Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée."

Transcription

1 Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron Le 9 mars 2006

2 Table de Maières SOMMAIRE 1 Lise des Tableaux e Figures 2 1 INTRODUCTION 3 2 INFORMATIONS PERTINENTES Volailié e Opions financières Coinégraion Fracionnaire 9 3 REVUE D ÉTUDES PRÉCEDENTES Sephen Figlewsky Bandi-Perron Chrisensen-Nielsen Quelques Faiblesses des éudes anérieures 16 4 ANALYSE THÉORIQUE Le Modèle 18 5 ANALYSE EMPIRIQUE Spécificaion du Modèle Les Données Résulas Empiriques 24 6 CONCLUSION 29 ANNEXE 31 FIGURE 1 33 RÉFÉRENCES 35

3 SOMMAIRE Dans cee éude, on s inéresse à déerminer si la volailié implicie dans les opions sur indices boursiers es une prévision non biaisée de la volailié réalisée des rendemens de ces derniers. On éudie ceci par le biais d un modèle de régression linéaire simple enre les deux variables. L esimaion des paramères pour ce modèle, es faie en uilisan la méhode de «Narrow Band Frequency Domain Leas Squares (FDLS)» qui es un procédé dans le domaine des fréquences. L uilisaion de cee méhodologie es jusifiée par la liéraure anérieure, qui monre que les séries de volailié de ce ype d acifs financiers son des processus saionnaires de mémoire longue, e qu on peu les modéliser à parir d une relaion de coinégraion fracionnaire. Ce rappor es inspiré des ravaux de Bandi e Perron (BP) (2004) e de Chrisensen e Nielsen (CN) (2004). En effe, on effecue une réesimaion du ravail de BP e on uilise les résulas héoriques de CN pour calculer les écars-ypes, valides asympoiquemen, des esimaeurs FDLS des paramères. Pour l applicaion empirique, on uilise des séries de volailié des rendemens pour un indice du marché boursier américain. D après nos résulas, on conclue, de façon cohérene avec la liéraure précédene, que la volailié implicie es une esimaion convergene de la volailié réalisée dans le long erme. Mos Clés : Volailié Implicie e Réalisée; Saionnarié; Coinégraion fracionnaire; Processus de Mémoire longue. 1

4 Lise des Tableaux e de Figures TABLEAUX En ANNEXE Tableau 1 : Saisiques Descripives pour les séries uilisées. Tableau 2 : Résulas des esimaions de paramères de d. Tableau 3 : Esimaions de paramères de α e β par MCO e NBLS (résula asympoique) Tableau 4 : Esimaions de paramères de α e β par NBLS (simulaion) FIGURES Figure 1 : Graphiques des esimaions des paramères d pour les séries de volailié. 2

5 1. INTRODUCTION L éude de la volailié de cerains acifs financiers es devenue un suje rès imporan dans le domaine de la finance. Cee imporance vien en grande parie du fai qu elle perme de mesurer l inceriude concernan l évoluion du rendemen d un acif donné (une acion ou un indice boursier, par exemple). De même, le fai que les prix de ces acifs soien rès variables ne peu êre négligé, surou lorsqu on y invesi nore argen. De nos jours, n impore quel invesisseur es conscien de ces flucuaions qui inroduisen un élémen de risque dans son porefeuille. C es pour cela que les invesisseurs désiren choisir le degré «d exposiion» au risque compaible à leur niveau de olérance à ce dernier. C es pour cee raison qu ils cherchen à se couvrir conre les fais adverses qui puisen affecer les marchés financiers. Ce souci se fai valoir (au moins pariellemen) à ravers l inclusion de divers produis dérivés, comme les opions financières (don une définiion es présenée posérieuremen dans le exe) dans les porefeuilles d invesissemen. Ainsi, la connaissance de la volailié de ce ype d acifs coningens joue un rôle esseniel dans l évaluaion e dans la couverure d un invesissemen quelconque, surou lorsque celui-ci es risqué. Par conséquen, la prévision de cee volailié es indispensable afin de conrôler le risque (e lorsque possible, le diminuer), De fai, l anicipaion d évenuelles variaions du comporemen des prix dans les marchés, nous perme de nous prévenir conre de possibles peres. Du poin de vue héorique, l imporance de la volailié es due aussi au fai que dans la plus par des modèles de valorisaion d acifs coningens, disposer d une mesure du risque de chaque acif, ainsi que des marchés où ils ransigen, es vial. En même emps, il y a d aures modèles dans lesquels on a besoin de connaîre la volailié d un acif dans une période dans le fuur. Les modèles de choix de porefeuille, dans l approche moyenne-variance, qui demanden la variance des acifs pour obenir les poids opimaux son un bon exemple. D aure par, éan donné que la volailié es reliée aux variaions du rendemen d un acif, on l esime souven en uilisan l écar ype d échanillonnage des rendemens anérieurs de 3

6 l acif en quesion sur une période donnée. Cee procédure, nous fourni d une esimaion de sa volailié hisorique. Or, avoir une bonne esimaion de la volailié fuure de cerains acifs n es souven pas facile, parce que, enre aures subiliés, la volailié n es pas observable e on doi uiliser des proxys pour l éudier. De plus, elle n es presque jamais consane, mais pour beaucoup d acifs, elle change sochasiquemen à ravers le emps. Une bonne inuiion de ceci es donnée par Gafaoui (2004, page 7) qui affirme que : «la volailié es sensible aux événemens poliiques, économiques e financiers ce qui explique en parie qu'elle varie au cours du emps en s'accompagnan souven d'un phénomène de non- saionnarié». Par conséquen, il es souven difficile d appliquer les modèles communs de prévision. Un exemple classique d un modèle de valorisaions d acifs coningens, où on a besoin d une mesure de volailié, es celui proposé par Black-Scholes [1973]. Ce modèle ser à calculer le prix héorique d une opion d acha (Call) européenne à parir des plusieurs valeurs don la seule variable qui n es pas direcemen observable au emps, quand on veu évaluer l opion, es précisémen σ, la volailié fuure du sous-jacen. Dans ce cas, la volailié qu on doi esimer es celle que le rendemen du sous-jacen expérimenera enre la dae (aujourd hui, par exemple), e la dae d expiraion de l opion, T. Dans la praique, on effecue (même si on sai que la volailié change à ravers le emps), une esimaion poncuelle en uilisan les données hisoriques e on considère cee dernière comme éan la volailié aendue sur oue la vie de l opion. Pour les conras d opions qui son déjà sur le marché, on observe : le prix du Call, la dae d échéance, le aux d inérê, le prix d exercice e du sous-jacen. On peu inverser 1 la formule de Black-Scholes (BS) de façon à obenir la valeur de σ que vérifie l égalié enre le prix de marché de l opion e sa valeur héorique. Cee valeur de σ, ainsi obenue, es la volailié implicie, qui es souven inerpréée comme éan la «prévision du marché» de la volailié du sous-jacen, sous l hypohèse d efficacié des marchés. De même, on peu calculer les variaions du rendemen du sous-jacen pendan une période donnée e obenir une esimaion de sa volailié réalisée (ex pos). On peu répéer cee procédure plusieurs fois pendan une longue période de emps, e générer des séries emporelles pour chacune des volailiés. 1 Même s il n exise pas une forme explicie pour inverser la formule mean en évidence σ, on peu obenir sa valeur par des méhodes numériques couranes, à l aide d une calcularice programmable ou d un ordinaeur. 4

7 L idée d uiliser la volailié implicie (dans d aures conras déjà ransigés sur le marché sur un sous-jacen donné) comme esimaeur de la volailié qui sera réalisée, s appuie sur l hypohèse héorique que les marchés financiers son «informaionnellemen efficiens». Donc, les prix de marché (des opions) devraien parfaiemen refléer oue l informaion imporane disponible. Ainsi, selon Chrisensen (2003, page 3) «si les paricipans dans le marché d opions son raionnels, la volailié implicie devrai êre la meilleure prévision du marché de la vraie volailié fuure du sous-jacen au cours de oue la vie de l opion». Cee volailié es assumée consane duran cee période. En conséquence, il es assez inuiif d éablir la relaion linéaire suivane : σ = α + βσ + ε (1.1) R R BS où σ es la volailié réalisée à la période, σ la volailié implicie par la formule de BS à la dae (qu on suppose es la volailié fuure enre les daes, aujourd hui, e T, l échéance de BS l opion), donnée par la formule de (BS) e ε es l erreur el que E[ε σ ]=0. BS Pouran, le premier problème qui se pose pour éudier nore équaion de régression es d abord de choisir la méhode d esimaion adéquae pour l équaion (1.1). Dans la liéraure anérieure, on monre que les méhodes communes pour faire ce ype de régression avec des séries de volailiés ne son pas appropriées en général. Ceci es dû au fai que dans ce ype de séries emporelles, on rouve fréquemmen des violaions aux hypohèses des méhodes d esimaion comme ceux des Moindres Carrées. Par exemple, on rouve souven que les erreurs dans l équaion de régression son corrélées avec le régresseur en opposiion avec l hypohèse BS que E[ε σ ]=0. De plus, des ravaux récens affirmen que la volailié sui un processus de mémoire longue e qu il exise de la coinégraion de ype fracionnaire enre les deux volailiés. Ceci pourrai rendre invalides ceraines des méhodes les plus souven uilisés pour esimer l équaion. Par ailleurs, dans la présene éude, inspirée par le ravail de Bandi-Perron (BP), on s inéresse aussi à rouver si ces condiions de mémoire longue e coinégraion fracionnaire se 5

8 vérifien. Le ravail de BP (2004) monre que sous l hypohèse radiionnelle de semi-maringale pour le prix des opions, on aurai en effe une équaion du ype : E[ σ ] β PRV R BS = α + β1σ + 2 où PRV es la prime de risque de la volailié (si le risque a un prix), e E[] l espérance incondiionnel. Or, comme la prime de risque es en général corrélée avec la volailié implicie 2, ne pas la prendre en compe impliquerai que les esimaeurs MCO ne soien pas convergens (biais causé par le manque de variables). Ceci es aussi vrai si les séries son coinégrées de façon fracionnaire. Donc, en suivan la démarche de leur ravail, on esime les paramères de nore équaion par la méhode de FDLS. Cee approche économérique produi des esimaeurs convergens, e ce même en présence d une (rès possible) relaion de coinégraion fracionnaire e de l exisence d une prime de risque de volailié (inobservable e supposée corrélée avec le régrésseur) el que monré dans leur ravail. Cee méhode consise à esimer le paramère βˆ dans une équaion comme (1.1) avec des echniques du domaine des fréquences. Plus spécifiquemen, pour calculer ce paramère, on uilise seulemen une parie des fréquences auour de 0. La méhode sera appliquée sur des données de volailiés pour l indice S&P100. D aure par, souven dans des éudes anérieures on s inéressai à savoir si la volailié implicie, éai un esimaeur non biaisé de la volailié réalisée 3. Touefois, dans cee éude, e de façon plus cohérene avec le modèle e les echniques d esimaion uilisées, on sui une inerpréaion légèremen différene des paramères. Auremen di, oujours d après le modèle fourni dans le ravail de BP (2004), on uilise aussi le fai que dans (1.1) α soi égale à l espérance incondiionnelle de la prime de risque. Sous cee hypohèse, on va pluô définir l absence de biais comme le fai que les deux séries de volailiés bougen une par une, c'es-à-dire, que si une subi un choc, l aure devra le subir égalemen ô ou ard (e donc α peu êre différen de 0). De ce fai, on veu eser H 0 : β=1 conre H 1 : β 1, mais on inerprèe ce es pluô comme éan une 2 Ceci es dû au fai que dans beaucoup de modèles, la prime de risque es une foncion linéaire de la volailié sousjacene, or la volailié implicie es aussi une foncion de la volailié sous-jacene. Il es donc assez inuiif que les deux variables soien corrélées. Voir l aricle de BP (2004) pour plus de déails sur le suje. 3 Surou un grand nombre de ravaux anérieurs uilisen la relaion (1.1) pour eser le non-biais à cour erme, ou bien comme un es sur l efficacié des marchés d opions. On s aendrai alors à ce que les coefficiens soien β=1 e α=0. 6

9 preuve de l exisence d'une relaion de co-mouvemen à long erme enre les deux séries 4 e non comme un es formel de non-biais ni d efficacié de marchés. L imporance de vouloir eser cee hypohèse vien de l uilié poenielle qu on pourrai irer. De ce fai, on pourrai se servir de la volailié implicie, qui es simple à calculer, pour l uiliser comme prévision de la volailié fuure à long erme, e donc épargner beaucoup de emps e d effor qu on uilise à faire des esimaions indépendanes pour prévoir cee dernière. Ainsi, d après BP (2004), le fai d uiliser ces echniques, nous perme d'éudier la relaion de long erme enre la volailié implicie e la réalisée. Ensuie, une fois que l on a obenu les esimés des paramères, on se ser du résula héorique proposé par Chrisensen e Nielsen (2004), (CN dorénavan) sur la disribuion de βˆ pour rouver (lorsque possible) ses écars-ypes, valides asympoiquemen. Finalemen, on fai des simulaions pour rouver des inervalles de confiance pour l esimaeur de α (ainsi que de β dans un deuxième emps) e eser les hypohèses qui nous inéressen pour pouvoir en irer des conclusions. Ce ravail es organisé de la façon suivane : la secion 2 inrodui au leceur quelques définiions e noions de base sur les conceps des volailiés implicie, volailié réalisée e les processus de mémoire longue. La secion 3 conien une peie révision sélecionnée des éudes précédenes. Dans la secion 4 on présene quelques conceps sur l analyse des séries saionnaires fracionnellemen coinégrés. Quan à la secion 5, elle compore l analyse empirique avec une brève descripion des données. On présene aussi le calcul les paramères de l équaion (1.1) à l aide des FDLS e ses écar-ypes 5 (ainsi que des inervalles de confiance calculées par simulaion pour α e β) afin de eser les hypohèses. Finalemen, la secion 6 présene la conclusion. 4 Ceci implique que même si les séries s écaren emporairemen l une de l aure, elles devron oujours revenir l une vers l aure. 5 Seulemen pour l'esimaeur de β dans le cas du résula asympoique de CN. 7

10 2 INFORMATIONS PÉRTINENTES On commence dans cee secion par un bref survol de quelques conceps nécessaires afin de mieux comprendre les echniques uilisées dans l éude. On présene d abord quelques propriéés de la volailié du poin de vue financier, ensuie on rappelle la définiion d une opion financière e finalemen on inrodui ceraines noions sur les processus de mémoire longue. 2.1 VOLATILITÉ ET OPTIONS FINANCIÈRES. Par souci de simplicié, on défini le rendemen d un acif financier quelconque, qui ne paie pas des dividends, enre les daes -1 e comme éan r = log(s /S -1 ), où S es le prix de l acif au momen. On supposera aussi que le rendemen es une variable aléaoire qui sui le processus: r = μ + ε Où μ es une consane e ε un brui blanc, indépendan de oue aure valeur anérieure ou posérieure. À la limie, ce processus dévien : ds S = μ d + σ db (2.1) où σ es la volailié de l acif, e B le Mouvemen Brownien. (voir, par exemple, Figlewski, 2004). La volailié réalisée pourrai aussi êre calculée simplemen comme les déviaions des rendemens par rappor à leur moyenne, comme : T T σ, T = ( ri r ) où r = T T i= 1 r i i= De plus, il fau rappeler deux caracérisiques imporanes de la volailié : En général, elle n es pas consane, mais change avec le emps. Elle es hauemen persisane (voir BP, 2004) D aure par, rappelons qu une opion es un insrumen financier donnan à son déeneur le droi, mais pas l obligaion, d acheer (call) ou de vendre (pu) un cerain bien sous-jacen, à un prix 8

11 spécifié, à une dae dans le fuur. Il exise basiquemen deux ypes d opions : Européennes e Américaines. La principale différence enre les deux es que les opions Européennes ne peuven pas êre exercées qu à échéance (c'es-à-dire à dae T), andis que les Américaines peuven êre exercées à n impore quel momen enre e T. Par souci de simplicié dans cee éude on ne raie que le cas des opions Européennes. 2.2 COINTÉGRATION FRACTIONNAIRE. On défini X (une série emporelle), comme éan un processus covariance saionnaire, si E[X ] = μ e la covariance enre X e X +j exise e es elle que Cov(X, X +j )= γ(j) ne dépend pas de (voir Robinson, 2003). On appelle une série inégrée d ordre zéro, I(0), si elle es covariance saionnaire (e a une densié specrale finie à l origine), e inégrée d ordre un, I(1), si lorsqu elle es différenciée une fois (c es à dire x - x -1 ), la série dévien I(0) (CN, 2004). Dans le domaine de l économérie, on éudie souven la relaion de coinégraion enre des processus saionnaires, où une combinaison linéaire des séries I(1) es I(0). Dans le cas bivarié par exemple, si x, e y son I(1), mais qu il exise e qui es I(0) e un β fixe el que y = β x + e alors on di que y e x son coinégrés (CN, 2004). Si mainenan on prend un processus x el que (1-L) d x = e (où L es l opéraeur de reard : L i x = x -i ), avec e I(0) e (1-L) d définie par son expansion binomiale, on di que le processus x es «inégré fracionnaire d ordre d». On dénoe un el processus x I(d), avec d éan n impore quel réel (don 0 e 1 son des cas pariculiers), (CN, 2004). Dans ce cas, on appelle d le paramère de mémoire longue. Plus spécifiquemen, dans le cas où 0 d < ½ on assiserai à un processus fracionairemen inégré qui es covariance saionnaire, mais si ½ d < 1, alors le processus serai non-saionnaire. En généralisan l idée de coinégraion, si x, e y son I(d), e il exise e I(d e ) avec d>d e dans l inervalle (0,1) e si on a un β fixe el que y = β x + e, alors on di que y e x son fracionnairemen coinégrés (CN, 2004). 9

12 Si un processus covariance saionnaire x a une foncion de disribuion specrale coninue, alors il possède aussi une foncion de densié specrale définie par : f 1 i j λ ( λ ) = γ ( j e π ) (2.2) 2 j= pour des fréquences π λ π. f(λ) es une foncion paire non négaive, périodique de période 2π au-delà de l inervalle [-π, π].(robinson, 2003). Aussi, sous ceraines condiions addiionnelles, un processus inégré fracionnaire d ordre d vérifie: f ( ) ~ c 2d λ λ lorsque 0 λ (2.3) où c es une consane e le symbole «~» veu dire que le raio des côés gauche e droi enden vers 1 à la limie (voir Robinson, 2003 pour plus de déailles). Un el processus es di qu il possède une mémoire longue parce que les auocorrélaions diminuen rès lenemen ; en fai, à un aux hyperbolique (CN, 2004). Dans le cadre de ce ravail, on va considérer des processus saionnaires de mémoire longue, don leur paramère d se rouve dans la zone saionnaire, c'esà-dire, 0 d < ½, parce que c es pour ce ype de séries qu on peu appliquer le résula de CN. Mainenan que l on a donné quelques noions e définiions, on peu procéder, dans la secion suivane, à l analyse de quelques résulas d une peie sélecion de ravaux anérieurs fais sur le suje. 10

13 3 REVUE DE LITTERATURE Parmi la liéraure élaborée au suje de la relaion enre la volailié implicie e la volailié réalisée, on choisi de parcourir brièvemen les 3 principaux ravaux sur lesquels cee éude s es inspirée. 3.1 «FORECASTING VOLATILITY» La première éude prise en compe dans le présen ravail es celle du Sephen Figlewski, (2004), iniulée «Forecasing Volaily». Ce aricle es divisé principalemen en deux grandes paries : La première, où il propose différens modèles pour faire des prévisions sur la volailié fuure d un acif financier, e la deuxième où il se me à éudier, propremen di, une relaion linéaire enre les deux ypes de volailié similaire à celle de (1.1) qui nous inéresse. Dans la première parie, il uilise en fai des modèles qui essayen de prévoir la volailié fuure en se basan seulemen sur des données hisoriques, e en supposan que la volailié es, d un cerain poin de vue, consane. Dans le cas de cee dernière, il esime la volailié hisorique sur une période de =1,2, T en appliquan la formule : v 2 ( r r ) = ( T 1) 2, où r es le rendemen de la période, r es la moyenne arihméique du rendemen e T es la aille de l échanillon. Ensuie il l annualise par : σ His = 2 T v. Quand il compare la volailié prédie avec celle réalisée, il rouve de «bonnes» esimaions pour des coures périodes. Le problème ici, es que l évidence empirique monre que l hypohèse de la volailié consane n es pas vérifiée, sauf parfois, pour des coures périodes (ce qui es consisan avec ses résulas). Deuxièmemen, Figlewski analyse les modèles de la famille ARCH pour faire les prévisions de volailié. Dans sa discussion sur cee méhodologie, il rouve que ces modèles on des désavanages pour prédire la volailié, enre aures : qu ils son difficiles à ajuser, e qu en général les prévisions se focalisen seulemen sur une période dans le fuur. De plus, les modèles 11

14 de la famille ARCH nécessien souven un grand nombre d observaions avan d avoir «un bon comporemen» (Figlewski, 2004). Dans la deuxième parie de son ravail, Figlewski exrai la volailié implicie à parir des données d opions avec mauriés enre 7 e 182 jours. Avec ces données, il a éudié le modèle σ R = σ IV + ε avec E(ε)=0 e E(σ IV ε)=0, où σ R e σ IV, son les séries de volailié réalisée e implicie, respecivemen 6. Cee équaion équivau à (1.1) e il l uilise pour eser les hypohèses que les marchés son efficiens e que la volailié implicie (IV) es un esimaeur non biaisé de la volailié réalisée (RV). Pour ce faire, il uilise l équaion de régression simple: σ R = α + β1σ IV + ε (3.1) pour eser l hypohèse nulle H 0 : β=1 e α=0. Avec plus de 17,000 données journalières sur le SP100, il calcule les volailiés avec des échéances T=1 mois e T=6 mois pour des opions «ahe-money» 7. Pour les deux séries des volailiés, il esime (3.1) par MCO; il obien des esimés de paramères α=0.136 (0.012) e β=0.022 (0.05), où les chiffres enre parenhèses son des écar-ypes radiionnelles de MCO. À la lumière de ses résulas, il rejee H 0. Après il ajuse en plus de (3.1) les modèles : σ R = α + β 2σ His + ε (3.2) σ R = α + β1σ IV + β 2σ His + ε (3.3) où σ HIST es la volailié hisorique (calculée comme monrée ci hau), mais en uilisan un souséchanillon qui prend en compe seulemen les opions avec échéance à cour erme (n=852). Il rouve les résulas ci-dessous: 6 Il fau noer que dans cee sous-secion on a gardé la même noaion originale que celle que Figlewski a dans son ravail. 7 On di qu une opion es «a-he-money» quand son prix d exercice es égal au prix du sous-jacen sur lequel es émise l opion (K=S) 12

15 α β 1 β 2 R 2 adj (0.017) (0.101) (0.024) (0.165) (0.024) (0.097) (0.203) SOURCE : Table III.3 (Figlewski, 2004, p111) En se basan sur ses résulas, il conclu que, apparemmen, σ IV n appore aucune informaion sur σ R, surou si on a déjà pris en compe l informaion que donne σ His. (Figlewski, 2004). Cependan, dans une revue d aures aricles que Figlewski menionne plus loin dans son ravail, ceux-ci monren que la σ IV appore de l informaion sur la volailié fuure, mais que σ IV es un esimaeur biaisé de cee volailié (voir Figlewski, 2004, page 98), laissan ainsi la pore ouvere à de nouvelles éudes. 3.2 «LONG MEMORY AND THE RELATION BETWEEN IMPLIED AND REALIZED VOLATILITY» Le second aricle es celui de Federico Bandi e Benoi Perron (2004). Dans ce aricle, les aueurs menionnen qu il exise de l évidence empirique dans des ravaux récens qui souiennen que σ BS es un esimaeur non-biaisé e efficien de σ R, lorsqu on conrôle les rois élémens qui son supposés «conaminer» les résulas de la régression (1.1), à savoir (voir BP, 2004) : Des erreurs dans les variables «Overlapping Daa» Le manque de variables. De plus, ils soulignen le fai que la volailié soi hauemen persisane. En effe, ils considèren qu il exise une sore de co-mouvemen de long erme enre les séries de la σ BS e de σ R, e que la relaion enre elles soi du ype de coinégraion fracionnaire. 13

16 Bandi e Perron (2004), uilisen un modèle de valorisaion d opions qui implique que les séries de volailié possèden de la mémoire longue 8. Pour esimer les paramères de l équaion (1.1) de façon cohérene avec cee hypohèse (e avec celle de la coinégraion fracionnaire), ils uilisen la méhode de NBLS (qui es un cas pariculier de FDLS pour des fréquences auour de 0). Cee méhodologie es consisane même dans le cas de erreurs saionnaires corrélés avec une variable indépendane (BP, 2004). Dans leur ravail, Bandi e Perron fon l éude des volailiés en se servan des données journalières enre Janvier 1988 e Ocobre 2003, de l indice SP100 (OEX) e d une série de volailiés implicies calculées par le «Chicago Board Opions Exchange» (CBOE), pour des opions (synhéiques) «a-he-money» sur l indice SP100 avec échéance d un mois (la série VXO) 9. Ils présenen une équaion de régression semblable à (1.1) e fon l esimaion du βˆ par MCO e NBLS avec différenes valeurs du paramère de fenêre (bandwidh) «m». Ils fon appel ensuie aux simulaions (par sous-échanillonnage) pour calculer les erreurs sandard des paramères, e pour ainsi êre capables de eser leurs hypohèses. En bref, ils argumenen, appuyés sur les esimaions de paramères d qu ils effecuen, que les processus de volailié son fracionnairemen coinégrés, e ceci es associé aux mouvemens de long erme. Auremen di, les séries de volailié possèden de la mémoire longue. De même, ils rouven des esimés de α enre e e de β enre e e des inervalles de confiance qui ne permeen pas de rejeer l hypohèse nulle 10. En conséquence, ils rouven égalemen que la volailié implicie es un esimaeur approximaivemen non biaisé de la volailié réalisée (BP, 2004, page 27). Ils inerprèen ce résula pluô comme éan une évidence de l exisence d une relaion de co-mouvemen à long erme enre les volailiés, e non comme éan un es formel de non-biais à cour erme, ni d efficacié des marchés, ni de validié d un cerain modèle de valorisaion d opions (BP, 2004, page 27). Finalemen ils argumenen que ces résulas n impliquen que l exisence de une relaion de co-mouvemens de long erme enre les deux variables. 8 Ce modèle es une exension d un modèle cié dans l aricle de Come, F., L. Couin, and E. Renaul «Affine Fracional Sochasic Volailiy Models» Mimeo, 2003, selon documené par les aueurs. 9 Pour une explicaion bien déaillée sur la série VXO, le leceur es dirigé vers le sie web du Chicago Board Opions Echange (CBOE) au lien : hp://www.cboe.com/micro/vxo/ 10 Ils se soucien seulemen de eser H 0 : β=1 VS H 1 : β 1. 14

17 3.3 «ASYMPTOTIC NORMALITY OF NARROW-BAND LEAST SQUARES IN THE STATIONARY FRACTIONAL COINTEGRATION MODEL AND VOLATILITY FORECAST.» Finalemen, l aricle de Ben Jasper Chrisensen e Moren Orregard Nielsen (2004) es rès imporan à menionner dans le cadre de cee éude. L appor principal de ce exe es la disribuion asympoique des esimaeurs du paramère β dans la régression (1.1) lorsqu on uilise la méhode de «Narrow Band Frequency Domain Leas Squares (NBLS)», dans le cas des processus saionnaires de mémoire longue. Dans leur aricle, CN (2004) procèden à l analyse des processus coinégrés de mémoire longue e en fon l applicaion empirique avec des données de volailié financière. En général, ce ype de séries on la paricularié de monrer une grande dépendance sérielle mais sans êre nécessairemen des processus avec racine uniaire (CN, 2004). Pour l applicaion de leur héorie, les aueurs éudien un modèle où ils considèren aussi la possibilié que les séries des données pour σ BS e σ R soien fracionnairemen coinégrées. D un côé, ils se serven des données de haue fréquence (avec des coisaions oues les 5 minues) pour les rendemens de l indice SP500, enre le 1 janvier 1988 e le 31 décembre 1995, pour calculer la série de volailié réalisée. D un aure côé, parmi les opions exisanes sur le SP500, ils prennen la coisaion des lundis pour le Call de plus coure maurié e qui es plus proche d êre «a-he-money», e inversen aussi la formule de (BS) pour esimer la série de volailié implicie (voir CN, 2004, page 13 pour plus de déails). À la différence des aures ravaux, les données qu ils uilisen pour esimer la relaion (1.1) ne son pas les séries de volailiés qu ils on calculé à l origine, mais des «log-volailiés». De même, ils esimen le paramère d pour leurs données e rouven des valeurs auour de De ce fai, ils esimen les paramères de (1.1) par FDLS e calculen les écars-ypes de βˆ en uilisan leur disribuion asympoique pour eser l hypohèse de non-biais H 0 : β=1. Ils spécifien que, si les séries son coinégrées de façon fracionnaire, alors cee hypohèse exprime une relaion de non-biais à long erme. 15

18 D après leurs résulas, ils ne peuven pas rejeer l hypohèse que les deux séries de volailié son fracionnairemen coinegrées, ni que l erreur de coinégraion a seulemen une mémoire coure. Ainsi, oues les propriéés de mémoire longue son communes pour la volailié implicie e réalisée (CN, 2004 page 19). À la lumière des inervalles de confiance qu ils rouven, ils ne peuven pas rejeer l hypohèse que β=1, ce qui es cohéren avec la liéraure anérieure, qui souien que la VI es un esimaeur non-biaisé dans le long erme. Finalemen, Chrisensen e Nielsen souiennen leur héorie e méhodologie en affirman que celle-ci es rès uile parce qu elle produi des «esimaeurs consisans e asympoiquemen normaux, même lorsque les MCO ne son pas convergens» (CN, 2004, 20). 3.4 QUELQUES FAIBLESES DES ÉTUDES ANTERIEURES: En général, on peu remarquer qu il n y a pas de consensus sur les méhodes à uiliser pour faire de bonnes prévisions sur la volailié. On remarque aussi (par exemple dans le cas de Figlewski (2004)), qu on peu rouver des fois que l esimaion βˆ es saisiquemen < 1 (ce qui pourrai suggérer l exisence d une prime de risque par exemple). Dans le cas des MCO, ceci peu êre dû à la manque des variables (corrélées avec σ BS ), ou bien qu il exise des erreurs de mesure dans celles-ci. Ces deux phénomènes rendraien les esimaions par MCO non convergens (e probablemen biaisés vers 0). Sinon, l aure problème qui peu arriver, es qu il y ai de l auocorrélaion des erreurs, ce qui enraînerai le fai que les écar-ypes radiionnels de MCO soien faux. En ce qui concerne l éude de la relaion (1.1) dans le cas spécifique de Figlewski, il a uilisé l esimaion par MCO e a rejeé H 0, ce qui es en désaccord avec une bonne parie de la liéraure exisane, surou pour la for probable exisence de coinégraion fracionnaire (qui rend invalides les écar-ypes habiuels de MCO). Une explicaion possible de son reje, pourrai êre le fai que les erreurs dans sa régression soien auocorrélés ou même que les séries qu il a en 16

19 fai uilisé suiven des processus coinégrés. De ce fai, les esimaions des écar-ypes de MCO ne son plus valides e nous enraînen à effecuer de mauvaises conclusions. Mainenan, après avoir parcouru une peie parie de la liéraure anérieure sur le suje, nous sommes prês à nous consacrer davanage sur la relaion qui nous inéresse, le cadre héorique qui la souien, le modèle que l on pose ainsi que la méhode d esimaion. Nous allons voir ceci de façon plus approfondi dans les secions suivanes. 17

20 4 ANALYSE THÉORIQUE Après avoir vu quelques résulas sur des ravaux anérieurs, on va procéder à la présenaion du cadre héorique sur lequel se base cee éude. Il es imporan de souligner que la grande majorié des conceps, explicaions e idées qui suiven son prises surou des ravaux de Bandi-Perron (2004) e de Chrisensen-Nielsen (2004). Tel que menionné au sommaire, ce ravail es simplemen une ré-esimaion du modèle de BP avec des données mises à jour, mais en ajouan le résula héorique de CN. 4.1 LE MODÈLE Tel que proposé par BP, on suppose un modèle de volailié sochasique pour le rendemen des acifs, el que celui de l équaion (2.1. Rappelons nous que le prix héorique d une opion d acha (Call) européenne C, avec un prix d exercice K e de maurié au emps T (mesuré en années) sur un sous-jacen ayan un prix de S à la dae, es donné selon la formule de Black- Scholes par 11 : rt C S, K, T, r, σ ) = S Φ( δ 1 ) e KΦ( δ ) ( 2 (4.1) avec ( S ) 1 2 ln + r σ T K + 2 δ 1 = e δ 2 = δ 1 σ T σ T où Φ es la f.d.p. d une Loi Normale Cenrée Réduie, r le aux d inérê sans risque e σ la volailié du rendemen du sous-jacen enre les daes e T, la «vie» de l opion. De ce fai, si on peu observer le prix d un Call sur le marché, C Mk, on peu inverser (4.1) de façon numérique pour rouver la valeur de σ qui égalise le prix héorique avec le prix sur le marché. Auremen di, c es la valeur σ BS el que C(S,K,T,r,σ BS )=C Mk. Cee valeur sera donc la volailié implicie de l opion. On peu répéer ceci plusieurs fois pendan une période donnée e consruire une série BS emporelle de volailiés implicies σ pour chaque dae. De même, on peu consruire une 11 Voir Hull, 2003 pour plus de déails sur la formule de BS e pour un excellen livre de exes sur les opions. 18

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Colloque Théories et Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011.

Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Colloque Théories et Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011. RISQUE EXTREME ET REGULARITE FRACTALE EN FINANCE Académie Européenne Inerdisciplinaire des Sciences Colloque Théories e Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011 Lauren Emmanuel Calve Lauren Emmanuel

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service Mesure de l inceriude endancielle sur la moralié Applicaion à un régime de renes en cours de service - Frédéric PLANCHET (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer & Associés) - Marc JUILLARD (Winer & Associés)

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

La prise en compte des événements extrêmes pour la valorisation d options européennes

La prise en compte des événements extrêmes pour la valorisation d options européennes La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes JULIEN IDIER CAROLINE JARDET GAËLLE LE FOL Banque de France, Banque de France Banque de France, Universié Paris I Universié

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Temps-fréquence et traitement statistique

Temps-fréquence et traitement statistique in Temps-réquence: conceps e ouils, eds. F. lawasch and F. Auger, Paris, France: ermes/lavoisier, 2005, Chap. 10, pp. 289 330. Copyrigh 2005 ermes/lavoisier Chapire 10 Temps-réquence e raiemen saisique

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation Evaluaion sochasique des conras d éargne : agrégaion des raecoires de l acif & mesure de l erreur liée à l agrégaion - Oberlain NEUKAM-EUGUIA (Winer & Associés) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon Laboraoire

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers Universié d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mahémaique opion Finance Inroducion à la valorisaion des produis financiers Véronique Berger versiondu10janvier2006 Conens I Insrumens financiers 5 1 Définiion

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail