Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE"

Transcription

1 Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance par Chrisophe BERTHELOT, Mireille BOSSY e Nahalie PISTRE La Documenaion française Économie e Prévision 2001/3 - n 149 ISSN pages 73 à 85 Pour cier ce aricle : Berhelo C., Bossy M. e Pisre N., Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance, Économie e Prévision 2001/3, n 149, p Disribuion élecronique Cairn pour La Documenaion française. La Documenaion française. Tous drois réservés pour ous pays. La reproducion ou représenaion de ce aricle, noammen par phoocopie, n'es auorisée que dans les limies des condiions générales d'uilisaion du sie ou, le cas échéan, des condiions générales de la licence souscrie par vore éablissemen. Toue aure reproducion ou représenaion, en ou ou parie, sous quelque forme e de quelque manière que ce soi, es inerdie sauf accord préalable e écri de l'édieur, en dehors des cas prévus par la législaion en vigueur en France. Il es précisé que son sockage dans une base de données es égalemen inerdi.

2 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance Chrisophe Berhelo (*) Mireille Bossy (**) Nahalie Pisre (***) Les conras d assurance-vie en francs son de fai des conras de capialisaion assuran une rémunéraion aux assurés liée à la renabilié du porefeuille d acifs invesis au regard des conras mais avec un rendemen garani en cas de baisse de la valeur de celui-ci don le risque es supporé par l assureur. Typiquemen l assuré verse une somme ou une série de sommes d argen e perçoi une rémunéraion qui a le double avanage de présener un aux garani e de profier d une évoluion favorable de l acif. Ces avanages, concédés grauiemen, son pénalisés fiscalemen lorsque la sorie s effecue avan 8 ans. Une parie imporane des bilans des compagnies d assurance es financée par cee acivié mais le chiffre d affaires (498 milliards de francs en 1998) es en conracion, noammen parce que les avanages fiscaux on un peu diminué e que les conras en uniés de compe on bénéficié d une période boursière avanageuse. Cee siuaion enraîne une concurrence accrue enre les compagnies qui les pousse à verser une par imporane des bénéfices, à réduire leurs marges e à fragiliser leur bilan. Oure les risques de liquidié e risque de conreparie, les compagnies son soumises au risque de marchés, en pariculier au risque de aux prépondéran dans l acivié d assurance-vie. Ce risque es d auan plus sensible que les assurés peuven oujours choisir de sorir du conra (racha), ce qui es généralemen visualisé comme une opion grauie difficile à gérer pour les assureurs. En cas de hausse des aux, e si l assureur ne peu adaper le rendemen offer insananémen, le risque es for que l assuré choisisse de reirer son placemen e ceci au pire momen pour la compagnie (baisse de la valeur d acif). En cas de baisse des aux, le aux garani dans le conra peu êre rop élevé par rappor aux opporuniés de marché. Les variaions bruales des aux d inérê on ainsi éé la cause de l insolvabilié d un nombre croissan d assureurs-vie aux Éas-Unis (Babbel e Sanomero, 1999). (*) Bull, Louveciennes. (**) Inria-Sophia Anipolis. (***) Ensae, Malakoff. Économie e Prévision n Nous cherchons à caracériser le risque associé à un conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance. Nous avons choisi l exemple d un porefeuille fermé consiué d un conra à versemen de prime unique qui compore un aux garani fixe plus une paricipaion aux bénéfices de la compagnie. Nous nous inéressons uniquemen aux chues des conras dus aux rachas liés à l évoluion des condiions de marchés (nous ne prenons pas en compe les rachas naurels ni les décès qui son indépendans des variables financières). Nore bu es d analyser ce risque en foncion des caracérisiques du conra e des variables financières, en pariculier de l analyser en 73

3 foncion des différenes composanes du conra (fiscalié, aux garani, paricipaion). Dans une première parie, nous développons une analyse qualiaive du risque associé au conra. En pariculier nous monrons qu affirmer simplemen que la valeur de ce risque es la somme des prix Black/Scholes des opions implicies dans le conra déourne de l analyse rigoureuse du risque réel du conra. Nous monrerons que ce ype de conra donne lieu à des opions qui son plus proches des opions réelles que des opions puremen financières négociables sur un marché. Dans un deuxième emps, nous quanifions (par des simulaions numériques) le risque couru par les acionnaires au regard de la valeur des capiaux propres dans un environnemen de marchés sochasique où les assurés on la possibilié de racheer leur conra. Nous meons en évidence la disribuion de probabilié de la renabilié des capiaux propres e développons en pariculier une analyse de sensibilié du risque en foncion des paramères caracérisiques du conra : aux garani, fiscalié, paricipaion. Le conra d assurance éudié : analyse en ermes d opions réelles e analyse qualiaive du risque Nous nous inéressons au risque encouru par la compagnie d assurance suie à la signaure d un conra à prime unique de durée conracuelle de 8 ans. L assuré a droi à un aux garani e à une paricipaion aux bénéfices générés par les acifs mis en représenaion des conras. La réglemenaion prévoi l apparenance des acifs admis en représenaion à une lise assez large (valeurs mobilières e ires assimilés, acifs immobiliers, prês e dépôs) e des règles de diversificaion (les acions ne doiven pas dépasser 65 % e les acifs immobiliers 40 %). Le aux garani es par ailleurs réglemené (aricle A132-1 e suivans du Code des Assurances). Pour les conras de durée supérieure ou égale à 8 ans, il doi êre inférieur à Min (3,5% ; 60 % TME). Pour des conras plus anciens, on peu rouver des aux garanis à 4,5 % ou même à 6,5 %. La paricipaion au bénéfice es au minimum égale à 85 % des bénéfices financiers (inérês e plus-values) calculés par la moyenne des aux de rendemen des acifs des deux dernières années. Appelons A 0 la valeur de l acif (e du passif) de la Compagnie d assurance à l insan 0. Le passif es financé pour une proporion par les primes versées par les assurés. Le conra sipule un aux de rendemen garani 0 qui s applique à la valeur de dépar A 0 pour donner une valeur garanie à ou insan deg A exp( ). 0 0 L assuré reçoi à la fin du conra : F G ( A G ) T T T T où ( A G ) A G ( A G ) T T T T T T 0, sinon.,sia T G 0 La par ( A G ) correspond à la paricipaion T T aux bénéfices évenuels, éan le aux de paricipaion. Si l assuré décide de se reirer du conra avan la fin des 8 ans, il es soumis à une pénalié de la par de la compagnie p () e par une pénalié fiscale don la valeur dépend de la législaion e de la dae de sorie effecive e que nous désignerons par ( ). Ainsi, l assuré reçoi : F ( 1( ))( 1 p( ))[ G ( A G ) ] 1 () F 0 Enrésumé,nous avons les rois siuaions suivanes : La siuaion 1 correspond à la faillie de la compagnie d assurance, la siuaion 2 au cas où l assuré es rémunéré pour son aux garani sans que les bénéfices de la compagnie lui permeen d êre réribué davanage e la siuaion 3 reflèe le cas favorable où le aux garani ne joue pas car les bénéfices permeen une rémunéraion plus imporane que ce dernier. Il es aisé de voir que la valeur des capiaux propres es la différence enre la valeur de deux conras dérivés don les flux son ceux d opions d acha, de T 1:A( 1 p( )) G 2: ( 1 p ( )) A ( 1 p ( )) G A 3:GA Assurés : F A ( 1( ))( 1 p ( )) G () F0 ( 1( ))( 1 p ( ))[ G ( A G)] () F 0 Acionnaire : CP 0 A ( 1p( )) G A ( 1 p( )) [ G ( A G )] Éa 0 ( )(( 1 p()) G F0 ) ()(( 1 p()) [ G ( A G)] F ) 0 74

4 même prix d exercice ( 1 p( )) G, croissan dans le emps, ce qui es généralemen radui par : CP Max ( A ( 1 p( )) G 1 ; 0) ( 1 p ( )) Max( A G ; 0) Call( A ;( 1 p( )) G ) Call( ( 1 p( )) A ;( 1 p( )) G ) Ledeuxième Call es de valeur nulle si A G. Remarquons par ailleurs que la valeur du premier Call sera de oue façon inférieure à un call de prix d exercice ( 1 p( )) A qui serai la valeur du conra sans aux garani aux assurés. Cee écriure sous forme de call ne rend donc pas explicie l impac de ce aux garani sur les formes des deux conras (assurés e acionnaires). Cependan, remarquons que l on peu réécrire les relaions précédenes de la façon suivane (ableau ci-dessous). La siuaion 2 illusre pariculièremen la localisaion d un des risques des acionnaires. Ceux-ci on en fai cédé un pu aux assurés de prix d exercice croissan ( 1 p( )) G ce qui correspond bien sûr à la valeur garanie (après pénalié évenuellemen) dans le conra. Dans cee siuaion, ou se passe comme si l assuré avai le droi de vendre à un prixg un acif don la valeur de marché serai A. Ce pu perd oue valeur dans la siuaion 3 où on rerouve l efficacié de l inerpréaion en erme de calls qui reflèe l effe de levier sandard bénéfique aux acionnaires dans les cas posiifs. C es un cas où les assurés rérocèden une parie de leur dû en compensaion des garanies supplémenaires auxquelles ils on droi dans les deux premières siuaions. En résumé, la siuaion des acionnaires peu s écrire comme : CP ( 1( 1 p( ))) A Max(( 1 p( )) G A ; 0) ( 1 p ( )) MaxG ( A ; 0) ( 1)( 1 p ( )) Max( A G 0) ( 1( 1 p ( ))) A PuA ( ;( 1 p ( )) G) ( 1)( 1 p ( )) Call( A; G ) Les assurés plus l Éa récupèren à l insan quelconque en cas de rerai de l assuré : ( 1 p ( )) A PuA ( ;( 1 p ( )) G) ( 1 p ( )) Pu( A ; G ) ( 1)( 1 p( )) Call( A ; G ) En T, ce flux revien enièremen aux assurés (plus de pénalié fiscale e p (T) es nul). C es bien la différence des deux pus qui illusre parfaiemen la siuaion de garanie de l assuré. Le Pu de sous-jacen A e de srike G reflèe le seuil garani dans le conra quand celui ci a plus de valeur que la proporion de passif que l assuré devrai récupérer" à concurrence de ce qu il a financé au dépar. Le deuxième pu démonre le fai que cee garanie n es pas absolue en cas de faillie de la compagnie, la responsabilié des acionnaires resan néanmoins limiée. Dans la praique la siuaion es encore plus complexe. L adminisraion française, sur l iniiaive de la Commission de conrôle des assurances, a mis en place un fonds de garanie en juille 1999 (loi n du 25 juin 1999 relaive à l épargne e à la sécurié financière e décre d applicaion (1) n de l aricle 68 de la loi) qui inerviendrai si aucun repreneur ne se présene. Jusque-là, seule Europavie parmi les sociéés d assurance-vie avai éé mise en liquidaion judiciaire (en 1997) e la FFSA avai alors proposé que chaque assureur-vie conribue au proraa des provisions mahémaiques à l insuffisance d acif d Europavie pour assurer la coninuié du porefeuille de conras des assurés. Ainsi que l on vien de le rappeler, les conras d assurance-vie son bien assoris d opions jouan d ailleurs en sens opposé suivan le scénario. Néanmoins il nous semble inexac d affirmer que la valeur de ces conras es la simple addiion/sousracion des valeurs de ype Black/Scholes des opions sous-jacenes e ce pas seulemen parce qu une parie des acifs de la compagnie d assurance es peu liquide (immobilier) e que le raisonnemen de duplicaion du sous-jacen n es pas parfaiemen applicable en coninu! Nore argumen es le suivan. L ensemble des conras opionnels impliqués dans la descripion du conra de ype assurance-vie son des opions américaines car exerçables à ou momen choisi par 1:A ( 1 p( )) G 2: ( 1 p ( )) A ( 1 p ( )) G A 3:G A F ( 1 p ( )) A ( 1 p ( ))( G A) (( 1 p ( )) G A) CP 0 ( 1( 1 p ( ))) A ( 1 p ( ))( G A ) Éa ( 1( ))( 1 p( ))[ A ( G A)] ( 1( ))( 1 p( ))[ A ( 1) () F 0 ( A G)] ( ) F0 0 ( )(( 1 p()) [ A ( G A ))] F 0 ) ( 1( 1 p ( ))) A ( 1)( 1 p ( )) ( A G ) ( )(( 1 p()) [ A ( 1) ( A G)] F 0 ) 75

5 l assuré. Cependan, l assuré ne peu qu exercer l opion il ne peu en aucun cas la revendre. Par conséquen, l exercice de l opion ne se fera pas par comparaison avec une valeur de marché de l opion, mais par comparaison avec le profil de rendemen que l assuré peu se procurer ailleurs. La valeur d une opion américaine radiionnelle es le maximum enre sa valeur d exercice e l espérance (sous la probabilié die neure au risque ) de ses flux fuurs (en cas de non-exercice immédia). Le risque de l acionnaire es donc différen du risque d un déeneur d opion financière : dans une opion financière le déeneur exerce au pire momen du poin de vue de l espérance des gains, ce qui n es pas forcémen le cas ici. Cependan, l exercice de l opion de sorie diminue le levier bilaniel e ainsi pénalise les acionnaires. Ce aure risque n es pas pris en compe par l évaluaion pure e simple de l opion comme une opion négociable, risque engendré par la sorie des assurés de leur conra si la rémunéraion es meilleure à l exérieur, par exemple si les aux remonen, d une par parce que la baisse de valeur de l acif va se répercuer sur le aux de rendemen servi à l assuré, e, d aure par, parce qu une parie du bénéfice ne leur revien pas (une proporion ( 1 ) revien aux acionnaires). C es donc bien une opion réelle (e non puremen financière) que déien l assuré, puisqu elle es non négociable e qu elle a un impac sur l acivié indusrielle de la compagnie. Quand on regarde la décomposiion de la valeur des capiaux propres, on voi bien qu indépendammen de la renabilié effecive de l acif depuis le débu du conra jusqu au momen du rerai, la aille de l acif (e du passif) de la compagnie a un impac sur la valeur des capiaux propres. Si l acif n a subi aucun rerai on a : A G A A exp ( ) 0 0 A exp( ( R ) ) 0 0 où R désigne la renabilié passée du porefeuille d acif jusqu en définie par : A A 0 exp( R). Il es donc clair que les rois acifs dérivés composan la valeur des capiaux propres on des valeurs direcemen proporionnelles à la valeur du bilan au dépar. Cela signifie que plus A 0 es imporan, plus l effe de levier pour les acionnaires sera imporan (en négaif comme en posiif) : A 0 représene la par du bilan financée par les assurés. Si cee par diminue (rerai des assurés) le risque fuur représené par le Pu écri e le surplus de renabilié représené par le call déenu diminuen. En résumé, deux ypes de risque menacen la compagnie d assurance-vie : le risque lié au pu déenu par les assurés Pu ( A ; G ) qui leur garani une renabilié minimum. Ce risque es diminué du pu déenu par les acionnaires symbolisan la responsabilié limiée ; le risque de voir la aille du bilan diminuer. Ce risque joue en sens inverse si on es dans la zone d exercice du pu déenu par les assurés. C es un risque poran sur la renabilié fuure des capiaux propres. Ce risque n es pas formalisé par une analyse en ermes d opions financières : du sric poin de vue d une opion américaine, les dividendes versés par les acions du porefeuille seron effecivemen réinvesis dans le porefeuille e il n y a donc pas d inérê à exercer pour oucher le dividende. L exercice se fai pour d aures raisons que nous décrivons ci-dessous. Analyse quaniaive e impac des paramères du conra sur le risque couru En débu de période, la valeur de l acif de la compagnie es de une unié (1 million d euros par exemple) don une par es financée par les primes versées par les assurés dans un conra de durée de vie de 8 ans. Ces liquidiés son placées dans un porefeuille d acifs composé d acions (en proporion S ), d immobilier (en proporion I )e d obligaions (en proporion b ). Avec : 1. b I S Nous faisons varier la volailié globale de l acif en respecan les conraines légales d invesissemen. Le aux garani es fixé à 3,5 %. Le degré de paricipaion au bénéfice varie enre 85 e 90 %. Nous éudions des srucures de bilan radicalemen différenes ( = 50 %, 90 %). Dans la plupar des cas la valeur de es proche de 90 %. Nous menons les aures simulaions à ire de comparaison, pour mere en évidence le rôle imporan de l effe de levier. La pénalié de la compagnie, p ( ), es fixée à 4 % e la fiscalié de base, ( ), es la suivane : si < 4 ans la fiscalié es de 40,9 % sur la plus- value par rappor à l appor iniial. Elle es de 20,9 % enre 4 e 8 ans e se rédui à la CSG (10 %) après 8 ans. Cee fiscalié correspond à celle en vigueur en 1997 au momen de la signaure d un grand nombre de conras (2). 76

6 Les résulas numériques présenés dans la suie on éé obenus par des simulaions menées dans le proje Amazone (3) de simulaions financières sur super calculaeur vecoriel NEC SX. Descripion de la modélisaion Pour simplifier la simulaion, la parie obligaaire de l acif de la compagnie es supposée déenue en oalié dans un zéro-coupon émis en débu de période e de maurié 8 ans. L évoluion du prix du zéro-coupon es modélisée par le biais du modèle de Vasicek (1977) pour l évoluion du aux cour, mais on pourrai facilemen inroduire n impore quel modèle plus complexe d évoluion de la gamme des aux. Les principaux résulas de ce modèle son présenés en annexe 1. La proporion de zéro-coupon dans l acif es de 95 %, 85 % ou 75 % suivan les simulaions. La parie acion de l acif de la compagnie es supposée réparie sur 10 ires de corrélaions diverses, don l évoluion es supposée dirigée par 10 faceurs e modélisée à l aide d un modèle lognormal mulidimensionnel. Une marice de volailié pour les faceurs, de composanes s éalan enre5%e35%,esgénérée aléaoiremen de façon à obenir des corrélaions ypiques d un marché domesique. La prime de risque (par unié de risque) sur l ensemble de ces acions es fixée à 0,06 (4). Nous supposons que la compagnie d assurance connaî les paramères de la diffusion des acifs e qu elle opimise donc la valeur à 8 ans de son porefeuille global pour un niveau de volailié qu elle se fixe (on regarde rois niveaux ypes de volailié). La résoluion d un problème d opimisaion perme de réparir opimalemen les proporions de chaque acion à déenir iniialemen pour maximiser le prix de l acif dans 8 ans sous une conraine non linéaire de variance e de proporions acion/ obligaion/immobilier fixées. Dans cee éude nous présenons les résulas obenus dans le cas où la variance es maximale, minimale e inermédiaire pour une proporion oale d acions dans l acif varian sur 20 %, 10 % e 0. Enfin la proporion d immobilier dans l acif es fixée à 5 % e l évoluion du prix de cee parie de l acif es modélisée par un processus de diffusion lognormal à un faceur non corrélé avec les faceurs des acions. Nous renvoyons en annexe 2 la présenaion de l ensemble des valeurs des paramères de la modélisaion de l acif. Au cours des simulaions, nous supposons que l assuré prend la décision de sorir du conra ou non, selon un crière de comparaison enre ce que peu lui offrir son conra e ce que lui propose le marché exérieur : une fois par an, l assuré esime la renabilié R hisorique (ex pos) de son conra elle que F F 0 exp( R). L assuré compare la valeur de son conra (pénalisée en cas de sorie e réinvesie au aux spo zéro-coupon du marché R(,8) jusqu à l échéance de 8 ans) avec une prévision de la valeur à 8 ans de son conra calculée à l aide de R. Ainsi, l assuré sor du conra au premier insan el que [( 1 ( ))( 1 p ( ))( F F ) F ] 0 0 exp( ( 8) R(, 8) ) F exp(( 8) R Le paramère de laence 1, propre à chaque individu, mesure la raionalié de celui-ci face à son crière, c es- à-dire la rapidié avec laquelle il me en applicaion son crière. Une fore laence décri un individu qui aend avan de mere son crière de sorie en applicaion. Ce crière correspond au comporemen d un individu n ayan pas d informaion sur les paramères des diffusions des acifs composan le porefeuille d invesissemens e qui regarde le passé comme la meilleure prévision de l avenir, de façon pluô irraionnelle. C es un comporemen observé par les compagnies d assurance chez ce ype de clienèle privée. Une laence prise enre 1 e 1,4 perme de modéliser ous les ypes de comporemen. Par définiion, la laence ne peu êre inférieure à 1 puisqu elle mesure le emps de réacion par rappor à une décision puremen raionnelle. Nous remarquons que 1,4 es une bonne valeur pour décrire les individus qui ne réagissen pas du ou. Nous avons fai varier la composiion de l acif, (c es-à-dire la par invesie dans les acions, 0, 10 ou 20 %), la par en immobilier resanà5%elapar en zéro-coupon faisan le complémen), la volailié de ce acif au ravers du niveau de volailié choisi pour le porefeuille acions (celui-ci éan de oue façon opimisé selon un crière moyenne/variance), le degré de paricipaion aux bénéfices (80, 85 ou 90%), la srucure du passif (avec une par financée par l assurance-vie de 50 ou 90 %) e la laence de l assuré (enre 1 e 1,4). Pour chaque configuraion choisie, nous effecuons un ensemble de scénarios aléaoires, chaque scénario correspondan à une rajecoire simulée du prix des acions, de l immobilier e des aux, suivan les modèles présenés plus hau. Prix e aux son modélisés par des processus aléaoires soluions d équaions différenielles sochasiques (E.D.S, données dans l annexe 1). Nous uilisons pour la simulaion de ces processus la méhode sandard de discréisaion d E.D.S. par le schéma d Euler (voir Lamberon e Lapeyre (1996) pour une inroducion à ces méhodes dans le cadre des processus uilisés en finance e Bally e Talay (1996) ainsi que Bouleau e Lepingle (1993) pour des résulas de viesse de convergence). Sur la base de ces scénarios nous évaluons par la méhode de Mone Carlo différenes saisiques sur les composanes du bilan (espérance, variance, skewness, kurosis). On pourra consuler Lapeyre, Pardoux, e Senis (1998) e Bouleau e Lepingle (1993) pour une inroducion aux méhodes de Mone Carlo. Pour ce choix de 77

7 scénarios, les formules fermées que nous avons obenues nous assuren une précision numérique au 1/1000 pour le calcul de la renabilié à 8 ans de l acif si l assuré ne sor pas. Nous présenons ici un résumé des résulas les plus significaifs. Résulas Les éudes numériques obenues permeen d analyser le risque dû à la posiion des compagnies dans leur porefeuille de cliens en assurance-vie. Les paramères imporans son : la par du bilan iniiale financée par les conras d assurance, pour laquelle nous avons pris deux valeurs ypes (50 %, 90 %). 90 % correspond à la valeur habiuelle que l on peu rouver dans les compagnies d assurance françaises, 50 % es une valeur de comparaison ; la par s de l acif invesi en acions (0 %, 10 %, 20%); la volailié choisie par les managers de la compagnie pour l acif global (0,25 % pour 0 % d acions, 2,5 %, 5,1 % e 8,4 % pour 10 % d acions e enfin5%,11 % e 16,8 % pour 20 % d acions) ; la laencedel assuré(1 ; 1,1 ; 1,2 ; 1,3 e 1,4) ; la paricipaion aux bénéfices =85%. La première consaaion es l impac imporan du niveau de laence sur le nombre de sories e l impac de l effe de levier sur le nombre de faillies de la compagnie. Les résulas concernan ces deux valeurs son reporés dans le ableau 1 pour une par d acions dans l acif varian de 0 à 20% e pour deux niveaux différens de par du passif financée par l assurance-vie (50%, 90%). Les résulas son présenés pour le niveau de volailié minimum de l acif à 8 ans possible pour chaque composiion d acif. L impac de la volailié sera éudié ulérieuremen. Ce niveau minimum éan choisi en amon par la compagnie d assurance pour son porefeuille d acifs, ces volailiés son calculées a priori, sans prendre en compe les évenuelles sories anicipées des cliens. Avec une laence de 1,4 l individu sor rès peu alors qu il peu y avoir jusqu à prés de sories pour un individu de laence 1. Par exemple, pour un acif invesi uniquemen en immobilier e obligaions, un individu de laence 1,4 ne sor praiquemen jamais du conra alors que le nombre de sories es respecivemen de l ordre de (soi 74 % des scénarios) e (22 % des scénarios) pour les individus de laence 1 e 1,2. Les sories se fon dans des scénarios de hausse des aux quand la rémunéraion es plus fore à l exérieur que sur le conra du clien. On voi l exrême imporance que peu représener pour les compagnies une évaluaion correce de la laence moyenne de leurs assurés. Nous verrons que ce phénomène a un impac imporan sur la renabilié de la compagnie. Il implique aussi des conséquences en ermes de gesion ALM. Noons que le crière de sorie du clien es indépendan de la srucure du bilan (paramérée par ), ce qui apparaî clairemen dans les résulas du ableau 1 où le nombre de sories es indépendan de. Nous avons consaé que le nombre de sories es rès peu sensible au aux de paricipaion dès lors qu il ne varie pas énormémen (enre 80 e 90 %). Nos résulas seron donc oujours présenés avec un aux de paricipaion de 85%. Le nombre de sories a, comme nous le verrons ci-dessous, un impac imporan sur la renabilié effecive de l acif e des capiaux propres ; en revanche, il n es pas réellemen lié au nombre de faillies. Tableau 1 : nombre de sories anicipées e faillies (volailié minimum : 0,25 % pour 0% d acions, 2,5% pour 10% d acions e 5% pour 20% d acions) 50% Tableau 1a : 50% s 0% 10% 20% Laence 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,2 1,4 N. de sories N. de faillies Tableau 1b: 90% s 0% 10% 20 % Laence 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,2 1,4 N. de sories N. de faillies

8 Ainsi, pour = 90 %, les cliens de faible laence soren moins quand la par des acions es imporane (plus fore renabilié) e le nombre de faillies es plus grand (volailié plus imporane). Ceci es dû au fai que les sories son pluô condiionnées par une hausse des aux e par définiion diminuen le risque de faillie (puisque le clien es sori) e que les faillies son condiionnées par une baisse des aux (qui ne génère pas de sories à cause du aux garani). Cependan, malgré un faible aux de faillies e dans la mesure où le nombre de sories des conras es imporan, une laence faible de l assuré représene un risque pour la compagnie au sens où la aille du bilan diminue, la par représenée par les assurés égalemen e donc la renabilié des capiaux propres comme celle de l acif en es affecée (en espérance). Le ableau 2 monre les valeurs (en espérance) au bou de hui ans de l acif e des capiaux propres de la compagnie pour une par d acions dans l acif varian de 0à20%,unevolailié minimum e les deux niveaux différens de par du passif financée par l assurance-vie ( = 50 %, 90 %). La valeur iniiale de l acif es 1. La valeur iniiale des capiaux propres es respecivemen de 0,5 e 0,1 pour les deux niveaux de. L aspec imporan des résulas es que les valeurs espérées de l acif e des capiaux propres son croissanes en la laence. La diminuion des sories des assurés due à une fore laence a donc un impac direc sur l augmenaion de la valeur moyenne. Pour S = 20 % e = 90 %, le plus grand nombre de faillies dans les cas de fore laence ne vien pas compenser en moyenne ce résula. Cependan, la valeur espérée de l acif es décroissane en. La valeur du bilan es oujours moindre quand la par du passif représenée par l assurance-vie es plus imporane : en effe dans chaque scénario qui s accompagne de sories des assurés, le remboursemen de ces derniers condui à une diminuion de la aille du bilan d un faceur (à la pénalié de la compagnie près si la sorie es avan 8 ans). Plus es grand, plus for es l impac sur la aille moyenne de l acif. Ce impac es lui-même beaucoup plus faible voire nul pour les fores valeurs de laence : lorsqu il n y a quasimen pas de sories (pour une laence de 1,4) la valeur du bilan es quasi insensible à la par financée par l assurance-vie. Ainsi, l opion de sorie des cliens a pour conséquence que la valeur du bilan de la compagnie es affecée par son financemen. Ce impac es d auan plus imporan que la laence es faible e les sories nombreuses. Nous nous inéressons mainenan plus spécifiquemen à la renabilié des capiaux propres. Le levier dû à la par du passif financée par les conras a un effe ambigu : augmene la renabilié des capiaux propres en l absence de sories mais augmene aussi l effe de ces sories pour des laences faibles. La répercussion sur la renabilié des capiaux propres de ce phénomène n es pas linéaire. On peu dire que dans les cas sandards la renabilié des capiaux propres sera augmenée par le levier représené par l assurance-vie. Mais si la laence de l assuré es faible, ce phénomène sera conrebalancé par le nombre de sories du conra. Le graphique suivan monre les résulas pour une par d acionsde0%e20%dansl acifdelacompagnie. Graphique 1 : renabilié espérée des capiaux propres pour s 0 e s 20% e une volailié minimale des acions Renabilié des capiaux proprres 240% 220% 200% 180% 160% 140% 120% 100% =50% ; = 0 =90% ; = 0 =50% ; = 20 =90% ; = 20 80% 1 1,1 1,2 1,3 1,4 Laence Tableau 2 : valeurs (en espérance) des acifs e capiaux propres à 8 ans (volailié minimum : 0,25 % pour 0 % d acions, 2,5 % pour 10 % d acions e 5 % pour 20 % d acions) s 0% 10% 20% Laence 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 50% Acif 1,15 1,42 1,58 1,67 1,78 1,24 1,47 1,62 1,74 1,82 1,31 1,47 1,6 1,79 1,87 Cap. propres 0,93 0,94 0,95 0,95 0,96 0,96 0,97 0,97 0,98 0,99 0,99 0,99 1 1,01 1,02 90% Acif 0,65 1,13 1,42 1,58 1,77 0,78 1,19 1,45 1,67 1,82 0,,86 1,15 1,38 1,72 1,86 Cap. propres 0,26 0,27 0,28 0,29 0,3 0,27 0,28 0,29 0,3 0,31 0,28 0,28 0,3 0,31 0,32 79

9 On peu visualiser ici le double effe de la par des acions dans l acif (qui augmene la renabilié espérée) e de la par du passif financé par les conras (qui augmene égalemen la renabilié espérée). La valeur espérée globale du bilan es décroissane en comme nous venons de le voir (à cause des sories), mais pas la renabilié des capiaux propres qui bénéficie d un effe de levier plus imporan. Graphique 2 : renabilié espérée des capiaux propres pour une volailié des acions maximale Renabilié des capiaux proprres 700% 600% 500% 400% 300% 200% 100% 0% = 50% = 10% = 90% = 10% Laence = 50% = 20% = 90% = 20% 1 1,1 1,2 1,3 1,4 Le graphique suivan monre l effe sur la renabilié des capiaux propres pour un acif plus risqué : son représenés les résulas pour les deux niveaux de, pour une par d acions de 10 e 20 % e dans ces deux cas pour la volailié maximum possible (8,4 % de volailié pour une par d acion S égale à 10 % dans l acif e 16,8 % de volailié pour une par d acion de 20 %). Pour des niveaux de volailié imporans on rerouve un comporemen similaire de la renabilié des capiaux propres : la renabilié es croissane en S (par des acions) e en. Il es inéressan de remarquer que l effe de S es beaucoup plus imporan que celui de : une augmenaion de la volailié s accompagne d une meilleure renabilié moyenne du conra offer aux assurés e va donc avoir le double effe d un acif plus renable e de moindre sories. L augmenaion du levier a un effe plus ambigu comme expliqué précédemmen Graphique 3 : sories e faillies pour une par d acions de 10% ou 20% 50% / 10%/ n. de sories 50% / 10%/ n. de faillies 90% / 10%/ n. de sories 90% / 10%/ n. de faillies 50% / 20%/ n. de sories 50% / 20%/ n. de faillies 90% / 20%/ n. de sories 90% / 20%/ n. de faillies 0 1 1,1 1,2 1,3 1,4 Laence Ces phénomènes son illusrés ci-dessous dans le graphique 3, par le nombre de faillies e de sories observables pour une volailié maximale. Le schéma précéden illusre la conreparie négaive de l augmenaion de la renabilié due au levier ou à la par d acions dans l acif. Le cas le plus renable (en moyenne) s accompagne d un accroissemen phénoménal des faillies : on observe une exrême sensibilié du aux de faillie à la valeur de la volailié, sensibilié pariculièremen fore pour un effe de levier imporan. Pour une par d acion à 20 % e = 90 % le aux de faillies peu aeindre 50 %, alors qu il es absolumen nul si l acif es enièremen invesi en immobilier e en obligaions e nul encore pour un S =10%eun de 50 %. C es donc la combinaison des valeurs de ces deux paramères qui es pariculièremen déerminane pour la faillie. Remarquons de nouveau que c es l augmenaion du levier qui a le plus for impac. Dans le cas d une fore volailié du porefeuille invesi en acions, il paraî donc raisonnable que la par d acif de ce dernier ne dépasse pas 10 %. Dans le cas conraire le risque lié à la rès fore volailié des acions couplée à la promesse du aux garani es caasrophique. Remarquons que le emps de sorie de l assuré se siue en (moyenne) au cours de la deuxième année avec de peies flucuaions en foncion de la laence e de la volailié : Tableau 3 : espérance de la dae de sorie anicipée (en année). Pour chaque par S en acions, la volailié de l acif es minimum S 0% 10% 20% Laence 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 50% 1,54 1,25 1,12 1,04 1 1,49 1,25 1,13 1,02 1 1,48 1,29 1,13 1, % 1,54 1,25 1, ,49 1,25 1,13 1,02 1 1,48 1,3 1,13 1,

10 Tableau 4 : espérance de la dae de fin du conra (faillie comprise, en année). Pour chaque par S en acions, la volailié de l acif es minimum S 0% 10% 20% Laence 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1 1,1 1,2 1,3 1,4 50% 3,25 5,16 6,4 7,1 7,99 3,64 5,26 6,35 7,31 7,99 3,77 4,91 5,88 7,38 7,99 90% 3,25 5,16 6,4 7,1 7,99 3,64 5,26 6,35 7,31 7,99 3,77 4,91 5,87 7,34 7,94 Tableau 5 : saisiques sur le rendemen à 8 ans des capiaux propres Tableau 5a:S Niveau de volailié de l acif 0,25 % Laence 1 1,2 1,4 Écar-ype du rendemen 27,45 % 30,33 % 5,18 Skewness 0,196 1,58 18,54 Kurosis 0,038 1, ,43 Jacques Bera < 0,001 < 0,001 < 0,001 Tableau 5b: S 10 %, 90 % Niveau de volailié de l acif 2,50 % 5,10 % 8,40 % Laence 1 1,2 1,4 1 1,2 1,4 1 1,2 1,4 Écar-ype du rendemen 47,32 % 50,49 % 34,78 % 89,44% 95,44% 81,10 % 149,10 % 162,40 % 175 % Skewness 0,4783 0,394 0,156 0,471 0,034 0,35 0,637 0,313 0,242 Kurosis 0,2455 0,0018 0,3484 0,436 0,019 2,58 0,903 0,195 0,106 Jacques Bera < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 [0,01; 0,001] < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 Tableau 5c : S 20 %, 90 % Niveau de volailié de l acif 5 % 11 % 16,80 Laence 1 1,2 1,4 1 1,2 1,4 1 1,2 1,4 Écar-ype du rendemen 84,40 % 90,83 % 77,62 % 190,60 % 206,90 % 226 % 315 % 333 % 351 % Skewness 0,521 0,0046 0,301 0,841 0,562 0,18 1,85 1,69 1,56 Kurosis 0,568 0,05 0,237 1,28 0,441 0,18 5,46 4,25 3,38 Jacques Bera < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 < 0,001 C es en effe en débu de période que le rendemen hisorique du conra (que l assuré inègre dans son crière de sorie) es le plus sensible à la volailié de l acif. Passé le cap des rois premières années, le rendemen hisorique es plus robuse aux variaions locales de la renabilié de l acif. S il se rouve oujours des scénarios dans lesquels les assurés soren plus ard, le rendemen hisorique va, au cours du emps, refléer en moyenne de mieux en mieux la renabilié espérée de l acif (qui es dans ous les cas supérieure au aux garani). Les résulas précédens nous on monré l exrême sensibilié des résulas noammen au couple levier / par d acions dans un conexe de fore volailié. On peu compléer cee analyse par l éude de la variabilié des résulas (exprimée par l écar-ype du rendemen à 8 ans des capiaux propres) e par le calcul des aures momens de la disribuion. Pour un niveau de 90 % e différens niveaux de pars d acion, le ableau 5 ci-dessous monre l impac de la volailié du porefeuille d acifs sur la volailié du rendemen des capiaux propres. L écar-ype du rendemen des capiaux propres es croissan en la valeur de S e en la volailié des acifs. Les haus niveaux de volailié obenus corresponden au grand nombre de scenarii se 81

11 soldan par une faillie e/ou au grand nombre de sories. Comme le nombre de faillies es par ailleurs croissan (mais concave) en la laence e le nombre de sories décroissan (mais convexe) en la laence, le poin le plus risqué semble êre pour une laence de 1,2 (ce qui n es pas une bonne nouvelle puisque c es une valeur moyenne). L augmenaion du nombre de sories (par diminuion de la laence) affece la symérie de la disribuion. Les cas de skewness négaifs corresponden aux cas où les faillies son en moyenne pénalisanes au sens où les écars à la moyenne négaifs son supérieurs aux écars à la moyenne posiifs. Dans ous les cas nous avons calculé la saisique de Jarque Bera qui sui un Chi deux à deux degrés de liberé sous hypohèse de normalié : les probabiliés affichées son celles d êre réellemen en présence de lois normales en ayan obenu ces valeurs de skewness e kurosis. Ces probabiliés son donc exrêmemen faibles ce qui suggère que les opions du conra on éloigné les rendemens des capiaux propres d une disribuion normale, qui auraien éé obenus en dehors de ce conexe. Commission de Conrôle des Assurances s inquièe du risque de conreparie lié à ces produis (5). La couverure à mere en place es celle qui couvre le risque de renabilié du porefeuille par rappor à la renabilié supposée êre une référence pour l assuré e non pas la couverure des opions elles qu elles on éé décries radiionnellemen. Un exemple ype es l uilisaion des Caps sur aux longs (par exemple le TEC 10). En cas de hausse des aux, l exercice (auomaique) du cap procure un revenu qui vien augmener les rendemens suscepibles d êre servis aux assurés, les découragean ainsi de procéder à des rachas anicipés. Ainsi un cap à barrière acivane perme de diminuer le coû de la couverure e de la rendre acive pour des seuils provoquan des dépars des assurés. La barrière pourrai donc êre fixée en foncion de la ypologie des cliens dans le porefeuille. L opimisaion de la couverure e en pariculier le choix du niveau de la barrière acivane es un domaine de recherche qui rese à explorer. Conclusion Nous avons vu que le profil de risque indui par les conras d assurance-vie es rès complexe car le risque ne se résume pas à la couverure de la sorie d un déeneur d une opion américaine. Par ailleurs le lien enre le nombre de sories e le nombre de faillies n es pas éviden e les effes des paramères son exrêmemen sensibles e non-linéaires. Cependan, il apparaî que le conra en lui-même e donc la réglemenaion, ne son pas généraeurs de faillies pour le niveau de fiscalié effecif des conras d assurance-vie assez pénalisan, puisque l impac principal es le choix d allocaion d acifs e noammen la volailié du porefeuille choisi par l assureur. Par ailleurs le niveau de laence des assurés es égalemen fondamenal e nous ne serions rop recommander aux compagnies d'assurance d essayer d esimer ce paramère. Dans ous les cas, un levier de 90 % courammen renconré dans la praique augmene l exposiion au risque de faillie e doi êre compensé par une par rès raisonnable de l acif invesi dans les acions (20 % es d évidence rop risqué) e un choix de volailié du porefeuille d acions pruden. Depuis quelques années, les assureurs recouren de plus en plus aux produis dérivés pour répondre à ce profil de risque rès spécifique, même si la 82

12 Noes Bibliographie (1) Le décre n du 3 aoû 1999 pris pour l applicaion de l aricle 68 de la loi n du 25 juin 1999 renforce la gesion acif passif à l aricle 5 qui préconise la conduie de simulaions de l impac des mouvemens de marché sur l acif e sur le passif e des esimaions de l exigibilié du passif e de la liquidié de l acif. Cee remarque es due à un rapporeur. (2) Depuis la fiscalié s es alourdie : les prélèvemens au ire de la CSG son passés à 10 % e un nouveau prélèvemen de 7,5 % a éé insiué à la sorie du conra. (3) Amazone es une acion du G.I.E Dyade de collaboraion BULL-INRIA. hp://www.dyade.fr/fr/acions/amazone/amazone.hml. (4) Cee valeur correspond à l ordre de grandeur des valeurs rouvées empiriquemen sur différens marchés : voir par exemple Chan, Karceski e Lakonishok (1999). (5) Les dérivés son le plus souven des insrumens de gré à gré, don le monage es adapé aux besoins spécifiques de la Compagnie. Dans ce cas là, il exise oujours une probabilié non nulle de faillie de la conreparie. Ce risque es appelé risque de conreparie ou risque de crédi. Babbel D.F. e Sanomero A.M.(1999). An analysis of he Financial Risk Managemen Process Used by Life Insurers dans Changes in he Life Insurance Indusry: Efficiency, Technology and Risk Managemen, pp Bally V. e Talay D. (1996). The Law of he Euler Scheme for Sochasic Differenial Equaions (I) : Convergence Rae of he Disribuion Funcion, Probabiliy Theory and Relaed Fields, 104, pp Bouleau N. e Lepingle D. (1993). Numerical Mehods for Sochasic Processes, J. Wiley. Chan L.K., Karceski C.J. e Lakonishok J. (1999). On Porfolio Opimizaion: Forecasing Covariances and Choosing he Risk Model, Review of Financial Sudies, 12(5), pp Lamberon D. e Lapeyre B. (1996). Inroducion o Sochasic Calculus Applied o Finance, Chapman and Hall. Lapeyre B., Pardoux E. e Senis R. (1998). Méhodes de Mone Carlo pour les équaions de ranspor e de diffusion, Mahémaiques e Applicaions 29, Springer. Vasicek O. (1977). An Equilibrium Characerisaion of he Term Srucure, Journal of Financial Economics, 5, pp

13 Annexe 1 : modélisaion de la parie obligaion de l acif de la compagnie : Elle es supposée inégralemen composée de zéro-coupon émis à la dae 0. Le prix du zéro-coupon repose sur la modélisaion du aux Vasicek : dr ( r ) d d W Avec les valeurs : 0, , 003, L équaion du prix du zéro coupon s écri db( T, ) ( rt,, ) B( T, ) d ( T, ) B( T, ) db z Le prix du zéro-coupon à la dae (de maurié T) es donné par B(, T ) exp ( rk (, T ) (, T ) où (, r, T ) r K (, T )) z (, T ) K (, T ) 1 K (, T ) ( 1 exp( ( T ))) (, T ) K (, T ) R K (, T) 2 ( T ) R 4 R Modélisaion de la parie acion de l acif de la compagnie L évoluion des prix des acions enran dans la composiion de l acif es supposé suivre le modèle lognormal mulidimensionnel. Le modèle s écri sous la forme : i i i ds S ( ) d d W F i 1,..., N L R ; R N i au ire. Ensuie on ire les valeur de ij, dans l inervalle déerminé par les bornes supérieure e inférieure ; dans le cas où le faceur es un faceur dominan, un cenrage es effecué sur la variance du ire. Le veceur de renabilié ( ) es calculé à une dae en foncion de la marice e de la valeur du aux spo r de la façon suivane : i r où es le veceur prime de risque associé aux ires. Ici la prime de risque es fixée pour ous les ires à 0,06 e la valeur moyenne du aux spo (suivan le modèle de Vasicek) vau 7,5 %. Si l assuré ne sor pas du conra, la renabilié à 8 ans de l acif es donnée par : E( R8 ( )) 1 1 e ( r0 r ) 8 r 8r N F F N ij 1 a i a i i 1 j 1 2 j 1 i r 8 r 16 r r 0 4 e 16 3 e r 3 4r 2, ij, a Modélisaion de la parie immobilier de l acif de la compagnie L évoluion de la valeur de la parie immobilier déenu à l acif es supposé suivre un modèle lognormal unidimensionnel de la forme ds S d dz où Z es un faceur brownien indépendan des faceurs des acions. Pour nos simulaions, e valen respecivemen 3% e 5%. où N es le nombre de ires e F le nombre de faceurs browniens. Dans nos simulaions, N e F valen 9. La marice es déerminée de la façon suivane. On fixe les bornes, la borne supérieure à 0,35 e la borne inférieure à 0,05. On ire pour chaque ire un nombre de faceurs dominans puis leurs posiions ainsi que la variance associée 84

14 Annexe 2 : opimisaion de l allocaion iniiale de l acif de la compagnie Dans nos simulaions, la proporion i d immobilier es fixé à 5%. La proporion b peu prendre les Valeurs 95 %, 85 % e 75 %. Ainsi choisir la valeur de b fixe la valeur de la proporion s d acions, mais il rese à décider de la répariion des N acions sélecionnée pour former la proporion S. Nous avons choisi de calculer cee répariion en résolvan le problème d opimisaion suivan : maximiser l espérance de l acif à 8 ans sous une conraine de proporion enre les rois composan de l acif, plus une conraine imposan la variance de l acif. Ce problème se présene sous la forme générale suivane : rouver les proporions ( i, i 1,..., N ) qui réalisen max E ( Acif K ( ) K 8 [ 01, ] 1 N 1 N, i 1, V inf i1 N i V sup, Var( Acif8 ) Vobj i1 Dans nore simulaion les valeurs de Vinf e Vsup varien suivan les cas : S =0% S =10% S =20% Vsup 0% 10% 20% Vinf 0% 10% 20% La valeur de Vobj varie avec suivan les choix de volailié de l acif minimum, inermédiaire ou maximum S =10% S =20% Min Median Max Min Median Max Variance de A(8) = Vobj Espérance de A(8) opimisée 0,17 0,08 0,233 0,073 0,4 1,3 1,868 1,955 2,027 1,916 2,112 2,264 Volailié 2,5 % 5,1 % 8,4 % 5 % 11 % 16,8 % 85

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997 AFFI JUIN 997 EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE Taoufik CHERIF Isabelle PRAS 2 Première version mars 996 Version acuelle février 997 Résumé L obje de ce aricle

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers Universié d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mahémaique opion Finance Inroducion à la valorisaion des produis financiers Véronique Berger versiondu10janvier2006 Conens I Insrumens financiers 5 1 Définiion

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

La gestion actif-passif selon un gestionnaire d une dette publique, la CADES

La gestion actif-passif selon un gestionnaire d une dette publique, la CADES Ralaimiadana.fm Page 1 Mardi, 31. ocobre 2006 10:04 10 La gesion acif-passif selon un gesionnaire d une dee publique, la CADES Éric Ralaimiadana * Gesion Acif-Passif C.A.D.E.S. eric.ralaimiadana@cades.fr

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1 ur les Obligaions Converibles à Opion Reardée de Remboursemen Anicipé au Gré de l Émeeur F. ANDRE-LE POGAMP F. MORAUX florence.andre@univ-rennes.fr franck.moraux@univ-rennes.fr Universié de Rennes I-IGR

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Aviva Emprunteur ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 ARTICLE 2 - OBJET DU CONTRAT AVIVA EMPRUNTEUR...1 ARTICLE 3 LE FONCTIONNEMENT DE VOTRE ADHESION...

Aviva Emprunteur ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 ARTICLE 2 - OBJET DU CONTRAT AVIVA EMPRUNTEUR...1 ARTICLE 3 LE FONCTIONNEMENT DE VOTRE ADHESION... Aviva Empruneur Noice valan Noe d Informaion... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 1-1. Naure du conra Nom e adresse du souscripeur 1-2. Prise d effe, durée e résiliaion du conra par l associaion

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

EDSR et EDSPR avec grossissement de filtration, problèmes d asymétrie d information et de couverture sur les marchés financiers

EDSR et EDSPR avec grossissement de filtration, problèmes d asymétrie d information et de couverture sur les marchés financiers UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III U.F.R Mahémaique Informaique Gesion THÈSE présenée e souenue publiquemen le 7 décembre 25 pour l obenion du Docora de l Universié Paul Sabaier TOULOUSE III mahémaiques

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation Evaluaion sochasique des conras d éargne : agrégaion des raecoires de l acif & mesure de l erreur liée à l agrégaion - Oberlain NEUKAM-EUGUIA (Winer & Associés) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon Laboraoire

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail