Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans"

Transcription

1 Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes e les hommes n exercen pas les mêmes méers. Cee «ségrégaon professonnelle», qu se réfère à la mesure d une dsance enre les réparons des hommes e des femmes selon les méers, peu êre mesurée par l ndce de dssmlaré de Duncan e Duncan (ID). Selon celu-c en l faudra qu un peu plus de la moé des femmes (ou des hommes) changen de méer pour abour à une réparon égalare des femmes e des hommes dans les dfférens méers. La ségrégaon professonnelle enre les femmes e les hommes es plus mporane pour les eunes, les ulares de CAP-BEP, les parens de ros enfans ou plus e les personnes de naonalé érangère. Elle es égalemen plus fore en provnce qu en Ile-de-France, dans le seceur prvé que dans le seceur publc. Duran les rene dernères années, l ndce de ségrégaon a dmnué de 4 pons en France, passan de 56 en à 5 en. Cee évoluon de la ségrégaon es mpuable à un nombre lmé de méers. Le recul de la par dans l emplo de méers rès fémnns els que les agens d enreen, les secréares e les ouvrers non qualfés du exle e du cur a foremen conrbué à rédure la ségrégaon au cours des ros dernères décennes. Le développemen de la mxé dans des méers rès qualfés comme les cadres de la foncon publque e les professonnels de l nformaon e de la communcaon a égalemen parcpé à cee basse. Au conrare, la crossance des méers d ade à la personne e de la sané, pour la plupar largemen fémnsés, a renforcé la ségrégaon. Sur les ros dernères décennes, le aux d emplo des femmes de 15 à 64 ans a connûmen augmené, se rapprochan de celu des hommes : l a ans progressé de 51,4 % en à 59,7 % en, ands que celu des hommes a dmnué de 75,4 % à 68, % sur la même pérode (graque 1). En conséquence, la par des femmes dans la populaon en emplo es passée de 41,7 % en à 47,5 % en. Cee évoluon s es fae en deux ases : du débu des années 198 au mleu des années 199, le aux d emplo des hommes a dmnué sous l effe conugué de la monée du chômage, de l allongemen des éudes e de la mondre parcpaon des senors au marché du raval en rason de l abassemen de l âge moyen de la rerae e du recours à des dsposfs Graque 1 Évoluon du aux d emplo des hommes e des femmes de 15 à 64 ans En % Taux d emplo des femmes Taux d emplo des hommes Champ : France méropolane. enquêe Emplo (corrgée de la rupure de sére lée au passage à l enquêe Emplo en connu en 3) ; calculs Insee.

2 de cessaon ancpée d acvé, alors que le aux d emplo des femmes s es accru. Dans une seconde ase, depus le mleu des années 199, le aux d emplo des hommes es resé sable ands que l augmenaon du aux d emplo des femmes s es accélérée. Près de la moé des femmes en emplo se concenren dans une dzane de méers concenren dans une dzane de méers (parm un oal de 86, encadré 1). Elles son par exemple rès nombreuses ( % des femmes y occupen un emplo) parm les méers d ades à domcle e d asssanes maernelles, d agens d enreen ou d ensegnans. La réparon des hommes es plus dspersée : les 1 professons qu concenren le plus d hommes n emploen que 31 % d enre eux. La concenraon dans les méers rese plus fore pour les femmes malgré une basse observée depus rene ans (graque ) : 1 méers concenraen 53 % de l emplo des femmes en Une premère manère d aborder la «ségrégaon professonnelle» consse à regarder la concenraon des hommes e des femmes dans les dfférens méers. Ces derners son appréhendés c à ravers les famlles professonnelles (Fap, encadré 1) désgnées par la sue ndfféremmen par les ermes de méer ou de professon. S l on consdère la proporon cumulée des 1 méers où les femmes (respecvemen les hommes) prédomnen dans l emplo la concenraon es globalemen ben plus fore chez les femmes que chez les hommes ([1]). Près de la moé des femmes se Graque Concenraon des emplos fémnns e masculns en e En % Par cumulée des femmes Par cumulée des hommes Par cumulée des femmes Par cumulée des hommes L axe des abscsses représene le nombre de méers cumulé en ulsan la nomenclaure des famlles professonnelles. Lecure : en, 1 méers concenraen 47 % de l emplo des femmes, conre 31 % pour l emplo des hommes. Champ : France méropolane. enquêe Emplo (séres réropolées Dares de 198 à, moyenne annuelle sur les années 198 à 1984 e 1 à 1) ; raemen Dares. Encadré 1 Nomenclaures e sources La nomenclaure des famlles professonnelles (Fap) La nomenclaure des famlles professonnelles (Fap) a éé élaborée par la Dares à parr du réperore opéraonnel des méers e emplos (Rome) de Pôle emplo e de la nomenclaure des professons e caégores soco-professonnelles (PCS) de l Insee. Une Fap regroupe des professons qu fon appel à des compéences communes [1]. Les Fap 9 regroupen 87 famlles professonnelles, elles-mêmes rassemblées en domanes. Les domanes professonnels son donc des regroupemens de méers e dffèren des seceurs d acvé, fondés sur l acvé prncpale de l enreprse. Dans cee publcaon, on se lme à 86 méers car la dsncon enre les ades à domcle (TA) e les asssanes maernelles (TB) ne peu êre fae avan. Ces deux famlles son donc regroupées dans la famlle professonnelle TZ sur l ensemble de la pérode. Pour les famlles professonnelles don les effecfs son rès fables, de fores varaons d une année sur l aure peuven apparaîre en foncon de l échanllon e en rason d un nombre rop fable d observaons dans la source moblsée (l enquêe Emplo vor nfra). Pour aénuer ces varaons, des moyennes mobles sur ros ans on éé ulsées. Sources L enquêe Emplo de l Insee L enquêe Emplo de l Insee fourn noammen le nombre de personnes en emplo au sens du Bureau nernaonal du raval (BIT). Elle es menée par l Insee auprès des ménages de France méropolane résdan en logemen ordnare, c es-à-dre en excluan les personnes vvan dans les foyers de ravalleurs, cés unversares, hôpaux Jusqu en, l enquêe éa réalsée une fos par an, en général en mars (1). Depus 3, elle es réalsée en connu ou au long de l année. Envron 7 personnes de 15 ans e plus répondaen ans à l enquêe chaque rmesre du débu 3 au débu 9, dae à laquelle la alle de l échanllon a éé augmené progressvemen pour aendre 15 répondans par rmesre depus la m-1 ; les personnes son nerrogées sx rmesres consécufs. Pour l année 1, les données de l enquêe Emplo ulsées dans cee éude son des données provsores (publcaon du 7 mars 13). Séres réropolées La nomenclaure des PCS es pérodquemen révsée e a éé modfée en 198 e 3. Dans la présene éude, les séres ulsées ne son pas les séres d orgne des enquêes Emplo mas des données d emplo corrgées des rupures lées aux changemens de nomenclaures e de méhodes (de collece, de raemen ) [1]. Elles son cohérenes avec les séres annuelles d acvé e d emplo dffusées par l Insee sur la pérode (1) Vor la présenaon déallée de l enquêe sur le se de l Insee hp://www.nsee.fr

3 conre 47 % en, alors que la proporon d hommes dans les 1 méers rassemblan le plus d hommes es passée de 35 % en à 31 % en (1). Cee dfférence de concenraon dans l emplo enre les femmes e les hommes peu s explquer en pare par un effe de nomenclaure : la plupar des méers masculns, davanage obes d eneux dans les négocaons professonnelles, son plus précsémen décrs dans la nomenclaure des Fap que les méers fémnns ([]). En oure, les femmes son surou présenes dans les méers de servces, qu son mons déallés dans les Fap alors que les hommes le son davanage dans les méers de l ndusre, qu son un peu plus précsémen venlés. Ans l ndusre couvre 9 famlles professonnelles sur 86 alors qu elle représene mons de % de l emplo en. Les méers à domnance masculne son les plus nombreux Une aure manère d appréhender la ségrégaon professonnelle consse à caracérser les méers à parr du crère de domnance proposé par Hakm () [3] se fondan sur la par des femmes parm les personnes exerçan chaque méer. Dans cee classfcaon, les méers son répars en ros caégores : méers à domnance fémnne, masculne ou mxes. S pour un méer, la par des femmes dans l emplo es supéreure de plus 15 pons à la par moyenne des femmes pour l ensemble des méers, ce méer es d à domnance fémnne. S au conrare, la par des femmes es pour un méer nféreure d au mons 15 pons à la par moyenne des femmes ous méers confondus, alors ce méer es classé parm ceux à domnance masculne. S la par des femmes dans un méer se sue enre les deux, le méer es consdéré comme mxe. Il y a relavemen peu de méers mxes ans défns : ls son 19 en ( en ), e regroupen 19,8 % de l emplo oal (3,8 % en ). 13 méers son mxes en débu e en fn de pérode, parm lesquels on compe une moé de méers de cadres (professonnels du dro professonnels des ars e des specacles, professonnels de la communcaon e de l nformaon). On rouve égalemen parm les méers mxes ceux d ouvrers dans l élecrcé élecronque ou dans les ndusres de process (ndusres agroalmenares) où les femmes son plus présenes que dans les aures méers de l ndusre, ou en resan cependan mnorares. Décompés dans la nomenclaure des Fap, les méers à domnance masculne son les plus nombreux (44), auss ben en qu au débu des années 198 (ableau 1). Les méers à domnance fémnne son en revanche presque Tableau 1 Nombre de méers selon le crère de domnance en e Méers «à domnance fémnne» en Méers «mxes» en Méers «à domnance masculne» en des méers Méers «à domnance fémnne» en Méers «mxes» en 13 5 Méers «à domnance masculne» en des méers Champ : France méropolane. fos mons nombreux, mas ls gagnen une professon enre () e (3). Ce nombre plus mporan de méers masculns reflèe cependan en pare la plus grande précson de la nomenclaure des Fap sur ces méers : les 44 méers à domnance masculne en regroupen en effe 41,3 % de l emplo oal (e 63,4 % de l emplo masculn), so des proporons proches de la par de l emplo dans les 3 emplos à domnance fémnne (38,9 % de l emplo oal e 64,3 % de l emplo fémnn). Cee relave sablé du nombre de méers à domnance masculne ou fémnne coexse avec de nombreux passages d un groupe à un aure : sur les rene dernères années, 5 méers éaen «masculns» e son devenus mxes, surou des méers rès qualfés (cadres admnsrafs compables e fnancers, cadres de la foncon publque, cadres des banques e assurances, aachés commercaux e représenans). La réusse scolare des flles a perms une monée en qualfcaons e leur accès à des méers aurefos occupés essenellemen par des hommes. À l nverse, 5 méers qu éaen pluô mxes son devenus des méers à domnance masculne. Il s ag noammen des ouvrers non qualfés de la manuenon e des agrculeurs, du fa du décln dans le seceur rural des emplos d ades famlaux essenellemen fémnns. En effe, la par des conones des agrculeurs a sensblemen dmnué dans les exploaons, les femmes d exploans exerçan auourd hu plus fréquemmen un aure méer. Cela explque par alleurs la dmnuon de la par des femmes parm les agrculeurs. Dans le même emps, méers, les echncens des servces admnsrafs, compables e fnancers ans que les echncens de la banque e des assurances éaen des méers mxes e son devenus fémnns, ands que les employés ou opéraeurs de l nformaque son la seule professon fémnne en qu so devenue mxe en. S ceranes famlles professonnelles changen de caégore, c es parfos parce que les méers enquêe Emplo (séres réropolées Dares de 198 à, moyenne annuelle sur les années 198 à 1984 e 1 à 1) ; raemen Dares. (1) Les données par méers son éables sur ros années en moyenne cenrée. Les dernères données dsponbles de l enquêe Emplo éan celles de l année 1, l analyse par méers s arrêe en (moyenne des années 1 à 1). 3

4 qu les composen devennen plus (ou mons) fréquens. Par exemple, en, les gardens e les agens de sécuré formaen un méer mxe en rason d un nombre mporan de femmes parm les concerges. Mas ce ype d emplo a dmnué au prof de celu d agen de sécuré surou occupé par des hommes, provoquan le passage de cee famlle professonnelle vers les méers à domnance masculne. Un peu plus de la moé des femmes ou des hommes devraen changer de méer pour abour à une réparon égalare en La ségrégaon dans l emplo se réfère à la mesure d une dsance enre les réparons des hommes e des femmes selon les méers ou les seceurs (encadré ). Plus ces réparons son proches, mons mporane es la ségrégaon. La ségrégaon professonnelle es raée c par méers en moblsan prncpalemen l ndce de dssmlaré de Duncan e Duncan (ID) (encadré ). Ce ndce ne do pas êre nerpréé en ermes de dscrmnaon mas en ermes de dfférences de réparon par méers selon le sexe. Il s élève à 5 en, ce qu sgnfe que pour abour à une réparon égalare () des femmes e des hommes dans les dfférens méers, l faudra qu au mnmum (3) 5 % des femmes (ou alernavemen 5 % des hommes) changen de méer. Une manère de comprendre l orgne de la ségrégaon en consse à décomposer l ndce de ségrégaon par méer (4). Les méers d ade à la personne ou de la sané els que les ades à domcle, les asssanes maernelles, les ades sognans e les nfrmers, méers rès fémnsés e avec des effecfs nombreux en, conrbuen foremen à la ségrégaon (ableau ). Les 3 méers pluô masculns qu produsen le même effe son les conduceurs de véhcules, les ouvrers qualfés du second œuvre du bâmen e du gros œuvre du bâmen. La ségrégaon professonnelle dmnue sur rene ans Deux pérodes se dégagen dans l évoluon de l ndcaeur de ségrégaon professonnelle (graque 3). La pérode de à se caracérse par une sablé de l ndce (l es de 56 en e en ). Enre e, l ndce dmnue de 4 pons, avec deux pérodes de basse sensble (- 4 e 7-) enouran une ase de quassablé enre 3 e 7 ([4]). Enre e, la corrélaon enre le aux d emplo des femmes de 15 à 64 ans e l ndce ID de ségrégaon professonnelle es négave (5). Ans sur la pérode, les années pendan lesquelles le aux d emplo des femmes Tableau les méers conrbuan le plus à l ndce de ségrégaon professonnelle* en Décomposon de l ndce ID par méer Nombre d emplos fémnns (en mllers) Par des femmes dans l emplo Méers compan beaucoup de femmes Ades à domcle e ades ménagères, asssanes maernelles... 3, ,7 Agens d enreen..., 87 7,5 Ades-sognans... 1,9 51 9,4 Infrmers, sages-femmes... 1, ,7 Secréares... 1, ,6 Vendeurs... 1, ,5 Employés admnsrafs de la foncon publque... 1, ,4 Ensegnans... 1, ,7 Employés de la compablé... 1, 83 84,6 Employés admnsrafs d enreprse..., ,9 Employés de mason...,9 3 94,3 Méers compan peu de femmes Conduceurs de véhcules..., 79 1,5 Ouvrers qualfés du second œuvre du bâmen... 1,9 1,1 Ouvrers qualfés du gros œuvre du bâmen... 1,4 9,1 Techncens e agens de maîrse de la manenance... 1,3 39 8,9 Ouvrers qualfés de la manuenon... 1, ,8 Armée, polce, pompers... 1, 58 14,8 Techncens e agens de maîrse du bâmen e des ravaux publcs...,9 3 7,9 Agrculeurs, éleveurs, sylvculeurs, bûcherons..., ,1 Ingéneurs de l nformaque...,7 7,3 des méers... 5, ,5 * Indce de Duncan e Duncan (ID, encadré ). Lecure : son présenés les méers qu conrbuen le plus à la décomposon de l ndce ID ; la colonne «décomposon de l ndce ID par méer» donne la valeur de l ndce ID calculée au nveau de la Fap consdérée ; les méers son classés ensue en deux caégores en foncon de la par des femmes dans l emplo. Champ : France méropolane. Graque 3 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle* enre e En % * Indce de Duncan e Duncan (ID, encadré ). Champ : France méropolane () Dans le calcul de l ndce, le erme de «réparon égalare» ne renvoe pas au fa d avor 5 % de femmes dans chaque méer mas au fa que, pour un méer donné, la par du méer dans l emplo fémnn es égale à la par du méer dans l emplo masculn. (3) Le erme «au mnmum» renvoe au fa que des changemens de méers peuven ne pas avor d mpac sur le nveau de l ndce. Par exemple, s deux femmes (ou deux hommes) nerverssen leurs méers, cela ne modfe pas la valeur de l ndce. (4) La conrbuon de chaque méer à l ndce de ségrégaon professonnelle es égale à la moé de l écar (en valeur absolue) enre la par de ce méer dans l emplo fémnn e la par de ce méer dans l emplo masculn. (5) La corrélaon négave es fore enre le nveau du aux d emplo des femmes enre 15 e 64 ans e le nveau de l ndce ID : elle es égale à -,94 e sgnfcave à 1 % sur la pérode -. La corrélaon es égalemen négave mas plus fable enre les varaons annuelles du aux d emplo des femmes e celles de l ndce ID, égale à -,9. enquêe Emplo (séres réropolées Dares de 198 à, moyenne annuelle sur les années 1 à 1) ; raemen Dares. enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares.

5 a le plus augmené son celles qu on connu la basse la plus fore de la ségrégaon : les femmes qu nvesssen le marché du raval le fon dans des méers consdérés comme pluô masculns. Il es possble de décomposer l évoluon de l ndce ID enre un «effe srucurel» e un «effe de composon lé au sexe» (6) (encadré ). Ces deux dmensons permeen de dsnguer ce qu dans l évoluon de la ségrégaon, es lé à une déformaon de la srucure des méers (so la modfcaon du pods dans l emplo oal des dfférens méers, qu son négalemen occupés par les femmes e les hommes, composane «effe srucurel») e ce qu relève d un changemen de la réparon hommes-femmes au sen de chaque méer (composane «effe de composon»). La basse globale de la ségrégaon professonnelle enre les hommes e les femmes sur la pérode - apparaî alors comme la résulane de deux mouvemens conrares (ableau 3). À raos hommes/femmes dans les méers consans au nveau de, la déformaon de la srucure de l emplo par méers enre e a conrbué à accroîre la ségrégaon professonnelle : ce «effe srucurel» a ndu une augmenaon de, pons de l ndce ID. «L effe srucurel» résule d évoluons héérogènes selon les méers. Plus précsémen, les méers qu conrbuen le plus à l explquer son les méers rès fémnns ou rès masculns dans lesquels le nombre d emplos a davanage augmené que l emplo oal enre e. Il s ag par exemple des méers d ades à domcle e d asssanes maernelles e des ades sognans, occupés rès maoraremen par des femmes (en, 99,5 % de femmes pour les ades à domcle e asssanes maernelles e 9,3 % pour les ades sognans), e des ngéneurs de l nformaque, méer fablemen fémnsé en (14 %). Les ades à domcle consuen une professon en rapde développemen, souenue noammen par l allongemen de la durée de la ve, une réducon de la cohabaon enre généraons [5], e une melleure prse en charge collecve de la dépendance. En ce qu concerne les asssanes maernelles, leur nombre s es accru en len avec l augmenaon de la fécondé depus le débu des années, l élévaon du aux d acvé fémnn e les ncaons à l embauche ndues par le développemen des ades versées aux famlles (comme la presaon d accuel du eune enfan créée en 4). Tou comme les ades à domcle, le nombre d ades sognans a augmené en conséquence du vellssemen de la populaon e de l accrossemen des suaons de dépendance. Enfn, la professon des ngéneurs nformaques s es développée en len avec l nnovaon echnologque e la dffuson des echnologes de l nformaon e de la communcaon dans les enreprses, e en rason Tableau 3 Les composanes de l évoluon de la ségrégaon par Fap en France Enre e Enre e Enre e Effe srucurel... -,6 Effe de composon... -3, -1,1-3 Effe résduel ,5 Varaon de l ndce ID... -4, -,1-4,1 Champ : France méropolane. du développemen du e-commerce e de l économe numérque. D aures méers on conrbué au conrare à aénuer la ségrégaon professonnelle. Ceux qu y on conrbué le plus par le bas de l effe srucurel son des méers rès fémnns pour lesquels l emplo s es foremen replé enre e. C es le cas en parculer des méers de secréares e d ouvrers non qualfés du exle e du cur, qu éaen ous deux foremen fémnsés en, les femmes occupan respecvemen 96 % e 8 % de ces emplos. La dmnuon du nombre de secréares peu s explquer prncpalemen par le développemen de l nformaque. En réponse à cee suaon, les professonnels du seceur on évolué en gagnan en responsablés e en modfan leurs foncons vers un rôle qu consse à «assser» leur supéreur hérarchque [6]. La basse du nombre d ouvrers non qualfés du exle e du cur es à reler pour sa par au décln de ce seceur d acvé dans l économe françase. S l évoluon de la srucure des emplos par méer a eu endance à accroîre la ségrégaon, celle-c a globalemen dmnué du fa de l évoluon du rao hommes/femmes au sen de chaque méer depus : ce «effe de composon» a conrbué à rédure l ndce ID de 3, pons enre e. Ans la mxé s es accrue au sen de méers précédemmen rès négalemen occupés par les femmes e par les hommes. Sur la pérode -, les ros méers qu on conrbué le plus à ce effe de composon son les agens d enreen, les vendeurs e les ouvrers non qualfés du exle e du cur, foremen fémnsés en e au sen desquels la par des hommes a progressé sensblemen sur la pérode. À l nverse, cerans méers on évolué vers plus de ségrégaon sur la pérode -, noammen les agrculeurs, les ouvrers non qualfés de la manuenon e les employés de la banque e de l assurance. S ce derner compora déà une par mporane de femmes en, l s es fémnsé davanage sur la pérode. Au conrare, la par des hommes parm les agrculeurs e les ouvrers non qualfés de la manuenon s es accru davanage sur la pérode. La somme de ces deux effes (+, pons pour «l effe de srucure», -3, pons pour «l effe de composon») ne suff pas à explquer la basse oale, de l ordre de 4 pons, de enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, moyenne annuelle sur les années 198 à 1984, 1996 à 1998 e 1 à 1) ; raemen Dares. (6) Ce derner effe sera appelé par la sue «effe composon». 5

6 Encadré Mesurer la «ségrégaon professonnelle» Dans cee éude, la ségrégaon es appréhendée prncpalemen par l ndce de dssmlaré de Duncan e Duncan (ID), qu es l ndce le plus souven ulsé dans les éudes sur la «ségrégaon professonnelle». Elaboré dès 1955, l es égalemen le plus souven moblsé pour les comparasons nernaonales [14]. Il se calcule comme la deme-somme, sur l ensemble des famlles professonnelles, des écars en valeur absolue enre la par des hommes dans la Fap consdérée par rappor à l emplo masculn oal, e la par des femmes dans la Fap consdérée par rappor à l emplo fémnn oal : où h f H F H F,, 1 ID h f, h le nombre d hommes dans le méer pour l année, F le nombre de femmes dans le méer pour l année L ndce ID prend la valeur lorsqu l y a une égalé complèe (c es-à-dre quand l emplo des femmes es dsrbué de la même manère que celu des hommes dans les dfférens méers) e la valeur 1 lorsqu l y a une dssmlaré complèe (c es-à-dre quand les hommes e les femmes son dans des méers oalemen dfférens). L ndce de ségrégaon professonnelle ID peu se lre comme la par mnmale d hommes ou de femmes en emplo devan changer de méer pour obenr des dsrbuons par professon denques pour les hommes e les femmes. Deux faceurs conrbuen à l évoluon de l ndce ID : un «effe srucurel» e un effe de composon lé au sexe (appelé désormas «effe de composon»). Plus précsémen, la dfférence de valeur de l ndce enre deux daes (ID 1 - ID ) peu êre décomposée en ros composanes. Pour les calculer, l fau parr de l écrure suvane de ID : où π F ( H + F ) F, F +, F, + H H,, H ( H + F, ) F + H,,, ( ID 1 ID ) S1, + CS1, + R1, S 1, (1 ) La composane ( ) * π,1 ( ) * π 1 ID ( ) * π es la par des femmes occupan le méer pour l année es la par des femmes dans l emplo oal pour l année H ( H + F ) S l année es l année de référence, on a alors : es la par des hommes occupan le méer pour l année es la par des hommes dans l emplo oal pour l année es la par du méer dans l emplo oal (masculn e fémnn) pour l année mesure la ségrégaon du méer par rappor à l négalé dans l emplo oal. «L effe srucurel» quanfe l mpac sur l ndce de la modfcaon du pods du méer dans l emplo oal enre deux daes ( en débu de pérode e 1 en fn de pérode) à pars de femmes e d hommes consanes au sen des méers (bloquées en débu de pérode). Lorsque «l effe srucurel» es posf, l conrbue à une augmenaon de la ségrégaon professonnelle. À rao hommes/femmes consan à sa valeur de débu de pérode dans chaque méer, l ndce ID augmene lorsque le pods des méers foremen ségrégés s accroî e dmnue au conrare s la par des méers caracérsés par une paré des sexes augmene. CS 1, 1 1 ( ) * π, ( ) * π 1 1 es «l effe de composon» «L effe de composon» mesure l mpac sur l ndce du changemen enre deux daes de la réparon hommesfemmes au sen de chaque méer, à pods des méers dans l emplo oal consans (pars bloquées en débu de pérode). Lorsque «l effe composon» es négaf, l conrbue à une dmnuon de la ségrégaon professonnelle. À pods des méers consans, l ndce ID dmnue lorsque plus de femmes exercen dans des méers à domnance anéreure masculne ou quand des hommes nvesssen des méers fémnns ; à l opposé, à pods des méers consans, l ndce ID augmene lorsque la par des femmes dans des méers à domnance anéreure masculne dmnue (respecvemen quand la par des hommes dmnue dans les méers à domnance anéreure fémnne). 6

7 Encadré (sue e fn) R 1, ( ) * π,1 ( ) *,1 ( ) *, ( ) * π π π es «l effe résduel» ou «l effe crosé». Les effes «srucurel» e «de composon» selon le sexe ne suffsen pas à explquer l évoluon de l ndce de ségrégaon enre deux daes. En effe, un rosème effe appelé «résduel» ou «crosé» nerven. Lorsqu l es négaf, l conrbue à une dmnuon de la ségrégaon professonnelle. Pour un méer pluseurs cas de fgure peuven apparaîre : - s la ségrégaon rese nchangée enre deux daes, l effe résduel pour le méer es nul ; - s le pods du méer dans l emplo oal es nchangé enre deux daes, l effe résduel pour le méer es nul ; - s la ségrégaon e le pods du méer changen beaucoup enre deux daes, l effe résduel es mporan. Par exemple, l peu êre négaf pour un méer (condusan à une basse de la ségrégaon professonnelle) lorsque celu-c a concomammen connu un pods crossan dans l emplo oal e une mxé crossane. Il peu êre égalemen négaf quand un méer a connu une ségrégaon crossane alors que son pods dans l emplo oal dmnue. La prncpale lme de l ndce ID es la fore dépendance de son nveau à la classfcaon sur laquelle es calculé. Ans la valeur de l ndce ID dépend de la nomenclaure chose pour les méers. En effe, plus le nveau de déal des méers es élevé, plus l ndce ID prend des valeurs mporanes []. l ndce de ségrégaon enre e. Un rosème effe, «crosé» ou résduel, es égalemen nervenu : l es rès négaf c es-à-dre qu l va dans le sens d une mondre ségrégaon lorsque cerans méers on concomammen connu un pods crossan dans l emplo oal e une mxé crossane. C es le cas noammen des cadres des servces admnsrafs, compables e fnancers e des ades à domcle e asssanes maernelles (7). L effe crosé peu auss êre négaf quand cerans méers on connu une ségrégaon crossane alors que leur pods dans l emplo oal a dmnué, comme les agrculeurs. La même décomposon de l ndce peu êre effecuée séparémen sur les deux sous-pérodes : -, quand l ndce es sable, e -, quand l ndce dmnue. «L effe srucurel» hausser observé sur l ensemble de la pérode se rerouve seulemen sur la premère souspérode (+, pons enre e ), ce qu veu dre que la déformaon de la srucure de l emplo par méers end à renforcer la ségrégaon unquemen usqu en. À parr de cee dae, «l effe srucurel» oue dans le sens d une ségrégaon mons fore. De plus, «l effe de composon», qu end à rédure la ségrégaon sur l ensemble de la pérode (-3, pons), oue surou à parr de : l a un effe négaf enre e (-1,1 pon) pus ben davanage enre e (-3, pons). Ans à parr de, «l effe srucurel» e «l effe de composon» se cumulen pour rédure la ségrégaon professonnelle. Graque 4 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle selon le dplôme En % 8 Supéreur à bac Champ : France méropolane. Bac + Bac ou breve pro ou aure dplôme de ce nveau CAP-BEP ou aure dplôme de ce nveau Breve des collèges ou aucun dplôme Enfn, sur les deux sous-pérodes, «l effe crosé» va dans le sens d une réducon de la ségrégaon professonnelle (-1, pon enre e e -,5 pon enre e ). Les hommes e les femmes les plus dplômés occupen de plus en plus les mêmes emplos En amon même du fonconnemen du marché du raval, pluseurs faceurs conrbuen à la ségrégaon professonnelle. Parm eux, l éducaon a une mporance parculère. Couppé e Epane (6) esmen que près de 6 % de la ségrégaon professonnelle peuven êre arbués à une ségrégaon éducave [7]. On observe en effe des dfférences dans les flères suves par les femmes, plus présenes dans les flères lérares ou erares, e les hommes, plus nombreux dans les flères scenfques ou echnques [8]. En oure, en len avec la flère suve, la ségrégaon professonnelle n es pas la même selon enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares. (7) La par des femmes n a que légèremen dmnué parm les ades à domcle e asssanes maernelles enre e (de 99,5 % à 97,7 %). Cependan, du fa de la hausse rès sensble de son pods dans l emplo oal (de 1,5 % à 3,8 %), cee famlle professonnelle ndu un effe crosé négaf à haueur de -,9 pon de pourcenage. 7

8 le nveau de dplôme. À l excepon des ulares d un CAP ou BEP pour lesquels la ségrégaon es plus fore que pour les non-dplômés, globalemen plus le nveau de dplôme augmene, plus l ndce de ségrégaon correspondan es bas : les plus haus dplômes condusen en effe à des méers plus mxes. Non seulemen la ségrégaon es, chaque année de à, la plus fable pour les personnes en emplo avec un nveau de dplôme supéreur à un bac +, mas c es auss pour cee caégore que l ndce de ségrégaon a le plus dmnué sur la pérode. En d aures ermes, les hommes e les femmes les plus dplômés occupen de plus en plus les mêmes emplos (graque 4). La basse de l ndce enre e pour les ndvdus ayan un nveau de dplôme supéreur à bac + s explque essenellemen par méers : les ensegnans e les cadres des servces admnsrafs, compables e fnancers. Ces méers on connu une augmenaon de la par de leurs effecfs ayan un nveau de dplôme supéreur à bac +. Pour les ensegnans, la par des femmes es passée de 56 % à 66 % en rene ans (ce qu va dans le sens d une ségrégaon plus fore). Cependan, même s l effecf des ensegnans avec un dplôme supéreur à bac + a augmené enre e, l a progressé mons ve que pour l ensemble des dplômés au-delà du bac +. Ans la par des ensegnans parm les plus dplômés a dmnué sur la pérode (4,1 % des plus dplômés en conre 16,8 % en ). La basse de la par de ce méer fémnn avec des effecfs mporans a donc au oal conrbué à la basse de la ségrégaon. Pour les cadres des servces admnsrafs, compables e fnancers, le méer éa à domnance masculne en e es devenu mxe en. De plus, la par de ce méer a augmené parm les plus dplômés (7,4 % en, conre 5,6 % en ) : l a donc égalemen conrbué à la basse à l évoluon de l ndce de ségrégaon sur la pérode. À l opposé de ce que l on observe pour les plus dplômés, l ndce de ségrégaon a augmené pour les personnes non dplômées ou ulares du seul breve des collèges : les hommes e les femmes les mons dplômés son répars de manère plus dfférencée enre les dfférens méers qu l y a rene ans. 5 méers, caracérsés par une fore proporon de non-dplômés e une fable mxé, conrbuen neemen à l augmenaon de l ndce de ségrégaon car leurs effecfs on foremen augmené enre e : les ades à domcle, ades ménagères, asssanes maernelles, les employés Champ : France méropolane. de mason, les ades-sognans (méers presque exclusvemen fémnns) e les ouvrers qualfés du gros œuvre du bâmen (méer presque exclusvemen masculn). La ségrégaon es ouefos la plus fore pour les ulares d un CAP ou BEP, en rason de la fore spécalsaon des méers préparés avec ce ype de dplôme. Mas cee fore ségrégaon end à se rédure sur les rene années éudées, ce qu s explque en grande pare par une réducon des effecfs des méers foremen fémnsés de secréares, d employés de la compablé, d employés admnsrafs de la foncon publque e d ouvrers non qualfés du exle e cur. Au oal, en, pour abour à une réparon égalare des femmes e des hommes dans les dfférens méers, l faudra que 66 % de femmes ou d hommes changen de méer parm les dplômés d un CAP ou d un BEP, conre «seulemen» 31 % pour les ulares d un dplôme supéreur à un bac +. La ségrégaon professonnelle rese élevée parm les eunes En, l ndce de ségrégaon calculé par ranches d âge éa rès héérogène e neemen plus élevé pour les eunes de 15 à 9 ans que pour les senors de 5 ans e plus (graque 5). Cee dfférence pouva s explquer par les nveaux de dplôme, les eunes ayan neemen plus souven des CAP-BEP, la caégore de dplôme pour laquelle les méers s avèren les plus négalemen occupés par les femmes e les hommes : en, 35 % des eunes avaen un CAP-BEP, conre 5 % pour les 3-49 ans e 11 % pour les 5 ans ou plus. Trene ans plus ard, le panorama es rès dfféren en rason d évoluons conrasées selon les âges. En effe, sur la pérode -, la Graque 5 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle par classe d âge Mons de 3 ans 3 à 49 ans 5 ans ou plus enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares.

9 ségrégaon a eu endance à basser pour les 15-9 ans mas elle a neemen augmené pour les senors. En, les emplos des eunes hommes e des eunes femmes resen ans répars de manère mons égalare que ceux de leurs aînés, mas l ndce de ségrégaon es beaucoup plus homogène enre ranches d âge qu en. Ce énomène pourra êre lé en pare à l évoluon de la srucure par dplôme. En effe, en, les pars des ndvdus ayan un CAP-BEP (nveau de dplôme pour lequel on observe la plus fore ségrégaon) se rapprochen pour les ros classes d âge : 19 % pour les 15-9 ans, 5 % pour les 3-49 ans e 8 % pour les 5 ans ou plus. L augmenaon de l ndce de ségrégaon pour les senors peu égalemen s explquer par un effe srucurel foremen posf (+9,7 pons enre e ), à reler à l essor des méers d ade à la personne qu son souven occupés par des femmes en seconde pare de ve acve (reprses d acvé après avor élevé leurs enfans). Les méers de la sané, d agens admnsrafs e de professons nermédares de la foncon publque on égalemen conrbué à la hausse de la ségrégaon pour les senors car ls se son davanage fémnsés sur la pérode. Les méers de l agrculure on eux auss almené la ségrégaon en rason de l augmenaon de la par des hommes sous l effe du décln du nombre d emplos d ades famlaux, souven occupés par les conones des agrculeurs. Pour les eunes, au-delà de la endance globale à la basse enre e, les évoluons de l ndce de ségrégaon n on pas éé denques sur l ensemble de la pérode. Enre e, la basse de l ndce de ségrégaon s explque par la réusse scolare crossane des flles qu a perms leur accès à des méers qualfés e mons négalemen occupés par les femmes e les hommes. Sur la pérode -7, les méers qu parcpen le plus à la hausse de l ndce de ségrégaon son, d une par, les ouvrers non qualfés du bâmen e les ouvrers qualfés du second œuvre du bâmen qu son des méers rès masculns en rapde augmenaon enre e 7, pérode haue de cononcure e, d aure par, des méers rès fémnns comme les ades sognans e les nfrmers, eux auss parculèremen dynamques sur la pérode. À parr de 7, les méers qu conrbuen le plus à la basse de l ndce pour les eunes, avec des effecfs en dmnuon sur les années 7-, son so pluô fémnns els que les méers de secréares e de cassers e d employés de lbre servce, Graque 6 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle en foncon du nombre d enfans enfan 1 enfan enfans 3 enfans ou plus Champ : France méropolane. 1 so au conrare rès masculns els que celu d ouvrers du second œuvre du bâmen. Il es probable que l évoluon par âge résule égalemen d aures évoluons don les effes sur la ségrégaon son dffcles à cerner : les changemens d aspraons par généraon, ou l évoluon évenuelle du comporemen des employeurs vs-à-vs des nouveaux enrans sur le marché du raval [9]. La ségrégaon professonnelle augmene avec le nombre d enfans 3 La ségrégaon vare selon le nombre d enfans : plus ce derner es élevé, plus l ndce de ségrégaon es for (graque 6). Ans la réparon des femmes e des hommes dans les dfférens méers es plus dfférencée quand le nombre d enfans augmene. Quel que so le nombre d enfans, l ndce de ségrégaon dmnue ouefos sur l ensemble de la pérode. Les agens d enreen son parm les méers qu conrbuen parculèremen à ce recul. Les secréares, vendeurs e employés admnsrafs de la foncon publque parcpen égalemen à la basse, leur conrbuon éan plus ou mons fore selon le nombre d enfans des personnes en emplo. Ces 4 méers son so des méers rès fémnns en décln ou avec un dynamsme mons for que la moyenne, so des méers où la par des femmes s es replée. S l on dsngue selon l âge de l enfan, la ségrégaon apparaî un peu plus fore pour les personnes ayan au mons un eune enfan non scolarsé (de mons de 3 ans) : en, pour abour à une réparon égalare des femmes e des hommes dans les dfférens méers, l faudra que 54 % des femmes ou des hommes ayan au mons un enfan de mons de 3 ans changen de méer, conre 5 % pour les aures. Cerans poses son peu-êre dffclemen accessbles aux parens (surou les mères) de eunes enfans, dépendans enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares. 9

10 de modes d accuel don les conranes horares peuven êre ou paraîre ncompables avec celles du méer. Il peu égalemen y avor des préugés au sen des employeurs selon lesquels les poses à fores responsablés son ncompables avec la charge d un eune enfan [1]. Ceres, la ségrégaon pour les parens d enfans en bas âge dmnue sur oue la pérode, mas mons que pour les personnes en emplo sans enfans de mons de 3 ans. Graque 7 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle en foncon de la naonalé Franças Eranger enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares. La ségrégaon professonnelle dmnue pour les personnes de naonalé érangère Champ : France méropolane La ségrégaon es plus élevée pour les personnes érangères ravallan en France que pour les personnes de naonalé françase (graque 7) : la réparon des femmes e des hommes dans les dfférens méers es plus égalare pour les personnes de naonalé françase que pour les érangers. Ces dfférences renvoen en pare à des dfférences de dplôme. En, 46 % des personnes de naonalé érangère son peu dplômées (n on aucun dplôme ou un dplôme équvalen au breve des collèges), conre 1 % de celles de naonalé françase. Enre e, l ndce de ségrégaon a cependan ben plus dmnué pour les personnes de naonalé érangère que pour celles de naonalé françase e l écar s es ans foremen rédu. En, ros méers rès négalemen occupés par les femmes e les hommes e peu qualfés conrbuaen le plus foremen au nveau de l ndce pour les érangers : les agens d enreen, les employés de mason e les ouvrers non qualfés du gros œuvre du bâmen. Pour les personnes de naonalé françase, le méer qu pesa le plus dans la ségrégaon en éa celu d agen d enreen. Mas sa conrbuon éa mons fore pour les personnes françases qu érangères, le pods de ce méer éan plus for parm les érangers. Les aures méers conrbuan le plus foremen à l ndce pour les personnes de naonalé françase en éaen les méers de secréare e de vendeur. Pour les personnes de naonalé érangère, la basse de l ndce de ségrégaon enre e s explque prncpalemen par une conrbuon plus fable de 5 méers : les agens d enreen, les agens de gardennage e sécuré, les ouvrers non qualfés du exle e cur, les ouvrers non qualfés du gros œuvre, des ravaux publcs, du béon e de l exracon e les 1 ouvrers non qualfés de la mécanque. Parm les érangers, la proporon d hommes exerçan les méers d agens de gardennage e sécuré e d ouvrers non qualfés du exle e cur s es en effe renforcée enre e alors que ces méers éaen pluô fémnns auparavan. Que ce so pour les personnes de naonalé érangère ou françase, le méer d agen d enreen es celu qu explque le plus la basse de la ségrégaon en rason du décln de cee professon parculèremen fémnsée. Le pods de ce méer éan plus for dans l emplo des érangers que dans celu des personnes de naonalé françase, son nfluence à la basse de la ségrégaon es plus marquée pour les érangers. Mons de ségrégaon professonnelle en Île-de-France L ndce de ségrégaon professonnelle es plus bas en Île-de-France que dans les aures régons françases : en, pour abour à une réparon égalare des femmes e des hommes dans les dfférens méers en Île-de-France, l faudra que 43 % de femmes ou d hommes changen de méer, conre 54 % pour les ndvdus résdan en provnce (graque 8). Ce écar en probablemen à la surreprésenaon franclenne des cadres e des professons nellecuelles supéreures [11], méers rès qualfés e mons négalemen occupés par les femmes e les hommes. Enre e 1, l ndce de ségrégaon professonnelle pour la régon Île-de-France a bassé de manère connue e plus fore (-1 pons) que l ndce pour l ensemble des régons (-3 pons). Cee rès fore basse de l ndce en Île-de-France s explque par le repl depus rene ans des effecfs de cerans méers rès fémnsés : secréares, employés

11 admnsrafs de la foncon publque, agens d enreen e secréares de drecon. S l on dsngue les ares rurales des ares urbanes en excluan l aggloméraon parsenne, on observe depus (8) une augmenaon de l ndce de ségrégaon professonnelle en mleu rural de 3 pons usqu à une valeur de 57 en. À l opposé, la ségrégaon basse de 5 pons pour les ndvdus en emplo résdan dans une are urbane aure que l aggloméraon parsenne pour abour à un ndce de ségrégaon de 53 en. L augmenaon de la ségrégaon professonnelle en mleu rural peu s explquer là encore noammen par le recul de la par des ades famlaux, qu éaen souven les conones des agrculeurs. Graque 8 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle en foncon de la régon de résdence Île-de-France Hors Île-de-France Champ : France méropolane. Graque 9 Évoluon de l ndce de ségrégaon professonnelle en foncon du sau de l ndvdu en emplo enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares. La ségrégaon professonnelle es plus fore dans le seceur prvé que dans le seceur publc Salarés oal Salarés prvé Salarés publc enquêe Emplo (séres réropolées Dares usqu en, sére lssée en moyenne raemen Dares. Sur la pérode -, en France, la ségrégaon es plus marquée pour les salarés que pour l ensemble des ndvdus en emplo (graque 9) (9). Cec confrme les conclusons de Emerek e al. (3) éables à parr d une aure source sasque (1) [9]. Parm les salarés, la ségrégaon es plus fore dans le seceur prvé (l ndce vau 56 en ) que dans le seceur publc (4 en ) : les femmes e les hommes son répars enre les dfférens méers de manère plus égalare dans le seceur publc que dans le seceur prvé. Ce écar s explque noammen par une basse de Champ : France méropolane. la ségrégaon plus mporane dans le publc (-13 pons enre e ) que dans le prvé (-8 pons). Sur les rene dernères années, la basse de l ndce pour les salarés du publc es explquée en grande pare par les évoluons d un nombre resren de méers : les agens d enreen, les ensegnans (11) e les employés admnsrafs de la foncon publque, méers pluô fémnns qu on vu leurs effecfs reculer sur la pérode Jule Argouarc h, Oana Calavrezo (Dares). (8) Dans les séres longues de l enquêe Emplo réropolées par la Dares, l nformaon sur l uné urbane n es dsponble qu à parr de. (9) Pour les non- salarés, l ndce de ségrégaon professonnelle présene un nombre élevé (45) de famlles professonnelles ayan des effecfs nuls sur l négralé de la pérode - qu affecen la précson du nveau de l ndce rendan la comparason avec les salarés mpossble. Les salarés son eux présens dans les 86 famlles professonnelles. La comparason de l ID pour les salarés e pour l ensemble des personnes en emplo peu êre affecée par ces effes de nomenclaure. (1) Leur résula es calculé pour à parr de l enquêe Labour force survey (LFS) e en consdéran la ségrégaon professonnelle à parr de la classfcaon nernaonale ype de professons (CITP ou Isco en anglas) [7]. (11) Les effecfs d ensegnans présenés dans cee éude son calculés à parr de l enquêe Emplo. Ces chffres ne son pas denques aux données publées par le mnsère de l Éducaon naonale car le champ de l enquêe Emplo es plus large que celu des données mnsérelles (l conen noammen les ensegnans du prvé hors conra e les ensegnans dans les éablssemens dépendan d aures mnsères). 11

12 Tableau de synhèse Effecfs, pars des femmes par famlle professonnelle (Fap) e pars des méers dans l emplo oal en e 1 Famlles professonnelles (Fap) Emplo (en mllers) Par des femmes dans l emplo (en %) Par du méer dans l emplo oal (en %) AZ Agrculeurs, éleveurs ,6 7,1 7,3,1 A1Z Jardners, maraîchers, vculeurs ,9 3, 1,5 1, AZ Techncens e cadres de l agrculure ,6 4,7,1, A3Z Marns, pêcheurs, aquaculeurs ,9 14,,3,1 BZ ONQ gros œuvre, ravaux publcs, béon ,4, 1,6,8 B1Z OQ ravaux publcs e béon ,4 3,4,4,4 BZ OQ bâmen gros œuvre ,4,1 1,6 1,5 B3Z ONQ bâmen second œuvre ,3 6,9,6,5 B4Z OQ bâmen second œuvre ,6,,, B5Z Conduceurs d engns du BTP ,6 1,3,3 B6Z Techncens e AM du BTP ,9 7,8 1,1 1,1 B7Z Archeces e cadres du BTP ,4,7,3,6 CZ ONQ élecrcé élecronque ,9 41,5,4,1 C1Z OQ élecrcé élecronque , 34,9,4, CZ Techncens e AM élecrcé élecronque ,6 8,1,7,5 DZ ONQ raval des méaux ,9 6,9,5, D1Z OQ enlèvemen de méal ,5 9,7,4 DZ OQ formage de méal ,4,1,8,6 D3Z ONQ mécanque , 1,6,6 D4Z OQ mécanque ,5 17,6,7,6 D6Z Techncens e AM ndusres mécanques ,6 1,1 1,4,9 EZ ONQ ndusres de process ,7 4,5 1,8,9 E1Z OQ ndusres de process ,4 5 1, 1, EZ Techncens e AM ndusres de process ,6,9,9,9 FZ ONQ exle e cur ,8 1,3,1 F1Z OQ exle e cur ,8 68,7,7,3 FZ ONQ bos e ameublemen ,5,1,4,1 F3Z OQ bos e ameublemen ,4,4,4 F4Z Ouvrers des ndusres graques ,9 5,9,6, F5Z Techncens e AM maéraux souples, bos, ndusres graques ,9,,1 GA OQ manenance ,1 4,5,9,8 GB OQ réparaon auomoble ,1,1 1,,7 G1Z Techncens e AM manenance ,9 8,9 1,1 1,7 HZ Ingéneurs e cadres echnques de l ndusre ,5,5,5 1, JZ ONQ manuenon ,3 31, 1,3 J1Z OQ manuenon ,1 15,8 1,7 1,7 J3Z Conduceurs de véhcules ,8 1,5 3,,9 J4Z Agens d exploaon des ranspors , 19,1,,4 J5Z Agens admnsrafs e commercaux des ranspors e du oursme ,1 57,1,6,7 J6Z Cadres ranspors logsque e navgans ,9,7,,3 KZ Arsans e ouvrers arsanaux ,3 4,,7,5 LZ Secréares ,7 97,6,7 1,7 L1Z Employés de la compablé ,6 84,6 1,5 1,3 LZ Employés admnsrafs d enreprse ,9 76,9 1, 1,5 L3Z Secréares de drecon ,6,8,6 L4Z Techncens des servces admnsrafs, compables e fnancers ,7 7,5,6 1,5 L5Z Cadres des servces admnsrafs, compables e fnancers , 49 1,,5 L6Z Drgeans d enreprses ,7 15,8,6,6 MZ Employés e opéraeurs de l nformaque ,6 55,, M1Z Techncens de l nformaque e des élécom ,7,6,6 MZ Ingéneurs de l nformaque e des élécom ,5,3, 1,4 NZ Personnels d éudes e de recherche ,9,6,6 1,4 PZ Employés admnsrafs de la foncon publque (C e assmlés) ,7 73,4 3,7 3,1 P1Z Professons nermédares admnsraves de la foncon publque (B e assmlés) ,1 68,5 1,7 1,6 PZ Cadres de la foncon publque (A e assmlés) ,7 45,1 1, 1,8 P3Z Professonnels du dro (sauf urses) ,6 5,,4 P4Z Armée, polce, pompers ,6 14,8 1,5 1,5 QZ Employés de la banque e assurances , 77,1 1,6 1, Q1Z Techncens de la banque e assurances ,1 65,9,5,8 QZ Cadres de la banque e assurances ,4,7 1,1 RZ Cassers, employés de lbre servce ,8 78,5 1,1 1,1 R1Z Vendeurs ,5 73,5 3,1 3, RZ Aachés commercaux e représenans ,4 37,1 1,6,1 R3Z Maîrse des magasns, nermédares du commerce ,4 46,7,7, R4Z Cadres commercaux e echnco-commercaux ,5 9,9 1,, SZ Bouchers, charcuers, boulangers ,4 18 1,4,9 S1Z Cusners e ades de cusne ,4 37, 1, 1,4 SZ Employés e AM hôellere resauraon ,1 63,8,8 1,5 S3Z Parons e cadres d hôels, cafés, resaurans , 37,1 1,1,8 TZ Coffeurs, eshécens ,9 87,7,7,9 T1Z Employés de mason ,3 1,1,9 TZ Ades à domcle, asssanes maernelles ,5 97,7 1,5 3,8 T3Z Agens de gardennage e sécuré ,4 8,8,6,8 T4Z Agens d enreen ,9 7,5 5,1 4,8 T6Z Employés des servces dvers ,3 3,3,6 UZ Professonnels de la communcaon e de l nformaon ,7 58,6,3,7 U1Z Professonnels des ars e specacles , 41,1,8 1,5 VZ Ades-sognans e assmlés ,3 9,4 1,, V1Z Infrmers ,9 87,7 1,6,1 VZ Médecns e assmlés ,8 48,4,9 1,5 V3Z Professons para-médcales ,5 71,3,9 1,5 V4Z Professonnels de l acon socale e orenaon ,5 7,8,5 1, V5Z Professonnels de l acon culurelle, sporve, survellans ,7 59,7,9 1,4 WZ Ensegnans ,5 65,7 4,1 4, W1Z Formaeurs ,1 54,7,,5 XZ Polque e clergé ,9 3,6,1, ,7 47,5 1, 1, OQ : ouvrer qualfé ; ONQ : ouvrer non qualfé ; AM : agens de maîrse. Champ : France méropolane. enquêes Emplo (séres réropolées Dares usqu en, moyenne annuelle sur les années 198 à 1984 e 1 à 1) ; raemen Dares.

13 Pour en savor plus [1] Okba M. (4), «L accès des femmes aux méers : la longue marche vers l égalé professonnelle», Premères Synhèses n 31., Dares, ulle. [] Meron M., Okba M., Vney X. (6), «Les femmes e les méers : vng ans d évoluon conrasée», Données socales, Insee. [3] Hakm C. (), «Segregaed and negraed occupaons : a new approach o analysng socal change», European Socologcal Revew, 9(3), p [4] Mnn C. (1), «Les dsparés sur le marché du raval enre les femmes e les hommes : une analyse sur longue pérode», Dares Analyses n 15, mars. [5] Breul-Gener P. (1), «Dx ans de recensemen de la populaon : de plus en plus de pes ménages dans les régons», Insee Premère n 141, aoû. [6] Larouzos O. (), «De la secréare à l asssane. Un processus qu requer un accompagnemen», Bref n 16, Céreq, anver. [7] Couppé T., Epane D. (6), «La ségrégaon des hommes e des femmes dans les méers : enre hérage scolare e consrucon sur le marché du raval», Formaon emplo n 93, anver-mars. [8] Slvera R. (8), «Gender segregaon n he labour marke : roos, mplcaons and polcy responses n France», Exernal repor commssoned by and presened o he EU Drecorae-General Employmen and Socal Affars, Un G1 «Equaly beween women and men». [9] Emerek R., Fgueredo H., Gonzalez P., Gonäs L., Rubery J. (3), «Indcaors on Gender Segregaon», DP 3-, (CETE) Cener n Indusral, Labour and manageral Economcs, anver. [1] Meurs D., Palhé A., Ponheux S. (1), «Enfans, nerrupons d acvé des femmes e écar de salare enre les sexes», Revue de l OFCE n 114, ulle. [11] Omon L. (), «Un emplo méropolan sur deux es occupé par un cadre dans l are urbane de Pars», Île-de-France à la page n 37, sepembre. [1] Nomenclaure des famlles professonnelles hp://raval-emplo.gouv.fr/eudes-recherches-sasques-de,76/sasques,78/meers-e-qualfcaons,83/ [13] Le Ru N. (), «Séres longues d emplo par méer e par seceur d acvé à parr des enquêes Emplo de l Insee», Documen d éudes n 158, Dares, mars. [14] Commsson européenne (9), Gender segregaon n he labour marke. Roos causes, mplcaons and polcy responses n he EU, European Commsson s Exper Group on Gender and Employmen (EGGE), mars. DARES ANALYSES e DARES INDICATEURS son édés par le mnsère du raval, de l emplo de la formaon professonnelle e du dalogue socal. Drecon de l anmaon de la recherche, des éudes e des sasques (Dares), 39-43, qua André Croën, 759 Pars cedex 15. (Rubrque Éudes, Recherche, Sasque de la Dares) Dreceur de la publcaon : Anone Magner. Rédacrce en chef : Mare Ruaul. Secréara de rédacon : Evelyn Ferrera e Francne Tabaon - Maqueses : Cornne Sauvage, Guy Barbu, Therry Dure, Bruno Pezzal. Concepon graque e Impresson : Mnsère du raval, de l emplo de la formaon professonnelle e du dalogue socal. Abonnemen aux avs de paruon de la Dares (hp://raval-emplo.gouv.fr/eudes-recherches-sasques-de,76/avs-de-paruon,63/bullen,64/abonnemen,13777.hml) Dépô légal : à paruon. Numéro de commsson parare : ISSN e ISSN

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Indicateurs Septembre 2014 N 072 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques Les tensions sur le marché du travail au 2 E 2014 Au 2 e 2014, l indicateur de tension

Plus en détail

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance Rappor emer mnsre Le sys anças de radopro de conrôle e de sécuré nucléare : la longue marche vers l ndépendance e la ransparence JeYves Le Déau Dépué de la Meurhe-e-Moselle La documenaon Françase : Le

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Indicateurs mars 2013 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques Les tensions sur le marché du travail au 4 E 2012 Au 4 e 2012, l indicateur de tension

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE N d ordre : ULCO 008.35 Annee 008 THÈSE Présenée par Bassem JIDA Pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Spécalé : Géne Informaque, Auomaque e Traemen du Sgnal e des Images

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain

Une lecture probabiliste du cycle d affaires américain Une lecure probablse du ccle d affares amércan Benoî BELLONE Févrer 5 (Premère verson avrl 4) Les posons prses dans ce arcle n engagen que son aueur A e ne représenen pas celles de la Drecon Générale du

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada»

«Modèles économétriques de remboursement de prêts étudiants au Canada» Arcle «Modèles économérques de remboursemen de rês éudans au Canada» Mare Connolly, Claude Monmarquee e Al Béjaou 'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004,. 305-339. Pour cer ce arcle, ulser l'nformaon suvane

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle Recuel u Symposum 014 e Sasque anaa Au-elà es méhoes raonnelles enquêes : l aapaon à un mone en évoluon Propréés es mesures e la épense énergéque quoenne habuelle Wayne A. Fuller 1 e Dave Oshus Résumé

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Hormis pour les aides à domicile, aides ménagères et assistantes maternelles...

Hormis pour les aides à domicile, aides ménagères et assistantes maternelles... Dares Analyses avril 215 N 28 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques En 3 ans, forte progression de l emploi dans les métiers qualifiés et dans certains

Plus en détail

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE Rober COBBAUT e Séphane NASSAUT Unversé Caholque de Louvan INTROUCTION La vogue de la «valeur aconnarale» (shareholder value) peu êre arbuée pour une par mporane

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

ETUDE MEDEF SUR LES PROJETS DE RECRUTEMENTS, LES EMPLOIS NON POURVUS ET LES BESOINS EN COMPÉTENCES ET EN FORMATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES

ETUDE MEDEF SUR LES PROJETS DE RECRUTEMENTS, LES EMPLOIS NON POURVUS ET LES BESOINS EN COMPÉTENCES ET EN FORMATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES ETUDE MEDEF SUR LES PROJETS DE RECRUTEMENTS, LES EMPLOIS NON POURVUS ET LES BESOINS EN COMPÉTENCES ET EN FORMATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES Synthèse régionale sur l année 2013 pour la Martinique Echantillon

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Circuits linéaires en régime transitoire

Circuits linéaires en régime transitoire MPSI - Élecrocnée I - rcs lnéares en régme ransore page 1/8 rcs lnéares en régme ransore 1 ondons nales e conné On va éder ce se passe enre enre dex régmes conns = régme ransore. es granders élecres ne

Plus en détail

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999.

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999. LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI Lauren Davd Caher N 99.09.4 Seembre 999 Lauren Davd ATER Cenre de Recherche en Econome e Dro de l'energe CREDEN Unversé

Plus en détail

BMO 2012 - Synthèse bassin de Montpellier : 13847 projets de recrutement

BMO 2012 - Synthèse bassin de Montpellier : 13847 projets de recrutement BMO 2012 - Synthèse bassin de Montpellier : 13847 projets de Principaux métiers par volume de s envisagés en 2012 Les 10 premiers métiers représentent : 4511 projets de s 32,6% des projets de du bassin

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

Dares Indicateurs. L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014

Dares Indicateurs. L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014 Dares Indicateurs JANVIER 2015 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014 À la fin du 3 e trimestre

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses MARS 2012 N 022 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES MÉTIERS EN : progression et féminisation des emplois les plus qualifiés ; dynamisme

Plus en détail

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE SORTIR DU CHOMAGE EN ILEDEFRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE Emmanuel Duguet Yannck L Horty, Florent Sar ** RESUME L objet de cette étude est d explquer les

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Spécialité : Micro & Nano Electronique. Arrêté ministériel : 7 août 2006. «Guy / WALTISPERGER»

Pour obtenir le grade de. Spécialité : Micro & Nano Electronique. Arrêté ministériel : 7 août 2006. «Guy / WALTISPERGER» THÈSE Pour obenr le grade de DOCTEU DE UNIVESITÉ DE GENOBE Spécalé : Mcro & Nano Elecronque Arrêé mnsérel : 7 aoû 2006 Présenée par «Guy / WATISPEGE» Thèse drgée par «Skandar / BASOU» préparée au sen du

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013

OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013 OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013 1 L Observatoire Tendance Emploi Compétence Panel de 39 566 établissements invités à participer, taux de participation de 61.50 % soit 24

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail