Curative healthcare demand Self-protection and Self-insurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Curative healthcare demand Self-protection and Self-insurance"

Transcription

1 GATE Group d Anals d Théori Économiqu UMR 584 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P Curaiv halhcar dmand Slf-procion and Slf-insuranc Mohamd Anouar RAZGALLAH Avril 004 GATE Group d Anals d Théori Économiqu UMR 584 du CNRS 93 chmin ds Mouills 6930 Écull Franc B.P Écull Cdx Tél. +33 (0) Fax +33 (0) Mssagri élcroniqu Srvur Wb :

2 LA DEMANDE DE SOINS CURATIFS, L AUTO-PROTECTION ET L AUTO-ASSURANCE Curaiv halhcar dmand Slf-procion and Slf-insuranc Mohamd Anouar Ragallah GATE 3 Univrsié Lumièr Lon Résumé En uilisan un modèl bivarié d décision dans l risqu qui sépar ls prs financièrs ds prs d sané, nous analsons la dmand d soins curaifs présnan un risqu d sané ainsi qu ls dérminans du problèm d surconsommaion d soins. Nous éudions égalmn la dmand d auo-procion la dmand d auo-assuranc ainsi qu l impac d l avrsion au risqu sur chacun d cs dux dmands. Absrac Using a modl of bivaria dcision undr risk of disas, wih sparas h financial losss from h halh losss, w anals h curaiv dmand for halhcar and h drminans of ovrconsumpion car problm. W also sud h dmand for slf-procion and h dmand for slf-insuranc as wll as h impac of h risk avrsion on ach of hs wo dmands. Mo clés : - soins curaifs - aléa moral x pos - prévnion - avrsion au risqu Kwords : - curaiv halhcar - moral haard x pos - prvnion - risk avrsion JEL CLASSIFICATION : - D8 - I J ins à rmrcir Laurn Flochl pour son souin ss consils. Ss criiqus consrucivs m on éé rès uils dans l élaboraion d c ravail. J ins égalmn à adrssr ms rmrcimns à Flornc Goff-Nago pour ss préciux commnairs. 3 Group d Anals d Théori Economiqu,UMR 584 DU cnrs 93, chmin ds mouills, 6930 Ecull - franc

3 INTRODUCTION La rlaion nr ls différns aciviés médicals la gsion du compormn ds pains joun un rôl ssnil dans ls choix n maièr d sané d poliiqu publiqu. Pour un individu confroné à un risqu d maladi, ls insrumns pour s n proégr son doubls. Soi il s assur conr ls conséquncs financièrs d c risqu, n paan un prim auprès d un compagni d assuranc maladi, c qui lui prm d obnir un indmnisaion n cas d maladi. Soi il adop un compormn plus acif, n ffcuan ds acions d prévnion. Dans un aricl rès répandu n financ, Ehrlich Bckr (97) on éudié l ariculaion nr cs dux insrumns. Comm pour ls risqus financirs, la médcin disingu ssnillmn dux grands ps d soins prévnifs. Ls soins prévnifs primairs - ou auo-procion - on pour objcif d réduir la probabilié d occurrnc d la maladi ls soins prévnifs scondairs - ou auo-assuranc - on pour bu d réduir la gravié ou l éndu d la maladi. Un larg liéraur s s inérssé aux dérminans d la dmand d soins curaifs ll qu ls ravaux d Dardanoni Wagsaff (989) qui on éudié l ff d l incriud sur l rcours aux soins curaifs. Un aur liéraur, n économi du risqu d l assuranc, rai ls choix d prévnion ou d auoprocion, mais pu d ravaux xaminn l lin nr ls dux aciviés médicals, malgré l fai qu l inracion nr cs dux ps d soins s d imporanc dans l cadr d l élaboraion d un poliiqu publiqu opimal d rmboursmn d soins. A priori, la prévnion dvrai réduir ls dépnss curaivs (n spéranc) puisqu la probabilié d occurrnc d cll-ci sra moindr. Cpndan, c raisonnmn fai absracion d l ajusmn ds compormns d dmand d soins curaifs ds individus qui ombn malads. Un amélioraion ds soins prévnifs pu n ff conduir à un accroissmn ou à un diminuion d la dmand d soins curaifs slon qu cs soins son subsiuabls ou complémnairs. A nor connaissanc, suls Eckoud, Godfroid Marchand (998) on fai l lin nr cs dux liéraurs. Cs auurs s son inérssés aux propriéés ds soins curaifs n rlaion avc ls soins prévnifs, n uilisan un foncion d uilié addiiv. La grand limi d c modèl s l imposiion d rsricions sur ls préférncs ds agns, noammn n fixan l sign d la dérivé d l uilié croisé. En uilisan un foncion d uilié bivarié, Flochl R (00) mn n évidnc l rôl crucial joué par la dérivé d l uilié croisé nr richss sané. Cpndan, cs drnirs focalisn lur anals sur ls choix d assuranc. L objcif d c papir s d sr la robusss ds résulas d Eckoud, Godfroid Marchand (998), ainsi qu d amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par cs mêms auurs n 000, c, n uilisan un foncion d uilié bivarié. Nor aricl chrch, n prmir liu, à dérminr la rlaion nr ls soins curaifs prévnifs. En inroduisan la possibilié du rcours aux soins curaifs, un fois qu l individu omb malad, au modèl Ehrlich Bckr (97), Eckoud, Godfroid Marchand (998) monrn qu ls soins prévnifs scondairs ls soins curaifs son ds subsius alors qu la rlaion nr ls soins prévnifs primairs ls soins curaifs s ambiguë. Dans c aricl, on s inrrog sur c drnièr rlaion dans un cadr où l p d risqu d sané, sévèr ou non, s xplicié. En scond liu, nous présnons ls dérminans d la dmand d prévnion du problèm d aléa moral x pos. Enfin, nous xaminons ls dérminans d l augmnaion ds icks modéraurs qui rprésn un praiqu largmn uilisé par ls rsponsabls ds ssèms publics d assuranc maladi

4 nous monrons qu lurs choix d financmn d soins dépndn à la fois du dgré d prudnc d l assuré du sign d la dérivé d l uilié croisé. Nor aricl s organisé comm sui. L modèl s présné dans la scion. Ls dérminans du compormn opimal d l individu à rcourir aux soins curaifs ainsi qu l impac d un choc xogèn sur la dmand d soins curaifs son présnés dans la scion 3. Dans la scion 4, nous ffcuons ds dévloppmns équivalns pour la dmand d prévnion. Nous xaminons nsui l problèm d aléa moral x pos nous éudions l impac d l avrsion au risqu sur l rcours à la prévnion. Enfin, nous comparons nos résulas avc cux rouvés par Eckhoud, Godfroid Marchand (998) nous ls rlions avc ds ravaux anériurs. Dans la scion 5, nous modélisons l choix opimal du régulaur, avan d conclur l aricl. L modèl Soi un individu don ls préférncs dépndn à la fois d son nivau d richss (W) d son sock d sané (H) rprésnés par un foncion d uilié bivarié d p Von Numann Morgnsrn, coninu, sricmn croissan n la richss n la sané, au moins dux fois différniabl concav l qu : U(W,H) vérifi ls hpohèss usulls suivans : U > 0, U > 0, U < 0, U < 0 U U (U ) > 0. Nous n imposons aucun rsricion sur l sign d U. Au débu d la périod, c individu, doé d un richss iniial crain W 0 d un sock d sané iniial H 0 s soumis à un risqu d sané. Il pu dvnir malad avc un probabilié p, auqul cas son sock d sané avan raimn s rédui à H < H 0. L écar nr H H 0 rflè la gravié ponill d la maladi. En cas d maladi, l individu a rcours au ssèm d soins. s l innsié d c rcours, qui rsaur l sock d sané d un nivau m (, β), avc β la producivié d la médcin curaiv. L prix uniair d s noé θ. On suppos qu : m > 0, m < 0, m β > 0 m β 0. Cs condiions signifin qu l ff du raimn croi avc l rcours aux soins curaifs qu un amélioraion d la producivié d la médcin curaiv xrc un ff posiif sur l impac du raimn pour un nivau d soins curaif donné. La prévnion primair, don l innsié sra noé, a un impac sur la probabilié d survnanc d la maladi. On suppos p < 0, p 0 où p p son rspcivmn la dérivé prmièr scond d p (, α ), c qui signifi qu l ffor d prévnion primair rédui la probabilié d occurrnc d la maladi, mais qu l rndmn marginal d c ffor s décroissan. L coû monéair d un unié d ffor s noé λ. Conrairmn à c qui s pass pour la prévnion primair, la prévnion scondair ou l auo-assuranc n affc pas la probabilié d survnanc d la maladi mais son dgré d gravié ou d xnsion. Soi l innsié d la prévnion scondair, σ son prix uniair h (, α) un foncion qui indiqu l impac d sur l éa d sané. On suppos qu h > 0 h < 0, c qui signifi qu l ffor d prévnion scondair rédui ls conséquncs dommagabls d la maladi qu l rndmn marginal d c ffor s croissan. α α 3

5 rprésnn rspcivmn la producivié ds msurs d prévnion primair cll ds msurs d prévnion scondair. On suppos qu : p < 0 > 0, cs condiions signifin qu l accroissmn d α h α α d α provoqun rspcivmn la baiss d la probabilié d occurrnc d la maladi pour un nivau d prévnion primair donné l amélioraion d l éa d sané. p 0 α h > 0, c qui signifi qu l accroissmn d α α (rsp. α ) xrc un ff posiif sur la producivié marginal d la prévnion primair (rsp. scondair). On suppos nfin qu un individu malad pu dans l millur ds cas rrouvr son éa d sané iniial 4 : H + h ( max ) + m ( max ) H 0. Où rprésnn rspcivmn la quanié maximal possibl d d. max max En plus d cs msurs d prévnion sur son sock d sané, l individu pu égalmn s assurr conr ls conséquncs monéairs d la maladi. Un conra d assuranc s défini par Z = ( -, -, P ) avc P la prim d assuranc, l aux d rmboursmn ds dépnss d médcin rspcivmn prévniv curaiv. L objcif d c aricl s d éudir l ariculaion nr ls choix d prévnion ls soins curaifs. Pour c fair, nous considérons la séqunialié rprésné par la droi d horion mporl suivan : = = = 3 Ls choix d prévnion la naur inrvin ls acs curaifs L choix d l assurur Lors d un prmièr éap, l régulaur dérmin l monan ds icks modéraurs l individu choisi la quanié d prévnion. Lors d un duxièm éap, la naur inrvin dux éas d la naur son possibls : avc un probabilié p, l individu s malad alors 4 On considèr qu l individu pu êr confroné à l un ds dux ps du risqu maladi : bénin ou malin. Conrairmn à un risqu malin, un risqu s di bénin si l individu rcouvr son éa d sané iniial. Dans un aricl récn, Bin (003) s s inérssé sur l incidnc d cs dux ps d risqu sur la couvrur d assuranc maladi. 4

6 qu avc la probabilié complémnair, il consrv son sock d sané iniial. Si à la duxièm éap, l individu omb malad, on pass alors à la roisièm éap où il rcour aux soins curaifs. Nous résolvons dans la sui c problèm par inducion amon. 3 La dmand d soins curaifs Nous commnçons par la drnièr éap dans laqull l individu s ombé malad, il choisi alors l nivau opimal d soins curaif l qu : = arg max U [W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ, H + m (,β) + h (, α )] () Pour simplifir la noaion, on dénora par W l argumn d U associé à l éa d maladi par V clui associé à l éa d bonn sané. Avc : W = W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ, H + m (,β) + h (, α ) V = W 0 P (- ) (λ + σ ), H0 Ainsi la condiion d prmir ordr aaché à () s la suivan 5 : (- ) (θ / m ) = (U(W) / U ( W)) () Avc W = (W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ *, H + m ( *,β) + h (, α )) L équaion () radui l égalié n l coû marginal (mmbr d gauch) généré par l rcours aux soins curaifs l gain marginal (mmbr d droi) qu il indui à ravrs l amélioraion d l éa d sané. C égalié fai qu la dmand d soins curaifs s parill. On rmarqu qu l gain marginal du rcours aux soins curaifs s égal au aux marginal d subsiuion nr ls bins maérils la sané. La possibilié d soins prévnifs pu conduir à modifir l choix opimal ds soins curaifs. Afin d s inrrogr sur la qusion d la complémnarié ou d la subsiuabilé nr ls soins curaifs ls soins prévnifs, nous procédons à un anals d saiqu comparaiv. Proposiion Si U (W) 0 alors (d */ d ) < 0 (d * / d ) < 0. Pruv : la différnill oal d l équaion () donn ls résulas suivans pour U (W) 0 : (W) - U ( d */ d ) = [ - (- ) λ (θ (- ) U m (W)) E ] < 0. 5 L déail d calcul concrnan la condiion d scond ordr s fourni n Annx. 5

7 ( d * / d ) ={- σ (- ) (- ) θ U (W) - m h U (W) + [(- ) m σ + (- ) θ h ] U(w) E } < 0. ν L sign posiif d la dérivé d l uilié croisé (U ) signifi qu un baiss marginal d la consommaion ds bins maérils nraîn la diminuion d l uilié marginal d la sané. (d */ d ) < 0 (rsp. (d * / d ) < 0) signifi qu moins l agn a rcours à la prévnion primair (rsp. scondair) x-an, plus sa consommaion d bins maérils augmn comm U(W) > 0 alors l uilié marginal d la sané augmn donc l rcours aux soins curaifs augmn. Ainsi on pu dir qu lorsqu l sign d l uilié croisé d l individu s posiif ou null alors un augmnaion ds soins prévnifs (primair ou scondair) nraînra x pos un baiss ds soins curaifs. Au conrair, si l uilié marginal d la richss s un foncion décroissan du capial sané (U (W) < 0) alors il s possibl qu ls soins curaifs augmnn avc l innsié d la prévnion. 4 La dmand d soins prévnifs Après avoir présnr ls dérminans d la dmand d soins curaifs ainsi qu ls propriéés d c dmand, nous pouvons à présn éudir la dmand d soins prévnifs. L nivau opimal d soins prévnifs primairs s l qu 6 : = arg max p (, α ) U[W 0 - P - (- ) (λ + σ )-(- )θ *, H + m ( *,β) + h (, α )] + [- p (, α )] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (3) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (3) s écri : E = p [U(W) - U(V)] + p (, α ) (- ) λ [U(V) - U (W)] - (- ) λ U(V) = 0 (4) L nivau opimal d soins prévnifs scondairs s l qu : = arg max p (, α ) U [W 0 - P - (- ) (λ + σ )- (- )θ *,H + m ( *,β)+ h (, α )] + [- p (, α )] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (5) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (5) s écri 7 : 6 Nous commnçons par dérminr l nivau opimal d soins prévnifs primairs, puis nous raions l cas d la prévnion scondair. 7 L calcul compl ds condiions d prmir ordr ds condiions d scond ordr aachés rspcivmn à (3) (5) s fourni n Annx. 6

8 E = p (- ) σ [U(W) - U (V)] + p h U (W) - (- ) σ U(V) = 0 (6) Rlaion nr l auo-procion l auo-assuranc Dans c scion, nous élucidons la rlaion nr l auo-procion l auoassuranc afin d mr n évidnc ls condiions sous lsqulls cs dux ps d prévnion son ds complémns ou ds subsius. Proposiion Si U (W) scondair. 0 alors la prévnions primair décroî avc la prévnion Pruv : la différnill oal d l équaion (4) donn : (d * / d ) = (- E E ) Où E = p ( ) + (- ) ) σu ( V p λ σ [- p ] U (V). ν + p (- ) λ [(- ) σ U (W) - h U(W)] Lorsqu l uilié marginal d la richss s un foncion croissan du capial sané alors l auo-procion l auo-assuranc doivn évolur dans un sns conrair. Au conrair, un ll conclusion s invrs si U (W) < 0. En rlian c résula avc ds ravaux mpiriqus anériurs, nous monrrons par la sui qu la rlaion nr ls dux ps d prévnion dépnd du p d risqu d maladi. Impac d un choc xogèn sur la dmand d prévnion Nous xaminons mainnan ls propriéés ds dux dmands d soins prévnifs. Nous commnçons par éudir l impac d un amélioraion d l fficacié du ssèm d soins curaifs. Proposiion 3 Si U (W) 0 alors (d * / d β ) < 0 (d * / d β ) < 0 Pruv :la différnill oal d l équaion (4) (6) donn rspcivmn : (d * / d β ) = {- p mβ U (W) + λ (- ) p (, α ) m β U(W) } E } < 0. (d * / d β ) = { p (- ) σ m U(W) - p h β m U(W) } < 0. ν β E Plus la médcin curaiv s produciv, plus l éa d sané du malad s amélior pour un mêm monan d soins. Cci nraîn, pour un nivau d soins donné, l augmnaion d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils si U (W) > 0 par sui l rcours à la prévnion diminu. Si U (W) < 0 alors il s possibl qu la prévnion croiss avc la producivié d la médcin curaiv. 7

9 C résula s d imporanc dans l cadr d l élaboraion d un poliiqu publiqu opimal d invsissmn afin d améliorr l fficacié ds soins curaifs cll ds soins prévnifs. Nous xaminons mainnan l impac d la gravié d la maladi sur l rcours aux soins prévnifs. Proposiion 4 Si U (W) 0 alors (d * / dh) < 0 (d * / dh) < 0. Pruv :la différnill oal d l équaion (4) (6) donn rspcivmn : (d * / dh) = {- p U(W) + λ (- ) p (, α ) U (W)} E }. (d * / dh) = { p (- ) σ U(W) - p h U (W) E }. ν Plus la maladi à laqull l agn pu êr confroné s sévèr, plus l éa d sané s déérior, c qui nraîn la baiss d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils si U (W) > 0 par sui la dmand d prévnion augmn. Par conr, si U (W) < 0 alors il s possibl qu la prévnion évolu dans l sns conrair d la gravié d la maladi. Nous éudions mainnan l ff du monan d la prim d assuranc sur la dmand d prévnion. Proposiion 5 Si U (W) 0 alors (d * / d P ) > 0. Pruv : la différnill oal d l équaion (6) donn (d * / d P ) > 0. ν Un augmnaion d la prim d assuranc ncourag la prévnion scondair si U (W) 0. Il s agi ici d un ff d richss car la prim s paé. Efficacié d un poliiqu d lu conr la surconsommaion ds soins prévnifs Dans l domain d la sané, la présnc ds compormns d aléa moral x pos sur ls soins prévnifs signifi qu ls prsonns assurés on ds dépnss d sané plus élvés qu ls prsonns non assurés, c qui génèr un surconsommaion d soins par la mêm un pr d bin-êr social. La praiqu courammn uilisé par ls rsponsabls ds ssèms publics d assuranc maladi pour réduir l amplur d cs compormns s l augmnaion ds icks modéraurs 8. Dans c scion, on va monrr s il s jusifié ou non d appliqur c praiqu. Proposiion 6 Alors qu l augmnaion ds icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv provoqu oujours la baiss ds dépnss d soins prévnifs primairs 8 L ick modéraur s la fracion du arif éabli pour ls prsaions n naur, qui s laissé à la charg d l assuré, don l bu s d modérr ss dépnss d l rsponsabilisr. 8

10 ( ( ) ) lorsqu p λ+ σ + pλ < 0, l ff d c praiqu sur ls dépnss d soins prévnifs scondairs dépnd du sign d la dérivé d l uilié croisé. Pruv : la différnill oal d l équaion (4) donn : (d * / d ) = (- E ) E Avc E = [ p (λ + σ ) + p λ][ U (W) - U (V) ] + ( p -) (- ) λ (λ + σ )U(V) - p (- ) λ (λ + σ ) U(W) + λ U (V). La différnill oal d l équaion (6) donn : (d * / d ) = ( - E E ) > 0 lorsqu U (W) 0 Avc E = [( p -) (- ) σ (λ + σ ) U(V) + (- p ) σ U (V) + p σ U (W) - p (- ) σ (λ + σ ) U(W) + p h (λ + σ ) U(W)]. ν Qul qu soi l risqu d sané, un poliiqu économiqu qui consis à augmnr ls icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv à fin d limir la surconsommaion ds dépnss d soins prévnifs primairs s oujours fficac si ( ( ) ) p λ+ σ + pλ < 0. Cpndan, c msur s infficac pour réduir ls dépnss prévnivs scondairs lorsqu U < 0. Impac d l avrsion au risqu sur la dmand d prévnion Un larg liéraur économiqu s bas sur l concp d l avrsion au risqu pour analsr la prévnion ll qu Jullin, Salanié Salanié (999). Paran du modèl d Ehrlich Bckr (97), cs auurs uilisn un foncion d uilié uni-varié afin d éudir la rlaion nr l avrsion au risqu l rcours à la prévnion. Ils monrn qu l auoprocion augmn avc l avrsion au risqu, si sulmn si, la probabilié du sinisr s rès faibl. Nous éclaircissons mainnan la rlaion nr l avrsion absolu au risqu la prévnion, c, dans un conx bi-varié. Proposiion 7 Ls prévnions primair scondair croissn avc l avrsion absolu au risqu d richss alors qu l avrsion absolu au risqu d sané inci à s auo proégr décourag à s auo assurr conr ls maladis. Pruv : voir annx 3. ν C drnir résula fai inrvnir l avrsion au risqu, l rôl d c drnièr consis à incir l assuré à réalisr ds acions d prévnion n vu d réduir son risqu. En ff, un maladi ngndr à la fois ds coûs monéairs d aurs non monéairs. Cs drnirs, à la différnc ds coûs monéairs, n son pas couvs par l assuranc puvn alors incir ls pains à rcourir à la prévnion. 9

11 Crs, l éud d l impac d l'avrsion au risqu sur la dmand d prévnion scondair s inérssan, car c s un dmand d auo-assuranc. Cpndan, l résula d l impac d l avrsion au risqu sur la dmand d prévnion primair pu êr nuancr car dans un conx uni-varié, Eckhoud Gollir (00) monrn qu l dérminan ssnil d la prévnion s la prudnc qu c drnir décourag la prévnion. Rmarquons dans un conx mulivarié, l qu clui d nor modèl, la prudnc n s pas ncor défini, c qui rprésn un pis d rchrch inérssan. 5 Ls résulas d la saiqu comparaiv Dans c scion, nous comparons nos résulas avc cux rouvés par Eckhoud, Godfroid Marchand (998) nous ls rlions avc ds ravaux anériurs 9. Ls résulas d saiqu comparaiv xhibés son, pour la plupar, similairs à cux obnus par Eckhoud, Godfroid Marchand (998). Cs drnirs on supposé un individu avrs au risqu à l égard d la sané nur au risqu à l égard d la richss don la dérivé d l uilié croisé s null (U = 0). En our, Evans Viscusi (99) on monré mpiriqumn pour ds risqus sévèrs qu l sign d la dérivé d l uilié croisé s sricmn posiif (U > 0) pour ds risqus non sévèrs qu l sign d c dérivé s sricmn négaif (U < 0). Dans nor aricl, nous avons présné cs différns cas grâc à la généralié d la foncion d uilié à la séparaion ds prs financièrs ds prs d sané. En rlian nos résulas avc cs ravaux anériurs, nous pouvons dir qu la rlaion nr ls soins curaifs ls soins prévnifs dépnd d la gravié du risqu maladi, ll qu pour un maladi lourd, ls dux ps d soins son ds subsius, alors qu pour un maladi grav, cs dux soins puvn êr ds complémns. En rms d poliiqu économiqu, la praiqu du régulaur qui consis à fair augmnr ls icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv afin d limir l problèm d surconsommaion ds soins prévnifs scondairs s fficac si U = 0 ou s il s confroné un risqu d maladi sévèr (U > 0). Au conrair, un ll poliiqu sra infficac, si l risqu d maladi s non sévèr (U < 0). Par conr, c praiqu rs oujours fficac, lorsqu p λ+ σ + pλ < 0, pour réduir la surconsommaion ds soins prévnifs ( ( ) ) primairs, cci, qul qu soi l p d risqu maladi. 9 Ls ffs d changmn ds variabls H 0, W 0,, son analogus à cux rouvés par Flochl R (00). P sur la dmand d soins curaifs 0

12 U (W) 0 U (W) < 0 U (W) 0 U (W) < 0 U (W) 0 U (W) < ou ou - α α - + ou - ambigu β ambigu - + ou ou - H ou ou ou - W ou - ambigu + + ou - r A (x) ///////////// ///////////// r A (H) //////////// ///////////// ou ou ou - ambigu ambigu + + ou - P - + ou - ambigu ambigu + + ou - 6 L assuranc opimal Dans c scion, on s inrrog sur la rlaion nr médcin prévniv curaiv, à ravrs l choix d rmboursmn opimal d cs dux aciviés médicals par l régulaur, n inégran l choix individul ds pains.

13 Plusiurs pas uropéns son confronés à un conrain budgéair rès for sur ls dépnss d sané. D sériuss réforms s imposn donc pour lur conr la surconsommaion ds soins. Dans différns pas, la réform la plus uilisé consis à rsponsabilisr l assuré, n uilisan ds icks modéraurs. L régulaur prnd n charg un fracion ds dépnss n soins prévnifs, comm il subvnionn un fracion ds dépnss n soins curaifs. Es-il jusifié d appliqur ds icks modéraurs différns slon l p d médcin curaiv ou prévniv? Pour simplifir l anals du choix du régulaur, on considèr qu l assuré pu rcourir uniqumn à l un ds dux ps d prévnion. Choix du régulaur prévnion primair On considèr l cas d un régulaur qui rmbours un fracion ds dépnss n soins prévnifs primairs un fracion ds dépnss n soins curaifs. L conra d assuranc offr à l équilibr maximis l spéranc d l uilié d l assuré sous conrain budgéair : Max EU = p ( ) U (W) + [ - p ( )] U (V) (7), SC P = λ + p (, α ) θ (8) Où = (,, ), = (, ) P = P (,,, ) (9) Avc : W = W 0 - P - (- ) λ - (- ) θ, H + m (,β) V = W 0 - P - (- ) λ, H0 Après calcul, on obin ls dux équaions suivans 0 : λ = - θ { p + p ( ) + } (5) 0 Ls déails ds calculs concrnn ls condiions du prmir ordr aachés à (7) son fournis à l Annx 4.

14 = ( ) E U U (8) Ls équaions (5) (8) prmn d s inrrogr sur l choix opimal du régulaur. L équaion (5) suggèr qu l choix d subvnionnmn ds soins prévnifs s ssnillmn budgéair mais il dépnd aussi d la naur du risqu d sané. C équaion, nous prm d énoncr l lmm suivan : Lmm Ls aux d rmboursmn opimaux ds aciviés médicals son complémnairs si dux condiions son simulanémn vérifiés : (i) L risqu d sané s sévèr. (ii) La poliiqu d lu conr la sur-consommaion ds soins prévnifs primairs s infficac Pruv : si l risqu d sané s sévèr alors > 0 < 0 si la poliiqu d lu conr la sur-consommaion ds soins prévnifs primairs s infficac alors < 0. On n dédui qu l xprssion nr accolads dans l équaion (5) s alors sricmn négaiv ( ) + < 0, ainsi nécssairmn l xprssion nr parnhèss dans l équaion (5) s négaiv, c qui impliqu qu évolun dans l mêm sns. ν ( ) L équaion (5) radui, à l opimum inériur, l égalié nr l coû marginal lié au financmn ds soins prévnifs (mmbr d gauch) l bénéfic marginal généré par c financmn (mmbr d droi). L inrpréaion d c égalié s immédia. L augmnaion ds dépnss prévnivs primairs via l financmn d c p ds soins λ s compnsé, d un par, par un ff dirc d baiss d rmboursmn ds soins curaifs n spéranc ( p θ ), d aur par, par un ff indirc d réducion ds dépnss curaivs à ravrs la subsiuabilié nr ls soins [ / ]. 3

15 Alors qu l choix d s ssnillmn budgéair, l choix d subvnionnmn ds dépnss curaivs dépnd d dux variabls, à savoir l dgré d prudnc d U l assuré E[ U ] l nivau d sévérié du risqu d sané. C résula s d imporanc car il prm d amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par Eckoud, Godfroid Marchand (000). Cs drnirs consan qu l choix opimal d rmboursmn ds dépnss curaivs dépnd uniqumn du dgré d prudnc. A parir d l équaion (8), on pu énoncr la proposiion suivan : Proposiion 8 Si l assuré s imprudn vis-à-vis du risqu d sané (rsp. indifférn à la prudnc) l risqu s sévèr, l choix opimal du régulaur s alors d ( rsp. n pas) subvnionnr ls dépnss d soins curaifs prévnifs. Pruv : U - Si l assuré s indifférn à la prudnc [ ] = alors l mmbr d droi d (8) E U s annul car son sricmn posiifs donc nécssairmn s nul. Ainsi d après l équaion (5), s égalmn nul. U - Si l assuré s imprudn [ ] > alors l mmbr d droi d (8) dvin posiif E U car son sricmn posiifs donc nécssairmn sricmn posiif. En conséqunc s aussi sricmn posiif à l opimum car ils son complémnairs. ν Choix du régulaur prévnion scondair On considèr l cas d un régulaur qui rmbours un fracion ds dépnss n soins prévnifs scondairs un fracion ds dépnss n soins curaifs. La pruv s fourni à l Annx 6. 4

16 L conra d assuranc offr à l équilibr maximis l spéranc d l uilié d l assuré sous conrain budgéair : Max EU = p U(W) + [ - p ] U(V) (9), SC P = σ + p θ (0) Où = (,, ), = (, ) P = P (,,, ) () Avc : W = W 0 - P - (- ) σ - (- ) θ, H + m (,β) + (, h α ) V = W 0 - P - (- ) σ, H 0 Après calcul, on obin l équaion suivan : σ = - pθ + (7) = ( ) E U U (30) Conrairmn à la prévnion primair, la rlaion opimal nr l ick modéraur appliqué aux acs d la médcin curaiv clui approprié pour ls acs d prévnion scondair dépnd d dux ffs : Un ff dirc d subsiuion nr ls soins un ff indirc d augmnaion ds icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv. Ls déails ds calculs concrnan ls condiions d prmir ordr aachés au programm (9) son fournis n Annx 5. 5

17 ) Eff dirc : si ls médcins prévnivs scondair curaiv son ds subsius ( < 0), un assuranc plus générus dans l rmboursmn ds acs prévnifs scondairs nraîn un baiss ds dépnss curaivs. A budg consan, l assuranc pu donc miux rmboursr ls soins curaifs. Ls aux d rmboursmn évolun donc dans l mêm sns. ) Eff indirc : l éud du choix d l assuré monr qu plus la médcin prévniv scondair s rmboursé plus ls dépnss curaivs augmnn ( > 0). Il srai alors préférabl pour l assuranc d réduir l aux d rmboursmn ds soins curaifs. Aurmn di, si la compagni d assuranc s plus dépnsièr dans l rmboursmn ds acs prévnifs, ll n doi pas l êr aussi fac à la médcin curaiv. A parir d l équaion (7), on pu énoncr la proposiion suivan : Proposiion 9 Si l ff indirc domin l ff dirc alors nécssairmn ls aux d rmboursmn opimaux ds aciviés médicals son complémnairs. Au conrair, un ll conclusion s invrs si l ff dirc domin l ff indirc. Pruv : si > alors l xprssion nr parnhèss dans l équaion (7) s nécssairmn négaiv, ainsi évolun dans l mêm sns. ν En our, l équaion (30) suggèr qu ls dérminans du choix opimal d rmboursmn ds dépnss d médcin curaiv son l dgré d prudnc la naur du risqu d sané 3. C résula s similair à clui d la prévnion primair. 7 CONCLUSION Au long d c aricl, nous avons présné un modèl qui prm d éclaircir l problèm du choix d soins curaifs, d soins prévnifs l problèm d assuranc. Nous avons uilisé un foncion d uilié bivarié qui dépnd à la fois d la richss d la sané, sans imposr ds rsricions sur ls préférncs individulls. Nous rmarquons qu l problèm d aléa moral x pos ainsi qu la rlaion nr ls différns inrvnions médicals dépndn du sign d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils n foncion d l éa d sané (U ). En our, nous consaons qu plus l agn a un avrsion absolu au risqu d richss imporan, plus il a rcours à la prévnion primair scondair plus il a un 3 La pruv s fournis à l Annx 7. 6

18 avrsion absolu au risqu d sané imporan, plus il s auo-proèg moins il s auo-assur conr c risqu. D plus, dans l cadr d assuranc, nous monrons qu ls principaux dérminans du choix d financmn ds soins par l régulaur son l dgré d prudnc d l assuré, la rlaion nr ls aciviés médicals la naur du risqu d sané. C résula pu êr uilisé pour amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par Eckhoud, Godfroid Marchand (000). En ff, si on obsrv qu un régulaur modifi sa décision d financmn d soins lorsqu ss assurés son confronés à un risqu d sané sévèr, on pu n déduir qu l modèl d Eckhoud, Godfroid Marchand (000) n s pas un bon indicaur du choix du régulaur. 8 REFERENCES - Bin F. (003), Assuranc maladi risqué moral : un no sur l incidnc du p d risqué, Mimo THEMA Univrsié Paris X-Nanrr. - Culr D. M., Zckhausr R. J. (000) Th Anaom of Halh Insuranc. in : Handbook of Halh Economics. - Dardanoni V. A. Wagaaff (989), "Uncrain and h dmand for mdical car", Journal of Halh Economics 9(990) Dionn G. and L. Eckoud (985), "Slf-insuranc, slf-procion and incr- asd risk avrsion", Economics Lrs, 7 : Eckhoud L, Godfroid P Marchand M (998),"Risqu d sané, médcin prévniv médcin curaiv", Rvu d'economi poliiqu, 08,3, Eckhoud L, Godfroid P Marchand M (000), " L subvnionnmn ds médcin Curaiv prévniv", Rvu d Economi poliiqu, 0, 4, Eckhoud L, Gollir C (00), Th impac of prudnc on opimal prvnion, Mimo. - Ehlrich I. Bckr G. (97), "Mark Insuranc, slf-insuranc and Slf-procion", Journal of Poliical Econom, 40, p Evans W.N., W.K. Viscusi (99), "Esimaion of sa dpndn uili funcion using surv daa ", Rviw of conomics and saisics, 73, Flochl L. B. R (00), " Halh car dmand and halh insuranc", Mimo GATE (Group d Anals d Théori Economiqu ). 7

19 9 ANNEXES ANNEXE L calcul ds dérivés sconds dircs croisés fourni ls résulas suivans : E = (- ) θ U (W) + m U (W) + (m ) U (W) (- ) θ m U (W). Slon c équaion, 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. E = p [ U (W) - U (V) ] + U (V) (- ) λ ( - p) + p U (W) (- ) λ + p (- ) λ [ U (W) - U (V) ]. Or [ p [ U (W) -U ( V) ] + U (V) (- ) λ ( - p) + p U (W) (- ) λ ] > 0 p (- ) λ [ U (W) - U (V) ] < 0 donc l sign d E s ambigu. Cpndan il s bin connu dans la liéraur sur ls choix risqués qu la condiion du scond ordr n s pas naurllmn saisfai pour ls choix prévnifs. Ainsi, on va supposr qu E < 0. On sai qu = (, ) donc (d / d) = 0 (d / d) = 0. C qui rvin à écrir qu : E = E = 0. E = (- ) λ [θ (- ) U (W) - m U (W)] Slon c équaion, 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. Dés lors, ls condiions d scond ordr pour un maximum son saisfais puisqu on a : E < 0, E < 0 E E - E E > 0. E = p (- ) σ U (W) + (- ) σ U (V) ( - p) + p h U (W) + p h U (W) - p (- ) σ h U (W). Slon l sign U (W), 3 cas son possibls : 8

20 ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. E = 0 E = σ (- ) (- ) θ U (W) + m h U (W) - [(- ) m σ + (- ) θ h ] U (W) Slon l sign U (W), 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. Dés lors, ls condiions d scond ordr pour un maximum son saisfais puisqu on a : E < 0, E < 0 E E - E E > 0. ANNEXE L nivau opimal d soins prévnifs primairs s l qu : = arg max p (, α ) U[W 0 - P - (- ) (λ + σ )-(- )θ *, H + m ( *,β) + h (, α )] + [ - p (, α ) ] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (3) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (0) s écri : E = p [ U(W) - U(V) ] + p(,α) (- ) λ [ U (V) - U (W) ] - (- ) λu (V) + p(,α) [ - (- ) θ U (W) + m U (W)] (d*/d) = 0 Or d après la condiion d prmir ordr du programm () on a : - (- ) θ U (W) + m U (W) = 0. Donc d après l héorèm d l nvlopp, la condiion d prmir ordr du programm (9) s écri : E = p [ U(W) - U(V) ] + p(,α) (- ) λ [ U (V) - U (W) ] - (- ) λ U (V) = 0 (4) L nivau opimal d soins prévnifs scondairs s l qu : 9

Dipôles en régime transitoire

Dipôles en régime transitoire our au mnu! Dipôls n régim ransioir 1 laions couran nsion S il xis un rlaion linéair nr la nsion u() l couran i() dans un dipôl, cluici s «linéair». applons ls rlaions nr u() i() pour ls dipôls passifs

Plus en détail

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE :

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE : I INTRODUCTION : FONCTION LOGIQUE BT MI Variabl binair : L élcrochniqu, l élcroniqu, la mécaniqu éudin uilisn la variaion d grandurs physiqus lls qu la prssion, la forc, la nsion, c. Crains applicaions

Plus en détail

Equations différentielles et Cinétique chimique

Equations différentielles et Cinétique chimique Equaions différnills Cinéiqu chimiqu En Cinéiqu, l'éud ds visss lors ds réacions condui à ds équaions différnills don la plupar corrspondn au programm d Mahémaiqus ds classs d STS chimiss Ls sujs raiés

Plus en détail

La coordination multilatérale des politiques agricoles en présence de biens non marchands

La coordination multilatérale des politiques agricoles en présence de biens non marchands E c o l N a i o n a l u p é r i u r d A g r o n o m i d M o n p l l i r H E E D E D O C O R A E N C I E N C E E C O N O M I Q U E ounu publiqumn l 7 mai 007 CNU cion 05 Ecol docoral Économi Gion d Monpllir

Plus en détail

TD 13 : Intégrales dépendant d un paramètre

TD 13 : Intégrales dépendant d un paramètre TD 3 : Inégrals dépndan d un paramèr Éuds d foncions Exrcic Enraînmn Oral Pis mins, PC, 5. On défini f x = a Dérminr l domain d définiion d f. b Éudir la régularié d f. c Qull s la limi d f x lorsqu x

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Comment les robots construisent leur monde

Comment les robots construisent leur monde Phoo ECAL / Milo Kllr, Dsign : ECAL / Singal Mösch Francis Chabloz Commn ls robos consruisn lur mond par Frédéric Kaplan Pirr-Yvs Oudyr Pourrai-on apprndr à un robo l nom ds objs qui l nourn? N suffirai-il

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

COMPARAISON ENTRE LES FORMULES DU FONDS, DU BÉNÉFICE ACTUALISE ET DE LA RENTABILITÉ

COMPARAISON ENTRE LES FORMULES DU FONDS, DU BÉNÉFICE ACTUALISE ET DE LA RENTABILITÉ REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 267 COMPARAISON ENTRE LES FORMULES DU FONDS, DU BÉNÉFICE ACTUALISE ET DE LA RENTABILITÉ PAR P. DUTILLOY La formul du Fonds pu srvir à dérminr la valur d'un qulconqu d ss élémns

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Taux de change réel et compétitivité de l économie réunionnaise

Taux de change réel et compétitivité de l économie réunionnaise CERDI, Euds Documns, E 2010.29 Documn d ravail d la séri Euds Documns E 2010.29 Taux d chang rél compéiivié d l économi réunionnais Fabin CANDAU CATT, Univrsié d PAU Michaël GOUJON CERDI, Univrsié d Auvrgn

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

1 Le contexte. 1 Le contexte historiqu e. 2 Les défi s act uels 3 des ent rep rise s (Po urq uoi?) 3 Commen. t l entrepri se.

1 Le contexte. 1 Le contexte historiqu e. 2 Les défi s act uels 3 des ent rep rise s (Po urq uoi?) 3 Commen. t l entrepri se. hioriqu conx hioriqu 2 L ac ul 3 d n rp ri 2 L acul d nrpri l nrpri adap--ll 4 Naianc du Du ranacionnl au : l imporanc d l informaion d la connaianc du clin l nrpri adap-ll Concluion hioriqu conx hioriqu

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes Univrsié Paris 1 Panhéon Sorbonn Rlaions monéairs inrnaionals Cours d Mr Chrisian Bords Corrcion du TD3 Ls aux d chang à cour rm La parié ds aux d inérê non couvr Exrcic sur Inrn Allz n fin d c documn

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licnc IUP SIAL Univrsié d Créil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: HPLC Anné univrsiair 003/004 I OBJECTIF. Lors d c TP nous allons dérminr opimisr ls paramèrs

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

SOMMAIRE. ANNEXES - Supports d'activités pédagogiques : exercices à photocopier - Précisions pour les enseignants

SOMMAIRE. ANNEXES - Supports d'activités pédagogiques : exercices à photocopier - Précisions pour les enseignants L E SAMI SDEL AMI NE MUS E EDEL AMI NE 1, r udumus é 69210 S AI NT PI E RRE L AP AL UD AL ADECOUVERTE «DESMI NESDESAI NBEL» Cahi rddéc ouvr d ac i vi és àl a n i ondsns i gnan s Cyc l 2( GS, CP, CE1) L

Plus en détail

Sur le graphique fourni ci-dessous, on a tracé une partie de la courbe représentative (C ) de la fonction g définie sur par : g (x) =

Sur le graphique fourni ci-dessous, on a tracé une partie de la courbe représentative (C ) de la fonction g définie sur par : g (x) = METROPOLE SEPTEMBRE 11 EXERCICE 1 5 poins Commun à ous ls candidas Un magasin vnd ds mours élcriqus ous idniqus. Un éud saisiqu du srvic après-vn a prmis d éablir qu la probabilié qu un mour omb n pann

Plus en détail

Prévision de prix et coordination par les croyances : une étude expérimentale

Prévision de prix et coordination par les croyances : une étude expérimentale Prévision d prix coordinaion par ls croyancs : un éud xpérimnal mai 23 Angla Suan a*, Marc Willingr b a BETA-Thm, Univrsié Louis Pasur, Srasbourg b LAMETA, Univrsié Monpllir, Monpllir * corrsponding auhor:

Plus en détail

Electrocinétique (révisions)

Electrocinétique (révisions) lcrocinéiq (révisions) ) Monags à bas d ransisor. n ransisor NPN s n composan smi-condcr à rois borns : as ollcr mr.. Qsions préliminairs. a) Qll rlaion xis--il nr ls corans,? b) Qll rlaion xis--il nr

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Systèmes différentiels linéaire d ordre 1 à coefficients constants

Systèmes différentiels linéaire d ordre 1 à coefficients constants [hp://mp.cpgdupuydlom.fr] édié l juill 4 Enoncés Sysèms différnils linéair d ordr à cofficins consans Exrcic [ 89 ] [corrcion] x = 4x y y = x + y Exrcic [ 49 ] [corrcion] x = x + x + Exrcic 6 [ 9 ] [corrcion]

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

CIRCUITS A DEUX ETATS

CIRCUITS A DEUX ETATS T.. d'lroniqu 3 èm anné CICUIT A DUX TAT 1 - INCI Ls sysèms qu nous allons éudir prmn d générr ds rénaux ou ds impulsions rangulairs pour ds appliaions logiqus ou analogiqus. our la, on dispos généralmn

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

FONCTIONS EXPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. lim e x = 0 et. x y

FONCTIONS EXPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. lim e x = 0 et. x y FONCTIONS EPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. D la foncion ponnill (d bas ) à la foncion logarihm népérin.. Théorèm La foncion ponnill (d bas ) s conin, sricmn croissan sr : = = + + Coninié La foncion

Plus en détail

Epreuve Commune de TIPE : Partie D

Epreuve Commune de TIPE : Partie D Epruv Commun d TIPE : Pari D TITRE : Convrsion ds signaux analogiqus n numériqu Tmps d préparaion :.2h15 Tmps d présnaion dvan l jury :...10 minus Enrin avc l jury : 10 minus GUIDE POUR LE CANDIDAT : L

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Lignes couplées en transitoire P.Poulichet

Lignes couplées en transitoire P.Poulichet igns coués n ransioir P.Pouich igns coués P.Pouich Ocobr 006 igns coués n ransioir P.Pouich Nous éudions dans c chair couag d un ign rs un aur ign. éud s fai n ransioir dans cas ou un su ign s aimné. s

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Evaluations d un cours en ligne : produit, usage et impact

Evaluations d un cours en ligne : produit, usage et impact Evaluaion d un cour n lign : produi, uag impac Gorg, Françoi & Van D Poël, Jan-Françoi Laboraoir d Souin à l Enignmn Télémaiqu, Univrié d Lièg, Blgiqu Fr.gorg@ulg.ac.b Dpui 1999, l Laboraoir d Souin à

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Centre de ressources «envirobat-réunion» Décembre 2011

Centre de ressources «envirobat-réunion» Décembre 2011 Opéraion «COREM», ZAC 2000 L Por. Buraux ockag, bâimn «qualié nrgi» Rour d xpérinc FICHE D IDENTITÉ Maîr d ouvrag : Maîri d ouvr : Archic : BET Srucur: Enrgi : COREM T&T archicur TRAIT CARRE EFFICIENCE

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTSSEMENT documn s l frui d'un long ravail approuvé par l ury d sounanc mis à disposiion d l'nsmbl d la communaué univrsiair élargi. l s soumis à la propriéé inllcull d l'auur. ci impliqu un obligaion

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Enquête de besoins 0-3 ans Commune de Plougoumelen

Enquête de besoins 0-3 ans Commune de Plougoumelen Enquê d bsoins 0-3 ans Commun d Plougoumln Vor avis nous inérss Madam, Monsiur, J souhai miux connaîr ls bsoins ls ans d chacun d nr vous, parns ou fuurs parns d juns nfans quan aux mods d gard ds 0-3

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES SUR LES CONDENSATEURS

CORRECTION DES EXERCICES SUR LES CONDENSATEURS ORRETION DES EXERIES SUR LES ONDENSATEURS Exrcic 1 : On possèd 2 condnsaurs d valurs 1=10µF 2=4,7µF ; Exrcic 2 : * Donnz la valur d 1 n parallèl avc 2. q 1 2 10µF 4,7uF 14, 7uF Donnz la valur d 1 n séri

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis).

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis). ESTP TP1 nnée 2008-2009 PPLICTION 1 : POUTRES DROITES ISOSTTIQUES EXERCICE 1 On considère un pon en béon, de longueur 15 m, don la secion es une dalle en béon armé de largeur 5m e d épaisseur 0,9 m. Le

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

Projet Couverture des Produits Dérivés

Projet Couverture des Produits Dérivés Sommair Proj Couvrur ds Produis Dérivés Objcifs moivaions: mr n œuvr comparr ds méhods d'évaluaion sraégis d couvrur d opions complxs n uilisan ds méhods numériqus à dévloppr n C Rappls sur ls opions xoiqus:

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

459,6nm 450nm,750nm qui

459,6nm 450nm,750nm qui Exercice : Travaux dirigés de l opique géomérique SVT 03,. T =,533.0-5 4 s, d où la fréquence : = A.N. : = 6,53.0 Hz T c c. 0 = c.t = =. A.N. : 0 459,6nm 0, 4596m f 3. Oui, cee radiaion es visible à l

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013 Baccalauréat S Métropol 0 juin 0 EXERCICE Commun à tous ls candidats 4 points Puisqu l choix d l arbr s fait au hasard dans l stock d la jardinri, on assimil ls proportions donnés à ds probabilités.. a.

Plus en détail

Pharmacocinétique des médicaments administrés de façon réitérée (dose multiple)

Pharmacocinétique des médicaments administrés de façon réitérée (dose multiple) Pharmacocinéiqu ds médicamns adminisrés d façon réiéré (dos mulipl) P. L. Touain A. Bousqu-Mélou 29 La plupar ds médicamns son adminisrés d façon répéé crains d nr ux doivn aindr un éa d équilibr pour

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail