NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES"

Transcription

1 BRUSSELS EONOMI REVIEW - AHIERS EONOMIQUES DE BRUXELLES VOL 5 N 3 AUTUMN 7 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME (UNIVERSITE PARIS, ERMES- NRS- UMR78) RESUME: e papier présene des méhodes couranes d eracion du cycle : les filres classiques de Hodric-Presco, Baer-King e hrisiano-fizgerald, puis les filres numériques de Buerworh, de Hamming e de Hanning, enfin la modélisaion endance-cycle à composanes inobservables. es méhodes son appliquées à des séries cycliques simulées e au données rimesrielles du PIB américain (98 - ). Une classificaion des méhodes apparaî plus perinene en foncion de leur propriéé fréquenielle. Les filres endance-cycle e de Hamming semblen eraire un cycle plus lisse. E, les filres esimen un cycle largemen différen de celui défini par la règle des poins de reournemen proposée par le NBER. ABSTRAT: This paper presens commonly used filers in macroeconomics. We consider he usual filers of Hodric-Presco, Baer-King and hrisiano-fizgerald, hen he numerical filers of Buerworh, of Hamming and of Hanning, finally he unobserved componens Trend-ycle model. The mehods are illusraed hrough some arificial cyclical series and he US GDP quarerly series (98 - ). This paper suggess ha business cycles display differen groups according o heir frequency propery. The filers rend-cycle and Hamming seem o erac a smooher cycle. Also he filers lead o idenificaion of a cycle differen from he urning poins daes rule proposed by NBER. JEL lassificaion:,, 5,, E3. MOTS-LES: cycle économique, endance, filre passe-hau, filre passe-bande, composanes inobservables. KEYWORDS: business cycle, rend, high-pass filer, pass-band filer, unobserved componens. Universié Paris, ERMES- NRS- UMR78,, place du Panhéon 753 Paris cede 5, France

2 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE INTRODUTION Dans la décennie qui sui la grande dépression, les économises prennen conscience de l eisence d alernances de phases de hausse e de baisse dans les aciviés producives humaines (Harberler, 9 ; Shumpeer, 939). La héorie des cycles a éé éablie afin de rendre compe des successions de phases de hausse e de baisse de l acivié économique, e ainsi d envisager une prévision des crises e des reprises. Le erme de cycle désigne les flucuaions de l acivié économique qui ne son ceres pas sysémaiquemen régulières ou périodiques. En foncion de la posiion de l économie dans les cycles économiques, les auoriés monéaires e de gouvernemen peuven prendre des mesures de poliique économique à cour erme adéquaes pour réguler l acivié économique : il s agi des poliiques cononcurelles. es poliiques cononcurelles se veulen avan ou conracycliques. Une poliique budgéaire conracyclique, comme le nom l indique, va à l enconre des mécanismes de cycles. Elle s y oppose dans le sens où c es une poliique dans laquelle l Éa s acive à relancer l économie lorsque la croissance économique es faible, e à améliorer l éa de ses finances lorsque la croissance es fore. Ainsi, duran une période de cononcure économique mauvaise, noammen de récession économique, l Éa peu mener une poliique de relance, poliique eynésienne, qui passe par une poliique budgéaire epansionnise, c es-à-dire d augmenaion de ses dépenses. A l inverse, lorsque la cononcure économique es bonne, l Ea peu alors mener une poliique budgéaire plus resricive, c es-à-dire baisser ses dépenses, e profier des renrées fiscales, qui lui permeron de relancer l économie, si la cononcure se déériore. La définiion classique du cycle économique a éé apporée par les économises américains Arhur Burns e Wesley Michell du Naional Bureau of Economic Research (NBER) en 96 : un cycle es composé d epansions qui se produisen à peu près en même emps dans de nombreuses branches, suivies de récessions, de conracions e de reprises ou aussi généralisées qui se reoignen dans la phase d epansion du cycle suivan. ee définiion s appuie sur la daaion des poins de reournemen des agrégas économiques, ce qui perme de mere en évidence les périodes d epansion e de récession. ee approche souffre de quelques insuffisances don son incapacié à dissocier cerains ralenissemens de la récession. Un poin de vue alernaif es donc proposé dans la liéraure macroéconomique. Le cycle es défini comme un cycle de croissance puisqu il es l écar à la endance de long erme (Zarnowiz, 985). Différenes méhodes saisiques univariées son proposées pour eraire le cycle économique de croissance. Hisoriquemen, cee approche a d abord consiser à esimer des endances déerminises (linéaires, polynomiales ou coudées) e fourni des cycles pariculièremen amples e persisans. Ensuie des méhodes à base de filres son devenues populaires elles que le filre de Hodric-Presco (997), de Baer-King (999). Leur succès es lié à leur simplicié d uilisaion e à leur capacié à eraire des endances sochasiques. Néanmoins, ces filres peuven faire apparaîre des cycles arificiels (ogley e Nason (995), Murray (3)). Les filres de Buerworh (93), de Hamming e de Hanning (Blacman e Tuey (959)) son La héorie économique oppose les poliiques procycliques (des éas e banques cenrales) au poliiques conracycliques, qu elle uge préférables. 336

3 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME donc imporés de l ingénierie, ils son qualifiés de filres numériques. Enfin, une aure méhode consise à modéliser la endance e le cycle qui son ensuie esimées par le maimum de vraisemblance. Elles son qualifiées de méhodes paramériques. Elles comprennen la décomposiion de Beveridge-Nelson (98), les modèles à régressions linéaires e les modèles à composanes inobservables (Harvey, 985 e lar, 987). es méhodes son améliorées en imposan à la composane cyclique de suivre une foncion rigonomérique (Harvey e Jaeger, 993 ; Koopman e al., 999). L obecif de ce aricle es de procéder à une classificaion udicieuse de méhodes univariées d eracion du cycle économique, en les comparan enre elles e avec la méhode d idenificaion du cycle basée sur ses poins de reournemens. A cee fin, nous recourons à si filres choisis pour êre assez représenaifs des méhodes univariées d eracion de cycle disponibles : des méhodes récenes ou pas, des méhodes paramériques ou non, des filres numériques e des méhodes à différenes propriéés fréquenielles. e ravail débue par une présenaion brève des méhodes, régroupées en rois caégories de mesure du cycle basée sur la démarche, les ouils e qui consiue la classificaion usuelle. Il s agi des filres classiques de Hodric-Presco, de Baer-King e de hrisiano-fizgerald, puis des filres numériques de Buerworh, de Hamming e de Hanning e, enfin du filre endance-cycle : une eension du filre de Hodric-Presco basée sur une modélisaion à composanes inobservables. Par la suie, les méhodes son appliquées à une série puremen cyclique simulée e au données rimesrielles du PIB américain sur la période allan de 98 à. Dans la première illusraion des ouils de mesure de qualié son calculés pour comparer les filres, la deuième illusraion perme de déduire un regroupemen des méhodes à parir de la comparaison des chronologies des poins de reournemen. Les résulas empiriques de nore éude poren à la fois sur la performance des filres à eraire un cycle proche de la série cyclique iniiale, sur la cohérence de ces différenes esimaions enre elles, sur les liens enre les méhodes e sur leur apiude à eraire un cycle don la daaion des poins de reournemen es proche de celle proposée par le Naional Bureau of Economic Research (NBER). D abord nos ravau permeen de disinguer rois ypes de méhodes indépendammen de la classificaion usuelle, mais pluô en foncion de leur propriéé fréquenielle : les filres passe-hau, les filres passe-bande e le filre endance-cycle qui uilise simulanémen un filre passe-hau e un filre passebande. Nous observons que les filres endance-cycle e le filre numérique de Hamming semblen eraire un cycle plus lisse e mieu raier les erémiés de la série. ependan, l uilisaion d un modèle à composanes inobservables basé sur un filre es plus complee e son mode opéraoire plus lourd même si elle semble êre plus rigoureuse. De plus, en présence d une composane irrégulière, le filre endance-cycle devien moins fiable que le filre Hamming. Enfin, nous confirmons la conclusion suivane de diverses analyses macroéconomiques : le cycle diffère largemen selon qu il es erai à parir de filres ou défini par la règle des poins de reournemen proposée par le NBER. En effe, malgré la prise en compe de filres récens comme les filres numériques e le filre endance-cycle, les 337

4 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE chronologies des poins de reournemen de cycle obenues son différenes de celle proposée par le NBER.. DES FILTRES LASSIQUES EN MAROEONOMIE.. LE FILTRE DE HODRIK ET PRESOTT Le filre de Hodric e Presco (HP, 997) décompose une série macroéconomique Y,..., n corrigée de variaions saisonnières en une endance de long erme X, e des flucuaions de cour erme saionnaires : Y X. () Il eise une définiion de la saionnarié au sens sric, mais on se limie le plus souven au crière d une saionnarié du second ordre. es saionnaire du second ordre si e seulemen si : (), E ( ) m, V ( ) h (, h),cov(, ) ( h) où m e son indépendans du emps e les auocovariances h dépenden uniquemen du délai h enre les deu daes considérées. De façon moins echnique, une série es saionnaire si sa variabilié n évolue pas au cours du emps e si les valeurs à chaque dae ne son pas corrélées enre elles. L idée sous-acene au filre HP es la suivane. En moyenne, sur le long erme, les flucuaions cycliques devraien êre nulles. De plus, la endance de long erme de la série doi refléer un au de croissance flucuan peu. Ainsi, la endance es esimée par la résoluion du problème d opimisaion suivan : n n min ( Y ) X n X ( X ) (3) où es un paramère réel posiif de lissage e X X X X qui dépend des différences secondes de X, radui le lissage de la endance. La première parie de l équaion (3) radui la fidélié de la endance par rappor à la série. X es le poids relaif enre deu forces : d une par, celle qui minimise la somme des carrés des résidus cycliques e d aure par, celle qui minimise la somme des carrés de X ). Plus es grand, plus la endance esimée es lisse. ( Dans leur cadre de ravail, la valeur de es obenue en considéran un modèle de probabilié dans lequel : sui une loi normale N (, I ) e X sui une loi 338

5 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME 339 normale ) (, I N X. La valeur esimée de X es la soluion du problème de l équaion (3), avec : / X. () Hodric e Presco recommanden le choi de [5/(/8)] 6 pour les données rimesrielles. Pour le choi de la valeur du paramère de lissage, les aueurs se basen sur une de leurs observaions selon laquelle "5% de la composane cyclique correspond à /8 de % du au de croissance de la endance pour une série rimesrielle." Ils recommanden = pour des séries mensuelles e = pour des séries annuelles. Les condiions de premier ordre de HP son déduies en posan le veceur gradien de l équaion (3) égale à zéro. ) ( 3 ) 5 ( 3,..., 3, pour ), 6 ( N ) 5 ( 3 N N N N N ). ( N N N N es condiions se résumen ainsi : F X (5) où F

6 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE avec X, pour 3,,..., N (6) ce qui implique Y ( F I) X. (7) Alors, la endance es X ( F I) Y. (8) Une fois la endance esimée, on reranche la endance à la série pour obenir la composane cyclique : Y X. (9) Les flucuaions cycliques son un esimaeur de la composane combinée cyclique-irrégulière. On peu appliquer le filre à la série obenue avec un aure paramère de lissage ou uiliser une aure méhode de lissage, (par eemple la méhode robuse du Loess (leveland e al., 99), pour ener d isoler la composane irrégulière de la composane cyclique précédemmen obenue. L applicaion du filre HP es ad hoc car ses uilisaeurs cherchen uniquemen une composane cyclique saionnaire sans epliciemen spécifiée les caracérisiques du cycle économique. A l inverse les filres présenés par la suie mesuren le cycle don il y a une spécifie une caracérisique. ee méhode fourni des valeurs au erémiés de la série mais en uilisan des moyennes mobiles asymériques qui inroduisen un déphasage enre la endance e la série. Pour chaque nouvelle valeur de la série, le filre es recalculé sur l ensemble de la série. Il a endance à suresimer le cycle ou en sous-esiman le rend, ce qui peu générer des pics ineisans dans le cycle économique (ogley e Nason, 995)... LA METHODE DE BAXTER ET KING Baer e King (BK, 999) définissen le cycle comme une alernance de périodes d epansion e de récession don la longueur varie enre 6 e 3 rimesres, en se référan à la définiion du cycle de Burns e Michell (96). Un filre idéal devrai eraire le rang spécifique de périodicié enre / 6 e / 3, sans en alérer les propriéés. On applique alors à la série un filre passe-bande qui conserve les fréquences de ce inervalle e annule les aures. Le filre passe-bande es obenu à parir de la somme d un filre passe-bas associé à la fréquence e d un filre passe-hau associé à la fréquence. eci correspond à la différence de deu filres passe-bas associés au fréquences e car un filre passe-hau es le complémen à du filre passe-bas associé à la même fréquence. Le filre passe-bande obenu doi êre symérique de façon à ne pas inroduire de déphasage enre la série iniiale e celle issue du filre. 3

7 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME Rappelons la définiion d un filre passe-bas idéal associé à une fréquence. Il s agi d une ransformaion linéaire (une moyenne mobile infinie) d une série qui conserve les fréquences inférieures ou égales à e annulen celles qui son supérieures à. La foncion de ransfer du filre idéal es de la forme : i,si A e (),sinon. i Le développemen en série de Fourier de e A es : ( ) i e () don les coefficiens son définis par : e i d /,si () sin ( ) /,si. Ainsi, le filre passe-bande idéal laissan passer les fréquences comprises enre e es défini par la foncion de ransfer : i,si (, ) (, ) A e (3), sinon. Les coefficiens du filre son : ( ) /,si () sin ( ) sin ( ) /,si. Dans le domaine emporel, le filre idéal ransforme la série iniiale Y,..., n en une série Y définie par la moyenne mobile infinie suivane : Y L Y. (5) L es l opéraeur reard el que polynôme L Y Y L L à la série Y.. L équaion (5) revien à appliquer le 3

8 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE Baer e King proposen un filre passe-bande fini symérique d ordre pour esimer le cycle qui approime la série Y. La série Y es isolée quand le filre passe-bande infini es appliqué à la série Y. Le filre héorique infini es approimé à l aide d un filre fini opimal basé sur le crière d opimisaion suivan: f ( ) ( ) d min, sous conraine : ( ) (6) où () es la foncion de ransfer du filre passe-bande idéal (avec () qui es le gain à la fréquence nulle), e f () es la foncion de ransfer du filre passebande fini recherché qui es de la forme :,si (, ) (, ) f ( ) (7), sinon. i Le développemen en série de Fourier de f e es : i f ( ) e. (8) Le filre BK es donc obenu par simple roncaure du filre infini à l ordre, à condiion de ramener la somme des coefficiens à, en aouan le même correcif à chaque coefficien b. Plus es grand, plus le filre fini es précis avec une pere de poins à chaque erémié de la série. Les poids soluions du problème de minimisaion son : b ; ;,,..., b ( ) /,si sin ( ) sin ( ) /,si,..., (9) b. En praique, les aueurs recommanden de ronquer le filre infini à l ordre = pour des séries rimesrielles, pour que l espérance ne soi pas modifiée. Il es éviden que l on perd rimesres à chaque erémié. Le filre BK es une alernaive aracive au filre HP, puisqu il perme d eraire une composane puremen cyclique. ependan, ce filre réel e symérique inrodui ou de même un déphasage, bien que moindre, enre Y e le cycle esimé (Guay e S-Aman (997), Murray (3)). 3

9 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME.3. LA METHODE DE HRISTIANO ET FITZGERALD Le filre idéal proposé par hrisiano e Fizgerald (F, 999) es proche de celui de BK : il ene d approimer le filre idéal passe-bande. Il ransforme la série iniiale en une série définie Y,..., n en une série Y. Les poids du filre fini F approime la série Y en un cycle esimé aussi proche possible de Y. Pour ce faire, les aueurs reiennen un aure crière d opimalié : ils sélecionnen les poids du filre fini de façon à minimiser l espérance du carré des erreurs. Y Y E () L approimaion opimale du filre passe-bande F nécessie qu on sache la naure réelle de la représenaion des données iniiales Y. En praique, la naure réelle des données es inconnue e es alors esimée. Les aueurs posen comme hypohèse que les données son générées par une pure marche aléaoire. Y es de ype Y Y, où es un brui blanc. Y a une espérance nulle e a une covariance saionnaire. On peu monrer que Y es non saionnaire puisque sa variance varie dans le emps (on remarquera la présence du coefficien devan le erme Y ). Si les données on une espérance non nulle, elle doi êre éliminée avan l analyse. Si la covariance es saionnaire auour de la endance, la endance doi êre d abord éliminée. Les aueurs monren que dans le cas où la série iniiale es une marche aléaoire sans dérive (ou peu y êre assimilée), le filre approimé opimal s eprime comme sui : d b b b b bn n d n n n, pour,,. () Les coefficiens b on ceu inervenan dans l équaion (9) avec varian de à l infini e chaque coefficien d es la somme de à l infini des b e d b. () Le filre F es opimal seulemen si les données son générées par une pure marche aléaoire. Les coefficiens son ni saionnaires ni symériques ce qui implique un déphasage enre Y e le cycle esimé. De plus, Osborn (995) a monré qu un filre à moyenne mobile inrodui en général ou de même un déphasage. 33

10 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE.. REMARQUE Singleon (988) a monré que le filre HP es une bonne approimaion d un filre passe-hau qui laisse passer oues les composanes de fréquence supérieure ou égale à /, pour les poins cenrau de la série (équaion(6)). Au erémiés, le filre calcule la endance grâce à une moyenne mobile asymérique ne faisan inervenir que les informaions anérieures à la dae considérée (en fin d échanillon) ou que les informaions fuures (en débu d échanillon). D où le déphasage inrodui enre la endance e la série, ce qui es gênan si le cycle es uilisé pour l analyse cononcurelle. es rois filres on éé beaucoup criiqués dans la liéraure pour les fausses srucures cycliques qu ils pouvaien induire : Wason (986), lar (987), Morley e al. (3), Murray (3), On a pu depuis lors assiser à une proliféraion de méhodes de mesure du cycle économique. Récemmen, dans le bu de mieu eraire le cycle de séries emporelles macro économiques, des filres numériques on éé proposés pour opimiser un poin spécifique de ces filres. Pour mieu laisser passer les basses fréquences (respecivemen une bande de fréquences) les filres numériques passe-bas (respecivemen les filres numériques passe-bande) son uilisés.. DES FILTRES NUMERIQUES AU SERVIE DE L EXTRATION DU YLE EONOMIQUE.. LE FILTRE DE BUTTERWORTH Le filre de Buerworh (Bu) a éé décri en 93 par l ingénieur Sephen Buerworh e fu appliqué en économie par Harvey e Trimbur (3). es un filre linéaire, désigné pour avoir un gain aussi consan que possible. omme l a récemmen souligné Gomez (), le filre de HP en es un cas pariculier. ependan, le filre de Buerworh es plus fleible puisqu il dépend de deu paramères posiifs q e l ordre du filre m. e filre peu-êre eprimé en erme d opéraeur d erreur comme sui : B lp m q L m, m,,3 (3) q sin ( lp / ) e lp où m es la fréquence limie (lp désigne le filre passebas de Bu). e filre passe-bas es ransformé en filre passe-hau en suppriman la endance eraie, de façon à isoler la composane cyclique. Mais pluô que de définir le cycle simplemen comme la parie résiduelle de la série après l eracion de la endance, un filre passe-bande peu-êre uilisé pour conserver un inervalle de fréquences spécifique. Un filre idéal d eracion de cycle peu-êre obenu comme un cas pariculier d un filre passe-bande de Buerworh. e filre es obenu en sousrayan les poids du filre passe-bas de Buerworh don de ceu du passe-bas don lp avec lp. Mais, 3

11 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME dans le cas de nore éude nous nous limierons à la version passe-hau de ce filre, pour évaluer si un filre numérique erai un cycle plus lisse qu un aure ype de filre indépendammen ou pas de ses propriéés fréquenielles (filre passe-hau ou filre passe-bande). On peu uiliser une aure méhode de lissage, (par eemple la méhode robuse du Loess (leveland e al., 99), pour ener d isoler la composane irrégulière de la composane cyclique précédemmen obenue... LE FILTRE A FENETRE DE HAMMING ET DE HANNING es filres poren le nom de leurs inveneurs (Hamming R.W. e Von Hann J. F., 959 ; Blacman e Tuey, 959) e son bien connus en ingénierie (Oppenheim e Schaffer, 999). L uilisaion de ces filres en économie es proposée par Iacobucci e Noullez (5). Appliqués sur des séries finies, les filres induisen un déphasage enre la série iniiale e la série eraie. Un ausemen es donc proposé avec l uilisaion d une fenêre pour aénuer la puissance specrale en dehors de la bande fréquenielle considérée, permean la suppression maimale des composanes fréquenielles non désirées. Les aueurs reiennen la fenêre de Tuey don la forme specrale es la suivane : a sin T W ( ) a,. a () T T Ils recommanden l uilisaion de la fenêre specrale de Hanning ( a,5) e de Hamming ( a,5) pour les séries de ype macroéconomique. Le filre à fenêre de Hamming es obenu à parir d une combinaison udicieuse de celle de Hanning e d une fenêre recangulaire. es deu filres son décris dans le chapire "Paricular Pairs of windows" (pp ) du livre de Blacman e Tuey (959). Ils apporen une pondéraion en forme de cloche, mais le filre à fenêre de Hanning annule les poins des erémiés, ce qui n es pas le cas du filre à fenêre de Hamming. Par la suie, on uilisera le filre à fenêre de Hamming (HW) qui a l avanage d êre applicable à des séries macroéconomiques coures (Iacobucci e Noullez, 5, p. 7). Les aueurs proposen la procédure d eracion de cycle suivane : - onsidérons la série iniiale Y,..., n e la fréquence / n où es la périodicié considérée (mois, rimesre,...). - On supprime la endance linéaire. Les aueurs proposen d uiliser la méhode des moindres carrés, pour supprimer une endance localemen polynomiale (Iacobucci e Noullez (5), p. 6). - On calcule la ransformée de Fourier du signal Y : U n i n Y e,,..., n /. (5) - On applique la fenêre de Hamming e de Hanning W H à U : 35

12 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE n / W H U ' n / V W H U (6) ' ' ( a) ( a) H ah H U,,..., n / où H es défini par : H,siln n, sinon. (7) (8) - Puis on calcule l inverse de la ransformée de Fourier pour obenir la série filrée : i i n / n n V V,,,. V e V e n (9) n Le filre de HW aénue les composanes non désirées par un faceur plus grand que. es amélioraions son pariculièremen évidenes quand des séries emporelles de cour erme son analysées, ce qui es une caracérisique des séries emporelles macroéconomiques. e filre es saionnaire e symérique, il n indui donc aucun déphasage. Les filres évoqués dans les deu secions précédenes son des méhodes non paramériques : ils ne prennen pas en compe la spécificaion eplicie d un modèle saisique e les paramères son fiés à priori. Dans la secion qui sui, considérons une méhode paramérique, qui devrai permere de mieu isoler les composanes d une série emporelle. 3. UN FILTRE AVE LA MODELISATION A OMPOSANTES INOBSERVABLES OMME PROEDURE D EXTRATION DE SIGNAL Harvey (985) e lar (987) uilisen un modèle à composanes inobservables (Unobserved omponens (U) Model) pour décomposer les séries emporelles macroéconomiques Y en endance sochasique X e en composane saionnaire cyclique, Y X (3) La endance conien une racine uniaire : (3) (3) où cov,, ~ iid,, ~ iid,. Le cycle sui un processus ARMA saionnaire e inversible ( L) ( L). p q 36

13 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME La endance sochasique du modèle U es beaucoup mieu esimée que celles des filres linéaires mais son processus d esimaion indui rop de flucuaions cycliques qui de plus subissen souven un déphasage emporal. Une aure version du modèle U es proposée (Harvey (989)). Les séries emporelles macroéconomiques Y son décomposées en une endance sochasique d ordre d, X d,, une composane cyclique sochasique d ordre c, c, e une composane irrégulière. Y X d, c,. (33) Précisons les hypohèses posées sur ces différenes composanes. Le processus es un brui blanc d espérance e de covariance nulle e de variance consane. On le noera BB, Les composanes X d,, e c, son non corrélées enre elles. Une composane inobservable ( d es un enier posiif) si : X, X, X d, es une endance sochasique d ordre d X i, X i, X i,, i,..., d (3) où BB, ~. ee endance sochasique es donc une marche aléaoire d ordre d. L équaion (3) peu alors se généraliser : X d d,, X. (35) La spécificaion du cycle es consruie à parir de foncions sochasiques rigonomériques (Harvey e Jaeger, 993). Une composane inobservable es un cycle sochasique d ordre c ( c es un enier posiif) si : cos c sin c, (36) sin c cos c,,, i, cos sin c c, i i,, i,..., c. (37) i, sin cos c c i, es le erme de perurbaion, BB, ~. Le paramère es le faceur d aénuaion :. Le paramère es la fréquence criique qui domine le c cycle sochasique (il déermine le cenre de gravié dans le specre fréqueniel du cycle) :. La variable es une variable auiliaire uilisée pour écrire c i, 37

14 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE la spécificaion du cycle dans une représenaion espace-éa. ee spécificaion peu êre généralisée en basan l esimaion des composanes inobservables sur les propriéés fréquenielles du filre de HP. Le filre obenu es le modèle endance-cycle (T) de Mohr (5). Dans une inerpréaion sochasique du filre HP, on peu voir la endance comme éan une marche aléaoire de second ordre. Mohr généralise le modèle de la endance à une endance sochasique d ordre qui sera ausé en foncion de la série à décomposer. L aueur propose de ne pas dépasser l ordre ( d = ou e c = ou ), dans le cas de séries macroéconomiques. Si d = e c =, le filre T correspond à un filre HP où c devien le paramère de lissage présen dans le filre HP. En praique, doi avoir une valeur rès proche de. L aueur uilise la valeur,975. Le filre T es une méhode inermédiaire enre les décomposiions univariées qui souffren d une modélisaion implicie rop simple du processus de généraion de données e les modèles U plus élaborés mais pas ouours faciles à appliquer. Le filre T devrai donc mieu séparer la composane cyclique e la composane endancielle (Murray e Papanyan, ). La endance sochasique (équaion (35)) n es plus resreine à une marche aléaoire de second ordre comme dans le filre HP, mais l ordre peu êre ausé à la série iniiale par l uilisaeur. De plus, un modèle es formulé epliciemen pour le cycle. Le cycle sochasique sui un processus ARMA (équaions (36) e (37)). L inérê de cee dernière approche réside dans sa facilié d uilisaion par rappor à un modèle U classique ainsi que l opimalié e la consisance muuelle des filres passe-bas e passe-bande pour des valeurs de paramères données. E les paramères peuven êre esimés de façon à enir compe des propriéés de la série. Le problème de raiemen des fins d échanillon devrai êre aénué par rappor au filre HP.. APPLIATIONS Généralemen, les variables économiques (PIB, consommaion,...) ayan un au de croissance plus ou moins consan à long erme, il es préférable de filrer leur logarihme. La composane cyclique obenue es la différence enre le logarihme de la variable e la endance de son logarihme : c es l écar relaif de la variable à la endance. Dans le cas de séries elles que les au, l évoluion des variables ne présenen pas de caracère eponeniel, elles peuven êre filrées direcemen. Le cycle mesure l écar absolu de la variable à sa endance. Dans la première applicaion, chaque filre es appliqué direcemen à une série cyclique simulée. Des ouils de mesures de qualié son calculés pour vérifier si les filres eraien un cycle proche du cycle réel. Une classificaion des filres peu-êre déduie sur ce crière de qualié e peu-êre comparée à la classificaion héorique. La deuième applicaion concerne l esimaion de la composane cyclique du PIB américain du premier rimesre 98 au quarième rimesre. Vu que les filres son appliqués à la même variable, ils seron appliqués à la valeur en niveau du PIB. Les chronologies des poins de reournemen des séries eraies son comparées enre elles e à celles proposées par le NBER. Un regroupemen des séries es égalemen dédui. 38

15 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME.. OMPARAISON DES FILTRES : ESTIMER UNE SERIE YLIQUE SIMULEE Nous appliquons chacun des filres à une série cyclique simulée idenique à celle proposée par Iacobucci e Noullez (5). L obecif de leur aricle es de présener le filre HW e de monrer son efficacié en le comparan à d aures filres. Dans nore démarche, on compare l efficacié de ces différens filres en y aouan le filre Bu e le filre T. De plus, on propose plusieurs indicaeurs de mesure de la fiabilié de ces filres. Dans un deuième emps (paragraphe 5..3), on aoue à cee série cyclique des ermes d erreur aléaoires. La série cyclique simulée conien deu périodes,5 ans e 6 ans. Y sin,5sin, où,...,. 6 Les données son supposées rimesrielles, donc sur 3 ans. Dans cee parie illusraive, la série sera filrée sur la bande [6, ] rimesres, afin que les fréquences limies soien des sous muliples de la durée du cycle. Le filre T aura les paramères suivans : =,975 e c =. Posons l ordre d = e l ordre c = Le filre Bu es uilisé en posan = e m =. lp... L ANALYSE GRAPHIQUE La figure monre que les filres T e HW causen de plus faibles disorsions du cycle e raien mieu les fins de séries. Le filre HP idenifie un cycle proche de la série cyclique iniiale, sauf au erémiés où l ampliude es plus faible. Les filres F e Bu semblen êre les moins saisfaisans, sans oublier que le filre BK nous donne aucune valeur au erémiés. Toues ces esimaions du cycle présenen une même allure. FIGURE. APPLIATION DES FILTRES A UNE SERIE YLIQUE HP ( ) vs. cycle simulé (- -) BK ( ) vs. cycle simulé (- -) 39

16 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE F ( ) vs. cycle simulé (- -) HW ( ) vs. cycle simulé (- -) BUT ( ) vs. cycle simulé (- -) T ( ) vs. cycle simulé (- -)... L ANALYSE EMPIRIQUE: L ETUDE DES INDIATEURS DE QUALITE DES METHODES Nous calculons des indicaeurs de mesure de qualié en vue de rouver les filres qui semblen mieu eraire le cycle. Les valeurs de ces indicaeurs son regroupées dans le ableau, à la fin de ce paragraphe. L indice des pics (respecivemen des creu) correspond à la somme des valeurs absolues de la différence enre la chronologie des pics (respecivemen des creu) de la série cyclique simulée e celle déduie après applicaion des filres. Noons ( ) p, i la dae (ici, le rimesre) où apparaî le i ème ( ) pic de la série e c, i la dae où apparaî le i ème creu de cee série. Soien le cycle simulé e V le cycle esimé. Le nombre de pics es désigné par a e le nombre de creu par b. Les différens indicaeurs son obenus à parir des epressions suivanes : I ( P) a i ( V ) ( ) p, i p, i es l' indice des pics e I ( ) b i ( V ) c, i ( ) c, i es lindice des creu. Plus l indice es grand, plus grand es le déphasage avec la série simulée. Un indice nul signifie qu il y a aucun déphasage. On observe (ableau ) aucun décalage pour 35

17 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME la daaion des pics de même que pour la daaion des creu, à l ecepion des filres T e F don l uilisaion indui un décalage moyen de, à,8 rimesre pour la daaion des poins de reournemens. Pour savoir précisémen si ce décalage emporel es un reard ou une avance, il fau calculer les indices suivans. L indice des récessions (respecivemen d epansions) correspond à l écar global enre la durée des phases de récession (respecivemen des phases d epansion) de la série cyclique iniiale e celle déduie après applicaion des filres. On peu, par eemple, vérifier que la durée d une phase d ascension après le i ème creu es égale ( V ) ( ) ( V ) ( ). à : p, i p, i c, i c, i Noons I (R) l indice des récessions e I (E) l indice des epansions. La comparaison de ces seconds indices avec les premiers perme de préciser les décalages. Par eemple : Si I (R) (resp. I (E) ) = e I (R) (resp. I (E) ), alors les phénomènes d avance e de reard dans la daaion des creu se son compensés sur oue la période éudiée. Si I (R) (resp. I (E) ) <, alors le phénomène de reard dans la daaion des creu (respecivemen des pics) prédomine sur la période éudiée. Inversemen, Si I (R) (resp. I (E) ) >, alors le phénomène d avance dans la daaion des creu (respecivemen des pics) prédomine sur la période éudiée. En général, les différens filres abouissen à une même conclusion économique en ermes de périodes d epansion e de récession, de daaion des poins de reournemen. De ce fai, la durée oale des récessions e celle des epansions son inchangées, à l ecepion du filre T e F don l uilisaion rédui en moyenne la durée des récessions de, à,8 rimesre e augmene en moyenne de, rimesre la durée des epansions (filre T). L indice d ausemen global es obenu quand la valeur de la corrélaion du cycle esimé avec le cycle iniial es sousraie de l unié. Il correspond epliciemen à corr(, V ). Plus l indice es faible, meilleur es l ausemen. Les cycles esimés son assez proches de la série cyclique iniiale, plus pariculièremen après l uilisaion des filres HW e T. Les indices de débu e fin de séries corresponden au indicaeurs MAPE (Mean Absolue Percenage Error) calculé sur ans (8 rimesres) à chaque erémié. Noons le cycle simulé à la dae e V le cycle esimé à la même dae. Les différens indicaeurs son obenus à parir des epressions suivanes : 9 V es l' indice de débu de série e N N 9 V es lindice de fin de série. 35

18 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE Vu que le filre BK enraîne une pere d observaions au erémiés, les indices seron calculés auremen : 9 V es l' indice de débu de série e N N 9 V es lindice de fin de série. Pour le calcul de du MAPE en fin de série, les observaions en N e N ne son pas prises en compe car. Ici, N. Plus les indices son faibles, meilleur es le raiemen des erémiés. Le raiemen des erémiés es meilleur avec les filres T puis HW e BK. Il fau noer l inérê plus marqué pour l indice de fin de série, qui es plus faible pour le filre T. Un filre don l indice de fin de série es élevé va enraîner de plus imporanes révisions du cycle esimé, quand la série à décomposer sera acualisée. Pour les rois derniers indices, les résulas obenus avec le filre BK son à inerpréer avec précauion puisque le cycle obenu perd observaions à chaque erémié. La qualié eprimée par ces indicaeurs doi êre appréciée en prenan en compe cee remarque. TABLEAU. INDIATEURS DE MESURE DE LA QUALITE DES METHODES Indicaeurs HP BK F HW BUT T Indice des pics Indice des creu Indice des récessions -5 - Indice des epansions Indice d'ausemen global,3788,6,535,65,736,666 Indice de débu de série (MAPE sur ans),895 3,33693,7 3,59,357,5 Indice de fin de série (MAPE sur ans) 8,93 3,33693,8933 3,599 9,9933, SIMULATION D UN YLE AUGMENTE D UN TERME D ERREUR ALEATOIRE On peu s inerroger sur l efficacié des différens filres en présence d un erme d erreur dans la série. Dans quelle mesure, ce erme d erreur vien perurber l efficacié de ces filres. onsidérons donc la série cyclique précédene, à savoir : sin,5sin, où,..., 6 augmenée d un erme d erreur. ee série se décompose ainsi : X où ~ BB,., L écar-ype de la composane cyclique éan de,78, nous avons donc effecué simulaions (sous Malab) du erme d erreur aléaoire pour deu valeurs d écar-ype plus peies que,78 :, e,. Les Tableau e 3 35

19 ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME présenen les valeurs des différens indicaeurs de qualié pour l ensemble de ces simulaions. haque indicaeur du ableau (respecivemen du ableau 3) es obenu en faisan une moyenne des indicaeurs calculés pour ces simulaions avec un écar-ype de la composane irrégulière égale à, (respecivemen égal à,). TABLEAU. INDIATEURS DE MESURE DE LA QUALITE DES METHODES (, ) Indicaeurs HP BK F HW BUT T Indice des pics Indice des creu Indice des récessions Indice des epansions Indice d'ausemen global,595,35,368,3,8677,558 Indice de débu de série (MAPE sur ans),857 3,57 5,656,9579,938 5,7888 Indice de fin de série (MAPE sur ans) 7,7787 3,39 5,769,5856 8,855 5,6 Les indices de récessions son négaifs e les indices de creu son différens de la valeur nulle. e résula signifie que le phénomène de reard prédomine dans la daaion des creu. En revanche, les indices d epansions son posiifs e les indices de pics son différens de la valeur nulle, ce qui radui une prédominance du phénomène d avance dans la daaion des pics. L aou du erme d erreur perurbe sensiblemen la daaion des poins de reournemen du cycle. En moyenne, on consae un écar d un à deu rimesres sur la daaion des poins de reournemen. On observe une amélioraion plus ou moins imporane de la qualié d esimaion des erémiés de la série (les indices de fin e débu de série son plus élevés) pour les filres HP, F, HW e BUT. Par conre, le filre BK se sabilise e le filre T es moins performan. ependan, il fau noer que l indice d ausemen global augmene quelque soi le filre considéré, mais rese ouours proche de zéro. L aou du erme d erreur déériore donc la fiabilié des filres. TABLEAU 3. INDIATEURS DE MESURE DE LA QUALITE DES METHODES (, ) Indicaeurs HP BK F HW BUT T Indice des pics Indice des creu Indice des recessions Indice des epansions Indice d'ausemen global,833,937,79,785,393,999 Indice de débu de série (MAPE sur ans),53 3, ,78 3,666,7535 3,896 Indice de fin de série (MAPE sur ans) 8,869 3,9538 6,573 3,8795 9,867 3,7596 omme dans le ableau, le phénomène de reard (respecivemen d avance) prédomine dans la daaion des creu (respecivemen des pics). L aou du erme d erreur perurbe sensiblemen la daaion des poins de reournemen du cycle dans des proporions semblables au cas précéden. On observe une baisse plus imporane 353

20 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE de la qualié d esimaion des erémiés de la série, pour le filre T. Les filres HP e BUT demeuren légèremen améliorés, par rappor à ces deu crières du MAPE. En revanche, les filres BK, F e HW raien moins bien les erémiés de la série, par rappor au résulas obenus dans le ableau. L augmenaion des indices de débu e fin de série es liée au décalage emporel des poins de reournemen e au différences d ampliudes enre le cycle esimé e le cycle simulé. ependan, l indice d ausemen global rese rès bon, même s il coninue à augmener pour ous les filres. es perurbaions augmenen avec l écar-ype du erme d erreur, dans des limies raisonnables lorsque la variance de la composane aléaoire rese inférieure à la variance de la composane cyclique. Des simulaions effecuées avec = (e à plus fore raison avec = ) inrodui de nombreuses flucuaions dans les cycles esimés e la fiabilié des filres peu êre considérablemen réduie. Dans l analyse des ableau, il fau relaiviser les résulas concernan le filre BK du fai qu il ne prend pas en compe observaions à chaque erémié du cycle. De ces analyses, le filre qui semble le plus fiable es le filre HW... OMPARAISON DES FILTRES : APPLIATION AU PIB AMERIAIN Dans cee parie, nous considérons les deu principales approches des cycles économiques disinguées en inroducion, à savoir les cycles d affaires e les cycles de croissance, ce qui nous a permis d éudier la daaion des poins de reournemen pour chacune des approches. Nous éudions égalemen si les filres son apes à eraire un cycle don la daaion des poins de reournemen es proche de celle proposée par le NBER. Nous pourrons ainsi comparer leur regroupemen à la classificaion héorique e aussi observer commen chaque groupe se siue par rappor à la chronologie proposée par le NBER, basée sur la daaion des poins de reournemen des agrégas économiques. En effe, le NBER considère le PIB comme la mesure la plus proche de l acivié économique. Nous pouvons donc envisager obenir des chronologies de poins de reournemen des cycles de croissance (obenus avec les filres) proches de la chronologie du cycle économique classique proposée par le NBER.... LES DIFFERENTES ESTIMATIONS DU YLE Appliquons les filres au PIB américain du premier rimesre 98 au quarième rimesre (Source: U.S. Deparmen of ommerce: Bureau of Economic Analysis, 6). Les esimaions du cycle du PIB américain obenues par les différens filres son présenées dans la figure. La méhode de lissage du Loess (leveland e al., 99) a éé uilisée pour ener d isoler la composane irrégulière de la composane cyclique précédemmen obenue, dans le cas des filres passe-hau de HP e Bu. Dans cee parie illusraive, la série sera filrée sur la bande [6, 3] rimesres, afin que les fréquences limies soien des sous muliples de la durée du cycle (la longueur du cycle de croissance varie enre 6 e 3 rimesres, en se référan à Burns e Michell, 96 ; Baer e King, 999). 35

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

La détection synchrone : application

La détection synchrone : application La déecion synchrone : applicaion (Anglais: lock-in amplifier) La cigale chane U IN () Mais il y a du brui + beaucoup de brui. U OUT () Quelle es l'ampliude du chan de la cigale? Commen exraire le signal

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles Modélisaion e prévision de la consommaion horaire d élecricié au Québec Comparaison de méhodes de séries emporelles Mémoire Sylvesre Tasa Mairise en Économique Maîre ès ars (M.A.) Québec, Canada Sylvesre

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES INTRODUCTION AU SÉRIES CHRONOLOGIQUES AE MÉTHODES STATISTIQUES ET APPLICATIONS O. ROUSTANT Novembre 008 Table des maières TABLE DES MATIERES... INTRODUCTION... 3 QUELQUES TECHNIQUES DESCRIPTIVES... 4.

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Temps-fréquence et traitement statistique

Temps-fréquence et traitement statistique in Temps-réquence: conceps e ouils, eds. F. lawasch and F. Auger, Paris, France: ermes/lavoisier, 2005, Chap. 10, pp. 289 330. Copyrigh 2005 ermes/lavoisier Chapire 10 Temps-réquence e raiemen saisique

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen de Travail ANALYSE ET PREVISION DES SERIES TEMPORELLES PAR LA METHODE DE BOX

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro L orienaion de la poliique monéaire à l aune du aux d inérê «naurel» : une applicaion à la zone euro Le regain d inérê récen pour le concep de aux d inérê «naurel», inrodui par Wicksell au débu du XX e

Plus en détail

1 Cours Sciences Physiques MP. Analyse de Fourier

1 Cours Sciences Physiques MP. Analyse de Fourier Cours Sciences Physiques MP Analyse de Fourier En 86, le physicien e mahémaicien français Joseph Fourier (768-83) éudiai les ransfers hermiques. En pariculier, il chauffai un endroi de la périphérie d

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007 Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données inernaionales de 1984 à 2007 Rafik ABDESSELAM 1, Sylvie LECARPENTIER-MOYAL 2, Paricia RENOU-MAISSANT

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail