LIMITER LES PONTS THERMIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIMITER LES PONTS THERMIQUES"

Transcription

1 - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE Les pnts thermiques snt des défauts dans la cnceptin et/u dans la réalisatin de l'envelppe islante, caractérisés par une rupture lcale de sn caractère islant. En cet endrit, le flux de chaleur est dnc particulièrement dense, ce qui se traduit par des températures de surface plus basses que sur le reste de la pari. Les pnts thermiques peuvent être de deux frmes : Linéaires : lrsque la perte thermique se fait le lng d une jnctin de deux éléments du bâtiment. Par exemple, c est le cas d un pied de mur nn islé alrs que le reste du mur l est ; Pnctuels : lrsqu un mur islé est perfré par un élément avec une cnductivité thermique élevée u dans des angles de bâtiments. Par exemple, c est le cas à la jnctin entre deux murs et le sl, u au niveau d un ancrage qui traverse une pari islée. La nrme NBN EN (2008) détermine la méthdlgie de calcul des pnts thermiques. Elle nmme les pnts thermiques linéaires par la lettre ψ (W/m.K) et les pnctuels par la lettre χ (W/K). Les pnts thermiques peuvent être respnsables de nmbreux désagréments : cndensatins lcalisées, qui peuvent être à l rigine du dévelppement de champignns, d incnfrt, de surcnsmmatin de chauffage, etc. Le risque de cndensatin au drit d un pnt thermique est dû à la cmbinaisn de deux facteurs : une température de surface de la pari trp basse et une humidité abslue de l'air intérieur trp élevée. Il n existe actuellement pas de réelles nrmes qui permettent d évaluer le risque de cndensatin asscié à un pnt thermique. PAGE 1 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

2 Le seul dcument recnnu est la NIT153 publiée par le CSTC en Dans celui-ci, il est précisé que, pur éviter le risque de cndensatin, n dit s assurer que le facteur de température f Rsi (anciennement d'un élément de cnstructin u d'un pnt thermique sit, en tus pints, supérieur à une certaine valeur. Le facteur de température f Rsi en un pint est la différence entre la température intérieure de surface en ce pint et la température extérieure (θ e ) lrsque la différence de température entre l'ambiance intérieure (θ i ) et l'ambiance extérieure (θ e ) du lcal est égale à 1 K pur une valeur de résistance d'échange thermique superficiel intérieur Rs i. En Belgique, une valeur R si de 0,2 m²k/w est cnsidérée pur le calcul des pnts thermiques (au lieu de R si = 0,13 m²k/w pur les murs). Les valeurs guides de la NIT 153 ne s appliquent que dans des cnditins intérieures nrmales d un lgement ; dans ce cas : f 0,20 0,7. Si le niveau d humidité relative est plus faible que dans un appartement nrmal, f 0,20 peut être plutôt 0,6 0,65. Dans le cas cntraire (frt dégagement de vapeur), la cnditin pur ne pas avir de la cndensatin s exprimerait alrs plus sévèrement par : f 0,20 0,75 0,8 Il n est pas tujurs aisé de résudre l ensemble des pnts thermiques, particulièrement en rénvatin, lrsque l aspect extérieur et/u intérieur de la pari di(ven)t être préservé(s). L architecte devra étudier au cas par cas chaque situatin. Pur l aider, cette fiche prpse une série de détails types. En cnstructin neuve, pur éviter l apparitin de prblèmes et bénéficier d une islatin ptimale du bâtiment,,l auteur de prjet sera particulièrement attentif, tant lrs de la cnceptin que lrs du suivi de chantier. OBJECTIFS TECHNIQUES Minimum : En cnstructin neuve, garantir une cntinuité de l islatin afin de supprimer les risques de cndensatin et respecter de manière générale les exigences de la réglementatin PEB. Tutefis, au niveau des pnts thermiques en particulier, la PEB ne cntient pas encre à ce jur d exigence précise (vir plus bas). Cncrètement cela passe, entre autres, par une cnceptin et une mise en œuvre crrecte des détails d islatin, des menuiseries, etc. En rénvatin de bâtiments pas u peu islés u présentant lcalement des pnts thermiques, cela implique idéalement le chix d une islatin par l extérieur, qui permet de supprimer les pnts thermiques au drit des planchers et des murs de refend. Pur plus d infrmatins à ce prps, lire la fiche ENE11 «En rénvatin, isler les paris». Cnseillé : En cnstructin neuve, une fis la cntinuité de l islatin assurée et les risques de cndensatins réslus, ptimiser les pnts thermiques les plus cmplexes, tels que ceux aux jnctins murs dalles de sl. Ils purrnt être évités par un chix de matériaux spécifiques (bétn cellulaire u argile expansée, verre cellulaire, islants haute densité) et permettrnt de diminuer la demande de chaud. A titre indicatif, vici les valeurs cibles recmmandées en Flandre dans le cadre de la PEB (valeurs prvisires) : Détails de fenêtres et des prtes Terrasses en saillie et balcns Détails - angles extérieurs ψ e < 0,10 W/mK ψ e < 0,10 W/mK ψ e < 0,00 W/mK PAGE 2 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

3 Détails - angles intérieurs Raccrd avec la titure Clnnes en bétn dans les paris extérieures Raccrd planchers intermédiaires - façade, Raccrd murs intérieurs - façade Raccrd fndatin façade (sur sl u sur vide ventilé) ψ e < 0,15 W/mK ψ e < 0,05 W/mK ψ e < 0,05 W/mK ψ e < 0,05 W/mK ψ e < 0,05 W/mK En rénvatin, réaliser une étude spécifique de cette prblématique, incluant une recherche exhaustive des pnts thermiques existants par des utils adéquats (thermgraphie, thermmètres de surface, etc.). Les prblèmes de cndensatin devrnt être réslus. De plus, pur diminuer encre les risques de cndensatin et/u de dévelppement de misissures, n peut aussi agir au niveau de la ventilatin hygiénique, de manière à diminuer l humidité de l air ambiant. Optimum : En cnstructin neuve, veuillez à ce que les pnts thermiques deviennent négligeables c est-à-dire que tutes les valeurs y sient inférieures à 0.01W/m.K (bjectif indiqué par le manuel du lgiciel de calcul de bâtiments passifs PHPP2007). En rénvatin, en cmplément aux mesures cnseillées et/u si l islatin cmplète par l extérieur n est pas pssible, agir par l intérieur et assurer la cntinuité de l islatin. Par exemple : déslidariser les dalles et les murs de refends par rapprt aux murs extérieurs pur assurer la cntinuité de l islant au drit de ces raccrds. PAGE 3 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

4 ELEMENTS DE CHOIX ASPECTS TECHNIQUES > Cmment détecter un pnt thermique Dans un bâtiment existant, la présence d un pnt thermique peut être identifiée par des indices indirects, tels que le dévelppement de misissures lcalisées. Ce n est néanmins pas un indicateur fiable, car ces dévelppements peuvent être causés par d autres surces d humidité (par exemple infiltratin d eau lcalisée ). On préfèrera dnc des méthdes plus scientifiques et préventives, telles que la thermgraphie : phtgraphie infraruge du bâtiment en péride de chauffe Surce : une mesure des températures de paris avec un thermmètre de surface. Pur cnnaître les valeurs ψ et χ, n peut recurir à des mesures expérimentales, des lgiciels de calculs (Par exemple, les lgiciels dévelppés par Physibel : Trisc, Bisc, vltra u des lgiciels libres tels que Therm dévelppés par le LBLN) u encre, à des atlas de pnts thermiques, éventuellement éditables (par exemple Kbra u encre la base de dnnées issue du prjet Kudebrug-IDEE (tus deux libre d accès).). > Types de pnts thermiques Les figures ci-dessus illustrent les pnts thermiques les plus curants résultant d une mise en œuvre inadéquate de l islatin lrs de la cnstructin u d une rénvatin antérieure. Des pistes de réslutin snt indiquées lrsque leur mise en œuvre est praticable u «relativement facilement» : PAGE 4 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

5 Mur plein islé par l extérieur : Prblème Pistes de slutins Châssis Débrdements Passage de guttière Terrasses Pas de slutin simple. Une telle cnfiguratin dit, en cnstructin, être réslue par l utilisatin de pièces spécifiques permettant le passage des seules armatures au travers d une pièce islante résistant à la cmpressin. Mur plein islé par l intérieur : Prblème Pistes de slutins Mur de refend Prises électriques et canalisatins PAGE 5 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

6 Prblème Pistes de slutins Châssis, linteaux et tablettes de fenêtre Dalle de fndatin Dalle d étage Mur creux : de nmbreux pnts thermiques peuvent résulter d une mauvaise mise en œuvre d une islatin dans une culisse. Ces défauts sernt en général difficiles à crriger. Le plus suvent, il sera nécessaire de passer par une islatin par l intérieur quitte à ce que celle-ci sit lcalisée. Ci-dessus, quelques exemples de mauvaises mises en œuvre d islants en murs creux, à éviter dès la cnstructin. Angle de mur, dalle de titure et dalle de plancher : exemples de mauvaises réalisatins Surce : Energie+ Linteau, tablette de fenêtre, dalle sur cave u vide ventilé, dalle de terrasse : exemples de mauvaises réalisatins Surce : Energie+ PAGE 6 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

7 ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX > Impact sur la cnsmmatin d énergie Pur un bâtiment myennement islé, la perte de chaleur attribuable aux pnts thermiques peut cnstituer 10 % des déperditins ttales. Plus le bâtiment est islé, plus les défauts d'islatin induisent des déperditins relatives imprtantes, qui peuvent représenter jusqu à 25 % du ttal. Ces prprtins cnstituent cependant des cas assez extrêmes. A titre d illustratin, l exemple ci-dessus mntre l impact du dispsitif d ancrage sur la perfrmance thermique d une pari cmpsée d un mur en bétn et de 10cm de laine minérale (λ = 0,030 W/mK). Sans structure prtante, le U de la pari est de 0,26 W/m²K. Pur une ssature métallique sans cupure thermique, qui cnstitue un pnt thermique, le U est de 0,40 W/m²K sit une augmentatin de 50%. U=0.26 W/m²K sans structure métallique U = 0,32 W/m²K structure métallique thermique U = 0,40 W/m²K avec structure métallique sans cupure thermique > Impact sur la santé En créant des pints frids, les pnts thermiques snt des znes prpices à la cndensatin de l humidité intérieure. Or, les misissures se dévelppent sur les znes ù peuvent se prduire la cndensatin. Ces misissures peuvent être inesthétiques et présenter également un risque sanitaire (asthme, etc.). Elles dégradent également tus les états de surface (peintures, plafnnage) et mettent particulièrement à mal les cnstructins en bis. > Impact sur le cnfrt Les surfaces à prximité des pnts thermiques se caractérisent par une température de surface inférieure à la température myenne des paris. Cela peut engendrer une sensatin de pari fride. Les pnts thermiques snt dnc une surce d incnfrt thermique. ASPECTS ECONOMIQUES Le matériel de thermgraphie (caméra infraruge) est très néreux et sn achat ne peut être envisagé que par une sciété spécialisée. De plus en plus, des telles sciétés prpsent la réalisatin d audits incluant la thermgraphie. La banque de dnnée «prduits de cnstructin» cnsultable sur le site Internet du CSTC en répertrie certaines, sus le mt clef «thermgraphie». Un rdre de grandeur de cût HTVA est de 500 pur une maisn mityenne et pur une villa 4 façades. Une prime pur thermgraphies existe en Régin Bruxelles Capitale : En cnstructin neuve, la réslutin des pnts thermiques ne demande généralement pas de surcût, si ce n est lcalement l utilisatin de matériaux islants résistants à la cmpressin, par exemple du verre cellulaire (prix indicatif : envirn 6 /m²/centimètre d islant). PAGE 7 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

8 Exemple de phtgraphie infraruge : le pnt thermique au drit du plancher apparaît clairement. Surce : Hffmann et Dupnt sprl (www.ec-energie.be) ARBITRAGE > Tlérer des pnts thermiques? Il est essentiel d éviter les pnts thermiques qui entrainent de la cndensatin lcalisée (avec dévelppement de misissures) car il est primrdial d assurer la qualité de l air des espaces intérieurs. La présence d un revêtement intérieur imperméable et facile à nettyer (une céramique cllée sans jints par exemple) limitera ces désagréments mais il ne s agit là que d une slutin intérimaire. Ensuite, il est cnseillé de limiter les pnts thermiques au maximum afin de réduire les pertes thermiques cmplémentaires à celles impliquées par les paris et la ventilatin. Le degré de réslutin des pnts thermiques dépendra de l ambitin que le maitre d uvrage et/u la réglementatin impsera. DANS LA PRATIQUE Des mesures divent être prises aux différentes phases de dévelppement et de réalisatin du prjet : PROGRAMMATION > Rénvatin Réaliser une thermgraphie infraruge pur identifier les faiblesses de la pari. Celle-ci ne peut cependant se faire que si les écarts de températures entre l intérieur et l extérieur snt suffisants. Elles ne sernt dnc pas pssibles durant les mis chauds de l année. ESQUISSE > Cnstructin Privilégier une frme simple. Les avancées architecturales, balcns, intersectins de multiples titures, etc. snt autant de pints délicats qu il s agit de maîtriser. Pur les terrasses, privilégier des structures prtantes externes. AVANT-PROJET > Rénvatin On privilégiera les islatins par l extérieur, pur éviter les pnts thermiques au drit des murs de refend et en tête de plancher. En cas d islatin par l intérieur, n sera particulièrement attentif au traitement des murs de refends et planchers intermédiaires. Suvent, une prlngatin de l islatin sur ces paris sera nécessaire au mins pur éviter la cndensatin. Des détails types snt présentés plus haut dans cette fiche. Exemple : revêtement manchn islant : PAGE 8 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

9 Si un pnt thermique ne peut être évité, n assurera au minimum un bn niveau de ventilatin. > Cnstructin Le bâtiment sera cnçu de manière à garantir une cntinuité parfaite de l islatin, en faisant particulièrement attentin aux terrasses, débrds, gémétries cmplexes, etc. les fenêtres et prtes sernt situées dans le plan de l islant, pur éviter les pnts thermiques au drit des châssis. Tutes les jnctins de murs, dalles de sl et titures fernt l bjet de détails techniques signés. Des exemples de détails types snt présentés dans la littérature (cfr. Bibligraphie). PROJET D EXECUTION, DOSSIER POUR LE PERMIS D URBANISME > Cnstructin et rénvatin Le cahier des charges exigera la réalisatin des jnctins d islatins cnfrmément aux plans. Dans la prpsitin PEB requise dans le cadre de la réglementatin PEB, le fait qu il faille calculer la valeur K implique de tenir cmpte des pnts thermiques. Or, à ce jur, il n y a pas encre d exigence précise cncernant les limitatins de pnts thermiques elles-mêmes. Néanmins, il reste pssible de prendre en cnsidératin la présence des pnts thermiques identifiés, sur base vlntaire, dans l évaluatin du cefficient de déperditin de chaleur à travers les paris de l envelppe, via la déterminatin de leur lngueur et de leur cefficient de déperditin linéique u pnctuel. L impact des pnts thermiques sur le cefficient de déperditin des paris dit alrs être calculé (AG21/12/07 annexe V) cmme suit : PAGE 9 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

10 Sit via un calcul infrmatique bi u tridimensinnel validé des cefficients de déperditins linéiques u pnctuels, cnfrme aux nrmes NBN EN ISO et NBN EN ISO et 2 Sit via des valeurs apprchées des cefficients de déperditins linéiques u pnctuels sur base des tableaux de NBN EN ISO Sit via des valeurs frfaitaires des cefficients de déperditins linéiques u pnctuels pur chaque pnt thermique identifié, établies par les puvirs publics (nn cnnues à ce jur) Sit via une valeur frfaitaire glbale établie par les puvirs publics : le cefficient de déperditin de chaleur par transmissin à travers les paris est augmenté de la valeur U b *Σ n i=1 A i ù : U b (W/m²K) est déterminé en fnctin de la cmpacité vlumique (définie par NEN B62-301) seln la relatin : Si C=<1, U b =0.1 Si 1<C=<4, U b =0.1*(C+2)/3 Si 4<C, U b =0.2 A i est la surface de déperditin de l unité PEB C est également à ce stade du prjet que ce traitent les détails d exécutin. Différentes banques de dnnées de détails types existent et snt référencés dans cette fiche. Ci-dessus, un exemple de réalisatin du raccrd entre les châssis et les murs : y=+/-0 W/mK : Psitin crrecte d un châssis de fenêtre dans le plan de l islatin (slutin à privilégier) y=+/-0.05 W/mK : valeur encre acceptable (slutin mins perfrmante que ci-dessus) Surce manuel PHPP2007 SUIVI ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX > Cnstructin Un cntrôle attentif de la réalisatin de tus les détails sera réalisé sur le chantier. PAGE 10 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

11 L architecte veillera à un partage précis des tâches dans le cahier des charges. Par exemple, le rôle du cuvreur, du charpentier et du maçn sernt bien spécifiés pur la réalisatin des détails de liaisn mur-titure. Exemple de jnctin mal réalisée (interruptin d islatin entre la titure et les panneaux du mur creux) et de mauvaise mise en œuvre des panneaux d islatin En fin de grs œuvre, il peut être utile de réaliser une thermgraphie, afin de repérer des éventuels détails mal exécutés u mal cnçus et de puvir éventuellement encre y remédier.. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES AUTRES ELEMENTS A GARDER A L ESPRIT Vici une liste de fiches dnt les thématiques crisent celles des pnts thermiques : ENE04 - Cnstruire un bâtiment bien islé ENE11 - En rénvatin, isler les paris CSS07 - Assurer la qualité de l air des lcaux BIBLIOGRAPHIE Publicatins incluant des détails types F.Simn, JM.Hauglustaine, L islatin thermique des façades à structure bis Guide pratique pur les architectes, Ministère de la Régin Wallnne, Janvier F.Simn, JM.Hauglustaine, La rénvatin et l énergie Guide pratique pur les architectes, Ministère de la Régin Wallnne, Avril Energie+ : JM. Hauglustaine, Pur une améliratin de la perfrmance énergétique des lgements neufs - brchure technique pur architectes et entreprises, actin «Cnstruire avec l énergie.. naturellement», Ministère de la Régin Wallnne, Série des Brchures techniques, publiés par le Ministère de la Régin Wallnne. Cmmande en ligne sur le site Infrmatins sur la thermgraphie infraruge C.Delmtte, P.Devisscher, La thermgraphie infraruge : quelles applicatins pur le bâtiment? (Bn à savir).cstc revue 1998/2 Outil d évaluatin du risque de cndensatin sur une pari : Energie+ : répertire Façades / Calculs Répertires de pnts thermiques : KOBRA : tware Kudebrug-IDEE : dges&niv01=epb_accepted PAGE 11 SUR 11 LIMITER LES PONTS THERMIQUES JUILLET 2010

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT

ASSURER UNE BONNE ETANCHEITE A L AIR DU BATIMENT Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2 OLIDITE FACADE OSSATURE BOIS SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX DE LA JUSTIFICATION DE LA RESISTANCE MECANIQUE ET DE LA STABILITE... 2 2. ACTIONS DES CHARGES PERMANENTES... 2... 2... 2 3. ACTIONS DU VENT...

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12 HERMIQUE SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX... 2 A. CONTEXTE ET OBJECTIF GENERAL... 2 B. GRANDEURS THERMIQUES... 2 C. LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE... 6 2. REGLEMENTATION EN

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE

REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE - - REDEFINIR LA NOTION DE CONFORT THERMIQUE Interrger sn cmprtement vis-à-vis des installatins de chauffage et de refridissement. PRINCIPES Le cnfrt thermique est prbablement l'un des éléments venant

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 Versin en date du 27 mars 2014 Smmaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 1. Objectifs... 4 2. Descriptin de l Audit énergétique... 4 3. Mdalités

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

Rapport d expertise. Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy, ooo, rrr. Düdingen, 4 mars 2013

Rapport d expertise. Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy, ooo, rrr. Düdingen, 4 mars 2013 Rapprt d expertise Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy,, rrr. Mandants : XXX SA Auteur du rapprt : Gilbert Bielmann, Architecte SIA/UTS-SE Expert judiciaire certifié SEC, ISO17024/ SEC 01.1

Plus en détail

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE»

TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» REGLEMENT TROPHEE BETON, «LIBERTE DE L'ESPACE» Le «Trphée bétn, liberté de l espace», rganisé par les assciatins Bétcib, Cimbétn et la Fndatin Ecle Française du Bétn a pur but de révéler les jeunes diplômés

Plus en détail

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX

Évaluation des ATEX. Mise à jour avril 2006. Page 1 sur 6. La réglementation ATEX / Détermination des ATEX Mise à jur avril 2006 Évaluatin des ATEX La réglementatin ATEX / Déterminatin des ATEX 1 Rappel Réglementaire Directive 1999/92/CE du Parlement Eurpéen et du Cnseil du 16 décembre 1999 cncernant les prescriptins

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Instructions aux auteurs pour la soumission d articles

Instructions aux auteurs pour la soumission d articles Instructins aux auteurs pur la sumissin d articles Généralités Cmment sumettre un manuscrit Préparatin du manuscrit Illustratins Généralités Auteurs: le RIHA Jurnal invite les chercheurs à prpser leurs

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA.

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA. Prduits cncernés : - Sage 30 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures - Sage 100 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures Sujet mis en avant : Cmment gérer la TVA à 7% en cmptabilité

Plus en détail

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008 Prpriétés s acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Suzel Balez L5C 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et crrectin acustique

Plus en détail

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffer, distribuer et puiser de l eau chaude sanitaire en tenant cmpte

Plus en détail

Demande de Certification

Demande de Certification Demande de Certificatin Adressé e à PRESTATERRE ZAC des Rmains 1 rute de la Salle BP 29044 74991 Annecy Cedex 9 PAGE 1! /! 5 I. NATURE DU CERTIFICAT DEMANDÉ Attentin : Dans le cas ù il y aurait plusieurs

Plus en détail

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE - - ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE Chisir des matériaux lurds et les laisser en cntact direct avec l ambiance du lcal, pur dispser d un tampn thermique imprtant. PRINCIPES DEMARCHE Pur assurer le

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

Chap II : La gestion de stock

Chap II : La gestion de stock www.lgistiquetn.me.ma Chap II : La gestin de stck I. Les pératins de la gestin du stck : La gestin du stck d une entreprise dit être réalisée avec sin pur être capable en permanence de cnnaitre l état

Plus en détail

MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE. Profession : ingénieur civil

MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE. Profession : ingénieur civil Directin exécutire Fiche de descriptin prfessinnelle Directin des Affaires du dévelppement internatinal MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE Prfessin : ingénieur civil Renseignements cncertants

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Lot n 2 : CARRELAGE ET FAÏENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des Clauses Techniques Particulières Lt n 2 : CARRELAGE

Plus en détail

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD)

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD) Chap.5 Instruments d ptique (Curs - TD) 1. Mdèle ptique de l eil 1.1. Quelques éléments d anatmie de l eil 1.2. Phénmène d accmmdatin 1.3. Défauts de l eil 1.4. Taille apparente d un bjet vu par l eil

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois Deux nuveaux arrêtés prtant sur la sécurité incendie dans les établissements recevant du public, l un sur les aménagements intérieurs, l autre sur la prpagatin du feu par les façades, nt quelque peu mdifié

Plus en détail

Inscription au registre du Commerce de _sous le n _ Immatriculation à l INSEE sous le n désigné(e) dans ce qui suit sous le vocable «le titulaire»

Inscription au registre du Commerce de _sous le n _ Immatriculation à l INSEE sous le n désigné(e) dans ce qui suit sous le vocable «le titulaire» MAPA PI MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Passé en vertu des dispsitins de l article 146 du Cde des marchés publics (décret n 2006-975 du 1 er aût 2006 mdifié) INTITULE DU MARCHE

Plus en détail

STACKTON Mur de Soutènement BLOC-G

STACKTON Mur de Soutènement BLOC-G STACKTON Mur de Sutènement BLOC-G Directive Spécifique 1. Général : 1.1 But Les travaux tiennent cmpte de la livraisn et de l installatin des blcs mdulables pur le mur de sutènement, cnfrmément au plan

Plus en détail

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

Son unité noté N est le newton.

Son unité noté N est le newton. Statique Frces pnctuelles 1) Ntin d actin mécanique On appelle actin mécanique tutes causes susceptibles de créer pur un bjet slide(*) : Un muvement Une défrmatin u un déplacement (bjet fixe) une situatin

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Demandes d emploi en ligne

Demandes d emploi en ligne Demandes d empli en ligne La majrité des emplyeurs acceptent les demandes d empli et les curriculum vitæ en ligne et beaucup exigent que vus pstuliez en ligne. Vs demandes d empli en ligne sernt plus efficaces

Plus en détail

Guide de Déclassement. version 5.1.2

Guide de Déclassement. version 5.1.2 Guide de Déclassement versin 5.1.2 04 ctbre 2015 Table des matières 1.3.1 Gestin des archives (déclassement)... 3 1.3.1.1 Fermeture des dssiers actifs... 4 1.3.1.2 Génératin et validatin des listes de

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

ZAC METAIRIE COUËRON (44)

ZAC METAIRIE COUËRON (44) ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith 44821 ST HERBLAIN Cedex

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

Avis d attribution 1/ POUVOIR ADJUDICATEUR :

Avis d attribution 1/ POUVOIR ADJUDICATEUR : Avis d attributin 1/ POUVOIR ADJUDICATEUR : NOM, ADRESSE ET POINT(S) DE CONTACT : M. BRIDEY Jean-Jacques Député-maire Ville de Fresnes, 1 place Pierre et Marie Curie, F-94260 Fresnes. Tél. (+33) 1 49 84

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014 GT énergie et patrimine cmmunal n 8 Cmpte rendu de la réunin du 16 juin 2014 1. RAPPEL ORGANISATION ET ORDRE DU JOUR 1.1 ORGANISATION Date de la réunin 17 juin 2014 Hraire 09h30-12h00 Lieu de la réunin

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour gestion de textes

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour gestion de textes AURELIE Gestin Cmmerciale Mde d empli pur gestin de textes Table des matières 1/ But :... 2 2/ Généralités :... 2 2.1/ A qui s adresse ce manuel?... 2 2.2/ Pssibilités :... 2 2.3/ Risques :... 2 2.4/ Arbrescence

Plus en détail

6.3.1 NOTICE INFORMATIVE PIÈCE N COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU :

6.3.1 NOTICE INFORMATIVE PIÈCE N COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU : COMMUNE DE BOIS D ARCY DÉPARTEMENT DES YVELINES (78) PIÈCE N 6.3.1 NOTICE INFORMATIVE Agence Karine Ruelland architecte-urbaniste 42, rue Srbier 75020 PARIS VU POUR ÊTRE ANNEXÉ À LA DÉLIBÉRATION DU : Annexes

Plus en détail

Club informatique Mont-Bruno Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné

Club informatique Mont-Bruno Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné Club infrmatique Mnt-Brun Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné Cntenu de la séance Drpbx Le téléchargement et l installatin La sauvegarde des fichiers La récupératin des fichiers

Plus en détail

Réglementation administrative des stages en Gestion de la communication d organisation

Réglementation administrative des stages en Gestion de la communication d organisation Réglementatin administrative des stages en Gestin de la cmmunicatin d rganisatin Le stage est bligatire pur les étudiants de Master 120 : les étudiants inscrits au Master 120 snt tenus d'effectuer au minimum

Plus en détail

Chasse-débris : Nettoie la ligne de semis, évite le contact semences/débris et réduit le risque pathogène.

Chasse-débris : Nettoie la ligne de semis, évite le contact semences/débris et réduit le risque pathogène. Fiches critères de chix Les Strip Tiller Surce : fiche «la technique strip-till» PRDA Agrnmie Régin Centre Avril 2015. Rédacteur : Grupe Réginal machinisme Centre. Versin : juin 2015 Le Strip-tiller est

Plus en détail

Staffer une randonnée roller

Staffer une randonnée roller Staffer une randnnée rller Queue de rand Tête de rand Eclaireur / Vlant Directin de la rand Chef sécu 1) Les 4 rôles pssibles d un staffeur : Chef de randnnée : (chasuble jaune avec brassard) Le chef de

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Les caractéristiques. physiques

Les caractéristiques. physiques Les caractéristiques radi-électriques Anne Claire LEPAGE Enseignant-Chercheur à Télécm ParisTech Caractéristiques des antennes Il existe 2 grandes familles de caractéristiques pur une antenne utilisée

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

d un assainissement non collectif

d un assainissement non collectif Service Public d Assainissement Nn Cllectif Cmmunauté de cmmunes de Sablé-sur-Sarthe Place Raphaël Elizé BP 129 72305 Sablé-sur-Sarthe Cedex SPANC de la Cmmunauté de Cmmunes de Sablé sur Sarthe Cahier

Plus en détail

Politique d'adaptation et d'accommodement pour les examens publics

Politique d'adaptation et d'accommodement pour les examens publics Guvernement de Terre-Neuve-et-Labradr Ministère de l Éducatin Plitique d'adaptatin et d'accmmdement pur les examens publics Le guvernement de Terre-Neuve-et-Labradr recnnaît qu il est respnsable de prévir

Plus en détail

TECHNOLOGIE. TP REVIT ARCHITECTURE INTERFACE TP A Page 1 sur 5

TECHNOLOGIE. TP REVIT ARCHITECTURE INTERFACE TP A Page 1 sur 5 TP A Page 1 sur 5 L'illustratin suivante décrit les éléments principaux de l'interface utilisateur. Les étapes ci-après vus permettrnt de naviguer dans l'interface utilisateur et de vus familiariser avec

Plus en détail

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION Dans les présents règlements et tut autre règlement du CPA ST-GEORGES, la frme masculine attribuée au texte u aux fnctins est utilisée pur marquer le genre neutre et

Plus en détail

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE IV : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES Les znes «A» englbent les secteurs de la cmmune, équipés u nn, à prtéger en raisn du ptentiel agrnmique des terres agricles. Seules y sernt autrisées

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DE L AIR

ASSURER LA QUALITE DE L AIR - - ASSURER LA QUALITE DE L AIR Eviter les plluants et prévir un renuvellement d air suffisant pur assurer la qualité de l air PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dans les bâtiments est suvent mins

Plus en détail

Service de maintenance et de support

Service de maintenance et de support Service de maintenance et de supprt Entre les sussignés La sciété Intelimedia, Ci-après dénmmée (Le mainteneur) d une part, Et La sciété XXXXXXXXX, Ci-après dénmmée (Le client) d autre part, Il a été cnvenu

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Indicateurs de qualité de service fixe relatifs à la décision ARCEP N 2008-1362

Indicateurs de qualité de service fixe relatifs à la décision ARCEP N 2008-1362 Référentiel de mesures des indicateurs Indicateurs de qualité de service fixe relatifs à la décisin ARCEP N 2008-1362 V3.0 - Mise à jur du 29 avril 2011 Décisin ARCEP N 2008-1362 1 Préambule Indicateurs

Plus en détail

ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU MORBIHAN. ECOLE SAINTE MARIE PIE X 26, rue du 62 ème RI 56100 LORIENT

ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU MORBIHAN. ECOLE SAINTE MARIE PIE X 26, rue du 62 ème RI 56100 LORIENT ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU MORBIHAN ECOLE SAINTE MARIE PIE X 26, rue du 62 ème RI 56100 LORIENT LE CONTRAT DE SCOLARISATION ECOLE SAINTE MARIE PIE X Dcument à destinatin des familles de l écle Sainte Marie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CONSULTATION

REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CONSULTATION REALISATION ET CONCEPTION DU STAND PILOTE PAR ADVANCITY AU SALON POLLUTEC LYON 29 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE 2016 CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES CONSULTATION Paris, le 22 avril 2016 Table des matières Table

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2014

APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2014 Directin de l Enseignement Supérieur de la Recherche et du Transfert de Technlgie APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2014 1. CADRE GENERAL Cmme les années précédentes, la Régin attribuera

Plus en détail

Hygro Thermometer Alerte

Hygro Thermometer Alerte GUIDE DE L'UTILISATEUR Hygr Thermmeter Alerte Mdèle RH35 Intrductin Nus vus remercins d'avir sélectinné le mdèle RH35 de Extech Instruments. Cet appareil est livré après avir été entièrement testé et calibré.

Plus en détail

Physique - Chimie. Connaissances Capacités Exemples d'activités. Obtenir avec une lentille convergente l image d un objet sur un écran.

Physique - Chimie. Connaissances Capacités Exemples d'activités. Obtenir avec une lentille convergente l image d un objet sur un écran. Niveau 4 ème Physique - Chimie Dcument du prfesseur 1/ 7 LES LENTILLES CONVERGENTES ET LES IMAGES Prgramme C. La lumière : culeurs et images ; prpagatin de signaux C2. Que se passe-t-il quand la lumière

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France Cnsultatin veille médias Cmité Natinal Olympique et Sprtif France Date limite et heure limite de réceptin des ffres : Le 1 er septembre 2014 à 12h00 Préambule Le Cmité Natinal Olympique et sprtif Française

Plus en détail

Affichage publicitaire Mode d emploi

Affichage publicitaire Mode d emploi Affichage publicitaire Mde d empli Enseignes, pré-enseignes, publicité : qu ès aquò? Art L581-3 CE Une enseigne se caractérise par tute inscriptin, frme u image appsée sur un immeuble (fncier cmpris) et

Plus en détail

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière?

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière? Sessin : Territires cherchent indicateurs pertinents Quels indicateurs pur l analyse de la cnsmmatin fncière? Pierre ALBERT pierre.albert@amenis.fr 12 juin 2013 Plan de l interventin Un rappel du cntexte

Plus en détail

Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. 22 Appartements T3 Ŕ T4 Cabinet RAFFEGEAU-PEOCH-RUBIO

Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. 22 Appartements T3 Ŕ T4 Cabinet RAFFEGEAU-PEOCH-RUBIO Résidence BREVA NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Maître d uvrage SCCV BREVA Espace Perfrmance Ŕ Bâtiment N 35769 SAINT GREGOIRE CEDEX Tél : 02 99 23 16 46 Ecnmiste Cabinet LEMONNIER Parc Mnnier 35 000 RENNES

Plus en détail

PIROUETT! Février 2015 GENERALITES

PIROUETT! Février 2015 GENERALITES GENERALITES 1.5.4. Penalisatin : (juge difficulté (D) : 0,50 pint si la musique avec vix et parles est utilisée mais que l entraîneur ne mentinne par sur la fiche fficielle D quel exercice utilise la musique

Plus en détail

AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE

AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE Service technique, de l édilité et plice des cnstructins AUTORISATION DE CONSTRUIRE MARCHE A SUIVRE Quand faut-il une autrisatin de cnstruire? Les cnstructins et installatins, leur transfrmatin, leur agrandissement,

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Mise en prductin, cntrôle et validatin (RCV) avec certificatin 5 jurs (anglais et français) Vue d ensemble de la frmatin ITIL est un ensemble de cnseils sur les meilleures pratiques, devenu un

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

Manuel Utilisateur. Fichiers d'animation MUP

Manuel Utilisateur. Fichiers d'animation MUP Manuel Utilisateur (Mément à l'usage des Utilisateurs des Prcédures de vl aux instruments) Nm Date Rédigé par Lïc GIROUD 12/06/2012 Vérifié par Rémy DURAND 28/06/2012 Validé par Mhamed Ali MGALLES 28/06/2012

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

OPTIMISER LA CONCEPTION DES FENETRES

OPTIMISER LA CONCEPTION DES FENETRES - - OPTIMISER LA CONCEPTION DES FENETRES Tuver la surface vitrée ptimale seln les rientatins et le type de lcal, chisir le type de vitrage adéquat et ptimiser le cnfrt lumineux et acustique. PRINCIPES

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore?

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore? DOSSIER DE PRESSE Slutins Datacenter Management Vus ne nus cnnaissez pas encre? Qu attendez-vus pur le faire?! Cntact presse : Cntact presse : Jérémy Martin Damien NICOLLE 03.66.72.03.42 03.66.72.20.24

Plus en détail

AEROPORTS DE LYON. Fourniture, mise en œuvre et maintenance d une solution de fidélisation clients

AEROPORTS DE LYON. Fourniture, mise en œuvre et maintenance d une solution de fidélisation clients AEROPORTS DE LYON Furniture, mise en œuvre et maintenance d une slutin de fidélisatin clients Entité Adjudicatrice : AEROPORTS DE LYON SA à Directire et Cnseil de Surveillance, Capital de 148 000 eurs

Plus en détail