Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau"

Transcription

1 Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau

2 FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau

3 L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse d efficience des marchés es que les prix observés sur les marchés financiers reflèen à ou momen oue l informaion disponible. Les inervenans sur les marchés ne peuven donc pas espérer dégager un rendemen «anormal» en se lançan dans une acivié de prévision des prix d acif. Pour pouvoir eser cee capacié à dégager un rendemen anormal, il fau au préalable définir ce qu es un rendemen normal. On peu admere par exemple que le rendemen normal es celui qui es cohéren avec le MEDAF. Les objecifs de ce chapire son les suivans : - définir précisémen la noion d efficience des marchés - déerminer les implicaions de l efficience - présener les principaux ess de l efficience - proposer des résulas empiriques concernan l efficience selon différenes approches

4 L hypohèse d efficience des marchés Implicaions de l hypohèse d efficience des marchés Si l efficience des marchés es vraie, - le rôle des analyses financiers e des gesionnaires de fonds es exrêmemen rédui. Pour l esseniel, il consise à consiuer un porefeuille imian le porefeuille de marché au coû le moins élevé possible ; - le rôle des résoriers d enreprise es égalemen rès limié, puisque la srucure de financemen de l enreprise es indifférene quand les marchés son efficiens ; - enfin, si les flucuaions qu on rouve souven excessives des prix des acions proviennen d un foncionnemen efficien des marchés, l inervenion publique (comme par exemple, fermer le marché lors d un crash boursier) es inuile.

5 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Il exise un grand nombre de définiions possibles de l efficience des marchés. La plus naurelle consise à dire que les marchés son efficiens si les rendemens fuurs son imprévisibles compe enu de l informaion disponible. Cee définiion fai référence direcemen à la noion d espérance condiionnelle. Supposons ainsi que les agens connaissen la valeur prise par ceraines variables jusqu à aujourd hui. L ensemble d informaion es noé I = { Y1,, Y2,,...} où Y i, es connu par l agen à la dae. En général, ce ensemble d informaion inclu les réalisaions passées de la variable à prévoir, mais il peu aussi êre beaucoup plus vase. On noe cee espérance condiionnelle E [ X + 1 ] = E[ X + 1 I ] = x+ 1 f ( x+ 1 I ) dx+ 1 où f ( x + 1 I ) es la disribuion condiionnelle. L espérance condiionnelle es la prévision opimale de la variable X + 1 en foncion de oue l informaion disponible I.

6 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game L espérance condiionnelle a ceraines propriéés inéressanes : 1. La prévision es sans biais : l erreur de prévision ε + 1 = X + 1 E[ X + 1] es d espérance nulle car E[ ε + 1 ] = E[ X + 1] E[ X + 1] = 0. On a donc X + 1 = E[ X + 1] + ε L erreur n es corrélée avec aucune informaion connue à la dae ou avan. Auremen di, on a Cov[ ε + 1, Yi, ] = 0 pour ou Yi, I. Cee propriéé radui le fai que les agens uilisen au mieux l informaion don ils disposen e, en pariculier, qu ils ne pourraien uiliser aucune informaion accessible pour améliorer leur prévision. L erreur de prévision es donc de variance minimale. 3. L erreur de prévision es imprévisible. Si on cherche à connaîre à la dae l erreur de prévision qu on fera à la dae +1 pour la variable X + 2, la meilleure prévision qu on peu faire es E X E [ X ]] 0. (loi des espérances iérées). [ = Remarque : l erreur de prévision 1 + ε peu êre rès large, mais elle ne peu pas êre réduie compe enu de l informaion disponible.

7 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Supposons mainenan que le processus aléaoire X soi el que E = [ X + 1 ] X Un el processus es appelé une maringale. La meilleure prévision de oues les valeurs fuures X + i (i 1) es la valeur acuelle X. Donc aucune informaion supplémenaire dans I n es nécessaire si l agen connaî déjà X. Un processus aléaoire y es appelé fair game si E [ y + 1 ] = 0 Un fair game es imprévisible compe enu de I. Donc si X es une maringale alors la différence y+ 1 = X + 1 X es un fair game. Un fair game es aussi appelé une différence de maringale.

8 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game On peu mainenan caracériser l efficience de la façon suivane : les rendemens * * anormaux y + 1 = r + 1 r + 1 vérifien la propriéé de fair game, avec r +1 le rendemen normal (ou d équilibre). Le rendemen anormal obenu par la déenion d un acif risqué doi êre nul en moyenne. Supposons mainenan que le rendemen normal es une consane k. Alors la propriéé de fair game implique que le rendemen anormal anicipé s écri E [ r + 1 k] = 0 Comme le rendemen r + 1 es défini comme r + 1 = ln( P D+ 1) ln( P ), on a aussi E [ln( P D + 1) ln( P )] = k

9 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Comme les dividendes varien dans le emps, le log des prix ne peu pas êre une maringale. En revanche, l efficience implique que les prix incluan les dividendes son une maringale. En effe, si on défini P ~ le prix incluan les dividendes, alors on a ou ~ ~ ln( P + 1 ) ln( P ) = r + 1 ~ ~ E [ln( P 1 )] = ln( P k. + ) +

10 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience Selon l informaion incluse dans I, on peu définir rois formes d efficience : 1. Selon l efficience faible, les rendemens reflèen pleinemen l informaion conenue dans l'hisorique des rendemens. L'analyse du comporemen des rendemens passés («analyse echnique») ne perme donc pas d améliorer la prévision des rendemens. 2. L efficience semi-fore sipule que les rendemens courans reflèen l ensemble de l informaion disponible à ous uile pour prévoir l évoluion des marchés. Elle implique noammen que l «analyse fondamenale» fondée sur l informaion disponible ne perme pas d améliorer la prévision des rendemens. 3. Enfin l efficience fore éabli que oue l informaion connue de l un des paricipans au marché es pleinemen refléée dans les rendemens. Dans ce cas, même ceux qui disposen d informaions privilégiées (ou privées) ne peuven pas mieux prévoir les rendemens fuurs.

11 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience Une première approche du es de l efficience des marchés repose donc sur la capacié à prévoir les rendemens fuurs. Il exise une aure implicaion inéressane de l efficience : Si le marché es efficien, on ne peu pas dégager de rendemen anormal sur la base d une informaion. Ainsi, il es peu-êre possible de prévoir l'évoluion des prix fuurs de façon plus précise que ne le fon les aures invesisseurs, mais le rendemen dégagé (ne des frais) doi reser nul. Les frais associés à l'acivié de prévision son nombreux : collece e acha d'informaion, consrucion de modèles, mainien d'une présence sur le marché. Finalemen, l'acivié de prévision es rémunérée, mais son exercice ne perme pas de dégager un rendemen anormal. Ce résula es rès inéressan, car il perme une confronaion aux données : - Performances des professionnels du marché (gesionnaires de fonds, analyses). - Mise en place d une sraégie de placemen hypohéique.

12 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience L efficience des marchés n implique pas que les rendemens doiven êre nuls, mais qu il ne doi pas y avoir de profi au-delà du rendemen normal. Le rendemen normal peu êre supposé consan au cours du emps, mais il peu aussi êre déerminé selon le MEDAF. Ce poin es imporan, car le fai que le rendemen soi prévisible peu venir du fai que le rendemen normal es lui-même prévisible pour un ensemble d informaion donné. Le rendemen anormal es déerminé comme la différence enre le rendemen observé e le rendemen normal. Les prévisions des rendemens anormaux son consruies à parir de l ensemble d informaion choisi. Si les rendemens anormaux son prévisibles, l efficience des marchés es rejeée. Les ess d efficience son donc des ess joins : (1) de l efficience e (2) du modèle pour les rendemens normaux. Donc si l hypohèse nulle es rejeée, cela peu-êre dû au reje du modèle d équilibre ou de l efficience.

13 Tes d efficience faible Caracérisaion du fair game Il y a plusieurs façons de décrire l hypohèse de fair game. 1) Le processus iid (indépendammen e ideniquemen disribué) Un processus iid ε + 1 vérifie E[ ε + 1 ] = 0 2 V [ ε + 1] = σ e Cov[ ε s, ε m ] = 0 s m Cee hypohèse es plus resricive que le fair game. Il inerdi noammen oue dépendance enre ε s e ε m, alors que le fair game suppose seulemen qu il n exise pas de relaion linéaire enre ε s e ε m. 2) Le processus non auocorrélé Le processus ε + 1 es supposé non auocorrélé ( Cov[ ε, ε k ] = 0 pour ou k 0), mais 2 2 le carré des ε + 1 peu êre auocorrélé ( Cov[ ε, ε k ] 0 pour un k 0).

14 Tes d efficience faible Tes d absence d auocorrélaion Si on adme la saionnarié des rendemens, le coefficien d auocorrélaion s écri ] [ ], [ ] [ ] [ ], [ k k k k r V r r Cov r V r V r r Cov = = ρ Pour un échanillon de rendemens donné { } r, on a 1 0 ) ( ) )( ( ˆ = = + = T k r r r r r r T T k k k ρ Sous l hypohèse iid, k ρˆ a la disribuion asympoique suivane (0,1) ~ ˆ N T a k ρ.

15 Tes d efficience faible Tes d absence d auocorrélaion Ljung e Box (1978) on propose la saisique Pormaneau pour l hypohèse nulle H ρ... = ρ 0, conre l hypohèse alernaive : 0 i 1,..., K : 0 : 1 = K = H ρ pour un { } 0 i Q K = K 1 2 T ( T + 2) ˆ ρ k k T k= 1 Sous l hypohèse nulle, si { } r es iid, on a Q ~ 2 K χ ( K). Le choix du nombre de reards K peu êre guidé par des considéraions héoriques, mais il es sage en général de eser différenes valeurs de K. Remarque : Quand on s inéresse à des rendemens quoidiens, on s aend à ce que le rendemen normal varie peu au cours du emps. Les rendemens quoidiens fournissen donc une bonne approximaion du rendemen anormal (à un erme consan près). a

16 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Même s il semble naurel de eser l efficience faible à parir d un simple es d auocorrélaion, l efficience faible présene un caracère plus général. Par exemple, les ermes d erreur passés sur le rendemen ou des effes saisonniers peuven affecer l évoluion des rendemens. Exemple : Eude de Forune (1991) sur les rendemens quoidiens du S&P 500 enre janvier 1980 e sepembre Il obien la régression : r = 0, , , , , ,051 5 (2,8) (2,8) (1,9) (1,0) (2,8) (2,7) 0,0017WE (3,2) ε + 0,0006 HOL (0,2) ε ε + 0,0006 JAN (0,82) + ε ε ε où R 2 = 0, 0119, σ ε =1,08% e (.) = sa. WE = 1 si le jour de la dae es un lundi e 0 sinon, HOL = 1 si la dae es précéden d un jour férié e 0 sinon e JAN = 1 pour les jours du mois de janvier.

17 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Commen inerpréer ces résulas : - même si l efficience faible es globalemen valide pour des fréquences hebdomadaires ou mensuelles, elle es souven rejeée à la fréquence quoidienne. - la meilleure représenaion de la dynamique des rendemens n es pas un processus auorégressif où le rendemen dépend des rendemens passés, mais un processus moyenne mobile où le rendemen dépend des erreurs passées. Il s agi bien d un reje de l efficience faible. - il exise un effe week-end marqué, qui implique que les rendemens on endance à êre plus faibles le lundi que les aures jours de la semaine. La raison es que les mauvaises nouvelles son pluô annoncées le week-end. Ces résulas suggèren que les marchés ne son pas efficiens, puisqu on peu prévoir, dans une ceraine mesure, les rendemens fuurs.

18 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Es-ce suffisan ouefois pour conclure qu il es possible de dégager des rendemens anormaux sur la base de cee informaion? 2 Pas nécessairemen. Le R indique que le modèle n es capable d expliquer que 1% de la variabilié du rendemen. Le gain par rappor à une siuaion de fair game sera sans doue rès limié. Ainsi, si on cherche à profier de l effe week-end, l idée serai de vendre à découver l indice le vendredi e de le racheer le lundi. Touefois, le gain moyen serai de 0,17% seulemen. Comme le porefeuille de marché (l indice S&P 500) es composé d un grand nombre de ires, les frais de ransacion compenseraien rès largemen le faible gain lié à cee sraégie. La leçon de ce exemple es que (1) on peu êre amené à rejeer l hypohèse d efficience des marchés au sens sric de «non prévisibilié» des rendemens, mais (2) sans êre en mesure pour auan réaliser des gains anormaux.

19 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Un es plus adapé de l incapacié à réaliser des rendemens anormaux devrai porer sur des sraégies réalises : il s agi de considérer des sraégies poran sur des ires (e non des indices) e de prendre en compe l ensemble des coûs de ransacion, ainsi que les coûs de collece e de raiemen de l informaion. Le principe es de eser si les rendemens anormaux r i, + 1 E[ ri, + 1] son indépendans des variables Λ apparenan à l ensemble d informaion, à parir de la régression r i, + 1 = E[ ri, + 1] + γ ' Λ + ε i, + 1 où E [ r i, + 1] es le rendemen normal. Si Λ a un pouvoir explicaif addiionnel, alors le rendemen anormal r E r ] es prévisible. i, + 1 [ i, + 1 L hypohèse d efficience pore alors sur le es de l hypohèse H : γ 0. 0 = Remarque : Dans ces ess, 1 + ε doi êre non auocorrélé, mais il pourrai êre hééroscédasique sans pour auan violer l hypohèse d efficience informaionnelle.

20 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Exemple 1 : Goezmann e Jorion (1993) éudien le lien enre le rendemen des acions sur différens horizons e le dividend yield (D/P) [ r ] α + β ( D / P ε E, + T = T T ) +, + T où r, + T es le rendemen moyen du ire enre les daes +1 e +T. Le rendemen normal es supposé consan au cours du emps (e inégré dans la consane α ). Ils esimen cee relaion pour le rendemen mensuel e les rendemens sur 1 à 4 ans, pour l indice S&P500 de New York. Les principaux résulas son les suivans : - pour les rendemens mensuels, le dividend yield a un coefficien significaif e posiif ( β T > 0) mais moins de 1% de la variance du rendemen es expliquée par le modèle. - pour des horizons plus éloignés, le pouvoir explicaif augmene. Par exemple, sur , le R pour les horizons 1, 2, 3 e 4 ans es de 12, 18, 24 e 39%.

21 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Horizon β T -sa β T -sa β T -sa 1 0,386 2,80 0,415 1,89 0,668 2, ,108 9,97 5,846 6,97 8,757 11, ,071 12,73 10,778 8,97 14,401 14, ,939 15,38 16,167 11,30 19,740 17, ,392 21,42 28,987 18,06 27,911 20,26 2 R 2 R 2 R 1 0,010 0,009 0, ,116 0,116 0, ,179 0,186 0, ,244 0,269 0, ,390 0,493 0,551

22 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Une limie de ce ype d approche où le rendemen d équilibre (normal) es supposé consan es qu on ne sai pas si une augmenaion du dividend yield reflèe un changemen du rendemen d équilibre (reje du modèle d équilibre) ou la prévisibilié des rendemens anormaux (reje de l efficience des marchés). Exemple 2 : Pesaran e Timmermann (1992) éudien de façon rès complèe l ensemble des problèmes économériques posés par les ess d efficience. Ils s inéressen aux excès de rendemen (à un mois, un rimesre e un an) pour l indice S&P 500 enre 1954 e Ils rouven qu un pei ensemble de variables expliquen l évoluion des rendemens : - pour l horizon annuel, l inflaion, la variaion du aux à 3 mois e la prime de erme (aux long aux cour) expliquen 60% de la variance de l excès de rendemen. - pour les horizons mensuels e rimesriels, le pouvoir explicaif es de 10 e 20%

23 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) - ils vérifien que les esimaions ne souffren d aucune mauvaise spécificaion (auocorrélaion des erreurs, hééroscédasicié, normalié, ec.). - ils éudien la capacié de leur modèle à prévoir les rendemens fuurs. Ils monren que 70-80% des rendemens annuels prévus e 65% des rendemens rimesriels prévus on le bon signe. Les excès de rendemen peuven donc êre relaivemen bien prévus, à parir d un pei nombre de variables explicaives. - ils considèren alors la sraégie de placemen suivane (sraégie acive) : Si l excès de rendemen prévu es posiif, alors achèe le porefeuille d acions, sinon achèe des obligaions gouvernemenales de maurié égale à l horizon du placemen (annuel, rimesriel ou mensuel).

24 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Cee sraégie acive ne présene pas de risque de faillie, puisqu il n y a aucune vene à découver. Elle es comparée à une sraégie de référence qui consise à déenir le porefeuille d acions ou le emps (sraégie passive). La profiabilié de la sraégie acive par rappor à la sraégie passive es mesurée pour différens niveaux des coûs de ransacion. Les principaux résulas son les suivans : - la sraégie acive dégage oujours un rendemen anormal par rappor à la sraégie passive pour un horizon de placemen annuel, quel que soi le niveau des coûs de ransacion considérés. - en revanche, pour les horizons rimesriels e mensuels, la sraégie acive n es gagnane que pour des coûs de ransacion bas. - la volailié de la sraégie acive es inférieure à celle de la sraégie passive pour les horizons annuels e rimesriels, mais pas pour l horizon mensuel.

25 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Sraégie passive (pf de marché) Sraégie acive Bons du Trésor (acif sans risque) Coûs de ransacion aucun élevés aucun élevés aucun élevés Rendemen moyen (en %) 10,8 10,7 12,7 12,21 6,75 6,64 Ecar-ype (en %) 13,1 13,1 7,24 7,16 2,82 2,82 Indice de Sharpe 0,31 0,30 0,82 0,76 Indice de Treynor 0,040 0,039 0,089 0,081 Indice de Jensen 0,045 0,041 Richesse de fin de période (=100$ en janvier 1960)

26 Anomalies Sur un marché efficien, ous les invesisseurs on accès à la même informaion, ils uilisen cee informaion de la même manière, e ils on les mêmes opporuniés d'emprun ou de placemen. Dans le monde réel, ces condiions ne son en général pas remplies : - les invesisseurs n'on pas les mêmes anicipaions concernan les revenus fuurs ou les condiions économiques fuures ; - ils peuven faire face à des coûs de ransacion différens, des aux d'imposiion différens ; - ils ne disposen pas des mêmes ressources (en emps e en argen) dans la collece e l'uilisaion de l'informaion. Si ces élémens d'héérogénéié des invesisseurs son imporans pour la déerminaion des prix e des rendemens, ils peuven affecer subsaniellemen e de façon persisane les valeurs fondamenales des acifs. Ces héérogénéiés conduisen à ce qu'on appelle des anomalies sur les marchés financiers.

27 Anomalies L'effe week-end L'effe week-end fai référence au fai que le aux de rendemen quoidien de cerains ires ou indices boursiers es sysémaiquemen plus bas enre le cours de clôure du vendredi e le cours d'ouverure du lundi par rappor aux aures jours de la semaine. Une explicaion qui a éé souven avancée de l'effe week-end es que les enreprises e le gouvernemen disribuen les bonnes nouvelles enre le lundi e le vendredi, mais aenden le week-end pour annoncer les mauvaises nouvelles. Une mauvaise nouvelle annoncée le week-end es donc refléée dans une baisse du prix le lundi main. Dans un marché efficien, cerains invesisseurs devraien mere en œuvre une sraégie d'invesissemen permean de profier de cee anomalie. Par exemple, ils devraien vendre le ire le vendredi (quand le prix es hau) e le racheer le lundi (quand le prix es bas). Pour que les invesisseurs dégagen un rendemen anormal, il fau supposer que le profi anicipé dépasse les coûs de ransacion e la rémunéraion du risque. Un el comporemen devrai conduire à une éliminaion de l'anomalie, puisque le prix devrai baisser le vendredi e augmener le lundi.

28 Anomalies L'effe week-end Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1963 e décembre La semaine du Black Monday (19 ocobre 1987, environ -23% pour l indice américain) a éé supprimée. Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Rendemen -0,056 0,061 0,105 0,036 0,093 -sa 1,745 1,853 1,838 1,821 1, Rendemen -0,123 0,038 0,118 0,062 0,107 -sa -4,129 1,718 5,029 2,844 5, Rendemen 0,096 0,114 0,077-0,019 0,063 -sa 2,560 3,680 2,780-0,059 1,790 Source : Brusa, Liu, Schulman (2004), «Weekend Effec, "Reverse" Weekend Effec, and Invesor Trading Aciviies»

29 Anomalies L'effe week-end Que se passe--il? - L effe week-end (rendemen négaif le lundi) exise sur oue la période e sur la période avan le crash de 1987, mais s inverse après le crash de Parallèlemen, on a observé un basculemen du comporemen des invesisseurs. La par des invesisseurs individuels a diminué sensiblemen (90% dans les années 50 à moins de 50% dans les années 90). La par des invesisseurs insiuionnels a augmené de 8% à plus de 40% dans le même emps. - Les invesisseurs insiuionnels on endance à invesir plus naurellemen dans les ires les plus liquides. Or l effe «week-end inversé» es neemen plus marqué pour les firmes les plus liquides, mais on n a pas d effe inversé pour les peies firmes. Il semble donc que cee inversion soi liée au changemen de composiion dans l acionnaria des grandes firmes e à un comporemen différen des invesisseurs individuels e insiuionnels.

30 Anomalies L'effe janvier L effe janvier es un phénomène similaire à l'effe week-end. Le aux de rendemen quoidien apparaî inhabiuellemen élevé lors des premiers jours de janvier. Une explicaion du phénomène repose sur les venes d'acions en fin d'année. Ces venes on pour objecif de réaliser les peres en capial sur cerains ires, afin de compenser les gains en capial obenus sur d'aures ires au cours de l'année (window dressing). L'inérê es alors de réduire le monan de l'impô sur les plus-values. En janvier, les invesisseurs reconsiuen leur porefeuille d'équilibre e rachèen les ires qu'ils on vendus en décembre. Si l'hypohèse d'efficience es valide, ce effe janvier devrai conduire les invesisseurs qui ne paien pas d'impôs (comme les fonds de pension) à acheer en décembre quand les prix son bas e à vendre en janvier quand les prix remonen, de façon à éliminer des opporuniés d'arbirage. L'effe janvier semble se produire au cours des cinq premiers jours de janvier e se concenrer plus surou sur les peies enreprises.

31 Anomalies L'effe janvier Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1963 e décembre Raio de Sharpe -sa de la différence par rappor à janvier Janvier 0,259 Février -0,014 6,54 Mars 0,026 5,87 Avril 0,038 5,25 Mai -0,072 8,41 Juin -0,055 7,98 Juille -0,008 6,74 Aoû -0,005 6,73 Sepembre 0,012 6,13 Ocobre -0,041 7,63 Novembre 0,031 5,81 Décembre 0,022 6,07 Source : Rahinasamy, Manripragada (1996), The January size effec revisied: Is i a case of risk mismeasuremen?

32 Anomalies L'effe aille De nombreuses éudes on monré que le rendemen es inversemen lié à la capialisaion boursière des acions. Les enreprises de peie capialisaion on en moyenne un rendemen supérieur à la moyenne. Selon les modèles d'équilibre usuels (comme le MEDAF), comme les peies enreprises son plus risquées, elles devraien rapporer un rendemen supérieur aux grandes enreprises de façon à rémunérer le risque lié à la déenion de leurs acions. Or, même une fois ajusé du risque, le rendemen des peies enreprises rese excessif. Pour l esseniel, l effe aille joue surou au mois de janvier. De ce fai, les deux effes janvier e aille son largemen liés. En fai, les peies firmes on un ensemble de caracérisiques qui renden difficiles d idenifier la source de cee anomalie : - les peies firmes fon l obje de peu de recherche e communicaion, ce qui les rend plus risquées pour les invesisseurs. - elles son aussi moins liquides, donc le risque de ne pas pouvoir revendre les ires des peies firmes es plus élevé.

33 Anomalies L'effe aille Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1986 e décembre Porefeuilles classés selon la aille Excès de rendemen moyen µ r ) ( p f Risque oal (σ ) 1 (plus grandes enreprises) -2,59 14,65 2-1,78 14,01 3-1,70 13,52 4-0,97 12,05 5-0,82 11,45 6-0,67 11,11 7-1,06 11,16 8-0,73 10,14 9-0,64 10,17 10 (plus peies enreprises) -0,65 10,45 Source : Elfakhani e Zeher (1998), Differenial informaion hypohesis, firm neglec and he small firm size effec.

34 Anomalies Les fonds d'invesissemen à capial fermé Les fonds d'invesissemen à capial fermé émeen un nombre fixe d'acions lors de leur créaion e ces acions peuven faire l'obje d'échanges sur le marché boursier. Or la principale acivié des fonds à capial es de déenir des ires, eux-mêmes généralemen coés sur le marché. La valeur du fonds devrai donc êre égal à la valeur de marchés des ires déenus par le fonds. On observe en général que les acions des fonds à capial fermé s'échangen à un prix moindre que leur valeur de marché. Cee anomalie es conraire à l'efficience des marchés. Un invesisseur pourrai en effe acheer des acions du fonds à un prix faible e, dans le même emps, vendre un porefeuille conenan les ires dans les mêmes proporions que le fonds. L'invesisseur s'assurerai ainsi un gain sans risque égal à la sous-évaluaion du fonds.

35 Anomalies Les fonds d'invesissemen à capial fermé Touefois, plusieurs raisons peuven êre avancées pour expliquer une elle sousévaluaion des fonds à capial fermé. Tou d'abord, les membres du fond devraien payer des impôs (sous forme d'impôs sur les plus-values), si le fonds vendai les ires après qu'ils se soien appréciés. Ce impô poeniel jusifie que le fonds se paie un prix moindre que la valeur de marché des acifs sous-jacens. De plus, cerains des acifs des fonds à capial fermé ne son pas échangeables sur le marché (ou on des capialisaions rès éroies). En oure, la rémunéraion des gesionnaires du fonds jusifie une sous-évaluaion du fonds. Il n'en rese pas moins que ces explicaions son sans doue insuffisanes pour expliquer la fore sous-évaluaion observée des fonds à capial fermé.

36 Anomalies The Winner's Curse Il exise une auocorrélaion négaive fore pour les rendemens des ires qui on connu des mouvemens de prix exrêmes (en pariculier, ceux qui on connu une fore baisse). Ainsi, pour cerains ires, il exise un reour à la moyenne du prix. Les rendemens son donc pariellemen prévisibles. La quesion, du poin de vue de l'efficience, es «une elle prévisibilié peu-elle conduire à des profis nes des coûs de ransacion e du risque posiifs?». De Bond e Thaler (1985) on pris 35 des ires ayan le plus progressé (winners) e 35 des ires ayan le plus chué (losers) au cours des cinq années de janvier 1928 à décembre 1932 (à parir des rendemens mensuels du NYSE). Ils on formé deux porefeuilles disincs de ces ires. Ils suiven ces sociéés au cours des cinq années suivanes (période de es). Ils répèen l'exercice 46 fois, en avançan la dae de dépar d'une année à chaque fois. Finalemen, ils calculen la performance moyenne sur la période de es (en écar au rendemen du NYSE), en affecan un poids égal à chacun des 35 ires.

37 Anomalies The Winner's Curse Les principaux résulas son les suivans : - le reour à la moyenne sur cinq ans du prix du porefeuille perdan (excès de rendemen d'environ 30%) es supérieur à celui du porefeuille gagnan ( 10%). - l excès de rendemen du porefeuille perdan es obenu surou en janvier. - le rendemen des porefeuilles reourne vers sa moyenne. Remarque : le porefeuille perdan (don les prix on chué foremen dans le passé) es en fai celui qui réalise le plus grand gain dans le fuur. Une sraégie d'arbirage consisan à vendre le porefeuille gagnan e à acheer le porefeuille perdan condui à un profi annuel supplémenaire de l'ordre de 5 à 8% (De Bond e Thaler, 1989). Une explicaion de ce résula es que le risque perçu diffère beaucoup du risque réel. Le risque perçu du porefeuille perdan es jugé élevé, ce qui nécessie un excès de rendemen imporan dans le fuur, pour qu'un invesisseur accepe de le déenir.

38 Anomalies Inerpréaion La plupar de ces anomalies meen en évidence le résula suivan : - les anomalies se produisen esseniellemen pour les peies firmes, c es-à-dire les firmes dans lesquelles les invesisseurs insiuionnels invesissen rès peu. - cela suggère qu il exise deux ypes d agens : * les invesisseurs insiuionnels (fonds de pension, fonds d invesissemen) on un comporemen raionnel, donc les grandes firmes dans lesquelles ils invesissen on de bonnes chances de vérifier l hypohèse d efficience ; * les invesisseurs individuels on un comporemen qui peu s éloigner de la raionalié (noise raders). Les peies firmes dans lesquelles ils son suscepibles d invesir on un comporemen peu compaible avec l efficience.

39 Noise raders L'hypohèse d'efficience n'impose pas que ous les inervenans sur le marché soien parfaiemen raionnels. Ce qui es nécessaire, c'es que la proporion d'invesisseurs raionnels soi suffisane pour assurer que la valeur fondamenale d'un acif es effecivemen le niveau d'équilibre du prix. Supposons que cerains invesisseurs irraionnels (noise raders) fixen comme prix d'un acif P < V. Les invesisseurs raionnels von alors chercher à éliminer oues les opporuniés d'arbirage présenes sur le marché en prenan des posiions sans risque. Ils von donc invesir dans ce acif de elle sore que le prix P augmenera vers sa valeur fondamenale V. Cependan, si la proporion des noise raders es imporane sur un marché, il se peu que le prix diverge durablemen de la valeur fondamenale. Supposons mainenan que des arbiragises venden à erme des acions qui apparaissen rop chères par rappor aux fondamenaux ( P > V ). Ils anicipen donc qu'ils pourron racheer le ire plus ard, quand son prix aura baissé, lors de son reour vers sa valeur fondamenale. Comme ous les arbiragises agissen de cee façon, le prix doi baisser compe enu de l'excès de venes.

40 Noise raders Les arbiragises fon en fai face à deux ypes de risque. - les dividendes pourraien êre «meilleurs que prévus» e donc le prix de l'acion pourrai encore moner. C'es ce qu'on appelle le risque fondamenal. - des noise raders peuven, par leur comporemen irraionnel, accroîre encore le prix de l'acion, de sore que les arbiragises fon égalemen face à un risque de pere en capial : le risque de noise raders. Le risque encouru en prenan une posiion d'arbirage n'exise que parce que les arbiragises on un horizon fini. En effe, les prix finiron bien par reourner vers leur valeur fondamenale e donc les arbiragises feron in fine un profi. Touefois, les prises de posiion des arbiragises on un coû (coû des empruns) qui rend de moins en moins profiables ces prises de posiion. Donc, l exisence d agens non raionnels n es pas suffisane en elle-même pour rendre les marchés inefficiens, car les agens raionnels (arbiragises) devraien irer avanage de ces opporuniés de profi e faire en sore que le prix revienne vers sa valeur fondamenale. C es en fai la capacié d acion limiée des arbiragises qui rend les marchés inefficiens.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE Erwan Le Saou - Novembre 2000. 13 La microsrucure des marchés financiers ne serai cerainemen pas au cenre d une liéraure abondane si le concep de liquidié n

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD Commerce élecronique e dynamique des prix : une applicaion à la vene en ligne de CD Sophie Larribeau (CREREG, THEMA, Rennes 1) e Thierry PENARD (CREREG, Rennes 1) Mai 2001 Résumé : En France, le commerce

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail