La mise en place de la réforme a généré une vraie dynamique locale, et on a jamais autant parlé «d Education» dans les territoires!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mise en place de la réforme a généré une vraie dynamique locale, et on a jamais autant parlé «d Education» dans les territoires!"

Transcription

1 1 LE POINT SUR LA REFORME DES RYTHMES CONTRIBUTION DE L ANDEV cmmunes nt chisi de mettre en œuvre la réfrme des rythmes sclaires dès cette rentrée 2013, sit 17 % des cmmunes et 22 % des élèves des écles élémentaires publiques, sit encre 1,3 millins d écliers cmmunes ayant au mins 1 écle s engagernt dnc dans la mise en œuvre de la réfrme en 2014, des cmmunes qui regardent bien évidemment avec intérêt celles qui snt parties en 2013 ; certaines espérant encre que la réfrme sit reprtée en 2015, vire même ultérieurement. Ceci dit et c est un premier cnstat que l n peut faire aujurd hui : 1) les territires snt au rendez-vus Il faut suligner aujurd hui leur frte mbilisatin et il n est pas un jur ù l n ne parle des cllectivités lcales et de l écle dans les jurnaux u la presse. Les cllectivités nt su cmbiner le génie territrial, avec les prirités du ministère de l Educatin natinale, et n ne peut que s en féliciter. La mise en place de la réfrme a généré une vraie dynamique lcale, et n a jamais autant parlé «d Educatin» dans les territires! 2) les myens mbilisés snt d imprtance, malgré les cntraintes financières des cllectivités pur permettre la mise en place de la réfrme, que ce sit dans le cadre financier u dans le cadre des myens humains, u encre de la frmatin, de l ATSEM aux animateurs. 3) les territires nt été particulièrement innvants, tenant cmpte des spécificités lcales et de l histire des territires. Quelques éléments issus de l enquête réalisée par l ANDEV en ctbre cmmunes avaient répndu à ntre questinnaire à mi-ctbre. Elles cmptaient entre 94 et enfants sclarisés, sit un panel très large de typlgie de cmmunes Les hraires de classe pur 88% d entre elles, étaient avant la réfrme, identiques sur tus les jurs de la semaine, alrs qu 1 % de ces 183 cmmunes avait classe le mercredi. A la mi-ctbre, 33 % des villes interrgées ne cnnaissaient pas encre leurs hraires, 1 % de celles qui avaient défini leur nuvelle rganisatin, prévyait les curs le samedi On puvait alrs bserver :

2 Un décalage du début des curs vers 8h45-9h pur 10 % des cllectivités ayant répndu Un allngement de la matinée pur plus de 20 % Aucun arrêt des curs après 12h Et un allngement de la pause méridienne Le chix des hraires de fin des curs 15h30 15% 15h45 33% 16h00 23% 16h15 10% 16h30 14% 16h45 5% En ce qui cncerne l rganisatin du périsclaire, peu de changement sur les hraires d accueil du matin était envisagé. Quant à l rganisatin des TAP, les répnses étaient difficilement analysables du fait d une hétérgénéité imprtante des rganisatins, ntamment en fnctin de la fusin u nn avec les temps périsclaires existants. Quant aux préccupatins des élus des cllectivités ayant répndu, elles snt d abrd financières, puis éducatives. Les prblématiques rganisatinnelles et des ressurces humaines arrivent en 3 ème psitin, juste avant les préccupatins électralistes. Si 47 % des villes nt un PEL, 82 % d entre elles envisagent un PEDT 2 L évlutin du cntexte de la réfrme - Cette réfrme, appruvée initialement par l ensemble de la cmmunauté éducative, s est vue, à mesure que les échéances cncrètes se snt prfilées, critiquée par : Des enseignants qui y nt vu une dégradatin de leurs cnditins de travail cnsidérant qu une demi-jurnée de travail supplémentaire leur était impsée Des parents inquiets des changements rganisatinnels internes impsés par la réfrme et cnfrntés à un qutidien un peu buleversé Des élus sucieux de la diminutin annncée des cncurs de l Etat en directin de leurs cllectivités. - Dans le même temps, la réflexin entreprise au sein des territires, tant dans les cmmunes engagées sur 2013 que dans les autres chisissant 2014 a dnné lieu à une vraie dynamique cllective et à un travail cnsidérable de cncertatin et d infrmatins sllicitant les acteurs éducatifs : Cncertatin en amnt IEN / Elus / Techniciens des cllectivités Enquêtes parents, enseignants, assciatins Grupes de travail partenariaux issus des Prjets Educatifs existants, mais également liés aux futurs Prjets Educatifs de Territire Cnseils d écle amenés à débattre

3 3 Prjets assciatifs issus de l éducatin ppulaire visant à cntribuer à la réfrme Travail transversal en interne mené entre directins sprts, culture, éducatin, petite enfance des cllectivités pur ratinaliser leurs myens et s impliquer dans les futurs parcurs périsclaires. Echange entre directins RH, budget et enfance pur établissement d un budget prévisinnel. - Parallèlement, les villes se snt fait frt de cmmuniquer de façn régulière à chaque étage de leur réflexin. D abrd, sur la réfrme elle-même, puis sur la faisabilité, enfin sur les aspects pratiques pur celles qui se lançaient en Les autres se snt expliquées sur leur chix d un reprt en La réflexin terrain a alimenté les débats natinaux cnduisant les ministères de l Educatin natinale, de la famille, de la jeunesse à affiner les éléments de nature à favriser la mise en œuvre de la réfrme, lesquels se pursuivent encre à ce jur : Le c-piltage de la réfrme par la cllectivité et l Educatin natinale cnstitue un enjeu primrdial et dit irriguer l ensemble de la cmmunauté éducative Le Prjet Educatif Territrial est cnstruit par les acteurs lcaux et affiche une suplesse dans les champs d applicatin et les cntenus. Il cnstitue le cadre frmalisé qui facilite la cncertatin et le partenariat avec les acteurs éducatifs. Le décret de mars 2013 a encadré les cnditins de réalisatin de la réfrme, préservant la base de la réfrme (9 demi-jurnées, plafnd maxi du temps sclaire qutidien), mais aussi uvrant la vie à des expérimentatins pssibles par dérgatin, à la mesure de la vlnté des partenaires lcaux. Les enjeux financiers snt d imprtance : des inégalités cnsidérables entre les cmmunes se cnstatent sur ces temps : elles snt liées à la fis à la spécificité des besins (entre milieu urbain et milieu rural ntamment), à la fis à l existence de Prjets Educatifs lcaux générés par une ambitin éducative, à la fis par des capacités financières différentes qui mettent en cause l égalité de traitement sur les territires. A ce jur, l Etat annnce le maintien du fnds d amrçage pur les villes démarrant en 2014 (50 à 95 par élève), la CAF a frmalisé les cnditins du financement des 3 heures en périsclaire (54 par enfant et par an) sus réserve du respect d un taux d encadrement dérgatire (1 pur 18 en élémentaire, 1 pur 14 en maternelle). Par ailleurs, les cllectivités réfléchissent à des repsitinnements de leurs myens existants avec leurs partenaires, et dans le même temps, nmbre d entre elles affichent leur vlnté de cntribuer à la réfrme en augmentant leurs budgets, tut en essayant de ne pas pénaliser les budgets familiaux, gage d engagement dans la réussite sclaire et éducative de tus les enfants. Les cnstats actuels autur de la mise en œuvre

4 - Le délai de mise en place (mins de 2 mis depuis la rentrée) ne permet pas à ce jur de prcéder à un premier bilan sérieux ; n peut néanmins prcéder à quelques remarques tirées des premières expériences : 4 L imprtance du Prjet éducatif : le retur aux bjectifs de refndatin de l écle permet d éviter les caricatures prtant uniquement sur les plannings, et uvre le débat sur les cnditins de la réussite de tus les enfants. Le PEL est central dans la mise en œuvre. L imprtance du renfrcement du temps sclaire du matin favrable aux apprentissages : sllicités, les parents et les enseignants snt sensibles à cet enjeu qui peut amener sur la base de 5 matinées de 3H30 à une augmentatin de près de 50 % du temps hebdmadaire du matin (17H30) sur 24 heures. Les cnséquences de ce psitinnement snt imprtantes pur le temps sclaire d après-midi, réduit ptentiellement de fait à 4 séances de mins d 1 h 40 : il cnvient dnc de réfléchir au cntenu de ce temps, qui interpelle ntablement l écle maternelle par rapprt à la sieste. On peut nter que ce temps du matin se termine alrs vers 12 heures, ce qui peut faciliter la reprise des enfants par les parents au srtir de leur travail, lrsqu ils en nt la pssibilité (jurnée nn cntinue u temps partiel). Il semble que sur le terrain, les équipes enseignantes n aient pas cmplètement intégré la nuvelle rganisatin et la demi-jurnée supplémentaire dans le séquençage pédaggique, ce qui diminue l effet attendu de la réfrme sur «l étalement» des apprentissages. La cntinuité éducative : mise en avant, elle fait réfléchir l ensemble de la cmmunauté éducative sur le lien entre le temps sclaire et le temps périsclaire : dans nmbre de cmmunes (en curs u en prjet), les enseignants acceptent d intégrer les Activités Pédaggiques Cmplémentaires au nuveau temps périsclaire (TAP), mais également d animer des activités en étant rémunérés, aux côtés des prfessinnels de la ville et du mnde assciatif. Les temps d accueil périsclaire divent s inscrire dans une cntinuité éducative, pur devenir des temps éducatifs cmplémentaires, dnt le cntenu dit être élabré avec tutes les parties prenantes. L idéal est d asscier, dès le départ, le crps enseignant pur favriser la chérence des actins entre les temps sclaires et périsclaires. La disparitin parallèle du mercredi matin pur l rganisatin d accueils cllectifs de mineurs va entraîner des impacts frts pur les assciatins et les structures culturelles qui utilisaient ce créneau pur leurs activités. Les assciatins vnt devir revisiter le scle des activités qu elles snt en mesure de prpser sur les temps libérés, le sir après l écle, le samedi, etc. Pur garantir encre une fis la cntinuité et la chérence des actins et rganiser le parcurs des enfants, la c-cnstructin d un Prjet Educatif Lcal s impse cmme une étape essentielle et stratégique. La ntin de parcurs : elle permet de s entendre sur les besins des enfants (qui ne snt pas frcément les mêmes), de lutter cntre la suractivité en

5 prpsant nn pas un catalgue, mais des mdules variés qui incluent des actins d accmpagnement sclaire (APC, Clas, études surveillées en attendant les suites des décisins natinales sur le travail persnnel,), des temps de jeux (individualisés, cllectifs, cpératifs,.) et de lecture, des ateliers rientés sur la décuverte (avec l bjectif de susciter l appétence pur les activités culturelles, artistiques, sprtives). L Andev est cnvaincue du bien-fndé des activités périsclaires et des parcurs éducatifs dévelppés par les cllectivités. Cependant, il est essentiel, là aussi pur atteindre les bjectifs vulus, de laisser du temps aux enfants et aux jeunes, pur eux, pur qu ils fassent leur prpre chix sur des temps qui, s ils restent encadrés, divent aussi puvir être libérés de tute «cnsigne» (ne rien faire, rêver, se repser ). Truver le juste équilibre cnstitue également un enjeu imprtant pur les cllectivités et ns rganisatins. 5 Le chix de la demi-jurnée : l rganisatin du planning hebdmadaire a cnduit plus de 95% des cllectivités (à l œuvre u en prjet) à chisir le mercredi matin cmme temps sclaire. Ce psitinnement ne dit pas cacher qu une partie nn négligeable d acteurs de la cmmunauté éducative (enseignants ntamment) a préféré le samedi matin, au nm du lien facilité avec les parents. De fait, les expériences du samedi matin, pur limitées sient-elles, nus instruirnt sur les avantages de ce planning qui maintient une rupture au milieu de la semaine, et a reçu un refus massif des parents (vlnté d un week-end, familles recmpsées.) Srtie anticipée : Sur la base d expérimentatins réalisées, plusieurs mdèles d rganisatin snt (u vnt) être testés en fnctin d bjectifs travaillés. Le chix majritaire se dessine sur une srtie anticipée en après-midi avec des variantes : le mde alterné (jurnées pleines 2 jurnées réduites) est testé dans un certain nmbre de villes, dnt Paris. S il n est pas vraiment chérent avec la vlnté d une diminutin qutidienne du temps sclaire, puisque 2 jurnées restent à 6 heures d écle, ni avec la vlnté d une semaine régulière, il permet de dégager des plages d activités d 1 h 30, facilitant l rganisatin des prfessinnels appelés à encadrer les enfants. Il cnviendra de suivre l évlutin de ce planning. D res et déjà, n peut indiquer la difficulté des enfants des écles maternelles à suivre ce rythme. Par ailleurs, l expérimentatin semble mntrer que l équilibre, la stabilité, et une rganisatin identique tute la semaine permettent aux familles et aux enfants de mieux s imprégner de la nuvelle rganisatin et de s y adapter plus facilement. Cette rganisatin en alternance semble encre mins cnvenir aux élèves de maternelle. La srtie anticipée régulière est sans dute le mde chisi majritairement. Il fait réfléchir sur les mdalités pratiques d assciatin de ce nuveau temps (¾ h en myenne) avec le secteur

6 périsclaire actuel du sir de chaque cllectivité. On peut suligner que l avancement du temps périsclaire, au regard des dispsitifs actuels d aide persnnalisée, d études, d atelier d accmpagnement qui finissent fréquemment vers 18 heures, peut véritablement alléger la jurnée de l enfant en terme d amplitude d attentin demandée. En lien avec l incitatin à la gratuité des TAP/NAP, les maires nt suvent fait le chix de celle-ci pur les ¾ d heures libérés ; ce qui blige à une scissin entre deux temps «périsclaires» qui cmplique la gestin et le suivi des élèves sur un temps de tuilage qui diminue d autant le temps d animatin. 6 La pause méridienne a fait l bjet de débats très tendus avec les parents et la cmmunauté enseignante, dans les cmmunes qui suhaitent augmenter un temps qui peut cncerner, en fnctin des lieux, entre 30 et 80 % des enfants. L ANDEV l a déjà réaffirmé : ce temps stratégique entre deux plages d apprentissage dit être améliré à la mesure des besins grandissants des familles dans ce dmaine. La pertinence de démarrer la sieste des petits (n sait par ailleurs que des enfants de CP nt besin d un temps de reps) sans attendre le début de l après-midi est vérifiée partut ù elle se fait, avec les prfessinnels des cllectivités qui nt la capacité éducative nécessaire. Par ailleurs, les prjets prtant sur la pause méridienne incluent le retur pssible des enfants qui ne mangent pas au restaurant, cmme se dévelppent les garderies de fin de matinée permettant aux parents de reprendre leurs enfants à la srtie de leur travail. Tut l enjeu est d rganiser un temps réel éducatif de qualité sur cette tranche hraire, au même titre que pur les activités périsclaires. Qu elle sit élargie u nn, la pause méridienne dit vir sn cntenu éducatif transfrmé et améliré, dans l esprit de la cntinuité éducative recherchée par l ensemble des acteurs. L enjeu de l écle maternelle : la spécificité de l écle maternelle a été évquée sur plusieurs pints. La réductin du temps qutidien, ntamment l après-midi dit amener l ensemble de la cmmunauté éducative à se réinterrger sur sn fnctinnement : la gestin de la sieste, l empli du temps des enseignants de maternelle l après-midi (déclisnnement chez les grands, mais éventuellement en cycle 2, CP ntamment dans les grupes sclaires primaires pur renfrcer les myens d acquisitin lecture/écriture et/u pur la mise en place des APC), le planning des ATSEM appelés à encadrer en autnmie des grupes d enfants en accueils de lisirs périsclaire. la nécessité de mettre en place des repaires gégraphiques et adultes pur l enfant. La cntrainte des espaces et le casse-tête de l ccupatin des lcaux sclaires

7 La prblématique des espaces a été également surce de tensin par rapprt à l utilisatin des classes pur les TAP. Au-delà du débat académique sur le fait que les cllectivités snt prpriétaires des lcaux, la crainte des enseignants sur le recurs à leur classe, qui cnstitue leur util de travail, est légitime. Il cnvient de n utiliser ces lcaux qu en dernier recurs u dans le cadre d une actin cncertée. Certaines cllectivités nt décidé de sacraliser les classes, mais cette slutin n a été rendue pssible que grâce aux ressurces naturelles du territire, prches des écles. (Biblithèque, salle de sprt, etc.) Parallèlement, l utilisatin des espaces mutualisables : salles d évlutin, salles spécialisées (infrmatique musique périsclaire) est à cnsidérer, de même que les espaces uverts (préaux, curs) qui vnt être bien adaptés à certaines activités. 7 Le cadre d interventin des prfessinnels encadrant les enfants On vérifie, dès à présent et depuis la rentrée de septembre, que les difficultés enregistrées dans certaines cllectivités snt liées au besin de psitinner des prfessinnels encadrant ces temps dans des lieux pertinents. Cet enjeu, qui cnstitue une respnsabilité fndamentale de la cllectivité vis-à-vis des enfants cnfiés par les familles, se décline en tris vlets : la crdinatin des actins, le statut des prfessinnels et la gestin des ressurces humaines, le besin de frmatin et l rganisatin des espaces. La crdinatin des actins Le nmbre imprtant des enfants qui participent aux actins (TAP) cnduit à privilégier une rganisatin en accueil de lisirs réglementaire : cela passe par l identificatin d un cadre directeur respnsable des activités périsclaires (pste existant, à créer, à identifier dans les services actuels : éducateurs sprtifs, Directeurs d accueil de lisirs, cadres culturels, ) qui va être le garant de la bnne marche de l activité. Le principe de cntinuité éducative, qui est le mteur de la refndatin de l écle, peut amener à cnsidérer le directeur d écle cmme juant un rôle (de par sa fnctin de directeur d écle, de par la prpsitin d une fnctin de directeur adjint par la cllectivité,.), ntamment par le repérage des enfants qui auraient besin de ces temps, l inscriptin, la vigilance de la srtie du temps sclaire. La gestin des transitins entre les mments qui génèrent pur l enfant des changements de statut au fil de la jurnée cnstitue le nœud et l enjeu de cette réfrme. Pur réussir, il nus semble que les relatins enseignants/animateurs snt la clef de cette réussite, chacun devant apprendre à cnnaître l autre et à travailler ensemble pur le bien et la sécurité de l enfant. La mise en place d un binôme Ville/Educatin natinale sur le piltage des TAP et éventuellement des APC lrsqu elles prtent sur des prjets éducatifs intégrés au PEDT, purrait cnstituer un util de la chérence et de la cntinuité. Le statut des prfessinnels et la gestin des ressurces humaines La mbilisatin de la cmmunauté éducative peut s avérer nécessaire pur dispser d encadrants : une écle primaire de 12 classes (300 enfants) qui accueille 200 enfants dit dispser de 12 encadrants chaque jur. A partir du mntage du prjet éducatif, n peut recurir aux enseignants vlntaires, aux

8 prfessinnels de la cllectivité (animateurs, ATSEM, encadrants sprtifs, culturels, ), mais également faire appel aux prfessinnels assciatifs qui snt déjà en cntact avec les enfants et peuvent cmpléter des temps partiels. Dans un cntexte de grande segmentatin de la jurnée pur un grand nmbre d acteurs, la cllectivité devra faire face à un enjeu de gestin des ressurces humaines, à savir répndre à une multiplicité de besins d intervenants sans dévelpper la précarité de l empli. Le recurs au tissu assciatif, aux enseignants, la répartitin de l rganisatin du travail des directins impliquées dans la démarche snt à réfléchir en amnt. Il s agit de cnstituer une véritable équipe d animatin et d éducatin en fédérant tus les prfessinnels et en mettant fin au clisnnement des métiers. Les ATSEM aurnt un rôle accru auprès des enseignants et purrnt intervenir sur les temps périsclaires. Les agents de la restauratin, les cuisiniers purrnt prpser des ateliers «cuisine» sur les temps périsclaires, les animateurs devrnt se saisir des nuveaux temps d activités. Il s agira aussi d engager l ensemble des services de la cllectivité, impactés de manière directe (enfance, culture et sprt) u indirecte (finances, bâtiments, transprt et fluide) dans la mise en place d une nuvelle rganisatin, mais aussi d une nuvelle cnceptin de la respnsabilité dans la prise en charge des enfants. 8 Le besin de frmatin Les enjeux de frmatin snt psés par la nuveauté de ce temps et ses enjeux éducatifs : un certain nmbre de cllectivités dispsent d animateurs titulaires qui nt vcatin naturelle à intervenir sur ces temps ; d autres ne dispsent pas des mêmes prfessinnels et se divent de faire un effrt cnsidérable de frmatin sur des persnnels intervenant dans les garderies, les restaurants sclaires, la surveillance des curs. La pssibilité d acquérir par Validatin de l Expérience, le Certificat de Qualificatin Prfessinnelle (dnnant une qualificatin recnnue en ALSH périsclaire) dit faire l bjet d une attentin sutenue entre le CNFPT, les cllectivités, les muvements d éducatin ppulaire susceptibles d accmpagner ces persnnels dans un parcurs qui peut être difficile. Le dévelppement d une «culture éducative» cmmune Ville/EN apparait dnc aujurd hui cmme un impératif, à la fis au plus haut niveau (IEN/Directeur de l éducatin) mais aussi à celui des acteurs de terrain (Enseignants/ATSEM/ Animateurs). Pur cnclure, la réfrme est pssible si plusieurs leviers snt activés Des partenaires qui cpèrent : une éducatin partagée 1) La nécessité d une c-cnstructin de qualité En instaurant les TAP, la réfrme impse la nécessité de rérienter les cpératins entre temps sclaire et périsclaire. Le dévelppement de cette cpératin est de la

9 respnsabilité de la cmmune, en tant que gestinnaire des écles et des activités périsclaires. L un des premiers enjeux est dnc bien de réunir la crdinatin de l ensemble des acteurs cnstituant l équipe d animatin et d éducatin, à savir les enseignants, les ATSEM, les animateurs, les éducateurs sprtifs u dumistes, les assciatins et de favriser l émergence d une culture partagée. Pur que les TAP ne s apparentent pas à de la garderie, ils divent s inscrire dans une lgique de cntinuité éducative pur devenir des temps éducatifs à part entière, dnt le cntenu dit être élabré par tutes les parties prenantes. A cette fin, les enseignants devraient être pleinement assciés à la démarche pur favriser la chérence des interventins entre temps sclaire et périsclaire. Pur favriser cette culture partagée, des leviers existent, dnt la mise en place des espaces de travail cmmuns et de temps de frmatin cmmuns. Le scle cmmun de cnnaissances, cmpétences et culture peut cnstituer un autre levier au sens ù il peut être une base sur laquelle les acteurs éducatifs peuvent dialguer. (savir être, savir-faire) Enfin, la mise en œuvre des APC est une ccasin pur installer cncrètement des temps périsclaires partagés entre enseignants et acteurs éducatifs. 2) qui nécessitera une évaluatin cmplète de l impact ptentiel sur l activité des acteurs Parallèlement, la disparitin d une matinée pur l rganisatin d activités extrasclaires le mercredi u le samedi matin va entraîner un impact frt pur les cmmunes et pur les acteurs assciatifs : les premières risquent d être cnfrntées à des mises à dispsitin des équipements et de leurs créneaux d utilisatin, en raisn de la refnte des plannings d ccupatin et à une mdificatin sensible de la fréquentatin de certains services cmme les Accueils Cllectifs de Mineurs. De même les assciatins et clubs devrnt recentrer le scle des activités qu elles snt en mesure de prpser sur les nuveaux temps libérés : le sir, après l écle u en jurnée sur les temps libérés, si cela est pssible. Pur garantir la chérence des slutins qui sernt retenues et qui purrnt être mises en œuvre par chacun des acteurs, une élabratin cncertée du prjet éducatif s impse. C est une étape stratégique pur la mise en œuvre de la réfrme et des cntenus éducatifs. Des temps éducatifs de qualité 1) La définitin de parcurs éducatifs La ntin de parcurs cntinus éducatifs renvie aux diverses acquisitins et cmpétences inscrites dans le scle cmmun, aux besins différenciés des enfants et à l attentin que l n dit prter cllectivement et individuellement à ces dnnées. Ceci étant, le cntenu des parcurs éducatifs, et dnc des temps éducatifs, dnt fait partie celui de la pause méridienne, est un des sujets les plus fndamentaux dans la réfrme des rythmes, car si l allngement du rythme éducatif implique le dévelppement d activités artistiques, créatives u sprtives, sur les temps du midi et de l après écle, il faut que ces temps aient une prtée et une nuvelle frme éducative qui permet de faciliter la cmplémentarité. Si les persnnels ne snt pas qualifiés et n nt pas de myens, cette 9

10 réfrme sera perçue par les enseignants et parents cmme une étape de la dévalrisatin supplémentaire de l écle. Par cntre, si le temps éducatif est repensé avec ambitin et inspiratin et favrise l innvatin, la réfrme prendra tut sn sens. Ceci suppse au-delà des prblèmes de financement qui snt cnséquents, une réflexin de fnd sur la participatin des territires au prjet éducatif et sur le déclisnnement des acteurs éducatifs, enseignants, persnnels municipaux, parents, assciatins, etc. Les circulaires vnt en ce sens puisqu elles parlent de nécessité de «cntinuité éducative» entre les prjets des écles et les activités prpsées sur les temps périsclaires et de «synergie entre les acteurs» u encre lrsqu elles décrivent le PEDT cmme un cadre de cllabratin rassemblant l Educatin natinale, le Ministère des sprts, jeunesse, éducatin ppulaire, la vie assciative et les autres administratins, etc. La cnfirmatin et même l extensin dans la li de refndatin de l écle de la ntin de scle cmmun à la questin culturelle, mettent l ensemble des acteurs éducatifs en situatin d enrichir les parcurs individuels et cllectifs, qui mettrnt enfants et adlescents dans les situatins d apprentissage, de savir-faire et de savir être requis pur la réussite sclaire et éducative de tus. Ce n est dnc pas tant le rythme sclaire qui est en jeu dans le débat actuel, que l impérieuse nécessité d une réflexin sur ce nuveau temps éducatif engendré par l allngement des charges qutidiennes de l enseignement bligatire. C est le sujet du cntenu et des mdalités de mise en place des TAP qui est le lieu de questinnement cmmun de tus les acteurs cncernés. On le retruve dans les cllectivités lrsqu elles mettent l accent sur de nuvelles charges qui leur incmbernt que ce sit en myens u en cntenus d activités : - à l Educatin Natinale qui se questinne sur les mdes de cllabratin avec les villes, - chez les parents qui s inquiètent du cntenu et de la qualité de ces nuveaux temps éducatifs. 2) l articulatin des temps Une des annexes de la circulaire prtant sur les PEDT définit les temps périsclaires : «Le temps périsclaire est cnstitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est prpsé aux enfants sclarisés. L aménagement des différents temps Le PEG dit permettre une articulatin entre les différents temps (sclaire, péri et extra sclaire) en précisant la cmplémentarité et l interactin, mais aussi les spécificités dans le respect des rythmes de vie et des besins et des jeunes. Il dit aussi apprter une répnse de qualité aux questins d rganisatin du temps et de la vie familiale. A suligner, la circulaire du 24 mars précise que l articulatin dit se faire nn seulement entre les temps, mais entre les prjets d éducatin culturelle et artistique, mis en œuvre sur le temps sclaire, de même que les prjets cnçus sur le temps extrasclaire ntamment en matière d ffre d activités physiques et sprtives. 10

11 11 3) la nécessité d un vlet «frmatin» dans le prjet éducatif De cette réfrme est naît alrs un immense besin de frmatin des persnnels des Cllectivités Territriales. Tus ces animateurs ccasinnels qui vnt en effet être recrutés n aurnt ni le temps, ni le besin de passer BAFA u BAFD. L urgence et les myens financiers mbilisables cnduisent au dévelppement de la filière VAE/CQP (certificat de qualificatin prfessinnelle). Il est indispensable de cnstruire de nuvelles répnses de service public en la matière, avec une mbilisatin priritaire du CNFPT. Une frmatin puvant répndre au statut de la Fnctin Publique Territriale relevant de la filière animatin, la réglementatin de la DDJSCS relative aux frmatins BAFA et BAFD, aujurd hui demandées par les textes d encadrement et aussi, par vie de cnséquence, les financements de la CAF. Nus cnsidérns que nus smmes dans un autre champ d interventin et de cmpétence relevant d une spécificité de l animatin périsclaire autre que l encadrement des centres de vacances u des ALSH. Cela veut dire que nus devns nus pser la questin d une réfrme sur ces frmatins, vire à les faire évluer avec ces nuvelles dnnées. En effet, il y aura une demande de pérennisatin de ces pstes plus qualifiés à frmer, à intégrer. La situatin est très imprtante et prblématique pur les villes de frmer en masse tus les agents qui snt en pstes précaires et relevant parfis de situatin sciale vers une qualificatin plus exigeante. Certaines villes n nt pas de vivier d agents suffisamment qualifiés dans ces secteurs. La frmatin cntinue de tus les animateurs sera enfin un élément incnturnable pur enrichir les prjets éducatifs territriaux. Ainsi des mdules thématiques, réunissant animateurs, ATSEM, et enseignants peuvent cntribuer à la cnstructin d une culture partagée sur les temps de pause méridienne et la restauratin sclaire, sur la relatin aux parents, sur la mise en œuvre des Activités Pédaggiques Cmplémentaires (APC) articulées aux temps périsclaires, etc. Ces démarches de prfessinnalisatin n excluent pas l interventin de bénévles qui sera d autant plus facile d autant qu une fnctin de crdinatin sera effectivement assurée. Cmpléments : Sur le terrain le cnstat est fait qu il faut du temps pur que les chses se mettent en place. Nus smmes bien dans une péride d ajustement nécessité de prendre de la distance et ne pas ublier qu enfin les enfants purrnt pratiquer des activités qu ils ne puvaient faire auparavant. Nus retruvns des parents investis dans l éducatin de leurs enfants et très en demande d activités qui cntribueraient à la réussite de leurs enfants. L infrmatin et la cmmunicatin snt essentielles au dévelppement du prjet et à sa mise en œuvre car les temps ainsi cnstruits (avec parcurs éducatifs et/u activités cnstruites u «libres») ne cntribueraient peut être pas à lutter cntre les inégalités de territires mais purraient ainsi participer à l épanuissement et au bien-être des enfants à l écle et, par ricchet, à leur réussite éducative. Une attentin particulière dit également être apprtée aux enfants prteurs de handicaps et/u en CLIS et qui bénéficient d une AVSI sur le temps sclaire, mais pas sur le temps périsclaire.

12 12 Il cnvient d être vigilant aux territires ruraux qui, du fait d un éparpillement gégraphique, d une rganisatin administrative suvent cmplexe et de ressurces parfis faibles en termes humain cmme de lcaux, rencntrent des difficultés de mise en œuvre en raisn d une pressin frte liée aux cntenus et aux activités ellesmêmes. Cnclusin : Le drit à l innvatin et à l expérimentatin pur les territires dit prendre sens et être partagé entre persnnel de l Educatin natinale et acteurs lcaux. Deux enjeux aujurd hui : 1) cmment éviter que le temps libéré sit une surce d inégalité? 2) nus smmes bien dans une nuvelle cnceptin de l éducatin ù les ntins de cmplémentarité des temps, cntinuité, chérence et articulatin prennent sens. Les leviers existent Le génie du lcal sera le cmplément nécessaire du prjet natinal. Nvembre 2013

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive»

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive» VERSION au 09 01 2014 Prjet du CNOSF pur le sprt français Une ambitin : «Passer d une natin de sprtifs à une natin sprtive» Une clé : «Rénver le mdèle sprtif français» Faire du sprt un élément central

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET OBJET : La fédératin départementale Sarthe Nature Envirnnement (SNE) suhaite dévelpper un site Internet. Celui-ci ayant pur but de diffuser du cntenu rganisé. Ce

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Règlement du concours de POCKET FILM organisé par le Département de la Haute-Vienne

Règlement du concours de POCKET FILM organisé par le Département de la Haute-Vienne Règlement du cncurs de POCKET FILM rganisé par le Département de la Haute-Vienne Article 1: OBJET DU CONCOURS Le Département de la Haute-Vienne rganise un cncurs de POCKET FILM sur le thème «Hérs/hérïnes»

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE»

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» «Enrichir l Organisatin par les Hmmes» CYCLE CYCLE : Le management de prjet «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» METHODOLOGIE ET OUTILS PRATIQUES EN GESTION DE PROJET Du 27 juin au

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAIRIE DE BP 9 33611 CESTAS CEDEX www.mairie-cestas.fr Tel : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 PROCEDURE ADAPTEE (Article 28 du Cde des Marchés Publics) MAINTENANCE ET ASSISTANCE INFORMATIQUE DES SYSTEMES

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Coopération, rapprochement et fusions entre associations : quels enjeux et quelles pratiques?

Coopération, rapprochement et fusions entre associations : quels enjeux et quelles pratiques? Cpératin, rapprchement et fusins entre assciatins : quels enjeux et quelles pratiques? Cnférence-débat rganisée le 9 décembre 2013 au Palais du Luxemburg LES INTERVENANTS Flrence Bnnerue, Directrice générale

Plus en détail

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État La Directin Interministérielle des Systèmes d Infrmatin et de Cmmunicatin en cllabratin avec le Service des Achats de l État Demande d Infrmatin : Slutin de messagerie et utils cllabratifs pur l État 1

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique Agence d ingénierie et de services pur entreprendre autrement Réfrme des financements de l Insertin par l Activité Ecnmique LES ORIGINES DE LA REFORME DES FINANCEMENTS Le secteur de l IAE en quelques chiffres

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises»

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises» APPEL A PROJETS «Sutien aux structures d aide à la maturatin de prjets innvants en vue de la créatin d entreprises» Date d uverture : 7 mars 2014 Date limite de dépôt : 12 mai 2014 16h00 Validatin des

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant,

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant, REPUBLIQUE FRANÇAISE -------------------------- DEPARTEMENT LANDES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YCHOUX NOMBRE DE MEMBRES Afférents au Cnseil Municipal En exercice

Plus en détail

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou Qualité et équité de l éducatin biculturelle du département de Pun Péru 1. Lcalisatin Le prjet se dérule dans les villes de Pun et Azangar, sur les rives du lac Titicaca, dans le département de Pun, au

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

Secteur Sanitaire et Social : les usagers

Secteur Sanitaire et Social : les usagers Assciatin li 1901 12, rue Chabanais 75002 PARIS Tél.: 01.42.61.32.46 Fax : 01.42.61.32.45 Email: cntact@axefrmatininsertin.cm www.axefrmatininsertin.cm Secteur Sanitaire et Scial : les usagers Vs cntacts

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

«NAVIGUER SUR INTERNET v 2» Support de formation tutoré «Réponses aux remarques les plus souvent posées»

«NAVIGUER SUR INTERNET v 2» Support de formation tutoré «Réponses aux remarques les plus souvent posées» Avec l expérimentatin de NSIv2, nus avns reçu beaucup de remarques cncernant le dcument initial. Beaucup nt été prises en cmpte et intégrées. Pur les autres remarques, nus avns pris le parti d en faire

Plus en détail

L évaluation L évaluation externe Questions Questions / / réponses

L évaluation L évaluation externe Questions Questions / / réponses L évaluatin L évaluatin externe externe uestins uestins / / répnses répnses Les symbles utilisés dans le texte : 1.1 1.1 Les questins snt classées par thème et snt numértées dans le thème. Face à ce symble,

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE?

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? Plusieurs d entre vus se snt plaints du fait que, malgré le fait qu ils sient nn vlntaires pur participer à la permanence

Plus en détail

Formation Référencement / SEO e-commerce

Formation Référencement / SEO e-commerce Page 1 sur 5 28 bd Pissnnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 cntact@ecmmerce-academy.fr http://www.ecmmerce-academy.fr/ Frmatin Référencement / SEO e-cmmerce Optimisez et amélirer vtre visibilité

Plus en détail

Sessions préparation à la retraite Formule Express 1 journée

Sessions préparation à la retraite Formule Express 1 journée OFFRE DE SERVICES Sessins préparatin à la retraite Frmule Express 1 jurnée SÉMINAIRES Par Cégep Marie-Victrin, Centre de services aux entreprises Mnsieur Jean Perrn, cnseiller en frmatin 767, rue Bélanger

Plus en détail

UN SPORT POUR TOUS UN PARI REUSSI

UN SPORT POUR TOUS UN PARI REUSSI LE PROJET DEPARTEMENTAL Nuveau Plan de Dévelppement du Cmité Départemental Handisprt 62 2014 2017 UN SPORT POUR TOUS UN PARI REUSSI 1 UN SPORT POUR TOUS UN PARI REUSSI Merci de cnsacrer quelques instants

Plus en détail

REGARDS AILANCY SUR LA DISTRIBUTION BANCAIRE

REGARDS AILANCY SUR LA DISTRIBUTION BANCAIRE REGARDS AILANCY SUR LA DISTRIBUTION BANCAIRE Quels rôles des CRC au service d une distributin multi-canal? Etude du cabinet Ailancy Mai 2011 EN PREAMBULE 2 Ailancy est un jeune cabinet de cnseil en rganisatin

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

9 DECEMBRE 2008. La réunion d ouverture s est tenue devant une assistance estimée à 50 personnes.

9 DECEMBRE 2008. La réunion d ouverture s est tenue devant une assistance estimée à 50 personnes. 1 CONCERTATION SUR LE PROLONGEMENT DU T1 DE NOISY-LE-SEC A VAL DE FONTENAY COMPTE RENDU SYNTHETIQUE REUNION DE FONTENAY SOUS BOIS 9 DECEMBRE 2008 La réunin d uverture s est tenue devant une assistance

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

DM/Administrator fonctionne sans agents d administration spécifiques sur les contrôleurs de domaines.

DM/Administrator fonctionne sans agents d administration spécifiques sur les contrôleurs de domaines. FastLane DM/Administratr ffre enfin la pssibilité de déléguer les drits d administratin à l intérieur d un dmaine u au travers de plusieurs dmaines. Dm/Administratr permet aux administrateurs Windws NT

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI TEMPORAIRES

OFFRE D EMPLOI TEMPORAIRES i. OFFRE D EMPLOI TEMPORAIRES L Agence Natinale Pur l Empli (ANPE) recrute pur le cmpte de la Cmmissin Electrale Natinale Indépendante (CENI), dans le cadre de la prchaine électin présidentielle, au titre

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Logiciel de gestion des inscriptions en CPGE

Logiciel de gestion des inscriptions en CPGE Admissin CPGE Lgiciel de gestin des inscriptins en CPGE La réfrme du mde de recrutement en classes préparatires aux Grandes Écles intervenu en 2003 a prfndément mdifié la gestin par les établissements

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION La cmmissin s est bien tenue le 3 mars 2010 à la brasserie Fl située dans la Gare de l Est. La cmmissin a cmmencé avec 10 minutes d avance, tus les membres de

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique Agence d ingénierie et de services pur entreprendre autrement Réfrme des financements de l Insertin par l Activité Ecnmique REFORME DES FINANCEMENTS DE L INSERTION PAR L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE 1 Les rigines

Plus en détail

Sommaire. - Le communiqué de presse des «24 Heures pour l Emploi» - Les exposants des «24 Heures pour l Emploi»

Sommaire. - Le communiqué de presse des «24 Heures pour l Emploi» - Les exposants des «24 Heures pour l Emploi» Smmaire 2 p.3 p.4 p.5 p.6-7-8 p.9 - Le cmmuniqué de presse des «24 Heures pur l Empli» - Les expsants des «24 Heures pur l Empli» - Le site dédié à l événement - Le témignage de tris expsants Karine LEROUX

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET Tentez de gagner une tablette tactile

REGLEMENT COMPLET Tentez de gagner une tablette tactile ARTICLE 1 Sciété rganisatrice REGLEMENT COMPLET Tentez de gagner une tablette tactile UNILEVER FRANCE, Sciété par actins simplifiée au capital de 28 317 129, immatriculée au Registre du Cmmerce et des

Plus en détail

Je suis capable tout seul!

Je suis capable tout seul! Je suis capable tut seul! Cette vignette vise à faire décuvrir aux parents (et autres membres significatifs de l enturage) cmment favriser l autnmie de leur enfant dans tutes les sphères de sn qutidien.

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014 Utilisatin de RAMSIS dans la cnceptin autmbile Lisa Denninger Apprts et Limites des Mannequins Virtuels 18 Nvembre 2014 Préambule Prise en cmpte de l ergnmie dans la cnceptin autmbile Les marques Peuget,

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

CIME OFFRE DE FORMATION 2006 CIME

CIME OFFRE DE FORMATION 2006 CIME CIME OFFRE DE FORMATION 2006 CIME - Cmité d'infrmatin et de Mbilisatin pur l'empli 2, square Trudaine 75009 PARIS France Tél. : 01 55 31 90 75 Fax ; 01 49 70 02 55 curriel : cime@cime.ass.fr Sites Internet

Plus en détail

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement CENTRE e-learning HES-SO CYBERLEARN COURS MOODLE SUPPORT DE TRAVAIL Pur prfesseur-es et assistant-es d'enseignement Sndages et tests : rendez vs curs Mdle interactifs! HES-SO 2010 Team Cyberlearn Table

Plus en détail

Mon offre de conseil

Mon offre de conseil Rmain SIMONIN Cnsultant Digital Mn ffre de cnseil @rmain_simnin www.rmainsimnin.fr CONSEIL EN MARKETING DIGITAL Des missins adaptées à différents types de prjets 1 2 3 Scial Media Optimisatin Audit scial

Plus en détail

ENREGISTEUR NUMERIQUE USB Guide utilisateur

ENREGISTEUR NUMERIQUE USB Guide utilisateur Intrductin La netbx HD ffre désrmais la fnctinnalité d Enregistreur Numérique USB (PVR-USB) vus permettant : D enregistrer directement sur vtre disque USB les prgrammes TNT u TNT-HD reçu par vtre netbx

Plus en détail

Une idée + une formation + un accompagnement = une entreprise. Josée Biron, directrice CPED-CSDL Isabelle Fontaine, enseignante CPED-CSDL 30 mai 2014

Une idée + une formation + un accompagnement = une entreprise. Josée Biron, directrice CPED-CSDL Isabelle Fontaine, enseignante CPED-CSDL 30 mai 2014 Une idée + une frmatin + un accmpagnement = une entreprise Jsée Birn, directrice CPED-CSDL Isabelle Fntaine, enseignante CPED-CSDL 30 mai 2014 Vue d ensemble du prjet Mdificatin de l ffre de service Mieux

Plus en détail

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9 2013 Infirmière clinicienne spécialisée : éléments de cadrage pur les missins, la frmatin et l empli [Tapez le cntenu encadré. Un encadré est un supplément autnme dans le dcument principal. Il est suvent

Plus en détail

FIELD MANAGER V3, la solution dédiée aux métiers du multiservice

FIELD MANAGER V3, la solution dédiée aux métiers du multiservice FIELD MANAGER V3, la slutin dédiée aux métiers du multiservice Les 4 bénéfices Un retur sur investissement garanti grâce à un mdèle écnmique adapté à vtre vlume d activité Une augmentatin de la satisfactin

Plus en détail

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au sins de premier recurs Article 18 : Généralisatin du tiers-payant Cmmuniqué du Ministère Purqui le Guvernement prend-il cette mesure? De nmbreux Français renncent

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Devenir des anciens étudiants de BTS SP3S

Devenir des anciens étudiants de BTS SP3S Devenir des anciens étudiants de BTS SP3S Rapprt d enquête 91 93 Bulevard Lén Blum BP 979 25 022 BESANÇON CEDEX Tél : 03 81 54 77 77 Fax : 03 8154 77 88 www.lyceepergaud.fr Enquête réalisée par les étudiants

Plus en détail

Les stratégies de Backup dans WSS V3

Les stratégies de Backup dans WSS V3 Les stratégies de Backup dans WSS V3 Quelles snt les différentes slutins de BackUp Nus avns vu au travers des précédents articles différents sujets pur Windws SharePint Services V3. Il nus faut maintenant

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013 COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013 12 membres présents, 22 puvirs = 34, qurum atteint. Secrétaire de séance : Jactte Ordre du jur : 1. Rapprt mral 2. Rapprt Financier 3. Pièces

Plus en détail

E c o l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i o n a l Syllabus des enseignements

E c o l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i o n a l Syllabus des enseignements E c l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i n a l Syllabus des enseignements Tuluse Business Schl EDITORIAL «Une cnventin de partenariat a été signée le 3 mai 2006 entre le Grupe ESC Tuluse et les Labratires

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Master Transprt, Lgistique Et Cmmerce Internatinal Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail