Les Comptes Nationaux Trimestriels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Comptes Nationaux Trimestriels"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS Les Compes Naionaux Trimesriels Documen de méhodologie Décembre 2012

2 SOMMAIRE SIGLES ET ABREVIATIONS... II INTRODUCTION... 1 I. VISION GENERALE DES COMPTES NATIONAUX TRIMESTRIELS... 2 I.1 OBJECTIFS DES COMPTES NATIONAUX TRIMESTRIELS... 2 I.1.1 Trimesrialiser les compes annuels du passé... 2 I.1.2 Fournir rapidemen une descripion macro-économique du présen... 2 I.1.3 Fournir une première esimaion de la croissance économique de l année... 3 I.2 COMPTES TRIMESTRIELS ET ANALYSE CONJONCTURELLE... 3 II. ESTIMATION DU PIB A PRIX CONSTANTS, BASE 100= II.1 CHOIX METHODOLOGIQUES... 5 II.2 CHAMP DES CNT... 5 II.3 SOURCES D INFORMATIONS DES CNT... 6 II.4 NOMENCLATURE DES CNT... 7 II.5 METHODES ET INDICATEURS D ELABORATION DES CNT... 9 II.5.1 Producion ou valeur ajouée par branches d aciviés... 9 A. Le seceur primaire... 9 B. Le seceur secondaire C. Le seceur eriaire II.5.2 Dépenses de consommaion finale II.5.3 Formaion brue de capial fixe (FBCF) II.5.4 Commerce exérieur : exporaions e imporaions III. ESTIMATION DU PIB A PRIX COURANT IV. LOGICIELS INFORMATIQUES DE TRAVAIL V. PUBLICATION ET DIFFUSION ANNEXES ANNEXE 1 : INFORMATIONS ATTENDUES PAR STRUCTURE ANNEXE 2 : INDICATEURS PAR BRANCHE D ACTIVITE ANNEXE 3 : APPROCHES D ELABORATION DES COMPTES NATIONAUX TRIMESTRIELS (CNT) GLOSSAIRE i

3 SIGLES ET ABREVIATIONS AFRISTAT ARMA ART BTP CF CJO CNA CNT CVS DI FBCF FMI IPC INS IPI IVU MCO MINFI/DAE MINFI/DGB MINFI/DGD MINFOF MINT NSDD OCDE PIB PNB SCN SIFIM SNH TRE UE VA Observaoire Economique e Saisique d Afrique Subsaharienne Auorégressif à Moyennes Mobiles Agence de Régulaion des Télécommunicaions Bâimens e Travaux Publics Consommaion Finale Correcion des effes Jours Ouvrables Compes Naionaux Annuels Compes Naionaux Trimesriels Correcion des variaions Saisonnières Demande Inérieure Formaion Brue de Capial fixe Fonds Monéaire Inernaional Indice des Prix à la Consommaion Insiu Naional de la Saisique Indice de Producion Indusrielle Indice de Valeur Uniaire Moindres Carrés Ordinaires Minisère des Finances/Direcion des Affaires Economiques Minisère des Finances/Direcion Générale du Budge Minisère des Finances/ Direcion Générale des Douanes Minisère des Forês e de la Faune Minisère des Transpors Norme Spéciale de Diffusion des Données Organisaion de Coopéraion e de Développemen Economique Produi Inérieur Bru Produi Naional Bru Sysème de Compabilié Naionale Services d Inermédiaion Financière Indirecemen Mesurés Sociéé Naionale des Hydrocarbures Tableau des Ressources e Emplois Union Européenne Valeur Ajouée ii

4 Inroducion Conexe e jusificaion Les premiers agrégas de compabilié naionale rimesriels on éé diffusés par les saisiciens américains dès les années 40 grâce à l esimaion direce e régulière du produi naional bru (PNB) e du revenu naional. Des ravaux expérimenaux on suivi en Norvège, au Royaume-Uni e en France dans les années 50 e 60. Les progrès pluô lens des compes rimesriels jusqu aux années 70 s expliquen par l accen mis pendan cee période sur le développemen des saisiques économiques srucurelles pluô que conjoncurelles. Cependan, les pays de l OCDE se son orienés vers l uilisaion d indicaeurs économiques rimesriels (comme l indice de la producion indusrielle) pour rimesrialiser les compes annuels, c es-à-dire esimer des grandeurs rimesrielles respecan à la fois l évoluion des indicaeurs rimesriels d une par e le niveau des compes annuels d aure par. Cee méhode exige de disposer des compes annuels e d éablir une relaion enre ces compes annuels e les indicaeurs rimesriels. Ceci pose un problème lorsque ces compes annuels ne son pas disponibles, en pariculier lorsque l année n es pas encore finie. Des méhodes se son développées pour permere d éablir ces relaions enre compes annuels e indicaeurs («éalonnage»), l idenié numérique enre le compe annuel e les quare (4) compes rimesriels («calage») e enfin la projecion des compes rimesriels pendan l année courane. Ces méhodes basées sur des calculs économériques se son beaucoup développées grâce à l accéléraion de la puissance de calcul des micro-ordinaeurs, surou dans les années 80 e 90. Les pays du bloc soviéique qui disposaien de rappors rimesriels sur les enreprises, éaien en mesure d esimer direcemen une compabilié rimesrielle. Mais, avec l ouverure de leurs économies au marché libre, ces pays on adopé progressivemen les méhodes d éalonnage e de calage. Pour ce qui concernen les aures régions du monde, le développemen des compes rimesriels dépend à la fois de l implanaion d un sysème de producion régulier de compes naionaux annuels e d une base minimale de données conjoncurelles. Ceci es le cas des pays d Amérique Laine e d Asie qui produisen des compes rimesriels depuis le débu des années 90. En Afrique, les pays du Maghreb (Maroc, Tunisie), le Kenya, l Ile Maurice e l Afrique du Sud on mis en place le calcul du PIB rimesriel depuis quelques années. Un proje piloe d élaboraion des compes rimesriels dans cinq Eas membres d AFRISTAT (Burkina Faso, Cameroun, Côe d Ivoire, Maurianie e Sénégal) es acuellemen en cours. 1

5 Au Cameroun, pour aeindre les objecifs de croissance déclinés dans le Documen de Sraégie pour la Croissance e l Emploi (DSCE), le Gouvernemen a décidé de se doer d un insrumen d alere rapide sur l évoluion de l acivié économique e évenuellemen, devan lui permere d aniciper au mieux les chocs exogènes els que la récene crise financière inernaionale e ses conséquences néfases sur la croissance en 2008 e Le disposiif acuel basé sur les compes naionaux annuels rese rès limié pour aniciper sur d évenuels chocs qui peuven compromere l aeine des objecifs du DSCE. For de ces consas, l Insiu Naional de la Saisique (INS), don l une des missions consise à fournir aux décideurs des indicaeurs perinens sur l évoluion à cour erme de l économie naionale a inscri dans son plan d acions , l acivié d élaboraion des compes naionaux rimesriels. L objecif global de ce plan d acions es de mere sur pied un disposiif permanen, permean l élaboraion des compes rimesriels au Cameroun d ici Les objecifs spécifiques son les suivans : - faire une éude sur les principales méhodologies exisanes d élaboraion des compes rimesriels dans les pays implémenan déjà les CNT, e pariculièremen en Afrique, afin de mieux asseoir la faisabilié de cee acivié dans nore pays ; - proposer une méhodologie d élaboraion des compes naionaux rimesriels pour le Cameroun ; - cibler e réaliser oues les enquêes addiionnelles (enquêe sur le chiffre d affaires, ec.) nécessaires pour l élaboraion des compes naionaux rimesriels ; - élaborer une base de données conjoncurelles nécessaires à l élaboraion des CNT ; - consruire les compes naionaux rimesriels du Cameroun depuis 1999 ; - procéder à l organisaion des séminaires de présenaion, à leur validaion e à leur diffusion sur suppors papier e numérique ainsi que par Inerne. Les principaux produis aendus son : un documen méhodologique déaillé sur l élaboraion des CNT au Cameroun es produi ; une base de données des indicaeurs conjoncurels du Cameroun depuis 1999 es disponible ; une base de données des compes rimesriels du Cameroun depuis 1999, à prix courans e à prix consans es élaborée ; le renforcemen des capaciés des déparemens echniques à l uilisaion des données de compabilié naionale en général e des CNT en pariculier es effecif ; les séminaires de présenaion e de validaion des résulas des CNT sur la période 1999 à 2012 son organisés ; e la série des compes naionaux rimesriels depuis 1999 es disponible sur ou ype de suppors (papier, élecronique e Inerne). 2

6 Objecifs du documen méhodologique La producion d un documen méhodologique pour l élaboraion des CNT au Cameroun a pour bus de : consigner les choix méhodologiques adopés par le Cameroun ; décrire les méhodes e indicaeurs uilisés pour produire les CNT au Cameroun ; facilier l inégraion des nouveaux cadres dans le processus d élaboraion des CNT. Ce documen es subdivisé en cinq (5) secions. La première fai une présenaion générale des CNT. La deuxième e la roisième secion présene l esimaion des CNT du Cameroun à prix consans e courans. La quarième secion ressor les logiciels informaiques de ravail e la dernière décri la publicaion e la diffusion. 1

7 I. Vision générale des compes naionaux rimesriels Cee secion se propose de présener les objecifs des compes naionaux rimesriels, les compes naionaux rimesriels e l analyse conjoncurelle, e les recommandaions inernaionales en maière d élaboraion des compes naionaux rimesriels. I.1 Objecifs des compes naionaux rimesriels Les compes naionaux rimesriels visen globalemen le suivi conjoncurel des agrégas macroéconomiques d une économie. Ils présenen ainsi plusieurs objecifs spécifiques parmi lesquels la rimesrialisaion des compes annuels passés, la descripion rapide de la siuaion macroéconomique récene e une première esimaion de la croissance économique de l année en cours. I.1.1 Trimesrialiser les compes annuels du passé Il s agi ici de calculer des compes rimesriels à parir d un choix raisonné d indicaeurs rimesriels afin de décomposer rimesriellemen les agrégas de la compabilié naionale annuelle. Ce choix d indicaeurs es crucial puisqu il s agi de choisir parmi l infinié de combinaisons de compes naionaux rimesriels don la somme respece la grandeur annuelle, soi : Compe rimesriel = f (indicaeurs rimesriels) où f es une foncion à déerminer. Sous la conraine : somme des 4 compes rimesriels = compe annuel. La conraine peu évidemmen êre résolue en calculan des compes rimesriels par division des compes annuels par quare (4). Mais l objecif es avan ou de reracer les évoluions infra-annuelles des agrégas compables (producion, valeur ajouée, consommaion, exporaions, imporaions, ec.). I.1.2 Fournir rapidemen une descripion macro-économique du présen Pendan l année courane, de nombreux indicaeurs conjoncurels peuven donner les élémens d un diagnosic de la période récene. Leur raducion en compes rimesriels perme de regrouper oue cee informaion dans le cadre de la compabilié naionale e d esimer les agrégas compables radiionnels (PIB par exemple) à ryhme rimesriel, généralemen avec un délai de 2 à 3 mois après le rimesre considéré. Le PIB rimesriel es donc uilisé acuellemen par les économises, les organismes inernaionaux (FMI, OCDE, UE, ec.), les décideurs e les médias comme l indicaeur synhéique qui résume la siuaion économique à rès cour erme. 2

8 I.1.3 Fournir une première esimaion de la croissance économique de l année L agrégaion des quare (4) compes rimesriels fourni rapidemen (2 à 3 mois après la fin de l année) une première esimaion du PIB e des principaux agrégas compables de l année écoulée. L exisence des compes naionaux rimesriels pourrai engendrer des conflis lorsque l on éabli le compe provisoire de l année passée (5 à 6 mois après la fin de l année) car les compes naionaux rimesriels on déjà fourni une esimaion du PIB e des principaux agrégas macroéconomiques. Cerains pays comme les Eas-Unis ou le Canada calculen les compes annuels en agrégean les compes naionaux rimesriels e n on de problème de confronaion qu au momen d un changemen de base ou de méhode qui enraîne une modificaion des agrégas compables annuels. Dans les aures pays, où coexisen compes rimesriels e compes annuels, leur confronaion es résolue de façons diverses à la fois dans le emps e dans l espace. Ainsi, en France, la différence de calendrier de paruion des compes rimesriels e des compes annuels faisai apparaîre les compes rimesriels comme une esimaion rapide des compes annuels. Ceci obligeai à organiser une confronaion enre les deux ypes de compes de manière à pouvoir expliquer les écars, mais ceci resai en général difficile en raison des différences méhodologiques des deux ypes de compes. Acuellemen, le compe provisoire français résule des compes rimesriels, qui son en effe supposés rassembler oue l informaion disponible pour calculer un compe provisoire. I.2 Compes rimesriels e analyse conjoncurelle Les compes rimesriels on rapidemen occupé une place cenrale dans les ravaux d analyse conjoncurelle en pariculier : l éude des inflexions conjoncurelles : les compes rimesriels permeen de mieux comprendre e de déerminer de façon plus précise les reournemens de la conjoncure ; l esimaion rapide du PIB annuel : la projecion des compes rimesriels sur l année en cours perme en effe d avoir une esimaion rapide du PIB de cee année, grâce à la méhode de déerminaion de l acquis de croissance. Au fur e à mesure de l avancée dans l année en cours e du calcul des compes rimesriels, cee esimaion rapide du PIB devien de plus en plus complèe e perme d en avoir une esimaion robuse avan même le calcul des derniers compes rimesriels e à foriori le calcul du compe annuel provisoire. 3

9 Encadré 1 : Noion d acquis de croissance L acquis de croissance du PIB corrigé des variaions saisonnières (CVS) d une année correspond au aux de croissance, par rappor à l année précédene, qu on obiendrai si le PIB demeurai jusqu à la fin de l année au niveau du dernier rimesre connu. Il s agi d une noion clé pour l analyse de la conjoncure, car elle perme d avoir, avan la fin l année, une esimaion de la croissance annuelle. En effe, l acquis de croissance es le résula de la mesure, à n impore quel momen de l année (au 1 er janvier, à la fin du 1 er, du 2 ème, ou du 3 ème rimesre), de ce que serai la croissance moyenne annuelle si la producion se sabilisai à son dernier niveau connu. Disposan du PIB d un rimesre donné, on peu calculer un scénario de croissance annuelle de l année courane en supposan que les PIB rimesriels, non encore déerminés, de l année courane demeureron au niveau du dernier rimesre connu. Le aux de croissance (annuel) ainsi obenu pour l année courane es appelé l acquis de croissance (au dernier rimesre connu). Au fur e à mesure du calcul des compes rimesriels de l année courane, la répéiion de ce calcul permera d affiner l esimaion du PIB de l année en cours. L exemple de calcul suivan illusre cee noion pour deux années 2009 e 2010 e à rois momens : au quarième rimesre, à la fin du 1 er rimesre e à la fin du deuxième rimesre PIB rimesriel 2009 (Milliards de FCFA) Projecion du PIB rimesriel, année 2010 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T , , , , , , , ,1 Toal annuel 8 913,8 Toal annuel 8 988,5 Acquis de croissance au quarième rimesre ,8% T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T , , , , , , , ,9 Toal annuel 8 913,8 Toal annuel 9 195,7 Acquis de croissance au premier rimesre ,2% T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T , , , , , , , ,5 Toal annuel 8 913,8 Toal annuel 9 296,4 Acquis de croissance au deuxième rimesre ,3% 4

10 II. Esimaion du PIB à prix consans, base 100=2000 Cee secion es consacrée à la présenaion des choix méhodologiques adopés pour l élaboraion des CNT, le champ couver par les CNT, les sources d informaions conjoncurelles, les nomenclaures e, les méhodes e indicaeurs des CNT au Cameroun. II.1 Choix méhodologiques La liéraure sur les approches d élaboraion des CNT me en exergue la prédominance des méhodes indireces (basées sur les indicaeurs) sur les méhodes direces 1. Parmi les méhodes indireces, deux d enre elles reiennen nore aenion. Il s agi de la version améliorée de la méhode proporionnelle de DENTON e la méhode de CHOW-LIN. Le choix de l une des deux méhodes es guidé d une par, par le fai qu elle minimise l erreur de prédicion de l année courane, de manière à ce que le aux annuel de croissance prévisionnelle soi rès proche de la réalisaion e d aure par, par sa facilié d implémenaion. Il apparaî donc que le développemen acuel du sysème saisique du Cameroun lui perme d envisager la mise en œuvre des méhodes économériques, en pariculier la méhode robuse en une éape développée par Chow e Lin (1971). De plus, cee méhode es déjà mise en œuvre dans le logiciel ECOTRIM développé par Eurosa. En effe, le Cameroun dispose de la série des compes naionaux annuels de 1993 à 2011 élaborés selon le SCN 93 ainsi que des informaions rimesrielles diverses sur l acivié économique. Par ailleurs, la producion des CNT coexisera avec celle des compes annuels provisoires. Les compes provisoires son produis 6 à 7 mois après la fin de l année alors que l agrégaion des 4 compes naionaux rimesriels (2 à 3 mois après la fin de l année) permera déjà d avoir une esimaion des agrégas de l année écoulée. Par conséquen, les compes naionaux provisoires permeron d acualiser l hisorique de la base de données des CNT e fourniron les informaions quasi-définiives sur les évoluions des agrégas macroéconomiques d une année donnée. II.2 Champ des CNT Le champ minimal couver par les CNT es la déerminaion du produi inérieur bru (PIB) selon l approche producion. Cependan, les CNT éan une parie inégrane du processus de producion des compes naionaux annuels, il es envisageable de couvrir au moins les approches producion e dépense afin de mieux respecer le cadre cenral du Sysème de Compabilié Naionale (SCN) des Naions Unies. 1 Voir annexe 3 : Approches d élaboraion des compes naionaux rimesriels 5

11 Ainsi, les ravaux acuels visen l élaboraion d une première maquee de CNT adapée au conexe camerounais qui comprendra : la producion (P), la valeur ajouée (VA), la formaion brue de capial fixe (FBCF) e le commerce exérieur (CE) de marchandises (imporaions (M) e exporaions (X)). La maquee proposée permera d obenir par solde la consommaion finale (CF) : CF = VA + Taxes nees + FBCF + M X. II.3 Sources d informaions des CNT Les sources d informaions conjoncurelles proviennen de diverses srucures privées, publiques ou parapubliques. Le ableau 1 en annexe présene les informaions rimesrielles aendues de chaque srucure. Concernan le seceur primaire, les données conjoncurelles proviennen des différens minisères en charge de l agriculure, de l élevage, de la pêche, de la sylviculure e de l exploiaion foresière. Cependan, le caracère annuel des aciviés agropasorales rend rès difficile la disponibilié des indicaeurs infra-annuels dans ce seceur. Le seceur secondaire, quan à lui, es suivi par les srucures INS, BEAC, DAE/MINFI, e DGEPIP/MINEPAT à ravers les enquêes rimesrielles de conjoncure auprès d un échanillon d enreprises. De plus, les groupemens GICAM e SYNDUSTRICAM réalisen égalemen le suivi rimesriel des enreprises membres de leurs groupemens. Les indicaeurs produis acuellemen son les indices de producion indusrielle (IPI). Un proje es égalemen en cours à l INS pour élaborer les indices de prix à la producion indusrielle (IPPI). Cependan, la muliplicié de passages des srucures susmenionnées avec des quesionnaires différens pose d énormes problèmes aux responsables des enreprises de ce seceur, qui se plaignen de délaisser leurs aciviés au profi du remplissage des quesionnaires de conjoncure. Pour remédier à ce problème, il serai souhaiable que l INS, en an que organe cenral du sysème saisique naional, invie les srucures concernées à développer un disposiif harmonisé (comme c es acuellemen le cas avec la DGEPIP/MINEPAT) qui comprend les insrumens de collece des données e la période de passage auprès des enreprises du seceur indusriel. Ce disposiif harmonisé a l avanage de résoudre les préoccupaions des différens aceurs impliqués, d alléger la charge de ravail des enreprises e permere de disposer à emps les informaions nécessaires au calcul des CNT. Pour ce qui es du seceur eriaire, le renforcemen du disposiif acuel de collece des données auprès des enreprises de services perme de garanir la disponibilié des informaions conjoncurelles. Un proje de consrucion d un indicaeur synhéique (indice du chiffre d affaire dans le commerce e les services) pour le suivi des aciviés de ce seceur a débué en mars 2012 à l INS. Les pondéraions e les indices des 1 er e 2 ème rimesres 2012 son déjà disponibles. 6

12 Au oal, la producion des CNT dans les délais requis (rois mois après la fin d un rimesre) es foremen ribuaire de la disponibilié des indicaeurs conjoncurels. Ainsi, l on devra fixer à 60 voire 75 jours maximum, le délai pour la collece des informaions conjoncurelles auprès des srucures. II.4 Nomenclaure des CNT L élaboraion des CNT suppose la mise en place des nomenclaures des aciviés e des produis qui iennen compe de la disponibilié des indicaeurs conjoncurels. Ces nomenclaures devron êre cohérenes avec celles reenues pour élaborer les compes naionaux annuels. Pour ce faire, le principe d agrégaion suivan a éé reenu : disposer d une nomenclaure suffisammen déaillée pour que les erreurs sur une branche d acivié n occasionnen pas de grandes variaions du PIB rimesriel. Ainsi, l on es passé de 44 branches pour les compes annuels à 29 branches pour les CNT. Cela se jusifie d une par, par la charge de ravail qui doi êre compaible avec le délai de producion d un CNT e d aure par, par le poids rès faible de ceraines aciviés dans le oal du PIB. En oure, l on a enu compe du seceur informel qui pose des problèmes en raison de son imporance dans ceraines branches e de l absence d indicaeurs rimesriels. On uilisera alors des indicaeurs indirecs, par exemple à parir des inpus ou des éalonnages indirecs. De manière générale, il faudra repérer les branches où on n a pas d indicaeurs de producion, pour lesquelles on pourra uiliser des indicaeurs issus des données rimesrielles du commerce exérieur afin d obenir une nomenclaure adapée. 7

13 Tableau 1 : Nomenclaure d aciviés des CNT e passage vers celle des compes naionaux annuels (CNA) Code BRANCHE Code CNA Poids Poids CNT informel dans le (%) PIB (%) 1 AGRICULTURE VIVRIERE 1 99,95 13,6 2 AGRICULTURE INDUSTRIELLE ET D'EXPORTATION 2 67,04 1,8 3 ELEVAGE, CHASSE ET PÊCHE 03 e 05 80,42 3,6 4 SYLVICULTURE ET EXPLOITATION FORESTIERE 4 12,52 1,5 5 EXTRACTION HYDROCARBURE 06 7,7 6 AUTRES INDUSTRIES EXTRACTIVES 07 7 TRANSFORMATION DES PRODUITS D ORIGINE 10 e 11 1,5 AGRICOLE 13,09 8 FABRICATION DE BOISSONS 14 10,68 0,9 9 TRAVAUX DE GRAINS 09 70,4 1,3 10 AUTRES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES 08 à 15 sauf 9,10, 11 0,5 e 14 84,44 11 INDUSTRIE DU BOIS sauf FABRICATION DE MEUBLES 18 32,62 2,8 12 FABRICATION DE MEUBLES 28 78,21 1,9 13 FABRICATION DE PAPIER, ARTICLES EN PAPIERS, 19 1,5 IMPRIMERIE ET EDITION 0,12 14 INDUSTRIES TEXTILES ET CONFECTION 16 77,3 0,5 15 INDUSTRIES CHIMIQUES ET FABRICATION DE 21 4,3 PRODUITS CHIMIQUES 6,23 16 FABRICATION MACHINES ET APPAREILS 25 1,4 ELECTRIQUES 0,11 17 AUTRES INDUSTRIES MANUFACTURIERES 16 à 27 sauf 16, 18, 0,6 19, 21, 25 2,38 18 EAU ET ELECTRICITE 29 4,39 0,8 19 BTP 30 30,98 2,5 20 COMMERCE ET REPARATION 31 e 32 59,68 17,2 21 TRANSPORTS, ENTREPÔTS ET COMMUNICATION 34 37,54 4,2 22 POSTES ET TELECOMMUNICATION 35 0,09 2,8 23 HOTELS ET RESTAURANTS 33 83,84 4,6 24 SERVICES FINANCIERS 36 0,2 7,8 25 SERVICES AUX ENTREPRISES 38 0,15 2,4 26 SERVICES AUX MENAGES 42 41,69 1,2 27 ACTIVITES IMMOBILIERES 37 94,56 1,6 28 ADMINISTRATION, EDUCATION ET SANTE 39, 40 e 41 0,63 1,7 29 BRANCHE FICTIVE (SIFIM) 43-0,7 IMPÔTS ET TAXES 7,5 8

14 II.5 Méhodes e indicaeurs d élaboraion des CNT Pour l esseniel, il exise deux familles d inpus conjoncurels : les indices de volume e de prix ; e les données physiques ou en valeur qui permeen de consruire les indices. Cee secion passe en revue les indicaeurs direcs ou indirecs pour chaque agréga de la compabilié naionale. II.5.1 Producion ou valeur ajouée par branches d aciviés Les méhodes uilisées dans l approche du PIB par la producion son : - les méhodes avec indicaeurs direcs ; - les indicaeurs de rends avec ou sans ermes correceurs ; - les méhodes à indicaeurs indirecs ; - la méhode de lissage (Denon pur). L annexe 2 présene pour chaque branche d acivié, les indicaeurs direcs ou indirecs à uiliser. A. Le seceur primaire Le seceur primaire es découpé en 4 branches. A1. Agriculure vivrière Elle représene en moyenne 14% du PIB sur la période , mais on dispose de peu d indicaeurs pour cee branche. Touefois, la disponibilié du calendrier agricole a permis d esimer rimesriellemen la producion agricole. Encadré 2 : Trimesrialisaion de la producion agricole La producion agricole éan ribuaire du clima, elle s obien généralemen au momen de la récole. Cependan, le SCN recommande d impuer la valeur des ravaux en cours avan les récoles e la valeur de la producion au momen de la récole. La mise en œuvre de cee recommandaion es difficile e ne rouve pas encore de moyen d applicaion dans le sysème acuel de saisiques agricoles. Parmi les différenes méhodes de rimesrialisaion de la producion agricole, il a éé reenu l uilisaion du calendrier agricole. Le calendrier agricole es un documen produi par le MINADER qui rerace les aciviés agricoles mensuelles dans chaque région du pays. Il recense oues les aciviés radiionnelles effecuées par les exploians ou au long de l année. Pour chaque produi, à parir des informaions recueillies dans le calendrier agricole, l on défini dans chaque région des pondéraions par rimesre en foncion de l inensié de la récole dans le rimesre considéré. Parallèlemen, à parir du documen sur les producions par region e les superficies culivables, l on défini des pondéraions par region. En combinan ces deux ypes de coefficiens, nous obenons une pondéraion par region e par rimesre pour oue l année. Pour un rimesre donné, la pondéraion à appliquer sur les données annuelles sera la somme de ces dernières pondéraions sur oues les régions. Le graphique ci dessous es une illusraion de la producion rimesrielle (données brues e CVS) dans l agriculure vivrière. 9

15 A2. Agriculure indusrielle e d exporaion Les données des exporaions on éé uilisées pour la consrucion d un indicaeur. On calculera dans un premier emps les valeurs uniaires pour chaque produi concerné : bananes fraîches, café, cacao bru en fèves e coon bru. On vérifie ensuie la cohérence en observan les valeurs uniaires qui s écaren anormalemen. L indicaeur es calculé en faisan une somme par rimesre des quaniés pour chaque produi, pondérée par la valeur uniaire moyenne de l année de base. Ensuie, l on affine les processus de producion de ces produis en décalan les exporaions afin de les faire coïncider avec les périodes de récole. A3. Elevage, chasse e pêche Cee branche éan foremen informelle, on a consrui une indicarice qui sui les évoluions par période de la valeur ajouée. Il es souhaiable d uiliser les saisiques sur les effecifs annuels du chepel naional pour consruire un indicaeur de volume de cee branche, mais ces informaions ne son pas disponibles acuellemen. A4. Sylviculure e exploiaion foresière A l analyse graphique, la série des exporaions de bois grumes e de bois sciés issue des saisiques du commerce exérieur s avère êre un meilleur indicaeur de la producion de cee branche, que la série rimesrielle de producion de grumes. L indicaeur consrui es la somme des exporaions de bois grumes e de bois sciés converis par le coefficien suivan : 1 m 3 de bois grume = 1 m 3 de bois scié/0,33. 10

16 B. Le seceur secondaire Le seceur secondaire es divisé en 15 branches. B1. Exracion d hydrocarbures Pour le pérole bru, les données sur les quaniés produies, les quaniés vendues localemen e à l exporaion, la valeur de la producion e des exporaions son disponibles rimesriellemen depuis le 3 ème rimesre La producion en quanié es ainsi l indicaeur de volume pour cee branche. B2. Aures indusries exracives Pour le momen, cee branche es dominée par l informel e son poids dans le PIB es rès faible. Cependan, l on a isolé cee branche dans la perspecive des grands projes srucurans en cours (fer, or, ec.). On a donc consrui une indicarice qui sui les évoluions par période de la valeur ajouée. B3. Transformaion des produis d origine agricole L indice de la producion indusrielle (IPI) de la branche ransformaion des produis d origine agricole es uilisé comme indicaeur de volume. B4. Fabricaion de boissons L indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche es uilisé, e s avère êre un bon indicaeur dans ce cas. B5. Travail de grains Le modèle : Y = ai + b + c (où es le emps) es uilisé, avec comme indicaeur l indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche. La variable emps perme de prendre en compe le caracère informel de la branche qui n es pas mesuré dans l IPI. B6. Aures indusries agroalimenaires Le modèle : Y = ai + b + c (où es le emps) es égalemen uilisé, avec comme indicaeur l indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche. La variable emps perme de prendre en compe le caracère informel de la branche qui n es pas mesuré dans l IPI. B7. Indusrie du bois sauf fabricaion de meubles L indicaeur uilisé es la producion en volume de bois sciés issue du calcul de l IPI. Mais, il s avère ne pas êre pas un bon indicaeur pour cee branche d acivié. 11

17 B8. Fabricaion de meubles La représenaion graphique de la valeur ajouée annuelle en volume a permis de reenir le emps comme indicaeur. En effe, la variable emps perme de prendre en compe le caracère informel de la branche. B9. Fabricaion de papier, d'aricles en papier, imprimerie e édiion L indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche es uilisé, e s avère êre un bon indicaeur dans ce cas. B10. Indusrie du exile e confecion Le modèle : Y = ai + b + c (où es le emps) es uilisé, avec comme indicaeur l indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche. La variable emps perme de prendre en compe le caracère informel de la branche qui n es pas mesuré dans l IPI. B11. Indusrie chimique e fabricaion de produis chimiques L indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche es uilisé, e s avère êre un assez bon indicaeur dans ce cas. B12. Fabricaion de machines e appareils élecriques L indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche es uilisé, e s avère êre un indicaeur moyen dans ce cas. B13. Aures indusries manufacurières La représenaion graphique de la valeur ajouée annuelle en volume n a permis de rouver un indicaeur approprié. Un indicaeur composie issu de l IPI des branches manufacurières compaibles avec la nomenclaure des compes annuels a éé consrui mais s avère êre un mauvais indicaeur pour cee branche. B14. Producion d eau e d élecricié L indice de la producion indusrielle (IPI) de cee branche es uilisé, e s avère êre un rès bon indicaeur dans ce cas. B15. Bâimens e ravaux publics (BTP) L indicaeur uilisé es consrui à parir des mises à la consommaion de cimen ( producion + imporaions exporaions de cimen) en quanié. 12

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Efficience et Productivité des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramétrique. Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi

Efficience et Productivité des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramétrique. Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi Efficience e Producivié des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramérique Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi ERF 5TH CONFERENCE 23-25h November 2008 Efficience e producivié des banques commerciales

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail