CAHIER ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE"

Transcription

1 CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA

2 CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA 1 1 Cenre de recherche e développemen en économique (C.R.D.E.), Universié de Monréal e Groupe de recherche sur l'inégraion économique e financière (GRIEF), Universié de Poiiers, France Aoû L aueur ien à remercier les professeurs A. Marens, B. Perron (C.R.D.E., Universié de Monréal) e A. Paque (CREFÉ, Universié du Québec à Monréal) pour leurs suggesions. Il remercie égalemen les paricipans du ème Congrès de la Sociéé canadienne de science économique (Monréal, mai ) pour leurs commenaires. Les opinions exprimées dans cee éude ne reflèen pas nécessairemen celles du C.R.D.E. Cependan, l aueur garde l enière responsabilié des erreurs e omissions évenuelles.

3 ABSTRACT The aim of his paper is o idenify he shocks of supply and demand (real and nominal) and o appreciae heir impac on macro-economic variables for a sample of eleven counries of he CFA moneary area. The idenificaion is obained using a srucural mehod of vecorial auoregression (SVAR) on real GDP, money supply and price level wih he long-erm resricions of Blanchard and Quah [199]. The esimae of he shocks made i possible o know heir inensiy and heir effecs induced wihin he member economies. We used he «sae-space models» hroughou he Kalman filer in order o break down he srucural shocks ino common and specific componens. The resuls show ha, for all he counries, he shocks affecing hese economies are symmeric and he moneary shocks are significanly aached o he common componen. This implies ha he counries of he CFA moneary area are closer by heir currency han by heir producive srucures. Key words : moneary union, opimal moneary area, CFA area, symmeric shocks, moneary inegraion RÉSUMÉ Ce aricle a pour obje l'idenificaion des chocs d offre e de demande (réels e nominaux) e l'appréciaion de leur influence sur les variables macroéconomiques pour onze pays de la zone monéaire CFA. L'idenificaion es obenue à parir d'une méhode srucurelle d'auorégression vecorielle (SVAR) sur le produi (PIB réel), la masse monéaire (M) e le niveau des prix (déflaeur du PIB) en uilisan les resricions de long erme de Blanchard e Quah [199]. L esimaion des chocs a permis de connaîre leur inensié e leurs effes induis au sein des économies membres. Afin de ne pas se conener d une simple éude de corrélaion enre les chocs, nous avons uilisé les modèles d éa-mesure à ravers le filre de Kalman, afin de décomposer les chocs srucurels en composanes commune e spécifique, comme l on fai Chamie, DeSerres e Lalonde [199], pour apprécier le degré de symérie de ces chocs. Les résulas monren que pour l ensemble des pays, les chocs ouchan ces économies son symériques e seuls les chocs monéaires son significaivemen aachés à la composane commune. Il en résule en effe que les pays de la zone monéaire CFA son plus proches par leur monnaie que par leurs srucures producives. Mos clés : union monéaire, zone monéaire opimale, zone CFA, symérie des chocs, inégraion monéaire

4 1. Inroducion La héorie des zones monéaires opimales (TZMO), élaborée par Mundell [191], énumère les crières auxquels doiven répondre les pays d une région, membres d une union monéaire, afin que les avanages résulan de l éliminaion du risque de change ou des poliiques monéaires non coopéraives soien supérieurs aux coûs liés à la pere de l insrumen du aux de change comme variable d ajusemen e à la pere de souveraineé en maière de poliique monéaire désormais définie au niveau supranaional. A l'insar des ravaux pionniers de Mundell [191], Mckinnon [193] e Kenen [199], la liéraure a mis l'accen surou pendan les années 9 avec le processus d'inégraion monéaire européenne, sur la quanificaion de quelques aspecs de ces coûs e bénéfices de l union monéaire. La mise en commun des réserves de change de l ensemble des pays membres, e, par là même, l abandon d une variable d ajusemen aux chocs réels e monéaires, enraîne un coû à mere en balance avec les gains de l inégraion monéaire. Afin que les avanages l emporen sur les coûs, un cerain nombre de crières doiven êre remplis, au premier rang desquels une relaive symérie des chocs supporés par les pays membres ; un choc es di symérique s'il aein simulanémen e dans des proporions ideniques un groupe de pays, andis qu il es di asymérique s'il ne frappe qu un pays ou un groupe de pays dans des proporions différenes. Dans une union monéaire, la délégaion de la poliique monéaire à une insance supranaionale ne pose pas de difficulés majeures en raison des effes symériques exercés par les chocs (voir Bosco [1999] sur les enjeux e conraines liés à la consiuion d une union monéaire). Dans un el conexe, il y a ou l inérê d apprécier l'inensié des chocs e leur degré d influence sur les variables macro-économiques. Dans le cas du processus européen par exemple, il y a eu par le passé des ravaux pour quanifier le degré de symérie des chocs au sein de l union européenne : on peu cier ici les ravaux de Cohen e Wyplosz [199], Weber [199], Bayoumi e Eichengreen [199]. Ces derniers on uilisé une echnique développée par Blanchard e Quah [199] pour décomposer les résidus issus de l esimaion de la forme réduie d un VAR sur le produi e les prix, en chocs d offre e de demande. En appliquan cee 1

5 méhode de décomposiion à l ensemble des pays européens, ils on uilisé une simple echnique de corrélaion des chocs pour mesurer le degré de symérie des chocs. Celle-ci es appréciée en éudian la marice des corrélaions de chaque pays par rappor à un pays ou à un panel de pays servan de référen. Par conre, concernan la zone monéaire CFA, il y a eu peu de ravaux dans ce domaine 1, excepé le papier de Fielding e Shields [1999]. Ces derniers se serven de la méhode de Blanchard e Quah [199], en posan les resricions différemmen, pour comparer les chocs enre la zone CFA e le Kenya. Comme dans les ravaux susmenionnés, ils se conenen aussi de l'éude des corrélaions des chocs. Mais l inerpréaion de ces marices des corrélaions n es pas oujours aisée. Elle ne perme pas de dissocier saisiquemen, de façon significaive, les différens chocs en deux composanes commune e spécifique à chaque pays. En s inéressan à la méhode de Chamie, DeSerres e Lalonde [199], nous pouvons déerminer les composanes inobservables communes e spécifiques des chocs d offre, de demande en uilisan des modèles d'éa-mesure. Ce aricle se srucure de la manière suivane : après avoir présené dans une deuxième secion l'arrangemen insiuionnel de la zone monéaire CFA, une roisième secion es consacrée à la méhodologie e à l idenificaion des chocs srucurels. L'analyse empirique e les résulas des ess fon l'obje de la quarième secion. E enfin, nous conclurons dans la dernière secion.. Arrangemen insiuionnel de la zone monéaire CFA La zone CFA es une srucure ou à fai originale qui a éé un insrumen majeur de la coopéraion française pour le développemen e pour l'inégraion régionale en Afrique. La promoion simulanée d'une inégraion monéaire e d'une inégraion économique régionale plaide en faveur de la zone CFA, malgré les nombreuses difficulés d'ordre poliique, économique e sociologique renconrées. L'inégraion monéaire a consiué un faceur posiif dans la mise en place d'espaces économiques sous-régionaux. Ainsi, la zone monéaire CFA rassemble aujourd hui 1 Éas africains, 1 On peu menionner les ravaux de Honohan [199] e de Boughon [1991] raian impliciemen cee quesion.

6 hormis les Comores don il ne sera pas quesion ici, regroupés en deux unions monéaires : l'uemoa (Union Économique e Monéaire Oues Africaine) consiuée par le Bénin, le Burkina Faso, la Côe d ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, e le Togo ; la CEMAC (Communaué Économique e Monéaire de l Afrique Cenrale) consiuée par le Cameroun, le Cenrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équaoriale e le Tchad. Au sein de cee zone exisen deux insiuions d émission : la BCEAO (Banque Cenrale des Éas de l'afrique de l'oues) e la BEAC (Banque des Éas d Afrique Cenrale). Tandis que la première, commune aux pays membres de la sous zone monéaire UEMOA, éme le Franc de la Communaué Financière Africaine (FCFA), la seconde me en circulaion le Franc de la Coopéraion Financière en Afrique cenrale (FCFA) e exerce son privilège d'émission dans la sous zone monéaire CEMAC. Le foncionnemen de la zone monéaire CFA repose sur quare principes : - la parié fixe des monnaies de la zone CFA avec le franc français, converibles enre elles à des pariés fixes, sans limiaion de monans 3 ; - la garanie illimiée du Trésor public français : la converibilié des monnaies émises par les différenes insiuions d'émission de la zone CFA es garanie sans limie par le Trésor public français ; - la libre ransférabilié : les ransfers son libres à l inérieur de la zone CFA relaivemen aux ransacions couranes e aux mouvemens de capiaux; - les réserves de change cenralisées : à l excepion des sommes nécessaires à leur résorerie courane e de celles relaives à leur ransacions avec le FMI, les banques cenrales de la zone CFA son enues de déposer au moins 5% de leurs réserves de change auprès du Trésor français sur le compe d opéraion ouver au nom de chacune d elles. Pour plus de déails sur le foncionnemen e sur l évoluion de la zone CFA, voir Gerardin [199], Lelar [199] e Becar [1997]. 3 Touefois, un changemen de parié n es pas exclu par les règles de la zone. La nouvelle parié dae de janvier 199 (1FF=1FCFA), alors que celle-ci n'a pas éé modifiée depuis 19 (1FF=5FCFA); Bien enendu, des mesures de naure prévenive on éé prévues pour évier que les compes d opéraions ne deviennen durablemen débieurs. Voir par exemple la Noe d Informaion numéro 1 de la Banque de France [1997] pour plus de déails. 3

7 3. Méhodologie e idenificaion des chocs srucurels Nous supposons que chaque pays i membre de la zone CFA es soumis, à chaque insan, à des chocs de naures différenes : des chocs d offre ( ε s i ), des chocs de demande réels ( ε d i ) e des chocs de demande nominaux ( ε m i ). Ces chocs engendren des effes spécifiques sur les grandeurs macro-économiques. Nous admeons ainsi radiionnellemen que : (i) : seuls les chocs d'offre exercen un effe permanen 5 sur le ryhme de la croissance ; les effes sur la croissance des chocs de demande réels e nominaux ne son que ransioires. (ii) : les chocs de demande de ype nominaux (monéaires) son compensés à long erme par une variaion proporionnelle des prix (hypohèse de neuralié des chocs monéaires) : une variaion de 1% provoque, par hypohèse, une variaion de 1 % des prix de elle sore que les encaisses réelles ne son pas affecées, à long erme, par ce ype de choc. (iii) : les effes des chocs de demande de ype réels sur la monnaie e sur les prix ne se compensen pas. Si le premier posula es vrai, alors il es possible sur la base de celui-ci de faire le ri enre les chocs d'offre e les chocs de demande ; le deuxième e le roisième posula permeen d'idenifier, au sein des chocs de demande, la composane réelle e la composane monéaire de ces chocs. 5 Les chocs permanens son pour la plupar dus à des chocs echnologiques. Ainsi les flucuaions de producion persisanes résuleraien de chocs d offre qui refléeraien les asyméries srucurelles enre économies e qui seraien indépendans des poliiques économiques. Ainsi, le fai d'évaluer le degré d asymérie des chocs d offre devien un élémen crucial dans l évaluaion des coûs d ajusemen dérivan d une union monéaire. Par ailleurs, les chocs de demande n auraien qu un effe emporaire sur la producion. Évaluer donc le degré d asymérie de ces chocs devien informaif, si l on considère que ces chocs son en général induis e peuven êre corrigés par des poliiques économiques. Ainsi, la connaissance du degré d asymérie de ces chocs donne une indicaion sur le degré de coordinaion des poliiques monéaire e budgéaire. On peu voir par exemple Bayoumi e Eichengreen [199] pour plus de déails.

8 3.1. Représenaion des modèles VAR Les rois hypohèses susmenionnées fon inervenir, dans leur énoncé, rois grandeurs macro-économiques : la producion, la monnaie e les prix. Les observaions relaives à ces grandeurs permeen d'idenifier les chocs affecan les économies. Selon l'hypohèse de dépar, les chroniques du aux de croissance du PIB réel, du aux de croissance du niveau des prix e du aux de croissance du sock de monnaie résulen direcemen des chocs d'offre e de demande (réels e monéaires) qui on pu frapper par le passé e frappen encore aujourd'hui l économie concernée. Ainsi, le modèle peu s écrire sous la forme de moyenne mobile de la manière suivane : (1) + x = A ε + A ε +... = 1 1 i= A ε i i avec : () x y = π m où y, π, e m représenen respecivemen les aux de croissance du PIB réel, du déflaeur du PIB e de l'offre de monnaie ; (3) ε = s ε d ε m ε où ε s, ε d e ε m représenen respecivemen les chocs d'offre, les chocs de demande réels e nominaux qui frappen l'économie. () A i = ys yd ym a i a i a i πs πd πm a i a i a i ms md mm a i a i a i 5

9 ys où a i doi êre inerpréé comme l'effe d'un choc d offre en -i sur le aux de croissance du PIB réel en. En résumé, le veceur x obéi à un processus vecoriel moyenne mobile d'ordre infini. Oure les rois hypohèses énoncées prédemmen, on adme que les chocs ε j présenen un cerain nombre de propriéés : (i) : pour une même dae, les chocs s d ε, ε e ε m son indépendans de elle sore que la marice des variances - covariances des chocs ε j (j ({s, d, m}) es diagonale. Pour la simplicié, leurs variances son normées : (5) E ε ε' = (ii) : les chocs ε j ne son pas auocorrélés : () E ε ε' s = [] s,, s Le modèle srucurel (1) ne peu êre direcemen esimé pour la simple raison que les chocs ε j ne son pas direcemen observables e nécessien d êre esimés par une méhode adéquae. On adme ouefois que le modèle (1) adme une forme réduie VAR(q) : (7) x = H1 x 1 + H x Hq x q + e avec q es le nombre de reards e : () e = e e e y π m On pose ainsi impliciemen l'hypohèse selon laquelle les effes des innovaions passées ε 1 sur x ransien par le biais des valeurs passées les plus récenes de x d'aures ermes, les q premières valeurs reardées du veceur x. En incorporen l'esseniel de l'informaion uile pour l'explicaion saisique des valeurs acuelles de ce même

10 veceur. La marice des variances - covariances des erreurs e de la forme réduie VAR () q du modèle ne fai l'obje d'aucune resricion pariculière. (9) E e e ' = Σ = σyy σyπ σym σπy σππ σπm σmy σmπ σ mm L'inérê de la forme réduie (7) ien à ce que les composanes des marices H j peuven êre esimées, ce qui n'éai pas le cas des paramères de la forme srucurelle. Dès lors, il es possible de calculer les résidus ê du modèle rédui. La connaissance de ces résidus auorise, comme on va le monrer, une approximaion des chocs ε euxmêmes. A ce effe, on se ser du héorème de représenaion de Wold qui veu que ou processus VAR () q saionnaire admee une représenaion MA infinie de elle sore qu'on peu écrire : i i = i= (1) x = e e e +... = C e C() L où C () L es un polynôme mariciel généraeur de reards d'ordre infini. On suppose cependan qu une combinaison linéaire des résidus perme de définir de vériables chocs non corrélés enre eux e pouvan êre liés aux variables e x. En rapprochan donc les équaions (1) e (1) e en idenifian erme à erme on voi ou de suie que : (11) A ε = e où e peu êre approché par les résidus issus de l'esimaion du modèle rédui VAR(q). On dédui de l'expression (11) que :,,, (1) Ee e = A E( ε ε ) A = Σ Or, par hypohèse, on a :, (13) E ε ε = I3 7

11 de elle sore qu'on peu écrire :, (1) A A = Σ L'égalié Les résidus connus ê de la forme réduie permeen d'approcher la marice Σ. A = Σ perme l'idenificaion des composanes de la marice A. Nore, A sysème a n inconnues (n correspond aux nombres de variables dépendanes du n ( n + 1) modèle) ; la marice Σ éan symérique, nous avons équaions. Par conséquen, n nous avons besoin de ( n 1 ) resricions. Dans le cadre de nore modèle, il suffi d imposer rois resricions supplémenaires afin d obenir une idenificaion complèe du sysème. On pourrai, à ce effe, procéder à la décomposiion de Cholesky de la marice Σ. Touefois, cee méhode d'idenificaion n'es pas saisfaisane e peu s avérer hasardeuse dans la mesure où le résula de cee procédure ne perme pas de prendre en compe ceraines hypohèses économiques. C'es pour ce moif que nous privilégions ici la méhode définie par Blanchard e Quah [199]. 3.. Idenificaion par la méhode de Blanchard e Quah [199] Soi A LT la marice des effes à long erme des chocs srucurels ε sur les composanes du veceur x. Les hypohèses relaives aux effes de long erme des chocs d'offre e de demande nous auorisen à affirmer que la marice A LT présene une srucure rès pariculière : (15) A LT A = A A ys πs ms A A πd md A mm A πm = A πm avec A ij, l effe de long erme d'un choc de naure j sur la composane i du veceur x. Les "zéros" qui apparaissen à la première ligne de cee marice renden compe de

12 l'hypohèse selon laquelle les chocs de demande n'on pas d'effe permanen sur l'acivié. L'égalié A mm = A radui l'hypohèse selon laquelle un choc de demande πm nominal es sans effe, à long erme, sur les encaisses réelles. On noe qu'en prémuliplian la marice une marice T qui es riangulaire inférieure : A LT par la marice 1 B = 1 1 on obien 1 (1) A ys T = BA = LT A πs Ams A πd A Ams Amd md On monre en annexe que la relaion enre la marice des effes à long erme des chocs srucurels A LT e celle des effes de long erme des erreurs e de la forme réduie A du modèle C LT peu s écrire de la manière suivane : mm (17) A LT = CLTA Dès lors, on peu écrire que :,,,, (1) ALTALT = C LT A A CLT = C LT ΣC LT e aussi :,,,, (19) BA A B = BC ΣC B soi : LT LT LT,,, () TT = BC ΣC B LT LT LT Or, T es une marice riangulaire inférieure de elle sore que ses différenes composanes peuven êre idenifiées en prenan la décomposiion de Cholesky de la,, marice BC Σ C B, don ous les élémens son connus. Munis désormais de cee LT LT La consrucion des marices des effes de long erme des chocs du modèle srucurel e rédui es expliquée en annexe. 9

13 marice riangulaire T, il es facile de déerminer les élémens de la marice effes de long erme des chocs srucurels puisque, par définiion : A LT des 1 (1) A = B T LT On peu alors en déduire les composanes de la marice A des effes de cour erme des chocs srucurels : 1 () A = CLTALT e, connaissan cee marice A du veceur ε :, on peu finalemen déerminer les rois composanes 1 (3) ε = A e 3.3. Décomposiion des chocs en composane commune e spécifique On pourrai, comme le fon Bayoumi e Eichengreen [199], apprécier le degré d'asymérie de ces chocs en éudian la marice des corrélaions des chocs de chaque pays par rappor à un pays ou un panel de pays servan de référen. Mais l'inerpréaion de ces marices des corrélaions n'es pas forcémen chose aisée. La méhode qui es uilisée ici consise à dissocier les différens chocs srucurels d'offre, de demande réels e nominaux en deux composanes commune à l ensemble des pays e spécifique à chaque pays. En prenan comme exemple le cas de rois pays ( k = 1,,3 ) e des chocs d'offre s ˆε k, la procédure uilisée consise donc à décomposer chacun de ces chocs d'offre de la manière suivane : 1

14 () ˆε ˆε ˆε s 1 s s 3 s λ s = λ s λ s α α α α SV s 1 s s 3 s SV s α es la composane commune du choc d'offre aux rois pays à la dae. α 1 s, α e s α 3 son les composanes spécifiques à chacun des rois pays. λ s 1 mesure le degré de sensibilié du choc d'offre auquel es soumis le pays 1 par rappor à la composane s commune. Les composanes α i ne son pas direcemen observables : elles doiven êre esimées. De même doiven êre esimées les paramères λ s 1, λ s e λ s 3. On uilise à ce effe un modèle d éa-mesure composé de deux séries d'équaions : (i) : des équaions de mesure ou d observaion : c'es le sysème d'équaions () qui explique les niveaux des chocs srucurels affecan les différens pays en foncion des valeurs prises par les composanes communes e spécifiques inobservables. (ii) : des équaions de ransiion qui décriven la dynamique supposée des variables d'éa. Concernan la dynamique des variables d'éa, nous supposons un modèle invarian puisque les chocs srucurels ne son pas auocorrélés. On peu par exemple admere qu'elle es décrie de la manière suivane : (5) s α α α α SV s 1 s s 3 1 IIDN, σ 1 σ σ 3 Nous admeons ainsi que les composanes commune e spécifique son des bruis blancs. Nous pouvons résumer que : les inconnues de ce modèle d'éa-mesure qui seron esimés par la procédure iéraive du Filre de Kalman son : - les chroniques des composanes communes { α SV s s - les paramères λ 1, λ s e λ s3. - les variances des innovaions σ k } e spécifiques { α 1 s }, { α s }, { α 3 s } 11

15 A parir de l équaion (), on peu déerminer la par de la variance du choc expliquée par la composane commune. En effe, on a : σ ε = λ kj kj + σα kj avec k désignan le pays éudié e j la naure du choc. Ainsi, la par de la variance du choc expliquée par la composane commune correspond au coefficien de déerminaion du modèle. Soi : r kj λ =. σ ε kj. Analyse empirique e résulas des ess.1. Sources saisiques, saionnarié e coinégraion des séries Nous disposons pour la période des observaions annuelles, pour un ensemble de 11 pays de la zone monéaire CFA : le Bénin, le Burkina Faso, la Côe d ivoire, le Niger, le Sénégal e le Togo pour l UEMOA; le Cameroun, le Cenrafrique, le Congo, le Gabon e le Tchad pour la CEMAC. Les séries proviennen des indicaeurs de développemen de la Banque Mondiale 7. Les variables éudiées son les suivanes : le PIB réel (y) ; le déflaeur du PIB ( π ) ; sock de monnaie M (m). Toues les variables son exprimées en logarihme. Pour chaque pays, nous calculons les aux de croissance logarihmique d une année sur l aure de chacune de ces variables. Soi x = ln x ln x 1. Nous calculons ensuie des chocs d offre e de demande (réels e nominaux) à parir des résidus du modèle VAR avec reards, mean en présence les rois variables y, π, m de elle sore qu on a : () y π m = = i 1 y i H i π i + m i e e e y π m 7 La Guinée Bissau, la Guinée Équaoriale e le Mali ne disposen pas des séries complèes concernan le niveau des prix. Ces rois pays ne fon donc pas l obje de cee éude. Nous avons reenu dans le modèle reards en se basan sur les crières de Schwarz e Akaike. 1

16 Puisque l esimaion des paramères de ce modèle exige la saionnarié des variables, nous éudions par conséquen celle-ci en procédan à des ess de Dickey- Fuller augmené e de Phillips-Perron. Tess de racine uniaire Taux de croissance du sock de monnaie M Taux de croissance du Déflaeur du PIB Taux de croissance du PIB réel Pays ADF PP ADF PP ADF PP sous zone UEMOA Bénin -15.* -5.73* -1.9*** -.5** -.** -3.7* Burkina Faso -15.1* -5.* -.** -.75* -.57** -.* Côe d Ivoire -.71* -.1* -.5** -3.59* -1.9*** -3.* Niger -.5* -7.33* -3.* -.1* -.* -5.5* Sénégal -1.* -.17* -1.7*** -.57** -3.5* -.1* Togo -13.* -.55* -.95* -5.* -.7* -.* sous zone CEMAC Cenrafrique -.5** -.3* -.1** -3.* -3.9* -.7* Cameroun -.1** -.9* -1.7*** -.** -.71* -3.7* Congo -.1** -.3* -.39** -.5* -.** -.73* Gabon -.1** -.59** -.97* -.5* -3.9* -3.* Tchad -3.5* -.* -3.1* -.1* -.9* -7.5* * : L hypohèse nulle de racine uniaire es rejeée au seuil de risque de première espèce de 1 %. ** (***) : L hypohèse nulle de racine uniaire es rejeée au seuil de risque de première espèce de 5 % (1%). Les résulas des ess de saionnarié dans le ableau ci-dessus meen en évidence la saionnarié des rois aux de croissance ou des différences premières des variables en niveau, puisque nous avons considéré le logarihme de celles-ci. Nous avons procédé avec un reard pour les ess de Dickey-Fuller augmené e 3 reards pour les ess de Philips-Perron. Les séries se son avérés saionnaires sans la présence d une consane e d une endance. Nous n avons pas jugé uile de rapporer les résulas des ess de saionnarié sur les variables en niveau. Ces dernières ne son pas saionnaires d après les ess de Dickey-Fuller e de Philips-Perron. Les variables éan donc I(1), nous avons procédé à l éude de la relaion de long erme des variables, c es-à-dire aux 13

17 ess de coinégraion de Johansen [19] 9. Pour l ensemble des pays, les variables éudiées ne son pas coinégrées sauf pour le cas du Niger qui enregisre l exisence d une équaion de coinégraion. A ce effe, il convien d esimer leurs relaions au ravers d un modèle à correcion d erreur (ECM). L esimaion du modèle ECM monre en annexe que les coefficiens désignan les forces de rappel vers l équilibre son posiifs e n on donc pas les signes aendus pour jusifier la nécessié d une spécificaion d un modèle à correcion d erreur pour le Niger... Décomposiion de la variance e foncion de réponse aux chocs Il s agi ici d examiner les sources de flucuaions des variables macroéconomiques éudiées e d évaluer leur viesse d ajusemen suie à des chocs srucurels idenifiés 1. Pour l ensemble des pays, les flucuaion du produi réel son expliquées en grande parie par ses propres innovaions (excepion faie du Cameroun où, en moyenne, 55% de la variance de l erreur de prévision du produi réel es expliquée par les chocs d offre e 5% par les chocs réels). Quan aux flucuaions du déflaeur du produi, le consa es le même ; sa variance es expliquée esseniellemen par les chocs de demande réels, alors qu en moyenne 5% de la variance es expliquée par les chocs d offre pour le Cameroun. Les flucuaions du aux de croissance monéaire son dominées par les chocs monéaires, sauf pour la Côe d ivoire (seulemen 11% des chocs monéaires en moyenne conre 7% des chocs de demande réels) e le Gabon (seulemen % des chocs monéaires en moyenne conre 5% des chocs d offre). Selon les hypohèses énoncées précédemmen, lesquelles se concréisen dans la srucure rès pariculière de la marice A LT des effes à long erme des chocs srucurels, on a idenifié à parir des résidus ê des modèles VAR, les chocs srucurels auxquels on éé soumis les 11 pays éudiés. La connaissance des coefficiens esimés du modèle VAR d une par, celle de la marice A qui éabli un pon enre les chocs srucurels e les erreurs de ce modèle d aure par renden possible l éude des foncions de réponse des variables macro-économiques à des chocs srucurels (choc d offre, choc réel de 9 Voir en annexe pour les résulas des ess. 1 En annexe, on a les résulas sur la décomposiion des variances des erreurs de prévision e les foncions de réponse à des chocs d offre e de demande (réels e nominaux) des variables y, π e m pour les 11 pays éudiés. 1

18 demande, choc nominal de demande). Puisque les séries y, π e ηm son I(), les coefficiens du modèle VAR définissen un éa saionnaire pour chacune de ces variables. Paran de ce éa saionnaire, nous avons imprimé un choc insanané soi d offre, soi de demande. Les variables y, π e ηm s écaren de leurs valeurs d éa saionnaire - ce son les écars e y, e π, e m - e ne rerouven que progressivemen leur éa d équilibre. Dans l ensemble, les variables macro-économiques réagissen de façon symérique suie à des chocs d offre e de demande nominaux 11. Cependan, le produi réel réagi iniialemen de façon asymérique suie un choc de demande réel dans les deux sous zones monéaires, sauf pour le Cameroun où son produi réagi symériquemen par rappor aux pays de l UEMOA. Aussi, nous noons que les chocs d offre e de demande réels auraien des effes négligeables sur le sock de monnaie, alors que les innovaions de celle-ci influencen de façon significaive le produi réel e le déflaeur du PIB. 11 En annexe, une comparaison es faie enre la Côe d ivoire e le Cameroun sur la réponse des variables éudiées suie à un choc monéaire. 15

19 .3. Composanes commune e spécifique des chocs.3.1. Les chocs d offre Pays Modèle* Coefficiens λ i -Saisic Probabilié Coefficien de déerminaion D-Wason BENIN BURKINA FASO CÔTE D IVOIRE NIGER SÉNÉGAL TOGO CAMEROUN CENTRAFRIQUE GONGO GABON TCHAD * : le modèle 1 correspond à une esimaion des chocs srucurels pour l ensemble des pays de la zone CFA, andis que le modèle es une esimaion des chocs srucurels par bloc monéaire (UEMOA e CEMAC). Le modèle 3 esime les chocs de la forme réduie du modèle pour l ensemble des pays membres de la zone CFA. 1

20 .3.. Les chocs de demande réels Pays Modèle* Coefficiens λ i -Saisic Probabilié Coefficien de déerminaion D-Wason BENIN BURKINA FASO CÔTE D IVOIRE NIGER (NS) SÉNÉGAL TOGO CAMEROUN CENTRAFRIQUE GONGO GABON TCHAD * : le modèle 1 correspond à une esimaion des chocs srucurels pour l ensemble des pays de la zone CFA, andis que le modèle es une esimaion des chocs srucurels par bloc monéaire (UEMOA e CEMAC). Le modèle 3 esime les chocs de la forme réduie du modèle pour l ensemble des pays membres de la zone CFA. 17

21 ..3. Les chocs de demande nominaux Pays Modèle* Coefficiens λ i -Saisic Probabilié Coefficien de déerminaion D-Wason BENIN BURKINA FASO CÔTE D IVOIRE NIGER SÉNÉGAL TOGO CAMEROUN CENTRAFRIQUE GONGO (NS) GABON (NS) TCHAD * : le modèle 1 correspond à une esimaion des chocs srucurels pour l ensemble des pays de la zone CFA, andis que le modèle es une esimaion des chocs srucurels par bloc monéaire (UEMOA e CEMAC). Le modèle 3 esime les chocs de la forme réduie du modèle pour l ensemble des pays membres de la zone CFA. 1

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC. Pamphile MEZUI-MBENG. Docteur. Département d Economie - Université Omar Bongo (Gabon) Université de Lorraine

AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC. Pamphile MEZUI-MBENG. Docteur. Département d Economie - Université Omar Bongo (Gabon) Université de Lorraine CYCLE DU CREDIT ET CYCLE DES AFFAIRES DANS LES PAYS DE LA CEMAC Pamphile MEZUI-MBENG Doceur Déparemen d Economie - Universié Omar Bongo (Gabon) Universié de Lorraine CEREFIGE Cahier de Recherche n 2012-02

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail