3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3 POLITIQUE D'ÉPARGNE"

Transcription

1 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs sociaux, culurels e démographiques, de phénomènes indépendans des poliiques. Les gouvernemens ne mènen pas à propremen parler des «poliiques d'épargne», mais la poliique économique, budgéaire e monéaire, a un impac sur les comporemens d'invesissemen, comme on le verra dans les chapires suivans. Avan de renrer dans ces déails, il es nécessaire d'examiner les conséquences en erme de bien-êre du choix du aux d'épargne. Ce chapire examine quelles son les conséquences poliiques du modèle de croissance néoclassique. Dans celui-ci, le aux de croissance d'éa régulier es indépendan du aux d'épargne, en revanche le aux d'épargne déermine le niveau de consommaion d'éa régulier e le aux de croissance de dynamique ransioire. Le choix du aux d'épargne a donc des implicaions en ermes de bien-êre. La secion décri ces implicaions e en pariculier le fai que l'épargne, si on la modélise comme exogène, peu êre excessive. Dans ce cas on monre qu'il nous manque, dans le cadre de cee modélisaion, des jusificaions pour mener une poliique économique. La secion modélise le cas où l'épargne es déerminée de façon endogène par des agens qui opimisen. Dans ce cas, l'économie déermine, aussi bien à l'éa régulier qu'en dynamique ransioire, le meilleur aux d'épargne possible. La secion 3 s'écare du modèle néoclassique pur e examine un cas ypique où une inefficience de marché condui à un aux d'épargne qui peu êre insuffisan. Dans ce cas, l'inervenion de la poliique économique peu conduire à un aux d'épargne meilleur. 3. L'ÉPARGNE EXOGÈNE ET L'INEFFICIENCE DYNAMIQUE Nous considérons ici, comme dans le modèle de Solow, que le aux d'épargne es exogène. Nous calculons le aux d'épargne opimal d'éa régulier, puis examinons les conséquences ransioires d'une poliique qui modifie ce aux. 3.. L'opimum de Phelps de l'éa régulier Dans le modèle de Solow à l'éa régulier, on s'inéresse aux effes du aux d'épargne sur le bien-êre. À l'éa régulier, s ne déermine pas la croissance mais les niveaux de k*, y*, c*, r*, w*. Ainsi, divers aux d'épargne ou diverses poliiques d'épargne mèneron à des éas réguliers présenan le même aux de croissance mais avec des niveaux différens de consommaion, donc de bien-êre.

2 Figure 3. : éa régulier e épargne ŷ y ˆ * c ˆ* f( k ˆ) ( x n ) kˆ ŷ f( k ˆ) ( x n ) kˆ s f ( kˆ ) y ˆ * c ˆ* s f ( k ˆ) k ˆ*( s ) ˆk k ˆ * ( s ) ˆk Sur la figure 3., le choix de s par une sociéé (s élevé ou s faible) ou par le dicaeur bienveillan, déermine le niveau de consommaion par êe à l'éa régulier, e donc le bienêre de la sociéé. Il exise donc (figure 3.) une valeur de s (e donc de k*) qui maximise le niveau de consommaion par êe d'éa régulier : c es l opimum de Phelps, qui déermine le aux d'épargne opimal de la règle d'or. Figure 3. : opimum de Phelps ŷ f( k ˆ) y ˆ * ( x n ) kˆ c ˆ or * s f ( k ˆ) or ˆ*( ) k s or ˆk Le problème d'opimisaion peu êre formalisé comme un problème de choix de ks ˆ( ) qui maximise la consommaion sous la conraine d'éa régulier : Max : cˆ ( s) ( s) f kˆ ( s) kˆ sous : s. f kˆ( s) ( x n ). kˆ( s) En reporan la conraine dans la foncion objecif on a : Max : cˆ ( s) f kˆ( s) ( x n ). kˆ( s) kˆ e la condiion du premier ordre es : f '( kˆ or ) Pmkor ( x n ). C'es la règle d'or : la consommaion par êe d'éa régulier es maximale lorsque le capial par êe d'éa régulier es el que la producivié marginale du capial es égale à

3 3 (x+n+ ). Puisque les capialises son rémunérés à la producivié marginale du capial nee de l'amorissemen Pmk e puisqu'il y a arbirage enre les deux formes d'acif, le capial e les prês r Pmk, on doi avoir l'égalié enre le aux d'inérê e le aux de croissance de l'économie : r or = (x+n). On peu calculer le aux d'épargne opimal lorsqu'on spécifie la foncion de producion par exemple avec la Cobb-Douglas ( ŷ kˆ ). En rappelan que ŷ kˆ kˆ e que dyˆ dkˆ kˆ yˆ kˆ dyˆ dkˆ e donc que s or = I Y = DK K DK / K x n Y Y / K ( / ) Pmk or L'épargne opimale es égale à la par des profis dans le revenu. Si l'on reprend la paramérisaion = /3, un aux d'épargne opimal égal à 30% paraî rès imporan, même s'il s'agi du aux d'épargne bru. Nos sociéés épargnen moins que ce aux, sauf peu-êre le Japon, comme le monre le ableau 3.. Tableau 3. : aux d'épargne des pays développés, moyenne Royaume-Uni USA Espagne Ialie Allemagne France Japon 7,%,0% 3,9% 4,4% 4,5% 5,% 33,8% Source : Summers e Heson, 99. On pourrai conclure sur cee base, que nos sociéés n'épargnen pas assez. Mais ce aux opimal, au sens de Phelps, ne l'es pas au sens uiliarise. Il es rop élevé comme on le verra dans la secion, car il ne ien pas compe de la préférence pour le présen des agens. Pour l'insan la quesion es de savoir si une sociéé qui n'épargne pas selon s or a oujours inérê à modifier son aux d'épargne pour adoper le aux opimal de la règle d'or. 3.. Dynamique ransioire e poliique économique Si le aux d'épargne es inférieur à celui de la règle d'or, alors oue augmenaion du aux d'épargne augmene le niveau de la consommaion par êe d'éa régulier. Si le aux d'épargne es supérieur à celui de la règle d'or, alors oue réducion du aux d'épargne augmene le niveau de la consommaion par êe d'éa régulier. Cee consaaion n'implique cependan pas, que la modificaion du aux d'épargne soi nécessairemen une poliique opimale au sens de Pareo (une amélioraion au sens de Pareo). Le problème es de savoir ce qui se passe duran la dynamique ransioire. ) La figure 3.3 illusre le cas d'inefficience dynamique lorsque l'épargne es rop fore (s >s or ). Si l'épargne es rop fore e donc le capial d'éa régulier k ˆ*( s ), on peu êre sûr que le dicaeur bienveillan a inérê à baisser le aux d'épargne. Ce aux d'épargne es inefficien, Quand par ailleurs on affirme que «es rop faible», c'es pour signifier que le concep de capial es plus large que le concep de capial physique. Ici quand on affirme que «s or = es rop for» c'es pour signifier que l'épargne opimale en capial physique es plus imporane que l'épargne effecive. Les deux proposiions ne son pas conradicoires.

4 4 car une consommaion par êe plus élevée pourrai êre obenue en ou poin du emps, en diminuan le aux d'épargne. Cee poliique es une amélioraion au sens de Pareo. Figure 3.3 : épargne rop fore yˆ*(s ) (x+n+δkˆ yˆ*(s or ) cˆ*(s ) s yˆ cˆ() cˆ*(s or ) cˆ*(s or ) s or yˆ cˆ*(s ) 0 kˆ*(s or ) kˆ*(s ) kˆ Dès la dae ( 0 ) de la poliique (baisse de s à s or ), la consommaion se rerouve immédiaemen au dessus de son niveau iniial e y rese duran oue la dynamique ransioire, c'es donc une bonne poliique (au sens de Pareo : oues les généraions y gagnen). Une épargne rop fore es une inefficience dynamique car une consommaion par êe plus élevée pourrai êre obenue en ou poin du emps. ) La figure 3.4 illusre le cas où l'épargne es «rop faible» (s < s or ). Si l'épargne es rop faible e donc le capial d'éa régulier k ˆ*( s ), on ne peu pas savoir, dans ce modèle d'épargne exogène, si le dicaeur à inérê a augmener le aux d'épargne. Cee poliique n'es pas une amélioraion au sens de Pareo. Figure 3.4 : épargne rop faible yˆ*(s or ) cˆ*(s or ) (x+n+ kˆ cˆ*(s or ) yˆ*(s ) cˆ*(s ) s or yˆ cˆ*(s ) s yˆ 0 T kˆ*(s ) kˆ*(s or ) kˆ

5 5 À la dae ( 0 ) de la poliique (hausse de s à s or ), la consommaion baisse, puis augmene progressivemen duran la dynamique ransioire e se rerouve en fin de compe au dessus de son niveau iniial. Mais duran la dynamique ransioire, enre 0 e T la consommaion es en dessous de son niveau iniial. On ne peu pas êre sûr que cee poliique augmene le bien-êre de la sociéé. Augmener le aux d'épargne augmenera le bien-êre des généraions fuures, mais baisse pour l'insan le bien-êre des généraions présenes. Cee poliique n'es donc pas une amélioraion au sens de Pareo. Mais cee poliique peu cependan êre une amélioraion au sens uiliarise, ou dépend de la façon don on pondère les inérês des généraions présenes e fuures. Ce résula fondamenal sera monré dans le paragraphe Le modèle de Phelps nous assure d'une seule chose, c'es qu'il ne fau pas rop épargner. Une épargne excessive consiue une inefficience dynamique. Tous les éas réguliers à droie de k ˆ* or son des équilibres concurreniels qui ne son pas des opimums de Pareo. Cela peu paraîre curieux, si l'on se rappelle du premier héorème de l'économie du bien êre. Mais il en es simplemen ainsi parce que nous avons considéré une épargne exogène. Au chapire 0 nous considèrerons des raisons plus subiles qui fon qu'une siuaion d'inefficience dynamique peu survenir même dans le cas où l'épargne es endogène. Pour l'insan, la quesion inéressane es de se demander si dans les fais, les économies son en inefficience dynamique. Une épargne excessive correspond (voir figure 3.3) à une producivié marginale du capial (r+ ) (la pene de la foncion de producion), inférieure à (x+n+ ), la pene de la droie d'invesissemen requis. Auremen di se poser la quesion de savoir si les économies son en inefficience dynamique revien à se demander si le aux d'inérê es inférieur au aux de croissance r < (x + n). Un el cas de figure éai à redouer duran les rene glorieuses où les aux d'inérê e de croissance éaien approximaivemen r = 0 % e = 5 %. La siuaion acuelle es pluô approximaivemen r = 5 % e =.5 %. Les économies ne son donc pas aujourd'hui en siuaion d'inefficience dynamique, à droie de k ˆ* or. Il nous rese donc à expliquer pourquoi elles son à l'équilibre à gauche de kˆ* or, avec un aux d'épargne «faible». De plus on vien de voir que le crière de Pareo perme de définir ce qu'es une épargne «rop fore», mais ne perme pas d'expliquer ce qu'es une épargne «rop faible». Pour comprendre ces deux poins, il nous fau changer de crière de bien-êre e prendre le crière uiliarise. 3. LE MODÈLE DE RAMSEY Le modèle de Ramsey (98) consiue la seconde référence (avec le modèle de Solow) des modèles de croissance, dans la mesure où il endogénéise le aux d'épargne. Ce aux devien expliqué par les comporemens d'opimisaion des agens. À coé des considéraions du coé de l offre qu examine le modèle de Solow, le problème de la croissance es un problème de choix enre consommaion présene e consommaion fuure. Comprendre commen ce fai ce choix es donc fondamenal. Vis-à-vis des problèmes que nous venons d évoquer dans la secion, l'inérê de cee endogénéisaion es double. Elle Remarquons que l'éa régulier déerminé par s (comme ous les éas réguliers à gauche de k or ) es un opimum de Pareo, puisqu'il n'es pas possible d'améliorer le bien-êre d'une généraion sans diminuer celui d'une aure.

6 6 perme de comprendre pourquoi l'équilibre es à gauche de k ˆ*or, elle perme de juger la poliique d'augmenaion du aux d'épargne. Nous présenons successivemen l équilibre concurreniel, l éa régulier, la dynamique ransioire e enfin nous esons les prédicions de ce modèle néoclassique. 3.. L'équilibre concurreniel La présenaion de Barro e Sala-i-Marin (995) disingue le problème des consommaeurs de celui des produceurs. Elle es un peu plus compliquée que la présenaion radiionnelle en erme d'agen, à la fois produceur e consommaeur, mais bien plus insrucive, nous la reprenons. Nous présenons longuemen l'équilibre des consommaeurs, puis celui des produceurs e enfin l'équilibre concurreniel. ) L'équilibre des consommaeurs À la dae = 0, le «père fondaeur» d'une dynasie (qui croî au aux n) maximise l'uilié par êe de ous les membres de sa famille vivan à chaque dae. Ce crière d'opimisaion es donc un crière uiliarise : on maximise la somme des uiliés (ce qui présuppose une foncion d'uilié cardinale). Les uiliés fuures son pondérées par le aux de préférence pure pour le présen ( > 0). Cee maximisaion se fai sous rois conraines : la conraine budgéaire par êe à chaque dae, la conraine de la richesse iniiale donnée, la conraine de la richesse finale acualisée, non négaive, car il n'y a pas possibilié de laisser des dees.. n. Max c() U e e u( c( )). d 0 sous : w() + r(). a() = c() + n. a() + Da() à l'origine en =0 : a 0 > 0 donné à l'infini en : a() e - (r-n) 0 a() représene les acifs nes par personne, a() es mesuré en ermes réels, c'es-à-dire en uniés de consommaion. Les agens déiennen des acifs sous forme de drois de propriéé sur le capial ou sous forme de prês. Ils peuven prêer e empruner enre eux, mais l'agen représenaif (l'économie es fermée) a une posiion nee, nulle à l'équilibre. Puisque les deux sores d'acifs, le capial e les prês, son supposés parfaiemen subsiuables, ils doiven rapporer le même aux de rendemen réel, r(). La conraine de budge d'un agen peu s'écrire comme une conraine d'accumulaion : Da = w + (r-n) a - c. Les acifs par êe (a) augmenen avec le revenu par êe, w + ra, e baissen avec la consommaion par êe (c) e du fai de l'augmenaion de la populaion, (na). Le problème du «père fondaeur» es de choisir le profil emporel de c() sous la conraine d'accumulaion (Da). Puisque w, r, n, son données e puisque à un momen donné, l'éa de la richesse (a) es donné, choisir la consommaion c() c'es choisir l'épargne Da(). La variable de conrôle es (c), la variable d'éa es (a). n Le Lagrangien es : L e u( c) w ( r n) a c Da. d. a. e 0 ( ). ( rn ) ( n). Posons ( ) ( ). e ( es le prix implicie non acualisé e le prix implicie acualisé des acifs)

7 7 ( n). Le Hamilonien es : H e u( c) w ( r n) a c Les condiions du premier ordre son : H ( n ) 0 ue ' c (3.) d H d a D ( r n) (3.) lim v( ). a( ) 0 (3.3) L'équaion (3.) es la condiion d'opimalié sur le aux de croissance du prix implicie des acifs par êe. D Dv v( r n) r n. La valeur acuelle, du prix implicie des acifs par êe, diminue au aux (r-n). Cee condiion d'opimalié es inuiive : Si la populaion ne croî pas, la valeur en erme d'uilié acuelle, des acifs déenus par un agen, diminue dans le emps à un aux égal à leur aux de rendemen (r). L'équaion (3.3) es la condiion de ransversalié. La condiion de ransversalié indique que la valeur acualisée des acifs par êe (la quanié a() mulipliée par le prix ()) doi êre nulle à la «fin» de la période de planificaion. En effe, la dynasie pourrai augmener son uilié si les acifs déenus jusqu'à cee période erminale éaien uilisés pour augmener la consommaion. ( r n) Selon (3.), le prix des acifs diminue dans le emps au aux (r-n) : v( ) v(0). e. Posons a( ) a(0). e z où z es le aux de croissance de la quanié d'acifs. La condiion de ransversalié devien alors : ( ) lim (0) z rn a e. (0) e 0. Pour saisfaire cee condiion, il fau donc que la quanié d'acifs par êe (a), croisse à un aux (z) inférieur à (r-n), ou de manière équivalene, que la quanié d'acifs de la dynasie (A=L.a), croisse à un aux inférieur à r. Cee condiion di qu'il n'es donc pas opimal pour une dynasie d'accumuler éernellemen une quanié posiive d'acifs à un aux plus élevé que r, car elle pourrai augmener son uilié en consomman ces acifs. En cas d'emprun, a() es négaif, e on peu se demander s'il n'es pas opimal de s'endeer éernellemen, de faire croîre la dee à un aux supérieur à r. Les dynasies (éernelles) aimeraien empruner sans jamais avoir à rembourser le principal ou les inérês, en remboursan chaque emprun par un nouvel emprun. Dans un jeu de Ponzi, l'agen emprune euro pour consommer e uilise un nouvel emprun, de (+r) ou plus, pour reconduire son principal e payer les inérês. Dans ce cas, la dee de la dynasie croîrai perpéuellemen au aux r ou à un aux plus élevé. Mais cee dynasie empruneuse devai rouver un prêeur consenan, c'es-à-dire une dynasie désireuse de déenir une quanié d'acifs croissans au aux r ou à un aux plus élevé. Mais la condiion de ransversalié di que les prêeurs ne souhaien pas, acquérir des acifs à un aux aussi élevé. Par conséquen, à l'équilibre, aucune dynasie ne pourra s'endeer indéfinimen, e la condiion d'opimalié sera donc égalemen vérifiée pour les empruneurs (e du même coup la conraine de richesse finale). Les équaions (3.) e (3.) donnen la règle de Ramsey-Keynes. Réécrivons (3.) comme sui :

8 8 u'. e ( n ) D Du e n e u ( n) ( n) '. ( ). ' ( n) ( n) Dv Du '. e ( n) e. u ' ( n ) v u '. e Dv Du ' ( n) v u' Dv Du ' ( n) v u' Du ' En égalisan (3.) e (3.) : r u ' Du ' u" Dc u" Dc Où.. c u ' u ' u ' c u" Dc e donc : r c. u ' c c Avec la foncion d'uilié uc () u". c on a c c u' c Dc E alors : r. c es l'élasicié de l'uilié marginale de la consommaion, plus es grand, plus l'uilié marginale de la consommaion diminue vie quand la consommaion augmene, l'agen es rès vie sauré. Un élevé signifie que les variaions de la consommaion se raduisen par de fores variaions de l'uilié marginale. Pour cee raison l'agen n'aime pas subsiuer de la consommaion fuure (élevée, mais à faible uilié marginale) à de la consommaion présene (faible mais à fore uilié marginale). c Remarque : lim ln c. Dc r : La règle de Ramsey-Keynes nous di qu'à l'équilibre, les agens c égalisen leur aux d'inérê psychologique au aux d'inérê. Le aux d'inérê psychologique indique que les agens préfèren la consommaion présene à la consommaion fuure pour deux raisons. Premièremen, le erme apparaî parce que les agens déprécien l'uilié fuure à ce aux. Deuxièmemen, si (Dc/c > 0) comme les agens on endance à préférer une consommaion régulière dans le emps, ils chercheron à niveler le flux en «ransféran» une parie de leur consommaion fuure vers le présen. Plus es élevé, plus la consommaion présene es uile à la marge. Dc r : La règle de Ramsey-Keynes peu égalemen s'inerpréer ainsi : les c agens choisissen un profil de consommaion parfaiemen uniforme, avec Dc/c = 0, si r = en revanche, ils n'accepen d'épargner pour obenir un profil croissan (Dc/c > 0), que s'ils reçoiven en compensaion un aux d'inérê r suffisammen supérieur à. ) L'équilibre des produceurs Nous reprenons le modèle de Solow avec progrès echnique neure au sens de Harrod. R = r + es le prix de locaion du capial e w le prix de locaion du ravail. x x L'enreprise maximise : (, ) ( ˆ) ˆ x F K Le RK wl Le f k Rk we A l'équilibre : f '( kˆ ) r (3.4) f ( kˆ ) kˆ. f '( kˆ ). e x w (3.5)

9 9 3) L'équilibre concurreniel e les deux équaions dynamiques fondamenales Tous les ménages son ideniques e oues les enreprises on la même foncion de producion. A l'équilibre concurreniel : les condiions d'opimalié (,,3,4,5) son saisfaies e les condiions d'équilibre, sur les rois marchés, son saisfaies. x Sur le marché du capial, la condiion d'équilibre es : a k kˆ. e. Elle perme avec (3.5) e (3.4) de réécrire la conraine d'accumulaion de l'agen représenaif en foncion de ˆk. Da = w + (r-n) a - c devien Dkˆ. e x kˆ. x. e x f ( kˆ ) kf ˆ '( kˆ ). e x f '( kˆ ) n. kˆ. e x c Dk ˆ f ( k ˆ ) cˆ x n. k ˆ (3.6) e en divisan par e x : C'es l'équaion dynamique du capial dans le modèle de Ramsey. Elle correspond à l'équaion (.4) du modèle de Solow. Remarque : chez Solow le aux d'épargne éai exogène, e l'évoluion de la consommaion éai déerminée par celle de ŷ. Dans le modèle de Solow la dynamique du capial éai suffisane pour déduire les dynamiques des aures variables. En effe : ˆ ( ) ( ˆ Dcˆ Dyˆ Dkˆ c Dc Dcˆ c s f k), donc e comme cˆ, on a : x. cˆ yˆ kˆ x. e c cˆ Dans le modèle de Ramsey, l'évoluion de la consommaion es déerminée par la règle Dc de Ramsey-Keynes : ( r ). A l'équilibre concurreniel, la variable r es égale à la c producivié marginale du capial nee (condiion 3.4) : r f '( kˆ ). L'évoluion de la Dc consommaion es donc déerminée par f '( kˆ ) c. Comme Dcˆ Dc x, on a cˆ c donc un équilibre concurreniel caracérisé par une seconde équaion dynamique qui déermine l'évoluion de la consommaion par êe efficaces : Dcˆ f '( kˆ ). x cˆ (3.7) 3.. L'éa régulier A l'éa régulier, oues les variables croissen à aux consan. Or si Dkˆ kˆ 0, ˆk, e d'après les condiions d'inada f '( kˆ ) 0. Dans ce cas, d'après (3.7) Dcˆˆ c 0. Ce cas es donc impossible 3. Le cas inverse l'es égalemen. Le seul cas possible, comme dans le modèle de Solow, es le cas où Dkˆ Dcˆ 0. Les valeurs de ĉ e ˆk d'éa régulier son soluions de deux équaions différenielles (3.6 e 3.7) annulées, elles saisfon les deux condiions suivanes : Dk ˆ f ( k ˆ ) cˆ x n. k ˆ 0 cˆ* f ( k ˆ *) ( x n ) k ˆ * Dcˆ f '( kˆ). x. cˆ 0 f '( kˆ*). x 3 Puisque Dcˆ/ c ˆ e Dkˆ/ k ˆ doiven êre de même signe. Pour le monrer il fau éudier les variaions de ĉ par rappor au emps.

10 0 Figure 3.5 : éa régulier du modèle de Ramsey Dcˆ 0 implique une valeur pariculière pour la producivié marginale du capial (graphe du hau) e donc pour ˆk : droie vericale en k ˆ* sur le graphe du bas. f ( k ˆ) x n+x+ f ( kˆ ) (n+x+) ˆk Dkˆ 0 implique une valeur pariculière pour ĉ : que la consommaion soi un résidu après invesissemen requis. (lenille sur le graphe du hau) (courbe sur le graphe du bas). ĉ Dcˆ 0 ˆk L inersecion de la droie e de la courbe (graphe du bas) saisfai les deux condiions de l'éa régulier. ĉor c ˆ * k ˆ* L'éa régulier es k ˆ* k ˆk ˆor, c ˆ*. Déerminons la condiion d'exisence de ce éa régulier. Considérons la condiion de. ( ) ransversalié : lim ˆ x rn k. e. (0) e 0. Puisque ˆk es consan à l'éa régulier, cee ( r n x) condiion es vérifiée lorsque e end vers zéro. Donc lorsque r* f '( kˆ ) n x. Comme à l'éa régulier r* x, la condiion pour avoir un éa régulier es donc que x > n + x. Une aure façon de rouver cee condiion es d'examiner la foncion d'uilié ineremporelle. Pour qu'il exise une soluion d'équilibre, il fau que l'uilié soi bornée. Pour cela, il fau que la préférence pour le présen soi suffisammen grande, > n + x (- ), afin qu'il exise une soluion au choix raionnel de l'agen. Cee condiion (qui impose l'exisence d'une préférence pour le présen, posiive e suffisammen fore) doi donc êre considérée comme un axiome de la raionalié, (au même ire que l'hypohèse de coninuié des préférences dans le modèle de choix du consommaeur, qui assure elle aussi l'exisence de l'équilibre en excluan les ordres de préférences lexicographiques). Déerminons la «règle d'or modifiée». L'équaion f '( kˆ ) x es la règle d'or modifiée. A l'opimum au sens uiliarise 4, le aux d'inérê es égal au aux d'inérê psychologique : r* x. C'es une implicaion de la règle de Ramsey-Keynes à l'éa régulier : Tan que r* x, les agens on inérê à invesir, à renoncer à la consommaion présene pour consommer plus demain, alors Dcˆ 0. ˆ Dk O 4 On a vu que ous les équilibres à gauche de k ˆor son des opimums de Pareo. Parmi ceux-ci, un es opimal au sens de Phelps ( k ˆor ) e un es opimal au sens uiliarise ( k ˆ* ).

11 Tan que r* x, les agens on inérê à consommer aujourd'hui au prix d'un renoncemen à la consommaion fuure, alors Dcˆ 0. A l'éa régulier, puisque Dcˆ 0, on a r* x, où x Dc c. Comparons mainenan les deux règles d'or. Maximiser la consommaion d'éa régulier selon le crière de Phelps, ou maximiser l'uilié ineremporelle selon le crière uiliarise, ne condui évidemmen pas à la même norme d'opimalié. La règle d'or es (r or = x+n), la règle d'or modifiée es [ r* x]. Selon la condiion d'exisence, x > n+x e donc r* > r or ou encore f '( kˆ*) f '( kˆ or ). Donc (e on le voi sur la figure 3.5) le niveau de consommaion par êe, qui découle de la règle d'or modifiée, es inférieur à celui qui résule de l'applicaion de la règle d'or. En effe, la règle d'or modifiée résule d'une modélisaion où l'agen représenaif a une préférence pour le présen, e cee préférence pour le présen a un prix : c'es l'écar enre c ˆ* e c ˆor. Il fau bien noer que ce résula es opimal au sens uiliarise (il l'es donc aussi au sens de Pareo) ; éan donné sa préférence pour le présen, «le père fondaeur de la dynasie» préfère, à la dae =0, la consommaion d'éa régulier c ˆ* inférieure à c ˆor. On comprend donc pourquoi l'équilibre peu êre à gauche de k ˆor. Calculons selon nore nouveau crière le aux d'épargne opimal. On va calculer le aux d'épargne déerminé de façon endogène. Avec la Cobb-Douglas ( ŷ kˆ ) on a : s* = I Y = DK K DK / K x n x n (3.8) Y Y / K (/ ) Pmk * ( x) En prenan les valeurs habiuelles : = 0,3, x = %, n = %, = 5%, = %, =, on rouve un aux d'épargne opimal égal à %, inférieur au aux qui résule de la règle d'or qui es égal à = 30%. Le modèle de Ramsey donne une explicaion plus réalise des aux d'épargne, il explique leur faiblesse par la préférence pour le présen. 5 Nous sommes mainenan en mesure de monrer qu'il n'y a pas d inefficience dynamique dans le modèle de Ramsey, puisque par la condiion d'exisence, l éa régulier es nécessairemen à gauche de k ˆor, l'excès d épargne ne peu pas exiser. Le aux d épargne es opimal, il ne peu êre rop élevé. Il pouvai l'êre dans le modèle de Solow, car le aux d épargne exogène éai «arbiraire», il pouvai donc êre rop for. Concrèemen, le modèle de Ramsey prédi un aux d inérê supérieur au aux de croissance, ce qui es la siuaion des économies occidenales depuis les années 980. Dans une elle siuaion, il n'y a pas à craindre une épargne excessive. Dans le chapire 0, nous rerouverons la possibilié d'inefficience dynamique dans le cadre du modèle à généraions imbriquées Dynamique ransioire 5 Mais il donne une prédicion plus élevée que le modèle du cycle de vie (cf. chapire 0) où les agens égoïses n'épargnen que pour désépargner duran leur reraie, ce qui implique un aux d'épargne macroéconomique nul. Dans le modèle du cycle de vie, on a un aux d'épargne posiif si on adme : ) une croissance de la populaion qui implique que plus de jeunes épargnen que de vieux ne désépargnen, ) un progrès echnique qui fai que les jeunes son plus riches que les vieux e qu'ils épargnen donc plus que les vieux ne désépargnen, 3) l'inceriude qui explique l'épargne de précauion. On remarque que x e n son égalemen présens dans l'explicaion «à la Ramsey» : n joue posiivemen sur le aux d'épargne, x joue négaivemen (pour = ), posiivemen pour < ( ) /( n ), ce qui se comprend puisque plus es élevé, plus les agens préfèren la «faible consommaion présene» (voir exercice D).

12 La dynamique ransioire es inéressane pour deux raisons, l une posiive, l aure normaive : ) Comme dans le modèle de Solow, on vérifie si l éa régulier es sable. On va voir que c'es le cas, ce résula s appelle le héorème de l auoroue. ) Le crière de Pareo ne nous permeai pas de savoir, s il fallai, e commen il fallai, passer d une épargne rop faible à l épargne opimale d éa régulier. Le crière uiliarise répond à cee quesion de la façon suivane : La dynamique ransioire résule ici des comporemens opimaux de consommaion ineremporelle des agens de la sociéé, sensés maximiser la foncion d'uilié ineremporelle uiliarise, elle es donc nécessairemen opimale. Consruisons le diagramme de phase. En dynamique ransioire, Dc ˆ croî ou décroî selon que la producivié marginale du capial es plus ou moins fore : Dcˆ f '( kˆ ) xcˆ 0 f '( kˆ ) x kˆ kˆ * Dcˆ f '( kˆ ) xcˆ 0 f '( kˆ ) x kˆ kˆ * Dcˆ f '( kˆ ) xcˆ 0 f '( kˆ ) x kˆ kˆ * En dynamique ransioire Dk ˆ croî ou décroî selon que la consommaion es plus ou moins fore : Dkˆ f ( kˆ ) cˆ ( x n ) kˆ 0 cˆ f ( kˆ ) ( x n ) kˆ Dkˆ f ( kˆ ) cˆ ( x n ) kˆ 0 cˆ f ( kˆ ) ( x n ) kˆ Dkˆ f ( kˆ ) cˆ ( x n ) kˆ 0 cˆ f ( kˆ ) ( x n ) kˆ La figure 3.6 donne le diagramme de phase, qui décri la dynamique ransioire du modèle. Figure 3.6 : dynamique ransioire du modèle de Ramsey ĉ Dcˆ 0 ĉ cˆ * ˆk c ˆ(0)' c ˆ(0)' ˆ 0 Dk c ˆ(0)" ˆ(0) k ˆ* k ˆk

13 3 Dans le médaillon de la figure 3.6, l espace es divisé en quare régions, les flèches indiquen la direcion de c ˆ( ) e k ˆ( ) dans chaque région. Seules les régions sud-oues e nord-es permeen la convergence vers l'éa régulier c ˆ* e k ˆ*. C es donc dans ces deux régions que passe le bras sable qui décri la dynamique convergene de c ˆ( ) e k ˆ( ). C es le senier selle. Le modèle es donc sable au sens du poin selle. En suivan le senier selle, c ˆ( ) e k ˆ( ) convergen vers c ˆ* e k ˆ*. Les aures seniers ne convergen pas vers l éa régulier. Le résula imporan du modèle es qu il es opimal, pour des agens raionnels comme ceux que l on a décris, de suivre ce senier selle, e c'es ce qu'ils fon. En effe, si l économie démarre avec k ˆ(0), il exise une seule consommaion c ˆ(0) qui la posiionne sur le senier sable. Cee consommaion es, dans ce modèle, déerminée par les condiions d opimalié (,,3,4,5). Elle es opimale pour l insan zéro e pour oues les daes fuures jusqu'à l infini, puisqu elle résule du problème d opimisaion. La chronique c ˆ( ) qui en résule, respece à chaque dae les condiions (,,3,4,5). Les aures consommaions posiionnen l'économie sur un senier divergen e non opimal. Par exemple, si cˆ(0)' cˆ(0), cela veu dire que les agens n épargnen pas assez, que l'épargne es «rop faible», la consommaion c ˆ( )' va augmener jusqu'à ce que, dans la région nord-oues, ˆk devienne nul, ainsi qu'en définiive, la producion e la consommaion. Si cˆ(0)" cˆ(0), cela veu dire que les agens épargnen «rop» e dans la région sud-es, c ˆ( )" va baisser pour que ˆk devienne maximal e en définiive la consommaion nulle. Théorème de l'auoroue : la dynamique ransioire qui résule de l équilibre concurreniel es celle qui es sable. Le senier selle fai converger l'économie vers l'éa régulier, c'es-à-dire de croissance à aux consan. Premier héorème de l'économie du bien-êre en dynamique : ce équilibre concurreniel es opimal au sens uiliarise 6, donc le senier selle suivi par l'économie l'es. À chaque insan, les condiions d'opimalié (,,3,4,5) son saisfaies. Un dicaeur bienveillan qui diviserai la producion enre consommaion e épargne ne ferai pas mieux. Déerminons mainenan le senier selle de c ˆ( ) e k ˆ( ). Parmi les rajecoires de Dkˆ e Dc ˆ, il s agi d idenifier la seule rajecoire qui converge. On repar du sysème de deux équaions différenielles : Dkˆ f ( kˆ ) cˆ ( x n ) kˆ e Dcˆ f '( kˆ ) xcˆ. Les deux équaions ci-dessus consiuen un sysème d'équaions différenielles non linéaires. On les linéarise au voisinage de l'éa régulier ( c ˆ*, k ˆ* ) : Dkˆ G( kˆ, cˆ ) ˆ ˆ dg ˆ ˆ ˆ dg Dk G( k * c*) ( k k*) ( cˆ cˆ *) dkˆ dc Dkˆ 0 f ' ( x n ) ( kˆ kˆ *) ( )( cˆ cˆ*) Dkˆ ( x ) ( x n ) ( kˆ kˆ *) ( cˆ cˆ*) Dkˆ n x( ) ( kˆ kˆ *) ( cˆ cˆ*) Dkˆ ( kˆ kˆ *) ( cˆ cˆ*) Dcˆ H ( kˆ, cˆ) ˆ ( ˆ dh * ˆ*) ( ˆ ˆ dh Dc H k c k k*) ( cˆ cˆ *) dkˆ dcˆ cˆ* ˆ ˆ f ' x Dcˆ f " ( k k*) ( cˆ cˆ *) cˆ* Dcˆ f " ( k ˆ k ˆ *) 6 Le premier héorème de l'économie du bien-êre de la microéconomie uilise le crière de Pareo. Évidemmen un opimum au sens uiliarise es aussi un opimum au sens de Pareo (la réciproque n'es pas vraie).

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE

2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE 2 Le modèle de Solow 22 Rôle de l épargne 23 Tests du modèle néoclassique 2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE Ce chapitre présente un rappel synthétique du modèle de Solow (956 Ce modèle, avec celui de Ramsey, constitue

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

Demande de travail et âge de la retraite 1

Demande de travail et âge de la retraite 1 emande de raail e âge de la reraie 1 imiri Paolini * ésumé Ce aricle explore le rôle de la demande de raail des personnes âgées dans l analyse des poliiques de reraie e de préreraie. Plus précisémen, nous

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Épargne retraite et redistribution 1

Épargne retraite et redistribution 1 Épargne reraie e redisribuion 1 Alexis Direr 2 Le plan d épargne reraie populaire (PERP), mis en place en 2003, occupe une place cenrale dans le disposiif d'épargne reraie par capialisaion en France avec

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE «NOTIONS FONDAMENTALES DE L ECONOMIE DE L EDUCATION» ----------------- E-THEME N 1 «CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Calcul économique et Développement Durable.

Calcul économique et Développement Durable. Calcul économique e Développemen Durable. Roger Guesnerie 27 Janvier 2004. Absrac Le exe discue du aux d acualisaion à uiliser pour les projes visan à améliorer la qualié de l environnemen à rès long erme.

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

LA PLANIFICATION FINANCIÈRE

LA PLANIFICATION FINANCIÈRE LA PLANIFICAION FINANCIÈRE «[] here are more uses for mahemaical models in he applied areas of finance han us ha of lieral, direc, on-line, real-ime decision making, and, in he presen sae of he ar, hese

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

La réforme des régimes de pension entre choix politiques et contraintes économiques

La réforme des régimes de pension entre choix politiques et contraintes économiques La réforme des régimes de pension enre choix poliiques e conraines économiques Florence Legros * p. 53-65 L'hisoire de la proecion sociale moderne commence en 1871 en Allemagne, quand le chancelier Bismarck

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail