Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres"

Transcription

1 Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212

2 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen de l usgeres L économie sociale e solidaire représene 1% de l emploi français, 2,3 millions d emplois sables, soi un salarié sur sep. 66% d emplois féminins avec de fores variaions selon les aciviés. 25% des acifs à la reraie d ici emplois son à créer d ici 215 dans le seceur de la dépendance des personnes âgées e handicapées. Un nombre d emplois dans l économie sociale qui a progressé de 1% depuis 2. Dans la crise économique, le seceur non marchand s en es sori mieux que d aures e l emploi privé coninue de progresser dans ce seceur. Une éude menée par l ACOSS en mars 211 monre qu en 29, le seceur associaif a coninué à créer des emplois (+1,8%) malgré la crise économique e la diminuion du nombre de conras aidés. En comparaison, l ensemble du seceur privé à bu lucraif enregisrai une baisse de 2,3% des effecifs salariés. Cee endance s es inversée en avec la pere de 22 emplois. 212 marquan une sabilisaion hormis dans l aide à domicile e le seceur cuurel. 68 emplois son à pourvoir d ici 22 dans le seceur de l économie sociale e solidaire en raison des dépars en reraie. Les jeunes son concernés en priorié. Les employeurs associaifs que fédère l Usgeres son direcemen concernés par les emplois d avenir que souhaie mere en place le gouvernemen. En effe, l Usgeres représene 75% des employeurs fédérés de l économie sociale e solidaire don 85% dans le seceur associaif. Les conras aidés (CUI-CAE noammen), on permis de créer ou mainenir des emplois dans le seceur associaif (environ 4 sur l exercice 211) mais avec des phénomènes de précarié accrus ces dernières années en raison du paramérage de ces conras (durée rop coure, accompagnemen insuffisan, logique qualiaive vs logique quaniaive). En 211, 2 5 conras de professionnalisaion on éé signés dans le champ de l Usgeres. Le recours au conra de professionnalisaion pour les personnes de moins de 26 ans représene 75% des conras conclus. 7% de ces conras se ransformen en CDI dans le seceur de l économie sociale. L Usgeres mène de nombreuses acions visan à valoriser le poeniel d emplois qu offre l économie sociale, auprès des jeunes, noammen, ainsi que des acions concouran à l aracivié du seceur. Parmi ces acions : L Usgeres a éé la première organisaion paronale à signer un proocole d accord avec Pôle Emploi, fin 29 qui a donné lieu à la rédacion d un guide des méiers de l économie sociale e à la concepion d un porail de l emploi dans l économie sociale qui sera lancé à l auomne 212. L Usgeres a signé un accord en mai 211 avec la CFDT e la CFTC sur le hème de l égalié e la prévenion des discriminaions dans l économie sociale. Plusieurs disposiions conribuen à améliorer la siuaion des jeunes vers e dans l emploi L Usgeres a signé en février 212 une Déclaraion pariaire sur l inserion e l emploi des jeunes avec la CFDT, la CFTC e la CFE-CGC, prélude à l ouverure d une négociaion sur l emploi des jeunes dans l économie sociale e solidaire à l auomne

3 les proposiions de l usgeres En maière d emploi, l Usgeres préconise de cibler en priorié les demandeurs d emplois de longue durée renconran des difficulés à rouver un emploi dans leur méier d origine en les orienan vers des emplois poreurs e non pourvus. Le placemen e la formaion des demandeurs d emploi par Pôle Emploi doiven êre envisagés dans une logique prospecive, en anicipaion des besoins émergeans sur cerains seceurs d acivié à l horizon de 5-1 ans, e non plus seulemen en réacion à des besoins non pourvus. L Usgeres esime égalemen que pour développer l emploi, il fau baisser le coû du ravail par un ransfer d une parie des coisaions sociales vers d aures revenus que ceux du ravail (cf proposiion sur la proecion sociale). La créaion d une banque publique d invesissemen dans laquelle seraien fléchés des moyens direcemen liés au souien à l invesissemen, le développemen des aciviés économiques e à l innovaion noammen dans l économie sociale e solidaire va dans le bons sens pour développer un emploi de qualié. Sur les emplois d avenir L Usgeres accueille avec inérê ou disposiif de souien à l emploi des jeunes, en favorisan noammen leur inserion dans des seceurs d acivié dis d avenir. Pour l Usgeres, les emplois d avenir doiven avan ou pouvoir êre mis en œuvre dans des srucures associaives ou don l obje correspond à des crières d uilié sociale objecivés. C es dans le seceur associaif que les perspecives de croissance de l emploi e les besoins en maière de renouvellemen des effecifs seron pariculièremen imporans dans les prochaines années. On esime qu avec plus de 68 salariés de 5 ans e plus, c es plus d un salarié sur quare de l ESS qui devrai prendre sa reraie d ici 22. Les méiers de l environnemen, de l éducaion, de la formaion professionnelle, de la sané, de l acion sociale, culurelle e sporive, des loisirs e du ourisme, e de l aide à domicile son rès présens dans le seceur associaif. Pour l Usgeres, la définiion du conour des emplois d avenir doi êre une occasion de rénover la poliique des conras aidés, qui, aujourd hui, n apparaî pas adapée au seceur associaif. L Usgeres prône davanage de conceraion en la maière. Elle suggère une programmaion pluriannuelle e l insauraion d une aide dégressive. Pour assurer la réussie du disposiif, il paraî absolumen nécessaire que le fléchage des publics bénéficiaires des fuurs emplois d avenir s opère en enan compe des besoins e des conraines des employeurs associaifs. E ce, pour répondre au double objecif d une inserion durable des publics cibles dans l emploi e d une pérennisaion de l acivié des srucures associaives. L Usgeres plaide pour que les emplois d avenir reprennen en grande parie le cadre éabli pour les conras «jeunes» qu elle promeu. Ils devraien répondre aux crières suivans : Desinés aux jeunes âgés de moins 3 ans, la cible des moins de 26 ans éan prioriaire. Conclus sous la forme d un CDD (3 ans minimum) ou CDI, à emps plein ou d une durée minimale de 3 heures hebdomadaires. Un fléchage sur des poses e aciviés pour lesquels des besoins de recruemen imporans s exprimen - besoins définis localemen. Un niveau de qualificaion du bénéficiaire adapé aux prérequis du pose à occuper. Ouvran droi, pour l employeur, à une mesure de souien financier imporane de la par de l Éa, sous la forme d une aide dégressive, lui permean d aniciper la monée en charge progressive des coûs liés à cee embauche, dans un objecif de pérennisaion de l acivié e de l emploi. La prise en charge par l Éa devrai recouvrir : une quoe-par de la rémunéraion (calculée sur la base du SMIC) ; l exonéraion des coisaions paronales au ire des assurances sociales, des accidens du ravail e des allocaions familiales pendan la durée de la convenion e dans une ceraine limie - à définir - ainsi que des axes ; une aide forfaiaire pour la mise en place du uora. Une simplificaion des démarches adminisraives liées à l embauche d un iulaire d un emploi d avenir. Un accompagnemen de l employeur sur les aspecs ressources humaines (accompagnemen au recruemen e au suivi du jeune embauché, par les Missions locales e Pôle Emploi, en pariculier), e dans la définiion du modèle économique de son acivié. Un accompagnemen renforcé du iulaire du conra : uora obligaoire e acions de

4 formaion nécessaires à l accomplissemen de son proje professionnel. Une aesaion, remise en fin de conra, permerai de reracer les compéences, savoir-êre e savoir-faire acquis au cours du conra. Ces acquis pourraien ainsi êre valorisés sur le passepor orienaion e formaion du iulaire du conra. Des enveloppes OPCA, obenues sur appels à proje du FPSPP 1, permean de financer spécifiquemen les acions d accompagnemen e de formaion mises en œuvre dans le cadre de l emploi d avenir. Un piloage naional coordonnan des commissions errioriales muliparies chargées d idenifier les besoins localemen e de flécher les publics correspondans sur les emplois d avenir. Une évaluaion permean d ajuser régulièremen le disposiif aux besoins. Enfin, pour l Usgeres, le développemen de l emploi dans le seceur associaif es condiionné à la mise en place d une poliique ambiieuse de souien à l acivié, sur une base pluriannuelle e concerée. Sur les conras de généraion Ne pas opposer emploi des jeunes e emploi des seniors procède d une démarche favorable à la cohésion naionale, ce que l Usgeres salue. L économie sociale concenre une par de salariés de plus de 5 ans supérieure à celle du privé hors économie sociale e solidaire. De ce fai, l économie sociale es pariculièremen concernée par les quesions de mainien des seniors dans l emploi e d anicipaion des dépars à la reraie. L Usgeres souligne ou pariculièremen l inérê que présene un disposiif de prise en charge conçu sur plusieurs années, qui es de naure à donner de la visibilié aux srucures e à développer la responsabilié des employeurs dans une logique de pérennisaion de l emploi e de l acivié 2. Pour mere en place les condiions de réussie les plus favorables, l Usgeres souhaie airer l aenion sur plusieurs poins : Le caracère sysémaique d un appariemen jeune/senior ne sera pas forcémen opéran dans les peies e rès peies enreprises. Il conviendra de faire en sore que la mise en place du uora se fasse selon des modaliés relaivemen souples. Ainsi, il paraî souhaiable d encourager un appel à volonaria pour ce qui es de la mission de uora. L objecif éan qu un senior qui ne souhaierai pas devenir ueur n y soi pas conrain. Le ueur du jeune embauché pourrai alors êre un aure salarié, volonaire. Les moyens à mere en œuvre pour favoriser e encourager l exercice du uora devron êre éudiés : devenir ueur ne s improvise pas ; aussi, une formaion pourrai êre envisagée. Il conviendra aussi de s inerroger sur le emps à dégager pour permere l exercice du uora e sur sa valorisaion (en ermes de parcours professionnel, de compensaion financière, ec ). Cela ne sera pas sans impac sur l organisaion du ravail e les charges incomban aux employeurs. Aussi, l Usgeres propose que le conra de généraion inègre une compensaion financière dédiée à la mise en place de condiions d exercice du uora saisfaisanes. Il conviendra d apporer des soluions aux problémaiques relaives aux effes de palier relaifs à l âge, aux condiions de succession de différens conras de généraion ou encore aux effes de leur rupure (démission ou dépar en reraie du senior) sur le mainien de l exonéraion de charges sur l emploi du salarié jeune. Pour l Usgeres, il impore de ne pas faire peser d inceriude sur la durée des exonéraions ouveres par l embauche en conra de généraion. Pour s assurer d une dynamisaion opimale du conra de généraion, l Usgeres esime qu il impore de concenrer l effor d exonéraion de coisaions sociales sur l emploi du salarié jeune, principalemen. Il conviendra enfin de limier les effes d aubaine. Ceraines srucures embauchan des jeunes bénéficieron du disposiif e donc de l exonéraion oale de coisaions chômage pour le mainien d un senior de plus de 55 ans alors même que ce salarié n aurai pas forcémen eu vocaion à quier les effecifs. Pour l Usgeres, les conras de généraion son poeniellemen plus adapés aux PME, voire aux grandes enreprises, qu aux rès peies srucures. S ils peuven consiuer un levier pour favoriser à la fois l emploi des jeunes e celui des seniors, les conras de généraion ne doiven pas êre 1 Fonds pariaire de sécurisaion des parcours professionnels (FPSPP) 2 Pour les aceurs associaifs, don l aide à domicile, le développemen de l emploi es condiionné à la mise en place de poliiques de souien pérenne à l acivié des srucures.

5 le seul disposiif en la maière e doiven êre compléés par une panoplie d ouils (noammen en maière uorale) mais aussi d allègemens du coû du ravail adapés à différens cas de figure. L Usgeres souhaie que le paramérage de ces conras fasse l obje d une large conceraion, noammen avec les représenans employeurs de l économie sociale, e ce, pour assurer leur adéquaion avec les besoins des employeurs. Les accords de sauvegarde de l acivié e de l emploi L Usgeres esime qu il exise déjà des disposiions juridiques permean de définir des modes d organisaion du ravail dérogaoires à la loi au sein des enreprises. Ainsi, la loi du 21 aoû 27 en faveur du ravail, de l emploi e du pouvoir d acha, die «loi TEPA», a permis la défiscalisaion des heures supplémenaires e donc une flexibilié accrue concernan le emps de ravail pour les enreprises. La loi du 2 aoû 28 poran noammen réforme du emps de ravail perme quan à elle un aménagemen du emps de ravail propre aux besoins de chaque enreprise par des accords dérogaoires aux accords de branche. Ces accords prévoien, pour la plupar, une annualisaion du emps de ravail e par conséquen des marges de manœuvre pour organiser le emps de ravail en foncion des flucuaions de l acivié économique. En parallèle, il fau aussi rappeler que les employeurs peuven recourir à la mise en chômage pariel de ou ou parie des effecifs pour faire face à des problèmes conjoncurels, ou en préservan l emploi. Cee soluion appore une souplesse inéressane, même si elle n es pas réellemen adapée à la naure des aciviés du seceur de l économie sociale. L Usgeres considère que ces accords de sauvegarde de l acivié e de l emploi peuven consiuer pour les employeurs un ouil supplémenaire permean une ceraine souplesse pour ce qui es de la gesion de l acivié. Touefois, l Usgeres considère que ces accords ne son pas pariculièremen adapés aux seceurs d acivié qu elle fédère, de par la naure des aciviés concernées, mais davanage aux PME, voire aux grandes enreprises du seceur indusriel noammen. Dans les enreprises de l économie sociale, qui son pour la plupar des TPE, la possibilié de pouvoir négocier avec un délégué syndical, un délégué du personnel ou encore un salarié mandaé ne va pas de soi. Les accords de sauvegarde de l acivié e de l emploi ne pourraien déroger aux salaires minima définis par les convenions de branche ou accords professionnels e inerprofessionnels. Au sein de l économie sociale, la poliique salariale es déjà foremen condiionnée par les disposiions des accords de branche. En conséquence, l inérê pour une enreprise de recourir à un el disposiif serai de faco limié. Enfin, l Usgeres esime qu il y a des inceriudes juridiques sur l ariculaion enre accord de sauvegarde de l acivié e de l emploi, d une par, e conras de ravail des salariés, d aure par, ainsi que sur les modes de rupure du conra de ravail Un manque de sécurisaion juridique serai de naure à enraîner l accroissemen des conenieux prud homaux. En conclusion, l Usgeres, sans se prononcer formellemen conre les accords de sauvegarde de l acivié e de l emploi, considère qu ils ne son pas adapés à la réalié d une majorié de srucures qu elle représene. 2 «développer les compéences e la formaion ou au long de la vie» le posiionnemen de l usgeres L Usgeres es à l origine e parie prenane majoriaire du collège employeurs de l OPCA Uniformaion qui pèse aujourd hui 39 millions d euros de collece de coisaions à la formaion professionnelle coninue. Les branches professionnelles de l économie sociale son paries prenanes d une renaine de CFA dans les domaines du saniaire e social, de l animaion e du spor. Les enreprises de l économie sociale coisen pour la formaion professionnelle de leurs salariés au seuil de 1,6% de la masse salariale quelle que soi la aille de l enreprise, ceraines branches allan jusqu à 2,5%.

6 L Usgeres a signé en janvier 211 avec la CFDT, la CFTC e la CFE-CGC un accord sur les parcours d évoluion professionnelle dans l économie sociale prévoyan noammen la ransférabilié du DIF enre les branches professionnelles de l économie sociale en cas de démission e de rupure convenionnelle, soi au-delà de ce que prévoi le code du ravail. L Usgeres a signé en avril 211 avec la CFDT un accord sur la formaion des dirigeans bénévoles dans l économie sociale qui prévoi que 3% des fonds du plan de formaion des branches professionnelles soien desinés à la formaion de ces aceurs. Un cycle de formaion à la foncion employeurs dans l économie sociale sera lancé en janvier 213 dans plusieurs errioires. À l appui des disposiions prévues par l accord Usgeres de janvier 211 e des disposiions prévues par l ANI de 28 sur la modernisaion du marché du ravail, l Usgeres considère qu il fau permere à chaque acif de bénéficier d un socle de drois ransférables e uilisables au cours de sa vie professionnelle. Dans ce cadre, les acions menées par l Usgeres en région, en lien avec les conseils régionaux, noammen, (CEP, ADEC, expérimenaions auour de la mobilié professionnelle des salariés en deuxième parie de carrière pour prévenir l usure professionnelle, expérimenaions sur la mobilié géographique) son de naure à alimener les réflexions sur la quesion des parcours. les proposiions de l usgeres L Usgeres considère qu il es nécessaire de promouvoir l orienaion e la préparaion à l inserion professionnelle dans les cursus scolaires e/ou universiaires, en lien avec le service public de l orienaion ou au long de la vie. Aussi, elle propose noammen d insaurer «le parrainage scolaire e professionnel» : proposer à chaque collégien(ne) e lycéen(ne) en fin de cycle d êre parrainé(e) par un(e) chef d enreprise dans le cadre de son proje d orienaion. Pour développer l alernance, l Usgeres propose noammen de créer un guiche alernance à Pôle Emploi afin de mieux répondre aux difficulés renconrées an par les jeunes que par les enreprises. En maière de formaion professionnelle coninue, l Usgeres propose égalemen d insaurer un compe «formaion ou au long de la vie» pour ou acif. Pour ce faire, l Usgeres propose d abonder un crédi formaion alimené proporionnellemen au nombre d années ravaillées e composé : des heures DIF ransférables d une enreprise à l aure en cas de rupure de conra ou de démission quel que soi le seceur dans les deux ans suivan l embauche e avec l accord du nouvel employeur. d un élargissemen des modaliés d accès du CIF afin d offrir aux acifs dépourvus d une qualificaion suffisane (niveaux III à V) la possibilié de la compléer par un parcours diplôman au cours de leur vie professionnelle. L Usgeres encourage à faire évoluer la loi dans le sens d une ransférabilié oale des drois au DIF en cas de démission ou de rupure convenionnelle, à l insar de ce que prévoi l accord sur les parcours d évoluion professionnelle dans l économie sociale du 15 janvier Les drois acquis au ire du DIF e n ayan pas éé uilisés, peuven êre mobilisés par le salarié, en accord avec son nouvel employeur, au cours des deux années suivan son embauche. La prise en charge financière es assurée par l OPCA du nouvel employeur. En complémen, les condiions d ancienneé pour préendre à un CIF pourraien êre abaissées. Acuellemen, pour accéder au CIF-CDI ou au CIF-CDD, la personne doi jusifier de 24 mois consécuifs ou non en qualié de salarié. L Usgeres propose d abaisser cee durée pour permere aux salariés un accès plus facile au CIF. (À noer ouefois que les condiions d ancienneé au sein de l enreprise reseraien inchangées). 3 En effe, la loi prévoi la porabilié du DIF en cas de licenciemen ou de démission, mais il s agi en réalié d une «liquidaion» des drois au DIF (aricles L à 21 du code du Travail). Le salarié ne peu ransférer ses drois en cas d embauche dans une nouvelle enreprise. Ainsi, dans le cas d un licenciemen non consécuif à une faue lourde, le salarié doi demander à bénéficier de son DIF pendan son préavis. En cas de démission, pour pourvoir bénéficier des heures acquises au ire du DIF, le salarié doi engager l acion de bilan de compéences, de VAE ou de formaion avan la fin du préavis. Dans le cas conraire, aucune indemnié compensarice n es due par l employeur.

7 L Usgeres juge souhaiable de favoriser le financemen d acions plus longues, dans le cadre du CIF, dans une logique de reconversion. L Usgeres souhaie égalemen encourager plus sysémaiquemen l accès à la cerificaion par le biais du CIF. Sur l accès à la formaion des demandeurs d emploi, l Usgeres propose de créer un conra d engagemen de reconversion professionnelle (CERP) vers des emplois poreurs e non pourvus. Il s agi de : Permere aux demandeurs d emploi de moyenne e longue durée renconran des difficulés à rouver un emploi dans leur méier d origine, e noammen les jeunes, d accéder à une formaion qualifiane vers un méier poreur ou non pourvu, via la Préparaion Opéraionnelle à l Emploi (POE). Accompagner cee période de ransiion professionnelle par un «revenu d évoluion» en lieu e place de l allocaion chômage, qui reconnaisse la recherche acive d emploi e les formaions y afférenes comme un ravail à emps comple. rendre moins rigide le sysème de muualisaion mis en place au sein des secions financières insaurées pour les conribuions au plan de formaion. Il s agi de permere le fléchage de ou ou parie de la sur-conribuion convenionnelle, sur des projes de branche. E ce, pour permere aux poliiques de branche en maière de formaion professionnelle de rouver leur pleine expression. En maière de gouvernance du sysème de formaion professionnelle, l Usgeres propose de permere aux représenans du hors champ de siéger dans les insiuions naionales de la formaion professionnelle e les ouils à leur service, noammen au sein : du Comié pariaire naional pour la formaion professionnelle (CPNFP) du Conseil naional de la formaion professionnelle ou au long de la vie (CNFPTLV) de la Commission naionale de la cerificaion professionnelle (CNCP) du Fonds pariaire de sécurisaion des parcours professionnels (FPSPP) : Conseil d adminisraion e commissions consiuives. Il s agi d axer la POE sur les méiers poreurs, c es-à-dire ceux pour lesquels es idenifié un accroissemen d acivié majeur dans les 5 à 1 ans. Il convien d agir sur le placemen e la formaion des demandeurs d emploi, dans une logique prospecive, en anicipaion des besoins émergeans sur cerains seceurs d acivié, e non plus seulemen en réacion à des besoins non pourvus. En lieu e place d une «allocaion», il s agi d accorder au demandeur d emploi qui s engage dans une formaion visan sa reconversion sur un méier poreur, un revenu d évoluion. Pour récompenser ce effor de reconversion, le monan du revenu d évoluion serai majoré par rappor à celui qui correspond à l allocaion que perçoi un demandeur d emploi ne s inscrivan pas dans cee démarche. Sur la gesion financière e l affecaion des fonds par les colleceurs, l Usgeres propose de : auoriser, pour les enreprises qui ne relèven pas d une branche professionnelle spécifique, la possibilié d adhérer à l OPCA correspondan à leur famille ou à leurs valeurs. En maière de erriorialisaion des poliiques de formaion, l Usgeres propose : de clarifier le piloage du sysème de la formaion professionnelle en région e de faire des conseils régionaux les vériables pivos en maière d orienaion e de formaion professionnelle, en lien avec les parenaires sociaux, les services déconcenrés de l Éa e le service public de l emploi, noammen. que les représenans du hors champ puissen inégrer sysémaiquemen les CCREFP e êre associés aux ravaux des COPIRE, pour améliorer la prise en compe des spécificiés e besoins des enreprises de l économie sociale en maière de formaion professionnelle e d emploi. que s engage un dialogue social erriorial de proje axé sur les mobiliés professionnelles e géographiques, au plus près des besoins d emplois (ariculé avec le dialogue social de branche).

8 3 «assurer des sysèmes de rémunéraion juses e efficaces» le posiionnemen de l usgeres Les employeurs de l économie sociale négocien chaque année, au sein des commissions pariaires de négociaion, les poliiques de rémunéraion dans les 14 branches professionnelles qu ils fédèren. d inéressemen en plus de son salaire. Alors que moins de 1% des PME de 5 salariés versen de la paricipaion, oues les Scop bénéficiaires le fon, quelle que soi leur aille. Les négociaions annuelles obligaoires dans les enreprises s appuien noammen sur ces élémens convenionnels. L inéressemen n exise pour ainsi dire pas dans les enreprises de l économie sociale à bu non lucraif, les profis éan réinvesis dans l obje social de la srucure. Les Scop, sociéés coopéraives e paricipaives se caracérisen par un sysème de rémunéraion original associan ous les salariés, associés ou non, à une répariion équiable des résulas de l enreprise. En moyenne, un salarié de Scop, ous méiers e oues ailles confondues, perçoi 2 5 par an sous forme de paricipaion e Inrodui par la loi du 19 février 21 sur «l épargne salariale, l agrémen d enreprise solidaire», redéfini par la loi de modernisaion de l économie du 4 aoû 28 perme de développer l économie solidaire en facilian l obenion d un agrémen permean de bénéficier de financemens spécifiques. Les enreprises créan un nouveau plan parenarial d épargne salariale volonaire (PPESV) doiven offrir à leurs salariés la possibilié d invesir dans des fonds communs de placemen enreprises solidaires. Ainsi, 1% de ces FCPES pourron êre affecés, si les salariés le souhaien, à des enreprises solidaires ou à des sociéés de capial risque ou de finance. les proposiions de l usgeres L Usgeres juge qu à l arbiraire des «coups de pouce», il apparaî préférable de réfléchir à un nouveau mode de revalorisaion du SMIC, objecivé par un cerain nombre de crières e refléan davanage la réalié économique. À ce ire, un disposiif d indexaion du SMIC sur le niveau de la croissance es une pise inéressane à explorer. Toue revalorisaion régulière du SMIC conduirai cependan les branches professionnelles, pour préserver la poliique salariale convenionnelle (salaires minima en général plus élevés que le niveau du SMIC), à répercuer cee revalorisaion sur les salaires minima. Il exiserai alors un risque de assemen de l ensemble des grilles de rémunéraion, qui serai préjudiciable à l aracivié du seceur e à la capacié de financemen par les enreprises. Plus largemen, les marges de manœuvre don disposen les employeurs de l économie sociale pour développer des poliiques de rémunéraion ambiieuses son rès faibles, e ce, a foriori dans la siuaion économique acuelle. En effe, l économie sociale es composée majoriairemen de TPE (87 % des srucures de l ESS compen moins de 2 salariés), e c es une par marginale d enre elles qui son en mesure d organiser une négociaion annuelle sur les salaires. La plupar des srucures s en iennen à appliquer la poliique définie par la branche en maière de minima sociaux. C es noammen le cas dans le seceur associaif qui es impacé à la fois par la concurrence du seceur marchand e les logiques d appels à projes qui ne permeen pas d inscrire le développemen de l acivié dans une logique pluriannuelle. Cee siuaion condui à une pression accrue sur les dépenses de foncionnemen des srucures, salaires compris 4. 4 La branche de l aide à domicile, sous agrémen, es par exemple soumise à des impéraifs difficilemen conciliables : l enveloppe aribuée par les pouvoirs publics ne perme pas de souenir une poliique de rémunéraion de naure à fidéliser les salariés e, dans le même emps, les pouvoirs publics encouragen à une professionnalisaion accrue du seceur. La branche ne dispose par conséquen pas des leviers nécessaires pour se placer en décisionnaire en maière de poliique salariale e de développemen de l emploi.

9 Pour les srucures de l économie sociale, noammen associaives, l Usgeres demande que, préalablemen à oue révision des sysèmes de rémunéraion, soi posée la quesion de la pérennié des srucures, de l acivié e de l emploi. La mise en place d une poliique ambiieuse de souien à l acivié, sur une base pluriannuelle e concerée, doi consiuer une priorié. Enfin, il es primordial, pour l Usgeres, que oue évoluion unilaérale des poliiques de rémunéraion s accompagne d une éude d impac sur la srucuraion des grilles de rémunéraion des convenions collecives de branche, associan parenaires sociaux e direcion générale du ravail. 4 «assurer l avenir des reraies e de nore proecion sociale» le posiionnemen de l usgeres La Muualié française a formulé des proposiions sur l évoluion e le financemen du sysème de sané à ravers les parcours de soins coordonnés. L Union Muualise Reraie (COREM) a égalemen formulé des proposiions sur le financemen pérenne du régime de reraie par répariion par l inermédiaire d un sysème par poins. à l auonomie pour les personnes âgées e handicapées (5 e risque). L Usgeres es parie prenane de la Muuelle Chorum, organisme de proecion sociale de l économie sociale au sein du groupe Malakoff Médéric, don le Présiden es membre du Bureau de l Usgeres. Les aceurs de l aide à domicile se son posiionnés sur la mise en œuvre d un droi les proposiions de l usgeres La proecion sociale (maladie, famille, reraie, invalidié, vieillesse, chômage...) es un des fondemens de la cohésion naionale. Elle perme d assurer à ous un socle de proecion conre les aléas de la vie mais aujourd hui, son financemen es en péril : le monan des déficis accumulés dans les compes de la CADES s élève à 136,6 Mds. Commen coninuer à faire vivre, financer e prospérer un modèle social né après la guerre, don le financemen es devenu d auan plus problémaique qu il repose exclusivemen sur les coisaions des enreprises e des salariés? Face à ces consas, l Usgeres juge indispensable d examiner une diversificaion des modes de financemen de la proecion sociale e noammen : Un accroissemen des ressources issues de la CSG, qui, parce qu elle repose sur les revenus d acivié, du parimoine e des produis de placemen, paraî êre plus juse que la seule assiee des revenus du ravail. Une réforme de la CSG insauran une progressivié des aux par ranches de revenus pourrai ainsi êre envisagée. L élargissemen de l assiee des coisaions sociales sur la par des profis qui ne son pas réinvesis après impôs conribuerai à la diversificaion e au renforcemen du caracère solidaire du financemen de la proecion sociale. La pise de l affecaion au financemen de la proecion sociale d une parie des produis liés à la fiscalié écologique. Pour les employeurs de l économie sociale, une réforme pérenne du sysème de reraie doi êre assurée, dans le cadre d un régime de base universel e unique, par des coisaions assises sur la oalié des revenus du ravail (salaires, primes, inéressemen, paricipaion, sock-opions, reraie chapeau) converies en poins 5, par l élargissemen de l assiee de l impô aux revenus du capial ainsi 5 Le nombre de poins acquis chaque année serai égal au monan des coisaions versées divisé par le prix d acha du poin de reraie.

10 qu aux reraies elles-mêmes (de manière limiée) e par un allongemen de la durée de coisaion pour ous, à moduler en foncion de la pénibilié du méier exercé. Enfin, l Usgeres esime que nore sysème de proecion sociale ne peu plus faire l impasse sur une réforme de la dépendance e de sa prise en charge. Les employeurs de l économie sociale plaiden pour la reconnaissance d un droi universel à l auonomie des personnes, quels que soien l âge ou le handicap. Son financemen doi êre assuré par la créaion d un cinquième risque de proecion sociale, assis sur une base de coisaion élargie à la oalié des revenus. Des opéraeurs privés pourraien inervenir dans le financemen des besoins resan à charge des personnes concernées, dans le cadre de parenarias publicsprivés respecan le principe de solidarié. 5 «réunir les condiions du redressemen producif» les proposiions de l usgeres (en lien avec la cgscop) Unies dans la mise en œuvre des valeurs exprimées dans leurs principes fondaeurs, les enreprises de l économie sociale opèren, souven depuis leur créaion, dans le champ des aciviés économiques marchandes e producives, à ravers noammen le Mouvemen Coopéraif e la Confédéraion générale des SCOP, les sociéés coopéraives e paricipaives. Membre de l Usgeres, la Confédéraion générale des Scop accompagne chaque année la reprise par leurs salariés en coopéraive de près de 5 enreprises de ous seceurs d acivié de la consrucion, de l indusrie e du commerce e assure ainsi la pérennié de plusieurs cenaines d emplois. En pariculier dans l indusrie, les Scop démonren qu il es possible de pérenniser les savoir-faire e les emplois, y compris dans des aciviés de sous-raiance soumises à de grands donneurs d ordre mondiaux La reprise d enreprise par les salariés sous forme coopéraive présene plusieurs avanages sur oue aure forme d enreprise : avec des salariés associés majoriaires, le cenre de décision rese ancré localemen avec un objecif lié à l emploi pluô qu à la rémunéraion d acionnaires exérieurs. Le mode de gesion coopéraive privilégie égalemen la consiuion d un parimoine collecif qui rese la propriéé de l enreprise e assoi sa solidié financière. Qu elle s opère par une enreprise concurrene, un fonds d invesissemen, par des salariés minoriaires ou même par voie familiale, la reprise d enreprise en gesion classique se caracérise par le risque de volailié du capial e donc des emplois. Sous réserve de viabilié économique du proje, la reprise en coopéraive évie cee volailié. La reprise d enreprise par les salariés en Scop es une voie d avenir pour bon nombre de PME. Mais qui suppose aussi une fore capacié d experise sur la viabilié économique de chaque dossier, une réflexion approfondie sur le financemen des opéraions e une sensibilisaion e acions de formaion volonarise pour encourager les salariés e leurs IRP à engager une dynamique collecive de reprise de leur acivié. La pérennisaion des emplois d un errioire suppose égalemen d encourager la reprise par les salariés en coopéraive dès la phase de ransmission lorsqu un dirigean es confroné à son dépar en reraie e à la recherche de repreneurs, e sans aendre que les enreprises se rerouven en siuaion de redressemen judiciaire, voire en liquidaion. C es une vériable poliique d accompagnemen des cioyens dans l enreprise que son les salariés qu il fau aujourd hui mere en œuvre. Les drois individuels des salariés en maière économique doiven êre reconnus e renforcés, lorsqu ils son animés d une vériable démarche enrepreneuriale, comme la reprise ou la créaion d enreprise. L assouplissemen des règles d accès à cerains disposiifs exisans, comme l Aide à la Reprise ou à la Créaion d Enreprise (ARCE), l accès au crédi par le prê à aux zéro (PTZ), la garanie par OSEO des engagemens des «salariés-risqueurs» (par analogie avec les «capiaux-risqueurs») son des mesures echniques don les effes sur le redressemen producif e le mainien des emplois seron immédiaemen sensibles. 1

11 Au-delà, les drois collecifs des salariés peuven aussi êre réhabiliés pour qu ils puissen jouer leur rôle dans le champ de la compéiion économique e le développemen producif. Les évoluions suivanes : implicaion des salariés par une informaion sysémaique en cas de proje de cession d enreprise, mise en place d un droi de préférence dans les phases iniiales du processus de cession d enreprise, créaion d un fonds de développemen coopéraif dédié à la reprise d enreprises de aille inermédiaire (ETI), en lien possible avec les missions de la Banque Publique d Invesissemen, son auan d amélioraions possibles qui donneron leur chance au redémarrage du issu producif poré par nos TPE, PME e ETI, à l heure où un nombre imporan d enre elles dans le pays pourraien disparaîre faue de repreneur e de proje de développemen de errioire. 6 «aeindre l égalié professionnelle e améliorer la qualié de vie au ravail» le posiionnemen de l usgeres Persuadée que l ambiion que pore l économie sociale doi s incarner au quoidien dans les praiques de ses employeurs, l Usgeres a adopé, dès 27, une déclaraion pour promouvoir la qualié de l emploi e développer la responsabilié sociale des enreprises de l économie sociale. Celle-ci aborde de manière volonarise quare axes sur lesquels les employeurs de l économie sociale souhaien s engager : Le développemen de l emploi durable avec des mesures relaives à l inserion sociale e professionnelle ainsi qu à la promoion sociale e la formaion professionnelle ; La non-discriminaion e la promoion de la diversié ; La démocraie sociale ; La responsabilié sociale des enreprises. L Usgeres a d ores e déjà mis en œuvre un cerain nombre d acions sur l égalié e la prévenion des discriminaions ainsi que sur la sané au ravail : La signaure d un parenaria avec l ACSE e la Direcion de l Accueil e de l Inégraion depuis 28. La signaure par l Usgeres d un accord en mai 211 avec la CFDT e la CFTC sur l égalié e la prévenion des discriminaions dans l économie sociale. La signaure de plusieurs accords de branche sur l égalié hommes femmes, noammen en Muualié. La créaion de guides permean d objeciver les procédures de recruemen e d évoluion professionnelle. Les acions développées par l Usgeres paricipen à l amélioraion des praiques des employeurs de l économie sociale e à la mise en place d un clima favorable au dialogue social. La voloné de progrès affichée dans la déclaraion sur la qualié de l emploi de l Usgeres s es raduie par des acions concrèes paricipan à l amélioraion de la qualié de vie au ravail e concouran à l égalié professionnelle : La sané au ravail ; L accompagnemen des mobiliés professionnelles ; L égalié e la prévenion des discriminaions ; Le dialogue social en enreprise. La réalisaion d acions de formaion en direcion d un réseau de référens sur l égalié hommes/ femmes. La signaure par l ensemble des adhérens de l Usgeres de la Chare de la diversié en 21 e la mise en place en 212 de réunions de préparaion au label Diversié pour une dizaine d enreprises de l économie sociale. La concepion, la diffusion e la promoion d un ouil de sensibilisaion sur les risques professionnels dans l économie sociale, en 29 e 21. Le déploiemen de sessions de formaion à la prévenion des risques professionnels dans 11

12 l économie sociale, à desinaion des dirigeans, avec le concours de Cides-Chorum e l appui exper de l INRS. les proposiions de l usgeres La signaure d un accord sur les risques psychosociaux don le sress au ravail en juille 21 avec la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC e la CGT-FO. SANTÉ AU TRAVAIL L Usgeres souhaie renforcer le dialogue social sur la sané au ravail, noammen dans les enreprises dans lesquelles le suje es peu abordé, en raison de leur peie aille e de l absence de CHSCT. Pour ce faire, elle suggère de considérer deux opions alernaives : dans les enreprises don l effecif es compris enre 11 e 49 salariés, mere en place, au moyen de la négociaion de branche, les condiions d un raiemen plus poussé des quesions de prévenion e sané au ravail. ou créer les condiions favorables à la mise en place de CHSCT inerenreprises sur des bassins d emploi présenan des aciviés connexes. L Usgeres juge souhaiable le renforcemen des missions de conseil e de prévenion des services de sané au ravail e des caisses d assurance reraie e sané au ravail, noammen en maière d accompagnemen des employeurs à la mise en place du documen unique de prévenion des risques professionnels. L Usgeres plaide pour le développemen d un dialogue social erriorial de proje sur la prévenion des risques professionnels e la sané au ravail, dans le cadre de commissions muliparies errioriales. Celles-ci permeraien la mise en place de projes adapés aux réaliés des emplois e des aciviés de bassins d emploi idenifiés. égalié professionnelle Pour favoriser l égalié professionnelle, l Usgeres propose d agir : à ous les niveaux de l emploi de façon égaliaire en procédan à des acions correcives, en objecivan le recruemen e les poliiques de rémunéraion. Pour cela, il s agi noammen de : Veiller à la non discriminaion lors du recruemen. Permere aux femmes d accéder aux poses à responsabiliés. Se donner un objecif progressif de parié des CA, échelonné sur dix ans. N avoir aucune olérance sur les inégaliés salariales enre hommes e femmes à ravail égal e compéences égales. au niveau de la formaion afin de : veiller à la non-diffusion des séréoypes liés aux formaions e aux méiers dès les premiers pas dans la scolarié en poran une aenion pariculière aux images véhiculées par les manuels scolaires e les discours des formaeurs. incier e souenir les branches e les enreprises qui proposen des acions concrèes d accès mixe à des méiers e de recruemen de femmes à des emplois radiionnellemen masculins. développer, en parenaria avec Pôle Emploi, les formaions de reour à l emploi e les disposiifs d accompagnemen spécifiques pour les femmes éloignées de l emploi. Dans le bu d adaper les codes juridiques e culurels du ravail à l ariculaion enre vie privée e vie professionnelle, l Usgeres propose de : Permere aux pères d endosser leurs drois e leurs devoirs en ce qui concerne les responsabiliés parenales e domesiques : Incier les pères à prendre un congé paernié de 4 semaines, fracionnables sur 12 ou 18 mois e don une parie pourrai êre prise à emps pariel. Le congé paernié serai suivi, au reour dans l enreprise, comme pour les mères, d un enreien personnalisé ayan pour bu d aborder son orienaion professionnelle e permean, si le salarié le souhaie, d aborder les quesions liées à l ariculaion des emps de vie familiale e vie professionnelle. Revoir les modaliés du congé d éducaion parenal pour en faire l insrumen d un parage des responsabiliés plus équilibrées enre les deux parens. 12

13 Faire évoluer les praiques managériales afin de favoriser une meilleure ariculaion vie privée / vie professionnelle : Mere en place si besoin de nouvelles formes d organisaion du ravail, comme le éléravail. Veiller aux horaires de ravail e noammen à celui des réunions. Rappeler que le emps pariel n es pas seulemen à disposiion des mères, mais qu il peu êre aussi invesi par les pères. Engager des négociaions dans les branches e les enreprises, dans le bu d adaper les codes juridiques e culurels du ravail à l ariculaion enre vie privée e vie professionnelle L Usgeres propose égalemen de généraliser la mise en place d un enreien professionnel, déconnecé de l enreien annuel d évaluaion e d en faire ainsi un ouil au service de l objecivaion des parcours professionnels permean noammen d aborder la quesion des mobiliés en dernière parie de carrière, le uora ou la conciliaion des emps de vie. dialogue social Pour développer le dialogue social, l Usgeres propose de repenser les espaces de dialogue social en foncion de la aille des enreprises. Pour cela, elle propose : Dans les enreprises de 5 à 25 salariés : Raionaliser le rôle des différenes insances représenaives du personnel (délégués du personnel, comié d enreprise, CHSCT) pour créer un seul espace de conceraion pariaire sous la forme d un «Comié des salariés e des condiions de ravail», adapé à la réalié e aux conraines adminisraives e financières des enreprises de aille moyenne. Dans les enreprises don l effecif es compris enre 11 e 49 salariés : mere en place, au moyen de la négociaion de branche, les condiions d un raiemen plus poussé des quesions de prévenion e sané au ravail. Créée en 1994 e présidée par Alain Cordesse, l Union de Syndicas e Groupemens d Employeurs Représenaifs dans l Économie Sociale (Usgeres) regroupe 25 groupemens e syndicas d employeurs (associaions, muuelles, coopéraives) e 13 branches professionnelles. Avec plus de 6 employeurs, soi 75% des employeurs fédérés employan plus de 8 salariés, l Usgeres es aujourd hui la seule organisaion muli professionnelle de l économie sociale. Dans le cadre de cee conférence sociale, l Usgeres associe le Syndica des employeurs associaifs de l acion sociale e médico-sociale (Syneas), l un des aceurs majeurs de cee branche que l Usgeres ne fédère pas. Présidé par Philippe Launay, le Syneas représene 2 5 associaions, plus de 6 éablissemens e 2 salariés. 13

14 USGERES (Union de Syndicas e Groupemens d'employeurs Repr senaifs dans l' conomie Sociale) 6-62 boulevard Didero 7512 Paris Tel : Fax :

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

travailler à Paris travailler à Paris

travailler à Paris travailler à Paris ravailler à Paris Trouver un emploi, en changer, se former, ravailler, demander un coup de pouce, faire valoir ses drois, créer son acivié Parce que la capiale es dynamique e créarice d emplois, mais aussi

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

travailler à Paris 2012/2013

travailler à Paris 2012/2013 ravailler à Paris 2012/2013 DEVENEZ VOLONTAIRE EN SERVICE CIVIQUE! UN ENGAGEMENT CITOYEN UNE CHANCE DE VIVRE DE NOUVELLES EXPÉRIENCES RENSEIGNEMENTS SUR : PARIS.FR/SERVICE CIVIQUE LA DÉCOUVERTE DE MISSIONS

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

P l u s p r o c h e d e v o u s

P l u s p r o c h e d e v o u s P l u s p r o c h e d e v o u s CPM infos r e r a i e P R É V O Y A N C E S A N T É Le poin sur Les nouvelles convenions Presaions à domicile e Téléalarme-éléassisance Seniors acu Les grands-parens s impliquen

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

se loger à Paris 2011

se loger à Paris 2011 se loger à Paris 2011 4 édio D ans la crise, se loger es devenu, pour un grand nombre de nos concioyens, un défi quoidien. Ce nouveau guide permera à chaque Parisien de rouver, quelle que soi sa siuaion,

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS)

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS) Réseau de coachs Vous êes formés dans les méiers du spor e/ou de la préparaion physique (Breve d éa, Licence, Maser STAPS) Vous connaissez la course à pied Vous souhaiez créer e/ou animer des acions de

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Devenir volontaire. www.gendarmerie.interieur.gouv.fr

Devenir volontaire. www.gendarmerie.interieur.gouv.fr ocobre 2010 www.gendarmerie.inerieur.gouv.fr Devenir volonaire Vous êes: - un homme ou une femme e vous avez au moins 17 ans e 26 ans au plus (1) ; - dynamique ; - ouver sur le monde qui vous enoure. Vous

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Rapport de développement durable Bilan de Campagne 2009-2010. Une entreprise du groupe

Rapport de développement durable Bilan de Campagne 2009-2010. Une entreprise du groupe Rappor de développemen durable Bilan de Campagne 2009-2010 Une enreprise du groupe cru bourgeois HAUT-MÉDOC QUI SOMMES NOUS? ÉDITO «Osez la raison» : au-delà du pari, un vériable défi lancé à Larose Trinaudon

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

Guide. l assurance ULM. Contrat Fédéral. www.ffplum.com

Guide. l assurance ULM. Contrat Fédéral. www.ffplum.com Guide de l assurance ULM Conra Fédéral 2007-2008-2009 www.ffplum.com l assurance créée par les piloes pour les piloes L UFEGA, l Union des Fédéraions Gesionnaires des Assurances, a éé consiuée en 2003,

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Assurance vacances et voyages

Assurance vacances et voyages Digne de confiance Assurance vacances e voyages Une bonne assurance à l éranger La sécurié avan ou. Égalemen pendan des vacances à l éranger. CONCORDIA vous accompagne parou, afin que vous puissiez parcourir

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique q Bâimen q Les bâimens logisiques Economie & Consrucion propose une analyse des bâimens logisiques ; un seceur rès dynamique e un laboraoire pour les nouveaux enjeux de la consrucion. Plusieurs inervenans

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics DGPR CETE de Lyon Prévenion e gesion des déches issus de chaniers du bâimen e des ravaux publics Guide méhodologique à l aenion des Conseils Généraux e de la région Île-de-France Minisère de l'écologie,

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

depuis le 22 juin 2015

depuis le 22 juin 2015 Édio Chères lecrices, chers leceurs, Une fois encore l année 2014-2015 fu riche en événemens fédéraux : sur le plan sporif, avec une première paricipaion à la Coupe du monde de ski éudian, Aligliss, e

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

La Défense en Charente-Maritime

La Défense en Charente-Maritime La Défense en Charene-Mariime 2013 Sommaire La Défense dans le déparemen Sommaire La Défense en Charene-Mariime Présenaion générale de la défense dans le déparemen Direceur de la publicaion Délégué miliaire

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

se loger à Paris 2013

se loger à Paris 2013 se loger à Paris 2013 4 Édio L a crise du logemen, qui ouche la France depuis plusieurs décennies, connaî un regain d inensié en raison des difficulés économiques acuelles. Elle requier de l ensemble des

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE Erwan Le Saou - Novembre 2000. 13 La microsrucure des marchés financiers ne serai cerainemen pas au cenre d une liéraure abondane si le concep de liquidié n

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

Catalogue Eco-conception 2013

Catalogue Eco-conception 2013 Caalogue Eco-concepion 2013 Parenaires : Souiens financiers e echniques : Concep : 2013 Le comié organisaionnel du concours éco-concepion Plaeforme [avnir] Aubin ROY, Alice SALAMON e Jodie BRICOUT CCI

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail