SUITE DES ACTES DES QUATRIEMES ENTRETIENS DE LA PETITE ENFANCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUITE DES ACTES DES QUATRIEMES ENTRETIENS DE LA PETITE ENFANCE"

Transcription

1 NÄ16 SUITE DES ACTES DES QUATRIEMES ENTRETIENS DE LA PETITE ENFANCE QUALITE DE L EDUCATION DE LA PETITE ENFANCE ET BIEN-ETRE DES JEUNES ENFANTS Lettre de l observatoire de l enfance en France 3, square Max Hymans PARIS CÄdex 15 TÄl : Fax : AgnÅs FLORIN Professeur en psychologie de l'enfant et de l'çducation - UniversitÇ de Nantes - LabÇcd EA3259 De nombreux travaux de recherche attestent de l importance de la qualitå de l Åducation de la petite enfance pour la suite du dåveloppement et je ne dåvelopperai pas ce point aujourd hui (Florin, 2007). Dans cette intervention, je souhaiterais aborder les questions suivantes : - comment dåfinir la qualitå d un mode d accueil de la petite enfance? - que savons-nous de la qualitå de vie des jeunes enfants et de leur bien- Çtre? - comment prendre en compte le point de vue des enfants sur leur qualitå de vie? - que pouvons-nous retenir de dåmarches europåennes sur la qualitå de l Åducation de la petite enfance? 1. Comment däfinir la qualitä d un mode d accueil de la petite enfance 1.1. Evaluation de la qualitä des modes d accueil Evaluer la qualitå d un mode d accueil commence par la dåfinition mçme du terme de qualitå (Moss & Pence, 1994). En effet, une dåfinition a priori renseigne surtout sur la repråsentation que se font les adultes, professionnels ou parents, de ce qui pour eux, constitue les ÅlÅments essentiels de qualitå, É dåfaut de rendre compte de l impact d un mode d accueil sur le dåveloppement des enfants. Les travaux des vingt derniñres annåes se situent dans une perspective diffårente et plus utile au dåbat, me semble-t-il. Il s agit de considårer l impact de certaines caractåristiques des modes d accueil sur diffårents aspects du dåveloppement des enfants. Cette perspective suppose des recherches sur de grands effectifs, souvent longitudinales, dans des conditions d accueil variåes. C est nettement plus complexe que de donner son point de vue a priori, fondå sur l expårience personnelle.

2 Pour aller Ä l essentiel, la qualitç d'un mode d accueil semble pouvoir se dçfinir selon deux groupes de variables : - la structure : taux d'encadrement, taille des groupes, niveau d'expçrience et de formation du personnel accueillant, stabilitç de ce personnel, adçquation des locaux ; - le fonctionnement : qualitç des interactions, de l'environnement Çducatif, des pratiques Çducatives observçes, c'est-ä-dire la sensibilitç et les rçponses du personnel aux intçréts et besoins des enfants et la mise en place d'activitçs appropriçes Ä leur Ñge. Cette dçfinition est largement partagçe, mais plusieurs difficultçs se prçsentent lorsqu'il s agit d Çvaluer ces variables et plus prçcisçment de considçrer les critöres d Çvaluation. Une autre difficultç vient du fait que les caractçristiques des modes d accueil peuvent avoir un impact diffçrent selon les aspects du dçveloppement des enfants : cognitif, langagier, social, affectif. Et, de plus, les effets varient selon les caractçristiques familiales et personnelles des enfants. Et pour complçter le tableau, ces diffçrentes caractçristiques n agissent pas indçpendamment les unes des autres, mais en interaction. C est dire d emblçe qu affirmer qu un mode d accueil en tant que tel est de qualitç ou pas, ou qu il est meilleur qu un autre, relöve davantage d une prise de position personnelle ou idçologique, plutüt que des rçsultats de recherches ou d Çtudes sur la question. Voyons l impact de quelques caractçristiques parmi les plus importantes, pour leur impact sur plusieurs aspects du dçveloppement des enfants - l importance des programmes, le ratio adultes / enfants - avant d examiner la combinaison de plusieurs variables L importance des programmes Il s agit d objectifs incluant tous les domaines du dçveloppement - social, Çmotionnel, cognitif et physique -. Les chercheurs insistent sur le rüle des Çducateurs dans la mise en place de tels programmes et sur l'implication des familles (Dodge, 1995; Harms, 1994 ; Ritchie & Howes, 2003). Ainsi, Phillips, Howes & Whitebook (1992) ont montrç aux Etats-Unis que les cröches conformes aux dispositions concernant le ratio, la taille des groupes et la formation du personnel ont un niveau significativement plus faible de rotation du personnel, plus d'activitçs appropriçes Ä l'ñge des enfants, moins d'çducateurs sçvöres mais plus d'çducateurs sensibles Le ratio adultes / enfants Cet indicateur est un facteur important de la qualitç en tant que dçterminant des interactions adulte/enfants. C'est ce qu'ont montrç Howes & Rubenstein (1985) en observant les interactions entre des adultes et 78 enfants ÑgÇs de 17 Ä 22 mois, selon leur mode d accueil. Un taux d'encadrement ÇlevÇ facilite les interactions harmonieuses et il est corrçlç avec un niveau de compçtence ÇlevÇ chez les enfants de 2 ans (De Biemiller, Avis & Lindsay, 1979). Howes et al., (1992) se sont intçressçs au dçveloppement social des enfants frçquentant une cröche (414 enfants ÑgÇs de 14 Ä 54 mois) ; ceux qui bçnçficient d'une garde de bonne qualitç ont plus d'attachement sçcurisç (secure) au personnel et il existe des liens entre cette qualitç d attachement et les compçtences sociales. Le ratio adulte/enfants et la taille du groupe n'ont pas une influence directe sur les compçtences sociales de l'enfant, mais une influence indirecte en modulant l'adçquation des soins fournis par le personnel. En gçnçral, plus le personnel est nombreux dans l'unitç, plus la proportion d'activitçs Çducatives est grande et plus la proportion d'activitçs de soins de base est faible. Selon PalmÇrus (1995), les variations observçes dans les interactions sociales et les activitçs ne peuvent pas Étre expliquçes uniquement par les variations du ratio enfants/adulte. Un taux d'encadrement plus important augmente les activitçs orientçes vers l'enfant et une interaction proche avec les enfants, seulement si le personnel est en accord avec les objectifs et les mçthodes de leur lieu de travail. 2

3 1.4. La combinaison de plusieurs facteurs Dunn (1993) a fait une revue de la littärature sur l'influence du ratio et de la taille du groupe sur le däveloppement de l'enfant en cråche ; il indique que lorsque ces deux variables sont mesuräes säparäment, elles ne sont pas toujours reliäes au däveloppement de l'enfant. D'autre part, la taille du groupe semble avoir une influence plus systämatique que le ratio, ce que confirment Elicker & al. (1999) pour le däveloppement Ämotionnel et affectif. Cette variable devrait Çtre mieux prise en compte par les responsables politiques. La qualitä des modes d accueil, variable complexe Ñ däfinir, ne peut Çtre considäräe indäpendamment de leurs bänäficiaires (les enfants et leur famille) : le temps passä hors de la maison, les caractäristiques personnelles de l enfant et celles de la famille doivent Çtre prises en considäration. L'effet des modes d accueil sur le däveloppement cognitif de l'enfant est modulä par de nombreuses variables liäes Ñ la structure du mode d accueil, mais aussi Ñ la duräe de garde non parentale, la qualitä des relations avec l'adulte, et les caractäristiques familiales. En effet, la garde non parentale peut avoir des effets bänäfiques dans les milieux däfavorisäs (Burchinal, Lee & Ramey, 1989; Florin et al, 1997; Roberts & al. 1989), ou des effets moins favorables, si elle est comparäe Ñ une garde assuräe par la måre, notamment lorsque celle-ci est diplömäe. On peut aussi souligner que la duräe de fräquentation (en nombre de mois) d'un mode de garde non parentale favorise le däveloppement social, l affirmation de soi, les compätences cognitives et la räussite scolaire (Andersson, 1992 ; Broberg, Wessels, Lamb & Hwang,1997 ; Creps & Vernon-Feagan, 2000 ; Connell & Prinz, 2002). En revanche, une duräe ÄlevÄe de garde non parentale au cours de la semaine est nägativement corräläe avec plusieurs aspects du däveloppement de l enfant, quelle que soit la qualitä du mode d accueil. Des effets nägatifs de cette duräe sont mis en Ävidence sur le däveloppement cognitif et langagier d enfants de milieux däfavorisäs Ñ 24, 30 et 36 mois (Spieker & al. 2003). Il en est de mçme pour des gardes dont les horaires varient en fonction des horaires de travail däcaläs des parents, comme le montre une Ätude aux Pays-Bas (De Schipper & al. 2003). Lorsque des effets nägatifs sont observäs pour certains enfants et pas d autres dans un mode d accueil, il apparaüt que les enfants les plus touchäs ont par ailleurs d autres difficultäs. Par exemple, ce sont surtout les enfants manifestant des Ämotions nägatives et peu d auto-contröle qui sont sensibles Ñ la qualitä de l attention et des stimulations du mode d accueil (Dettling & al. 2000). Il semble Ägalement que le tempärament de l enfant et la qualitä du mode d accueil jouent en interaction, les garáons Ätant plus sensibles au stress dans le lieu d accueil, selon Crockenberg (2003). Plusieurs recherches soulignent combien les effets de la qualitä du mode d accueil se combinent diffäremment selon les caractäristiques individuelles d ethnie, de genre (Burchinal & al ; Tonyan & Howes, 2003) ou les caractäristiques familiales (Clarke-Stewart & Allhusen, 2003). Les effets d un accueil präscolaire de qualitä sont perceptibles Ñ long terme sur le däveloppement cognitif et socio-ämotionnel ainsi que sur les performances scolaires, surtout pour les enfants considäräs comme socialement Ñ risque du fait de leur ethnie ou du faible niveau d Äducation de leur måre, comme l ont monträ dans un suivi longitudinal de 733 enfants jusqu Ñ 8 ans Peisner-Feinberg & al. (2001) dans quatre Ätats des USA. De telles recherches plaident pour l accueil des enfants de milieux däfavorisäs dans les structures präscolaires Discussion Ces räsultats suggårent diffärentes dimensions Ñ privilägier pour favoriser la qualitä de l accueil des jeunes enfants. - PremiÅrement, permettre aux adultes encadrant les jeunes enfants d accäder Ñ une formation späcialisäe actualisäe sur le däveloppement psychologique et les besoins physiologiques des jeunes enfants. - Favoriser les petits groupes d enfants en individualisant le plus possible les Ächanges avec l adulte. 3

4 - Limiter le nombre d adultes s occupant directement des måmes enfants. - Favoriser l attribution d un adulte rçfçrent par enfant, notamment pour l aider É vivre les situations les plus difficiles de la journçe comme les arrivçes et les dçparts ou les siestes. 2. De la qualitä de l Äducation de la petite enfance Ç la qualitä de vie des jeunes enfants et leur bien-étre Un consensus se dçgage dans la littçrature, grñce É de nombreux travaux dans diffçrents pays, qui trouvent des liens significatifs entre certaines caractçristiques des lieux d accueil et des indicateurs de diffçrents aspects du dçveloppement de l enfant. On arrive ainsi, a posteriori, pourrait-on dire, É considçrer comme ÇlÇments de qualitç nçcessaires É un bon dçveloppement cognitif, social et affectif des enfants l attention qui leur est portçe, l adçquation aux besoins individuels, la stabilitç du personnel, variables qui ne sont pas complötement indçpendantes de la formation ou de l expçrience des professionnels ou du ratio adultes-enfants, mais qui ne peuvent s y rçduire. Ce consensus rejoint, pour le moins, les conclusions des travaux en psychologie du dçveloppement. A contrario, il semble que des relations de faible qualitç aient une plus forte incidence sur le comportement des jeunes enfants (agressions et non-respect des rögles) que sur les aspects de leur dçveloppement mentionnçs ci-dessus. Lorsque des effets positifs de la garde non parentale sont trouvçs, ils demeurent sur plusieurs annçes Les aspects diffärentiels Mais un mode d accueil de qualitç peut avoir des effets diffçrents selon les enfants et leurs caractçristiques personnelles (Ñge, sexe, tempçrament, antçcçdents biomçdicaux) et leurs familles (groupe social ou ethnique, niveau d Çducation de la möre). Il peut avoir Çgalement des effets diffçrents selon l usage qu en font les familles. Une durçe ÇlevÇe de garde non parentale au cours de la semaine est souvent associçe É des effets nçgatifs pour l enfant, son dçveloppement et son bien Åtre. Est-il besoin de rappeler que la famille est le premier lieu de socialisation de l enfant, premier dans tous les sens du terme, comme le soulignait Wallon? Les enfants considçrçs "É risque" de par leurs caractçristiques familiales, leur tempçrament, ou leur bilan biomçdical, sont plus sensibles aux effets des modes d accueil, positifs ou nçgatifs, d aprös plusieurs Çtudes amçricaines. Aussi devons-nous dçvelopper des recherches sur cette question dans le contexte franüais, en utilisant une perspective diffçrentielle, c est-é-dire en comparant des groupes d enfants selon diverses caractçristiques personnelles, familiales et sociales Prendre en compte aussi qualitä de vie et bien-étre des enfants Mais peut-on continuer É considçrer uniquement les indicateurs classiques du dçveloppement social, cognitif ou affectif des enfants? Il me paraát essentiel de prendre en compte Çgalement leur qualitç de vie, leur bien-åtre dans leur vie quotidienne, comme quelques recherches anglo-saxonnes commencent É le faire. Bien sàr, on peut considçrer qu un enfant ayant un bon dçveloppement social, cognitif ou affectif, tel qu il est possible de l Çvaluer de maniöre externe, bçnçficie d une bonne qualitç de vie ; mais il s agit lé d une infçrence forte quant au bien-åtre qu il ressent Il est certes difficile d interviewer de trös jeunes enfants sur la qualitç de leur mode d accueil! Quelques tentatives existent, comme celle de Wiltz & Klein (2001), mais avec des enfants de 4 É 5 ans et demi. Ces enfants semblent avoir une vision plutät positive de leur cröche ou de leur Çcole. Ils s expriment davantage sur ce qu ils aiment que sur ce qu ils n aiment pas, que leur lieu d accueil soit de qualitç ÇlevÇe ou faible! Ce qu ils dçclarent dçtester, c est Åtre interrompus dans leur activitç favorite, le jeu, et la mçchancetç des pairs et des adultes. Rendre compte de leur qualitç de vie est une tñche complexe, qui implique de considçrer non seulement le lieu d accueil de l enfant, mais aussi son rythme de vie au quotidien et les modalitçs de passage de la famille É la garde non parentale au cours de la journçe. Ces derniers ÇlÇments ne sont Çvidemment pas indçpendants de la composition familiale, des conditions de travail des (ou du) parent(s) et des prestations familiales dont ils disposent pour l Çducation de leurs jeunes enfants. 4

5 3. Comment prendre en compte le point de vue des enfants sur leur qualitä de vie? 3.1. QualitÄ de vie et le bien-åtre des enfants dans les Ätudes internationales En psychologie l intårçt pour le bien-çtre de l enfant plutét que pour son dåveloppement est un phånomñne relativement råcent. Les sociologues les ont devancås pour essayer de concevoir des indicateurs du bien-çtre des enfants et les mettre Ö disposition des dåcideurs politiques (Brown, 2007). Ben Arieh (2007) a råaliså une revue de prñs de 200 rapports sur "l Åtat de l enfance", publiås de 1950 Ö 2005, pour identifier les indicateurs du bien-çtre utilisås dans les pays du monde entier. A partir de cette revue de la littårature, Il a ainsi dågagå quatre principaux changements dans l Åvaluation du bien-çtre de l enfant, qui sont liås Ö la prise en compte de plus en plus fråquente de la faüon dont les enfants eux-mçmes perüoivent leurs conditions de vie : - le passage de la simple question de la survie Ö celle du bien-çtre et de la QDV des enfants ; - la prise en compte des aspects positifs et non plus seulement någatifs du comportement et de la vie des enfants ; - la prise en compte de nouveaux domaines (compåtences civiques, såcuritå, activitås, etc.). - Il faut noter Ågalement que la prise en compte du point de vue des enfants modifie complñtement leur réle dans les recherches visant Ö Åtudier leur statut. Ils deviennent ainsi des acteurs de l Åvaluation de leur bien-çtre plutét que de simples sujets d Åtude. Je pense que ce changement d approche doit Ågalement s appliquer aux jeunes enfants, mçme s il pose des problñmes måthodologiques importants. A l heure actuelle, il existe trñs peu d outils scientifiquement validås qui permettent d Åvaluer la qualitå de vie et le bien-çtre des enfants de moins de 6 ans, mais de nombreux auteurs s accordent pour dire que c est possible (Ben-Arieh, 2007 ; Eiser, Mohay & Horse, 2000). Les questionnaires remplis par les donneurs de soins sont certes utiles, mais ils ne peuvent se substituer aux informations fournies par les enfants euxmçmes. En effet, les prioritås des jeunes enfants et leur interpråtation des ÅvÑnements peuvent Çtre diffårentes de celles des adultes, du fait de leurs capacitås cognitives et de leur expårience sociale limitåes, et aussi de leur dåpendance Ö l Ågard des personnes qui prennent soin d eux. Aussi, pour råpondre aux besoins des enfants, il est nåcessaire de mieux comprendre comment ils perüoivent les limites qui s imposent Ö leur QDV (Eiser, Mohay & Horse, 2000). Les enfants se dåveloppent trñs rapidement et les expåriences våcues au cours de la petite enfance peuvent avoir un impact important sur le long terme, comme vous le savez Des outils d auto-ävaluation de la qualitä de vie (QDV) pour les jeunes enfants? La notion de QDV est largement utilisåe en Psychologie de la SantÅ (Bruchon-Schweitzer, 2002). La recherche pådiatrique, depuis les annåes 90, a permis de dåvelopper de nombreux outils permettant d Åvaluer la QDV des jeunes enfants malades et/ou hospitalisås (Ravens-Sieberer et al. 2006). Cependant, cette notion reste encore mal dåfinie et difficile Ö dålimiter. D abord ÅtudiÅe par des sociologues puis des psychologues, la notion de QDV a connu un våritable essor gráce aux mådecins, aux chercheurs en santå publique et en ÅpidÅmiologie ainsi qu aux psychiatres. Ce concept est souvent confondu avec les notions d Åtat de santå, de satisfaction de vie, de bonheur et de bien-çtre subjectif (Pavot & al ; Bruchon-Schweitzer, 2002). L intågration d indicateurs issus des diffårents champs, mådicaux (santå physique), philosophique (bonheur), psychologique (bien-çtre subjectif) a permis de proposer le concept de QDV qui s avñre plus gånåral pour dåfinir ce qu est une vie satisfaisante (Nordenfelt, 1994). 5

6 3.3. DÄfinitions Un däbat existe aussi sur la mesure la plus adäquate de la QDV. Pour certains auteurs, cette mesure doit intägrer des indicateurs objectifs et subjectifs (Muldoon, Barger, Flory, & Manuck, 1998). D autres proposent plutçt de ne prendre en compte que des indicateurs de QDV subjective. Dans cette perspective, l'oms däfinit la QDV comme "la perception qu'é un individu de sa place dans l'existence, dans le contexte de la culture et du systñme de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiätudes" (Jasmin, 1996 ; World Health Organization, 1984). En adoptant la perspective Äcologique proposäe par Bronfenbrenner (1979), elle permettrait de rendre compte des relations entre des variables relevant des diffärents systñmes constituant l environnement de vie de l enfant : caractäristiques individuelles, familiales, conditions de vie, caractäristiques des modes d accueil präscolaires, scolaires, päriscolaires ou particuliers (comme faisant suite É une mesure de protection de l enfance, par exemple) -, relations paritaires, comportements et performances scolaires, etc.. La qualitä de vie implique diffärents domaines : psychologique, physique, relations et activitäs sociales, bien-ütre matäriel et valeurs morales MÄthodologie de l Ävaluation de la QDV des jeunes enfants L immaturitä et le manque d expärience des jeunes enfants posent un certain nombre de problñmes mäthodologiques dans la conception d une mäthode d Ävaluation de leur QDV. Il faut bien sár tester la fiabilitä et la validitä des outils qui sont mis au point, mais il faut d abord s assurer que les enfants comprennent les questions qui leur sont posäes (Eiser, Mohay & Horse, 2000). Les auto-questionnaires ne sont pas adaptäs aux enfants de moins de 8 ans. Comme les petits ont parfois du mal É exprimer leurs idäes et qu ils ne sont pas capables de faire les distinctions fines requises par les Ächelles É choix multiples, d autres mäthodes peuvent Ütre utilisäes. Des images ou des accessoires, des approches projectives permettant É l enfant de mimer ou de s identifier É des personnages (poupäes ou autres) mis en situation dans de petits scänarios peuvent favoriser É la fois la comprähension et l expression. Leurs capacitäs d attention Ätant limitäes, la tàche doit Ütre perâue comme amusante et courte, reliäe É leur expärience et accompagnäe d exemples concrets. MÜme trñs jeunes, les enfants sont capables d apprendre, de mämoriser et d appliquer leurs connaissances (Eiser, Mohay et Horse, 2000). En psychologie de la santä, Holzeimer et Mohay (1998) ont monträ que, dñs l àge de 3 ans et dans un contexte appropriä, ils sont capables d apprendre quelles sont les causes de leur asthme et comment le gärer. D autres recherches ont monträ qu ils peuvent se rappeler des ÄvÑnements de faâon fiable, s ils sont interrogäs de maniñre adaptäe. Et les enfants sont capables de reconnaätre leurs propres Ämotions, mais aussi celles des autres, en s appuyant sur les expressions de leurs visages (Eiser, Mohay et Horse, 2000). Les dessins, les conversations entre enfants, des histoires en images peuvent Ütre utilisäes pour de telles recherches, parmi diverses techniques d observation. 4. L Europe et la qualitä de l Äducation de la petite enfance 4.1. Des chartes de qualitä au niveau europäen Au niveau europäen, les dämarches destinäes É Älaborer des chartes communes de qualitä pour l Äducation de la petite enfance se sont däveloppäes ; exemples : OCDE ; Internationale de l Education 1, Children in Europe 2 ) Ces institutions ou räseaux prçnent un service public accessible É tous les enfants, de la naissance É l àge de la scolaritä obligatoire, financä directement par les collectivitäs, et qui fournisse un cadre politique unique et cohärent aux diverses structures d accueil. On favorise une approche globale et multiple des enfants, respectueuse de leur diversitä et de celle des familles. On intñgre l importance de l espace et du jeu dans la vie des enfants, mais aussi les apprentissages, les relations sociales, l Äthique et l esthätique, le bien-ütre physique et Ämotionnel, l Äducation au sens le plus large. 1 A tenu sa derniäre confårence Ç Malte dåbut novembre RÅseau de magazines nationaux s intåressant aux services de la petite enfance et aux familles. 6

7 L OCDE appelle un "partenariat fort et Åquitable" entre les structures d accueil de la petite enfance et le systçme scolaire. Il doit reposer sur une conception partagåe de l image de l enfant et de l Åducation. L Åducation repråsente un processus de construction de savoirs, de valeurs et d identitå visant l Åmancipation, l Åpanouissement et la construction personnelle de chacun, pour une sociåtå dåmocratique et un environnement durable Au niveau franäais DiffÅrents rapports sur l Åducation de la petite enfance ont ÅtÅ diffusås depuis deux ans. Citons notamment : le rapport du Haut Conseil de l Education sur l Åcole primaire en France, incluant l Åcole maternelle, en 2007 ; le rapport Tabarot et deux rapports du SÅnat en Ceci est connu. Les prises de position politiques et souvent contradictoires pour un service public de la petite enfance ont fait l actualitå. L Observatoire de l Enfance en France dåveloppe une råflexion intågråe entre les professionnels de la petite enfance des secteurs pråscolaire, scolaire et påriscolaire, au service de la qualitå de l Åducation et du bien-étre des enfants, qui s inscrit clairement dans la dåmarche prñnåe au niveau europåen par l OCDE d un "partenariat fort et Åquitable" entre ces secteurs Les indicateurs de la QDV et les comparaisons internationales Depuis la ratification de la Convention Internationale des Droits de l Enfant par la quasi-totalitå des pays, de nombreux pays et organismes internationaux ont dåveloppå leur intårét pour la QDV et le bien Étre des enfants. ParallÇlement, s est dåveloppå un mouvement pour l individualisation statistique de l enfant (Ovortrup, 1997), destinå Ö attirer l attention des dåcideurs et Ö mobiliser les opinions publiques sur la situation des enfants par rapport aux normes et valeurs promues par la CIDE. Ceci s est traduit par la cråation d indicateurs se pråsentant parfois comme des tableaux de bords nationaux et d autres fois comme des outils de benchmarking utiliså au niveau international. Un groupe d experts internationaux de plusieurs disciplines a lancå le Programme multinational de suivi et d Åvaluation du bien-çtre de l enfant (http://multinational-indicators.chapinhall.org). Cette action a fait suite au rapport de l UNICEF sur Le progrés des nations qui a essayå de suivre le bien-étre des enfants dans les pays dåveloppås. Mais ceci s est råvålå sans grand intårét dans des pays oü les principaux besoins physiques de base sont satisfaits pour la grande majoritå, et on a cherchå Ö suivre les progrçs "au-delö des nåcessitås de base". Depuis les annåes 90, le travail s est concentrå sur un protocole scientifique de recueil des donnåes sur le bien-étre des enfants, et sur la mise en place d un råseau de chercheurs collaborant Ö ce recueil des donnåes et Ö leur diffusion. Les participants au projet ont sålectionnå environ 50 indicateurs, divisås en cinq rubriques : såcuritå et condition physique, vie personnelle, vie civile, ressources et contributions Åconomiques des enfants, activitås des enfants. (UNICEF, Innocenti 7, 2007, 40-41). Quel est le classement des pays europåens? Les Pays-Bas sont en téte du tableau du bien-étre gånåral de l enfant et se classent parmi les dix premiers pour toutes les dimensions du bien-étre de l enfant. Les pays europåens sont dans la moitiå supårieure du tableau de classement gånåral, quatre pays de l Europe du Nord occupant les quatre premiçres places. Tous les pays ont des carences Ö combler et aucun d eux ne figure dans le tiers supårieur du classement pour toutes les dimensions. Le Royaume-Uni et les Etats-Unis figurent dans le tiers infårieur du classement pour toutes les dimensions sauf une. Aucune dimension n apparaát valable Ö elle seule comme indicateur du bien-étre gånåral de l enfant et plusieurs pays de l OCDE obtiennent un classement qui varie beaucoup selon les dimensions. Le classement de la France est peu glorieux : 16 Çme sur les 21 pays riches considårås. 7

8 4.4. Prise en compte du point de vue des enfants IndÄpendamment de ce classement, le rapport constate de fortes lacunes dans l Ävaluation. On n a pas pu inclure, par exemple, l exposition des enfants Ç la violence domestique, tant comme victimes que comme tämoins, du fait des problémes de däfinition et d Ävaluation Ç l Ächelle internationale. Le Centre de recherche Innocenti (Unicef, rapport n Ñ7, 2007), qui propose une Vue d ensemble du bien-åtre des enfants des pays riches, a räsumä cette tendance de chaque pays Ç se doter d indicateurs : "Aux Etats-Unis, par exemple, un indice composite du bien-åtre des enfants, annuellement mis Ç jour, existe depuis plus de 30 ans. Regroupant 28 indicateurs en sept catégories (bien-åtre matériel, santé, sécurité/problñmes comportementaux, activité productive, place dans la communauté, rapports sociaux, et bien-åtre Émotionnel/spirituel), l indice permet des comparaisons entre les Etats 3. Le Royaume-Uni a Également développé son propre systñme d Évaluation et de suivi du bien-åtre des enfants. ConÖu principalement pour Évaluer les performances des différents ministñres, le systñme utilise 25 indicateurs distincts pour cinq rubriques: santé; sécurité; satisfaction et réussite; contribution positive; bien-åtre Économique. Ce cadre met l accent sur les aspects positifs tout en insistant sur les droits et les responsabilités des enfants et des familles. Une vue d ensemble indépendante plus détaillée du bien-åtre des enfants au Royaume-Uni a Également ÉtÉ publiée par l ONG Save the Children. Dans les années 90, la république d Irlande a associé les enfants au choix des 42 indicateurs utilisés ". Ce dernier travail est sans doute le plus abouti Ç ce jour, et il marque une coupure assez nette avec les räalisations antärieures, notamment avec la logique du Kids Count Index, en ce sens que certains des domaines retenus "Contexte familial et milieu de vie" et "DÉveloppement social et comportement" - sont totalement illusträs par les däclarations des enfants. De müme, certains items sur les aspects relationnels ont ÄtÄ releväs par les enfants eux-mümes comme Ätant des ÄlÄments signifiants de leur QDV. Cette diversification des critéres retenus est räcente. BasÄe sur des ÄlÄments objectifs et subjectifs, cette nouvelle catägorie d indicateurs contribue Ç repenser l enfant en tant que personne en soi, ayant des besoins et des droits propres. Le räseau des observatoires europäens de l enfance (Child On Europe) tente de synthätiser les apports et les limites d une telle dämarche, qui ne va pas sans difficultäs : fluctuation des däfinitions dans le temps et entre les pays, absence de donnäes statistiques disponibles sur de nombreuses dimensions, notamment celles renvoyant Ç la participation des jeunes et Ç l exercice de leur droits, etc. Certains domaines, tels que la santä mentale et le bien-ütre affectif des enfants, restent peu illusträs, et il s avére compliquä d intägrer les diffärences d áge (peu de donnäes sur les enfants de 3 et 4 ans) et de genre Ç de tels indicateurs. Peu d informations sont actuellement disponibles sur la QDV de jeunes enfants en situation de handicap 4. Enfin, d autres ÄlÄments sont absents, tels que les cas d enfants säparäs de leurs parents et accueillis dans des institutions de protection de l enfance ou la circulation spatiale et temporelle des enfants dans la citä. Perspectives : prendre en compte la circulation de l enfant dans ses cadres de vie, une approche Åcologique Comme le souligne Bronfenbrenner (1986), aucun contexte de däveloppement, qu il soit familial ou scolaire, n est indäpendant des processus de däveloppement qui surviennent dans les autres milieux de vie de l enfant. Dans cette perspective, on a analysä comment les influences räciproques qui s exercent entre les diffärents milieux de vie de l enfant interviennent dans son däveloppement. 3 Il s agit du Kids Count Index, de la Fondation Annie E. Casey, qui existe avec une version composåe de 10 indicateurs, permettant de dåfinir un indice synthåtique,.voir : 4 La version française de la Classification Internationale des FonctionnalitÅs pour Enfants et Adolescents (CIF-EA), qui permet d Åvaluer les conditions environnementales, les activitås et la participation sociale des enfants en situation de handicap, vient seulement de paraétre (OMS, 2008). 8

Evaluer et contråler vos fournisseurs

Evaluer et contråler vos fournisseurs Les JournÄes QualitÄ SÄcuritÄ Environnement Evaluer et contråler vos fournisseurs Date : 08 avril 2008 Bureau Veritas 53-55 rue Crozatier 75578 PARIS Cedex 12 TÄl : 01 58 51 58 00 / Fax : 01 58 51 58 37

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces

LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces Sophie Christine Audibert LARSEF Université Victor Segalen Bordeaux 2 «La plupart des problèmes que

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS Elle assure la responsabilitä de l Äquipement dans le respect du cadre räglementaire et de la räglementation Ville de Lyon. Elle est garante

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

La cartographie des stratégies

La cartographie des stratégies La cartographie des stratégies UTILISATION DES GRILLES STRATÉGIQUES POUR ACCROÎTRE LA PERFORMANCE Cam Scholey Quel est l enjeu? On trouve, dans bien des organisations, un décalage entre la formulation

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

Fiche informative sur l'action

Fiche informative sur l'action Fiche informative sur l'action Titre de l'action : Construire un projet personnel et professionnel d orientation au collège : livret d accompagnement à l orientation des classes de Quatrième et Troisième

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Le programme EPS au collège

Le programme EPS au collège Le programme EPS au collège Structure générale IA-IPR EPS. Fév/Mars 2009 L EPS,, un rçle É jouer tout au long de la scolaritä Vise la räussite de tous les ÄlÖves Contribue É l instruction, la formation

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3.

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3. Place de l EPS dans la hiérarchie des matières scolaires selon leur importance pour le développement intellectuel des élèves en Algérie. Linda Rachida Benbakhta-Fetouhi Institut d Éducation Physique et

Plus en détail

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3 5 DOCUMENT 3 PROJET D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION Le projet d établissement du Collège Sainte-Marie - 1 er degré - est écrit dans la lignée des projets éducatif et pédagogique. Il précise les objectifs

Plus en détail

I - Qui est le Conseiller d Orientation?

I - Qui est le Conseiller d Orientation? Le Conseiller d orientation, sa formation et sa pratique au niveau des Enseignements Secondaires. Communication du Professeur Pierre FONKOUA et de Monsieur Richard YOUTHA à la Table ronde organisée par

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF Le programme éducatif doit être un cadre de référence pour votre personnel éducateur et un outil d information pour les parents.

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge

APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge But L objectif du module est de présenter les principes fondamentaux et les étapes des enquêtes sur et de la gestion des éclosions. Le matériel d apprentissage

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7)

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) Michel Rochard, contribution au colloque international de l'universitä de Rennes 2 sur la professionnalisation des formations

Plus en détail

Université de Nantes, CREN EA 2661

Université de Nantes, CREN EA 2661 Université de Nantes, CREN EA 2661 Etude réalisée par Camille CHEVALIER, Doctorante en psychologie sous la direction de : Agnès FLORIN, Professeur, et Cécile KINDELBERGER, Maître de Conférences (Doctorat

Plus en détail

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 Table des matières Introduction... 1 L approche éducative... 2 Les valeurs éducatives... 2 L estime de soi... 2 L autonomie... 2 La créativité et l imagination... 3 L affection...

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Qu est-ce que la lecture?

Qu est-ce que la lecture? Qu est-ce que la lecture? La lecture peut être définie comme une construction de sens résultant de la rencontre, dans un contexte particulier, entre un sujet et un texte écrit. Cette interaction permet

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION LA GESTION DES CONFLITS DU STRESS ET DES TENSIONS INDIVIDUELLES Anticiper les risques de conflit. Repérer les facteurs de tensions,

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

BERGONNIER-DUPUY Geneviève (Université Paris X - Nanterre) ESPARBES-PISTRE Sylvie (Université Toulouse II) LACOSTE Serge (Université Toulouse II)

BERGONNIER-DUPUY Geneviève (Université Paris X - Nanterre) ESPARBES-PISTRE Sylvie (Université Toulouse II) LACOSTE Serge (Université Toulouse II) BERGONNIER-DUPUY Geneviève (Université Paris X - Nanterre) ESPARBES-PISTRE Sylvie (Université Toulouse II) LACOSTE Serge (Université Toulouse II) 7163 Perception du suivi scolaire parental et stress au

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders LA FORMATION PERMANENTE DES JÉSUITES Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders N ous encourageons

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans à plein temps, en milieu défavorisé. 2013 Nathalie Guimont, consultante en éducation Introduction Comment bien se préparer à accueillir, à l école maternelle,

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES Maryse HESSE Identifiant n 7062 Formateur-animateur Mission insertion Rectorat rubrique recherche n 105 LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES L évaluation scolaire évoque le contrôle, la

Plus en détail

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire»

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire» La mise en place du Parcours aménagé de formation initiale constitue une des mesures du plan «Vaincre et un des éléments de son volet Prévention. Elle s articule étroitement avec d autres mesures du plan

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe Note de synthèse Alzheimer Europe et ses organisations membres en appellent à l Union Européenne, à l Organisation Mondiale

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Marchés Ordonnance Prestations intellectuelles ACCORD-CADRE DIAGNOSTIC AMIANTE ET PLOMB AVANT TRAVAUX ET/OU AVANT DEMOLITION Cahier des clauses techniques particulières Sommaire 1 ARTICLE 1 -GENERALITES...3

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Patrice DE BROUCKER Réseau de l Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) sur les retombées professionnelles,

Plus en détail

Une formation-action relative à la vie affective et sexuelle des personnes handicapées en établissement

Une formation-action relative à la vie affective et sexuelle des personnes handicapées en établissement Une formation-action relative à la vie affective et sexuelle des personnes handicapées en établissement, psychologue, sociologue, conseillère technique du CREAI de Bourgogne Délégation Franche-Comté Un

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4 Politique institutionnelle Conciliation emploi-famille Adoptée par le Conseil d administration le 25 juin 2008 Table des matières Origine de la politique...1 1. Finalités...1 2. Objectifs de la présente

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

Fiche entreprise : E11

Fiche entreprise : E11 Fiche entreprise : E11 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée, de sexe masculin, travaille aux ressources humaines et est affectée à temps complet au programme de développement

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Stratégie d intégration du développement durable dans la formation à Polytechnique. Proposition pour discussion V1 (01 mai 2012)

Stratégie d intégration du développement durable dans la formation à Polytechnique. Proposition pour discussion V1 (01 mai 2012) Stratégie d intégration du développement durable dans la formation à Polytechnique Proposition pour discussion V1 (01 mai 2012) Résumé : Ce document propose une vision de l intégration des principes et

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance

Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance Juin 2011 La recherche avance, la vie progresse. Contexte gänäral Remise en perspective des concepts IndÅpendance /impartialitå

Plus en détail

3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE

3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE 3 On peut récréer des liens intergénérationnels réels en construisant des activités où les enfants et les personnes âgées dans un même espace vont apprendre et échanger des expériences. Une heure de visite

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Protocole de passation questionnaire parents lien complet : http://ppe.orion.education.fr/academie/itw/answer/j5he1yww4tzy1stg9ozhfa lien raccourci : http://goo.gl/6laokl

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique Avant-Propos De la théorie à la pratique et de la pratique à la théorie CLAUDE LÉVY-LEBOYER, CLAUDE LOUCHE, JEAN-PIERRE ROLLAND La mondialisation de l économie ainsi que la rapidité des progrès techniques

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

L interaction entre étudiants : frein à la formation à distance ou voie vers la réussite?

L interaction entre étudiants : frein à la formation à distance ou voie vers la réussite? Projet de synthèse des connaissances CRSH L interaction entre étudiants : frein à la formation à distance ou voie vers la réussite? Chercheure principale et coordinatrice du projet : Cathia Papi Autres

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DE VALEURS DES ENSEIGNANTS D ÉDUVATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. INFLUENCE DU SEXE, DE L ÂGE ET DE L ANCIENNETÉ

LES ORIENTATIONS DE VALEURS DES ENSEIGNANTS D ÉDUVATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. INFLUENCE DU SEXE, DE L ÂGE ET DE L ANCIENNETÉ N 189 PASCO D., GUINARD J-Y. et KERMARREC G. LES ORIENTATIONS DE VALEURS DES ENSEIGNANTS D ÉDUVATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. INFLUENCE DU SEXE, DE L ÂGE ET DE L ANCIENNETÉ Les valeurs se révèlent à l occasion

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

LE PROJET CLUB. Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club

LE PROJET CLUB. Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club LE PROJET CLUB DE Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club PROJET CLUB MODE D EMPLOI De nombreux clubs sont däjå enträs dans la dämarche de projet. Le präsent outil, n est pas un format

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail