La stabilité en géométrie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La stabilité en géométrie"

Transcription

1 Roger Cuppens (*) À George Pólya (1) PMEP Pour herher et approfonir 671 La stabilité en géométrie Dans et artile, j étuie le rôle es essins ans l élaboration e la géométrie euliienne. Ce rôle et le fait que ette géométrie ait es appliations ans la vie ourante implique l iée une stabilité es théorèmes géométriques : si on émontre que es hypothèses entraînent toujours une onlusion, alors on peut penser qu en moifiant peu les hypothèses, la onlusion est elle-même peu moifiée. yant onstaté que l étue e e phénomène est absente e la littérature usuelle (2), je me propose e ombler ette laune. J étuierai aussi quelques onséquenes pour les logiiels e géométrie ynamique. 1. La géométrie : l art e raisonner juste sur es figures fausses (3) C est ainsi que ans ma jeunesse on éfinissait la géométrie. Mais qu est-e qui pouvait bien justifier ette formule? n ommençait par es observations u mone réel ave ses objets familiers : ubes, boules, n pouvait aussi sur une feuille e papier faire es essins à la règle et au ompas, par exemple une fleur à six pétales et égager à partir e là les notions e erle, hexagone régulier, e triangle équilatéral, n étuiait les ivers quarilatères Et. (*) Professeur émérite à l Université Paul Sabatier. Groupe Géométrie ynamique e l IREM e Toulouse. (1) Dans les années 70, George Pólya avait entrepris, à près e 85 ans, une roisae ontre la réforme es mathématiques moernes. J ai ainsi assisté à la Catholi University of meria à une série e onférenes qu il onnait sur e sujet. Sa onlusion était que seul l enseignement e la géométrie euliienne tel que je l avais subi ans ma jeunesse permettait une vraie initiation aux mathématiques. À l époque, jeune professeur, je n avais pas été onvainu par ses affirmations. Depuis et ave le reul, je suis intimement persuaé qu il avait raison. (2) Signalons toutefois l exerie 1 es lympiaes e Première 2007 e l aémie e Versailles (brohure PMEP n 182, p ). (3) Une première version e e paragraphe érite omme réation à une leture e [9] est parue ans le numéro 2 e l utan, nouveau journal e l IREM e Toulouse.

2 672 Pour herher et approfonir PMEP L une es iffiultés e l enseignement onsistait alors à passer e e mone réel à un mone virtuel peuplé objets e base : points, roites et erles (si on fait e la géométrie plane) auxquels on ajoute les plans, les sphères, (si on fait e la géométrie ans l espae). n ommençait par la géométrie plane en introuisant à la Eulie les points («objets sans imension») et les roites («objets à une imension») reliés par es propriétés appelées axiomes ou postulats telles que : «Par eux points passe une roite et une seule» (f. l introution e [4]). À partir e es objets e base, on éfinissait es objets plus ompliqués tels que erles, triangles,, es propriétés telles que perpeniularité, parallélisme, et on étuiait es problèmes où on partait une figure omposée un ertain nombre objets reliés par ertaines propriétés et où on herhait à éouvrir et à émontrer e nouvelles propriétés e la figure. Par exemple, on éfinissait une figure (4) appelée parallélogramme et on trouvait es longueurs égales, es angles égaux, le fait que les iagonales se oupent en leur milieu, et. 102,97 8,27 m 5,09 m 4,34 m 77,03 5,32 m 77,03 5,32 m 4,34 m 5,09 m 102,97 8,27 m Pour les émonstrations, on utilisait au ébut la notion e triangles égaux ( està-ire superposables ans un mouvement sans éformation, notion forément intuitive) et on «émontrait» (par superposition virtuelle) les trois as égalité es triangles qui servaient penant longtemps omme seuls outils e émonstration (en interisant le reours aux superpositions). Cette interition était une soure e grane iffiulté, mais on aurait pu la ontourner en amettant les as égalité omme axiomes e la théorie, la superposition étant alors une justifiation plutôt qu une émonstration. Mais la réforme es mathématiques est arrivée ave les onséquenes que l on onnaît sur l enseignement e la géométrie. Durant ette périoe, Choquet a fourni ans [2] une axiomatique simple et omplète e ette géométrie ave une vingtaine axiomes, e qui ren un tel système impropre à une initiation. Cei explique qu avant la réforme on utilisait une axiomatique inomplète, es essins renant évients ertains faits. Par exemple, on (4) Les travaux e iatique ont employé le mot figure pour les ensembles objets u mone virtuel et essin pour une représentation e ette figure ans le mone réel, alors que prééemment l on employait le mot figure pour e tels essins : il faurait en onséquene moifier le titre e e paragraphe.

3 PMEP La stabilité en géométrie 673 amettait ave un essin qu une roite oupant un ôté un triangle oit reouper un euxième ôté, e qui semble évient sur le essin i-essous, mais néessite un axiome ans une théorie formalisée (5). P C n utilisait en général ivers essins suivant les outils utilisés (main levée, ), les plus sophistiqués étant les onstrutions à la règle et au ompas qui apportaient si on y mettait un peu e soin une assez bonne préision au moins pour les figures simples telles que elles e l hexagone régulier. Par exemple, on a i-essous es onstrutions u milieu M e eux points et à la règle et au ompas une part et au ompas seul autre part (6). 2 P 4 1 s 5 s 6 M P P 9 P 3 P 5 M P P (5) Cet axiome appelé axiome e Pash en géométrie euliienne oit être onsiéré omme la éfinition un «vrai» triangle en géométrie elliptique (f. [4]). (6) Rappelons que Masheroni [8] a montré que toute onstrution à la règle et au ompas peut être effetuée au ompas seul, résultat qui avait été obtenu prééemment par Georg Mohr, mais était passé inaperçu.

4 674 Pour herher et approfonir PMEP Pour les figures plus ompliquées, la hose était moins éviente et l on sait que Lemoine [7] a éveloppé sous le nom e géométrographie une étue e la omplexité et e la préision es essins géométriques. Néanmoins on pouvait à un moment onné faire outer u sérieux un tel usage en fournissant par exemple un essin «montrant» qu un triangle quelonque est toujours isoèle (f. [1], p. 146), e qui surpren à première vue (même es professeurs en exerie) alors que la solution logique est simple : un tel essin ne orrespon pas à une figure mathématique. Depuis ette époque où on apprenait à évelopper la géométrie omme une théorie mathématique et à résoure à partir es as égalité es triangles es problèmes géométriques, est intervenue une ouble révolution : elle (interne) es mathématiques moernes qui a bouleversé l enseignement es mathématiques et elle (externe) es TICE et en partiulier es logiiels e géométrie ynamique. Je ne parlerai pas ii e la première autres l ont fait avant moi et bien mieux que je ne pourrais le faire. Je veux simplement ans la suite fournir quelques éléments e réflexion onernant les logiiels e géométrie ynamique et qui me semblent néessaires après la leture e [9]. Une première hose qui saute aux yeux quan on utilise un tel logiiel est la grane préision es essins obtenus. Mais il est faux e prétenre omme [9] qu un logiiel omme Cabri fournit es essins exats. En effet, quan on entre à l éran es points, es roites, es erles,, Cabri les transforme e manière entièrement transparente à l utilisateur en équations et les aluls qu il effetue sont es aluls approhés (ave une préision grane, mais limitée, isons e l orre e 10-9 m) et es aluls fournissent à l éran un essin ont la préision est enore iminuée par la taille es pixels utilisés. ien que sans ommune mesure ave les essins papier/rayon, ette préision est forément limitée et peut fournir ans ertains as es essins iffiilement interprétables, voire totalement faux (7). Prétenre le ontraire est regrettable pour eux raisons. La première est que l une es tâhes un enseignement moerne oit être e mettre en gare ontre l opinion ommune qu un orinateur fournit toujours la vérité, même si e que l on y entre est faux! La euxième est plus iretement liée à la nature e la géométrie : née u mone réel, elle est utilisée ans le mone réel. Par exemple, un maçon évaluera «l équerre» un mur en utilisant une ore à nœus pour trouver (3,4,5). Il est évient que es valeurs sont approhées, mais ei n a pas importane ar le théorème e Pythagore permettant affirmer qu un triangle (3,4,5) est retangle a une ertaine «stabilité» : un triangle «presque» (3,4,5) est «presque» retangle. Ce fait, pourtant fonamental, est rarement enseigné ans les ours e géométrie. De même, un menuisier ou un tailleur e pierre aura besoin e traer es roites «presque» parallèles. u lieu e vouloir obtenir à tout prix es essins «exats» omme le souhaite [9] (au fait, pourquoi faire?), ne ferait-on pas mieux, après avoir (7) Le leteur intéressé pourra trouver es expérienes permettant étuier la préision e Cabri ans le hapitre 7 e [5].

5 PMEP La stabilité en géométrie 675 étuié le parallélogramme (qu il est quan même faile e essiner lorsqu on a un outil «Droite parallèle»!) e faire réfléhir sur le essin suivant (obtenu en faisant tourner e 0,1 eux es ôtés u parallélogramme e la page 2) : 103,07 8,26 m 5,09 m 4,33 m 5,33 m 77,03 5,32 m 5,11 m 77,03 4,35 m 8,27 m 102,87 et plus généralement apprenre à onjeturer à partir e valeurs approhés obtenues sur es essins inexats es valeurs exates ans le mone virtuel e la géométrie? 2. Quelques théorèmes e stabilité Dans le paragraphe prééent, j ai étuié l intérêt es essins en géométrie et suggéré que et intérêt était suboronné à l existene une stabilité es théorèmes géométriques : la véraité un théorème u type «si H, alors C» ne peut être vérifié sur un essin (forément entahé erreurs) que si un théorème «e stabilité» u type «si presque H, alors presque C» est vrai. Je me propose ans e paragraphe e émontrer quelques théorèmes e e type Définitions Il me faut ommener par préiser le «presque» employé. Les propriétés onernées sont es propriétés mesurables et le «presque» est on numérique. Par exemple, ire qu un triangle C est retangle en signifie = π 2 (si les angles sont mesurés en raians). Je irai qu un triangle C est presque retangle en si π 2 π (lire est presque égal ) ou 2 π 0, 2 est-à-ire

6 676 Pour herher et approfonir PMEP ε représentant l erreur amise. n emploiera alors la notation plus préise π ε 2 pour ette ernière situation. Remarque. Il est évient que ette relation néanmoins le résultat suivant : Si a b et b, alors a n est pas transitive, mais que l on a Je vais ommener par étuier la stabilité u théorème e Pythagore : si un triangle C est retangle en, alors a = b + (ave les notations usuelles) ont une «version stable» serait : si un triangle C est presque retangle en, alors a b +, mais quel sens onner à un tel théorème? Une réponse est onnée par le théorème l-kashi : si C est un triangle quelonque, alors a = b + 2bos. D où ès que ε ε ε+ ε. π < ε, a b <ε 2b os < ε et la ontinuité u osinus me permet affirmer l existene un r tel que π < r 2 entraîne l inégalité prééente. n a on finalement le résultat suivant : se onnant ε positif, il existe r tel que si π r, alors a ε b +. 2 Si on introuit la éfinition suivante : un théorème u type ( H1 = h1) ( Hp = hp) ( C1 = 1) ( Cq = q) ε

7 PMEP La stabilité en géométrie 677 (où les h j et les k sont es nombres et les H j et C k es expressions numériques) est stable si se onnant q onstantes ε 1,, ε q, il existe p onstantes r 1,, r p telles que ( H1 r h1) H C1 1 C 1 ( p r hp 1 q p ) ( ε ) ( ε q q), on peut on ire que le théorème e Pythagore est stable. Cei a lieu en partiulier lorsque les C k sont es fontions ontinues e ( H1,, H p ) au point ( h 1,, h p ). Par exemple, le théorème l-kashi fournit la relation os b + a = 2b qui montre la stabilité e la réiproque u théorème e Pythagore. Remarques. 1. En toute rigueur, il faut ajouter la onition que le prouit b n est pas trop petit. 2. ve ette même méthoe, on peut éuire la stabilité u théorème sur le triangle isoèle : Dans un triangle C, b si et seulement si C. et ave e résultat, on peut émontrer la stabilité u théorème sur la méiane u triangle retangle sous la forme suivante : Un triangle C est presque retangle si et seulement si il existe un point M e [C] tel que M M et M CM Stabilité es as égalité es triangles Comme je l ai rappelé ans le paragraphe prééent, les trois as égalité es triangles jouaient ans mon enfane un rôle fonamental ans l enseignement e la géométrie plane (on parlerait atuellement «axiomes»). n peut les énoner à partir e la éfinition suivante : Deux triangles C et C sont égaux si les six onitions suivantes sont vérifiées : a= a, b= b, =, =, =, C = C. Les trois as égalité onsistent à affirmer que si l on hoisit onvenablement trois e es onitions : a= a, =, C = C (premier as), b= b, =, = (euxième as), a= a, b= b, = (troisième as), les trois autres s en éuisent.

8 678 Pour herher et approfonir PMEP Pour omprenre es trois as (je ne is pas émontrer ar les résultats que je vais invoquer se émontrent en utilisant e manière irete ou inirete les as égalité), il suffit avoir es formules permettant e aluler les six éléments (ôtés ou angles) un triangle C en fontion e trois entre eux. Pour ei, on a la formule l- Kashi éjà invoquée : a = b + 2bos que l on peut utiliser e eux manières : si on onnaît les trois ôtés a, b et, elle permet e aluler os, os et osc : et on les trois angles, et C (troisième as) ; si on onnaît b, et, elle permet e aluler a, puis et C (euxième as). Pour le premier as, on peut utiliser une autre formule lassique, la formule es sinus : Si on onnaît a, et C, alors et on os b + a =, os + a b =, osc a = 2b 2a e qui ave la formule es sinus onne a b = = sin sin sin C. = π C sin = sin + C, sin sin C b= a, = a, sin + C sin + C ( ) ( ) ( ) et on le premier as égalité. Puisque les formules prééentes sont toutes ontinues, on a on le résultat suivant : Théorème. Les trois as égalité es triangles sont stables. + b 2ab Remarques. 1. n peut montrer que la formule es sinus est équivalente à elle l Kashi ans le sens que si on émontre géométriquement l une, l autre peut s en éuire par un alul trigonométrique simple.

9 PMEP La stabilité en géométrie n peut éuire la formule es sinus e la formule où R ésigne le rayon u erle ironsrit au triangle C, que l on peut émontrer en onsiérant le triangle H ans la figure i-ontre. De ette formule, on éuit imméiatement que les rayons es erles ironsrits à eux triangles presque égaux sont presque égaux. n peut aussi montrer que où S est l aire u triangle C. De ette relation, on éuit imméiatement que les aires e eux triangles presque égaux sont presque égales. 3. ve e résultat, on obtient la stabilité e tous les résultats e géométrie euliienne pouvant se émontrer ave les as égalité. Reste parfois es iffiultés e éfinition, par exemple que seront es roites «presque parallèles»? 4. Ce résultat est enore vrai pour les quatre (8) as égalité e la géométrie hyperbolique ou e la géométrie elliptique. Pour le voir, il suffit e remplaer la formule l Kashi et la formule es sinus par et pour la géométrie hyperbolique (f. [4], p. 68) et par et a 2 = Rsin a b ab = = = sin sin sin C 2 S osh( a) = osh( b)osh( ) sinh( b)sinh( )os os osc + os = sin sin C sin sin sin = = C sinh( a) sinh( b) sinh( ) os os( a) = os( b)os( ) sin( b)sin( )os os C + os = sin sinc sin sin sinc = = sin( a) sin( b) sin( ) pour la géométrie elliptique (f. [4]. p. 185). R a/2 H C (8) En géométrie hyperbolique ou ellitique, le quatrième as onsiste à affirmer que eux triangles sont égaux si leurs trois angles sont égaux eux à eux.

10 680 Pour herher et approfonir PMEP 2.3. Droites presque parallèles Pour éfinir le presque parallélisme, on va utiliser une aratérisation numérique u parallélisme. Pour ei, je éfinis l angle uv e eux roites u et v omme étant l angle (usuel) es roites u et v parallèles à u et v et passant par un même point. Deux roites u et v sont alors parallèles (ou onfonues) si et seulement si uv = 0. En aor ave e qui préèe, eux roites u et v sont presque parallèles si et seulement si leur angle uv est petit. Puisque uv < ε et vw < ε impliquent uw < ε + ε, on obtient imméiatement la stabilité e la relation e parallélisme. n en éuit que si u et v sont presque parallèles et si u et w ne sont pas presque parallèles, alors v et w ne sont pas presque parallèles. Soit C un triangle. Il est évient que les roites () et (C) sont presque parallèles si et seulement si C + C π.. n en éuit la stabilité u théorème : Deux roites perpeniulaires à une troisième sont parallèles entre elles. et e sa réiproque : Si u et v sont parallèles et si w est perpeniulaire à u, alors w est perpeniulaire àv. joutons la remarque suivante qui orrespon bien à l intuition que eux roites parallèles ont un point ommun à l infini : si C est un triangle tel que () et (C) soient presque parallèles et si C n est pas petit, alors la formule es sinus implique que et C sont très grans Presque parallélogramme Un quarilatère CD est un presque parallélogramme si les roites () et (CD) une part et (D) et (C) autre part sont presque parallèles. De e qui a été it i-essus, on éuit imméiatement la stabilité es propriétés angulaires es parallélogrammes. De même, les théorèmes un quarilatère est un parallélogramme si et seulement si ses ôtés opposés sont égaux, un quarilatère est un parallélogramme si et seulement si ses iagonales se oupent en leur milieu, sont stables puisqu on peut les émontrer à l aie es as égalité es triangles Stabilité u théorème e Thalès Soit C un triangle et et C es points e () et (C) tels que (C) et ( C ) soient presque parallèles. Soit C le point intersetion e la roite (C) ave la roite passant par le point et parallèle à (C). D après le théorème e Thalès :

11 PMEP La stabilité en géométrie 681 C = C. Mais les triangles C et C ont en ommun le ôté [ ] et l angle. De plus C C. De la stabilité u premier as égalité, on éuit C C et on : C C. n a on émontré la stabilité u théorème e Thalès. 3. Stabilité et ontinuité n a vu que la stabilité es théorèmes e géométrie résulte e la ontinuité e variation es ifférents éléments e la figure orresponante. n pourrait on penser qu il est faile e onstruire un logiiel e géométrie ynamique où les figures varient toujours ontinûment. r tous eux qui ont utilisé un logiiel omme Cabri savent qu il n en est rien : il existe es ruptures e ontinuité u éplaement. Un exemple simple onsiste à prenre eux points et sur un erle e entre et e éterminer l un es points intersetion M u erle ave la bissetrie b e l angle. n onstate que le point M «saute un emi-tour» lorsque le point traverse le symétrique u point par rapport au point. ʹ Cʹ Cʹʹ C ʹ M ʹ M Ce phénomène est (entre autres) étuié ans la thèse e ernar Genevès [6]. utre la ontinuité, les auteurs u logiiel Cabri ont souhaité un éterminisme ans la gestion es figures : lorsque, après éplaement, les éléments e base éfinissant une figure reviennent à leur position initiale, toute la figure onstruite sur es éléments oit revenir à sa position initiale. r éterminisme et ontinuité sont inompatibles omme le montre l exemple prééent : si on suppose que le point part u point et se éplae ontinûment sur le erle toujours ans le même sens, après un tour omplet le point M n aura fait qu un emi-tour et ne sera on pas revenu à sa position initiale : il n y aura pas éterminisme.

12 682 Pour herher et approfonir PMEP n ne peut on pas avoir un logiiel totalement éterministe et totalement ontinu. Cabri qui a hoisi l option éterministe ne permet on pas e onstruire un essin ontinu u phénomène prééent à partir u erle et es points et omme objets initiaux. Mais la isontinuité épenra e la manière ont M est éfini : par exemple, si on éfinissait la roite non omme la bissetrie e l angle, mais omme la méiatrie e [], la isontinuité se prouirait lorsque le point passe par le point. ʹ M M ʹ Remarques. 1. Dans la représentation plane es nombres omplexes, l exemple prééent orrespon au problème e la éfinition e la raine arrée es nombres omplexes : on sait que pour résoure e problème e manière omplètement satisfaisante, on introuit lassiquement les surfaes e Riemann. Cinerella est un logiiel e géométrie ynamique omplètement ontinu basé sur e telles iées, mais il est évient qu ave un tel logiiel la prévision es effets u éplaement es éléments e base une figure est plus iffiile que ans Cabri. n peut trouver es renseignements supplémentaires sur Cinerella sur le site (ou en aressant à Google la requête «Cinerella»). 2. Dans les onstrutions à la règle et au ompas, es problèmes e isontinuité n apparaissent ans Cabri que lorsque l on fait jouer ans la figure un rôle issymétrique aux eux points intersetion une roite et un erle (ou e eux erles) qui sont numérotés automatiquement : il faut onsiérer les roites e Cabri omme es axes orientés. Ces isontinuités qui sont parfois iffiiles à omprenre peuvent être utilisées par exemple en géométrie booléenne (f. [3], hapitre 10). 3. Un autre type e iffiulté peut apparaître lorsque l outil invoqué orrespon à eux onstrutions ifférentes. C est le as, par exemple, lorsque l on veut onstruire ans Cabri la perpeniulaire à une roite onnée passant par un point situé en ehors e la roite en utilisant la propriété e l angle insrit ans un emi-erle : il suffit e prenre un point sur la roite et e éterminer le euxième point intersetion H e la roite et u erle e iamètre []. Si, ans Cabri, on éfinit le erle omme le erle entré au milieu e [] et passant par le point, il n y a auun problème : la roite (H) est perpeniulaire à la roite quelle que soit la position u point :

13 PMEP La stabilité en géométrie 683 H Mais si on éfinit le erle omme le erle entré au point et passant par le point, la propriété ne résiste pas au éplaement u point : H Le phénomène est simple à expliquer : ans le euxième as, Cabri rée eux points intersetion qu il numérote automatiquement et est l utilisateur qui érète lequel est le point H herhé, mais lorsque le point traverse le projeté u point sur la roite, il evient oïniant ave le point H et la figure n est plus elle que l on voulait. Par ontre ans le premier as, Cabri onnaît le point omme l un es points intersetion et il ne réera que le euxième point intersetion : la figure onvienra toujours. 4. n voit que tous es phénomènes e isontinuité sont e fait liés à la manière ont le logiiel étermine et gère les points intersetion une roite et un erle, e eux erles, et. Pour savoir si les exemples que je viens e montrer sont traités e la même manière par autres logiiels, il n y a qu à regarer Conlusion H H n voit que la notion e stabilité onfirme les possibilités appliquer la géométrie euliienne à la vie ourante. n peut alors la onsiérer omme une siene physique permettant e érire es objets géométriques réels (ubes, sphères, ônes, ), e les omparer, les mesurer, L étue es transformations (translations, rotations, homothéties, ) fournit en plus un are théorique pour étuier les éplaements (ave, éventuellement, moifiations) e es objets un lieu vers un autre sans tenir ompte u trajet effetué. La inématique permet ajouter la notion e trajetoire et étuier les vitesses et les aélérations. Tout ei s enseignait en mathématiques au lyée avant la réforme es mathématiques moernes. Les théories mathématiques fournissaient alors es exemples simples e e que peut être une siene physique ave ses origines, son éveloppement et ses appliations.

14 684 Pour herher et approfonir PMEP Mais, lors e la réforme es mathématiques moernes, les mathématiiens ont abanonné aux physiiens l enseignement e la inématique et, au lyée, on ne éfinit plus la vitesse moyenne un mobile omme le quotient e la istane parourue par le temps e parours. h, oui, Pólya avait raison! ibliographie [1] Mihel CRRL, Géométrie. Ellipses, [2] Gustave CHQUET, L enseignement e la géométrie. Hermann, [3] Roger CUPPENS, ve Cabri-Géomètre II, jouez et faites e la géométrie (eux tomes). rohures PMEP n os 136 et 137, [4] Roger CUPPENS, Déouvrir les géométries non euliiennes en jouant ave Cabri- Géomètre II. rohures PMEP n os 160 et 161, [5] Jean-Jaques DHN, La émarhe e éouverte expérimentalement méiée par Cabri-géomètre en mathématiques. Un essai e formalisation à partir e l'analyse e émarhes e résolutions e problème e boîtes noires. Thèse e otorat, Université Joseph Fourier, Grenoble, [6] ernar GENEVÈS. Vers es spéifiations formelles : fonements mathématiques et informatiques pour la géométrie ynamique, thèse e l'université Joseph Fourier, Grenoble, 21 éembre [7] Émile LEMINE, Géométrographie ou art es onstrutions géométriques. Gauthier-Villars, [8] Lorenzo MSCHERNI. Géométrie u ompas, Rééité par la Librairie Sientifique lanhar en [9] Claue MTTIUSSI. Construtions logiques ave Cabri. L utan, revue e l IREM e Toulouse, n o 1 (mai 2007), p

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES.

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. N 2 Mars 2012 La Gazette u Rallye Mathématique e l IREM Paris-Nor LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. Dans un même établissement et pour une urée e 1 heure : ο ο une ate est retenue : le luni 12 après-mii

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Volume RESUME DE COURS DE MATHEMATIQUES. Copyright Ben. Troisième. Programme 1999

Volume RESUME DE COURS DE MATHEMATIQUES. Copyright Ben. Troisième. Programme 1999 Volume 2 RESUME DE OURS DE MTHEMTIQUES. opyright en. Troisième Programme 1999 introduction : e résumé, second du nom, a été conçu en tant qu'assistant pour les élèves de quatrième et de troisième. Il regroupe

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale

Plus en détail

Séance. Séquence 1. Exercice 38. Exercice 39. b) Les trois médianes semblent concourantes.

Séance. Séquence 1. Exercice 38. Exercice 39. b) Les trois médianes semblent concourantes. Séane Ce que tu devais faire Les ommentaires du professeur Exerie 38 On ommene par bien lire le sommet duquel est issu la médiane : ii, est F. La médiane issue de F est la droite qui passe par F et qui

Plus en détail

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes.

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. 754 ans nos classes PMP éométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. J.-P. Massola et article traite de trois problèmes de distances sur la surface

Plus en détail

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Stagiaire : Sejjil Olfa Tuteurs de stage: Luc BIARD et Bernard LACOLLE Laboratoire: Jean Kuntzmann (LJK) Equipe: Modélisation Géométrique & Multirésolution pour

Plus en détail

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles Session 2014 exceptionnel Partie mathématiques de la deuxième épreuve d'admissibilité Éléments statistiques

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier

Plus en détail

Problèmes à propos des nombres entiers naturels

Problèmes à propos des nombres entiers naturels Problèmes à propos des nombres entiers naturels 1. On dispose d une grande feuille de papier, on la découpe en 4 morceaux, puis on déchire certains morceaux (au choix) en 4 et ainsi de suite. Peut-on obtenir

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs des écoles Exemple de sujet : épreuve écrite de mathématiques

Concours de recrutement de professeurs des écoles Exemple de sujet : épreuve écrite de mathématiques Concours de recrutement de professeurs des écoles Exemple de sujet : épreuve écrite de mathématiques À compter de la session 2014, les épreuves du concours sont modifiées. L arrêté du 19 avril 2013, publié

Plus en détail

LES FRACTIONS Séance 1/9

LES FRACTIONS Séance 1/9 LES FRACTIONS Séance 1/9 DOMAINE : Mathématiques (Nombres et calcul) NIVEAU : CM1 DURÉE : 45 minutes COMPÉTENCES : Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : demi, tiers, quart,

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x Exercice Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x A B E F H G D Le fond de la boîte est le rectangle EFGH. La feuille est au format A4, donc

Plus en détail

4 points sont réservés à : - la présentation générale de la copie : bien écrit / propre / questions numérotées / réponses soulignées..

4 points sont réservés à : - la présentation générale de la copie : bien écrit / propre / questions numérotées / réponses soulignées.. 3 ème CORRECTION détaillée du Brevet blanc n 2 4 points sont réservés à : - la présentation générale de la copie : bien écrit / propre / questions numérotées / réponses soulignées.. Vous devez vous efforcer

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

11 Géométrie. dans l espace. Chapitre

11 Géométrie. dans l espace. Chapitre hapitre éométrie dans l espace e chapitre reprend prolonge le travail fait en collège en géométrie dans l espace Les activités de conjecture de démonstration de construction de figures sont poursuivies

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e I n t r o d u c t i o n a u x m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 0 e a n n é e ( 0 S ) Examen de préparation de mi-session Corrigé I n t r o d u c t i o n a u x m a

Plus en détail

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1 Luc PONSONNET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " L ENORME SAUT DE THIERRY NEUVILLE AU RALLYE DE FINLANDE" Niveau de la classe : première scientifique Testée avec une classe de première scientifique

Plus en détail

DNB, Métropole, correction, mathématiques

DNB, Métropole, correction, mathématiques DNB, Métropole, correction, mathématiques jeudi 28 juin 2012 Activités numériques, 12 points Toutes les réponses doivent être justifiées, sauf si une indication contraire est donnée. Exercice n o 1 1.

Plus en détail

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement :

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement : Pour mémoriser, il faut comprendre le sens des opérations D après les travaux de Jean Luc Bregeon, IUFM d Auvergne http://pagesperso-orange.fr/jean-luc.bregeon/ Mémorisation de la table d addition Savoir

Plus en détail

Projections et Perspective

Projections et Perspective Points principau: Projections et Perspective Transformation e projection Volume e visualisation Moule 6 2 Étapes pour la visualisation 3D Sstème e Cooronnées e Moélisation (SCM) Sstème e Cooronnées u Dispositif

Plus en détail

Brevet blanc de mathématiques Mars 2014 BREVET BLANC MARS 2014 MATHEMATIQUES COLLEGE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00

Brevet blanc de mathématiques Mars 2014 BREVET BLANC MARS 2014 MATHEMATIQUES COLLEGE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00 BREVET BLANC MARS 2014 MATHEMATIQUES COLLEGE STANISLAS-NICE Durée de l épreuve : 2 h 00 Ce sujet comporte 5 pages numérotées de 1/5 à 5/5. Dès que ce sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet.

Plus en détail

Appareils photo numériques (APN)

Appareils photo numériques (APN) Faststone Appareils photo numériques (APN) Très courants aujourd hui, ces appareils demandent quelques manipulations des photos qu ils produisent. En effet, là où on prenait 4 ou 5 photos avec un appareil

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires Julie Gauthier 16 février 2013 Sommaire 1 Les règles du jeu 3 1.1 Le matériel............................... 3 1.2 L atari-go................................

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Comment maîtriser sa colère

Comment maîtriser sa colère Comment maîtriser sa colère La résolution de problemès Homewood Solutions Humaines MC, 2011. Ce cahier d exercices accompagne le cours électronique intitulé Comment maîtriser sa colère et est destiné à

Plus en détail

Correction du Brevet Blanc de Mathématiques - Mai 2014

Correction du Brevet Blanc de Mathématiques - Mai 2014 Correction du Brevet Blanc de Mathématiques - Mai 014 Exercice 1 Amérique du Sud 01 3 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiple (QCM). Pour chaque ligne du tableau trois réponses sont proposées,

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau, Section didactique, Département de mathématiques, UQAM Résumé Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont

Plus en détail

Université Paris-Est Val-de-Marne Créteil. Fiche 2 Résolution d équations

Université Paris-Est Val-de-Marne Créteil. Fiche 2 Résolution d équations Université Paris-Est Val-de-Marne Créteil DAEU-B Fiche 2 Résolution d équations 1 Une équation est une question Une équation correspond à une formulation mathématique de certaines questions. Elle se présente

Plus en détail

Chapitre 3 Les propriétés des ondes

Chapitre 3 Les propriétés des ondes ENIÈE IMPESSION LE 1 er août 2013 à 16:36 Chapitre 3 Les propriétés des ondes Table des matières 1 La diffration des ondes 2 2 Les interférenes 3 3 Effet oppler 4 PAUL MILAN 1 PHYSIQUE-CHIMIE. TEMINALE

Plus en détail

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli Partie 1 Camera raw Camera Raw est une partie de Photoshop qui permet de développer vos photos à la manière des chambres noires de l époque argentique, mais avec beaucoup, mais alors beaucoup plus de facilité.

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau Section didactique Département de mathématiques, UQAM RÉSUMÉ Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

Sujet de mathématiques du brevet des collèges

Sujet de mathématiques du brevet des collèges Sujet de mathématiques du brevet des collèges AMÉRIQUE DU SUD Décembre 2015 Durée : 2h00 Calculatrice autorisée La qualité de la rédaction, l orthographe et la rédaction comptent pour. Indication portant

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Alice G., Belge, née à Munich. J ai passé toute ma scolarité à l école européenne de Munich (à part la maternelle).

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

LES MATHEMATIQUES DE LA 4 EME A LA 3 EME AU COLLEGE LA SOURCE (MEUDON 92)

LES MATHEMATIQUES DE LA 4 EME A LA 3 EME AU COLLEGE LA SOURCE (MEUDON 92) Passage Mathématique 4 ème - 3 ème v 1.0 Classe de Quatrième Page 1 sur 8 LES MATHEMATIQUES DE LA 4 EME A LA 3 EME AU COLLEGE LA SOURCE (MEUDON 92) «Les mathématiciens ont autant besoin d'être philosophes

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength onsolidation sous vide (-S) C Building worldwide on our strength onsolidation sous vide La onsolidation de terrains sous vide a été introduite dès 1952 par W. Kjellman, l inventeur du drain vertial préfabriqué.

Plus en détail

a) Effectuer les calculs suivants et donner les résultats sous la forme de fractions irréductibles : C = 7 36 R = 36 4 (2 5)²

a) Effectuer les calculs suivants et donner les résultats sous la forme de fractions irréductibles : C = 7 36 R = 36 4 (2 5)² ème Fiches Révisions revet lanc 1/8 Puissances, Fractions : Effectuer les calculs suivants (donner l écriture scientifique de et écrire sous forme d un entier ou d une fraction). 1 = 15 x 10- x (10 ) 4

Plus en détail

SEANCE 1. Séquence 9 SEQUENCE 9 ORDRE. JE REVISE LES ACQUIS DE LA 5 e 1) a < b < c b < a < c c < a < b c < b < a 4,819 4,82 4,821 4,83 3) = >

SEANCE 1. Séquence 9 SEQUENCE 9 ORDRE. JE REVISE LES ACQUIS DE LA 5 e 1) a < b < c b < a < c c < a < b c < b < a 4,819 4,82 4,821 4,83 3) = > Séquence 9 SEQUENCE 9 ORDRE Ce que tu devais faire JE REVISE LES ACQUIS DE LA 5 e a < b < c b < a < c c < a < b c < b < a 4,819 4,82 4,821 4,83 3 < 14 3 14 3 14 = > 2 10 2 10 2 10 4) 5) 4 3 1 999 1 997

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Un temps d apprentissage plus libre en utilisant WIMS

Un temps d apprentissage plus libre en utilisant WIMS Un temps d apprentissage plus libre en utilisant WIMS WIMS (WWW Interactive Multipurpose Server) est un logiciel libre, sous licence GNU GPL. Il s agit d un serveur d exercices interactifs ET d une plateforme

Plus en détail

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 14 Janvier 2015 2 Il est impossible d envisager l étude des méthodes

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent.

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent. Questions e test iffusées, 15 QUESTIONS Test e mathématiques, 9 e année Cours appliqué Lis les instrutions qui suivent. Assure-toi avoir les eux ahiers (Questions et Réponses) et la Feuille e formules.

Plus en détail

8 + 12 1 + 3 = 20 4 = 5. 2. Pour calculer A, un élève a tapé sur sa calculatrice la succession de touches suivantes

8 + 12 1 + 3 = 20 4 = 5. 2. Pour calculer A, un élève a tapé sur sa calculatrice la succession de touches suivantes Exercice 1 3pts 1. Calculer le nombre A = 8 + 3 x 4 1 + 2 x 1,5 = 8 + 12 1 + 3 = 20 4 = 5 2. Pour calculer A, un élève a tapé sur sa calculatrice la succession de touches suivantes Expliquer pourquoi il

Plus en détail

Sommaire de la séquence 1

Sommaire de la séquence 1 Sommaire de la séquence t t t t t t t t t Séance...................................................................................................... Je calcule le produit de deux nombres relatifs.........................................................

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

Ressource en communication orale

Ressource en communication orale Convaincre un public de son point de vue Ressource en communication orale Lancer une invitation Prendre part à une entrevue Présenter une marche à suivre Participer à un jeu de détecteur de mensonges Décrire

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) UN TRAIN A PRENDRE (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur UN TRAIN

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Le jeu de l interactivité conduit souvent à introduire ou à approfondir un tantinet certaines notions.

Le jeu de l interactivité conduit souvent à introduire ou à approfondir un tantinet certaines notions. Comme le précédent intitulé Bonne Année, ce document entend n être qu un exemple de l emploi des œuvres artistiques pour initier les auditeurs à certains contenus de l univers des mathématiques. Le jeu

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Au lycée et à l université, (re)trouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55702-2

Plus en détail

Sujet de mathématiques du brevet des collèges

Sujet de mathématiques du brevet des collèges Sujet de mathématiques du brevet des collèges NOUVELLE LÉONIE écembre 2015 urée : 2h00 alculatrice autorisée La qualité de la rédaction, l orthographe et la rédaction comptent pour 4 points. Exercice 1

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU B REVET

DIPLÔME NATIONAL DU B REVET REPÈRE 14DNBGENMATMEAG1 DIPLÔME NATIONAL DU B REVET SESSION 2014 Épreuve de : MATHÉMATIQUES SÉRIE GÉNÉRALE Durée de l épreuve : 2 h 00 Coefficient : 2 Le candidat répond sur une copie modèle Éducation

Plus en détail

Mathice 2 2008/2009. On veut étudier l existence d un minimum pour la longueur du pli créé, comme pour l aire de la partie repliée.

Mathice 2 2008/2009. On veut étudier l existence d un minimum pour la longueur du pli créé, comme pour l aire de la partie repliée. Expérimenter, conjecturer, démontrer Un devoir qui ne fait pas un pli! Fiche professeur I.Présentation de l activité Problème ouvert : On plie une feuille de format A4 en ramenant le coin inférieur droit

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Exercice et méthode de recherche sur Internet Dans le cadre du thème Histoire des arts retenu pour la classe de 4 ( Mouvement et vitesse

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

1 Extrait du DNB Juin 2014 3ème

1 Extrait du DNB Juin 2014 3ème Exemples d activités et extraits d évaluations Pour chacune des évaluations et activités suivantes, 1 résoudre le problème et anticiper les différentes démarches que les élèves pourraient envisager 2 déterminer,

Plus en détail

script sous photoshop, mode d emploi

script sous photoshop, mode d emploi script sous photoshop, mode d emploi sommaire préambule... 2 un grand classique... 3 on se lance... 3 les traitements... 5 la signature... 8 cadre et ombre... 9 utilisation... 15 aller plus loin... 16

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

DOSSIER D APPRENTISSAGE

DOSSIER D APPRENTISSAGE Livret 4 NOMBRES ET CALCULS DOSSIER D APPRENTISSAGE ET/OU DE CONSOLIDATION (Deuxième partie) Ordre dans N N9 Le but de ce dossier est de t aider à trouver le plus petit de deux nombres qui te sont donnés.

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Sujet de mathématiques du brevet des collèges

Sujet de mathématiques du brevet des collèges Sujet de mathématiques du brevet des collèges MÉTROPOLE - ANTILLES - GUYANE Septembre 2014 Durée : 2h00 Calculatrice autorisée Exercice 1 Cédric s entraîne pour l épreuve de vélo d un triathlon. La courbe

Plus en détail

Brevet blanc à rendre début mars. 1/7

Brevet blanc à rendre début mars. 1/7 Brevet blanc à rendre à la rentrée de mars 20 Partie Numérique Exercice 1. Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). Pour chaque question une seule réponse est exacte. Aucune justification

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

LFI DURAS HO CHI MINH VILLE. BREVET BLANC n 2 06/05/2013

LFI DURAS HO CHI MINH VILLE. BREVET BLANC n 2 06/05/2013 LFI DURAS HO CHI MINH VILLE BREVET BLANC n 2 06/05/2013 MATHEMATIQUES SERIE COLLEGE DUREE DE L EPREUVE : 2h00 Ce sujet comporte 5 pages numérotés de 1 à 5. Dès que ce sujet vous remis, assurez-vous qu

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Chapitre 2 Le nombre es chômeurs Le nombre es chômeurs augmente lorsque les entrées au chômage sont supérieures aux sorties u chômage. Cette

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2

Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2 Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2 Séance 1 : l écart constant entre deux droites parallèles donner une définition fonctionnelle du parallélisme de deux droites ; exhiber un procédé de

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Photo de portrait aux flashs

Photo de portrait aux flashs Photo de portrait aux flashs Souvent, on est déçu par les photos prises au flash. On ne comprend pas très bien comment ça marche, le flash produit une image peu flatteuse à cause de la lumière dure qu

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

S informer Poser des questions Donner son opinion

S informer Poser des questions Donner son opinion Guide pratique pour aider les citoyennes et les citoyens à participer à une consultation publique S informer Poser des questions Donner son opinion Adaptation en texte simplifié Simplicom 2 L auteur a

Plus en détail

Éléments de logique et de théorie des ensembles

Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles Pour les exemples et exercices traités dans ce chapitre les ensembles usuels de nombres entiers, rationnels réels et complexes sont supposés connus, au

Plus en détail

Institution Stanislas Brevet Blanc de Mathématiques Mai 2010 1

Institution Stanislas Brevet Blanc de Mathématiques Mai 2010 1 BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES Mai 2010 La calculatrice est autorisée. Le soin et la qualité de la rédaction seront pris en compte dans la notation. N candidat : Observations Présentation et rédaction :

Plus en détail

En mathématiques, pour savoir si un énoncé est vrai ou faux, on utilise certaines règles. En voici quelques-unes :

En mathématiques, pour savoir si un énoncé est vrai ou faux, on utilise certaines règles. En voici quelques-unes : 1. Les règles du débat mathématique En mathématiques, pour savoir si un énoncé est vrai ou faux, on utilise certaines règles. En voici quelques-unes : (1) Un énoncé mathématique est soit vrai, soit faux

Plus en détail