Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit"

Transcription

1 Modèles de Taux, Surface de Volailié e Inroducion au Risque de Crédi Alexis Fauh Universié Lille I Maser 2 Mahémaiques e Finance Spécialiés Mahémaiques du Risque & Finance Compuaionelle 214/215 spread 1Y ( France, Ialie, US) Allemagne membre associé de l universié Paris I - Panheon Sorbonne, laboraoire SAMM. hp://samm.univ-paris1.fr/-alexis-fauh-

2 Table des maières 1 Présenaion des marchés financiers Marché financier Organisé De gré à fré Aceurs Coûs de ransacions Produis financiers Acion Indice Maière Première Taux de change Tracker Conras forward e fuure Opion Obligaion Dérivé de crédi Comié de Bâle Risques Risque de aux d inérê Risque de crédi Risque d inflaion Risque de aux de change Risque de axe Taux d inérê Zoologie Obligaion zéro-coupon Srucure par ermes Taux d inérê forward Taux d inérê cour erme Obligaion à coupons fixe Duraion e convexié Swap de aux d inérê Taux Libor Convenion de marché Inérês courus, clean e diry price

3 Cap e floor Swapion Modèle de aux cour Valorisaion d une obligaion Modèle de Vasicek Modèle de Cox-Ingersoll-Ross Généralisaion, modèle de aux cour à un faceur Modèle de Hull and Whie Quelques modèles Modèles mulifacoriels Fondaions Modèle de Vasicek à deux faceurs Quelques modèles Pricing de dérivés de aux Mesure forward Prix d une opion sur une obligaion Pricing de cap e floor Pricing de swapion Pricing dans le cas à deux faceurs Heah-Jarrow-Moron Framework Condiion de non-arbirage Formulaion des aux cour avec HJM Taux forward de Vasicek Courbe des aux Inerpolaion Boosraping Familles de polynôme exponeniel Méhodes uilisées par pays Valorisaion sur acion Modèle à volailié consane Modèle de Black and Scholes Grecques e hedging Surface de volailié Définiion e problème de calibraion Volailié implicie forward Modèle à volailié locale Diffusion de Dupire

4 3.3.2 Volailié implicie dans le modèle de Dupire Problème de calibraion Modèle shifed-lognormal Modèle CEV Volailié sochasique Lien avec la volailié implicie Modèle de Heson Modèle de Wu e Zhang Modèle SABR Dérivées sur volailié Swap de variance Opion sur volailié VIX Calcul de Malliavin Elémens de héorie Chaos de Wiener Inégrale muliple sochasique Dérivée de Malliavin Inégrale de Skorohod Applicaion à la finance Calcul des sensibiliés Sensibilié pour opion asiaique Raffinemen du hedging Inroducion au risque de crédi Processus poncuel Obligaion en cas de défau Modèle de firme Modèle de Meron Modèle de Black e Cox Credi Defau Swap Credi Valuaion Adjusmen Mesure de risque Value A Risk Expeced Shorfall Backesing Drawdown

5 6 Appendix Equaion différenielle Equaion du premier ordre Equaion d ordre n Equaion de Riccai Calcul sochasique e applicaions Théorème de Girsanov Changemen de numéraire Théorème de Feynman-Kac Pricing d opion par ransformée de Fourier Approximaion d inégrale Opimisaion non linéaire Descene de gradien Algorihme généique Références 173

6 1 Présenaion des marchés financiers 1.1 Marché financier Organisé Un marché organisé, ou bourse, es une plaeforme permean aux acheeurs e aux vendeurs de produis financiers d effecuer des ransacions, d exécuer des ordres de bourses, via un inermédiaire qui ransme l ordre à un membre officiel de la bourse. La chambre de compensaion es un pilier cenral dans la bourse, elle inervien comme conreparie enre acheeurs e vendeurs en garanissan la bonne fin des opéraions. Il ne s agi ni plus ni moins que de l acheeur de ous les vendeurs e du vendeur de ous les acheeurs. L éablissemen Clearne s occupe du bon foncionnemen de l ensemble des bourses européennes (Euronex) De gré à fré Un marché de gré à gré ou Oher-The-Couner (OTC) es un marché sur lequel les ransacions se fon direcemen enre un acheeur e un vendeur. La principale différence avec la bourse es donc qu il n exise pas de chambre de compensaion permean d évier le risque de conreparie. Les raisons de l exisence de cee place son muliples. Noons déjà qu une parie des sociéés qui y son présenes le son car elles son rop peies, ne remplissen pas les crières pour êre coées sur les marchés organisés. De plus, comme les conras son éablis direcemen enre les deux paries, cela perme d acheer (ou vendre) un produi correspondan bien plus à ses besoins, comme par exemple pour couvrir un risque de change. Par consrucion, ce marché es moins ransparen que la bourse Aceurs (Presque) n impore qui peu inervenir sur les marchés financiers, nous pouvons ou de même classifier les inervenans en 3 grandes caégories, les hedgers, les spéculaeurs e les marke makers. Pour les deux premières caégories, sans grandes surprises, il s agi de gesionnaires inervenan respecivemen pour se couvrir d un cerain risque e, pour irer un profi suie à une ransacion. Les marke makers son présens pour assurer la liquidié du marché. Ils offren une conreparie à ou acheeur ou vendeur sur cerains ires souven illiquides. Ces agens son en général rémunérés par les bourses qui souhaien offrir à leur clien le plus de liquidié possible. Alexis Fauh 6

7 1.1.4 Coûs de ransacions Si l on achèe ou vend un produi financier, quel qu il soi, il fau rémunérer les inermédiaires, personne ne ravaille grauiemen! On ne peu pas donner ici de pourcenage précis de coû, cela dépend du volume, du monan du produi financier que l on raie e égalemen de vore broker, plus on achèe, plus le pourcenage va êre avanageux. Il fau donc bien se renseigner sur les monans demandés par vore broker e les prendre en compe dans vore sraégie. 1.2 Produis financiers Acion Une acion (share, ou sock) es un ire de propriéé d une enreprise confèran à son déeneur (l acionnaire) un droi de voe dans la poliique de gesion de l enreprise ainsi que des dividendes. Il s agi donc d une fracion du capial social de l enreprise émise afin de se financer sur les marchés. La valeur iniiale de l acion es déerminée par la sociéé, ensuie, elle évolue sur les marchés en foncion de l offre e de la demande. Il exise deux ypes d acion, ordinaire ou préférenielle. Le déeneur d une acion préférenielle a un droi de priorié par rappor au déeneur d une acion ordinaire, une sociéé n a pas le droi de verser des dividendes aux acionnaires ordinaires an que les privilégiés n on pas éé rémunérés. La deuxième priorié inervien en cas de liquidaion de l enreprise, le déeneur bénéficiera d un remboursemen prioriaire pour la valeur de chacune de ses acions. Enormémen de faceurs renren en compe dans la formaion des prix, en premier lieu les fondamenaux de l enreprise, noons les variaions de aux de changes, les annonces économiques/macroéconomiques, les décisions gouvernemenales ainsi que les mouvemens puremen spéculaifs. Un simple ordre passé sur le marché, disons de vene, quelle qu en soi la raison, s il es relaivemen imporan, peu enraîner à lui seul un effe de panique e conduire à une vene de la par des aures déeneurs de la même acion, on parle alors de price impac Indice Un indice es un indicaeur proposé par une bourse pour évaluer les performances d un pays, d un seceur. Cions quelques exemples parisiens. Le CAC 4 es le principal indice de la bourse de Paris (Euronex Paris), iniialemen, l acronyme CAC signifiai Compa- Alexis Fauh 7

8 gnie des Agens de Change, aujourd hui Coaion Assisée en Coninu. La valeur de l indice es une pondéraion de chacun des 4 ires de sociéés en foncion de leur capialisaion floane. Sa composiion es mise à jour ous les rimesres. Quand une sociéé n es plus coée, elle es remplacée par une des valeurs du CAC Nex 2 en foncion de la liquidié de son ire, capialisaion boursière, volumes échangés, ec. Enfin, noons que sa coaion es réacualisée oues les 15 secondes. Le CAC Nex 2 regroupe les ving valeurs don l imporance sui celle des valeurs composan le CAC 4. Le SBF 12 (Sociéé des Bourses Françaises) es composé du CAC 4 e des 8 valeurs les plus liquides à Paris parmi les 2 premières capialisaions boursières françaises. Il exise égalemen le SBF 25 don on comprend facilemen la composiion. Noons ou de même que le SBF 8 es quan à lui les 8 valeurs suivan le CAC 4, donc hors CAC 4. Parmi les indices inernaionaux nous pouvons égalemen noer le S&P 5 (Sandard & Poors, filiale de McGraw-Hill), composé des 5 plus grandes capialisaions boursières des bourses américaines. Comme précédemmen, il exise des varianes, S&P 1, 4 e 6. E oujours comme précédemmen, il es pondéré par la capialisaion boursière de chacune des ses composanes. Pour une plus grande diversié sur les marchés américains on pourra regarder le Russell 1, 2, 3 ou le Wilshire 5. Pour voyager un peu dans différens pays, noons que l indice principal en Allemagne es le DAX (3 valeurs), à Londres le FTSE 1 ( Foosie ), Hong-Kong le Hang Seng Index, Taiwan le TSEC e le SSE Composie Index pour Shangai. Les indices son donc donnés par, N I() = C α i x i, (1.1) i=1 où N es le nombre de valeurs composan l indice, x i, la valeur de l acion i à l insan, α i le nombre d acions i en circulaion e C es une consane de normalisaion à une valeur de référence (par exemple 1) à une dae bien précise. On peu conclure cee coure présenaion en noan que le DJIA (Dow Jones Indusrial Average), indice des 3 plus grosses valeurs du NYSE e du NASDAQ, ou comme le Nikkéi 225 à Tokyo ne son pas pondérés par la capialisaion boursière de leurs composanes, mais par la valeur des acions. Le DJIA es le plus vieil indice boursier au monde, 1896, il éai calculé à la main oues les heures, on peu donc comprendre en parie pourquoi il es pondéré ainsi. Alexis Fauh 8

9 1.3 Maière Première Les commodiies, c es à dire les maières premières, prennen elles aussi une imporane place dans les marchés organisés, an pour les besoins de gesion des risques que pour leur qualié de valeur refuge. Pour le seceur de l énergie on pourra cier le baril de pérole bru, le gaz naurel ou l élecricié ; pour les maériaux précieux ou indusriels, l or, l argen, le plainium, le cuivre ou le palladium ; pour les grains, le maïs, le soja, l avoine, le riz ou le blé ; les viandes comme les bovins vivans, bovins d engraissemen, le porc maigre, ou la poirine de porc ; e aures comme le bois, le coon, le caouchouc, le jus d orange, le sucre, le café, le cacao, le lai, ec Taux de change Nous aurions pu mere cee secion dans le chapire sur les marchés financiers puisque l ensemble des devises qui son échangées les unes conre les aures à un cerain aux de change son coées sur le Forex, conracion de Foreign Exchange. Ce marché mondial es le deuxième marché financier en erme de volume échangé derrière celui des aux d inérês, il es ouver 24h/24h du fai des décalages horaires enre les bourses européenne, américaine, ausralienne e japonaise, ou de même fermées le week-end ; ferman à 22h GMT le vendredi à New-York e ouvran à 22h GMT avec la bourse ausralienne. Deux ypes de devises se disinguen, celle fixée par un Ea, on parle alors d exoique comme le yuan chinois, e celle floane, valorisée par l offre e la demande sur les marchés, comme l euro ou le dollar américain. Un aux de change es oujours exprimé de la manière suivane X/Y=z, en d aures ermes, 1 X vau z Y. La devise de gauche es la devise de base e celle de droie la devise de conreparie. Les aux de changes varien jusqu à la quarième décimale, ce que l on appelle le pip Tracker Un racker a pour bu de répliquer un produi financier bien précis. Il peu porer sur un indice acions, obligaaire ou encore de maières premières. Si l on prend l indice CAC 4, il n es bien sûr pas possible d acheer du CAC 4, on pourrai quand même avoir en porefeuille oues les composanes du CAC 4 en prenan garde de bien réacualiser son porefeuille suie aux sories e renrées dans le CAC, d avoir le même monan que la pondéraion, cela peu s avérer bien compliqué. L acha d un racker sur le CAC 4, par exemple le Lyxor ETF CAC 4 Alexis Fauh 9

10 perme de simplifier ou cela en achean un seul produi, au passage cela diminue forcémen les coûs de commissions, les fees. Le SPDR S&P 5(Sandard & Poor s Deposiary Receips), communémen appelé Spyder S&P 5, es naurellemen le racker sur le S&P 5 e le SPDR Gold Trus qui réplique la performance de l or physique son les deux rackers les plus échangés au monde avec des encours respecifs de 76.5 e 77.5 milliards de dollars au 8/11. Les gérans d un fond indiciel (Exchange raded funds) son enus d avoir en porefeuille oues les composanes de l indice en les pondéran, e pour le cas de l or, de socker l équivalen en or dans leurs coffres Conras forward e fuure Les conras forward e fuure son des conras à ermes, ils s engagen fermemen à acheer ou à vendre à une échéance définie = T, à un prix fixé, une ceraine quanié d un acif financier le sous-jacen, à la dae =. La différence enre un conra forward e un conra fuure es que le premier es OTC andis que le second s échange sur les marchés organisés. Le sûr-mesure proposé par le marché de gré à gré s expose naurellemen au risque de liquidié. Le sous-jacen du conra peu êre physique, or, pérole, ec., une acion, un indice, aux d inérê, devises, obligaions. Il s agi iniialemen d un produi desiné à la gesion des risques Opion Les opions les plus connues son le call e le pu européens, donnan respecivemen le droi d acheer e le droi de vendre un acif sous-jacen à une dae déerminée à l avance, moyennan le versemen d une prime. La différence enre ces deux ypes de produis financiers avec les forward ou fuure es qu ils confèren le droi, e non l obligaion d exercer son conra à maurié. Ces deux premiers exemples son di vanille. Les opions exoiques son plus complexes e la lise complèe serai rop longue à cier ici. Rapidemen, les opions américaines qui donnen le droi d exercer son opion à n impore quelle dae enre le momen d acha e la maurié ; l opion bermuda qui donne le droi d exercer son conra à plusieurs daes bien fixées ; une opion asiaique paye la valeur moyenne du sous jacen duran un cerain inervalle de emps ; opion lookback paye n impore quel prix aein par l acion au cours de la période, on choisira naurellemen celui qui maximise le gain ; opion as-you-like-his, donne le droi de choisir si elle deviendra un call ou un pu. Alexis Fauh 1

11 1.3.5 Obligaion Une obligaion es un ire de créance négociable émis par une sociéé ou une collecivié publique, principalemen échangée sur les marchés de gré à gré. Les paramères renran dans le calcul d une obligaion son la dae d émission, la dae d échéance, le aux d inérê, la devise dans laquelle elle es émise e la périodicié du coupon. Les modaliés de remboursemen e le mode de rémunéraion des prêeurs son fixés conracuellemen, la rémunéraion pouvan êre fixe ou variable, indexée alors sur un aux d inérê e non sur le résula de l enreprise. La valeur nominale perme le calcul des inérês (coupon) que l empruneur s engage à verser à des échéances fixées à l avance. Le marché obligaaire es une des principales raisons jusifian l imporance des agences de raing, don les rois principales son S&P, Moody s e Fich. Le sysème de noaion de S&P va du fameux riple A : AAA pour une fore capacié à rembourser au C pour peu d espoir de recouvremen e D pour défau de paiemen. On peu classifier ces produis en 4 caégories bien disinces : Un Ea dans sa propre devise, emprun d Éa. Un Ea dans une aure devise que la sienne, obligaion souveraine. Une enreprise du seceur public, un organisme public, une collecivié locale, obligaion du seceur public. Une enreprise privée, une associaion, ou ou aure personne morale, obligaion corporae. Nous présenons mainenan un peu plus en déail le cas des obligaions d Ea Américaines. Les obligaions à plus coure échéance son les Treasury Bill (T-Bill) avec une maurié allan de 1 mois à 1 an. De la même manière que les obligaions zéro-coupons, ils ne versen pas d inérês avan l échéance. Les mauriés habiuelles son 1 mois, 3 mois ou 6 mois. Les T-Bills son reconnus comme consiuan les obligaions du résor les moins risquées aux Éas-Unis par les invesisseurs. Les Treasury Noes (T-Noes) son à échéances moyennes 2, 5 e 1 ans e leur rémunéraion es assurée par un coupon payé ous les six mois au souscripeur. La T-Noe à échéance de 1 ans es devenue la valeur la plus fréquemmen ciée dans les éudes des performances du marché obligaaire américain. Enfin, les obligaions avec la plus grande maurié son les Treasury Bond (T- Bond), varian enre 1 e 3 ans ils son égalemen rémunérés par un coupon payé ous les six mois. Le revenu que les déeneurs perçoiven possède en oure l avanage de n êre imposé qu au niveau fédéral. Les équivalens Français des obligaions à coure, moyenne e longue maurié son respecivemen les BTF Alexis Fauh 11

12 (Bons du Trésor à aux Fixe e à inérê précompé), BTAN (Bons du Trésor à inérês ANnuels) e les OAT (Obligaions Assimilables du Trésor) Dérivé de crédi Les dérivés de crédi son raiées sur les marchés OTC e par définiion, écries sur des produis sensibles au crédi (obligaions, ec.). Elles peuven êre uilisées en vue de ransférer un risque de conreparie vers un aure pour conrôler son exposiion. Comme pour les dérivés classiques, il exise deux ype de dérivé de crédi, celle die vanille, e celle die exoique. Pour les vanilles nous pouvons par exemple cier les crédi défau swap (CDS) single name (i.e. ne proégean que sur un seul produi) e les collaeralized deb obligaion (CDO) sur indices. Pour les exoiques, nous avons par exemple les CDS sur zéro-coupons e les CDO 2. Nous reviendrons plus en déail sur les CDS à la fin de ce cours. 1.4 Comié de Bâle La créaion du comié de Bâle se fai en 1974 sous l impulsion des régulaeurs financiers, plus précisémen les direceurs des banques cenrales des principales puissances économiques. Le comié se réuni à la banque des règlemens inernaionaux (BIS) à Bâle, Suisse, souven appelée la banque cenrale des banques cenrales. Le bu affiché es d avoir un framework unifié en erme de régularisaion pour évier d une par les risques d une rop fore exposiion aux marchés émergeans e, d aure par, avoir un cerain pace de non-agression enre les différenes banques cenrales. Le premier rappor imporan se fera en 1988 par la publicaion des accords de Bâle 1 (Basel I) [Ba88]. Cee première publicaion ne concerne uniquemen les produis de risques de crédis ainsi que la méhode à uiliser pour calculer le capial minimum requis en foncion de l exposiion de la banque. Le fameux raio de Cooke y es écri ainsi que le raio asse o capial muliple. Ce dernier doi êre inférieur à 2%, Toal des acifs Capial 2%. Le raio de Cooke, égalemen connu comme éan le raio de risque capial es la somme des acifs déenus par l enié divisée par leurs faceurs de risques respecifs, il doi êre au moins supérieur à 8% Capial faceurs de risque des acifs 8%. Alexis Fauh 12

13 Les acifs non risqués son par exemple l or, les obligaions émisen par les plus grandes puissances économiques (e les plus saines!), leurs poids son fixés à. Les banques des pays les puissans économiquemen on un risque de 2%, ec. L une des raisons de l essor du risque managemen provien du comié de Bâle lui même. En effe, en 1996, l expansion des aciviés de rading au sein des firmes on poussé le comié à publier un amendemen [Ba96] proposan aux banques de soi, uiliser un modèle de conrôle de risque proposé par le rappor (méhode de mesure sandardisé) soi, de développer en inerne un modèle. Bien enendu, ce modèle doi se plier à ceraines règles. Les méhodes sandardisées son différenes selon la classe d acif regardé, aux d inérê, equiy, commodiies ou Forex. Les obligaions on un risque prédéfini selon la maurié e le pays, les ETF sur indice un risque de 2%, une ceraine méhodologie pour la couverure en dela e en gamma es proposée, ec. Pour que le modèle inerne soi éligible, il fau naurellemen qu une équipe de risk managemen soi mise en place. Un back es robuse doi êre implémené, au minimum sur un an. Les sress ess doiven êre suffisammen comples pour couvrir des événemens exrêmes, ils doiven êre à la fois quaniaifs e qualiaifs, incorporer les risques marché ainsi que de liquidié. Des calculs de Var avec un indice de confiance de 99% doiven êre fai quoidiennemen, ec. Il es possible d avoir quelque chose de bien moins conraignan en faisan soi même son modèle, ou en respecan les recommandaions du rappor que d uiliser l approche sandardisée, c es pourquoi les équipes de risk managemen on considérablemen gonflé depuis lors. Le comié de Bâle publiera un nouveau rappor en 24 [Ba5] pour répondre aux imperfecions du premier rappor ainsi que pour s adaper à l évoluion des marchés. Bâle II repose sur rois piliers. Le premier éan l exigence de fonds propres, le deuxième pilier les procédures de surveillance e enfin, le roisième un effor de ransparence e de discipline. En ce qui concerne le pilier I, la méhode de calcul des risques a éé modifiée. Par exemple, pour le risque de crédi, nous avons l approche sandardisée, l approche IRBA (Foundaion Inernal Raings Based Approach) e l IRBA avancé. Conformémen à ces approches, les banques doiven en plus uiliser les raing fournis par les agences de raing. Sous IRBA avancé, les calculs de LGD (Loss Given Defaul) e EAD (Exposure A Defau) son calculés en inerne. La crise depuis 27 a mis en avan la non-adéquaion de la réforme Bâle II en cas d événemens exrêmes. Bâle III es en fai composé de deux amendemens [Ba11] e [Ba13] le premier poran sur le capial e l aure, poran sur la liquidié. Alexis Fauh 13

14 Hormis les exigences accrues, nous pouvons noer l inroducion d un raio de levier devan êre supérieur à 6%, Capiaux propres Dee > 6%. En plus des provisions en cas de risque de défau d une conreparie, les banques doiven pouvoir couvrir le risque de pere mark-o-marke sur le risque de conreparie aendu d un dérivé OTC. Il s agi des peres CVA (Credi Value Adjusmens). Le deuxième amendemen pore sur le risque de liquidié. Le bu annoncé du raio de couverure en liquidié (LCR) es de permere une résisance à cour erme du risque de liquidié des banques. Il s agi d avoir un sock d acifs non gelé e suffisammen liquide pour pouvoir êre converi insananémen en cash pour couvrir une pere nee de résorerie duran 3 jours. Le NSFR (aux ne de financemen sable) es le rappor enre le monan de financemen sable par rappor au monan de financemen sable requis sur un 1 an, il doi êre supérieur à Risques Tou comme les acions, l acha d une obligaion d Ea ou d enreprise compore des risques. Nous pouvons liser cerains de ces différens risques : Risque de aux d inérê Risque de crédis Risque d inflaion Risque de crédi Risque de axe Risque de régulaion Risque de aux d inérê Le risque de aux d inérê es cerainemen le plus éviden e l un des plus imporans. Par définiion, une obligaion es indexée sur les aux d inérês, les cash flows peuven donc êre plus moins ou inéressans selon le niveau du aux sous-jacen e, plus pariculièremen, son sensibles aux variaions insananées des aux. Les produis ypiques de fixed income bougen dans la direcion opposée des variaions de aux, si le aux diminue, le prix du produi de fixed income va moner, e inversemen. Ce risque apparaî dans le cas où l invesisseur ne compe pas aller Alexis Fauh 14

15 à erme du conra, une variaion peu donc amener à une pere de capial. Ce risque de aux d inérê es mesuré par la duraion Risque de crédi Dans les modèles de valorisaions que nous allons éudier, il es sous enendu que les obligaions acheées arriveron à erme e payeron le principal. Cela n es bien enendu pas le cas à chaque fois. En effe, il es ou à fai possible que l émeeur de l obligaion ne puisse pas rembourser en parie ou la oalié de sa dee. Ce risque es appelé risque de crédi e n exise que pour ce ype d insrumens financiers, pas pour les marchés acions ou Forex par exemple. Si l émeeur de la dee ne peu pas rembourser le principal, nous dirons qu il fai défau. Bien enendu, ce ype de risque apparaî minime dans le cas d obligaions émises par le gouvernemen américain ou allemand, e, bien plus imporan pour cerains pays de la zone Euro, de pays émergens ou d enreprises. Néanmoins, la probabilié de défau de Lehman Broher éai noée exrêmemen faible, alors que finalemen, ce n éai pas le cas. Même pour des produis, à priori, à faible risque de crédi, il es imporan de prendre en compe cee noion. En effe, la plupar des insiuions financières comme des insiuions d Ea possèden des produis di oxiques, même si en soi, elles ne son pas sujees à défau, il exise un risque de conagion e donc, une insiuion sans risque le deviendra Risque d inflaion Le risque d inflaion n es pas un risque de pere en soi, c es un risque de voir son cash flow fuur diminuer de valeur. L inflaion es définie en erme de pourcenage de variaion sur un même panier de biens. L indice de référence es le CPI, Consumer Price Index. Pour comprendre ce risque, il suffi de réaliser que si l inflaion augmene de manière imporane, le paiemen du coupon, même s il n a pas changé de valeur par rappor à ce qui es prévu, ne vaudra plus rien. Bien sûr, ce risque augmene pour des obligaions à long-erme, il es peu probable de voir une augmenaion de l inflaion significaive sur 1 mois. Pour se couvrir des risques sur inflaion, il exise des produi dérivés sur inflaion, plus précisémen, le sous-jacen es le CPI. Egalemen, nous pouvons nous prémunir en achean des produis comme des maières premières qui elles, son sensibles à l inflaion. Alexis Fauh 15

16 1.5.4 Risque de aux de change Une obligaion émise en monnaie érangère, va avoir, comme pour n impore quel aure produi financier, un risque de change. L obligaion va émere des cash flow dans une ceraine devise, qu il va falloir ranscrire dans la monnaie domesique. Supposons que nous acheons une obligaion coée en Yen, alors si le Yen se déprécie par rappor à l euro, le monan gagné va êre moindre, voir, négaif en cas de fore dépréciaion. A l inverse, si le Yen s apprécie par rappor à l euro, le monan reçu va êre supérieur. Bien enendu, en plus d êre exposé au risque de change, nous sommes égalemen exposés au risque de variaion du aux éranger Risque de axe Pour la plupar des produis de fixed income, ils son axables par rappor au aux en vigueur dans le pays considéré. De plus, ils son sujes à des variaions de régulaion, d imposiion, menées par le gouvernemen éranger. On peu parler de risque de axe ou comme de risque de poliique. Par exemple, en juin 198, Baery Park Ciy Auhoriy (l auorié supervisan le développemen de Baery Park Ciy, quarier siué à l exrémié sud-oues de l île de Manhaan à New York, Éas-Unis) a émis une dee de $ pour lancer des consrucions immobilières. Au momen de l émission, les auoriés légales on considéré que ces noes seraien exempées d impô fédéral. En novembre 198, l IRS (Inernal Revenue Service), l agence du gouvernemen des Éas-Unis qui collece l impô s oppose à l exonéraion de axe sur les coupons, enraînan une baisse de leur valeur. 2 Taux d inérê 2.1 Zoologie Obligaion zéro-coupon Un dollar d aujourd hui vaudra oujours plus qu un dollar de demain. Un zérocoupon de maurié T, es un ire versan 1 dollar à la dae T. La valeur faciale (ou nominal) de l obligaion es N = 1$. Nous noerons B(, T ) le prix du zéro-coupon de maurié T à l insan, e donc, B(T, T ) = 1. Nous supposerons oue la suie que le prix de l obligaion B(, T ) es processus posiif sricemen e adapé sur un espace de probabilié filré (Ω, F, P). Alexis Fauh 16

17 2.1.2 Srucure par ermes Le rendemen à maurié (yield-o-mauriy) d un zéro-coupon de maurié T es le processus adapé vérifian, R(, T ) = 1 ln B(, T ), T. (2.1) T La srucure par erme des aux, égalemen appelée la courbe des aux (yield curve) es la foncion qui donne les différens aux de la dae en foncion de leur maurié θ, θ R(, θ). Connaissan le rendemen à maurié, le prix de l obligaion es déerminé de manière unique par, B(, T ) = e R(,T )(T ), T. (2.2) En praique, la srucure par ermes des aux d inérês es déduie du prix de plusieurs insrumens financiers rès liquides, comme les T-bills, T-bond, swap e fuure Taux d inérê forward Un conra forward sur aux d inérê es le conra effecué à l insan, d acha à T 1 (>) d une obligaion zéro-coupon de maurié T 2 (>T 1 ). Par un simple argumen de non-arbirage, nous voyons que le prix du conra forward es B(T 1, T 2 ) = B(,T 2). Le aux d inérê forward à l insan, f(, T B(,T 1 ) 1, T 2 ), doi donc inuiivemen vérifier B(, T 2 ) B(, T 1 ) = e f(,t 1,T 2 )(T 2 T 1 ), T 1 T 2. (2.3) En d aures ermes, il es donc donné par f(, T 1, T 2 ) = 1 T 2 T 1 ln B(, T 2) B(, T 1 ). (2.4) Il s agi du aux forward coninu. Non coninu, il s écri naurellemen, f(, T 1, T 2 ) = 1 T 2 T 1 ( ) B(, T1 ) B(, T 2 ) 1, (2.5) Alexis Fauh 17

18 Le aux d inérê forward insanané es la limie du aux forward lorsque T 1 = T e T 2 = T + T, F (, T ) = lim ln B(, T + T ) ln B(, T ) T = 1 B (, T ) (2.6) B(, T ) T Il s agi donc du rendemen marginal obenu en conservan un cour insan supplémenaire l obligaion. En inégran (2.6), nous obenons le prix de l obligaion en foncion du aux forward insanané, B(, T ) = exp Enfin, en uilisan (2.2) e (2.6), nous avons, ( F (, u)du ) (2.7) Soi, F (, T ) = (R(, T )(T )) = R(, T ) + (T ) R(, T ). (2.8) T T R(, T ) = 1 F (, u)du. (2.9) T Nous voyons donc que le prix de l obligaion ainsi que son rendemen peuven êre enièremen déerminés par le aux forward insanané Taux d inérê cour erme Le aux d inérê spo, i.e. le aux d inérê insanané, es défini mahémaiquemen comme la limie du aux coninu moyen quand la maurié end vers, r = lim R(, T ) = R(, ) = F (, ). (2.1) T Nous pouvons réécrire le prix de l obligaion en foncion du aux spo, B(, T ) = exp = exp ( ( = exp [T/ ] i=1 F (, u)du ) F (, u)du (i 1) F (, u)du ) F ((i 1), u)du Alexis Fauh 18

19 en passan à la limie, Ainsi, B(, T ) = exp = exp ( B(, T ) = exp Sous forme différenielle, nous avons, [T/ ] i=1 ( r u du avec comme condiion erminale B(T, T ) = Obligaion à coupons fixe (i 1) ). r u du r i du ). (2.11) db(, T ) B(, T ) = r d, (2.12) Une obligaion à coupons fixes (coupon-bearing bond), de maurié T n, es un acif financier qui paye à son déeneur les monans c 1,, c n aux daes T 1 < < T n. Le prix de ce coupon es donné par la somme des cash flows acualisés, n B n (, T n ) = B(, T i )c i + B(, T n )N, T 1. (2.13) i=1 N es le nominal de l obligaion. La séquence {T 1, T 2,, T n } es appelée le enor Duraion e convexié Rappelons que pour un zéro-coupon B(, T ), le rendemen R(, T ) es donné par, B(, T ) = e R(,T )(T ), T. Soi mainenan B n le prix d un coupon avec pour mauriés T 1 < < T n, de coupons c 1,, c n e de nominal N. Nous supposons que N es compris dans les c i, le prix es alors, n B n () = B(, T i )c i. i=1 Alexis Fauh 19

20 Nous nous plaçons en =, en noan y le rendemen à maurié (YTM) e y(, T i ) = y i, B n () = B n, nous pouvons réécrire le prix de l obligaion pour ou T 1, n B n = c i e y it i. La duraion de Macaulay d un coupon es définie par, D Mac := i=1 ni=1 T i c i e y it i B n. (2.14) Il s agi donc de la moyenne des coupons aux daes T 1,, T n. En d aure erme, la duraion de Macaulay d une obligaion correspond à la période à l issue de laquelle sa renabilié n es pas affecée par les variaions de aux. Nous pouvons égalemen noer que (2.14) nous donne la sensibilié relaive du prix de l obligaion par rappor au YTM, db n dy = d ( n ) c i e y it i = D Mac B n. dy i=1 Nous définissons mainenan la convexié d une obligaion par, C := db2 n dy 2 = n i=1 c i e y it i T 2 i. Il s agi de la sensibilié de la duraion par rappor à une variaion du rendemen y Swap de aux d inérê Un swap de aux d inérê perme d échanger un aux variable (aux floan) conre un aux fixe κ sur une période donnée. La srucure d un swap de aux es donnée par la suie d inervalles [T 1, T 2 ],, [T n 1, T n ] el que T i T i 1 = δ i, δ i une consane connue à l avance, T n la maurié du swap, un aux fixe, κ e, le nominal N. Nous noons δ i, i = 2,, n, e non δ, en effe, bien que les daes de versemen arriven à inervalles réguliers, ous les 6 mois par exemple, nous n avons pas exacemen le même nombre de jours enre le i-ème 6mois e le i + 1-ème 6mois, simplemen du fai du nombre de jours dans un mois (mois de février) ainsi que du nombre de jours fériés. Alexis Fauh 2

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1 ur les Obligaions Converibles à Opion Reardée de Remboursemen Anicipé au Gré de l Émeeur F. ANDRE-LE POGAMP F. MORAUX florence.andre@univ-rennes.fr franck.moraux@univ-rennes.fr Universié de Rennes I-IGR

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers

DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers DESSd ingéniérie mahémaique Universié d Evry Val d Essone Evaluaions des produis nanciers Véronique Berger Cours Janvier-Mars 2003 version du 27 mars 2003 Conens I Présenaion du plan de cours 3 II Insrumens

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail