Le «Scoring» LOGISTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le «Scoring» LOGISTIQUE"

Transcription

1 Le «Scorng» LOGISTIQUE Clre eler Acure ISFA 996 Le 7//009 Dns leur qus olé, les nques e orgnsmes fnncers ulsen l nlyse our rédre s un emruneur fer défu ou non e rendre ensue l décson rorée : cceon sns condon, rse de grne, refus. Hsorquemen, l roche de l évluon de ce rsque de defu se décomose enre deux voes de recherche : L roche srucurelle e l roche de forme rédue ou modèles à nensé. L roche srucurelle consdère qu l surven un défu lorsque les cfs de l emruneur frnchssen un vleur mnmle en dessous de lquelle l emruneur ne eu lus fre fce à ses enggemens. - C es le cs du modèle de MERTON (Novemre 973) : l dynmque de l cf V de l enrerse su un rocessus enn come du ux endu de reour sur nvesssemen e des dvdendes versés ux connres. Le ssf de l enrerse es qun à elle décre comme une dee «homogène» yn un revenu glol culsé à l échénce (Zéro Couon). Il y défllnce lorsque à l échénce de cee dee homogène, l vleur de l frme n es s suffsne our remourser l dee. Il es lors ossle, de déermner un sred de ux «rsqué» qu déend de l vollé de l cf. - En 995, Longsff e Schwrz éenden le modèle de Meron en enn come de ux d nérês sochsques (Vscek) e consdérn que l dee de l enrerse n es s oujours Homogène (l eu exser dfférenes murés our des ux vrles ou fxes, ms l srucure de l dee do êre fxe) Le seul déclenchn le défu es une consne. - D ures ueurs comme Lelnd (998) Lelnd e Tof (996) connue d mélorer cee roche. Le rncl nconvénen de ces méhode rese le chox du seul de défu qu es dffcle à qunfer. L roche «forme rédue» ou modèles à nensé ne ennen s come de l vleur des cfs de l emruneur. En effe, l rolé de défu se se sur une nensé de défu exogène qu se clre sur le mrché coé ( enre ure sur les Cred Deful Sw éms r l emruneur). - Duffe e Sngleon en 994, Jrrow, Lndo, Turnull en 997 Duffee en 999 se rgen les lus ncennes ulcons sur cee roche à forme rédue. Dns l rcle qu su, une remère enve de «réconclon» enre ces deux roches ser éuchée. Dns une remère re des fondemens ssques seron roosés, our lsser l lce, dns le second chre à une lcon numérque résolumen oéronnelle.

2 I -FONDEMENTS D UN MODELE «MITE» Dns les modèles à nensé, le rolé de défu ne déend que d une nensé de défu déendn du ems sns enr come des rmères nrnsèques de l emruneur. Une dée ser de fre déendre l nensé de défu vec les rmères oservles de l emruneur ou en grdn l nérê de l re sochsque. L nensé des modèles à forme «rédue» es défne comme su : ro < τ < h( ) lm 0 ro( < τ < / < τ ) lm 0 ro < τ ( τ < ) dro d h ( ) d ln τ < ro d d où ro ( τ < ) < ds 0 ( τ ) ex h( s) ( ro( ) ) ( ) ( ) L rolé de défu dns les modèles srucurels déend des vrles fnncères de l enrerse modélsées r des rocessus sochsques. Dns ces modèles, les rocessus choss doven désser un seul mnmum our qu l y défu. L rolé de défu mesure donc l dsnce enre ce seul e les vrles oservées. Un eu comme le modèle log en ssque qu scule d un é à l ure uour d un seul. C es ourquo nous ourrons défnr une rolé générque de l fçon suvne : ro ln ro ( τ < / ) ( ) τ < / x ro( τ < / ) Ex Ex Dns ce cs on eu ler l nensé de défu «rédue» ux vrles fnncères de l enrerse.

3 3 ( ) Ex Ex Ex ds s h 0, ex d où ( ) Ex ds s h 0 ln, Dns le cs logsque, l y fore rolé de défu lorsque ( ) ( ) < < x ro ro / / ln τ τ <seul C es à dre qund ( ) ( ) ( ) seul Ex ds s h > ln, 0

4 II EEMLE OUR DES RETS IMMOBILIERS Le chox des rmères e se fonde sur l oservon du ssé. On connî, our un cern nomre de rês rués, l qulé défu, vrle qulve Y à deux modlés sur un durée («defu» ou «non») e les données recuelles lors du déô du dosser de rê, vrles On éude un s de ems égle à une nnée.. Tyquemen, our des rculers on rouver mjorremen des vrles qulves elles que l âge, l rofesson, le su mrmonl, le f d'êre ou non rorére,. our les enrerses on ulser luô des vrles numérques comme des ros ssus de l comlé. Dns ce qu su nous décrrons les dverses ées e les rolèmes qu se osen deus l collece des données jusqu à l mse en œuvre du score. Le fcher ru des données une fos consué do d ord êre «neoyé» our élmner erreurs e ncohérences. Il comore en générl un ro grnd nomre de vrles : so cernes vrles exlcves ne son s ernenes, so cernes vrles roosen des nformons redondnes. ces nlyses rerésenen rès de 80% du ems de ce genre d éudes. Chox des vrles exlcves : Une exloron des lsons enre chque vrle e le crère à rédre Y erme en générl d élmner les vrles non ernenes. On ulse le es du khdeux de lson enre vrles qulves. Dns le cs où l vrle exlcve es connue, on l découe en luseurs nervlles ossédn chcun le même nomre d oservons (on s de d hsogrmmes our rérr équlemen oues les clsses «nnuelle» dscrésées). 4

5 Exemle de Tes du Kh Le nomre d enfns es l un crère qu exlque le f de fre défu dns l nnée ou s Y 0 s on yeur : Nomre d enfns déu de érode s defu Nomre enfns Bon yeur defu Tol 3 4 5e ol n n n3 n4 n 5 n. n n n n 4 n 5 n. n. n. n. 3 n. 4 n. 5 n Avec nj rerésenn le nomre d ndvdus ossédn j enfns e én dns l cégore des emruneurs (défu ou non) Mhémquemen, on eu monrer que lorsque les deux vrles son ndéendnes, l vrle A défne c-dessous su une lo du Kh-deux à (( g ) ( m ) ) degrés de leré. A g m n j n. n. n n n j.. j n j n Χ ( ( g ) ( m ) ) grnd vec degrés de leré On rejee donc l hyohèse d ndéendnce lorsque A es ro grnd (.e. u dessus d un cern seul crque). En d ures ermes, on vlde dns ce cs le f que es en une vrle exlcve ernene our exlquer le comoremen de Y sur d. L lo du kh-deux à 4 degrés de lerés our densé l foncon f don le grhe es le suvn : n j do êre lus grnd que 5 dns ous les cs our vlder le es Dns l exemle, g e m5 ; on consdère donc l lo du kh à 4 degrés de leré. 5

6 Dense Kh-deux 4 degré leré 0, 0,8 0,6 0,4 0, Densé 0, 0,08 0,06 c 0,04 0,0 0 5,989 9,488 3,77 Le seul crque se l dns des les ssques de l fçon suvne : on consdère le seul de confnce α Lo du Kh deux le Seul de condnce 0% 0% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 95% 99% degre lere 0, , ,485 0,75 0,4549 0,7083,074,644,7055 3,845 6,6349 0,0703 0, ,733,07,3863,836,4079 3,89 4,605 5,995 9,03 3 0, , ,437,869,366,946 3,6649 4,646 6,54 7,847,345 4,063639, ,947,758 3,3567 4,0446 4,8784 5,9886 7,7794 9,4877 3,77 5, , ,9999 3,6555 4,355 5,39 6,0644 7,893 9,364,07 5,086 S le résul du es A es lus grnd que c , lors le seul α vu 80%.%. C'es-à-dre que l on eu consdérer que l vrle «nnuelle» exlcve es ernene à 80%. Exemle : Nomre 3 4 5e ol enfns Bon yeur defu Tol

7 A 40* * * * * * A 86.4 > 3.77 (seul 99%) donc on eu consdérer que le nomre d enfns nfluence en le crère «défu» ou «on yeur». RETRAITEMENT DES VARIABLES ELICATIVES CORRELEES Cernes vrles exlcves résenen des corrélons enre elles. our des rsons mhémques (uncé de l soluon), l es ndsensle de rerer les données our ne conserver que des vrles ndéendnes. our cel, on génère de nouvelles vrles r comnson des vrles nles. Exemle de recodge de vrle : On cherche à exlquer l qulé yeur (Y) des clens en foncon de leur su mrmonl (Z) e du nomre d enfns (). Y 0 s on yeur sur d s defu endn d : Nomre d enfns Z 0 s mré s non mré Or, le f d vor ou non des enfns es rolemen nfluencé r le f d êre ou non mré, ce qu ressor du leu c-dessous : Tleu de conngence : Vrle Nomre d enfn our les ersonnes Mrées / Non Mrées Nomre 3 4 5e ol enfns Mré Non Mré Tol

8 Il es donc ndsensle de recoder ces deux vrles en deux nouvelles vrles ndéendnes : z, nomre d enfns our les ersonnes mrées e z 0, nomre d enfns our les ersonnes non mrées. Tleu de conngence Nouvelle vrle : Z nomre d enfns our les ersonnes mrées Nomre enfns e ol Mré Bon Muvs Tol Tleu de conngence Nouvelle vrle Z 0 nomre d enfns our les ersonnes non mrées Nomre enfns - Non Mré 3 4 5e ol Bon Muvs Tol Ces nouvelles vrles Z e Z 0 conennen un d nformons que e Z ms résenen l vnge d êre ndéendnes. Le cs où les vrles exlcves son qulves nécesse églemen un remen rculer. L soluon reenue es sée sur ce que l on elle l «forme dsjoncve» d une vrle qulve à m modlés : on défn un de vrles nres (0 ou ) que de modlés ossles our l vrle qulve consdérée. Ans, seule l une de ces vrles vu (celle qu corresond à l modlé rse), les ures vlen 0. Le score es ensue clculé à rr des vrles nres e non de l vrle qulve nle. 8

9 Exemle : Les cégores socorofessonnelles. Les 860 rofessons e cégores socorofessonnelle (CS) éles r l'insee son rogressvemen regrouées en foncon du su (slré ou ndéendn), de l lle de l'enrerse, du seceur d'cvé, du nveu de qulfcon nécessre our l'emlo exercé, jusqu'à rrver à 8 cégores rncles : les grculeurs exlons : seceur rmre ; les rsns commerçns e chefs d enrerses ; 3 les cdres, rofessons nellecuelles suéreures ; 4 les rofessons nermédres ; 5 les emloyés ; 6 les ouvrers ; 7 les rerés ; 8 les ures ersonnes sns cvé rofessonnelle. L vrle CS se décomose en 8 «sous-vrles» : CS, CS, 7 CS 7, 8 CS 8. Avec CS vu s CS, 0 snon. our chque ndvdu, seule l une de ces vrles es égle à, oues les ures resen égles à 0 (on ne eu s renr à deux cégores en même ems). On oujours 78. Or, comme déjà soulgné dns l re récédene, on ne conserve que des vrles ndéendnes. On ne reen donc que se vrles, l dernère én redondne. On reen n fne les se vrles CS, CS, 7 CS 7 l vrle CS. en leu e lce de On souhe révor, à l de de l connssnce des crcérsques d un ndvdu, (âge, udge ) son rennce à un groue : so le groue A des «ons yeurs endn d», so le groue B des «défu endn d». Comme l exse une ncerude -on ne connî s encore le comoremen du nouvel ndvdu à qu on v ocroyer un créd- on modélse ce lé comme une rolé. 9

10 On cherche à déermner l rolé que l ndvdu renne u groue A «les ons yeurs» (.e. Y) connssn cernes crcérsques () de ce ndvdu. Cee rolé es noée : Y on yeur sur d x / 0 Avec Y rerésenn l ndvdu éudé, les vrles exlcves reenues our juger de l rennce de Y à l un des deux groues e enfn x0 les crcérsques rores de l ndvdu Y. On noe uss Y 0 defu sur d x / 0 L rolé que l ndvdu renne u groue B «les muvs yeurs» schn les crcérsques de ce ndvdu. usque l ndvdu Y ne eu renr qu à l un des deux groues, l équon suvne es vérfée : S on conn on eu en dédure. our éver cee redondnce, on éude le ror enre les deux c'es-à-dre S l rolé d êre on yeur es suéreure à l rolé d êre muvs yeur, on chosr d ccorder le rê u clen. En d ures ermes : S > c'es-à-dre s > on lce l ndvdu Y dns le groue A des «ons yeurs» S > c'es-à-dre s < l ndvdu Y es dns le groue B des «muvs yeurs» our des rsons mhémques on réfère rvller sur le logrhme, c'es-à-dre que l on chercher à déermner une foncon de score g elle que : ln g ( x ) où x0 rerésene les crcérsque de l ndvdu Y à l de de demnde de rê. g( x 0 ) es le score rué à l ndvdu résenn les crcérsques x0. 0 0

11 S > c'es-à-dre s son score ( ) 0 x 0 > g on lcer l ndvdu Y dns le groue A des «ons yeurs sur d» S > c'es-à-dre s son score ( ) 0 x 0 < g l ndvdu Y es dns le groue des B «muvs yeurs sur d» L regresson logsque Le modèle de régresson logsque (Modèle Log) es sé sur l hyohèse suvne : le score g es une foncon lnére des vrles exlcve reenues (). C'es-à-dre que our chque ndvdu ln Comme décr c-vn, on clsse l ndvdu comme «on yeur» s 0 ln En ssn à l exonenelle 3, on eu clculer les rolés que l ndvdu en queson so resecvemen on () ou muvs yeur ( -) : Ex Ex Ex 3 Vor démonsron en nnexe

12 Le clrge des rmères s effecue r l Méhode du mxmum de vrsemlnce S le modèle de score vse à révor u meux le comoremen des ndvdus, l es forcémen mrf e résene, sur les données qu son ulsées our le clrer, des erreurs que l on eu résumer r un leu d «de conngence sur d» : comoremen esmé A "on yeur" B "muvs yeur" comoremen A "on yeur" d réel B "defu" c Il y donc ndvdus en clssés dns l cégore A des «ons yeurs sur d», ndvdus en esmés dns l cégore B des defu sur d e cd ndvdus clssés dns l cégore qu ne corresond s à leur comoremen réel. L ojecf du clrge du modèle de score es évdemmen de mxmser le nomre des ndvdus ens clssés e. our omser les rmères du modèle, l s g donc de mxmser our les ndvdus qu se son effecvemen révélé ons yeurs, l rolé d êre on yeur ; our les ndvdus qu se son effecvemen révélé muvs yeurs, l rolé d êre muvs yeur. On cherche donc à mxmser : L ndvdu on ndvdu muvs yeur yeur Il s g donc de rouver les melleurs coeffcens ( à ) e els que L défn c-dessous so mxmum. L ndvdu on yeur ex ex ndvdu muvs yeur ex Il s g de mxmser l vrsemlnce L, donc de mxmser son logrhme.

13 ln N ( L) ln ex ndvdu on yeur N ousle sn dvdus EEMLE NUMERIQUE Reour sur l nfluence du crcère mré ou non sur le crcère on ou muvs yeur. On suose que seule l vrle mré ou non nfluence ce crère. Mré Non Mré Tol Bon Muvs Tol Ex Ex ( ) ( ) où rends les vleurs s l ndvdu es mré e 0 s non mré. Il fu donc mxmser l vrsemlnce suvne : L ndvdu ( ) ( ) ex( ) ex ex on ex L ex ex L ex yeur ( * ) ( * ) ( ) ( ) ex ex ex ex ndvdu muvs yeur ( *0 ) ( *0 ) ex( * ) ex( * 0 ) ( ) ( ) ex( ) ex( ) Comme ces chffres son rès es, l es dffcle de les mnuler. On ulse donc le logrhme de L qu do êre mxmsé. 3

14 Avec le solveur Excel (ou s l y ro de données l foncon log de SAS)on rouve : 0,4603 0, ex(), ex(), ( Y / ) Y / 0 Y 0 / Y 0 / 0 ln(l) rolé 0, , , , nr ndvdu nr ndvdu*ln(ro) -633,47-377,59-840,65-45,3-30,84 ( ) ( ) ( ) On mesurer l effccé d un score, comme d lleurs de oue règle de sélecon, sur l échnllon d «d renssge», c es à dre celu qu serv à esmer les coeffcens de l foncon de score, condu à des résuls ro omses : en effe les coeffcens yn éé omsés sur ce échnllon, les ux d erreur son des esmons sées du vr ux d erreur, que l on ur sur de nouvelles données ssues de l même oulon. L vldon du score se f donc à l de d oservons sulémenres, mses de côé, our lesquelles on connî Y, e qu serven à évluer le comoremen fuur du score. Annexe : exemle de score clré sur un échnllon de clens Ces ndvdus sulémenres son en générl choss r des echnques de sondge. Exemle du cs «on yeur» exlqué r Mré/Non mré S un ndvdu ven demnder un rê, on lu roose un quesonnre our connîre ses crcérsques : c Mré ou Non Mré. 0,4603 0, ex(), ex(), ( Y / ) Y / 0 Y 0 / Y 0 / 0 ln(l) rolé 0, , , , nr ndvdu nr ndvdu*ln(ro) -633,47-377,59-840,65-45,3-30,84 ( ) ( ) ( ) Il fu donc chosr un seul our le «score sur d» el que dès que le score es lus grnd que ce seul, on ffece l ndvdu u groue A des «ons yeurs sur d». En rque, e r consrucon mhémque, s l on se ssf d une rolé de 50%, le seul du score vu zéro. 4

15 De mnère mons mnchéenne, our les ndvdus don l rolé es roche de 0.5, on eu chosr de s ocroyer une mrge de sécuré (exemle rolé 0.6) ou une lude sulémenre (exemle rolé de 0.4) our l ocro des créds. S l ndvdu es mré : Son score es égl à * >0 donc l ndvdu es reenu. En effe s rolé d êre on yeur vu On eu donc consdérer qu l ser rolemen «on yeur». S l ndvdu es non mré : Son score es égl à * >0 donc l ndvdu es reenu. En effe s rolé d êre on yeur vu On eu donc consdérer qu l ser rolemen «on yeur». On rmère, sur un échnllon de 000 clens «rês ersonnels», l foncon score sur l se des qure vrles exlcves suvnes : Revenu ( r rnche de 50 euros), rorére ( s ou, 0 s non), De d ouverure du come (nnée-000), Exsence d un Co-emruneur ( s ou, 0 s non). Le modèle de score oenu es le suvn : Revenu Mensuel ENT r orére Score Ancenneé Coemruneur

16 Sur l échnllon de 000 ersonnes qu à serv u clrge, l vrle «on yeur» es exlquée vec 95.5% de succès. Sur un échnllon es de 00 ersonnes sulémenres, on exlque l vrle «on yeur» vec 88.8% de succès. Cusomer Homeowner (Y Accoun Co-lcn Blnce Monhly Income or N) Oenng De (Y or N) ousndng _resye _onde _co 6,08-336,45-0, , , , , , score ln() ln() ro -0, ,43 0 4, , ,74-0, ,7686-0,0337 0, , ,43 0 4, , , ,0-0, ,73-0,049 0, , ,43 0 4, , ,76-0, , ,093 0, , ,34 0, , , ,07-0, ,0874-0,07 0, , ,34 0 4, , ,47-0, ,5098-0,0306 0, , ,09 0 4, , ,38-0, ,4794-0, , , ,43 0 4, , , , -0, ,36-0,0464 0, , ,7 0, , , ,8537 4,35-0, ,3609-0,085 0, , ,7 0, , , ,4-0,0869 -, ,086 0, , ,6 0, , , ,04-0, ,085-0, , , ,77 0 3, , , ,05-0, ,0949-0, , , ,6 0 3, , ,48-0, ,559-0, ,96 0-0, ,7 0 4, ,8537 3,34-0, ,3738-3,3738 0,0348-0, ,5 0, ,569003,00-0, ,357-0,738 0, , ,6 0 3, ,397754,5-0, , , , , ,43 0, , ,504600,53-0, , ,0764 0, , ,5 0 3, , , ,0-0, , , , , ,00 0, , , ,8-0, , ,4957 0, , ,00 0, , ,7-0, ,0867-0, ,67 0-0, ,43 0 4, , ,8537 4,4-0, ,576-0,0578 0, , ,68 0 4, , , ,68-0, , ,0484 0, , ,43 0, ,84505,5-0, ,479-0,749 0, , ,6 0, , , ,09-0, ,3606-0, , , ,34 0, ,87530, -0, ,485-0,5786 0, , ,85 0, , , ,33-0, , ,0304 0, , ,34 0 4, , ,0-0, ,395-0,0447 0, , ,7 0 4, , ,39-0, ,477-0,033 0, , ,43 0, , , ,8-0, ,833-0,0753 0, , ,43 0 4, , ,69-0, ,7308-0,047 0, , ,43 0, ,075300,06-0,985 -,8-0,98 0, , ,34 0 4, , ,66-0, , ,054 0, , ,34 0 4, , ,34-0, , , , , ,6 0 4, , , -0, ,658-0, , , ,7 0 4, , ,39-0, ,477-0,033 0, , ,43 0 4, , , ,5-0, , ,095 0, , ,6 0 3, , , ,8-0, ,8766-0, , , ,00 0, , , ,4-0,7693 -,493-0,769 0, , ,5 0 0, , ,09-0, , , , , ,7 0 4, , ,4-0, , ,0339 0, , , ,39-0, ,5785-0, , , ,6 0 4, , ,3-0, , , , ,90007, , ,06-0, ,7305-0,664 0, , ,34 0, , ,569003,50-0, , , ,804-0, , , ,86 -,066-0, ,06 0, , ,09 0 4, , ,4-0,0384-3, , ,036-0, ,6 0, , ,57-0, , , , , ,34 0 4, ,865455,93-0,0555 -,9788-0,053 0, , ,6 0 4, , ,33-0, , ,0358 0, , ,60 0, , , ,0-0, ,3876-0,875 0, , ,34 0 3, ,770760,5-0,0808 -,60-0,08 0, , ,34 0, , ,49-0, , ,038 0, , ,00 0, , , ,63-0, ,6984 -,6984 0, , ,6 0, , ,78-0,5668 -, ,566 0, , ,7 0 3, , , ,85-0, ,9057-0, ,

17 Les méhodes de score, lrgemen ulsées se erfeconnen sns cesse. Leur usge sé sur une roche ssque erme de meux qunfer les rsques. Ben sur, comme oue méhode ssque, le «scorng» comme des erreurs e un ndvdu qu l mlchnce d vor un rofl roche de celu de muvs yeurs ser consdéré comme el ; ms ce ye de méhodes comme mons d erreur e rese à ror lus ojecf que les jugemens d exer. r lleurs le score de rsque ncre our un rê n es qu un élémen dns le rocessus de décson e comme le relle l CNIL dns s Déléron n du 5 julle 988 orn doon d'une recommndon relve à l geson des créds ou des rês consens à des ersonnes hysques r les élssemens de créd : «Conformémen à l'rcle de l lo du 6 jnver 978, ucune décson ccordn ou refusn un créd ne eu vor our seul fondemen un remen uomsé d'nformons donnn une défnon du rofl ou de l ersonnlé de l'néressé». 7

18 CONCLUSION Les deux roches du rsque de défu euven donc êre «réconclées». our une érode de un n, l es donc ossle de clrer les coeffcens du modèle e donc de déermner un seul d de défu en foncon des vrles du modèle. L exemle sur l ocro de créd es ns ré. Une seconde ée ser de générlser ce résul à des érodes successves e ns dsoser de oue l gmme des rolés de défu à chque nsn. E un rosème d négrer des rocessus rownens. Au regrd de l rousesse du résul oenu sur un n vec des vrles sns rownens, (88% de l oulon clssée dns l onne cégore «defu» ou «non défu») l mrge d méloron ossle du modèle vec rownen rese lmé sur un n, ms ser eu êre sgnfcve sur une érode lus longue. 8

19 BIBLIOGRAHIE Duffee 999 «Esmng he rce of deful rsk» The revew of fnncl sudes srng 999 vol No ge 97-6 Duffe, Sngleon 994 «Modelng erm srucure of defulle onds» Revew of fncl sudy Jrrow, Lndo, Turnull 997 «A mrkov model for he erme sruure of cred rsk sreds» The revew of fnncl sudes Summmer 997 vol 0 No Lelnd 998 «Agency coss, Rsk Mngmen nd Cl Srucure» Lelnd Tof 996 «Oml Cl Srucure, Endogenous Bnkrucy, nd he erm srucure of cred sred» Fnnce Workng er 59 Longsff e Schwrz 995 «A smle roch o vlung rsky fxed nd flong re de» The journl of fnnce vol L No 3 july 995 Meron 973 On he rcng of corore de : he rsk srucure of neres re» 9

Chapitre IV Les oscillations couplées «Les oscillations libres d un système à plusieurs degrés de liberté»

Chapitre IV Les oscillations couplées «Les oscillations libres d un système à plusieurs degrés de liberté» Chre IV, cours de vbrons, ondes _Phs, Pr. Bds Bennecer MD 8-9 Chre IV es oscllons coulées «es oscllons lbres d un ssèe à luseurs degrés de lberé» Dns ce chre, nous llons coencer r éuder les oscllons lbres

Plus en détail

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire Rev. Energ. Ren. : Journées de hermue (200) 25-30 Eude e Concepon sssée pr Ordneur d un Sysème de Réfrgéron pr Voe Solre M. Belrb, F. Benyrou e B. Benyoucef Lborore des Méru e Energes Renouvelbles, Fculé

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie VARIABLES ALÉATOIRES déo oco de réro vrble léore dscrèe moyee - vrce - écr ye esérce mhémque vrble léore coue oco d ue vrble léore : rsormo combso lére de vrbles léores Déo E : eérece léore S : esce échllol

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie:

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie: Réublque Algérenne Déocraque e Poulare Mnsère de l Ensegneen suéreur e de a Recherche Scenfque Unversé : Hassba BENBOUAI de CHEF Faculé : Scences Déareen : Physque Doane : ST-SM Polycoe: Vbraons e Ondes

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

Calculer comment se constituer un capitale ; Calculer comment rembourser une dette en effectuant des versements réguliers.

Calculer comment se constituer un capitale ; Calculer comment rembourser une dette en effectuant des versements réguliers. CHAP: 8 Objecifs de ce chpire : Clculer comme se cosiuer u cpile ; Clculer comme rembourser ue dee e effecu des versemes réguliers. RAPPELS : Qu'es-ce qu'ue vleur cquise? Qu'es-ce qu'ue vleur cuelle? Le

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Mathématiques Financières : l essentiel Les 10 formules incontournables (Fin de période)

Mathématiques Financières : l essentiel Les 10 formules incontournables (Fin de période) A-PDF OFFICE TO PDF DEMO: Purchase from www.a-pdf.com to remove the watermark Mathématques Facères : l essetel Les formules cotourables (F de érode) htt://www.ecogesam.ac-a-marselle.fr/esed/gesto/mathf/mathf.html#e5aels

Plus en détail

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE REUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRAIQUE E OULAIRE MINISERE DE L ENSEIGNEMEN SUERIEUR E DE LA RECHERCHE SCIENIFIQUE UNIVERSIE FERHA ABBAS-SEIF MEMOIRE ésené à l Fculé des Scences Dépemen de hysque ou l Obenon

Plus en détail

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16 ÉO TUIT FOULS TUILLS SU TT Probbé ouo 3 dfféré4 ee gère be à ere échu 5 ee gère be à ere échu ueur fo d ée 6 ee gère à ere be d ce7 ee gère à ere be d ce ueur fo d ée8 urce décè 9 urce décè à c rbe cro

Plus en détail

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire 1 èmes JOURNÉES DE L HYDRODYNAIQUE Nnes 7 8 e 9 mrs 5 Smlon d esss d exncon e de rols forcé à l de d n code de clcl Nver-Soes à srfce lbre nsonnre E. Jcqn P.E. Gllerm Q. Derbnne L. Bode Bssn d'esss des

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

ANNEXES. André de Palma et Cédric Fontan. Thema Transport & Réseaux. Le 26 octobre 2000

ANNEXES. André de Palma et Cédric Fontan. Thema Transport & Réseaux. Le 26 octobre 2000 Enquêe MADDIF : Mulimoif Adpée à l Dynmique des comporemens de Déplcemen en Ile-de-Frnce ANNEXES André de Plm e Cédric Fonn Them Trnspor & Réseux Le 26 ocobre 2000 Lere de commnde N 99MT20 DRAST Minisère

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet To cte ths verson: Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet. TARIFICATION, PROVISION-

Plus en détail

Liens entre fonction de transfert et représentations d'état d'un système (formes canoniques de la représentation d'état)

Liens entre fonction de transfert et représentations d'état d'un système (formes canoniques de la représentation d'état) oqe V oqe Cor e ere foco de rfer e repréeo dé d èe fore coqe de l repréeo dé SI Coe oqe! Irodco! e ere le dfféree decrpo d èe! Pge odèle dé " foco de rfer # C d èe oovrle # C d èe lvrle! Pge foco de rfer

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin Drecton des Études et Synthèses Économques G 2007 / 12 Alé morl en snté : une évluton dns le cdre du modèle cusl de Rubn Vlére ALBOUY - Bruno CRÉPON Document de trvl Insttut Ntonl de l Sttstque et des

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET Clculs fcers Auteur : Phlppe GILLET Le tux d térêt Pour l empruteur qu e dspose ps des fods écessres, l représete le prx à pyer pour ue cosommto mmédte. Pour le prêteur, l représete le prx ecssé pour l

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1

Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1 Faites connaissance avec votre Rubik s Cube Étape 1 ÉFIN ITION ES IÈCES U RUBIK S CUBE LES RTIES LES IÈCES RÊTES CE SONT ES IÈCES COMORTNT EUX (2) COULEU RS. IL Y OUZE (12) IÈCES RÊTES, SITUÉES U CENT

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

LASTO Appuis élastomère

LASTO Appuis élastomère LASTO Appuis élsomère LASTO BLOCK F Appuis de déformion non-rmés Swizerlnd www.mgeb.ch Chmps d pplicion e specs imporns Chmps d pplicion LASTO BLOCK F es un ppui de déformion non-rmé en élsomère qui es

Plus en détail

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATI SYSTEM Prox Technologies is the uthorized distriutor of Rootunits in Cnd, providing wide rnge of extrusions, technicl support nd design engineering. We hve the tem expertise

Plus en détail

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE Por ne ommnaon responsable Toe ampagne de ommnaon a n réel mpa sr l envronnemen : onsommaon d énerge e de ressores, prodon de déhes, pollons ndrees. L éo-ommnaon a por b

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

L'effet de l'allocation unique dégressive sur la reprise d'emploi

L'effet de l'allocation unique dégressive sur la reprise d'emploi EMPLOI L'effet de l'allocaton unque dégressve sur la rerse d'emlo Brgtte Dormont Dens Fougère et Ana Preto* Le rofl de l ndemnsaton du chômage nfluence-t-l la rerse d emlo? Cette queston est étudée en

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

Chapitre VI. Méthodes d identification

Chapitre VI. Méthodes d identification hpre VI éhdes d def Vers /..00 I.D. Ld, mmde des ssèmes, hpre 6 hpre 6. éhdes d'def 6. éhdes d'def sées sr le lhsseme de l'errer de préd pe I 6.. dres rrés rérsfs..r. 6.. dres rrés éeds..e. 6..3 xmm de

Plus en détail

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs.

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs. GETION DE RIQUE Le domen nqe : Évalaon des rsqes por la ané e la éré des ravallers. L Employer do respeer ses oblgaons en maère de sané e de séré a raval. Conformémen ax prnpes générax de prévenon nsrs

Plus en détail

pouvant être utilisé pour représenter les nombres. Par convention, la base dans laquelle le nombre est exprimé se

pouvant être utilisé pour représenter les nombres. Par convention, la base dans laquelle le nombre est exprimé se psi--a-uomiquesysèmes ominoires- J.Kuhler V4.- CIENCE INDUTRIEE POUR INGÉNIEUR CI-8 pge /8. Auomique A. ysèmes ominoires PCII oopp ioonn II Codge de l informion. Opéreurs logiques fondmenux. Fonions logiques.

Plus en détail

Intégrales généralisées

Intégrales généralisées 3 Iégrles géérlisées Pour ce chpire, les focios cosidérées so priori défiies sur u iervlle réel I o rédui à u poi, à vleurs réelles ou complees e coiues pr morceu. L défiiio e les propriéés de l iégrle

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Arbres CSI2510 1. Arbres. Terminologie Arbre. Arbres

Arbres CSI2510 1. Arbres. Terminologie Arbre. Arbres rrs rrs rrs nrs Proprétés s rrs nrs rvrsés rrs Struturs onnés pour rrs rrs Un rp = (V,) onsst n un sér V SOMMS t un sér lns, v = {(u,v): u,v V, u v} Un rr st un rp onnté ylqu (sns yls) un mn ntr qu pr

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions Effets de l dépendnce entre dfférentes brnches sur le clcul des provsons Thème ASTIN : Contrôle des rsques Gllet Antonn Commsson de Contrôle des Assurnces 54, rue de Châteudun 75009 PARIS ntonn.gllet@cc.fnnces.gouv.fr

Plus en détail

ESPACE PLANTÉ EN VERGER

ESPACE PLANTÉ EN VERGER SOLTON NTRR V ROTTON + RRQU 0 NTRON SUR OTU NOX RRÉ L R S RKN +,N ORNS SOTLS 0 0 00 00 00 0 0 OSS RRS RVLLONS 0 NT % 00 0 00 0 00 0, +0, 0 0 OSS RRS RVLLONS ORURS TON NT % 0 0 OSS RRS RVLLONS T L U S L

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances Un programme nter-entreprses de découverte professonnelle > autour du téléphone moble > en faveur de légalté des chances 1 ère édton en 2007-2008 2 ème édton en 2008-2009 3 ème édton en 2009-2010 Prncpe

Plus en détail

Culture Mômes. PROGRAMMATION CULTURELLE «JEUNE PUBLIC» de 0 à 16 ans Du 11 avril au 11 mai 2015 16 EVENEMENTS JEUNE PUBLIC / FAMILLE

Culture Mômes. PROGRAMMATION CULTURELLE «JEUNE PUBLIC» de 0 à 16 ans Du 11 avril au 11 mai 2015 16 EVENEMENTS JEUNE PUBLIC / FAMILLE Cle Môes VCNC D PRINTMP PROGRMMTION CULTURLL «JUN PUBLIC» e 0 à 16 s D 11 vl 11 2015 16 VNMNT JUN PUBLIC / FMILL RCHOLOGI JUX MULTIMDI MUIQU VIIT XPOITION CONT CINM DN RCHOLOGI MNIFTTION PRIOD DCRIPTIF

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring Les méthodes d évaluation du risque de crédit pour les PME et les ménages Caractéristiques Comme les montants des crédits et des

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Décoration, équipement. de la Maison. Janvier 2013 sans prix. Printemps / Été. SADY s TRADING WOOD TRADING. www.sadys-trading.com

Décoration, équipement. de la Maison. Janvier 2013 sans prix. Printemps / Été. SADY s TRADING WOOD TRADING. www.sadys-trading.com Dreo Aeropor Mrselle Provee D 9 SADY s TRADING WOOD TRADING Déoro, équpeme de l Mso www.sdys-rd.om Jver 2013 ss prx Premps / Éé ZI Les Bols Dreo Mrselle - Ax ZI Les Esroubls SADY s TRADING Les ouveués

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Distribution statistique à une dimension

CHAPITRE 1 : Distribution statistique à une dimension Chatre1 : Dstrbuton Statstque à une dmenson I.H.E.T de Sd Dhr CHAPITRE 1 : Dstrbuton statstque à une dmenson Secton 1 : Vocabulare élémentare de la statstque descrtve 1. Poulaton et ndvdu Dénton On aelle

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

ANNEXE 3. QUELQUES FONCTIONS DE LA THEORIE DU CONSOMMATEUR...1

ANNEXE 3. QUELQUES FONCTIONS DE LA THEORIE DU CONSOMMATEUR...1 ANNEXE 3. QELQES FONCTIONS DE LA THEOIE D CONSOMMATE.... PESENTATION.... APPLICATION DANS LE CAS DE LA FONCTION D'TILITE COBB-DOGLAS... 7 3. L'EQATION DE SLTSKY... 9 3.. Comenston de Hcks... 0 3.. Comenston

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Réseaux secs Réseaux secs

Réseaux secs Réseaux secs p7 l Nos solutions hmres télécom p76 l Guides de choix - hmres télécom p78 l Stndrds p80 l Morphée p8 l Spécifiques pour réseux divers p8 l ccessoires oîtes pvillonnires p86 l Boîtes 5 x 5 et 0 x 0 p88

Plus en détail

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois)

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois) LES GRANDS THÈMES DE L ITB Les iérês simples e les iérês composés RAPPELS THÉORIQUES Les iérês simples : l'iérê «I» es focio de la durée «D» (jour, quizaie, mois, rimesre, semesre, aée) de l'opéraio (placeme

Plus en détail