Développements limités. Motivation. Exo7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développements limités. Motivation. Exo7"

Transcription

1 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements limités Motivtion Prenons l eemple de l fonction eponentielle. Une idée du comportement de l fonction f () = ep utour du point = 0 est donné pr s tngente, dont l éqution est = +. Nous vons pproimé le grphe pr une droite. Si l on souhite fire mieu, quelle prbole d éqution = c 0 + c + c 2 2 pproche le mieu le grphe de f utour de = 0? Il s git de l prbole d éqution = Cette éqution à l propriété remrquble que si on note g() = ep ( ) lors g(0) = 0, g (0) = 0 et g (0) = 0. Trouver l éqution de cette prbole c est fire un développement limité à l ordre 2 de l fonction f. Bien sûr si l on veut être plus précis, on continuerit vec une courbe du troisième degré qui serit en fit = = e = + = = Dns ce chpitre, pour n importe quelle fonction, nous llons trouver le polnôme de degré n qui pproche le mieu l fonction. Les résultts ne sont vlbles que pour utour d une vleur fiée (ce ser souvent utour de 0). Ce polnôme ser clculé à prtir des dérivées successives u point considéré. Sns plus ttendre, voici l formule, dite formule de Tlor-Young : f () = f (0) + f (0) + f (0) f (n) (0) n + n ε(). L prtie polnomile f (0)+ f (0)+ + f (n) (0) n est le polnôme de degré n qui pproche le mieu f () utour de = 0. L prtie n ε() est le «reste» dns lequel ε() est une fonction qui tend vers 0 (qund tend vers 0) et qui est négligeble devnt l prtie polnomile.

2 2. Formules de Tlor Nous llons voir trois formules de Tlor, elles uront toutes l même prtie polnomile mis donnent plus ou moins d informtions sur le reste. Nous commencerons pr l formule de Tlor vec reste intégrl qui donne une epression ecte du reste. Puis l formule de Tlor vec reste f (n+) (c) qui permet d obtenir un encdrement du reste et nous terminons vec l formule de Tlor-Young très prtique si l on n ps besoin d informtion sur le reste. Soit I R un intervlle ouvert. Pour n N, on dit que f : I R est une fonction de clsse C n si f est n fois dérivble sur I et f (n) est continue. f est de clsse C 0 si f est continue sur I. f est de clsse C si f est de clsse C n pour tout n N... Formule de Tlor vec reste intégrl Théorème. Formule de Tlor vec reste intégrl Soit f : I R une fonction de clsse C n+ (n N) et soit, I. Alors f () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n + f (n+) (t) ( t) n dt. Nous noterons T n () l prtie polnomile de l formule de Tlor (elle dépend de n mis ussi de f et ) : Remrque T n () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n. En écrivnt = + h (et donc h = ) l formule de Tlor précédente devient (pour tout et + h de I) : f ( + h) = f () + f ()h + f () h f (n) () h h n + 0 f (n+) ( + t) (h t) n dt Eemple L fonction f () = ep est de clsse C n+ sur I = R pour tout n. Fions R. Comme f () = ep, f () = ep,... lors pour tout R : ep = ep + ep ( ) + + ep ( ) n ep t + ( t) n dt. Bien sûr si l on se plce en = 0 lors on retrouve le début de notre pproimtion de l fonction eponentielle en = 0 : ep = ! + Démonstrtion Preuve du théorème Montrons cette formule de Tlor pr récurrence sur k n : f (b) = f () + f ()(b ) + f () (b ) f (k) () b (b ) k + f (k+) (t) (b t)k dt. (Pour éviter les confusions entre ce qui vrie et ce qui est fie dns cette preuve on remplce pr b.)

3 3 Initilistion. Pour n = 0, une primitive de f (t) est f (t) donc b f (t) dt = f (b) f (), donc f (b) = f () + b f (t) dt. (On rppelle que pr convention (b t) 0 = et 0! =.) Hérédité. Supposons l formule vrie u rng k. Elle s écrit f (b) = f ()+f ()(b )+ + f (k ) () (k )! (b ) k + b f (k) (t) (b t)k dt. (k )! On effectue une intégrtion pr prties dns l intégrle b f (k) (t) (b t)k (k )! dt. En posnt u(t) = f (k) (t) et v (t) = (b t)k (k )!, on u (t) = f (k+) (t) et v(t) = (b t)k ; lors b f (k) (b t)k (t) dt = [ f (k) (b t)k (t) (k )! = f (k) (b )k () + b + ]b b f (k+) (b t)k (t) dt f (k+) (b t)k (t) dt. Ainsi lorsque l on remplce cette epression dns l formule u rng k on obtient l formule u rng k. Conclusion. Pr le principe de récurrence l formule de Tlor est vrie pour tous les entiers n pour lesquels f est clsse C n+..2. Formule de Tlor vec reste f (n+) (c) Théorème 2. Formule de Tlor vec reste f (n+) (c) Soit f : I R une fonction de clsse C n+ (n N) et soit, I. Il eiste un réel c entre et tel que : f () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n + f (n+) (c) (n+)! ( )n+. Eemple 2 Soient, R. Pour tout entier n 0 il eiste c entre et tel que ep = ep + ep ( ) + + ep ( ) n + ep c (n+)! ( )n+. Dns l pluprt des cs on ne connîtr ps ce c. Mis ce théorème permet d encdrer le reste. Ceci s eprime pr le corollire suivnt : Corollire Si en plus l fonction f (n+) est mjorée sur I pr un réel M, lors pour tout, I, on : f () Tn () n+ M (n + )! Eemple 3 Approimtion de sin(0, 0). Soit f () = sin. Alors f () = cos, f () = sin, f (3) () = cos, f (4) () = sin. On obtient donc f (0) = 0, f (0) =, f (0) = 0, f (3) (0) =. L formule de Tlor ci-dessus en = 0 à l ordre 3 devient : f () = ! + f (4) (c) 4 3 4!, c est-à-dire f () = 6 + f (4) (c) 4 24, pour un certin c entre 0 et.

4 4 Appliquons ceci pour = 0,0. Le reste étnt petit on trouve lors sin(0,0) 0,0 (0,0)3 6 = 0, On peut même svoir quelle est l précision de cette pproimtion : comme f (4) () = sin lors f (4) (c). Donc ( ) f () !. Pour = 0,0 cel donne : ( sin(0,0) 0,0 (0,0) 3 ) (0,0) Comme (0,0)4 24 4,6 0 0 lors notre pproimtion donne u moins 8 chiffres ects près l virgule. Remrque Dns ce théorème l hpothèse f de clsse C n+ peut-être ffiblie en f est «n + fois dérivble sur I». «le réel c est entre et» signifie «c ], [ ou c ], [». Pour n = 0 c est ectement l énoncé du théorème des ccroissements finis : il eiste c ], b[ tel que f (b) = f () + f (c)(b ). Si I est un intervlle fermé borné et f de clsse C n+, lors f (n+) est continue sur I donc il eiste un M tel que f (n+) () M pour tout I. Ce qui permet toujours d ppliquer le corollire. Pour l preuve du théorème nous urons besoin d un résultt préliminire. Lemme. Églité de l moenne Supposons < b et soient u, v : [, b] R deu fonctions continues vec v 0. Alors il eiste c [, b] tel que b u(t)v(t) dt = u(c) b v(t) dt. Démonstrtion Notons m = inf t [,b] u(t) et M = sup t [,b] u(t). On m b v(t) dt b u(t)v(t) dt M b v(t) dt (cr v 0). Ainsi m b u(t)v(t) dt b v(t) dt M. Puisque u est continue sur [, b] elle prend toutes les vleurs comprises entre m et M (théorème des vleurs intermédiires). Donc il eiste c [, b] vec u(c) = b u(t)v(t) dt b. v(t) dt Démonstrtion Preuve du théorème Pour l preuve nous montrerons l formule de Tlor pour f (b) en supposnt < b. Nous montrerons seulement c [, b] u lieu de c ], b[. Posons u(t) = f (n+) (t) et v(t) = (b t)n. L formule de Tlor vec reste intégrl s écrit f (b) = T n () + b u(t)v(t) dt. Pr le lemme, il eiste c [, b] tel que b u(t)v(t) dt = u(c) b v(t) dt. Ainsi le reste est b u(t)v(t) dt = f (n+) (c) ] b (b t) n b dt = f (n+) (c) [ (b t)n+ (n+)! = f (n+) (c) (b )n+ (n+)!. Ce qui donne l formule recherchée..3. Formule de Tlor-Young

5 5 Théorème 3. Formule de Tlor-Young Soit f : I R une fonction de clsse C n et soit I. Alors pour tout I on : f () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n + ( ) n ε(), où ε est une fonction définie sur I telle que ε() 0. Démonstrtion f étnt un fonction de clsse C n nous ppliquons l formule de Tlor vec reste f (n) (c) u rng n. Pour tout, il eiste c = c() compris entre et tel que f () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n ) () (n )! ( ) n + f (n) (c) ( ) n. Que nous réécrivons : f () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n + f (n) (c) f (n) () ( ) n. On pose ε() = f (n) (c) f (n) (). Puisque f (n) est continue et que c() lors lim ε() = Un eemple Soit f :],+ [ R, ln(+ ) ; f est infiniment dérivble. Nous llons clculer les formules de Tlor en 0 pour les premiers ordres. Tous d bord f (0) = 0. Ensuite f () = + donc f (0) =. Ensuite f () = donc f (0) =. (+) 2 Puis f (3) () = +2 donc f (3) (0) = +2. Pr récurrence on montre que f (n) () = ( ) n (n )! (+) 3 (+) n et donc f (n) (0) = ( ) n (n )!. Ainsi pour n > 0 : f (n) (0) n n (n )! = ( ) n n n = ( ) n. Voici donc les premiers polnômes de Tlor : T 0 () = 0 T () = T 2 () = 2 2 T 3 () = Les formules de Tlor nous disent que les restes sont de plus en plus petits lorsque n croît. Sur le dessins les grphes des polnômes T 0, T, T 2, T 3 s pprochent de plus en plus du grphe de f. Attention ceci n est vri qu utour de 0. = = 0 = ln( + ) = 0 = 2 2 Pour n quelconque nous vons clculer que le polnôme de Tlor en 0 est T n () = n k= k k ( ) k = ( )n n n.

6 6.5. Résumé Il donc trois formules de Tlor qui s écrivent toutes sous l forme f () = T n () + R n () où T n () est toujours le même polnôme de Tlor : T n () = f () + f ()( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n. C est l epression du reste R n () qui chnge (ttention le reste n ucune rison d être un polnôme). R n () = f (n+) (t) ( t) n dt Tlor vec reste intégrl R n () = f (n+) (c) (n + )! ( )n+ Tlor vec reste f (n+) (c), c entre et R n () = ( ) n ε() Tlor-Young vec ε() 0 Selon les situtions l une des formultions est plus dptée que les utres. Bien souvent nous n vons ps besoin de beucoup d informtion sur le reste et c est donc l formule de Tlor-Young qui ser l plus utile. Notons que les trois formules ne requièrent ps ectement les mêmes hpothèses : Tlor vec reste intégrl à l ordre n eige une fonction de clsse C n+, Tlor vec reste une fonction n+ fois dérivble, et Tlor-Young une fonction C n. Une hpothèse plus restrictive donne logiquement une conclusion plus forte. Cel dit, pour les fonctions de clsse C que l on mnipule le plus souvent, les trois hpothèses sont toujours vérifiées. Nottion. Le terme ( ) n ε() où ε() 0 est souvent brégé en «petit o» de ( ) n et est 0 noté o(( ) n ). Donc o(( ) n o(( ) ) est une fonction telle que lim n ) ( ) = 0. Il fut s hbituer à n cette nottion qui simplifie les écritures, mis il fut toujours grder à l esprit ce qu elle signifie. Cs prticulier : Formule de Tlor-Young u voisinge de 0. On se rmène souvent u cs prticulier où = 0, l formule de Tlor-Young s écrit lors f () = f (0) + f (0) + f (0) f (n) (0) n + n ε() où lim 0 ε() = 0. Et vec l nottion «petit o» cel donne : f () = f (0) + f (0) + f (0) f (n) (0) n + o(n ) Mini-eercices. Écrire les trois formules de Tlor en 0 pour cos, ep( ) et sh. 2. Écrire les formules de Tlor en 0 à l ordre 2 pour +, tn. 3. Écrire les formules de Tlor en pour

7 7 4. Avec une formule de Tlor à l ordre 2 de +, trouver une pproimtion de,0. Idem vec ln(0, 99). 2. Développements limités u voisinge d un point 2.. Définition et eistence Soit I un intervlle ouvert et f : I R une fonction quelconque. Définition Pour I et n N, on dit que f dmet un développement limité (DL) u point et à l ordre n, s il eiste des réels c 0, c,..., c n et une fonction ε : I R telle que lim ε() = 0 de sorte que pour tout I : f () = c 0 + c ( ) + + c n ( ) n + ( ) n ε(). L églité précédente s ppelle un DL de f u voisinge de à l ordre n. Le terme c 0 + c ( ) + + c n ( ) n est ppelé l prtie polnomile du DL. Le terme ( ) n ε() est ppelé le reste du DL. L formule de Tlor-Young permet d obtenir imméditement des développements limités en posnt c k = f (k) () : Proposition Si f est de clsse C n u voisinge d un point lors f dmet un DL u point à l ordre n, qui provient de l formule de Tlor-Young : où lim ε() = 0. f () = f () + f ()! ( ) + f () ( ) f (n) () ( ) n + ( ) n ε() Remrque. Si f est de clsse C n u voisinge d un point 0, un DL en 0 à l ordre n est l epression : f () = f (0) + f (0) + f (0) f (n) (0) n + n ε() 2. Si f dmet un DL en un point à l ordre n lors elle en possède un pour tout k n. En effet où lim η() = 0. f () = f () + f () ( ) + + f (k) () ( ) k! + f (k+) () (k + )! ( )k+ + + f (n) () ( ) n + ( ) n ε() } {{ } =( ) k η()

8 Unicité Proposition 2 Si f dmet un DL lors ce DL est unique. Démonstrtion Écrivons deu DL de f : f () = c 0 + c ( )+ + c n ( ) n +( ) n ε () et f () = d 0 + d ( )+ + d n ( ) n + ( ) n ε 2 (). En effectunt l différence on obtient : (d 0 c 0 ) + (d c )( ) + + (d n c n )( ) n + ( ) n (ε 2 () ε ()) = 0. Lorsque l on fit = dns cette églité lors on trouve d 0 c 0 = 0. Ensuite on peut diviser cette églité pr : (d c ) + (d 2 c 2 )( ) + + (d n c n )( ) n + ( ) n (ε 2 () ε ()) = 0. En évlunt en = on obtient d c = 0, etc. On trouve c 0 = d 0, c = d,..., c n = d n. Les prties polnomiles sont égles et donc les restes ussi. Corollire 2 Si f est pire (resp. impire) lors l prtie polnomile de son DL en 0 ne contient que des monômes de degrés pirs (resp. impirs). Pr eemple cos est pire et nous verrons que son DL en 0 commence pr : cos = ! 6 6! +. Démonstrtion f () = c 0 + c + c c c n n + n ε(). Si f est pire lors f () = f ( ) = c 0 c + c 2 2 c ( ) n c n n + n ε(). Pr l unicité du DL en 0 on trouve c = c, c 3 = c 3,... et donc c = 0, c 3 = 0,... Remrque. L unicité du DL et l formule de Tlor-Young prouve que si l on connît le DL et que f est de clsse C n lors on peut clculer les nombres dérivés à prtir de l prtie polnomile pr l formule c k = f (k) (). Cependnt dns l mjorité des cs on fer l inverse : on trouve le DL à prtir des dérivées. 2. Si f dmet un DL en un point à l ordre n 0 lors c 0 = f (). 3. Si f dmet un DL en un point à l ordre n, lors f est dérivble en et on c 0 = f () et c = f (). Pr conséquent = c 0 + c ( ) est l éqution de l tngente u grphe de f u point d bscisse. 4. Plus subtil : f peut dmettre un DL à l ordre 2 en un point sns dmettre une dérivée seconde en. Soit pr eemple f () = 3 sin. Alors f est dérivble mis f ne l est ps. Pourtnt f dmet un DL en 0 à l ordre 2 : f () = 2 ε() (l prtie polnomile est nulle) DL des fonctions usuelles à l origine Les DL suivnts en 0 proviennent de l formule de Tlor-Young. ep = +! n 3! n ε()

9 9 ch = n 4! + + (2n)! + 2n+ ε() sh =! + 3 3! + 5 2n+ 5! + + (2n+)! + 2n+2 ε() cos = n 4! + ( )n (2n)! + 2n+ ε() sin =! 3 3! + 5 2n+ 5! + ( )n (2n+)! + 2n+2 ε() ln( + ) = n 3 + ( )n n + n ε() ( + ) α = + α + α(α ) α(α )...(α n+) n + n ε() + = ( ) n n + n ε() = n + n ε() + = n 3 5 (2n 3) + + ( ) 2 n n + n ε() Ils sont tous à pprendre pr cœur. C est fcile vec les remrques suivntes : Le DL de ch est l prtie pire du DL de ep. C est-à-dire que l on ne retient que les monômes de degré pir. Alors que le DL de sh est l prtie impire. Le DL de cos est l prtie pire du DL de ep en lternnt le signe +/ du monôme. Pour sin c est l prtie impire de ep en lternnt ussi les signes. On noter que l précision du DL de sin est meilleure que l ppliction nïve de l formule de Tlor le prévoit ( 2n+2 ε() u lieu de 2n+ ε()) ; c est prce que le DL est en fit à l ordre 2n + 2, vec un terme polnomil en 2n+2 nul (donc bsent). Le même phénomène est vri pour tous les DL pirs ou impirs (dont sh,cos,ch ). Pour ln( + ) n oubliez ps qu il n ps de terme constnt, ps de fctorielle u dénominteurs, et que les signes lternent. Il fut ussi svoir écrire le DL à l ide des sommes formelles (et ici des «petits o») : n k ep = k= + o( n ) et ln( + ) = n k= k k ( ) k + o(n ) L DL de (+) α est vlide pour tout α R. Pour α = on retombe sur le DL de (+) = Mis on retient souvent le DL de qui est très fcile. Il se retrouve ussi vec l somme d une suite géométrique : n = n+ = n+ = + n ε(). Pour α = 2 on retrouve ( + ) 2 = + = Dont il fut connître les trois premiers termes DL des fonctions en un point quelconque L fonction f dmet un DL u voisinge d un point si et seulement si l fonction f ( + ) dmet un DL u voisinge de 0. Souvent on rmène donc le problème en 0 en fisnt le chngement de vribles h =. Eemple 4. DL de f () = ep en. On pose h =. Si est proche de lors h est proche de 0. Nous llons nous rmener +.

10 0 à un DL de ep h en h = 0. On note e = ep. ep = ep( + ( )) = ep()ep( ) = e ep h = e ( + h + h2 ) hn hn ε(h) ) ( )2 ( )n = e ( + ( ) ( ) n ε( ), lim ε( ) = DL de g() = sin en π/2. Schnt sin = sin( π 2 + π 2 ) = cos( π 2 ) on se rmène u DL de cos h qund h = π 2 0. On donc sin = ( π 2 )2 + +( ) n ( π 2 )2n (2n)! +( π 2 )2n+ ε( π 2 ), où lim π/2 ε( π 2 ) = DL de l() = ln( + 3) en à l ordre 3. Il fut se rmener à un DL du tpe ln(+h) en h = 0. On pose h = (et donc = +h). On l() = ln( + 3) = ln ( + 3( + h) ) = ln(4 + 3h) = ln ( 4 ( + 3h 4 )) = ln4 + ln ( + 3h ) 4 = ln4 + 3h 4 3h ) 2 2( 4 + 3h ) 3 3( 4 + h 3 ε(h) = ln4 + 3( ) ( ) ( )3 + ( ) 3 ε( ) où lim ε( ) = 0. Mini-eercices. Clculer le DL en 0 de ch pr l formule de Tlor-Young. Retrouver ce DL en utilisnt que ch = e e Écrire le DL en 0 à l ordre 3 de 3 +. Idem vec 3. Écrire le DL en 2 à l ordre 2 de Justifier l epression du DL de à l ide de l unicité des DL de l somme d une suite géométrique. 3. Opértions sur les développements limités 3.. Somme et produit On suppose que f et g sont deu fonctions qui dmettent des DL en 0 à l ordre n : f () = c 0 + c + + c n n + n ε () g() = d 0 + d + + d n n + n ε 2 () Proposition 3 f + g dmet un DL en 0 l ordre n qui est : (f + g)() = f () + g() = (c 0 + d 0 ) + (c + d ) + + (c n + d n ) n + n ε(). f g dmet un DL en 0 l ordre n qui est : (f g)() = f () g() = T n ()+ n ε() où T n () est le polnôme (c 0 + c + + c n n ) (d 0 + d + + d n n ) tronqué à l ordre n. Tronquer un polnôme à l ordre n signifie que l on conserve seulement les monômes de degré n.

11 Eemple 5 Clculer le DL de cos + en 0 à l ordre 2. On sit cos = ε () et + = ε 2 (). Donc : cos ( + = ) ( ε () + 2 ) ε 2 () = ε 2 () ( ) ε 2 () ( + 2 ε () + 2 ) ε 2 () on développe = ε 2 () on développe encore ε 2 () + 2 ε () ε () 8 4 ε () + 4 ε ()ε 2 () = + ( ) 2 2 on regroupé les termes de degré 0 et, 2 } {{ } prtie tronquée à l ordre ε 2 () ε 2 () + 2 ε () ε () 8 4 ε () + 4 ε ()ε 2 () } {{ } reste de l forme 2 ε() et ici les ut = ε() On en fit écrit beucoup de choses superflues, qui à l fin sont dns le reste et n vient ps besoin d être eplicitées! Avec l hbitude les clculs se font très vite cr on n écrit plus les termes inutiles. Voici le même clcul vec l nottion «petit o» : dès qu pprît un terme 2 ε () ou un terme 3,... on écrit juste o( 2 ) (ou si l on préfère 2 ε()). cos ( + = ) ( o( 2 ) + 2 ) o( 2 ) on développe = o( 2 ) o( 2 ) + o( 2 ) = o( 2 ) L nottion «petit o» évite de devoir donner un nom à chque fonction, en ne grdnt que s propriété principle, qui est de décroître vers 0 u moins à une certine vitesse. Comme on le voit dns cet eemple, o( 2 ) bsorbe les éléments de même ordre de grndeur ou plus petits que lui : o( 2 ) o( 2 ) = o( 2 ). Mis il fut bien comprendre que les différents o( 2 ) écrits ne correspondent ps à l même fonction, ce qui justifie que cette églité ne soit ps fusse!

12 Composition On écrit encore : f () = C()+ n ε () = c 0 +c + +c n n + n ε () g() = D()+ n ε 2 () = d 0 +d + +d n n + n ε 2 () Proposition 4 Si g(0) = 0 (c est-à-dire d 0 = 0) lors l fonction f g dmet un DL en 0 à l ordre n dont l prtie polnomile est le polnôme tronqué à l ordre n de l composition C(D()). Eemple 6 Clcul du DL de h() = sin ( ln( + ) ) en 0 à l ordre 3. On pose ici f (u) = sin u et g() = ln( + ) (pour plus de clrté il est préférble de donner des noms différents u vribles de deu fonctions, ici et u). On bien f g() = sin ( ln( + ) ) et g(0) = 0. On écrit le DL à l ordre 3 de f (u) = sin u = u u3 3! + u3 ε (u) pour u proche de 0. Et on pose u = g() = ln( + ) = ε 2 () pour proche de 0. On ur besoin de clculer un DL à l ordre 3 de u 2 (qui est bien sûr le produit u u) : u 2 = ( ε 2 () ) 2 = ε 3 () et ussi u 3 qui est u u 2, u 3 = ε 4 (). Donc h() = f g() = f (u) = u u3 3! + u3 ε (u) = ( ) ε() = ε(). Eemple 7 Soit h() = cos. On cherche le DL de h en 0 à l ordre 4. On utilise cette fois l nottion «petit o». On connît le DL de f (u) = + u en u = 0 à l ordre 2 : f (u) = + u = + 2 u 8 u2 + o(u 2 ). Et si on pose u() = cos lors on h() = f ( u() ) et u(0) = 0. D utre prt le DL de u() en = 0 à l ordre 4 est : u = o( 4 ). On trouve lors u 2 = o( 4 ). Et insi h() = f ( u ) = + 2 u 8 u2 + o(u 2 ) = + ( ) ( 8 4 4) + o( 4 ) = o( 4 ) = o( 4 ) 3.3. Division Voici comment clculer le DL d un quotient f /g. Soient f () = c 0 + c + + c n n + n ε () g() = d 0 + d + + d n n + n ε 2 () Nous llons utiliser le DL de +u = u + u2 u 3 +.

13 3. Si d 0 = on pose u = d + + d n n + n ε 2 () et le quotient s écrit f /g = f +u. 2. Si d 0 est quelconque vec d 0 0 lors on se rmène u cs précédent en écrivnt g() = d 0 + d d d n d 0 n + n ε 2 () 3. Si d 0 = 0 lors on fctorise pr k (pour un certin k) fin de se rmener u cs précédents. Eemple 8. DL de tn en 0 à l ordre 5. d 0. Tout d bord sin = ε(). D utre prt cos = ε() = + u en posnt u = ε(). Nous urons besoin de u 2 et u 3 : u 2 = ( ε() ) 2 = ε() et en fit u 3 = 5 ε(). (On note busivement ε() pour différents restes.) Ainsi cos = + u = u+u2 u 3 + u 3 ε(u) = ε() = ε() ; Finlement tn = sin cos = ( ε() ) ( ε() ) = ε(). 2. DL de + 2+ en 0 à l ordre = (+) Si l on souhite clculer le DL de sin sh sin sh = ( 2 (+) ( ) 2 ( ) 3 ( ) o( )) 4 = o(4 ) = 3 3! + 5 5! + o(5 ) + 3 3! + 5 5! + o(5 ) = = ( 2 3! + 4 5! + o(4 ) ) en 0 à l ordre 4 lors on écrit ( 2 3! + 4 5! + o(4 ) ) ( + 2 3! + 4 5! + o(4 ) ) + 2 3! + 4 5! + o(4 ) = = o(4 ) Autre méthode. Soit f () = C()+ n ε () et g() = D()+ n ε 2 (). Alors on écrit l division suivnt les puissnces croissntes de C pr D à l ordre n : C = DQ + n+ R vec degq n. Alors Q est l prtie polnomile du DL en 0 à l ordre n de f /g. Eemple 9 DL de à l ordre 2. On pose C() = et g() = D() = + 2 lors C() = D() ( ) + 3 ( + 2). On donc Q() = , R() = + 2. Et donc lorsque l on divise cette églité pr C() on obtient f () g() = ε() Intégrtion Soit f : I R une fonction de clsse C n dont le DL en I à l ordre n est f () = c 0 + c ( ) + c 2 ( ) c n ( ) n + ( ) n ε().

14 4 Théorème 4 Notons F une primitive de f. Alors F dmet un DL en à l ordre n + qui s écrit : F() = F() + c 0 ( ) + c ( ) 2 où lim η() = c 2 ( ) c n ( ) n+ n + + ( ) n+ η() Cel signifie que l on intègre l prtie polnomile terme à terme pour obtenir le DL de F() à l constnte F() près. Démonstrtion On F() F() = f (t)dt = 0( )+ + n n+ ( )n+ + (t )n+ ε(t)dt. Notons η() = ( ) n+ (t ) n ε(t)dt. Alors η() ( ) n+ (t )n sup t [,] ε(t) dt = sup ( ) n+ t [,] ε(t) (t )n dt = n+ sup t [,] ε(t). Mis sup t [,] ε(t) 0 lorsque. Donc η() 0 qund. Eemple 0 Clcul du DL de rctn. On sit que rctn = + 2. En posnt f () = + 2 et F() = rctn, on écrit rctn = n + 2 = ( ) k 2k + 2n ε(). Et comme rctn(0) = 0 lors rctn = n ( ) k k=0 2k+ 2k+ + 2n+ ε() = k=0 Eemple L méthode est l même pour obtenir un DL de rcsin en 0 à l ordre 5. rcsin = ( 2 ) 2 = 2 ( 2 ) + 2 ( 2 ) 2 ( 2 ) ε() = ε(). Donc rcsin = ε(). Mini-eercices. Clculer le DL en 0 à l ordre 3 de ep() +, puis de cos(2) et cos() sin(2). 2. Clculer le DL en 0 à l ordre 2 de + 2cos, puis de ep ( + 2cos ). 3. Clculer le DL en 0 à l ordre 3 de ln( + sin ). Idem à l ordre 6 pour ( ln( + 2 ) ) Clculer le DL en 0 à l ordre n de ln(+3 ) 3. Idem à l ordre 3 vec e Pr intégrtion retrouver l formule du DL de ln( + ). Idem à l ordre 3 pour rccos. 4. Applictions des développements limités Voici les pplictions les plus remrqubles des développements limités. On utiliser ussi les DL lors de l étude locle des courbes prmétrées lorsqu il des points singuliers.

15 5 4.. Clculs de limites Les DL sont très efficces pour clculer des limites nt des formes indéterminées! Il suffit juste de remrquer que si f () = c 0 + c ( ) + lors lim f () = c 0. Eemple 2 Limite en 0 de ln( + ) tn + 2 sin2 3 2 sin 2. Notons f () g() cette frction. En 0 on f () = ln(+) tn + 2 sin2 = ( o(4 ) ) ( o(4 ) ) + ( o(3 ) ) 2 = (2 3 4 )+o( 4 ) = o( 4 ) et g() = 3 2 sin 2 = 3 2( + o() ) 2 = o( 4 ). Ainsi f () g() = o( 4 ) 3 4 +o( 4 ) = 5 2 +o() 3+o() en notnt o() une fonction (inconnue) tendnt vers 0 qund f () 0. Donc lim 0 g() = Note : en clculnt le DL à un ordre inférieur (2 pr eemple), on n urit ps pu conclure, cr on urit obtenu f (), ce qui ne lève ps l indétermintion. De fçon générle, on clcule g() = o(2 ) o( 2 ) les DL à l ordre le plus bs possible, et si cel ne suffit ps, on ugmente progressivement l ordre (donc l précision de l pproimtion) Position d une courbe pr rpport à s tngente Proposition 5 Soit f : I R une fonction dmettnt un DL en : f () = c 0 + c ( )+ c k ( ) k +( ) k ε(), où k est le plus petit entier 2 tel que le coefficient c k soit non nul. Alors l éqution de l tngente à l courbe de f en est : = c 0 +c ( ) et l position de l courbe pr rpport à l tngente pour proche de est donnée pr le signe f (), c est-à-dire le signe de c k ( ) k. Il 3 cs possibles. Si le signe est positif lors l courbe est u-dessus de l tngente. Si le signe est négtif lors l courbe est en dessous de l tngente.

16 6 Si le signe chnge (lorsque l on psse de < à > ) lors l courbe trverse l tngente u point d bscisse. C est un point d infleion. Comme le DL de f en à l ordre 2 s écrit ussi f () = f () + f ()( ) + f () 2 ( )2 + ( ) 2 ε(). Alors l éqution de l tngente est ussi = f () + f ()( ). Si en plus f () 0 lors f () grde un signe constnt utour de. En conséquence si est un point d infleion lors f () = 0. (L réciproque est fusse.) Eemple 3 Soit f () = Déterminons l tngente en 2 du grphe de f et précisons l position du grphe pr rpport à l tngente. On f () = , f () = 2 2 2, donc f ( 2 ) = 3 0 et k = 2. On en déduit le DL de f en 2 pr l formule de Tlor-Young : f () = f ( 2 )+ f ( 2 )( 2 )+ f ( 2 ) ( 2 )2 + ( 2 )2 ε() = 3 6 ( 2 ) 3 2 ( 2 )2 + ( 2 )2 ε(). Donc l tngente en 3 2 est = 6 ( 2 ) et le grphe de f est en dessous de l tngente cr f () = ( ε()) ( 2 )2 est négtif utour de = Déterminons les points d infleion. Les points d infleion sont à chercher prmi les solutions de f () = 0. Donc prmi = 0 et =. Le DL en 0 est f () = (il s git juste d écrire les monômes pr degrés croissnts!). L éqution de l tngente u point d bscisse 0 est donc = (une tngente horizontle). Comme 2 3 chnge de signe en 0 lors 0 est un point d infleion de f. Le DL en : on clcule f (), f (),... pour trouver le DL en f () = 2( ) + 2( ) 3 + ( ) 4. L éqution de l tngente u point d bscisse est donc = 2( ). Comme 2( ) 3 chnge de signe en, est ussi un point d infleion de f.

17 7 = = tngente en tngente en 2 tngente en 4.3. Développement limité en + Soit f une fonction définie sur un intervlle I =] 0,+ [. On dit que f dmet un DL en + à l ordre n s il eiste des réels c 0, c,..., c n tels que où ε ( ) tend vers 0 qund +. Eemple 4 f () = c 0 + c + + c n n + n ε( ) f () = ln ( 2 + ) ( ) = ln2 + ln + 2 = ln ( ) n n2 n + n ε( n ), où lim ε( ) = 0 ( ) = ln 2 + = ln(2) 0 Cel nous permet d voir une idée ssez précise du comportement de f u voisinge de +. Lorsque + lors f () ln2. Et le second terme est + 2, donc est positif, cel signifie que l fonction f () tend vers ln2 tout en restnt u-dessus de ln2. Remrque. Un DL en + s ppelle ussi un développement smptotique. 2. Dire que l fonction f () dmet un DL en + à l ordre n est équivlent à dire que

18 8 l fonction f ( ) dmet un DL en 0+ à l ordre n. 3. On peut définir de même ce qu est un DL en. Proposition 6 On suppose que l fonction f () f () dmet un DL en + (ou en ) : = k + ε( k k ), où k est le plus petit entier 2 tel que le coefficient de soit non nul. Alors k lim + f () ( 0 + ) = 0 (resp. ) : l droite = 0 + est une smptote à l courbe de f en + (ou ) et l position de l courbe pr rpport à l smptote est donnée pr le signe de f (), c est-à-dire le signe de k k. = f () = 0 + Démonstrtion ( ) On lim + f () 0 = lim + k + k ε( k ) = 0. Donc = 0 + est une smptote à l courbe de f. Ensuite on clcule l différence f () 0 = k + k ε( k ) = ( k + k ε( k )). Eemple 5 Asmptote de f () = ep 2. = + = ep 2 = 0

19 9. En +, f () = ep 2 = ep 2 ( = ) ( 3 ε( ) ) 3 ε( ) = = ε( ) Donc l smptote de f en + est = +. Comme f () = + ε( ) qund +, le grphe de f reste en dessous de l smptote En. f () = ep = ep une smptote de f en. On f () + + = + ε( f reste u-dessus de l smptote. = ε( ). Donc = est ) qund ; le grphe de Mini-eercices. Clculer l limite de sin 3 lorsque tend vers 0. Idem vec k =,2,3,...). ( 2. Clculer l limite de lorsque tend vers. Idem pour ln + lorsque tend vers 0. + sh 2 k ), puis (pour tn Soit f () = ep + sin. Clculer l éqution de l tngente en = 0 et l position du grphe. Idem vec g() = sh. 4. Clculer le DL en + à l ordre 5 de 2. Idem à l ordre 2 pour ( + ). 5. Soit f () = Déterminer l smptote en + et l position du grphe pr rpport à cette smptote. Auteurs Rédction : Arnud Bodin Bsé sur des cours de Guoting Chen et Mrc Bourdon Relecture : Pscl Romon Dessins : Benjmin Boutin

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Développements limités. Généralités. Définitions usuelles

Développements limités. Généralités. Définitions usuelles Développements limités I Générlités I.A Définitions usuelles.......................... I.B Formules de Tylor.......................... I.C Développements limités usuels.................... 4 I.D Eemples

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2 MINISTERE DE L 'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FACULTE DES SCIENCES. DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES OSMANOV Hmid KHELIFATI Sddek BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE PARTIE : INTEGRATION. INTEGRALE INDEFINIE

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Analyse 1 L1-mathématiques

Analyse 1 L1-mathématiques Anlyse L-mthémtiques Renud Leplideur Année 3-4 UBO Tble des mtières Inéglités et clculs 3. Nombres..................................... 3.. Les ensembles N, Z, Q et R...................... 3.. Les intervlles

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes...

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes... Lycée Pul Doumer 203-204 TS Cours Limites de Fonction Contents Limites d une fonction et symptotes. Limite en l infini....................................2 Limite en un réel..................................

Plus en détail

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications.

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications. LEÇON N 67 : Formules de Tylor. Applictions. Pré-requis : Théorème de Rolle, théorème des Accroissements Finis ; Intégrtion pr prties ; Nottions de Lndu. 67. Résultts globux 67.. Formule de Tylor-Lgrnge

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

mémento de mathématiques pour les ECE1

mémento de mathématiques pour les ECE1 mémento de mthémtiques pour les ECE1 Abdellh Becht Résumé L objectif de ce mémento est de permettre ux élèves de première nnée des clsses préprtoires ux Ecoles de Commerces, option économique, d voir un

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction Prép. Agrég. écrit d Anlyse, Annexe n o 6. Méthode de Lplce dns R d Fonctions définies pr une intégrle On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que l fonction F(t = g(x

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes Chpitre 1 Dénombrer et sommer Compter des objets et fire des dditions, voilà bien les deux ctivités les plus élémentires à l bse des mthémtiques. Et pourtnt à y regrder de plus près, ce n est ps si fcile.

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Comparaison des fonctions au voisinage d un point

Comparaison des fonctions au voisinage d un point DOCUMENT 29 Comprison des fonctions u voisinge d un point Pour tout 0 R on pose : V 0 = {] 0 η, 0 + η[ η > 0} si 0 R; V 0 = {], + [ R} si 0 = + et V 0 = {], [ R} si 0 =. Un élément de V 0 est ppelé un

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux Cours de Terminle S Lycée Cmille Pissrro 203-204 Sébstien Andrieux 7 juin 204 Tble des mtières I Cours de Terminle S 5 Risonnement pr récurrence 6 2 Suites et limites des suites 8 I Suite convergente,

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence de Mthémtiques, première nnée Lurent Michel Automne 2011 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo Feuille de TD 6. Théorie de l mesure et intégrtion. J.C. Prdo Exercices. Exo. 72 Soit f une fonction sur. On considère muni de l tribu B des boréliens et d une mesure λ sur B. On suppose que f est λ-loclement

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Chapitre 2 Limites et asymptotes

Chapitre 2 Limites et asymptotes Chpitre 2 Limites et symptotes A) Introduction ) Le grenier Je veux monter un toit à une pente en lissnt l plce pour une pièce (grenier) de 3 mètres de long et 2 mètres de hut. OA = 3, OC = 2, OE = x.

Plus en détail

Limite d une fonction à l infini

Limite d une fonction à l infini CHAPITRE 3 LIMITES DE FONCTIONS ET DE SUITES Limite d une fonction à l infini et s courbe repré-. Limite finie d une fonction à l infini Soit f une fonction définie sur un intervlle [ ; + [ senttive. L

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Fonctions affines ; Equations et inéquations

Fonctions affines ; Equations et inéquations Fonctions ffines ; Equtions et inéqutions I. Fonctions ffines.. Définition Définition d une fonction ffine : on ppelle fonction ffine toute fonction définie sur pr f ( ) où et sont des réels tels que.

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités Tble des mtières 1 Dénombrer et sommer 5 1.1 Rppels ensemblistes............................. 5 1.1.1 Opértions ensemblistes....................... 5 1.1.2 Bijections............................... 7 1.2

Plus en détail

ANALYSE APPROFONDIES II MT242

ANALYSE APPROFONDIES II MT242 ALGÈBRE ET ANALYSE APPROFONDIES II MT242 Année 1998-1999 Chpitre 0. Introduction générle Dns cette introduction nous llons commenter les principles notions contenues dns le cours du second semestre, leurs

Plus en détail

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers Chpitre 5 Intégrtion Nous llons construire l intégrle pr un procédé de pssge à l limite. D bord on définit l intégrle des fonctions en escliers, ensuite on psse à l limite pour intégrer des fonctions plus

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

MT91 P2010 Médian - f(x) = α + x + βx 2.

MT91 P2010 Médian - f(x) = α + x + βx 2. MT9 P Médin - Corrigé Eercice. α et β sont deu prmètres réels tels que α >. On définit f) = α + + β. Ecrire le développement limité de f, à l ordre, en.. Utiliser l question précédente pour étudier l brnche

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Eo7 Clcls de primitives et d intégrles Eercices de Jen-Lois Roget. Retrover ssi cette fiche sr www.mths-frnce.fr * très fcile ** fcile *** difficlté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontornle

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE Jen-Mrie De Conto Université Joseph Fourier IUT Déprtement Mesures Phsiques Me contcter: sns hésiter À l IUT Au lbortoire: Lbortoire de Phsique Subtomique et de Cosmologie

Plus en détail

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145.

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145. École de technologie supérieure Service des enseignements généru Locl B-500 54-96-898 Site internet : http://www.etsmtl.c/ MAT45 CALCUL DIFFÉRENTIEL ET INTÉGRAL NOTES DE COURS e PARTIE PAR GENEVIÈVE SAVARD,

Plus en détail

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane Déprtement de Mthémtiques Fculté des Sciences Université Ibn Tofïl Kénitr Cours d Anlyse II S2 Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première nnée) Notes rédigées pr : M. BENELKOURCHI Slimne Professeur

Plus en détail

Fiche de cours 5 - Calcul intégral.

Fiche de cours 5 - Calcul intégral. Licence de Sciences et Technologies EM - Anlyse Primitives et intégrles Fiche de cours 5 - Clcul intégrl. Définition : soit deu fonctions f, F, définies sur un intervlle I non réduit à un point. L fonction

Plus en détail

Automates et langages: quelques algorithmes

Automates et langages: quelques algorithmes Automtes et lngges: quelques lgorithmes Eugene Asrin Sddek Benslem Avertissement Dns l étt ctuel ce document est rchi-sec et peut servir seulement d un ide-mémoire. Pour comprendre les lgorithmes ci-dessous

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie Mth Spé MP Chpitre 13 : intégrtion sur un intervlle quelconque : théorie 19/1/2012 1 Cs des onctions à vleurs dns R + Déinition : onction continue pr morceux sur un intervlle : Une onction : K où (K =

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Kit de survie - Bac S

Kit de survie - Bac S Kit de survie - Bc S. Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

LIMITES ET CONTINUITÉ

LIMITES ET CONTINUITÉ LIMITES ET CONTINUITÉ Cours Terminle S Limite d une onction à l inini ) Limite inie en l inini Déinition : Soit une onction déinie sur un intervlle de l orme ] A ; + [ On dit que l onction dmet pour limite

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Corrigé du TD 3 : Limites

Corrigé du TD 3 : Limites Corrigé du TD 3 : Limites Eercice : Fonction réciproque. Cs f() = + L fonction f est définie sur R et à vleurs dns I = [,+ [. Elle est pire donc en prticulier pour tout réel, on f( ) = f() et en prticulier

Plus en détail

Chapitre 6 - Fonctions numériques - Généralités

Chapitre 6 - Fonctions numériques - Généralités PS hpitre 6 - Fonctions numériques - Générlités Fonctions d une vrile réelle à vleurs réelles. Définitions Une fonction à vleurs réelles est une ppliction de ou une prtie A de dns. On note f : A ; f ().

Plus en détail

Primitives et Calcul d une intégrale

Primitives et Calcul d une intégrale Primitives et Clcul d une intégrle I) Primitive ) Définition : Soit f une fonction définie sur un intervlle I. On ppelle primitive de f sur I, toute fonction F dérivle sur I dont l dérivée F est égle à

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Analyse numérique : Intégration numérique

Analyse numérique : Intégration numérique Anlyse numérique : Intégrtion numérique Pgor 1A Chpitre 4 8 février 11 mrs 2013 Anlyse numérique (Pgor 1A) Intégrtion numérique 8/02-11/03/2013 1 / 67 Pln 1 Introduction 2 Intégrtion pr méthode de Monte-Crlo

Plus en détail

Mathématiques du signal déterministe

Mathématiques du signal déterministe Conservtoire Ntionl des Arts et Métiers MAA17 Mthémtiques du signl déterministe Nelly POINT 11 octobre 211 Tble des mtières 1 Intégrtion 3 1.1 Méthodes d intégrtion : rppels........................ 3

Plus en détail

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I..

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. TS-cours-chp2-1 - LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. Limite d une suite 1 / tend vers l infini Définition ( rppel ) Dire que l suite tend vers + signifie que, pour tout nombre A, l intervlle [A ; +

Plus en détail