NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION"

Transcription

1 , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es l ensemble des élémens permean de ransférer de l informaion d un lieu à un aure. Elle comprend : un encodeur ; un canal de ransmission composé d un émeeur de l informaion ransmise, du milieu de ransmission e du récepeur ; un décodeur. Les echniques de ransmission d informaions se son développées au milieu du XX ème siècle avec l avènemen de l élecronique. Plusieurs évoluions echniques peuven êre soulignées : Le passage de l élecricié macroscopique à l élecronique a permis la miniaurisaion des disposiifs ; Le développemen de l informaique a permis de coder ous les ypes d informaions (sons, vidéos, données, exes ) e de les ransmere par les mêmes procédures e les mêmes réseaux ; Le passage du fil de cuivre à la fibre opique a permis d améliorer la qualié e le débi des ransmissions ; La éléphonie mobile, le Wifi, le Blueooh on permis de s affranchir des liaisons filaires. 3) Deux ypes de propagaion a) Propagaion libre La propagaion d'un signal es libre quand le signal peu se propager libremen suivan oues les direcions. Dans ce ype de propagaion, le milieu de ransmission es l air ambian, e les signaux ransmis son des ondes élecromagnéiques. Un canal de ransmission es caracérisé par sa bande passane, c es-à-dire la largeur des fréquences auorisées à êre uilisées. Selon la fréquence de cee onde, le ype d informaion qu elle ransme es différen : Grandes ondes Ondes moyennes Communicaions mariimes Ondes coures Radioéléphone Télévision FM VHF UHF Radioéléphone Communicaions faisceaux herziens e saellies TV direce par saellie Radar anicollision f khz MHz MHz MHz GHz GHz GHz 3 khz 3 MHz 3 MHz 3 MHz 3 GHz 3 GHz 3 GHz 3 km 3 m 3 m 3 m 3 cm 3 cm 3 mm km m m m cm cm mm Les possibiliés d uilisaion des bandes de fréquences herziennes arrivan à sauraion, la France es passée en à la élévision numérique erresre (TNT) qui uilise des bandes de fréquences plus éroies. b) Propagaion guidée La propagaion d'un signal es guidée quand le signal es conrain de se déplacer dans un espace limié. Il exise deux ypes de propagaion guidée : la ransmission par câble méallique e la ransmission par fibre opique. COMPRENDRE Page sur 9 Energie, maière e rayonnemen

2 Transmission par câbles méalliques Les câbles méalliques (ou câbles élecriques) son uilisés pour ransmere des informaions sous forme de signaux élecriques. Ce ype de ransmission es privilégié pour de coures disances pour deux raisons imporanes : l amorissemen des signaux augmene foremen avec la longueur du câble, les champs élecromagnéiques environnan les câbles déformen les signaux qui se propagen dans ces mêmes câbles. Plusieurs ypes de câbles son uilisés courammen : Le câble à paire orsadée, consiué de deux fils de cuivre enfermés dans une gaine isolane e enrelacés. (Ex. : le câble réseau RJ5) Le câble coaxial, consiué d un fil de cuivre cenral (appelé âme) e d une resse en cuivre séparés dans une gaine isolane e enrelacés. (Ex. : le câble enre une anenne e une TV) Câble à paire orsadée Câble coaxial Transmission par fibre opique Les fibres opiques son uilisées pour ransmere des informaions sous forme de signaux élecromagnéiques. Ce ype de ransmission es privilégié pour de grandes disances pour deux raisons imporanes : l aénuaion des signaux augmene rès faiblemen avec la longueur du câble, les signaux qui se propagen dans ces fibres son insensibles aux champs élecromagnéiques environnan. Une fibre opique se compose de rois paries : le cœur, la gaine e la proecion plasique. L indice de réfracion du cœur es supérieur à celui de la gaine : la surface limian le cœur e la gaine forme donc un diopre sur lequel un rayon lumineux se réfléchi. Plusieurs ypes de fibres son uilisés courammen : Les fibres mulimodales à sau d indice (fig. a ci-conre), consiuées d un cœur, milieu homogène d indice de réfracion consan ayan un for diamère (quelques dizaines voire cenaines de micromères). Ce son les premières fibres opiques uilisées à grande échelle. Ces fibres uilisen des rayons lumineux ayan des rajes (des modes) différens : des muliples réflexions successives engendren des longueurs de raje différenes e donc un éalemen de la récepion du signal de sorie, le signal ransmis es donc dégradé par ce ype de fibre. Ces fibres son donc uilisées pour de cours rajes, quelques cenaines de mères. Les fibres mulimodales à gradien d indice (fig. b ci-conre) on remplacé les fibres mulimodales à sau d indice : l uilisaion d un cœur ayan non pas un indice de réfracion homogène mais décroissans en s éloignan du cenre du cœur perme de diminuer l éalemen emporel de la récepion du signal de sorie e donc sa dégradaion. Ces fibres son donc uilisées pour de cours rajes, de l ordre du kilomère. Les fibres monomodales (fig. c ci-conre) consiuées d un cœur rès fin (le diamère es environ égal à la longueur d onde de l onde élecromagnéique uilisée, soi de quelques micromères). Dans ce ype de fibre, l onde subi peu de réflexions successives, car elle raverse la fibre quasimen dans la direcion de son axe. Les signaux ransporés son peu dégradés par ces fibres, qui son donc uilisées pour de rès longs rajes, noammen les liaisons inerconinenales. COMPRENDRE Page sur 9 mps, mouvemen e évoluion

3 ) Noion d aénuaion du signal Lors de sa propagaion, ou signal es aénué : la puissance lumineuse P S du signal à la sorie de la chaîne de ransmission es oujours inférieure à la puissance P e du signal à l enrée de la chaîne de ransmission. L aénuaion A d un signal es définie par : A =. log P e P s où A es exprimée en Décibel (db) Pour comparer les ransmissions enre elles, un coefficien d aénuaion linéique es défini : = A Soi α =. log P e d d P s avec d : la disance enre l émeeur e le récepeur en m, A en db e en db.m - Exemple : Une fibre opique uilisée pour de longues disances, à =,55 µm, a un coefficien proche de. - db.m - Un câble coaxial uilisé pour une anenne a un coefficien proche de, db.m - 5) Noion de débi binaire Le débi binaire mesure la quanié de données numériques ransmises par unié de emps. Il caracérise les ransmissions numériques. Si l informaion compore n bis émis pendan la durée, le débi binaire D es défini par la relaion : D = n (bis. s ) (bis) (s) = N nb. signaux k bis f e Hz N : nombre de signaux, k : nombre de bis uilisés e f e fréquence d échanillonnage (Cf. II-)) Exemples : Téléphone classique : kbis.s - Wi-Fi : Mbis.s - Fibre opique : Mbis.s - - Gbis.s - II NUMERISATION D UN SIGNAL La conversion d un signal analogique en un signal numérique es réalisée par un Converisseur Analogique Numérique ou CAN. La numérisaion d un signal analogique comprend oujours rois éapes imporanes : l échanillonnage - blocage, la quanificaion e le codage. ) Le signal binaire Le signal binaire présene l avanage d êre peu sensible aux perurbaions, les valeurs possibles de ension éan rès disinces. Ce ype de signal offre la possibilié d un raiemen informaisé, un ordinaeur ne pouvan effecuer des opéraions que sur des nombres binaires. Tou signal doi êre numérisé avan d êre exploié ou modifié informaiquemen. En revanche un signal recomposé à parir de sa version numérique présene des «échelees» donc n es pas une copie conforme du signal analogique de dépar. Un sysème numérique es consiué de nombreux composans élecroniques forman un circui élecrique complexe. À l image des deux éas possibles d un couran élecrique (il passe ou il ne passe pas), un sysème numérique uilise le langage binaire : un pour une ension basse (ou un couran qui ne passe pas) e un pour ension haue (ou un couran qui passe). L unié d informaion ne pouvan prendre que ces deux valeurs possibles es appelé un bi (conracion de BInary digit) COMPRENDRE Page 3 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

4 Physique ) L échanillonnage - blocage Applicaion : 6 u 5 6 u 5 3 échanillonnage Signal analogique Signal échanillonné Signal bloqué u 5 blocage u (V) u (V),5,5,5,,5,,5,3,35,,5,5 (s) (s),5,,5,,5,3,35,,5,5 -,5 -,5 - Signal analogique convenablemen échanillonné - Signal analogique mal échanillonné f e >.f f e <.f 3) Quanificaion a) Résoluion du converisseur b) Pas de quanificaion Calibre Pour définir le pas de quanificaion, il fau connaîre la plage de mesure qui es la largeur de l inervalle de l ensemble des valeurs mesurables. Elle s exprime en Vol e défini le calibre à uiliser par l appareil de mesure. Définiion du pas de quanificaion Exemple : Converisseur de bis : Calibre (V) - ; ; ; + -, ; +, ; + 5 Plage de mesure (en V), 5 Pas (mv),9,,9,98, COMPRENDRE Page sur 9 mps, mouvemen e évoluion

5 Physique c) Qu es ce que la quanificaion? Exemple : Pour un converisseur de bis, un calibre de ; 5 V e donc un pas de, mv, les valeurs permises son : V,,mV,, mv, 3,6 mv,,8 mv, 6, mv Exemple : Pour l exemple précéden, si la valeur analogique de l échanillon prélevé es de 5,3 mv, la valeur permise la plus proche, e donc la valeur reenue, sera de,8 mv. Applicaion : d) Codage 6 u 5 3 quanificaion Signal bloqué p 6 u p 5 8p 36p p p Signal échanillonné. Commen passer d une écriure décimale à une écriure binaire? L écriure binaire repose sur le fai que ou nombre peu s écrire sous la forme d une somme de puissances de. Décimal binaire Décimal binaire Décimal binaire Décimal binaire Applicaion : p 6 u p 5 8p 6p 3 p p numérisaion Dae T e.t e 3.T e.t e 5.T e 6.T e 7.T e 8.T e 9.T e Valeur décimale Valeur binaire (bis) COMPRENDRE Page 5 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

6 III - LES CARACTERISTIQUES D UNE IMAGE NUMERIQUE Une image es consiuée d une succession de aches colorées appelées pixel. Chaque pixel es subdivisé en rois aches correspondan aux rois couleurs primaires Rouge, Ver e Bleu. ) Le codage des pixels en couleur Le codage le plus uilisé es le codage RVB bis. Chaque couleur primaire es codée sur un groupe de 8 bis, appelé oce, pouvan prendre 56 valeurs différenes comprises enre e 55, correspondan à 56 niveaux d inensié lumineuse différens. Lorsque la couleur primaire es éeine, l oce prend sa plus peie valeur : Lorsque la couleur primaire a sa plus fore inensié lumineuse, l oce prend sa plus fore valeur : Chaque pixel (regroupan les 3 couleurs primaires) es donc codé sur 3 groupes de 8 bis (3 oces), soi bis. Chaque couleur primaire pouvan prendre 56 nuances différenes, chaque pixel peu en prendre plus de 6 millions : = ) Le codage des pixels en nuances de gris Le codage en nuances de gris consise à uiliser le codage RVB bis, en limian le nombre de valeurs possibles prises par un oce : à chaque couleur primaire sera affecée la même valeur de nombre binaire. Puisque un oce peu prendre 56 valeurs différenes, il es possible d obenir 56 niveaux de gris différens. Exemples : blanc : oues les couleurs primaires son allumées avec la plus fore inensié lumineuse : R V B noir : oues les couleurs primaires son éeines : R V B un gris foncé : oues les couleurs primaires allumées avec une assez faible inensié lumineuse : R V B un gris clair : oues les couleurs primaires allumées avec une assez fore inensié lumineuse : R V B ) Caracérisiques d une image numérique COMPRENDRE Page 6 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

7 Exemples : Définiion : Une image possédan 6 colonnes e lignes compore 6 =,9. 6 pixels Cee image a une définiion d environ MPx. Résoluion : Si une image possède peu de pixels par unié de longueur, l image apparaîra pixellisée. Taille : Si l image précédene de,9. 6 pixels es codée en bis RVB (3 oces par pixel), sa aille es de : Taille = 3,9. 6 = 5,76. 6 oces. Si l image précédene de,9. 6 pixels es codée en bis N&B ( oce par pixel suffi alors), sa aille es de : Taille =,9. 6 =,9. 6 oces. Remarque : En réalié, le fichier a une aille légèremen supérieure car quelques oces son uilisés pour coder des informaions comme le forma, le nombre de lignes e de colonnes, le nom du fichier ) 5) Les préfixes de l unié de sockage informaique La quanié de mémoire uilisée dans les sysèmes numériques acuels es rès imporane : de nouveaux préfixes on alors éé définis. Les signaux analogiques uilisen des nombres en base ( caracères possibles de à 9) : Nom / Kilo Méga Giga Téra Symbole / k M G T valeur Exemples : 3,5 km = 3,5. 3 m Les sysèmes numériques uilisen des nombres en base ( valeurs possibles : ou ) : Nom / Kibi Mébi Gibi Tébi Symbole / Ki Mi Gi Ti Valeur ,99. Exemples : 3,5 Gio = 3,5. 3 oces Remarque : Le préfixe Gibi es la conracion de Gigabinaire L abréviaion du mo oce s écri oujours avec un «o» minuscule. C es un abus de langage de remplacer les préfixes binaires par les préfixes décimaux. IV - LE STOCKAGE OPTIQUE ) Définiion Exemples : Compac Disc (CD), Digial Versaile Disc (DVD), Blu-ray Disc (BD) ) La lecure opique a) Cas d un disque gravé indusriellemen La êe de lecure d un disque opique conien : Une diode laser, qui éme des ondes élecromagnéiques à une longueur d onde précise. Un miroir semi-réfléchissan, qui envoie une parie de l onde vers le disque opique. Des lenilles de focalisaion, qui concenre la lumière sur les alvéoles de la pise à lire. COMPRENDRE Page 7 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

8 Une phoodiode, qui reçoi la lumière réfléchie par le disque opique. Un disque opique es formé d'un subsra en maière plasique e une fine couche méallique sur laquelle on éé creusées des alvéoles (à l'écriure des données), disposées le long d'une pise en spirale. Ces alvéoles permeen le codage numérique en binaire des informaions. Conrairemen à ce qu il es couran d enendre, les creux ne représenen pas les e les plas les. La lecure des informaions écries sur le disque opique es basée sur l uilisaion de deux phénomènes physiques : la réflexion e les inerférences. Lorsque le faisceau laser du leceur balaie la pise, la différence de marche enre deux rayons se réfléchissan sur la pise peu conduire à des inerférences consrucives ou desrucives selon deux cas : Si le faisceau laser frappe un creux ou un pla, la phoodiode reçoi les ondes réfléchies par le pla (ou le creux). Comme elles arriven oues en phase, l inensié lumineuse perçue es maximale e la valeur binaire es affecée à cee siuaion. Si le faisceau laser frappe une zone à cheval enre un creux e un pla, la phoodiode reçoi l onde réfléchie provenan du creux e celle provenan du pla. L onde se dirigean vers un creux doi parcourir plus de chemin que celle se dirigean vers un pla. En effe, l épaisseur du creux es par consrucion égale à de la radiaion du faisceau laser : l aller e le reour du chemin supplémenaire correspond donc à une disance égale donc les deux ondes reçues par la phoodiode arriven en opposiion de phase ; l inensié lumineuse perçue es quasi-nulle e la valeur binaire es affecée à cee siuaion. Remarque : Le codage binaire des données uilisées consise à aribuer : Un lors du passage d'un pla à un creux ou vice versa, c'es-à-dire lorsque la ension fournie par le capeur varie ; Un lorsque la ension es sable (soi dans un éa hau, soi dans un éa bas). b) Cas d un disque inscripible Un disque inscripible ype CD-R (Compac Disc Recordable) ne compore ni creux, ni pla. Ce disposiif es remplacé par une couche de coloran organique coincée enre une couche méallique e une aure en polycarbonae. L écriure de données sur ce suppor ne correspond pas à une gravure, mm Éiquee Acrylique Aluminium Coloran Polycarbonae mais à une brûlure du composé organique ; en effe, le faisceau laser opacifie la couche organique e crée ainsi un conrase enre les zones brûlées e celles qui ne le son pas. A la lecure, les zones brûlées absorben la lumière. Au conraire, les zones non brûlées réfléchissen la lumière COMPRENDRE Page 8 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

9 du laser. La mesure des différenes inensiés de lumière réfléchies perme de décoder l informaion numérique. c) Cas d un disque réinscripible Un disque réinscripible ype CD-RW (Compac Disc ReWriable) ne compore ni creux, ni pla comme un CD-R. La couche organique du disque inscripible es remplacée par rois couches : une couche d un maériau crisallin coincée enre deux couches d un maériau élecriquemen isolan. L écriure de données sur ce suppor ne correspond pas non plus à une gravure mais à un changemen de phase du maériau crisallin : par chauffage, le faisceau laser fai fondre la srucure crisalline la ransforman en maériau amorphe (non srucuré). Les couches isolanes permeen le refroidissemen rapide e donc le mainien en l éa du maériau amorphe. La lecure des données reprend le principe du disque inscripible. L effacemen des données s obien en chauffan plus faiblemen la couche crisalline/amorphe e en la laissan refroidir plus lenemen afin que ou le maériau rerouve une srucure crisalline. Un graveur doi donc posséder une source laser capable de moduler l inensié lumineuse du faisceau lumineux qu elle éme. Éiquee Acrylique Aluminium Isolan Aluminium, mm Srucure crisalline / amorphe Polycarbonae Phase amorphe Phase crisalline 3) Capacié de sockage Pour accroîre la capacié de sockage d'un disque opique, ou en conservan le même forma, il fau que les inscripions sur les pises soien plus fines e rapprochées. Mais, lors de l'écriure e la lecure, la concenraion du faisceau laser par une lenille convergene es limiée par le phénomène de diffracion. En effe, le faisceau laser ne se concenre pas en un poin, mais en une âche de diffracion don les dimensions son proporionnelles à la longueur d'onde du laser. L'emploi de laser de longueur d'onde de plus en plus coure a permis d'accroîre la capacié de sockage des disques opiques. C es ainsi que son nés le DVD puis le BD. COMPRENDRE Page 9 sur 9 mps, mouvemen e évoluion

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Puis le convertisseur bloque en mémoire cette valeur pendant une période d échantillonnage.

Puis le convertisseur bloque en mémoire cette valeur pendant une période d échantillonnage. PATIE 7 CHAPITE (PHYSIQUE) NUMÉISATION, STOCKAGE ET TANSMISSION DE L INFOMATION TS I. LE SIGNAL NUMÉIQUE. Signal analogique ou numérique? Un signal est la représentation physique d une information qui

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

B34 - Modulation & Modems

B34 - Modulation & Modems G. Pinson - Physique Appliquée Modulaion - B34 / Caracérisiques d'un canal de communicaion B34 - Modulaion & Modems - Définiions * Half Duplex ou simplex : ransmission un sens à la fois ; exemple : alky-walky

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Transmission et stockage de l information

Transmission et stockage de l information Transmission et stockage de l information La transmission d informations peut être libre, c est-à-dire assurée par des ondes électromagnétiques émises dans toutes les directions de l espace (Wi-Fi, radio,

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE :

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE : I INTRODUCTION : FONCTION LOGIQUE BT MI Variabl binair : L élcrochniqu, l élcroniqu, la mécaniqu éudin uilisn la variaion d grandurs physiqus lls qu la prssion, la forc, la nsion, c. Crains applicaions

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin DOMS : une archiecure de suivi de la Qualié de Service dans les Sysèmes Réparis Obje Nahanaël Coin Responsable : M. Wack UTBM DEA IAP Besançon Février/Juille 2000 DOMS v1.0 : une archiecure de suivi de

Plus en détail

TD : Codage des images

TD : Codage des images TD : Codage des images Les navigateurs Web (Netscape, IE, Mozilla ) prennent en charge les contenus textuels (au format HTML) ainsi que les images fixes (GIF, JPG, PNG) ou animée (GIF animée). Comment

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique q Bâimen q Les bâimens logisiques Economie & Consrucion propose une analyse des bâimens logisiques ; un seceur rès dynamique e un laboraoire pour les nouveaux enjeux de la consrucion. Plusieurs inervenans

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués Universié Joseph Fourier de Grenoble Mémoire présené e souenu publiquemen le 22 sepembre 2005 pour l obenion du Diplôme d Habiliaion à Diriger des Recherches Spécialié Phsique par Emmanuel SIMEU Tes e

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

SYSTEME D ALARME SANS FIL BI-DIRECTIONNEL

SYSTEME D ALARME SANS FIL BI-DIRECTIONNEL NOICE D UILISAION SYSEME D ALARME SANS FIL BI-DIRECIONNEL Version 4/05 Renseignements, conseils n hésitez pas à nous contacter au 0892 35 01 85 (0,34 / minute) 1 Vous trouverez au sein de votre kit d alarme

Plus en détail