No Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa"

Transcription

1 No Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa

2 CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique Le modèle dynamique avec dee publique e effe parimonial La représenaion de l économie La poliique économique Les régimes de change La sabilié de l économie Les anicipaions : régime keynésien e régime classique La cohérence emporelle des poliiques économiques L indépendance des banques cenrales e les régimes de change vus à ravers les simulaions du modèle La poliique économique Les changes flexibles (ableau 2) Les changes fixes à dominance allemande (ableau 3) L UEM (ableau 4) La réacion des économies à des chocs d offre En change flexible En change fixe : choc dans le pays dominé En change fixe : choc dans le pays dominan En Union Économique e Monéaire Les conséquences du raio de dee publique de Maasrich vues à ravers les simulaions du modèle En change flexible En change fixe : choc dans le pays dominé Change fixe : choc dans le pays dominan En Union Économique e Monéaire...77 Annexe : équaions du modèle...80 Annexe 2 : Les algorihmes...82 Références bibliographiques...96 Lise des documens de ravail du CEPII

3 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique 4

4

5 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique RESUME L organisaion de l UEM repose sur plusieurs principes : l indépendance de la Banque cenrale à laquelle on affece l objecif d inflaion, l abscence de coordinaion des poliiques budgéaires enre elles e avec la poliique monéaire, enfin l encadremen de la poliique budgéaire par des raios prudeniels. Ce cadre insiuionnel pose problème parce qu il y a conradicion enre les crières de convergence e la coordinaion. Cee dernière implique une ceraine marge de liberé pour que les pays puissen praiquer une poliique expansionnise lorsqu ils son aeins par des chocs dépressifs. Nous avions déjà fai la criique de ce modèle d organisaion dans un modèle saique Capoen, Serdyniak, Villa (994), Villa (995). Dans une siuaion de chômage classique, il exise une relaion de cohérence enre les poliiques monéaires e budgéaires qui ne peuven êre indépendanes. En siuaion keynésienne, l indépendance de la Banque Cenrale inrodui un confli d objecif qui amène à une poliique budgéaire expansionnise e une poliique monéaire resricive. Dans le cadre néo-classique, cela aboui à l incapacié des deux insances à fournir une règle mixe commune qui permee au seceur privé de formuler des anicipaions claires. Ce confli d objecif peu êre résolu de rois manières : () on reconsiue l unié de l Ea e de la Banque cenrale en coordonnan les poliiques budgéaire e monéaire, (2) l Ea es découragé e subordonne sa poliique à celle de la Banque Cenrale, (3) une des insances abandonne la régulaion conjoncurelle pour gérer le dilemme dee publique/croissance. Cee approche a éé criiquée principalemen parce qu elle ne prend pas en compe la dynamique. L inérê de l éude dynamique que nous proposons es de quare ordres : - prendre en compe la dynamique de la dee publique e les resricions sur la poliique budgéaire imposées par les raios prudeniels de Maasrich, - éudier le confli enre l Ea e la banque cenrale dans un cadre ineremporel : à cour erme, les deux poliiques son anagonises, la poliique de l Ea es subordonnée à la poliique monéaire à long erme, - régler la quesion de la cohérence emporelle de la poliique économique. Celle-ci peu prendre plusieurs aspecs : () la poliique monéaire es par exemple rop resricive à cour erme e rop expansionnise à long erme parce que les agens anicipen une inflaion de long erme qui a lieu dès le cour erme, (2) La poliique budgéaire es rop expansionnise à cour erme e rop resricive à long erme parce que les agens anicipen la conraine de dee publique e une inflaion de long erme qui on lieu dès le cour erme. - raier rigoureusemen les anicipaions raionnelles de prix e de aux de change ainsi que la dynamique parimoniale, le raio dee publique/pib de Maasrich fixan le parage enre richesses publique e privée. 6

6 CEPII, documen de ravail n 96-3 La méhode consise à calculer des équilibres de Nash parfais enre auoriés puis à modéliser les coordinaions inernes e exernes par une procédure de Nash-Bargaining dynamique. Les simulaions qui ne dépenden pas qualiaivemen de l'indexaion des salaires sur les prix monren les résulas suivans : - La cohérence emporelle n inrodui pas de différences numériques noables par rappor aux poliiques non cohérenes emporellemen: c es un problème de second ordre. - La coopéraion «exerne» inernaionale es moins bénéfique que dans un cadre saique à cause des crières de convergence. - La coopéraion «inerne» enre les poliiques monéaire e budgéaire es moins bénéfique que dans un cadre saique car la lue enre les deux insances de poliique économique es moins accusée, cependan elle es beaucoup plus favorable que la coopéraion exerne. - L inroducion du crière de dee empêche l Ea de mener la poliique budgéaire désirée. Il subordonne sa poliique à la poliique monéaire, ce qui rédui le confli inerne. 7

7 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique SUMMARY The organisaion of he EMU is based on several principles: he independance of he cenral bank, o which he arge of inflaion is devolved, he lack of coordinaion of fiscal policies beween each oher and wih he moneary policy, lasly he framing of fiscal policy by prudenial raios. This insiuional framework is problemaic because here is a conradicion beween convergence crieria and coordinaion. The laer one involves a libery margin in order ha counries can implemen an expansionis policy when hi by depressive shocks. We had already criicised his organisaional model in a saic framework (Capoen, Serdyniak, Villa (994) e Villa (995)). In a classical unemploymen regime, here exiss a consisency relaionship beween moneary and fiscal policies which canno be independan. In a Keynesian unemploymen regime, he independance of he cenral bank inroduces a conflic of arges, which induces an expansionis fiscal policy and a resricive moneary policy. In a neoclassical framework, his leads o he incapabiliy of he wo policy makers o implemen a common mixed rule, which could allow he privae secor o formulae clear expecaions. This conflic in he arges can be solved in hree ways: () he uniy of he sae and he cenral bank is rebuil by coordinaing moneary and fiscal policies, (2) he governmen is discouraged and submi is policy o he one of he cenral bank, (3) one of he wo auhoriies surrender he shor erm sabilisaion policy and peg he public deb vs growh rade-off. This approach has been criicised mainly because i was no dynamic. The following dynamic sudy has four advanages: - I akes ino accoun he dynamics of he public deb and he resricions on he fiscal policy induced by he prudenial raios of Maasrich. - I sudies he conflic beween he sae and he cenral bank in an ineremporal framework: in he shor run, he wo policies are conflicing, in he long run he policy of he governmen is submied o moneary policy. - I solves he quesion of he ime consisency of economic policy. The laer can presen several feaures, among hem: () moneary policy is oo resricive in he shor run and oo expansionis in he long run because he privae secor expecs inflaion in he long run, which happens in he shor run already, (2) fiscal policy is oo expansionis in he shor run and oo resricive in he long run because he privae secor expecs he public deb consrain and inflaion in he long run, which happen in he shor run already. I deals rigorously wih raional expecaions of prices and exchange rae, wih he dynamics of wealh, he public deb/gdp Maasrich raio fixing he share beween public and privae wealh. 8

8 CEPII, documen de ravail n 96-3 The mehod consiss in calculaing Perfec Nash Equilibria beween auhoriies and hen in modelling «inernal and exernal coordinaion» by a Dynamic Nash-Bargaining procedure. Simulaions do no depend qualiaively on he indexaion of wages on prices. The resuls are he following: - Numerical resuls wih dynamic consisency are no very differen from resuls obained wihou dynamic consisency: his is a second order problem. - «Inernaional exernal coordinaion» is less profiable han in he saic case because of he convergence crieria. - «Inernal coordinaion» beween fiscal and moneary policies is less profiable han in he saic framework because he sruggle beween he wo auhoriies is less prominen, neverheless inernal cooperaion is more profiable han exernal cooperaion. - The public deb/gdp raio hinders he sae o implemen he desired fiscal policy. The laer is submied o moneary policy. This reduces he «inernal conflic». 9

9 CEPII, documen de ravail 96-3 LA COORDINATION INTERNE ET EXTERNE DES POLITIQUES ECONOMIQUES : UNE ANALYSE DYNAMIQUE.. LA PROBLEMATIQUE. F. Capoen (Universié de Caen) P. Villa (CEPII). L organisaion de L UEM repose sur plusieurs principes : l indépendance de la banque cenrale à laquelle on affece comme objecif principal le conrôle de l inflaion, l absence de coordinaion exerne des poliiques budgéaires avec les poliiques monéaires e enfin l encadremen de la poliique budgéaire par des raios prudeniels : défici budgéaire/pib inférieur à 3% e dee publique/pib inférieur à 60%. Ce ype d organisaion es aussi proposé pour la phase ransioire du SME. Ce cadre insiuionnel pose problème car il ne défini pas les coordinaions inernes e exernes des poliiques économiques e parce qu il ne soulève pas la quesion de la cohérence enre les poliiques économiques bien qu il suggère impliciemen, ce qui es conradicoire avec ces deux exigences, un nombre resrein d objecifs : la gesion du dilemme inflaion-chômage es affecé à la banque cenrale e la gesion du dilemme dee publique-aux d inérê réel es affecée à l Ea. Des aricles comme ceux de Douven-Engwerda (995) e Douven-Plasmans (995) monren pouran qu il y a une conradicion enre les crières de convergence (uniformisaion de l inflaion, des aux d inérê à long erme) e la coordinaion. En effe la coordinaion implique que, par exemple lors d un choc spécifique négaif de demande dans un pays, ce dernier mène une poliique budgéaire expansionnise alors qu évenuellemen les aures pays mènen une poliique resricive pour luer conre les effes de surchauffe de cee poliique. La poliique économique doi donc êre «libre» dans le cadre d une srucure coopéraive. Ce n es plus le cas lorsqu il y a convergence. Définissons celle-ci comme la minimisaion d un crière quadraique mesuré par la somme des carrés des écars des variables qu on souhaie voir converger, à la moyenne européenne de ces variables. Alors Douven e Plasmans (995) monren (pages 0-2) que dans la siuaion de convergence qui vise à minimiser une elle foncion de pere communauaire comprenan les écars enre les variables des pays e leur moyenne, la coopéraion au sens de la procédure de Nash-Bargaining ne perme pas d obenir une siuaion meilleure (au sens des foncions objecifs) que l équilibre de Nash non-coopéraif obenu sans que le crière de convergence ne s applique. La raison inuiive de ce résula es simple. Après un choc spécifique (idiosyncraic) dans un pays, la meilleure poliique non coopéraive des pays consise pour eux à fixer leurs insrumens de manière à ce que l écar enre ces insrumens (aux d inérê ou dépenses publiques) d un pays à l aure opimise au mieux leur foncion de pere. La poliique coopéraive consise ensuie à consaer, qu en raison d effes exernes posiifs ou négaifs, ces insrumens son uilisées en moyenne rop faiblemen ou rop foremen au niveau global : en somme on ne fai «pas assez» ou «rop» de poliique pour l ensemble des pays considérés. La coopéraion se radui alors par une réévaluaion de oues les poliiques selon une procédure de ype Nash-Bargaining. L applicaion de crières de convergence communs, qui reviennen à ajouer à chaque pays une foncion de pere quadraique en écar à la moyenne des pays, implique que les différeniels des poliiques des pays son imposés par les crières de convergence. Or ce son ces différeniels qui son la parie efficace des poliiques. Il ne rese donc que la parie

10 CEPII, documen de ravail n 96-3 non efficace (la somme des poliiques) pour réaliser la coordinaion. Celle-ci ne peu donc êre uile : une augmenaion des dépenses publiques au niveau global es forcémen favorable au pays don le dilemme producion/inflaion es inférieur à la moyenne e défavorable au pays don le dilemme producion/inflaion es supérieure à la moyenne. En d aures ermes, la fronière des possibles Pareo-opimaux dans le cas de la convergence passe par le poin des poliiques non-coopéraives lorsqu il n y a pas convergence. La coordinaion es donc rendue impossible par les crières de convergence e la siuaion coordonnée avec convergence n es pas meilleure que la siuaion non coordonnée e sans crière de convergence. Mais l uilisaion des insrumens es rès différene : dans le cas sans coordinaion, les effes négaifs proviennen du fai qu on fai rop ou pas assez de poliique en raison des effes exernes, dans le cas avec convergence, les effes négaifs proviennen du fai que les insrumens son affecés à la convergence. Une elle analyse doi êre évidemmen menée dans un cadre dynamique. Dans un aricle précéden (Capoen, Serdyniak, Villa (994)), nous avions fai la criique de cee organisaion dans un modèle saique qui a l avanage de symériser les poliiques économiques e de poser les problèmes organisaionnels dans un cadre simple. Les conclusions principales éaien les suivanes: - Pour un niveau de producion donné dans un cadre keynésien, ou un niveau de producion correspondan au aux de chômage naurel (ou au NAIRU) dans un cadre classique, il exise une relaion de cohérence enre les poliiques monéaire e budgéaire de régulaion qui ne peuven êre indépendanes. - L indépendance enre la banque cenrale e l Ea inrodui un confli d objecif lorsque, comme c es le cas dans un modèle de cour erme, les deux organismes son chargés de la régulaion conjoncurelle. Ce confli peu prendre deux formes. Dans le cadre keynésien de sous-emploi où la producion es variable, la banque cenrale es amenée à praiquer une poliique monéaire resricive pour luer conre l inflaion andis que l Ea mène une poliique budgéaire expansionnise pour luer conre la poliique resricive de la banque cenrale. Dans le cadre néo-classique de plein-emploi, le confli se radui par l incapacié des deux organismes à se mere d accord sur une règle commune e à fournir des anicipaions claires e univoques au seceur privé pour formuler ses plans. - Plusieurs soluions éaien proposées à ce problème organisaionnel. La première consise à imposer qu une des insances se soumee à l aure : l Ea doi par exemple renoncer à la régulaion conjoncurelle. C es le cas lorsqu on lui impose des crières budgéaires e de dee publique sur lesquels il vien buer. La deuxième consise à reconsruire l unicié du gouvernemen par la coordinaion. Celle-ci sera cependan le résula d une procédure de négociaion (qu on peu en général, mais pas oujours, modéliser par une procédure de ype Nash-Bargaining). Alors l insance qui sera la plus proche de l opimum imposera son choix parce qu elle aura un pouvoir de négociaion plus élevé, conrairemen au cas de la poliique cenralisée qui accorde un poids égal aux deux insances. Ainsi, si la banque cenrale aache un poids imporan à l inflaion, elle décourage l Ea de mener une poliique expansionnise lors d un choc inflaionnise. La roisième soluion, non exclusive des précédenes, consise à muliplier les objecifs : coû de variaion des insrumens, inroducion de la balance commerciale (ou de la richesse exérieure nee), de la dee publique (crière de Maasrich), de la croissance (ou du aux d inérê réel). Mais alors le choix des poids dans les foncions objecifs revien à fixer des

11 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique règles d affecaion des insrumens. Or les objecifs de croissance, de dee publique ou de parimoine son de long erme, andis que ceux de demande, de prix ou de défici public son de cour erme. Il es donc nécessaire d analyser l organisaion de la poliique économique dans un cadre dynamique. Celui-ci pose alors au moins quare problèmes : les règles d affecaion, la srucure des parimoines, la sabilié e la cohérence emporelle. En premier lieu, affecer la poliique monéaire à la régulaion conjoncurelle indui, par exemple lors d un choc posiif de demande, une hausse du aux d inérê réel qui a un effe négaif sur la croissance, négaif sur l offre de biens de long erme e posiif sur la dee publique. Celle-ci peu êre placée sur un senier divergen qui conrain la poliique budgéaire à long erme. Affecer la poliique budgéaire à la régulaion conjoncurelle semble plus adéqua puisque cee dernière n a pas a priori de rôle spécifique sur la croissance au conraire de la poliique monéaire qui peu influer sur le aux d inérê réel. Malheureusemen ce bel ordonnancemen, qui es d ailleurs conraire à la praique (mais ce n es pas une jusificaion), se heure à la quesion de la viesse de ransmission des poliiques. Si les marchés financiers on des anicipaions raionnelles sur les aux de change e/ou les prix, la poliique monéaire a des effes immédias : une anicipaion d appréciaion du aux de change à long erme (ou d'une hausse de prix) se radui par une appréciaion effecive du aux de change (ou une hausse de prix) dès le cour erme. En revanche les effes de la poliique budgéaire son plus lens e peuven êre inversés enre le long erme e le cour erme. Par exemple, même en siuaion keynésienne, la poliique budgéaire es plus efficace pour le pays qui la mène que pour les aures à cour erme. En revanche à long erme, elle es plus efficace pour les parenaires que pour le pays qui la mène. Les raisons de ce renversemen suivan le erme proviennen de la pere de compéiivié, de la pere de richesse, de la hausse du aux d inérê réel parce que l inflaion se sabilise. En deuxième lieu, il fau enir compe à long erme des effes parimoniaux. A priori, il n y a aucune norme de dee publique qui puisse êre définie économiquemen. La dee publique es, en économie ouvere, compe enu des aux d inérê e des revenus, égale au parimoine que les ménages désiren déenir, diminuée de l endeemen des enreprises e du parimoine ne que les ménages désiren déenir en devises. Dans les régimes de changes flexibles e fixes, l inceriude sur la valeur des acifs en devises e l aversion pour le risque suffisen pour déerminer le parage enre acifs exérieurs nes en devise e dee publique. Ce n es plus le cas pour l UEM puisque le risque disparaî : le parage enre acifs publics e acifs exérieurs nes es alors indéerminé. La seule jusificaion (macro-économique) du raio de dee publique de Maasrich es donc de faire converger les srucures parimoniales des ménages des différens pays. Cee conraine doi êre ajouée dans une analyse ineremporelle de l organisaion des poliiques économiques puisque, comme nous l avons di plus hau, la convergence es conradicoire avec la coordinaion. En roisième lieu, la dynamique pose la quesion de la sabilié. Deux hèses son possibles. Selon la première, l économie es foncièremen insable, seule la poliique économique perme de la sabiliser. Ainsi dans un modèle avec conrôle du aux d inérê nominal e indexaion parfaie des salaires, le nominal es indéerminé à long erme. Le conrôle de la masse monéaire, qui es une soluion, es une poliique économique implicie don les paramères dépenden de la foncion de demande de monnaie. Pour éudier des poliiques plus générales, il fau supposer que la banque cenrale fixe le aux 2

12 CEPII, documen de ravail n 96-3 d inérê nominal pour sabiliser l inflaion selon une foncion de réacion à déerminer. De même, dans une siuaion keynésienne, la croissance es déerminée par la croissance anicipée de la demande par le jeu de l accéléraeur. Ainsi seule la gesion du raio dépenses publiques/pib perme de déerminer le aux de croissance. Dans ce cadre la poliique économique «passive» es une ficion. Toue économie es régulée au minimum par des foncions de réacion de l Ea pour gérer le aux d épargne e de la banque cenrale pour gérer le nominal. C es ce poin de vue qui a éé adopé par Creel, Lerais e Serdyniak (995) dans leur éude dynamique de la poliique économique. Nous avons adopé l aure poin de vue qui consise à n éudier la poliique économique que par rappor à une référence sable pour laquelle la noion de poliique passive exise. Ainsi le aux de croissance es exogène e l indexaion des salaires imparfaie même à long erme. Ce poin de vue méhodologique, même s il es resricif, perme de définir parfaiemen les gains ou les peres des poliiques par rappor à une référence. En quarième lieu se pose la quesion de la cohérence emporelle des poliiques économiques. Dans la plupar des modèles macro-économiques, on obien rois ypes de résulas récurrens : - La poliique monéaire consise à apprécier le aux de change à cour erme pour luer conre l inflaion e à le déprécier à long erme en raison des peres de compéiivié. - La poliique budgéaire consise à faire une relance à cour erme pour luer conre le chômage e à réduire les dépenses ou accroîre les impôs à long erme de façon à sabiliser la dee publique ou à luer conre l inflaion. - Dans le cas d indépendance de la banque cenrale, s il y a un confli à cour erme avec l Ea, le policy-mix consise à élever le aux d inérê e à augmener les dépenses publiques. A long erme, quand l inflaion s es mue en dépression il consise à baisser le aux d inérê pour favoriser la croissance e à baisser les dépenses publiques pour remplir le crière de dee publique. Cela renverse donc les poliiques de cour erme e de long erme. Dans ces rois exemples (mais ils ne son pas limiaifs) la cohérence emporelle se pose de manière exacerbée puisqu il y a renversemen des poliiques enre le cour erme e le long erme. Le gouvernemen, cenralisé ou non, pourrai donc êre amené à réviser la poliique qu il a programmé d auan plus que son aux d acualisaion es élevé, qu il es incié à repousser les poliiques de sabilisaion dans le fuur e que les agens privés on modifié leurs anicipaions à la suie des poliiques de cour erme. C es pourquoi nous n avons évalué que les poliiques coordonnées ou non, avec ou sans indépendance de la banque cenrale, dans le cadre d un modèle néokeynésien avec anicipaions raionnelles de aux de change (e/ou de prix) vérifian la conraine de cohérence emporelle. Le calcul des poliiques non cohérenes emporellemen e leur comparaison avec les poliiques cohérenes emporellemen pourrai êre un moyen d évaluer la crédibilié des poliiques. Mais on peu aussi considérer que les poliiques non cohérenes son le frui d un calcul erroné. Dans nore modèle nous verrons que cee propriéé n es ou à fai vérifiée. La poliique budgéaire sui bien cee dynamique, mais la poliique monéaire es en général resricive à cour e à long erme car le modele es Keynésien quelque soi le erme. 3

13 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique La suie de l aricle es organisée de la manière suivane. Dans la deuxième parie nous présenons le modèle e les méhodes de calculs (les algorihmes qui son la conribuion principale de l aricle son rejeés en annexe), dans la roisième nous comparons les résulas d un choc d offre selon les différens modes d organisaion de la poliique économique e dans la quarième nous simulons les conséquences spécifiques du raio de dee publique de Maasrich. 2. LE MODELE DYNAMIQUE AVEC DETTE PUBLIQUE ET EFFET PATRIMONIAL. Afin d éudier la coordinaion e les règles d affecaion des poliiques monéaires e budgéaires selon le régime de change, nous avons consrui un modèle dynamique à deux pays, de aille égale e ayan mêmes comporemens e mêmes siuaions iniiales, de ype Mundell-Fleming élargi, comprenan des effes parimoniaux de façon à inroduire la dynamique de la dee publique e la fiscalié en relaion avec la poliique monéaire. 2.. La représenaion de l économie. Les équaions de la maquee son résumées dans l annexe. Les poins imporans poren sur la dynamique de la dee publique e les effes parimoniaux. Concernan la dee publique, nous avons supposé que l Ea disposai de deux insrumens : les dépenses publiques g (en par de PIB) e le aux apparen de fiscalié T (en par de PIB). L Ea es supposé manier sa fiscalié T de manière à ramener la dee publique à un niveau objecif ~ d exprimé en par de PIB (voir Sachs-Wyplosz (984)): ~ [ ] T = ν T + ( ν ) ( i ( p p )) d + g + d d 0 < ν < où i représene le aux d inérê sur la dee naionale, p es le prix du PIB en logarihme, g es le niveau des dépenses publiques, ~ d es la dee objecif en par de PIB e d la dee publique en par de PIB. De plus la dynamique de la dee publique es donnée par: d d = ( i ( p p )) d + g T Il en résule qu à l équilibre : ~ T = g + ( i p) ~ d e d = ~ d Les équaions (0) e () son une forme linéarisée des deux équaions dynamiques précédenes. La nécessié d inroduire ce comporemen es double. En premier lieu, du poin de vue de la significaion de l équilibre économique, il perme d obenir qu à l équilibre, le parage enre la dee publique e la dee exérieure déenue par les ménages soi déerminé dans des régimes où l inceriude sur la valeur de la richesse exérieure e où 4

14 CEPII, documen de ravail n 96-3 l aversion pour le risque des ménages ne jouen pas comme en UEM, puisque le aux de change es fixé de manière immuable. En second lieu, du poin de vue de l Ea, il correspond à un comporemen d ajusemen progressif de la fiscalié à la fiscalié désirée en raison du coû d ajusemen qu il y a à modifier le aux d imposiion (un coû d ajusemen quadraique condui à un ajusemen linéaire). En ce qui concerne l équilibre de la balance des paiemens, la modélisaion es reprise de Bleuze-Serdyniak (988) e Benassy-Serdyniak (992). Les deux pays déiennen muuellemen des acifs de l aure en monnaie érangère. Soi F les acifs en marks déenus par les français, libellés en francs, e F * les acifs en francs déenus par les * allemands, libellés en marks. Les variables F e F son exprimées en par des PIB français e allemand qui son égaux dans le compe de référence. Appelons : Φ = F F * la posiion exérieure nee de la France en par du PIB de référence. L équilibre de la balance des paiemens de la France s écri donc: Φ = Φ + ( i * + e p ) F ( i e p * ) F * + b où i e i * son les aux d inérê nominaux français e allemand, e es la * variaion du aux de change nominal du franc à l incerain vis à vis du mark, p e p son les aux d inflaion français e allemand, andis que b es la balance commerciale française en par de PIB. En noan r e r * les aux d inérê réels, on a : r = i p e r = i p * * * D où : Φ * * * = Φ + r F r F + x ( F + F ) + b * où x es le aux de change réel : x = p + e p exprimé en logarihme. La linéarisaion de cee équaion auour de la siuaion de référence donne: * Φ = Φ + ( r r ) F + 2x F + r Φ + b avec F = F e r = r * * La présence d un effe double des plus values de change vien du fai que d une par lorsque la renabilié des acifs allemands augmenen les français déplacen leurs parimoines vers les acifs allemands andis que les allemands s endeen de la même quanié en francs e que d aure par la variaion de l endeemen des allemands en francs es égal à l opposé de la variaion de l endeemen des français en marks: 5

15 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique F + F = 2F = 2F * * 0 0 La foncion de demande prend en compe un effe de neuralié Ricardienne au sens de Barro e un effe parimonial (voir Villa (99)). On l écri: d ~ ~ y = g + cr σ ' r + µ ( Φ + d Φ d ar ) a où r = i ( p p ) es le aux d inérê réel anicipé. R es le revenu, g son les dépenses publiques en par de PIB, σ'r représene l effe de l invesissemen andis que le dernier erme exprime le comporemen parimonial des ménages. Ces derniers visen à obenir un niveau de richesse Φ ~ + ~ d + ar, foncion croissane du aux d inérê réel anicipé. Le revenu es défini comme la somme du PIB, des inérês reçus de l Ea nes des impôs e des inérês ainsi que des plus values nes de change reçues de l exérieur (équivalence Ricardienne en régime Keynésien): * * * R = y T + r d + r F r F + x ( F + F ) En uilisan la conraine budgéaire de l Ea e l équilibre de la balance des paiemens, on obien la foncion de demande agrégée suivane: d ~ ~ y = c y + d d + Φ Φ + ( c)( g + b ) σ r + µ ( Φ Φ+ d d ) [ ] avec : σ = σ ' + a µ e Φ ~ = 0 du fai que les deux pays son supposés ideniques. Comme nous allons le voir dans la suie, l inroducion d un effe parimonial es nécessaire si on veu assurer la sabilié du modèle en UEM. Sinon un pays pourrai accumuler indéfiniemen des acifs ou des dees vis à vis de l aure. Les équaions (2) à (6) de la maquee présenen une boucle prix-salaire en niveau avec ajusemen len des prix e des salaires e indexaion parielle des salaires ( 0 λ < ). Elles consiuen l équaion d offre du sysème. L inroducion du aux d inérê réel anicipé dans le prix désiré des enreprises (équaion (2)) signifien que celles-ci fixen leurs prix en foncion des coûs en développemen incluan le coû relaif du capial représené ici par le aux d inérê réel. Enfin le modèle suppose qu il y a mobilié imparfaie des capiaux. Les agens privés ayan une aversion pour le risque choisissen de réparir leur richesse enre les acifs naionaux sans risque de change pour eux (par exemple la dee publique) e les acifs érangers qui supporen un risque de change sauf en UEM (équaions (7a),(7b),(7c)) La poliique économique. 6

16 CEPII, documen de ravail n 96-3 Dans nore cadre d analyse, la poliique monéaire consise à fixer le aux d inérê nominal. Ce choix es dicé par le développemen des marchés financiers qui renden floue la définiion de la monnaie e renden insable sa demande. Il es donc impossible d en conrôler l offre : le muliplicaeur d offre de monnaie es insable. Ce choix es aussi jusifié par le fai qu au niveau macro-économique à cour erme, le aux d inérê ne peu équilibrer l épargne e l invesissemen. C es l invesissemen qui crée l épargne e cee dernière s ajuse par variaion de la producion e des prix. C es un el modèle qui es représené ici où les auoriés monéaires fixen le aux d inérê nominal e où l ajusemen macro-économique es réalisé par la variaion de la producion déerminée par la demande e par la variaion des prix déerminée par la foncion d offre. Par ailleurs, les auoriés budgéaires disposen de deux insrumens : les dépenses publiques e la fiscalié. Elles uilisen ces insrumens pour gérer des objecifs finaux : la producion, les prix e la richesse exérieure nee, mais aussi pour sabiliser des objecifs inermédiaires comme la dee publique (c es à dire le choix parimonial des agens privés enre richesse naionale e richesse en devises érangères), le aux d inérê nominal qui a une influence sur la croissance e le choix parimonial des agens privés e enfin les dépenses publiques e la fiscalié qui jouen sur la demande e donc sur le niveau d acivié. Le comporemen des auoriés monéaire e budgéaire n es en effe pas déerminé par la fixaion d un niveau de la masse monéaire ou d un niveau du rappor dee/pib. Dans le premier cas cela supposerai que les auoriés monéaires gèren un dilemme inflaion-chômage fixé uniquemen par les paramères de la demande de monnaie qui comme nous l avons di son insables e en oure ne reflèen pas le choix social. Dans le second cas, la fixaion d un raio dee/pib consan par les auoriés budgéaires supposerai qu elles gèren un dilemme niveau d acivié (fixé par les dépenses publiques) e croissance (fixé par le aux d inérê réel) qui ne reflèe pas le choix des agens privés e dépendrai arbirairemen du raio dee/pib choisi. Il es donc beaucoup plus proche de la réalié de supposer que les auoriés monéaires e budgéaires on une foncion d uilié objecif (ou une foncion de pere) qui dépend des différens objecifs finaux e inermédiaires. La foncion de pere des auoriés es alors donnée par: L = ρ α 2 y q d d T i + β 2 + γφ 2 + δ ~ 2 + ε 2 + η 2 ( ( = 0 ) ) où ρ es le aux d acualisaion, y es la producion, q le prix à la consommaion, Φ la richesse exérieure nee du pays, d d ~ l écar de la dee publique à la dee objecif, T l écar du aux apparen de fiscalié à la fiscalié objecif e i le aux d inérê nominal. Il es à noer que l inroducion de la fiscalié dans la foncion de pere ne fai pas double emploi avec l ajusemen de cee dernière pour saisfaire la dee objecif. En effe la dynamique fiscale prend en compe les coûs d ajusemen qui son ici considérés comme une donnée de la poliique fiscale, alors que l inroducion du aux de fiscalié dans la foncion objecif des auoriés représene le coû pour les auoriés de s écarer de la 7

17 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique fiscalié objecif. Ce coû peu par exemple représener les effes de disorsion d allocaion des ressources associés à la fiscalié sur les faceurs de producion. Dans ce cadre de raisonnemen, le gouvernemen dispose de deux insrumens qu il peu manier de manière discréionnaire : les dépenses publiques e le aux d inérê. La minimisaion de sa foncion de pere selon les condiions de l économie condui alors à une foncion de réacion linéaire parce que la pere es quadraique e les équaions de l économie son linéaires : g i = f( x ) = h( x ) où x es la variable d éa du sysème: a x = ( w, p, d, T, Φ, i p ) p a éan l inflaion anicipée, w le salaire, p les prix, d la dee publique, T le aux apparen de fiscalié, Φ la richesse exérieure nee e i anicipé. a p le aux d inérê réel La producion n apparaî pas dans le veceur des variables d éa parce qu elle n inervien pas avec un reard dans les équaions du sysème e parce qu elle es combinaison linéaire des aures variables. Les 6 variables qui définissen le veceur x son donc une base de l espace vecoriel d éa du sysème qui es de dimension 6. L indépendance de la banque cenrale nécessie de décomposer le gouvernemen en deux insances différenes caracérisées par leurs aribuions : l Ea qui gère la poliique budgéaire e la Banque cenrale qui gère la poliique monéaire. Il nous fau donc considérer deux joueurs qui on des foncions de pere différenes: L e = ρ α 2 y q d d T i e + β 2 e + γ 2 e + δ ~ 2 e + ε 2 e + η 2 ( = 0 Φ ( ) e ) L b = ρ α 2 y q d d T i b + β 2 b + γ 2 b + δ ~ 2 b + ε 2 b + η 2 ( = 0 Φ ( ) b ) Dans cee configuraion, l Ea minimise sa foncion de pere en uilisan comme variable de conrôle les dépenses publiques e la banque cenrale agi de même en manian son aux d inérê. Pour les applicaions numériques nous avons uilisé les pondéraions suivanes : Tableau : paramères de la foncion de pere. Paramères α β γ δ ε η Poliique cenralisée 3 5,0 8

18 CEPII, documen de ravail n 96-3 poliique décenralisée : Ea Poliique décenralisée : banque cenrale 0,9 0,5 4,0 0,9 0,9 0,5 0, 2,5,0 0, 0, 0,5 Cee représenaion des auoriés monéaires nous amène à considérer rois régimes : - le régime cenralisé où la banque cenrale n es pas indépendane e où le gouvernemen choisi la poliique mixe opimale (le aux d inérê e les dépenses publiques) de façon à minimiser sa foncion de pere face aux chocs que subi l économie e au régime de change dans lequel elle se rouve. Cela revien à pondérer de manière égale l Ea e la banque cenrale. - le régime décenralisé où la banque cenrale es indépendane. Dans ce cas deux siuaions peuven se présener: a) Dans la première, l Ea e la Banque cenrale ne coopèren pas. Cee siuaion correspond à un équilibre de Nash où chacun des deux joueurs considère comme donnée la poliique de l aure e minimise sa foncion de pere en conséquence. b) Dans la seconde, l Ea e la banque cenrale se coordonnen. Cee siuaion peu êre représenée par une procédure de coopéraion de ype Nash-bargaining à parir d une siuaion non coopéraive modélisée par un équilibre de Nash. La coordinaion dépendra donc de la siuaion iniiale e du poids de chacun des organismes : celui-ci es inversemen proporionnel au gain aendu c.a.d. à l écar enre l uilié opimale obenue par la coopéraion e l uilié obenue dans le cas non-coopéraif. Un organisme peu donc bloquer une coopéraion s il se rouve proche de sa siuaion opimale dans le cas noncoopéraif. Les paramères du ableau signifien que l Ea aache plus d imporance aux variables réelles comme la producion, la balance commerciale, les impôs e la dee publique, andis que la banque cenrale s inéresse surou à l inflaion. On peu parler de banque cenrale «conservarice» e de foncions d uilié anagonises qui engendren un confli d objecif. On pourrai imaginer deux aures ypes de pondéraion : soi l Ea représene l uilié sociale e la foncion d uilié de la banque cenrale es «incluse», cela ferai supporer ou le poids de l ajusemen à l Ea ; soi la banque cenrale es «obuse» e ne s inéresse qu à l inflaion, dans cee configuraion l Ea serai découragé de mener une poliique anagonise à celle de la banque cenrale e mènerai une poliique resricive comme elle (voir Villa 995) Les régimes de change. Nous considérerons rois régimes de change. En change flexible, chaque auorié monéaire es maîresse de sa poliique e peu manier le aux d inérê en foncion de son objecif propre (sa foncion de pere). En revanche, en régime de change fixe, il exise oujours un pays dominan vis à vis duquel les aures pays doiven gérer leur aux de change, c es à dire subordonner leur poliique monéaire. Les raisons pour lesquelles ce processus a lieu son en général liées au fai que le pays dominan ne veu pas subordonner 9

19 La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques: une analyse dynamique sa poliique monéaire à un objecif exerne de aux de change. En pariculier, en Europe, le fai que la Bundesbank ai sysémaiquemen refusé de gérer sa poliique monéaire en foncion d un objecif exerne éai un moyen de sauvegarder son indépendance puisqu elle n éai pas obligée de négocier sa poliique avec d aures banques cenrales. Dans cee siuaion, le pays subordonné n a pas de poliique monéaire auonome. Son aux d inérê es fixé en foncion du aux d inérê du pays dominan e de sa posiion monéaire exérieure nee lorsqu il y a subsiuabilié imparfaie des acifs érangers aux acifs naionaux en raison de l aversion pour le risque de change de la par des agens privés. La prime de risque sur le aux d inérê par rappor au pays dominan correspond au risque de dépréciaion du aux de change e dépend du degré d aversion pour le risque. En revanche, en union monéaire, les acifs érangers son équivalens aux acifs naionaux puisqu il n y a plus de risque de change. Dans ce cas les aux d inérê des deux pays son égaux e il n y a pas d auonomie de la poliique monéaire pour un pays. C es pourquoi la poliique monéaire es modélisée suivan les rois régimes de change de la manière suivane. En régime de change flexible, chaque pays fixe son aux d inérê de elle sore que: Min L i b * Min L * b i (.) (.) Le aux de change es un résula de l équilibre el que: a * e = i i + kφ En régime de change fixe à dominance «allemande», le pays dominan fixe le aux d inérê mondial par : * Min L * i b (.) Le aux de change es fixe e les mouvemens de capiaux déerminen le aux d inérê du pays dominé (la France) par : * i = i kφ e = 0 e e = 0 a En Union Monéaire, le aux d inérê es déerminé par la BCE (Banque Cenrale Européenne) : a Min L (.) + L (.) avec e = e = 0 e i = i * b b i = i * * 20

20 CEPII, documen de ravail n 96-3 Il n es plus possible de faire le parage enre richesse exérieure nee e dee publique ; c es donc l effe de richesse qui déermine la richesse oale des agens privés e la norme de dee publique qui fixe le parage enre richesse inerne e richesse exerne. Cela monre d une par le caracère minimal e nécessaire du modèle avec effe de richesse e d aure par que le crière de Maasrich de la dee publique a uniquemen pour effe de fixer l endeemen public qui es une variable «coningene» parce que la richesse publique (endeemen de l Ea) e la richesse privée (endeemen exérieur privé) son parfaiemen subsiuables en Union Monéaire. Le régime de change dans lequel foncionne l économie a une influence sur l organisaion de la poliique économique globale. En effe l indépendance des poliiques économiques des différens pays e leur coordinaion exerne dépenden du régime de change. En change flexible, on peu considérer des siuaions d indépendance ou de coordinaion séparée des insances monéaires e budgéaires, selon le schéma suivan : Pays Pays 2 coordinaion exerne poliique budgéaire g g 2 coordinaion exerne coordinaion inerne poliique monéaire i i 2 seceur privé a a p,, e 0 a a 2 0 p,, e En change fixe, avec dominance d un pays, le schéma devien: Pays Pays 2 coordinaion exerne poliique budgéaire g g 2 coordinaion inerne poliique monéaire seceur privé i i 2 régime de change fixe a p a, 0, e = 0 p2, 0, e = 0 2

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Incertitude radicale et choix du modèle

Incertitude radicale et choix du modèle No 2004 06 Mai Inceriude radicale e choix du modèle Pierre Villa Inceriude radicale e choix du modèle Pierre Villa No 2004 06 Mai Inceriude radicale e choix du modèle TBLE DES MTIERES SUMMRY... 4 BSTRCT...

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

L efficacité de la politique économique :

L efficacité de la politique économique : UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION Thèse de docora EN SCIENCES ECONOMIQUES souenue publiquemen par Sami Ben Mim Janvier 2004 L efficacié de la poliique économique

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France?

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France? Pourra--on réduire la dee publique de la France? Novembre 2009 Thomas Jober 1, Ruhi Tuncer 2 Résumé : Nous éudions la dynamique fuure de la dee publique française en foncion de l environnemen économique

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Les enjeux budgétaires de la crise financière

Les enjeux budgétaires de la crise financière Les enjeux budgéaires de la crise financière Berrand Blancheon Professeur de sciences économiques Direceur de la Faculé d Economie, Gesion e AES Universié Monesquieu- Bordeaux 4 GREThA Crisina Badarau-Semenescu

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comporemen du banquier cenral en environnemen incerain Sanvi AVOUYI-DOVI & Jean-Guillaume SAHUC 07-05 www.univ-evry.fr/epee

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail