Le travail en réseau : travailler ensemble pour optimaliser les pratiques au profit de tous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le travail en réseau : travailler ensemble pour optimaliser les pratiques au profit de tous"

Transcription

1 Le travail en réseau : travailler ensemble pur ptimaliser les pratiques au prfit de tus 1. Travailler le scial en réseau : purqui? Jëlle Mttint, juin 2008 Le travail en réseau apparaît cmme une pratique prfessinnelle de plus en plus incnturnable, et cela pur différentes raisns. Tut d abrd, les situatins des persnnes apparaissent de plus en plus cmplexes. C est particulièrement le cas chez nmbre de familles migrantes ù l n bserve des difficultés liées à des cmpsantes écnmiques, sciales, de santé physique et mentale, y cmpris un stress dû aux expériences passées et aux changements de cntexte. Prendre en cmpte l ensemble de la situatin d une famille demande de nmbreuses cmpétences rarement réunies chez une seule persnne. De plus, les services nt des missins spécifiques et il ne leur est pas pssible de répndre à tus les besins des familles avec lesquelles ils travaillent. En utre, les situatins des familles snt parfis très lurdes à prter par un seul prfessinnel, tant sur un plan pratique qu au niveau affectif. Le travail en réseau permet alrs de partager le travail et de réduire la charge de chacun. Au-delà de ces aspects, l expérience nus mntre que très suvent les familles, surtut celles qui se truvent en situatin de vulnérabilité du fait par exemple de la mécnnaissance de la langue u des institutins du pays, u encre en raisn de leur statut précaire, s adressent aux prfessinnels en qui elles nt cnfiance. Elles se cnfient, nt des demandes d aide à des persnnes qui n nt pas frcément les bnnes clés pur les aider. La questin du relais se pse dnc avec acuité. Cmment répndre aux besins exprimés par ces familles alrs qu n n en a pas les cmpétences, à qui passer le relais et surtut cmment faire le relais? Par ailleurs, des recherches nt mntré que les cntextes de vie, ntamment le quartier, nt une influence sur le dévelppement du bien-être scial, de la santé physique et psychique des enfants et de leur famille. Dans cette ptique, un travail en réseau de prximité dans des znes gégraphiques limitées permet d amélirer ces cntextes de vie et dnc d avir des effets psitifs sur les habitants de ces znes 1. Enfin, n cnstate que le travail en réseau entraîne fréquemment des effets psitifs même si ceux-ci ne snt pas recherchés au départ. Ainsi, les prfessinnels apprennent à se cnnaître, à cnnaître les mandats, les missins, les ressurces et les limites des autres services auxquels ils peuvent faire appel. Les prfessinnels apprennent les uns des autres. Une apprche cmmune, une culture partagée de la cmmunicatin se dévelppe. Ces aspects permettent de dépasser les clivages dus aux cadres et aux philsphies de travail différents. Le travail en réseau apparaît aujurd hui cmme une pratique prfessinnelle incnturnable, ntamment pur articuler les actins généralistes et spécialisées. 1 Vir entre autres Beauvais and Jensn (2003); Cultn, Krbin, and Su (1999); Haynes (1999)

2 Si débuter l élabratin d un réseau demande un investissement imprtant en temps et en énergie, par la suite, une fis que les cllabratins s inscrivent dans une rutine fluide, le réseau est un util précieux pur prendre en charge de façn ptimale des situatins prfessinnelles cmplexes. De plus, le travail en réseau enrichit les pratiques des différents partenaires. 2. Travailler en réseau : cmment? Il n y a pas une manière de faire réseau mais bien de multiples façns. De nmbreux prfessinnels fnt suvent partie de plusieurs réseaux qui se juxtapsent et parfis se cnnectent entre eux. Si l n prend les bjectifs des différents types de partenariats, n peut définir différents types de réseau. Suvent, les réseaux snt infrmels. L identificatin de différents types de réseau prpsée ci-dessus est un util à penser une réalité frcément plus cmplexe et peut permettre de frmaliser des pratiques existantes en les nmmant. Il imprte tutefis de suligner qu identifier un type de réseau, vire créer un réseau, ne va pas de si, mais décule d une évaluatin dans une démarche de réflexin de qualité. Le réseau de cncertatin Dans ce type de «travail ensemble», les prfessinnels se réunissent et se cncertent autur de situatins précises. «La cncertatin u table-rnde, renvie à la réunin de travailleurs psychmédic-sciaux et/u judiciaires, enseignants qui interviennent autur d une même famille. La cncertatin a pur nature d ajuster et de crdnner les missins suivant un dispsitif cmmun négcié avec la famille. La famille peut y être présente. Dans le cas ù elle ne le serait pas, elle serait infrmée du mment de cette cncertatin, de sn bjet, et en reçit le feed-back. Il s agit de veiller à y asscier les familles et à les infrmer au préalable des destinataires et de la teneur des infrmatins qu n suhaite transmettre» (Drange, Hudmnt, Minet, 2003, p.56). L analyse de Bernard Francq ( ) prtant sur les réseaux santé en Régin bruxellise cncerne principalement des réseaux de cncertatin 2. Le réseau ressurce Dans ce type de réseau, les prfessinnels dévelppent des cntacts pur se ressurcer. Il s agit de se réunir, d échanger pur se sutenir mutuellement. Ce type de «travail ensemble» peut être, par exemple, des intervisins u encre un réseau d échanges des pratiques 3. Ce réseau peut abutir à une capitalisatin des acquis cnnaissances, savir-faire de chacun au prfit de tus. Le réseau de prjets Dans ce cas de figure, les services cllabrent pur élabrer des prjets cmmuns, vire une plitique d actin transversale aux services. Il peut s agir, par exemple, de mettre sur pied une campagne de 2 Téléchargeable sur le site 3 Cmme exemple d intervisin, vir la fiche d éducatin permanente «L intervisin : les enjeux du prcessus», téléchargeable sur -

3 préventin sur un sujet défini u de réfléchir aux prblèmes qui se psent avec le plus d acuité dans un quartier dnné. Le réseau de crdinatin Dans ce type de réseau, les prfessinnels travaillent ensemble pur amélirer la prise en charge glbale en ajustant les différentes missins des services et en amélirant les relais. Parfis, le travail effectué dans ce type de réseau abutit à l élabratin de prtcles de cllabratin entre les services. Suvent, les réseaux répndent à plusieurs bjectifs. Ainsi, les réseaux de cncertatin snt aussi suvent des réseaux de prjets. Il peut aussi y avir une évlutin dans les pratiques de réseau. Un réseau de cncertatin peut évluer en un réseau de prjets puis en réseau de crdinatin. L inverse peut également s bserver : des services se rencntrent dans un premier temps pur réfléchir à leurs différentes missins et aux manières d articuler leurs actins, ce qui abutit à des prjets cmmuns u à des pratiques de cncertatin autur des familles. Le réseau filet Le travail en réseau abutit parfis à des pratiques qui génèrent de la résilience pur les familles et pur les prfessinnels. C est ce que nus appelns le «réseau filet». Le réseau, les cntacts entre prfessinnels permettent de cnstruire de façn cllective un «filet de résilience 4», un sutien pur les familles et pur les prfessinnels. «Le réseau permet de partager le «suci» que l n se fait pur les familles et de le transmettre à celles-ci. Par le travail en réseau, chaque prfessinnel n est plus seul avec sn sentiment d impuissance, celui-ci est partagé et l n tente cllectivement d y remédier. Les familles snt prtées par l ensemble des prfessinnels et nn plus par chacun d entre eux. La cnfiance partagée entre prfessinnels peut également être transmise aux familles.» (Mttint, J., Dusart, A.-Fr., Humblet, P., , p.74). Les familles snt dès lrs incitées à cnstituer leur prpre réseau. «Elles peuvent sentir que plusieurs persnnes «se sucient» d elles, cherchent des slutins pur les aider, ce qui peut les aider à augmenter leurs capacités de résilience. Le réseau lui-même est un filet de résilience sutenant les prfessinnels (ptentiellement tuteurs de résilience) et les familles (ptentiellement résilientes)» (idem). 3. Quelles snt les cnditins pur bien travailler ensemble? Se cnnaître, se recnnaître Le travail en réseau ne peut être enrichissant et réellement efficace qu à la cnditin que chacun cnnaisse clairement les missins de sn service, que ces missins sient définies par une 4 La résilience est la capacité à «rebndir» après un traumatisme. L envirnnement scial jue un rôle fndamental pur accrître les capacités de résilience d une persnne. 5 Rapprt téléchargeable sur le site :

4 réglementatin u dévelppées au-delà de la réglementatin. Cette cnnaissance des missins et mandats des services dit ensuite être partagée avec les partenaires. La méthde des études de situatins, décrite dans l encadré ci-dessus, peut être utile lrsque l n démarre un travail en réseau pur accrître la cnnaissance mutuelle des différents partenaires et des lgiques de travail des uns et des autres. Etude de situatins 6 Principe : les membres du grupe présentent chacun à leur tur un «cas», qu ils estiment illustratif des prblèmes / demandes / réalités rencntrés par les familles ciblées (ex : familles prim-arrivantes, vunérables, ) du quartier, dans un cadre déntlgique strict. Les balises déntlgiques cncernent les familles : la cnfidentialité dit être garantie, l annymat la règle. Les cas présentés divent dnc cmprter un minimum de détails susceptibles d identifier la famille u être des cas fictifs, cnstruits à partir de situatins réelles. Le cadre déntlgique cncerne également les prfessinnels : chacun est cnsidéré cmme un prfessinnel cmpétent qui travaille dans un cntexte précis, avec un mandat particulier. Dès lrs, l écute se fait dans l uverture et le nn jugement. O bjectifs : La mise en place d études de cas discutés en grupe dit permettre : - d accrître les cnnaissances cncernant les familles. Les différents besins / demandes / réalités des familles sernt partagés et dnc chacun aura une meilleure visin glbale de la prblématique. cncernant les prfessinnels. Le fait que les cas sient présentés puis discutés permettra de mieux saisir la façn dnt chaque prfessinnel abrde une même réalité, en fnctin de sn rôle et de sn expérience. cncernant les interactins familles / prfessinnels. Les études de cas devraient permettre de cerner, dans le détail et la nuance, la façn dnt les familles s adressent aux prfessinnels, à qui elles fnt des demandes, quel type de demande, de quelle manière et la façn dnt chaque prfessinnel répnd à ces demandes. - d élabrer ensemble des questinnements, ntamment d rdre déntlgique, sur les pratiques envers les familles ciblées une identité cllective des travailleurs du secteur «médic-sci-pédaggique» du quartier des recmmandatins à relayer - de renfrcer l identité prfessinnelle de chacun. En expsant sn pint de vue et ses pratiques et en se cnfrntant à ceux des autres, chacun est amené à expliciter et à clarifier sn prpre rôle et ses missins. - de dévelpper un cntrôle scial des pratiques qui à terme amélirerait celles-ci. - d initier une crdinatin des actins et des prjets sur le quartier. Les grupes d études de situatins snt dnc des espaces de frmatin et d échanges d infrmatin. 6 La méthde des études de situatins a été élabrée et expérimentée lrs de la recherche-actin UNISOL (http://fndshutman.be/cahiers/02_012006/dcs/hutman.erevue.02.cmplement.ulb.pdf - 4 -

5 Pursuivre des bjectifs cmmuns Une deuxième cnditin nécessaire au travail en réseau est la pursuite d bjectifs cmmuns. Ceux-ci peuvent être, par exemple, des bjectifs autur d un enfant, d une famille (cf. réseau de cncertatin) un bjectif visant l améliratin glbale des services. Par exemple : un travail cncernant la cmplémentarité des services, un travail pur amélirer les relais via des prtcles de cllabratin, (cf. réseau de crdinatin) des bjectifs autur d un prjet particulier, (cf. réseau de prjet) un bjectif de sutien à chacun des membres du réseau (intervisins, réseau d échanges de pratiques, etc.) (cf. réseau ressurce) S assurer que les cnditins pratiques snt réunies Un travail en réseau ne sera pssible qu à la cnditin que les différentes persnnes puissent se réunir de temps à autre et entrer en cntact facilement les unes avec les autres. Il faut dnc puvir truver l espace (salle de réunin) et le temps nécessaires. De plus, le travail en réseau sera d autant plus efficace que les persnnes qui en fnt partie snt mandatées par leur service pur cela et que celles-ci relayent le travail du réseau auprès de leurs cllègues et hiérarchie. Avir quelqu un qui a pur missin d animer u de crdnner le réseau est un imprtant élément facilitateur. C est dans ce sens que la Ccf subventinne des réseaux santé. Un crdinateur / animateur de réseau prend en charge l aspect lgistique (envi des invitatins aux réunins, rédactin des cmptes-rendus des réunins u des décisins) mais aussi de dévelppement (nuveaux partenaires) et de pérennisatin du réseau. En effet, n cnstate suvent que les réseaux snt cnstitués de persnnes plus que de services ; quand une persnne impliquée dans le réseau quitte sn empli au sein du service et dnc, frcément, sn implicatin au sein du réseau, elle est rarement remplacée par un cllègue au sein du réseau. Un crdinateur / animateur de réseau peut alrs interpeller le service cncerné afin que le travail de réseau puisse se pursuivre au-delà du départ de la persnne impliquée. De la même manière, le crdinateur / animateur de réseau peut apprcher de nuveaux partenaires ptentiels. S inscrire dans une démarche d évaluatin L évaluatin de la pratique de travail en réseau est imprtante que ce sit pur frmaliser un réseau qui se serait au départ cnstitué de façn infrmelle u que ce sit pur faire un bilan de l activité du réseau, de sa dynamique, des prcessus qui nt été mis en place, des résultats btenus, etc. L évaluatin est turnée vers l avenir et permet de prcéder à des ajustements en termes de fnctinnements, de stratégies, d bjectifs, de prjets cmmuns. 4. Les travers à éviter Deux travers principaux divent être évités

6 La vilatin du secret prfessinnel Afin d aider au mieux les familles, rapidement et efficacement, la tentatin peut être grande de partager avec d autres prfessinnels des infrmatins cncernant celles-ci. Le partage d infrmatins n est pas un acte andin et il s agit de bien en mesurer l impact avant de l effectuer. Le cadre de travail dit être explicite. En effet, l applicatin du secret prfessinnel est différente seln qu n travaille sus mandat judiciaire u hrs mandat, dans un travail scial classique. Dans ce dernier cas, il est impératif de veiller à ce que les cnditins indispensables au partage du secret sient réunies : la famille dit être avertie et dnner sn accrd, les différents prfessinnels divent être sumis au secret prfessinnel et pursuivre un bjectif cmmun, le partage des infrmatins dit être limité à celles qui snt vraiment nécessaires 7. Dès lrs, il est essentiel que les partenaires du réseau abrdent régulièrement les questins liées à la déntlgie, dnt le partage des infrmatins et le secret prfessinnel, afin de pser des balises déntlgiques et veiller au respect de celles-ci. Une calitin des prfessinnels excluant les familles Dans certains cas, n bserve que les liens étrits entre les prfessinnels abutissent à une alliance des prfessinnels cntre les familles. Il s agit d être très attentif à cette dérive qui arrive parfis insidieusement, dans des situatins ù les prfessinnels peuvent se sentir décuragés et nn recnnus dans leur travail. Il imprte qu au cntraire le réseau sit sutenant pur chacun et puisse sans cesse mettre au centre de l actin les familles bénéficiaires des services. Un autre type de dérive est la calitin des prfessinnels qui dévelppent des prjets pur la famille et nn avec la famille. Pur cntrer cela, il est intéressant qu au sein du réseau, certains gardent une psitin de deuxième ligne pur puvir dnner un regard décalé sur la situatin et sur les interactins entre les services et les familles. 5. Cnclusin Il n y a pas de recette pur mettre sur pied un travail de réseau. Celui-ci est nécessairement une ccnstructin entre différents partenaires. Néanmins, il faut tenir cmpte des éléments facilitateurs et des travers à éviter. Une réflexin de fnd, transversale au travail de réseau, sur ce qui est fait cllectivement par les différents partenaires et sur les bjectifs pursuivis, permet au réseau de faire le pint régulièrement et dnc de s adapter et d évluer. Références biblig rap hiques Barthélemi, E., Meersseman, Cl., Servais, J-Fr., Delattre, Th., Cnfidentialité et secret prfessinnel, Temps d arrêt : lectures, Crdinatin de l aide aux victimes de maltraitance, (date nn précisée). Téléchargeable sur 7 A prps des questins liées au secret prfessinnel et à sn partage, vir Barthélemi, E., Meersseman, Cl., Servais, J-Fr., Delattre, Th.. Cncernant les cnditins au partage du secret, vir ntamment les pp. 24 et 25 du même uvrage. Téléchargeable sur

7 Beauvais, C., Jensn J., The well-being f children : are there «neighburhd effects?», Family Netwrk Discussin Paper 2003, F/31 :1-45. Cultn, C.J., Krbin, J.E., Su, M., Neighburhds and chil maltreatment : a multi-level study. Child Abuse Negl, 1999, 23(11) : Drange, Fr., Hudmnt, B., Minet, M., Travail en réseau : balises et limites, pur une cnstructin pératinnelle des relatins entre services, SOS parenfants, SAJ de Namur, Namur Francq, B., Une recherche sur les pratiques en réseau, in Les Réseaux santé, Un axe priritaire de la plitique de la Cmmissin Cmmunautaire Française, , deuxième éditin, Téléchargeable sur le site Haynes, R., Use f hmgeneus scial aras fr eclgical analyses : a study f accident rates in preschl childen. Eurpean Jurnal f Public Health, 1999, 9(3) : Mttint, J., Dusart, A.-Fr., Humblet, P.C., Cureghem : entre rupture et chésin, Mngraphie d une recherche-actin en faveur des familles prim-arrivantes et sans papiers dans un quartier fragilisé de la Régin bruxellise, Rapprt de la recherche-actin menée par l Unité Plitiques et services à l enfance dans le cadre du prjet interuniversitaire UNISOL, Université libre de Bruxelles, Ecle de Santé Publique, Unité Plitiques et services à l enfance, septembre Téléchargeable sur Mulkay, Fr., Etude sur l articulatin entre les services de première ligne et les services d aide à la jeunesse. Synthèse et perspectives, Observatire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse, Téléchargeable sur

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme Dcument 10 Leadership du 21e siècle dans le Scutisme Table des matières LEADERSHIP DU 21 e SIECLE DANS LE SCOUTISME 1 Résumé des activités du triennat 1 Dcument de réflexin (descriptin cmplète en page

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

Le travailleur social La travailleuse sociale

Le travailleur social La travailleuse sociale Le travailleur scial La travailleuse sciale GESTIONNAIRE DE CAS Le travailleur scial, la travailleuse sciale, gestinnaire de cas Le travailleur scial La travailleuse sciale GESTIONNAIRE DE CAS Persnnes-ressurces

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

Communication pour le changement social

Communication pour le changement social INFORMATION TECHNIQUE ESSENTIELLE ASSISTANCE POUR TECHNIQUE L ELABORATION DES PROPOSITIONS Cmmunicatin pur le changement scial La cmmunicatin est un élément essentiel des effrts de préventin, de traitement

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Etude sur l accès des usagers aux services sociaux parisiens

Etude sur l accès des usagers aux services sociaux parisiens Rapprt Etude sur l accès des usagers aux services sciaux parisiens Médiatrice de la Ville de Paris Prjet Etude sur l empli des jeunes dans l Ecnmie Sciale et Slidaire Nvembre 2013 Nvembre 2013 LES ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

DE HOGESCHOOL-UNIVERSITEIT BRUSSEL campus Koekelberg. en collaboration avec LE SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES EUROPEENS (SFE)

DE HOGESCHOOL-UNIVERSITEIT BRUSSEL campus Koekelberg. en collaboration avec LE SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES EUROPEENS (SFE) 2008 DE HOGESCHOOL-UNIVERSITEIT BRUSSEL campus Kekelberg en cllabratin avec LE SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES EUROPEENS (SFE) rganise un curs de préparatin aux cncurs EPSO (des Institutins Eurpéennes) Préparez-vus

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo Cmpte rendu Cmmissin Cmmunicatin du 7 juillet 2010 Brasserie Fl Persnnes présentes - Gérard Simnin - Yves Bncur - Hubert Gign - Patrick Beaujard - Frédéric Berruet - Linel Valdan - Christine Herzg - Ingrid

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

De la communication interne à la communication externe, sur les chemins de l'identité partagée InSHS Paris 2012

De la communication interne à la communication externe, sur les chemins de l'identité partagée InSHS Paris 2012 De la cmmunicatin interne à la cmmunicatin externe, sur les chemins de l'identité partagée InSHS Paris 2012 I Une cmmunicatin évènementielle «L événement est un prétexte qui sert à annncer, faire u P.

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline Titre de la prcédure : Suspensin tempraire et discipline Numér de la plitique : 13020.1 Date d apprbatin : 15 nvembre 2013 Apprbateur : cnseil des guverneurs Plitique cnnexe : Suspensin tempraire et discipline

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

L évaluation L évaluation externe Questions Questions / / réponses

L évaluation L évaluation externe Questions Questions / / réponses L évaluatin L évaluatin externe externe uestins uestins / / répnses répnses Les symbles utilisés dans le texte : 1.1 1.1 Les questins snt classées par thème et snt numértées dans le thème. Face à ce symble,

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

Opération ROSACE 2015. «Touche pas à ma porte!» Dossier de presse

Opération ROSACE 2015. «Touche pas à ma porte!» Dossier de presse Opératin ROSACE 2015 «Tuche pas à ma prte!» Dssier de presse Opératin Rsace 2015 : «Tuche pas à ma prte!» BRAVVO vérifie la sécurité de 5.000 prtes d entrée à Bruxelles Bruxelles, 13 mai 2015. Vtre prte

Plus en détail

La direction de l Évaluation, études et prospectives

La direction de l Évaluation, études et prospectives Inspectin générale Directeur général adjint : Denis IMHOFF Adjintes : Agnès BACHELOT-JOURNET, directrice de l audit interne et Dcteur Claude DUCOS-MIERAL, directrice Évaluatins, études et prspectives Adresse

Plus en détail

Notes de la conférence téléphonique du 27 mars 2015

Notes de la conférence téléphonique du 27 mars 2015 Ntes de la cnférence téléphnique du 27 mars 2015 Il est plus facile de nmmer les prblèmes législatin, structures, intensité des sins à dnner, augmentatin du nmbre d emplyés qui snt «là pur faire un travail

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts Dssier Spécial Les 5 étapes pur vendre ACT! Apprendre à détecter un besin en Gestin de Cntacts Ce dssier à pur bjectif de vus aider à cmmercialiser ACT! auprès de vs clients et prspects. Nus allns vus

Plus en détail

Contrat de gestion du FOREM

Contrat de gestion du FOREM Cntrat de gestin du FOREM 2011-2016 TABLE DES MATIÈRES Identificatin des Parties... 5 Préambule... 5 TITRE I Dispsitins générales... 7 Article 1. Définitins... 7 Article 2. Objet du Cntrat... 10 Article

Plus en détail

THEDATASAFE MEDIA KIT. Information concernant THEDATASAFE... 2 Q&A - Pitch... 2

THEDATASAFE MEDIA KIT. Information concernant THEDATASAFE... 2 Q&A - Pitch... 2 MEDIA KIT Infrmatin cncernant THEDATASAFE... 2 Q&A - Pitch... 2 Qui smmes-nus?... 2 Purqui avns-nus créé cette cmpagnie?... 2 Ntre campagne de financement lancée le 17 nvembre 2014... 3 Clôture réussie

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

ITIL V3. Les principes de la conception des services

ITIL V3. Les principes de la conception des services ITIL V3 Les principes de la cnceptin des services Créatin : janvier 2008 Mise à jur : janvier 2010 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs QuickTime et un décmpresseur snt requis pur visinner cette image. Diagnstic et enjeux de la frmatin initiale des enseignants: le pint de vue des acteurs 1 Plan de la présentatin 1 - Objectifs et méthde

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou Qualité et équité de l éducatin biculturelle du département de Pun Péru 1. Lcalisatin Le prjet se dérule dans les villes de Pun et Azangar, sur les rives du lac Titicaca, dans le département de Pun, au

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

CACES ou autorisation de conduite?

CACES ou autorisation de conduite? ntre réussite : vus faire réussir CACES u autrisatin de cnduite? pur être autrisé à cnduire un charit élévateur Sit le salarié passe un certificat «cariste» CACES = Certificat d Aptitude à la Cnduite En

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

E c o l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i o n a l Syllabus des enseignements

E c o l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i o n a l Syllabus des enseignements E c l e de M a r k e t i n g I n t e r n a t i n a l Syllabus des enseignements Tuluse Business Schl EDITORIAL «Une cnventin de partenariat a été signée le 3 mai 2006 entre le Grupe ESC Tuluse et les Labratires

Plus en détail