Centre des finances publiques d OULLINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre des finances publiques d OULLINS"

Transcription

1 ANALYSE FINANCIERE COMMUNE DE VERNAISON Centre des finances publiques d OULLINS

2 PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune est située dans l arrondissement de Lyon. Elle compte habitants. Vernaison appartient au Grand Lyon, communauté urbaine à fiscalité unique, qui a 3 sphères de compétences : - la voirie, l eau et l assainissement, les ordures ménagères, les transports et le stationnement - l urbanisme et l aménagement du territoire - l économie, les technopoles, l aménagement foncier, l implantation des entreprises La commune est également membre de 5 autres syndicats, dont le SIGERLY et le syndicat intercommunal pour la construction et la gestion d un casernement de gendarmerie à Irigny, qui fiscalisent leur financement Le SIGERLY, SMIRIL et SIVU Gendarmerie Irigny sont fiscalisés, le SRDC ( Syndicat Rhodanien de développement u câble ), Air Rhône Alpes sont deux syndicats qui bénéficient de contributions communales. La commune a actuellement un budget annexe dédié à l aménagement du quartier Péronnet. 2

3 SOMMAIRE Introduction... 4 Principaux constats... 4 I] LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT... 5 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement ) Les charges augmentent de 3,63 % entre 212 et ) Les produits progressent de 1,33 % entre 212 et B) La capacité d'autofinancement en baisse... 8 II) L'INVESTISSEMENT... 9 A) Le financement disponible... 9 B) Les dépenses d'équipement... 1 C) Le financement des investissements III] EQUILIBRE DU BILAN A) Le fonds de roulement B) Le besoin en fonds de roulement C) La trésorerie IV) MARGES DE MANOEUVRE A) La fiscalité directe locale B) Analyse de l'endettement C) Le coefficient d'autofinancement courant D) Analyse des facteurs externes de risques... 2 LEXIQUE ANNEXES

4 INTRODUCTION Les comparaisons en euros ont été faites principalement par rapport aux moyennes régionales de l année 213 des communes faisant partie de la même strate de population : 3 5 à habitants. La présente analyse financière est réalisée en avril 214 avec les fiches financières et les comptes de gestion des années 29 à 213. Les données proviennent du budget principal. La collectivité est sous le régime de la fiscalité professionnelle unique. PRINCIPAUX CONSTATS La présente analyse n est qu une actualisation des analyses déjà réalisées en 211, 212 et 213. Au 31 décembre 213, la situation financière de la collectivité apparaît toujours assez dégradée. S agissant de l exploitation : L autofinancement diminue en 213 en raison d une progression des charges réelles plus rapide que celle des produits réels. Le niveau d autofinancement est inférieur à celui constaté à l échelon régional pour les communes de même strate de population que Vernaison et il ne suffit plus à couvrir le remboursement de la dette bancaire en capital. Pour remédier à cette situation, la commune doit s efforcer de maîtriser ses dépenses, notamment les charges de personnel. Par ailleurs, le ratio de rigidité des charges structurelles, qui rapporte le montant des charges incompressibles ( charges de personnel, charges financières et charges de contingents ) à celui des produits réels, ne laisse aucune marge de manœuvre à la collectivité. S agissant de l équilibre du bilan : La structure du bilan n apparaît pas équilibrée au 31 décembre 213 : le fonds de roulement ne couvre pas le besoin en fonds de roulement et, par voie de conséquence, la trésorerie ressort théoriquement négative. En réalité, la commune fait appel à des lignes de trésorerie pour couvrir ses besoins de financement. Par ailleurs, le budget annexe de l aménagement du quartier Péronnet dépend du budget principal pour le respect de ses équilibres comptables et obère la situation financière globale de l ensemble consolidé. S agissant des marges de manœuvre : Elles reposent traditionnellement sur l emprunt et la fiscalité directe locale en plus de l autofinancement susceptible d être dégagé. L étude de la fiscalité directe locale montre que la commune semble disposer d une certaine marge de manœuvre. Le volume des dépenses d équipement très soutenu, surtout jusqu en 211, a généré un endettement très élevé. Les seuils d alerte en ce domaine sont d ores et déjà dépassés. Il serait souhaitable que la commune limite ses dépenses d équipement à la seule conservation de son patrimoine, et procède le cas échéant à la cession d actifs. 4

5 I] LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT A partir de l'étude des charges et des produits de fonctionnement, l'objectif du comptable est de déterminer comment la commune a dégagé un excédent ou un déficit dans sa gestion courante. A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement 1 ) Les charges augmentent de 3,63 % entre 212 et 213 Les charges réelles de fonctionnement sont passées de en 212 à en 213, soit une augmentation de 3,63 %. Elles ressortent globalement plus basses que la moyenne régionale des communes de même strate de population : Exercice 213 : Commune de Vernaison : 695 / habitant Moyenne régionale : 788 /habitant Évolution des charges réelles (montant) 3 5 (Euros) Charges de personnel Charges financières Contingents, participations, subventions Autres charges réelles 5

6 Ce sont les charges de personnel qui représentent le poste le plus important : elles s élèvent à en 213 et comptent pour plus de 57 % parmi les charges réelles de fonctionnement. Elles ont progressé d un peu plus de 3 % entre 212 et 213. Le montant de ces charges est supérieur à celui enregistré à l échelon régional ( 397 / habitant contre 368 / habitant en moyenne régionale ). Les autres charges réelles s établissent à , elles comptent pour près de 27 % au sein des charges réelles de fonctionnement et sont en faible augmentation par rapport à l exercice 212 ( en 212, soit une progression d environ 4 %). Les autres charges réelles renferment les postes suivants : Achats et variations des stocks ( compte 6 ) : Autres charges externes ( comptes 61 et 62 ) : Impôts directs : Autres charges de gestion courante ( comptes 651, 6531, 6533, 6535 et 6541 ) : Charges exceptionnelles ( compte 673 ) : 183 Les charges financières sont égales à , soit 59 / habitant contre 33 / habitant pour les communes de la région de même strate démographique. ( dont un montant important de frais au titre de la ligne de trésorerie) Le poste des contingents et subventions versés s élève à en 213 contre en 212. Il renferme les participations suivantes : CCAS : 75 Contribution aux organismes de regroupement : 1 377,18 Autres contributions obligatoires : 1 184, Subventions aux associations : ,54 Subventions de fonctionnement aux autres organismes publics : 1 899,59 Le ratio de rigidité des charges structurelles ( charges de personnel + contingents + charges d intérêt) évalue le volume des dépenses incompressibles. Plus il est élevé, moins la marge de manœuvre dont dispose la commune pour agir sur ses dépenses et pour dégager de l autofinancement est importante. En 213, ce ratio atteint 62 % des produits de fonctionnement : il est situé au dessus de la valeur médiane ( 41 %) et aussi au dessus du seuil d alerte ( 56 %). La commune ne possède donc aucune marge de manœuvre. Ratio de rigidité Couverture des charges (personnel, contingents, intérêts) par les produits 56% 54% 6% 6% 61% 62% 41% Ratio de rigidité Médiane Seuil des 1% 6

7 2 ) Les produits progressent de 1,33 % entre 212 et 213 Les produits de fonctionnement réels s établissent en 213 à Ils sont en progression sur la période couvrant les exercices 211 à 213 : 211 : : : L'examen détaillé des produits issus de la fiscalité directe locale est effectué au niveau de l'étude des marges de manœuvre : les ressources fiscales s élèvent à en 213 et représentent près de 46 % des produits réels de fonctionnement. Au titre de ces ressources, les postes sont les suivants : Impôts locaux : Fiscalité reversée : Autres impôts et taxes : Le poste «dotation globale de fonctionnement et autres dotations» s élève à : La dotation globale de fonctionnement est égale à ( elle se décompose de la dotation forfaitaire, de la dotation de solidarité rurale et de la dotation nationale de péréquation à hauteurs respectives de , et 4 84 ) Les autres dotations s élèvent à Le poste des autres produits réels est égal à et se compose essentiellement des revenus des immeubles et des autres produits divers de gestion courante. Évolution des produits réels (montant) (Euros) Ressources fiscales DGF et autres dotations Autres produits réels 7

8 B) La Capacité d'autofinancement en baisse La capacité d'autofinancement brute (CAF) représente l'excédent de fonctionnement (produits réels diminués des charges réelles) utilisable pour financer les dépenses d'investissement (c'est- à -dire, les remboursements de dettes par priorité, puis avec le reliquat de nouvelles dépenses d'équipement ). Après avoir progressé entre les exercices 21 et 212, la CAF a diminué en 213 en raison d une évolution à la hausse plus rapide des charges réelles de fonctionnement. Elle s établit à au 31 décembre 213 et se situe très en dessous de la moyenne observée à l échelon régional ( 49 /habitant contre 221 /habitant à l échelon régional). Cette CAF, dite brute, ne permet même pas de couvrir les remboursements de dettes bancaires en capital ( en 213 ). La CAF nette est donc négative ( ) et ne contribue pas au financement des investissements. Evolution de la CAF (Euros) Produits de fonctionnement Charges de fonctionnement CAF Utilisation des produits de fonctionnement En 213, avec 1 euros, la collectivité a constitué 7 d'autofinancement et dépensé Autres charges réelles 25 CAF 7 Charges financières 8 Contingents, ii i Charges de personnel 53 8

9 II) L'INVESTISSEMENT L'ensemble des dépenses d'investissement s'apparente à des emplois (dépenses d'équipement, remboursements de dettes, autres...). Parallèlement, l'ensemble des moyens financiers dont dispose la commune constitue des ressources (CAF, plus-values de cession, dotations et subventions, emprunts...). Le solde entre le total des ressources et le total des emplois représente la variation du fonds de roulement. A) Le financement disponible Le financement disponible représente le total des ressources (hors emprunts) dont dispose la collectivité pour investir, après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes. Les recettes d investissement se composent des postes suivants : Subventions reçues : FCTVA : Autres fonds globalisés d investissement : Cession d actif : 13 au titre d une vente de terrain ( Ile de table ronde qui a généré une plus value de ) Soit, au total : Il est rappelé que la CAF nette des remboursements bancaires est négative, à hauteur de , et qu elle constitue donc non pas une ressource, mais un emploi. La commune dispose donc, hors restes à réaliser, de ( ) pour ses dépenses d'équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune. 1 6 Formation du financement disponible (Euros) Emplois 29 Ressources 29 Emplois 21 Ressources 21 Emplois 211 Ressources 211 Emplois 212 Ressources 212 Emplois 213 Ressources 213 Emplois RAR213 Ress. RAR213 Remboursements de dettes CAF Autres ressources Financement disponible 9

10 B) Les dépenses d'équipement Les dépenses d équipement s établissent en 213 à et représentent près de 77 % du total des dépenses d investissement. Elles s élèvent même à si l on y inclut les restes à réaliser. Les dépenses d équipement ont connu un niveau très soutenu, surtout jusqu en 211, ce qui a généré un endettement très important. Ces dernières années, elles ont concerné notamment la fin des travaux du groupe scolaire Baranne, la construction des bassins écrêteurs de crues, l aménagement de la place de l église, et des acquisitions foncières ( extension de la Mairie, réhabilitation Parcours Pétanque et Tennis, Médiathèque, salle des sports les Arcades ). Elles ont concerné également les aménagements suivants : terrains, parkings, cimetière, aires de jeux ainsi que des équipements de vidéo surveillance, travaux aux écoles, achats de matériels informatiques, matériels de sport, etc. La commune a connu un niveau très élevé de dépenses d équipement au cours des dernières années, ce qui n est pas sans conséquences sur son niveau d endettement à ce jour. Évolution des dépenses d'équipement Dépenses d'équipement(avec restes à réaliser) (Euros)

11 C) Le financement des investissements Hors restes à réaliser, le montant des dépenses d équipement s élève à si l on ajoute aux dépenses d équipement proprement dites ( ) les participations et autres immobilisations financières ( 2 46 ). Le financement disponible est égal à La commune a aussi fait appel à l emprunt à hauteur de 5 8 ( 4 auprès de la Caisse d Epargne au taux fixe de 4,14 % sur 15 ans, 1 au taux fixe de 3,49 % sur 15 ans également à la Caisse d Epargne, 8 au titre d une régularisation sur l année précédente ). La commune a donc eu besoin de puiser dans son fonds de roulement à hauteur de ( ). Financement des investissements (Euros) Emplois 29 Ressources 29 Emplois 21 Ressources 21 Emplois 211 Ressources 211 Emplois 212 Ressources 212 Emplois 213 Ressources 213 Emplois RAR213 Ress. RAR213 Dépenses d'investissements Financement disponible Emprunts Variation du FDR 11

12 III] EQUILIBRE DU BILAN L'objectif de l'examen du bilan est d'estimer les marges de manœuvre futures pour toutes opérations d'investissement (remboursements de dettes, investissements nouveaux et coûts induits par ces investissements en fonctionnement, emprunts ). Le bilan décrit, à la clôture de l'exercice, l'ensemble du patrimoine que la commune a constitué d'année en année. Ce patrimoine comprend un "actif" (total des biens immobiliers ou mobiliers, des créances et de la trésorerie) et un "passif", total des moyens de financement que détient la commune (dotations, subventions, dettes ). La mesure de l'équilibre financier de la commune s'effectue à travers trois grandeurs caractéristiques : le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie. ACTIF Bilan en 213 PASSIF Subventions, Immobilisations dotations, réserves Dettes financières FDR = Stocks et créances Dettes fournisseurs, sociales BFR = Trésorerie Trésorerie = FDR - BFR = A) Le fonds de roulement Le fonds de roulement est égal à la différence entre les financements disponibles à plus d'un an (les dotations et réserves, les subventions, les emprunts) et les immobilisations (les investissements réalisés et en cours de réalisation). Cette différence correspond, en comptabilité budgétaire, à la somme des excédents définitifs que la commune a dégagés au cours du temps. Le fonds de roulement permet de couvrir le décalage entre encaissement de recettes et paiement de dépenses. Evolution du fonds de roulement : 211 : : : La commune a puisé partiellement dans son fonds de roulement pour financer les dépenses d équipements des exercices 211 et 213, ce qui n est pas le cas en 212 ( voir supra). 12

13 B) Le besoin en fonds de roulement Le besoin en fonds de roulement (BFR) est égal à la différence entre l'ensemble des créances plus stocks et les dettes à court terme (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales ). Une créance constatée, non encaissée, génère un besoin de financement. A l'inverse, une dette pas encore payée vient diminuer ce besoin de financement. Le BFR traduit le décalage entre perception de recettes et paiement de dépenses. Evolution du besoin en fonds de roulement : 211 : : : Le besoin en fonds de roulement est positif sur la période considérée et représente donc un besoin. Cela signifie que la ville encaisse ses créances moins rapidement qu elle ne paye ses dettes. Elle a donc besoin d un fonds de roulement pour dégager de la trésorerie. A cet égard, il faut noter que des titres d astreinte d un montant total de ,6, émis entre 1998 et 22, sont en restes à recouvrer et ne seront plus encaissés car prescrits. Au 31 décembre 213 : le compte «débiteurs divers» présente un solde débiteur égal à La majeure partie des sommes imputées sur ce compte est prescrite. Par ailleurs, le compte 4511 qui retrace les opérations du budget annexe relatif à l aménagement du quartier Péronnet présente un solde anormalement débiteur à hauteur de , ce qui signifie que ce budget annexe dépend du budget principal pour le respect de ses équilibres comptables Des cessions prévues au budget 214 «Aménagement du Péronnet» devraient couvrir le déficit de ce budget annexe. C) La trésorerie La trésorerie du bilan comprend le solde du compte au Trésor, mais également les autres disponibilités à court terme comme les valeurs mobilières de placement. Elle apparaît comme la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. Evolution de la trésorerie : 211 : : : Fin 213, la trésorerie ressortait théoriquement négative à hauteur de en raison d une ligne de trésorerie non remboursée à hauteur de 5 au 31 décembre 213 ( compte au 31/12/213). Une ligne de trésorerie supplémentaire de 3 en 214 a augmenté à nouveau cette trésorerie négative. 13

14 Évolution des principaux éléments du bilan (Euros) RAR 13 Fonds de roulement Besoin en fonds de roulement Trésorerie 14

15 IV) MARGES DE MANOEUVRE Les principales marges de manœuvre d'une collectivité se situent soit au niveau de ses charges de fonctionnement, soit au niveau de ses produits (fiscalité directe locale) soit encore en matière d'endettement. A) La fiscalité directe locale Comparaison des bases (en /hab.) TH FB FNB CFE Commune 213 Moyenne 213 Comparaison des taux 213 6, 51,84 49,1 5, 4, 3, 2, 14,3 13,8 16,3 19,22 Commune 213 Moyenne 213 1,,,, TH FB FNB CFE La taxe d habitation et la taxe foncière bâtie sont les deux recettes fiscales principales pour la commune. Les autres recettes apparaissent plus marginales. Le graphique relatif aux bases met en perspective les données de la collectivité avec les données moyennes des collectivités de taille ou de nature juridique identiques. Ce graphique montre que les bases d imposition sont un peu inférieures aux données moyennes pour les collectivités de taille ou de nature juridique identiques. 15

16 Le graphique relatif aux taux met également en perspective les taux votés par la collectivité en 213 avec les données moyennes des collectivités de taille ou de nature juridique identiques. Afin d évaluer la pression fiscale exercée sur les particuliers résidant sur la commune, il est possible de calculer le montant d impôt local payé par habitant pour un an. Dans ce calcul, il sera tenu compte de la fiscalité des groupements intercommunaux. Fiscalité payée à Vernaison = TH (36 ) + TFB (192 ) + TFNB (3 ) + TEOM (39 ) = 54 /hab. Moyenne régionale = TH (257 ) + TFB (226 ) + TFNB (8 ) + TEOM (73 ) = 564 /hab. La pression fiscale exercée sur les particuliers est donc inférieure à celle des communes de même taille de la région. Afin d affiner l analyse, il convient de prendre en compte la richesse du tissu fiscal de la commune. A Vernaison, le revenu fiscal moyen par foyer s établit à alors que la moyenne régionale est de Toutefois, la part des foyers non imposables s élève à 4,3 % alors qu elle n est que de 4,1 % à l échelon régional. Il existe une certaine marge de manœuvre en terme de fiscalité notamment pour ce qui concerne la politique d abattement de la commune en matière de taxe d habitation : politique d abattement de la commune en matière de TH : les abattements sur la valeur locative : - abattement obligatoire pour charges de famille : - rang 1 et 2 : taux communal de 15 % (taux minimum légal de 1 %) - rang 3 et plus : taux communal de 2 % (taux minimum légal de 15 %) - abattement général à la base : taux communal : 15 % Une analyse plus approfondie de la fiscalité directe locale pourra être demandée au service spécialisé de la direction régionale des finances publiques du Rhône. 16

17 Structure des produits de la fiscalité en TH FB FNB CFE Impôts locaux de répartition (CVAE, IFER) Allocations compensatrices DCRTP Reversement FNGIR (732) 213 Prélévement FNGIR (739) B) Analyse de l'endettement L encours total de la dette de la commune au 31 décembre 213 est égal à Il est très supérieur à la moyenne régionale des communes relevant de la même strate démographique en raison de la politique d investissements soutenue menée par la commune, surtout jusqu en 211 ( voir supra ) : Commune de Vernaison : 1 4 /habitant Moyenne régionale : 864 /habitant L endettement augmente sur la période d étude en raison de la souscription d emprunts nouveaux conclus au cours de chacune des années correspondantes ( , 1, 4 et 5 respectivement en 21, 211, 212 et 213). Encours de la dette : 21 : : : : Les ratios «dettes sur produits de fonctionnement réels» et «dettes sur CAF» permettent d'apprécier la solvabilité de la commune, à savoir sa capacité à rembourser ses dettes financières à partir soit de ses produits de fonctionnement, soit de l'excédent dégagé en fonctionnement : 17

18 En rapprochant la dette des produits de fonctionnement, la commune est en mesure de rembourser l encours de sa dette en 1,9 années. Ratio encours de dette / CAF : la commune peut rembourser l encours de sa dette en 28,38 ans. Ratio encours de dettes bancaires/caf : 28,38 ans ( moyenne régionale : 3,8 ans) Ces trois ratios se fixent largement au dessus des seuils d alerte. L endettement de la commune apparaît donc très élevé au regard de ses ressources. L une des annexes jointes à la présente analyse fait apparaître un graphique d extinction naturelle de la dette de la collectivité : de l étude de ce graphique, il ressort qu en l absence de tout nouveau recours à l emprunt, l encours de la dette ne s éteindra qu en l année 231, après avoir connu un pic au cours de l exercice 215. La répartition de la dette fait apparaître que tous les emprunts conclus par la collectivité sont à taux fixe. ATTENTION : dans les graphiques représentants les ratios (ci-dessous), la médiane et le seuil de 1% font référence aux déciles du réseau d'alerte des communes. Ces déciles ont été calculés à partir des balances 29 de l'ensemble des communes. Évolution de la dette (Montant) Dettes financières Charges financières * Strate : communes de 3 5 à 5 hab ; 18

19 Nombre d'années de CAF nécessaire au remboursement de la dette 27,1 28,4 21,1 21,3 8, Ratio d'endettement (années de Caf) Nombre d'années de produits nécessaire au remboursement de la dette 1,7 1,8 1,9 1,9 1,5 1,3, Ratio d'endettement (années de produits) Médiane Seuil des 1% C) Le coefficient d'autofinancement courant Le coefficient d'autofinancement courant (CAC) permet de mesurer l'aptitude de la commune à autofinancer ses investissements, après avoir couvert ses charges et les remboursements de dettes. Un coefficient supérieur à 1 indique que la commune est incapable de faire face à ses remboursements de dettes avec son seul autofinancement. Au 31 décembre 213, le ratio de la commune s établit à 1,3. ATTENTION : dans le graphique ci-dessous, la médiane et le seuil de 1% font référence aux déciles du réseau d'alerte des communes. 19

20 Couverture des charges et des remboursements de dettes par les produits 15% 86% 91% 1% 99% 1% 13% Coefficient d'autofinancement courant Médiane Seuil des 1% D) Analyse des facteurs externes de risques Les engagements externes de la collectivité et les risques courus (engagements hors bilan: cautions, prêts et avances, garanties d'emprunts...) concernent essentiellement des établissements qui gèrent le logement social ( OGEC et ALLIADE Habitat). Le montant des emprunts garantis par la collectivité ( au 31/12/212, au 31/12/213 ) ne présente pas un facteur de risque très significatif., compte tenu des montants et de la nature des organismes bénéficiaires. 2

21 LEXIQUE Actif A l'actif du bilan sont inscrits l'ensemble des biens du patrimoine (immobilisations pour leur valeur historique) ainsi que l'ensemble des éléments n'ayant pas vocation à y rester de manière durable (stocks, créances, trésorerie). L'actif immobilisé brut représente l'ensemble des immobilisations inscrites au bilan fonctionnel pour une durée supérieure à un an (dépenses d'équipement, titres de participations, opérations pour comptes de tiers). L'actif circulant désigne les stocks et créances qui se renouvellent au cours de l'exercice. Annuité de la dette L'annuité de la dette est composée du montant des intérêts des emprunts et du montant du remboursement du capital. L'addition de ces deux montants permet de mesurer le poids exact de la dette à long et moyen terme pour les collectivités. Autofinancement (voir Capacité d'autofinancement) Besoin en fonds de roulement (BFR) Le BFR représente, à la fin d'un exercice comptable, l'excédent des crédits consentis aux redevables de la collectivité (restes à recouvrer) sur les crédits obtenus de ses créanciers (fournisseurs, État). Une créance crée un besoin de financement; la collectivité a constaté un produit, mais ce produit n'a pas encore été recouvré. A l'inverse, une dette génère une ressource; dans ce cas, la collectivité a effectivement enregistré une charge, mais celle-ci n'a pas encore été payée. Un BFR négatif constitue une ressource. En effet, cela signifie que les sommes non encore décaissées sont supérieures aux sommes non encore encaissées. Bilan Le bilan présente la situation patrimoniale de la collectivité à la date de clôture de l'exercice. Pour l'analyse financière, certaines rubriques du bilan sont reclassées afin de faire ressortir les grandeurs caractérisant la structure financière de la collectivité et d'apprécier son équilibre financier global. Le bilan se présente sur deux colonnes: une colonne actif et une colonne passif. Il se découpe en trois grandes masses permettant de calculer trois grandeurs caractéristiques: les biens et financements à long terme (utilisés pour le calcul du fonds de roulement); l'ensemble des droits et obligations à court terme de la collectivité (calcul du besoin en fonds de roulement) et enfin la trésorerie dans son acception la plus large. Capacité d'autofinancement (C.A.F.) Elle représente l'excédent des produits réels de fonctionnement (hors produits de cession d'immobilisation) sur les charges réelles de fonctionnement. La CAF permet de couvrir tout ou partie des dépenses réelles d'investissement (remboursements de dettes, dépenses d'équipement ). Capitaux et assimilés Ce sont les fonds à disposition de la commune à long terme hors dettes financières (dotations, réserves, résultat de l'exercice, subventions d'investissement, opérations pour comptes de tiers...). Charges de fonctionnement réelles En analyse financière M14, les charges réelles correspondent à des charges de fonctionnement qui donnent lieu ou donneront lieu à décaissement. 21

22 Financement disponible Il représente le total des ressources (hors emprunts) dont dispose la collectivité pour investir, après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes financières. Excédent brut de fonctionnement (EBF) Il correspond à l'excédent des produits courants sur les charges courantes. C'est la ressource fondamentale de la commune indépendante des produits et charges financières et exceptionnelles. Fonds de roulement Le fonds de roulement est égal à la différence entre les financements disponibles à plus d'un an (les dotations et réserves, les subventions d'investissements, les amortissements et provisions, les dettes financières à moyen long terme) et les immobilisations (les investissements réalisés et en cours de réalisation). Cette différence correspond, en comptabilité budgétaire, à la somme des excédents définitifs que la commune a dégagés au cours du temps. Produits de fonctionnement réels En analyse financière M14, les produits réels correspondent à des produits de fonctionnement (hors cession d'actifs) qui donnent lieu ou donneront lieu à encaissement. Réel En analyse financière, la notion de réel diffère de celle d'encaissement ou de décaissement. Est considéré comme réelle, une opération qui a ou aura (au cours d'un exercice ultérieur) un dénouement en trésorerie. Résultat de fonctionnement ou résultat comptable Différence entre le total des titres et le total des mandats émis en classe 7 et 6 de la section de fonctionnement. Trésorerie C'est l'ensemble des liquidités disponibles en caisse ou au compte au Trésor et des valeurs mobilières de placement. 22

23 ANNEXES 23

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

Trésorerie des MATELLES

Trésorerie des MATELLES ANALYSE FINANCIERE DE ST MATHIEU DE TREVIERS Trésorerie des MATELLES Présentée le 17/1/212 PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de Saint-Mathieu de Tréviers se situe au cœur du Languedoc, à vingt

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE SAINT-PAUL-DE-VARCES Trésorerie de Vif PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT-PAUL-DE-VARCES est une petite commune du département de l ISERE et de la région RHONE ALPES. Située en

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Trésorerie de Bouxwiller. Mai 2014. Trésorerie de Bouxwiller

Trésorerie de Bouxwiller. Mai 2014. Trésorerie de Bouxwiller SITUATION FINANCIERE 213 de RINGENDORF Trésorerie de Bouxwiller Mai 214 Trésorerie de Bouxwiller SOMMAIRE PRESENTATION - PRINCIPAUX CONSTATS 3 LE FONCTIONNEMENT LES PRODUITS 4 LE FONCTIONNEMENT LES CHARGES

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Trésorerie de LAMBERSART

Trésorerie de LAMBERSART ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LAMBERSART Trésorerie de LAMBERSART PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La Ville de LAMBERSART (616 ha) est une commune limitrophe de la Ville de LILLE (NORD). Elle est

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE Valorisation du compte de gestion 2014 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE Valorisation du compte de gestion 2013 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY

ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY ANALYSE FINANCIÈRE DE LARDY EXERCICES 2011 à 2014 Trésorerie d' Etampes Collectivités PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Composée pour plus de la moitié de sa superficie d'espace rural, entre la rive gauche

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex M. TEST 11 place SaintMartin BP 80394 57007 METZ CEDEX 01 Dossier de Gestion Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010 Cabinet comptable : Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex Cemogest

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

SITUATION PATRIMONIALE ACTIF

SITUATION PATRIMONIALE ACTIF SITUATION PATRIMONIALE ACTIF SERVICE FORMATION 31/12/2011 31/12/2010 Edition en Euros Brut Amort. prov. Net Net ACTIF IMMOBILISE Immobilisations incorporelles Frais d'établissement Frais de recherche et

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS ANALYSE FINANCIERE DE LA VILLE DE LUXEUIL-LES-BAINS Gestion 24-27 Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS PRESENTATION DE LA COMMUNE La commune de LUXEUIL-LES-BAINS se situe au nord de la Haute-Saône à proximité

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé MARCHE DES PROFESSIONNELS ANALYSE FINANCIERE APPLIQUEE Cas d application ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé Nom du client : André BESSEY Activité: Couverture Charpente Duréee de

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN VISION FONCTIONNELLE DU BILAN Par opposition à l'approche financière qui se place dans une hypothèse d'évaluation, voire de liquidation, l'approche fonctionnelle définie

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008

COMPTES CONSOLIDES GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008 1 COMPTES CONSOLIDES COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2008 2 BILAN CONSOLIDE AU 31 DECEMBRE 2008 (en K ) ACTIF Notes 31/12/2008 Retraité (*) ACTIFS NON-COURANTS Goodwill 4.1.1 11 160 11 161 Immobilisations

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015 Budget primitif Équilibre général du budget Dotations nouvelles Reports Total INVESTISSEMENT DEPENSES 10 563 898,81 7 079 912,86 17 643 811,67 RECETTES 13 511 283,90 4 132 527,77 17 643 811,67 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

PREAMBULE. L actualité des collectivités locales a été, sur la période récente, particulièrement dense.

PREAMBULE. L actualité des collectivités locales a été, sur la période récente, particulièrement dense. 1 PREAMBULE Parmi ses missions, la Direction Générale des Finances Publiques assure la tenue des comptes des collectivités locales et dispose à ce titre de données financières essentielles sur les finances

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse.

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Page 1/7 Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Bilan au 31/12/N Immobilisations incorporelles 380 108

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE INTRODUCTION Le système comptable OHADA préconise l'établissement des états financiers annuels qui se composent, selon l'article 8 (Droit Comptable) de plusieurs éléments: - Bilan; L INTERPRETATION DES

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

RETREAUSPECTIVE 2014. Bilan financier 2014

RETREAUSPECTIVE 2014. Bilan financier 2014 Bilan financier 2014 Sommaire 1. Introduction 2. Analyse comparée des Comptes Administratifs 2013 et 2014 provisoire 3. Les financeurs du SIAAP 4. Présentation de l évolution (de la trésorerie) et de la

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : Les notions de patrimoine et d'achat de l'entreprise L'objectif de toute entreprise est de s'enrichie en exerçant une activité. Une des finalités de la Comptabilité Générale

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Local commercial. Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14. COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature

REPUBLIQUE FRANCAISE. Local commercial. Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14. COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature REPUBLIQUE FRANCAISE Local commercial Numéro SIRET : 21030314500051 POSTE COMPTABLE : M14 COMPTE ADMINISTRATIF voté par nature BUDGET Local commercial ANNEE 2014 SOMMAIRE Pages I. Informations générales

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 14 Le plan de financement

Chapitre 14 Le plan de financement Chapitre 14 Le plan de financement Entraînement Exercice 14.7 *** Besoin en fonds de roulement prévisionnel plan de financement La société Printania prévoit un développement de ses activités en N+1. Elle

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel 1 PRINCIPE Le bilan fonctionnel reprend tous les comptes des classes 1 à 5 mais avec une présentation différente de celle du bilan comptable. Il s agit d un bilan simplifié

Plus en détail

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 2014 Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 06/02/2014 Budget principal SOMMAIRE 1 Principes P 3 A - Principes généraux P 3 B - Retraitements comptables P 4 2 Indicateurs économiques

Plus en détail

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels des profits et indicateurs structurels Soldes intermédiaires de gestion avant répartition Besoin en Trésorerie Autres produits et charges d'exploitation + Opérations en commun + Excédent brut d'exploitation

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

Présentation de vos principaux indicateurs financiers

Présentation de vos principaux indicateurs financiers ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Coiffure Madame Catherine DURAND 63400 CHAMALIERES Votre Bilan Année 2009 ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Présentation de vos principaux indicateurs financiers Cette présentation

Plus en détail

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 1. ÉVÉNEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE En début d exercice 2006 la société a acquis la totalité des titres de la société Cryologistic Développement, holding

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

collectivités territoriales

collectivités territoriales Jean-Marc LE ROUX Enseignant comptabilité - finance et gestion budgétaire Ecole nationale de la Santé publique Département MATIS Jean-Pierre HARDY Chef du bureau de la réglementation comptable budgétaire

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS

1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS 1 - ANNEXE SUR LES INDEMNITES DES PERSONNELS Chambre de Métiers et de l'artisanat de l'aveyron Réalisation budgétaire 2012 Type d'indemnités Montant en Indemnités fondés sur l'article 24 du statut des

Plus en détail

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques Initiation au budget communal Belfort, le 24/05/12 Frédéric DUPUIS Dexia CL - Directeur des relations institutionnelles Nord et Est 1 INITIATION AU BUDGET COMMUNAL 1. Comment recenser les informations

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Christian ZAMBOTTO www.decf-finance.fr.st

Christian ZAMBOTTO www.decf-finance.fr.st DEVOIR N 3 - Durée 2 heures Matériel autorisé : Calculatrice de poche à fonctionnement autonome et sans imprimante Le sujet se présente sous la forme de d un seul dossier. Le sujet comporte les annexes

Plus en détail

DÉPARTEMENT DU RHÔNE

DÉPARTEMENT DU RHÔNE REPUBLIQUE FRANCAISE DÉPARTEMENT DU RHÔNE Numéro SIRET : 22690001700014 POSTE COMPTABLE : Paierie départementale du Rhône M 52 DÉCISION MODIFICATE N 1 vote par nature BUDGET PRINCIPAL ANNEE 2015 1 SOMMAIRE

Plus en détail

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES 30 JUIN 2015 1 SOMMAIRE A - Bilan consolidé... 3 B - Compte de résultat consolidé et état du résultat global consolidé... 4 C - Tableau de flux de trésorerie consolidés...

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable.

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Pré-requis : Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. o Principes d'analyse du bilan fonctionnel : Modalités

Plus en détail

La Chaux-de-Fonds Données fiscales

La Chaux-de-Fonds Données fiscales STATISTIQUE FINANCIERE ANNEE Données fiscales Coefficient d'impôt communal en points 11 Commune District 37 communes 1 9 8 7 6 5 4 3 Le coefficient d'impôt est fixé par la commune par rapport à un barème

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

De la comptabilité aux documents de synthèse

De la comptabilité aux documents de synthèse De la comptabilité aux documents de synthèse se La balance totaux mouvements soldes N libellé débits crédits débits crédits 10 capital 900 000,00 900 000,00 164 emprunts 200 000,00 200 000,00 2183 matériel

Plus en détail

Rapport de Gestion 2008

Rapport de Gestion 2008 Rapport de Gestion 2008 2 ème partie : Rapports Financiers A. Comptes consolidés Exercice clos le 31 décembre 2008 Présentation Commerciale Groupe Affine Comptes consolidés au 31 décembre 2008 Page 2 SOMMAIRE

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel Analyse de la formation du résultat : le tableau des soldes intermédiaires de gestion 1- Principe et hiérarchie des soldes Pour mieux comprendre la formation du résultat de l'exercice, des résultats partiels

Plus en détail