La fonction de production dans l analyse néo-classique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fonction de production dans l analyse néo-classique"

Transcription

1 La oncion de producion dans l analyse néo-classique Jean-Marie Harribey La oncion de producion es une relaion mahémaique éablie enre la quanié produie e le ou les aceurs de producion uilisés, ou encore enre l oupu e les inpus. A- Rappels sur quelques ouils mahémaiques 1. Signiicaion de la noion de coninuié d une oncion. On di qu une oncion es coninue en x 0 si e seulemen si (x) end vers (x 0 ) quand x end vers x 0 ; i.e. la oncion es déinie au voisinage de x 0 e au poin x 0. (x) (x) (x 0 ) x 0 x x 0 x en x 0 la oncion n es pas déinie En économie, la coninuié es une hypohèse irréalise car la producion se mesure en uniés enières: par exemple, le nombre d auomobiles. Mais on adme que lorsqu on raisonne sur de grandes quaniés, l hypohèse de coninuié devien accepable. 2. Signiicaion de la noion de dérivée. Une oncion déinie au voisinage d un poin a pour dérivée la lim Δ/Δx quand Δx 0. Ou encore: lim (x + Δx) (x) Δx noée ' (x) ou d dx ou ḟ quand es oncion du emps. B Soi une oncion concave sur l inervalle (x, x+δx). Quand Δx 0, le segmen AB end vers la angene en A à la courbe. En ce poin, la pene de cee angene es égale à A la valeur de la oncion dérivée en ce poin. x x+δx

2 2 Soi (x). Si dans un inervalle de valeurs de x: (x) > 0, (x) croissan sur ce inervalle si (x) > 0, (x) croissan à aux croissan (1) si (x) < 0, (x) croissan à aux décroissan (2) (x) < 0, (x) décroissan sur ce inervalle si (x) < 0, (x) décroissan à aux décroissan (3) si (x) > 0, (x) décroissan à aux croissan (4) D où: si (x) 0 e (x) < 0, (x) passe par un maximum si (x) 0 e (x) > 0, (x) passe par un minimum. 3. Signiicaion de la noion d homogénéié des oncions. Soi une oncion à deux variables (x, y). La oncion es die homogène de degré h si pour ou nombre enier > 0, la oncion es mulipliée par h quand on muliplie chaque variable par : (x, y) h (x, y). Si h 1, (x, y) (x, y); si la oncion es une oncion de producion, elle es à rendemens consans. Exemple: (x, y) xy x 1/2 y 1/2 : (x, y) 1/2 x 1/2 1/2 y 1/2 x 1/2 y 1/2. Si h > 1, la oncion es mulipliée par plus que : rendemens croissans. Exemple: (x,y) 3 xy : (x, y) 3 x y 2 3 xy. Si h < 1, la oncion es à rendemens décroissans. Exemple: (x,y) x 1/3 y 1/2 : (x, y) 1/3 x 1/3 1/2 y 1/2 5/6 x 1/3 y 1/2. Les oncions homogènes saison le héorème d Euler: x (x) + y (y) h (x,y). Economiquemen, si h 1, la valeur de la producion es égale à la somme des quaniés de chaque aceur uilisé mulipliés par la producivié marginale de chacun d eux. Auremen di, sous l hypohèse que chaque aceur soi rémunéré à haueur de sa producivié marginale, la producion es inégralemen réparie enre salaires e prois. 4. Signiicaion de la noion d élasicié. Elle désigne le rappor des variaions relaives de deux grandeurs e x.

3 3 e / x Par exemple: Δ Δx x Δ Δx x e D / p e D / R ΔD D Δp p ΔD D ΔR R ΔD Δp ΔD ΔR p D généralemen < 0 R D généralemen > 0 Si on raisonne sur des accroissemens rès peis: e / x lim Δ x Δx 0 Δx ' x x ' On peu ransormer ce résula. Rappel: soi une oncion à valeurs posiives e dérivable. Prenons son Log népérien Log. On a aaire à une oncion composée (la oncion Log e la oncion ). La dérivée de Log (die dérivée logarihmique) es: dlog dlog. d dx d dx en veru de la règle de dérivaion des oncions composées: [u(v(x))] u v. v x ; donc: dlog 1 dx. ' ' aux de croissance insanané de en x. D où: e / x x. dlog qu on peu encore ransormer car: dx d Log (diérenielle de Log variaion ininiésimale) dlog d e d Log x 1/x. dx d où dx x. dlog x. D où: dlog dlog x 1 d dx dx 1 x dx d dx x '. x x. ' e / x.d 1 d 1. d dx dx B- La oncion de producion néo-classique à l échelle macro-économique Dans l opique néo-classique, il es possible d agréger, i.e. d addiionner les comporemens individuels des produceurs à parir de leurs oncions de producion individuelles pour obenir une de oncion de producion globale don la oncion de Cobb-Douglas es un exemple. 1. L agrégaion pose des problèmes imporans

4 4 a) N y a--il pas d aures aceurs que le capial e le ravail inluençan la producion? Quid du progrès echnique? b) La relaion es-elle exprimée en quaniés physiques ou en monnaie? Dans ce dernier cas, elle inègre l ee des prix sur les combinaisons producives. c) Les aceurs de producion son-ils homogènes? (Problème diéren de Ricardo dans l analyse de la rene). Si el n es pas le cas, il au mesurer les aceurs en monnaie. Prenons le capial. Sa valeur es oncion du aux d inérê acualisan les producions uures qu il permera de réaliser e acualisan la valeur d équipemens mis en oeuvre à des daes diérenes. Or le aux d inérê es la rémunéraion du égale à la producivié marginale du. Calculer la producivié marginale du suppose de connaîre la valeur du. Raisonnemen circulaire. d) L hypohèse de subsiuabilié paraie des aceurs es indispensable pour raisonner à la marge e appliquer le calcul diéreniel. Mais elle correspond peu à la réalié économique car celle-ci ne peu êre représenée par une oncion coninue. On ne peu pas passer d une machine avec 10 personnes à une machine avec 20 personnes. Le e le T ne peuven pas prendre n impore quelle valeur posiive. e) Les oncions de producion macro-économiques adopen l hypohèse des rendemens consans pour pouvoir rémunérer les aceurs de producion à leur producivié marginale, alors que les oncions de producion micro-économiques reposen sur la croissance du coû marginal, i.e. corresponden à la parie croissane de la courbe de coû marginal où les rendemens son décroissans. 2. La oncion de producion Cobb-Douglas. Elle es de la orme : Q A α L β où A es un coeicien de dimension caracérisique de l économie e des uniés de mesure uilisées ; quanié de capial uilisée ; L quanié de ravail uilisée ; α par de la producion qui rémunère ; β par de la producion qui rémunère L ; avec α + β 1. a) La oncion es homogène de degré 1. Les rendemens son supposés consans. Si on muliplie e L par : Q(, L) A ( ) α (L) β A α + β α L β A α L β Q b) Applicaion du héorème d Euler. Q α A α 1 L β Q L β A α L β 1 Euler: Q + L Q L α A α 1 L β + L β A α L β 1 α A α L β + β A α L β α A α L β + (1 α) A α L β α Q + (1 α) Q Q

5 5 D où: α Q rémunéraion du, (1 α) Q β Q rémunéraion du ravail. Cee oncion de producion es une oncion ad hoc, consruie pour saisaire à l hypohèse de rémunéraion des aceurs à leur producivié marginale. c) Elasiciés parielles de la producion par rappor aux aceurs. e Q / dq d Q Q' Q αaα 1 L β A α L α β e Q / L β 1 α si α + β 1 d) Elasicié de subsiuion enre les aceurs. d L σ L d p L p p L p Numéraeur: d L L L d + L L dl L 1 L d L dl 2 L 1 d 1 L dl Dénominaeur: d p L p p L p d w i w i w w i d + i L dl i w on sai que wl βq w β Q L e que i αq i α Q donc w i β α L w e les dérivées parielles i w β αl e i L αβ α 2 L 2 β αl 2 D où le dénominaeur: β β d αl αl dl 2 αl β 1 d 1 L dl

6 6 D où σ 1. Cela signiie que la combinaison producive varie dans la même proporion que le prix relai des aceurs : si le prix du ravail augmene de 10% par rappor au prix du capial, l inensié capialisique, i.e. la subsiuion de à L va augmener de 10%. Deux remarques : - Il es possible de consruire des oncions à rendemens non consans, i.e. don la somme des exposans des variables 1. On parlera alors de oncion de ype Cobb-Douglas. - On a consrui égalemen des oncions à rendemens consans mais don l élasicié de subsiuion enre aceurs es 1. Ce son les oncions CES (Conan Elasiciy o subsiuion) qui son une généralisaion de la oncion Cobb-Douglas. e) Complémen sur producivié moyenne e producivié marginale Dans le cas d une oncion de ype Cobb-Douglas, la producivié marginale du capial es égale à la dérivée première de la producivié moyenne du ravail par rappor à l inensié capialisique. Démonsraion : Q α L β Producivié marginale du capial : Q α α-1 L β α Q/ Producivié moyenne du ravail : Q L α L β L α L ( 1 β L ) α 1 L k α 1 α β L 1 α β Sa dérivée par rappor à k : ' Q α kα 1 L L α ( 1 α β L ) α 1 1 L α 1 α β k α 1 α 1 L α 1 1 α β α L L β a α 1 L β Ce qui es bien la producivié marginale du, e cela même si a + b 1. Ce résula rouve une applicaion dans le modèle de croissance de Solow. Il correspond au ai que la producivié moyenne du ravail augmene quand l inensié capialisique augmene. 3. L incorporaion du progrès echnique dans la oncion de producion Les modèles de croissance néo-classiques coniennen en iligrane l idée que si le aux de croissance de la populaion (qui commande celui de la populaion acive) n 0, i.e. si la populaion acive rese sable, il n y a pas de croissance économique (g n 0), e il n y a pas de variaion du capial puisque L e /L ne varian pas, non plus. Or cela es conredi par la réalié. On a consaé qu il y a croissance économique même en l absence d augmenaion de la populaion. Ce ai d observaion a éé conirmé par l analyse néo-classique elle-même. Avec une oncion Cobb-Douglas, Q a L b, prenons la diérenielle de Q :

7 7 dq Q Q d + L dl Q ' ' d + Q L dl a a 1 L b d + b a L b 1 dl dq Q a d + b dl L. Ou bien: Log Q a Log + b Log L dlog Q a dlog + b dlog L a d/ + b dl/l dq/q (par déiniion, la diérenielle de Log Q dq/q). Le aux de croissance économique devrai donc êre égal à la somme des aux de croissance de e de L pondérés respecivemen par la par des prois e des salaires dans le revenu naional. Or, on s es aperçu que le aux de croissance économique dépassai de beaucoup la somme de ces deux élémens pendan les 30 Glorieuses, i.e. à l époque où uren élaborés les modèles de croissance. Une par imporane de la croissance, appelée résidu, resai inexpliquée sinon par un ensemble d élémens bapisé progrès echnique. Il a donc allu inroduire dans l analyse un aceur expliquan la croissance en l absence de variaion des quaniés de aceurs radiionnels uilisés ou en plus de celle-ci. Cependan, pour ne pas perurber le bon oncionnemen de leurs modèles, les néo-classiques von supposer que le progrès echnique ne modiie pas la répariion des revenus. Or, le héorème d Euler sipule qu avec une oncion de producion à rendemens consans, le revenu naional iré de la producion es aecé en oalié aux salaires e aux prois. Donc il ne peu y avoir de rémunéraion pour un roisième aceur appelé progrès echnique. Les économises néo-classiques se son alors ournés vers les mahémaiciens pour qu ils leur ournissen une oncion de producion qui donnerai une décomposiion du aux de croissance inégran la par de croissance expliquée par le progrès echnique e inexpliquée par la variaion de la quanié de e de L uilisée, i.e. elle que : dq Q λ d + a d + b dl L. Le miracle eu lieu : aussiô les mahémaiciens répondiren qu il allai concevoir le progrès echnique comme un rend consan dans le emps à parir d un cerain niveau de dépar. A la dae, le progrès echnique H serai donc: H H 0 e λ. Il s ensui que : Q H a L b H 0 e λ a L b. A--on la propriéé recherchée? dq Q d + Q d + Q L dl λ H 0 e λ a L b d + a H 0 e λ a-1 b L d + b H 0 e λ a L b-1 dl dq Q λ H 0 eλ a b L H 0 e λ a L d + a H 0 eλ a 1 b L d + b H 0 eλ a b 1 L dl b H 0 e λ a b L H 0 e λ a b L λ d + a d + b dl L. Ou bien : Log Q Log H 0 + λ Log e + a Log + b Log L dlog Q dlog H 0 + λ d + a dlog + b dlog L 0 + λ d + a 1/ d + b 1/L dl λ d + a d/ + b dl/l dq/q

8 8 On a donc une décomposiion du aux de croissance économique aisan apparaîre les conribuions respecives à la croissance de chaque aceur don le progrès echnique sans qu il soi besoin sur sa rémunéraion, quesion qui es ainsi éviée. Cee analyse a éé illusrée par les ravaux de Denison aux Eas-Unis e de Carré, Dubois e Malinvaud en France pour la croissance d après-guerre. Les modèles de croissance prenan en compe le progrès echnique considèren celui-ci comme auonome, i.e. se maniesan même si les aceurs radiionnels e L ne varien pas. Mais rese une dernière quesion : le progrès echnique même auonome aece--il les relaions enre les aures aceurs? Auremen di, le progrès echnique, auonome, es-il neure? Trois açons de répondre : - La première es celle de Hicks : le progrès echnique es neure si /L (inensié capialisique) ne change pas e donc w/i; on a donc une répariion inchangée ; c es le cas avec une Cobb-Douglas. - La deuxième es celle de Garrod : le progrès echnique es neure si /Y (coeicien de capial) ne change pas quand le aux d inérê ne change pas lui non plus e que L varie. - La roisième es celle de Solow : le progrès echnique es neure si L/Y ne change pas quand le aux de salaire rese consan e que varie. Par la suie, des modèles à progrès echnique incorporé, en premier lieu incorporé au capial, uren consruis, en considéran que le progrès echnique ne pouvai s exercer que s il se raduisai par un invesissemen. C- La criique cambridgienne Avan de présener la criique cambridgienne, il es nécessaire de rappeler rapidemen ce qui perme de dire que la héorie néo-classique n a pas de héorie de la valeur, ni a oriori de héorie du proi 1. La héorie enseigne que l opimum du consommaeur es el que les rappors des prix son égaux aux rappors des uiliés marginales ou encore aux aux marginaux de subsiuion enre les biens. Quand bien même cee égalié serai correce, elle ne pourrai êre enue comme ondemen de l échange puisqu elle en es un résula. C es ce qui ai dire à Jacques Sapir 2 : «La vision radiionnelle de l équilibre, elle qu elle es propagée par la TEG [héorie de l équilibre général], es en ee un discours circulaire (l équilibre se caracérise par des échanges aux bons prix, mais ces prix doiven êre connus avan l échange ou en en résulan), e une vision de l économie qui end à abolir les insiuions.» Cee circularié du raisonnemen es due au ai que la héorie néoclassique n a jamais réussi à dépasser le dilemme insurmonable suivan : ou bien on raisonne en ermes de préérences ordinales e alors oue comparaison inerpersonnelle e oue agrégaion son impossibles ; ou bien on raisonne en ermes de préérences cardinales, ce qui rendrai possible la comparaison inerpersonnelle, mais à condiion que l uilié soi mesurable, ce qui es impossible, e dès lors les oncions d uilié son inopéranes. Déachan la ixaion des prix des condiions maérielles e sociales de producion, la héorie néo-classique ne peu concevoir de ondemen aux prix avan l échange. Or, e c es une conradicion qu avai relevée aldor, les prix doiven êre 1. Sur ce dernier poin, voir une synhèse dans J.M. Harribey «Reour sur la "source" du proi», Documens pour l Enseignemen Economique e Social, C.N.D.P., n 119, p J. Sapir, Les rous noirs de la science économique, Essai sur l impossibilié de penser le emps e l argen, Paris, Albin Michel, 2000, p. 73.

9 9 connus avan celui-ci pour que le marché puisse jouer le rôle d équilibre que lui assigne la héorie. Consciens de cee conradicion, les néo-classiques oscillen enre ce raisonnemen e un aure : ils supposen les prix donnés pour expliquer les choix des consommaeurs, mais, alors, la consrucion de l équilibre général s eondre puisque, les prix éan donnés, le modèle ne peu plus les expliquer : «De ai, le commissaire-priseur walrasien n es que la personniicaion symbolique d une hypohèse cruciale pour la cohérence du modèle : l exériorié des prix» écri Huber Brochier La criique de la noion de capial dans la oncion de producion Joan Robinson 4 a souligné la diiculé d addiionner les diérens ypes de capial echnique dans une oncion de producion agrégée, diiculé qu avai déjà repérée Wicksel. Le capial éan héérogène, d auan plus qu il es mis en service à des périodes diérenes, il ne peu êre évalué physiquemen e son inroducion dans la oncion de producion ne peu se aire que par l inermédiaire des prix. Mais pour le mesurer monéairemen, il audrai pouvoir appliquer un aux d acualisaion aux diérens élémens du sock de capial, donc connaîre le aux de proi que l on se proposai jusemen d expliquer. Auremen di, la valeur du capial es oncion des prois qu il perme d obenir, or ceux-ci ne peuven êre déduis de la producivié marginale du capial qui suppose de connaîre la valeur du capial inrodui dans la oncion de producion. On ne sor de ce cercle vicieux, selon Gérard Duménil 5, que par «la mise à l écar de la noion de producivié marginale du capial». La conséquence la plus rédhibioire de cee conradicion pour la héorie die de la valeur-uilié es l impossibilié d expliquer simulanémen la valeur du sock de capial e le aux d inérê. Pierre Salama 6 résume ainsi le problème : «Aussi bien au niveau micro que macro, nous sommes devan une conradicion. Soi nous connaissons le aux de proi, auquel cas nous pouvons mesurer le capial e calculer la producivié marginale de ce aceur, mais nous ne pouvons plus calculer le aux de proi, puisque nous nous le sommes donné. Soi nous ne connaissons pas le aux de proi e nous ne pouvons pas calculer la producivié marginale du capial e donc déerminer le aux de proi! [ ] La producivié marginale ne peu déerminer la rémunéraion d un aceur, ce qui, en ermes clairs, signiie ou simplemen que la loi de la valeur néo-classique es oalemen incohérene, même quand on accepe ses hypohèses de dépar!» La héorie de la valeur-uilié peu donc êre inerpréée comme une enaive de donner un soubassemen au «anasme» de la producivié du capial que déjà Arisoe dénonçai e que Marx a démysiié H. Brochier, «A propos de l individualisme méhodologique : l ouverure d un déba», Revue d économie poliique, n 104 (1), janvier-évrier 1994, p J. Robinson [ ], «The Producion Funcion and he Theory o Capial», Review o Economic Sudies, vol. XXI, p G. Duménil [1980], De la valeur aux prix de producion, Une réinerpréaion de la ransormaion, Paris, Economica, p P. Salama [1975], Sur la valeur, Paris, F. Maspero, p Marx [Le Capial, Livre I, 1867, dans Oeuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, ome 1, 1965, p ] avai ironisé à plusieurs reprises sur les verus proliiques du capial : «C es la propriéé naurelle du ravail qu en créan de nouvelles valeurs, il conserve les anciennes. A mesure donc que ses moyens de producion augmenen d eicacié, de masse e de valeur, c es-à-dire à mesure que le mouvemen ascendan de sa puissance producive accélère l accumulaion, le ravail conserve e éernise, sous des ormes oujours nouvelles, une ancienne valeur-capial oujours grossissane. Mais, dans le sysème du salaria, cee aculé naurelle du ravail prend la ausse apparence d une propriéé qui es inhérene au capial e l éernise ; de même les orces collecives du ravail combiné se déguisen en auan de qualiés occules du capial, e l appropriaion coninue de surravail par le capial ourne au miracle, oujours renaissan, de ses verus proliiques.» Voir aussi. Marx Le Capial, Livre II e Livre III, 1885 e 1894, dans Oeuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, ome 2., 1968, p. 383]. De la même açon, J.M. eynes [Théorie générale de l emploi, de l inérê e de la monnaie, 1936, Paris, Payo, 1969, p. 223] reusai d uiliser la noion de capial produci. S. Laouche

10 10 J. Robinson [ , p. 81] concluai que «la oncion de producion a éé un insrumen d abêissemen rès eicace». 8 De oue açon, la oncion de producion uilisée par les néoclassiques es inopérane puisqu elle ne pourrai êre déinie que dans une économie où il n y aurai qu une seule marchandise à la ois inran e exran. La enaive de P.A. Samuelson [1962] d inroduire des biens muliples s es soldée par un échec. E la conroverse sur le reour des echniques s es achevée à son désavanage : la baisse du salaire relaivemen à la rémunéraion du capial ne condui pas nécessairemen à une diminuion de l inensié capialisique e sa hausse ne condui pas nécessairemen à une augmenaion de l inensié capialisique. 9 La oncion de producion néo-classique n a plus de validié scieniique ; en revanche, elle oncionne en an que croyance, ainsi que le reconnaî C.E. Ferguson : «La validié de la criique cambridgienne es inconesable, mais son imporance es une aaire empirique ou économérique qui dépend du degré de subsiuion oléré dans le sysème. Jusqu à ce que les économériciens nous donnen la réponse, aire coniance à la héorie économique néoclassique es une aaire de oi. Personnellemen, j ai la oi.» 10 [Episémologie e économie, Essai sur une anhropologie sociale reudo-marxise, Paris, Ed. Anhropos,1973, p. 319] résume ainsi : «La écondié du capial es un cas pariculier du éichisme de la marchandise.» 8. Elle proposa ulérieuremen dans de nombreuses publicaions de résoudre la quesion de la valeur du capial : pour une présenaion complèe, voir G. Jorland [Les paradoxes du capial, Paris, Odile Jacob, 1995]. Après la publicaion de Producion de marchandises par des marchandises par P. Sraa en 1960, la conroverse resurgi avec la enaive avorée de P.A. Samuelson [«Parable and Realism in Capial Theory : The Surrogae Producion Funcion», Review o Economic Sudies, vol. XXIX, 1962, p ] au suje du reour des echniques. 9. Pour la démonsraion, voir Salama [1975, p ], B. Guerrien [La héorie néo-classique, Bilan e perspecives du modèle d équilibre général, Paris, Economica, 3 ème éd., 1989]. 1989, p ] ou Jorland [1995, p ]. 10. Cié par G. Jorland [1995, p. 448].

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail