Le «Scoring» LOGISTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le «Scoring» LOGISTIQUE"

Transcription

1 Le «Scorng» LOGISTIQUE Clre eler Acure ISFA 996 Le 7//009 Dns leur qus olé, les nques e orgnsmes fnncers ulsen l nlyse our rédre s un emruneur fer défu ou non e rendre ensue l décson rorée : cceon sns condon, rse de grne, refus. Hsorquemen, l roche de l évluon de ce rsque de defu se décomose enre deux voes de recherche : L roche srucurelle e l roche de forme rédue ou modèles à nensé. L roche srucurelle consdère qu l surven un défu lorsque les cfs de l emruneur frnchssen un vleur mnmle en dessous de lquelle l emruneur ne eu lus fre fce à ses enggemens. - C es le cs du modèle de MERTON (Novemre 973) : l dynmque de l cf V de l enrerse su un rocessus enn come du ux endu de reour sur nvesssemen e des dvdendes versés ux connres. Le ssf de l enrerse es qun à elle décre comme une dee «homogène» yn un revenu glol culsé à l échénce (Zéro Couon). Il y défllnce lorsque à l échénce de cee dee homogène, l vleur de l frme n es s suffsne our remourser l dee. Il es lors ossle, de déermner un sred de ux «rsqué» qu déend de l vollé de l cf. - En 995, Longsff e Schwrz éenden le modèle de Meron en enn come de ux d nérês sochsques (Vscek) e consdérn que l dee de l enrerse n es s oujours Homogène (l eu exser dfférenes murés our des ux vrles ou fxes, ms l srucure de l dee do êre fxe) Le seul déclenchn le défu es une consne. - D ures ueurs comme Lelnd (998) Lelnd e Tof (996) connue d mélorer cee roche. Le rncl nconvénen de ces méhode rese le chox du seul de défu qu es dffcle à qunfer. L roche «forme rédue» ou modèles à nensé ne ennen s come de l vleur des cfs de l emruneur. En effe, l rolé de défu se se sur une nensé de défu exogène qu se clre sur le mrché coé ( enre ure sur les Cred Deful Sw éms r l emruneur). - Duffe e Sngleon en 994, Jrrow, Lndo, Turnull en 997 Duffee en 999 se rgen les lus ncennes ulcons sur cee roche à forme rédue. Dns l rcle qu su, une remère enve de «réconclon» enre ces deux roches ser éuchée. Dns une remère re des fondemens ssques seron roosés, our lsser l lce, dns le second chre à une lcon numérque résolumen oéronnelle.

2 I -FONDEMENTS D UN MODELE «MITE» Dns les modèles à nensé, le rolé de défu ne déend que d une nensé de défu déendn du ems sns enr come des rmères nrnsèques de l emruneur. Une dée ser de fre déendre l nensé de défu vec les rmères oservles de l emruneur ou en grdn l nérê de l re sochsque. L nensé des modèles à forme «rédue» es défne comme su : ro < τ < h( ) lm 0 ro( < τ < / < τ ) lm 0 ro < τ ( τ < ) dro d h ( ) d ln τ < ro d d où ro ( τ < ) < ds 0 ( τ ) ex h( s) ( ro( ) ) ( ) ( ) L rolé de défu dns les modèles srucurels déend des vrles fnncères de l enrerse modélsées r des rocessus sochsques. Dns ces modèles, les rocessus choss doven désser un seul mnmum our qu l y défu. L rolé de défu mesure donc l dsnce enre ce seul e les vrles oservées. Un eu comme le modèle log en ssque qu scule d un é à l ure uour d un seul. C es ourquo nous ourrons défnr une rolé générque de l fçon suvne : ro ln ro ( τ < / ) ( ) τ < / x ro( τ < / ) Ex Ex Dns ce cs on eu ler l nensé de défu «rédue» ux vrles fnncères de l enrerse.

3 3 ( ) Ex Ex Ex ds s h 0, ex d où ( ) Ex ds s h 0 ln, Dns le cs logsque, l y fore rolé de défu lorsque ( ) ( ) < < x ro ro / / ln τ τ <seul C es à dre qund ( ) ( ) ( ) seul Ex ds s h > ln, 0

4 II EEMLE OUR DES RETS IMMOBILIERS Le chox des rmères e se fonde sur l oservon du ssé. On connî, our un cern nomre de rês rués, l qulé défu, vrle qulve Y à deux modlés sur un durée («defu» ou «non») e les données recuelles lors du déô du dosser de rê, vrles On éude un s de ems égle à une nnée.. Tyquemen, our des rculers on rouver mjorremen des vrles qulves elles que l âge, l rofesson, le su mrmonl, le f d'êre ou non rorére,. our les enrerses on ulser luô des vrles numérques comme des ros ssus de l comlé. Dns ce qu su nous décrrons les dverses ées e les rolèmes qu se osen deus l collece des données jusqu à l mse en œuvre du score. Le fcher ru des données une fos consué do d ord êre «neoyé» our élmner erreurs e ncohérences. Il comore en générl un ro grnd nomre de vrles : so cernes vrles exlcves ne son s ernenes, so cernes vrles roosen des nformons redondnes. ces nlyses rerésenen rès de 80% du ems de ce genre d éudes. Chox des vrles exlcves : Une exloron des lsons enre chque vrle e le crère à rédre Y erme en générl d élmner les vrles non ernenes. On ulse le es du khdeux de lson enre vrles qulves. Dns le cs où l vrle exlcve es connue, on l découe en luseurs nervlles ossédn chcun le même nomre d oservons (on s de d hsogrmmes our rérr équlemen oues les clsses «nnuelle» dscrésées). 4

5 Exemle de Tes du Kh Le nomre d enfns es l un crère qu exlque le f de fre défu dns l nnée ou s Y 0 s on yeur : Nomre d enfns déu de érode s defu Nomre enfns Bon yeur defu Tol 3 4 5e ol n n n3 n4 n 5 n. n n n n 4 n 5 n. n. n. n. 3 n. 4 n. 5 n Avec nj rerésenn le nomre d ndvdus ossédn j enfns e én dns l cégore des emruneurs (défu ou non) Mhémquemen, on eu monrer que lorsque les deux vrles son ndéendnes, l vrle A défne c-dessous su une lo du Kh-deux à (( g ) ( m ) ) degrés de leré. A g m n j n. n. n n n j.. j n j n Χ ( ( g ) ( m ) ) grnd vec degrés de leré On rejee donc l hyohèse d ndéendnce lorsque A es ro grnd (.e. u dessus d un cern seul crque). En d ures ermes, on vlde dns ce cs le f que es en une vrle exlcve ernene our exlquer le comoremen de Y sur d. L lo du kh-deux à 4 degrés de lerés our densé l foncon f don le grhe es le suvn : n j do êre lus grnd que 5 dns ous les cs our vlder le es Dns l exemle, g e m5 ; on consdère donc l lo du kh à 4 degrés de leré. 5

6 Dense Kh-deux 4 degré leré 0, 0,8 0,6 0,4 0, Densé 0, 0,08 0,06 c 0,04 0,0 0 5,989 9,488 3,77 Le seul crque se l dns des les ssques de l fçon suvne : on consdère le seul de confnce α Lo du Kh deux le Seul de condnce 0% 0% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 95% 99% degre lere 0, , ,485 0,75 0,4549 0,7083,074,644,7055 3,845 6,6349 0,0703 0, ,733,07,3863,836,4079 3,89 4,605 5,995 9,03 3 0, , ,437,869,366,946 3,6649 4,646 6,54 7,847,345 4,063639, ,947,758 3,3567 4,0446 4,8784 5,9886 7,7794 9,4877 3,77 5, , ,9999 3,6555 4,355 5,39 6,0644 7,893 9,364,07 5,086 S le résul du es A es lus grnd que c , lors le seul α vu 80%.%. C'es-à-dre que l on eu consdérer que l vrle «nnuelle» exlcve es ernene à 80%. Exemle : Nomre 3 4 5e ol enfns Bon yeur defu Tol

7 A 40* * * * * * A 86.4 > 3.77 (seul 99%) donc on eu consdérer que le nomre d enfns nfluence en le crère «défu» ou «on yeur». RETRAITEMENT DES VARIABLES ELICATIVES CORRELEES Cernes vrles exlcves résenen des corrélons enre elles. our des rsons mhémques (uncé de l soluon), l es ndsensle de rerer les données our ne conserver que des vrles ndéendnes. our cel, on génère de nouvelles vrles r comnson des vrles nles. Exemle de recodge de vrle : On cherche à exlquer l qulé yeur (Y) des clens en foncon de leur su mrmonl (Z) e du nomre d enfns (). Y 0 s on yeur sur d s defu endn d : Nomre d enfns Z 0 s mré s non mré Or, le f d vor ou non des enfns es rolemen nfluencé r le f d êre ou non mré, ce qu ressor du leu c-dessous : Tleu de conngence : Vrle Nomre d enfn our les ersonnes Mrées / Non Mrées Nomre 3 4 5e ol enfns Mré Non Mré Tol

8 Il es donc ndsensle de recoder ces deux vrles en deux nouvelles vrles ndéendnes : z, nomre d enfns our les ersonnes mrées e z 0, nomre d enfns our les ersonnes non mrées. Tleu de conngence Nouvelle vrle : Z nomre d enfns our les ersonnes mrées Nomre enfns e ol Mré Bon Muvs Tol Tleu de conngence Nouvelle vrle Z 0 nomre d enfns our les ersonnes non mrées Nomre enfns - Non Mré 3 4 5e ol Bon Muvs Tol Ces nouvelles vrles Z e Z 0 conennen un d nformons que e Z ms résenen l vnge d êre ndéendnes. Le cs où les vrles exlcves son qulves nécesse églemen un remen rculer. L soluon reenue es sée sur ce que l on elle l «forme dsjoncve» d une vrle qulve à m modlés : on défn un de vrles nres (0 ou ) que de modlés ossles our l vrle qulve consdérée. Ans, seule l une de ces vrles vu (celle qu corresond à l modlé rse), les ures vlen 0. Le score es ensue clculé à rr des vrles nres e non de l vrle qulve nle. 8

9 Exemle : Les cégores socorofessonnelles. Les 860 rofessons e cégores socorofessonnelle (CS) éles r l'insee son rogressvemen regrouées en foncon du su (slré ou ndéendn), de l lle de l'enrerse, du seceur d'cvé, du nveu de qulfcon nécessre our l'emlo exercé, jusqu'à rrver à 8 cégores rncles : les grculeurs exlons : seceur rmre ; les rsns commerçns e chefs d enrerses ; 3 les cdres, rofessons nellecuelles suéreures ; 4 les rofessons nermédres ; 5 les emloyés ; 6 les ouvrers ; 7 les rerés ; 8 les ures ersonnes sns cvé rofessonnelle. L vrle CS se décomose en 8 «sous-vrles» : CS, CS, 7 CS 7, 8 CS 8. Avec CS vu s CS, 0 snon. our chque ndvdu, seule l une de ces vrles es égle à, oues les ures resen égles à 0 (on ne eu s renr à deux cégores en même ems). On oujours 78. Or, comme déjà soulgné dns l re récédene, on ne conserve que des vrles ndéendnes. On ne reen donc que se vrles, l dernère én redondne. On reen n fne les se vrles CS, CS, 7 CS 7 l vrle CS. en leu e lce de On souhe révor, à l de de l connssnce des crcérsques d un ndvdu, (âge, udge ) son rennce à un groue : so le groue A des «ons yeurs endn d», so le groue B des «défu endn d». Comme l exse une ncerude -on ne connî s encore le comoremen du nouvel ndvdu à qu on v ocroyer un créd- on modélse ce lé comme une rolé. 9

10 On cherche à déermner l rolé que l ndvdu renne u groue A «les ons yeurs» (.e. Y) connssn cernes crcérsques () de ce ndvdu. Cee rolé es noée : Y on yeur sur d x / 0 Avec Y rerésenn l ndvdu éudé, les vrles exlcves reenues our juger de l rennce de Y à l un des deux groues e enfn x0 les crcérsques rores de l ndvdu Y. On noe uss Y 0 defu sur d x / 0 L rolé que l ndvdu renne u groue B «les muvs yeurs» schn les crcérsques de ce ndvdu. usque l ndvdu Y ne eu renr qu à l un des deux groues, l équon suvne es vérfée : S on conn on eu en dédure. our éver cee redondnce, on éude le ror enre les deux c'es-à-dre S l rolé d êre on yeur es suéreure à l rolé d êre muvs yeur, on chosr d ccorder le rê u clen. En d ures ermes : S > c'es-à-dre s > on lce l ndvdu Y dns le groue A des «ons yeurs» S > c'es-à-dre s < l ndvdu Y es dns le groue B des «muvs yeurs» our des rsons mhémques on réfère rvller sur le logrhme, c'es-à-dre que l on chercher à déermner une foncon de score g elle que : ln g ( x ) où x0 rerésene les crcérsque de l ndvdu Y à l de de demnde de rê. g( x 0 ) es le score rué à l ndvdu résenn les crcérsques x0. 0 0

11 S > c'es-à-dre s son score ( ) 0 x 0 > g on lcer l ndvdu Y dns le groue A des «ons yeurs sur d» S > c'es-à-dre s son score ( ) 0 x 0 < g l ndvdu Y es dns le groue des B «muvs yeurs sur d» L regresson logsque Le modèle de régresson logsque (Modèle Log) es sé sur l hyohèse suvne : le score g es une foncon lnére des vrles exlcve reenues (). C'es-à-dre que our chque ndvdu ln Comme décr c-vn, on clsse l ndvdu comme «on yeur» s 0 ln En ssn à l exonenelle 3, on eu clculer les rolés que l ndvdu en queson so resecvemen on () ou muvs yeur ( -) : Ex Ex Ex 3 Vor démonsron en nnexe

12 Le clrge des rmères s effecue r l Méhode du mxmum de vrsemlnce S le modèle de score vse à révor u meux le comoremen des ndvdus, l es forcémen mrf e résene, sur les données qu son ulsées our le clrer, des erreurs que l on eu résumer r un leu d «de conngence sur d» : comoremen esmé A "on yeur" B "muvs yeur" comoremen A "on yeur" d réel B "defu" c Il y donc ndvdus en clssés dns l cégore A des «ons yeurs sur d», ndvdus en esmés dns l cégore B des defu sur d e cd ndvdus clssés dns l cégore qu ne corresond s à leur comoremen réel. L ojecf du clrge du modèle de score es évdemmen de mxmser le nomre des ndvdus ens clssés e. our omser les rmères du modèle, l s g donc de mxmser our les ndvdus qu se son effecvemen révélé ons yeurs, l rolé d êre on yeur ; our les ndvdus qu se son effecvemen révélé muvs yeurs, l rolé d êre muvs yeur. On cherche donc à mxmser : L ndvdu on ndvdu muvs yeur yeur Il s g donc de rouver les melleurs coeffcens ( à ) e els que L défn c-dessous so mxmum. L ndvdu on yeur ex ex ndvdu muvs yeur ex Il s g de mxmser l vrsemlnce L, donc de mxmser son logrhme.

13 ln N ( L) ln ex ndvdu on yeur N ousle sn dvdus EEMLE NUMERIQUE Reour sur l nfluence du crcère mré ou non sur le crcère on ou muvs yeur. On suose que seule l vrle mré ou non nfluence ce crère. Mré Non Mré Tol Bon Muvs Tol Ex Ex ( ) ( ) où rends les vleurs s l ndvdu es mré e 0 s non mré. Il fu donc mxmser l vrsemlnce suvne : L ndvdu ( ) ( ) ex( ) ex ex on ex L ex ex L ex yeur ( * ) ( * ) ( ) ( ) ex ex ex ex ndvdu muvs yeur ( *0 ) ( *0 ) ex( * ) ex( * 0 ) ( ) ( ) ex( ) ex( ) Comme ces chffres son rès es, l es dffcle de les mnuler. On ulse donc le logrhme de L qu do êre mxmsé. 3

14 Avec le solveur Excel (ou s l y ro de données l foncon log de SAS)on rouve : 0,4603 0, ex(), ex(), ( Y / ) Y / 0 Y 0 / Y 0 / 0 ln(l) rolé 0, , , , nr ndvdu nr ndvdu*ln(ro) -633,47-377,59-840,65-45,3-30,84 ( ) ( ) ( ) On mesurer l effccé d un score, comme d lleurs de oue règle de sélecon, sur l échnllon d «d renssge», c es à dre celu qu serv à esmer les coeffcens de l foncon de score, condu à des résuls ro omses : en effe les coeffcens yn éé omsés sur ce échnllon, les ux d erreur son des esmons sées du vr ux d erreur, que l on ur sur de nouvelles données ssues de l même oulon. L vldon du score se f donc à l de d oservons sulémenres, mses de côé, our lesquelles on connî Y, e qu serven à évluer le comoremen fuur du score. Annexe : exemle de score clré sur un échnllon de clens Ces ndvdus sulémenres son en générl choss r des echnques de sondge. Exemle du cs «on yeur» exlqué r Mré/Non mré S un ndvdu ven demnder un rê, on lu roose un quesonnre our connîre ses crcérsques : c Mré ou Non Mré. 0,4603 0, ex(), ex(), ( Y / ) Y / 0 Y 0 / Y 0 / 0 ln(l) rolé 0, , , , nr ndvdu nr ndvdu*ln(ro) -633,47-377,59-840,65-45,3-30,84 ( ) ( ) ( ) Il fu donc chosr un seul our le «score sur d» el que dès que le score es lus grnd que ce seul, on ffece l ndvdu u groue A des «ons yeurs sur d». En rque, e r consrucon mhémque, s l on se ssf d une rolé de 50%, le seul du score vu zéro. 4

15 De mnère mons mnchéenne, our les ndvdus don l rolé es roche de 0.5, on eu chosr de s ocroyer une mrge de sécuré (exemle rolé 0.6) ou une lude sulémenre (exemle rolé de 0.4) our l ocro des créds. S l ndvdu es mré : Son score es égl à * >0 donc l ndvdu es reenu. En effe s rolé d êre on yeur vu On eu donc consdérer qu l ser rolemen «on yeur». S l ndvdu es non mré : Son score es égl à * >0 donc l ndvdu es reenu. En effe s rolé d êre on yeur vu On eu donc consdérer qu l ser rolemen «on yeur». On rmère, sur un échnllon de 000 clens «rês ersonnels», l foncon score sur l se des qure vrles exlcves suvnes : Revenu ( r rnche de 50 euros), rorére ( s ou, 0 s non), De d ouverure du come (nnée-000), Exsence d un Co-emruneur ( s ou, 0 s non). Le modèle de score oenu es le suvn : Revenu Mensuel ENT r orére Score Ancenneé Coemruneur

16 Sur l échnllon de 000 ersonnes qu à serv u clrge, l vrle «on yeur» es exlquée vec 95.5% de succès. Sur un échnllon es de 00 ersonnes sulémenres, on exlque l vrle «on yeur» vec 88.8% de succès. Cusomer Homeowner (Y Accoun Co-lcn Blnce Monhly Income or N) Oenng De (Y or N) ousndng _resye _onde _co 6,08-336,45-0, , , , , , score ln() ln() ro -0, ,43 0 4, , ,74-0, ,7686-0,0337 0, , ,43 0 4, , , ,0-0, ,73-0,049 0, , ,43 0 4, , ,76-0, , ,093 0, , ,34 0, , , ,07-0, ,0874-0,07 0, , ,34 0 4, , ,47-0, ,5098-0,0306 0, , ,09 0 4, , ,38-0, ,4794-0, , , ,43 0 4, , , , -0, ,36-0,0464 0, , ,7 0, , , ,8537 4,35-0, ,3609-0,085 0, , ,7 0, , , ,4-0,0869 -, ,086 0, , ,6 0, , , ,04-0, ,085-0, , , ,77 0 3, , , ,05-0, ,0949-0, , , ,6 0 3, , ,48-0, ,559-0, ,96 0-0, ,7 0 4, ,8537 3,34-0, ,3738-3,3738 0,0348-0, ,5 0, ,569003,00-0, ,357-0,738 0, , ,6 0 3, ,397754,5-0, , , , , ,43 0, , ,504600,53-0, , ,0764 0, , ,5 0 3, , , ,0-0, , , , , ,00 0, , , ,8-0, , ,4957 0, , ,00 0, , ,7-0, ,0867-0, ,67 0-0, ,43 0 4, , ,8537 4,4-0, ,576-0,0578 0, , ,68 0 4, , , ,68-0, , ,0484 0, , ,43 0, ,84505,5-0, ,479-0,749 0, , ,6 0, , , ,09-0, ,3606-0, , , ,34 0, ,87530, -0, ,485-0,5786 0, , ,85 0, , , ,33-0, , ,0304 0, , ,34 0 4, , ,0-0, ,395-0,0447 0, , ,7 0 4, , ,39-0, ,477-0,033 0, , ,43 0, , , ,8-0, ,833-0,0753 0, , ,43 0 4, , ,69-0, ,7308-0,047 0, , ,43 0, ,075300,06-0,985 -,8-0,98 0, , ,34 0 4, , ,66-0, , ,054 0, , ,34 0 4, , ,34-0, , , , , ,6 0 4, , , -0, ,658-0, , , ,7 0 4, , ,39-0, ,477-0,033 0, , ,43 0 4, , , ,5-0, , ,095 0, , ,6 0 3, , , ,8-0, ,8766-0, , , ,00 0, , , ,4-0,7693 -,493-0,769 0, , ,5 0 0, , ,09-0, , , , , ,7 0 4, , ,4-0, , ,0339 0, , , ,39-0, ,5785-0, , , ,6 0 4, , ,3-0, , , , ,90007, , ,06-0, ,7305-0,664 0, , ,34 0, , ,569003,50-0, , , ,804-0, , , ,86 -,066-0, ,06 0, , ,09 0 4, , ,4-0,0384-3, , ,036-0, ,6 0, , ,57-0, , , , , ,34 0 4, ,865455,93-0,0555 -,9788-0,053 0, , ,6 0 4, , ,33-0, , ,0358 0, , ,60 0, , , ,0-0, ,3876-0,875 0, , ,34 0 3, ,770760,5-0,0808 -,60-0,08 0, , ,34 0, , ,49-0, , ,038 0, , ,00 0, , , ,63-0, ,6984 -,6984 0, , ,6 0, , ,78-0,5668 -, ,566 0, , ,7 0 3, , , ,85-0, ,9057-0, ,

17 Les méhodes de score, lrgemen ulsées se erfeconnen sns cesse. Leur usge sé sur une roche ssque erme de meux qunfer les rsques. Ben sur, comme oue méhode ssque, le «scorng» comme des erreurs e un ndvdu qu l mlchnce d vor un rofl roche de celu de muvs yeurs ser consdéré comme el ; ms ce ye de méhodes comme mons d erreur e rese à ror lus ojecf que les jugemens d exer. r lleurs le score de rsque ncre our un rê n es qu un élémen dns le rocessus de décson e comme le relle l CNIL dns s Déléron n du 5 julle 988 orn doon d'une recommndon relve à l geson des créds ou des rês consens à des ersonnes hysques r les élssemens de créd : «Conformémen à l'rcle de l lo du 6 jnver 978, ucune décson ccordn ou refusn un créd ne eu vor our seul fondemen un remen uomsé d'nformons donnn une défnon du rofl ou de l ersonnlé de l'néressé». 7

18 CONCLUSION Les deux roches du rsque de défu euven donc êre «réconclées». our une érode de un n, l es donc ossle de clrer les coeffcens du modèle e donc de déermner un seul d de défu en foncon des vrles du modèle. L exemle sur l ocro de créd es ns ré. Une seconde ée ser de générlser ce résul à des érodes successves e ns dsoser de oue l gmme des rolés de défu à chque nsn. E un rosème d négrer des rocessus rownens. Au regrd de l rousesse du résul oenu sur un n vec des vrles sns rownens, (88% de l oulon clssée dns l onne cégore «defu» ou «non défu») l mrge d méloron ossle du modèle vec rownen rese lmé sur un n, ms ser eu êre sgnfcve sur une érode lus longue. 8

19 BIBLIOGRAHIE Duffee 999 «Esmng he rce of deful rsk» The revew of fnncl sudes srng 999 vol No ge 97-6 Duffe, Sngleon 994 «Modelng erm srucure of defulle onds» Revew of fncl sudy Jrrow, Lndo, Turnull 997 «A mrkov model for he erme sruure of cred rsk sreds» The revew of fnncl sudes Summmer 997 vol 0 No Lelnd 998 «Agency coss, Rsk Mngmen nd Cl Srucure» Lelnd Tof 996 «Oml Cl Srucure, Endogenous Bnkrucy, nd he erm srucure of cred sred» Fnnce Workng er 59 Longsff e Schwrz 995 «A smle roch o vlung rsky fxed nd flong re de» The journl of fnnce vol L No 3 july 995 Meron 973 On he rcng of corore de : he rsk srucure of neres re» 9

Chapitre IV Les oscillations couplées «Les oscillations libres d un système à plusieurs degrés de liberté»

Chapitre IV Les oscillations couplées «Les oscillations libres d un système à plusieurs degrés de liberté» Chre IV, cours de vbrons, ondes _Phs, Pr. Bds Bennecer MD 8-9 Chre IV es oscllons coulées «es oscllons lbres d un ssèe à luseurs degrés de lberé» Dns ce chre, nous llons coencer r éuder les oscllons lbres

Plus en détail

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire Rev. Energ. Ren. : Journées de hermue (200) 25-30 Eude e Concepon sssée pr Ordneur d un Sysème de Réfrgéron pr Voe Solre M. Belrb, F. Benyrou e B. Benyoucef Lborore des Méru e Energes Renouvelbles, Fculé

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie VARIABLES ALÉATOIRES déo oco de réro vrble léore dscrèe moyee - vrce - écr ye esérce mhémque vrble léore coue oco d ue vrble léore : rsormo combso lére de vrbles léores Déo E : eérece léore S : esce échllol

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Un algorhme de mnmax dynamque sochasque our la soluon d un roblème d omsaon de orefeulle ar Érc Srnguel Scences de la geson Mémore

Plus en détail

THE VOLATILITY OF THE FINANCIAL MARKET A QUANTITATIVE APPROACH

THE VOLATILITY OF THE FINANCIAL MARKET A QUANTITATIVE APPROACH Meşer Ion eodor HE VOLAILIY OF HE FINANCIAL MARKE A QUANIAIVE APPROACH Universiy of Orde, Fculy of Economics, imeser@uorde.ro Absrc: During he ls yers, he finncil mrkes hve been subjec o significn flucuions

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Revue des méthodes de mesure de la productivité multifactorielle

Revue des méthodes de mesure de la productivité multifactorielle s De s s u o u e rl su ué b d e e m de n e d u hu omes éonomues des revenus e déenses du uébe es e rl e b ué d h re rd ou Édon 29 «Insu our msson de fournr des nformons ssues u soen f bles e obeves sur

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n 1.

MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n. 6 8 4 On considère l mrice A = 0 7 3. 7 0, 8 ) Donner le form de A ) Donner l vleur de chcun des élémens 4, 3, 33 3 3) Ecrire l mrice rnsposée A de A donner son

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

c.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.doc Algèbre de BOOLE

c.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.doc Algèbre de BOOLE cjossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algère_de_Boole\_Algère_de_Booledoc Algère de BOOLE SOMMAIRE : 1 Présenion, hisorique 2 Propriéés; 21 Ideniés remrqules; 22 Théorèmes de DE MORGAN 3 Représenions grphiques : 31

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises / 7 3 e rtie : Les modes de finncement (à moyen et long terme) Cf. Document : Les différents modes de finncement des entrerises Cf. Fiche conseil.37 : Les modes de finncement des investissements - L utofinncement

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999.

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999. LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI Lauren Davd Caher N 99.09.4 Seembre 999 Lauren Davd ATER Cenre de Recherche en Econome e Dro de l'energe CREDEN Unversé

Plus en détail

CAPES EXTERNE. Partie I : Première approche de la constante d Euler

CAPES EXTERNE. Partie I : Première approche de la constante d Euler SESSION 2 CAPES EXTERNE MATHÉMATIQUES Prie I : Preière roche de l cose d Euler Soi N L focio es coiue e décroisse sur ],+ [ e doc sur [,+] Doc our ou réel de [,+], o + D rès l iéglié, o O e dédui que +

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales Biosttistiques et sttistiques liquées ux sciences exérimentles ANOVA à deux fcteurs Pscl Bessonneu, Christohe Llnne et Jérémie Mttout* Cogmster A4 2006-2007 * jeremiemttout@yhoo.fr. 1/16 Progrmme de l

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie:

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie: Réublque Algérenne Déocraque e Poulare Mnsère de l Ensegneen suéreur e de a Recherche Scenfque Unversé : Hassba BENBOUAI de CHEF Faculé : Scences Déareen : Physque Doane : ST-SM Polycoe: Vbraons e Ondes

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

Calculer comment se constituer un capitale ; Calculer comment rembourser une dette en effectuant des versements réguliers.

Calculer comment se constituer un capitale ; Calculer comment rembourser une dette en effectuant des versements réguliers. CHAP: 8 Objecifs de ce chpire : Clculer comme se cosiuer u cpile ; Clculer comme rembourser ue dee e effecu des versemes réguliers. RAPPELS : Qu'es-ce qu'ue vleur cquise? Qu'es-ce qu'ue vleur cuelle? Le

Plus en détail

, où E est un espace vectoriel réel de dimension finie et φ une forme bilinéaire symétrique sur E définie positive : φ (i)

, où E est un espace vectoriel réel de dimension finie et φ une forme bilinéaire symétrique sur E définie positive : φ (i) Esaces vecorels eucldes Groue orhogoal ESPACES VECTORIELS EUCLIDIENS GROUPE ORTHOGONAL Produ scalare Défo O aelle esace euclde ou coule ( E, φ, où E es u esace vecorel réel de dmeso fe e φ ue forme bléare

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - c E Etude du signe d une eression - igne de + b ( 0) On détermine l vleur de qui nnule + b, uis on lique l règle : "signe de rès le 0". +b b/ + signe de ( ) signe de - igne de + b + c (

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

Circuits linéaires en régime transitoire

Circuits linéaires en régime transitoire MPSI - Élecrocnée I - rcs lnéares en régme ransore page 1/8 rcs lnéares en régme ransore 1 ondons nales e conné On va éder ce se passe enre enre dex régmes conns = régme ransore. es granders élecres ne

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Modélisation et simulation multi agents du processus de formation des prix des actifs avec agents hétérogènes

Modélisation et simulation multi agents du processus de formation des prix des actifs avec agents hétérogènes éme conférence Euro-Afrcane en Fnance e Econome : 5-6 Jun 008 oélsaon e smulaon mul agens u rocessus e formaon es rx es acfs avec agens héérogènes Conférencer : BELHOULA alek memalek@yahoo.fr ABAOUB Ezzene

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

Analyse de la mortalité infantile

Analyse de la mortalité infantile Cours «Anlyse e modèles démogrphiues» pr A.Avdeev 6/2/22 Universié Pris Pnhéon Sorbonne, Insiu de démogrphie I U P Cours d nlyse démogrphiuepr Alexndre Avdeev, niveu : Mser de démogrphie Chpire 3 Anlyse

Plus en détail

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire 1 èmes JOURNÉES DE L HYDRODYNAIQUE Nnes 7 8 e 9 mrs 5 Smlon d esss d exncon e de rols forcé à l de d n code de clcl Nver-Soes à srfce lbre nsonnre E. Jcqn P.E. Gllerm Q. Derbnne L. Bode Bssn d'esss des

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE REUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRAIQUE E OULAIRE MINISERE DE L ENSEIGNEMEN SUERIEUR E DE LA RECHERCHE SCIENIFIQUE UNIVERSIE FERHA ABBAS-SEIF MEMOIRE ésené à l Fculé des Scences Dépemen de hysque ou l Obenon

Plus en détail

Mathématiques Financières : l essentiel Les 10 formules incontournables (Fin de période)

Mathématiques Financières : l essentiel Les 10 formules incontournables (Fin de période) A-PDF OFFICE TO PDF DEMO: Purchase from www.a-pdf.com to remove the watermark Mathématques Facères : l essetel Les formules cotourables (F de érode) htt://www.ecogesam.ac-a-marselle.fr/esed/gesto/mathf/mathf.html#e5aels

Plus en détail

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16 ÉO TUIT FOULS TUILLS SU TT Probbé ouo 3 dfféré4 ee gère be à ere échu 5 ee gère be à ere échu ueur fo d ée 6 ee gère à ere be d ce7 ee gère à ere be d ce ueur fo d ée8 urce décè 9 urce décè à c rbe cro

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Réforme du Régime Belge de Pension Légale Basée sur la Longévité

Réforme du Régime Belge de Pension Légale Basée sur la Longévité éforme du égime Belge de Pension Légle Bsée sur l Longévié Pierre Devolder e Xvier Mréchl 2 ésumé. L méliorion consne de l espérnce de vie endue dns les prochines décennies ne mnquer ps d influencer l

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie Eercices Chaitre 3-85-84 Microéconomie QUESTION Soit trois consommateurs aant les fonctions d'utilité suivantes: 3 4 u (, )= 8 3 u (, )= (, ) = 3 /6 u3 Chacun d'eu disose d'un revenu R et fait face au

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

Liens entre fonction de transfert et représentations d'état d'un système (formes canoniques de la représentation d'état)

Liens entre fonction de transfert et représentations d'état d'un système (formes canoniques de la représentation d'état) oqe V oqe Cor e ere foco de rfer e repréeo dé d èe fore coqe de l repréeo dé SI Coe oqe! Irodco! e ere le dfféree decrpo d èe! Pge odèle dé " foco de rfer # C d èe oovrle # C d èe lvrle! Pge foco de rfer

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843 Cet rtcle est dsponble en lgne à l dresse : http://www.crn.nfo/rtcle.php?id_revuereco&id_numubliereco_594&id_articlereco_594_0843 Les prdoxes de Lucs et Romer pr hlppe DARREAU et Frnços IGALLE resses de

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet To cte ths verson: Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet. TARIFICATION, PROVISION-

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments écnique: chpitre orces; oents INTRDUCTIN Toute ction écnique s'eerçnt sur un objet pour eet soit: de odiier son ouveent ou de le ettre en ouveent, de le intenir en équilibre, de le déorer. Toute ction

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

vos TéLéprocédures En pratique

vos TéLéprocédures En pratique OMMERçnt, rtn rfnel lbérx v TéLérédre En rtqe MODE DE TRANMON Délrtn ôt éhéne rédre re Le télérédre fle rfnel Qel nt le trnn? e 3 Qelle délrtn, qel ôt? e 4 En rtqe, t rér? e 5 1- réer n te EF 2- Envyer

Plus en détail

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt Chptre 2 : Les détermnnts des tux d'ntérêt I. Dstncton entre tux nomnux et tux réels : l relton de Fsher II. Les détermnnts des tux courts : l poltque monétre et les nterdépendnces nterntonles III. Les

Plus en détail

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage 11/2010 Notice d instructions originles 999281403 fr à conserver pour une utilistion ultérieure c de rngement Réf. 583010000 escription du produit escription e c de rngement ok est un ccessoire de levge

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

CAPES SÉRIE DOCUMENTS DE TRAVAIL DT CAPES N 2005 26

CAPES SÉRIE DOCUMENTS DE TRAVAIL DT CAPES N 2005 26 CAPES SÉRIE DOCUMENTS DE TRAVAIL DT CAPES N 5 6 STATISTIQUE. (Deuxème are.) Les dsrbuos à deux caracères. Quelques alcaos à l'écoome burabè. Novembre 5 Seglaro Abel SOME seglaro.some@uv ouaga.bf / seglaro@ecourrer.com

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin Drecton des Études et Synthèses Économques G 2007 / 12 Alé morl en snté : une évluton dns le cdre du modèle cusl de Rubn Vlére ALBOUY - Bruno CRÉPON Document de trvl Insttut Ntonl de l Sttstque et des

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Transmission des prix le long de la chaîne d approvisionnement en bœuf canadien et incidence de l ESB

Transmission des prix le long de la chaîne d approvisionnement en bœuf canadien et incidence de l ESB N o -60-M u clogue N o 9 ISSN 707-0376 ISBN 978--00-90388-0 Documen de recherche Série de documens de rvil sur l'griculure e le milieu rurl Trnsmission des prix le long de l chîne d pprovisionnemen en

Plus en détail

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Blnvifie inspirane POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Mars 2013 POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Sommre OBJECTIF DE LA POLITIQUE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE

Plus en détail

ANNEXES. André de Palma et Cédric Fontan. Thema Transport & Réseaux. Le 26 octobre 2000

ANNEXES. André de Palma et Cédric Fontan. Thema Transport & Réseaux. Le 26 octobre 2000 Enquêe MADDIF : Mulimoif Adpée à l Dynmique des comporemens de Déplcemen en Ile-de-Frnce ANNEXES André de Plm e Cédric Fonn Them Trnspor & Réseux Le 26 ocobre 2000 Lere de commnde N 99MT20 DRAST Minisère

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET Clculs fcers Auteur : Phlppe GILLET Le tux d térêt Pour l empruteur qu e dspose ps des fods écessres, l représete le prx à pyer pour ue cosommto mmédte. Pour le prêteur, l représete le prx ecssé pour l

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POITIQUES ECONOMIQUES DE UNIVERSITÉ D EVRY Modèle à Ancaon Raonnellede la COnjoncure Smulée : MARCOS Pacal JACQUINOT & Ferha MIHOUBI UNIVERSITE D EVRY VA D

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1

Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1 Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1 ÉFIN ITION ES IÈCES U RUBIK S CUBE LES RTIES LES IÈCES RÊTES CE SONT ES IÈCES COMORTNT EUX (2) COULEU RS. IL Y OUZE (12) IÈCES RÊTES, SITUÉES U CENT

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

Concours des Grandes Ecoles INTEGRALES-Correction. PARTIE A. SUJET INTEGRAL Année universitaire 2009/2010

Concours des Grandes Ecoles INTEGRALES-Correction. PARTIE A. SUJET INTEGRAL Année universitaire 2009/2010 SUJET NTEGRAL Aée uiversiaire 9/ PARTE A. Cocours des Grades Ecoles NTEGRALES-Correcio..La focio f défiie par f : f ( ) ( )cos( ) es bie coiue sur l iervalle fermé boré [ ; ]. Les focios si( ) so de classe

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg Ce l e s t i a Vallejo Olivier Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg T u t o ri el A q u o i s e r t Ce l e s t i a? Celestia est un logiciel libre de droit qui permet de simuler le système solaire

Plus en détail

Politique monétaire: Le choix des instruments I

Politique monétaire: Le choix des instruments I Polqe onéare: Le ox des nsrens I Le odèle IS-LM spposa ne nerenon dree de la banqe enrale sr la asse onéare. En reane, le odèle Noea Kenésen se foalse sr le ax d nérê oe oen d nerenon (la asse onéare es

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail