DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION"

Transcription

1 DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION - -

3 UNESCO L Ace consiuif de l Organisaion des Naions Unies pour l éducaion, la science e la culure (UNESCO) a éé adopé par 20 pays lors de la Conférence de Londres en novembre 945 e es enré en vigueur le 4 novembre 946. L UNESCO compe acuellemen 9 Éas membres e 7 membres associés. L objecif premier de l UNESCO es de conribuer au mainien de la paix e de la sécurié dans le monde en resserran, par l éducaion, la science e la culure, la collaboraion enre naions afin d assurer le respec universel de la jusice, de la loi, des drois de l omme e des liberés fondamenales pour ous, sans disincion de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Care des Naions Unies reconnaî à ous les peuples. L UNESCO a cinq foncions principales, inscries dans son manda : ) des éudes prospecives sur l éducaion, la science, la culure e la communicaion dans le monde de demain ; 2) le progrès, le ransfer e le parage des connaissances par des aciviés de recerce, de formaion e d enseignemen ; ) des acions normaives en vue de la préparaion e de l adopion d insrumens inernaionaux e de recommandaions réglemenaires ; 4) l experise par le biais de la coopéraion ecnique avec les Éas membres, en faveur de leurs projes e poliiques de développemen ; 5) l écange d informaions spécialisées. Le siège de l UNESCO se siue à Paris, en France. Insiu de saisique de l UNESCO L Insiu de saisique de l UNESCO (ISU) es l office de saisique de l UNESCO. Il es cargé de rassembler, pour le compe des Naions Unies, des saisiques mondiales dans les domaines de l éducaion, de la science e la ecnologie, e de la culure e la communicaion. L ISU a éé créé en 999 avec pour mission d améliorer le programme saisique de l UNESCO e d élaborer e mere à disposiion des saisiques acualisées, précises e perinenes pour les poliiques, comme l exige le conexe social, poliique e économique acuel de plus en plus complexe e cangean. Le siège de l ISU se siue à Monréal, au Canada. Publié en 200 par : Insiu de saisique de l UNESCO P.O. Box 628, Succursale Cenre-Ville Monréal, Québec HC J7 Canada Tél. : ( 54) Fax : ( 54) Courrier élecronique : p://www.uis.unesco.org ISBN Réf.: UIS/TD/0-07 UNESCO - ISU

4 Avan-propos Le Parenaria sur la mesure des TIC au service du développemen a éé consiué dans le cadre du Somme mondial sur la sociéé de l informaion (SMSI), à Genève (en 200) e à Tunis (en 2005), en vue de produire des indicaeurs e des données comparables pour suivre les progrès sur la voie de l accomplissemen des objecifs du SMSI. Paricipen à ce parenaria Eurosa, l Union inernaionale des élécommunicaions (UIT), l Organisaion de coopéraion e de développemen économiques (OCDE), l Insiu de saisique de l UNESCO, quare commissions régionales des Naions Unies (à savoir la Commission économique pour l Afrique (CEA), la Commission économique pour l Amérique laine e les Caraïbes (CEPALC), la Commission économique e sociale pour l Asie e le Pacifique (CESAP) e la Commission économique e sociale pour l Asie occidenale (CESAO)), e la Banque mondiale. La mission première de l ISU dans ce cadre es de diriger le groupe de ravail cargé d élaborer des indicaeurs sur l usage des ecnologies de l informaion e de la communicaion (TIC) dans l éducaion. L ISU a soumis une première lise d indicaeurs sur l usage des TIC dans l éducaion à la Commission de saisique des Naions Unies lors de sa 40 e session, en février Ce guide propose une série plus éendue d indicaeurs comparables enre pays sur l uilisaion des TIC dans l éducaion e fourni des définiions normalisées des conceps fondamenaux, des spécificaions déaillées de mesure e des explicaions praiques concernan l inerpréaion des indicaeurs. Cee nouvelle série d indicaeurs pore sur un ensemble plus vase de domaines concepuels, ce qui permera de documener les poliiques à l écelle naionale e inernaionale (par exemple les objecifs du SMSI, les objecifs du Millénaire pour le développemen e les objecifs de l Éducaion pour ous). Ces indicaeurs donnen la possibilié d évaluer la pénéraion des TIC dans les sysèmes d éducaion de manière comparaive e sous de muliples perspecives. Ce manuel ecnique es conçu pour aider les Éas membres à renforcer leurs capaciés e à suivre leurs progrès sur la voie de l accomplissemen de leurs objecifs naionaux dans ce domaine. Il vise égalemen à définir des normes dans un domaine rès évoluif, où les ecnologies induisen l uilisaion de nouveaux appareils e l applicaion de normes e de procédures différenes dans l enseignemen e l apprenissage. L ISU édiera des révisions sysémaiques de ce guide afin d y refléer cee évoluion ecnologique. Hendrik van der Pol Direceur Insiu de saisique de l UNESCO - iii -

5 Remerciemens L Insiu de saisique de l UNESCO (ISU) ien à remercier le D r Willem Jordan Pelgrum, de l Universié de Twene (Pays-Bas), qui a œuvré à la définiion des fondemens éoriques e concepuels du proje de l ISU concernan les indicaeurs de l uilisaion des ecnologies de l informaion e de la communicaion (TIC) dans l éducaion dans une perspecive de comparaison inernaionale. Cerceur acif dans le domaine des évaluaions inernaionales de l éducaion, le D r Pelgrum a assuré la coordinaion des éudes Compuers in Educaion mises en œuvre par l Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire (IEA) ainsi que la coordinaion inernaionale des rois modules de l éude Second Informaion Tecnology in Educaion Sudies (SITES) de l IEA. Il a rédigé e publié plusieurs ouvrages sur les TIC dans l éducaion. Nous enons égalemen à remercier Claude Akpabie (ISU), Siu-Kee Cu (membre onoraire du personnel de l UNESCO) e Parick Lucas (ISU) pour leur conribuion subsanielle à la définiion des fondemens méodologiques e des spécificaions ecniques de la lise élargie d indicaeurs sur les TIC dans l éducaion. Kaja Frosell a coordonné l édiion e la publicaion de ce guide. D aures parenaires e membres du personnel de l ISU on égalemen éé d une grande aide : Simon Ellis (Conseiller régional de l ISU pour l Asie e le Pacifique), Alber Moivans (ISU), Debbie Wong (ISU Bangkok), Beariz Valdez-Melgar (ISU), Talal El Hourani (ISU), Moriz Bilager (ISU), Ivan Casro de Almeida (UNESCO Saniago), Daniel Taccari (ISU), Anne-Marie Lacasse (ISU), Micael Trucano (Banque mondiale), Eugenio Severin (Banque ineraméricaine de développemen), Toby Harper-Merre (Observaoire des TIC, Universié de Monréal), Seven Saw (Universié Concordia) e Vivek Venkaes (Universié Concordia). Le Service d informaion e de recerce en éducaion de Corée (KERIS) a fourni, pour cee publicaion, une série supplémenaire d indicaeurs uiles refléan la perspecive des pays d Asie. Mariana Balboni, César Crisanco e d aures membres de l équipe de l Observaoire pour la sociéé de l informaion en Amérique laine e dans les Caraïbes (OSILAC) de la Commission économique des Naions Unies pour l Amérique laine e les Caraïbes (CEPALC) on formulé des commenaires rès uiles ainsi que des recommandaions concernan des indicaeurs complémenaires. Seridan Robers, consulan spécialisé dans les saisiques sur la sociéé de l informaion associé au Parenaria sur la mesure des TIC au service du développemen, a soumis des suggesions rès uiles en vue d améliorer les définiions saisiques e les indicaeurs acuels. Les poins focaux naionaux du Groupe de ravail inernaional sur les saisiques relaives aux TIC dans l éducaion (WISE) on joué un rôle majeur. Ils on relu ce guide e on conribué à l élaboraion du prooype de quesionnaire sur les saisiques des TIC en éducaion : Marcela Alejandra Jáuregui Lassalle (Argenine) Rasa Amed (Bareïn) Kasiaryna Miniukovic (Bélarus) Hernan Rogelio Soliz Loza (Bolivie) Aura Padilla Melendez (Cosa Rica) Jacino Villanueva (République dominicaine) Sala Eliwa (Égype) Joel Peeersoo (Esonie) Adamu Gnaro Wayessa (Éiopie) Edward Dogbey (Gana) José Ramiro Marínez Villaoro (Guaemala) Kalida Saa (Jordanie) Azwan Abd. Aziz (Malaisie) Darsing Poegadoo (Maurice) Ilam Laaziz el Mali (Maroc) Soufyane Zanfouk (Maroc) Driss Mensouri (Maroc) Kaled Bouciki (Maroc) Nabila Al Gassani (Oman) Kamla Alrabi (Oman) Sariffa al Meskary (Oman) Monjed Amed Sulaiman (Terrioire palesinien auonome) Alice Concepción Escobar Yegros (Paraguay) Hye-Sook Kim (République de Corée) Young Ae Kim (République de Corée) Olga Zayseva (Fédéraion de Russie) Alber Nsengiyumva (Rwanda) El Hadji Malick Dia (Sénégal) Kearisak Sensai (Taïlande) Hédi Saidi (Tunisie) Alfredo Gabriel Errandonea Lennon (Uruguay) - iv -

6 Table des maières Page Avan-propos... iii Remerciemens...iv Abréviaions...vi Résumé Inroducion Cadres poliiques des TIC dans l éducaion.... Analyse de la liéraure sur l usage des TIC dans l éducaion Cadre concepuel de l élaboraion des indicaeurs sur les TIC dans l éducaion Lise élargie d indicaeurs comparables à l écelle inernaionale e implicaions méodologiques a) Fondemens e porée des indicaeurs b) Nouveaux indicaeurs proposés relaifs aux TIC dans l éducaion c) Indicaeurs supplémenaires sur les TIC dans l éducaion d) Crières de classemen des indicaeurs par ordre de priorié Conclusion... 9 Bibliograpie ANNEXE I Prooype de quesionnaire sur les saisiques des TIC dans l éducaion ANNEXE II Définiions... 0 ANNEXE III Classificaion des domaines d éudes en rappor avec les TIC : adapaion du manuel Aciviés de l éducaion e de la formaion par domaine... 2 ANNEXE IV Classificaion des niveaux d enseignemen selon la CITE v -

7 Abréviaions EPT ERT CEA CEPALC CESAO CITE CNR CNUCED IEA InfoDev ISU OCDE OMD ONU OSILAC PDA PIRLS PISA SACMEQ SITES SMSI TIC TIMSS UIT UNDESA UNESCO UNICEF Éducaion pour ous Table ronde des indusriels européens Commission économique des Naions Unies pour l Afrique Commission économique des Naions Unies pour l Amérique laine e les Caraïbes Commission économique e sociale des Naions Unies pour l Asie occidenale Classificaion inernaionale ype de l éducaion Coordinaeur naional de recerce Conférence des Naions Unies sur le commerce e le développemen Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire Informaion for Developmen Programme (Banque mondiale) Insiu de saisique de l UNESCO Organisaion de coopéraion e de développemen économiques Objecifs du Millénaire pour le développemen Organisaion des Naions Unies Observaoire pour la sociéé de l informaion en Amérique laine e dans les Caraïbes Assisan numérique personnel Progress in Inernaional Reading Lieracy Sudy Programme inernaional pour le suivi des acquis des élèves Consorium de l Afrique ausrale e orienale pour le piloage de la qualié de l éducaion Second Informaion Tecnology in Educaion Sudy Somme mondial sur la sociéé de l informaion Tecnologies de l informaion e de la communicaion Trends in Inernaional Maemaics and Science Sudy Union inernaionale des élécommunicaions Déparemen des affaires économiques e sociales des Naions Unies Organisaion des Naions Unies pour l éducaion, la science e la culure Fonds des Naions Unies pour l enfance - vi -

8 Résumé Le Guide de mesure pour l inégraion des ecnologies de l informaion e de la communicaion (TIC) en éducaion s inscri dans une perspecive novarice de mise en place, à l écelon inernaional, de conceps normalisés e de spécificaions d indicaeurs de suivi en vue d assurer l uilisaion uniforme e l inerpréaion coérene des saisiques sur l inégraion des TIC dans l éducaion par les décideurs poliiques, les saisiciens, les cerceurs, les expers e les insius de saisiques de par le monde. Comme les TIC se développen rapidemen, ce guide es appelé à êre évoluif e à êre affiné au fil du emps. Ces indicaeurs sur les TIC dans l éducaion on éé proposés sur la base des données qui peuven êre obenues auprès de sources adminisraives officielles exisanes, e non lors d enquêes naionales irrégulières, coûeuses ou dépendan de financemens exernes, afin de garanir la viabilié à long erme des colleces de données dans une majorié de pays. Quelques poins méodologiques e opéraionnels doiven encore êre améliorés. Ce guide propose une série élargie d indicaeurs à uiliser pour suivre l inégraion des TIC dans l éducaion, qui va au-delà de la lise iniiale élaborée par l Insiu de saisique de l UNESCO (ISU) (ISU, 2008 b). Il décri en déail les modaliés de collece de données e les méodologies de calcul des indicaeurs sur la base des iems proposés dans le quesionnaire. Par ailleurs, il passe en revue les conceps appliqués lors d éudes comparaives inernaionales anérieures de l uilisaion des TIC dans l éducaion e éudie des enjeux de l acion publique dans le monde

9 . Inroducion Depuis l appariion des ecnologies de l informaion e de la communicaion (TIC), leur inégraion dans l éducaion e les invesissemens financiers qu elle implique son un suje de préoccupaion pour les décideurs poliiques dans de nombreux pays. Suie aux iniiaives qui on éé prises pour faire une place aux TIC dans l éducaion, il es devenu nécessaire de suivre les développemens en la maière sur la base d indicaeurs fiables e valides. Une fois la valeur de ces indicaeurs connue grâce à la réalisaion, à l écelle inernaionale, de colleces de données normalisées, les décideurs poliiques pourron suivre les progrès de leur pays sur la voie de l accomplissemen de leurs objecifs naionaux e comparer la siuaion de leur pays à celle d aures pays de référence perinens. Tou pore à croire que l usage des TIC dans l éducaion peu améliorer l accès aux possibiliés d apprenissage. C es un moyen de reausser la qualié de l éducaion, grâce à l adopion de méodes pédagogiques de poine, d accroîre le rendemen de l apprenissage e de réformer les sysèmes d éducaion ou d en améliorer la gesion. Or, un exercice de «carograpie des savoirs» réalisé récemmen dans le cadre du programme Informaion for Developmen (InfoDev) de la Banque mondiale (Trucano, 2005) a révélé qu en dépi de décennies d invesissemen massif dans les TIC au service de l éducaion dans les pays de l OCDE e de leur usage accru dans les pays en développemen, les élémens à l appui de la percepion posiive des TIC éaien limiés e que les preuves d un impac réel éaien difficiles à réunir, voire sujees à cauion. Ces conclusions signalen diverses lacunes e monren la nécessié de disposer de normes, de méodologies e d indicaeurs approuvés à l écelle inernaionale pour mieux évaluer les avanages réels de l usage des TIC dans l éducaion. Ce manque de données probanes e de bonne qualié, allié à l absence de direcives normalisées pour produire des indicaeurs comparables e perinens, limie la capacié des décideurs poliiques à prendre des décisions en oue connaissance de cause e ne les incie pas à s engager davanage en faveur de l inégraion des TIC dans leur sysème d éducaion. Évaluer la conribuion des TIC au développemen a éé l un des enjeux majeurs des deux Sommes mondiaux sur la sociéé de l informaion (SMSI) qui se son enus à Genève en 200 e à Tunis en La secion «Suivi e évaluaion» (E.28) du Plan d'acion du SMSI décri les objecifs de l évaluaion de la conribuion des TIC au développemen. Elle invie la communaué inernaionale à élaborer des méodologies réalises de mesure e à définir des indicaeurs comparables enre les pays e perinens pour l acion publique qui permeen de suivre les progrès des pays sur la voie de l inclusion numérique. Un exrai de cee secion sipule : Il y a lieu d élaborer un sysème inernaional réalise de suivi e d évaluaion (à la fois qualiaive e quaniaive) uilisan des indicaeurs saisiques comparables e les résulas des recerces, afin de suivre les progrès réalisés, par référence aux objecifs, bus e cibles du présen Plan d acion e compe enu des condiions propres à caque pays (SMSI, 200)

10 C es à ce effe qu a éé consiué, en juin 2004, le Parenaria sur la mesure des TIC au service du développemen. Il compe acuellemen parmi ces membres Eurosa, l Union inernaionale des élécommunicaions (UIT), l Organisaion de coopéraion e de développemen économiques (OCDE), la Conférence des Naions Unies sur le commerce e le développemen (CNUCED), l Insiu de saisique de l UNESCO (ISU), quare commissions régionales des Naions Unies, à savoir la Commission économique pour l Afrique (CEA), la Commission économique pour l Amérique laine e les Caraïbes (CEPALC), la Commission économique e sociale pour l Asie e le Pacifique (CESAP) e la Commission économique e sociale pour l Asie occidenale (CESAO), e la Banque mondiale. L une des réalisaions majeures du Parenaria à ce jour es l élaboraion d une lise d indicaeurs fondamenaux sur les TIC au service du développemen qui a éé approuvée par la Commission de saisique des Naions Unies lors de sa 8 e session, en février Les parenaires on créé un groupe de ravail, placé sous la direcion de l ISU, e l on cargé d éendre cee lise pour y inclure des indicaeurs sur les TIC dans l éducaion. L ISU a élaboré la série iniiale d indicaeurs sur les TIC dans l éducaion (UNESCO - ISU, 2008 b) ainsi que les définiions des conceps e les méodes de collece de données connexes. Les ajous e modificaions apporés à cee lise d indicaeurs fondamenaux on ensuie éé soumis pour informaion à la Commission de saisique des Naions Unies, lors de sa 40 e session, en février Les membres de la Commission en on pris ace 2. Ce guide se base sur la lise d indicaeurs fondamenaux sur les TIC dans l éducaion. Il affine les indicaeurs exisans e en propose d aures pour documener un plus grand nombre de domaines de l acion publique. Ce guide décri les méodologies de collece e de calcul e propose un quesionnaire ype. Ce guide doi aussi servir de documen de référence e de manuel de formaion pour procéder à la collece naionale de données comparables e pour remplir les procains quesionnaires de l ISU sur les TIC dans l éducaion. Ce guide vise plus précisémen à : i) renforcer le cadre concepuel de l évaluaion de l uilisaion des TIC dans l éducaion ; ii) iii) iv) idenifier les indicaeurs manquans pour mieux assurer le suivi des progrès sur la voie de la réalisaion des objecifs inernaionaux de l éducaion, y compris dans le domaine sraégique des TIC dans l éducaion reenu parmi les prioriés de l UNESCO ; proposer une lise élargie d indicaeurs comparables enre les pays pour mesurer l usage des TIC dans l éducaion ; élaborer les indicaeurs e définir leur porée e la façon de les évaluer e de les inerpréer ; analyser leur comparabilié e préciser leurs limies méodologiques ou opéraionnelles ; définir des crières à appliquer pour classer les nouveaux indicaeurs par ordre de priorié. 2 Cf.ISU (2008) pour plus de déails. Cf. Parenaria sur la mesure des TIC au service du développemen (2009) à ire de référence

11 2. Cadres poliiques des TIC dans l éducaion De nombreux rappors sur l acion publique préenden que nos sociéés évoluen e passen du sau de sociéés indusrielles à celui de «sociéés de l informaion», dans lesquelles la créaion e la diffusion de connaissances revêen une imporance cruciale (ERT, 997). Ils avancen que pour combare l exclusion sociale e préserver la compéiivié dans une économie mondialisée, l éducaion doi aller audelà du cadre de la scolarisaion iniiale pour préparer e aider les cioyens à se livrer à la formaion e à l apprenissage ou au long de la vie (Commission européenne, 995 ; ERT, 997 ; PCAST, 997). À l appui de ce argumen, la convicion que les TIC peuven dans une grande mesure conribuer à refaçonner l éducaion pour répondre aux besoins de la sociéé moderne de l informaion. Par ailleurs, on esime que l inégraion des TIC dans l éducaion permera de combler les écars enre les réaliés socioéconomiques e le rendemen des sysèmes d éducaion (ERT, 997). Face aux défis colossaux que représene pour la communaué inernaionale l accomplissemen des objecifs du Millénaire pour le développemen (OMD) e de ceux de l Éducaion pour ous (EPT), il semble irréalise de parir du principe que les modes radiionnels d enseignemen permeron de garanir l égalié des cances e l accès durable e abordable de ous à un enseignemen de qualié d ici 205. En effe, pour de nombreux sysèmes d éducaion, le plus grand défi consise à offrir à ous les individus des possibiliés de formaion e d apprenissage ou au long de la vie, surou à ceux qui appariennen à des groupes marginalisés ou négligés de longue dae (noammen les filles e les femmes, don la scolarisaion es enravée par de nombreux obsacles ; les populaions rurales, rop dispersées pour peupler des écoles «ordinaires» de manière renable e moyennan des ailles de classe raisonnables ; les enfans issus de familles en siuaion de pauvreé exrême ; les groupes ayan des besoins spéciaux d éducaion ou les personnes andicapées qui n on pas accès à des cenres de formaion ; ec.). Selon Haddad e Draxler (2002), la rigidié inérene au modèle radiionnel de l enseignemen en classe, en face-à-face, engendre des coûs insoupçonnés pour la sociéé : Les sysèmes convenionnels d éducaion n offren guère de souplesse. [ ] L école a encore moins à offrir aux enfans de familles défavorisées ; les meilleures écoles s airen les meilleurs enseignans, laissan aux écoles siuées dans des régions reirées ou pauvres les enseignans les moins bien préparés. [ ] Par voie de conséquence, ces sysèmes perpéuen les inégaliés sociales, perden de nombreux excellens élémens à cause de l ennui, augmenen les coûs de l éducaion à cause des aux élevés d abandon e de redoublemen e fon payer aux employeurs ou à d aures sysèmes les coûs de la formaion de leurs diplômés. Les difficulés des sysèmes radiionnels d éducaion son encore aggravées par une demande de compéences en fore évoluion dans un marcé du ravail qui se mondialise. Sous l effe de l émergence de nouveaux paradigmes, l éducaion devien moins une quesion d enseignemen que d apprenissage (par exemple via l auodidacie e l exploiaion de compéences de recerce individualisées). L éducaion es de moins en moins confinée à la siuaion géograpique des apprenans (un pays) ou de moins en moins dépendane d un sie (une classe pour réunir une masse criique d élèves / éudians). Une plus grande souplesse s impose pour s adaper aux apprenans, avec l adopion de programmes modulaires qui ne son plus sous la conraine d un parcours scolaire formaé ou d objecifs rigides de cerificaion définis au préalable. On esime que dans de bonnes condiions, les TIC peuven avoir un impac colossal sur l élargissemen des possibiliés de formaion offeres à des populaions plus nombreuses e plus diverses, au-delà des barrières culurelles, e en deors des limies des éablissemens d enseignemen ou des fronières géograpiques (Haddad e Draxler, 2002). Les ecnologies peuven améliorer le processus d enseignemen e d apprenissage en facilian la réforme des modes d enseignemen radiionnels, l amélioraion de la qualié des résulas de l apprenissage, l aide à l acquisiion de compéences poinues, le souien à l apprenissage ou au long de la vie e l amélioraion de la gesion insiuionnelle. - -

12 Objecifs inernaionaux de développemen L élaboraion d indicaeurs sur les TIC dans l éducaion vise à suivre les progrès des pays sur la voie de l accomplissemen d objecifs inernaionaux majeurs, noammen ceux fixés lors du Somme mondial sur la sociéé de l informaion (SMSI), les OMD e ceux de l EPT. Le ableau résume les quesions poliiques d inérê global relaives à l usage des TIC dans l éducaion. Tableau. Objecifs inernaionaux e poliiques d inégraion des TIC dans l éducaion Prioriés de l acion publique TIC au service de l élargissemen des possibiliés d enseignemen e d apprenissage TIC au service de la réforme de l éducaion e de l amélioraion des programmes d éudes e de la qualié de l apprenissage. TIC au service de l amélioraion de l égalié des cances dans l éducaion (ciblage de groupes marginalisés) TIC au service de l amélioraion de l employabilié e de la diversificaion des compéences nécessaires à la vie courane Inégraion des TIC dans l éducaion en parenaria avec le seceur privé Niveaux de la CITE visés Grandes plaes-formes de l acion publique SMSI OMD EPT UNESCO x x x x x x x x x x x x Niveaux à 6 de la CITE x Niveau de la CITE x Niveaux à de la CITE Niveaux 0 à 2 de la CITE (TIC au service de la formaion des enseignans) x Niveaux à 6 de la CITE (TIC au service de la muliplicaion e de la diversificaion des possibiliés d apprenissage) Cenré sur la formaion des enseignans, la formaion professionnelle e l enseignemen à disance dans l enseignemen eriaire Deux des objecifs du Plan d acion de la première pase du SMSI on un rappor direc avec l enjeu de l inégraion des TIC dans l éducaion e s inscriven dans les compéences de l UNESCO, à savoir : i) connecer les éablissemens d enseignemen secondaire ou supérieur e les écoles primaires aux TIC ; ii) adaper ous les programmes des éablissemens d enseignemen primaire e secondaire afin de relever les défis de la sociéé de l informaion, compe enu des condiions propres à caque pays. Le Plan d acion ajoue que cacun devrai avoir «les compéences nécessaires pour irer pleinemen pari de la sociéé de l informaion», ce qui renvoie à la nécessié d assurer la familiarisaion avec les TIC (SMSI, 200, C4.)

13 L évaluaion de l usage des TIC dans l éducaion es nécessaire au suivi de deux des OMD, à savoir le deuxième (assurer l éducaion primaire pour ous) e le uiième (mere en place un parenaria mondial pour le développemen). Les TIC devraien conribuer grandemen à la réalisaion des objecifs inernaionaux en maière d éliminaion de la pauvreé, car elles permeen d exploier le poeniel des ecnologies à améliorer la qualié des résulas de l éducaion, de surmoner les obsacles abiuels à l émancipaion des personnes vivan dans la pauvreé grâce à leur inégraion dans le réseau social e à l amélioraion de leur accès à l informaion, d accroîre la producivié des groupes marginalisés e d améliorer leur inclusion sur le marcé du ravail. De même, l inégraion des TIC dans l éducaion es considérée comme cruciale pour aeindre les objecifs de l EPT, car elle perme de simuler le aux de progression dans les pays en développemen, en pariculier grâce au développemen accéléré de l enseignemen à disance pour les fuurs enseignans (voir la lise complèe des objecifs de l EPT dans l encadré ). Ces objecifs visen l accroissemen des aux de scolarisaion e l amélioraion de l égalié des cances e de la qualié dans l éducaion ou la généralisaion de l apprenissage ou au long de la vie ou en diversifian les compéences pour une meilleure adéquaion avec les besoins d une sociéé de l informaion en consane muaion. Encadré. Les six objecifs de l Éducaion pour ous (EPT) Objecif : Objecif 2 : Objecif : Objecif 4 : Objecif 5 : Objecif 6 : Développer e améliorer sous ous leurs aspecs l éducaion e la proecion de la peie enfance, noammen des enfans les plus vulnérables e défavorisés. Faire en sore que d ici à 205, ous les enfans, noammen les filles, les enfans en difficulé e ceux apparenan à des minoriés eniques, aien la possibilié d accéder à un enseignemen primaire obligaoire e graui de qualié e de le suivre jusqu à son erme. Répondre aux besoins éducaifs de ous les jeunes e de ous les adules en assuran un accès équiable à des programmes adéquas ayan pour obje l acquisiion de connaissances ainsi que de compéences nécessaires dans la vie courane. Améliorer de 50 % les niveaux d alpabéisaion des adules, noammen des femmes, d ici à 205, e assurer à ous les adules un accès équiable aux programmes d éducaion de base e d éducaion permanene. Éliminer les dispariés enre les sexes dans l enseignemen primaire e secondaire d ici à 2005 e insaurer l égalié dans ce domaine d ici à 205 en veillan noammen à assurer aux filles un accès équiable e sans resricion à une éducaion de base de qualié avec les mêmes cances de réussie. Améliorer sous ous ses aspecs la qualié de l éducaion dans un souci d excellence de façon à obenir pour ous des résulas d apprenissage reconnus e quanifiables noammen en ce qui concerne la lecure, l écriure e le calcul e les compéences indispensables dans la vie courane. Les TIC dans l éducaion à l UNESCO La lise élargie d indicaeurs a éé dressée dans le droi fil de la vision sraégique de l UNESCO e de ses prioriés dans le domaine de l usage des TIC à des fins éducaives. Comme l uilisaion des TIC dans e pour l éducaion peu êre considérée à la fois comme une nécessié e une opporunié à l écelle mondiale, cee dimension ransversale a éé déclarée prioriaire dans ous les domaines de compéence de l UNESCO. L approce adopée par l UNESCO pour développer l usage des TIC dans e pour l éducaion a éé conçue par le biais d une plae-forme émaique inersecorielle sur la Promoion de l apprenissage à l aide des TIC. En an que laboraoire d idées, organisme normaif, cenre d écange, insrumen au service du développemen des capaciés e caalyseur neure de la coopéraion inernaionale, l UNESCO donne des conseils aux pays en maière d acion publique. Elle doi baser ses recommandaions sur des données saisiques probanes pour favoriser la mise en œuvre de praiques efficaces à moindre coû pour l uilisaion d anciennes e de nouvelles ecnologies à l appui de l enseignemen. - -

14 Pour l UNESCO, le concep de «sociéés du savoir» renvoie à l acquisiion de connaissances par ous les segmens de la sociéé, au ravers de l éducaion e de l apprenissage ou au long de la vie à l inérieur e à l exérieur du cadre insiuionnel, mais les indicaeurs sur les TIC présenés dans ce guide poren uniquemen sur le sysème insiuionnel d éducaion, par souci de coérence avec l enquêe annuelle de l ISU sur l éducaion. Les principes de l UNESCO concernan l usage des TIC dans l éducaion peuven se résumer comme sui : i) c es dans les pays en développemen que les défis mondiaux de l éducaion son les plus grands, en pariculier les objecifs de l EPT. C es pourquoi une aenion pariculière a éé délibérémen accordée aux enjeux majeurs de ces pays lors de l élaboraion de la méodologie relaive à l usage des TIC dans l éducaion. Les pays développés son censés disposer des connaissances e des moyens umains e financiers requis pour documener leur propre poliique naissane d inégraion des TIC dans leur sysème d éducaion ou mener des recerces sur le suje ; ii) iii) iv) les ecnologies anciennes e nouvelles doiven êre uilisées de manière équilibrée. L enseignemen assisé par élédiffusion ou par radiodiffusion en direc ou par diffusion différée d enregisremens audio ou vidéo rese un moyen pédagogique valide e économique, au même ire que des ecniques plus ineracives elles que l enseignemen assisé par ordinaeur ou par Inerne ou encore l enseignemen à disance en ligne ; la réalisaion des objecifs inernaionaux d éducaion à l orizon 205 passe par des invesissemens massifs dans les éablissemens de formaion des enseignans (UNESCO - ISU, 2006 b), un défi majeur que des expers jugen impossible à relever si l enseignemen es dispensé de manière radiionnelle en face-à-face. Les programmes d éudes doiven êre consammen adapés exigean ainsi une formaion coninue pour les enseignans en pose, un domaine où les TIC pourraien jouer un rôle esseniel; la demande d enseignemen supérieur ne peu êre saisfaie ni dans les pays développés, ni dans les pays en développemen sans recours aux modes d enseignemen à disance ou d apprenissage viruel ; v) les besoins en maière de formaion professionnelle ne peuven êre comblés sans recourir aux classes e aux laboraoires viruels, ec. ; vi) les objecifs fixés en maière d éducaion ne peuven êre aeins sans porer aenion à la sexospécificié. Les indicaeurs proposés refléeron le besoin de mesurer les dispariés enre les sexes dans ous les cas qui s y prêen

15 . Analyse de la liéraure sur l usage des TIC dans l éducaion Depuis que les TIC on éé inroduies dans l éducaion, l une des quesions les plus débaues en erme de poliique à suivre celle de leur impac sur les résulas de l apprenissage. C es pourquoi la quasioalié des données sur l usage des TIC dans l éducaion es dérivée d évaluaions comparaives inernaionales sur écanillon, qui s appuien sur la façon don des élèves / éudians, des enseignans e des éablissemens d enseignemen décriven e analysen les moyens, les processus e les résulas de l éducaion. Ces évaluaions, don les premières remonen aux années 960, on privilégié les maières principales, elles que les maémaiques, les sciences e la lecure. Au fil du emps, elles on commencé à s inéresser à l usage des TIC dans l éducaion. La première de ces évaluaions es l enquêe Compuers in Educaion adminisrée à la fin des années 980 e au débu des années 990 sous l égide de l Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire (IEA) (Pelgrum e Plomp, 99). Parmi les différens ypes d évaluaions inernaionales qui exisen aujourd ui, on peu noer : i) les projes d organisaions inernaionales, par exemple ceux financés par la Commission européenne (Eurydice, 2004) e la Banque mondiale (Hepp e al., 2004), e les analyses secondaires d évaluaions réalisées par l Organisaion de coopéraion e de développemen économiques (OCDE, 2006) ; ii) iii) iv) les éudes de cas concernan des éablissemens sélecionnés dans différens pays, par exemple le module 2 de l enquêe SITES, à propos de praiques pédagogiques novarices impliquan le recours aux TIC (Kozma, 200) ; les évaluaions inernaionales (PISA, IEA-TIMSS e IEA-PIRLS par exemple) adminisrées auprès d écanillons représenaifs d éablissemens d enseignemen, d enseignans e / ou d apprenans en vue de recueillir des données pour produire des indicaeurs comparables concernan les processus e les résulas de l éducaion ; les évaluaions régionales, elles que celle du Consorium de l Afrique ausrale e orienale pour le piloage de la qualié de l éducaion (SACMEQ, s.d.) e l évaluaion des compéences en anglais des élèves de ui pays européens (Bonne, 2004). On esimai qu avec l inroducion de l informaique dans l éducaion, les TIC amélioreraien la producivié de l apprenissage. Or, les conclusions des premières éudes concernan l impac des TIC sur les résulas de l apprenissage ne son pas vraimen concordanes. Ceraines méa-analyses récenes (Kulik, 200 ; Cox e Abbo, 2004) révèlen ouefois des endances plus posiives. Selon la conclusion générale de ces aueurs, des usages spécifiques des TIC on des effes posiifs angibles sur les résulas des élèves. Les effes les plus imporans son ceux observés à l usage des TIC en maémaiques, en sciences e en anglais. Les effes ne son pas nécessairemen négaifs dans les aures maières, mais il n es pas possible d en déerminer l ampleur faue d un nombre suffisan d éudes dans ces maières. Les aueurs insisen sur la noion d usages spécifiques des TIC e soulignen que les ypes d usage doiven êre en adéquaion avec l approce pédagogique (paradigme) des enseignans. Ils ajouen que les effes les plus imporans s observen cez les enseignans qui on inscri un usage spécifique des TIC dans leurs cours pendan une période prolongée

16 La complexié inérene à l élaboraion d insrumens probans d évaluaion pour produire des indicaeurs sur les TIC dans l éducaion ien non seulemen à la complexié du domaine en quesion, mais égalemen aux méodes acuelles des évaluaions comparaives inernaionales. Il s avère difficile d isoler les effes des TIC des effes des aures faceurs en l absence d indicaeurs probans sur la maîrise de l informaique e sur les compéences requises pour évoluer comme il se doi dans la sociéé de l informaion. Des poliiques son mises en œuvre de par le monde dans le bu d encourager l usage des TIC dans l éducaion. Ces poliiques varien en ermes d envergure, de prioriés, de budge e de complexié. Dans les économies rices, les TIC son uilisées dans l éducaion depuis plus d une vingaine d années. Malgré cee longue expérience, il rese difficile pour les décideurs poliiques de se faire une idée précise de l impac des TIC sur l éducaion. Le fai que l inégraion des TIC dans l éducaion ai éé lene dans de nombreux pays n a donc rien de surprenan sacan que ses avanages ne peuven êre mesurés e éablis de manière irréfuable. Bien que les bienfais de l usage des TIC dans l éducaion ne puissen êre évalués avec précision, de nombreux pays coninuen d inégrer les TIC dans l éducaion parce qu ils esimen que les cioyens de demain doiven pouvoir évoluer comme il se doi dans une sociéé de l informaion en consane muaion. Aux vues des innombrables sources documenaires e saisiques, il semble ouefois raisonnable de déduire qu il fau encore réunir de nombreuses données saisiques afin d évaluer les avanages réels de l usage des TIC dans l éducaion. Le programme InfoDev (2005) en arrive à la même conclusion : on manque de méodologies e d indicaeurs normalisés largemen approuvés pour évaluer l impac des TIC dans l éducaion. Dans les évaluaions radiionnelles axées sur les programmes d éudes, l unié de la collece de données e des analyses es l élève / éudian pour les indicaeurs «primaires», les indicaeurs «secondaires» éan calculés sur la base de données sur l environnemen scolaire e les processus d enseignemen e d apprenissage recueillies au niveau des éablissemens d enseignemen e des enseignans. L IEA a mené des éudes comparaives inernaionales pour évaluer les compéences des élèves en maémaiques, en sciences e en lecure (elles que l enquêe PIRLS de 200, ec.). La méodologie d évaluaion appliquée lors de ces enquêes comprend les éapes suivanes : i) documener e conduire des recerces sur les objecifs des pays en analysan les programmes d éudes; ii) iii) iv) idenifier le conenu des programmes d éudes prévus pour ous les pays paricipans (avec une fore probabilié que le résula de ce exercice reflèe esseniellemen le poin de vue des expers sur les compéences que les apprenans son censés acquérir) ; concepualiser les domaines d évaluaion e se baser sur les conceps convenus pour élaborer e opéraionnaliser les indicaeurs dans ces domaines ; adminisrer des épreuves normalisées à des écanillons naionaux d une populaion cible bien définie (par exemple, «ous les élèves de uiième année dans l enseignemen obligaoire» ou comme dans l enquêe PISA «ous les élèves âgés de 5 ans») ; v) générer des esimaions comparables enre les pays à parir de ces épreuves, à ire d indicaeurs primaires ; - 6 -

17 vi) formuler des jugemens de valeur pour idenifier les poins faibles e les poins fors des élèves / éudians des pays paricipans dans les domaines d évaluaion ; vii) fournir une première réponse globale aux quesions iniiales des décideurs poliiques quan à la performance du sysème d éducaion de leur pays ; viii) réaliser des analyses secondaires sur la base de variables explicaives pour mieux cerner les faceurs auxquels impuer les poins faibles observés. Cee dernière éape, die de «diagnosic», es difficile : les évaluaions son conçues sous la forme d opéraions poncuelles desinées à évaluer à la fois les indicaeurs primaires e secondaires, alors que les quesions auxquelles s adressen les analyses secondaires son difficiles à idenifier au préalable. De plus, le nombre poeniel d indicaeurs perinens doi souven êre rédui à cause de diverses conraines, par exemple le emps compé pour adminisrer les épreuves e les quesionnaires ou les coûs occasionnés par l élaboraion de nouveaux indicaeurs e leur expérimenaion piloe. Le degré de sopisicaion des insrumens requis pour une évaluaion sur écanillon indui un cerain nombre de défis, noammen la rigueur de l approce méodologique, qui peu êre biaisée par les percepions des expers, les coûs (emps e ressources) e les conraines culurelles e linguisiques. L une des premières enquêes sur écanillon qui aien éé menées pour évaluer l usage des TIC dans l éducaion es l éude SITES (Second Informaion Tecnology in Educaion Sudies). Lancée en 997, l éude SITES es un programme de recerce axé sur une évaluaion comparaive de l usage des TIC dans de nombreux pays. Des éudes de cas ciblan des praiques pédagogiques novarices on égalemen éé réalisées. Le module SITES 2006 es le roisième proje de la série. Les pays ayan paricipé aux diverses pases de l éude SITES son les suivans : SITES M (999) : l Afrique du Sud, la Belgique (Communaué française), la Bulgarie, le Canada, la Cine (Taïpei), Cypre, le Danemark, la Fédéraion de Russie, la Finlande, la France, Hong Kong RAS, la Hongrie, l Islande, Israël, l Ialie, le Japon, la Leonie, la Liuanie, le Luxembourg, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la République cèque, Singapour, la Slovaquie, la Slovénie e la Taïlande ; SITES M2 (200) : l Afrique du Sud, l Allemagne, l Angleerre, l Ausralie, le Canada, la Cine (Taïpei) le Cili, la Corée, le Danemark, l Espagne (Caalogne), les Éas-Unis, la Fédéraion de Russie, la Finlande, Hong Kong RAS, Israël, l Ialie, le Japon, la Leonie, la Liuanie, la Norvège, les Pays-Bas, les Pilippines, le Porugal, la République cèque, Singapour, la Slovaquie e la Taïlande; SITES M (2006) : l Afrique du Sud, l Ausralie, le Canada (Albera e Onario), le Cili, la Cine (Taïpei), le Danemark, l Espagne (Caalogne), l Esonie, la Fédéraion de Russie (Moscou), la Finlande, la France, Hong Kong RAS, Israël, l Ialie, le Japon, la Liuanie, la Norvège, Singapour, la Slovaquie, la Slovénie e la Taïlande

18 À ire d illusraion, les conceps relaifs aux TIC inclus dans les quesionnaires adminisrés aux éablissemens d enseignemen dans le cadre de l enquêe SITES 2006 son présenés dans le ableau 2. Tableau 2. Conceps relaifs aux TIC dans les quesionnaires adminisrés aux éablissemens d enseignemen lors de l éude SITES 2006 Conceps Infrasrucure Concepion Développemen du personnel Services d appui TIC Descripion Maériel informaique disponible (ypes d ordinaeurs, réseau local, connecions à l Inerne, ableaux élecroniques, ec.) ; Logiciels disponibles (logiciels généralises e spécifiques aux maières, sysèmes de gesion de l apprenissage, ouils d évaluaion, ec.) ; Besoins e problèmes en maière d infrasrucure. Concepion de l inégraion des TIC dans la pédagogie par la direcion de l éablissemen dans les rois dimensions suivanes : enseignemen radiionnel, l apprenissage ou au long de la vie e la connexié. Mesures encouragean ou obligean les enseignans d acquérir des connaissances e des compéences concernan les praiques pédagogiques e l uilisaion des TIC ; Méodes d acquisiion, pour les enseignans, des connaissances e des compéences concernan l uilisaion des TIC à l appui de l enseignemen e de l apprenissage ; Offre de cours en maière de TIC (sur sie e / ou à l exérieur). Personnel impliquées dans les services d appui en maière de TIC e les dépenses en ermes de emps ; Disponibilié d un souien pédagogique pour les enseignans en maière d uilisaion des TIC ; Disponibilié d un souien ecnique pour les enseignans en maière d uilisaion des TIC. Les évaluaions comparaives inernaionales qui on ené de suivre les évoluions dans le domaine des TIC se réparissen en deux caégories : v) les évaluaions poran précisémen sur les TIC (soi celles don les indicaeurs primaires son relaifs aux TIC) ; vi) les évaluaions don les indicaeurs relaifs aux TIC son secondaires. Le ableau propose la synèse d une série d évaluaions inernaionales par indicaeur ou en précisan l organisaion qui les a menées, le ou les niveaux de la CITE concernés (UNESCO - ISU, 2006 a) e les conceps reenus en maière d usage des TIC dans l éducaion. À ce jour, les évaluaions comparaives inernaionales des élèves / éudians demeuren les principales sources d informaion en ce qui concerne les quesions de poliiques relaives à l usage des TIC dans l éducaion. Elles son essenielles pour idenifier des variables permean de suivre l évoluion des défis e des endances en maière d inégraion des TIC au service de l accomplissemen des objecifs de l éducaion dans le monde

19 Tableau. Conceps reenus dans une série d évaluaions inernaionales au suje de l uilisaion des TIC dans l éducaion Indicaeurs primaires Indicaeurs secondaires Éude Second Informaion Tecnology in Educaion Sudy (SITES-M, ; SITES-M ; SITES- M 2006) Programme inernaional pour le suivi des acquis des élèves (PISA 200) Progress in Inernaional Reading Lieracy Sudy (PIRLS 200) Trends in Inernaional Maemaics and Science Sudy (TIMSS 200) Organisaion Universié de Twene (Pays-Bas), Universié de Hong Kong e Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire (IEA) OCDE Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire (IEA) Associaion inernaionale pour l évaluaion du rendemen scolaire (IEA) Niveau(x) de la CITE Niveaux 2 e de la CITE Niveau de la CITE Niveau de la CITE Niveaux e 2 de la CITE Conceps reenus au suje de l uilisaion des TIC dans l éducaion Accès aux infrasrucures Usage des TIC Formaion des enseignans Services d appui TIC X X X X X X X X X X X X Ce documen s inspire de nombreux conceps e èmes sous-jacens dérivés d évaluaions des élèves / éudians e d exercices de suivi de l usage des TIC dans l éducaion, mais il ne prévoi pas d élaborer des indicaeurs dans les domaines suivans : l évaluaion direce des impacs de l uilisaion des TIC sur les résulas des élèves / éudians (voir l encadré 2) ; l évaluaion direce des objecifs des programmes d éudes suscepibles d êre en rappor avec l uilisaion des TIC au sein même des pays ; l analyse d objecifs poliiques spécifiques d un pays ou d un groupe de pays donné qui ne recoupen pas pleinemen les grands défis mondiaux du développemen ou de l éducaion ; les méodes d évaluaion par sondage ou sur écanillon concernan l uilisaion des TIC par les enseignans ou les apprenans à l inérieur ou à l exérieur des éablissemens d enseignemen. Les uniés de données relaives aux TIC recommandés dans ce guide on éé définies de façon à êre coérenes avec les définiions uilisées dans les méodologies des quesionnaires exisans de l ISU concernan l éducaion

20 Encadré 2. Mesurer l impac des TIC dans l éducaion : perspecives e limiaions Évaluer l impac direc des TIC à l aune des objecifs de l éducaion es un exercice qui n es pas sans difficulé. Ainsi, pour mesurer avec précision le rendemen différeniel de l invesissemen dans les TIC sur les résulas de l apprenissage, les analyses doiven se baser sur une relaion causale qui isole une variable unique, par exemple l uilisaion de l ordinaeur, parmi une muliude d aures faceurs suscepibles d influer sur la performance des élèves. Supposons que cee relaion causale soi exprimée sous la forme d un modèle linéaire de base : Où scorei score i α β compuse + i ε i = + = Indicaeur de performance de l élève i (p. ex., les résulas d un examen) α = Consane compuse = Indicaeur d uilisaion de l ordinaeur par l élève i (p. ex., la fréquence d uilisaion) i β = Coefficien esimé (i.e. la conribuion marginale de l uilisaion de l ordinaeur à la performance de l élève) ε i = Écar ou erreur par rappor à l observaion i À parir de ce modèle, e sacan que les données proviennen d une épreuve adminisrée à un écanillon d élèves, supposons que l uilisaion de l ordinaeur a un effe posiif e saisiquemen significaif sur la performance des élèves. Touefois, la valeur de l écar (ε) peu amener les analyses à irer une conclusion poeniellemen biaisée, à cause de deux composanes srucurelles : i) la marge d erreur des résulas de l épreuve e ii) la marge d erreur résulan de l exclusion d aures variables explicaives inobservées ou difficiles à mesurer de ce modèle. Il exise des ecniques saisiques pour minimiser l analyse e l inerpréaion erronées de coefficiens pour cause de variables omises, ceres, mais le problème de l observaion direce des caracérisiques spécifiques des capaciés personnelles des élèves demeure, ce que les expers appellen les «capaciés inobservées». La méodologie de bon nombre des évaluaions inernaionales adminisrées à des écanillons d éablissemens d enseignemen e d élèves / éudians es ouefois affinée en permanence pour compenser ces déficiences. En dépi de leurs limiaions, les évaluaions sur écanillon son rès précieuses pour mesurer les compéences e les impacs, en pariculier les enquêes longiudinales sur l usage des TIC e l acquisiion de compéences en TIC qui, alliées à des variables conexuelles, fournissen aux analyses une base plus rice pour évaluer les poliiques de manière rigoureuse e fiable. Dans la perspecive du suivi régulier des progrès sur la voie de la réalisaion des objecifs inernaionaux, l inconvénien des évaluaions sur écanillon réside dans le fai qu elles se limien à quelques pays, en raison de leurs coûs e d aures considéraions opéraionnelles. Les quelques enquêes inernaionales exisanes enden dès lors à s en enir à des écanillons d élèves rès limiés e à une populaion cible correspondan à un âge ou une année d éudes unique (par exemple, les enquêes PISA, PIRLS, TIMSS, SITES, ec.). L ISU, don le manda es mondial, ne peu faire face ni aux coûs, ni aux implicaions logisiques d enquêes de ce ype dans plus de 200 pays, même s il peu conribuer à définir des normes e à élaborer des méodologies à ce effe. Mesurer l impac des TIC sur la performance des élèves / éudians sur la base de données adminisraives dans une perspecive de comparaison inernaionale n es ni plus simple, ni plus proban que sur la base d écanillons. Touefois, des recerces récenes, qui on uilisé des caracérisiques déaillées au niveau des éablissemens d enseignemen provenan de recensemens scolaires combinées avec la performance moyenne des élèves par éablissemen déduie d épreuves normalisées à l écelle naionale, enden à abouir, en ce qui concerne les faceurs qui influen sur la performance des élèves, à des conclusions similaires à celles irées des évaluaions adminisrées à des écanillons d élèves dans les mêmes pays, la même année. D aures limiaions méodologiques concernan la mesure de l impac des TIC sur la base de données adminisraives ne son naurellemen pas à exclure. Cependan, l approce du recensemen a l avanage de se baser sur une praique exisane e abordable dans ous les pays. C es pourquoi l ISU doi explorer d aures pises viables avec ses correspondans abiuels dans les uniés de saisique des minisères de l Éducaion quan aux modaliés opéraionnelles à reenir pour générer des iems à parir de leurs bases de données scolaires exisanes. Cela aidera l ISU à énoncer des ypoèses sur l impac poeniel des TIC dans l éducaion en uilisan des ensembles de données disponibles e comparables enre les pays

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION DE LA zzz FOAD Francis SEMPORE 2iE francis.sempore@2ie-edu.org Thème n 3 Posiionnemen de 2iE (2011) Porail FOAD AUF (2007-2011) AUF : 774 Eablissemens

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Pour une pédagogie interactive Proposition d un modèle

Pour une pédagogie interactive Proposition d un modèle Pour une pédagogie ineracive Proposiion d un modèle zzz Jean Louis MONINO / Abdoulaye BARRY / Ihiya AWI-ALHER 2iE / OUAGADOUGOU Laboraoire TRIS Universié de Monpellier Thème n 4 01. MOTIVATION ET CONCEPTS

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT D UN AÉRODROME

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT D UN AÉRODROME Environnemen e aéropors LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT D UN AÉRODROME NOTE D'INFORMATION N 2 Le brui es, pour les riverains d aérodromes, la nuisance la plus imporane e la plus immédiaemen percepible. Réduire

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique de l evoluion professionnelle Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec Pee Sone pee.sone@jusdifferen.eu hp://www.jusdifferen.eu/ SOMMAIRE Inroducion...p.

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

décembre 2008 L éconconception: quels retours économiques pour l entreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisation de état de l art

décembre 2008 L éconconception: quels retours économiques pour l entreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisation de état de l art décembre 2008 L écoconcepion : L éconconcepion: quels reours économiques pour l enreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisaion de éa de l ar La présene publicaion es réalisée par : Insiu de

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

A cette fin, U faut faire appel à plusieurs intervenants. Tu en parles dans ton document mais, à mon

A cette fin, U faut faire appel à plusieurs intervenants. Tu en parles dans ton document mais, à mon NOTE DE SERVICE À: Marc-Yvan COé De: Pierre Lacroix Dae: Le 2 décembre 1994 Obje: Srucure de des af'faires Marc:-Yvan, J'ai pris colliuùssancedu documen que u m'as remis lundi soir dernier (28 novembre).

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2 Insiu Universiaire de Technologie de Nanes - Déparemen G.E.I.I. Module Complémenaire Sysèmes muliâches, sysèmes emps réel MC II2 Yvon TRINQUET Y. Trinque Module Complémenaire «Inroducion aux Sysèmes Temps

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Blnvifie inspirane POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Mars 2013 POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Sommre OBJECTIF DE LA POLITIQUE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

La corruption compromet elle la réalisation de l éducation pour tous? : les canaux de transmission

La corruption compromet elle la réalisation de l éducation pour tous? : les canaux de transmission La corrupion comprome elle la réalisaion de l éducaion pour ous? : les canaux de ransmission Lamia MOKADDEM 1 (2010) Résumé: Nous analysons dans ce aricle les effes direcs e indirecs de la corrupion sur

Plus en détail

décembre 2008 L écoconception : quels retours économiques pour l entreprise? Une collaboration France Québec étude

décembre 2008 L écoconception : quels retours économiques pour l entreprise? Une collaboration France Québec étude décembre 2008 L écoconcepion : quels reours économiques pour l enreprise? Une collaboraion France Québec éude La présene publicaion es réalisée conjoinemen par : Pôle d écoconcepion e managemen de cycle

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Les 8 compéences clés du Manager efficace (Ref : 3456) Gérer la complexié, manager l acion e sa gesion du emps Accompagnemen à disance : es e coaching SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Tesez

Plus en détail

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique du recruemen Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec SOMMAIRE Inroducion p. 4 I. Rappel du cadre juridique p. 5 1.1 Définiions... p. 5 1.2 Règles

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Rédiger e sécuriser la publicié de vos marchés publics (Ref : 3280) Appréhendez les informaions devan figurer dans les avis de publicié e sécurisez ainsi la procédure de passaion de vos marchés

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 Évaluaion des usages des TIC dans l enseignemen supérieur au Niger : cas des éudians des FaST de l'uam de Niamey e de l'uddk de Maradi Thème n 1 Ousmane MOUSSA TESSA & Abdel-Kader Kadir GALY Universié

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Organisation du travail et santé des seniors en Europe

Organisation du travail et santé des seniors en Europe Documen ravail Working paper Organisaion du ravail e sané s seniors en Europe Thierry Debrand (IRDES), Pascale Lengagne (IRDES) DT n 3 Février 2007 Insiu recherche e documenaion en économie la sané IRDES

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail