THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques"

Transcription

1 Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque P A THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris I Panhéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Présenée e souenue publiquemen par Peerapa WONGCHAIWAT le 13 décembre 2011 Poliique de dividende des enreprises sur les marchés émergens d Asie Direceur de hèse : M. Thierry CHAUVEAU JURY : M. Gunher CAPELLE-BLANCARD Professeur à l Universié Paris 1 M. Thierry CHAUVEAU (Direceur) Professeur émérie à l Universié Paris 1 M. François GARDES Professeur à l Universié Paris 1 M. Joël METAIS (Rapporeur) Professeur à l Universié Paris 9 Mme. Caherine REFAIT-ALEXANDRE (Rapporeur) Professeure à l Universié de Franche- Comé

2

3 L Universié de Paris 1 Panhéon Sorbonne n enend donner aucune approbaion ni improbaion aux opinions émises dans cee hèse. Ces opinions doiven êre considérées comme propres à leurs aueurs.

4

5 A mes parens A mes grand-mères

6

7 Remerciemens Je iens en premier lieu à remercier Monsieur le Professeur Thierry Chauveau, pour la confiance qu il m a accordée en accepan la direcion de cee hèse. Tou au long de ces années, il m a laissé une grande liberé dans l orienaion de mon ravail de recherche. Ses conseils e encouragemens consiuen la clé de l abouissemen de ce ravail. Qu il rouve ici l expression de ma profonde reconnaissance. Mes remerciemens s adressen égalemen à Monsieur Joël Meais e Madame Caherine Refai-Alexandre d avoir accepé de rapporer cee hèse, ainsi qu à Messieurs Gunher Capelle-Blancard e François Gardes de faire parie du jury. Je iens par la même occasion à remercier vivemen le gouvernemen haïlandais qui m a ocroyé une bourse afin de poursuivre des éudes supérieures en France e de découvrir la culure française e en apprendre la langue. Par la même occasion, je remercie les personnels du bureau de l éducaion à l ambassade royale de Thaïlande à Paris pour leur genillesse. Je iens aussi à exprimer ma reconnaissance au service de la recherche économique de NATIXIS de Monsieur le Professeur Parick Arus qui m a permis d avoir une bonne expérience dans le monde du ravail e pariculièremen, Monsieur Moncef Kaabi pour ses conseils en économérie. Sa genillesse e ses remarques m on permis de réaliser un bon débu sur des éudes empiriques. Mes remerciemens von égalemen à mes collègues noammen, les économises de l Asie émergene ainsi que l équipe de base de données saisiques pour la sympahie e la genillesse. J adresse mes remerciemens à l ensemble des membres du laboraoire de recherche TEAM, devenu depuis le CES. Je remercie égalemen ou le personnel adminisraif de l Universié Paris 1 e celui de la Maison des Sciences Économiques e en pariculier Madame Elda André qui m a accueilli avec bienveillance.

8 Enfin, je remercie du plus profond de mon cœur ma famille qui m es chère, mes parens, mes grand-mères, mon frère e ma sœur pour la confiance, l encouragemen e l amour qu ils m on émoignés duran oues ces années ainsi que la paience qu ils on su conserver pendan cee longue période. Merci à vous, mes amis e mes collègues de ravail pour le souien e le moral, surou à ceux qui m aiden pour la relecure e la correcion de ma hèse.

9 Table des maières Inroducion générale... 1 Chapire 1 : Revue de liéraure... 7 Secion 1 : Neuralié de la poliique de dividende Le modèle de Modigliani e Miller Les modèle de Gordon, de Brennan e de Rubinsein Le modèle de De Angelo e De Angelo Le modèle de Handley Conclusion de la secion Secion 2 : Poliique de dividende e fiscalié Aperçu général de la fiscalié Les modèles de clienèle Les modèles de clienèle saique Les modèles de clienèle dynamique Résulas complémenaires Conclusion de la secion Secion 3 : Poliique de dividende e héorie de la signalisaion Aperçu général de la héorie de la signalisaion Les modèles de signalisaion par les dividendes Le modèle de Bhaacharya Le modèle de John e Williams Le modèle de Miller e Rock Les aures modèles de signalisaion Les éudes empiriques du conenu informaif des dividendes... 68

10 3.3.1 Les changemens de dividendes devraien êre suivis par les changemens de même sens des bénéfices fuurs Les changemens imprévus de dividendes enraîneraien par les changemens de même sens des cours des acions Les changemens imprévus de dividendes devraien êre accompagnés par les révisions de même sens des anicipaions de bénéfices fuurs Conclusion de la secion Secion 4 : Poliique de dividende e héorie de l agence Aperçu général sur la héorie de l agence Poliique de dividende e coûs d agence des fonds propres Poliique de dividende e coûs d agence de la dee Poliique de dividende e cash-flows disponibles Théorie de l agence e proecion des invesisseurs Le dividende comme résula de la proecion juridique des acionnaires Le dividende comme subsiu à la proecion juridique des acionnaires Résulas empiriques de modèles d agence selon La Pora, Lopez-de-Silanes, Shleifer e Vishny (1999) Conclusion de la secion Secion 5 : Poliique de dividende e gouvernance d enreprise Aperçu général sur la gouvernance d enreprise Mécanismes de gouvernance inernes Mécanismes de gouvernance exernes Poliique de dividende e gouvernance d enreprise Éudes empiriques Conclusion de la secion Secion 6 : Rachas d acions Les modaliés des rachas d acions Les héories de rachas Comparaison enre rachas e dividendes

11 6.4 Résulas des éudes empiriques Éudes empiriques fondées sur la héorie de l agence ou celle des cash-flows disponibles Les dividendes e les rachas : complémens ou subsius? Conclusion de la secion Conclusion du chapire Chapire 2 : Éudes empiriques Secion 1 : Inroducion aux marchés émergens d Asie Analyse macroéconomique Analyse du marché boursier Analyse des sysèmes financiers e juridiques Conclusion de la secion Secion 2 : Modèle d ajusemen pariel de Linner Inroducion au modèle d ajusemen de Linner Le modèle Criique du modèle de Linner Échanillon e saisiques descripives Sélecion de l échanillon Définiion des variables Méhodes e résulas économériques Méhodes économériques Résulas économériques Comparaison des deux modèles : modèle «classique» e modèle «amélioré» Taxaion de dividendes Prolongemen du modèle Conclusion de la secion

12 Secion 3 : Modèle des déerminans de la poliique de dividende Inroducion e revue de liéraure Développemen des hypohèses Échanillon e saisiques descripives Sélecion de l échanillon Définiion des variables Srucure de propriéé Méhodes e résulas économériques Méhodes économériques Résulas économériques Cas de la Chine Cas de Hong Kong Cas de l Inde Cas de la Corée du Sud Cas de la Malaisie Cas de Singapour Cas de la Thaïlande Prolongemen du modèle Conclusion de la secion Conclusion du chapire Conclusion générale Bibliographies

13 Inroducion générale La finance d enreprise a pour obje l éude des décisions économiques e financières des enreprises. Elle pore sur rois décisions sraégiques fondamenales : la décision d invesissemen, la décision de financemen e la décision de rémunéraion des fonds propres ou poliique de dividende. C es à cee dernière qu es consacrée nore hèse. La poliique de dividende demeure un suje de conroverse. Il n exise pas, en effe, de consensus sur ce que serai une poliique opimale de disribuion. Au conraire, en dépi de développemens héoriques récens, e malgré de nombreuses éudes empiriques sur les poliiques effecivemen adopées par les enreprises, la décision de disribuion des dividendes demeure largemen inexpliquée. Compe enu de la complexié de la quesion, Black (1976) a parlé de dividend puzzle. Les éudes empiriques menées dans les pays développés n on que pariellemen permis de rancher enre les diverses héories ; Nous avons donc pensé qu il serai inéressan de confroner ces héories à de nouvelles données : d où l idée de nous pencher sur les enreprises localisées dans les pays émergens d Asie. En effe, il exise peu d éudes empiriques poran sur la poliique de dividende d enreprises de pays émergens. Il sera alors inéressan de vérifier si les héories radiionnelles exisanes peuven ou non s appliquer dans ces pays. La problémaique générale de nore ravail de hèse s inscri dans une démarche progressive. Elle consiue une enaive pour apporer quelques élémens de réponse à des quesions non encore résolues sur la poliique de dividende sur les marchés émergens d Asie. Avan d éudier les poliiques menées par les dirigeans des enreprises localisées dans les pays émergens d Asie, il nous fau nous doer des ouils d analyse indispensables. Aussi divisons-nous cee hèse en deux chapires. Le premier es dévolu à une présenaion

14 2 Inroducion générale de différenes analyses héoriques de la poliique de dividende e de cerains résulas économériques obenus sur des enreprises de pays développés alors que, dans le second, nous fournissons des éudes empiriques originales sur les marchés émergens d Asie. Le premier chapire de cee hèse propose une revue de la liéraure économique poran sur la poliique de dividende des enreprises. Il raie en pariculier des différenes héories, en paran de la hèse de la neuralié des poliiques de dividende elle qu elle a éé formulée iniialemen par Modigliani e Miller (secion 1), pour ensuie présener les amélioraions héoriques qui on éé apporées à ce modèle, en levan des hypohèses resricives. Le scandale es de dépar a éé provoqué par Modigliani e Miller (1961). Ceux-ci on, en effe, éabli dans l aricle princeps de 1961, que la poliique de dividende n a aucun impac sur la valeur de l enreprise dans un marché parfai. Les acionnaires son alors oalemen indifférens enre recevoir des revenus sous forme de dividendes ou de plusvalues. Par conséquen, la valeur boursière de l enreprise n es pas affecée par les variaions des monans de dividendes versés. Telle es la hèse de la neuralié de la poliique de dividendes qui a éé avancée pour la première fois par ces aueurs. Néanmoins, cee hèse ne fai pas l unanimié. Les objecions formulées à son enconre peuven êre regroupées en deux groupes : les criiques inernes e les criiques exernes. Le raisonnemen de Modigliani e Miller a d abord éé conesé au nom des ineracions enre les «rois» décisions financières fondamenales : invesissemen, financemen e disribuion. A la fin de chaque année, les dirigeans d une enreprise doiven décider du monan des liquidiés qui seron disribués aux acionnaires sous la forme de dividendes. Pour ce faire, ils doiven effecuer réparir les liquidiés disponibles enre disribuion e réinvesissemen. Il s ensui que les décisions des enreprises en maière de dividendes son souven liées à d aures décisions comme celles relaives à l invesissemen e à son financemen. Ceraines enreprises disribuen des dividendes peu élevés parce que leurs dirigeans son confians en l avenir de leur enreprise : ils meen alors des fonds en réserves pour leurs projes de développemen. Dans ce cas, la disribuion de dividendes n es que résiduelle : c es la conséquence d une poliique

15 Inroducion générale 3 d invesissemen. Une aure enreprise financera ses dépenses d invesissemen par des empruns, ce qui lui permera d avoir des fonds disponibles pour rémunérer les acionnaires. Dans ce cas, la disribuion de dividendes n es que l envers d une poliique d endeemen. Il es donc difficile, dans un cas comme dans l aure, d isoler la poliique de dividende des aures décisions financières qui son largemen considérées comme exogènes chez Modigliani e Miller (1961). Les criiques exernes meen en avan l imporance des «imperfecions» du marché. Sous ce erme nous regroupons l exisence de frais de ransacions, l irraionalié des agens, une fiscalié qui n es pas neure, une informaion asymérique e l appariion de conflis d inérês. Dans nore hèse, nous nous inéresserons principalemen à rois problèmes majeurs : la fiscalié, l asymérie d informaion e les conflis d inérês. Lorsque les dividendes e les plus-values ne son pas imposés au même aux, il peu y avoir une disorsion fiscale (secion 2). En pariculier, les dividendes son plus axés que les plus-values. Dans ce cas, il n es pas raisonnable pour l enreprise de disribuer les dividendes. Or l on observe, paradoxalemen, que non seulemen le monan des dividendes versés es imporan mais que le aux de disribuion correspondan l es aussi. On peu, sans doue, lever le paradoxe en observan que les acionnaires ne son pas imposés de la même façon. Une enreprise peu disribuer des dividendes en enan compe des préférences de chaque ype d acionnaire. Ceux qui son lourdemen imposés reçoiven alors moins de dividendes. Plus généralemen, nous essayerons de comprendre si l effe de fiscalié peu rendre la poliique de dividende opimale. En cas de problème d asymérie d informaion, la héorie de la signalisaion (secion 3) considère le dividende comme un ouil de communicaion enre l enreprise e son marché. Les informaions financières ransmises aux invesisseurs par les dirigeans de sociéés peuven êre présenées de façon avanageuse pour l enreprise. Ces dirigeans son naurellemen inciés à fournir la meilleure image possible de l enreprise même si celle-ci ne reflèe pas vraimen la réalié. Les enreprises réellemen renables von donc chercher à se disinguer des aures par des poliiques que ces dernières ne seron pas en mesure d imier. La poliique de disribuion des dividendes perme alors à l enreprise prospère de se disinguer puisqu elle nécessie de disposer des flux de résorerie. De plus, la poliique de dividende perme aux dirigeans de monrer au marché qu ils meen en place une

16 4 Inroducion générale poliique appropriée en maière de financemen e de développemen e qu ils anicipen de bons résulas. La héorie de l agence (secion 4) monre qu en cas de confli enre les dirigeans e les acionnaires, ces derniers peuven uiliser le dividende comme une arme sraégique afin de discipliner les dirigeans e de les forcer à prendre en considéraion leurs inérês. Une poliique de dividende généreuse aura pour conreparie un appel croissan soi aux acionnaires, soi aux créanciers pour le financemen de l enreprise. Pour résoudre efficacemen le confli d inérê enre dirigeans e acionnaires, le concep d une gouvernance d enreprise (secion 5) a donc éé inrodui dans la liéraure financière. Il s agi d un mécanisme inerne ou exerne qui limie les problèmes d inérês enre différenes paries prenanes dans l enreprise. Une bonne gouvernance perme donc de créer de la valeur pour la sociéé qui le praique. Il exise cependan une aure méhode de disribuion des bénéfices aux acionnaires. Lorsque les dividendes son imposés à un aux supérieur à celui des plusvalues, il es préférable pour l enreprise, selon Modigliani e Miller (1961), de racheer ses acions au lieu de verser des dividendes. Cee découvere a conribué à un succès inconournable de racha d acions en raison de coû fiscal (secion 6). Les quesions qui viennen d êre évoquées son déaillées dans un premier chapire où son présenées les différenes héories relaives à la poliique de dividende. Les exemples desinés à illusrer ces héories son irés d éudes poran sur les enreprises siuées dans des pays développés. La deuxième parie de la hèse es consacrée l éude des poliiques de dividende menées par les enreprises des pays émergens d Asie. Nous nous demandons alors commen les enreprises dans ces marchés se comporer en ermes de décision relaive à des versemens de dividende. Puisque les héories exisanes on éé uilisées pour expliquer des comporemens des enreprises dans les pays développés, les enreprises dans les pays émergens peuven-elles avoir les mêmes

17 Inroducion générale 5 comporemens bien que les condiions économiques e financières ne soien pas les mêmes? Praiquen-elles un processus de lissage de dividende lorsqu elles versen des dividendes? Disposen-elles d un aux de disribuion cible? E quelles son les aures variables qui peuven influencer la poliique de dividende? Le modèle de développemen (secion 1) des pays émergens a connu un grand succès duran ces dernières décennies. L objecif es d éudier à la fois les caracérisiques macroéconomiques e microéconomiques e les sysèmes de financemen ainsi que les sysèmes juridiques sur ces marchés spécifiques. Malgré une fore croissance, les pays émergens souffren cependan de la dépendance commerciale basée sur une par imporane des exporaions dans leurs économies. Le modèle d ajusemen pariel de Linner (secion 2) nous monre que les dividendes courans dépenden à la fois des dividendes passés e des bénéfices courans. Les enreprises fixe un aux de disribuion cible à long erme. Elles enen donc de lisser des dividendes en foncions des bénéfices réalisés afin d aeindre son aux cible. Ce modèle provien des observaions empiriques e son souven vérifiées dans la praique. Enfin, nous nous concenrerons sur le modèle de déerminans de la poliique de dividende (secion 3). Ce modèle perme de prendre en compe plusieurs variables financières suscepibles d influencer la décision des dividendes versés dans une enreprise. Il es clair que dans une enreprise il exise d aures faceurs qui peuven avoir un impac sur le choix de disribuion. Les bénéfices ne son pas les seuls déerminans. Nous essayons égalemen d associer différenes variables aux héories concernées afin d expliquer héoriquemen les résulas obenus.

18

19 Chapire 1 : Revue de liéraure

20 8 Chapire 1 : Revue de liéraure Le dividende représene une composane fondamenale de la renabilié qui perme de saisfaire les acionnaires désiran un revenu élevé. Il perme égalemen de ransmere de l informaion enre les dirigeans, les acionnaires e le marché ou de discipliner les dirigeans pour que ces derniers prennen en considéraion les inérês des acionnaires dans leur processus de décision. Les éudes empiriques poran sur la poliique de dividende son nombreuses. Elles son fondées sur des raisonnemens ou des héories différenes. Il es donc difficile d inerpréer leurs résulas sans avoir examiné, au préalable, les différens modèles héoriques servan de référence aux éudes empiriques. Ce premier chapire es donc consacré à une revue déaillée de la liéraure relaive à la héorie de la poliique de dividende. Ce chapire es divisé en six secions. Nous exposons ou d abord, dans la première secion, la héorie de la neuralié de la poliique de dividende (sur un marché parfai). L éape suivane consise à examiner en déail les différens modèles qui on éé proposés à la suie de l aricle princeps de Modigliani e Miller (1961). Nous monrerons que le fameux héorème de neuralié ne fai pas l unanimié dans la liéraure économique. La démonsraion sera effecuée progressivemen dans les cinq secions suivanes. Nos commençons par aborder, dans la deuxième secion, la quesion du lien enre poliique de dividende e fiscalié. Dans les rois secions suivanes, nous nous penchons sur l éclairage que peuven apporer à l éude de la poliique de dividende, la héorie de la signalisaion, celle de l agence e l analyse de la gouvernance d enreprise. Enfin, la sixième secion s inéressera pariculièremen aux rachas d acions qui représenen un aure mode de disribuion des bénéfices qui semble avoir beaucoup de succès à l heure acuelle, en raison de sa flexibilié.

21 Secion 1 : Neuralié de la poliique de dividende 9 Secion 1 : Neuralié de la poliique de dividende Sur un marché à l équilibre où il n exise pas d imperfecion, la disribuion de dividende n affece pas la valeur de l acion e les invesisseurs son indifférens enre recevoir des revenus sous forme de dividendes ou de plus-values. Ainsi peu-on résumer l approche de Modigliani e Miller (1961) en maière de poliique de dividende. Plusieurs aueurs on validé la neuralié de la poliique de dividende sur un marché parfai, en uilisan différenes approches économiques. Aussi présenons-nous, dans cee secion, les modèles de Gordon (1962), de Brennan (1971) e de Rubinsein (1976) qui fon ous appel à une évaluaion de la valeur d une acion par acualisaion de ses dividendes fuurs. Une quaranaine d années s éaien écoulées depuis la hèse de neuralié Modigliani e Miller lorsque De Angelo e De Angelo (2006) on suggéré que sur un marché parfai, la poliique de dividende n es pas neure e que la poliique d invesissemen n es pas le seul déerminan de la valeur de l enreprise. Ils on donc mis en cause la neuralié de la poliique de dividende en uilisan une approche un peu différene de celle de Modigliani e Miller. Un peu plus ard, Handley (2008) a réconcilié l approche de De Angelo e De Angelo avec celle de Modigliani e Miller en mean l accen sur le rôle des rachas d acions e des coûs d agence. Le déba es donc oujours d acualié. L obje de cee secion es d éudier les modèles relaifs à la quesion de la neuralié de la poliique de dividende sur la valeur de l enreprise. Nous divisons cee secion en quare paries. Dans un premier emps, nous éudions le modèle de Modigliani e Miller d abord dans le cadre d un univers cerain, puis dans celui où l inceriude prévau. Nous revenons, dans un deuxième emps, sur les modèles de Gordon (1962), de Brennan (1971) e de Rubinsein (1976). Nous présenons ensuie le modèle de De Angelo e De Angelo qui analysen l impac d une poliique de dividende, lorsque la réenion de bénéfices es possible e l éude de Handley (2008) qui a criiqué celle de De Angelo e De Angelo (2006). Enfin, nous présenons la conclusion générale sur la poliique de dividende

22 10 Chapire 1 : Revue de liéraure dans un marché parfai e l inroducion au monde réel où exisen des imperfecions du marché. 1.1 Le modèle de Modigliani e Miller Modigliani e Miller (1961) monren que, sous ceraines condiions e pour un niveau d invesissemen donné, le monan des dividendes disribués n a pas d impac sur le prix de l acion. Ainsi, ces aueurs concluen-ils qu il n exise pas de poliique de dividende opimale e que, dans ces condiions, La valeur d une enreprise sociéé es indépendane de la poliique de dividende. Cee valeur ne dépend que de la poliique d invesissemen. Il es imporan mainenan de rappeler ceraines condiions nécessaires à ce résula. La hèse de Modigliani e Miller repose principalemen sur les rois hypohèses suivanes : la perfecion des marchés de capiaux : aucun agen, qu il soi acheeur ou vendeur, n a une aille suffisammen grande pour avoir un impac sur le prix. Tous les agens on le même accès aux informaions qui son grauies e disponibles pour ous. Il n exise pas de coû de ransacion ni de frais de commission. De plus, il n exise pas de disorsion fiscale enre l imposiion des dividendes e celle des plus-values ; la raionalié des agens : ceux-ci préfèren oujours êre plus riches ils son indifférens à la naure de leurs revenus (versemen de dividendes ou plusvalues en capial) ; la ceriude parfaie : elle implique une assurance complèe, pour les invesisseurs, en maière d invesissemens e de profis fuurs. Il n es alors pas nécessaire de faire la différence enre une obligaion e une acion en an que ressources de la sociéé. Sous ces hypohèses, l évaluaion des prix des acions peu êre obenue en uilisan le principe fondamenal suivan : le prix de l acion es el que le aux de rendemen (dividende + plus-value en capial invesi) de chaque acion es le même sur le marché quelle que soi la période. Nous pouvons alors illusrer cee formulaion par l équaion suivane :

23 Secion 1 : Neuralié de la poliique de dividende 11 d j ( +1) + p j ( +1) " p j () p j () = #( +1)! où ou [ ] 1 p j () = 1+ "( +1) d ( +1) + p j j ( +1) p j ( +1) es le prix d acion pour la sociéé j à la fin de la période (, +1) ;! p j () es le prix d acion pour la sociéé j au débu de la période (, +1) ;!! d j ( +1) es le dividende par acion payé par la sociéé j à la fin de la période (, +1) ; "( +1) représene le aux du marché pendan la période (, +1) ; Cee égalié peu êre obenue grâce à parir d un argumen d arbirage. Si elle! n éai pas vérifiée, les acionnaires qui déiennen des acions qui rapporen peu (rendemen bas - prix élevé) pourraien augmener leur richesse en vendan ces acions e invesir dans celles qui rapporen plus (rendemen élevé - prix bas). Ce processus peu en effe faire baisser le prix des acions ayan un rendemen faible e augmener celui des acions ayan un rendemen élevé jusqu à ce que la différence en ermes de rendemen soi éliminée. Quoi qu il en soi, en somman les équaions ci-dessus, nous obenons l équaion suivane : 1 V j () =!" 1+!( +1) D ( +1)+ n ()p j j j ( +1) # $ 1 =!" 1+!( +1) D ( +1)+V ( +1)% m ( +1)p j j j j ( +1) # $ où n j () es le nombre d acions en circulaion au débu de la période (, +1). m j ( +1) représene le nombre de nouvelles acions émises à la fin de la période (,! +1).!! n j ( +1) = n j () + m j ( +1) ; V j () = n j ()p j () es la valeur oale de la sociéé au débu de la période (, +1). D ( ) = n( ) d( ) es le monan des dividendes payés à la dae.!

24 12 Chapire 1 : Revue de liéraure D après cee nouvelle équaion, nous pouvons déduire que la valeur oale de la sociéé es posiivemen affecée par les dividendes D j (+1), mais qu elle es négaivemen affecée par le erme ( "m j ( +1)p j ( +1)). Cela veu dire que, plus la sociéé disribue de dividendes, plus elle aura besoin de financemen exerne pour son invesissemen. Dans ces condiions, les quesions que nous pouvons nous poser son les suivanes :! quelle es la meilleure sraégie que la sociéé doi adoper pour financer son invesissemen? Fau-il réduire les dividendes e comper sur un financemen inerne grâce à la réenion (bénéfices mis en réserves) ou bien fau-il augmener les dividendes e uiliser un financemen exerne (émission de nouvelles acions)? Soien I j (+1) l invesissemen e X j (+1) le bénéfice ne oal de la sociéé j de la période (, +1) ; nous pouvons obenir la relaion suivane en écrivan l égalié des emplois e des ressources de la période (, +1) : [ ] m j ( +1) p j ( +1) = I j ( +1) " X j ( +1) " D j ( +1) En subsiuan cee relaion dans l équaion de la valeur de la sociéé, les dividendes on disparu e on obien la nouvelle équaion de la valeur de la sociéé :! 1 V j () " n j ()p j () = [ 1+ #( +1) X ( +1) $ I ( +1) +V j j j ( +1) ] Le erme D j (+1) n apparaî plus dans l expression. De plus, oues les aures! variables (I j(+1), X j(+1), V j(+1) e "( +1)) son indépendans de D j (+1). Nous pouvons en déduire que la valeur de la sociéé au débu de la période (, +1) n es pas affecée par la poliique de dividende pendan la période (, +1). Il es imporan de remarquer que la! valeur de la sociéé acuelle dépend égalemen de sa valeur dans le fuur V j(+1) : celle-ci ne sera bien évidemmen pas affecée par la poliique de dividende pendan la période (+1, +2). Si nous poursuivons ce raisonnemen sur plusieurs périodes, le résula demeure le même. Nous pouvons en conclure qu éan donnée la poliique d invesissemen de la sociéé, la poliique de dividende choisie n a pas d impac sur le prix de l acion. Les aueurs on éendu l analyse précédene au cas de l inceriude e ils on aboui au même résula. Dans un univers incerain, il n exise aucune raison de penser que le faceur acuariel des valeurs espérées, 1 [ 1 ρ( ) ] +, soi le même pour oues les enreprises. De plus, les valeurs anicipées par les invesisseurs son différenes les unes des aures.

25 ! où!!! Secion 1 : Neuralié de la poliique de dividende 13 Modigliani e Miller on alors proposé une aure hypohèse : celle de la raionalié symérique du marché. Cee nouvelle hypohèse conjugue deux sous-hypohèses : Premièremen, ou paricipan du marché se compore de façon raionnelle dans le sens où il ne connaî pas de saiéé en maière de richesse e où il es indifféren à la naure du revenu perçu. Deuxièmemen, en élaboran ses anicipaions, il posule que ous les aures invesisseurs se comporen de façon raionnelle e qu eux aussi croien à la raionalié des aures agens. La raionalié symérique du marché diffère de la simple raionalié de l agen sous plusieurs aspecs. En premier lieu, cee nouvelle hypohèse pore non seulemen sur les choix de chaque individu mais égalemen sur la façon don ses anicipaions son formées, compe enu du comporemen des aures. En deuxième lieu, elle fai référence à l ensemble des paricipans sur le marché e non pas à un comporemen individuel. Enfin, la raionalié symérique du marché ne peu êre déduie d un comporemen raionnel individuel puisque celui-ci ne peu influencer le comporemen des aures agens. Pour éablir la neuralié de la poliique de dividende en cas d inceriude, Modigliani e Miller considère deux enreprises 1 e 2. Ils supposen remplies les condiions suivanes ; X 1 () = X 2 (), = 0 " ; I 1 () = I 2 (), = 0 " ; D 1 () = D 2 (), = 0 ". X i () = cash flow incerain- de l enreprise i à la période (-1, ) ; I i () = invesissemen incerain- de l enreprise i à la période (-1, ) ; D i () = dividendes incerains- versés par l enreprise i à la période (-1, ) ;! Quelle es donc le profi des invesisseurs qui déiennen, à la dae 0, des acions! d une enreprise 1? La réponse à cee quesion es fournie par la relaion suivane ; ~ ~ ~ R (0) = D (0) + V (1) m~ (1) ~ (1) p1 car nous savons que l égalié emplois-ressources de la période (0,1) impose : m 1 (1) p 1 (1) = I 1 (0) " [ X 1 (0) " D 1 (0)] e que, par subsiuion, nous obenons la relaion suivane ;!

26 14 Chapire 1 : Revue de liéraure ~ ~ ~ ~ R (0) = X (0) I (0) + (1), pour l enreprise 1 ; V1 ~ ~ ~ ~ R (0) = X (0) I (0) + (1), pour l enreprise 2 par le même processus V2 ~ ~ ~ ~ Par hypohèse, nous avons les égaliés suivanes : X (0) = (0) e I (0) = (0). 1 X 2 1 I 2 ~ De plus, l hypohèse de la raionalié symérique du marché implique que la valeur V (1) de l enreprise i, à la fin de la période (0,1), dépende seulemen des perspecives en maière de bénéfices fuurs, de l invesissemen de la période (1,2) e des dividendes versés ~ pendan cee même période. Les valeurs V (1) son donc les mêmes pour les deux ~ ~ enreprises. Par conséquen, ou invesisseur doi aniciper l égalié: V (1) = (1) e, i 1 V 2 ~ ~ finalemen, l égalié : R (0) = (0) doi prévaloir. Mais, si les profi des invesisseurs 1 R 2 son égaux, la raionalié exige que les deux enreprises aien la même valeur acuelle V 0) = (0) -compe non enu des versemens de dividendes pendan la période (0,1)-. 1( V2 Supposons mainenan que les dividendes versés par les enreprises soien différens non seulemen pendan la période (0,1) mais aussi pendan la période (1,2). Éan données les égaliés des cash-flows e des invesissemens à oues les périodes e, s agissan des dividendes pour les périodes posérieures à la dae 2, force es de consaer que le ~ ~ ~ dividende de la période (1,2) ne peu affecer R (0) e V (0) que via V (1). En raison de l hypohèse de raionalié symérique du marché, un invesisseur sai, qu au débu de la période (1,2), les aures invesisseurs von valoriser raionnellemen les deux sociéés. Or le ~ ~ dividende couran n affece pas la valeur courane. Nous avons donc V (1) = (1) e de i i i 1 V 2 même V 0) = (0). Nous pouvons poursuivre ce raisonnemen jusqu à l infini. Les 1( V2 aueurs concluen qu à poliique d invesissemen fixée, la poliique de dividende es neure même dans un univers incerain. En définiive, Modigliani e Miller on donc aboui aux mêmes résulas dans le cas d un univers cerain dans celui où l inceriude prévau : la valeur de l enreprise es indépendane de la poliique de dividende, éan donné que la poliique d invesissemen es fixée. i

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Blnvifie inspirane POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Mars 2013 POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Sommre OBJECTIF DE LA POLITIQUE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Demande de travail et âge de la retraite 1

Demande de travail et âge de la retraite 1 emande de raail e âge de la reraie 1 imiri Paolini * ésumé Ce aricle explore le rôle de la demande de raail des personnes âgées dans l analyse des poliiques de reraie e de préreraie. Plus précisémen, nous

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

L efficacité de la politique économique :

L efficacité de la politique économique : UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION Thèse de docora EN SCIENCES ECONOMIQUES souenue publiquemen par Sami Ben Mim Janvier 2004 L efficacié de la poliique économique

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail