CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES"

Transcription

1 CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME CONGRES DE L AFC, May 2001, France. pp.cd-rom. <halshs > HAL Id: halshs hps://halshs.archives-ouveres.fr/halshs Submied on 9 Apr 2011 HAL is a muli-disciplinary open access archive for he deposi and disseminaion of scienific research documens, wheher hey are published or no. The documens may come from eaching and research insiuions in France or abroad, or from public or privae research ceners. L archive ouvere pluridisciplinaire HAL, es desinée au dépô e à la diffusion de documens scienifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanan des éablissemens d enseignemen e de recherche français ou érangers, des laboraoires publics ou privés.

2 CONTRIBUTION A L'ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas JEANJEAN Docoran ENS de Cachan 61, avenue du présiden Wilson, CACHAN cedex Tél. : Fax : , Résumé Cee communicaion éudie la gesion du résula de sociéés coées au premier marché. Le cadre héorique repose sur la héorie posiive e le désir d'aeindre des seuils. La dimension emporelle des poliiques compables, la naure de l'audieur e de la firme, la présence d'adminisraeurs indépendans son inégrés à l'analyse. Mos clés. - gesion du résula inciaions - conraines. Absrac This communicaion is an empirical sudy of earnings managemen by French lised firms. The heoreical framework is based on posiive accouning predicions and hreshold managemen. Ineremporal effecsof earnings managemen; audi qualiy, he naure of he firm and he presence of independen board members are also aken ino accoun. Keywords. - earnings managemen accruals - incenives - consrains.

3 Inroducion. Le bu de cee communicaion es d évaluer la perinence des hypohèses avancées pour expliquer la gesion du résula. La gesion du résula es définie par Schipper (1989) comme «l inervenion du dirigean dans le processus d informaion financière pour s approprier des gains personnels». Cee définiion ne reien que des moivaions opporunises, aussi la définiion de Degeorge, Pael & Zeckhauser (1999) es-elle préférable : «uilisaion de la discréion managériale pour influencer le résula diffusé auprès des paries prenanes» (p. 2). Il es à noer que la gesion du résula respece la normalisaion compable en vigueur. La connaissance des déerminans de la gesion du bénéfice répond ou a la fois à des préoccupaions héoriques e praiques. En ermes académiques, un des principaux courans héoriques visan à expliquer la gesion du résula es la héorie posiive de la compabilié développée par Was e Zimmerman (1978, 1986). Les hypohèses avancées par l'école de Rocheser on éé esées e pariellemen validées aux Eas-Unis (voir Jeanjean, 2001 pour une revue). Touefois son universalié es mise en doue. Peu d'éudes (par exemple Saada, 1995; Thibierge, 1997) on esé ces hypohèses au cas français. Cee éude se disingue des ravaux ciés par sa méhodologie qui repose sur le calcul des accruals discréionnaires. En ermes praiques, un doue croissan se fai jour sur la fiabilié des éas financiers (déclaraion du présiden de la SEC, J. Lewi sur le numbers game du résula publié, livre blanc de la compagnie naionale des commissaires aux compes de 1999, ). La producion de connaissances sur les mécanismes conraignan la gesion du résula es de naure à alimener le déba. Dans ce aricle, les hypohèses issues de la héorie posiive e de la gesion du résula pour aeindre des seuils son générées. De plus, des conraines à la gesion du résula (conraine emporelle, qualié de l'audieur, composiion du conseil d'adminisraion, ) son prises en compe. L échanillon es composé de 745 firmes coées de 1995 à 1999, compe enu des données requises pour éalonner le modèle, les hypohèses son esées sur140 firmes - années. Après avoir déaillé le cadre héorique ( 1), les choix méhodologiques e d échanillonnage son présenés ( 2). Les résulas seron présenés e discués ( 3) avan de conclure. 2

4 1. Cadre héorique. Le cadre d analyse des sraégies de gesion du résula emprune à la fois à la héorie posiive (Was & Zimmerman, 1986, 1990) e à la gesion par les seuils (Burgsahler & Dichev, 1997). La noion de conraine à la gesion du résula es aussi inroduie grâce à la prise en compe de la conraine de cohérence des poliiques compables (Young, 1998) e à la naure du conrôle (Warfield & Wild, Wild, 1995; Becker e al, 1998 ; Francis, Maydew & Sparks, 1999) La héorie posiive. La héorie posiive développée par Was e Zimmerman (1986) perme de formuler les hypohèses dies de la rémunéraion, de la dee e de la aille. Ces rois hypohèses résulen d un cadre héorique basé sur les héories de l agence (Jensen & Meckling, 1976) e de la régulaion (Posner, 1974), e reposen sur l uilisaion des chiffres compables, e du résula noammen, pour gérer des enjeux conracuels (Pour une revue, voir Jeanjean, 2001) Les rois hypohèses posées par Was & Zimmerman (1986) son : «Ceeris paribus, les managers des firmes où il exise un conra d inéressemen son plus suscepibles de choisir les procédures compables qui reporen le résula des périodes fuures vers la période courane» (p. 208). «Ceeris paribus, plus une firme a un raio dee sur fonds propres élevé, plus cee firme aura endance à sélecionner des procédures compables qui reporen les profis des périodes fuures vers la période acuelle» (p. 216). «Ceeris paribus, plus une firme es grande e plus elle aura endance à choisir des méhodes compables qui diffèren la sécréion du résula vers les périodes fuures» (p. 235). Ces proposiions peuven êre discuées (Jeanjean, 1999). En premier lieu, il convien de enir compe du conexe culurel dans lequel ces hypohèses on éé générées. Ainsi, l uilisaion de clauses conracuelles d endeemen n es pas courane en France. L hypohèse de la dee ne peu donc pas êre reprise elle quelle. Un lien peu êre fai enre la poliique d endeemen e la poliique compable si l on ien compe du désir de l enreprise de 3

5 jusifier ex-pos sa sraégie financière. Ce impéraif de jusificaion exiserai noammen pour les firmes avec une fore variaion d'endeemen. H1 : Les firmes don la variaion de l'endeemen es imporane von chercher à accroîre leur résula. L hypohèse de la aille peu êre reprise, même si sa validié en ermes concepuels es discuable. En effe, il es vraisemblable que les conflis Ea firme ne se règlen pas par le ruchemen de ribunaux mais pluô par des modaliés informelles (Cf. Bauer & Berin- Moure, 1989). La aille es alors conservée comme variable de conrôle. H2 : Une firme de grande aille va chercher à diminuer son résula. Deux raisons jusifien l abandon de l hypohèse de la rémunéraion : (1) l inciaion es foncion du conra de rémunéraion. Healy (1985) a fai remarquer que l hypohèse de la rémunéraion (associaion de l exisence d un conra inciaif e d une gesion à la hausse) es fausse si le conra de rémunéraion prévoi une borne minimale L (e/ou maximale : U) de résula en deçà (au delà) de laquelle aucun bonus (supplémenaire) n es versé. En effe, si le résula avan gesion es déjà supérieur à U, alors il n y a aucune inciaion à gérer à la hausse. (2) Même si le conra ne spécifie pas de elles bornes, Was & Zimmerman (1986) ne prennen pas en compe la dimension emporelle des poliiques compables. Si la noion d horizon es inroduie alors une gesion à la hausse du résula n es pas oujours préférée par le manager. En effe, il fau enir compe (1) du fai qu une gesion à la hausse aujourd hui diminue le résula demain e que (2) la préférence pour le présen peu ne pas êre infinie. Sous ces hypohèses, Fisher (1907, 1937, voir Ener, 1997) a monré que les individus avaien pluô endance à lisser leur consommaion La gesion par les seuils. Une deuxième série d hypohèses a rai à la gesion par la seuils (reshold managemen) : la préférence du manager pour une configuraion du résula serai moivée par le désir d aeindre cerains seuils de résula. Cee hypohèse ne se confond pas avec celle du lissage (réducion de la variance des résulas publiés) car elle mène à des prédicions différenes e es plus resricive. 4

6 Par exemple, si une firme a des résulas prévus en N e N+1 ideniques - par exemple de 10, alors, sous l'hypohèse du lissage elle ne cherchera pas à gérer son résula (la variance es nulle). Sous l'hypohèse des seuils, elle va chercher à publier un résula du ype 9 en N, e 11 en N+1 (pour afficher une croissance de son résula). De plus, le lissage ne perme pas de discerner une préférence enre les profils [9;10] e [10;9] car la variance des deux séquences es idenique. L'hypohèse d'une gesion par les seuils implique une préférence pour le premier veceur (résulas croissans). Trois seuils on éé idenifiés par la liéraure : le résula zéro, le résula N-1 e les prévisions des analyses (Pael, Degeorge e Zeckhauser, 1999). Plusieurs faceurs on éé avancés pour expliquer cee préférence : (1) Burgsahler & Dichev (1997) avancen que les inervenans sur le marché uilisen des heurisiques simples pour prendre leurs décisions (du ype «si le résula augmene, c es bon, sinon c es négaif»). (2) La héorie des Prospecs (prospec heory) développée par Kahneman & Tversky (1973) es aussi invoquée par Burgsahler & Dichev (1997). L idée sous-jacene que les individus on une pere d uilié plus imporane dans les peres que dans les gains: la foncion d uilié es concave pour les gains, convexe pour les peres. Ainsi, les managers cherchen à évier les variaions négaives du résula, ainsi que le résula nul. (3) De plus, il apparaî que le marché accorde une prime (rendemens anormaux posiifs) aux firmes capables de présener une augmenaion régulière du résula (Myers & Skinner, 1999), e que cee prime es d auan plus imporane que la période de croissance es longue. Il en résule une inciaion à gérer de manière à aeindre le seuil résula N-1, cee inciaion es d auan plus imporane que le nombre d années de résula en augmenaion es imporan. (4) Enfin, la héorie managériale développée par Cyer & March (1963) suggère que les enreprises fixen leurs objecifs en inégran les résulas passés (il y a un effe de mémoire). Il es ainsi possible de jusifier un désir de gesion des résulas suivan un profil croissan. D'où les hypohèses suivanes : 5

7 H3 : les enreprises don le résula avan manipulaions 1 es négaif von chercher à gérer leur résula à la hausse. H4 : les enreprises don le résula avan manipulaions es inférieur au résula publié de l année précédene von gérer leur résula à la hausse La conraine emporelle. La conraine de cohérence emporelle es liée au fai qu il n es pas possible de oujours augmener ou diminuer le résula. La noion d accruals perme d explicier cee conraine : les accruals son corresponden aux ajusemens compables aux cash flows. On a donc : Or, Résula Résula Résula = Cashflows Résula = Cash flows + Accruals = CAF + ( Produis calculés Doaions ) = CAF BFR + ( BFR + Produis calculés Doaions ) + ( BFR + Produis calculés Doaions ) ( II) Accruals Pour moduler le résula, il convien donc d avoir une acion sur le BFR (qui ne soi pas compensée exacemen par une évoluion conraire du flux de résorerie, cf. équaion 1), ou sur les produis e charges calculés, c'es à dire les doaions e reprises sur provisions ou sur amorissemens. Touefois, l effe de ces acions de modulaion es, sur un horizon donné, nul en moyenne. En effe, oue variaion dans un sens une année doi êre compensée par une variaion de sens conraire les exercices suivans. Si une firme accorde des délais de paiemen plus généreux une année pour accélérer la conclusion d'une vene, alors oues choses égales par ailleurs, les venes de N+1 (e donc le résula) seron moindres. De même, les modaliés d'amorissemen ne fon qu'éaler différemmen dans le emps les doaions. L'amorissemen dégressif, par rappor à l'amorissemen linéaire, perme d'amorir plus rapidemen un bien les premières années d'uilisaion e moins les dernières années. Dès lors, il fau enir compe du fai que les accruals se reversen dans le emps, d'où l'hypohèse: ( I) 1 Manipulaions es ici à prendre au sens de «effe oal des décisions de gesion du résula». Les «manipulaions» resen donc dans le cadre des opéraions auorisées par la réglemenaion. 6

8 Hypohèse: les accruals manipulés d un exercice en cours doiven êre compensés par une gesion en sens conraire la (ou les années) suivanes. Plus précisémen, nous eserons l'hypohèse suivane: H5: les accruals de l'exercice en cours son négaivemen reliés aux accruals discréionnaires de l'année précédene. Deux raisons jusifien la fixaion de l'horizon de gesion du résula à un an: (1) des éudes empiriques (par exemple: DeFond & Jiambalvo, 1994) monren que c'es esseniellemen la composane coure des accruals qui es manipulée. (2) Par ailleurs, les données récolées confirmen que les accruals cours on une variabilié beaucoup plus grande que la composane longue La srucure de conrôle. Un aure élémen doi êre pris en compe, il s'agi de la srucure de conrôle de l'organisaion. En effe, l'hypohèse de base des hypohèses de la héorie posiive (H1 e H2 dans cee éude) es un comporemen opporunise du dirigean (Holhausen, 1990). Or, des mécanismes limian la laiude managériale exisen e peuven avoir une influence sur la gesion du résula. Deux mécanismes von ici êre éudiés: la naure de l'audieur financier e l'exisence d'adminisraeurs exernes au sein de l'organisme chargé d'analyser les compes (conseil d'adminisraion ou conseil de surveillance). Francis, Maydew & Sparks (1999) on monré que la naure de l'audieur influe sur la gesion du résula. En effe, les audieurs de grande aille (les big five ou six selon les époques) on endance à produire des audis de meilleure qualié (DeAngelo, 1981). En effe, ces derniers: (1) son plus riches que les aures, de ce fai, la probabilié d'une acion en jusice en cas d'éas financiers frauduleux es plus élevée, ce qui les incie à produire des audis de qualié. (2) Ils subissen une pere de répuaion imporane en cas de fraude révélée. (3) Du fai de leur aille, les audieurs big six peuven plus facilemen absorber la pere d'un manda en cas de refus de cerificaion des compes. 7

9 La gesion du résula respece le cadre légal de ce fai, elle se siue dans une perspecive différene de DeAngelo (1981). Touefois, il es possible de considérer que les audieurs de qualié son aenifs à la gesion du résula. Deux élémens viennen appuyer cee asserion : d une par, un comporemen compable agressif peu êre un prélude aux fraudes, d aure par, la publicaion de résulas rop «gérés» pourrai nuire à leur répuaion. Deux éudes expérimenales (Hirs [1994]; Philips [1994]) confirmen l'aenion des audieurs à la gesion du résula. H6: La naure de l'audieur a une influence sur la gesion du résula. Par ailleurs, la présence d'adminisraeurs indépendans, c'es à dire exemps de ou lien de subordinaion avec le ou les dirigeans de la sociéé, es supposée avoir un effe sur la naure de l'informaion financière publiée. Fama (1980) fai remarquer que les adminisraeurs indépendans son plus efficaces que les adminisraeurs inernes en raison des enjeux en ermes de répuaion sur le marché des adminisraeurs. Quelle va êre l'aiude des adminisraeurs indépendans face à la gesion du résula? En première analyse, si elle ne résule pas de moivaions opporunises, ils n'on aucune raison de s'y opposer. Touefois, la naure de la gesion du résula (opporunisme, signal, efficience des conras) n'es pas facile à déerminer (Holhausen, 1990). Aussi pouvons nous poser que les adminisraeurs von chercher à limier la gesion du résula. H7: La présence d'adminisraeurs indépendans end à diminuer l'imporance de la gesion du résula. Enfin, Warfield, Wild & Wild (1995) on monré que le aux de paricipaion du manager pouvai avoir une influence sur la poliique compable, d'où l'hypohèse: H8: La par du dirigean dans le capial de la firme influe sur la poliique compable. 8

10 2. Echanillon e choix méhodologiques. Après avoir présené les crières d'échanillonnage ( 1), e discué les différenes modélisaion de la gesion du résula ( 2), nous présenerons le modèle esé e les indicaeurs uilisés pour les variables explicaives ( 3) Sélecion de l échanillon. L'échanillon a éé consiué à parir de la base de données DIANE. Les crières de sélecion son les suivans: (1) la sociéé doi êre coée à la bourse de Paris sur le premier marché. (2) Les banques, les assurances e les sociéés financières on éé exclues en raison de la spécificié de leurs règles compables. (3) Enfin, les compes doiven êre disponibles pendan au moins deux années consécuives enre 1995 e Cee procédure es préférable à celle qui consiserai à exiger un jeu de compes comple sur oue la période car elle perme d'évier le biais du survivan e de maximiser la aille de l'échanillon. (4) Le seceur d'acivié a ensuie éé obenu sur DATASTREAM. Les seceurs pour lesquels l'échanillon compai moins de 7 firmes - années on éé éliminés. Ainsi, un échanillon de 745 firmes années a éé consiué. Les ableaux suivans illusren les caracérisiques des firmes éudiées. Le déail de la venilaion des seceurs d'acivié es donnée en annexe. Monan en KF Moyenne Écar ype maximum minimum Résula ne Acif oal Chiffre d'affaires

11 Données normées par N Min. Max. Moy. Ecar ype l'acif oal N-1 Accruals 745 -,46,36-2,75% 9,459E-02 Résula ne Cash flow d'exploiaion ,38 -,43,32,62 3,78% 6,53% 6,030E-02 9,715 E -02 Dees financières 745,00 2,06 2,2589,2121 Immobilisaions corporelles amorissables 745,00 3,72,5578,3854 Pour 1999, les données sur le gouvernemen d'enreprise son les suivanes pour les 140 enreprises de l'échanillon: N Minimum Maximum Moyenne Ecar ype % du capial déenu par les 5 plus grands 140,00 98,00 58% 23,03 acionnaires idenifiés Taille du CA 140 3,00 23,00 9,65 4,02 Nombre d'adminisraeurs indépendans 140,00 10,00 1,40 2,07 Disincion CA/CS 140 NS NS 17%,37 % du capial déenu par le dirigean 140,00 90,00 18, ,10 Au moins un audieur parmi les b6 140 NS NS 69%,46 les deux audieurs b6 140 NS NS 18%, La gesion du résula. La noion d accruals discréionnaires es uilisée comme mesure de la gesion du résula. La première éape es de calculer les accruals oaux. Pour cela, la procédure suivane a éé uilisée en uilisan la base de données DIANE : (1) Obenion des élémens pour le calcul de la variaion du BFR 3. 2 Il es possible d'obenir un raion d'endeemen ou d'immobilisaions corporelles supérieur à 1 car ces données son normées par l'acif de N-1 e non par l'acif de l'exercice en cours. 3 Pour calculer le BFR de chaque année, le BFR issu de DIANE a éé uilisé e corrigé des provisions sur élémens circulans (le BFR calculé par DIANE es en valeur nee). Cee procédure se révèle plus fiable que celle qui consise à calculer le BFR à parir des valeurs brues des socks, des créances e des dees fournisseurs. 10

12 (2) Obenion de la CAF. (3) Calcul des flux de résorerie d'exploiaion (CAF - variaion du BFR nee du capial souscri non appelé e des dees sur fournisseurs d'immobilisaion) (4) Calcul des accruals oaux (Résula ne - FTE). Les accruals ainsi calculés comprennen à la fois des élémens cours (le BFR, les doaions aux provisions d exploiaion) e des élémens longs. Ces deux composanes son disinguées grâce à la procédure suivane : (1) les accruals cours corresponden au BFR en valeur nee (c'es a dire le BFR indiqué par DIANE corrigé des dees sur fournisseurs d'immobilisaions e du capial souscri appelé non versé). (2) les accruals longs son obenus par différence. L ensemble des accruals ne son ouefois pas à la discréion du manager. La composane discréionnaire s évalue par différence enre les accruals oaux e des accruals «normaux». Ces derniers son esimés au moyen de différens algorihmes : (1) pour Healy (1985) les accruals normaux son les accruals de l année précédene (les accruals discréionnaires corresponden donc aux variaions des accruals d une année à l aure). L inconvénien majeur de cee méhode es quelle ignore les faceurs économiques qui peuven expliquer les variaions des accruals (par exemple, l imporance des immobilisaions, du chiffre d affaires,...). (2) Le modèle proposé par Jones (1991) prend en compe cee criique. Les accruals normés son évalués en grâce à l équaion : accruals = consane + b1 * PPE + b2 * varca. Ce modèle peu êre uilisé en coupe longiudinale ou insananée (les observaions peuven alors êre regroupées par indusrie) ou en régression "poolée" (oues les observaions firmes - années son prises en compe). Cerains aueurs (Dechow e al., 1995) préconisen de rerancher aux variaions de CA les variaions du crédi fournisseur pour évier de considérer comme "normale" oue augmenaion du chiffre d'affaires. Accruals Normés 1 Im mocorp CA Créances _ cliens = α * + β + β + ε acif 1 * 2 * 1 acif 1 Acif Les grandeurs son normés par l'acif oal de n-1 pour limier les problèmes d'hééroscédasicié. 11

13 Nous avons évalué les coefficiens de ce modèle en regroupan les observaions de 1995 à 1998 par indusrie (605 observaions). La R 2 varie enre 6 e 96% (résulas comparables à ceux obenus sur des données US) 5. Ensuie, les coefficiens esimés sur son combinés avec la valeur des immobilisaions corporelles brues amorissables au 31/12/99 e la variaion du CA nee du changemen des créances cliens à fin 1999 pour obenir les accruals oaux normés anicipés en Les accruals discréionnaires son obenus par différence enre les accruals consaés en 1999 e ceux anicipés par le modèle Le modèle esé Le modèle suivan es esé sur les 140 firmes de l'échanillon avec des données complèes pour 1999: Accruals = α + β * var_ Dee _ β * Taille 2 + β RNM 3 * 0 + β * baisse β 5 * ADP β * AUDB6 6 + β * Adm _ exernes β * Manag _ prop 8 + β a * FTE β b * Risque + +? Les variables siuées après les coefficiens β i corresponden à l'hypohèse i. Par exemple, l'hypohèse de la aille (hypohèse 2 du cadre héorique) prédi une relaion négaive enre la aille e la gesion du résula: ce qui condui à prédire un coefficien β 2 négaif. Les déails des indicaeurs des variables son exposés ci-après. Les grandeurs uilisés pour la régression (sauf les variables binaires) son normées par l'acif oal N-1 pour limier les problèmes d'hééroscédasicié. Le ableau suivan résume les indicaeurs uilisés pour les variables explicaives. 5 Il s'agi d'une régression sans erme consan. Le R2 s'inerprèe donc comme la par de la dispersion auour de la moyenne expliqué par le modèle. 12

14 Variable Consrui Calcul Var_De_+ Imporane variaion de l'endeemen. Variable binaire codée 1 si la variaion de l'endeemen de la firme es siué dans les 20% les plus élevé, 0 sinon. Taille Variable de conrôle Quarile de la capialisaion boursière RNM Résula non manipulé Résula publié moins les accruals discréionnaires RNM0- Résula non manipulé Variable binaire: codée 1 RNM<0, 0 sinon. (RNM) proche de zéro Baisse RNM inférieur au résula Variable binaire codée 1 si (RNM - Résula N-1. N-1)<0, 0 sinon. ADP + Naure des accruals Variable binaire codée 1 si les accruals discréionnaires passés discréionnaires de 1998 son rès posiifs (parmi les 20% les plus posiifs). AudB6 Naure de l'audieur Variable binaire codée 1 si au moins un audieur es un audieur big six, 0 sinon 6. Adm_indep % d'adminisraeurs Ln(1+nombre d'adminisraeurs indépendans au CA indépendans/ nombre de membre du CA). Manag_prop Naure de la firme Variable codée 1 si le dirigean es propriéaire d'au moins 10% des drois de voe, 0 sinon. FTE1 Flux de résorerie de l'exercice précéden (1998) Risque Risque de la firme. Il s'agi d'une variable de conrôle comme dans Cormier, Magnan & Morard, 1998). Trésorerie sur opéraion de gesion de l'exercice précéden. Dechow (1994) a monré les accruals dépendaien de FTE. Bea (données DATASTREAM). 3. Résulas empiriques. Le R2 ajusé du modèle es de 54,3%. Le F de Fisher vau 15,983 (p<0.00). 6 le modèle a aussi éé esé en analysan si la présence de deux audieurs "Big 6" a une influence sur la gesion du résula: ce n'es pas le cas. 13

15 Modèle Coefficiens non sandardisés Err. B Sand. Coef. Sand. Bêa (consane) 3,209E-02,016 2,003,047 Augmenaion de l'endeemen 2,425E-02,010,167 2,545,012 Taille de l'enreprise 1,414E-02,004,279 3,249,002 Seuil de résula zéro pas aein 2,094E-02,012,141 1,749,083 Résula non géré > Résula publié en N-1-4,186E-02,010 -,310-4,089,000 Accruals discréionnaires en 1998 rès posiifs -3,005E-02,011 -,172-2,734,007 Au moins un audieur parmi les b6-1,519e-02,009 -,105-1,630,106 % d'adminisraeurs exernes -3,983E-02,0240 -,071-1,580,110 Déenion d'un bloc de conrôle par le dirigean 1,897E-02,009,138 2,130,035 Flux de résorerie de ,315,056 -,436-5,614,000 Risque de l'enreprise -4,061E-02,017 -,192-2,432,017 A Variable dépendane : accruals discréionnaires au sens de Jones (1991) - modifié p Au seuil de 10%, ous les coefficiens son significaifs ou rès proches du seuil. Ean donné la naure exploraoire de l'éude, les variables son conservées. Les saisiques de colinéairié ne permeen pas de déecer de problème pariculier. Ces résulas meen en évidence: (1) que la gesion par les seuils es significaive pour expliquer la gesion du résula. Noammen, ce ravail monre que lorsque le résula de l'année précédene es aein, l'enreprise gère à la baisse son résula. On rerouve ici un résula comparable à celui de DeFond & Park (1997), c'es à dire l'idée que la gesion du résula se fai en foncion d'un aménagemen fuur des résulas. (2) La monan des accruals discréionnaires des années précédenes joue aussi un rôle dans la compréhension des poliiques compables. Une variable "accruals discréionnaires significaivemen négaifs" avai éé inroduie à l'origine. Elle n'éai ouefois pas significaive. Ce résula suggère que la laiude du dirigean es plus grande à la baisse qu'à la hausse. (3) Le coefficien négaif sur le flux de résorerie perme de rerouver la propriéé lissane de la compabilié d'engagemen (Beaver, 1998). 14

16 (4) La srucure de conrôle (audieur de qualié, adminisraeurs exernes, ) perme de limier l'ampleur de la gesion du résula. (5) De manière surprenane, la présence d'un acionnaire - dirigean end à augmener la gesion du résula, ce qui semble conradicoire avec les résulas anérieurs sur ce suje. En effe, si le dirigean es aussi un acionnaire significaif alors il devrai moins ressenir le besoin de gérer le résula pour des raisons opporunises. Ce résula peu s'inerpréer de deux manières. Ean propriéaire de son enreprise, le manager peu gérer à sa guise le résula pour signaler de l'informaion privée au marché par exemple, ce qu'un manager pur ne peu pas faire compe enu des soupçons d'opporunisme qui pèsen sur lui. Une aure explicaion fai inervenir une voloné de se jusifier la qualié de sa gesion auprès des aures acionnaires. Discussion e conclusion. Ce ravail monre que: (1) les prédicions de la héorie posiive ne son pas validées, ce qui n'es guère surprenan compe enu du conexe économique e social différen enre les Eas-Unis e la France. (2) La gesion par les seuils semble ou à fai perinene. (3) Les conraines à la gesion du résula (conraine de cohérence emporelle e naure de l'audieur) son elles aussi significaives. Touefois ces résula doiven êre affinés. Plusieurs voies son envisageables: (1) ravailler sur la noion d'accruals discréionnaires, ce qui nécessie de déerminer un niveau d'accruals "normal". Les modèles présenés par la liéraure - Healy, 1985; Jones, 1991; Cormier, Magnan & Morard, 1998, souffren de leur faible pouvoir explicaif (R2 de l'ordre de 15%). Ce axe de recherche semble d'auan plus imporan que de nombreux indicaeurs (résula non manipulé, signe des accruals discréionnaires de N-1, ) reposen sur la qualié des algorihmes d'exracion de la composane discréionnaire des accruals. (2) En ermes concepuels, une plus grande aenion au mécanismes de conrôle des éas financiers es de naure à améliorer la compréhension de la gesion du résula. Noammen, l'exisence ou non d'un comié d'audi, la présence d'adminisraeurs exernes e la srucure de l'acionnaria son des faceurs poeniellemen imporans. Touefois, la 15

17 naure de la relaion enre la srucure de conrôle e la gesion du résula n'es pas évidene car la poliique compable n'es pas oujours opporunise (Holhausen, 1990; Aria, Gloser & Sunder, 1999), e dès lors, il n'y a pas de raison de limier son éendue. (3) Enfin, le sens des relaions peu êre éudié. Par exemple, la naure de l'audieur e le monan des accruals (oaux ou discréionnaires) son négaivemen corrélés. Ce résula peu s'inerpréer comme l'expression du conservaisme des audieurs de qualié (un audieur de qualié enraîne des accruals moindre) ou comme une procédure de signal (les audieurs de grande aille choisissen des cliens généran de manière srucurelle peu d'accruals) 7. (4) Enfin, cee éude ne pore que sur les accruals discréionnaires en Une éude plus approfondie devrai englober la gesion sur plusieurs années pour conrôler un biais lié à des événemens conjoncurels. Références bibliographiques : Aria A., Glover J., Sunder S., (1998), Earnings managemen and he revelaion principle, Journal of accouning sudies, volume 3, numéro 1 e 3, pp Bauer M. e Berin-Mouro B., 1987, Les 200, commen devien-on un grand paron?, Le seuil Beaver W. (1998), Financial accouning: a revoluion, 3 ème édiion, Prenice hall, Upper Saddle river (NJ), p Becker C., Defond M., Jiambalvo J., Subramanyam K.R. (1998), The effec of audi qualiy on earnings managemen, Conemporary accouning research, volume 15, numéro 1, pp Burgsahler D., Dichev I. (1997), Earnings managemen o avoid earnings decreases and losses, Journal of accouning and economics, 24 (December), pp Cormier D., Magnan M., Morard B. (1998), La gesion sraégique des résulas : le modèle anglo-saxon convien-il au conexe Suisse?, Compabilié, conrôle, audi, Volume 1, Mars, pp Cyer R., March J. (1963), A behavioral heory of he firm, 2 ème édiion (1992), Blackwell publishers, pp Degeorge F, Pael J., Zeckhauser R. (1999), Earnings managemen o exceed resholds, Journal of Business, volume 72, numéro 1, pp DeAngelo L. (1981), Audior size and audi qualiy, Journal of accouning and economics, volume 3, pp DeAngelo H., DeAngelo L., Skinner D. (1994), Accouning choice in roubled companies, Journal of accouning and economics, volume 17, Janvier, pp Dechow P. (1994), Accouning earnings and cash flows as measures of firm performance: he role of accouning accruals, Journal of accouning and economics, volume 18, numéro 3p Dechow P, Sloan, R.; Sweeney, A., (1995), Deecing earnings managemen, The Accouning Review, Apr; Vol. 70, Iss. 2; pg Un premier es de cee proposiion peu êre réalisé compe enu des données disponibles: il n'y pas de différence significaive d'inensié capialisique ou de performance des firmes audiées par un big six ou par un aure commissaires aux compes. 16

18 Defond M; Park C. (1997), Smoohing income in anicipaion of fuure earnings, Journal of accouning and economics, volume 23, pp Ener F. (1997), Microéconomie, 2 nde édiion, PUF, Paris, p. 441 Fama E. (1980), Agency problems and he heory of he firm, Journal of poliical economy, 88-2, pp Francis J., Maydew E., Sparks C. (1999), The role of big six audiors in he credible reporing of accruals, Audiing: a journal of heory and pracice, Fall 99, volume 18, Issue 2, pp Healy P. (1985), Evidence on he effec of bonus schemes on accouning procedure and accrual decisions, Journal of accouning and economics, volume 7, pp Hirs E. (1994), Audior s sensiiviy o earnings managemen, Conemporary accouning research, volume 11 (Fall), pp Holhausen R.W. (1990), Accouning mehod choice : opporunisic behavior, efficien conracing and informaion perspecive, Journal of accouning and economics, volume 12, pp Jeanjean Th. (1999), La héorie posiive de la compabilié: une revue des criiques, Cahier de recherche du CEREG, Universié Paris Dauphine, p.35. Jeanjean Th. (2001), Inciaions e conraines à la gesion du résula, à paraîre in: Compabilié, conrôle, audi, ome 7, volume 1, pp Jensen M., Meckling W., (1976), Theory of he firm : managerial behavior, agency coss and ownership srucure, Journal of financial economics, volume 3, pp Jones J. (1991), Earnings managemen during impor relief invesigaions, Journal of accouning research, volume 29, numéro 2 (auomne), pp Kahneman D., Tversky A. (1979), Prospec hery : an analysis under risk, Economerica, volume 47, numéro 2, pp Myers L., Skinner D. (1999), Earnings momenum and earnings managemen, Working Paper accouning reserach nework, disponible sur hp://www.ssrn.com/updae/arn/arn_finaccg.hml. Phillips F. (1999), Audior aenion o and judgmens of aggresive financial reporing, Journal of accouning research, volume 37, nuéro 1, spring, pp Posner RA (1974), Theories of economic regulaion, Bell journal of economics and managemen science, volume 5, pp Saada T., 1995, Les déerminans des choix compables, Compabilié, Conrôle, Audi, Tome 1, Volume 2, pp Schipper K. (1989), Commenary on Earnings managemen, Accouning horizons, volume 3, numéro 4, décembre, pp Smih E.D. (1976), The effec of separaion of ownership and conrol on accouning policy decisions, The accouning review, numéro 51, ocobre, pp Thibierge C. (1997), Conribuion à l éude des déerminans de la compabilisaion des invesissemens immaériels, Thèse de docora, Universié Paris Dauphine, p Warfield T., Wild J., Wild K. (1995), Managerial ownership, accouning choices and informaiveness of earnings, Journal of accouning and economics, volume 20, pp Was R., Zimmerman J. (1978), Towards a posiive heory of hre deerminaion of accouning sandards, The accouning review, vol. 53, january, pp Was R., Zimmerman J. (1986), Posiive accouning heory, Prenice Hall, Englewood Cliffs (NJ), p Was R., Zimmerman J. (1990), Posiive accouning heory : a en year perspecive, The accouning review, vol. 65, pp Young S. (1998), The deerminans of managerial accouning policy choice : furher evidence from he UK, Accouning and Business research, volume 28, numéro 2, pp

19 Annexe 1: Fréquence AEROSPACE 8 AUTO PARTS 20 AUTOMOBILES(6) 8 BREWERS 12 BROADCASTING 19 BUILDING MATERIALS 42 BUSINESS SUPPORT 20 CHEMICALS, COMMODITY 9 CHEMS.ADVANCED MATS. 8 CLOTHING + FOOTWEAR 14 COMPUTER SERVICES 20 DIVERSIFIED INDUSTRY 43 ELECTRICAL EQUIPMENT 13 ELECTRONIC EQUIPMENT 16 ENGINEERING, GENERAL 27 FARMING AND FISHING 20 FOOD + DRUG RETAILERS 22 FOOD PROCESSORS 51 FORESTRY 8 FURN. + 7 FLOORCOVERING HOTELS 19 HSEHOLD 15 APPS+HSEWARES LEISURE EQUIPMENT 7 LEISURE FACILITIES 16 MEDIA AGENCIES 16 NON-FERROUS METALS 21 OIL INTEGRATED 8 OIL SERVICES 16 OTHER CONSTRUCTION 18 OTHER DISTRIBUTORS 7 PACKAGING 15 PAPER 11 PHARMACEUTICALS 8 PUBLISHING + PRINTING 12 RAIL, ROAD, FREIGHT 25 REAL ESTATE DEV. 63 RETAILERS, MULTI DEPT 12 SOFTWARE 26 STEEL 8 TELECOM EQUIPMENT 8 TEXTILES+LEATHER GDS 27 Toal

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre**

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre** Le sysème d inciaion basé sur la valeur économique ajouée : Un remède à la manipulaion compable? Par Jihene El Ouakdi* Jacques Sain-Pierre** * Éudiane au Ph.D. Déparemen de finance e assurance Faculé des

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

L impact de l endettement sur la profitabilité Une étude empirique sur données françaises en panel

L impact de l endettement sur la profitabilité Une étude empirique sur données françaises en panel L impac de l endeemen sur la profiabilié Une éude empirique sur données françaises en panel Mazen KEBEWAR Univercié d Orléans (France) Universié d Alep (Syrie) Résumé: Ce aricle a pour objecif d analyser

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

MODÉLISATION DE LA TRANSFORMATION AUSTÉNITIQUE AU CHAUFFAGE D UN ACIER MARTENSITIQUE

MODÉLISATION DE LA TRANSFORMATION AUSTÉNITIQUE AU CHAUFFAGE D UN ACIER MARTENSITIQUE MODÉLISATION DE LA TRANSFORMATION AUSTÉNITIQUE AU CHAUFFAGE D UN ACIER MARTENSITIQUE Guilhem Roux, François Hild, René Billardon To cie his version: Guilhem Roux, François Hild, René Billardon. MODÉLISATION

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail