Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau"

Transcription

1 Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau

2 FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau

3 L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse d efficience des marchés es que les prix observés sur les marchés financiers reflèen à ou momen oue l informaion disponible. Les inervenans sur les marchés ne peuven donc pas espérer dégager un rendemen «anormal» en se lançan dans une acivié de prévision des prix d acif. Pour pouvoir eser cee capacié à dégager un rendemen anormal, il fau au préalable définir ce qu es un rendemen normal. On peu admere par exemple que le rendemen normal es celui qui es cohéren avec le MEDAF. Les objecifs de ce chapire son les suivans : - définir précisémen la noion d efficience des marchés - déerminer les implicaions de l efficience - présener les principaux ess de l efficience - proposer des résulas empiriques concernan l efficience selon différenes approches

4 L hypohèse d efficience des marchés Implicaions de l hypohèse d efficience des marchés Si l efficience des marchés es vraie, - le rôle des analyses financiers e des gesionnaires de fonds es exrêmemen rédui. Pour l esseniel, il consise à consiuer un porefeuille imian le porefeuille de marché au coû le moins élevé possible ; - le rôle des résoriers d enreprise es égalemen rès limié, puisque la srucure de financemen de l enreprise es indifférene quand les marchés son efficiens ; - enfin, si les flucuaions qu on rouve souven excessives des prix des acions proviennen d un foncionnemen efficien des marchés, l inervenion publique (comme par exemple, fermer le marché lors d un crash boursier) es inuile.

5 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Il exise un grand nombre de définiions possibles de l efficience des marchés. La plus naurelle consise à dire que les marchés son efficiens si les rendemens fuurs son imprévisibles compe enu de l informaion disponible. Cee définiion fai référence direcemen à la noion d espérance condiionnelle. Supposons ainsi que les agens connaissen la valeur prise par ceraines variables jusqu à aujourd hui. L ensemble d informaion es noé I = { Y1,, Y2,,...} où Y i, es connu par l agen à la dae. En général, ce ensemble d informaion inclu les réalisaions passées de la variable à prévoir, mais il peu aussi êre beaucoup plus vase. On noe cee espérance condiionnelle E [ X + 1 ] = E[ X + 1 I ] = x+ 1 f ( x+ 1 I ) dx+ 1 où f ( x + 1 I ) es la disribuion condiionnelle. L espérance condiionnelle es la prévision opimale de la variable X + 1 en foncion de oue l informaion disponible I.

6 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game L espérance condiionnelle a ceraines propriéés inéressanes : 1. La prévision es sans biais : l erreur de prévision ε + 1 = X + 1 E[ X + 1] es d espérance nulle car E[ ε + 1 ] = E[ X + 1] E[ X + 1] = 0. On a donc X + 1 = E[ X + 1] + ε L erreur n es corrélée avec aucune informaion connue à la dae ou avan. Auremen di, on a Cov[ ε + 1, Yi, ] = 0 pour ou Yi, I. Cee propriéé radui le fai que les agens uilisen au mieux l informaion don ils disposen e, en pariculier, qu ils ne pourraien uiliser aucune informaion accessible pour améliorer leur prévision. L erreur de prévision es donc de variance minimale. 3. L erreur de prévision es imprévisible. Si on cherche à connaîre à la dae l erreur de prévision qu on fera à la dae +1 pour la variable X + 2, la meilleure prévision qu on peu faire es E X E [ X ]] 0. (loi des espérances iérées). [ = Remarque : l erreur de prévision 1 + ε peu êre rès large, mais elle ne peu pas êre réduie compe enu de l informaion disponible.

7 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Supposons mainenan que le processus aléaoire X soi el que E = [ X + 1 ] X Un el processus es appelé une maringale. La meilleure prévision de oues les valeurs fuures X + i (i 1) es la valeur acuelle X. Donc aucune informaion supplémenaire dans I n es nécessaire si l agen connaî déjà X. Un processus aléaoire y es appelé fair game si E [ y + 1 ] = 0 Un fair game es imprévisible compe enu de I. Donc si X es une maringale alors la différence y+ 1 = X + 1 X es un fair game. Un fair game es aussi appelé une différence de maringale.

8 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game On peu mainenan caracériser l efficience de la façon suivane : les rendemens * * anormaux y + 1 = r + 1 r + 1 vérifien la propriéé de fair game, avec r +1 le rendemen normal (ou d équilibre). Le rendemen anormal obenu par la déenion d un acif risqué doi êre nul en moyenne. Supposons mainenan que le rendemen normal es une consane k. Alors la propriéé de fair game implique que le rendemen anormal anicipé s écri E [ r + 1 k] = 0 Comme le rendemen r + 1 es défini comme r + 1 = ln( P D+ 1) ln( P ), on a aussi E [ln( P D + 1) ln( P )] = k

9 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : anicipaions, maringale e fair game Comme les dividendes varien dans le emps, le log des prix ne peu pas êre une maringale. En revanche, l efficience implique que les prix incluan les dividendes son une maringale. En effe, si on défini P ~ le prix incluan les dividendes, alors on a ou ~ ~ ln( P + 1 ) ln( P ) = r + 1 ~ ~ E [ln( P 1 )] = ln( P k. + ) +

10 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience Selon l informaion incluse dans I, on peu définir rois formes d efficience : 1. Selon l efficience faible, les rendemens reflèen pleinemen l informaion conenue dans l'hisorique des rendemens. L'analyse du comporemen des rendemens passés («analyse echnique») ne perme donc pas d améliorer la prévision des rendemens. 2. L efficience semi-fore sipule que les rendemens courans reflèen l ensemble de l informaion disponible à ous uile pour prévoir l évoluion des marchés. Elle implique noammen que l «analyse fondamenale» fondée sur l informaion disponible ne perme pas d améliorer la prévision des rendemens. 3. Enfin l efficience fore éabli que oue l informaion connue de l un des paricipans au marché es pleinemen refléée dans les rendemens. Dans ce cas, même ceux qui disposen d informaions privilégiées (ou privées) ne peuven pas mieux prévoir les rendemens fuurs.

11 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience Une première approche du es de l efficience des marchés repose donc sur la capacié à prévoir les rendemens fuurs. Il exise une aure implicaion inéressane de l efficience : Si le marché es efficien, on ne peu pas dégager de rendemen anormal sur la base d une informaion. Ainsi, il es peu-êre possible de prévoir l'évoluion des prix fuurs de façon plus précise que ne le fon les aures invesisseurs, mais le rendemen dégagé (ne des frais) doi reser nul. Les frais associés à l'acivié de prévision son nombreux : collece e acha d'informaion, consrucion de modèles, mainien d'une présence sur le marché. Finalemen, l'acivié de prévision es rémunérée, mais son exercice ne perme pas de dégager un rendemen anormal. Ce résula es rès inéressan, car il perme une confronaion aux données : - Performances des professionnels du marché (gesionnaires de fonds, analyses). - Mise en place d une sraégie de placemen hypohéique.

12 L hypohèse d efficience des marchés Définiions : les noions d efficience L efficience des marchés n implique pas que les rendemens doiven êre nuls, mais qu il ne doi pas y avoir de profi au-delà du rendemen normal. Le rendemen normal peu êre supposé consan au cours du emps, mais il peu aussi êre déerminé selon le MEDAF. Ce poin es imporan, car le fai que le rendemen soi prévisible peu venir du fai que le rendemen normal es lui-même prévisible pour un ensemble d informaion donné. Le rendemen anormal es déerminé comme la différence enre le rendemen observé e le rendemen normal. Les prévisions des rendemens anormaux son consruies à parir de l ensemble d informaion choisi. Si les rendemens anormaux son prévisibles, l efficience des marchés es rejeée. Les ess d efficience son donc des ess joins : (1) de l efficience e (2) du modèle pour les rendemens normaux. Donc si l hypohèse nulle es rejeée, cela peu-êre dû au reje du modèle d équilibre ou de l efficience.

13 Tes d efficience faible Caracérisaion du fair game Il y a plusieurs façons de décrire l hypohèse de fair game. 1) Le processus iid (indépendammen e ideniquemen disribué) Un processus iid ε + 1 vérifie E[ ε + 1 ] = 0 2 V [ ε + 1] = σ e Cov[ ε s, ε m ] = 0 s m Cee hypohèse es plus resricive que le fair game. Il inerdi noammen oue dépendance enre ε s e ε m, alors que le fair game suppose seulemen qu il n exise pas de relaion linéaire enre ε s e ε m. 2) Le processus non auocorrélé Le processus ε + 1 es supposé non auocorrélé ( Cov[ ε, ε k ] = 0 pour ou k 0), mais 2 2 le carré des ε + 1 peu êre auocorrélé ( Cov[ ε, ε k ] 0 pour un k 0).

14 Tes d efficience faible Tes d absence d auocorrélaion Si on adme la saionnarié des rendemens, le coefficien d auocorrélaion s écri ] [ ], [ ] [ ] [ ], [ k k k k r V r r Cov r V r V r r Cov = = ρ Pour un échanillon de rendemens donné { } r, on a 1 0 ) ( ) )( ( ˆ = = + = T k r r r r r r T T k k k ρ Sous l hypohèse iid, k ρˆ a la disribuion asympoique suivane (0,1) ~ ˆ N T a k ρ.

15 Tes d efficience faible Tes d absence d auocorrélaion Ljung e Box (1978) on propose la saisique Pormaneau pour l hypohèse nulle H ρ... = ρ 0, conre l hypohèse alernaive : 0 i 1,..., K : 0 : 1 = K = H ρ pour un { } 0 i Q K = K 1 2 T ( T + 2) ˆ ρ k k T k= 1 Sous l hypohèse nulle, si { } r es iid, on a Q ~ 2 K χ ( K). Le choix du nombre de reards K peu êre guidé par des considéraions héoriques, mais il es sage en général de eser différenes valeurs de K. Remarque : Quand on s inéresse à des rendemens quoidiens, on s aend à ce que le rendemen normal varie peu au cours du emps. Les rendemens quoidiens fournissen donc une bonne approximaion du rendemen anormal (à un erme consan près). a

16 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Même s il semble naurel de eser l efficience faible à parir d un simple es d auocorrélaion, l efficience faible présene un caracère plus général. Par exemple, les ermes d erreur passés sur le rendemen ou des effes saisonniers peuven affecer l évoluion des rendemens. Exemple : Eude de Forune (1991) sur les rendemens quoidiens du S&P 500 enre janvier 1980 e sepembre Il obien la régression : r = 0, , , , , ,051 5 (2,8) (2,8) (1,9) (1,0) (2,8) (2,7) 0,0017WE (3,2) ε + 0,0006 HOL (0,2) ε ε + 0,0006 JAN (0,82) + ε ε ε où R 2 = 0, 0119, σ ε =1,08% e (.) = sa. WE = 1 si le jour de la dae es un lundi e 0 sinon, HOL = 1 si la dae es précéden d un jour férié e 0 sinon e JAN = 1 pour les jours du mois de janvier.

17 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Commen inerpréer ces résulas : - même si l efficience faible es globalemen valide pour des fréquences hebdomadaires ou mensuelles, elle es souven rejeée à la fréquence quoidienne. - la meilleure représenaion de la dynamique des rendemens n es pas un processus auorégressif où le rendemen dépend des rendemens passés, mais un processus moyenne mobile où le rendemen dépend des erreurs passées. Il s agi bien d un reje de l efficience faible. - il exise un effe week-end marqué, qui implique que les rendemens on endance à êre plus faibles le lundi que les aures jours de la semaine. La raison es que les mauvaises nouvelles son pluô annoncées le week-end. Ces résulas suggèren que les marchés ne son pas efficiens, puisqu on peu prévoir, dans une ceraine mesure, les rendemens fuurs.

18 Tes d efficience faible Tes de prévisibilié Es-ce suffisan ouefois pour conclure qu il es possible de dégager des rendemens anormaux sur la base de cee informaion? 2 Pas nécessairemen. Le R indique que le modèle n es capable d expliquer que 1% de la variabilié du rendemen. Le gain par rappor à une siuaion de fair game sera sans doue rès limié. Ainsi, si on cherche à profier de l effe week-end, l idée serai de vendre à découver l indice le vendredi e de le racheer le lundi. Touefois, le gain moyen serai de 0,17% seulemen. Comme le porefeuille de marché (l indice S&P 500) es composé d un grand nombre de ires, les frais de ransacion compenseraien rès largemen le faible gain lié à cee sraégie. La leçon de ce exemple es que (1) on peu êre amené à rejeer l hypohèse d efficience des marchés au sens sric de «non prévisibilié» des rendemens, mais (2) sans êre en mesure pour auan réaliser des gains anormaux.

19 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Un es plus adapé de l incapacié à réaliser des rendemens anormaux devrai porer sur des sraégies réalises : il s agi de considérer des sraégies poran sur des ires (e non des indices) e de prendre en compe l ensemble des coûs de ransacion, ainsi que les coûs de collece e de raiemen de l informaion. Le principe es de eser si les rendemens anormaux r i, + 1 E[ ri, + 1] son indépendans des variables Λ apparenan à l ensemble d informaion, à parir de la régression r i, + 1 = E[ ri, + 1] + γ ' Λ + ε i, + 1 où E [ r i, + 1] es le rendemen normal. Si Λ a un pouvoir explicaif addiionnel, alors le rendemen anormal r E r ] es prévisible. i, + 1 [ i, + 1 L hypohèse d efficience pore alors sur le es de l hypohèse H : γ 0. 0 = Remarque : Dans ces ess, 1 + ε doi êre non auocorrélé, mais il pourrai êre hééroscédasique sans pour auan violer l hypohèse d efficience informaionnelle.

20 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Exemple 1 : Goezmann e Jorion (1993) éudien le lien enre le rendemen des acions sur différens horizons e le dividend yield (D/P) [ r ] α + β ( D / P ε E, + T = T T ) +, + T où r, + T es le rendemen moyen du ire enre les daes +1 e +T. Le rendemen normal es supposé consan au cours du emps (e inégré dans la consane α ). Ils esimen cee relaion pour le rendemen mensuel e les rendemens sur 1 à 4 ans, pour l indice S&P500 de New York. Les principaux résulas son les suivans : - pour les rendemens mensuels, le dividend yield a un coefficien significaif e posiif ( β T > 0) mais moins de 1% de la variance du rendemen es expliquée par le modèle. - pour des horizons plus éloignés, le pouvoir explicaif augmene. Par exemple, sur , le R pour les horizons 1, 2, 3 e 4 ans es de 12, 18, 24 e 39%.

21 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Horizon β T -sa β T -sa β T -sa 1 0,386 2,80 0,415 1,89 0,668 2, ,108 9,97 5,846 6,97 8,757 11, ,071 12,73 10,778 8,97 14,401 14, ,939 15,38 16,167 11,30 19,740 17, ,392 21,42 28,987 18,06 27,911 20,26 2 R 2 R 2 R 1 0,010 0,009 0, ,116 0,116 0, ,179 0,186 0, ,244 0,269 0, ,390 0,493 0,551

22 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Une limie de ce ype d approche où le rendemen d équilibre (normal) es supposé consan es qu on ne sai pas si une augmenaion du dividend yield reflèe un changemen du rendemen d équilibre (reje du modèle d équilibre) ou la prévisibilié des rendemens anormaux (reje de l efficience des marchés). Exemple 2 : Pesaran e Timmermann (1992) éudien de façon rès complèe l ensemble des problèmes économériques posés par les ess d efficience. Ils s inéressen aux excès de rendemen (à un mois, un rimesre e un an) pour l indice S&P 500 enre 1954 e Ils rouven qu un pei ensemble de variables expliquen l évoluion des rendemens : - pour l horizon annuel, l inflaion, la variaion du aux à 3 mois e la prime de erme (aux long aux cour) expliquen 60% de la variance de l excès de rendemen. - pour les horizons mensuels e rimesriels, le pouvoir explicaif es de 10 e 20%

23 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) - ils vérifien que les esimaions ne souffren d aucune mauvaise spécificaion (auocorrélaion des erreurs, hééroscédasicié, normalié, ec.). - ils éudien la capacié de leur modèle à prévoir les rendemens fuurs. Ils monren que 70-80% des rendemens annuels prévus e 65% des rendemens rimesriels prévus on le bon signe. Les excès de rendemen peuven donc êre relaivemen bien prévus, à parir d un pei nombre de variables explicaives. - ils considèren alors la sraégie de placemen suivane (sraégie acive) : Si l excès de rendemen prévu es posiif, alors achèe le porefeuille d acions, sinon achèe des obligaions gouvernemenales de maurié égale à l horizon du placemen (annuel, rimesriel ou mensuel).

24 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Cee sraégie acive ne présene pas de risque de faillie, puisqu il n y a aucune vene à découver. Elle es comparée à une sraégie de référence qui consise à déenir le porefeuille d acions ou le emps (sraégie passive). La profiabilié de la sraégie acive par rappor à la sraégie passive es mesurée pour différens niveaux des coûs de ransacion. Les principaux résulas son les suivans : - la sraégie acive dégage oujours un rendemen anormal par rappor à la sraégie passive pour un horizon de placemen annuel, quel que soi le niveau des coûs de ransacion considérés. - en revanche, pour les horizons rimesriels e mensuels, la sraégie acive n es gagnane que pour des coûs de ransacion bas. - la volailié de la sraégie acive es inférieure à celle de la sraégie passive pour les horizons annuels e rimesriels, mais pas pour l horizon mensuel.

25 Tes d efficience semi-fore Tes de prévisibilié (ou d efficience informaionnelle) Sraégie passive (pf de marché) Sraégie acive Bons du Trésor (acif sans risque) Coûs de ransacion aucun élevés aucun élevés aucun élevés Rendemen moyen (en %) 10,8 10,7 12,7 12,21 6,75 6,64 Ecar-ype (en %) 13,1 13,1 7,24 7,16 2,82 2,82 Indice de Sharpe 0,31 0,30 0,82 0,76 Indice de Treynor 0,040 0,039 0,089 0,081 Indice de Jensen 0,045 0,041 Richesse de fin de période (=100$ en janvier 1960)

26 Anomalies Sur un marché efficien, ous les invesisseurs on accès à la même informaion, ils uilisen cee informaion de la même manière, e ils on les mêmes opporuniés d'emprun ou de placemen. Dans le monde réel, ces condiions ne son en général pas remplies : - les invesisseurs n'on pas les mêmes anicipaions concernan les revenus fuurs ou les condiions économiques fuures ; - ils peuven faire face à des coûs de ransacion différens, des aux d'imposiion différens ; - ils ne disposen pas des mêmes ressources (en emps e en argen) dans la collece e l'uilisaion de l'informaion. Si ces élémens d'héérogénéié des invesisseurs son imporans pour la déerminaion des prix e des rendemens, ils peuven affecer subsaniellemen e de façon persisane les valeurs fondamenales des acifs. Ces héérogénéiés conduisen à ce qu'on appelle des anomalies sur les marchés financiers.

27 Anomalies L'effe week-end L'effe week-end fai référence au fai que le aux de rendemen quoidien de cerains ires ou indices boursiers es sysémaiquemen plus bas enre le cours de clôure du vendredi e le cours d'ouverure du lundi par rappor aux aures jours de la semaine. Une explicaion qui a éé souven avancée de l'effe week-end es que les enreprises e le gouvernemen disribuen les bonnes nouvelles enre le lundi e le vendredi, mais aenden le week-end pour annoncer les mauvaises nouvelles. Une mauvaise nouvelle annoncée le week-end es donc refléée dans une baisse du prix le lundi main. Dans un marché efficien, cerains invesisseurs devraien mere en œuvre une sraégie d'invesissemen permean de profier de cee anomalie. Par exemple, ils devraien vendre le ire le vendredi (quand le prix es hau) e le racheer le lundi (quand le prix es bas). Pour que les invesisseurs dégagen un rendemen anormal, il fau supposer que le profi anicipé dépasse les coûs de ransacion e la rémunéraion du risque. Un el comporemen devrai conduire à une éliminaion de l'anomalie, puisque le prix devrai baisser le vendredi e augmener le lundi.

28 Anomalies L'effe week-end Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1963 e décembre La semaine du Black Monday (19 ocobre 1987, environ -23% pour l indice américain) a éé supprimée. Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Rendemen -0,056 0,061 0,105 0,036 0,093 -sa 1,745 1,853 1,838 1,821 1, Rendemen -0,123 0,038 0,118 0,062 0,107 -sa -4,129 1,718 5,029 2,844 5, Rendemen 0,096 0,114 0,077-0,019 0,063 -sa 2,560 3,680 2,780-0,059 1,790 Source : Brusa, Liu, Schulman (2004), «Weekend Effec, "Reverse" Weekend Effec, and Invesor Trading Aciviies»

29 Anomalies L'effe week-end Que se passe--il? - L effe week-end (rendemen négaif le lundi) exise sur oue la période e sur la période avan le crash de 1987, mais s inverse après le crash de Parallèlemen, on a observé un basculemen du comporemen des invesisseurs. La par des invesisseurs individuels a diminué sensiblemen (90% dans les années 50 à moins de 50% dans les années 90). La par des invesisseurs insiuionnels a augmené de 8% à plus de 40% dans le même emps. - Les invesisseurs insiuionnels on endance à invesir plus naurellemen dans les ires les plus liquides. Or l effe «week-end inversé» es neemen plus marqué pour les firmes les plus liquides, mais on n a pas d effe inversé pour les peies firmes. Il semble donc que cee inversion soi liée au changemen de composiion dans l acionnaria des grandes firmes e à un comporemen différen des invesisseurs individuels e insiuionnels.

30 Anomalies L'effe janvier L effe janvier es un phénomène similaire à l'effe week-end. Le aux de rendemen quoidien apparaî inhabiuellemen élevé lors des premiers jours de janvier. Une explicaion du phénomène repose sur les venes d'acions en fin d'année. Ces venes on pour objecif de réaliser les peres en capial sur cerains ires, afin de compenser les gains en capial obenus sur d'aures ires au cours de l'année (window dressing). L'inérê es alors de réduire le monan de l'impô sur les plus-values. En janvier, les invesisseurs reconsiuen leur porefeuille d'équilibre e rachèen les ires qu'ils on vendus en décembre. Si l'hypohèse d'efficience es valide, ce effe janvier devrai conduire les invesisseurs qui ne paien pas d'impôs (comme les fonds de pension) à acheer en décembre quand les prix son bas e à vendre en janvier quand les prix remonen, de façon à éliminer des opporuniés d'arbirage. L'effe janvier semble se produire au cours des cinq premiers jours de janvier e se concenrer plus surou sur les peies enreprises.

31 Anomalies L'effe janvier Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1963 e décembre Raio de Sharpe -sa de la différence par rappor à janvier Janvier 0,259 Février -0,014 6,54 Mars 0,026 5,87 Avril 0,038 5,25 Mai -0,072 8,41 Juin -0,055 7,98 Juille -0,008 6,74 Aoû -0,005 6,73 Sepembre 0,012 6,13 Ocobre -0,041 7,63 Novembre 0,031 5,81 Décembre 0,022 6,07 Source : Rahinasamy, Manripragada (1996), The January size effec revisied: Is i a case of risk mismeasuremen?

32 Anomalies L'effe aille De nombreuses éudes on monré que le rendemen es inversemen lié à la capialisaion boursière des acions. Les enreprises de peie capialisaion on en moyenne un rendemen supérieur à la moyenne. Selon les modèles d'équilibre usuels (comme le MEDAF), comme les peies enreprises son plus risquées, elles devraien rapporer un rendemen supérieur aux grandes enreprises de façon à rémunérer le risque lié à la déenion de leurs acions. Or, même une fois ajusé du risque, le rendemen des peies enreprises rese excessif. Pour l esseniel, l effe aille joue surou au mois de janvier. De ce fai, les deux effes janvier e aille son largemen liés. En fai, les peies firmes on un ensemble de caracérisiques qui renden difficiles d idenifier la source de cee anomalie : - les peies firmes fon l obje de peu de recherche e communicaion, ce qui les rend plus risquées pour les invesisseurs. - elles son aussi moins liquides, donc le risque de ne pas pouvoir revendre les ires des peies firmes es plus élevé.

33 Anomalies L'effe aille Esimaion menée à parir des rendemens quoidiens pour l indice CRSP (Eas-Unis) enre janvier 1986 e décembre Porefeuilles classés selon la aille Excès de rendemen moyen µ r ) ( p f Risque oal (σ ) 1 (plus grandes enreprises) -2,59 14,65 2-1,78 14,01 3-1,70 13,52 4-0,97 12,05 5-0,82 11,45 6-0,67 11,11 7-1,06 11,16 8-0,73 10,14 9-0,64 10,17 10 (plus peies enreprises) -0,65 10,45 Source : Elfakhani e Zeher (1998), Differenial informaion hypohesis, firm neglec and he small firm size effec.

34 Anomalies Les fonds d'invesissemen à capial fermé Les fonds d'invesissemen à capial fermé émeen un nombre fixe d'acions lors de leur créaion e ces acions peuven faire l'obje d'échanges sur le marché boursier. Or la principale acivié des fonds à capial es de déenir des ires, eux-mêmes généralemen coés sur le marché. La valeur du fonds devrai donc êre égal à la valeur de marchés des ires déenus par le fonds. On observe en général que les acions des fonds à capial fermé s'échangen à un prix moindre que leur valeur de marché. Cee anomalie es conraire à l'efficience des marchés. Un invesisseur pourrai en effe acheer des acions du fonds à un prix faible e, dans le même emps, vendre un porefeuille conenan les ires dans les mêmes proporions que le fonds. L'invesisseur s'assurerai ainsi un gain sans risque égal à la sous-évaluaion du fonds.

35 Anomalies Les fonds d'invesissemen à capial fermé Touefois, plusieurs raisons peuven êre avancées pour expliquer une elle sousévaluaion des fonds à capial fermé. Tou d'abord, les membres du fond devraien payer des impôs (sous forme d'impôs sur les plus-values), si le fonds vendai les ires après qu'ils se soien appréciés. Ce impô poeniel jusifie que le fonds se paie un prix moindre que la valeur de marché des acifs sous-jacens. De plus, cerains des acifs des fonds à capial fermé ne son pas échangeables sur le marché (ou on des capialisaions rès éroies). En oure, la rémunéraion des gesionnaires du fonds jusifie une sous-évaluaion du fonds. Il n'en rese pas moins que ces explicaions son sans doue insuffisanes pour expliquer la fore sous-évaluaion observée des fonds à capial fermé.

36 Anomalies The Winner's Curse Il exise une auocorrélaion négaive fore pour les rendemens des ires qui on connu des mouvemens de prix exrêmes (en pariculier, ceux qui on connu une fore baisse). Ainsi, pour cerains ires, il exise un reour à la moyenne du prix. Les rendemens son donc pariellemen prévisibles. La quesion, du poin de vue de l'efficience, es «une elle prévisibilié peu-elle conduire à des profis nes des coûs de ransacion e du risque posiifs?». De Bond e Thaler (1985) on pris 35 des ires ayan le plus progressé (winners) e 35 des ires ayan le plus chué (losers) au cours des cinq années de janvier 1928 à décembre 1932 (à parir des rendemens mensuels du NYSE). Ils on formé deux porefeuilles disincs de ces ires. Ils suiven ces sociéés au cours des cinq années suivanes (période de es). Ils répèen l'exercice 46 fois, en avançan la dae de dépar d'une année à chaque fois. Finalemen, ils calculen la performance moyenne sur la période de es (en écar au rendemen du NYSE), en affecan un poids égal à chacun des 35 ires.

37 Anomalies The Winner's Curse Les principaux résulas son les suivans : - le reour à la moyenne sur cinq ans du prix du porefeuille perdan (excès de rendemen d'environ 30%) es supérieur à celui du porefeuille gagnan ( 10%). - l excès de rendemen du porefeuille perdan es obenu surou en janvier. - le rendemen des porefeuilles reourne vers sa moyenne. Remarque : le porefeuille perdan (don les prix on chué foremen dans le passé) es en fai celui qui réalise le plus grand gain dans le fuur. Une sraégie d'arbirage consisan à vendre le porefeuille gagnan e à acheer le porefeuille perdan condui à un profi annuel supplémenaire de l'ordre de 5 à 8% (De Bond e Thaler, 1989). Une explicaion de ce résula es que le risque perçu diffère beaucoup du risque réel. Le risque perçu du porefeuille perdan es jugé élevé, ce qui nécessie un excès de rendemen imporan dans le fuur, pour qu'un invesisseur accepe de le déenir.

38 Anomalies Inerpréaion La plupar de ces anomalies meen en évidence le résula suivan : - les anomalies se produisen esseniellemen pour les peies firmes, c es-à-dire les firmes dans lesquelles les invesisseurs insiuionnels invesissen rès peu. - cela suggère qu il exise deux ypes d agens : * les invesisseurs insiuionnels (fonds de pension, fonds d invesissemen) on un comporemen raionnel, donc les grandes firmes dans lesquelles ils invesissen on de bonnes chances de vérifier l hypohèse d efficience ; * les invesisseurs individuels on un comporemen qui peu s éloigner de la raionalié (noise raders). Les peies firmes dans lesquelles ils son suscepibles d invesir on un comporemen peu compaible avec l efficience.

39 Noise raders L'hypohèse d'efficience n'impose pas que ous les inervenans sur le marché soien parfaiemen raionnels. Ce qui es nécessaire, c'es que la proporion d'invesisseurs raionnels soi suffisane pour assurer que la valeur fondamenale d'un acif es effecivemen le niveau d'équilibre du prix. Supposons que cerains invesisseurs irraionnels (noise raders) fixen comme prix d'un acif P < V. Les invesisseurs raionnels von alors chercher à éliminer oues les opporuniés d'arbirage présenes sur le marché en prenan des posiions sans risque. Ils von donc invesir dans ce acif de elle sore que le prix P augmenera vers sa valeur fondamenale V. Cependan, si la proporion des noise raders es imporane sur un marché, il se peu que le prix diverge durablemen de la valeur fondamenale. Supposons mainenan que des arbiragises venden à erme des acions qui apparaissen rop chères par rappor aux fondamenaux ( P > V ). Ils anicipen donc qu'ils pourron racheer le ire plus ard, quand son prix aura baissé, lors de son reour vers sa valeur fondamenale. Comme ous les arbiragises agissen de cee façon, le prix doi baisser compe enu de l'excès de venes.

40 Noise raders Les arbiragises fon en fai face à deux ypes de risque. - les dividendes pourraien êre «meilleurs que prévus» e donc le prix de l'acion pourrai encore moner. C'es ce qu'on appelle le risque fondamenal. - des noise raders peuven, par leur comporemen irraionnel, accroîre encore le prix de l'acion, de sore que les arbiragises fon égalemen face à un risque de pere en capial : le risque de noise raders. Le risque encouru en prenan une posiion d'arbirage n'exise que parce que les arbiragises on un horizon fini. En effe, les prix finiron bien par reourner vers leur valeur fondamenale e donc les arbiragises feron in fine un profi. Touefois, les prises de posiion des arbiragises on un coû (coû des empruns) qui rend de moins en moins profiables ces prises de posiion. Donc, l exisence d agens non raionnels n es pas suffisane en elle-même pour rendre les marchés inefficiens, car les agens raionnels (arbiragises) devraien irer avanage de ces opporuniés de profi e faire en sore que le prix revienne vers sa valeur fondamenale. C es en fai la capacié d acion limiée des arbiragises qui rend les marchés inefficiens.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997 AFFI JUIN 997 EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE Taoufik CHERIF Isabelle PRAS 2 Première version mars 996 Version acuelle février 997 Résumé L obje de ce aricle

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

"Modèles Macroéconomiques"

Modèles Macroéconomiques QUELLES SONT LES VARIABLES QUI AFFECTENT LES SECTEURS DU SPI 1? "Modèles Macroéconomiques" Professeur Jean-Chrisian Lambele Assisan : Alexander Mihailov ABSTRACT La présene éude uilise le modèle à faceurs

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail