sous l impulsion de deux tendances, la transformation des attentes de la société civile envers l organisation et les avancées technologiques. Charles Fombrun (1996) a observé que la société civile exigeait de la part des entreprises des actions et des résultats dans des domaines autres qu économiques. Il est à l initiative de la création du Reputation Institute en 1999, un centre d'étude et de recherche sur la réputation des entreprises. Pour les organisations, jusqu ici uniquement jugées sur leur faculté à créer de la richesse, de nouveaux critères pouvant affecter leur réputation ont dû être pris en considération : respect de normes environnementales et sociales, impact des comportements de l entreprise ou de leurs dirigeants vis-à-vis de l opinion. Cette évolution a eu un effet : elle a exposé l entreprise à des risques accrus de réputation sur des critères autres qu économiques. R.E. Freeman, 1984, Mitchel et Agle, 1997) Développement des usages d Internet La multiplication des parties prenantes susceptibles d influer sur la réputation a coïncidé avec une autre évolution qui a favorisé l émergence du concept de réputation : le développement 2

6 des usages d Internet. Le Web a permis à toutes les parties prenantes d utiliser des outils de communication en temps réel et en mode collaboratif, pour échanger des informations et des opinions. Les consommateurs par exemple, sont de plus en plus nombreux à utiliser internet pour obtenir des avis ou des recommandations. Afin de minimiser la prise de risque d une décision, les réseaux sociaux sont utilisés tout au long d un processus d achat ou de recrutement. La logique est la même concernant un futur collaborateur qui souhaite se faire une opinion des pratiques d une entreprise. 3 L émergence du web participatif a donc permis la multiplication des fournisseurs de contenus et des destinataires : potentiellement tout internaute peut communiquer, relayer, commenter. Le volume des informations transmises explose, le nombre d internautes dans le monde a également doublé au cours des cinq dernières années pour atteindre 2 milliards en La réputation variable clé du management stratégique Différentes recherches ont démontré l impact favorable sur les ventes et les performances financières d une bonne réputation, Boistel, (2006). La réputation, qu elle soit classique ou électronique, constitue un potentiel qui doit être utilisé dans le but de créer de la valeur (Barney, 1991) 5. La réputation constitue donc un actif stratégique pour l entreprise, Lorsque l impact de la réputation est négatif, cela constitue un risque à prendre au compte au niveau managérial. L enquête annuelle menée auprès des membres de l «Association of Insurance 3 Voir les sites en ligne sur lesquels les collaborateurs notent leur entreprise P.110 voir la notion de complexité sociale 3

7 and Risk Managers» (AIRMIC, 2010) place d ailleurs le risque de réputation en tête des préoccupations des risk managers anglais. 6 Le lien a été fait entre réputation positive et influence positive sur les affaires. Une opinion positive permet de réduire le risque pour le consommateur et augmente parallèlement son niveau de satisfaction, (Fombrun, 1996 et Roberts et Dowling, 1997) 7. Il semble donc que sur le plan financier, une bonne réputation favorise l augmentation des marges bénéficiaires. Mais quel instrument fiable utiliser pour mesurer la relation entre réputation, création de valeur pour le client, création de valeur pour les actionnaires? La mesure de la réputation La recherche s est penchée sur un outil de mesure fiable et valide de la réputation dans un contexte international. Fombrun, Gardberg et Sever (2000) 8 ont ainsi présenté «le quotient réputationnel global». Cet instrument «mesure comment un groupe représentatif d acteurs perçoit (ils notent sur une échelle de Likert en 7 points) des entreprises à partir de 20 items sous-jacents qui constituent les six piliers de la réputation. Il est à noter que cette échelle a 6 dimensions (Attrait Emotionnel, Produits et Services, Vision et Conduite, Environnement de Travail, Responsabilité Sociale et Environnementale, Performance Financière)» 9. Nous allons maintenant définir les contours de la réputation traditionnelle avant de nous pencher sur le concept d e-réputation Nous allons donc analyser la notion de réputation électronique comparativement à celle de réputation dans le monde physique Voir l interview de Charles Fombrun in 8 Voir l instrument proposé p Repris également par Tournois (2008) P.4 4

8 1.2 Les notions de réputation et d e-réputation Nous allons étudier les différentes définitions de la réputation classique et de la réputation électronique afin de faire ressortir les éléments saillants et d en dégager les périmètres respectifs Réputation et e-réputation LA REPUTATION AUTEURS Bromley, 1993 Reprise par Boistel, 2007 Davies, 2002 Dowling, 2002 Fombrun, Rindova, DEFINITIONS/COMMENTAIRES Ce qui est généralement connu ou considéré au sujet du caractère d une personne Peut avoir une valeur positive ou négative et peut être spécifiée en fonction d un certain nombre d attribut ou traits Définition proche de celle de notoriété et d image. Formée de réactions affectives ou émotionnelles, bonnes ou mauvaises, faibles ou fortes des consommateurs, des investisseurs, des employés et de l opinion publique. Indicateur mesurable de l estime accordée à l entreprise par ses différents publics Définition proche de celle d image, dimension affective, notion de réactions de différents publics. Correspond aux valeurs attribuées (telles que l authenticité, l honnêteté, la responsabilité et l intégrité) à une entreprise par un individu dès l énonciation de l image de la société Correspondance avec les valeurs perçues. L attribution de valeurs (évaluation) est propre à chaque individu. La réputation d une entreprise est une représentation collective des actions et des résultats passés d une entreprise qui décrivent la capacité de l entreprise à offrir des résultats de valeur à ses multiples parties prenantes. Elle estime la position relative d une entreprise à la fois en interne avec ses employés et en externe avec ses [autres] parties prenantes, au sein à la fois d environnements compétitifs et institutionnels.. Définition proche de celle d image, de positionnement. Notions de résultats de valeur et de parties prenantes multiples. La réputation a ceci de particulier qu elle est un actif immatériel de l entreprise qui est détenu par les publics de l entreprise. Et non par l entreprise elle-même. La réputation dit le niveau d acceptabilité d une entreprise dans la société. 5

9 Observatoire de la réputation 10 Vision économique et sociale. Évaluation réalisée par publics de l entreprise. La réputation est à l image ce que le cinéma est à la photographie. Au-delà de l intention, il y a un scénario. Fondée sur une approche culturelle, historique, géologique, la réputation s inscrit dans le temps. La «réussite» est souvent liée à l alchimie complexe de la rencontre (vécue, provoquée) entre un système de valeurs attendues et «le» porteur de ces valeurs. Correspondance dans le temps avec les valeurs attendues. L E-REPUTATION AUTEUR Fillias, Villeneuve, 2010 Guillaume Thevenot 11 Wikipédia Guide e-réputation état des lieux et enjeux 12 DEFINITION L e-réputation désigne l art de gérer l identité numérique, de la stratégie à l acte de communication, en passant par l étude d image et la veille, en vue de déployer une influence pérenne sur et avec Internet. Notion d influence, approche managériale de l identité numérique. C est ce que les gens pensent de vous à l instant T Somme des opinions émises et notion temporelle. La notion d influence n apparaît pas. L e-réputation est l image que les internautes se font d une marque ou d une personne. Cette notoriété numérique façonne l identité d une marque, la différenciant de ses concurrentes. Notions d image, de positionnement et d identité numérique. Évaluation réalisée par les internautes. L e-réputation est l image que les internautes se font d une marque ou d une personne. Cette notoriété façonne l identité numérique d une marque ou d une personne. Notions d image, de notoriété, d identité numérique. La notion de positionnement a disparu. L évaluation est réalisée par les internautes. La notion d influence n apparaît pas Responsable des relations hôtelières Europe, Moyen-Orient, Afrique pour le site comparatif Tripadvisor 12 6

10 2.2 Etude des différents périmètres L étude de ces différentes définitions permet d affirmer que l e-réputation couvre sensiblement les mêmes éléments que ceux de la réputation traditionnelle. Jusqu à présent, nous pouvons constater que les concepts d identité, d image et de réputation sont très proches les uns des autres et fortement inter-reliés, tant en matière de réputation que d e-réputation. Le terme e-réputation recouvre cependant des notions traitant de l aspect digital de la réputation. L e-réputation n est donc qu une variante numérisée de la réputation dont le territoire comporte des spécificités que le manager doit prendre en compte. Nous l avons compris, c est le territoire d expression qui change en matière de réputation virtuelle. Le web 2.0 est en effet un espace spécifique qui se caractérise par une instantanéité, à générer un nombre croissant d émetteurs et de récepteurs, le tout à très faible coût de diffusion. Ce nouveau territoire n est pas neutre et modifie en conséquence les règles du jeu et du pouvoir entre parties prenantes. Il accélère la vitesse de propagation des données, multiplie les sources émettrices d informations, crée de nouveaux codes conversationnels (liberté, proximité) et pose également des problèmes d éthique, notamment par les traces numériques qu il garde en mémoire. L enjeu managérial est donc de première importance. La mesure de la perception des valeurs, l influence possible sur les opinions doivent être managées. Construire une identité numérique, en vue d établir une influence sur Internet est la définition même d une stratégie d E-Réputation. Encore faut-il, pour ce faire, «Apprendre à gérer son identité numérique et définir ses objectifs en matière d influence» 13. (Filias, Villeneuve 2010). 13 Le reflet numérique d une organisation, un produit, une idée ou un individu sur la toile est dénommé identité numérique. C est la projection digitale, souvent imparfaite, de la réputation dans le monde physique. 7

11 2. Cadre conceptuel : le modèle de management de la réputation et la théorie de l économie de l attention Après avoir défini les différents concepts, nous allons exposer notre cadre conceptuel en analysant le modèle de management de la réputation proposé par Philippe Boistel (2007) et la théorie de l économie de l attention de Goldhaber (1997). 2.1 Le modèle de management de la réputation IPS de Boistel (2007) Boistel a étudié le management de la réputation dans le but de reconstruire (ou construire) une réputation en agissant sur trois variables : l identité, le positionnement et le système d offre. C est ce qu il a appelé le modèle IPS. Selon lui, un manager de réputation doit partir de la réalité de l entreprise pour construire une relation, bâtir une image favorable, gérer l identité de l entreprise. Il insiste sur la nécessité de la cohérence des variables afin que la réputation soit positive. Boistel construit ce modèle à partir de l étude de l entreprise Sernam en Nous allons resituer le contexte : à l origine, service public de messagerie de la SNCF, Sernam devient en 2002 une société anonyme. Les dirigeants cherchent alors à repositionner l entreprise. Boistel observe le changement et modèlise la transformation autour de trois variables : l identité, le positionnement et le système d offre de produits ou services. La cohérence du modèle est obtenue en agissant sur le système d offre. Dans ce cas, identité et positionnement concordent, la réputation est favorable. Cf figure 1 : Le modèle cohérent IPS de Boistel (2007). Nous allons détailler les trois variables et rappeler leurs interactions. 8

12 Figure 1 : Le modèle cohérent IPS de Boistel (2007) 14 Identité Positionnement Ecarts à combler Actions sur le système d'offre Changements Communication Formation structurels interne Identité Positionnement Communication vers les stakeholders externes Image Réputation favorables 2.2 Les actions sur le système d offre permettent la cohérence du modèle Boistel décrit le système d offre comme étant «l ensemble organisé des actifs et des compétences qui permet de réaliser les tâches constitutives de l activité stratégique» 15. Le système d offre est la variable d ajustement qui permet la cohérence du modèle. Il ne doit pas y avoir de décalage entre identité et positionnement. Le management de l identité «la réalité actuelle», se fait au travers de la prise en compte des racines historiques, de la personnalité de l organisation, de sa stratégie et des trois éléments du mix corporate : comportements des membres de l organisation, communication et symbolisme. En ce qui concerne le positionnement, Boistel le définit comme «la volonté stratégique de l équipe dirigeante». Il évoque quatre questions que le manager doit se poser afin de 14 p P. 13 9

13 différencier son offre : «Pour quoi (angle de la promesse), Pour qui (utilisateurs concernés), Pour quand (angle de l occasion d utilisation), contre qui (réflexion sur ses concurrents). Nous remarquons que Boistel utilise une définition non centrée sur le consommateur. 16 Boistel mentionne qu en présence d un décalage entre l identité de l organisation qu il nomme «la réalité actuelle» et son positionnement «la volonté stratégique de l équipe dirigeante», l écart peut et doit être corrigé. Cette opération va consister à agir sur le système d offre de l organisation afin qu il corresponde au mieux à la situation attendue. 2.3 Les moyens de réduire l écart Boistel insiste sur le fait que pour réduire l écart entre identité et positionnement, «des actions doivent être entreprises : sur la structure, sur les processus de management». Il s agira d actions fortes sur la structure, les processus de management. «La communication interne doit être forte afin de faire adhérer les salariés au positionnement retenu». Les entreprises doivent donc centrer leurs différents messages sur ce qu elles sont vraiment, sur la réalité de l entreprise, vécue de l intérieur par les acteurs. De même pour Boistel, lorsque l identité est éloignée du positionnement, il ne sert à rien de communiquer en externe puisque «la réalité n est pas en phase avec les communications et comportements». Il faut donc agir sur le système d offre, variable d ajustement et pendant cette période communiquer en interne afin de faciliter l appropriation du positionnement de l entreprise. 2.2 Cadre conceptuel : l économie de l'attention de Goldhaber (1997) La multiplication de l offre d informations et l explosion du nombre d internautes dans le monde ont créé des difficultés. Elle a rendu plus aigüe la difficulté pour les entreprises à capter l attention et pour les internautes à trouver l information pertinente, fiable et sincère. 16 Le positionnement est un terme dont la définition peut varier selon le contexte d usage. Dans son usage dominant, le positionnement correspond à la position qu occupe un produit dans l esprit des consommateurs face à ses concurrents. Dans une logique volontariste, le positionnement peut désigner le positionnement recherchée par l entreprise. 10

14 Nous trouvons intéressant de mettre en lien cette théorie avec le métier de gestionnaire d eréputation Le concept d économie de l attention L'idée que l'économie nouvelle repose sur l'attention, ressource rare et sollicitée de toutes parts a été mise en évidence par Goldhaber en Ce concept s explique par une offre d information importante et difficile à traiter en exhaustivité. L attention constitue donc une ressource limitée par les capacités humaines à traiter la somme des informations générées. Cette théorie s appuie à la fois sur les sciences cognitives et sur les travaux des sciences de gestion. (Dellarocas, 2003, Keser, 2002, Kessous, 2010, Paquerot, Queffelec et Sueur, 2010, Wong et Boh, 2010). Parallèlement, s est développée la théorie de la longue traîne d Anderson (2004, 2009) selon laquelle l offre quasiment illimitée de l Internet augmenterait les ventes de produits demandés rarement. Pour Olivier Ertzscheid (2007) 17, ces deux théories pourraient être analysées à la lumière de la notion de la recommandation. Ainsi, le modèle de l économie de l attention permettrait d expliquer le marché numérique dans son ensemble, au niveau macroéconomique, quand la théorie de la longue traîne permettrait d en comprendre la segmentation au niveau des produits, et donc du consommateur. Nous allons donc nous intéresser aux interactions sociales et à leur influence Les interactions sociales pour réduire le risque et de l incertitude? De nombreux sites encouragent les internautes à poster leurs avis, leurs commentaires (Ebay, Amazon, Fnac )

15 Les interactions sociales font qu un très grand nombre d individus peut générer un partage d informations et de connaissances à faible coût et de manière quasi instantanée. La confiance entre pairs devient un élément important pris en compte lors du processus d achat (Pénard, Suire, 2006). Le référencement, la recommandation, le classement deviennent un repère pour l internaute et un avantage concurrentiel à exploiter pour l entreprise 18. Cet afflux d informations, institutionnelles ou collaboratives, peut toutefois présenter des dangers. Lors du processus de décision d achat, il a été démontré que cette pléthore d informations pouvait conduire à une confusion, un brouillage de l information parasitant la prise de décision et/ou conduisant à une insatisfaction en matière de choix opéré (Smith, Menon, Sivakumar, 2007). Face à cet afflux, les moteurs de recherche facilitent le travail de l internaute en permettant un accès direct aux pages répertoriées, intégralement ou directement, sans passer par les pages d accueil. L information ne provient donc plus forcément des entreprises elles-mêmes, puisque le référencement peut être concurrencé par les informations d acteurs externes. Dans le futur, le web sémantique ou 3.0 pourrait faciliter la tâche des internautes confrontés à des milliers de réponses potentielles. La recherche du sens serait privilégiée, en utilisant une logique humaine de langage naturel fondé sur des protocoles de communication, des logiciels spécialisés et des vocabulaires standards relatifs à des domaines de connaissance 19. L internaute aurait un accès plus direct et pertinent aux informations qu il souhaite. Nous avons donc analysé dans une première partie, la notion d e-réputation comparativement à celle de réputation dans le monde physique. Nous avons également exposé notre cadre théorique de référence. Notre troisième partie se consacre désormais au projet d étude sur les 18 Voir Le rapport «Nouvelles approches de la confiance numérique» 19 Voir l article de Sciences Humaines n 186, octobre 2007 «Du web 2.0 au web sémantique» 12

16 pratiques managériales de l e-réputation afin de définir le périmètre de la fonction de gestionnaire d e-réputation. 3. Projet d étude exploratoire sur les pratiques managériales d e-réputation Nous décidons d explorer le sujet et de nous intéresser aux managers d e-réputation et à leurs pratiques. Le choix d une étude exploratoire nous permettrait une première étape afin «de mieux formuler le problème et mener ensuite une investigation précise, de formuler des hypothèses quant aux relations entre variables et familiariser le chercheur avec le domaine d étude, d éliminer certaines éventualités et dé développer des instruments du type questionnaire ou échelles en prenant en compte toutes les situations», (Evrard, Pras, Roux, 1993). 20 Nous souhaitons explorer l identification des pratiques managériales d e-réputation sous une forme analogique. «En utilisant une métaphore, le chercheur identifie sous une forme analogique les buts du phénomène qui sont semblables dans la transposition et ceux qui ne le sont pas», (Gavard-Perret, Gotteland, Haon et al, 2008) Terrain d observation choisi : l hôtellerie internationale La réputation est un élément déterminant dans les entreprises de services. Les organisations ont donc intérêt à renforcer leur présence, leur visibilité en ligne. Nous savons qu Internet est un espace où la réputation des entreprises de services est évaluée et que les données en ligne ont une influence sur le processus de prise de décision en matière de voyages. Internet a détrôné tous les autres modes de recherche et d'information sur les hôtels. Dans ce cadre, Internet sert bien sûr à rechercher, à s'informer, à identifier, à convaincre et éventuellement à réserver. Cela signifie donc que les hôtels doivent tout spécialement soigner leur présence en ligne et désormais ne plus considérer Internet comme un simple passage obligé ou une banale vitrine, mais bien comme un outil de vente réel et à part entière. (Étude de Total 20 P P.62 13

17 Media, agence de presse britannique, 2010 ; Etude réalisée par Coach Omnium, Cabinet spécialisé en études marketing et économiques pour le tourisme et l hôtellerie en 2009). 22 Cf figure 2 : Sources d informations utilisées pour choisir un hôtel. Figure 2 Sources d informations utilisées pour choisir un hôtel en 2009 Internet 84 % Bouche-à-oreille/recommandations 26 % Guides touristiques 26 % Agences de voyages 11 % Guide des chaînes 8 % Office de tourisme/cdt/crt 5 % Autres (panneaux routiers, habitude ) 2 % Comité d'entreprise 1 % Parmi les 84 % de clients utilisant Internet, l information est vue sur : Plusieurs réponses possibles Site de l'hôtel : 60 % Site portail d'hôtels : 40 % Site d'une chaîne hôtelière : 26 % Agences en ligne : 18 % Sites communautaires Forums : 14 % Site d'une compagnie aérienne ou ferroviaire : 7 % Moteurs de recherche : 7 % Site d'office de tourisme : 6 % Source Coach Omnium 3.1 Questions de recherche Quelles sont les pratiques managériales liées à l e-réputation? Après avoir conduit analysé les concepts de réputation dans le monde physique et virtuel, nous avons deux questions de recherche. Question de recherche n 1 : Qu est-ce-qu un gestionnaire d e-réputation? Nous souhaitons clarifier la nature de la fonction en établissant comment les personnes en charge de cette fonction la définissent. Nous souhaitons établir le périmètre de la fonction de gestionnaire d e-réputation. Question de recherche n 2 : L objectif des gestionnaires d e-réputation est-il commun : identité et positionnement doivent-ils être cohérents? Nous nous attendons à vérifier le modèle IPS de Boistel (2007) : la réduction de l écart entre identité et positionnement qui permet d assurer une réputation positive est-elle mise en œuvre par les gestionnaires d e-réputation? 3.1. Choix méthodologiques 22 p.9 et 11 14

18 Entretiens semi-directifs auprès de gestionnaires d e-réputation en hôtellerie. La durée des entretiens prévue serait de 45 à 90 minutes, le lieu étant neutre. Cf annexe 1 : Guide d entretien prévu. Questionnaire administré standardisé en ligne via Google documents. 23. Le sondage serait basé autour de trois thématiques : le profil du gestionnaire d e-réputation, le métier, les pratiques. Nous alternerions questions à choix multiples et Échelles d intervalle de 1 à Moyens de diffusion : Le questionnaire serait diffusé vers des contacts professionnels en hôtellerie. Des associations seraient sollicitées (par exemple, l Associations des chefs de réceptions et sous directeurs d hôtels), des sites internet spécialisés en hôtellerie, des contacts directs auprès de community managers d autres secteurs, leaders d opinion, qui pourraient relayer le questionnaire en utilisant les réseaux sociaux. 3.3 Traitement et analyse des données Méthode de classification descendante hiérarchique pour les entretiens semidirectifs Les données seraient analysées de deux manières. Tout d abord, en fonction de méthodes interprétatives qualitatives. Nous utiliserions un logiciel (Alceste) afin de classifier de manière semi-automatique les mots pleins à l'intérieur d'un corpus. Nous coderions les notes de terrain, les observations et le matériel à archiver. Le codage servirait ensuite à une classification. Les données seraient regroupées par catégories sur le principe de similarités des phénomènes observés. Le logiciel nous aiderait à segmenter le texte, à établir des similitudes entre les segments et les hiérarchies de classes 23 Un premier questionnaire a été administré du 15 février au 20 mars personnes ont répondu. Nous constatons le manque de validité externe due à la faiblesse de l échantillon. Nous souhaitons reprendre ce questionnaire, l améliorer, le mettre en ligne une période plus longue, faire des relances afin d obtenir des réponses plus nombreuses, permettant de valider notre recherche. Cf annexe 2 : questionnaire initial 15

19 de mots. Ce traitement nous permettrait d'établir des hypothèses et/ou des pistes d'interprétation Traitement des données par analyse factorielle pour le questionnaire administré standardisé en ligne Une analyse factorielle en composante principale ACP serait réalisée (IBM SPSS 19). La finalité de cette analyse étant d étudier comment se structurent entre elles les pratiques managériales sous la forme de paquets corrélés positivement, négativement ou nullement entre elles. Nous tenterions ensuite d analyser les résultats. Conclusion Définir la fonction et les compétences spécifiques du gestionnaire d e-réputation peut permettre d avoir une vision plus approfondie de ses missions et de ses pratiques managériales. Ce projet d étude exploratoire a connu un début de mise en œuvre : le guide d entretien a été testé auprès de plusieurs gestionnaires et nous avons mis en ligne un premier sondage. Nous comptons renouveler la démarche dans des conditions de validité externe et interne satisfaisantes afin que nos premiers résultats fassent l objet d une prochaine communication. 16

20 ANNEXE 1 : PROPOSITION DE GUIDE D ENTRETIEN THEMATIQUES EXEMPLES DE QUESTIONS POSEES AUX GESTIONNAIRES D E-REPUTATION 1 Introduction/Présentation Présentation de l interlocuteur : intitulé du poste, formation initiale, expérience préalable du secteur, parcours ayant conduit à cette fonction? 2 La fonction de gestionnaire d eréputation 3 Les pratiques managériales 4 Les actions sur le système d offre de service Périmètre de la fonction Organisation de la fonction : Comment la fonction s insère dans l entreprise? Quelles compétences nécessaires? Difficultés de la fonction? Quels outils? Quelles pratiques? Description d une journée type Qu est-ce-qu un bon gestionnaire d e-réputation? Reprise des questions de Boistel (2007) Pour quoi (angle de la promesse), Avantages à utiliser le web 2.0? spécificité du discours sur le web 2.0? Pour qui (utilisateurs concernés), Caractéristiques de la clientèle concernée? Pour quand (angle de l occasion d utilisation), A quelle occasion, à quel rythme le gestionnaire utilise-t-il le web 2.0? Contre qui (réflexion sur ses concurrents) Importance de la veille et de la gestion des sites comparatifs? Description du système d offre Type de clientèle : origine et segment (affaires, loisirs ), Effectif salarié? Catégorie d hôtel Caractéristiques de l hôtel ou du groupe (historique, valeurs ) Actions sur le système d offre De quel ordre? 17

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

VegaPro DIGITAL COMMUNICATION. www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE

VegaPro DIGITAL COMMUNICATION. www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE VegaPro DIGITAL COMMUNICATION www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE DIGITAL En tant qu'agence digitale à Bejaia, Vegapro vous accompagne dans la définition

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Gestion d E-réputation. Management de marque

Gestion d E-réputation. Management de marque Renforcez votre présence sur Internet Stratégie Digitale Gestion d E-réputation Community Management Management de marque Web Marketing 0 www.forcinet.ma 1 Qui Sommes-Nous? Forcinet est une entreprise

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Offre de services Revolution-rh.com

Offre de services Revolution-rh.com Offre de services Revolution-rh.com POURQUOI TRAVAILLER AVEC NOUS? Révolution RH s adresse aux professionnels des ressources humaines : dirigeant, responsable ou directeur RH en TPE, PME ou ETI, conscients

Plus en détail

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement Utilisez les médias sociaux Pour rayonner plus largement Web 2.0 ou Web Social, qu est-ce que c est? Nouvelle génération du web Internaute = acteur Forte interaction Conversation Création de contenu Proximité

Plus en détail

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège Lundi de l Economie l Numérique Mardi 19 novembre Les médias m sociaux Foix CCI Ariège Un réseau = une stratégie Se lancer dans une stratégie de médias sociaux ne se résume pas à ouvrir un compte Twitter

Plus en détail

FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX Mélanie Hossler Olivier Murat Alexandre Jouanne FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX 12 modules pour construire sa stratégie social media, 2014 ISBN : 978-2-212-55694-0 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012 STRATÉGIES E-MARKETING Mars 2012 7 stratégies e-marketing D après un document réalisé par l ESC Lille 1 Le buzz marketing Le bouche à oreille du web Objectifs Développer sa visibilité Améliorer sa notoriété

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Communication & Médias Sociaux Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Postulat de départ,, Le Web social fait référence à une vision d'internet considérée,,

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

M É DIAS SO CIAUX ET DI REC T IO N S D E L A COMMU N ICATIO N OÙ EN EST-O N EN

M É DIAS SO CIAUX ET DI REC T IO N S D E L A COMMU N ICATIO N OÙ EN EST-O N EN M É DIAS SO CIAUX ET DI REC T IO N S D E L A COMMU N ICATIO N OÙ EN EST-O N EN Jack White Angie+1 et Occurrence ont interrogé 140 décideurs de la communication pour avoir une vision claire de la diversité

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Enquête de l Observatoire Cegos

Enquête de l Observatoire Cegos Enquête de l Observatoire Cegos L usage des réseaux sociaux dans les entreprises Usages par les salariés et responsables des réseaux sociaux 18 janvier 2012 18 janvier 2012 Méthodologie de l enquête 2

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

«L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?»

«L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?» «L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?» 7 juin 2012 Note méthodologique Étude réalisée auprès de trois cibles : Un échantillon de 301 chefs représentatif de l ensemble des chefs français à

Plus en détail

L Observatoire de la réputation La Poste

L Observatoire de la réputation La Poste L Observatoire de la réputation La Poste Journée Nationale des Etudes - 26 Janvier 2012 Image ou Réputation? Parler de la réputation d une entreprise, c est mettre l accent sur l importance et l influence

Plus en détail

PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil

PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil Conseil en développement hôtelier et touristique Gestionnaire de Communauté Formatrice Chemin des Loups 19160 Liginiac Tél : 06 16 58 64 08 Mél : anne.lerond.conseil@gmail.com

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! RÉSULTATS 2015 GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE Des Enjeux et des Hommes

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies 51 ème Concours National de la Commercialisation 29 mars 2012 Support de correction : Grille d évaluation Observations générales relatives à l évaluation des copies Le sujet du concours 2012 porte sur

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.vu-du-web.com

DOSSIER DE PRESSE. www.vu-du-web.com DOSSIER DE PRESSE www.vu-du-web.com 1 SOMMAIRE PRESENTATION DE VU DU WEB LES METIERS VU DU WEB Stratégie Web Référencement naturel Autres solutions de référencement Référencement payant Référencement social

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

LAGIER Cyrielle. Stage de Master 2. En partenariat avec. Economie et Gestion de l Environnement. Soutenance orale

LAGIER Cyrielle. Stage de Master 2. En partenariat avec. Economie et Gestion de l Environnement. Soutenance orale LAGIER Cyrielle En partenariat avec Stage de Master 2 Economie et Gestion de l Environnement Soutenance orale Université Bordeaux IV Année universitaire 2011/2012 Sommaire 2 Introduction 1. Rappel du contexte

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement»

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» JOURNEE 1 : LA DEMARCHE MARKETING JOURNEE 2 : SITE WEB ET OPTIMISATION DE SA VISIBILITE WEB

Plus en détail

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux Qui sommes nous? Fort de son expérience depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux, Net Social Réputation s associe avec Victoria Communication expert en communication B to B pour fonder Social Partner

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

LA COMMUNICATION CORPORATE PLUS QUE JAMAIS, UN ATOUT BUSINESS. Etude AACC Harris Interactive en partenariat avec l UDA

LA COMMUNICATION CORPORATE PLUS QUE JAMAIS, UN ATOUT BUSINESS. Etude AACC Harris Interactive en partenariat avec l UDA LA COMMUNICATION CORPORATE PLUS QUE JAMAIS, UN ATOUT BUSINESS Etude AACC Harris Interactive en partenariat avec l UDA DE QUOI PARLE T-ON? UNE ÉTUDE COMPLÈTE EN DEUX ÉTAPES UNE PHASE QUALITATIVE POUR METTRE

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE

PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE LA SÉMANTIQUE & LE DIGITAL Les internautes parlent des marques et de leurs usages de manière spontanée dans leurs échanges. Mais cette voix du consommateur est souvent sous exploitée

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison

Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison pour Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison Enquête auprès de la population étudiante Vague 2 Novembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Le directeur. Introduction de l'étude Global CMO Study. marketing, au cœur de la performance de l entreprise

Le directeur. Introduction de l'étude Global CMO Study. marketing, au cœur de la performance de l entreprise Le directeur IBM Introduction de l'étude Global CMO Study marketing, au cœur de la performance de l entreprise L illustration de couverture représente les plus de 1700 responsables marketing qui se sont

Plus en détail

Atelier réseaux sociaux, e-réputation et communication digitale. Vincent Dutot, Ph.D

Atelier réseaux sociaux, e-réputation et communication digitale. Vincent Dutot, Ph.D Atelier réseaux sociaux, e-réputation et communication digitale Vincent Dutot, Ph.D Qui suis-je? Enseignant chercheur à ESG Management School Consultant conférencier Titulaire chaire Digital, data et design

Plus en détail

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement connectés aux médias sociaux? Agenda La divulgation compulsive

Plus en détail

Concepteur WEB Option - Web Marketing 1200 Heures

Concepteur WEB Option - Web Marketing 1200 Heures Cette formation propose aux étudiants la connaissance et la maîtrise du marketing du web et des outils et techniques sur Internet. Elle sensibilise aux règles à respecter pour fidéliser et promouvoir les

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE 2 Objectifs et méthodologie : les objectifs Objectifs :

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 1 FIDELISER, POURQUOI? Les actions de promotion/communication peuvent être classées en deux grandes catégories. LA CONQUETE S adresse à un large

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Les nouveaux modes de distribution : impacts et enjeux

Les nouveaux modes de distribution : impacts et enjeux Les nouveaux modes de distribution : impacts et enjeux 1. Le E-Commerce et ses nouveaux usages Constat : Le Web 2.0 = Le renversement des pouvoirs Les consommateurs ne font plus confiance aux marques (Brand

Plus en détail

SEMINAIRE DE COMMUNICATION

SEMINAIRE DE COMMUNICATION SEMINAIRE DE COMMUNICATION Rennes 7 décembre 2013 STRATEGIE DE COMMUNICATION BERNARD ATTARD COORDINATEUR IMAGE PUBLIQUE DU ROTARY RC NICE LA COMMUNICATION NE S IMPROVISE PAS DEFINITION DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY Online Intelligence Solutions NEXITY développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY CASE STUDY INTRODUCTION Client Industrie Immobilier

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

CHARGE DE COMMUNICATION WEB ET EDITIONS

CHARGE DE COMMUNICATION WEB ET EDITIONS Direction des Ressources humaines CHARGE DE REDACTION H CHARGE DE COMMUNICATION WEB ET EDITIONS POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction de la Communication, rattachée au Président

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN COMMUNICATION STRATEGIES PUBLICITAIRES ET COMMUNICATION NUMERIQUE BAC+5 - MCOM Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles).

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX TAMENTO Agence de Webmarketing TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES INBOUND MARKETING REFERENCEMENT COMMUNICATION VISUELLE DEVELOPPEMENT WEB 2 Christophe MENANI Associé Responsable du développement Responsable

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Formation COMMUNITY MANAGER 10 jours

Formation COMMUNITY MANAGER 10 jours Formation COMMUNITY MANAGER 10 jours Dates : du 7 au 18 septembre 2015 LE METIER DE COMMUNITY MANAGER Le métier de «community manager» est né il y a environ cinq ans de la nécessité de communiquer sur

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Avant-propos Le cabinet d expertise-comptable SODRACO existe depuis 1974 et fêtera donc en 2014 ses 40 ans. Il a été fondé par Alain

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs.

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. RECRUTEMENT Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. Nous sommes au service des clients et des candidats afin de mettre en adéquation les

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

«Les avis des voyageurs construisent votre réputation sur internet»

«Les avis des voyageurs construisent votre réputation sur internet» «Les avis des voyageurs construisent votre réputation sur internet» Présentation du 22 mars 2011 1 Il y avait l'an dernier en France 38 millions d'internautes, soit 18 millions de plus qu'en 2003 Source"Le

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail