REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé"

Transcription

1 REFLEXIONS sur l accmpagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé OBJECTIFS 1) Amélirer la prise en cmpte de la fin de vie dans les EHPAD, répndant en cela à l bligatin légale qui leur est faite depuis le décret de ) Permettre aux résidents qui en nt fait le chix, sus respect de leur sécurité et de leur dignité, de ne pas être hspitalisés inutilement en fin de vie 3) Accmpagner les familles. 4) Permettre aux intervenants de se pser les bnnes questins. Il ne s agit pas d apprter les slutins, qui peuvent relever de prtcles spécifiques (ex.: duleurs, sins de buche ). PROFESSIONNELS CONCERNÉS - Médecins Crdnnateurs - Equipes Signantes - Intervenants Libéraux - Services hspitaliers SOURCES - Réunins - Classeur «Picardie» Intergrupe SFGG-SFAP - Cnférence de cnsensus de l ANAES 2004: «Accmpagnement des persnnes en fin de vie.» - Décret n du 3 mai 2002 relatif aux cnditins d exercice des prfessinnels de santé délivrant des sins palliatifs à dmicile - Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des drits et des libertés de la persnne accueillie. - DHOS : guide de bnnes pratiques d une démarche palliative en établissement Avril Li n du 22 Avril 2005 dite «Lénetti», relative aux drits des malades et à la fin de vie - Décrets n , 120 et 122 du 6 Février 2006 I Définitin des Sins Palliatifs Les sins palliatifs snt des sins actifs (qui ne snt pas nécessairement «techniques») délivrés dans une apprche glbale de la persnne atteinte d une maladie grave évlutive u terminale. Ils visent en particulier à sulager la duleur, à apaiser la suffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la persnne malade et à sutenir sn enturage. Les sins palliatifs se distinguent des sins terminaux qu ils dépassent largement II Place particulière des médecins dans les décisins à prendre Dans le passage à l étape de sins palliatifs, ne pas cnfndre prcessus de décisin et prise de cette même décisin. Le prcessus de décisin d appliquer au patient des sins palliatifs cmprend : L évaluatin de la situatin par le crps médical, le médecin traitant en particulier, avec la persnne malade, sn enturage familial, les prfessinnels, les amis.

2 Le recueil d infrmatins u d avis cmplémentaires (autre prfessinnel par exemple, cmité d éthique etc.)pur éclairer la décisin médicale à prendre La décisin de passer aux sins palliatifs dit tujurs être prise par un médecin u un grupe de médecin et assumée par eux sur le plan mral et juridique. Les cnséquences pratiques de la décisin devrnt être assumées par tus les intervenants auprès de la persnne en fin de vie ; il y a dnc nécessité de cmmunicatin, synergie et de cnfiance entre les différents signants et les différents accmpagnants. III Parmi les questins éthiques essentielles qui se psent tut au lng de l accmpagnement, celle de l abandn, de l abstentin, de l acharnement est suvent centrale. La limitatin u l abstentin thérapeutique ne snt pas un abandn du patient : Seules les thérapeutiques actives u curatives snt abandnnées u limitées. Il y a par cntre pursuite, vire renfrcement des sins et du sutien adaptés aux besins du malade et de ses prches, dans une visée de cnfrt. Il peut y avir parfis recurs à une thérapeutique curative pur un épisde pathlgique intercurrent surce d incnfrt supplémentaire (ex : anitbithérapie sur une surinfectin pur venir à but d un syndrme fébrile, anticnvulsivant si crise d épilepsie etc.) Les drits du malade nt été renfrcés par la Li Lénetti (2005) qui précise en particulier La définitin de l bstinatin déraisnnable. Les prcédures d arrêts de traitement : Refus de traitement par le malade cnscient, La décisin cllégiale de l arrêt de traitement du malade incnscient. La pssibilité de recurir à la cmmissin d éthique La nécessité d une décisin cllégiale à 2 médecins minimum. IV Il existe des spécificités du sin palliatif en gériatrie Liées au patient, du fait d une maladie d Alzheimer (il peut s agir de la maladie principale ù la démence est assciée à d autres pathlgies). La cnfrntatin aux prblèmes d hydratatin u d alimentatin marque suvent le début de la prise en charge palliative. Les altératins crprelles dues à la grande dépendance (escarres, rétractins) snt suvent au premier plan. Liées à l enturage familial Enturage absent (résident seul survivant de sa famille u en rupture ttale avec elle). Cnjint lui-même âgé u malade (perte d autnmie et/u altératins cgnitives ). Enfants sutiens de leurs parents et de leurs prpres enfants ; enfants élignés gégraphiquement. Liées aux signants Ils accmpagnent des patients qu ils cnnaissent depuis lngtemps (charge affective imprtante, risque de «prjectin» et de burn-ut). Leur cmpétence dit être duble : Gériatrique (frmés à la prise en charge des patients atteints de maladie d Alzheimer),

3 Palliative (n ne peut exercer en institutin gériatrique sans être un jur cnfrnté à des situatins palliatives). V Questinnement à avir en EHPAD lrs de l accmpagnement du résident en fin de vie : Le médecin traitant est-il prêt et dispnible pur participer à l accmpagnement? Peut-il l assumer jusqu au but, accepte-t-il le lien avec l équipe de sins palliatifs? Qui prend le relais lrs de ses absences? Un cntact a t-il été pris avec l Unité Mbile de Sins Palliatifs, avec le service d Hspitalisatin à Dmicile, avec le SAMU (fiche SAMU-Pallia) pur éviter l hspitalisatin intempestive en cas de situatin d urgence? Les indicatins d hspitalisatin nt-elles été précisées? Y a t-il pssibilité d un recurs à un sutien psychlgique (psychlgue de l EHPAD, prestatins extérieures, JALMAV.) pur le résident, sa famille, les signants? Cnnaît-n la pathlgie principale du patient et sn degré d évlutin? Y a t-il un épisde surajuté curable et de quelle nature? Y a-il eu répétitin récente d épisdes aigus rapprchés u une multiplicité d atteintes pathlgiques diverses? Qui est au curant, qui a besin d être mis au curant du (u des) diagnstic? Dans ce dernier cas, qui met au curant qui? Que dit le malade, s il peut le faire? Qu exprime t-il à travers sn cmprtement crprel et sa cpératin aux sins? Quelle est la qualité de sn cnfrt actuel? Qu en pense la famille? Qu en pensent les signants qui côtient le résident le plus suvent? Existe-t-il des directives anticipées du résident quant aux décisins médicales? Une persnne de cnfiance a t-elle été désignée par le patient? cnsultée par les médecins? Quels symptômes aigüs u incnfrtables peut-n anticiper pur dispser des prtcles crrespndants de prise en charge adaptée? quels symptômes peut-n prévenir? (cf annexe). Le résident a t-il exprimé des vlntés particulières (tenue, rite funéraire..) cncernant la prise en charge après sn décès? Dispse t-n des myens nécessaires (vêtements mrtuaires, cntrat-bsèque etc.) V Questinnement à abrder en EHPAD dans l élabratin du prjet de sins palliatifs L accmpagnement de la fin de vie (et les missins de chacun) a -t-il pu être abrdé avec les médecins intervenant dans l établissement? Existe t-il dans l établissement un «référent en Sins Palliatifs» frmé? L interventin d un psychlgue est-elle rganisée? Existe t-il des cnventins et/u des utils de liaisn avec les services de sins palliatifs, HAD, services d urgence etc? La frmatin cntinue des signants cncernant l accmpagnement de fin de vie estelle prévue? Le repérage et la prise en charge des symptômes incnfrtables nt-ils fait l bjet de frmatin des signants et de l élabratin de prtcles? L rganisatin du persnnel signant permet-elle de dégager du temps qutidien spécifique pur l accmpagnement d un résident en sins palliatifs, et plus particulièrement, en sins terminaux? Dispse-t-n du matériel nécessaire pur prendre en charge les thérapeutiques palliatives (matelas spécifique, seringue électrique, aspirateur, xygène etc ) u, à

4 défaut, un furnisseur puvant intervenir en urgence est-il clairement identifié par les IDE? L établissement a-il établi des directives particulières claires cncernant : L accueil des familles lrs des derniers mments de vie (lit mis à dispsitin, liens téléphniques à tute heure etc ), leur sutien après le décès La prise en charge du crps du défunt (sins de cnservatin, transfert systématique au funérarium ), en particulier lrs de cnditins climatiques extrêmes (canicule ) La répartitin des tâches après le décès permet-elle d éviter qu un signant sit seul à faire la tilette mrtuaire, à frtiri s il est nvice? Les signants dispsent-ils d un matériel adéquat et identifié pur les sins pst mrtem (minerve, changes etc.) et l aménagement de la chambre (lumière duce, chaises pur la famille etc)? Une évaluatin de la prise en charge de la fin de vie est-elle rganisée après chaque décès? Sus quelle frme (grupe d évaluatin des pratiques, questinnaires des signants, recueil de l expressin de la famille ) Les mdalités de l annnce du décès auprès des autres résidents snt-elles en place? Existe t-il des échanges avec les résidents «bien prtants» et les familles sur la fin de vie et l rganisatin de sa prise en charge au sein de l établissement?

5 REFLEXIONS sur l accmpagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé ANNEXE : LES SYMPTOMES INCONFORTABLES Principaux symptômes incnfrtables en fin de vie Certains symptômes snt incnfrtables véritablement pur le patient, d autres snt surtut difficiles à supprter pur l enturage Altératin de l état général (anrexie, déshydratatin ) Syndrme fébrile Trubles digestifs (trubles du transit, sécheresse de buche, vmissements ) Trubles respiratires (dyspnée, pauses respiratires ) Trubles psychiques (cnfusin, angisse, anxiété ) Trubles urinaires (rétentin, incntinence nécessitant des manipulatins multiples pur les changes ) Trubles cutanés (escarres ) Duleurs Une attentin particulière dit être prtée aux duleurs induites, qui snt fréquentes. Tus les sins de pratique curante snt ptentiellement dulureux : prélèvements sanguins, pnctins, pansements, pses et sins de sndes u cathéters, sins d hygiène, mbilisatin du patient etc. L évaluatin de la duleur dit être systématique et répétée. Privilégier l aut-évaluatin (échelles EVS, EN) : le patient est le mieux placé pur juger du degré de sulagement de sa duleur. Recurir à l hétér-évaluatin quand le patient est incapable d une aut-évaluatin (trubles cgnitifs, trubles de la cmmunicatin verbale) : échelles cmprtementales ECPA u Dlplus c. (ref. : prtcle Duleur AMCOORHB) Principes de sulagement des symptômes en fin de vie Sulager est tujurs une urgence ; chaque fis que pssible, la cause même du symptôme sera traitée. Par ailleurs n s attachera à : Prévenir le symptôme +++ Garder le patient le plus valide pssible Préserver les facultés intellectuelles le plus pssible Privilégier la vie rale tant qu elle est pssible. Les duleurs induites peuvent êtres prévenues et pur beaucup, sulagées : traitements antalgiques, sin relatinnel, rganisatin réfléchie des sins.

1 POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE :

1 POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE : INTERVENTION DE Pierre LARNAUDIE, Médecin anesthésiste des hôpitaux de l Assistance Publique L Assemblée Générale de l Assciatin crématiste de Vichy, ses envirns et Mulins s est terminée le 7 avril 2013,

Plus en détail

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS.

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS. Réseaux de santé Gérntlgiques : de l EGS au PPS. Plan Persnnalisé de Sins : définitin, bjectif, myens Quel supprt? Quelle diffusin? 2 È M E R E N C O N T R E N AT I O N A L E D E S R É S E A U X D E S

Plus en détail

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires)

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires) LA FONCTION DE L ORTHOPHONISTE EN PEDOPSYCHIATRIE Dans le cadre d'un secteur de pédpsychiatrie, l'exercice de l'rthphnie truve sa particularité dans la spécificité de la structure qui a sn prpre cadre

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07)

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) Article 1 Préambule. Les bénévles snt emblématiques de l aspect «fraternel» de l engagement cityen. A cet effet, ils

Plus en détail

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue.

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue. F.I.S.P.A. Cllabratin IDE - AS Textes de référence Le décret du 27 juillet 2004 définissant les actes de la prfessin infirmier: article R 4311-4 CSP : définitin de la ntin de cllabratin La circulaire 96-31

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Monsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudonné Collomp de Banon

CONTRAT DE SEJOUR. Monsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudonné Collomp de Banon CONTRAT DE SEJOUR Cntrat de séjur entre les sussignés : Mnsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudnné Cllmp de Bann D une part, et Madame Ou Mnsieur Et/pur Madame, Mademiselle, Mnsieur, En

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE

FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE Nm / Prénm : Qualificatin : Crdnnées prfessinnelles : Prtable : Secteur Gégraphique : Adhésin : ui nn N URSSAF : Signature cnventin de partenariat : ui nn

Plus en détail

Centre de réadaptation

Centre de réadaptation Centre de réadaptatin Cmment passer d une pratique clinique d expert à celui d une pratique clinique d accmpagnateur par des actes cliniques et administratifs cncrets? Intrductin Plusieurs recherches et

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE

DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE Ancrage du prjet initial La li 2005-102 de janvier 2005 a instauré le drit à cmpensatin

Plus en détail

La prévention, le repérage et la gestion de la crise suicidaire.

La prévention, le repérage et la gestion de la crise suicidaire. La préventin, le repérage et la gestin de la crise suicidaire. Intervenant : Françis Rault (psychlgue) D après un cncept québequis de J. Rchette Résumé par Anne-Catherine Chaumnt La majeure partie des

Plus en détail

Compte-rendu réunion du CCRPA

Compte-rendu réunion du CCRPA Cmpte-rendu réunin du CCRPA Thème : «Cmment amélirer l accès à la santé?», Nantes, le 13 Décembre 2013 Méthde de travail : la jurnée a été rganisée en 4 temps, autur de la présentatin de différentes prpsitins

Plus en détail

Développer l hébergement temporaire (HT) en sortie d hospitalisation Médecine Chirurgie (MC) Fiche-action 32

Développer l hébergement temporaire (HT) en sortie d hospitalisation Médecine Chirurgie (MC) Fiche-action 32 Dévelpper l hébergement tempraire (HT) en srtie d hspitalisatin Médecine Chirurgie (MC) Fiche-actin 32 1. Objectifs de l expérimentatin Le prgramme PAERPA (Persnnes Agées En Risque de Perte d Autnmie),

Plus en détail

AS-AMP SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile)

AS-AMP SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile) Annexe 3 AS-AMP SSIAD (Service de Sins Infirmiers A Dmicile) Date d Applicatin : 01/01/2013 DD-ADQ-010 Destinataires : IDEC SSIAD, AS SSIAD, AMP SSIAD Mdificatin depuis versin précédente : néant Lieu d'exercice

Plus en détail

Objectifs. Rappels. Page : 1 / 5

Objectifs. Rappels. Page : 1 / 5 Cnduite à tenir pur la maîtrise des infectins respiratires aigües dans les établissements médic-sciaux Versin 1 Page : 1 / 5 Objectifs Limiter l émergence et/u l expansin d épidémie au sein de l établissement

Plus en détail

LA SST, C EST AUSSI VRAI DANS LES BUREAUX

LA SST, C EST AUSSI VRAI DANS LES BUREAUX LA SST, C EST AUSSI VRAI DANS LES BUREAUX Julie Frest, M. A. Cnseillère en préventin Objectifs de la cnférence Prendre cnscience des enjeux en santésécurité dans les envirnnements bureaux. Vus infrmer

Plus en détail

Charte du Tutorat CPAG

Charte du Tutorat CPAG Charte du Tutrat CPAG OBJET DE LA CHARTE La présente charte a pur bjectifs : - de fixer les règles relatives au tutrat exercé par des Agents Généraux expérimentés auprès des Agents Généraux stagiaires

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les agents de la fnctin publique nt cnnu depuis plusieurs années des vagues de réfrmes successives dans un cntexte de cntraintes cntinues. Il en

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

La Résidence «Les Tilleuls»

La Résidence «Les Tilleuls» La résidence «les Tilleuls» à Oraisn, établissement médic-scial public autnme, prpse une ffre de services diversifiée en matière d accueil, d accmpagnement, de sins : au service des persnnes âgées cnfrntées

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

RESEAU AMBITION REUSSITE MALPASSE. Collèges Renoir et Rostand

RESEAU AMBITION REUSSITE MALPASSE. Collèges Renoir et Rostand RESEAU AMBITION REUSSITE MALPASSE Cllèges Renir et Rstand COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DE FORMATION AMBITION REUSSITE 25 février 2008 Thème : Harmnisatin des différents dispsitifs d accmpagnement à la sclarité

Plus en détail

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France Cnsultatin veille médias Cmité Natinal Olympique et Sprtif France Date limite et heure limite de réceptin des ffres : Le 1 er septembre 2014 à 12h00 Préambule Le Cmité Natinal Olympique et sprtif Française

Plus en détail

Introduction 24/06/2014 2

Introduction 24/06/2014 2 Intrductin A l initiative de la Fédératin de cancérlgie, du Cmité du Calvads de la Ligue cntre le Cancer et du Service scial du CHU. Une cnventin tripartite. Espace SOCIAL Cancer : apprter une aide cncrète

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adptée le : 15 avril 1996 Lrs de la : 186 e réunin du cnseil d administratin Amendée le : 5 ctbre 2015 Lrs de la : 305 e réunin du cnseil d administratin Cllège

Plus en détail

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages.

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages. Les publicatins du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Cllectin Petite Enfance, Publicatins du Québec, 2009, 271 pages. Germactin Inc préventin des infectins, www.germactin.cm

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL 2015

PLAN DE TRAVAIL 2015 ASSOCIATION LIRE ET ECRIRE SECTION LA COTE PLAN DE TRAVAIL 2015 Situatin de la sectin à fin 2015 La cmmissin vaudise a amrcé cette année un imprtant travail de cllabratin cncrète et d harmnisatin. Ces

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION LE PROJET ASSOCIATIF LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION L'Avitarelle est une assciatin qui situe sn actin dans la lutte cntre les exclusins en dévelppant une interventin sciale qui s'est cnstruite d'abrd auprès

Plus en détail

Ipsos Santé Juin 2008. Ipsos Santé. Contacts :

Ipsos Santé Juin 2008. Ipsos Santé. Contacts : Etude qualitative sur les représentatins sciales, les cnnaissances et les attitudes du grand public, des aidants infrmels et des prfessinnels de santé à l égard de la maladie d Alzheimer Ipss Santé Juin

Plus en détail

L exercice du métier de psychologue dans les établissements pour personnes âgées

L exercice du métier de psychologue dans les établissements pour personnes âgées Directin de la Slidarité départementale Service Persnnes Agées L exercice du métier de psychlgue dans les établissements pur persnnes âgées Dcument d rientatin prpsé par le Cnseil Général des Pyrénées

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT

DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT 2.50f DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT de l examen prfessinnel Crdinatrice en médecine ambulatire rientatin clinique/ Crdinateur en médecine ambulatire rientatin clinique Crdinatrice en médecine ambulatire

Plus en détail

Présentation de l Equipe spécialisée Alzheimer

Présentation de l Equipe spécialisée Alzheimer Présentatin de l Equipe spécialisée Alzheimer Face à la maladie d Alzheimer : une répnse nn médicamenteuse au dmicile Une équipe spécialisée à cmpétences pluridisciplinaires. Un plan de sins glbal et persnnalisé.

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration Martin Pruneau Carle Vaillancurt Analyse du sndage de satisfactin effectué auprès des usagers (2012) et cibles d améliratin Dcument adpté par le cmité d agrément le 29 janvier 2013 INTRODUCTION Ce dcument

Plus en détail

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE Septembre 2009 INTRODUCTION De par l imprtance accrue des tâches administrative ces dernières années, le travail du Médecin Généraliste

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

Modules d Insertion Professionnelle

Modules d Insertion Professionnelle Mdules d Insertin Prfessinnelle 1 AUGMENTER SA CONFIANCE EN SOI DANS LE CADRE DE SA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE... 2 1.1 AUDIENCE ET PRÉREQUIS... 2 1.2 DURÉE... 2 1.3 DÉROULEMENT DE LA FORMATION :... 2

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe Cmite de suivi de la refrme de la plitique du handicap Grupe d appui technique n 5 «empli-ressurces» Dcument de synthèse des travaux du grupe 1 er Thème abrdé : L allcatin aux adultes handicapés (AAH)

Plus en détail

CHAPITRE: Etude de marché

CHAPITRE: Etude de marché CHAPITRE: Etude de marché Plan : I-Ntin de bases :.. I.1- Marketing : I.1.1 Etymlgie I.1.2 Définitin I.2- Marché: I.2.1. Définitin I.2.2 Classificatin I.3- Cncurrence :... I.4- I.5- Ciblage :. Segmentatin

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

Etre carreleur en 2025

Etre carreleur en 2025 Eurpäische Unin der Fliesenfachverbände Etre carreleur en 2025 Madame, Mnsieur, La Fédératin allemande du carrelage et l Unin eurpéenne des fédératins des entreprises de carrelage nt lancé une initiative

Plus en détail

Crèche Les Petits Pas

Crèche Les Petits Pas Crèche Les Petits Pas Règlement intérieur Smmaire 1- Généralités 2- Calendrier d uverture et hraires 2.1 Calendrier 2.2 Hraires 3- Fnctinnement 3.1 Place des parents 3.2 Alimentatin 3.3 Décharge des parents

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL Questinnaire cnsultatin destiné à tus les habitants : la santé à Bnneuil La ville est engagée, avec l Agence réginale de Santé, sur la mise en place d un Cntrat Lcal

Plus en détail

La PERSONNE en fin de vie, SA dignité et SON choix, approches et soins appropriés

La PERSONNE en fin de vie, SA dignité et SON choix, approches et soins appropriés CSSS 006M C.P. Étudier la questin du drit de murir dans la dignité VERSION RÉVISÉE Ntes pur la parutin de Ghislain Leblnd et de Yvn Bureau du Cllectif Murir digne et libre devant la Cmmissin de la santé

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

Consultants en Technologies de l Information

Consultants en Technologies de l Information ASSURANCES PROFESSIONNELLES by Hiscx QUESTIONNAIRE PRÉALABLE D'ASSURANCE Cnsultants en Technlgies de l Infrmatin IDENTIFICATION DU PROPOSANT Raisn Sciale :.... Nm :... Prénm :... Age :... Frmatin / Diplôme

Plus en détail

HAUTE-LOIRE. Projet associatif Projet de service 2013-2017

HAUTE-LOIRE. Projet associatif Projet de service 2013-2017 HAUTE-LOIRE Prjet assciatif Prjet de service 2013-2017 Versin 2013 Page 1 sur 14 Smmaire Résumé...3 Méthdlgie...4 Présentatin en 2012...5 1. Le réseau UNA en France... 5 2. Les structures adhérentes à

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

Néerlandais 5 & 6 2015-2016 Blairon Patricia, maître-assistante De Bock François, maître-assistant

Néerlandais 5 & 6 2015-2016 Blairon Patricia, maître-assistante De Bock François, maître-assistant Néerlandais 5 & 6 2015-2016 Blairn Patricia, maître-assistante De Bck Françis, maître-assistant Prérequis et articulatin avec le cursus Pur puvir abrder et suivre le curs, l étudiant dit avir atteint le

Plus en détail

LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE. Guichet Unique SAPAD : Contact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.org

LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE. Guichet Unique SAPAD : Contact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.org LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE Guichet Unique SAPAD : Cntact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.rg FONCTIONNEMENT D UN SAPAD LE SAPAD, POURQUOI? Service d Assistance Pédaggique A Dmicile aux

Plus en détail

Les Français et les voitures d occasion

Les Français et les voitures d occasion Les Français et les vitures d ccasin Les résultats d une enquête exclusive La Centrale / OpininWay Perceptin du marché Mtivatins, craintes et besins de réassurance Recherche d acteurs de cnfiance Dssier

Plus en détail

Directive - Stage en entreprise

Directive - Stage en entreprise mb/01/05/2014 Smmaire 1. Objectif... 1 2. Terminlgie... 1 3. Dmaine d applicatin... 1 4. Objectifs du stage... 1 5. Exigences du stage Bachelr (semestre 6)... 1 6. Péride de stage... 2 7. L'entreprise

Plus en détail

REMERCIEMENTS. J ai également apprécié la disponibilité des différents professionnels que j ai sollicité pour m aider à l élaboration de ce mémoire.

REMERCIEMENTS. J ai également apprécié la disponibilité des différents professionnels que j ai sollicité pour m aider à l élaboration de ce mémoire. AVERTISSEMENT «L Institut de Frmatin en Sins Infirmiers n entend dnner aucune apprbatin ni imprbatin aux pinins émises dans cet uvrage. Ces prps snt cnsidérés cmme prpres à leur auteur et dnc énncés sus

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux Ligue cntre l Epilepsie Ligue Suisse cntre l Epilepsie Schweizerische Epilepsie-Liga Lega Svizzera cntr l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Inf Epilepsie Traitement médicamenteux FAUT-IL ABSOLUMENT

Plus en détail

Lundi 25 novembre 2013 14h30. Tribunal de Grande Instance de Versailles

Lundi 25 novembre 2013 14h30. Tribunal de Grande Instance de Versailles Signature de la Cnventin d expérimentatin du téléphne prtable d alerte visant à renfrcer la prtectin des femmes, victimes de vilence cnjugale, en très grand danger Lundi 25 nvembre 2013 14h30 Tribunal

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

L ENTRETIEN AVEC UN JURY

L ENTRETIEN AVEC UN JURY Agent territrial spécialisé de 1 ère classe des écles maternelles 22/09/2014 Cadrage indicatif : Les cadrages des épreuves, bien que ne cncernant pas un cncurs transféré, nt été élabrés par les membres

Plus en détail

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun Décret réfrme 2016 1 L rganisatin des enseignements Enseignements cmmuns à tus Enseignements cmplémentaires Accmpagnement persnnalisé Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) Enseignement de cmplément

Plus en détail

Yourcegid CBRH Rendez votre application compatible

Yourcegid CBRH Rendez votre application compatible Yurcegid CBRH Rendez vtre applicatin cmpatible N04170/71 Web Frmatin Mise à jur 01/12/2015 cncerné Cette frmatin permet de cmprendre les mécanismes de la nrme DSN, et de mettre chacun des prcessus de paie

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

MANUEL COLLECTIVITÉ. Manuel collectivités Page 1 sur 23

MANUEL COLLECTIVITÉ. Manuel collectivités Page 1 sur 23 MANUEL COLLECTIVITÉ Manuel cllectivités Page 1 sur 23 SOMMAIRE Écran d accueil... 3 Accès... 3 Présentatin... 3 Descriptin des frmulaires de l enquête... 4 Saisie des infrmatins cncernant la cllectivité...

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE

DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE HOPITAL NEURO PSYCHIATRIQUE SAINT MARTIN RUE SAINT HUBERT 84 5100 DAVE-NAMUR 72098615 1. Objectif de la déclaratin d'admissin :

Plus en détail

OFFRE de FORMATIONS. «Violences conjugales et intrafamiliales»

OFFRE de FORMATIONS. «Violences conjugales et intrafamiliales» OFFRE de FORMATIONS «Vilences cnjugales et intrafamiliales» Depuis leurs débuts, les asbl Slidarité-Femmes (La Luvière), Cllectif cntre les Vilences Familiales et l Exclusin (Liège) et Praxis (tris antennes

Plus en détail

COMMISSION CONSULTATIVE POUR LE SOUTIEN DIRECT DES PROCHES AIDANTS ACTIFS A DOMICILE - CCSPA

COMMISSION CONSULTATIVE POUR LE SOUTIEN DIRECT DES PROCHES AIDANTS ACTIFS A DOMICILE - CCSPA Service des assurances sciales et de l'hébergement COMMISSION CONSULTATIVE POUR LE SOUTIEN DIRECT DES PROCHES AIDANTS ACTIFS A DOMICILE - CCSPA Rapprt d activité 2011-2012 1 CCSPA, rapprt annuel 2011-2012

Plus en détail

Protocoles pluriprofessionnels des soins de premier recours

Protocoles pluriprofessionnels des soins de premier recours GUIDE PRATIQUE D ÉLABORATION Prtcles pluriprfessinnels des sins de premier recurs Exemple gestin qutidienne des AVK Nvembre 2011-1 - Smmaire 1 Identificatin du thème du PPSPR... 3 1.1 Prblème identifié

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

CONDUIRE UNE NEGOCIATION COMMERCIALE Développer son potentiel commercial 2 jours 14 heures

CONDUIRE UNE NEGOCIATION COMMERCIALE Développer son potentiel commercial 2 jours 14 heures Dévelpper sn ptentiel cmmercial 2 jurs 14 heures PUBLIC Cmmerciaux débutants u suhaitant revir les fndamentaux de la vente en face à face. CONDITIONS D ADMISSION Aucun pré-requis exigé. OBJECTIFS PROFESSIONNELS

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs en Belgique

Le Groupement d Employeurs en Belgique Le Grupement d Emplyeurs en Belgique Descriptin du dispsitif Le grupement d emplyeurs (GE) est un dispsitif de mutualisatin des ressurces humaines entre plusieurs entreprises qui se partagent les temps

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise UE1 DROIT DES AFFAIRES DROITS DES SOCIETES Chapitre 2 La guvernance d entreprise Jannes Alexandre 2008 DSCG Smmaire : INTRODUCTION... 3 SECTION 1 : HISTORIQUE... 4 SECTION 2 : LA MISE EN ŒUVRE DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

Bulletin n 7 du 13/03/08

Bulletin n 7 du 13/03/08 7 AS ODONTOLOGIA Bulletin n 7 du 13/03/08 Une fis encre, la 7 e éditin des sirées du 7 AS aura remprté un franc succès, avec près de 60 membres présents. Un plébiscite, si l n prend en cmpte le nmbre de

Plus en détail

VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ. Présentée par Madame Gisèle Gobeil

VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ. Présentée par Madame Gisèle Gobeil VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ Présentée par Madame Gisèle Gbeil 1. Buts de l expsé Tracer un tableau glbal des différents aspects de la vie sciale que l n peut se créer et des bienfaits pur

Plus en détail

ASSOCIATION INFOCLIMAT

ASSOCIATION INFOCLIMAT ASSOCIATION INFOCLIMAT Assemblée Générale Ordinaire Prcès Verbal Date de l Assemblée Générale : Samedi 23 Février 2008 Lieu : 25290 ORNANS Heure d uverture : Heure de clôture : 16h15 19h10 123 membres

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PROJET

BILAN D ACTIVITE DU PROJET BILAN D ACTIVITE DU PROJET «Améliratin de la prise en charge d un grupe d enfants handicapés de familles très démunies» Marrakech Marc Intrductin Le système marcain actuel prend très peu en cmpte les besins

Plus en détail

Politique de Service à la clientèle

Politique de Service à la clientèle Plitique de Service à la clientèle Ntre engagement : Innver et aller au-delà de vs attentes! Révisée aût 2009 Table des matières 1. Missin de l entreprise 2. Clientèle et services distinctifs 3. Départements

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

77. Addictions comportementales

77. Addictions comportementales 77. Addictins cmprtementales Objectifs : Diagnstiquer, évaluer le retentissement des principales addictins cmprtementales (jeu de hasard et d argent, sexe, internet, achats, exercice physique) et les principes

Plus en détail

Atelier santé ville de NANTERRE. «Renforcement du pouvoir d agir par un accompagnement soutenu autour de la nutrition» Objet du projet

Atelier santé ville de NANTERRE. «Renforcement du pouvoir d agir par un accompagnement soutenu autour de la nutrition» Objet du projet Atelier santé ville de NANTERRE «Renfrcement du puvir d agir par un accmpagnement sutenu autur de la nutritin» Objet du prjet En partenariat avec le centre scial d un quartier priritaire, l Atelier santé

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

Une pochette cartonnée correspond à un contexte (qui dure environ 5 à 6 semaines) :

Une pochette cartonnée correspond à un contexte (qui dure environ 5 à 6 semaines) : ORGANISATION INTERDISCIPLINAIRE BIOTECHNOLOGIE/STMS BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ASSP Elabratin d un cntexte avec 3 situatins qui crrespndent aux 3 pôles. Pur permettre une rganisatin plus pratique et afin

Plus en détail

Entretien avec Stéphanie Barbot, Responsable du département GERICO (Pôle Gestion des Risques et Interventions Collectives)

Entretien avec Stéphanie Barbot, Responsable du département GERICO (Pôle Gestion des Risques et Interventions Collectives) Entretien avec Stéphanie Barbt, Respnsable du département GERICO (Pôle Gestin des Risques et Interventins Cllectives) Purriez-vus vus présenter en quelques mts et nus rappeler le rôle du Département Geric

Plus en détail

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République Le Pôle Santé, Sécurité des Sins Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Dr Brun LANDI Médecin crdnnateur Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Nvembre 2009 DIALOGUER,

Plus en détail

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus CHARTE QUALITE Engagements des rganismes de frmatin de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées Actins de frmatin de 35h et plus SOMMAIRE I. OBJECTIFS DE LA CHARTE QUALITE CONSTRUCTYS MIDI-PYRENEES..... 1 II.

Plus en détail

La formation qualifiante au «Conseil conjugal et familial»

La formation qualifiante au «Conseil conjugal et familial» La frmatin qualifiante au «Cnseil cnjugal et familial» Le métier de cnseiller-ère cnjugal-e et familial-e cnsiste à exercer - auprès des jeunes, des femmes, des cuples et des familles - des activités d

Plus en détail

SÉMINAIRE BTS Services informatiques aux organisations 3 et 4 février 2011 COMPTE-RENDU

SÉMINAIRE BTS Services informatiques aux organisations 3 et 4 février 2011 COMPTE-RENDU SÉMINAIRE BTS Services infrmatiques aux rganisatins 3 et 4 février 2011 COMPTE-RENDU Ce cmpte-rendu s appuie sur les ntes de Serge Guerinet et furnit une première synthèse des interventins qui nt animé

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusin sciale De nmbreuses familles vivent en Belgique des situatins de pauvreté, de précarité

Plus en détail

Centre Hospitalier de Périgueux (24) Tranche 2 du Plan Directeur : Construction d un bâtiment d hospitalisation et restructuration du bâtiment B

Centre Hospitalier de Périgueux (24) Tranche 2 du Plan Directeur : Construction d un bâtiment d hospitalisation et restructuration du bâtiment B Missin Cntrôle Technique Centre Hspitalier de Périgueux (24) Tranche 2 du Plan Directeur : Cnstructin d un bâtiment d hspitalisatin et restructuratin du bâtiment B REGLEMENT DE CONSULTATION Maîtrise d

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Prgramme d actins pur amélirer la préventin des vilences faites aux femmes, des vilences intrafamiliales, et l aide aux victimes TÉLÉPHONE PORTABLE D ALERTE POUR FEMMES VICTIMES

Plus en détail