Émissions d obligations rachetables :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Émissions d obligations rachetables :"

Transcription

1 Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après avor rappelé les dfférenes movaons condusan l émeeur à négrer une clause de remboursemen ancpé ce arcle éude de manère emprque l ncdence des clauses de racha classque e «make-whole» sur les rendemens oblgaares. Dans nore échanllon les oblgaons racheables munes d une clause classque e «make-whole» on un rendemen acuarel moyen respecvemen supéreur de 55 e 2 pons de base par rappor à leur homologue sandard. À l ade de pluseurs régressons nous monrons que la présence d une clause classque ndu une prme de rendemen alors que l nfluence de la clause ndexée s exerce en consdéran les aures caracérsques de la dee émse. JEL Classfcaon: G2 G7 G34 Lorsque les dreceurs fnancers d enreprse souhaen négrer une opon de remboursemen ancpé à l eur émsson oblgaare deux ypes de clause de racha (au gré de l émeeur) son aujourd hu à leur dsposon. La premère clause de classque ou r égulère (pour regular call Correspondance : Unversé d'évry-val-d'essonne Bâmen de la Pose 2 rue du Faceur Cheval Évry Cedex. Par courrer élecronque :

2 provson ou RC) fxe à la sgnaure du conra oues les condons du racha e noammen le prx. Les nvessseurs son c suscepbles d êre remboursés avan l échéance héorque de la dee selon des ermes fxés à l avance e par voe de conséquence sans enr compe du conexe de aux d nérê qu prévaudra au momen du r emboursemen ancpé. La seconde clause que nous appellerons «englobane» dans la sue (pour make-whole call provson ou MWC) prévo des modalés de racha qu varen selon le conexe de aux d nérê au momen du remboursemen. Ces deux clauses coexsen sur le marché oblgaare elles possèden donc leur nérê propre. L obje de ce arcle es d exposer les movaons d usage de chacune pus d analyser s la présence de la clause modfe les rendemens acuarels exgés par les nvessseurs. 4% des oblgaons d enreprses amércanes son assores d une clause de racha dans l éude de Nayar e Sock (28). Les rasons poussan les enreprses à nclure une opon de remboursemen ancpé son mulples e de naure sraégque. Pour résumer la clause de racha offre essenellemen de la flexblé managérale. Cee flexblé perme d abord d ajuser la srucure du capal aux condons de fnancemen changeanes qu s applquen à l enreprse. C es ans un oul rès effcace pour opmser le coû de la dee e gérer le rsque de aux d nérê (cf. Günay e al. 24). Le refnancemen de la dee à un aux de rendemen mondre es évdemmen une des movaons les plus couranes à l ncluson d une clause de racha. La clause perme ensue un m elleur ajusemen de la srucure de capal aux caracérsques e propréés des acfs nvesssemens e revenus de l enreprse. On peu ans rédure le rsque d nsolvablé e sasr plus faclemen des opporunés d nvesssemen. Enfn comme le soulgnen Barnea e al. (98) la clause de racha perme de raer cerans problèmes d agence en lman les endances aux sur- e sousnvesssemen par exemple. La présence d une clause de racha n es pas anodne elle peu nfluencer la arfcaon de la dee e la rémunéraon des créancers. Selon les caracérsques de la clause le remboursemen ancpé peu en effe créer un manque à gagner pour les nvessseurs. En cas de racha ancpé d une 2

3 oblgaon mune d une clause classque en pérode de basse de aux d nérê les nvessseurs subssen claremen un coû d opporuné. Ce rsque de replacemen es évdemmen prs en compe dans la rémunéraon exgée e accordée aux créancers lors de la sgnaure. On do s aendre à rouver dans ces oblgaons une «prme» addonnelle au rendemen d une oblgaon en ou pon smlare mas non-racheable (cf. Ederngon e Sock 22). Le rendemen de l oblgaon devra égalemen refléer des aures sgnfans «sraégques» de la clause de racha. S les coûs d agence son effecvemen rédus par la présence de la clause le rendemen oblgaare devra dmnuer oues aures choses éan égales par alleurs. Nore échanllon es composé d oblgaons d enreprses amércanes. Nous consaons que les oblgaons racheables on en moyenne un rendemen acuarel supéreur à leur homologue sandard. L écar es respecvemen de 55 e 2 pons de base pour les res assors d une clause classque e englobane. Nous monrons auss à l ade d un modèle de régresson que les clauses nfluencen posvemen le nveau de rendemen. L effe de la clause classque es ouefos plus affrmé que celu de la clause englobane. Le rese de l arcle es organsé comme su. La premère secon expose le conour jurdque des clauses de racha. Les movaons des émeeurs à nclure une clause de remboursemen ancpé son déallées dans la seconde secon. La rosème secon présene le cadre d hypohèses avan de décrre l échanllon. La quarème secon précse la méhodologe e dscue les résulas de l éude emprque. Naure conracuelle des clauses de racha Les clauses de racha enen de répondre aux besons de l émeeur. Elles paragen donc des caracérsques communes mas se dsnguen sur quelques modalés mporanes qu les algnen de manère conrasée aux aenes des nvessseurs. 3

4 . La clause classque (RC) Dans le conra oblgaare la clause de racha classque précse radonnellemen ros caracérsques : Le call premum - la prme que do payer l émeeur en cas de racha ancpé. L exercce de ype amércan ou be rmudéen de l opon de racha - le remboursemen ancpé pouvan êre alors décdé so à ou momen so à des daes déermnées (comme au versemen de coupon). La noce perod - le déla d annonce que do respecer l émeeur avan que le racha ne prenne effe. Des dsposons supplémenares son souven ajouées pour lmer le dro de racha e dmnuer les nconvénens pour les nvessseurs. Parm les dsposons les plus usuelles on rouve : Le call defermen qu défn une pérode pos émsson duran laquelle le racha n es pas possble. La nonrefundng provson qu nerd le fnancemen du racha par une nouvelle dee. Le call defermen es une dsposon rès fréquene qu es parfos assouple pour olérer une opéraon qu ne sera pas refnancée par une nouvelle émsson oblgaare (wo-ered call). Quan au caracère nonrefundable de la dee racheable l n empêche pas les enreprses de réémere une oblgaon peu après l opéraon de racha (cf. Kerns 2) 2. Une aure sraége mse en place par les enreprses pour conourner l nerdcon consse à mere en place une opéraon de STAC ou Smulaneous Tender And Call (cf. Dhllon e al. 2). L enreprse procède c à une offre publque de racha (ender offer) à un prx supéreur au prx de racha conracuel c.-à-d. précsé dans 2 Cee dsposon provoque parfos des coneneux enre aconnares e créancers comme l llusre un arcle du Wall Sree Journal daé du 2 novembre 992 nulé «Corporae Issuers Use Bluff-and-Threa Call Gamb». Il y es écr : «Morgan Sanley complaned ha had susaned a grave fnancal njury and sad never would have nvesed n he deb f beleved Archer Danels would redeem he bonds so soon». 4

5 la clause (cf. Mann e Powers 23). La prme de racha δ ( ) rese le paramère essenel de la clause classque. Ce call premum dmnue généralemen duran la ve de la dee oblgaare de manère régulère e «en escaler». Dans ous les cas cee foncon es déermnse e spécfée à la sgnaure du conra. La prme de racha mplque le prx auquel la frme rachèe sa dee auremen d le call prce qu noé CP ( ) vérfe : CP ( ) F δ ( ) = () où F es la valeur facale de l oblgaon racheable concernée. Il es alors clar que plus la prme de racha es élevée plus le call prce es dffcle à aendre e mons le racha es probable. Le nveau du call premum nfluence drecemen la rémunéraon demandée par les créancers. La caracérsaon du call prce es ce qu dsngue fondamenalemen la clause englobane de la clause classque..2 La clause englobane (MWC) S l opon de racha décre dans la clause englobane es sysémaquemen amércane la parcularé de la clause englobane concerne surou l ndexaon de son call prce au comporemen des aux d nérê. La clause make-whole nègre ans dans la défnon du call prce le mouvemen des aux d nérê e la forme de la srucure par erme. A une dae quelconque l es défn comme su : CP n c F F = max ; F = ( ( ) ( )) ( ( ) ( )) r d T r T d (2) où F e c représenen respecvemen la valeur facale e le aux de coupon de l oblgaon racheable concernée. n es le nombre de coupons jusqu à l échéance T e les daes pour =... n son les daes de versemen de coupon ( s nerpréan néanmons comme une durée). r ( ) es le aux d nérê spo qu prévau à la dae pour un hor zon e ( ) d es une prme 5

6 connue à l émsson de la dee racheable qu ajuse le aux d acualsaon à la noaon de la frme. Plus la noaon à l émsson es fable e plus la prme d ( ) es élevée. Noons que l ndce du emps soulgne son caracère non déermnse. Par défnon le prx de racha correspond à la valeur acuelle des flux d une oblgaon nonracheable équvalene ayan une même noaon à la dae d émsson. La présence de d ( ) garan formellemen aux nvessseurs que la rémunéraon qu leur ava éé promse à l émsson es prse en compe dans les condons de racha. L ndexaon au comporemen des aux d nérê dans l équaon (2) proège l nvessseur en cas de racha dans un conexe de aux d nérê fable c.-à-d. dans un conexe de rsque de replacemen for. Ce fasan le dsposf engloban favorse les rachas provoqués par une améloraon de la qualé de sgnaure. Supposons que la rémunéraon du rsque de créd s amélore ( d ( ) < d() ) alors le prx de l oblgaon racheable dépasse le call prce. On reendra que l nvessseur es proégé en cas de racha d auan plus que le call prce ne peu êre nféreur à l a valeur de remboursemen F. Nul beson donc d adjondre à la clause de racha englobane une quelconque resrcon menonnée plus hau dans la clause classque. 2 Movaons Les rasons d nclure une clause de racha ancpé dans les conras de dee son mulples e de naure sraégque. Pour fare smple l enreprse recherche surou de la flexblé managérale e un oul d opmsaon. Graham e Harvey (2) consaen en effe que la flexblé managérale es une movaon mporane des drgeans au nveau de leur polque d'endeemen. Une premère rason de racheer sa dee es évdemmen la dmnuon du coû du fnancemen. En nséran une clause de racha dans ses fnancemens l enreprse se doe auss du moyen de modfer le profl de son endeemen. La clause lmera égalemen des coûs nhérens à pluseurs problèmes d agence. 6

7 2. Une geson dynamque de l endeemen Mune d une clause de racha l enreprse a l opporuné d échanger une pare de sa dee e donc de changer sa srucure de capal e son profl de rsque. Elle pourra ans éver le dlemme du chox de l échéance fxe e sasr des condons d endeemen plus favorables. En émean une oblgaon racheable la frme se doe auss d un oul de geson du rsque d nsolvablé. La décson de racheer la dee callable en (re)fnançan l opéraon par un aure emprun perme alors so de basser la charge d nérês supporée par l enreprse pour une même valeur emprunée so d augmener le monan empruné à même charge d nérês. 2.. Gérer le rsque d nsolvablé La clause de racha donne l opporuné à un émeeur de ne pas chosr défnvemen la mauré de sa dee e appore une soluon au problème ms en lumère par Damond (99). Selon ce aueur le chox de la mauré d une dee devra résuler d un comproms (ou rade-off) enre le cour erme e le long erme. S une mauré de cour erme perme d ajuser le coû de la dee à oue améloraon des condons d endeemen une mauré de long erme rédu les problèmes d nsolvablé e d llqudé ans que le rsque de revene d acfs producfs. Assorr la dee d une clause de racha ancpé perme de sorr de ce dlemme en procédan à une opéraon de racha par un refnancemen va une dee de plus cour ou ben de plus long erme Basser la charge d nérês de l enreprse Les économes de charges d nérês ssues du racha provennen du remboursemen de la dee racheable par un nouvel emprun en ou pon denque mas à un coû mondre. Dans le cas de la clause classque l améloraon des condons de fnancemen peu provenr d une basse généralsée c.-à-d. sysémaque des aux d nérê sans rsque d une basse des rémunéraons requses par les nvessseurs sur le seceur d une basse du rsque de créd de l enreprse ou de oues combnasons de ces deux aspecs. Dans le cas de la clause englobane seule une améloraon de la qualé de 7

8 sgnaure ou une basse de la prme de rsque peu ndure un gan pour l émeeur. La fgure llusre le racha mové par la basse du aux de coupon exgé par les nvessseurs qu sera nervenue enre la dae d'émsson ( = ) e la dae de racha ( = ). Fgure : Opéraon de racha suve mmédaemen d un refnancemen oblgaare. Le aux de coupon de l oblgaon de refnancemen c es nféreur au aux de coupon de l oblgaon nale c. Pour que le racha d une oblgaon callable so néressan pour l émeeur le bénéfce de l opéraon do couvrr le monan de la prme de racha ( ) δ que ce derner acque. Le aux de coupon de l'oblgaon de refnancemen c do donc êre suffsamen nféreur au aux de coupon de l'oblgaon nale c. Essayons de formalser cee dée en supposan que la dee de refnancemen es en ou pon denque à la dee nale (même valeur facale F même fréquence de versemen de coupons même échéance). La valeur des économes de charges d nérês ( ECI ) à la dae de racha s évalue alors par la formule : ECI ( ) = ( c c ) n F δ ( ). (3) = ( r( ) d( ) avec n le nombre de coupons resan à verser avan l échéance. Cee expresson mplque à son our que le nouveau aux de coupon dove êre nféreur à : ( ) ( ) δ c = c ψ F 8

9 avec ( ) ( ) ( ) ( ) = = n d r ψ pour que les économes de charges d nérês soen posves (auremen d que le dfférenel de coupons acualsés couvre la prme de racha). Le nveau du c oupon do donc êre dmnué de la prme de racha ajusée d un faceur ( ) ψ qu prend en compe les nouvelles condons de refnancemen c.-à-d. de la srucure par erme des aux d nérê sans rsque e de la srucure par erme des marges de créd (cred spreads) qu s applquen à l enreprse. S la nouvelle dee es de plus émse au par le nouveau coupon vérfe égalemen : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) = = T n T d T r F d r F c F so encore ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ). = = T n T d T r F F d r F c Les économes de charges d nérês se réécrven alors : ( ) ( ) ( ) ( ) = = n d r F c ECI ( ) ( ) ( ) ( ) T d T r F F T δ ( ) ( ) = CP T p avec ( ) T p le prx à la dae de l oblgaon non racheable équvalene nale. On rerouve le même résula que précédemmen lorsque l émeeur fnance auss la prme de racha avec le nouvel emprun. Il y a en effe une oale équvalence enre le fnancemen sur fonds propres e le recours au fnancemen par endeemen dans un marché parfa. Deux remarques peuven êre faes c.. La dae «opmale» de racha au sens de Brennan e Schwarz (977) es défne comme la dae 9

10 à laquelle le prx de l oblgaon racheable aen le call prce. Or par défnon le prx de cee oblgaon racheable es nféreur à son équvalene non racheable. Les économes de charges d nérês son donc srcemen posves à la dae de racha opmale selon Brennan e Schwarz (977) Le call prce es donc relé nmemen aux économes de charges d nérês que l on souhae réalser e donc aux ancpaons des condons de refnancemen. L ncluson d une clause de racha es alors un jeu à s omme nulle selon le rasonnemen de Myers (97) ; le coû d ncluson sera égal au bénéfce espéré (au sens d expeced) que les émeeurs esmeron rerer de son exercce Augmener la somme emprunée L opmsaon de la srucure du capal de l enreprse peu passer par une augmenaon de la somme emprunée sur les marchés pour un même coû d endeemen (auremen d un m ême coupon). Le bénéfce de l opéraon de racha peu s apprécer c par le dfférenel de valeurs facales obenu pour un même monan de charges d nérês : avec F c F F n = = T ( r( ) d( ) ( r( T ) d( T ) On peu là encore prendre en compe les coûs de racha en consdéran F F δ ( ) F Une srucure de fnancemen ajusée aux nvesssemens Pour cerans aueurs les clauses des conras oblgaares réponden à la naure parculère des 3 L éude de Beller-Delenne (2) relève un décalage emporel enre l aene du call prce e l exercce effecf de la clause. Les dfférenes crconsances amenan une frme à e xercer son opon de racha devraen d une cerane manère répondre aux dfférenes movaons d ncluson de la clause. Les quesons lées au racha effecf des oblgaons ne seron pas raées dans ce arcle. Très rche cee problémaque mére en effe une nvesgaon e une collece de données spécfques qu son effecuées par alleurs (Kng e Mauer 2).

11 acfs acuels de la frme au profl de ses revenus ou à la geson des opons réelles. La clause de racha ancpé représene à ce égard un moyen d adosser les modalés d amorssemen du passf e de l acf e de lbérer les naves d nvesssemen ou de désnvesssemen noammen en supprman des clauses resrcves Échapper au rsque de sous-nvesssemen Il es ben connu que le recours à l endeemen classque peu condure les aconnares à ne pas mere en place un pr oje d nvesssemen pouran poreur de valeur pour l enreprse. Jensen e Mecklng (976) explquen ce phénomène par les nombreux coûs d agence créancers/aconnares. On pourra égalemen consuler Myers (977). Gnglnger (23) décr le problème auxquels les aconnares son confronés. Ils on le chox enre enreprendre le proje e parager les bénéfces avec les créancers ou se prver de l opporuné de crossance e des revenus qu l es suscepble d engendrer. L ncluson d une clause de racha perme d échapper parellemen à ce dlemme. Le remboursemen ancpé perme d accélérer le règlemen de la dee e de supprmer le ransfer de rchesse don bénéfcen les créancers (Banko e Zhou 2) Algner les nérês des aconnares e des créancers La clause de racha consue un mécansme ncaf ms en place par les créancers pour que les nvesssemens enreprs par les drgeans maxmsen la valeur de la frme (e non pas la seule valeur des capaux propres). Nayar e Sock (28) ndquen que l ncluson d une clause de racha lme l ncaon à l adopon de projes rsqués. Leur rasonnemen suppose que l aconnare a oujours nérê à maxmser la valeur de l opon pour maxmser la valeur des capaux propres. Le racha (évenuellemen recherché par les drgeans) demande l apprécaon de la valeur de la dee. Or la décson d augmener le rsque des affares e la volalé des revenus de la frme augmene la probablé de défau rédu la valeur de la dee e donc conrbue à dmnuer la probablé de

12 racha. Ce fasan les aconnares se prven de la possblé d algnemen des condons d emprun sur le rsque réel de l enreprse va une opéraon de racha/refnancemen Dsposer d une opon de désendeemen La clause de racha peu égalemen se révéler néressane en cas d échec du proje d nvesssemen nalemen fnancé. Cee clause consue alors une assurance pour l émeeur de pouvor racheer sa dee devenue nule (Chen e al. 2). C es noammen le cas des opéraons de crossance exerne où les projes de fuson/acquson ne peuven pas oujours êre menés à erme (cf. Narayanan e Lm 989). 3 Hypohèses e échanllon Les movaons à l ncluson d une clause de racha peuven accroîre e (ou) lmer le rsque assocé au re par l nvessseur. De ce consa nous esons s les oblgaons racheables on des rendemens dfférens des res sandards e nous explorons dans quelle mesure les clauses de racha conrbuen à ces évenuelles dfférences. Nous présenons d abord nos hypohèses pus nore échanllon. 3. Hypohèses Comme Ederngon e Sock (22) nous éudons les rendemens des oblgaons émses par une même frme qu elles soen munes d une clause de racha ou non. A parr des séres emporelles de prx le rendemen acuarel de chaque re es calculé ous les mos selon une démarche classque. Le rendemen du k éme mos d'une oblgaon noé y ( k) es obenu par la formule : n cf F pˆ ( k T ) = (4) T = ( y( k) ) k ( y( k) ) avec T l'échéance de l'oblgaon c le aux de coupon F sa valeur facale e p( k T ) k ˆ son prx à la dae k. Lorsqu une frme présene à une même dae pluseurs res d une même caégore 2

13 (racheable classque racheable englobane ou sandard) une moyenne arhméque des rendemens oblgaares sera calculée. Nore analyse se concenrera d abord sur le nveau e la sgnfcavé de l écar de rendemen enre res racheables e sandards sachan qu un re racheable devra offrr une prme à l nvessseur pour le rémunérer du rsque de replacemen. À l opposé le rendemen es évenuellemen dmnué du fa de la réducon des coûs d agence e des aures bénéfces. Les nérês des nvessseurs éan pluô ben proégés par la clause englobane une rémunéraon addonnelle parculère sera une surprse. Nous formulons donc deux hypohèses esables : H : L écar de rendemen enre une oblgaon mune d une clause de racha classque (RC) e une oblgaon sandard (NC) es posf. H2 : L écar de rendemen enre une oblgaon mune d une clause de racha englobane (MWC) e une oblgaon sandard (NC) es nul ou négaf. Noons que ces hypohèses pourraen êre valdées sans que la clause de racha en so la cause. Il suffra par exemple que les oblgaons observées dans une même socéé aen des noaons sgnfcavemen e sysémaquemen dfférenes (défavorable aux oblgaons racheables pour l hypohèse H favorable pour l hypohèse H2). Un documen de l agence Sandard & Poor s (Sherdan e Glls 29) précse ouefos que la noaon d un re es en règle générale ndépendane de la présence d une clause de remboursemen ancpé. Il nous suff donc de eser s la présence des clauses de racha rese un faceur explcaf du nveau de rendemen en présence de varables de conrôle consuées des caracérsques de l émsson (coupon durée de ve ec.). Deux aures hypohèses son donc esées à l ade d un modèle de régresson lnéare mulple : H3 : Le rendemen supéreur d une oblgaon racheable classque es explqué par la présence de la clause de racha. H4 : La présence d une clause de racha englobane n es pas un faceur consuf du n veau 3

14 observé du rendemen oblgaare. L hypohèse H4 pore sur les rendemens oblgaares en cours de ve des oblgaons. E s elle néresse en premer chef les nvessseurs elle s apparene en fa à cel le esée par Mann e Powers (23) selon laquelle les drgeans pensen que la clause de racha englobane es graue. 3.2 Échanllon Nous présenons successvemen nore procédure de sélecon des émssons oblgaares pus quelques sasques descrpves de l échanllon recuell La procédure de sélecon des émssons oblgaares Les aceurs du marché oblgaare franças on jusqu à manenan ulsé quas exclusvemen la clause de racha classque. L éude emprque es donc menée sur des oblgaons d enreprses amércanes pour dsposer auss de res aachés de clauses englobanes. La base de données d orgne qu couvre une pérode oale de vng ans (d Avrl 99 à Avrl 2) a éé consuée à l ade d nformaons fournes par Thomson One Banker e Daasream. Nous avons séleconné des oblgaons corporae non-converbles amércanes en écaran sur les recommandaons de Günay e al. (24) les nsuons fnancères e les assurances (codes SIC 6 à 6999) les servces d ensegnemen les servces socaux e les admnsraons (codes SIC 9 à 9999). Les 272 res de l échanllon son obenus en ulsan les conranes suvanes : Idenfcaon précse de l apparenance des oblgaons aux caégores Hgh Yeld Corporae ou Invesmen Grade Corporae (2377 res) Présence d un aux de coupon fxe (8467 res) Prncpal de la dee supéreur à mllons de dollars (7745 res) Exsence sur Daasream de séres emporelles mune d un même code ISIN «US» (422 res) 4

15 Coaon sur une place fnancère amércane (3444 res) Mauré supéreure à 5 ans (328 res) Suppresson des oblgaons racheables au gré des nvessseurs (puable bonds) assores d une clause d amorssemen (snkng fund provsons) ou au descrpf ncomple (37 res) Conservaon des oblgaon émses enre 986 e 28 (272 res) Les émssons séleconnées se réparssen en 759 oblgaons racheables munes d une clause classque (RC) 75 oblgaons racheables munes d une clause englobane (MWC) e 787 oblgaons sandards (NC) émses par 263 f rmes dfférenes (c.-à-d. denfées par un num éro CUSIP-6 spécfque). Parm elles 566 on éms au mons une oblgaon RC 49 on éms au mons une oblgaon NC e 56 on éms au mons une oblgaon MWC. On a égalemen exra pour chaque ype de clause un s ous-échanllon pour lequel on d spose d au mons une oblgaon racheable e d une oblgaon sandard par frme. L éude e la comparason des rendemens n es alors possble que s l on dspose (pour chaque frme) d une dae commune d observaon des prx oblgaares. Nous avons donc dû conrôler le chevauchemen des pérodes de coaon sur la pérode allan du /4/99 au /4/2. L éude de la clause classque es fnalemen envsageable sur 45 frmes ayan éms 68 oblgaons racheables e 7 oblgaons sandards (so un oal de 39 res). L éude de la clause englobane es quan à elle possble sur 99 frmes ayan éms 238 res racheables e 6 res sandards (so un oal de 399 res). Le ableau regroupe cnq ndcaeurs permean de vérfer l homogénéé des res avan de comparer les rendemens oblgaares e l ncdence de la clause sur ceux-c. 5

16 Tableau : Échanllons des res oblgaares séleconnés pour analyser les dfférences de rendemen. La volalé du aux à mos es calculée sur une pérode de 25 jours avan émsson («BBUSDM» sous Daasream). L écar-ype des noaons es calculé en assocan une valeur numérque à chaque cran de rang ( pour AAA 2 pour AA... e 2 pour C). Un écar-ype de 4 correspond donc à 4 crans auour de la moyenne Descrpon des échanllons d éude de la clause classque Les oblgaons racheables classques affchen une année moyenne d émsson (2) rès légèremen poséreure aux oblgaons sandards (2). Leurs échéances (maxmales) son égalemen plus lonanes avec une mauré qu es plus élevée (de plus de 2 a ns e dem). La mauré supéreure des res racheables es conforme à l hypohèse de geson de rsque d nsolvablé. Cependan l émsson médane d oblgaons racheables es denque en alle e en 6

17 mauré à l émsson médane d oblgaons sandard. L écar d un cran de la moyenne des noes de l agence Sandard & Poor s consaé à l avanage des res sandards (BB conre BB) ne peu a pror êre arbué à la présence de la clause de racha (Sherdan e Glls 29). On remarque néanmons que les noes médanes son ben plus dsnces. Le aux de coupon pourra en revanche êre sensble à la présence de la clause de racha mas la dfférence de 5 n es pas sgnfcave. En moyenne la volalé du aux d nérê n nflue pas sur la décson d ncluson d une clause de racha d après un es de Wlcoxon Descrpon des échanllons d éude de la clause englobane L année moyenne d émsson des oblgaons racheables englobanes de nore échanllon es de 4 ans poséreure à leurs homologues sandards ou en affchan une smlude des échéances héorques. La mauré des oblgaons MWC es auss plus coure que leurs homologues sandards. Comme précédemmen la noaon es légèremen supéreure pour les res NC mas le rsque de créd des oblgaons MWC es plus rédu que celu des oblgaons RC. La fable dsperson du monan d émsson pour les res MWC suggère un usage smlare de la clause englobane. Les monans moyen e médan éms son d envron 5 mllons de dollars supéreurs à c eux des émssons sandards de l échanllon. Le aux de coupon es quan à lu sgnfcavemen plus fable sur les res MWC que sur les res RC. Cela s explque par la noaon e un nveau de aux sans rsque plus fable à la dae d émsson (non llusré). 4 L éude emprque Dans cee secon nous exposons les résulas de l éude des rendemens oblgaares e explorons l ncdence des clauses classque e englobane sur ces derners. 4. Les écars de rendemens Nore éude monre que les écars de rendemens enre res racheables e sandards dffèren 7

18 suvan le ype de clause. Le ableau 2 perme d en rendre compe. Le nombre de rendemens comparés es proche pour les deux clauses. Le nombre moyen de daes examnées pour la clause RC e la clause MWC es respecvemen de 48 e 434 par frme. Sachan que chaque dae représene un mos donné cela fa près de 4 ans d observaons en moyenne 4. On peu vérfer que les rendemens des oblgaons racheables e sandards son ben calculés sur les mêmes daes pour chaque clause. L écar obenu en dfférence de la moyenne des rendemens enre les res RC e NC es de 55 ( ). Les oblgaons racheables classques offren un r endemen supéreur à l eurs homologues sandards. L écar es sgnfcaf d après le es de Wlcoxon au seul de rsque de 5% ce qu valde nore hypohèse H. Nous remarquons égalemen que l écar-ype du rendemen es neemen plus fable (sans êre sgnfcaf) pour les oblgaons RC. Ce résula es logque avec la présence de la clause classque car elle amor les chocs de aux d nérê. Le consa n es pas denque en éudan la clause englobane. La dfférence des rendemens moyens enre les res MWC e NC es neemen plus resrene à 2%. L écar es cependan sgnfcaf au seul de % d après un es de Wlcoxon e nfrme l hypohèse H2. Cela sgnale que l exercce de la clause es perçu par l nvessseur plus défavorablemen qu une offre publque de racha oblgaare. En oure la dfférence des écars-ypes de rendemen es mons marquée que précédemmen pusque la clause englobane n a pas un rôle d aénuaon de l effe des mouvemens de aux sur le prx oblgaare. 4 Le nombre mnmum de daes dsponbles pour une frme es 2 le nombre maxmal es de 82 e pour chacun des échanllons. 8

19 Tableau 2 : Échanllons des res oblgaares séleconnés pour analyser la valeur mplce de la clause englobane. La prme de rendemen n es pas nécessaremen consubsanelle à la présence d une clause de racha au gré de l émeeur. Ceranes caracérsques de l oblgaon comme sa noaon plus fable e son monan plus élevé peuven mplquer un écar de rendemen hors clause. Comme les mofs exposés en secon 2 le rappellen c es parfos précsémen pour ces rasons que les émeeurs son ncés à nclure une possblé de racha ancpé. La dfférence de rendemen peu ans recouvrr à la fos la cause e la conséquence de la présence d une clause de racha dans le conra oblgaare. Nous devons eser les hypohèses H3 e H4 pour vérfer s le rendemen es modfé par la présence de la clause. 4.2 La clause classque a un prx Nous analysons manenan s l nervalle de 55 pons de base enre les rendemens des oblgaons sandards ou munes d une clause classque es parellemen arbuable à l a clause de racha (so H3). Pour ce f are nous éudons la dsperson des rendemens moyens des res 9

20 oblgaares éms par les frmes. La varable endogène es le rendemen y avec l'denfan de la j frme e j l'denfcaon de l'oblgaon. Ce rendemen moyen par re s oben en calculan la moyenne arhméque des rendemens oblgaares mensuels dsponbles pour chaque oblgaon de l échanllon. En cas d émsson unque d oblgaons sandards par l enreprse on pose : avec ( k) y NC y N = N NC y NC NC NC k = le aux de rendemen calculé le mos k à l ade de la formule (4) e du pr x de ( k) l oblgaon sandard observé ce mos-là. N représene le nombre de daes d observaon du NC rendemen. En cas de mulples oblgaons d un même ype dsponbles à une dae on reen la valeur moyenne des rendemens. Une approche smlare es ulsée pour les oblgaons racheables. Rappelons que nore échanllon conen 45 frmes ayan éms 39 oblgaons racheables ou sandards. On dspose donc pour chaque frme de deux aux de rendemens moyens y NC e RC y so 9 rendemens. Pour éablr s le rendemen moyen y d une frme s explque par les caracérsques du re éms nous meons en œuvre une régresson lnéare mulple. Afn de défnr le modèle e éver les évenuels problèmes de colnéaré nous devons effecuer au préalable une éude de corrélaon des varables exogènes envsagées. Le ableau 3 repore les corrélaons enre varables exogènes e la varable endogène y. 2

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE Rober COBBAUT e Séphane NASSAUT Unversé Caholque de Louvan INTROUCTION La vogue de la «valeur aconnarale» (shareholder value) peu êre arbuée pour une par mporane

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Un algorhme de mnmax dynamque sochasque our la soluon d un roblème d omsaon de orefeulle ar Érc Srnguel Scences de la geson Mémore

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada»

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada» Arcle «Modèles économérques de remboursemen de rês éudans au Canada» Mare Connolly, Claude Monmarquee e Al Béjaou 'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004,. 305-339. Pour cer ce arcle, ulser l'nformaon suvane

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999.

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999. LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI Lauren Davd Caher N 99.09.4 Seembre 999 Lauren Davd ATER Cenre de Recherche en Econome e Dro de l'energe CREDEN Unversé

Plus en détail

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle Recuel u Symposum 014 e Sasque anaa Au-elà es méhoes raonnelles enquêes : l aapaon à un mone en évoluon Propréés es mesures e la épense énergéque quoenne habuelle Wayne A. Fuller 1 e Dave Oshus Résumé

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE N d ordre : ULCO 008.35 Annee 008 THÈSE Présenée par Bassem JIDA Pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Spécalé : Géne Informaque, Auomaque e Traemen du Sgnal e des Images

Plus en détail

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain Une lecure probablse du ccle d affares amércan Benoî BELLONE Févrer 5 (Premère verson avrl 4) Les posons prses dans ce arcle n engagen que son aueur A e ne représenen pas celles de la Drecon Générale du

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance Rappor emer mnsre Le sys anças de radopro de conrôle e de sécuré nucléare : la longue marche vers l ndépendance e la ransparence JeYves Le Déau Dépué de la Meurhe-e-Moselle La documenaon Françase : Le

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail