La fonction de production dans l analyse néo-classique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fonction de production dans l analyse néo-classique"

Transcription

1 La oncion de producion dans l analyse néo-classique Jean-Marie Harribey La oncion de producion es une relaion mahémaique éablie enre la quanié produie e le ou les aceurs de producion uilisés, ou encore enre l oupu e les inpus. A- Rappels sur quelques ouils mahémaiques 1. Signiicaion de la noion de coninuié d une oncion. On di qu une oncion es coninue en x 0 si e seulemen si (x) end vers (x 0 ) quand x end vers x 0 ; i.e. la oncion es déinie au voisinage de x 0 e au poin x 0. (x) (x) (x 0 ) x 0 x x 0 x en x 0 la oncion n es pas déinie En économie, la coninuié es une hypohèse irréalise car la producion se mesure en uniés enières: par exemple, le nombre d auomobiles. Mais on adme que lorsqu on raisonne sur de grandes quaniés, l hypohèse de coninuié devien accepable. 2. Signiicaion de la noion de dérivée. Une oncion déinie au voisinage d un poin a pour dérivée la lim Δ/Δx quand Δx 0. Ou encore: lim (x + Δx) (x) Δx noée ' (x) ou d dx ou ḟ quand es oncion du emps. B Soi une oncion concave sur l inervalle (x, x+δx). Quand Δx 0, le segmen AB end vers la angene en A à la courbe. En ce poin, la pene de cee angene es égale à A la valeur de la oncion dérivée en ce poin. x x+δx

2 2 Soi (x). Si dans un inervalle de valeurs de x: (x) > 0, (x) croissan sur ce inervalle si (x) > 0, (x) croissan à aux croissan (1) si (x) < 0, (x) croissan à aux décroissan (2) (x) < 0, (x) décroissan sur ce inervalle si (x) < 0, (x) décroissan à aux décroissan (3) si (x) > 0, (x) décroissan à aux croissan (4) D où: si (x) 0 e (x) < 0, (x) passe par un maximum si (x) 0 e (x) > 0, (x) passe par un minimum. 3. Signiicaion de la noion d homogénéié des oncions. Soi une oncion à deux variables (x, y). La oncion es die homogène de degré h si pour ou nombre enier > 0, la oncion es mulipliée par h quand on muliplie chaque variable par : (x, y) h (x, y). Si h 1, (x, y) (x, y); si la oncion es une oncion de producion, elle es à rendemens consans. Exemple: (x, y) xy x 1/2 y 1/2 : (x, y) 1/2 x 1/2 1/2 y 1/2 x 1/2 y 1/2. Si h > 1, la oncion es mulipliée par plus que : rendemens croissans. Exemple: (x,y) 3 xy : (x, y) 3 x y 2 3 xy. Si h < 1, la oncion es à rendemens décroissans. Exemple: (x,y) x 1/3 y 1/2 : (x, y) 1/3 x 1/3 1/2 y 1/2 5/6 x 1/3 y 1/2. Les oncions homogènes saison le héorème d Euler: x (x) + y (y) h (x,y). Economiquemen, si h 1, la valeur de la producion es égale à la somme des quaniés de chaque aceur uilisé mulipliés par la producivié marginale de chacun d eux. Auremen di, sous l hypohèse que chaque aceur soi rémunéré à haueur de sa producivié marginale, la producion es inégralemen réparie enre salaires e prois. 4. Signiicaion de la noion d élasicié. Elle désigne le rappor des variaions relaives de deux grandeurs e x.

3 3 e / x Par exemple: Δ Δx x Δ Δx x e D / p e D / R ΔD D Δp p ΔD D ΔR R ΔD Δp ΔD ΔR p D généralemen < 0 R D généralemen > 0 Si on raisonne sur des accroissemens rès peis: e / x lim Δ x Δx 0 Δx ' x x ' On peu ransormer ce résula. Rappel: soi une oncion à valeurs posiives e dérivable. Prenons son Log népérien Log. On a aaire à une oncion composée (la oncion Log e la oncion ). La dérivée de Log (die dérivée logarihmique) es: dlog dlog. d dx d dx en veru de la règle de dérivaion des oncions composées: [u(v(x))] u v. v x ; donc: dlog 1 dx. ' ' aux de croissance insanané de en x. D où: e / x x. dlog qu on peu encore ransormer car: dx d Log (diérenielle de Log variaion ininiésimale) dlog d e d Log x 1/x. dx d où dx x. dlog x. D où: dlog dlog x 1 d dx dx 1 x dx d dx x '. x x. ' e / x.d 1 d 1. d dx dx B- La oncion de producion néo-classique à l échelle macro-économique Dans l opique néo-classique, il es possible d agréger, i.e. d addiionner les comporemens individuels des produceurs à parir de leurs oncions de producion individuelles pour obenir une de oncion de producion globale don la oncion de Cobb-Douglas es un exemple. 1. L agrégaion pose des problèmes imporans

4 4 a) N y a--il pas d aures aceurs que le capial e le ravail inluençan la producion? Quid du progrès echnique? b) La relaion es-elle exprimée en quaniés physiques ou en monnaie? Dans ce dernier cas, elle inègre l ee des prix sur les combinaisons producives. c) Les aceurs de producion son-ils homogènes? (Problème diéren de Ricardo dans l analyse de la rene). Si el n es pas le cas, il au mesurer les aceurs en monnaie. Prenons le capial. Sa valeur es oncion du aux d inérê acualisan les producions uures qu il permera de réaliser e acualisan la valeur d équipemens mis en oeuvre à des daes diérenes. Or le aux d inérê es la rémunéraion du égale à la producivié marginale du. Calculer la producivié marginale du suppose de connaîre la valeur du. Raisonnemen circulaire. d) L hypohèse de subsiuabilié paraie des aceurs es indispensable pour raisonner à la marge e appliquer le calcul diéreniel. Mais elle correspond peu à la réalié économique car celle-ci ne peu êre représenée par une oncion coninue. On ne peu pas passer d une machine avec 10 personnes à une machine avec 20 personnes. Le e le T ne peuven pas prendre n impore quelle valeur posiive. e) Les oncions de producion macro-économiques adopen l hypohèse des rendemens consans pour pouvoir rémunérer les aceurs de producion à leur producivié marginale, alors que les oncions de producion micro-économiques reposen sur la croissance du coû marginal, i.e. corresponden à la parie croissane de la courbe de coû marginal où les rendemens son décroissans. 2. La oncion de producion Cobb-Douglas. Elle es de la orme : Q A α L β où A es un coeicien de dimension caracérisique de l économie e des uniés de mesure uilisées ; quanié de capial uilisée ; L quanié de ravail uilisée ; α par de la producion qui rémunère ; β par de la producion qui rémunère L ; avec α + β 1. a) La oncion es homogène de degré 1. Les rendemens son supposés consans. Si on muliplie e L par : Q(, L) A ( ) α (L) β A α + β α L β A α L β Q b) Applicaion du héorème d Euler. Q α A α 1 L β Q L β A α L β 1 Euler: Q + L Q L α A α 1 L β + L β A α L β 1 α A α L β + β A α L β α A α L β + (1 α) A α L β α Q + (1 α) Q Q

5 5 D où: α Q rémunéraion du, (1 α) Q β Q rémunéraion du ravail. Cee oncion de producion es une oncion ad hoc, consruie pour saisaire à l hypohèse de rémunéraion des aceurs à leur producivié marginale. c) Elasiciés parielles de la producion par rappor aux aceurs. e Q / dq d Q Q' Q αaα 1 L β A α L α β e Q / L β 1 α si α + β 1 d) Elasicié de subsiuion enre les aceurs. d L σ L d p L p p L p Numéraeur: d L L L d + L L dl L 1 L d L dl 2 L 1 d 1 L dl Dénominaeur: d p L p p L p d w i w i w w i d + i L dl i w on sai que wl βq w β Q L e que i αq i α Q donc w i β α L w e les dérivées parielles i w β αl e i L αβ α 2 L 2 β αl 2 D où le dénominaeur: β β d αl αl dl 2 αl β 1 d 1 L dl

6 6 D où σ 1. Cela signiie que la combinaison producive varie dans la même proporion que le prix relai des aceurs : si le prix du ravail augmene de 10% par rappor au prix du capial, l inensié capialisique, i.e. la subsiuion de à L va augmener de 10%. Deux remarques : - Il es possible de consruire des oncions à rendemens non consans, i.e. don la somme des exposans des variables 1. On parlera alors de oncion de ype Cobb-Douglas. - On a consrui égalemen des oncions à rendemens consans mais don l élasicié de subsiuion enre aceurs es 1. Ce son les oncions CES (Conan Elasiciy o subsiuion) qui son une généralisaion de la oncion Cobb-Douglas. e) Complémen sur producivié moyenne e producivié marginale Dans le cas d une oncion de ype Cobb-Douglas, la producivié marginale du capial es égale à la dérivée première de la producivié moyenne du ravail par rappor à l inensié capialisique. Démonsraion : Q α L β Producivié marginale du capial : Q α α-1 L β α Q/ Producivié moyenne du ravail : Q L α L β L α L ( 1 β L ) α 1 L k α 1 α β L 1 α β Sa dérivée par rappor à k : ' Q α kα 1 L L α ( 1 α β L ) α 1 1 L α 1 α β k α 1 α 1 L α 1 1 α β α L L β a α 1 L β Ce qui es bien la producivié marginale du, e cela même si a + b 1. Ce résula rouve une applicaion dans le modèle de croissance de Solow. Il correspond au ai que la producivié moyenne du ravail augmene quand l inensié capialisique augmene. 3. L incorporaion du progrès echnique dans la oncion de producion Les modèles de croissance néo-classiques coniennen en iligrane l idée que si le aux de croissance de la populaion (qui commande celui de la populaion acive) n 0, i.e. si la populaion acive rese sable, il n y a pas de croissance économique (g n 0), e il n y a pas de variaion du capial puisque L e /L ne varian pas, non plus. Or cela es conredi par la réalié. On a consaé qu il y a croissance économique même en l absence d augmenaion de la populaion. Ce ai d observaion a éé conirmé par l analyse néo-classique elle-même. Avec une oncion Cobb-Douglas, Q a L b, prenons la diérenielle de Q :

7 7 dq Q Q d + L dl Q ' ' d + Q L dl a a 1 L b d + b a L b 1 dl dq Q a d + b dl L. Ou bien: Log Q a Log + b Log L dlog Q a dlog + b dlog L a d/ + b dl/l dq/q (par déiniion, la diérenielle de Log Q dq/q). Le aux de croissance économique devrai donc êre égal à la somme des aux de croissance de e de L pondérés respecivemen par la par des prois e des salaires dans le revenu naional. Or, on s es aperçu que le aux de croissance économique dépassai de beaucoup la somme de ces deux élémens pendan les 30 Glorieuses, i.e. à l époque où uren élaborés les modèles de croissance. Une par imporane de la croissance, appelée résidu, resai inexpliquée sinon par un ensemble d élémens bapisé progrès echnique. Il a donc allu inroduire dans l analyse un aceur expliquan la croissance en l absence de variaion des quaniés de aceurs radiionnels uilisés ou en plus de celle-ci. Cependan, pour ne pas perurber le bon oncionnemen de leurs modèles, les néo-classiques von supposer que le progrès echnique ne modiie pas la répariion des revenus. Or, le héorème d Euler sipule qu avec une oncion de producion à rendemens consans, le revenu naional iré de la producion es aecé en oalié aux salaires e aux prois. Donc il ne peu y avoir de rémunéraion pour un roisième aceur appelé progrès echnique. Les économises néo-classiques se son alors ournés vers les mahémaiciens pour qu ils leur ournissen une oncion de producion qui donnerai une décomposiion du aux de croissance inégran la par de croissance expliquée par le progrès echnique e inexpliquée par la variaion de la quanié de e de L uilisée, i.e. elle que : dq Q λ d + a d + b dl L. Le miracle eu lieu : aussiô les mahémaiciens répondiren qu il allai concevoir le progrès echnique comme un rend consan dans le emps à parir d un cerain niveau de dépar. A la dae, le progrès echnique H serai donc: H H 0 e λ. Il s ensui que : Q H a L b H 0 e λ a L b. A--on la propriéé recherchée? dq Q d + Q d + Q L dl λ H 0 e λ a L b d + a H 0 e λ a-1 b L d + b H 0 e λ a L b-1 dl dq Q λ H 0 eλ a b L H 0 e λ a L d + a H 0 eλ a 1 b L d + b H 0 eλ a b 1 L dl b H 0 e λ a b L H 0 e λ a b L λ d + a d + b dl L. Ou bien : Log Q Log H 0 + λ Log e + a Log + b Log L dlog Q dlog H 0 + λ d + a dlog + b dlog L 0 + λ d + a 1/ d + b 1/L dl λ d + a d/ + b dl/l dq/q

8 8 On a donc une décomposiion du aux de croissance économique aisan apparaîre les conribuions respecives à la croissance de chaque aceur don le progrès echnique sans qu il soi besoin sur sa rémunéraion, quesion qui es ainsi éviée. Cee analyse a éé illusrée par les ravaux de Denison aux Eas-Unis e de Carré, Dubois e Malinvaud en France pour la croissance d après-guerre. Les modèles de croissance prenan en compe le progrès echnique considèren celui-ci comme auonome, i.e. se maniesan même si les aceurs radiionnels e L ne varien pas. Mais rese une dernière quesion : le progrès echnique même auonome aece--il les relaions enre les aures aceurs? Auremen di, le progrès echnique, auonome, es-il neure? Trois açons de répondre : - La première es celle de Hicks : le progrès echnique es neure si /L (inensié capialisique) ne change pas e donc w/i; on a donc une répariion inchangée ; c es le cas avec une Cobb-Douglas. - La deuxième es celle de Garrod : le progrès echnique es neure si /Y (coeicien de capial) ne change pas quand le aux d inérê ne change pas lui non plus e que L varie. - La roisième es celle de Solow : le progrès echnique es neure si L/Y ne change pas quand le aux de salaire rese consan e que varie. Par la suie, des modèles à progrès echnique incorporé, en premier lieu incorporé au capial, uren consruis, en considéran que le progrès echnique ne pouvai s exercer que s il se raduisai par un invesissemen. C- La criique cambridgienne Avan de présener la criique cambridgienne, il es nécessaire de rappeler rapidemen ce qui perme de dire que la héorie néo-classique n a pas de héorie de la valeur, ni a oriori de héorie du proi 1. La héorie enseigne que l opimum du consommaeur es el que les rappors des prix son égaux aux rappors des uiliés marginales ou encore aux aux marginaux de subsiuion enre les biens. Quand bien même cee égalié serai correce, elle ne pourrai êre enue comme ondemen de l échange puisqu elle en es un résula. C es ce qui ai dire à Jacques Sapir 2 : «La vision radiionnelle de l équilibre, elle qu elle es propagée par la TEG [héorie de l équilibre général], es en ee un discours circulaire (l équilibre se caracérise par des échanges aux bons prix, mais ces prix doiven êre connus avan l échange ou en en résulan), e une vision de l économie qui end à abolir les insiuions.» Cee circularié du raisonnemen es due au ai que la héorie néoclassique n a jamais réussi à dépasser le dilemme insurmonable suivan : ou bien on raisonne en ermes de préérences ordinales e alors oue comparaison inerpersonnelle e oue agrégaion son impossibles ; ou bien on raisonne en ermes de préérences cardinales, ce qui rendrai possible la comparaison inerpersonnelle, mais à condiion que l uilié soi mesurable, ce qui es impossible, e dès lors les oncions d uilié son inopéranes. Déachan la ixaion des prix des condiions maérielles e sociales de producion, la héorie néo-classique ne peu concevoir de ondemen aux prix avan l échange. Or, e c es une conradicion qu avai relevée aldor, les prix doiven êre 1. Sur ce dernier poin, voir une synhèse dans J.M. Harribey «Reour sur la "source" du proi», Documens pour l Enseignemen Economique e Social, C.N.D.P., n 119, p J. Sapir, Les rous noirs de la science économique, Essai sur l impossibilié de penser le emps e l argen, Paris, Albin Michel, 2000, p. 73.

9 9 connus avan celui-ci pour que le marché puisse jouer le rôle d équilibre que lui assigne la héorie. Consciens de cee conradicion, les néo-classiques oscillen enre ce raisonnemen e un aure : ils supposen les prix donnés pour expliquer les choix des consommaeurs, mais, alors, la consrucion de l équilibre général s eondre puisque, les prix éan donnés, le modèle ne peu plus les expliquer : «De ai, le commissaire-priseur walrasien n es que la personniicaion symbolique d une hypohèse cruciale pour la cohérence du modèle : l exériorié des prix» écri Huber Brochier La criique de la noion de capial dans la oncion de producion Joan Robinson 4 a souligné la diiculé d addiionner les diérens ypes de capial echnique dans une oncion de producion agrégée, diiculé qu avai déjà repérée Wicksel. Le capial éan héérogène, d auan plus qu il es mis en service à des périodes diérenes, il ne peu êre évalué physiquemen e son inroducion dans la oncion de producion ne peu se aire que par l inermédiaire des prix. Mais pour le mesurer monéairemen, il audrai pouvoir appliquer un aux d acualisaion aux diérens élémens du sock de capial, donc connaîre le aux de proi que l on se proposai jusemen d expliquer. Auremen di, la valeur du capial es oncion des prois qu il perme d obenir, or ceux-ci ne peuven êre déduis de la producivié marginale du capial qui suppose de connaîre la valeur du capial inrodui dans la oncion de producion. On ne sor de ce cercle vicieux, selon Gérard Duménil 5, que par «la mise à l écar de la noion de producivié marginale du capial». La conséquence la plus rédhibioire de cee conradicion pour la héorie die de la valeur-uilié es l impossibilié d expliquer simulanémen la valeur du sock de capial e le aux d inérê. Pierre Salama 6 résume ainsi le problème : «Aussi bien au niveau micro que macro, nous sommes devan une conradicion. Soi nous connaissons le aux de proi, auquel cas nous pouvons mesurer le capial e calculer la producivié marginale de ce aceur, mais nous ne pouvons plus calculer le aux de proi, puisque nous nous le sommes donné. Soi nous ne connaissons pas le aux de proi e nous ne pouvons pas calculer la producivié marginale du capial e donc déerminer le aux de proi! [ ] La producivié marginale ne peu déerminer la rémunéraion d un aceur, ce qui, en ermes clairs, signiie ou simplemen que la loi de la valeur néo-classique es oalemen incohérene, même quand on accepe ses hypohèses de dépar!» La héorie de la valeur-uilié peu donc êre inerpréée comme une enaive de donner un soubassemen au «anasme» de la producivié du capial que déjà Arisoe dénonçai e que Marx a démysiié H. Brochier, «A propos de l individualisme méhodologique : l ouverure d un déba», Revue d économie poliique, n 104 (1), janvier-évrier 1994, p J. Robinson [ ], «The Producion Funcion and he Theory o Capial», Review o Economic Sudies, vol. XXI, p G. Duménil [1980], De la valeur aux prix de producion, Une réinerpréaion de la ransormaion, Paris, Economica, p P. Salama [1975], Sur la valeur, Paris, F. Maspero, p Marx [Le Capial, Livre I, 1867, dans Oeuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, ome 1, 1965, p ] avai ironisé à plusieurs reprises sur les verus proliiques du capial : «C es la propriéé naurelle du ravail qu en créan de nouvelles valeurs, il conserve les anciennes. A mesure donc que ses moyens de producion augmenen d eicacié, de masse e de valeur, c es-à-dire à mesure que le mouvemen ascendan de sa puissance producive accélère l accumulaion, le ravail conserve e éernise, sous des ormes oujours nouvelles, une ancienne valeur-capial oujours grossissane. Mais, dans le sysème du salaria, cee aculé naurelle du ravail prend la ausse apparence d une propriéé qui es inhérene au capial e l éernise ; de même les orces collecives du ravail combiné se déguisen en auan de qualiés occules du capial, e l appropriaion coninue de surravail par le capial ourne au miracle, oujours renaissan, de ses verus proliiques.» Voir aussi. Marx Le Capial, Livre II e Livre III, 1885 e 1894, dans Oeuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, ome 2., 1968, p. 383]. De la même açon, J.M. eynes [Théorie générale de l emploi, de l inérê e de la monnaie, 1936, Paris, Payo, 1969, p. 223] reusai d uiliser la noion de capial produci. S. Laouche

10 10 J. Robinson [ , p. 81] concluai que «la oncion de producion a éé un insrumen d abêissemen rès eicace». 8 De oue açon, la oncion de producion uilisée par les néoclassiques es inopérane puisqu elle ne pourrai êre déinie que dans une économie où il n y aurai qu une seule marchandise à la ois inran e exran. La enaive de P.A. Samuelson [1962] d inroduire des biens muliples s es soldée par un échec. E la conroverse sur le reour des echniques s es achevée à son désavanage : la baisse du salaire relaivemen à la rémunéraion du capial ne condui pas nécessairemen à une diminuion de l inensié capialisique e sa hausse ne condui pas nécessairemen à une augmenaion de l inensié capialisique. 9 La oncion de producion néo-classique n a plus de validié scieniique ; en revanche, elle oncionne en an que croyance, ainsi que le reconnaî C.E. Ferguson : «La validié de la criique cambridgienne es inconesable, mais son imporance es une aaire empirique ou économérique qui dépend du degré de subsiuion oléré dans le sysème. Jusqu à ce que les économériciens nous donnen la réponse, aire coniance à la héorie économique néoclassique es une aaire de oi. Personnellemen, j ai la oi.» 10 [Episémologie e économie, Essai sur une anhropologie sociale reudo-marxise, Paris, Ed. Anhropos,1973, p. 319] résume ainsi : «La écondié du capial es un cas pariculier du éichisme de la marchandise.» 8. Elle proposa ulérieuremen dans de nombreuses publicaions de résoudre la quesion de la valeur du capial : pour une présenaion complèe, voir G. Jorland [Les paradoxes du capial, Paris, Odile Jacob, 1995]. Après la publicaion de Producion de marchandises par des marchandises par P. Sraa en 1960, la conroverse resurgi avec la enaive avorée de P.A. Samuelson [«Parable and Realism in Capial Theory : The Surrogae Producion Funcion», Review o Economic Sudies, vol. XXIX, 1962, p ] au suje du reour des echniques. 9. Pour la démonsraion, voir Salama [1975, p ], B. Guerrien [La héorie néo-classique, Bilan e perspecives du modèle d équilibre général, Paris, Economica, 3 ème éd., 1989]. 1989, p ] ou Jorland [1995, p ]. 10. Cié par G. Jorland [1995, p. 448].

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Cahiers Recherche et Méthodes

Cahiers Recherche et Méthodes Numéro 3 Février 2013 Cahiers Recherche e Méhodes Analyse des événemens de l hisoire de vie : esimaion de modèles logisiques à emps discre avec SPSS Jean-Marie Le Goff & Yannic Forney Jean-Philippe Anoniei

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Temps-fréquence et traitement statistique

Temps-fréquence et traitement statistique in Temps-réquence: conceps e ouils, eds. F. lawasch and F. Auger, Paris, France: ermes/lavoisier, 2005, Chap. 10, pp. 289 330. Copyrigh 2005 ermes/lavoisier Chapire 10 Temps-réquence e raiemen saisique

Plus en détail

459,6nm 450nm,750nm qui

459,6nm 450nm,750nm qui Exercice : Travaux dirigés de l opique géomérique SVT 03,. T =,533.0-5 4 s, d où la fréquence : = A.N. : = 6,53.0 Hz T c c. 0 = c.t = =. A.N. : 0 459,6nm 0, 4596m f 3. Oui, cee radiaion es visible à l

Plus en détail

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE «NOTIONS FONDAMENTALES DE L ECONOMIE DE L EDUCATION» ----------------- E-THEME N 1 «CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE UNITÉ 1: L CINÉMTIQUE Cinémaique: es la branche e la physique qui raie e la escripion u mouemen objes sans référence aux forces ni aux causes régissan ce mouemen. 1.1 L VITESSE ET L VITESSE VECTORIELLE

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Épargne retraite et redistribution 1

Épargne retraite et redistribution 1 Épargne reraie e redisribuion 1 Alexis Direr 2 Le plan d épargne reraie populaire (PERP), mis en place en 2003, occupe une place cenrale dans le disposiif d'épargne reraie par capialisaion en France avec

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Conditions générales de Vente - version 01/04/2007

Conditions générales de Vente - version 01/04/2007 Services Inerne SARL Quixys 52-54 roue du Champ de Foire 79120 Sepvre -...écrire, communiquer, publier, parager Condiions générales de Vene - version 01/04/2007 QUIXYS FRANCE, SARL au capial de 10 000,

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005 IB réel, RIB réel e gains commerciaux : Canada, 1981-005 Ulrich Kohli 1 Banque naionale suisse RÉSUMÉ Le produi inérieur bru réel (IB) ne rend pas compe des peres e des gains commerciaux qui découlen de

Plus en détail