BUDGET PRIMITIF 2015 RAPPORT DE PRESENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BUDGET PRIMITIF 2015 RAPPORT DE PRESENTATION"

Transcription

1 BUDGET PRIMITIF 2015 RAPPORT DE PRESENTATION

2 2

3 SOMMAIRE PRESENTATION D'ENSEMBLE DU BUDGET Montant total du Budget Primitif Présentation consolidée des budgets 2015 par politique publique Présentation consolidée du service de la dette ERE PARTIE PRESENTATION DU BUDGET PRINCIPAL BALANCE DETAILLEE DU BUDGET PRINCIPAL SECTION DE FONCTIONNEMENT LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT LES RECETTES REELLES ) LA FISCALITE ) LES DOTATIONS ) PRODUITS DES SERVICES ) AUTRES RECETTES LES RECETTES D'ORDRE LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT LES DEPENSES REELLES ) LES REVERSEMENTS AUX COMMUNES ) LES CHARGES A CARACTERE GENERAL ) LES DEPENSES DE PERSONNEL ) CHARGES DE GESTION COURANTE ) LES INTERETS DE LA DETTE ) LES CHARGES EXCEPTIONNELLES ) AUTRES REVERSEMENTS L AUTOFINANCEMENT SECTION D'INVESTISSEMENT

4 3.1 - LES RECETTES D'INVESTISSEMENT ) L AUTOFINANCEMENT ) LES SUBVENTIONS ) LE FONDS DE COMPENSATION DE LA TVA ) LES AIDES DELEGUEES A LA PIERRE ) CESSIONS ) AUTRES RECETTES ) L EMPRUNT ) OPERATION DE DETTE ) INTEGRATION D ACTIFS LES DEPENSES D'INVESTISSEMENT LES DEPENSES REELLES ) LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ) L HABITAT ) LES EQUIPEMENTS CULTURELS ) LES INFRASTRUCTURES ) LES ORDURES MENAGERES ) LES EQUIPEMENTS SPORTIFS ) LE TOURISME ) L ENERGIE ) LE DEVELOPPEMENT DURABLE ) L AMENAGEMENT ) LES EQUIPEMENTS DES SERVICES ) LE REMBOURSEMENT DU CAPITAL DE LA DETTE ) OPERATION DE DETTE ) CAUTIONNEMENT LES DEPENSES D ORDRE ETAT DES AUTORISATIONS DE PROGRAMME DU BUDGET PRINCIPAL EME PARTIEPRESENTATION DU BUDGET ANNEXE TRANSPORT BALANCE DETAILLEE DU BUDGET ANNEXE TRANSPORT

5 2. SECTION DE FONCTIONNEMENT RECETTES DE FONCTIONNEMENT LES RECETTES REELLES ) VERSEMENT TRANSPORT ) PRODUITS DES SERVICES ) DOTATIONS ) AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE ) PRODUITS EXCEPTIONNELS LES RECETTES D ORDRE LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT LES DEPENSES REELLES ) CHARGES A CARACTERE GENERAL ) DEPENSES DE PERSONNEL ) PARTICIPATIONS ) INTERETS DE LA DETTE ) AUTRES DEPENSES L AUTOFINANCEMENT SECTION D INVESTISSEMENT LES RECETTES D'INVESTISSEMENT ) AUTOFINANCEMENT ) SUBVENTIONS ) AVANCES SUR IMMOBILISATIONS TTC ) EMPRUNTS LES DEPENSES D'INVESTISSEMENT LES DEPENSES REELLES ) PROGRAMME D'EQUIPEMENT ) CAPITAL DE LA DETTE ) AVANCES SUR IMMOBILISATIONS HT LES DEPENSES D ORDRE ETAT DES AUTORISATIONS DE PROGRAMME DU BUDGET ANNEXE TRANSPORT

6 3 EME PARTIE PRESENTATION DU BUDGET ANNEXE DE L'ASSAINISSEMENT II SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF SECTION DE FONCTIONNEMENT LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT LES RECETTES REELLES ) LA REDEVANCE D ASSAINISSEMENT ) LES AUTRES PRODUITS ) LES DOTATIONS LES RECETTES D ORDRE LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT LES DEPENSES REELLES ) LES CHARGES A CARACTERE GENERAL ) LES DEPENSES DE PERSONNEL ) LES FRAIS FINANCIER ) LES CHARGES DE GESTION COURANTE ) LES CHARGES EXCEPTIONELLES L AUTOFINANCEMENT SECTION D INVESTISSEMENT LES RECETTES D INVESTISSEMENT ) L AUTOFINANCEMENT ) LES SUBVENTIONS ) L EMPRUNT LES DEPENSES D INVESTISSEMENT LES DEPENSES REELLES ) LES STATIONS D EPURATION ) LES RESEAUX ) LE CAPITAL DE LA DETTE LES DEPENSES D ORDRE IV ETAT DES AUTORISATIONS DE PROGRAMME DU BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT

7 PRESENTATION D'ENSEMBLE DU BUDGET 7

8 8

9 1- Montant total du Budget Primitif 2015 Le Budget total de la Communauté d agglomération, en 2015, s élève à la somme de et se compose des budgets suivants : BUDGET PRINCIPAL dont en : section de fonctionnement section d'investissement BUDGET ANNEXE TRANSPORT dont en : dont section de fonctionnement section d'investissement BUDGET ANNEXE DE L'ASSAINISSEMENT Section de fonctionnement Section d'investissement

10 2 - Présentation consolidée des budgets 2015 par politique publique Au-delà de la présentation détaillée de chacun des budgets, il apparait nécessaire de consolider l ensemble des interventions de la Communauté d agglomération et de présenter une répartition des dépenses et des recettes (abstraction faite des écritures d ordre) de l ensemble du budget (principal et annexes), par politique publique, à partir d un billet de

11 11

12 3 - Présentation consolidée du service de la dette Les données qui sont présentées de façon consolidée, permettent de mesurer pleinement, tous budgets confondus, la situation de l agglomération, et prennent en compte à ce titre le budget principal et les budgets annexes de l Assainissement et du Transport : a) Evolution prévisionnelle de l encours de la dette Budget Capital restant dû au * Capital prévisionnel restant dû au (hypothèse des montants : base du besoin d emprunts figurant aux Budgets 2014 après BS et DM moins remboursement du capital sur l exercice 2014) ** Capital prévisionnel restant dû au (hypothèse des montants : besoin d'emprunts figurant aux Budgets 2015 moins remboursement du capital sur l exercice 2015) Principal Assainissement Transport Total (*) Inclus la dette des 3 Communes entrantes au 01/01/2014. (**) Le montant définitif 2014 ne sera connu qu à la fin de l exercice 2014 en fonction du montant des emprunts réellement souscrits. b) Composition de la dette au La souscription des emprunts, au titre de l exercice 2014, étant en cours de formalisation, la composition de la dette présentée est celle au

13 Budget Part taux fixe Part Taux variable Taux moyen de la dette Principal 89% 11% 3,83% Assainissement 93% 7% 3,50% Transport 100% 0% 4,05% c) Analyse de la dette en fonction de la charte GISSLER Celle-ci repose sur les données au , la souscription des emprunts pour l exercice 2014 étant en cours de formalisation, à la date d élaboration du présent rapport. La charte GISSLER a pour objectif d analyser les risques pris par les collectivités territoriales en matière de type de taux. Les prêts structurés ou les opérations d échange de taux sont classés en fonction des risques qu ils comportent, d une part à raison de l indice ou des indices sous-jacents et d autre part de la structure du produit. Les établissements signataires ne commercialisent que des produits correspondant à cette typologie (F6 exclus). Cette charte classe les emprunts de la façon suivante (tableau croisé) : - Indices sous-jacents Structures L indice sous-jacent servant au calcul de la formule ; classement de 1 (risque faible) à 5 (risque élevé) ; 1 - Indices zone euro 2 - Indices inflation française ou inflation zone euro ou écart entre ces indices 3 - Ecarts d indices zone euro C Option d échange (swaption) 4 - Indices hors zone euro. Ecart d indices dont l un est un indice hors zone euro 13

14 5 - Ecart d indices hors zone euro 6 - Autres indices Hors charte GISSLER - Structures La structure de la formule de calcul : classement de A (risque faible) à E (risque élevé). A - Taux fixe simple. Taux variable simple. Echange de taux fixe contre taux variable ou inversement. Echange de taux structuré contre taux variable ou taux fixe (sens unique). Taux variable simple plafonné (cap) ou (tunnel) B - Barrière simple. Pas d effet de levier C - Option d échange (swaption) D - Multiplicateur jusqu à 3 ; multiplicateur jusqu à 5 capé E - Multiplicateur jusqu à 5 F - Autres types de structure Hors charte GISSLER La classification de la dette de la Communauté d agglomération est la suivante : Budget A1 B1(*1) F5(*2) F6(*3) Principal 100 % Transport 100 % Assainissement 91,85 % 1,10 % 6,60 % 0,45 % (*1) Il s agit d un prêt BPCE Bonifix (à barrière) qui pour l instant est favorable à la Collectivité. Il présente peu de risque d où ce classement en B1 (*2) Il s agit d un prêt BPCE Helvetix (Dollar/francs suisses). Il est actuellement sécurisé jusqu en 2017 (fin en 2021). Il fait l objet d un suivi permanent avec le groupe BPCE. 14

15 (*) Il s agit d un prêt DCL (Ex Dexia) en francs suisses transféré de la commune de Rochecorbon, défavorable par le taux de change pour la Collectivité. Des solutions de sorties sont recherchées actuellement. d) Capacité de désendettement de la Communauté d agglomération La capacité de désendettement de l agglomération s analyse, au travers, du ratio de Klopfer qui mesure le nombre d années nécessaires pour rembourser le capital de la dette au vu de la capacité d autofinancement de la collectivité. Les normes de ce ratio sont les suivantes : - jusqu à 8 ans : situation saine - entre 8 ans et 11 ans : situation bonne - entre 11 ans et 15 ans : situation mauvaise - supérieur à 15 ans : situation très mauvaise La situation consolidée de Tour(s)plus au est la suivante : Budget Ratio de Klopfer en années au 31/12/2013 Principal 2,79 Transport 56,89 Assainissement 2,69 Situation consolidée 8,84 En fonction des montants d emprunts réellement souscrits en 2014 et du résultat de l exercice 2014, ce tableau sera actualisé à l occasion de la présentation du compte administratif

16 16

17 1 ERE PARTIE PRESENTATION DU BUDGET PRINCIPAL 17

18 18

19 1 BALANCE DETAILLEE DU BUDGET PRINCIPAL 19

20 20

21 Le budget principal s élève à pour un montant 2014 de soit une évolution de moins 3,86%. Le montant de chacune des sections est le suivant : Section de fonctionnement Section d'investissement

22 22

23 2. SECTION DE FONCTIONNEMENT 23

24 24

25 2.1. LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT Le montant total des recettes de Fonctionnement s élève à la somme de dont - recettes réelles recettes d ordre LES RECETTES REELLES Les recettes réelles sont en évolution de moins 4,18 % par rapport au budget primitif Cette évolution s explique du fait que les remboursements de charges de la part des communes de Tours et de Joué Les Tours adhérentes au service commun «propreté urbaine» en 2014 sont supprimés et remplacés par un prélèvement sur leur allocation compensatrice de Taxe professionnelle. Sans modification de ce mode de remboursement, l évolution des recettes réelles de fonctionnement est de + 0,08 %. 1 ) LA FISCALITE Les recettes fiscales sont estimées à soit une évolution prévisionnelle par rapport au montant notifié de 0,69%. Elles présentent 69,54 % des recettes totales de fonctionnement et se composent des éléments suivants : A) FISCALITE DES ENTREPRISES LA CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE Celle-ci se compose de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). a) Cotisation Foncière des entreprises Bases Les bases 2014 se sont élevées à Il a été pris en compte une hypothèse d évolution de 1,5%. Taux Il est proposé de reconduire le taux actuel soit 23,37 %. 25

26 26

27 Produit Compte tenu de l hypothèse d évolution des bases et du taux de CFE, le produit devrait s élever à b) Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Il est rappelé que son montant est réparti par l Etat. Le montant définitif notifié sur 2014 s est élevé à Le montant prévisionnel de CVAE, pour 2015, sur la base des informations données par la direction générale des finances publiques est de , soit une baisse de 3,04%. Le montant total de la Contribution Economique des Entreprises devrait ainsi atteindre pour un montant perçu en 2014 de soit une baisse de 0,44%. TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (T.A.S.C.O.M) Le montant perçu en 2014 s est élevé à Ce montant a été reconduit pour IMPOSITIONS FORFAITAIRES SUR LES ENTREPRISES DE RESEAUX (I.F.E.R) Les IFER perçues par la Communauté d'agglomération sont constituées des IFER suivants : - les installations photovoltaïques - les installations de production d électricité - les stations radioélectriques - les réseaux gaz La recette attendue, en 2015, s élève à B) FISCALITE DES MENAGES TAXE D HABITATION BASES Les bases 2014 se sont élevées à Il a été pris en compte une hypothèse d évolution des bases de 1,50 %. 27

28 Taux Il est proposé de reconduire le taux 2014 soit 8,91%. PRODUIT Compte tenu de l hypothèse prise en compte pour l évolution des bases et du taux de la taxe, le produit devrait s élever à TAXE SUR LE FONCIER NON BATI Bases Les bases 2014 se sont élevées à Compte-tenu de la stagnation de l évolution des bases, aucun taux d évolution n a été appliqué. Taux Il est proposé de maintenir le taux de 2014, soit 2,18 %. Produit Compte tenu de l hypothèse prise en compte pour l évolution des bases et du taux de Foncier non bâti, le produit devrait s élever à TAXE ADDITIONNELLE A LA TAXE DE FONCIER NON BATI La recette attendue en 2015 est C) AUTRE FISCALITE TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES (T.E.O.M) En prenant pour hypothèse une évolution de 1,5 % des bases et à taux constant, soit 8,78%, la TEOM représentera une recette de

29 TAXE DE SEJOUR Les recettes prévisionnelles de la taxe de séjour s élèvent DOTATION AU TITRE DU FONDS DE GARANTIE INDIVIDUEL (F.G.I) Le montant du fonds de garantie individuel s élèvera à , identique au montant de REVERSEMENT SRU Suite à l approbation du PLH, la Communauté d'agglomération perçoit en lieu et place de l Etat, le prélèvement versé par les Communes ne satisfaisant pas au nombre minimum de logements sociaux. Pour 2015, celui-ci est estimé à ) LES DOTATIONS D un montant de , les dotations représentent 24,86 % des recettes totales de fonctionnement. A) DOTATION GLOBALE DE FONCTIONNEMENT Le montant de DGF perçue en 2014 s est élevé à Compte tenu du système de garantie dont bénéfice l agglomération, le montant prévisionnel pour 2015 s élève B) COMPENSATIONS FISCALES Les montants prévisionnels des dotations perçues par Tour(s)plus sont les suivants : - Dotation de compensation de la réforme de la Taxe Professionnelle : Dotation unique spécifique TP : Compensations à la taxe d habitation : C) LES AUTRES DOTATIONS Les autres dotations d un montant de , sont constituées des participations suivantes : Au titre des ordures ménagères Dans le cadre de l exploitation du service des ordures ménagères, la Communauté d'agglomération bénéficie de participations d Eco emballage pour un montant de

30 Au titre de la politique de la Ville PLIE : les participations relatives au PLIE s élèvent à au titre du FSE et de la Région. - ANRU : Tour(s)plus bénéficiera d une participation de dans le cadre de la gestion urbaine de proximité. Au titre de l habitat L ANAH apportera une participation de dans le cadre de l animation du PIG. Au titre de la compétence Energie La Région apportera une participation de dans le cadre du financement du poste de conseiller en énergie. Au titre du développement durable Dans le cadre des actions tendant à favoriser le co-voiturage, le Département apportera une participation de ) PRODUITS DES SERVICES Les produits des services, dont le montant s élève à , représentant 2,17% des recettes totales de fonctionnement et se composent des éléments suivants : A) Remboursement de frais de personnel D un montant de en 2014, ce poste est en forte diminution, compte tenu du fait que les communes de Tours et de Joué Lès Tours ne remboursent plus le coût du service commun de la Propreté urbaine mais voient leur allocation de compensation de taxe professionnelle diminuée du montant correspondant. Il a pour objet, en 2015, les remboursements suivants : - Mutualisation de la direction des services techniques, de la direction des ressources humaines, de la communication : Remboursement du personnel mis à disposition auprès du SMAT, de Touraine Propre, de l agence d urbanisme et du service Assainissement : B) Remboursement pour le fonctionnement des services communs A ce titre, les communes adhérentes aux services communs remboursent à la communauté d agglomération les sommes suivantes : - Autorisation d occupation du droit des sols (ADS) Energie

31 - Education à l environnement C) Recettes liées à l exercice de la compétence Ordures Ménagères Remboursement divers sur Traitement et carburant Assainissement Ventes filières de traitement Redevance spéciale OM D) Recettes diverses Ce poste est constitué de recettes diverses liées à l exercice des compétences de l agglomération. 4 ) AUTRES RECETTES A) AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE Ce poste enregistre notamment les produits du domaine liés aux locations diverses dont celles des pépinières d entreprises dont la recette est estimée à B) PRODUIS FINANCIERS 1 Cette recette représente les dividendes des sociétés d HLM dans lesquels l agglomération est actionnaire. C) ATTENUATIONS DE CHARGES Cette recette est liée aux remboursements d assurance perçus par la communauté d agglomération au titre du contrat du personnel. D) REPRISE DE PROVISION Suite à l aboutissement favorable pour la Communauté d agglomération des contentieux liés aux travaux du centre aquatique du lac, il est possible, comptablement, de reprendre la provision faite, en son temps LES RECETTES D'ORDRE Le montant total des recettes d ordre, constituées des amortissements de subventions, s élève à

32 32

33 2.2. LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT Le montant total des dépenses de Fonctionnement s élève à la somme de dont - dépenses réelles dépenses d ordre constituant l autofinancement LES DEPENSES REELLES Les dépenses réelles de Fonctionnement sont en évolution de moins 3,98 % par rapport au budget primitif Toutefois, compte-tenu du changement de prise en compte du mode de remboursement des charges liées au service commun «Propreté urbaine», qui impacte désormais l allocation de compensation de Taxe professionnelle des communes de Tours et Joué Lés Tours, l évolution réelle des dépenses réelles de Fonctionnement est de 0,09%. Elles comprennent : 1 ) LES REVERSEMENTS AUX COMMUNES Les reversements aux communes sont constitués de l Allocation Compensatrice de Taxe Professionnelle et de la Dotation de Solidarité Communautaire. Bien que l imputation budgétaire n intervienne pas sur le même article, il convient d y ajouter les Fonds de concours. Cet ensemble représente une dépense de , soit 42,38 % du total des dépenses de Fonctionnement. A) L'allocation compensatrice de taxe professionnelle (ACTP) Pour chacune des communes, celle-ci est constituée du produit de taxe professionnelle, du montant des compensations pour les Zones de Redynamisation Urbaine et de la suppression progressive de la part salaire perçus l année précédant leur adhésion à la communauté. Elle est diminuée du montant des charges transférées par la commune. L ACTP s élèvera, en 2015, à la somme de Elle est en baisse de 9,21 % due notamment au fait que l allocation d ACTP des communes de Tours et de Joué Lés Tours est diminuée du transfert de charge lié à leur appartenance au service commun de le Propreté urbaine. 33

34 B) La Dotation de solidarité communautaire La Dotation de solidarité communautaire évolue de + 1 %. Son montant, en 2015, est de C) Les Fonds de concours L enveloppe destinée aux fonds de concours évolue de + 1 % soit un montant de A celle-ci s ajoutera le fonds de concours spécifique destiné aux illuminations de Noël, qui s élève en 2015, à soit un montant total de fonds de concours de ) LES CHARGES A CARACTERE GENERAL Les charges à caractère général s élèvent à Elles représentent 20,58 % du total des dépenses de Fonctionnement. Elles sont en évolution de moins 2,45 % par rapport au BP Elles ont notamment pour objet les postes suivants : A) Ordures ménagères Ces dépenses, qui représentent 56,70% des dépenses à caractère général, évoluent de moins 2,05% par rapport au BP 2014, compte tenu notamment de la baisse du coût de traitement et de celle du poste carburant. Elles comprennent : Le traitement des ordures ménagères : dont pour le traitement et de cotisation à Touraine Propre sur la base prévisionnelle de 0,50 par habitant. La collecte des ordures ménagères : B) Frais d administration générale Ces dépenses sont constituées par des frais classiques de structures eau, gaz, électricité, carburants, impôts- pour un montant de S y ajoutent : - la prise en charge à 100% des frais de fonctionnement de la médiathèque F. Mitterrand et des équipements sportifs communautaires, dont la gestion est confiée, par convention, aux communes membres, ce qui représente une dépense de

35 - le remboursement aux Communes des frais de gestion qui leur est confié, par convention, concernant les voiries communautaires pour un montant de le remboursement aux Communes des transports pédagogiques et sportifs évalué, pour 2015, à C) Tourisme Les crédits relevant de la compétence Tourisme, d un montant de auront, principalement, pour objet : - la participation au fonctionnement de la SPL Tourisme pour un montant de la participation, via la SPL, du fonctionnement du Bureau des Congrès, créé à compter de l exercice 2015 : D) Communication Une somme de sera consacrée aux différentes actions de communication de la Communauté d'agglomération. E) Propreté urbaine Les dépenses de fonctionnement du service propreté urbaine s élèveront à F) Aménagement de l espace Ce poste a pour objet les cotisations suivantes : Cotisation à l'agence d'urbanisme sur la base d une cotisation de 3,29 par habitant identique au montant par habitant pour Cotisation au S.M.A.T sur une base prévisionnelle de 0,55 par habitant ainsi que le cout de fonctionnement du service commun des autorisations du droit des sols qui s élève à G) Développement économique Ces dépenses prennent, notamment, en compte : 35

36 les crédits de fonctionnement, à hauteur de , des pépinières d entreprises de Tours et Joué Lès Tours la cotisation à l Observatoire Economique de Touraine qui s élèvera à la participation de au SIMI Le FISAC pour les études sur la stratégie commerciale de l avenue de Grandmont et sur la requalification des friches commerciales et industrielles pour un montant de H) Politique de la Ville Ces crédits ont, principalement, pour objet : Au titre de la politique de la Ville dont notamment : - l élaboration du contrat de ville Etudes Au titre du PLIE dont notamment : - les prestations relatives aux relations avec les entreprises le suivi des clauses d insertion dans les marchés des bailleurs le suivi des clauses d'insertion dans les marchés publics de l agglomération I) Développement durable Ces crédits ont principalement pour objet : - le service commun de l éducation à l environnement la déclinaison des actions du plan climat le fonctionnement (hors animations) de la maison de l environnement J) Politique de l Habitat Dans le cadre de la politique de l Habitat, il a été inscrit un crédit de destiné, principalement, à la mise en œuvre : du PIG du second PLH de l étude sur l auto réhabilitation parc social/parc privé

37 K) Energie Les dépenses relatives à la compétence Energie s élèvent à dont de frais d études. 3 ) LES DEPENSES DE PERSONNEL Le montant des dépenses de personnel s élève à la somme de dont au titre du service des ordures ménagères soit une évolution de + 3,67% par rapport au réalisé Cette évolution prend en compte : - le reclassement des agents de catégorie B et C - l augmentation des cotisations sociales : les taux des cotisations patronales versées au titre de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (CNRACL) doivent évoluer selon un échéancier prévu jusqu en 2017 aboutissant à un taux de 30,50%. Il sera de 30,45% en 2015 contre 30,4 % en le Glissement Vieillesse Technicité (GVT) - L effet report des créations de postes 2014 liées au développement des activités de la Communauté d agglomération Aucune création nette de poste n a été envisagée en 2015 hors redéploiement ou économie réalisée par ailleurs. 5 ) CHARGES DE GESTION COURANTE Les charges de gestion courante, hors fonds de concours aux communes, s'élèvent à , soit 7,83 % des dépenses totales de fonctionnement. Elles comprennent : - les participations - les indemnités aux élus - des charges diverses A) LES PARTICIPATIONS Les participations versées au titre des différentes compétences de la Communauté d'agglomération sont les suivantes : Transport Le budget principal apportera une participation de au budget annexe Transport. 37

38 Culture et Sport Les participations au titre de la culture et du sport concernent les actions suivantes : a) Participations globales Subventions aux associations culturelles et sportives Le montant des subventions aux associations culturelles et sportives est fixé, comme en 2014, à 4,75 par habitant soit une inscription de crédits de Enveloppe évènementielle Au-delà des subventions aux associations sportives et culturelles, la communauté d agglomération apporte son soutien à des manifestations ponctuelles. A ce titre, l enveloppe 2015 a été fixée à b) Participations spécifiques au sport Centre aquatique du lac Dans le cadre de la délégation de service public dont la société RECREA a été attributaire, l agglomération apportera une participation de au fonctionnement du centre aquatique du lac. Soutien aux clubs sportifs de haut niveau Une enveloppe de sera consacrée au soutien des clubs sportifs de haut niveau. Participation de la Communauté d agglomération au fonctionnement des piscines communales A compter du BP 2015, la communauté d agglomération accordera, pour chacune des communes membres exploitant une piscine non communautaire, une participation de , par équipement, soit au vu du nombre des piscines communales, une participation de la communauté d agglomération de Compact golf Le soutien aux temps scolaires est évalué à

39 Soutien à Sport Plus Une participation de sera apportée à l association des agents de Tour(s)plus c) Participations spécifiques à la culture Centre Dramatique Régional de Tours (CDRT) La participation au CDRT s élèvera, comme en 2014, à la somme de complétée d une enveloppe de relative aux charges d entretien. Fonctionnement de la salle des musiques actuelles Dans le cadre du fonctionnement de la salle des musiques actuelles, il est inscrit de crédits, soit un montant identique à celui de Arts de la rue Fabrique des arts de la rue et Pôle des arts urbains : une somme de pour la gestion de chacun de ces lieux sera versée d une part au 37eme parallèle, d autre part à la CIE Off et au Polau. Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (CCCOD) Afin de permettre la préfiguration du CCCOD, une participation de sera versée au Centre de Création Contemporaine de Tours. Développement économique SOUTIEN AUX ACTIVITES DE L'AEROPORT TOURS VAL DE LOIRE La participation de la Communauté d'agglomération, membre du syndicat mixte gérant l aéroport Tours Val de Loire, est fixée, pour 2015, à soit une évolution de 1,50% par rapport à Soutien au développement des pôles de compétitivité Les participations apportées aux pôles de compétitivité seront les suivantes : 39

40 Pôle Montant en "Sciences et systèmes de l'énergie électrique", (S 2 E 2 ) "Sciences de la beauté et du bien-être» (SBBE) SBBE Congrès Cosmetic et Sensory DREAM «Eau et Milieux, Durabilité de la Ressource en Eau associée aux Milieux» Total Soutiens aux initiatives liées au développement économique Il est proposé que l agglomération apporte son soutien aux organismes suivants, pour un montant total de : 1. SOUTIEN AUX INITIATIVES D'ETABLISSEMENTS PUBLICS Innovia Touraine Dans le cadre de ses missions d accompagnement des politiques territoriales en matière d innovation, l ARITT Centre a mis en place une action collective à destination des PME, à fort potentiel de développement. Cette action a reçu le soutien de l Europe, de l Etat, de la Région Centre, du Département d Indre et Loire et de la CCI Touraine. Au titre de 2015, Tour(s)plus apportera une participation de Campus 37 Dans le cadre du pôle de compétences de formation «Campus 37», Tour(s)plus participera pour SOUTIEN AUX INITIATIVES CITOYENNES EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE BGE Touraine Une participation de sera apportée au BGE Touraine, association ayant pour objet l accueil et l accompagnement de créateurs d entreprises. 40

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 : 203,4 M * * Mouvements réels + mouvements d ordre hors réaménagement de dette Valenciennes Métropole page 2 BUDGET PRIMITIF 2014 Equilibre

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2013 1

BUDGET PRIMITIF 2013 1 BUDGET PRIMITIF 2013 1 Un budget de fonctionnement contraint et prudent. Un budget d investissement volontaire et engagé Une fiscalité inchangée 2 4 orientations fortes: Développer et améliorer les services

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Groupe de travail «Statut et compétences des territoires» du jeudi 18 septembre 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL 1 Quatre scenarii : 1. Une Métropole

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville

Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville Le soutien à l immobilier d entreprises Cycle «Habitat, cadre de vie et gestion urbaine» 24 novembre 2015 La Région et

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL

CONSEIL DÉPARTEMENTAL CONSEIL DÉPARTEMENTAL DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES, DE L ASSEMBLEE ET DE LA DOCUMENTATION Secrétariat général de l assemblée départementale Session des 10 et 11 décembre 2015 consacrée au budget primitif

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 28 JUIN 2013 DM2 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe Fonctionnelle

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR RELATIF AU LOGEMENT AIDE VOLET LOGEMENT LOCATIF SOCIAL LOCATIF Janvier 2011 I- Le logement locatif social public..p.3 I-1. Les logements familiaux

Plus en détail

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015 Budget primitif Équilibre général du budget Dotations nouvelles Reports Total INVESTISSEMENT DEPENSES 10 563 898,81 7 079 912,86 17 643 811,67 RECETTES 13 511 283,90 4 132 527,77 17 643 811,67 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE. Convention d objectifs 2012-2014

POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE. Convention d objectifs 2012-2014 POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE Convention d objectifs 2012-2014 Entre, d une part La communauté urbaine de Nantes, Nantes Métropole, représentée par son président, Monsieur Gilles Retière, Dénommée

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES VILLE DE LESTREM DOSSIER DE CANDIDATURE - Date de remise du dossier par la Ville :. - Date d accusé réception du

Plus en détail

Pourquoi la fusion? Quelques dates :

Pourquoi la fusion? Quelques dates : PRESENTATION DE Pourquoi la fusion? Quelques dates : Loi n 2010-1563 du 16 décembre 2010 : réforme des collectivités territoriales. 07 septembre 2012 : notification de l arrêté préfectoral du fixant le

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours

Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours Matinale Fonds de Concours 4 février 2015 PAGE 1 3.3 INTERVENANTS M. Philippe LAGALLE Vice-président du SDEC ENERGIE M. Marc LEVILLY

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE VILLE DE BRUNOY CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 mars 2011 20 H 30 Salle des Fêtes C O M P T E R E N D U LE CONSEIL, 11.22/DH DEMANDE DE SUBVENTION AU

Plus en détail

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE ACTION 9 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : Quoi?

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 1 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE 2 La métropole du Grand Paris, un EPCI à fiscalité propre et à

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Compétence obligatoire "développement économique"

Compétence obligatoire développement économique Compétences statutaires et 24/07/2013 Création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activités industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, portuaire ou aéroportuaire qui sont

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE C.A.P.I.

REPUBLIQUE FRANCAISE C.A.P.I. REPUBLIQUE FRANCAISE C.A.P.I. POSTE COMPTABLE DE Service public d'assainissement et de distribution d'eau potable BUDGET SPANC M49 BUDGET PRIMITIF sans reprise des résultats BUDGET PRIMITIF avec reprise

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

Présentation du Budget Primitif 2015 Budget Principal- M14

Présentation du Budget Primitif 2015 Budget Principal- M14 Présentation du Budget Primitif 2015 Budget Principal- M14 Recettes réelles de l année 2015 en quelques chiffres 80 004 540,99 Fiscalité 35 262 643,00 Excédents exercice antérieur 18 760 611,75 Emprunts

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises Octobre 2009 Les outils de soutien au financement des entreprises Les outils de soutien au financement des entreprises Les produits AFD et OSEO Les fonds de garantie AFD : Permettent d apporter des garanties

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme Dynamisation du commerce de proximité Article 1 : CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L APPEL À PROJETS Article 2 : PÉRIMÈTRE D INTERVENTION Article 3 : CANDIDATS À L APPEL A PROJETS Article 4 : CONDITIONS DE RECEVABILITÉ

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Document réalisé par le Conseil général du Gard Direction du Développement de l Economie et de l Emploi Juin 2012 Conseil Conseil PACTE NACRE

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Mairie de Mauguio BUDGET PRIMITIF 2015 1

Mairie de Mauguio BUDGET PRIMITIF 2015 1 BUDGET PRIMITIF 2015 1 Sommaire : I La stratégie financière d un budget équilibré II L équilibre de la section de fonctionnement Des recettes de fonctionnement aux dépenses de fonctionnement III L équilibre

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 AGEFOSPME Guadeloupe EXERCICE 2006 AGEFOSPME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE Un nouveau logiciel comptable a été mis en place en 2006 «Qualiac Fonctionnement»

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

et de l Artisanat de Saint-André

et de l Artisanat de Saint-André Ville de Saint-André-Lez-Lille U n i on C o mmerc i a l e & A rt i s a n a l e D e S a i n t - An d ré Charte de Développement du Commerce et de l Artisanat de Saint-André CHARTE DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE SECURISEE A LA PROPRIETE DES COOPERATIVES

Plus en détail

Dossier à compléter et à renvoyer avant le 17 janvier 2015 à la Maison des associations 997 avenue Jean Moulin 13880 Velaux

Dossier à compléter et à renvoyer avant le 17 janvier 2015 à la Maison des associations 997 avenue Jean Moulin 13880 Velaux DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2015 Dossier à compléter et à renvoyer avant le 17 janvier 2015 à la 997 avenue Jean Moulin 13880 Velaux Pièces à fournir obligatoirement par l association demandeuse Tout document/renseignement

Plus en détail

Demande de subvention Vie Associative

Demande de subvention Vie Associative Demande de subvention Vie Associative ANNÉE : 20 SECTEUR DE LA DEMANDE Agriculture Art & Culture Economie Enseignement Environnement Relations Internationales SEEUR DE LA DEMANDE Logement Patrimoine Social

Plus en détail

Banque de données Plan d'action bruxellois de lutte contre la pauvreté 2008. Chapitre: Logement

Banque de données Plan d'action bruxellois de lutte contre la pauvreté 2008. Chapitre: Logement Chapitre: Page 1 La construction de 5 000 logements sociaux (70 %) et moyens (30 %) 86 / Huisvesting Subvention d'investissement à la Société du de la de Bruxelles-Capitale pour la construction de logements

Plus en détail

Projet de territoire du Pays d Ancenis

Projet de territoire du Pays d Ancenis Communauté de Communes du Pays Projet de territoire du Pays KPMG Secteur public Réalisé avec le soutien financier de la Région des Pays de la Loire une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 CCAS DE BESANCON 9 rue Picasso BP 2039 25050 Besançon Cedex Tél. : 03 81 41 21 21 Fax : 03 81 52 92 56 Référent Administration Générale Tél : 03 81 41 21 21 - poste

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail