Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE"

Transcription

1 ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma c-dessous): OBJIFS - Posséder des connassances générales sur les conversseurs saques (classemen par famlles). - uder en déal deux conversseurs (connu-connu e connu-alernaf). - onnaîre le comporemen des nerrupeurs commandés ou non commandés. - onnaîre quelques applcaons ndusrelles des conversseurs saques. - alculer des valeurs en sore des conversseurs (enson moyenne, ensons effcaces ). Source connue (=) HAHU (enson réglable) écepeur connu (=) I- LS ONVISSUS SAIQUS GÉNÉALIÉS 1- Défnon Un conversseur saque es un sysème permean d'adaper la source d'énerge élecrque à un récepeur donné. xemples : Source alernave ( ) GADAU (enson effcace réglable sans changemen de fréquence) YLOONVISSU (enson effcace e fréquence réglables) écepeur alernaf ( ) Une almenaon sablsée ransforme la enson alernave snusoïdale du réseau DF en enson connue (famlle des redresseurs). Un onduleur de secours ransforme la enson connue des baeres en enson alernave pour almener, par exemple, du maérel nformaque (famlle des onduleurs). 4- Symbole e exemples de sgnaux ssus des conversseurs Hacheur : connu connu (rappor cyclque α réglable) ve 2- Orgne des conversseurs de pussance élecrque Les premers conversseurs de pussance élecrque on éé réalsés avec des machnes élecrques couplées mécanquemen. Une machne à couran alernaf d'une par (de ype synchrone ou asynchrone) couplée au réseau permea de converr l'énerge élecrque en énerge mécanque à vesse fxe. Une machne à couran connu d'aure par don l'excaon commandée permea de dsposer d'une enson connue varable en sore. Le développemen des composans de pussance au mleu du 2 sècle (élecronque de pussance) a perms de développer des conversseurs de pussance élecrque sans machnes ournanes. La echnologe des composans ulsés (sem-conduceurs) ne cesse d'évoluer : - fable coû - pussances commuées élevées - faclé de conrôle. S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 1 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque ve v e enson connue fxe Onduleur : connu alernaf (valeur moyenne = ) v e enson connue fxe enson de valeur moyenne réglable moyen = α. enson alernave de fréquence f = 1/ réglable + α - /2 2 2

2 edresseur : alernaf connu (valeur moyenne évenuellemen réglable) II- LS INUPUS D L'ÉLONIQU D PUISSAN ve - /2 v e enson alernave enson redressée de valeur moyenne réglable + moyen α /2 1- Les nerrupeurs parfas Un nerrupeur parfa possède deux éas : "Ouver (OFF)" e "Fermé (ON)" Inerrupeur ouver (poson OFF : = ) = = Gradaeur : alernaf alernaf (valeur effcace réglable) ve - /2 v e enson alernave enson alernave de valeur effcace réglable + - α /2 K u (enson mposée par le crcu exéreur) Inerrupeur fermé (poson ON : u = ) nerrupeur ouver u 5- éversblé des conversseurs Une noon mporane en élecronque de pussance comme en élecroechnque es la noon de réversblé. K (couran mposée par le crcu exéreur) u = nerrupeur fermé u = Défnon : Un conversseur saque d'énerge es d réversble lorsque l'énerge peu ranser dans les deux sens (source récepeur ou récepeur source) de manère naurelle ou commandée. xemple : Lors du frenage d'une voure élecrque, l'énerge mécanque es ransformée en énerge élecrque (moeur générarce) qu ser à recharger les accumulaeurs à ravers le redresseur réversble (redresseur commandé). 2- Les nerrupeurs à sem-conduceurs La dode déale (nerrupeur non commandé) D u Dode déale bloqué = passan u = u La dode passe de l'éa bloqué à l'éa passan lorsque u ou change de sgne (posf). La dode passe de l'éa passan à l'éa bloqué lorsque u ou change de sgne (négaf). La commuaon es sponanée car elle ne dépend que de sgne du couran ou de la enson du crcu exéreur. S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 2 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

3 Le ranssor bpolare e nerrupeur es commandable à l'ouverure e à la fermeure, la commuaon se fa par une acon élecrque (njecon d'un couran de base B ). B B v ranssor bloqué (nerrupeur ouver) Vce < nerd c blocage B = v ranssor sauré (nerrupeur fermé) c < nerd c sauraon B > Lorsque le ranssor es sauré (nerrupeur fermé) le couran e la enson v ne doven pas êre négaf. Le ranssor es donc un nerrupeur commandé undreconnel en enson e en couran. v Le hyrsor Le hyrsor es une dode commandée qu ne perme donc le passage du couran que dans un sens. De plus l n'es commandable qu'à la fermeure. L'ouverure s'effecue lors de la dsparon du couran drec (vor dode). Le hyrsor se compore donc comme une dode don la mse en conducon dans le sens passan sera auorsée par une mpulson de couran sur la gâchee (reard α à l'amorçage réglable). G G A K v d ve - /2 Les ranssors MOS e IGB es ranssors, plus performans, on le même comporemen que le bpolare à la dfférence qu'ls se commanden avec une enson (le couran de commande es rès fable). Prenons l'exemple du redressemen commandé. On rearde de α l'amorçage du hyrsor pour régler la valeur moyenne (schéma c-dessous): + moyen α /2 D G G D S v GS < V S /2 α α α reard à l'amorçage v S GS ranssor NMOS S v GS > V D S S v G < V G v G S v G > V ranssor IGB S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 3 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

4 III- LA ONVSION ONINU-ONINU 1- Généralés Un conversseur connu-connu perme d obenr (avec évenuellemen une solaon galvanque) une enson ondulée de valeur moyenne réglable à parr d une source de enson connue fxe. L'éude se lmera au hacheur sére e au hacheur en pon dans lequel les nerrupeurs (supposés parfas) son en sére avec la source de enson. 2- Le hacheur sére sur charge réssve Schéma v e enson connue fxe L'nerrupeur H (de ype ranssor) es commandé à la fréquence f (pérode = 1/f). Duran la pérode, l'nerrupeur es fermé pour une durée α. (rappor cyclque α avec α 1). enson de valeur moyenne réglable v e = H : nerrupeur commandé (ouverure e fermeure) alcul de moyen e moyen Le calcul se fa par la méhode des surfaces enre la courbe e l'axe du emps: Surface. α moyen =< >= = so < >= α. Pérode On a de même < >= α. La valeur moyenne de es donc réglable de à. 3- Le hacheur sére sur charge nducve Schéma rès souven, le récepeur (charge) a un caracère nducf (moeur à couran connu par exemple). Le couran ne pourra donc varer brusquemen e à l'ouverure de l'nerrupeur le couran ne devra pas êre nerrompu sous pene de surenson (auo-nducon). La dode D appelée "dode de roue lbre" permera le passage du couran lorsque l'nerrupeur sera ouver. hronogrammes v e = H : nerrupeur commandé (ouverure e fermeure) D D L hronogrammes Les chronogrammes c-dessous monren l'allure de la enson v e du couran pour un rappor cyclque α donné : moyen = α α 2 moyen = α (ondulaon du couran) moyen α 2 moyen α 2 élémens conduceurs H D H D H D α 2 S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 4 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

5 Analyse des chronogrammes hronogrammes Le caracère nducf de la charge ne change pas l'allure de v S e on a oujours < v >= α. s Le couran ondule auour de la valeur moyenne < >= α. L'nducance n'a donc pas d'nfluence sur la valeur moyenne du couran. + moyen = (2α 1) α 1) - α 2 Analysons les chronogrammes sur une pérode : - de à α : H se ferme e le couran augmene (exponenelle) à ravers H dans cee phase, l'énerge proven de la source de enson. - de α à : H s'ouvre e le couran décroî à ravers le dode D c'es la phase de "roue lbre" e l'énerge proven de l'nducance. emarque : L'ondulaon du couran dmnue lorsque L augmene (lssage). + moyen = (2α 1) - élémens conduceurs K1 K4 α K2 K3 K1 K4 2 K2 K3 K1 K4 4- Le hacheur en pon sur charge réssve L'éude du hacheur en pon se lmera à la charge réssve. Schéma La commande des nerrupeurs respece l'ordre suvan ( <α<1 ): - de à α : K 1 e K 4 fermés K 2 e K 3 ouvers - de α à : K 1 e K 4 ouvers K 2 e K 3 fermés emarque mporane : v e = La source de enson ne do pas êre en "cour-crcu", l es donc mpéraf de ne jamas avor K 1 e K 3 ou K 2 e K 4 fermés en même emps. K 1 K 2 K 3 K 4 alcul de moyen e moyen Le calcul se fa par la méhode des surfaces enre la courbe e l'axe du emps: Surface. α + ( ( α)) moyen =< >= = so < >= (2α 1). Pérode On a de même +1 moyen = -6V -1 Vs (v) < >= (2α 1). La valeur moyenne de es donc réglable de - à. Prenons un exemple avec = 1V e deux valeurs de α (,2 e,6) α α =, moyen = 2V -1 Vs (v) α α =,6 = ( ) = ( ) Vs 1 2, 2 1 6V moyen 2 Vs = 1 2, 6 1 = 2V moyen S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 5 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

6 Analyse des chronogrammes heg - de à α : K 1 e K 4 se fermen (K 2 e K 3 s'ouvren) on a donc v S = + e = + (schéma c-dessous) : Sens réel du couran 5- ude specrale des sgnaux On es dans le cas d'un sgnal de sore de ype "connu", les fréquences aures que la composane connue (f = ) seron non désrables. Prenons le cas d'un hacheur sére (α =,8) sur charge nducve e effecuons une analyse fréquenelle des sgnaux : v e = K 1 = = K 4 Specre de pour = 1V e α =,8 8 (f) en vol 4 f en khz de α à : K 2 e K 3 se fermen (K 1 e K 4 s'ouvren) on a donc v S = - e = (schéma c-dessous) : Sens réel du couran On consae que la enson v S présene de nombreux harmonques d'ampludes non néglgeables, ce qu es rès élogné d'un sgnal connu. Specre de pour = 1V ; α =,8 ; = 1Ω e L = 2mH,8 (f) en ampère v e = K 3 = = - K 2,4 f en khz Le specre du couran nous monre des harmonques d'ampludes rédues par rappor au cas de la enson. Le couran es donc lssé car le crcu "L" joue le rôle de flre passe-bas pour le couran. Les varaons rapdes de couran dans les nerrupeurs (dodes e ranssors) génèren des perurbaons élecromagnéques. Il es donc préférable de placer le hacheur dans une carcasse méallque relée à la erre (blndage). S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 6 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

7 6- Ulsaon des hacheurs Almenaon e réglage de la vesse d'un moeur à couran connu n ulsan une source de enson fxe, le hacheur es rès ulsé pour fare varer la vesse des moeurs à couran connu à excaon séparée (schéma c-dessous): IV- LA ONVSION ONINU-ALNAIF 1- Généralés Un conversseur connu-alernaf perme d obenr une enson alernave (évenuellemen réglable en fréquence e en amplude) à parr d une source de enson connue. Dode de roue lbre M V m moyen = α. v e enson connue fxe enson alernave de fréquence e de valeur effcace réglable rcu de commande (α réglable) B ranssor bpolare NPN L'éude se lmera à l'onduleur auonome en pon (commande symérque, décalée pus MLI) dans lequel les nerrupeurs seron supposés parfas avec une charge nducve. 2- L'onduleur en pon à commande symérque Almenaon à découpage des ordnaeurs La srucure élecrque es denque à celle du hacheur en pon e la commande se fa avec le rappor cyclque α =,5. Les almenaons radonnelles (almenaons lnéares) ulsen un ransformaeur encombran ans qu'un régulaeur au rendemen rès moyen. L'nérê de l'almenaon à découpage es de ne pas ulser de ransformaeur n de régulaeur lnéare. Le prncpe de fonconnemen es smple; la enson du seceur es drecemen redressée pus abassée à l'ade d'un hacheur à nducances couplées (pe ransformaeur) pour assurer l'solaon galvanque (schéma c-dessous): Schéma La commande des nerrupeurs (ranssors) respece l'ordre suvan : - de à /2 : 1 e 4 fermés 2 e 3 ouvers v e = 1 L 2 D 1 D 2 éseau monophasé ou rphasé enson D connue enson fxe "hachée" D enson connue réglable - de /2 à : 1 e 4 ouvers 2 e 3 fermés 3 D 3 4 D 4 edressemen + flrage Hacheur (f > 2kHz) + ransformaeur (solaon galvanque) edressemen + flrage S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 7 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

8 hronogrammes ude specrale Vs + /2 3/2 2 - élémens commandés élémens conduceurs 1 4 D1 D4 2 3 D2 D /2 3/2 2 3 / On es dans le cas d'un sgnal de sore de ype "alernaf" e s possble, proche d'une snusoïde. Les fréquences aures que le fondamenal (harmonque 1) seron non désrables. Analysons le specre de la enson de sore v S e du couran : Specre de pour = 3V e f = 5Hz 5 2 (f) en vol f en Hz Analyse des chronogrammes pour < : - de à 1 : 1 e 4 son commandés, v S = + donc augmene mas es encore négaf le couran passe donc par les dodes D 1 e D 4 'es la phase de récupéraon (l'énerge es renvoyée vers la source). - de 1 à /2 : 1 e 4 son oujours commandés, le couran es devenu posf les ranssors 1 e 4 son conduceurs (D 1 e D 4 se bloquen). 'es la phase d'almenaon (l'énerge es fourne par la source). - de /2 à 2 : 2 e 2 son commandés, v S = - donc dmnue mas es encore posf le couran passe donc par les dodes D 2 e D 3. 'es la phase de récupéraon (l'énerge es renvoyée vers la source). - de 2 à : 2 e 3 son oujours commandés, le couran es devenu négaf les ranssors 2 e 3 son conduceurs (D 2 e D 3 se bloquen). 'es la phase d'almenaon (l'énerge es fourne par la source). On consae que la enson v S ne possède pas de composane connue mas un fondamenal (5Hz) d'amplude 35V. Par conre, présene de nombreux harmonques (15Hz; 25Hz ) d'ampludes non néglgeables, ce qu es rès élogné d'un sgnal snusoïdal pur. Specre de pour = 3V ; f = 5Hz ; = 1kΩ e L = 2H 5 2 en ma f en Hz On consae que le couran ne possède pas de composane connue mas un fondamenal (5Hz) d'amplude 35mA. Par conre, présene de nombreux harmonques (15Hz; 25Hz ) d'ampludes plus fables que pour la enson, on es donc plus proche d'un sgnal snusoïdal pur. Le crcu "L" joue le rôle d'un flre passe-bas (aénuaon des haues fréquences du couran). Les varaons rapdes de couran dans les nerrupeurs (dodes e ranssors) génèren des perurbaons élecromagnéques e le fondamenal es lu auss perurbaeur de l'envronnemen élecromagnéque. S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 8 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

9 3- L'onduleur en pon à commande décalée La srucure élecrque es denque à celle de l'onduleur en pon à commande symérque. La commande des ranssors présene un décalage de durée (chronogrammes cdessous): lémens commandés lémens passans Analyse des chronogrammes pour < : v S 1 /2 - de à : 3 e 4 son commandés, v S = V donc end vers mas es encore négaf le couran passe donc par 3 e D 4 'es la phase de roue lbre (l'énerge es dsspée dans la réssance). - de à 1 : 1 e 4 son commandés, v S = + donc augmene mas es encore négaf le couran passe donc par les dodes D 1 e D 4 'es la phase de récupéraon (l'énerge es renvoyée vers la source). - de 1 à /2 : 1 e 4 son oujours commandés, le couran es devenu posf les ranssors 1 e 4 son conduceurs (D 1 e D 4 se bloquen). 'es la phase d'almenaon (l'énerge es fourne par la source). - de /2 à /2+ : 1 e 2 son commandés, v S = V donc end vers mas es encore posf le couran passe donc par 1 e 2 'es la phase de roue lbre (l'énerge es dsspée dans la réssance). - de /2+ à /2+ 1 : 3 e 2 son commandés, D1 1 D3 3 D1 1 D3 3 1 D 4 4 D 2 2 D 4 4 D 2 2 D 4 4 v S = - donc dmnue mas es encore posf le couran passe donc par les dodes D 2 e D 3. 'es la phase de récupéraon (l'énerge es renvoyée vers la source). - de /2+ 2 à : 3 e 2 son oujours commandés, le couran es devenu négaf les ranssors 2 e 3 son conduceurs (D 2 e D 3 se bloquen). 'es la phase d'almenaon (l'énerge es fourne par la source). ude specrale On es oujours dans le cas d'un sgnal de sore de ype "alernaf" e s possble, proche d'une snusoïde. Les fréquences aures que le fondamenal (harmonque 1) seron non désrables. Analysons le specre de la enson de sore v S e du couran pour un décalage de 6 : Specre de pour = 3V e f = 5Hz 5 2 (f) en vol f en Hz On consae une améloraon par rappor à la commande décalée : l'harmonque 3 (15Hz) a dsparu. 'es une parcularé de la commande décalée de 6. Specre de pour = 3V ; f = 5Hz ; = 1kΩ e L = 2H 5 2 en ma f en Hz Les harmonques ndésrables du couran seron plus facle à flrer car elles commencen à 25Hz. La commande décalée de 6 es une premère améloraon pour l'onduleur en pon (dsparon de l'harmonque 3). S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 9 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

10 4- L'onduleur en pon à commande MLI La srucure élecrque es oujours la même (pon à 4 ranssors e 4 dodes). La commande es plus complexe, l s'ag d'une commande symérque (pas de décalage) présenan un grand nombre de commuaons par pérode avec des ouverures e des fermeures d'nerrupeurs de durées modulées. La enson de sore v S présene alors des "mpulsons" de largeurs varables (Modulaon de Largeur d'impulson). Un exemple d'allure de v S e de es représenée c-dessous (on remarque que le couran es presque snusoïdal): ude specrale On es oujours dans le cas d'un sgnal de sore de ype "alernaf" e s possble, proche d'une snusoïde. Les fréquences aures que le fondamenal (harmonque 1) seron non désrables. Analysons le specre de la enson de sore v S e du couran pour une commande MLI avec 1 mpulsons par pérode: Specre de pour = 1V e f = 5Hz 15 en vol en (A),4 1 5 (f) en vol 1 5,3,2,1 en ms f en Hz 5 5k On consae que les harmonques ndésrables son élognées en fréquence (5kHz). La enson v S sera donc facle à flrer = 2ms -,1 -,2 -,3 -,4 Specre de pour = 1V ; f = 5Hz ; = 1kΩ e L = 2H Analyse globale du chronogramme : - V S = + : 3 e 4 son commandés Le couran augmene exponenellemen (charge L) - V S = - : 1 e 2 son commandés Le couran dmnue exponenellemen (charge L) 'es la durée de chaque mpulson qu va permere au couran d'êre le plus snusoïdal possble. 5 2 en ma f en Hz 5 5k Le specre nous ndque claremen que le couran es rès proche d'une snusoïde. Le récepeur a flré la enson v S. L'nérê de la commande MLI es d'avor un couran quas-snusoïdal. ependan, des harmonques à haues fréquences son présenes e peuven perurber l'envronnemen élecromagnéque. S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 1 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

11 6- Ulsaon des onduleurs Onduleur de secours pour le maérel nformaque L'onduleur de secours perme d'assurer la connué de l'almenaon en cas de coupures sur le réseau. Il perme auss de flrer les évenuels défaus de la enson du réseau (parases ou surensons). La srucure comprend un accumulaeur avec dsposf de charge e un onduleur avec sore flrée (schéma c-dessous): éseau monophasé ou rphasé D harge baere enson connue fxe enson alernave calbrée e flrée IV- PUISSANS DS ONVISSUS 1- Défnons onsdérons un conversseur saque quelconque relé à un récepeur. Nous adoperons la convenon "généraeur" pour le conversseur e donc la convenon "récepeur" pour le récepeur (schéma c-dessous): Pussance nsananée onversseur saque u écepeur edressemen + dsposf de charge baere Onduleur + flre La pussance nsananée es, comme en régme connu, défne par le produ "couran enson". n prncpe cee pussance es varable dans le emps. p() = u() () Baere d'accumulaeurs wa (W) vol (V) ampère (A) Varaon de vesse des moeurs à couran alernaf L'nérê de l'onduleur es de pouvor produre une enson alernave réglable en amplude e en fréquence. La vesse des moeurs synchrones e asynchrones es drecemen lée à la fréquence d'almenaon; un onduleur réglable en fréquence permera donc de fare varer la vesse de ces moeurs. enson effcace emarque : Il fau manenr le rappor fréquence fonconnemen des moeurs. consan pour un bon emarque : S p > alors le conversseur fourn la pussance. Pussance acve La pussance acve P (wa) es la valeur moyenne de la pussance nsananée p() : P = Pmoyen =< u() () > emarque : e n'es qu'en régme snusoïdal alernaf que l'on a P Pussance apparene = UI cos ϕ. La pussance apparene S es défne par le produ "U eff I eff ". 'es une grandeur héorque qu ser à dmensonner les généraeurs : volampère (VA) S = U.I vol (V) ampère (A) S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 11 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

12 Faceur de pussance Dans de nombreux cas, le produ U eff.i eff présene une fore valeur par rappor à la valeur moyenne P. Pour évaluer ce phénomène, on défn le faceur de pussance k (k < 1): Pussance acve Le calcul de la pussance acve (pussance moyenne) es raremen possble car la courbe ne présene pas de forme smple (carré, snus ) La pussance acve s'évalue graphquemen en déermnan la valeur moyenne de p(). < u().() > k = so U.I eff eff P k = S p() emarques : Pour un mauvas faceur de pussance (k proche de ), le couran I peu devenr rès élevé. e n'es qu'en régme snusoïdal que l'on a k = cosϕ. Pmoyen /2 2- ude d'un exemple onsdérons l'exemple d'un onduleur à commande décalée e déermnons, par le calcul, quelques valeurs relaves aux pussances : + +Imax -Imax - u o /2 /2+o Faceur de pussance Le faceur de pussance se dédu des calculs précédens : P P Pmoyen k = = = S U.I 2 Imax 1. 2 donc k = P moyen 2 Imax 1. 2 emarques : e résula de valeur de k n'es qu'un exemple. La valeur de k dépend de l'onduleur mas auss de la charge. U moyen e I moyen Un calcul n'es pas ule pour en dédure que U moyen = V e que I moyen = A; ce qu es normal car on es dans le cas d'un onduleur avec des sgnaux alernafs. U eff U eff so ( ) + + ( ) / 2 ( ) ( ( / 2 )) 2 / 2 = U = = 2 U = I eff Le couran paraî snusoïdal alernaf donc I I max eff = I =. 2 S IIS ( Physque Applquée ) hrsan BISSIS hp://cbssprof.free.fr Page 12 sur 12 hème VIII-3 : onverson saque

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

CONVERSION ÉLECTRONIQUE STATIQUE. HACHEURS. I : Ce que vous ne pouvez pas deviner. 1 ) Principes généraux des convertisseurs de puissance.

CONVERSION ÉLECTRONIQUE STATIQUE. HACHEURS. I : Ce que vous ne pouvez pas deviner. 1 ) Principes généraux des convertisseurs de puissance. ONVSON ÉONQ SAQ AS : e qe vos ne povez pas devner 1 ) Prnpes générax des onverssers de pssane es pssanes mses en je Gamme des pssanes overes par l éleronqe de pssane S AS monres, APN, 10 ordnaers, haînes

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie:

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie: Réublque Algérenne Déocraque e Poulare Mnsère de l Ensegneen suéreur e de a Recherche Scenfque Unversé : Hassba BENBOUAI de CHEF Faculé : Scences Déareen : Physque Doane : ST-SM Polycoe: Vbraons e Ondes

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance Calculs des conertsseurs en l'electronque de Pussance Projet : PROGRAMMAON ate : 14 arl Auteur : herry EQUEU. EQUEU 1, rue Jules Massenet 37 OURS el 47 5 93 64 herry EQUEU Jun [V37] Fcher : ESGN.OC Calculs

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Systèmes électroniques

Systèmes électroniques Sysèmes élecroques Capre 5 AMENTATONS À ÉCOPAGE À TANSFOMATE M. Correvo T A B E E S M A T E E S PAGE 5. AMENTATONS A ECOPAGE A TANSFOMATE... 5. E TANSFOMATE... 5.. elaos de base... 5.. Crcus magéques...6

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

B34 - Modulation & Modems

B34 - Modulation & Modems G. Pinson - Physique Appliquée Modulaion - B34 / Caracérisiques d'un canal de communicaion B34 - Modulaion & Modems - Définiions * Half Duplex ou simplex : ransmission un sens à la fois ; exemple : alky-walky

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE

TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE Commande des transistors de puissance en commutation Réalisation d'un hacheur série DUT GEii 2 ème année Module AT13 Sommaire 1 Présentation... 3 1.1

Plus en détail

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande Par : Inrodcon à la ommand Prédcv Ecol ds JDMAS, Angrs, 9- Mars 009 ommand prédcv : nracon opmsaon command Plan d la présnaon. Inrodcon. Qls rpèrs. Phlosoph. s concps d la ommand Prédcv. Prncps d bas.

Plus en détail

dspic30f3011 PWM "push-pull" avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM "push-pull" avec les structures Output Compare

dspic30f3011 PWM push-pull avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM push-pull avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM "push-pull" avec les srucures Oupu Compare Cee applicaion es uilisée dans le proje "VAE" (Vélo à Assisance Élecrique) pour piloer le converisseur DC-DC de l'éclairage. Le module "moeur"

Plus en détail

Coefficient de partage

Coefficient de partage Coeffcet de partage E chme aque, la sythèse d'u composé se fat e pluseurs étapes : la réacto propremet dte (utlsat par exemple u motage à reflux quad la réacto dot être actvée thermquemet), les extractos

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE confor proje d habiaion maion paive habiaion privée Profeionalime immeuble collecif conrucion neuve maion à rénover Performance habiaion bae énergie Qualié ISOLATION NATURELLE e VENTILATION CONTROLEE Nou

Plus en détail

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire Rev. Energ. Ren. : Journées de hermue (200) 25-30 Eude e Concepon sssée pr Ordneur d un Sysème de Réfrgéron pr Voe Solre M. Belrb, F. Benyrou e B. Benyoucef Lborore des Méru e Energes Renouvelbles, Fculé

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail