LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE : REAGIR AVANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE : REAGIR AVANT"

Transcription

1 aigne Université de Pitiers Institut d Administratin des Entreprises Année Universitaire Etudiante : Claire MAIGNE Tuteur de Stage : Jérôme MERIC MASTER 2 CCA LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE : REAGIR AVANT LA DEFAILLANCE KPMG - Limges 25 rue Hubert Curien PA Rmanet Limges Cedex 1 Maître de Stage : Jérôme Le Prvst 1

2 Mémire sutenu le 2 Juillet P a g e

3 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 REMERCIEMENTS... 5 RESUME... 6 PRESENTATION DE L ENTREPRISE... 7 Histrique... 7 Organisatin... 8 Missins... 9 INTRODUCTION Partie 1 L entreprise en difficulté I. L entreprise face aux bstacles : quelle démarche adpter? A. Qu est-ce qu une entreprise en difficulté? La ntin d entreprise en difficulté Les critères de distinctin des entreprises face aux difficultés B. D ù prviennent ces difficultés? Le verdict d études chiffrées L état nn exhaustif des facteurs de difficultés des entreprises II. La préventin des difficultés est-elle pssible? A. Le pids des différents acteurs dans la préventin Les vies à dévelpper en interne Les appuis externes B. Les prcédures envisageables La prcédure d alerte a. Prcédure d alerte déclenchée en interne b. Prcédure d alerte déclenchée en externe Les prcédures de règlement amiable a. Le mandat ad hc b. La prcédure de cnciliatin III. Le cadre juridique de l entreprise en difficulté A. Préambule Définitins Interlcuteurs des prcédures Schéma des prcédures cllectives B. Prcédure de sauvegarde C. Prcédure de redressement D. Prcédure de liquidatin Partie 2 Le srt des entreprises en difficulté : l étude d une PME I. Situatin de l entreprise P a g e

4 A. Présentatin de l entreprise B. Présentatin de la situatin cmptable La sciété hlding La sciété charentaise La sciété haut-viennise C. Résumé de la situatin II. Quelles snt les issues pssibles? A. Le dépôt de bilan La ntin de dépôt de bilan L applicatin au cas étudié B. La restructuratin La restructuratin du grupe La restructuratin : une slutin applicable? C. La cessin La cessin de parts sciales La cessin du fnds de cmmerce III. Entreprise en difficulté : quel avenir? A. Quelle est la vie de recurs chisie? B. L accmpagnement cmptable L évaluatin des parts L élabratin du prévisinnel C. La démarche juridique et bancaire CONCLUSION EVALUATION PERSONNELLE BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE P a g e

5 REMERCIEMENTS J ai effectué mn stage de fin d études dans le cabinet d expertise-cmptable et de cmmissariat aux cmptes KPMG-Limges. Je suhaite dnc remercier le cabinet KPMG-Limges et tut particulièrement mn maître de stage, Mnsieur LE PROVOST, pur m avir permis de réaliser mn stage de Master 2 dans leur cabinet. Je remercie plus particulièrement l équipe de Mnsieur GRAULIERE, cmpsée de Messieurs LE PROVOST et DAURIAC, et de Madame LADURANTY, avec laquelle j ai pu évluer au curs des six mis de stage. J adresse mes remerciements à l ensemble des équipes du cabinet pur avir cntribué à la bnne réalisatin de mn stage. Par ailleurs, je tiens à remercier l IAE de POITIERS qui favrise l insertin des étudiants dans le mnde du travail en incluant la réalisatin de stages en milieux prfessinnels dans le cursus sclaire. Je remercie également Mnsieur MERIC, en sa qualité de respnsable pédaggique, pur sn aide à la rédactin de mn mémire. 5 P a g e

6 RESUME L entreprise est au cœur de l activité écnmique d un pays. Quelque sit sa frme juridique, sn mde de fnctinnement u encre sn bjet, elle cntribue à la crissance du pays dans lequel elle exerce. Tutefis, de ns jurs, tutes les structures (entreprise privée, établissement public, assciatin) ainsi que les particuliers divent rchestrer une gestin de leurs besins avec des ressurces restreintes u une gestin de besins crissants avec les mêmes ressurces. Ce phénmène engendre une baisse de la demande générale puisque chacun va se recentrer sur ce qui lui est essentiel. Le cntexte actuel regrge de difficultés qu elles sient financières, techniques u encre managériales. Aucune structure n est épargnée même si chaque cas est différent. Chacune réagit à ces difficultés avec les myens qui lui snt à dispsitin (ressurces internes, appuis externes, etc.). Les difficultés ne cnduisent pas autmatiquement à l échec. Cela peut simplement être synnyme d une péride de crise permettant un meilleur renuveau par la suite. Lrsque les difficultés s installent dans une structure, il est parfis cmplexe qu elle réagisse seule. Dans ce type de situatin, il paraît imprtant de s enturer de bns cnseils (experts-cmptables, avcats) apprtant une visin extérieure de la situatin. Par ailleurs, ces interlcuteurs snt cnfrntés à d autres cas et snt plus à même d apprter un dénuement aux prblèmes. Par le biais de ce mémire, nus allns étudier le cas d une entreprise cnfrntée à des difficultés de plusieurs natures, remettant en cause la pérennité de sn activité. Nus allns abrder les thématiques suivantes : cerner le u les prblème(s), analyser la situatin actuelle, envisager diverses slutins, pter pur celle qui semble la plus adaptée. L ensemble de la démarche se fait en cllabratin avec l équipe dirigeante de l entreprise ainsi que l expert-cmptable et l avcat. Nus verrns dnc quels snt leurs rôles dans ce type de situatin. 6 P a g e

7 PRESENTATION DE L ENTREPRISE KPMG est le premier grupe français de services pluridisciplinaires : audit, expertise cmptable, cnseil, juridique et fiscal. Cmpsé de prfessinnels, il est implanté dans 16 grandes métrples (telles que Paris, Brdeaux, Tuluse) avec 217 implantatins en France. Mndialement, KPMG est présent dans 156 pays. Histrique KPMG prvient de la fusin des grupes Peat Marwick Internatinal (PMI) et Klynveld Main Gerdeler (KMG) intervenue en C est un cabinet internatinal dnt la directin, qui a pur bjet de crdnner les cabinets natinaux, se truve en Suisse. L acrnyme KPMG est issu des rigines suivantes : K Piet Klynveld, fndateur du cabinet hllandais KMG en 1917, P M G Sir William Barclay Peat, fndateur du cabinet William Barclay Peat and C en 1890 à Lndres, James Marwick et Rger Mitchell, fndateurs de Marwick Mitchell and C en 1897 à New-Yrk, Dr. Reinhard Gerdeler, décédé le 3 janvier 1996, président pendant de nmbreuses années du cabinet allemand KPMG. Cncernant la France, KPMG, désigné KPMG S.A. 1, prvient de la S.A. Fiduciaire de France créée en 1922 et dnt les activités s étendent à la cmptabilité, à la fiscalité et au drit des sciétés. En 1945, Fiduciaire de France scinde ses activités en deux sciétés distinctes : Fiduciaire de France (expertise cmptable) et Fidal (juridique et fiscal). En 1979, Fiduciaire de France s asscie à d autres cabinets internatinaux pur créer le réseau d audit et de cnseil eurpéen KMG. 1 Sciété Annyme 7 P a g e

8 En 1986, la fusin des grupes PMI et KMG dnne naissance au grupe KPMG. En 2003, Fidal se sépare physiquement de KPMG S.A., suite à la LSF 2. Cette li, adptée en 2003 par le Parlement Français, vise à renfrcer le cntrôle interne pur dispser d une meilleure infrmatin financière, dans un but de transparence fiscale. Organisatin KPMG S.A. est guvernée par un Directire et un Cnseil de Surveillance. Le Directire est un rgane cllectif qui, cmme sn nm l indique, est chargé de la directin de la sciété. Il est cmpsé de Messieurs DECORNOY, LINTIGNAT et NIRSIMLOO, respectivement président, et directeurs généraux. Le Cnseil de surveillance est un rgane nn exécutif ayant pur missin de cntrôler la gestin de la sciété faite par le Directire et d en rendre cmpte aux actinnaires. Il est présidé par Mnsieur CATTENOZ. Les PME de plus de 50 salariés représentent 30 % de l activité KPMG S.A.. Il ne faut pas ublier de mentinner le secteur assciatif, puisqu n dénmbre assciatins au sein du prtefeuille clients de KPMG. KPMG-Limges fait partie de la Régin Ouest cmpsée de la Bretagne, des Pays de la Lire, du Pitu-Charentes et du Limusin. La Régin Ouest cmpte 750 prfessinnels répartis sur 30 sites et clients. KPMG est implanté à Limges depuis Il existe tris sites de prximité dans le Limusin : Guéret, Limges, et Brive-la- Gaillarde. 70 prfessinnels snt rattachés au site de Limges. Une distinctin est pérée entre le marché lcal et le marché natinal. Le marché natinal cncerne des clients qui exercent leur activité sur des marchés réginaux, natinaux, vire internatinaux et dnt les cntraintes snt très frtes en raisn d un cntexte cncurrentiel muvant. Le marché lcal crrespnd aux prfessins libérales, aux TPE 3, etc. ayant un raynnement lcal. 2 Li de Sécurité Financière 3 Très Petites Entreprises 8 P a g e

9 KPMG-Limges est divisé en plusieurs équipes qui s ccupent de marchés différents : PME, artisans, cmmerçants, et prfessins libérales PME, grupes familiaux, et rganisatins de l Ecnmie Sciale et Slidaire Gestin sciale Equipe de 20 persnnes Respnsable : Christphe ROBERT Equipe de 30 persnnes Respnsable : Françis LAMBERT Equipe de 16 persnnes Respnsable : Marc BECHON Secteur public santé Equipe de 4 persnnes Respnsable : Lïc BALLET KPMG furnit des services d expertise cmptable, de certificatin des cmptes, d aide à la créatin, de cnseil, etc. Missins Tris grands principes fnt la frce de KPMG : Prximité : la Régin Ouest est représentée par 30 sites facilitant les relatins avec la clientèle. Réactivité : l ensemble des cllabrateurs du grupe s effrce d être le plus dispnible pssible pur les clients de façn à répndre rapidement à leurs attentes. Spécialisatin : au sein d un cabinet KPMG se truvent plusieurs équipes respnsables de marchés différents. Par ailleurs, un décupage est effectué seln les secteurs d activité (BTP, grande distributin, etc.) mais aussi seln les missins exercées (cmmissariat aux cmptes, expertise cmptable, cnslidatin). 9 P a g e

10 KPMG suhaite être au plus prche de l actualité en prpsant des frmatins à ses cllabrateurs. Certaines peuvent être effectuées par l intermédiaire du prtail d infrmatin : kpmgnet.fr. Sur ce prtail, n peut truver des dépêches qutidiennes sciales, fiscales et juridiques, des articles et dssiers classés par thèmes, des évènements KPMG, etc. Ce site est dédié aux petites et myennes entreprises pur décrypter l actualité. Par ailleurs, le grupe suhaite aussi sutenir les initiatives visant à l insertin prfessinnelle et sciale en renfrçant les actins d éducatin, de frmatin et d entreprenariat. De plus, il s engage dans des partenariats sprtifs tels que le «Challenge Altigliss» u encre la «Curse Crisière EDHEC». A cela s ajute le mécénat culturel pur lequel nus puvns citer le festival d Aix-en Prvence. KPMG est une grande structure, dévelppée à l échelle mndiale, qui s effrce d être la plus lcale et humaine pssible en impliquant ses cllabrateurs et en diversifiant ses missins. 10 P a g e

11 INTRODUCTION Les principales théries des cycles écnmiques défendent une alternance entre crissance et crise. La crissance renvie à un stade de dévelppement de l entreprise tandis que la crise est une étape durant laquelle l entreprise rencntre des bstacles. Le cycle de l activité écnmique débute par une phase d expansin suivie d une phase de crise qui déclenche une phase de dépressin pur s achever sur une phase de reprise. Bien évidemment, le pint critique se truve ici : les entreprises divent truver les capacités pur passer de la phase de dépressin à la phase de reprise. Ce cheminement peut être plus u mins lng seln les cmpétences du persnnel, les myens financiers dnt l entreprise dispse, et le cntexte envirnnemental dans lequel elle évlue. Une entreprise en difficulté est une entreprise cnfrntée à des prblèmes d une u plusieurs nature(s) qui remettent en cause la pérennité de sn activité. Il est curant que les termes de «défaillance» et «difficulté» sient cnfndus. Tutefis, la défaillance fait référence un degré de difficultés imprtant. Il est cmplexe pur les entreprises de se prjeter dans l avenir en raisn d une fiscalité muvante et d une législatin en perpétuel changement. Elles divent adapter leur structure générale aux changements de la sciété. La crise tuche la France, cmme bn nmbre de pays, depuis quelques années, mais les clôtures de fin d année 2012 furent particulièrement marquées par des carences de diverses natures. Une des sciétés dans laquelle nus smmes intervenus m a particulièrement intéressée. En effet, le grupe avait une structure en crise et nus avns, dans ntre missin d expert-cmptable, cntribué à la mise en place d une slutin. Cette expérience m a dnné l envie d apprfndir le sujet à travers ce mémire. Ce cas particulier d entreprise en difficulté traduit une situatin plus générale qui nus cnduit à se pser la questin suivante : Quelle cnduite l entreprise dit-elle adpter pur faire face aux difficultés actuelles? 11 P a g e

12 Nus verrns, dans une première partie, ce qu est une entreprise en difficulté, purqui elle se truve dans une telle situatin et cmment réagir en fnctin du degré de gravité de cette dernière. Ensuite, dans une secnde partie, nus étudierns le cas particulier d une entreprise en difficulté en cnsidérant la cnditin actuelle de l entreprise, les circnstances de ses prblèmes ainsi que l issue chisie. L élabratin de ce mémire s est effectuée seln plusieurs étapes. Déterminatin d'un plan Rédactin du mémire Crrectins et relectures Délimitatin du sujet Etude de dcuments (états cmptables, manuels, etc.) 12 P a g e

13 Partie 1 L entreprise en difficulté L aspect défensif des entreprises se dévelppe de plus en plus car la cnjncture ne facilite pas leur dévelppement. Cette première partie sera cnsacrée à l étude des causes de difficulté, des myens de préventin à dispsitin des entreprises, et enfin des prcédures à mettre en place en cas de nn-réussite de la phase de préventin. I. L entreprise face aux bstacles : quelle démarche adpter? Cette première sus-partie dnne une définitin de l entreprise en difficulté et tente de déterminer les raisns pur lesquelles elle peut se retruver dans cette situatin. A. Qu est-ce qu une entreprise en difficulté? 1. La ntin d entreprise en difficulté Une entreprise en difficulté ne rime pas bligatirement avec «dépôt de bilan». Cette qualificatin est attribuée lrsqu une entreprise est face à des bstacles plus u mins imprtants. Il est également essentiel de suligner que certaines structures fnt le chix de cesser leur activité ; cette décisin est vlntaire. Auparavant, les difficultés tuchaient plus particulièrement les petites entités ainsi que celles nuvellement créées. Or, depuis le début des années 2000, la «cntaminatin» s étend également aux grsses entreprises (exemple : «Gdyear», ). Les entreprises peuvent subir ce que l n appelle la défaillance. Cette situatin est la cnséquence d un nmbre élevé d bstacles auxquels la sciété fait face. Le prcessus de défaillance est prgressif. Une sciété est tut d abrd défaillante écnmiquement, puis financièrement, et enfin juridiquement. Cette dernière défaillance est la cnséquence des deux premières. 4 Surce : 13 P a g e

14 La défaillance écnmique d une entreprise intervient à partir du mment ù elle n est plus rentable écnmiquement. L indicateur utilisé afin de chiffrer cette tendance est l EBE 5. Le stade ultime de défaillance est avéré lrsque la valeur ajutée de la sciété est négative : nn seulement elle ne crée plus d empli mais elle cnsmme des ressurces. Vici le calcul de ces deux ntins écnmiques: EBE = (VA 6 + Subventin d explitatin) (Charges de persnnel+ Impôts, taxes et versements assimilés) VA = [Marge cmmerciale (Ventes Achats) + Prductin de l exercice (Prductin vendue, stckée, immbilisée Déstckage de prductin)] Cnsmmatins en prvenance des tiers La défaillance financière d une sciété est la résultante de l impssibilité de faire face aux décaissements. Le passif à curt terme (dettes furnisseurs, fiscales et sciales) est supérieur à l actif réalisable (créances clients, dispnible de trésrerie). De plus, la sciété n père pas de gestin de la dette, ce qui la cnduit à des incidents de paiements. Afin de déterminer l inslvabilité u nn de l entreprise, il est pssible de recurir au calcul de plusieurs ratis cmparant des actifs et des passifs de même échéance. Exemples : Rati de liquidité générale (fnds de rulement): à à Rati de l endettement : La défaillance juridique d une entreprise est la cnstatatin juridique de sn inslvabilité. Il existe deux causes à cela : d une part la cessatin des paiements, et d autre part une situatin financière difficile. En cas de cessatin des paiements, l entreprise est dans l impssibilité de faire face à sn passif exigible (dettes dnt le paiement peut être réclamé immédiatement) avec sn actif dispnible (smmes u valeurs dnt l entreprise peut dispser immédiatement). Ce n est pas une ntin cmptable mais plus une ntin de trésrerie car elle se réfère à des liquidités (actif) et à un passif échu (arrivé à échéance). Dans le cas d une cessatin des paiements, la prcédure la plus curante est le redressement judiciaire. 5 Excédent Brut d Explitatin 6 Valeur ajutée 14 P a g e

15 2. Les critères de distinctin des entreprises face aux difficultés On peut s interrger sur l égalité des sciétés face aux prblèmes. Il est vrai que plusieurs critères nus permettent de cnstater qu elles n nt pas tutes les mêmes réactins ni les mêmes myens pur faire face à cette situatin. Dans un premier temps, les entreprises ne snt pas tuchées de la même manière seln leur prfil. Deux entreprises en difficulté sur tris snt des sciétés 7. Les «affaires persnnelles» snt plus épargnées et ce, pur deux raisns. Premièrement, une «affaire persnnelle» implique, cmme sn nm l indique, le patrimine persnnel de l entrepreneur. Ce dernier va être plus réactif vis-à-vis des difficultés rencntrées par la sciété puisqu il n y a pas de distinctin entre le patrimine prfessinnel et persnnel de l entrepreneur. Deuxièmement, l exercice d un métier u d une qualificatin technique assure une certaine pérennité aux «affaires persnnelles» cncernant la demande. La SARL 8 est la frme sciétale la plus tuchée. En effet, cette frme juridique est fréquemment utilisée pur les lancements de prjet en raisn des avantages suivants 9 : Respnsabilité des assciés limitée au mntant de leurs apprts, Chix du régime d impsitin (impôt sur les sciétés u impôt sur le revenu sur ptin), Pas d exigence cncernant le mntant du capital scial. La défaillance des entreprises intervient principalement dans les 5 ans du lancement de l activité, même si ce délai tend à se situer entre 5 et 10 ans. Dans un deuxième temps, la taille est un facteur influant sur la prpensin à rencntrer des embûches. En effet, les petites entreprises snt plus sujettes à des faillites car elles dispsent de mins de myens pur pallier aux difficultés. En raisn d un manque de ressurces financières, il paraît plus cmpliqué en interne d investir dans des utils de cntrôle adéquats, et en externe de s enturer de cnseils apprpriés (avcats, expertscmptables, etc.). Cependant, cette idée est à nuancer puisque, depuis les années 2000, le phénmène de défaillance se prpage aux grandes entreprises. Les dépôts de bilan snt dnc plus cûteux en termes d emplis. 7 Surce : «Les entreprises en difficulté», Carle GRESSE (2003) 8 Sciété à Respnsabilité Limitée 9 Surce : 15 P a g e

16 Dans un trisième temps, le secteur d activité peut favriser la cnfrntatin de l entreprise aux bstacles. Seln une étude de la COFACE 10 en 2012, tris catégries de secteurs d activité se distinguent : Les secteurs risqués (cnstructin, services, distributin, autmbile, transprt), Les secteurs dnt les risques se détérirent (agralimentaire, électrnique et l infrmatique, chimie), Les secteurs relativement épargnés (textile-habillement, métaux, papier-bis). Anticiper les difficultés auxquelles les entreprises fnt face permet d éviter les relatins cnflictuelles avec les partenaires de l entreprise. Pur effectuer cette prévisin, il est tut d abrd nécessaire d en étudier les principales causes. B. D ù prviennent ces difficultés? 1. Le verdict d études chiffrées Deux enquêtes de terrain, tirées de l uvrage de Carle GRESSE 11, permettent de cibler les causes des défaillances des entreprises. La première étude est réalisée par le CEPME 12, devenu OSEO BDPME 13, en Quarante tris causes de défaillances pssibles nt été sumises à l appréciatin de 267 entreprises. Cette étude a abuti à la mise en exergue de cinq grandes catégries de déterminants de la faillite : La réductin de l activité Quel que sit sn statut (prfessinnel privé, public u particulier), chacun tente de réduire ses dépenses entraînant une baisse de la demande générale. Parallèlement, afin de rester cmpétitives sur le marché, les entreprises snt parfis amenées à baisser leurs 10 Cmpagnie Française d Assurance pur le Cmmerce Extérieur : agence spécialisée dans l assurancecrédit pur prtéger les entreprises cntre le risque de défaillance de leurs clients. 11 Surce : «Les entreprises en difficulté» (2003) 12 Crédit d Equipement des Petites et Myennes Entreprises 13 Banque de Dévelppement des Petites et Myennes Entreprises 16 P a g e

17 prix de vente. La cnjugaisn d une diminutin des vlumes de ventes et d une réductin de la valeur entraîne une baisse nn négligeable du chiffre d affaires. La diminutin des marges et de la rentabilité Si l n pursuit le raisnnement, la diminutin du prix de vente réduit la marge des entreprises parallèlement à l augmentatin des cûts d achat des apprvisinnements. En effet, la marge crrespnd aux prduits de l entreprise (ventes) diminués du prix d achat des marchandises u matières premières, et du cût de revient. Le cût de revient est «l ensemble des cûts directs et indirects, fixes et variables, de prductin et de distributin pur une unité de bien u de service» 14. Les prblèmes spécifiques de trésrerie Ils snt dus aux décalages de trésrerie. Les délais de règlements clients / furnisseurs varient seln les entreprises et leurs interlcuteurs. L entreprise dit dnc anticiper d éventuels décalages entre les deux et dispser des myens nécessaires pur les financer. Les prblèmes de trésrerie snt suvent liés au manque d anticipatin. Les difficultés de management L équipe dirigeante dit maintenir une bnne ambiance de travail. Le persnnel est ainsi plus mtivé et reste sudé en cas de difficultés. Les causes accidentelles Ces causes ne snt ni prgressives, ni prévisibles. Il peut s agir de litiges avec les partenaires de la sciété, d une escrquerie, d un décès au sein de l entreprise, u encre d un sinistre. La deuxième étude est celle de l INSEE 15, réalisée en 1997 sur un échantilln de 500 entreprises. Le cnstat général cnsiste à dire que, dans la plupart des cas, la défaillance de l entreprise est la cnjnctin de plusieurs facteurs et nn pas la cnséquence d un seul facteur. Tris causes principales se dégagent de cette étude : Les causes accidentelles (cf. précédemment) Institut Natinal de la Statistique et des Etudes Ecnmiques 17 P a g e

18 La réductin des débuchés Cntrairement à ce que l n purrait penser, les débuchés se réduisent de manière tendancielle (prgressive) et nn pas d un seul cup, en raisn d un fait spécifique. Cela peut résulter d une mauvaise cnnaissance du marché u encre d une incapacité à anticiper la demande. Nus puvns dnc dire que cette cause de difficulté est endgène à l entreprise et qu il s agit plus d une erreur de gestin. Exemple : L arrivée à échéance des cntrats sans pssibilité de les renuveler. Les difficultés financières Les banques snt le premier interlcuteur auquel n pense. En effet, un niveau de taux d intérêts trp élevé u un refus de prêt peut prvquer une charge financière trp lurde à supprter pur l entreprise, la mettant en péril. Cependant, il serait trp simple d incriminer le secteur bancaire ; les banques prtègent leurs intérêts pur subvenir aux besins d autres sciétés. Par ailleurs, l entreprise chisit parfis d investir dans un prjet qui n abutit pas. Nus devns également penser aux retards de paiement des clients représentant un manque financier pur l entreprise. De plus, la charge des impôts et taxes représente un pids nn négligeable. Nus venns de vir les principales causes dégagées par des études, intéressns-nus maintenant aux causes d un pint de vue plus général. 2. L état nn exhaustif des facteurs de difficultés des entreprises Les erreurs de gestin cmptable et financière snt nmbreuses et fréquentes. Le décalage de trésrerie est un prblème fréquent puisque les entreprises divent adapter leurs délais de règlements clients / furnisseurs. Elles divent dispser de ressurces suffisantes pur cmbler un éventuel décalage entre les deux règlements. Dans le cas cntraire, elle fnctinne à flux tendus et peut rapidement se retruver en difficultés financières. Par ailleurs, les entreprises nt parfis tendance à financer des investissements imprtants par le biais de crédits à curt terme plutôt qu à myen et lng terme. Leur bjectif étant d éliminer le plus rapidement pssible les charges financières liées à 18 P a g e

19 l emprunt. Or, en ayant cette réactin, elles alurdissent leur charge financière qui peut parfis leur être fatale. Le niveau d endettement élevé est un des symptômes de l entreprise en difficulté. Ensuite, la sus-capitalisatin est une des situatins mettant en péril l entreprise : il s agit de l insuffisance de ses capitaux prpres par rapprt à ses dettes. Cette situatin augmente le risque de faillite puisque l entreprise n est plus apte à «épnger» ses pertes éventuelles. Les créanciers encurent un risque de nn-paiement u nn-rembursement de leurs dettes. L indépendance de l entreprise est remise en questin puisqu en situatin de sus-capitalisatin elle se truve à la merci de ses partenaires. Cette dépendance visà-vis des tiers apparaît également lrsque l entreprise dispse d une capacité d autfinancement faible. En effet, l autfinancement permet à l entreprise d investir, de remburser ses emprunts, d épargner, etc. Cmmercialement parlant, l entreprise peut être mise en péril. C est le cas lrsqu elle prpse un prduit bslète u lrsque le nuveau prduit qu elle lance n atteint pas la cible visée u bien encre que le circuit de distributin utilisé est inadéquat. Le cycle d explitatin peut subir l impact d une mauvaise gestin de la prductin. Si l entreprise utilise un util de prductin inadéquat, elle augmente sn risque de cnfrntatin aux difficultés. La prductivité se réduit et la cmpétitivité de l entreprise est mise à mal. Des décisins stratégiques nn adaptées peuvent mettre en danger l entreprise. La stratégie de l entreprise peut être un bstacle lrsque sa crissance est mal maîtrisée. L bjectif de tute entreprise, à sn échelle (petite, myenne u grande entreprise), est d être leader sur sn marché. Afin de parvenir à cet bjectif, certains cmprtements peuvent déraper et se traduire par un gnflement des stcks u bien par un sureffectif. Il est de plus en plus fréquent de vir des sciétés se dévelppant dans différents secteurs d activité. C est ce que l n appelle une diversificatin. Cette démarche repse sur une vlnté d être autnme. La diversificatin permet d atteindre divers marchés et d btenir des cmpétences dans plusieurs dmaines. Tutefis, elle présente un risque de perte d écnmies d échelle. Les écnmies d échelle crrespndent à une réductin du cût unitaire d un prduit en augmentant la quantité prduite. Par cnséquent, lrsque l entreprise pte pur une diversificatin de sa prductin, la quantité prduite est répartie 19 P a g e

20 entre les différents prduits entraînant des cûts unitaires plus imprtants qu en prductin de masse. La diversificatin dit être raisnnable afin de ne pas pénaliser les écnmies d échelle. Nus savns qu il existe des causes diverses et variées puvant remettre en questin la cntinuité de l explitatin de l entreprise. Maintenant, psns-nus la questin de savir cmment peut-n détecter ces difficultés et qui a la pssibilité de le faire. II. La préventin des difficultés est-elle pssible? Afin de surmnter les bstacles éventuels, les entreprises mettent en place des prcédures internes de cntrôle, avec l appui d acteurs externes tels que l expertcmptable. Dans le cas ù ces démarches ne suffisent pas, des prcédures judiciaires de préventin existent pur traiter les difficultés en amnt. A. Le pids des différents acteurs dans la préventin 1. Les vies à dévelpper en interne La CCI 16 prpse aux entreprises plusieurs clés de détectin des difficultés. L entreprise risque d être mise en péril lrsqu elle perd un client imprtant u lrsqu elle fait face à des impayés u créances irrécuvrables. Par ailleurs, l entreprise peut détecter des difficultés lrsqu elle rencntre des prblèmes de trésrerie récurrents. La ntin de trésrerie crrespnd à l argent dnt l entreprise dispse en caisse u sur ses cmptes bancaires pur faire face aux dépenses curantes. Les prblèmes de trésrerie fnt référence aux décalages entre les entrées et les srties qui ne snt pas financés u anticipés. Nus puvns citer cmme exemple cncret le fait de payer un furnisseur avant d avir reçu le paiement du client ; l entreprise dit avancer l argent. A l échelle d une u deux transactin(s) de ce genre, l impact n est pas frcément 16 Chambre de Cmmerce et d Industrie 20 P a g e

21 imprtant. En revanche, si l entreprise base sa gestin financière sur ce système, elle s expse à un manque de myens et des risques d endettement. La CCI cnseille aux entreprises, pur pallier aux prblèmes de trésrerie, de surévaluer leurs besins, de surveiller les pstes «stcks», «clients», «furnisseurs», et d établir un suivi de leur cmpte bancaire avec la réalisatin d un état de rapprchement bancaire. Cet état cnsiste à justifier l écart entre le slde du cmpte bancaire transmis par la banque et celui btenu en cmptabilité. L écart crrespnd généralement à des écritures passées en cmptabilité mais nn encre passées en banque. D autres facteurs peuvent attirer la vigilance des entreprises. Il peut s agir du départ d un salarié ccupant un pste clé, d une perte de cmpétitivité des prduits u services, et des pertes en capital. Il est essentiel pur une entreprise d avir une visin de ses frces et faiblesses ainsi que de sn envirnnement, il est frtement cnseillé aux entreprises d établir les matrices SWOT 17 et 5M 18. La matrice SWOT récapitule les frces et faiblesses, pprtunités et menaces de l entreprise. Elle amélire la cnnaissance de sn envirnnement et sa psitin par rapprt à celui-ci. 19 La matrice des 5 M est également appelée «diagramme de causes à effets». Elle prpse cinq grandes familles de causes. L entreprise dit dnc cibler l effet cnstaté et renseigner les pints négatifs de chaque «M». 20 Tutefis, d autres interlcuteurs peuvent apprécier la situatin de l entreprise. 17 Strenghts, Weaknesses, Opprtunities, Threats 18 Myens, Main d Oeuvre, Méthdes, Milieu, Matière 19 Surce : succes-marketing.cm 20 Surce : wikipedia.rg 21 P a g e

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts Dssier Spécial Les 5 étapes pur vendre ACT! Apprendre à détecter un besin en Gestin de Cntacts Ce dssier à pur bjectif de vus aider à cmmercialiser ACT! auprès de vs clients et prspects. Nus allns vus

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

PAR CES MOTIFS. Renvoie les parties à se pourvoir au principal ainsi qu'elles aviseront, mais dès à présent,

PAR CES MOTIFS. Renvoie les parties à se pourvoir au principal ainsi qu'elles aviseront, mais dès à présent, Cnstructin prjet 09.03.2015 PAR CES MOTIFS Le Président du Tribunal de grande instance, Juge des référés, statuant publiquement, par rdnnance, Renvie les parties à se purvir au principal ainsi qu'elles

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE CHARTE de REFERENCEMENT Bureaux d études techniques Sciétés et adresses : IMMOBILIERE 3F : 159, rue Natinale 75638 Paris Cedex 13 RSF : 3, allée de la Seine 94200 Ivry sur Seine RUF : 32 curs du Danube

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS Guide d intégrité dans la cnduite des affaires Plitiques glbales Service Éthique & Cnfrmité La relatin de bimérieux avec ses partenaires Chez bimérieux, nus

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité Changez pur Gas Natural Fensa en tute liberté et en tute simplicité Savez-vus que depuis 2004 vus puvez chisir vtre furnisseur de gaz naturel? Le marché du gaz naturel pur les prfessinnels a été libéralisé

Plus en détail

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation Ville de Brdeaux Prix de l Innvatin Assciative Règlement de participatin Article 1 : Cnditins d admissin Peuvent faire acte de candidature les assciatins dmiciliées à Brdeaux u tut autre assciatin dnt

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES Le présent cahier des charges définit le périmètre de la prestatin attendue, en vue

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur)

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur) Répertire Natinal des Certificatins Prfessinnelles Résumé descriptif de la certificatin Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecle Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

Les assurances automobiles

Les assurances automobiles Les assurances autmbiles I. Les différentes assurances a) L assurance au tiers est une bligatin légale Cette assurance au tiers que l n peut qualifier de base cuvre uniquement les dmmages causés à un tiers.

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Master Transprt, Lgistique Et Cmmerce Internatinal Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien

Plus en détail

FORMATION OBSERVANCE

FORMATION OBSERVANCE FORMATION OBSERVANCE OBJECTIFS Sensibiliser les participants à la prblématique de l bservance Cmprendre la prblématique de nn bservance Cmment bâtir un prgramme d Observance Echanger avec des prfessinnels

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente en capital, assrtie d une perspective de rendement particulièrement

Plus en détail

GUIDE INSTALLATION IAS

GUIDE INSTALLATION IAS Guide d installatin IAS 1 IMPACT TECHNOLOGIES se réserve le drit de mdifier à tut mment le cntenu de ce dcument. Bien que l exactitude des renseignements qu il cntient sit cntrôlée avec sin, IMPACT TECHNOLOGIES

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Frmule de demande Veuillez remplir tutes les sectins. SECTION A : RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ET SUR L ENTREPRISE LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE «La cllecte des renseignements

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements ITIL V3 Explitatin des services : La gestin des événements Créatin : janvier 2008 Mise à jur : aût 2009 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail