Une introduction au contrôle acoustique actif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une introduction au contrôle acoustique actif"

Transcription

1 Une intrductin au cntrôle acustique actif Emmanuel Frit T cite this versin: Emmanuel Frit. Une intrductin au cntrôle acustique actif. DEA <cel > HAL Id: cel https://cel.archives-uvertes.fr/cel Submitted n 12 Sep 2006 HAL is a multi-disciplinary pen access archive fr the depsit and disseminatin f scientific research dcuments, whether they are published r nt. The dcuments may cme frm teaching and research institutins in France r abrad, r frm public r private research centers. L archive uverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusin de dcuments scientifiques de niveau recherche, publiés u nn, émanant des établissements d enseignement et de recherche français u étrangers, des labratires publics u privés.

2 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNE INTRODUCTION AU CONTRÔLE ACOUSTIQUE ACTIF EMMANUEL FRIOT CNRS - Labratire de Mécanique et d Acustique v. 6 ctbre 2005

3 2

4 Table des matières Intrductin 5 1 Cntrôle actif et acustique Cntrôle d un mnpôle par un autre Effet glbal d un cntrôle lcal Cnditins d atténuatin glbale Tracés d intensité acustique Dévelppement en harmniques sphériques Cntrôle en prpagatin guidée Cnditins d annulatin glbale du champ Déterminatin du nmbre de mdes effectivement prpagatifs Cntrôle en espace cls Dévelppement en série de mdes à basse fréquence Mdélisatin du champ à plus haute fréquence Cntrôle avec un grand nmbre de surces Cntrôle glbal d un côté d une surface fermée Une estimatin du nmbre de transducteurs nécessaires Cntrôle actif et psychacustique Résumé Cntrôle actif et autmatique Un eemple intrductif Cntrôle par feedfrward ptimal Cntrôle ptimal nn causal Cntrôle ptimal causal Cntrôle adaptatif FXLMS L algrithme LMS mnvie L algrithme FXLMS mnvie Rbustesse et cnvergence Utilisatin pratique Cntrôle par feedback Effet d un feedback sur la référence Equivalence entre feedback et feedfrward

5 TABLE DES MATIÈRES Cntrôle ptimal et représentatin d état Résumé Quelques applicatins du cntrôle actif Le casque anti-bruit actif Cntrôle actif et autmbile Cntrôle du bruit mteur Cntrôle du bruit d échappement Cntrôle du bruit de rulement Cntrôle du bruit aérdynamique Cntrôle actif et aérnautique Cntrôle du bruit d hélices Cntrôle du bruit de sufflante Cntrôle du bruit dû à la cuche limite turbulente Cntrôle des éculements Autres applicatins en etérieur Cntrôle du bruit de transfrmateur Ecrans anti-bruit actifs Cnclusin - Résumé 53 A Décmpsitin en valeurs singulières 54 B Transferts à phase minimale et factrisatin spectrale 56 C Sujets d eamen du DEA d acustique 58 D Bibligraphie smmaire 60 Inde 62

6 Intrductin On appelle cntrôle acustique actif (en anglais Active Nise Cntrl) u anti-bruit l utilisatin de surces de bruit dites secndaires pur réduire un bruit indésirable dit primaire. L idée d utiliser des surces auiliaires pur réduire le bruit est quasiment cntenue dans la descriptin même de l acustique linéaire en termes de fluctuatins de pressin qui peuvent s additinner. Parmi les premiers travau spécifiques au cntrôle actif, n peut citer des brevets 1 des années 1930 puis un article 2 au JASA en 1956 et, en France, les travau de Maurice Jessel à Marseille dans les années Même si les principes de base du cntrôle actif snt simples, un système de cntrôle sphistiqué est en général requis pur faire fnctinner efficacement un dispsitif d anti-bruit ; il a fallu en fait attendre la fin des années 1970 pur qu une applicatin cmme le cntrôle dans les gaines de ventilatin sit véritablement envisageable. Les années 1980 vient ensuite la mise au pint du casque anti-bruit actif ; les micr-prcesseurs spécialisés en traitement du signal (Digital Signal Prcessing) permettent alrs aussi la mise en œuvre en temps-réel d algrithmes de cntrôle adaptatifs. Le premier livre 3 entièrement cnsacré au cntrôle actif du bruit paraît en Aujurd hui, de nmbreuses équipes travaillent dans le mnde entier sur le cntrôle actif du bruit. Malgré le haut niveau de spécialisatin atteint, le casque anti-bruit et les systèmes pur les gaines de ventilatin demeurent les seul prduits de cntrôle actif fabriqués en grande série. Les slutins passives à un prblème de bruit dnné s avèrent en effet suvent mins chères que les slutins actives. Le cntrôle actif cherche dnc encre sn «applicatin miracle». Il apparaît à l heure actuelle que les matériels et les méthdes dévelppés pur le cntrôle actif du bruit peuvent aussi être utilisés pur recréer, en temps-réel, un champ acustique dnné C est dnc peut-être dans le dmaine de la restitutin en temps-réel d envirnnements snres qu une applicatin du cntrôle actif aussi emblématique que le casque anti-bruit verra le jur. L bjectif de ce dcument est de dnner, à un lecteur ayant des cnnaissances élémentaires en acustique et en traitement du signal, des indicatins en français sur les pssibilités et les limites du cntrôle actif du bruit. Le cntrôle actif n est en effet pas une «technique magique» et ses perfrmances snt bien liées au équatins usuelles de la physique. Pur le lecteur dési- 1 Henri Canda, Prcédé de prtectin cntre les bruits, brevet numér délivré le 29 décembre 1931, et P. Lueg, Prcess f silencing sund scillatins, US Patent N. 2,043,416 de 1936 après le brevet allemand DRP de H.F. Olsn et E.G. May, Electrnic sund absrber, Jurnal f the Acustical Sciety f America, 38, P.A. Nelsn et S.J. Ellitt, Active Cntrl f Sund, Academic Press 5

7 TABLE DES MATIÈRES 6 reu d en savir plus, une bibligraphie smmaire est dnnée en annee ; n purra s y référer à prps de chacun des résultats thériques présentés ici ; n a chisi de ne pas rappeler cela par des renvis cntinuels dans le tete. Pur du cntrôle actif il faut dispser judicieusement des surces acustiques puis les pilter cnvenablement. Il faut dnc faire appel aussi bien à des ntins d acustique que d autmatique et de traitement du signal en temps-réel. Dans une première partie n va dnc s intéresser à l interactin de surces secndaires avec un champ acustique dnné. On mntrera les limites effectivement impsées au cntrôle actif par la prpagatin acustique. Dans une deuième partie, n se penchera sur l btentin effective des signau de cmmande à furnir au surces secndaires ; cette fis c est la causalité bligatire des cntrôleurs qui limitera leurs perfrmances. Enfin dans une trisième partie n décrira quelques-unes des applicatins industrielles du cntrôle actif en présentant ntamment quelques résultats tirés de travau cnduits au LMA.

8 Chapitre 1 Cntrôle actif et acustique Pur cncevir un dispsitif de cntrôle actif, il faut savir cmment des surces de bruit secndaires peuvent interagir avec un champ primaire dnné. Il faut ntamment savir si, cmpte tenu du milieu de prpagatin ù l n se truve, une u plusieurs surces snt bien capables de réduire le bruit et si cette réductin sera lcale (i.e. restreinte à quelques pints de l espace) u si elle peut être glbale ; il faut également se frger quelques règles générales pur savir cmbien de surces secndaires et de capteurs utiliser et ù les dispser. Pur cela, le début de ce chapitre est cnsacrée à l étude de quelques situatins académiques ù le cntrôle est fait à l aide d un petit nmbre de transducteurs. On va mntrer ensuite que, même si un cntrôle glbal du champ acustique est thériquement pssible, le nmbre de transducteurs utilisables en pratique restreint le champ d applicatin du cntrôle actif : pur une atténuatin dans une zne dnnée le nmbre de transducteurs à utiliser augmente rapidement avec la fréquence. On va se placer ici dans le cadre de l acustique linéaire nn dissipative des milieu statinnaires ; n va ntamment suppser de façn plus u mins réaliste que : le niveau de bruit est «raisnnable» (y cmpris devant les surces) ; le milieu ne cmprend pas d éculement nn unifrme ; les transducteurs (surces et capteurs) utilisés pur le cntrôle snt linéaires invariants ; le milieu est statinnaire (pas d évlutin de la gémétrie u de la célérité du sn avec le temps... ). la dissipatin est négligeable dans le milieu de prpagatin et à ses limites. Ces hypthèses n nt pas frcément besin d être vérifiées pur faire effectivement fnctinner un dispsitif de cntrôle actif ; en revanche elles snt cmmdes pur établir analytiquement des résultats intéressants, les fluctuatins de pressin étant alrs slutin de l équatin des ndes : 1 2 p c 2 t 2 q 2 p = ρ 0 t ù c est la célérité du sn, ρ 0 la masse vlumique et q la densité vlumique de débit de surces telles que des enceintes acustiques présentes dans le milieu. Il faut asscier les fluctuatins de la vitesse dans le fluide à celles de la pressin pur prendre en cmpte les cnditins au limites usuelles et pur avir une idée des transferts énergétiques liées à la prpagatin acustique. La vitesse et la pressin snt cuplées par eemple via l équatin de cnservatin de la quantité de (1.1) 7

9 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 8 muvement (équatin d Euler) linéarisée : ρ 0 v t = p (1.2) Pur ne cnsidérer que des sns purs à la pulsatin ω, n peut pser a priri p = R( pe jωt ) 1. Dans ce cas l équatin des ndes se transfrme en l équatin d Helmhltz : p+k 2 p = jωρ 0 q (1.3) ù k = ω/c est le nmbre d nde et ù q = R( qe jωt ). De même l équatin (1.2) s écrit en sn pur : ρ 0 jωṽ = p. On mettra le symble dans la suite pur désigner les grandeurs cmplees cnsidérées quand n se restreint au sns purs. 1.1 Cntrôle d un mnpôle par un autre L bjectif de cette sectin est de mntrer que, même dans le cas très simple d une surce de bruit pnctuelle en espace libre, les mdalités de la prpagatin acustique fnt qu il est difficile de réduire le bruit par cntrôle actif dans une zne de dimensins significatives. On va suppser ici que le bruit primaire est prduit en champ libre par une surce mnpôlaire, idéalisatin d une surce mnidirectinnelle (telle qu une sphère pulsante) dnt les dimensins snt petites devant la lngueur d nde. Si q p est le débit de cette surce, la pressin acustique primaire p p slutin de l équatin (1.3) est dnnée par : p p (M) = jωρ 0q p 4π e jkr p r p (1.4) ù r p désigne la distance entre le mnpôle et le pint d écute M Effet glbal d un cntrôle lcal Lrsque qu une surce secndaire de débit q s, elle-aussi mnpôlaire, est mise en marche, la pressin ttale s écrit : p(m) = jωρ 0q p 4π e jkr p r p + jωρ 0q s 4π e jkr s r s (1.5) On purra dnc annuler parfaitement le bruit en un pint M en piltant la surce secndaire de telle srte que : r s q s = q p e jk(r p r s ) (1.6) r p 1 On peut tut aussi bien cmme certains auteurs préférer pser p = R( pe iωt ) ; attentin au cnséquences de l une u l autre cnventin, par eemple sur l epressin des fnctins de Green u le signe de la partie imaginaire d une impédance de surface...

10 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 9 FIG. 1.1 Atténuatin (en db) btenue par cntrôle avec un mnpôle secndaire (s) du bruit prduit en un pint (X) par un mnpôle primaire (p) En revanche, avec une telle cmmande, il n y a aucune raisn pur que la pressin acustique sit nulle en un autre pint quelcnque M ; la figure 1.1 mntre par eemple, à plusieurs fréquences, l atténuatin btenue dans le plan z = 0 lrsque le bruit est cntrôlé au pint de crdnnées (0,5;0,5;0) avec les mnpôles en ( 1;0;0) et (1;0;0). Sur ces figures n cnstate que le bruit n est réduit de façn imprtante que dans des znes étrites ; ces znes rétrécissent lrsque la fréquence s élève Cnditins d atténuatin glbale Un résultat intéressant peut être établi lrsque l n cherche à annuler le bruit en un pint éligné des mnpôles primaire et secndaire. Dans ce cas, n peut simplifier l équatin (1.5) par une apprimatin de champ lintain. Avec les ntatins de la figure 1.2, la pressin acus-

11 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 10 tique s écrit alrs : p(m) = jωρ 0 4π e jkr p [ q p + q s e jkdcsθ] (1.7) r p Le bruit est annulé en M si q s = q p e jkd csθ. La pressin en un autre pint M de crdnnées (r p,θ ) vaut alrs : p(m ) = jωρ 0 4π e jkr p r p q p [1 e jkd(csθ csθ ) ] (1.8) On peut maintenant calculer le rati entre la pressin avec cntrôle et la pressin sans cntrôle au pint M : J = p(m ) [ p p (M ) = 1 e jkd(csθ csθ ] (1.9) En remarquant que 1 e jα 2 = 2(1 csα), n btient : Par cnséquent n aura J 2 < 1 si : J 2 = 2(1 cs[kd(csθ csθ )]) (1.10) cs[kd(csθ csθ )] > 1 2 (1.11) ce qui sera vérifié put tut θ et pur tut θ si 2kD < π/3 dnc finalement si : D < λ 12 (1.12) Dans le cas particulier ù le pint d annulatin se truve à égale distance des deu mnpôles, n a alrs csθ = 0 et q s = q p et l inégalité (1.11) cnduit à une réductin du bruit dans tut l espace en champ lintain si : D < λ (1.13) 6 Ce petit calcul mntre d une part qu annuler avec un mnpôle secndaire le bruit prduit par un mnpôle primaire en un pint quelcnque ne réduit le bruit dans tut l espace que si la distance entre les deu mnpôles est inférieure à un duzième de lngueur d nde. D autre part dans le meilleur des cas le bruit ne peut être réduit dans tut l espace autur des mnpôles que s ils snt écartés de mins d un siième de lngueur d nde, ce qui est peu. On verra en sectin 1.4 qu avec un grand nmbre de surces secndaires et de pints de minimisatin autur du mnpôle primaire un cntrôle très efficace du bruit est néanmins pssible dans tut l espace Tracés d intensité acustique Dans le cas ù le mnpôle secndaire est suffisamment prche du mnpôle primaire, la pressin acustique et dnc l énergie acustique raynnée peuvent être réduites dans tut l espace par cntrôle actif. Cette disparitin d une partie de l énergie présente sans cntrôle a laissé perplee plus d une persnne au débuts du cntrôle actif, certains clamant que cette énergie devait bien devir se retruver quelque part dans l espace en pratique.

12 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 11 M Rp R Rs θ θ Qp D Qs FIG. 1.2 Ntatins pur l apprimatin de champ lintain En fait ce snt bien les haut-parleurs faisant ffice de surces primaire et secndaire qui peuvent absrber de l énergie acustique. Il faut d abrd se rappeler que le rendement acustique d un haut-parleur est typiquement inférieur à 1% ; l essentiel de l énergie qui lui est furnie est dissipée dans les circuits électriques. Il est par cnséquent pssible que, dans un dispsitif de cntrôle actif, un u plusieurs haut-parleurs absrbent de l énergie sans qu aucune anmalie ne puisse être cnstatée. Il s avère même que cette absrptin est difficile à bserver epérimentalement en pratique tant l énergie acustique absrbée est faible devant les énergies électriques présentes! Pur illustrer ensuite le fait que des mnpôles peuvent absrber de l énergie, n peut tracer des vecteurs intensité acustique. L intensité est définie par i = pv ù la vitesse acustique v peut être déduite de la pressin p slutin de l équatin d Helmhltz (1.3) à partir de l équatin de cnservatin de quantité de muvement linéarisée (1.2) Avec une nde mnfréquentielle cette équatin devient ρ 0 jωv = p. L intensité acustique myennée sur une péride vaut dans ce cas i = R(pv )/2, n la qualifie d active par rapprt à l intensité réactive définie par I(pv )/2 qui renseigne, elle, sur l énergie stckée lcalement dans le champ prche d une surce. Dans le cas du mnpôle, seule la cmpsante radiale de la vitesse est nn nulle et elle vaut : v r = 1 (1+ jkr)p (1.14) ρ 0 c La figure 1.3 mntre les intensités active et réactive dans les même cnditins que la figure 1.1 pur λ/d = 10 ; n vit bien l intensité (active) «rentrer» dans un des mnpôles. Pur terminer n sulignera que l absrptin d énergie par les surces primaires u secndaires n est pas le seul mécanisme de redistributin de l énergie lrs de la mise en œuvre d un cntrôle actif ; n l a mis en évidence ici parce que les mnpôles étaient relativement prches. Si les deu mnpôles étaient très élignés l un de l autre, l intensité que chacun raynne serait égale à celle raynnée en l absence de l autre mnpôle. Dans ce cas, n aurait en un pint cntrôle actif du bruit simplement par interférence destructive des deu pressins prduites ; n bserverait au final une augmentatin de l énergie glbale. Un trisième mécanisme peut aussi être identifié ntamment dans les cnduits : le fnctinnement de surces secndaires mdifie la cnditin au limites qui détermine le raynnement acustique d une surce primaire de débit fié ; dans ce cas n peut dire que le cntrôle se fait aussi en partie via une mdificatin de

13 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE Intensité active : Re(pv*/2) Intensité réactive : Im(pv*/2) FIG. 1.3 Intensité acustique après cntrôle pur λ/d = 10 l impédance de raynnement de la surce primaire. En pratique tus ces mécanismes peuvent être présents ; la mise en œuvre effective d un cntrôle ptimal peut être être faite sans savir quel mécanisme plutôt qu un autre est cncerné Dévelppement en harmniques sphériques Un haut-parleur dans une enceinte peut être cnsidéré, à basse fréquence, cmme un mnpôle. A plus haute fréquence il devient directif ; de même la plupart des surces primaires que l n sera amené à cmbattre par cntrôle actif ne snt pas assimilables à des mnpôles. Pur simuler, cmme n l a fait pur un mnpôle, le cntrôle actif d une surce à directivité cmplee à l aide de surces secndaires réelles, il est pratique d utiliser le dévelppement en harmniques sphériques du champ dans une curnne sphérique ne cmprenant pas de surces : p(r,θ,φ) = + n=0 h n (1) (kr) +n a n m P n m (csθ)e jmφ + m= n + n=0 h (2) n (kr) +n m= n b n m P n m (csθ)e jmφ (1.15) u h (1) n est la fnctin de Hankel sphérique d rdre n et de première espèce et P n m est la fnctin de Legendre de degré n et d rdre m. Les deu smmatins crrespndent à des ndes cnvergeant depuis l infini vers l rigine u à des ndes divergeant depuis l rigine. Chacun des termes du dévelppement crrespnd au raynnement d un multipôle assciatin élémentaire de mnpôles, placés à l rigine u à celui d un «multipuits». Le nmbre de termes à prendre en cmpte pur évaluer précisément la série (1.15) reflète la cmpleité du raynnement de la surce.

14 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE Cntrôle en prpagatin guidée La réductin du bruit dans les gaines de ventilatin a été une des premières applicatins du cntrôle actif ; elle demeure une des seules a avir cnduit à la mise sur le marché de «prduits» du cntrôle actif de série. On va vir dans cette sectin que la prpagatin en cnduit est effectivement un cas favrable pur le cntrôle actif. On peut, avec un nmbre limité de surces à basse fréquence, annuler eactement dans un cnduit le bruit dans les trnçns ne cmprenant pas de surces. En dehrs des gaines de ventilatin, les cheminées, les lignes d échappement, les entrées de réacteur d avin mais aussi le cnduit auditif nt dnné lieu à des études de cntrôle actif en prpagatin guidée. Les instruments de musique à vent, «le chenal céanique» et l atmsphère dans certaines cnditins métérlgiques snt d autres eemples de guides d nde Cnditins d annulatin glbale du champ D une façn générale, si un cnduit est rectiligne et de sectin cnstante, l équatin d Helmhltz (1.3) peut être séparée en termes de crdnnée lngitudinale z et de crdnnées transversales, y. Sans éculement et pur un cnduit à paris rigides, la pressin dans les trnçns ne cmprenant pas de surces s écrit, à une pulsatin dnnée ω, cmme une smme finie de «mdes prpagatifs» : p(,y,z,ω) = N n=1 a n (ω)φ n (,y) e jk nz + a n (ω)φ n (,y) e + jk nz (1.16) ù les φ n snt les fnctins prpres de l équatin d Helmltz pur le prblème de Neumann asscié à la sectin du cnduit. Les cefficients a n et a n du dévelppement (1.16) changent au passage des sectins cmprtant des surces de bruit. Dans un cnduit infini et en aval de tute surce, les ndes se prpagent dans un seul sens ; l epressin (1.16) se réduit à : p(,y,z,ω) = N n=1 a n (ω)φ n (,y) e jk nz (1.17) Dans le cas général les cnditins au limites en etrémité de cnduit permettent de relier linéairement les cefficients a k au cefficients a l. Pur quelques sectins de frme simple, les fnctins prpres φ n peuvent être btenues par séparatin des variables transversales ; dans le cas général n peut les btenir numériquement par eemple via une mdélisatin par éléments finis. Enfin au visinage immédiat des surces, les «mdes évanescents» cntribuent aussi à la pressin ; Dans les trnçns ne cmprenant pas de surces, le champ est dnc parfaitement caractérisé par la dnnée du vecteur A = (a 1...a N ) t des amplitudes mdales dnt il est une fnctin linéaire ; les amplitudes mdales représentent les «degrés de liberté effectifs» du champ dans le cnduit. Si un réseau de capteurs est dispsé dans le cnduit, il eiste une matrice G reliant le vecteur des amplitudes mdales au vecteur P des pressins effectivement mesurées, P = G A. Réciprquement, avec des surces linéaires dans le cnduit (mais pas dans le trnçn cnsidéré), il eiste une matrice H qui relie les signau de cmmande U envyés au surces au vecteur

15 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 14 des amplitudes mdales : A = HU. A partir de ces epressins n peut discuter de l efficacité d un système de cntrôle actif ; le vecteur des amplitudes mdales lrsqu un bruit brimaire et des bruits secndaires se prpagent dans le tuyau sera de la frme : A = A p + A s = A p + H U (1.18) Cmme epliqué en sectin 1.1.3, les amplitudes mdales du champ primaire A p peuvent parfis dépendre des cmmandes secndaires U. Que cela sit le cas u nn, le vecteur des amplitudes mdales glbales et dnc le champ en tut pint en aval des surces sera nul si A p + HU = 0. Il eistera dnc un vecteur des cmmandes qui annule le champ si la matrice H est de rang supérieur u égal au nmbre N de mdes prpagatifs dans le cnduit ; cncrètement cela sera le cas dès que le nmbre de surces secndaires est égal au nmbre de mdes prpagatifs si ces surces snt dispsées de telle srte que la matrice H ne sit pas singulière. Cette dernière cnditin sera vérifiée de façn presque sûre avec un nmbre mdéré de mdes si les surces snt dispsées de façn aléatire ; avec un très grand nmbre de mdes et un petit nmbre de transducteurs, la psitin des surces et des capteurs peut en revanche mdifier significativement l efficacité d un cntrôle. Si le nmbre de surces est inférieur au nmbre N de mdes prpagatifs, la pressin peut être minimisée mais pas ttalement annulée ; si le nmbre est supérieur à N, plusieurs vecteurs de cmmande différents peuvent cnduire à l annulatin de la pressin. Cmme n le verra par ailleurs au chapitre 2, la mise en œuvre d un cntrôle actif est grandement simplifiée si l n dispse de signau mesurant directement les quantités à minimiser. Puisqu avec un réseau de capteurs n mesure un vecteur de pressin P = GA, annuler P impliquera l annulatin de A si la matrice G est de rang plein c est à dire ntamment si le nmbre de capteurs est supérieur au nmbre N de mdes prpagatifs. En cnclusin, un cntrôle actif glbal du champ dans les trnçns sans surces est pssible dans un cnduit avec un nmbre de surces secndaires supérieur u égal au nmbre de mdes prpagatifs. Si n dispse d un nmbre de capteurs supérieur à ce même nmbre, minimiser la pressin sur ces capteurs impliquera l annulatin ttale du champ en aval des surces. En pratique l atténuatin btenue en cnduit peut dépasser 60dB ; elle est plus limitée par la qualité du système électrnique de cntrôle que par l acustique Déterminatin du nmbre de mdes effectivement prpagatifs A basse fréquence (par eemple en deça de c/2a pur un cnduit de sectin carrée de côté a), un seul mde est prpagatif et il est asscié à des frnts d nde plans qui s élignent dans le cnduit. Une seule surce secndaire et un seul capteur de minimisatin suffisent pur annuler la pressin acustique en aval du système de cntrôle actif ; c est purqui les cnduits (en l ccurence les gaines de ventilatin) nt dnné lieu au premières applicatins du cntrôle actif. A une fréquence plus élevée (u pur des cnduits de plus grande sectin), le nmbre eact de mdes prpagatifs s btient via l etractin des fnctins prpres de l équatin d Helmhltz. Pur un cnduit tel qu une entrée de réacteur d avin et pur un bruit à 2kHz cmme la première raie du bruit de sufflante (cf. la sectin 3.3.2), plusieurs dizaines de mdes snt prpagatifs et autant de transducteurs snt en principe nécessaires pur un cntrôle actif glbal. En pratique,

16 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE valeurs singulières de la matrice de transfert secndaire entre 16 surces et 16 micrphnes en pari de cnduit 1 valeurs singulières de la matrice de transfert secndaire entre 16 surces et 16 micrphnes devant l entrée du cnduit valeurs singulières valeurs singulières fréquence (Hz) fréquence (Hz) FIG. 1.4 Tracés de valeurs singulières de matrices de transfert il s avère qu une surce de bruit primaire dnnée n ecite pas tus les mdes prpagatifs et que seule une partie d entre eu cntribue significativement à la prpagatin du bruit dans le cnduit ; le nmbre de transducteurs nécessaires à un cntrôle actif peut être réduit. Une indicatin pratique du nmbre de transducteurs à utiliser peut être btenue en dispsant un grand nmbre de surces et de capteurs dans le cnduit. On peut alrs effectuer, fréquence par fréquence, la décmpsitin en valeurs singulières (cf. l annee A) de la matrice de transfert entre les surces et les capteurs. En traçant les valeurs singulières, n bserve la cntributin de chacun des mdes à la matrice de transfert. La figure 1.4 mntre à gauche ce tracé pur une matrice de transfert mesurée, dans l entrée d un réacteur, entre 16 chambres de cmpressin et 16 micrphnes en pari. On cnstate que cette matrice de transfert peut être apprchée avec mins de 10% d erreur par une matrice de rang 6 ; par cnséquent, utiliser un plus grand nmbre de surces u de capteurs n amélirerait que peu en pratique les résultats d un cntrôle actif visant à atténuer le bruit dans le cnduit. La figure 1.4 mntre à drite la matrice de transfert entre les même surces et 16 micrphnes dispsés devant l entrée du réacteur ; cette figure mntre qu un plus grand nmbre de capteurs est nécessaire pur réduire le bruit à l etérieur que pur le réduire à l intérieur. Cela s eplique par le fait que les mdes frtement ecités dans le cnduit snt précisément ceu qui snt peu amrtis par cuplage avec l etérieur, des mdes qui cntribuent peu au niveau dans le cnduit peuvent cntribuer frtement au niveau à l etérieur. Enfin le «dédublement» des pics sur la figure 1.4 est dû à un éculement à 4 m/s dans le cnduit : les mdes snt assciés à des vitesses légèrement différentes suivant qu ils se prpagent dans un sens u dans l autre. Une fis effectuée la décmpsitin en valeurs singulières de la matrice de transfert secndaire, le bruit primaire peut être décmpsé sur la base des vecteurs singuliers à gauche. Les cmpsantes crrespndantes indiquent cmment la surce primaire ecite les mdes tels qu ils snt détectés par les capteurs.

17 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE Cntrôle en espace cls On va rappeler ici qu à basse fréquence peu de mdes cntribuent significativement au bruit dans une cavité ; un cntrôle actif glbal du bruit y est alrs envisageable. Cette situatin crrespnd au cas de la fréquence fndamentale du bruit mteur dans une viture mais aussi à celui du vlume cntenu sus la cquille d un casque anti-bruit Dévelppement en série de mdes à basse fréquence La pressin acustique dans une cavité à brds rigides peut être eprimée sus la frme d une série de mdes : α n (ω) p(,y,z,ω) = ω 2 n ω 2 φ n(,y,z) (1.19) + n=1 Les pulsatins prpres ω n et les mdes prpres φ n de la cavité peuvent être calculés par eemple via une Mdélisatin par Elements Finis u, pur quelques gémétries simples, par séparatin de variables. Dans le cas d une cavité parallélépipédique, les φ n snt, à un cefficient de nrmalisatin prêt, de la frme csk csk y y csk z z et ω 2 n = c 2 (k 2 + k 2 y + k 2 z), les nmbres d ndes partiels k α étant des multiples de π/l α ù L α est la lngueur du côté crrespndant de la cavité. A partir de la série mdale (1.19), un raisnnement analgue à celui de la sectin précédente mntre qu une infinité de transducteurs est en principe nécessaire pur un cntrôle glbal du bruit dans la cavité. Tutefis la plupart des surces de bruit cnduisent à des amplitudes mdales α n (ω) qui varient lentement avec la fréquence ; un mnpôle cnduit par eemple à des cefficients α n en jω. Par cnséquent, chacun des termes de la série (1.19) n apprte en général de cntributin significative qu au visinage de sa pulsatin de résnance ω n. Pur un bruit dans une bande de fréquence dnnée, le nmbre de mdes à cntrôler et par cnséquent le nmbre de surces secndaires et de capteurs à utiliser pur du cntrôle actif sera typiquement cmparable au nmbre de mdes dnt la fréquence de résnance est dans la bande à traiter. Le nmbre de mdes cntribuant à la répnse acustique d une cavité augmente rapidement avec la fréquence. Pur une cavité parallélépipédique, une bnne apprimatin du nmbre de mdes dnt la fréquence de résnance est inférieure à f est par eemple dnnée par : N( f) = 4π f 3 V 3c 3 + π f 2 S 4c 2 + f L 8c (1.20) ù L est la smme des dimensins de la cavité, S la surface ttale de ses paris et V sn vlume. En dérivant cette epressin par rapprt à la fréquence il apparaît bien le nmbre de mdes dans une bande de fréquence dnnée augmente cmme le carré de la fréquence. Le nmbre de transducteurs nécessaires à un cntrôle actif glbal du bruit dans la cavité devient dnc rapidement supérieur à ce qu n peut utiliser en pratique si n se base sur le nmbre de mdes à traiter. On verra néanmins en sectin 1.4 qu un cntrôle glbal n est pas eclu même si le nmbre de mdes qui cntribuent au bruit est très élevé. Cmme pur le cntrôle dans les guides d nde, la décmpsitin en valeurs singulières d une matrice de transfert mesurée en cavité peut renseigner sur le nmbre de mdes qui cntribuent significativement à la pressin. La figure 1.5 mntre la décmpsitin en valeurs singulières d une matrice de transfert entre 9 haut-parleurs et 32 micrphnes dans une cavité

18 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE Valeurs singulières d une matrice de transfert 239 dans une grande cavité db FIG. 1.5 Valeurs singulières d une matrice de transfert en cavité reprduisant l habitacle d un avin bi-mteur. Entre 80Hz (fréquence en deça de laquelle les haut-parleurs snt inefficaces) et 250Hz, les pics bservés sur la plus grande valeur singulière snt typiques de résnances islées. Quelques transducteurs peuvent suffirent à un cntrôle efficace dans tute la cavité. En revanche au delà de 250Hz le bruit dans la cavité ne peut plus être cntrlé en agissant individuellement sur quelques mdes Mdélisatin du champ à plus haute fréquence Au delà d une certaine fréquence, le bruit dans une cavité peut être assimilé à un champ diffus, situatin ù l n cnsidère que le bruit en tut pint est dû à la smme d ndes planes prvenant de tutes les directins et dnt les phases relatives snt aléatires. Cette descriptin n est pas antagniste avec une représentatin mdale : chaque mde prpre d une cavité parallélépipédique crrespnd par eemple à la superpsitin de 8 ndes planes, ce qu n peut cnstater à partir du dévelppement : csk csk y y csk z z = (e jk + e jk )(e jk yy + e jk yy )/8(e jk zz + e jk zz ) (1.21) Le nmbre de mdes cntribuant à la répnse de la cavité à une fréquence élevée fait qu n peut effectivement cnsidérer la pressin cmme due à un grand nmbre d nde planes. On cnsidère suvent que la fréquence à partir de laquelle le champ peut être cnsidéré cmme diffus dans une cavité est la fréquence de Schreder, fréquence pur laquelle le nmbre myen de fréquences de résnance dans la bande passante à -3dB d une résnance quelcnque est égal à 3. Cette fréquence peut être évaluée par f Sch = 2000(T 60 /V) 1/2 ù V est le vlume de

19 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 18 la cavité et T 60 le temps de réverbératin nécessaire à une décrissance du bruit de 60dB après etinctin des surces. Une prpriété imprtante des champs diffus pur la mise en œuvre pratique d un système de cntrôle actif cncerne la crrélatin entre les pressins mesurées en deu pints distincts. Sus les hypthèses de champ diffus n mntre que cette crrélatin n est fnctin que de la distance r entre deu pints et qu elle est de la frme : γ( r) = < p(r)p(r+ r) > < p(r) 2 > = sinck r = sink r k r (1.22) ù <. > désigne l pératin de myenne spatiale. On verra au chapitre 2 l influence que peut avir une telle fnctin de crrélatin sur l efficacité d un dispsitif pratique de cntrôle actif. 1.4 Cntrôle avec un grand nmbre de surces Cntrôle glbal d un côté d une surface fermée On a vu en sectin 1.1 que l annulatin avec un mnpôle de la pressin en un pint ne cnduisait à une réductin significative du bruit qu en une zne de l espace très étrite. Lrsqu n utilise plusieurs pints de minimisatin et plusieurs surces secndaires, n btient plusieurs znes d atténuatin qui peuvent être jintives si les pints de minimisatin snt suffisamment prches les uns des autres ; de cette façn n peut étendre, dans une certaine mesure, la zne de minimisatin. Une situatin très intéressante apparaît lrsque les znes ù le bruit a été frtement réduit frment une surface fermée S avec les surces primaires et secndaires situées du même côté de cette surface. En effet, la seule slutin à l équatin d Helmhltz avec pressin nulle au brd (prblème de Dirichlet hmgène ) est p = 0 dans tut le dmaine, sauf au fréquences de résnance du vlume délimité par la surface. Par cnséquent, assurer p = 0 sur S assure p = 0 dans tut le vlume situé de l autre côté des surces par rapprt à S en dehrs de ces fréquences. Pur assurer p = 0 dans le vlume au fréquences de résnance, il est nécessaire d impser p = 0 dans le vlume u p n = 0 à sa surface en un nmbre de pints suffisants 2. La figure 1.6 mntre, pur différentes fréquences, le cntrôle btenu dans un disque à l aide de 32 surces secndaires et de 32 pints de minimisatin lrsque le bruit primaire est une nde plane. Cette simulatin de cntrôle a été faite en 2D, la fnctin de Green étant en 2D de la frme j 4 H(2) 0 (kr). On cnstate qu une atténuatin imprtante du bruit à l intérieur du plygne défini par les pints de minimisatin est pssible ; il apparaît que pur cela deu pints de minimisatin par lngueur d nde snt nécessaires le lng du plygne de pints de minimisatin. D une façn plus frmelle, la pressin sur une surface fermée S ne cntenant pas de surce est reliée à celle dans le vlume qu elle délimite par une représentatin intégrale du champ : p(m) = S G(M,M ) n p(m ) p(m ) n G(M,M )dm (1.23) 2 ce prcédé n est pas sans analgie avec la méthde CHIEF utiliser pur traiter les "fréquences singulières" rencntrées dans les méthdes d éléments finis de frntière

20 CHAPITRE 1. CONTRÔLE ACTIF ET ACOUSTIQUE 19 4 micrphnes par lngueur d nde micrphnes par lngueur d nde micrphnes par lngueur d nde micrphnes par lngueur d nde FIG. 1.6 Atténuatin avec 32 mnpôles () du bruit prduit en 2D par une nde plane en 32 pints ()

Chap.6 Distribution de courant Champ magnétostatique

Chap.6 Distribution de courant Champ magnétostatique Chap.6 Distributin de curant Champ magnétstatique 1. Distributins de curant électrique permanent 1.1. Distributin vlumique de curant 1.2. (Cmplément) Distributin surfacique de curant 1.3. Distributin linéique

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Ecles eurpéennes Bureau du Secrétaire Général du Cnseil Supérieur Unité de dévelppement pédaggique Ref. : 011-01-D-8-fr- Orig. : EN PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Curs à 6 pérides/semaine

Plus en détail

DS3. 1-2 Déterminer les coordonnées de G, centre de gravité de l ensemble mécanosoudé

DS3. 1-2 Déterminer les coordonnées de G, centre de gravité de l ensemble mécanosoudé - Structure mécan sudée Une structure meccan sudée (SMS est cnstituée de plaques : Plaque r Plaque r Lngueur Largeur Masse Plaque L L m Plaque.L L m Plaque.L L m L.L Les plaques nt tutes la même L épaisseur,

Plus en détail

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases cndensées 1. Cmprtement universel des gaz à basse pressin 1.1. Equatin d état de tus les gaz à basse pressin 1.2. Définitin expérimentale de la température abslue

Plus en détail

Physique - Chimie. Fréquence, Connaissances Capacités Exemples d'activités

Physique - Chimie. Fréquence, Connaissances Capacités Exemples d'activités Niveau 3 ème Physique - Chimie Dcument du prfesseur 1/6 Mesure de la péride à l scillscpe- Fréquence Prgramme B. Energie électrique et circuits électriques en «alternatif» B1 - De la centrale électrique

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Présentation de Mindjet on-premise

Présentation de Mindjet on-premise Présentatin de Mindjet n-premise Mindjet Crpratin Numér gratuit : 877- Mindjet 1160 Battery Street East San Francisc CA 94111 États- Unis Téléphne : 415-229-4200 Fax : 415-229-4201 www.mindjet.cm 2012

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Des indicateurs de résultats

Des indicateurs de résultats Curs 2014 entreprise et marché (um1.ec.free.fr) Indicateur de perfrmance : dnnée quantifiée qui mesure l efficacité de tut u partie d un prcessus u d un système par rapprt à une nrme, un plan u un bjectif

Plus en détail

TransBred.com GUIDE UTILISATEUR SEPA

TransBred.com GUIDE UTILISATEUR SEPA TransBred.cm GUIDE UTILISATEUR SEPA Mise à jur 29/07/2014 Dans ce Guide Utilisateur SEPA, vus retruverez également les fnctinnalités SEPA dispnibles : - Réaliser la cnversin des RIB des bénéficiaires et

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Guide pour la rédaction d une Spécification Technique de Besoin (STB)

Guide pour la rédaction d une Spécification Technique de Besoin (STB) Manuel Guide pur la rédactin d une Spécificatin Technique de Besin SP2_MA _ Date créatin : 23/09/08 Page 1 sur 8 Guide pur la rédactin d une Spécificatin Technique de Besin (STB) Ce dcument est un guide

Plus en détail

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X Lgique binaire Définitin Une variable binaire est un élément qui ne peut prendre que deux valeurs ntées 1 et 0 (Oui et Nn). On dira que X est une variable binaire si X 0 X = 1 et si X 1 X = 0. Opératins

Plus en détail

SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10)

SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10) SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10) Principes Fndamentaux : Le système de Téléradiamétrie Wytek est un système d acquisitin de dnnées multi pints autmatique et sans fil, qui est installé par la PCR et qui

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Une fis l espace créé par le CRDP, il y a un certain nmbre de travaux à prévir avant de puvir l utiliser avec les étudiants. D une manière générale,

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

ITIL V3. Les cinq axes de la conception des services

ITIL V3. Les cinq axes de la conception des services ITIL V3 Les cinq axes de la cnceptin des services Créatin : juillet 2011 Mise à jur : juillet 2011 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Module 10 : Résumé Planification financière

Module 10 : Résumé Planification financière Mdule 10 : Résumé Planificatin financière Ce mdule examine les principaux éléments du prcessus de planificatin financière et évalue les bjectifs et les avantages de la planificatin financière. Vus apprenez

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD.

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD. Changements apprtés par le firmware: Fiabilité du prduit amélirée Réslutin de l anmalie causant de brèves pauses intermittentes chez certains utilisateurs. INTRODUCTION Ce dcument décrit la prcedure permettant

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014 Utilisatin de RAMSIS dans la cnceptin autmbile Lisa Denninger Apprts et Limites des Mannequins Virtuels 18 Nvembre 2014 Préambule Prise en cmpte de l ergnmie dans la cnceptin autmbile Les marques Peuget,

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux Table des matières 8. Qualité de l air... 8.1 8.1. Aire gégraphique... 8.1 8.2. Situatin existante et future (sans prjet)... 8.1 8.3. Situatin prjetée : analyse des incidences du prjet... 8.2 8.3.1. Estimatin

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

Système d Information de l HADOPI. Classification : DOCUMENT CONFIDENTIEL

Système d Information de l HADOPI. Classification : DOCUMENT CONFIDENTIEL Système d Infrmatin de l HADOPI Diffusin HADOPI EXTELIA FAI Classificatin : DOCUMENT CONFIDENTIEL 1 Objet du dcument L bjet de ce dcument est de spécifier aux FAIs les mdalités d échanges attendues avec

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Premiers pas avec MacMap v3

Premiers pas avec MacMap v3 Tutriel MacMap v3 Premiers pas avec MacMap v3 Installatin...2 Intrductin à MacMap versin 3...3 Le lgiciel...3 MacMap... 3 Plug-ins et Framewrks... 3 Les utilitaires... 4 Aide et langue... 5 Paramètres

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE 1 - BUT Ce TP a pur but de mettre en œuvre une installatin électrique alimentée par un panneau slaire. Cette étude cmprendra : L analyse du besin en énergie

Plus en détail

Pièce technique A7 Principes des correspondances

Pièce technique A7 Principes des correspondances LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES DOSSIER DE FIN D ETAPE 1 Pièce technique A7 Principes des crrespndances Page 2 sur 7 Principes des crrespndances - Pièce Technique A7 Dssier de Fin d Etape 1 Juin

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

La Conduite de Projet Informatique

La Conduite de Projet Informatique La Cnduite de Prjet Infrmatique La Ntin de Prjet Un prjet est un prcessus unique qui cnsiste en un ensemble d activités qui snt crdnnées, maitrisées, qui cmprte une date de début et de fin. Le prjet est

Plus en détail

Archivage de videos IVTVision (Windows)

Archivage de videos IVTVision (Windows) Archivage de vides IVTVisin (Windws) 1 Intrductin Puisque le Serveur IVTVisin enregistre des vidés en utilisant une structure de fichiers du système d explitatin simple, l archivage de vidés devrait être

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements ITIL V3 Explitatin des services : La gestin des événements Créatin : janvier 2008 Mise à jur : aût 2009 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default»

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default» ARTICLE METHODOLOGIQUE La mdélisatin du risque de crédit dans le cas de prtefeuilles «lw default» Ex : financements dédiés aux cllectivités lcales et territriales, aux grands crprates, à une clientèle

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3 3 Date de publicatin Objet Id du dcument Juillet 2013 Prescriptins de travail à l attentin des FST u des sciétés utilisatrices et de mandataires accrédités Prescriptins prtant sur les travaux dans les

Plus en détail

À long terme, la fiscalité devra exercer une influence encore plus marquée sur les comportements de mobilité.

À long terme, la fiscalité devra exercer une influence encore plus marquée sur les comportements de mobilité. Fiscalité et vél La différence de traitement fiscal du vél et de l autmbile en tant que myen de transprt dmicile-travail n encurage pas suffisamment l adptin de cmprtements de mbilité durable. Il est dnc

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

GUIDE INSTALLATION IAS

GUIDE INSTALLATION IAS Guide d installatin IAS 1 IMPACT TECHNOLOGIES se réserve le drit de mdifier à tut mment le cntenu de ce dcument. Bien que l exactitude des renseignements qu il cntient sit cntrôlée avec sin, IMPACT TECHNOLOGIES

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

Municipalité 19 mai 2008

Municipalité 19 mai 2008 Municipalité 19 mai 2008 PR08.22PR RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS POUR une demande de crédit d'investissement de fr. 1'300'000.- pur la cnstructin d un canal de récupératin et d une installatin

Plus en détail

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER La Certificatin Administrateur Analyzer d AT Internet est cmpsée de la manière suivante : Un prgramme de frmatin sur 3,5 jurs Un examen de Certificatin Aussi bien

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

!Ref.!du!stage!:!1400!

!Ref.!du!stage!:!1400! Page 1 sur 8! Diagnstic et cmmunicatin technique!ref.!du!stage!:!1400!! Inter!:!! Intra!:!B!&!C!! Mts clés : prcess, capteurs, technlgie, autmatisme, électrtechnique, mécanique, pneumatique, réglages,

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA.

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA. Prduits cncernés : - Sage 30 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures - Sage 100 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures Sujet mis en avant : Cmment gérer la TVA à 7% en cmptabilité

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Règles de gestion d une régie

Règles de gestion d une régie Dcument de frmatin à la Régie d Avances et de Recettes GFC versin du 27/05/2011 Règles de gestin d une régie Suivi d une Régie GFC : recmmandatins 1. Recmmandatins préalables : Le travail de suivi et de

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

UNIVERSITÉ PAUL SABATIER. L1 parcours PC : PHYSIQUE

UNIVERSITÉ PAUL SABATIER. L1 parcours PC : PHYSIQUE NIVERSITÉ PAL SABATIER LICENCE STS Année universitaire 009 010 L1 parcurs PC : PHYSIQE QCM DE RENTRÉE Vus devez répndre sur la feuille de répnse furnie avec le sujet. Il peut y avir une u plusieurs cases

Plus en détail

Leçon N 5 Picasa 2 ème Partie

Leçon N 5 Picasa 2 ème Partie Leçn N 5 Picasa 2 ème Partie Après avir vu u revu la présentatin de PICASA 3, vus allez dans cette leçn vir cmment gérer vs phts avec ce lgiciel. 1 Récupérer vs phts de vtre appareil de pht numérique.

Plus en détail

CE DOCUMENT S ADRESSE À DES ADULTES. L ÉNERGIE Capsule théorique

CE DOCUMENT S ADRESSE À DES ADULTES. L ÉNERGIE Capsule théorique L ÉNERGIE Capsule thérique Bien que ce dcument mette en relief des savirs essentiels du prgramme du primaire, il dépasse les énncés de la Prgressin des apprentissages. Il est destiné à l enseignant qui

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Module d auto-formation

Module d auto-formation Mdule d aut-frmatin CENTRES DE SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE () Pur cmmencercliquer sur la suris 1 Versin 1.4 07/03/2013 Accueil Cmment naviguer dans le supprt Naviguer dans le mdule Pré-requis

Plus en détail

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation.

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation. N Titre LCH.Clearnet SA Instructin V.4-1 COUVERTURES DES TRANSACTIONS DE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES (Méthde de calcul des Cuvertures) CHAPITRE 1 CHAMP D APPLICATION Article 1 Dispsitins générales Dans

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

Grille pour l analyse ergonomique et pédagogique d un site Web

Grille pour l analyse ergonomique et pédagogique d un site Web Grille pur l analyse ergnmique et pédaggique d un site Web Significatin de l échelle : 1=pas du tut, 2=un peu, 3=suffisamment, 4=parfaitement, SO=Sans Objet Critères Analyse 1. Envirnnement cntexte du

Plus en détail

ENGLISH SOMMAIRE FRANÇAIS. Page

ENGLISH SOMMAIRE FRANÇAIS. Page ENGLISH SOMMAIRE Page CARACTÉRISTIQUES...... 48 NOMS DES PIÈCES...... 49 COMMENT UTILISER...... 51 COMMENT LIRE L INDICATEUR DE RÉSERVE DE MARCHE...... 58 POUR PRÉSERVER LA QUALITÉ DE VOTRE MONTRE......

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail