LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX ( ) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2"

Transcription

1 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX ( ) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe couran au cours des dernères décennes Une pérodsaon es consrue à l ade d ouls sasques précs Les déséqulbres son ensue éudés à l ade de ros ndcaeurs orgnaux Le premer soulgne leur concenraon récene Le deuxème perme de monrer que l Europe es la seule grande zone économque à ne pas présener de déséqulbres mporans ces dernères années Le derner me en évdence l mpac de la lbéraon fnancère e de la fnancarsaon sur la composon des déséqulbres fnancers nernaonaux Ce réexamen du passé nous amène à pluseurs consas S ces déséqulbres on aen une elle ampleur auourd hu c es parce qu ls crossen plus rapdemen que le PIB depus la chue de Breon Woods La logque acuelle des déséqulbres remone au débu des années 980 avec le reour au premer plan des grandes zones économques, le fnancemen crossan par les nvesssemens de porefeulle e la polarsaon des déséqulbres Classfcaon JEL : F2 ; F32 ; N0 Mos-clefs : déséqulbres fnancers nernaonaux ; balance des paemens ; fnance nernaonale ABSTRACT Ths arcle sudes he emergence of global mbalances A perodsaon s made up usng precse sascal ools Imbalances are hen suded usng hree orgnal ndcaors The frs underlnes her recen concenraon The second shows ha Europe s he only grea economc zone no o have mporan mbalances hese las years The las hghlgh mpac of he fnancal lberalzaon and fnancarzaon on he composon of nernaonal fnancal mbalances Ths re-examnaon of pas leads us o several conclusons If hese mbalances reached such exen oday, s because hey grow faser han GDP snce he fall of Breon Woods The curren logc of mbalances appears a he early 980 s wh he reurn o he foreground of he grea economc zones, he growh of porfolo nvesmens fnancng and he polarzaon of mbalances JEL Classfcaon: F2 ; F32 ; N0 Keywords: global mbalances ; balance of paymens ; nernaonal fnance Docoran au Cenre d Économe de Pars-Nord, 99 avenue J-B Clémen Vlleaneuse, Docoran au Cenre d Économe de Pars-Nord, 99 avenue J-B Clémen Vlleaneuse,

2 Au cours de la dernère décenne, la crossance des déséqulbres mondaux de compe couran es devenue l une des prncpales préoccupaons de l économe nernaonale au fur e à mesure que le défc amércan s amplfa Les premers représenaen envron 3,5% du PIB mondal en 2002 e le second représena, à lu seul,,5% des 2% de défc couran mondal (graphque ) Une vase léraure a ené d denfer l orgne de ce phénomène M Dooley, DFolkers- Landau e P Garber (2003) y on vu la résurgence du sysème de déséqulbres courans en vgueur sous Breon Woods, B Bernanke (2005), la monée d un surplus d épargne mondale e R Caballero, E Farh e P-O Gournchas (2006) affrmen que la confguraon acuelle des déséqulbres s explque par la mauvase qualé des nsuons dans les pays émergens D aure par, nombre d aueurs cherchen à déermner à la fos l mmnence, la naure e l ampleur de l ausemen requs du défc amércan ou de l excéden chnos 3 Le présen arcle ne cherche pas à prolonger l une ou l aure de ces approches 4 mas propose une relecure des déséqulbres acuels à la lumère de ces 35 années en se plaçan à l échelle mondale avec un échanllon de 89 pays 5 représenans 98% du PIB e 88% de la populaon du globe en Le rapprochemen des déséqulbres acuels avec les expérences passées permera de fare leur genèse e de prendre la mesure du phénomène, à l ade d ouls d analyse hsorque avec lesquels nous éablrons une échelle de comparason En oure, cela nous permera d observer les endances dans lesquelles ls s nscrven : Quand on-ls commencé à croîre? Quand on eu leu les prncpales rupures? Quels en éaen les prncpaux aceurs par le passé? Quelles éaen les caracérsques de ces aceurs? Commen les sources e les modes de fnancemen de ces déséqulbres on-ls évolué? Concernaen-ls un nombre lmé d aceur ou au conrare éaen-ls le fa de ous? Dans un premer emps, nous observons les déséqulbres courans au nveau agrégé ce qu nous perme de monrer la crossance rapde du phénomène e l ampleur qu l a aen au cours des dernères années Dans un deuxème emps, nous denfons les rupures au sen de la pérode éudée pus caracérsons pluseurs logques de déséqulbres courans Enfn, nous analysons les évoluons de ces déséqulbres à l ade de ros ndcaeurs orgnaux qu permeen d éuder leur concenraon, leur len avec la alle du PIB e leur composon Graphque : Évoluon de la somme des défcs e des excédens de compe couran mondaux (en % de PIB mondal) 2,0%,5%,0% 0,5% 0,0% -0,5% -,0% -,5% -2,0% -2,5% somme des excédens somme des défcs Eas-Uns Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM 3 Pour un aperçu des ravaux consacrés à ces quesons, vor Edwards (2004) 4 Pour un aperçu de ces dfférenes approches, vor Echengreen (2006) 5 Vor annexes e 2 6 Source : base de données CHELEM-CEPII 2

3 L AMPLEUR CROISSANTE DES DÉSÉQUILIBRES DE COMPTE COURANT DANS L ÉCONOMIE MONDIALE La crossance des déséqulbres courans Au cours de la pérode , l ampleur des déséqulbres courans dans l économe mondale a foremen progressé Nous avons mesuré cee crossance en rapporan les sommes des excédens e des défcs courans au PIB oal de l échanllon Ce ndcaeur perme de mesurer l mporance des déséqulbres dans l économe mondale à ravers le emps en lassan de côé les effes de l nflaon e de la cononcure Au cours de ces 35 années, la par des déséqulbres de compe couran dans le PIB mondal a connu une évoluon conrasée avec des pérodes de crossance e de décln Touefos, elle a globalemen enregsré une rès fore hausse, passan de,25% à 3,5% du PIB mondal La par des excédens a doublé en 35 ans (de 0,75% à,5% de PIB mondal) avec un ryhme moyen de crossance de 3,6% par an (graphque ) Dans le même emps, la par des défcs a quadruplé (de 0,5% à 2% de PIB mondal) avec un aux de crossance annuel moyen de 7% Ces vesses de progressons dfférenes s explquen par les erreurs de mesures dans la balance des paemens qu génèren un «rou nor» e par le manque de données pour quelques pays représenans 2% du PIB en 2OO2 On noera égalemen que, depus 982, les flucuaons de la somme des défcs courans son rès lées à celles du défc amércan La crossance des déséqulbres a surpassé celle du PIB à parr de 973 e l on observe depus une nee endance à la hausse de la par des déséqulbres courans dans le PIB mondal, s ben qu auourd hu ce rao a aen un nveau record Cee ampleur crossane des déséqulbres courans dans l économe mondale à parr de 973 s explque, d une par, par la fn des changes fxes e par la basse de la conrane d équlbre sur la balance des paemens qu s en es suve e, d aure par, par le quadruplemen du prx du pérole en 973 qu a augmené les déséqulbres commercaux des pays exporaeurs e mporaeurs de pérole Le recul du problème de «rou nor» Le rou nor de la balance des paemens es obenu par la somme algébrque des défcs e des excédens courans oaux En héore, elle devra êre nulle e les excédens e les défcs devraen êre égaux en valeur absolue, mas les balances de paemens comporen des erreurs qu les amènen à dfférer Au cours de la pérode, la logque du rou nor s nverse : usqu en 973, l résule d excédens plus élevés que les défcs e, à parr de 974, les défcs l emporen sur les excédens Afn de déermner s la qualé des sasques de balance de paemens de l échanllon s amélore ou se déérore, nous allons éuder l ampleur du «rou nor» Elle es calculée en rapporan le monan du «rou nor» à la somme des ransacons couranes (les créds e les débs du compe couran) effecuées dans le monde On peu ans déermner le pourcenage d erreur Ce phénomène se rédu e passe d envron,6% des ransacons du compe couran à un peu plus de 0,8% (graphque 2) Au nveau du compe des ransacons couranes, la qualé des sasques de l échanllon semble donc s amélorer dans le emps Cependan, comme le monre le rappor du comé du FMI sur les sasques de la balance des paemens [2005], même s au nveau agrégé les erreurs sasques parassen se rédure, au fur e à mesure que l on désagrège les compes, on observe une augmenaon des erreurs sasques de pluseurs d enre eux (noammen au sen du compe «servces») 3

4 Graphque 2 : Évoluon du «rou nor» en pourcenage des ransacons brues de compe couran 7 2,0%,6%,2% 0,8% 0,4% 0,0% Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM LES LOGIQUES SUCCESSIVES DES DESEQUILIBRES COURANTS La léraure sur le sue D après la héore des sades de la balance des paemens, les pays en développemen, qu présenen un rao raval/capal plus élevé, devraen en prncpe proposer une producvé du capal plus élevée e ans arer les capaux des pays ndusralsés relavemen mons ben doés en raval En oure, ls devraen connaîre une crossance de leurs revenus plus rapde au cours du processus de rarapage, ce qu devra les ncer à empruner au vu des revenus fuurs qu ls peuven aendre En héore, la confguraon des déséqulbres mondaux de compe couran devra êre la suvane : les pays ndusralsés devraen enregsrer des excédens e les pays émergens des défcs Or, au cours des quare dernères décennes une elle confguraon ne s es présenée que usqu au débu des années 970 e, depus 997, c es même pluô l nverse que l on observe Le défc amércan es passé de 65 mllards de dollars en 995 à 79 mllards en 2005, so de,5% à 6,4% de PIB domesque 8 Ce défc es compensé en grande pare par les parenares commercaux des Éas-Uns parm lesquels les économes d Ase du sud-es 9 qu son passées d un défc de 23 mllards de dollars en 995 à un excéden de 230 mllards de dollars en 2005, so de -,3% à 6% de PIB de la zone 0 De manère plus générale, on consae que depus la fn des années 990 se son les économes émergenes qu fnancen les pays développés (graphque 3) L éude emprque de Gruber e Kamn (2005) sur les déermnans de la balance courane, monre l nsuffsance de la héore sandard à explquer l évoluon des déséqulbres courans Le modèle qu ne prend en compe que les déermnans sandards (le revenu par êe, les aux de crossance relafs, la balance fscale, les varables démographques e le degré d ouverure de l économe) se révèle ncapable d explquer les dfférenes confguraons des déséqulbres L nroducon d une varable représenan les crses fnancères, perme de mere en évdence l mpac de la crse asaque de 997 sur les balances couranes des pays d Ase du sud-es Cependan, le défc couran amércan demeure nexplqué, même après 7 Calcul du rao «rou nor» sur somme des ransacons couranes dans l annexe 3 8 Source : Bureau of Economc Analyss 9 Chne, Corée du sud, Indonése, Malase, Phlppnes, Sngapour e Thaïlande 0 Source : IFS 4

5 l nroducon de varables mesuran la qualé des nsuons, ce qu lme foremen la porée de leur recherche Graphque 3 : Évoluon des déséqulbres courans des PD e des PVD (en % de PIB mondal),0% 0,5% 0,0% -0,5% -,0% -,5% -2,0% PD sans Eas-Uns PVD Eas-Uns Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Le raval d Olvera-Marns e Plhon (993) sur les ransfers nernaonaux d épargne éabl une pérodsaon des déséqulbres courans mondaux La pérode es caracérsée par une logque de déséqulbres Nord-Sud où l excéden des pays ndusralsés fnance le défc srucurel de la pérphére, c es la pérode où la héore des sades de la balance des paemens parven à explquer la confguraon des déséqulbres La pérode suvane, qu s éend de 974 à 982, es celle des déséqulbres Sud-Sud e du cycle des pérodollars Les pays exporaeurs de pérole recyclen leurs mporans excédens vers les pays en développemen par le bas des sysèmes bancares occdenaux La dernère pérode présene, quan à elle, une logque des déséqulbres Nord-Nord dans laquelle les pays européens e le Japon fnancen les Éas-Uns, ands que le défc srucurel des pays pérphérques s annhle La défnon de la pérodsaon Les rupures de la logque des déséqulbres courans son déermnées par la marce de corrélaon des années Cee marce perme d apprécer le degré de smlaré des déséqulbres enre les années en foncon de la place qu y occupen les dfférens aceurs Ans, plus les déséqulbres courans de chacun des pays seron semblables d une année sur l aure, plus le coeffcen de corrélaon sera proche de Le résula le plus évden du ableau es la rupure enre 982 e 983 La pérode anéreure à cee rupure es globalemen corrélée négavemen avec la pérode qu la su Lorsque l on analyse séparémen ces deux pérodes, on observe qu enre 983 e 2002 les années son rès foremen corrélées avec des coeffcens de corrélaon ous sgnfcafs e supéreurs à 0,6 (ms à par pour l année 99) La pérode ne présene pas une elle cohérence d ensemble e ben que la plupar des coeffcens soen posfs, seules ros sous pérodes assez coures proposen à la fos des coeffcens sgnfcafs e supéreurs à 0,5 Le calcul de cee marce es présené en annexe 4 5

6 Tableau : Marce de corrélaon des années ,06 0,23 0,4 0,57 0,82 0,9 0,03 0,7 0,34 0,57 0,72 0,3 0,05 0,34 0,37 0,43 0,37 0,4 0,49 0,42 0,39 0,33 0,25 0,39 0,59 0,68 0,65 0,64 0,55 0,64 0,53 0,39 0,32 0,29 0, ,2 0,0 0,5 0,25 0,82 0,08 0, 0,05 0,36 0,74 0,82 0, 0,02 0,25 0,34 0,6 0,64 0,68 0,75 0,7 0,7 0,66 0,6 0,4 0,7 0,84 0,83 0,84 0,78 0,87 0,79 0,69 0,63 0,62 0, ,69 0,57 0,53 0,55 0,9 0,08 0,54 0,77 0,52-0 0,02 0,26 0,2 0, ,4-0,5-0,4-0,3-0,3-0,2-0, -0, 0, ,2-0,3-0,3-0,3-0,2-0,3-0,4-0,5-0,5-0, ,93 0,87 0,7 0,06-0,2 0,69 0,26 0,65 0,33-0,2-0, 0,09-0 0,2-0, -0,5-0,6-0,6-0,5-0,5-0,4-0,3-0,2-0 -0,3-0,3-0,5-0,5-0,5-0,5-0,6-0,7-0,7-0,7-0, ,93 0,95 0,79 0,23 0,0 0,57 0,24 0,52 0,33 0,0 0,9 0,07-0, 0,09 0,0-0,2-0,4-0,3-0,2-0,2-0, 0, , -0, -0,2-0,2-0,2-0,2-0,3-0,4-0,5-0,5-0, ,87 0,95 0,84 0,4 0,5 0,53 0,8 0,52 0,39 0, 0,28 0,05-0, 0,7 0,08-0, -0,3-0,3-0, -0, -0, 0,0-0 0, -0 0,0-0, -0, -0,2-0, -0,2-0,4-0,4-0,4-0, ,7 0,79 0,84 0,57 0,25 0,55 0,2 0,42 0,35 0,6 0, , 0,23 0, , -0, 0,03-0 0,05 0,08 0,05 0,05 0,07 0, , 0,0-0, -0,2-0,3-0,3-0, ,26 0,24 0,8 0,2 0,03 0, 0,54 0,69 0,79 0,45 0,05 0,54 0,74 0,73 0,39-0,2-0, -0, ,05 0,4 0,2-0,2-0, -0, -0, -0, -0, -0, -0, ,65 0,52 0,52 0,42 0,7 0,05 0,77 0, ,8 0,5-0 0,49 0,56 0,65 0,2-0,5-0,6-0,5-0,4-0,5-0,4-0,2-0,2 0,02-0, -0,2-0,3-0,3-0,4-0,3-0,4-0,5-0,5-0,5-0, ,33 0,33 0,39 0,35 0,34 0,36 0,52 0, ,8 0,63 0,29 0,48 0,66 0,8 0,52-0, -0, -0 0,04 0,04 0, 0,8 0,25 0,4 0,2 0,4 0,08 0,07 0,02 0,09 0, , -0, 977-0,2 0,0 0, 0,6 0,57 0,74-0 0,45 0,5 0,63 0,77 0,37 0,38 0,5 0,6 0,55 0,6 0,65 0,7 0,7 0,68 0,65 0,62 0,6 0,5 0,6 0,64 0,64 0,65 0,68 0,67 0,66 0,65 0,64 0, , 0,9 0,28 0,38 0,72 0,82 0,02 0,05-0 0,29 0,77 0,2-0, 0,2 0,42 0,68 0,68 0,72 0,79 0,75 0,75 0,73 0,65 0,27 0,58 0,73 0,7 0,7 0,7 0,77 0,74 0,65 0,6 0,6 0, ,09 0,07 0,05-0 0,3 0, 0,26 0,54 0,49 0,48 0,37 0,2 0,72 0,59 0,24-0, -0, -0, -0, -0,2-0,2-0,2-0, -0,3-0,2-0,2-0, -0, 0,08 0,03-0, , , -0, -0, 0,05 0,02 0,2 0,74 0,56 0,66 0,38-0, 0, ,9 0,44-0,2-0,2-0,2-0,2-0,2-0,2-0,2-0, -0,2-0, -0,2-0, -0, -0, -0, -0, -0, , 98 0,2 0,09 0,7 0,23 0,34 0,25 0,32 0,73 0,65 0,8 0,5 0,2 0, ,9 0,6-0, -0, -0, -0, -0, -0, -0, 0-0 0,08 0,02 0,05 0,02 0,02 0, , 0,0 0,08 0,24 0,37 0,34-0 0,39 0,2 0,52 0,6 0,42 0,24 0,44 0,6 0,52 0,42 0,4 0,42 0,4 0,37 0,36 0,4 0,7 0,3 0,29 0,36 0,37 0,38 0,4 0,38 0,37 0,4 0,39 0, ,5-0,2-0, -0 0,43 0,6-0,4-0,2-0,5-0, 0,55 0,68-0, -0,2-0, 0,52 0,95 0,9 0,89 0,89 0,8 0,76 0,7 0,32 0,6 0,7 0,78 0,79 0,82 0,8 0,83 0,83 0,84 0,83 0, ,6-0,4-0,3-0, 0,37 0,64-0,5-0, -0,6-0, 0,6 0,68-0, -0,2-0, 0,42 0,95 0,98 0,95 0,96 0,89 0,83 0,77 0,24 0,6 0,73 0,8 0,8 0,85 0,84 0,9 0,93 0,94 0,94 0, ,6-0,3-0,3-0, 0,4 0,68-0,4-0, -0,5-0 0,65 0,72-0, -0,2-0, 0,4 0,9 0,98 0,98 0,97 0,92 0,86 0,8 0,24 0,62 0,76 0,82 0,82 0,85 0,84 0,9 0,92 0,93 0,94 0, ,5-0,2-0, 0,03 0,49 0,75-0,3-0 -0,4 0,04 0,7 0,79-0, -0,2-0, 0,42 0,89 0,95 0,98 0,99 0,96 0,9 0,83 0,29 0,67 0,8 0,85 0,84 0,84 0,86 0,9 0,9 0,9 0,9 0, ,5-0,2-0, -0 0,42 0,7-0,3-0 -0,5 0,04 0,7 0,75-0,2-0,2-0, 0,4 0,89 0,96 0,97 0,99 0,97 0,92 0,86 0,29 0,66 0,79 0,83 0,82 0,82 0,84 0,9 0,9 0,9 0,9 0, ,4-0, -0, 0,05 0,39 0,7-0,2 0,05-0,4 0, 0,68 0,75-0,2-0,2-0, 0,37 0,8 0,89 0,92 0,96 0,97 0,98 0,9 0,35 0,7 0,8 0,8 0,79 0,76 0,78 0,85 0,86 0,84 0,84 0, ,3 0,0 0,0 0,08 0,33 0,66-0, 0,4-0,2 0,8 0,65 0,73-0,2-0,2-0, 0,36 0,76 0,83 0,86 0,9 0,92 0,98 0,96 0,37 0,68 0,75 0,74 0,72 0,7 0,72 0,77 0,79 0,76 0,78 0, , ,05 0,25 0,6-0, 0,2-0,2 0,25 0,62 0,65-0, -0, 0 0,4 0,7 0,77 0,8 0,83 0,86 0,9 0,96 0,4 0,65 0,67 0,67 0,65 0,66 0,68 0,7 0,73 0,7 0,73 0, , 0,05 0,39 0,4 0,09-0,2 0,02 0,4 0,6 0,27-0,3-0,2-0 0,7 0,32 0,24 0,24 0,29 0,29 0,35 0,37 0,4 0,84 0,67 0,59 0,5 0,29 0,37 0,33 0,26 0,9 0,4 0, ,3-0, -0 0,07 0,59 0,7-0 -0, -0, 0,2 0,5 0,58-0,2-0, 0,08 0,3 0,6 0,6 0,62 0,67 0,66 0,7 0,68 0,65 0,84 0,93 0,88 0,8 0,62 0,69 0,69 0,64 0,58 0,54 0, ,3-0, 0,0 0,09 0,68 0,84-0,2-0, -0,2 0,4 0,6 0,73-0,2-0,2 0,02 0,29 0,7 0,73 0,76 0,8 0,79 0,8 0,75 0,67 0,67 0,93 0,97 0,93 0,79 0,83 0,82 0,77 0,7 0,67 0, ,5-0,2-0, -0 0,65 0,83-0,3-0, -0,3 0,08 0,64 0,7-0, -0, 0,05 0,36 0,78 0,8 0,82 0,85 0,83 0,8 0,74 0,67 0,59 0,88 0,97 0,97 0,88 0,9 0,9 0,86 0,82 0,78 0, ,5-0,2-0, -0 0,64 0,84-0,3-0, -0,3 0,07 0,64 0,7-0, -0, 0,02 0,37 0,79 0,8 0,82 0,84 0,82 0,79 0,72 0,65 0,5 0,8 0,93 0,97 0,94 0,94 0,9 0,87 0,82 0,79 0, ,5-0,2-0,2-0, 0,55 0,78-0,3-0, -0,4 0,02 0,65 0,7 0,08-0, 0,02 0,38 0,82 0,85 0,85 0,84 0,82 0,76 0,7 0,66 0,29 0,62 0,79 0,88 0,94 0,96 0,89 0,9 0,88 0,87 0, ,5-0,2-0, 0,0 0,64 0,87-0,2-0, -0,3 0,09 0,68 0,77 0,03-0, 0,05 0,4 0,8 0,84 0,84 0,86 0,84 0,78 0,72 0,68 0,37 0,69 0,83 0,9 0,94 0,96 0,95 0,9 0,86 0,85 0, ,6-0,3-0,2-0, 0,53 0,79-0,3-0, -0,4 0,0 0,67 0,74-0, -0, -0 0,38 0,83 0,9 0,9 0,9 0,9 0,85 0,77 0,7 0,33 0,69 0,82 0,9 0,9 0,89 0,95 0,97 0,92 0,9 0, ,7-0,4-0,4-0,2 0,39 0,69-0,4-0 -0,5-0 0,66 0, , -0 0,37 0,83 0,93 0,92 0,9 0,9 0,86 0,79 0,73 0,26 0,64 0,77 0,86 0,87 0,9 0,9 0,97 0,99 0,98 0, ,7-0,5-0,4-0,3 0,32 0,63-0,5-0 -0,5-0 0,65 0, ,4 0,84 0,94 0,93 0,9 0,9 0,84 0,76 0,7 0,9 0,58 0,7 0,82 0,82 0,88 0,86 0,92 0,99 0,99 0, ,7-0,5-0,4-0,3 0,29 0,62-0,5-0 -0,5-0, 0,64 0, ,39 0,83 0,94 0,94 0,9 0,9 0,84 0,78 0,73 0,4 0,54 0,67 0,78 0,79 0,87 0,85 0,9 0,98 0,99 0, ,7-0,4-0,4-0,2 0,28 0,6-0,5 0-0,5-0, 0,65 0,62-0, -0, -0 0,4 0,84 0,95 0,95 0,92 0,94 0,87 0,8 0,77 0,4 0,53 0,66 0,77 0,77 0,85 0,84 0,9 0,96 0,98 0,99 Enre 0,75 e Enre 0,75 e 0,5 Enre 0 e 0,5 Enre - e 0 Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Au fnal, nous denfons quare rupures sur la pérode éudée, don une maeure en 982 Ces rupures son des années peu corrélées avec les pérodes qu leurs son conguës (coeffcens nféreurs à 0,5) La premère a leu en On remarque que ces deux années son assez dssemblables des années qu leurs son proches, e globalemen plus proches des années de la pérode La seconde rupure se sue en où l on observe un phénomène smlare, avec une corrélaon plus fore avec les années de la deuxème grande pérode qu avec celles de la premère La prncpale rupure se produ en 982 avec, dans l ensemble, une nverson du sgne des coeffcens de corrélaon enre les pérodes anéreures e poséreures à cee année Enfn, la dernère rupure n en es pas vramen une pusqu l ne s ag que d un léger fléchssemen des coeffcens de corrélaon, en 99, au sen d une pérode qu demeure rès cohérene L analyse en composanes prncpales sur la pérode confrme les conclusons que nous avons rées de l analyse de la marce de corrélaon L ACP fourn les résulas suvans Les deux premers axes ou composanes prncpales explquen 7% de la varance oale des données L nerpréaon des deux axes paraî assez asée Le premer axe es corrélé posvemen avec les années de la pérode e négavemen avec les années qu composen les ros sous-pérodes enre 967 e 982 Le deuxème axe es corrélé posvemen avec la pérode anéreure à 982 (graphque 4) e ne semble pas corrélé avec les années poséreures Les années de rupures apparassen claremen enre les deux regroupemens d années 2 Vor les annexes 4 e 5 6

7 Graphque 4 : ACP années Varables (axes F e F2 : 7 %) 0,8 975 Avan ,6 0, axe F2 (8 %) --> 0,2 0-0, Après ,4-0,6-0, ,8-0,6-0,4-0,2 0 0,2 0,4 0,6 0,8 -- axe F (53 %) --> Tros logques successves des déséqulbres courans Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM A parr de ces résulas, on peu analyser l anaome mondale des déséqulbres courans pour chacun des regroupemens d années que nous avons effecués (graphque 5) La premère pérode es caracérsée par une logque Nord-Sud avec des pays de la rade qu fnancen les PVD Les deuxème e rosème pérodes présenen une srucure smlare Les pays de l OPEP fnancen essenellemen l Amérque lane, l Europe e le «Commonwealh» Les deux dernères pérodes son quas denques avec un fnancemen du défc amércan par le Japon Graphque 5 : Réparon des déséqulbres courans pour les pérodes reenues (en % de PIB mondal) 0,6% 0,4% 0,2% 0,0% -0,2% -0,4% -0,6% -0,8% Eas-Uns Europe de l'oues Japon Ase émergene Aures Ase OPEP Afrque Amérque lane Europe de l'es Commonwealh Ecar Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM 7

8 Termnons par quelques remarques ransversales sur ces cnq sous-pérodes La premère concerne l Afrque e les aures pays d Ase qu son praquemen absens de ce graphque e qu, parculèremen pendan les deux dernères décennes, ne semblen pas profer de ces ransfers massfs d épargne nee La seconde remarque concerne le «Commonwealh» (Ausrale, Canada e Nouvelle-Zélande) qu enregsre un défc élevé ou au long de la pérode, même s celu-c se rédu au cours de la dernère On remarquera auss que l OPEP fu la grande créancère du monde duran les pérodes e mas qu en dehors de ces années elle oue un rôle assez margnal Le Japon, après avor oué un rôle de second ordre usqu en 982, es devenu le prncpal réservor d épargne du monde pendan les vng dernères années Sur la même pérode, les Éas-Uns son devenus la prncpale desnaon de cee épargne mondale Afn de présener une ypologe connue dans le emps, nous aouons les années de rupures à la pérode adacene qu leur es le plus semblable (avec laquelle elles son le plus corrélées) Nous avons rassemblé les pérodes e car elles présenen des logques rès smlares Ben que les deux dernères pérodes soen rès semblables, nous avons préféré ne pas les regrouper afn de pouvor observer les endances récenes Le ableau 2 reprend ces résulas e présene les conrbuons des dfférens aceurs Tableau 2 : Synhèse des résulas e conrbuons des zones dans les déséqulbres courans (les valeurs négaves son les pars des défcs mondaux) Europe Ase Aures Logque Pérode USA de Japon émergene OPEP Afrque Amérque Europe Common lane Ase de l'es wealh l'oues Nord-Sud ,5% 49,5% 2,5% -6,2% -7,3%,5% -4,2% -3,8% -,9% -3,4% OPEP-RDM ,8% -20,0% 5,3% -5,4% -7,9% 58,7% -4,0% -32,0% -,0% -9,6% ,5% 8,8% 38,2% 4,3% -3,7% 0,6% -0,% -6,% -0,2% -5,4% Japon-USA ,3% 0,8% 39,5% 4,5% -2,9%,6% -0,9% -7,2% -,5% -8,2% Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Nous ne rerouvons pas l mpac de la crse asaque sur la logque des déséqulbres courans qu ava ms en évdence Gruber e Kamn Ceres, celle-c a foremen affecé les balances couranes des pays d Ase du sud-es mas elle ne semble pas avor bouleversé la réparon mondale des déséqulbres D aure par, les résulas nuancen le raval d Olvera-Marns e Plhon La confguraon des déséqulbres pendan la premère pérode es denque à ce qu Olvera-Marns e Plhon on décr : les pays du Nord représenen près de 90% des excédens e les pays du Sud les ros quars des défcs exprmés (sans enr compe de l écar sasque) Les prédcons de la héore des sades de la balance des paemens son respecées Au cours de la pérode , l OPEP représene envron 90% des excédens exprmés ands que les défcs se réparssen enre pays du Nord (l Europe de l oues e le Commonwealh) représenen presque 40% des défcs e les pays du Sud qu en représenen un peu plus de 60% Cee confguraon es caracérsée de logque OPEP-Rese du Monde car les excédens pérolers serven auss ben à fnancer les défcs des pays du Sud que ceux des pays du Nord Après 982, deux aceurs von êre à la source des deux ers des déséqulbres courans exprmés : les excédens du Japon fnancen les défcs amércans Même s l s ag ben de deux pays du Nord, la ypologe reenue es une logque Japon-Éas-Uns e non Nord-Nord, car l Europe de l oues en un rôle margnal dans cee pérode 8

9 TROIS NOUVEAUX INDICATEURS POUR MESURER LES DESEQUILIBRES MONDIAUX DE COMPTE COURANT La concenraon des déséqulbres On s néresse c à la queson de la polarsaon des déséqulbres courans Ceux-c son-ls concenrés sur quelques pays ou, au conrare, dspersés sur une vase pare de l échanllon? Auremen d, les déséqulbres son-ls dus à peu de pays qu enregsren d mporans défcs ou excédens ou son-ls le fa d un grand nombre de pays qu se réparssen équablemen les excédens e les défcs? Afn de répondre à cee queson nous avons dsngué les pays défcares des pays excédenares e calculé le coeffcen de Gn pour ces deux échanllons e pour chaque année de la pérode S le coeffcen es égal à, une seule zone es à la source de l ensemble des excédens (ou des défcs) S le coeffcen es égal à 0, chacune des zones à un pods équvalen dans les excédens (ou dans les défcs) Le graphque 6 peu donc s nerpréer ans : plus le coeffcen de Gn es élevé plus les déséqulbres son polarsés Graphque 6 : Évoluon des ndces de Gn des défcs e des excédens de compe couran 0,90 0,85 0,80 0,75 0,70 0,65 0,60 0,55 0,50 0,45 00% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 0% 0, % GINI excéden (échgauche) par de l'échanllon excéden (éch droe) GINI défc (éch Gauche) Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Au cours de la pérode observée, la concenraon des défcs a eu endance à croîre A la fn de la pérode, l ndcaeur es proche de 0,9 ce qu sgnfe que les défcs mondaux son rès foremen polarsés L ndcaeur des excédens mondaux, quan à lu, décroî légèremen sur l ensemble de la pérode Touefos, pluseurs endances successves se dégagen : enre 967 e 982 les excédens on endance à se dsperser ands que les défcs demeuren assez unformémen concenrés ; enre 983 e 987 les défcs comme les excédens se concenren rapdemen pus se sablsen usqu au mleu des années 990 où l on assse à un bouleversemen de la polarsaon des déséqulbres Jusqu au mleu des années 990, les coeffcens de Gn des défcs e des excédens suvaen une raecore assez proche, depus, en parculer après 998, les deux coeffcens se corrèlen négavemen e les défcs se concenren rapdemen ands que les excédens se dspersen Au cours des dx dernères années, la polarsaon des défcs a aen un nveau 9

10 record ands qu un nombre crossan de pays se rouven en suaon d excéden 3 e se réparssen de meux en meux la foncon de créancer mondal Les déséqulbres courans son-ls proporonnels à la alle des économes? Dans les sous-pérodes que nous avons dsnguées, on observe que les zones géographques les mons rches ennen un rôle margnal en ce qu concerne les déséqulbres courans On noera égalemen qu à parr de 982 les deux pays qu son à la source de l essenel des défcs e des excédens courans son égalemen les deux pays les plus mporans en erme de PIB Cela nous amène à nous nerroger sur l exsence d un len enre la alle des économes e l mporance des déséqulbres courans qu elles enregsren La alle des économes es mesurée par le PIB des dfférenes zones Les déséqulbres courans des régons son mesurés sans enr compe des déséqulbres nrazones L mporance de la zone dans les déséqulbres de compe couran exprmés es évaluée par le rao suvan : DC PDC = n DC Avec : PDC = par de la zone dans les déséqulbres mondaux de compe couran à l nsan ; DC = déséqulbre couran de la zone à l nsan ; n = le nombre de pays comprs dans l échanllon (so n = 89) Le dénomnaeur es la somme des valeurs absolues des déséqulbres courans des dfférenes zones Le numéraeur, quan à lu, es so posf (excéden couran) so négaf (défc couran) Ans, la somme des PDC n es pas égale à mas, en revanche, la somme des valeurs absolues des PDC l es L mporance de la zone dans l économe mondale (PPIB) es déermnée par le rao du PIB de la zone e du PIB mondal, so l ndcaeur suvan : PPIB = = n = Avec : PPIB = par de la zone dans le pays mondal à l nsan ; PIB = produ néreur bru de la zone à l nsan ; n = le nombre de pays comprs dans l échanllon (so n = 89) Le rao de ces raos perme d éablr s l exse une relaon de proporonnalé enre la par de la zone dans les déséqulbres courans e sa par dans le PIB mondal Le rao des dsrbuons (RD) es obenu par le calcul suvan : PIB PIB Avec : RD = RD = rao des dsrbuons à l nsan PDC PPIB 3 Pour la premère fos en 2002 le nombre de pays de l échanllon qu se rouve en suaon d excéden dépasse celu des pays en suaon de défc (vor graphque 5) 0

11 L ndcaeur peu s nerpréer comme su : s le rao es supéreur à ou nféreur à -, la zone oue un rôle plus mporan dans les déséqulbres courans que dans l économe mondale ; s l ndcaeur es comprs enre - e, c es le conrare Graphque 7 : Raos de dsrbuons des défcs (valeur négaves) e des excédens (valeurs posves) courans : pars des déséqulbres sur pars du PIB mondal E-Uns Euroues Japon Ase émer Au Ase OPEP Afrq Am La Eur es Cmwealh Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Dans l ensemble, les ndcaeurs on endance à se rapprocher de (ou de -) au fl du emps (Graphque 7) Avan 982, la réparon des déséqulbres courans es fablemen lée à la réparon du PIB Les pees zones économques elles que l OPEP, les aures pays d Ase, l Amérque lane, l Afrque e le «Commonwealh» ennen un rôle dans les déséqulbres courans ben plus mporans que ce que pourraen lasser présager leurs places en erme de PIB Les grandes économes de la rade, quan à elle, nfluen mons sur les déséqulbres courans que ce que l ampleur de leur PIB pourra lasser penser (ms à par le Japon enre 967 e 972) En revanche, à parr de 982, les raos son ous comprs enre -2 e 2 (ms à par le Commonwealh) Les pees zones économques voen souven leurs raos se fxer enre - e e leurs nfluences sur les déséqulbres courans dmnuées Dans le même emps, les grandes zones économques excepon fae de l Europe de l Oues connassen des suaons conrasées Les Éas-Uns e le Japon, respecvemen prncpaux débeurs e prncpal crédeur, présenen des raos proches de -,5 e de,5 e ouen davanage dans les déséqulbres de compe couran que dans l économe mondale En dép du fa que son PIB so du même ordre que celu des Éas-Uns, l Europe de l oues ne oue qu un rôle rès margnal dans les déséqulbres courans Dans une pérode où les défcs e les excédens des grandes zones économques aegnen des nveaux sans précéden, on es amené à s nerroger à la fos sur les rasons pour lesquelles l Europe de 4 Vor l annexe 6 pour le calcul des raos des dsrbuons par pérode

12 l oues demeure proche de l équlbre e sur les conséquences que pourra avor une augmenaon de l ampleur de sa balance courane D après P Subacch, s la zone euro (qu consue l essenel de l Europe de l oues) en un rôle auss margnal dans les déséqulbres courans e s elle se rouve dans une suaon paradoxale d excéden couran avec un aux de change élevé c es parce que sa polque économque n es pas cohérene Cela s explque par le manque de volonarsme de la polque économque dans la zone : la polque monéare es ndépendane, la polque budgéare es verroullée e le aux de change floe sans nervenons réelles des auorés Elle recommande une réforme de la polque macroéconomque européenne avec la mse en place d une polque de défc publc par émsson de bons du résor afn de profer de l épargne mondale abondane Le recours à l épargne exéreure permera de relancer sa crossance, qu es ben nféreure à la moyenne mondale Pluseurs économses amércans souennen que la réducon des déséqulbres mondaux de compe couran passe par une modfcaon de la poson des compes courans de l Europe e du Japon qu épargnen rop e n nvesssen pas assez Oure B Bernanke qu orgne le défc amércan dans l excès d épargne mondale en Europe e en Ase, M Obsfeld e K Rogoff (2005) esmen égalemen que c es en Europe e en Ase que se rouven les prncpaux levers qu permeraen à la balance courane amércane de revenr à l équlbre La composon des déséqulbres courans Les dfférenes pérodes son c caracérsées en foncon de la composon des déséqulbres courans au nveau mondal H Bourguna [987] e [995] défn les logques successves de la fnance nernaonale Tou d abord, une économe nernaonale d endeemen enre 973 e 982 Le recyclage des pérodollars s y opère par le bas des sysèmes bancares occdenaux Ces pérodollars fournssen une offre de fonds prêables à l élascé quas nfne ce qu perme à la demande de capaux d êre sasfae sans qu une augmenaon du aux d nérê ne venne raonner la demande Pus, en 982, la crse de l endeemen des pays d Amérque lane, qu découle du ournan monéarse opéré par Volcker en 979, e les nnovaons fnancères, qu on leu au débu des années 980, amènen à une économe de marchés fnancers où la fnance drece remplace peu à peu l nermédaon bancare Afn de eser la véracé de cee ypologe, nous déermnons le volume relaf des déséqulbres des dfférens compes de la balance des paemens pour chacune des pérodes défnes précédemmen Il s ag d denfer à la fos les évoluons de la source e du mode de fnancemen des déséqulbres courans, ce qu permera de mere en évdence les modfcaons de la naure des déséqulbres courans au cours de ces 35 années L ndcaeur de la par du volume des déséqulbres du compe à la pérode ( par le rao suvan : P n k = = M n C m= = k, C m, P ) es calculé Avec : M = le nombre de compes du compe couran ou du compe des opéraons fnancères ; n = le nombre de pays ; k C, = valeur absolue du solde du compe k à l nsan du pays L ndcaeur ans exprmé nous donne le pourcenage des déséqulbres des compes de la balance courane (de la balance des opéraons fnancères) qu es lé aux dfférens compes 2

13 de la balance courane (de la balance des opéraons fnancères) On va ans pouvor déermner la forme d expresson prvlégée des déséqulbres courans à chacune des pérodes Graphque 8 : Évoluon de la pars des compes de la balance courane (pour 58 pays représenans 88% du PIB mondal en 2002) 5 60% 50% 40% 30% 20% 0% 0% Bens Servces Revenus Transfers courans Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM La prncpale endance observée au sen du compe couran, c es la progresson du volume des déséqulbres commercaux qu représenen 50% du volume des déséqulbres lés au compe couran so une progresson d envron 0 pons depus la premère pérode (graphque 8) Dans le même emps, le volume des déséqulbres du compe «revenus» a décru d envron 0 pons e ne représene plus que 6% du volume des déséqulbres lés au compe couran Les pars des compes servces e ransfers courans demeuren sables au cours de la pérode, représenan respecvemen envrons 20% e 3% du volume des déséqulbres lés au compe couran Graphque 9 : Évoluon de la pars des soldes des compes de la balance opéraons fnancères (pour 22 pays représenans 72% du PIB mondal en 2002) 6 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 5% 0% 5% 0% Invesssemens drecs Invesssemens de porefeulle Aures nvesssemens Avors de réserve Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM 5 Vor l annexe 7 pour les calculs relafs aux sous-pérodes 6 Vor l annexe 7 pour les calculs relafs aux sous-pérodes 3

14 Du côé de la balance des opéraons fnancères, la par des avors de réserve a chué à la sue de l écroulemen du sysème de changes fxes e dans le même emps celles des créds bancares (aures nvesssemens) e des nvesssemens de porefeulle on augmené (graphque 9) Pus, avec le processus de lbéralsaon qu débue dans les années 980 dans les économes développés e s éend aux pays émergens dans les années 990, la par du créd bancare déclne ands que celle des nvesssemens de porefeulle progresse rapdemen Au fnal, les nvesssemens de porefeulle fon plus que doubler e les avors de réserves e aures nvesssemens reculen Le recul des avors de réserves après l abandon des changes fxes s es prncpalemen opéré au prof des déséqulbres par créds bancares Enre 973 e 982, les déséqulbres mondaux son domnés par les créds bancares ce qu es conforme à la ypologe de H Bourguna «d économe d endeemen» Ensue, la monée des nvesssemens de porefeulle e le recul des créds bancares à parr de 982 s explquen par le processus de désnermédaon e par l émergence de ce que Bourguna qualfe «d économe de marchés fnancers» Les modes de fnancemen des déséqulbres on donc connu une muaon en deux emps Tou d abord, on a asssé au décln du fnancemen par varaon des réserves offcelles e à la monée du fnancemen bancare après l abandon des changes fxes Pus, au débu des années 980, le fnancemen par émsson de res a dépassé le fnancemen bancare qu a déclné L éude de la volalé des compes du hau e du bas de la balance des paemens es effecuée à l ade des écar-ypes des conrbuons de ces compes Nous allons ans pouvor observer commen évolue le degré de volalé de la source e du mode de fnancemen des déséqulbres courans (graphques 0 e ) Graphque 0 : Éude de la volalé des compes de la balance courane (écar-ype) 0,06 0,05 0,04 0,03 0,02 0,0 0,00 Bens Servces Revenus Transfers courans Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM Les compes du compe couran affchen une volalé nféreure à 0,05 (sauf les bens dans la dernère pérode) Les compes du compe des opéraons fnancères présenen une volalé supéreure à 0,05 (sauf les avors de réserves dans les 2 dernères pérodes) Les sources des déséqulbres courans semblen évoluer plus progressvemen que les modes de fnancemen qu varen assez brualemen d une année sur l aure Pour reprendre l expresson de Keynes (929) dans son analyse conroversée des déséqulbres exéreurs, le hau de la balance des paemens es mons «sensble» aux flucuaons que le bas Touefos, la balance commercale es de plus en plus volale 4

15 Graphque : Éude de la volalé des compes de la balance des opéraons fnancères (écar-ype) 0,6 0,4 0,2 0, 0,08 0,06 0,04 0,02 0 Invesssemens Invesssemens de Aures Avors de réserve drecs porefeulle nvesssemens Source : Calculs des aueurs à parr de la base CHELEM CONCLUSION Au cours de ces rene cnq années, les déséqulbres de compe couran son passés de,25% à 3,5% de PIB mondal Cee endance à la hausse s es amorcée après la chue du sysème de Breon Woods e s es poursuve usqu au débu des années 2000 où un nveau sans précéden a éé aen La logque des déséqulbres courans a connu deux rupures en 973 e en 982 e ros souspérodes avec ros logques parculères La premère, de 967 à 972, es caracérsée par le fnancemen des pays du Sud par les pays du Nord, la seconde, de 973 à 982, par le rôle de créancer des pays de l OPEP auprès de la plupar des aures zones géographques, la dernère, de 983 à nos ours, présene une logque Japon-Éas-Uns L éude des ndces de Gn des excédens e des défcs courans nous a perms de déermner s la parcpaon aux déséqulbres éa large ou resrene A parr de 982, les déséqulbres se son foremen concenrés avec la monée de grands aceurs els que les Éas- Uns e le Japon Après la sére de crses dans les pays émergens en parculer après la crse asaque de 997 les défcs on poursuv leur concenraon ands que les excédens éaen le fa d un nombre grandssan d aceur Depus 982, le len enre la alle du PIB e la alle du déséqulbre couran s es resserré La réparon des déséqulbres de compe couran es de plus en plus lée à la réparon de la rchesse mondale Avan 982, les pees zones économques pesaen beaucoup plus lourdemen dans les déséqulbres mondaux que dans le PIB Depus, les grandes zones on vu leur nfluence sur les déséqulbres courans dépasser celle qu elles avaen sur le PIB e ce, au dérmen des aures économes Cependan, l Europe de l oues échappe à cee règle e demeure en rera en maère de déséqulbres courans comparavemen à son pods mporan dans le PIB mondal La composon des déséqulbres es resée relavemen sable sur l ensemble de la pérode ben que quelques évoluons de long erme apparassen Les déséqulbres courans son de plus en plus lés au déséqulbre commercal e de mons en mons au compe «revenus» Ils son de plus en plus fnancés par les nvesssemens de porefeulle e de mons en mons par les créds bancares On noera égalemen le décln soudan du fnancemen par varaon des réserves à la sue de l écroulemen de Breon Woods D aure par, les sources des déséqulbres courans son beaucoup plus sables que leurs modes de fnancemen ce qu 5

16 s explque peu-êre par l nere plus grande de l économe réelle comparavemen à la réacvé de la fnance Quels éclarages sur les déséqulbres acuels ce raval rérospecf appore--l? Tou d abord, nous monrons que ce qu caracérse ces déséqulbres ce n es pas an leur ampleur, qu s nscr dans un cycle de crossance amorcé à la chue de Breon Woods, mas pluô la polarsaon des défcs qu a aen un nveau record en 2002 La logque acuelle des déséqulbres remone au débu des années 980, lorsque les défcs e les excédens se son foremen polarsés e que les grandes zones économques on occupé de nouveau le devan de la scène Deuxème consa, l Europe de l oues es la seule grande zone économque à ne pas peser réellemen sur les déséqulbres courans C es pourquo, de nombreux d aueurs s nerrogen sur le rôle qu elle pourra enr dans le réducon de ces déséqulbres (Bernanke, 2005, Obsfeld e Rogoff, 2005) e sur ce qu elle aura à gagner en ouan un rôle plus mporan (Subacch, 2005) Enfn, nous monrons que la composon des déséqulbres courans a connu d mporanes muaons Dans le hau de la balance des paemens, les déséqulbres lés aux bens e servces crossen e n on amas éé auss élevés qu auourd hu (70%) Dans le bas, la par des opéraons non-bancares a, elle auss, aen un nveau record ces dernères années (les IDE e les nvesssemens de porefeulle représenen envron 70%) avec l exenson de la lbéralsaon fnancère e de la fnancarsaon Les germes des déséqulbres mondaux de compe courans acuels on donc éé semés en 973, avec la basse de la conrane d équlbre sur la balance des paemens e en 982, avec la révoluon fnancère dans les grandes économes e le développemen de la fnance drece 6

17 RÉFÉRENCES Bernanke B, 2005 The Global Savng Glu and he US Curren Accoun Defc, A he Homer Jones Lecure, S Lous, Mssour, le 4 avrl Bourguna H, 987 Les verges de la fnance, Economca Bourguna H, 995 La yranne des marchés : essa sur l économe vruelle, Economca Caballero R, Farh E e Gournchas P-O, 2006 An Equlbrum Model of Global Imbalances and Low Ineres Raes, Ths Draf: Februar 2006 Dooley M, Folkers-Landau D e Garber P, 2003 An Essay on he Revved Breon Woods Sysem, NBER Workng Paper No 997, Sepembre Edwards S, 2004 Thry Years of Curren Accoun Imbalances, Curren Accoun Reversals and Sudden Sops, NBER Workng Paper Seres, Workng Paper 0276, Janver Echengreen B, 2006 Global Imbalances: The New Economy, he Dark Maer, he Savvy Invesor, and he Sandard Analyss, Unversy of Calforna, Berkeley, Mars Gruber J e Kamn S, 2005 Explanng he Global Paern of Curren Accoun Imbalances, Board of Governors of he Federal Reserve Sysem, Inernaonal Fnance Dscusson Papers, Number 846, Novembre Inernaonal Moneary Fund, 2005 Annual Repor, IMF Comee on Balance of Paymens Sascs Keynes J M, 929 The German Transfer Problem, The Economc Journal, Vol 39, No 53, Mars, pp -7 Obsfeld M e Rogoff K, 2005 Global Curren Accoun Imbalances and Exchange Rae Adusmens, Brookng papers nsuon, Janver Olvera-Marns, J and Plhon, D, 993 Transfers nernaonaux d'épargne e négraon fnancère, L'épargne, Arus, P, Bsmu, C and Plhon, D (eds), L'épargne, PUF, Pars, pp 3-46 Sapora G, 2006 Probablés, analyse des données e sasques, Edons Technp, Pars Subacch P, 2005 Macroeconomc performance and global capal flows: s here a role for Europe o play?, Royal Insue of Inernaonal Affars, Chaham House, Tokyo Club Foundaon for Global Sudes, Kyoo, 2-22 Novembre 7

18 Annexe : Composon de l échanllon Pays Zone PIB (2002) en mllons de dollars Populaon (2002) en mllons Pays Zone PIB (2002) en mllons de dollars Populaon (2002) en mllons Afrque du Sud afq ,434 Japon ap ,066 Allemagne edo ,35 Jordane ase ,307 Angola afq ,554 Kenya afq ,387 Arabe saoude opep ,502 Koweï opep ,2 Argenne aml ,33 Lban ase ,678 Ausrale cmw ,547 Malase ase ,662 Aurche edo ,48 Maroc afq 364 3,68 Bahreïn ase ,656 Mexque aml ,48 Bangladesh ase ,657 Myanmar ase ,282 Bolve aml ,445 Népal ase ,874 Boswana afq 5294,63 Norvège edo ,536 Brésl aml ,94 Nouvelle-Zélande cmw 597 3,908 Bulgare ede ,662 Oman ase ,73 Canada cmw ,902 Ouganda afq ,74 Chl aml ,497 Paksan ase ,404 Chne ase ,276 Panama aml ,92 Chypre edo ,767 Paraguay aml ,884 Colombe aml ,008 Pays-Bas edo ,23 Corée du Sud ase ,829 Pérou aml ,769 Cosa Rca aml ,835 Phlppnes ase ,995 Côe d'ivore afq 693 6,253 Pologne ede ,625 Cuba aml 29875,227 Porugal edo ,434 Danemark edo ,477 Qaar opep ,793 Égype afq ,33 Républque domncane aml ,596 El Salvador aml ,354 Roumane ede ,404 Émras arabes uns opep ,446 Royaume-Un edo ,207 Équaeur opep ,92 Sngapour ase ,98 Espagne edo ,53 Soudan afq ,09 Éas-Uns usa ,676 Sr Lanka ase 656 9,577 Éhope afq ,947 Suède edo ,954 Ex-Tchécoslovaque ede ,666 Susse edo ,362 Ex-URSS ede ,35 Syre ase ,56 Ex-Yougoslave ede ,39 Tawan ase ,454 Fnlande edo ,93 Tanzane afq ,594 France edo ,5 Thaïlande ase ,645 Ghana afq ,63 Trné e Tobago aml 934,2 Grèce edo ,604 Tunse ase 203 9,77 Guaemala aml ,542 Turque edo ,309 Honduras aml ,54 UEBL edo ,763 Hongre ede ,083 Uruguay aml ,363 Inde ase ,73 Venezuela opep ,288 Indonése opep ,326 Yémen afq ,70 Irlande edo ,879 Somme de l'échanllon Islande edo , ,996 Israël ase ,03 MONDE ,93 Iale edo ,955 Jamaïque aml ,68 Par du monde représenée par l'échanllon 97,74% 88,49% 8

19 Annexe 2 : Réparon géographque de l échanllon en 2002 Pays/zone code Nombre de pays %age Europe de l'oues edo 9 2,3% Amérque lane aml 8 20,2% Afrque afq 3 4,6% Aures Ase ase 3 4,6% OPEP opep 7 7,9% Ase émergene ase 7 7,9% Europe de l'es ede 7 7,9% Commonwealh cmw 3 3,4% Éas-Uns usa,% Japon ap,% Toal 89 00% Annexe 3 : Calcul du rao «rou nor» sur somme des ransacons couranes On déermne ou d abord le «rou nor» (TN) à l nsan : 89 TN = BC = Les sommes des débs (SDCC) e des créds (SCCC) de compe couran son calculées comme su : 89 SDCC = DCC = = 89 SCCC CCC Enfn, la par du «rou nor» dans la somme des ransacons couranes (PTN) es obenue par le rao suvan : = PTN = SDCC TN + SCCC Annexe 4 : Calculs relafs à la pérodsaon La méhode ACP La méhode ulsée es une analyse en composanes prncpales (ACP) sur une marce X ncluan 89 pays e 36 années Seuls les pays possédan une sére complèe de données de déséqulbres de la balance courane e ayan un PIB moyen supéreur à 5 mllards de dollars dans la pérode on éé nclus 9

20 X d 2 = d d 89 Cee méhode consse à denfer les axes orhogonaux qu explquen le meux la varance oale (nere) des données représenées dans la marce D L nere oale du nuage des pons es donnée par l équaon suvane : I g n = = d 2 g n (); où d es le veceur conenan la sére complèe des déséqulbres du pays e g es le pon moyen ou cenre de gravé du nuage des déséqulbres, lequel es auss un veceur conenan la moyenne des déséqulbres de l ensemble des pays pour chacune des années dans la marce (g =[E(967), E(968),, E(2002)]) Ans le bu de la méhode ACP es de remplacer les varables orgnales (d 67, d 68,, d 02 ) corrélées enre elles par de nouvelles varables que l on nomme composanes prncpales Ces composanes son des combnasons lnéares des d qu ne son pas corrélées enre elles e qu prennen en compe au maxmum la varance du nuage de pons, c'es-à-dre, l nere Un des avanages de cee méhode, c es qu elle perme de proeer les varables sur les composanes déermnées, auss nommées axes Ces axes on la caracérsque d êre duaux, ce qu perme de proeer auss ben les varables que les observaons dans un ou pluseurs des axes reenus De cee façon, nore analyse des déséqulbres nernaonaux peu s'nerpréer en même emps comme: (a) le regroupemen des années présenan une srucure des déséqulbres nernaonaux semblables; ou, (b) le regroupemen des pays ayan des raecores de déséqulbres smlares dans la pérode analysée La magnude du déséqulbre es une parcularé de nore analyse qu do êre précsée De par sa concepon le modèle prend en compe la valeur absolue des déséqulbres d un côé mas le néglge de l aure Par exemple, un pays qu a des excédens (ou défcs) élevés par rappor à la moyenne (le veceur g) sera davanage prs en compe dans la déermnaon des axes qu un pays qu a des déséqulbres proches de la moyenne D une par, éan donné que l on ulse des données de déséqulbres de balance courane sans les rapporer à la alle des économes par exemple le PIB les axes déermnés nous nformen de l ncdence des pays sur l ensemble du déséqulbre global e non sur la suaon économque nerne de chaque pays Un pays qu présene des excédens (ou défcs) mporans en ermes absolus e possède un PIB rès élevé, conrbuera foremen au déséqulbre global de cee année mas sa suaon économque naonale n en sera pas nécessaremen affecée D aure par, la méhode proposée va sandardser les varables selon leur propre écar-ype, ce qu lme l effe des dfférences des unés enre varables Cela mplque dans nore modèle que le pods de chaque pays dans le déséqulbre oal d une cerane année es relavsé par la dsperson des déséqulbres de cee même année Un pays qu aura le plus grand excéden 20

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques Mécansme nernaonal de la ransmsson des cycles économques enre les Éas-Uns e les pays Asaques Amra MAJOUL majoul_amra@homal.com Appled Quanave Analyss Un (UAQUAP) - ISG and GATE (UMR 5824- CNRS), Hgher

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres

Plus en détail

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE Revue économque de l OCDE, n 37, 2003/2 LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE par Paul Schreyer TABLE DES MATIÈRES Inroducon... 186 Servces du

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT UNE POITIQUE DE AINTENANE PREVENTIVE ASSOIEE A UNE DEGRADATION AUUATIVE BIVARIEE OBSERVEE ONTINUENT A PREVENTIVE AINTENANE POIY ASSOIATED WITH A ONTINUOUSY OBSERVED UUATIVE BIVARIATE DETERIORATION Ha Ha

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression Modélsaon e smulaon de l hydroformage de lners méallques pour le sockage d hydrogène sous haue presson J.C. Geln, C. Labergère,. Boudeau, S. Thbaud Insu FEMTO-ST, Déparemen Laboraore de Mécanque Applquée

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires ÉLECTOCINÉTIQUE chapre 3 égmes ransores En régme connu, les composanes capacves e nducves d un crcu son analogues respecvemen à un crcu ouver e à un cour-crcu. Elles n on donc aucun nérê. Cependan, s un

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016 e d a : f C n d e n g ABONNEZVOUS! 20152016 #famllest La aon 20142015 a éé rche en rebondemen, en upen e en émoon Nou ouhaon vou remercer d avor oujour éé à no côé e de nou avor poué juqu en demfnale.ce

Plus en détail

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les L essenel du cours proposé par Mahmoud Gazzah Le condensaeur, le dpôle Descrpon sommare d un condensaeur Défnon e symbole : Un condensaeur es consué de deux armaures méallques séparées par un solan appelé

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique,

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique, Plan Défnon, Régresson Lnéare Mulple Massh-Réza Amn Technques d Analyse de Données e Théore de l Informaon Maser M IAD Parcours Recherche amn@polea.lp6.fr Hsorque, Inerpréaon géomérque de la soluon, Len

Plus en détail

Les dispositifs de commutation

Les dispositifs de commutation Les dsposfs de commuaon 1. Les dsposfs de commuaon élecronques des sgnaux Les dsposfs élecronques de commuaon des sgnaux fonconnen en mode «ou ou ren» (mode bnare). Les deux éas possbles du composan son

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés uméro 27/4 - Julle 27 Gude praque des compes chaînés Luc EYRAUD Gude praque des compes chaînés Luc Eyraud Ce documen de raval n engage que ses aueurs. L obje de sa dffuson es de smuler le déba e d appeler

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle Recuel u Symposum 014 e Sasque anaa Au-elà es méhoes raonnelles enquêes : l aapaon à un mone en évoluon Propréés es mesures e la épense énergéque quoenne habuelle Wayne A. Fuller 1 e Dave Oshus Résumé

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire UNIVERSITE DE PARIS X Année unversare 008-009 UFR SEGMI L Econome & Geson Travau drgés Sasques Economques Fasccule 3 N. CHEZE e D. ABECASSIS Eercces reprs ou adapés de G. NEUBERG RÉGRESSION Eercce Graphque

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Unvesé de Monéal Faculé des As e des Scences Dépaemen des Scences Economques ANALSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Rappo de echeche pésené pa :

Plus en détail

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples Décomposon d une fracon raonnelle en élémens smples I Premère éape Dvson eucldenne de polynômes On rappelle que procéder à la dvson eucldenne d un polynôme A par un polynôme B non nul, c es écrre A BQ

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π edressemen monophasé commandé C.P.G.E-SI-SAFI edressemen monophasé commandé Inroducon : Un monage redresseur commandé perme d obenr une enson connue réglable à parr d une enson alernave snusoïdale. L ulsaon

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique Fondemens héorques e base méhodologque de l analyse emprque de la noon de convergence économque Isabelle SAE Maser 1 «Ingénere économque» 006-007 Depus la révoluon margnalse des années 1870 la macroéconome

Plus en détail

MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS. Michèle VAYN pour le PMI de Vélizy 12 février 2014

MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS. Michèle VAYN pour le PMI de Vélizy 12 février 2014 MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS Mchèle VAYN pour le PMI de Vlzy 12 fvrer 2014 I - Cas concre II - Aous e rsques III - Smludes / dfferences : fausse queson IV Posonnemen : cl du succès I

Plus en détail

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain Chapre II- Le marché nancer à l avenr nceran Les agens économques qu achèen des res son movés par une espérance de renablé supéreure à celle que peu leur procura l épargne de sans rsque du marché monéare.

Plus en détail

Présentation de la plateforme

Présentation de la plateforme e o N n o a n n e o s é r a s P l u d e c Présenaon de la plaeforme Mad Doc es un espace vruel de consulaon e de mse à dsposon de suppors e nformaons produs / servces ITGA. L objecf es de connuer à s nscrre

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars FÊTES NATIONALES Janvier 1 er Andorre Fête de l'indépendance 1 er Cuba Fête de la libération 1 er Haïti Fête de l'indépendance (1804) 1 er Soudan Fête nationale 4 Myanmar Fête de l'indépendance (1948)

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle L objectif est de montrer comment une analyse statistique multivariée, plus précisément

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001 REPOBLIKAN I MADAKASIKARA anndrazana Fahafahana- Fandrosoana MINISERE DE L ECONOMIE E DE LA PLANIFICAION SECREARIA GENERAL INSIU World Bank CORNELL NAIONAL DE LA U N I V E R S I Y SAISIQUE Drecon Des Sasques

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada»

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada» Arcle «Modèles économérques de remboursemen de rês éudans au Canada» Mare Connolly, Claude Monmarquee e Al Béjaou 'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004,. 305-339. Pour cer ce arcle, ulser l'nformaon suvane

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB)

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB) Dépenses de l'administration centrale Part du PIB (%) Entreprises d'état Part de intérieur brut (%) Produits des privatisations ( de 1995) Dépenses militaires Commerce (% du PIB à la PPA) Flux nets de

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Circuits linéaires en régime transitoire

Circuits linéaires en régime transitoire MPSI - Élecrocnée I - rcs lnéares en régme ransore page 1/8 rcs lnéares en régme ransore 1 ondons nales e conné On va éder ce se passe enre enre dex régmes conns = régme ransore. es granders élecres ne

Plus en détail

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général Distr. GENERALE E/CN.4/1994/83 30 novembre 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Cinquantième session Point 22 a) de l ordre du jour provisoire DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 24 septembre 2014 fixant par pays et par groupe le montant de l indemnité spécifique

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE LECON & : LES CRCS A CORAN ALERNAF MONOPHASE LES CRCS A CORAN ALERNAF MONOPHASE - Dfférens formes de courans (e de enson Dans l'ensemble des formes de courans, nous pouvons effecuer une premère paron :

Plus en détail

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain Une lecure probablse du ccle d affares amércan Benoî BELLONE Févrer 5 (Premère verson avrl 4) Les posons prses dans ce arcle n engagen que son aueur A e ne représenen pas celles de la Drecon Générale du

Plus en détail