CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?"

Transcription

1 CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion aux chocs de prix mondiaux e les mécanismes de propagaion varien... Après avoir décru régulièremen depuis le débu des années 8, l inflaion inérieure a repris au débu des années dans la plupar des pays de l OCDE e s es neemen accélérée au cours de l année écoulée avan de se modérer ou récemmen (chapire 1). Ces flucuaions peuven êre liées dans une large mesure aux prix à l imporaion, e plus précisémen à la composane «produis de base» des imporaions (graphique.1). Enre e juille 8, les prix du pérole exprimés en dollars des Éas-Unis e en yen on quinuplé e les prix des produis de base hors énergie on plus que doublé 1. Depuis, les prix des produis de base (e en pariculier du pérole) se son repliés mais resen supérieurs à leur niveau de débu 7. Les réacions de la poliique monéaire à la monée des pressions inflaionnises on varié d une économie indusrialisée à l aure, même correcion faie des posiions conjoncurelles relaives. Ceraines banques cenrales son apparues plus agressives vis-à-vis de l inflaion, andis que d aures, dans les pays où l accéléraion des prix des produis de base a coïncidé avec le débu de la empêe financière, se son monrées plus concilianes. Ces comporemens différens pourraien refléer un cerain nombre de faceurs, noammen : i) des différences dans l exposiion aux chocs de prix mondiaux dues à des différences dans l inensié en produis de base de la producion e de la consommaion ; ii) des différences dans la propagaion des chocs dues à des différences dans la dynamique de l inflaion e des salaires. Afin d évaluer le rôle joué par ces faceurs, ce chapire compare l exposiion des principales économies de la zone OCDE aux récens chocs d inflaion mondiaux e la façon don ces derniers enden à se répercuer 1. Refléan ces évoluions, l accéléraion des prix a surou concerné l inflaion globale, andis que les mesures de l inflaion sous-jacene (qu elles soien fondées sur des données saisiques ou sur l exclusion de composanes) son resées relaivemen sables.. Un grand nombre d éudes on examiné d aures faceurs qui condiionnen les réacions de la poliique monéaire, noammen ses objecifs e sa ransmission, ainsi que le rôle des chocs inérieurs e mondiaux pour cerains pays ou régions économiques. Au oal, il en ressor que les objecifs e les canaux de ransmission de la poliique monéaire on éé assez similaires des deux côés de l Alanique, alors que les deux régions on éé frappées par des chocs différens, ce qui s es radui par des ajusemens de aux d inérê plus prononcés aux Eas-Unis. Voir noammen les comparaisons réalisées par Smes e Wouers (5) e Sahuc e Smes (8) à l aide de modèles d équilibre général dynamiques. 5

2 Graphique.1. La hausse des prix à l'imporaion e ses composanes dans les pays de G7 Taux de croissance en glissemen annuel, en pour cen Prix à l imporaion Prix à l imporaion hors produis de base Prix à l imporaion, produis de base Éas-Unis Zone euro Japon Allemagne France Ialie Royaume-Uni Canada Noe : La variaion des prix à l'imporaion es pondérée par les pars respecives des imporaions dans la demande domesique oale. Les données de la zone euro ne son pas corrigées pour le commerce enre pays de la zone. Les prix à l'imporaion ne disinguen pas les changemens des prix pour un panier donné d imporaions, des changemens dans la composiion des imporaions. Source : Base de données des Perspecives économiques de l'ocde, n 8. sur l inflaion inérieure 3. Premièremen, ce documen évalue l exposiion des économies aux chocs de prix en calculan l impac mécanique direc des variaions récenes des prix des produis de base e des aux de change 3. Ce chapire couvre les économies du G7, mais en mean l accen sur les différences enre les Éas-Unis e la zone euro. 6

3 sur l inflaion inérieure. La propagaion des chocs de prix dans la dynamique de l inflaion es ensuie examinée à l aide d esimaions de relaions pour l inflaion e les salaires. ce qui a pu conribuer aux différences d orienaion de la poliique monéaire : Le choc iniial subi par la zone euro éai de moindre ampleur mais les prix du pérole semblen avoir un effe à long erme plus marqué sur les prix inérieurs La dynamique des aures prix e des salaires es plus similaire d un pays à l aure Par ailleurs, les risques d une évoluion inflaionnise des salaires on éé jaugés différemmen La principale conclusion du chapire es que l exposiion aux chocs mondiaux affecan les prix des produis de base e leur propagaion aux prix e aux salaires on sans doue conribué aux différences d orienaion de la poliique monéaire observées duran la flambée des prix des produis de base, mais ne peuven pas expliquer celles-ci en oalié. En pariculier : La hausse des produis de base enre e la mi-8 a eu un impac direc sur l inflaion inérieure plus prononcé aux Éas-Unis que dans la zone euro, du fai de la dépréciaion du dollar mais aussi de l inensié énergéique plus fore de l économie américaine. Ce impac a éé encore plus marqué au Japon. En revanche, e bien que l inensié pérolière de l économie des Éas-Unis soi plus élevée, une esimaion des comporemens anérieurs monre que, pour une évoluion donnée des salaires, les effes à long erme des variaions des prix du pérole sur les prix inérieurs son plus marqués dans la zone euro qu au Japon e aux Éas-Unis. Les répercussions des prix des produis de base hors pérole sur les prix inérieurs son plus similaires dans les pays du G7, e en pariculier elles son relaivemen comparables enre la zone euro e les Éas-Unis. De même, si l on en juge par des données concernan la décennie écoulée, les salaires ne semblen pas êre plus suscepibles de réagir aux chocs inflaionnises dans la zone euro qu aux Éas-Unis ou au Japon. Le choc de prix récemmen observé es d une ampleur sans précéden depuis le dernier choc pérolier, ce qui signifie que les salaires risquen de réagir plus foremen à la hausse des prix des produis de base qu ils ne l on fai au cours de la décennie écoulée. L incidence de ce risque sur l orienaion de la poliique économique a sans doue varié e consiue probablemen un faceur clé des différences d orienaion des poliiques, noammen de par e d aure de l Alanique. Par ailleurs, la baisse des prix des produis de base depuis la mi-8 e le recul de l acivié économique on sans doue considérablemen aénué ce risque e, paran, les sources connexes de divergence des poliiques économiques.. L appendice expose les principaux déails echniques des données, calculs e esimaions. Pour plus de précisions, voir Vogel e al. (8). 7

4 Mesurer l impac direc des récens chocs de prix inernaionaux Les chocs de prix des produis de base on éé plus prononcés aux Éas-Unis e au Japon L exposiion immédiae d une économie aux effes inflaionnises des chocs de prix des produis de base dépend de la par du produi considéré dans la demande oale e du aux respecif de hausse du prix du produi de base en monnaie locale 5. Selon les calculs de coin-de-able présenés au ableau.1, dans l ensemble, e depuis 1, l impac sur l inflaion a éé sensiblemen plus marqué aux Éas-Unis e au Japon que dans la zone euro. À parir de 6,quand les prix des produis alimenaires e d un cerain nombre d aures produis de base, don les méaux, on commencé à grimper en flèche, la conribuion mécanique des prix des produis de base à l inflaion s es neemen amplifiée mais rese plus fore aux Éas-Unis e au Japon que dans la zone euro. Tableau.1. L'impac direc de la hausse du prix des produis de base sur l'inflaion inérieure Poins de pourcenage (en monnaie naionale) Energie Produis alimenaires Aures produis de base Toal Inflaion globale inflaion sousjacene Éas Unis Japon Euro Allemagne France Ialie Royaume-Uni Canada Éas Unis Japon Euro Allemagne France Ialie Royaume-Uni Canada Noe: Ces esimaions combinen les variaions des prix des différens produis de base e des aux de change, pondérés par les pars correspondanes dans la demande oale. 1. Pour le resan de 8, les prix des produis de base e l'inflaion corresponden aux projecions présenées dans ces Perspecives Economiques de l'ocde. Moyenne pondérée par le PIB de la France, l'allemagne e l'ialie. Source: AIE Saisiques de l'energie des pays de l'ocde, Base de données des prespecives économiques de l'ocde, n o 8, OECD base de données STAN e calculs de l'ocde. 5. Plus précisémen, les effes inflaionnises direcs des prix des divers produis de base peuven êre calculés en muliplian la par du produi de base correspondan dans la demande oale par le aux respecif d inflaion du produi de base rapporé à l inflaion inérieure. 8

5 Cee différence s explique par une consommaion de pérole plus élevée aux Éas-Unis e par les variaions des aux de change L impac des flucuaions des aux change sur le prix des imporaions hors produis de base... a éé limié du fai d une répercussion parielle Tandis que le degré d exposiion plus élevé des Éas-Unis reflèe en parie une plus fore uilisaion du pérole dans la producion e dans la consommaion, les flucuaions de change on égalemen conribué aux différences d un pays à l aure 6. L appréciaion des monnaies européenne e canadienne face au dollar américain a neemen aénué l impac inflaionnise des chocs de prix des produis de base. À ire d exemple, dans la zone euro, les prix du pérole en monnaie locale on augmené d un faceur rois enre 1 e la mi-8 (à comparer avec un faceur cinq aux Éas-Unis). Les variaions des aux de change on égalemen conribué aux différences enre pays par leur impac sur les prix à l imporaion hors produis de base. La répercussion des flucuaions de change sur les imporaions hors produis de base es neemen plus faible que la répercussion quasi-inégrale qui prévau pour les imporaions de produis de base, e il exise des différences imporanes d un pays à l aure. Le ableau. présene l impac mécanique direc des variaions des aux de change effecifs nominaux sur les prix à l imporaion hors produis de base en foncion d esimaions récenes des aux de répercussion (voir l encadré.1). La dernière colonne indique les effes correspondans sur l inflaion inérieure, compe enu de la eneur en imporaions de la demande dans les économies du G7, e sous l hypohèse de marges inchangées. Au oal, les récenes variaions de change e leur impac sur le prix des imporaions hors produis de base expliquen des écars de aux d inflaion de. poin de pourcenage au maximum enre la zone euro e les Éas-Unis, le aux de répercussion plus faible aux Éas-Unis ayan pour effe de modérer sensiblemen l impac inflaionnise poeniel de la dépréciaion du dollar. Plus généralemen, en comparaison de l impac de la hausse des prix des produis de base, ces esimaions fon apparaîre une pression inflaionnise supplémenaire limiée dans les aures pays don la monnaie s es dépréciée e une pression désinflaionnise égalemen modérée dans les pays don la monnaie s es appréciée. Le Royaume-Uni es une excepion noable à ce égard : on esime que la dépréciaion de la livre serling au cours de l année écoulée a majoré le aux d inflaion de 1 poin simplemen par son impac sur les prix à l imporaion hors produis de base Les effes esimés des prix des produis de base son exprimés en monnaie locale, l effe direc sur les prix à l imporaion à aux de change consan se conjuguan avec l impac inégral des flucuaions de change. Il es raisonnable de supposer que les flucuaions de change se répercuen à peu près oalemen sur les prix en monnaie locale correspondans des produis de base imporés. Touefois, cee hypohèse es moins évidene dans le cas de produis de base els que le gaz, pour lesquels il n exise pas de prix sur le marché mondial. L analyse présenée ici de prend pas en compe les ineracions possible enre le prix des produis de base e les aux de changes, ni l impac des axes indireces dans la ransmission du prix des produis de bases aux prix de déails 7. Dans le cas du Royaume-Uni, la conribuion moyenne indiquée au ableau. pour 6-8 s es en fai concréisée pour l esseniel au cours de l année écoulée. 9

6 Tableau.. L'impac direc des variaions des aux de change sur les prix inérieurs via les prix des imporaions aures que les maères premières Variaion du aux de change effecif nominal (pour cen) 1 Impac sur le prix des imporaions aures que les produis de base (en monnaie locale) (pour cen) Impac sur les prix inérieurs (poins de pourcenage) Éas Unis Japon Euro Allemagne France Ialie Royaume-Uni Canada Éas Unis Japon Euro Allemagne France Ialie Royaume-Uni Canada Un accroissemen signifie une appréciaion du aux de change effecif nominal. Taux annuels moyens.. L'impac esimé es basé sur les esimaions de répercussion pour les imporaions hors produis de base présenées dans la figure de l'encadré Basé sur la par des imporaions hors produis de base dans la demande oale.. Pour le resan de 8, les aux de change nominaux son ceux de ces Perspecives Economiques 5. Moyenne pondérée par le PIB de la France, l'allemagne e l'ialie. Source: calculs de l'ocde Évaluaion de l impac global des prix à l imporaion sur l inflaion inérieure Les coûs inérieurs dominen encore le niveau des prix à la consommaion Une seconde source de différences enre pays concernan les effes inflaionnises des variaions des prix des produis de base e des aux de change ien sans doue à des différences dans la propagaion des chocs de prix mondiaux à l inflaion inérieure, noammen par le biais d effes indirecs ou de deuxième our inégrés dans la dynamique de l inflaion. Les relaions de long erme enre les prix à la consommaion, les prix à l imporaion des principaux produis de base e aures produis e les coûs de main-d œuvre inérieurs, éablies à parir d esimaions de la courbe de Phillips, monren que, dans le long erme, les niveaux des prix à la consommaion resen largemen dominé par la composane des coûs inérieurs : enre % e 1 % d une variaion du niveau des coûs uniaires de main-d œuvre (uilisés comme mesure représenaive des coûs 5

7 Encadré 1. La répercussion des flucuaions des aux de change sur les prix à l imporaion varie au sein des économies du G7 La répercussion des flucuaions des aux change es l impac des variaions du aux de change nominal sur les prix à l imporaion dans la monnaie locale du marché de desinaion. Le degré de répercussion varie selon les pays e les seceurs, en foncion d un cerain nombre de faceurs (Goldberg e Hellersein, 8). Une répercussion incomplèe peu résuler du fai que les marges bénéficiaires e les coûs de producion marginaux varien avec l appréciaion ou la dépréciaion du aux de change. Les flucuaions de marges se produisen quand l élasicié-prix de la demande dépend du prix de vene e des prix de vene des concurrens. Si le seceur es concurreniel, les enreprises exporarices peuven absorber une parie de la variaion de aux de change de manière à ne pas perdre de pars de marché. Les siuaions dans lesquelles les coûs de producion marginaux dépenden du aux de change son les suivanes : la présence de coûs locaux non exposés aux échanges dans le marché de desinaion ; l uilisaion d inrans imporés pour la producion de biens desinés à l exporaion ; des rendemens d échelle décroissans, qui fon que les coûs marginaux dépenden de la quanié produie. La viscosié des prix nominaux due aux «coûs de menu» ou à la durée des conras fai que les prix réagissen moins aux variaions couranes de l environnemen économique. Cee viscosié peu aussi réduire la répercussion si les variaions du aux de change son jugées passagères, si bien que les exporaeurs déciden de ne pas ajuser les prix de vene dans le pays de desinaion. Selon des recherches empiriques récenes résumées dans Goldberg e Hellersein (8), les coûs locaux non exposés aux échanges dans le pays de desinaion e les inrans imporés expliquen dans une large mesure la répercussion incomplèe des variaions des aux de change sur les prix à l imporaion. La viscosié des prix nominaux, en revanche, a principalemen pour effe de rearder la ransmission des flucuaions de change aux prix à l imporaion. Élasicié des prix des imporaions e des imporaions hors produis de base aux variaions des aux de change Éas-Unis Japon Allemagne Imporaions oales Imporaions hors produis de base France Ialie Royaume-Uni Noe : La répercussion esimée mesure la réponse cumulée des prix des imporaions en monnaie locale la première année après la variaion du aux de change. Voir Vogel e al. (8) pour plus de déail. Source : Calculs de l OCDE. Canada Le graphique présene des esimaions du degré de répercussion dans les économies du G7 pour les prix des imporaions oales e les prix des imporaions hors produis de base 1. Au oal, les degrés de répercussion son généralemen inférieurs à l unié dans le G7. Les esimaions fon aussi apparaîre une nee héérogénéié des esimaions d un pays à l aure, avec un aux de répercussion sensiblemen plus bas en France e aux Éas-Unis e plus élevé au Canada, en Ialie, au Japon e au Royaume-Uni. 1. Ces ravaux s appuien sur des équaions de répercussion convenionnelles appliquées à des données rimesrielles pour la période Pour plus de déails, voir Vogel e al. (8).. Le degré de répercussion élevé pour le Canada es en parie arificiel, e résule des hypohèses posées par Saisique Canada pour la consrucion des séries de prix à l imporaion. 51

8 inérieurs des faceurs hors produis de base) se répercuen sur les prix à la consommaion (graphique.) 8. La zone euro prise dans son ensemble se siue à la parie supérieure de cee fourchee, alors que le Japon e, dans une ceraine mesure, les Éas-Unis e le Royaume-Uni, affichen des niveaux de répercussion plus bas, ce qui donne à penser que les risques d une boucle salaires-prix défavorable son légèremen plus élevés dans la zone euro. Graphique.. Impac à long erme des prix des produis de base, des prix à l imporaion e du coû du ravail sur les prix à la consommaion Éas-Unis Japon Zone euro Coûs salariaux uniaires Prix des produis de base hors pérole Prix de pérole Prix à l imporaion hors produis de base Royaume-Uni Canada Noe : Ces esimaions corresponden aux réponses á long erme des prix aux changemens de chaque faceur obenues pour la période Ainsi, par exemple, pour les Éas-Unis, les élasiciés á long erme des prix à la consommaion aux coûs salariaux uniaires, aux prix du pérole, des produis de base hors pérole e des imporaion hors produis de base son de.85,.1,.8 e.5 respecivemen. Voir l'appendice pour plus déails. Source : Calculs de l OCDE Mais les prix à l imporaion des produis de base e des aures produis jouen égalemen un rôle Il apparaî que les prix à l imporaion des produis de base hors pérole on un impac rès significaif sur les niveaux à long erme des prix à la consommaion aux Éas-Unis, au Canada e au Royaume-Uni e ne son que faiblemen significaifs dans la zone euro. Les prix du pérole on un impac significaif sur les niveaux à long erme des prix à la consommaion dans la zone euro e aux Éas-Unis. Enfin, les prix des imporaions hors 8. La méhodologie uilisée pour évaluer l impac des prix à l imporaion sur l inflaion inérieure dans le cadre d une courbe de Phillips sui celle de Pain e al. (6) e de Sekine (6). Elle repose sur un modèle de correcion d erreurs dans lequel un lien es éabli enre les prix inérieurs e les coûs uniaires de main-d œuvre, les prix à l imporaion e des mesures des écars de producion. Une innovaion consise ici à idenifier séparémen le poids relaif des imporaions hors produis de base, d énergie e de produis de base hors énergie en an que sources disinces de pressions inflaionnises/désinflaionnises. Voir l appendice, ainsi que Vogel e al. (8). 5

9 produis de base, qui représenen de loin la plus grande parie des imporaions oales, s avèren avoir un effe à long erme robuse sur les niveaux des prix à la consommaion aux Éas-Unis e au Canada 9. La ransmission des chocs péroliers varie noablemen d un pays à l aure Des effes de deuxième our pourraien émaner de la dynamique salariale La résisance des salaires semble avoir disparu dans oues les régions... Les différences enre pays concernan l impac à long erme des prix des produis de base hors pérole son limiées, e les réacions à long erme aux variaions de ces prix ne révèlen pas de différence saisiquemen significaive enre la zone euro e les Éas-Unis. En revanche, e conrairemen à ce que suggèrerai l inensié pérolière plus fore de l économie américaine e le rôle ampon joué par la axaion indirece dans la zone euro, l impac d un choc pérolier semble plus marqué dans la zone euro qu aux Éas-Unis. Ces différences dans les effes des prix du pérole ne se son peu-êre pas manifesées lors de la récene flambée des prix du pérole parce que les Éas-Unis on éé confronés à une hausse des cours péroliers beaucoup plus fore (en raison de la dépréciaion du dollar face à l euro) e que la viesse d ajusemen es légèremen plus lene dans la zone euro. Mais dans la mesure où ces différences son bien réelles, elles sembleraien jusifier une plus grande circonspecion de la Banque cenrale européenne à l égard des risques d inflaion dus au renchérissemen du pérole. Une grande parie du risque d inflaion e de l inceriude associés aux récens chocs de prix des produis de base a éé liée à des effes deuxième our poeniels via les salaires e à une évenuelle boucle prix-salaires défavorable, souven jugée plus probable en Europe. L Europe pourrai en effe avoir une capacié plus limiée à absorber les chocs négaifs sur les ermes de l échange, parce que l indexaion auomaique des salaires subsise dans quelques pays e que les srucures de négociaion collecive son suscepibles d engendrer une rigidié des salaires réels 1. Touefois, à en juger par diverses esimaions empiriques du comporemen des salaires, il n y a pas d évidence probane de résisance significaive des salaires réels (c es-à-dire une siuaion dans laquelle les ravailleurs résisen à la pere de pouvoir d acha de leur salaire résulan de chocs négaifs sur les ermes de l échange) au cours de la période récene, ni dans l ensemble de la zone euro ou dans ses rois principaux pays membres, ni aux Éas-Unis ou au Japon. Des esimaions glissanes monren que la résisance du salaire réel, mesurée par l effe à long erme des chocs de prix des produis de base sur les coûs salariaux réels, a neemen diminué après les chocs péroliers des années 7 aux Éas-Unis, 9. Les esimaions pour les rois principaux pays de la zone euro présenées dans Vogel e al. (8) révèlen des différences noables d un pays à l aure au sein de la zone euro ; en pariculier, les prix du pérole on un impac rès sensible sur le niveau à long erme des prix à la consommaion en Allemagne, les prix des produis de base hors pérole on un impac rès sensible sur le niveau à long erme des prix à la consommaion en France e en Ialie, e les prix à l imporaion hors produis de base ne jouen un rôle qu en France. 1. Du Caju e al. (8) présenen des informaions récenes sur les srucures de négociaion salariale en Europe, ainsi qu une comparaison avec les Éas-Unis. 53

10 dans la zone euro e au Japon (graphique.3) 11. Elle a ouefois augmené aux Éas-Unis à la suie de la fore dépréciaion du dollar dans la seconde moiié des années 8. Graphique.3. L évoluion de la résisance des salaires dans le emps Éas-Unis Japon Zone euro Noe : Effe à long erme de l écar enre prix à la consommaion e prix à la producion sur les coûs salariaux réels ; inervalle de confiance de 95 %. Les données en abscisse corresponden au débu de la fenêre d esimaion de 1 ans. Pour plus de déails, voir l appendice. Source : Base de données des Perspecives économiques de l'ocde, n 8; e calculs de l'ocde. 11. À l inérieur de la zone euro, une analyse similaire monre que l Allemagne a enregisré une rès faible résisance du salaire réel même dans les années 7. En revanche, la France e l Ialie affichen une résisance du salaire réel dans les années 7 e 8, mais pas ulérieuremen. Ces résulas ne son pas reproduis ici. 5

11 ... mais elle a pu ressurgir avec la flambée des prix des produis de base Les divergences de poliique s expliquen en parie par une appréciaion différene des risques Conséquences de la baisse des prix des produis de base pour l inflaion L absence apparene de résisance du salaire réel depuis le milieu des années 9 ien peu-êre à des changemens srucurels (associés aux réformes du marché du ravail e à la crédibilié des banques cenrales), mais il peu aussi s expliquer par l absence de chocs négaifs majeurs depuis lors e jusqu à un passé récen. La récene flambée des prix des produis de base es d une ampleur sans précéden depuis les deux chocs péroliers. S agissan du pérole e des produis de base, eu égard à la demande vigoureuse des pays émergens à économie de marché, les hausses récenes on moins de chances de s inverser que ce ne fu le cas lors des épisodes anérieurs. Au oal, oure les inquiéudes plus fores à l égard de l acivié susciées par la ourmene financière aux Éas-Unis, l impac à long erme apparemmen plus prononcé des prix du pérole sur l inflaion e la craine plus vive de voir les salaires réagir plus foremen que dans la dernière décennie au renchérissemen des produis de base son deux faceurs qui on probablemen conribué à rendre l orienaion monéaire plus resricive dans la zone euro qu aux Éas-Unis. Touefois, la décrue récene des prix des produis de base e le ralenissemen mondial de l acivié économique on foremen aénué les risques d inflaion e, paran, les sources de divergence des poliiques économiques. Après avoir aein un poin hau hisorique d environ 15 dollars le baril à la mi-juille, les prix du pérole on baissé de plus de moiié e les prix des aures produis de base on aussi foremen reculé. À erme, ces baisses, e surou le for repli des cours péroliers, devraien rendre moins onéreuses les imporaions de produis de base, si bien que l inflaion globale devrai redescendre au-dessous de l inflaion sous-jacene dans la plupar des pays de l OCDE dans les prochains rimesres. L effe devrai êre moins marqué dans la zone euro qu aux Éas-Unis e au Japon en raison de la récene dépréciaion de l euro face au dollar des Éas-Unis. 55

12 APPENDICE.A1 ELEMENTS ANALYTIQUES COMPLEMENTAIRES Ce appendice décri les méhodes générales e les déails esimaions empiriques sur lesquelles repose l analyse des réacions de l inflaion aux chocs de prix examinées dans le exe principal du documen. Après avoir décri le calcul de l impac direc de la hausse des prix des produis de base sur l inflaion inérieure, il présene des informaions complémenaires sur les esimaions de prix e de salaires. Évaluaion de l impac direc de la hausse des prix des produis de base sur l inflaion dans les pays du G7 au cours de la période récene Calculs de coin-de-able de l impac direc des chocs de prix des produis de base... à l aide de données de diverses sources En accord avec des ravaux précédens de l OCDE (Pain e al., 6), l analyse de l impac direc des prix à l imporaion des produis de base a éé effecuée dans un cadre compable simple, où l impac des prix de l énergie, des produis alimenaires e des aures produis de base a éé éudié séparémen. La pression inflaionnise direce provenan des prix des produis de base es déerminée en muliplian la hausse des prix des produis de base (par rappor à l inflaion inérieure) par la par correspondane de la caégorie de produis dans la demande oale. Les pars des différens produis de base dans la demande oale on éé éablies d après la par des imporaions nees majorées de la valeur ajouée inérieure à l aide de la base de données de l OCDE pour l analyse srucurelle (STAN) 1. Les prix des produis de base énergéiques on éé esimés de façon approximaive par le prix inernaional du pérole bru (Bren), e les prix des produis alimenaires par l indice alimenaire de l Insiu d économie inernaionale de Hambourg (HWWA). Les prix à l imporaion des produis de base hors alimenaion e hors énergie on éé calculés comme la moyenne pondérée à l imporaion de rois prix inernaionaux HWWA (boissons ropicales, maières premières agricoles e minéraux, minerais e méaux). Tous les prix à l imporaion des produis de base on éé exprimés en monnaie locale, de sore que la mesure des pressions inflaionnises direces conjugue l effe direc sur les prix à l imporaion à aux de change consan e l impac des flucuaions de change. 1. Des données acualisées jusqu à 6 éaien disponibles pour ous les pays sauf le Royaume-Uni, le Canada e le Japon, pour lesquels les données on éé reprises de la version 5 de STAN qui s arrêe en 3. Pour les années manquanes, la par de l énergie a éé exrapolée en foncion des pars du pérole bru dans la demande oale, les pars des aures produis de base éan présumées sables. Pour la France, faue de données sur la valeur ajouée des produis de base énergéiques ainsi que des méaux e minéraux, seules les imporaions on éé prises en compe ici. 56

13 Esimaion de l impac des prix à l imporaion sur l inflaion dans le cadre d une courbe de Phillips Une courbe de Phillips... incluan les prix à l imporaion des produis de base... La méhodologie uilisée pour évaluer l impac des prix à l imporaion sur l inflaion inérieure 13 à l aide d une courbe de Phillips sui celle de Pain e al. (6) e Sekine (6). Plus précisémen, un modèle de correcion d erreurs, éablissan une relaion enre les prix inérieurs e les coûs salariaux uniaires, les prix à l imporaion e des mesures des écars de producion, es esimé de façon à évaluer simulanémen la dynamique à cour erme e les effes à long erme sur le niveau des prix de variaions des prix des imporaion de produis manufacurés e de produis de base. Baini e al. (5) monren commen cee spécificaion empirique peu êre obenue à l aide de modèles de fixaion échelonnée des prix 1. Une démarche novarice adopée ici réside dans la disincion des imporaions hors produis de base, des imporaions d énergie e des imporaions hors énergie en an que sources disinces de pressions inflaionnises/ désinflaionnises. L effe différencié de la pénéraion des imporaions de produis de base e de la pénéraion des imporaions hors produis de base sur la hausse des prix à la consommaion a éé égalemen pris en compe en faisan ineragir les coefficiens de prix à long erme avec la par respecive de ces faceurs dans la demande inérieure. La spécificaion générale de l équaion sur laquelle reposen les esimaions es la suivane : ln P D( L) ln P βm M SH, noil = c + A( L) ln P ln P SH, non com M, non com M, noil )lnulc + B( L) ln P + E( L) lnulc γm SH, non com ln P ) + ξgap + ε M, oil λ(ln P M, non com + C( L) ln P αm SH, oil δ (1 M M, noil ln P SH, oil + M, oil M SH, noil [1] 13. Les éudes publiées menionnen parfois le lien enre les prix à l imporaion e à la consommaion en an que répercussion de second ordre, par opposiion à la répercussion de premier ordre des variaions des prix exérieurs e du aux de change sur les prix à l imporaion exprimés dans la monnaie du pays de desinaion (Sekine, 6). 1. Ihrig e al. (7) uilisen une spécificaion idenique pour évaluer à la fois la répercussion des coûs de producion érangers sur les prix à l imporaion en monnaie du pays de desinaion e la répercussion des prix à l imporaion sur l IPC global. L inégraion des prix à l imporaion dans une courbe de Phillips apparaî ouefois comme une démarche plus riche, car elle perme une vérificaion plus explicie des hypohèses héoriques e fourni en oure des informaions supplémenaires sur la relaion de long erme enre les prix à l imporaion, les coûs de producion inérieurs e les prix à la consommaion inérieurs. 57

14 où P représene le niveau des prix inérieurs mesuré par le déflaeur des M oil dépenses de consommaion privée, P, le prix à l imporaion du pérole M noil mesuré en monnaie locale, P, le prix à l imporaion des produis de M, non com base hors pérole en monnaie locale, P les prix à l imporaion hors produis de base, ULC les coûs salariaux uniaires inérieurs e GAP l écar de producion inérieur 15 SH oil. M, SH noil 1, M, SH, non com e M 1 dénoen respecivemen les pars de l offre de pérole, des imporaions de produis de base hors énergie e des imporaions hors produis de base dans la demande oale. Toues les données proviennen de la base de données des Perspecives économiques, hormis les données sur l offre de pérole, reprises de la base de données des World Energy Saisics and Balances de l AIE. A(L), B(L), C(L), D(L) e E(L) dénoen des foncions polynomiales de l opéraeur de décalage emporel.... e mean l accen sur les différences enre pays Un sysème d équaions engloban les Éas-Unis, le Japon, la zone euro, le Royaume-Uni e le Canada a éé esimé à l aide de la méhode de régression apparemmen non reliée (SUR) e selon une approche du général au pariculier. Les esimaions on éé réalisées sur la période 199T1-7T, car les ess de sabilié des paramères iniialemen effecués sur une période beaucoup plus longue dénoaien des modificaions de la dynamique de l inflaion vers 199 dans plusieurs pays. La resricion d une homogénéié saique de degré 1, qui implique que la marge prix-coûs es indépendane du niveau des prix, s es révélée valide pour ous les pays sauf le Canada e le Japon, e a éé présumée elle pour les Éas-Unis, la zone euro e le Royaume-Uni 16. Les esimaions correspondanes des ermes de correcion d erreurs son présenées au ableau.3. L exisence de relaions de coinégraion à long erme significaives dans le modèle de correcion d erreurs a éé esée e validée dans ous les cas. L analyse déaillée de la dynamique, disponible dans Vogel e al. (8), monre que la plupar des variaions des prix à l imporaion (mais non oues) éaien de signe approprié e avaien un impac significaif sur l inflaion à cour erme. Cee éude révèle aussi que les écars de producion inérieurs n on qu une rès faible incidence sur l inflaion. 15. L écar de producion exérieur -- moyenne pondérée par les échanges des écars de producion exérieurs pour chaque pays -- a éé égalemen esé, mais le coefficien respecif n a jamais éé significaivemen différen de zéro. Les anicipaions d inflaion n on pas pu êre incluses en raison de l insuffisance des données disponibles en dehors des Éas-Unis. 16. En oure, le coefficien esimé de l impac à long erme des prix à l imporaion hors produis de base dans l équaion de la zone euro, qui éai clairemen non significaif mais de signe conre-inuiif, a éé conrain d êre égal à zéro. 58

15 Tableau.3. Relaions de long erme des courbes de Phillips MCE Prix des imporaions hors produis de base (1) Prix des imporaions de pérole (-1) Prix des imporaions de produi de base hors pérole Cous salariaux uniaires (-1) R ajusé Éas Unis (.) (.) (.13) (.) Japon (.1) (.1) (.1) (.58) (.7) Zone euro (.) (.) (.6) Royaume-Uni (.) (.8) (.8) (.) Canada (.) (.) (.9) (.6) (.) Noe : Ces résulas corresponden aux relaions de long erme des mécanismes á correcion d'erreurs (MCE), (voir équaion [1] de l'appendice) pour la période Les "P-valeurs" des ess de significaivié des coefficiens son reporées enre parenhèses. Pour plus de déails sur la parie dynamique de l'équaion voir Vogel e al. (8). Source: calculs de l'ocde. Résisance du salaire réel aux chocs de prix des produis de base Évaluaion de la résisance des ravailleurs aux peres de pouvoir d acha résulan de chocs sur les ermes de l échange Afin d examiner commen la réacion des salaires réels aux chocs de prix des produis de base a pu varier aux Éas-Unis, dans la zone euro e au Japon ainsi que dans cerains pays européens, l équaion auorégressive simple de reards échelonnés ci-après es esimée dans une fenêre mobile de dix ans 17 : ulc = c + + w m i= i= 1 α ulc i i i + π unempgap n i β wedge i= i i + ε [] où ulc es le logarihme des coûs salariaux uniaires de l économie dans son ensemble, wedge le logarihme du raio déflaeur de la consommaion privée/déflaeur du PIB e unempgap l écar de chômage (aux de chômage- NAIRU). Le erme wedge es inséré pour prendre en compe les chocs de prix des produis de base, dans la mesure où le déflaeur de la consommaion devrai augmener plus foremen que le déflaeur du PIB en réponse à une hausse des prix des produis de base. En conséquence, le pouvoir d acha du salaire es ramené au-dessous du coû réel des salaires en ermes de producion, ce qui peu induire une résisance du salaire réel. S il exise une résisance du salaire réel à une hausse (baisse) des prix des 17. Cee équaion n es pas une équaion de salaire complèe, mais elle es spécifiée en vue d examiner une caracérisique pariculière de la déerminaion des salaires, à savoir la façon don la résisance du salaire réel aux chocs des prix des produis de base a pu se modifier au fil du emps. 59

16 produis de base, la baisse (hausse) iniiale du pouvoir d acha du salaire provoque alors une hausse (baisse) compensaoire des salaires nominaux e, paran, des coûs salariaux réels. L ampleur de ce effe devrai êre prise en compe par l élasicié à long erme : θ n i= i = m β 1 α = 1 i i [3] Les résulas se monren robuses à des modificaions de la méhodologie En vue d une analyse de sensibilié, ce exercice a éé répéé, mais en uilisan les salaires réels (rémunéraion par salarié rapporée au déflaeur du PIB) à la place des coûs salariaux uniaires comme variable dépendane dans l équaion e la croissance de la producivié (conemporaine e décalée) comme régresseur séparé. Les résulas concernan la aille e le degré de significaion de la variable wedge se son révélés similaires. L esimaion d une équaion de salaire plus complèe ne modifie pas non plus les principales conclusions. 6

17 BIBLIOGRAPHIE Baini, N., B. Jackson e S. Nickell (5), An Open-Economy New Keynesian Phillips Curve for he U.K, Journal of Moneary Economics, vol. 5, n 6. Du Caju, P., E. Gauier, D. Momferaou e M. Ward-Warmedinger (8) Insiuional feaures of wage bargaining in EU counries, he US and Japan presened a ECB conference Wage Dynamics in Europe: Findings from he Wage Dynamics Nework. Goldberg, P. e R. Hellersein (8), A Srucural Approach o Explaining Incomplee Exchange-Rae Pass-Through and Pricing-o- Marke, American Economic Review, vol. 98, n. Ihrig, J., S. Kamin, D. Lindner e J. Marquez (7), Some Simple Tess of he Globalizaion and Inflaion Hypohesis, Board of Governors of he Federal Reserve Sysem Inernaional Finance Discussion Papers, n 891. Pain, N., I. Koske e M. Sollie (6), Globalisaion and Inflaion in he OECD Economies, Documens de ravail du Déparemen des affaires économiques de l OCDE, n 5. Sekine, T. (6), Time-Varying Exchange Rae Pass-Through: Experiences of Some Indusrial Counries, BIS Working Papers, n. Sahuc, J.-G. e F. Smes (8), Differences in Ineres Rae Policy a he ECB and he Fed: An Invesigaion wih a Medium-Scale DSGE Model, Journal of Money, Credi and Banking, vol., n -3. Smes, F. e R. Wouers (5), Comparing Shocks and Fricions in US and Euro Area Business Cycles: A Bayesian DSGE Approach, Journal of Applied Economerics, vol., n. Vogel, L., E. Rusicelli, P. Richardson, S. Guichard e C. Gianella (8), Inflaion responses o recen shocks: do G7 counries behave differenly?, Documens de ravail du Déparemen des affaires économiques de l OCDE, à paraîre. 61

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Charlemagne Babatoundé IGUE *

Charlemagne Babatoundé IGUE * Aide Publique au Développemen, Dépenses Sociales e Croissance Pro-pauvre au Bénin Charlemagne Babaoundé IGUE * FASEG / Universié d Abomey-Calavi (BENIN). 01 BP 6365, Coonou. E-mail : charlyigue@yahoo.fr

Plus en détail

AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC. Pamphile MEZUI-MBENG. Docteur. Département d Economie - Université Omar Bongo (Gabon) Université de Lorraine

AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC. Pamphile MEZUI-MBENG. Docteur. Département d Economie - Université Omar Bongo (Gabon) Université de Lorraine CYCLE DU CREDIT ET CYCLE DES AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC Pamphile MEZUI-MBENG Doceur Déparemen d Economie - Universié Omar Bongo (Gabon) Universié de Lorraine CEREFIGE Cahier de Recherche n 2012-02

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

L électronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidité

L électronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidité Proje de Marchés Financiers Rappor Final L élecronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidié Sous la direcion de M. Desvilles CIBRARIO Mahieu GHARIANI Sana REBAI Sofiane Table des Maières Inroducion...

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail