Cahier technique n 141

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier technique n 141"

Transcription

1 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas

2 Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens qui recherchen une informaion plus approfondie, complémenaire à celle des guides, caalogues e noices echniques. Les Cahiers Techniques apporen des connaissances sur les nouvelles echniques e echnologies élecroechniques e élecroniques. Ils permeen égalemen de mieux comprendre les phénomènes renconrés dans les insallaions, les sysèmes e les équipemens. Chaque Cahier Technique raie en profondeur un hème précis dans les domaines des réseaux élecriques, proecions, conrôle-commande e des auomaismes indusriels. Les derniers ouvrages parus peuven êre éléchargés sur Inerne à parir du sie Schneider Elecric. Code : hp://www.schneider-elecric.com Rubrique : Le rendez-vous des expers Pour obenir un Cahier Technique ou la lise des ires disponibles conacez vore agen Schneider Elecric. La collecion des Cahiers Techniques s insère dans la «Collecion Technique» de Schneider Elecric. Averissemen L'aueur dégage oue responsabilié consécuive à l'uilisaion incorrece des informaions e schémas reproduis dans le présen ouvrage, e ne saurai êre enu responsable ni d'évenuelles erreurs ou omissions, ni de conséquences liées à la mise en œuvre des informaions e schémas conenus dans ce ouvrage. La reproducion de ou ou parie d un Cahier Technique es auorisée après accord de la Direcion Scienifique e Technique, avec la menion obligaoire : «Exrai du Cahier Technique Schneider Elecric n (à préciser)».

3 n 141 Les perurbaions élecriques en BT Roland CALVAS Ingénieur ENSERG 1964 (Ecole Naionale Supérieure d Elecronique e Radioélecricié de Grenoble) e diplômé de l Insiu d Adminisraion des Enreprises, il es enré chez Merlin Gerin en Lors de son parcours professionnel, il a éé responsable commercial, puis responsable markeing de l acivié proecion des personnes conre le risque élecrique. CT 141(e) édiion mai 2001

4 Lexique Coupure : absence plus ou moins longue de la ension. Creux de ension : baisse de la ension de plus de 10 %, suivie d un reour dans la plage de variaion normale. M. L. I. : Modulaion de Largeur d Impulsion (PWM en anglais : Pulse Widh Modulaion). Perurbaion élecrique : ou phénomène perurbaeur qui fai sorir l onde de ension (ou de couran) du seceur de ses caracérisiques nominales. Perurbaion élecromagnéique : ou phénomène perurbaeur de naure élecrique, magnéique ou élecrosaique qui peu affecer le seceur e / ou le foncionnemen des appareils élecriques e élecroniques. r. m. s. : «roo mean square», en français «valeur efficace». Régime du neure : Voir schéma des liaisons à la erre. Schéma des Liaisons à la Terre (SLT) : Encore parfois appelé «régime du neure». La norme CEI (en France la NF C ) officialise rois principaux schémas des liaisons à la erre qui définissen les raccordemens possibles du neure, de la source, e des masses, à la erre ou au neure. C es en foncion du SLT reenu pour un réseau que son définies les proecions élecriques nécessaires. Surension : dépassemen plus ou moins long de Un+10%. Surension brève : onde de ension ransioire caracérisée par une monée rapide suivie d une décroissance plus lene généralemen de caracère périodique. Surension rès brève : onde de ension ransioire caracérisée par une monée rapide suivie d une décroissane plus lene, généralemen périodique. Tension impulsionnelle : impulsion de durée inférieure à 10 ms superposée à la ension sinusoïdale. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.2

5 Les perurbaions élecriques en BT Les réseaux BT son rès pollués e soumis à de muliples agressions. Les maériels élecroechniques, mais surou les appareils élecroniques qui son de plus en plus nombreux e raien des signaux de plus en plus bas, doiven résiser à un environnemen élecromagnéique sévère. E dans le même emps les exigences de disponibilié, que ce soi pour la producion, la gesion ou le commerce, son de plus en plus fores. Pour améliorer la qualié du «produi élecricié» e évier les dysfoncionnemens voire des desrucions de composans du réseau élecrique e / ou de récepeurs sensibles, il es indispensable de comprendre l origine des perurbaions e d en apprécier les risques. Voilà ou l obje de ce Cahier Technique. Il es une inroducion au vase domaine de la compaibilié e de l immunié élecromagnéique du 50 Hz jusqu aux fréquences radioélecriques. Dans ce ouvrage l aueur raie de ous les paramères e de leurs principales «anomalies» qui permeen de caracériser une alimenaion élecrique : c Ampliude : variaions - coupures - creux - surensions, c Fréquence : variaions, c Forme d onde : harmoniques - ransioires - courans poreurs, c Phase : déséquilibre, c Puissance : cours-circuis - surcharges (effes sur la ension). Sommaire 1 Les ensions indusrielles BT 1.1 Les ensions nominales p La fréquence p. 4 2 Les perurbaions d ampliude 2.1 Les creux de ension e les coupures brèves p Les surensions p. 9 3 Les perurbaions de l onde sinusoïdale 3.1 Les généraeurs p Les ransformaeurs p Les récepeurs p Les alimenaions à découpage p Les fours indusriels p Les courans poreurs p Les effes des perurbaions p Les perurbaions pariculières 4.1 Les déséquilibres de couran e ension p. 19 aux sysèmes polyphasés 4.2 Les déséquilibres de phase p Les perurbaions élecromagnéiques 5.1 Champs e rayonnemens p Décharges élecrosaiques p Conclusion p. 23 Annexe 1 : ransmission des surensions à ravers les ransformaeurs p. 24 Annexe 2 : la ferrorésonance p. 25 Annexe 3 : bibliographie p. 26 Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.3

6 1 Les ensions indusrielles BT Tous les réseaux subissen, ou son à l origine, des perurbaions. Or, des récepeurs, mais aussi les appareils de conrôle-commande e de proecion, son sensibles à la qualié de la ension qui leur es appliquée. La connaissance e la prise en compe de ces conraines d alimenaion en énergie élecrique s avèren donc bien nécessaires : c les consruceurs de maériels élecroechniques e élecroniques desinés à un marché mondial doiven prendre en compe des olérances qui varien selon les pays, c les bureaux d éudes e les insallaeurs doiven aussi prendre en compe ces phénomènes dès la concepion des réseaux, e selon les besoins de leurs cliens rouver des soluions echniques au niveau des schémas de disribuion e de l appareillage. Rappelons que les insallaions Basse Tension son soumises à la norme CEI (en France la NF C ). 1.1 Les ensions nominales Le domaine de la BT concerne les ensions : c alernaives : i V (fréquence i 10 khz), c coninues i V. Aussi appelées «ensions assignées», elles son définies dans la publicaion CEI de La plus usiée des ensions de la BT es «230/400 V», en France elle a éé officialisée par l arrêé du 29/05/86. Dans le monde, e jusqu en 2003, on rouvera encore diverses ensions nominales : c Européenne : 220/380 V, 50 Hz, c Anglaise : 240/415 V, 50 Hz, c USA : 120/240 V e 480 V, 60 Hz, c Japon : 100/200 V, 50 e 60 Hz. Mais ces ensions varien auour de la ension nominale en foncion de la srucure e de la charge du réseau (longueur des conduceurs e variaion de la charge) e des sysèmes régulaeurs du réseau public (ou privé). En Europe, la norme EN indique qu en exploiaion normale, pour chaque période d une semaine, 95 % des valeurs efficaces moyennées sur 10 minues doiven se siuer dans la plage Un ± 10 %. A ire d exemple, en France, EDF annonce une plage de variaion de ± 10 % mais adme, que emporairemen, les ensions puissen s écarer de plus de 20 % de la ension nominale. De plus ces variaions son à associer à la noion de durée, exemples : c permanen Un ± 10 %, c cinq minues Un ± 20 %. Dans les pays en voie de développemen, il es possible d observer fréquemmen des variaions plus fores que ± 20 %. 1.2 La fréquence En ce qui concerne la fréquence, les variaions lenes auour de la valeur nominale 50 ou 60 Hz son généralemen faibles. Dans les pays européens, don les réseaux son inerconnecés, la norme EN précise 50 Hz ± 1 % pendan 95 % d une semaine, e [+ 4 %, - 6 %] en cas de perurbaion rès imporane. Ces variaions peuven êre bien plus imporanes pour des réseaux auonomes, par exemple sur une île. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.4

7 2 Les perurbaions d ampliude Les réseaux son perurbés, par des variaions de charge en exploiaion normale, mais surou par des phénomènes aléaoires don l origine es accidenelle, cours-circuis par exemple. Un réseau BT es soumis à ces deux causes de perurbaions quelle que soi leur origine (BT, MT, ou HT). Les deux principales perurbaions de l ampliude son : c les creux de ension e coupures brèves, c les surensions. 2.1 Les creux de ension e les coupures brèves Le creux de ension es généralemen défini comme une baisse de 10 % à près de 100 % de la valeur nominale de la ension pendan un emps compris enre 10 ms e quelques secondes (cf. fig. 1 ). Lorsque la ension es absene (baisse de ension de 100 %) pendan 1 s à 1 mn on parle de «coupure brève», e enre 10 ms e 1 s de «coupure rès brève». Lorsque la durée es i 10 ms, la coupure es généralemen due à des «phénomènes ransioires» ou volonaires, par exemple à l emploi de gradaeurs. Perurbaions dues à l exploiaion des réseaux HT e MT c Les modificaions volonaires de la géomérie d un réseau provoquen des coupures brèves qui peuven aeindre plusieurs secondes. Mais les réseaux de disribuion maillés son moins sensibles à ce phénomène. c La mise sous ension de gros ransformaeurs provoque des creux de ension évoluifs dus aux courans d enclenchemen. Le ableau de la figure n 2 donne, à ire d exemple, le couran de mise sous ension des ransformaeurs MT/BT. Il en es de même lors de la mise sous ension des condensaeurs MT e des gros moeurs : pour les condensaeurs le couran d appel peu aeindre 100 fois leur couran nominal (selon CEI 831-1) e jusqu à 8 In pendan plusieurs dizaines de secondes pour les moeurs. c Perurbaions dues à des défaus sur des réseaux HT e MT (cour-circui e défau d isolemen). Des phénomènes, els que : défau d isolemen du maériel, coup de foudre, blessure d un câble souerrain, mise à la erre d un conduceur aérien, provoquen des cours-circuis qui génèren des chues de ension imporanes dans une zone plus ou moins éendue auour de l origine du défau ; ceci avan la mise hors service de l élémen défecueux par les proecions. Parallèlemen les usagers direcemen desservis par l élémen en défau son définiivemen ou emporairemen privés Ampliude de la ension v > 10 ms v 10 % < v i 100 % Coupure Fig. 1 : creux de ension ( v) e coupure. (ms) P ne Consane (KVA) I de emps (s) encl. crêe = In ransformaeur , , , , , , , , , , ,45 Fig. 2 : valeur des courans d enclenchemen e consane de emps des ransformaeurs MT/BT lors d un enclenchemen côé MT (lors d un enclenchemen côé BT, «ne» es 2 fois plus élevé). d alimenaion. Ces phénomènes affecen ous les niveaux de ension, mais pariculièremen les réseaux MT (20 kv). Pour chaque défau, le nombre e le ype des creux de ension e coupures brèves dépenden des proecions e des auomaismes de réenclenchemen uilisés. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.5

8 En France : v sur les réseaux THT (400 e 225 kv), différens réenclencheurs son en service : - réenclencheurs monophasés lens foncionnan en cas de défau monophasé : la durée de la coupure es de l ordre de 1,5 à 2 s, - réenclencheurs riphasés lens (défaus polyphasés) don le foncionnemen es assujei au conrôle de synchronisaion des ensions : la durée de la coupure es de l ordre de 5 s. Ces réenclencheurs son aussi uilisés sur les réseaux HT (90 e 63 kv). v sur les réseaux MT aériens (5 à 20 kv) pour lesquels le neure es mis à la erre par une impédance limian le couran de défau homopolaire à 300 A, au niveau du pose source des «disjonceurs shun» permeen l éliminaion des défaus monophasés fugiifs (conacs avec des branches), ceci sans gêne pour l usager BT (cf. fig. 3 ). Par conre, les défaus polyphasés son raiés par des réenclencheurs rapides e lens qui provoquen des creux de ension sur la BT (cf. fig. 4 ). Environ 75 % des défaus son éliminés après le réenclenchemen rapide qui correspond à la classique coupure brève de 300 ms. v sur les réseaux MT souerrains (5 à 20 kv). Il n y a pas a priori de défau fugiif, donc ou défau enraîne la mise hors ension «définiive» de la parie concernée du réseau. De ce fai les réseaux souerrains (ville) son organisés soi en «double dérivaion» (cf. fig. 5 ), soi le plus souven en boucle ouvere (cf. fig. 6 ). Des auomaismes permeen de réalimener les poses HT/BT exemps de défau en moins d une minue. N 300 A Disjonceur shun Fig. 3 : éliminaion d un défau monophasé par un disjonceur shun qui en cour-circuian le défau perme l exincion de l arc. a) Couran appelé par le dépar en défau HT In 0 (s) b) Tension sur le dépar en défau MT Un 0 u (s) c) Tension sur les aures dépars Dépar en défau Un 0 u (s) Origine du défau 0,1 0,3 0,5 15 0,5 Définiif Ouverure disjonceur Réenclenchemen rapide Ouverure disjonceur Réenclenchemen len Ouverure disjonceur Principe : Sur un réseau MT en aérien, la plupar des défaus son fugiifs, aussi le disjonceur en êe de chaque dépar es équipé d un auomaisme qui ene deux réenclenchemens (parfois rois) : c le premier insananémen (durée d ouverure + fermeure : 0,3 s), c le second après environ 15 s. Fig. 4 : variaions de ension lors des réenclenchemens rapides e lens sur un réseau de disribuion MT. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.6

9 Pose HT/MT Pose HT/MT Circui «A» Circui «B» U Arrivée «A» Arrivée «B» Réseau alimené par A f B f A f = 5 ou 25 s Fig. 5 : alimenaion MT en double dérivaion. Dans l encadré, séquence de l auomaisme d un permuaeur Merlin Gerin conforme aux spécificaions EDF (France). Transformaeurs HT/MT Pose HT/MT Chemin d'alimenaion de ous les poses sauf le n 1 Chemin d'alimenaion du pose n 1 Transformaeur MT/BT Pose n 1 Transformaeur MT/BT Poin d'ouverure de boucle Transformaeur MT/BT Fig. 6 : alimenaion MT en boucle ouvere (coupure d arère). Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.7

10 Perurbaions dues à l exploiaion des réseaux BT Les creux de ension observés sur un réseau BT e dus à son exploiaion son provoqués par : c l enclenchemen de condensaeurs (évenuellemen placés en êe de réseau) qui provoque, comme en MT, un creux de ension rès bref voire un phénomène ransioire de ype oscillaoire ; c un simple démarrage de gros moeurs, direcemen alimenés par le TGBT, qui provoque un creux de ension ou don la «reprise au vol» (réalimenaion après une coupure brève) provoque un appel de couran parfois imporan (jusqu à deux fois les 8 à 10 In d un démarrage direc). Perurbaions dues à des défaus sur des réseaux BT Les cours-circuis sur la disribuion principale BT, enre deux conduceurs acifs ou enre un conduceur acif e une masse en schéma de liaison à la erre TN (cf. Cahier Technique n 172), son aussi à l origine de creux e de coupures de ension. Ces cours-circuis éliminés par les disjonceurs, sélecifs ou non, provoquen un creux de ension d auan plus «profond» que le dépar incriminé es imporan au regard de la puissance de la source, e qui peu durer de 50 à 500 ms. La forme de quelques creux e coupures de ension es donnée dans le ableau de la figure 7. A noer que les réseaux BT secourus par groupes ournans e disposiifs d inversion de source (normal/secours) peuven se rouver sans alimenaion pendan plusieurs secondes (cf. Cahier Technique n 161) : Temps d inerrupion = T1 + Td + T, avec : T1 = emporisaion au démarrage du groupe (0,4 à 10 s), Td = emps de démarrage du groupe (quelques secondes), T = emps d inversion (< 0,4 s). Des ordres de grandeur des creux de ension selon les différens ypes de permuaion son donnés dans le ableau de la figure n 8. Conclusion sur les creux de ension e les coupures brèves Saisiquemen on observe des coupures e des creux de ension, en êe d un réseau BT, de 1 fois par mois à 10 fois par jour. Leur origine es majoriairemen due à la moyenne e haue ension e dans 80 % des cas leur durée es comprise enre 20 e 350 ms. L appareillage élecroechnique es généralemen insensible à ces phénomènes, mis à par les conaceurs e relais don la «chue» e la «remonée» inempesives peuven provoquer d énormes problèmes dans les procédés indusriels. Avec le développemen de l inelligence réparie e des micro-auomaes, capeurs, préacionneurs inelligens, il convien de porer une grande aenion à l immunié des maériels aux creux de ension e coupures d alimenaion. En effe, l appareillage uilisan de l élecronique ne doi pas provoquer de signalisaion erronée ou donner des ordres inempesifs. c Permuaion de source volonaire Durée : quelques millisecondes à plusieurs minues. Un c Permuaion de source auomaique suie à un défau exérieur Durée : quelques millisecondes à 10 s. Un c Cour-circui exerne Durée : de 10 ms à plus de 100 ms. Un c Enclenchemen d une grosse unié Durée : foncion de la puissance du réseau. Un c Coupures brèves avec gros moeur e reprise au vol. Un Fig. 7 : principaux ypes de coupure e creux de ension. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.8

11 Type de permuaion Synchrone Temps mor Pseudosynchrone BT MT Exemples d applicaion c permuaion de jeux c alimenaion de pompes, c alimenaion par deux c reprise au vol des de barres, c alimenaion des circuis arrivées MT permuables, moeurs asynchrones. c subsiuion d un auxiliaires d un pose de c alimenaion par une généraeur par un aure, ransformaion, source normale e une c permuaion enre une c alimenaion des source de remplacemen. ASI e le seceur. magasins à grande surface, c ec. Durée de permuaion nulle 0,5 à 10 s 1 à 30 s 0,06 à 0,3 s Disposiifs employés c coupleur, c inverseur de source c ensemble de cellules c disjonceurs HT rapides c synchrocoupleur, auomaique à disjonceurs. MT avec permuaeur. associés à un permuaeur c ensemble ASI avec ulra-rapide e un conaceur saique. conrôleur de phases. Observaions La permuaion doi êre Les disposiifs inverseurs menionnés ci-dessus son Difficulés d élaboraion réalisée avan l absence généralemen des ensembles monés, câblés e réglés de l ordre de permuaion oale de ension de la en usine (voir par exemple le caalogue (présence de ension source principale. Schneider Elecric). résiduelle). Fig. 8 : différens ypes de permuaion e leurs durées. 2.2 Les surensions Mis à par les élévaions accidenelles de ension, par exemple branchemen d un ransformaeur 230 V en 400 V, les seules élévaions de ension qui peuven dépasser la plage nominale de variaion Un + 10 % s observen lorsque le réseau BT n es pas chargé. Mais les ransformaeurs des poses sources son généralemen équipés de régleurs en charge qui permeen au disribueur d énergie de mainenir la MT dans la plage Un ± 7%. Les surensions impulsionnelles son quan à elles dues esseniellemen aux manoeuvres sur les réseaux e à la foudre. Peu dangereuses pour l appareillage radiionnel BT conforme aux normes de fabricaion, elles peuven affecer les appareils comporan de l élecronique (enue en ension réduie à 1500 V). Manœuvres sur le réseau MT c Mise sous ension de baeries de condensaeurs MT sans self de blocage : la valeur crêe peu aeindre 2 Un (cf. fig. 9 ). c Mise hors ension de ransformaeur MT/BT : la valeur crêe peu aeindre 3 Un ; elle dépend beaucoup du couran «arraché» par l organe de coupure MT (cf. fig. 10 ). Ces surensions son ransmises à la BT par le ransformaeur MT/BT en foncion de ses rappors de ransformaion, inducif e capaciif (cf. annexe 2). Elles ne doiven pas êre ignorées car elles son dangereuses pour l appareillage BT pariculièremen lorsque le circui BT es faiblemen capaciif, c es-à-dire peu éendu. C es noammen le cas lors de la mise en service d une insallaion. Un Un Enclenchemen -20 (ms) Fig. 9 : onde de ension à l enclenchemen d une baerie de condensaeurs MT. Un 1-1 Fig. 10 : onde de ension au déclenchemen d un ransformaeur MT/BT. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.9

12 Foudre La foudre affece direcemen les réseaux aériens. De nombreuses éudes raien du suje. Toues les régions ne son pas égalemen exposées, on parle de niveau kéraunique. De mêmes oues les insallaions ne son pas égalemen exposées. L exposiion exrême correspond au cas des lignes aériennes de grande longueur en région pariculièremen sujee aux orages. La figure 11 indique le nombre e le niveau des surensions que l on peu s aendre à renconrer au cours d une année. Il s agi de valeurs saisiques e l on es oujours à la merci d un coup de foudre direc de valeur bien supérieure. Les normes sur la coordinaion de l isolemen e sur la compaibilié élecromagnéique - CEM - prennen bien en compe ce phénomène naurel qui développe une énergie impulsionnelle considérable ransmise aux réseaux BT par les ransformaeurs MT/BT. De plus en plus les normes relaives à l appareillage prévoien la enue aux ondes de ension e de couran représenaives de la foudre. Oure ces «ondes» à fron raide, la foudre a un effe pervers dû aux éclaeurs e aux parafoudres placés en amon des poses MT/BT. L imporance du risque dépend du Schéma des Liaisons à la Terre - SLT - (cf. norme NF C ). Prenons le cas du SLT TTN (cf. fig. 12 ). Lorsque la foudre ombe sur la ligne MT, elle fai amorcer l éclaeur, ou le parafoudre, qui laisse alors passer une parie de l onde de choc qui peu êre amplifiée par le phénomène de réflexion d onde (voir le Cahier Technique n 168). Un el amorçage d un éclaeur donne naissance à un couran 50 Hz, de la phase en défau à la prise de erre Rpn. Ce couran, limié par l impédance Z (à 300 A en France) se mainien jusqu à l inervenion des proecions du pose de source. Il provoque, en passan dans Rpn, la monée en poeniel de ou le réseau BT par rappor à la erre profonde à laquelle les équipemens BT son reliés par Ra. Il y a alors un risque de «claquage en reour» des maériels BT qui se maérialise, lorsque le produi «Couran x Rpn» es supérieur à la ension d isolemen par rappor à la masse des équipemens. Ainsi avec un couran de 300 A e une ension d isolemen de 2500 V, Rpn ne doi pas dépasser 8 Ω ; valeur qui peu êre dépassée selon l hydraulicié e la naure du errain! A noer que le problème es le même lors d un défau à la masse d un élémen MT du pose. Dans ce cas ce son les réseaux MT souerrains qui présenen le plus grand risque car ce couran es soi limié à une valeur supérieure (1000 A en France), soi non limié comme dans cerains pays. L essai de 2U à la fréquence 50 Hz pendan 1 mn perme de vérifier la enue en ension des maériels BT. Enfin le SLT du pose a un rôle imporan en ce qui concerne la ransmission de l onde de choc à la BT. En effe oure la surension due à la ransmission capaciive à ravers le ransformaeur, l onde de couran de foudre développe dans l impédance de prise de erre une ension Uf d auan plus imporane que la prise de erre es selfique (cf. fig. 12 ). Nombre de surensions par an (sans proecion) Faible exposiion Fore exposiion 0,2 0, Exposiion exrême Amorçage des disposiifs Niveaux de surension (KV) Fig. 11 : nombre e valeur des surensions saisiquemen possibles selon le niveau d exposiion à la foudre. Uf N Z Eclaeur Uf Pose Source Rpn Uf Pose MT/BT Ra Récepeur Fig. 12 : schéma TTN des liaisons à la erre d un pose MT/BT (mises à la erre communes de l éclaeur, de la masse du ransformaeur e du neure BT), e ransmission de l onde de foudre vers le réseau BT. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.10

13 Pour enir compe de ce phénomène, en France les poses «hau de poeau» son insallés (cf. fig. 13 ) avec des prises de erre du pose, du neure e des récepeurs BT séparées (schéma appelé à prises de erre séparées, TTS selon NF C ). Cee disposiion perme d évier la monée en poeniel de l insallaion BT e donc le risque de claquages en reour de l appareillage e des récepeurs BT (cf. fig. 14 ). Les équipemens MT, de par leurs normes de fabricaion, peuven supporer ces surensions (enue à l onde de choc 125 kv pour un maériel de ension spécifiée 24 kv). Lors d un claquage HT/BT dans le ransformaeur, c es la valeur de Rn ou Rpn qui évie les claquages en reour dans le maériel BT. Des relevés, réalisés en grande parie en Suisse par Landis e Gyr, e publiés noammen par l I.E.E.E., monren que des surensions ransioires dépassan un kilovol se renconren plusieurs fois par an, en divers poins d un réseau de disribuion basse ension (cf. fig. 15 ). Il es relaivemen excepionnel de déecer des surensions supérieures à 6 ou 7 kv car, à ces niveaux, il se produi un phénomène d amorçage dans l air, ou dans le câblage qui agi comme éclaeur. Ce amorçage, ou claquage diélecrique, écrêe les surensions à un niveau d auan plus bas que le câblage es moins soigné. Une elle «proecion» endommage l insallaion e peu créer à erme de graves problèmes de sécurié par percemen, conournemen e charbonnage des isolans. La soluion pour les sies exposés es la mise en œuvre de parafoudres enre les conduceurs acifs e la erre, pour plus de précisions voir le Cahier Technique n 179. ;; yy ;; yy Transformaeur MT/BT Proecion BT «Hau de poeau» ;; yy ;; yy Compage ;; yy ;; yy Proecion BT «Individuelle» Rp Rn Ra Fig. 13 : pose MT/BT «hau de poeau». Schéma TTS des liaisons à la erre d un pose MT/BT (mises à la erre séparées de l éclaeur, de la masse du ransformaeur e du neure BT). Ce SLT es ITS si un limieur de surension es inséré dans la liaison à la erre du neure BT. Rp i 30 Ω Rn i 4 Ω Rp Rn Ra car le maériel du pose (ransformaeur e disjonceur hau de poeau) es surisolé à 20 kv choc. pour couvrir le risque de claquage en reour du maériel BT de l'abonné suie à un claquage HT/BT, cee valeur résule du calcul suivan : Rn i 2 x U U 300 A Rn i 2 x = 4 Ω 300 Fig. 14 : prises de erre d un pose MT/BT alimené par des lignes aériennes. Nombre de ransioires par an Maison d'habiaion (salon à l'éage) ,2 0,1 0,02 0,01 Usine Landis e Gyr (salle des fours) Maison d'habiaion (arrivée d'alimenaion souerraine) Usine Landis e Gyr (laboraoire) Eablissemen bancaire à Bâle (enrée de service) Ferme alimenée par lignes aériennes Courbe composie aux USA réseau 120 V 0,10,2 0,3 0,5 0, kv Fig. 15 : fréquences e valeurs crêe des surensions dues à la foudre sur des insallaions BT (source : Landis e Gyr). Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.11

14 Manœuvres de l appareillage e foncionnemen des proecions BT c Les bobines des relais e les conaceurs on une impédance de caracère selfique, e inerrompre un «couran selfique» provoque presque oujours des surensions imporanes. Dans le cas d un relais (cf. fig. 16 ), lorsque le couran es coupé brualemen par l inerrupeur K, l énergie 1/2 Li 2 se ransforme en énergie 1/2 CV 2 d où une surension : 1 L V = i, V C = , x 10 = Les surensions observées peuven aeindre près de 10 kv sur un circui 230V. Ces auxiliaires de commande devraien êre aniparisiés par leurs consruceurs, sinon un circui RC, ou une varisance, placé en parallèle sur leur bobine perme d absorber la surension. c Sur les réseaux BT e HT, à vide ou faiblemen chargés, inerrompre un faible couran inducif n es pas facile e enraîne la créaion de surensions souven muliples (rains d ondes). Sur le circui monophasé de la figure 17, pris pour exemple, lorsqu on ouvre l inerrupeur K, le couran coninue à circuler dans L 2 avec, aux bornes de C 2, la ension V BN : L VBN = i 2 C 2 sinω 2. Il en va de même en ce qui concerne le réseau amon avec aux bornes de C 1 la ension : L VAN = i 1 sinω 1 C. 1 A l insan de l ouverure, les ensions V BN e V AN évoluen en opposiion e la ension V AB devien vie suffisammen imporane pour qu il y ai un réallumage de l arc (réamorçage enre les conacs de l appareil de coupure K). Le couran à couper es faible, les conacs s écaran, e le baemen enre les deux ensions V BN e V AN, son des élémens qui fon que l arc s éein, puis les ensions remonen e le phénomène redémarre Plusieurs cycles appelés réamorçages peuven ainsi se produire, ceci jusqu à ce que l énergie dissipée par l arc, e l écaremen des conacs qui augmene, arrêen le phénomène. Le résula es l appariion de rains d ondes, de 1 ension e de fréquence élevées ( ω = ), LC vériables généraeurs de parasies. L exisence de différens circuis à vide avec self ou ransformaeur, e d appareils de coupure à ouverure lene, fai que ce phénomène es assez fréquen ; il es même observé lors de la coupure de couran de cour-circui, lorsqu en fin de coupure le couran devien suffisammen faible pour êre «arraché». c Couper un couran de cour-circui peu aussi présener des risques de surensions puisque : v il fau agir rès vie, avan que le couran n aeigne l inensié de cour-circui présumée, v e «insérer» dans le circui une ension d arc qui n es pas oujours facile à maîriser selon les condiions de coupure, car cee ension d arc consiue une surension de plusieurs cenaines de vols pour les disjonceurs e parfois de plusieurs kv pour les fusibles (cf. fig. n 18 ). i L R C parasie Fig. 16 : schéma équivalen d un relais. e L 1 A K L 2 B C 1 C 2 L 1, C 1 = inducance e capacié du réseau amon, L 2, C 2 = inducance e capacié du réseau aval. Fig. 17 : schéma équivalen d un circui monophasé. Fig. 18 : surensions relevées avec deux disposiifs de proecion esés sur la même insallaion d essais. N Disjonceur C32L Icc présumé (ka) 11 4 Cos ϕ 0,25 0,3 L = 100 mh R = 180 Ω C parasie = 250 pf i = 150 ma Fusible GL 20 A U (V) % % Surension (V) 400 à à 2650 U+ U Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.12

15 Sur ce dernier poin, il fau noer que : v plus le cour-circui se produi près des bornes aval de l appareil de coupure, plus la surension es élevée e brève. Ainsi les résulas présenés par la figure 19 on éé relevés pour un défau présen sur un câble de secion 1,5 mm 2 en aval d un fusible 10 A : avec L = 0 U + U U = = 64, e T = 50 µs avec L = 20 m U + U = 2 e T = 200 µs U v généralemen plus le calibre de la proecion d un dépar es élevé (e donc la secion de ses conduceurs imporane) par rappor à la puissance de cour-circui du «jeu de barres» plus la surension es faible e longue. La figure 20 présene une synhèse graphique de plusieurs essais. V T U Fusible U/2 L U Fig. 19 : la surension es foncion de la disance séparan le défau de la proecion. 10 ms Û + Û Û A Fusible A 400 A 1 0,03 0,1 0,3 1 3 ms Fig. 20 : avec une même puissance de cour-circui amon, les niveaux e les durées des surensions sur un dépar son foncion du calibre de sa proecion, e de la secion de ses conduceurs. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.13

16 Ferrorésonance C es un phénomène qui peu apparaîre sur les réseaux non ou faiblemen chargés, surou observé en haue ension, mais qui peu se manifeser derrière de peis ransformaeurs ou en présence de filres. Le leceur inéressé peu se reporer à l annexe 3 e lire le Cahier Technique n 190. Essais e remèdes relaifs aux surensions Les surensions impulsionnelles ransmises par conducion, effe inducif ou capaciif, son rès dangereuses noammen pour les appareils élecroniques. Dans ce domaine, l expérience a permis de définir des essais. c Les ondes normalisées pour eser les maériels. Elles son (cf. fig. n 21 ), pour la plupar, reprises aujourd hui dans les publicaions CEI e plus pariculièremen , e (cf. Annexe 3). Oure les formes d onde, les normes prévoien des niveaux qui corresponden à des condiions d uilisaion puis à des ensions d essai pour les Origine Type d onde Onde de es c manoeuvre Onde longue amorie : a v 0,25 / 2,5 ms 50 % 0,25 2,5 ms Onde oscillaoire amorie récurrene : (100 khz < f < 1MHz) b v U 0,9 U 10 0,1 U 0,5 ms c foudre Onde de ension c impulsionnelle récurrene : 1,2/50µs v 50 % 1,2 50 µs Onde de couran 8/20µs d i 50 % c appareillage BT, Onde 5 / 50 ns e (ex. : fusion fusible) v 8 20 µs 50 % 5 50 ns Fig. 21 : les principales formes d ondes d essai normalisées. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.14

17 consruceurs de maériel. A ire d exemple, la figure n 22 donne, pour les différens niveaux, les ensions pour l essai à l onde de ension impulsionnel (cf. courbe d de la figure n 21). c Les remèdes conre les surensions Ils s appliquen auan lors de la mise en œuvre que lors du choix des appareils : v lors de l insallaion, il es conseillé de veiller à éloigner les sources de surensions des maériels les plus sensibles, ainsi qu à l équipoenialié des équipemens, v lors du choix il peu êre uile de prévoir des : - blindages élecrosaiques ou des condensaeurs (cf. annexe 3), - ransformaeurs à écrans, - filres, - limieurs de surension (cf. fig. n 23 ). Il exise aussi des limieurs de surension basse ension desinés aux insallaions ayan un SLT IT (à neure isolé de la erre). Définis en France par la norme NF C ils son desinés à empêcher oue élévaion de ension due à un défau MT ; le Cahier Technique n 179 raie de leur mise en œuvre. Niveau 1 0, x Tension d essai ± 1% (kv) Spécial Le niveau «x» es ouver : il es à définir pour des spécificaions pariculières de maériels. Fig. 22 : les ensions d essai selon la norme CEI U limiée (kv) I max (ka) (onde 8/20) Varisances 14 à à 5000 Diode de 5 à à 1000 redressemen Fig. 23 : caracérisiques de différens ypes de limieurs de surension. Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.15

18 3 Les perurbaions de l onde sinusoïdale Les ensions (ondes) observées, de façon permanene ou emporaire, sur les réseaux ne son jamais parfaiemen sinusoïdales, car : c les généraeurs (alernaeurs) son plus ou moins parfais, c les ransformaeurs son aussi imparfais, c les récepeurs génèren ou absorben des harmoniques, c le réseau ser de véhicule à différens signaux (courans poreurs). 3.1 Les généraeurs 3.2 Les ransformaeurs Les appareils bon marché, généralemen de faible puissance, génèren souven des harmoniques (cf. fig. 24 ). Lorsqu ils son calculés au plus juse, ils commencen à saurer dès que la ension dépasse leur valeur nominale e ils absorben alors un couran non sinusoïdal (cf. fig. 25 ). Alernaeurs (présence d'une «ronfle» d'encoches) Muaeurs (onduleur sans filrage) 3.3 Les récepeurs Les condensaeurs Les courans harmoniques son d auan mieux absorbés par un condensaeur que leur fréquence es élevée. Le couran absorbé par les condensaeurs es donc une caricaure de la ension du réseau sur lequel ils son placés. Associés à des inducances ils composen des filres neoyeurs de réseaux e absorben alors un couran non sinusoïdal (cf. Cahier Technique n 152). Les ubes fluorescens Les arcs élecriques absorben des courans non sinusoïdaux pariculièremen chargés en harmoniques. Le monage en «duo» e la compensaion n évien pas que les ubes fluorescens génèren des harmoniques. Les redresseurs à commande de phase Dans la grande majorié des cas, ils débien sur un circui selfique e absorben successivemen sur chaque phase un couran recangulaire. A chaque commuaion des semiconduceurs la sinusoïde de la ension l alimenaion es affecée d une brève inerrupion (empièemen anodique), la figure 26 donne une représenaion des ondes de ension e de couran. Fig. 24 : exemple d onde de ension délivrée par des généraeurs «bon marché». Ue Fig. 25 : onde de couran à vide absorbée par un ransformaeur calculé rop juse. Fig. 26 : ondes de ension e de couran déformées par un redresseur à commande de phase. U Ie I Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.16

19 Quan aux gradaeurs de chauffe à conrôle de phase, chaque amorçage de hyrisors enraîne un creux de ension de l alimenaion dû à la composane selfique de celui-ci suivi d une faible chue de ension liée à la résiance inerne de l alimenaion (cf. fig. 27 ). U I 3.4 Les alimenaions à découpage Très répandues (micro-ordinaeurs, TV, élecroménager, ), elles uilisen en circui d enrée un pon de diodes suivi d un condensaeur de filrage qui génère des courans harmoniques imporans. Fig. 27 : ondes de ension e de couran déformées par un gradaeur de chauffe. 3.5 Les fours indusriels Ce son de vrais pollueurs de réseaux : c les fours à arc produisen un vériable brui élecrique conenan oues les fréquences don l ampliude décroî avec la fréquence, c les fours à inducion HF son des généraeurs de parasies à bande éroie cenrée sur quelques dizaines de kiloherz. 3.6 Les courans poreurs Il s agi de signaux addiionnels qui son volonairemen injecés sur le réseau par le disribueur d énergie élecrique, par exemple pour élécommander les changemens de arif Jour/Nui, el le sysème Pulsadix (175 Hz) employé en France. Ces signaux son audibles avec un auoradio lorsque la voiure passe sous une ligne HT. Leur fréquence varie selon les pays : 110 Hz, 175 Hz, 183 Hz, 217 Hz, 283 Hz, 317 Hz, 600 Hz, 1050 Hz, Hz. Les signaux son consiués par des rains d impulsions de la fréquence choisie, injecés selon un cerain code. Leur ension es de l ordre de 10 V. D aures signaux véhiculés par le réseau peuven aussi perurber le seceur chez un abonné BT : c communicaions numériques, elles celles uilisées pour la gesion echnique des bâimens - GTB -, c émissions d inerphones (quelques dizaines de kiloherz), c ordres de élécommande (50 à 150 khz). 3.7 Les effes des perurbaions Tou signal périodique, quelle que soi sa forme d onde peu êre considéré comme la somme de signaux alernaifs de fréquence égale à celle du signal, «Le fondamenal», e muliples de celle du signal, «Les harmoniques». Les harmoniques, e les fréquences pariculières injecées sur le réseau, produisen des effes néfases, voire dangereux. Ainsi, les harmoniques : c augmenen les peres fer e les courans de Foucaul dans les moeurs e les ransformaeurs, c meen en danger la vie des baeries de condensaeurs, don les proecions long reard doiven prendre en compe les courans harmoniques, c meen en danger la vie des condensaeurs de filrage des alimenaions de circuis élecroniques, c peuven provoquer l échauffemen du conduceur neure (les courans d harmonique 3 e muliples de 3 générés par les alimenaions à découpage e les ubes fluorescens s ajouen e reviennen à la source par le neure). Pour évier ous ces risques, les proecions élecroniques à maximum de couran «long reard» ou de «surcharge» (équivalenes aux déclencheurs élecromécaniques dis «hermiques») doiven comporer un circui mesuran la valeur efficace vraie du couran (en anglais : r.m.s.). Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.17

20 La norme EN indique, pour les réseaux publics de disribuion, que «pendan chaque période d une semaine, 95 % des valeurs efficaces de chaque ension harmonique moyennées sur 10 minues, ne doiven pas dépasser les valeurs indiquées dans le ableau de la figure n 28. Des ensions plus élevées pour un harmonique donné peuven êre dues à des résonances. De plus, le aux global de disorsion harmonique de la ension fournie (y compris ous les harmoniques jusqu au rang 40) ne doi pas dépasser 8 %». Pour diminuer les courans e les ensions harmoniques, il es possible d uiliser des filres passifs ou compensaeurs acifs (cf. Cahier Technique n 183). Harmoniques impairs Harmoniques pairs Muliples de 3 Non muliples de 3 Rang Tension Rang Tension Rang Tension relaive (% Un) relaive (% Un) relaive (% Un) , ,5 11 3,5 6 à 24 0,5 21 0, ,5 23 1,5 Fig. 28 : valeurs des ensions d harmoniques aux poins de fourniure (source EN 50160). Cahier Technique Schneider Elecric n 141 / p.18

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

GZ 10 / 25 / 40 / 55

GZ 10 / 25 / 40 / 55 GZ 10 / 25 / 40 / 55 ELAIS STATIQUE TIPHASE AEC COMMANDE LOGIQUE Applicaions principales Thermoformeuses Lignes d exrusion Fours indusriels Traiemens hermiques Applicaions de conrôle à viesse de commuaion

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

17 Conversion de signaux Modulation de l énergie. Chapitre 17

17 Conversion de signaux Modulation de l énergie. Chapitre 17 Chapire 17 Conversion de signaux Modulaion de l énergie Perurbaion e compaibilié élecromagnéique INTRODUCTION 3 1. LES FONCTIONS DE CONVERSION 4 1.1. La commuaion 4 1.2. La emporisaion 15 1.3. L amplificaion

Plus en détail

Nature de l information

Nature de l information Naure de l informaion PAGE : Siuaion : Parfois l informaion fournie par un capeur Tou Ou Rien (TOR) n es pas suffisane pour piloer l équipemen. Dans ce cas nous devons avoir recours à des capeurs e déeceurs

Plus en détail

LE TRIAC. - Amorçage Particularité (mode de déclenchement ) Paramètres identiques aux SCRs STRUCTURE. Ctl

LE TRIAC. - Amorçage Particularité (mode de déclenchement ) Paramètres identiques aux SCRs STRUCTURE. Ctl LE TRIAC Srucure Caracérisiques saiques : - Ideniques aux SCRs - Pariculariés Caracérisiques dynamiques : Applicaions - Amorçage Paricularié (mode de déclenchemen ) Paramères ideniques aux SCRs - Blocage

Plus en détail

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques Principes e caracérisiques des principaux moeurs élecriques Crières de choix d un moeur Le moeur es généralemen choisi en foncion de l uilisaion mécanique e de l alimenaion élecrique don on dispose. Cahier

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Indusrielle ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures PROPOSITION DE BAREME Analyse du sysème Quesion

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent Lycée Viee TSI 1 T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. mulimères I. Principe de foncionnemen de l oscilloscope à ube cahodique 1. Descripion F C W A 1 A 2 vide spo P DV P DH écran fluorescen F filamen C cahode

Plus en détail

Pavillons individuels, appartements et immeubles collectifs : Protection de l ensemble de l installation sanitaire (eau froide et eau chaude)

Pavillons individuels, appartements et immeubles collectifs : Protection de l ensemble de l installation sanitaire (eau froide et eau chaude) Cahier echnique Gamme bronze DN10 à 100 mm EconomO.fr Tel.: 02 43 70 45 36 Fax : 09 56 80 08 74 info@economo.fr www.economo.fr Sommaire Principe de foncionnemen p.2 Définiion p.3 Monage p.3 Mise en service

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

La détection synchrone : application

La détection synchrone : application La déecion synchrone : applicaion (Anglais: lock-in amplifier) La cigale chane U IN () Mais il y a du brui + beaucoup de brui. U OUT () Quelle es l'ampliude du chan de la cigale? Commen exraire le signal

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Circuit de commande d'un moteur brushless DC par onduleur triphasé commandé en modulation de largeur d'impulsion par microcontrôleur

Circuit de commande d'un moteur brushless DC par onduleur triphasé commandé en modulation de largeur d'impulsion par microcontrôleur Circui de commande d'un moeur brushless DC par onduleur riphasé commandé en modulaion de largeur d'impulsion par microconrôleur Ing. V. LELEUX Ir. N. GILLIEAUX-VETCOUR GRAMME Liège Ce aricle présene la

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

710SX2. portée. 700SX2-2000/2500 W Halogène. Projecteur de découpe. Type: Projecteur de découpe Source: 2000/2500 W Halogène Optique: zoom 10 à 25

710SX2. portée. 700SX2-2000/2500 W Halogène. Projecteur de découpe. Type: Projecteur de découpe Source: 2000/2500 W Halogène Optique: zoom 10 à 25 710SX2 700SX2-2000/2500 W Halogène Type: Projeceur de découpe Source: 2000/2500 W Halogène Opique: zoom 10 à 25 Projeceur de découpe f La découpe 2000/2500 W idéale pour les applicaions à longue Combinan

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Physique appliquée. Analyse spectrale. Harmoniques 50 Hz. Spectre d un signal FSK Spectre d un signal périodique. 500 Hz. 2000 Hz

Physique appliquée. Analyse spectrale. Harmoniques 50 Hz. Spectre d un signal FSK Spectre d un signal périodique. 500 Hz. 2000 Hz Analyse specrale Physique appliquée Analyse specrale Harmoniques 50 Hz Specre d un signal FSK Specre d un signal périodique 500 Hz 000 Hz Analyse specrale Sommaire 1- La représenaion emporelle d un signal

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS-

CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS- CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS- TÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS. Objecifs ANALYSER MODELISER A l issue de la séquence, avec l aide du cours sur les ransformées de Laplace, l élève doi êre capable

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

MSP430 Gestion d'un LCD multiplexé MSP 430. Gestion d'un LCD multiplexé

MSP430 Gestion d'un LCD multiplexé MSP 430. Gestion d'un LCD multiplexé MSP430 Gesion d'un LCD muliplexé MSP 430 Gesion d'un LCD muliplexé La famille de microconroleurs MSP430x4xxx inègre un piloe (driver) d'afficheur à crisaux liquides. Ceux-ci peuven êre à commande direce

Plus en détail

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I Chapire C1 Leçon C1 AMPLIFICATEU LINEAIE INTEGE (A.L.I) Monages Fondamenaux à base d A.L.I I. Uilisaion d un A.L.I en régime non linéaire : 1) Acivié praique : a) A l aide d une maquee fournie ou à parir

Plus en détail

Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL

Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL Signal à ransmere Modulaeur Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL I- GÉNÉRALITÉS SUR LA PROPAGATION - Organisaion d'une chaîne de ransmission Signal modulé Emeeur Onde en espace libre ou ligne Emeeur :

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Variateurs de vitesse Altivar 31 "Simply Smart!"

Variateurs de vitesse Altivar 31 Simply Smart! Variaeurs "Simply Smar!" Caalogue Juin 04 Pour moeurs asynchrones riphasés de 0.25 jusqu à 20 HP Sommaire Variaeurs pour moeurs asynchrones b Présenaion...................................... b Caracérisiques................................

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION DE LA zzz FOAD Francis SEMPORE 2iE francis.sempore@2ie-edu.org Thème n 3 Posiionnemen de 2iE (2011) Porail FOAD AUF (2007-2011) AUF : 774 Eablissemens

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail