TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE"

Transcription

1 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet To cte ths verson: Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet. TARIFICATION, PROVISION- NEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE. Bulletn Frnçs d Acturt, Insttut des Actures, 2009, 9 (17), pp.70. <hlshs > HAL Id: hlshs https://hlshs.rchves-ouvertes.fr/hlshs Submtted on 19 Dec 2011 HAL s mult-dscplnry open ccess rchve for the depost nd dssemnton of scentfc reserch documents, whether they re publshed or not. The documents my come from techng nd reserch nsttutons n Frnce or brod, or from publc or prvte reserch centers. L rchve ouverte plurdscplnre HAL, est destnée u dépôt et à l dffuson de documents scentfques de nveu recherche, publés ou non, émnnt des étblssements d ensegnement et de recherche frnçs ou étrngers, des lbortores publcs ou prvés.

2 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 1 RÉSUMÉ Mre-Pscle DELÉGLISE 2 Chrstn HESS 34 Sébsten NOUET 5 À prtr des résultts de l'enquête ``Hndcp-Incpctés-Dépendnce" du Mnstère de l Snté et des scénros d'évoluton future de l dépendnce des personnes âgées, publés pr l DREES 6, on emne de mnère prospectve l trfcton, le provsonnement et l'équlbre des comptes reltfs à un portefeulle de contrts dépendnce. Les méthodes et les résultts présentés ont pour but d'der l'ssureur à ploter le portefeulle en foncton de l'évoluton de l'envronnement démogrphque et fnncer. SUMMARY: Bsed on the report ``Hndcp-Incpctés-Dépendnce" of the French ``Mnstère de l Snté" nd on the DREES scenros for the dsblty of elder persons, the rtng, the reservng nd the fnncl blnce reltve to such dsblty porfolo re emned n prospectve pproch. The methods nd the results m t helpng the nsurer to control the portfolo ccordng to the evoluton of the demogrphc nd fnncl envronment. MOTS-CLÉS : Assurnce dépendnce, ncdence, prévlence, tbles prospectves, provsons technques, bénéfces fnncers, lo de chute. 1. INTRODUCTION En Frnce et dns d'utres pys développés, pluseurs études lssent prévor un ccrossement du phénomène de dépendnce u cours des prochnes nnées. Cel 1 Ce trvl été morcé à CAPA Consel et bénéfcé du souten de l chre Rsques et Chnces de l Trnston Démogrphque de l Fondton du Rsque de Prs Duphne 2 CNP Assurnces 3 Unversté Prs Duphne, Centre de recherche Strtéges et Dynmques Fnncères (SDF), Mster d'acturt 4 Auteur correspondnt : Chrstn HESS - Déprtement MIDO, Mthémtques - Unversté Prs-Duphne, Plce du Mréchl de Lttre de Tssgny PARIS CEDEX Unversté Prs Duphne, CREA-SDF et Centre de l Recherche de l EMLV 6 Drecton de l Recherche, des Études, de l'évluton et des Sttstques (Sécurté Socle) BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 9, n 17, nver un 2009, pp

3 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 71 s'eplque pr le vellssement de l populton qu lu-même est dû à deu cuses prncples : les progrès de l'hygène et de l médecne qu ont perms l'llongement de l'espérnce de ve l forte ntlté sur l pérode , communément dénommée ``bby-boom", suve pr une pérode de ntlté fble, entrner l'ccrossement du nombre de personnes âgées dns l populton quelques décennes plus trd. L'enquête ``Hndcps-Incpctés-Dépendnce" (HID), menée en Frnce dns les nnées 1990, montré que l'effectf de l populton des personnes dépendntes llt connître une ugmentton sgnfctve. Ce phénomène soulève l queston de l'ssurblté du rsque dépendnce et donc de l vblté des produts dépendnce proposés en Frnce pr les ssureurs. Autrement dt, l'éventulté d'un ccrossement du phénomène de dépendnce représente-t-elle pour l'ssureur une opportunté ou, u contrre, représentet-elle pour lu un rsque dffcle à ppréhender, vore non ssurble? Fce à cette queston, l trfcton et le provsonnement de ce rsque devront être emnés d'une mnère prospectve. De plus, fn d'vor une mge précse de l'équlbre des comptes de l'ssureur, d'utres éléments devront être prs en compte tels que les bénéfces fnncers et les bndons de contrt (chutes), ssez fréquents pour ce type de rsque, ces deu éléments contrbunt à corrger un déséqulbre éventuel. Le suet de l dépendnce déà été bordé dns pluseurs rtcles ou mémores. Nous en ctons quelques uns dns l bblogrphe, sns toutefos prétendre à l'ehustvté. Notre trvl tros obectfs prncpu. Le premer est de montrer comment, à prtr de sttstques ntonles qu fournssent les tu de prévlence, on peut évluer le rsque de dépendnce dns l populton frnçse. Le deuème est d'étuder l'évoluton future des coûts de l dépendnce en nous bsnt sur les scénros prospectfs envsgés pr l DREES. Cel nous condut, en trosème leu, à proposer une pproche pour le plotge de portefeulles de rsques dépendnce. Dns un souc de smplfcton, nous vons lmté le chmp de l'étude à l dépendnce totle et permnente. Pr lleurs, nous vons chos d'eplcter de mnère ssez précse les rguments cturels et sttstques pour évter que l'rtcle ne pusse être lu que pr des eperts de l dépendnce. L'rtcle est orgnsé de l mnère suvnte. Après vor stué le problème de l dépendnce des personnes âgées dns le contete démogrphque ctuel, on eplque les

4 72 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET rsons du cho de l'pproche forftre, doptée dns ce trvl. On ntrodut uss les grndeurs cturelles du modèle, spéclement l prévlence, l'ncdence et le tu de mortlté des dépendnts. On montre comment estmer smplement les tu de prévlence dns l populton frnçse pour l'nnée 2000, cec à prtr de l'enquête HID. Un ustement en foncton de l'âge est uss proposé. Les deu epressons permettnt le clcul de l prme d'ssurnce dépendnce sont lors rppelées et dscutées en lson vec une relton entre l'ncdence et l prévlence. L'étude prospectve est ensute bordée en référence à des scénros d'évoluton de l dépendnce, consdérés dns l'enquête HID. On complète ces scénros pr des hypothèses sur l'évoluton des tu d'ntérêt. Dns ce cdre élrg, on emne sur un eemple type comment sont susceptbles de vrer les trfs et les provsons technques de l'ssureur. Cel est complété pr l'étude du rôle des bénéfces fnncers et des bndons de contrts. 2. DÉFINITION DE LA DÉPENDANCE Pour décrre les conséquences du vellssement chez les personnes âgées ou des mldes dégénértves de l'âge dulte, l este pluseurs termes qu recouvrent des réltés dfférentes. On prle en effet de dépendnce, d'nvldté, d'ncpcté, de hndcp, de perte d'utonome, de défcence, etc. C'est l défnton des professonnels de l snté que nous retendrons : ``Sont dépendntes les personnes dultes qu dépendent d'une utre pour les ctes de l ve quotdenne, que ce sot les ctes élémentres de l ve cournte (s'hbller, fre s tolette, s'lmenter, se déplcer) ou les tâches domestques (fre ses courses, préprer des reps, prendre ses médcments)". Dns ce trvl, nous nous lmterons u cs de l dépendnce permnente et totle des personnes âgées de 55 ns u mons et c'est dns ce sens que nous emploerons le terme de dépendnce. L dépendnce peut être permnente ou temporre. L dépendnce permnente concerne les personnes dultes qu dépendent d'une utre, de mnère défntve, pour les ctes de l ve quotdenne. L dépendnce permnente peut-être à son tour segmentée en deu ctégores : l dépendnce totle et l dépendnce prtelle. 2.1 L grlle AGGIR Plus précsément, les personnes dépendntes sont clssées à l'ntéreur de l grlle Autonome Gérontologe-Groupes Iso-Ressources (AGGIR). Cette grlle consttue uourd'hu l'outl offcel d'évluton de l dépendnce en Frnce. Elle se décompose en cnq ctégores GIR 1 à GIR 5. Les nveu GIR 1 et 2 représentent l dépendnce totle,

5 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 73 tnds que les nveu GIR 3, 4, et 5 crctérsent l dépendnce prtelle. L dépendnce totle est uss ppelée ``lourde". Comme ndqué précédemment on s'ntéresse essentellement à l dépendnce totle, c'est à dre à celle codfée pr les nveu GIR 1 et 2. En Frnce, ce rsque est couvert pr les ssureurs et prend surtout en chrge ce qu'l est convenu d'ppeler le ``nursng". Les frs médcu qunt à eu sont générlement prs en chrge pr l Sécurté Socle et les complémentres Snté. 3. LE CONTEXTE DÉMOGRAPHIQUE Les chffres donnés c-dessous permettent de prendre l mesure de l'llongement de l'espérnce de ve, de l'ccrossement de l populton des senors et de l'mpct de ce vellssemnt sur le phénomène de dépendnce. On st uourd'hu que l'espérnce de ve s'ccroît de 3 mos chque nnée. En 1998 pr eemple, cette évoluton se trdust pr un gn de 1,9 ns pr rpport à 1990 pour les hommes et de 1,3 ns pour les femmes (cf. tbleu c-dessous). Année Hommes 67,8 69,8 72,3 72,7 73,9 74,6 Femmes 75,2 77,9 80,5 80,9 81,9 82,2 Tu de mortlté 1,10% 1,02% 0,93% 0,93% 0,91% 0,92% Tbleu 1 - Évoluton de l'espérnce de ve de 1968 à 1998 (en nnées) 1 Des proectons de l pyrmde des âges permettent d'estmer l'évoluton de l'espérnce de ve en 2025 à 81,2 ns pour les hommes et 87,4 ns pour les femmes, sot un gn de durée de ve d'envron 6 ns pr rpport à L'ugmentton de l proporton des senors églement été soulgnée. Au 1er nver 1998, l populton totle de l Frnce métropoltne étt estmée à 58,7 mllons d'hbtnts, dont 11,9 mllons de personnes âgées de 60 ns ou plus, dont 4 mllons d'u mons 75 ns. Les personnes âgées de 60 ns ou plus, représentent donc déà plus de 20% de l populton frnçse. S l'on s'en tent u prévsons de l'insee, l proporton des plus de 60 ns dépsser 25% en D'c à 2025, le nombre de senors frnçs devrt 1 Source : INSEE Bln démogrphque 98, Févrer INED Populton et Socété, Mrs 99

6 74 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET croître de fçon consdérble (+48%) pour ttendre près de 14,5 mllons de personnes. Qunt u nombre de senors les plus âgés (plus de 80 ns), l fer plus que trpler pr rpport à l'n 2000 en pssnt de 2,1 mllons à près de 7 mllons en L Frnce comptt centenres en 2001, et en compter plus de en Qunt à l populton dépendnte, pluseurs évlutons ont été données pr l'enquête HID déà ctée. Pr des technques de sondge, l'effectf de cette populton été évlué en 2000 à envron personnes. De cette enquête, on pu uss dédure des proectons sur l'évoluton future de l populton dépendnte. En prtculer, on pu prévor un ccrossement de l dépendnce en Frnce, spéclement u sens de l dépendnce lourde (GIR 1 et 2). Pluseurs scénros que nous décrrons plus lon ont été envsgés. Selon certns de ces scénros, dts dynmques, le nombre des personnes dépendntes ttendrt , vore , en Il connîtrt une ugmentton comprse entre 30% et 80% envron. Selon un utre scénro, dt sttque, l populton dépendnte ttendrt même en APPROCHE INDEMNITAIRE ET APPROCHE FORFAITAIRE Afn de détermner le montnt de l prme d'un contrt dépendnce, les deu composntes de l snstrlté, fréquence (ou nombre) et coût, dovent être estmées. Le rsque dépendnce étnt un rsque long, l'ssureur dot être en mesure, non seulement d'estmer ces deu composntes à une époque donnée, ms uss d'en prévor l'évoluton future. À défut, l'ssurblté du rsque dépendnce pourrt poser problème. En ce qu concerne le coût de snstre, beucoup d'ssureurs ont contourné l dffculté de prévson en proposnt des contrts dont l grnte en cs de snstre est forftre plutôt qu'ndemntre. En effet, dns le cdre de l grnte ndemntre l'ssureur dot rembourser à l'ssuré le montnt totl des dépenses occsonnées pr le snstre, utrement dt pr l'entrée en dépendnce et ses conséquences. S l grnte prévue u contrt est forftre, l'ssureur ne verser à l'ssuré qu'une rente vgère de montnt fé à l'vnce, cec à prtr de l'entrée en dépendnce, quel que sot le montnt des dépenses occsonnées pr le snstre. Le seul lé subsstnt lors pour l'ssureur résde dns l durée de versement de cette nnuté. Dns ce trvl nous nous bornerons à emner le cs de l'pproche forftre. Nous verrons que l composnte ``fréquence des snstres" peut être convenblement estmée. Qunt à son évoluton future pluseurs scénros seront envsgés, ce qu nous

7 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 75 mèner à emner les rsques de sous-trfcton et de sous-provsonnement pour un groupe de contrts dépendnce. On rsonner pr rpport à un produt d'ssurnce dépendnce très répndu, à svor l rente vgère à prtr de l dte d'entrée en dépendnce s cette dernère survent. Nous nous bserons sur les dfférents scénros médco-socu du Mnstère de l Snté. Comme on l' déà ndqué, nous nous lmterons u cs de l dépendnce totle ou lourde, segment de l dépendnce l plus grve et essentellement couvert en Frnce pr le secteur de l'ssurnce. 5. LA PRÉVALENCE, L'INCIDENCE ET LA MORTALITÉ DES DÉPENDANTS Dns l'étude sttstque de l dépendnce, deu ndcteurs sont utlsés : l prévlence et l'ncdence. Pour un âge donné, l prévlence est défne comme l proporton des personnes dépendntes dns une certne populton et l'ncdence, comme l probblté de devenr dépendnt. Pr conséquent, l prévlence représente un stoc de personnes dépendntes à un âge ou pour un ntervlle d'âges donné, tnds que l'ncdence représente un flu entre deu âges consécutfs. D'près l'enquête HID, on estme à 10% de l populton générle l prévlence à 80 ns pour l dépendnce des nveu GIR 1 à 4. L prévlence pour le rsque de dépendnce totle (GIR 1 et 2) est estmée à 4% u même âge. Qunt à l'ncdence à l'âge de 80 ns, elle est de l'ordre de 2,1% pour l dépendnce totle. L'ncdence et l prévlence sont lées pr une relton qu ser donnée plus lon et qu met en eu l lo de mortlté générle et celle des dépendnts. Ces los ntervendront dns l trfcton et le provsonnement du rsque dépendnce. Toutefos, d'utres éléments devront être utlsés. En ce qu concerne l mortlté, nous utlserons les tbles de l'ined de 2000, 2010, 2020, 2030 et Le tu d'ntérêt technque ser églement nécessre pour détermner l prme et les provsons technques. Le tu de rendement des produts fnncers, notmment le tu d'ntérêt du mrché oblgtre, ntervendr qunt à lu pour évluer l vblté du contrt dépendnce, ns que s rentblté. L'ncdence et l prévlence, de même que les los de mortlté et le tu d'ntérêt technque, sont susceptbles d'évoluer u cours du temps, ce qu v modfer l'enggement de l'ssureur vs-à-vs de l'ssuré, ns que l'enggement de l'ssuré vs-à-vs de l'ssureur. En ce qu concerne l'ctf, l'évoluton des tu d'ntérêt sur le mrché oblgtre, comme celle des utres plcements, nfluer sur les bénéfces fnncers.

8 76 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET 5.1 Les fonctons cturelles du modèle Le produt d'ssurnce consdéré c s'dresse u personnes non dépendntes et l grnte consste dns versement d'une rente vgère en cs d'entrée en dépendnce. Il n'y ps de composnte d'éprgne. En contreprte, l'ssuré s'engge à verser une cotston nnuelle à l'ssureur, tnt qu'l est vvnt et vlde. L'ssureur mutulse les rsques u nveu de son portefeulle. Tous les ssurés ne devendront ps dépendnts u cours de leur ve, cr l pluprt d'entre eu décèderont sns être devenus dépendnts. Les contrts seront supposés souscrts en début d'nnée pr des ssurés dont l'nnversre tombe le 1 er nver et l dte de souscrpton ser prse pour orgne du temps. Les nottons suvntes, conformes à l notton cturelle nterntonle, seront utlsées. p = probblté pour l'ndvdu, d'âge à une époque prse pour orgne (époque 0), de vvre usqu'à l'époque, utrement dt usqu'à l'âge sns devenr dépendnt, ( comme ctf, synonyme de non dépendnt). q = probblté pour l'ndvdu vlde, d'âge à l'époque 0, de décéder vnt l'époque sns trnster pr un étt de dépendnce. = p probblté de surve usqu'à l'époque pour un ndvdu d'âge déà dépendnt à l'époque 0 ( comme nvlde, synonyme de dépendnt). = q probblté de décès vnt l'époque pour un ndvdu d'âge déà dépendnt à l'époque 0. = p probblté de surve usqu'à l'époque pour un ndvdu d'âge en début d'nnée, ssu de l populton générle, qu'l sot nvlde ou non. = q probblté de décès vnt l'époque pour un ndvdu d'âge, ssu de l populton générle, qu'l sot nvlde ou non à l'époque 0. Lorsque = 1, on omet l'ndce de guche, conformément à l notton cturelle nterntonle. = tu d'ncdence à l'âge ; l est égl à l probblté pour un ndvdu d'âge en début d'nnée de devenr dépendnt dns l'nnée et d'être vvnt en fn d'nnée. Ans, le décès d'un ndvdu entré en dépendnce u cours d'une nnée donnée ne peut se produre u plus tôt que l'nnée suvnte. = tu de prévlence à l'âge. C'est l proporton des personnes dépendntes dns l populton générle. Au stde où nous en sommes, cette défnton est suffsnte,

9 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 77 ms nous serons menés à l précser à l secton 6. On suppose églement qu'une personne dépendnte ne peut redevenr vlde, ce qu est conforme à l'observton, dns le cs l dépendnce totle à lquelle nous restregnons notre ttenton svor : Pour un ndvdu vvnt et vlde à l'âge, l y tros étts possbles à l'âge 1, à être vvnt et vlde vec probblté p, être décédé (sns être devenu dépendnt) vec probblté q, être devenu dépendnt vec probblté (on suppose donc qu'l ser encore vvnt et dépendnt en fn d'nnée). Pour un ndvdu dépendnt vvnt à l'âge deu cs sont possbles à l'âge 1 : être vvnt (et dépendnt) vec probblté p, être décédé vec probblté q. Les nottons suvntes sont églement utles : l = nombre moyen de personnes (dépendntes ou non) vvntes à l'âge, l = nombre moyen de survvnts vldes à l'âge, l = nombre moyen de survvnts dépendnts à l'âge, Pr eemple, l prévlence à l'âge peut s'écrre l = l Les tu d'ncdence et de prévlence ntervendront drectement dns l'étude de l trfcton des produts d'ssurnce dépendnce, notmment pour évluer le coût de l rente vgère dfférée. Compte tenu des hypothèses ftes, les qunttés ntrodutes précédemment sont lées pr les reltons c-près p q = 1 et p q = 1 Nous verrons à l secton 6 que d'utres reltons estent entre l'ncdence et prévlence (formules (2) et (3)). 5.2 Modélston du tu de mortlté des dépendnts Le tu de mortlté des dépendnts est générlement supéreur à celu de l populton générle. Nous utlsons l formule étble pr l SCOR en 1995 (vor [1]). Pour

10 78 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET chque âge, ce tu s'eprme comme une foncton ffne du tu de mortlté générle, sot q = q (1) Dns cette églté, les q sont ceu de l tble TD Le coeffcent trdut une surmortlté multplctve lée à l'étt de dépendnce. Qunt à, c'est un coeffcent de surmortlté ddtve. On peut le vor comme trdusnt l surmortlté lée à l'étt de dépendnce de l personne, ms non à son âge. Les coeffcents et ont été supposés ndépendnts de l'âge et leur estmton condut à = 2 et = 0,035. Dns l'étude prospectve que nous llons effectuer, nous supposerons pour smplfer que l même formule s'pplque, vec les mêmes vleurs des prmètres, pour tous les scénros envsgés et nous nous bserons, comme cel été ft à l SCOR, sur les tbles TD À l secton 7.5 nous emnerons brèvement l'nfluence d'éventuelles vrtons des q sur le montnt de l prme d'ssurnce dépendnce. Comprson vec une lo de mortlté plus récente L lo SCOR est ssez ncenne. Les los de mortlté pour les dépendnts font mntennt ntervenr deu vrbles : l'âge et l'ncenneté en dépendnce. On peut cter pr eemple l lo de mnten donnée pr l FFSA [6] qu, en outre, dstngue l populton msculne et l populton fémnne. Nous vons utlsé chcune de ces deu tbles fn de clculer l vleur ctuelle probble des rentes de dépendnce. Il s'vère que, pour les âges nféreurs à 91 ns pour les femmes et à 96 ns pour les hommes, l'nnuté clculée pr l lo SCOR est nettement supéreure à l lo FFSA. Cel est llustré pr le tbleu suvnt : hommes femmes âge nnuté FFSA nnuté SCOR nnuté FFSA nnuté SCOR 60 0, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,98560 Tbleu 2 - Vleur ctuelle probble de l rente de dépendnce (pour une unté de rente) (tu d'ntérêt technque 2,50%)

11 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 79 L lo de mortlté de l SCOR pprît donc comme plus prudente que celle de l FFSA, d'utnt plus que les contrts dépendnce sont rrement souscrts u-delà de 70 ou 75 ns. Dns l sute de ce trvl, nous utlserons l lo SCOR. 5.3 Estmton et ustements des tu de prévlence pour l'nnée 2000 Le tu de prévlence pour chque âge est estmé à prtr de l'enquête HID du Mnstère de l Snté. Comme ndqué précédemment, elle est bsée sur un recensement de l populton dépendnte effectué pr l'insee en 1999 prm les personnes âgées de 60 ns et plus. Les résultts sont présentés dns le tbleu c-près, qu réprtt les effectfs pr clsse d'âges décennle à l'ntéreur de chque nveu GIR. GIR 60 à 69 ns 70 à 79 ns 80 à 89 ns 90 ns et plus Totl 1 ou Totl Tbleu 3 - Réprtton des personnes âgées de 60 ns et plus dns l grlle AGGIR 1 L'effectf de l populton des 60 ns et plus de l'nnée 2000 est évlué pr l'insee à personnes, sot une dfférence reltve pr rpport à l'enquête HID de 1999 (sot ) nféreure à 0,1%. Des rsons d'homogénété condusent, pour obtenr le quotent de l populton dépendnte, à utlser les chffres fourns pr l'insee. En effet, dns ce qu sut, le clcul de l moyenne de chcune des clsses d'âges s'ppue sur l réprtton âge pr âge fourne pr l'insee, ms bsente dns l'enquête HID. L proporton des personnes dépendntes de 0,70% de l clsse des 60 à 69 ns est resttuée pr le rto entre et En effectunt l même démrche pour les tros utres clsses d'âges, on obtent les estmtons suvntes : 1,71% pour l ctégore des ns, 7,35% pour l ctégore des ns, 20,83% pour l ctégore des plus de 90 ns. 1 Sources : INSEE, enquêtes HID 1998 et 1999.

12 80 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET Afn d'évluer les tu de prévlence pour chque âge enter, on procède à un ustement pour les âges de 60 à 99 ns. Pour cel, on suppose que chcun des qutre tu de prévlence décennu représente l prévlence de l moyenne spécfque à chcune des clsses d'âges décennles. L moyenne reltve à une clsse d'âge décennle est pr défnton l'âge moyen des ndvdus de cette clsse. Pr eemple, pour l ctégore des ns, l'âge moyen est de 64,5 nnées. Il ne s'gt ps du centre de l clsse, cr dns le clcul de l moyenne, les âges sont pondérés pr les effectfs. Ans, pour l ctégore des 90 ns et plus, l moyenne de cette clsse est de 92,67 ns. On clcule donc l moyenne pondérée de chque clsse, à lquelle on ssoce le pourcentge de dépendnts clculé pour l clsse d'âges décennle ssocée. On obtent lors le tbleu c-près Clsse d'âges Age moyen Tu de prévlence décennle ns 64,50 ns 0,70% ns 74,27 ns 1,71% ns 84,20 ns 7,35% 90 ns et plus 92,67 ns 20,83% Tbleu 4 - Tu de prévlence en foncton de l'âge L représentton dns un pln des qutre ponts : A(64,50;0,70%) ; B(74, 27;1,71%) ; C(84, 20;7,35%) ; D (92,67;20,83%), montre que ceu-c ne sont ps lgnés. On consdère mntennt en ordonnée le logrthme des tu de prévlence. Cette fos l représentton des qutre ponts A(64,50 ; ln(0,70%)) ; B(74, 27;ln(1,71%)) ; C(84,20;ln(7,35%)) et D(92,67;ln(20,83%)), ft pprître qu'ls sont sensblement lgnés. Fgure 1

13 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 81 On détermne les estmteurs â et ˆb, de et b respectvement, pr l méthode des mondres crrés sur le modèle ln( y) = b sous les hypothèses hbtuelles. On obtent ˆ = 0,12314 et b ˆ = 13,019. De mnère équvlente cette équton peut s'écrre y = Bep( ) 6 vec B ˆ = ep( b ˆ ) = 2, Le coeffcent de corrélton lnére 2 R est supéreur à 0,99. On retendr donc ce modèle pour estmer les tu de prévlence en 2000 entre les âges moyens du tbleu c-dessus. L vldton de ce résultt obtenu sur bses INSEE et HID est confrmée en vérfnt que le modèle pprome ben l populton dépendnte recensée pr l'enquête HID. Notre tu de prévlence prévoyt un nombre de dépendnts pour l'n 2000 lors que l'enquête HID en recense Le modèle fournt donc un résultt correct vec une erreur d'envron 5,5%, écrt reltf fble compte tenu des lés sur les mesures. 6. PRIME D'UN CONTRAT DÉPENDANCE ET VARIABILITÉ DES RÉSULTATS On commence pr étblr des égltés mportntes qu relent ncdence et prévlence, pus on ndque les formules de clcul des prmes, ns que l vrnce du résultt d'un contrt dépendnce. 6.1 Reltons entre ncdence et prévlence Le résultt suvnt montre que l'ncdence peut s'eprmer en foncton de l prévlence, du tu de surve dns l populton générle et du tu de surve des dépendnts. Proposton 6.1 Sous les hypothèses précédentes on l'églté 1 p p = 1 Démonstrton. L'ncdence à l'âge est le quotent de l dfférence entre les nombres de dépendnts à l'âge 1 et l'âge pr le nombre de non dépendnts à l'âge, sot l 1 = (1 ) l l p (2)

14 82 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET d'où, en dvsnt numérteur et dénomnteur pr l, l l l l l l = ce qu donne ben l formule nnoncée. C.Q.F.D. Remrque 6.1 D'utres conventons sont possbles pour défnr l prévlence et l'ncdence, ce qu condut à des vrntes de l formule (2). Pr eemple, l este une vrnte de cette formule dns lquelle le fcteur (1 0,5 ) pprît u dénomnteur, ce qu correspond à l'hypothèse d'entrée en dépendnce en mleu d'nnée. Toutefos, cel ne modfe ps sensblement les résultts numérques. Inversement, l est possble de clculer l prévlence à prtr de l'ncdence. Étnt donné que le tu de prévlence correspond à un stoc lmenté pr le flu des entrées en dépendnce, on dot u prélble fer un âge ntl 0 à prtr duquel on commence à compter les dépendnts. Cel condut à ntrodure pour l prévlence l notton plus précse ( 0) qu mentonne eplctement 0. Dns ces condtons, l'églté suvnte est vérfée 1 l p p p ( 0 ) = y y y y = 0 y y y l y= 0 y= 0 0 y 0 p q (3) Dns l'epresson précédente, on ft l somme de toutes les personnes entrées en et, et qu sont encore en ve à l'âge. dépendnce à un âge y comprs entre 0 Remrque 6.2 () S l'âge ntl de décompte 0 est remplcé pr 1, vec 1 > 0, lors l prévlence à un âge > 1 est modfée et l'on de mnère précse ( 0 ) ( 1) = y y y y l y= 0 0 l p (4) On vot en prtculer que ( 0 ) > ( 1) quel que sot > 1. () Des études récentes ont étbl que l mortlté des dépendnts est nfluencée, non seulement pr l'âge, ms uss pr l'ncenneté dns l'étt de dépendnce. Cel perms l constructon de tbles de mortlté des dépendnts foncton de ces deu grndeurs ou, ce qu est équvlent, l'élborton de los de mnten. Ctons pr eemple les Chers Technques de l FFSA [6]. Une pplcton numérque permettnt de comprer l lo de mnten l FFSA et celle de l SCOR été trtée à l secton 5.2.

15 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 83 () S l'âge ntl 0 de décompte des dépendnts est de l'ordre de 55 ns, lors le nombre de dépendnts d'âge nféreur à 0 ser néglgeble devnt l'effectf totl de l populton dépendnte. 6.2 Les deu epressons de l prme pure unque Comme on l' déà ndqué, l'ssureur s'engge à verser une rente vgère à l'ssuré en cs d'entrée en dépendnce. Le montnt de l rente est chos pr l'ssuré à l sgnture du contrt. En contreprte, l'ssuré s'engge, tnt qu'l est vvnt et vlde, à pyer une prme nnuelle dont le montnt ntl est foncton du nveu de l rente chose et de l'âge à l souscrpton. Sot ( ) une tête d'âge, vvnte et vlde à l'époque de l sgnture du contrt, prse comme orgne. On note X = ndcteur de surve de ( ) Y = ndcteur de dépendnce de ( ) On les équvlences X ( ) = 1 ( ) est vvnt à lépoque Y ( ) = 1 ( ) est dépendnt à lépoque Les vrbles létores X ( ) et Y ( ) ne sont ps ndépendntes : l est nécessre d'être vvnt pour être dépendnt. L vleur ctuelle des enggements de l'ssureur est donnée pr où W = X ( ) Y( ) v (5) =0 1 v = 1 est le fcteur d'ctulston correspondnt u tu technque et où est l'âge lmte de l tble de mortlté utlsée. Cette vleur ctuelle est une vrble létore dont on peut clculer les moments. L'espérnce mthémtque ou vleur ctuelle probble (vp) est l prme pure unque donnée pr = E( W ) = E( X ( ) Y ( )) v =0 Nous vons E( X ( ) Y ( )) = P( X ( ) = 1 et Y ( ) = 1) = P( X ( ) = 1) P( Y ( ) = 1/ X ( ) = 1) sot fnlement

16 84 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET E( X ( ) Y ( )) = p ( ) (6) où ( ) est le tu de prévlence à l'âge, reltvement à une populton d'ndvdus vvnts et vldes à l'âge. Il en résulte que = p ( ) v (7) 0 Remrque 6.3 L'epresson de l prme pure unque donnée pr (7) utlse les tu de prévlence ( ) ce qu correspond ben u rsque prs en chrge pr l'ssureur. Il est clr en effet que s une personne âgée de 70 ns souhte souscrre un contrt dépendnce, le tu de prévlence qu ntéresse l'ssureur pour le clcul de l prme est celu reltf à l populton des plus de 70 ns. Le nombre de dépendnts qu sont entrés en dépendnce vnt 70 ns ne devr ps ntervenr dns ce cs. Cel soulève une dffculté, cr les tu ( ), pour 0 ne sont générlement ps connus et l'ssureur ser condut à utlser les tu ( 0 ) reltfs à une populton d'âge u mons égl à <. 0 D'près l remrque 6.2 (), nous svons que ( ) > ( ) 0 quel que sot l'enter 0, ce qu entrîne que l prme pure clculée à prtr des tu de prévlence ( 0 ) ser plus grnde que. Comme ndqué dns [16] et [18], le bs ns ntrodut ne ser ps trop mportnt s l'âge reste nféreur à 75 ns, cr le nombre d'entrées en dépendnce vnt 75 ns est fble. Pr contre, s étt supéreur à 75 ns, l prme pourrt être modfée. Nous revendrons sur ce pont à l secton 7.5. Une utre epresson de l prme pure unque peut être donnée. Dns [16] et [18] (où l formule (7) vt déà été donnée), l est étbl que l prme pure unque peut uss s'eprmer en foncton de l'ncdence, de l lo de mortlté des vldes et de celle des dépendnts. Plus précsément, les uteurs étblssent l formule = p v =0 (8) qu peut s'nterpréter de l mnère suvnte : s un ctf, d'âge ( ) à l sgnture du contrt, est vvnt et ctf à l'époque (vec probblté p ) et devent dépendnt (vec probblté ), lors l'ssureur lu verser une nnuté ve entère dont l vp à l'époque est. Qunt à l prme pure nnuelle, notée P, on suppose qu'elle est constnte et pyble tnt que ( ) est vvnt et non dépendnt (ou ctf). Elle s'écrt

17 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 85 P = où est l vleur ctuelle probble d'une nnuté, de montnt unté, pyble d'vnce tnt que ( ) est vvnt et vlde. Elle est donnée pr l formule = p v =0 Dns cette epresson et les précédentes, p représente l probblté pour que ( ) sot vvnt et non dépendnt à l'âge schnt qu'l étt dns cet étt à l'âge. Dns les clculs numérques, nous vons utlsé l formule (7) pour le clcul de. Un frctonnement églement été ntrodut en supposnt que l'nnuté (rente d'nvldté) est pyée à l fn de chque mos. Pour l'nnuté non frctonnée, nous vons m1 = m=0m p v L'nnuté mensuelle s'en dédut en outnt 11/ Vrnce ssocée à un contrt dépendnce Pour un contrt donné, l vp des dépenses de l'ssureur, sot E( W ), été clculée précédemment. Elle représente l'espérnce mthémtque ctulsée des pement qu seront effectués pr l'ssureur pour ce contrt. On peut uss clculer l vrnce V ( W ) de cet échéncer. En revennt à (5) et en utlsnt l formule de l vrnce d'une somme de vrbles létores, on obtent 0 m1 =0 m1 2 m V ( W ) = V ( X ( ) Y ( )) v cov( X ( ) Y ( ), X ( m) Y ( m)) v (9) (les sommtons sont évdemment lmtées à ). L relton (6) entrîne que, pour tout enter 0 l vrble létore X ( ) Y ( ) sut l lo de Bernoull de prmètre P( X ( ) = 1 et Y ( ) = 1) = p ce qu mplque V ( X ( ) Y ( )) = p (1 p ) (10) Qunt u clcul des covrnces nous vons, quels que soent les enters et m vérfnt < m, E( X ( ) Y ( ) X ( m) Y ( m)) = P( X ( ) Y ( ) = 1 et X ( m) Y ( m ) = 1)

18 86 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET = P( X ( m) Y ( m) = 1/ X ( ) Y ( ) = 1) P( X ( ) Y ( ) = 1) Or, s X ( ) Y ( ) = 1 c'est que ( ) est vvnt et nvlde à l'époque. Pr conséquent, l ser encore nvlde à l'époque m s'l est vvnt, ce qu se produr vec probblté p. On en dédut et m E( X ( ) Y ( ) X ( m) Y ( m)) = p p m cov( X ( ) Y ( ), X ( m) Y ( m)) = p ( p p ) m m m On obtent l'epresson de V ( W ) en revennt à (9), sot m1 2 m m m m 0 m1 =0 (11) V ( W ) = p (1 p ) v p ( p p ) v Pour un ssuré de 55 ns souscrvnt un contrt dépendnce u début de l'nnée 2000 pour une rente dépendnce de montnt unté, on obtent E( W ) = 0,367, V ( W ) = 1,969 et ( W ) = 1,403. Cel condut à un coeffcent de vrton de 3,82 pour un contrt. Pour un groupe de contrts supposés ndépendnts, ce coeffcent n'est plus que de 0, DESCRIPTION DES SCÉNARIOS ENVISAGÉS Après vor défn les scénros qu seront utlsés, on emne l'évoluton de l prévlence et de l'effectf de l populton des personnes dépendntes en Frnce à l'horzon Évolutons reltves de l mortlté et de l morbdté Comme on l' vu, l est essentel de d'étuder et s possble de prévor l'évoluton de l'ncdence et de l prévlence de l populton des dépendnts u cours du temps. D'près l'enquête HID, pluseurs scénros reltfs à leur évoluton à l'horzon 2040 peuvent être envsgés. On consdéré un scénro sttque et tros scénros dynmques. Le scénro sttque, ou plus précsément de morbdté sttque, correspond à l'hypothèse où les tu de prévlence restent constnts vec le temps pour chque âge. Ans, vec l'llongement de l'espérnce de ve, le nombre de dépendnts v ugmenter et le temps moyen pssé en dépendnce v s'ccroître. Les scénros dynmques, ou de morbdté dynmque, sont u nombre de tros : le scénro pessmste, le scénro optmste et le scénro centrl. Le scénro pessmste correspond à l'hypothèse selon lquelle les gns d'espérnce

19 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D'UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE 87 de ve en vldté (c'est-à-dre sns dépendnce) évoluent de mnère prllèle u gns d'espérnce de ve de l populton générle. Dns ce scénro, l prévlence bsse donc à un rythme dentque u gns d'espérnce de ve de l populton générle. Ces gns d'espérnce de ve en vldté mplquent que le nombre de dépendnts et donc le temps moyen pssé en dépendnce reste stble. Le scénro optmste correspond à l'hypothèse selon lquelle les gns d'espérnce de ve en vldté vont contnuer à évoluer à un rythme dentque à celu observé dns les nnées 1990, c'est-à-dre à un rythme supéreur à celu des gns d'espérnce de ve de l populton générle. Le scénro centrl consttue une moyenne des deu scénros précédents. Dns ce scénro les gns d'espérnce de ve en vldté vont évoluer à un rythme mons rpde que dns le scénro optmste, tout en restnt plus rpde que les gns d'espérnce de ve de l populton générle. 7.2 Évoluton de l prévlence pour un âge donné selon les scénros. Des études de l DREES (vor pr eemple [3]) ont ms en évdence une tendnce à l'ccrossement de l'espérnce de ve en vldté pour un même âge, ce qu v retrder l'âge moyen d'entrée en dépendnce. S l'on dmet que ce phénomène v persster, on peut consdérer que l vleur de l prévlence, observée uourd'hu pour un ndvdu donné, est égle à celle observée d ns plus tôt pour un ndvdu plus eune d'un certn nombre d'nnées. Ce phénomène est ppelé ``déclge de l prévlence". Le tbleu suvnt ndque les déclges de l prévlence à prtr de 60 ns selon le see et le scénro consdéré. De 60 à 79 ns 80 ns et plus pessmste centrl optmste Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes 1,3 n 1,4 n 1,3 n 1,4 n 1,3 n 1,4 n 0,6 n 0,7 n 1,1 n 1,3 n 1,7 n 2,0 ns Tbleu 5 - Déclges d'âges selon les scénros, pr âge pr see 1 Le tbleu se lt de l fçon suvnte : pour le scénro pessmste pr eemple, le 1 Source : DREES, n 160, Personnes âgées dépendntes et dnts potentels : une proecton à l'horzon 2040.

20 88 M.-P. DELEGLISE C. HESS S. NOUET tu de prévlence pour les hommes de 60 à 79 ns à un âge donné, est dentque à celu qu'l étt à l'âge 1,3 ns, d ns plus tôt. En prtnt du tbleu précédent et des tu de prévlence pour l'nnée 2000, on peut donc obtenr les tu de prévlence futurs pour chcun des scénros dynmques, et pour chque âge. Hypothèses et ppromtons Les données dont nous dsposons nous ont condut à ntrodure quelques hypothèses et ppromtons. () Les vleurs des déclges sont ssus d'études sttstques sur l dépendnce lourde, celle regroupnt les nveu GIR 1, 2, 3 et 4. On est mené à supposer que ceu-c s'pplquent de mnère dentque à l dépendnce totle, c'est-à-dre u regroupement des nveu GIR 1 et 2 seuls. () De plus, le modèle cturel que l'on v utlser étblt des trfs dont l'âge de souscrpton débute à 50 ns, ce qu condut à supposer uss que les déclges d'âges entre 60 et 79 ns s'pplquent à l'dentque entre 50 et 60 ns. () Les données c-dessus concernnt l dépendnce lourde dstnguent les hommes et les femmes. Toutefos, les utres données dont nous dsposons ne dstnguent ps les deu popultons. De plus, les trfs pplqués sont dentques pour les deu sees. Pr conséquent, pour pplquer les déclges d'âges c-dessus, on clculer u prélble l moyenne des déclges des deu sees à l'ntéreur de chcune des deu trnches d'âges et pour chcun des tros scénros. Afn de smplfer, nous vons supposé que les hommes et les femmes étent en nombres égu. pessmste centrl optmste De 50 à 79 ns 1,35 n 1,35 n 1,35 n 80 ns et plus 0,65 n 1,20 n 1,85 n Tbleu 6 - Déclges d'âges pour l'évoluton du tu de prévlence (hommes et femmes confondus) Ce tbleu permet d'obenr les tu de prévlence pour l'nnée ( pouvnt prendre les vleurs 2010, 2020, 2030 ou 2040), u moyen de l formule générque = Bep{ ( d ( ))} dns lquelle représente l'âge et d ( ) le déclge d'âge reltf à l'nnée et à l'âge. Dns le cs du scénro sttque on touours d ( ) = 0. Pour le scénro centrl, on prs d (2010) = 1, 35 lorsque est comprs entre 50 et 79 ns, et d (2010) = 1, 2 lorsque est u mons égl à 80 ns. Ces formules permettent donc une

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt Chptre 2 : Les détermnnts des tux d'ntérêt I. Dstncton entre tux nomnux et tux réels : l relton de Fsher II. Les détermnnts des tux courts : l poltque monétre et les nterdépendnces nterntonles III. Les

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin Drecton des Études et Synthèses Économques G 2007 / 12 Alé morl en snté : une évluton dns le cdre du modèle cusl de Rubn Vlére ALBOUY - Bruno CRÉPON Document de trvl Insttut Ntonl de l Sttstque et des

Plus en détail

Cours 6 : Tableaux de contingences et tests du χ 2

Cours 6 : Tableaux de contingences et tests du χ 2 PSY 14 Technques d nlyses en psychologe Cours 6 : Tbleux de contngences et tests du χ Tble des mtères Secton 1. Attrbut moyen vs. réprtton d'ttrbuts... Secton. Test non prmétrque sur les fréquences....1.

Plus en détail

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843 Cet rtcle est dsponble en lgne à l dresse : http://www.crn.nfo/rtcle.php?id_revuereco&id_numubliereco_594&id_articlereco_594_0843 Les prdoxes de Lucs et Romer pr hlppe DARREAU et Frnços IGALLE resses de

Plus en détail

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions Effets de l dépendnce entre dfférentes brnches sur le clcul des provsons Thème ASTIN : Contrôle des rsques Gllet Antonn Commsson de Contrôle des Assurnces 54, rue de Châteudun 75009 PARIS ntonn.gllet@cc.fnnces.gouv.fr

Plus en détail

Rappels Mathématiques

Rappels Mathématiques Chptre I Rppels Mthémtques I. Générltés sur les grndeurs physques On dstngue deux types de grndeurs - grndeurs physques repérles - grndeurs physques mesurles. Grndeurs physques repérles Une grndeur physque

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

ANNEXE 3. QUELQUES FONCTIONS DE LA THEORIE DU CONSOMMATEUR...1

ANNEXE 3. QUELQUES FONCTIONS DE LA THEORIE DU CONSOMMATEUR...1 ANNEXE 3. QELQES FONCTIONS DE LA THEOIE D CONSOMMATE.... PESENTATION.... APPLICATION DANS LE CAS DE LA FONCTION D'TILITE COBB-DOGLAS... 7 3. L'EQATION DE SLTSKY... 9 3.. Comenston de Hcks... 0 3.. Comenston

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET Clculs fcers Auteur : Phlppe GILLET Le tux d térêt Pour l empruteur qu e dspose ps des fods écessres, l représete le prx à pyer pour ue cosommto mmédte. Pour le prêteur, l représete le prx ecssé pour l

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Dérivation. 1. Nombre dérivé, tangente 2. Fonction dérivée 3. Fonction dérivée et variations 4. Fonction dérivée et extrema

Dérivation. 1. Nombre dérivé, tangente 2. Fonction dérivée 3. Fonction dérivée et variations 4. Fonction dérivée et extrema «À l utomne 97 le présdent Non nnoncé que le tu d ugmentton de l nflton dmnué C étt l premère fos qu un présdent en eercce utlst l dérvée terce pour ssurer s réélecton» Hugo Ross, mtémtcen, à propos d

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

ENJEUX ENVIRONNEMENTAL ET ECONOMIQUE DE LA MUTUALISATION LOGISTIQUE POUR LES PME : LE CAS DE L ALIMENTAIRE DANS L OUEST DE LA FRANCE

ENJEUX ENVIRONNEMENTAL ET ECONOMIQUE DE LA MUTUALISATION LOGISTIQUE POUR LES PME : LE CAS DE L ALIMENTAIRE DANS L OUEST DE LA FRANCE 8 e Conférence Interntonle de MOdélton et SIMulton - MOSIM 0-0 u m 00 - Hmmmet - Tune «Evluton et optmton de ytème nnovnt de producton de ben et de ervce» ENJEUX ENIRONNEMENTAL ET ECONOMIQUE DE LA MUTUALISATION

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

chapitre 2 interférences non localisées entre deux ondes monochromatiques cohérentes

chapitre 2 interférences non localisées entre deux ondes monochromatiques cohérentes nterférences non loclsées de deu ondes cohérentes chptre nterférences non loclsées entre deu ondes onochrotques cohérentes. epérence, condton d'nterférence, contrste. epérence des rors de Fresnel, et des

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Etude par simulation de l effet d isolation thermique d une pièce d un habitat dans la région de Ghardaïa

Etude par simulation de l effet d isolation thermique d une pièce d un habitat dans la région de Ghardaïa Revue des Eneres Renouvelbles Vol. 0 N 2 (2007 28 292 Etude pr smulton de l effet d solton thermque d une pèce d un hbtt dns l réon de Ghrdï.M.A. Bekkouche, T. Benouz 2 et A. Cheknne 3 Unté de Recherche

Plus en détail

LE SEUL CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE MURAL À VENTOUSE CONCENTRIQUE. Améliorez la PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE de votre logement

LE SEUL CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE MURAL À VENTOUSE CONCENTRIQUE. Améliorez la PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE de votre logement L'nnovton certfée depus 1892 Xros IR LE SEUL CHUFFE-EU THERMODYNMIQUE MURL À VENTOUSE CONCENTRIQUE L révoluton du cuffe-eu! FLUIDE ÉCO 6 BREVETS Tecnoloe protéée EXCLUSIF! Bénéfcez d un CRÉDIT D IMPÔT

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon

Maquette Tournesol Soleil, Terre et rotations La géométrie et mathématiques du système Maquette pour comprendre PhM Observatoire de Lyon Maquette ournesol olel, erre et rotatons La géométre et mathématques du sstème Maquette pour comprendre hm Observatore de Lon Les repères classques éclptque (longtudes et lattudes éclptques) et équatoral

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

RIRE PROVENCE ALPES COTE D'AZUR

RIRE PROVENCE ALPES COTE D'AZUR Mnstère de l'industre, des Postes et Télécounctons et du Coerce extéreur DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT PROVENCE-ALPES-CÛTE D'AZUR RIRE PROVENCE ALPES COTE D'AZUR > II MARTCRAU : Actulston du odèle

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale.

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale. -7- ""C, 7~~,VJ Il convent de dstnguer: LA PARCELLE " j 0 J J / CI Cest le plus pett élément du terrtore Elle fgure sur le ttre de proprété, dentfée par ':lnnuméro et rattachée à une secton cadastrale

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

La méthode CALPHAD : principe, outils et possibilités

La méthode CALPHAD : principe, outils et possibilités Déprtement CPS Equpe 6 Surfce et Interfce : Réctvté Chmque des Mtéru L méthode CALPHAD : prncpe, outls et possbltés Ncols DAVID Jen-Mrc FIORANI Mchel VILASI Insttut Jen Lmour UMR 798 Unversté de Lorrne

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT. Marie-Pascale DELÉGLISE1. Christian HESS 2. Sébastien NOUET 3

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT. Marie-Pascale DELÉGLISE1. Christian HESS 2. Sébastien NOUET 3 TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN CONTRAT DÉPENDANCE Marie-Pascale DELÉGLISE1 Christian HESS 2 Sébastien NOUET 3 RÉSUMÉ À partir des résultats de l enquête Handicap-Incapacités-Dépendance

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises / 7 3 e rtie : Les modes de finncement (à moyen et long terme) Cf. Document : Les différents modes de finncement des entrerises Cf. Fiche conseil.37 : Les modes de finncement des investissements - L utofinncement

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Préparation INSTALLATION INFORMATION

Préparation INSTALLATION INFORMATION Préparaton 1 Les éléments de sol stratfés Pergo sont lvrés avec les nstructons sous la forme d llustratons. Les textes suvants fournssent des explcatons sur les llustratons et sont dvsés en tros partes

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

1. Introduction : Contexte et Etat de l Art O. MALOBERTI 1, G. FRIEDRICH 1, K. EL-KADRI-BENKARA 1, L. CHARBONNIER 1, A. GIMENO 1

1. Introduction : Contexte et Etat de l Art O. MALOBERTI 1, G. FRIEDRICH 1, K. EL-KADRI-BENKARA 1, L. CHARBONNIER 1, A. GIMENO 1 Électrotechnque du Futur 14&15 décebre 211, Belfort Anlyse Therque 3D d un Alternteur à Grffes : Modélston, Sulton et Identfcton Expérentle de l convecton lbre du odèle en rége therque étbl. O. MALOBERTI

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail