Théorie des dalles : Calcul par la méthode des bandes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie des dalles : Calcul par la méthode des bandes"

Transcription

1 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE INSTITUT DE STRUCTURES LABORATOIRE DE CONSTRUCTION EN BETON Dr Olivier Buret, Aitant : S. Plumey, E. Har, D. Reaelli EXERCICES 4 ème / 6 ème SEESTRE 005 Corrigé exercice : Théorie e alle : Calcul par la méthoe e bane 1. Dimenionner l armature an la alle préentée à la figure 1 par la méthoe tatiue e Hillerborg (éthoe e bane). Le conition appui ont pécifiée à la figure /10 /10 8/10 /10 8/10 / / / / / Fig.1 : Découpage e la alle en bane La première étape conite à écompoer la alle en ifférente bane, par exemple comme ur la figure 1. Chaue bane et coniérée comme une poutre ui repren une partie e la charge appliuée. Le choix e la part e la charge upportée par une bane et repectivement par la bane perpeniculaire correponante et fait ur la bae e ifférent apect ont la proximité aux appui, la rigiité e ceux-ci et l expérience an l application e cette méthoe. On choiit ici la répartition écrite ur la figure 1. Chaue bane peut enuite être imenionnée inépenamment comme une poutre. 1 SP, EH, DR 05

2 ENAC IS - BETON Exercice Armature minimale La norme SIA 6 prévoit e ipoer une armature minimale pour aurer un comportement uctile et éviter la formation e fiure trop importante. Pour e exigence normale, l armature minimale et éfinie e la manière uivante (cf. SIA 6, 4.4.) : On étermine abor le moment e fiuration e la alle : f ct, k t f ctm 1 f t ctm N / mm bh r W fct, fct, 18.7 knm / m 6 La réuction e l épaieur t à un tier et valable elon SIA 6, Pour une hauteur utile enne environ 160 mm, l armature néceaire pour limiter la contrainte an le acier à σ 435 N mm vaut :, am f / r 18.7 a, min 99 mm / m φ mm ou φ mm 0.9 σ , am Bane 1-1 : a 8 m / Fig.. Sytème tatiue et chargement e la bane 1-1 a Le moment maximal vaut knm / m Clae expoition u béton : XC1. Enrobage minimal, elon norme SIA : 0 mm. Armature en ème 10 nappe : mm L armature néceaire vaut : 14 a mm / m φ mm (armature minimale) 0.9 f SP, EH, DR 05

3 ENAC IS - BETON Exercice Bane - et 3-3 : 8/10 7 m Fig.3. Sytème tatiue et chargement e bane - et 3-3 La olution en Fig. 3 a été éterminée par le biai un logiciel e calcul aux élément fini e barre. Elle correpon onc à la olution élatiue exacte ou charge onnée. Le moment maximal vaut 47 knm/m à.6 m e l appui imple. Le moment minimal vaut -8 knm/m en encatrement. On aurait obtenu la même olution élatiue, par exemple, par le biai e la méthoe e force ou e éplacement, ui ont relativement imple à appliuer, au moin an le ca e poutre à inertie contante et avec e itribution e charge pa trop compliuée. Armature en 1 ère 14 nappe, en travée : mm 47 L armature néceaire vaut : a 694 mm / m φ mm 0.9 f Armature à l encatrement : mm 8 L armature néceaire vaut : a 15 mm / m φ mm 0.9 f SP, EH, DR 05

4 ENAC IS - BETON Exercice ~ ~ ~ ~ Approfoniement : bane hypertatiue, imenionnement elon la théorie e la platicité On aimerait rappeler ici ue la méthoe e imenionnement e bane, éveloppée par Hillerborg, e bae ur le principe u calcul platiue et, en particulier, ur le théorème tatiue. Cela ignifie ue pour imenionner une bane à la ruine, on et libre e choiir n importe uel iagramme effort «tatiuement amiible» (éuilibre et conition e bor tatiue repecté) et ui ne épae pa la réitance. En imenionnant le armature elon le iagramme effort choii, l ingénieur éfinit lui-même le moe e rupture e la tructure. Selon le théorème tatiue e la théorie e platicité, la olution et u côté e la écurité. Il faut encore vérifier ue la uctilité e ection à l état limite ultime et uffiante (rupture par écoulement e l armature), pour aurer ue la reitribution platiue puie avoir lieu. La olution élatiue (moment e réitance atteint en travée et ur appui imultanément) et une olution parmi autre. Elle à l avantage e conuire à un imenionnement ui onne généralement un bon comportement à l état limite e ervice (attention : la fiuration provoue aui une reitribution!), mai elle n et pa forcément la «meilleure olution», ni toujour la plu imple à obtenir. Dan le ca traité par exemple, on aurait également pu imenionner le armature en choiiant arbitrairement la valeur u moment hypertatiue à l encatrement. (voir TCG ). Pour opérer un choix «raionnable» u moment encatrement, on peut, par exemple : a) coniérer le iagramme e moment e la même poutre hypertatiue (avec un encatrement et un appui imple), chargée uniformément par une charge enne éuivalente (voir Fig. app1). Le valeur e moment à l encatrement et en travée ont: l in 8 9 l ax 18, avec : l 0 ( ) x x l On peut onc choiir un moment encatrement ui conuit a peu prè au même rapport entre le moment encatrement et le moment à mi-travée. b) éterminer tout abor le iagramme u moment une poutre iotatiue (appuyée aux eux extrémité), fig. app. Choiir enuite une valeur u moment encatrement, ui prouit un iagramme linéaire e moment le long e la poutre, et uperpoer le eux 4 SP, EH, DR 05

5 ENAC IS - BETON Exercice iagramme, en changeant la valeur u moment encatrement e orte à obtenir une répartition uffiamment éuilibrée entre le moment maximaux, poitif et négatif. l in 8 9 l ax 18 l Fig. app1 : iagramme u moment an une poutre hypertatiue, charge uniforme enne Diagramme u moment iotatiue Effet u moment hypertatiue Diagramme u moment total + hyp choii à l'encatrement Fig. app : iagramme u moment iotatiue et u moment triangulier u à l encatrement ~ ~ ~ ~ 5 SP, EH, DR 05

6 ENAC IS - BETON Exercice Bane 4-4 : La bane 4-4 et appuyée ur un mur un côté mai n a pa la poibilité e appuyer irectement e l autre côté. Elle oit pren appui ur la bane 5-5 ; on parle appui inirect. On peut coniérer ue la réaction e la bane 4-4 et répartie uniformément ur la bane 5-5. La réultante e la réaction appui et onc centrée ur la bane 5-5. Cela revient à coniérer une poutre une portée égale à 4.5 m (Fig. 4). / R1 r / A R1 B R 4.5 m Fig.4. Sytème tatiue et chargement e la bane 4-4 La réaction appui R 1 peut être obtenue irectement en exprimant ue la omme e moment autour e l appui B et nulle : 4.5 R R et r R /1 m On trouve enuite le moment maximal : / 175 mm L armature néceaire vaut : 17.3 knm / m. Pour armature ipoée en 1 ère nappe : 17 a 48 mm / m φ mm (armature minimale) 0.9 f SP, EH, DR 05

7 ENAC IS - BETON Exercice Bane 5-5 : La bane 5-5 repren onc la réaction r e la bane 4-4 en plu e charge éfinie ur la figure /10 8 m Fig.5. Sytème tatiue et chargement e la bane 5-5 On calcule enuite le moment maximal itué à mi-travée : 70 knm / m Armature en ème nappe : / 157 mm L armature néceaire vaut : 70 a 1139 mm / m φ mm 0.9 f SP, EH, DR 05

8 ENAC IS - BETON Exercice. Euier an la figure 3 (a et b) le chéma armature écoulant u calcul précéent. Armature elon la méthoe e bane Nappe inférieure mm mm mm mm mm Nappe upérieure encatré par exemple an le mur mm 1 00 mm armature pour reprenre la charge u coffre fort 8 SP, EH, DR 05

9 ENAC IS - BETON Exercice Armature elon la méthoe e bane + armature minimale Nappe inférieure mm 14 x mm mm mm mm mm Nappe upérieure mm mm 1 00 mm mm mm 9 SP, EH, DR 05

10 ENAC IS - BETON Exercice 3. On écie e placer un coffre-fort carré e 1 m x 1 m un poi e calcul Q 30 kn à l enroit pécifié ur la figure. Comme chaue bane travaille e manière iociée e e bane voiine, la ipoition un coffre-fort n influence ue le bane - et 5-5. Le autre bane retent inchangée. On peut amettre e nouveau ue 80% e la charge et tranmie an la irection e la petite portée. La charge u coffre-fort correpon à une charge répartie e cf, 30 kn / m. Bane -: 8/10 ( +cf) 7 m Fig.8. Sytème tatiue et chargement e la bane - En réolvant ce ytème, on trouve le moment poitif maximal ui vaut 58 knm / m en travée à 3.0 m e l appui imple. Le moment négatif maximal, à l encatrement, vaut -113 knm/m En travée : Armature en 1 ère nappe : / 173 mm L armature néceaire vaut : 58 a 856 mm / m 0.9 f L armature éjà calculée pour reprenre le moment poitif an la bane - et φ mm onc a 770 mm / m. A mm 1 barre φ 1 oit être ajoutée an cette bane. On choiit uan même ajouter une barre φ 14 pour garer le même iamètre. L armature à l encatrement vaut : 113 a 1688 mm / m 0.9 f SP, EH, DR 05

11 ENAC IS - BETON Exercice L armature éjà calculée pour reprenre le moment négatif an la bane - et φ mm onc a 170 mm /m. A mm φ 1 00 mm oit être ajoutée (en alternance avec le φ 18) Bane 5-5: 0.9 /10 cf /10 8 m Fig.8. Sytème tatiue et chargement e la bane - En réolvant ce ytème, on trouve le moment maximal ui vaut 78.3 knm / m Armature en ème nappe : / 157 mm L armature néceaire vaut : 78 a 169 mm / m 0.9 f L armature éjà calculée pour reprenre le moment an la bane 5-5 et φ mm a 170 mm /m. oit L armature éjà imenionnée et onc uffiante en préence un coffre fort : aucune armature aitionnelle en bane 5-5 et néceaire pour reprenre le moment u au coffre fort. 11 SP, EH, DR 05

Commande vectorielle de la MSAP pour l'asservissement en vitesse ou en position

Commande vectorielle de la MSAP pour l'asservissement en vitesse ou en position Commane vectorielle e la MSAP pour l'aerviement en vitee ou en poition Commane vectorielle e la MSAP pour l'aerviement en vitee ou en poition II. Introuction Le éveloppement e nouvelle technologie e emi-conucteur

Plus en détail

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement.

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement. 48 III LES TESTS D EGALITE. Comparaion 'un paramètre e poition à une valeur fixe a) But u tet On veut comparer un paramètre e poition, généralement une moyenne e n meure à une valeur fixe M. Cette valeur

Plus en détail

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton armé 1 Chapitre 4. Comportement du béton en flexion imple 4.1 Convention/notation Signe : + compreion - traction Notation : voir tableau Unité : 1 MegaPacal = 10 6 Pacal

Plus en détail

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre)

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre) Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton Armé 6-1 Chapitre 6. Effort tranchant (ource : Calcrete : the Concrete Centre) 6.1 Rupture par effort tranchant Nou avon vu juqu à préent le comportement du béton en flexion

Plus en détail

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme Ecole Nationale Supérieure d rchitecture de Mareille S2CE1 Cour de Structure Fonction de la poutre : franchir Poutre ur 2 appui (bi-articulée) : moment fléchiant et effort tranchant lexandre de la Foye

Plus en détail

Chapitre 8 Les sections soumises à la torsion. Section 8.2 Le dimensionnement à la rupture Exercice n 2 Etude d un avant-toit en béton armé

Chapitre 8 Les sections soumises à la torsion. Section 8.2 Le dimensionnement à la rupture Exercice n 2 Etude d un avant-toit en béton armé Cours e structure en béton Prof. Anré Oribasi Application 8..4. Chapitre 8 Les sections soumises à la torsion Section 8. Le imensionnement à la rupture 8..4. Exercice n Etue un avant-toit en béton armé

Plus en détail

DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013

DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013 Plus en performance. Plus en valeur. DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013 Sommaire Vue d ensemble du système DURA Bases de la norme de dimensionnement révisée (SIA 262:2013)

Plus en détail

Chapitre Contrôleur proportionnel (P)

Chapitre Contrôleur proportionnel (P) Chapitre 7 Contrôleur On a vu dan le chapitre précédent le différent type de ytème aini que le paramètre qui le définient. Souvent, pour de ytème ou étude, il y a quelque paramètre dont on déire améliorer,

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours e Structures en éton Chapitre 4 LES SECTIONS SOUISES L FLEXION SIPLE Pro. nré Oriasi Section 4.3 Le calcul à la rupture 4.3.1.1 Les règles générales 4.3.1. Le imensionnement selon les normes suisses

Plus en détail

Projet DIFISEK. Partie 3: Comportement mécanique au feu

Projet DIFISEK. Partie 3: Comportement mécanique au feu Projet DIFISEK Partie 3: Comportement mécanique au feu B. ZHAO CTICM Centre Technique e la Construction Métallique, France 1 INTRODUCTION A L ANALYSE DU COMPORTEMENT MECANIQUE DES STRUCTURES EN SITUATION

Plus en détail

RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME

RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME RESISTANCES OF METALLIC REINFORCEMENTS FOR REINFORCED FILLS AS A FUNCTION OF THEIR SHAPE Michali CHIKARAS 1, Benoit

Plus en détail

FONDATIONS SUPERFICIELLES

FONDATIONS SUPERFICIELLES TASSEMENT Le tassement d une structure est le résultat de la déformation du sol de fondation. On peut distinguer les phénomènes suivants : Déformations élastiues (rapide); Changement de volume conduisant

Plus en détail

Calcul des éléments de charpentes métalliques Phénomènes d instabilité élastique

Calcul des éléments de charpentes métalliques Phénomènes d instabilité élastique Calcul es éléments e charpentes métalliques Phénomènes instabilité élastique VI.1 Origine e phénomènes : Le calcul une structure eige que sous toutes les combinaisons actions possibles éfinies réglementairement

Plus en détail

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion Prie en compte e effort tranchant Chritophe Varé* Stéphane Anrieux** * EDF R&D, Département AMA 1, av. u Général e Gaulle, 92141 Clamart ceex chritophe.vare@ef.fr

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Chapitre : La mécaniue ondulatoire Exercice E. On peut aocier le expreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l expreion Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

EQUATIONS DE DROITES

EQUATIONS DE DROITES EQUTIONS DE DROITES Introuction : Dans le chapitre précéent, nous avons éjà constaté qu il existait un lien relativement étroit entre les roites et les fonctions u premier egré. La représentation graphique

Plus en détail

Chapitre 9. Poutres continues

Chapitre 9. Poutres continues Dr. Ir. P. Boeraeve Cours de Béton Armé 9-1 Chapitre 9. Poutres continues 9.1 Introduction Bien souvent, les poutres sont des éléments préfabriqués que le bétonnage sur chantier rend continus. La question

Plus en détail

par son développement, l équation différentielle en l(t) s écrit :

par son développement, l équation différentielle en l(t) s écrit : ULM MP 1 Phyique (6 heure). Le rottement olie. 1.1.a) San liement, le moule et l orientation e la orce e rottement olie ont inéterminé et aaptent aux ollicitation extérieure (e manière à vériier le théorème

Plus en détail

Chapitre 2.2 La réflexion et les miroirs plans

Chapitre 2.2 La réflexion et les miroirs plans Chapitre. La réfleion et les miroirs plans La loi e la réfleion La réfleion est le phénomène ui permet à la lumière e subir un changement e irection à la rencontre une interface principalement ans la irection

Plus en détail

ITC Exemples. Exemples pour la construction et le dimensionnement d ouvrages de protection selon ITC 2017

ITC Exemples. Exemples pour la construction et le dimensionnement d ouvrages de protection selon ITC 2017 Département fédéral de la Défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Infrastructure ITC 017 - Exemples Exemples pour la construction

Plus en détail

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH 4402990358742002564069801245703106897025025410256975410210003069763456619874526003803063049662112023800544029903587420025640698012457031068970250254102569754102100030697634566198745260038030630496621120238005440299035874200256406980124570310689702502541

Plus en détail

NCCI : Longueurs de flambement de poteaux et de barres de treillis dans les portiques en treillis

NCCI : Longueurs de flambement de poteaux et de barres de treillis dans les portiques en treillis CCI : ongueurs e flambement e poteaux et e barres e treillis ans les portiques en treillis Sa-FR-EU CCI : ongueurs e flambement e poteaux et e barres e treillis ans les portiques en treillis Ce CCI présente

Plus en détail

Chapitre 6 : L optique physique (I)

Chapitre 6 : L optique physique (I) Chapitre 6 : L optique physique (I) Exercices E. On utilise l équation obtenue à l exemple 6. et qui associe la position une frange sur l écran aux autres paramètres. Avec m 6, on obtient y 6 6L 6L y 6

Plus en détail

Essais de poinçonnement de dalles en béton armé avec armature non symétrique

Essais de poinçonnement de dalles en béton armé avec armature non symétrique Essais de poinçonnement de dalles en béton armé avec armature non symétrique Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Institut de structures Laboratoire de construction en béton (IS BETON) Prof. Dr Aurelio

Plus en détail

NID D ABEILLES, TYPE Z

NID D ABEILLES, TYPE Z NID D ABEILLES, TYPE Z Appui élastomère armé et appui glissant avec plan e glissement à forme stable, résistant jusqu à 25 N/mm² Types appuis Contenu Page Types appui 2 Général 3 Décalages périphériques

Plus en détail

Schöck Rutherma type V

Schöck Rutherma type V Schöck Rutherma type Contenu Page Exemples de disposition des éléments/coupes 122 Tableau de dimensionnement/ues en plan 123 Exemples d application 124 Acier de recouvrement/remarques 125 Espacement des

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Physique Statistique

Physique Statistique Phyique Statitique Chapitre 1 : Etat Quantique Stationnaire d un Sytème de Particule 1 Etat tationnaire d un ytème à particule En mécanique quantique, chaque particule et caractériée par a fonction d onde

Plus en détail

Filtrage des signaux déterministes à temps continu

Filtrage des signaux déterministes à temps continu Chapitre 3 : La tormée de Laplace Filtrage de ignaux déterminite à temp continu I. Introduction En électronique, on a beoin de traiter de ignaux provenant de diérente ource (capteur de température, ignaux

Plus en détail

SUPPORT MURAL POUR VELOS

SUPPORT MURAL POUR VELOS DIMESIOEMET DES STRUTURES EXERIE DE PERFETIOEMET E STTIQUE ET SUR LES SES DU OMPORTEMET ELSTIQUE e-upport-velo.doc/ verion du 9/11/010/J SUPPORT MURL POUR VELOS 1 OJETIF Initiation à deu ollicitation iple

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Capitre : a mécaniue ondulatoire Eercice E. On peut aocier le epreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l epreion p m. Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

C ouche de roulem ent

C ouche de roulem ent CHAPITRE 12 LE COMPACTAGE DES SOLS 12. 1 Introuction 12. 2 Le compactage es sols 12. Exécution et contrôle u compactage 12. 4 Portance un sol 12. 5 Application 12. 1 Introuction Les sols constituent souvent

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

DS de Résistance des Matériaux 1 Master 1 FS2 Le 22 octobre 2012

DS de Résistance des Matériaux 1 Master 1 FS2 Le 22 octobre 2012 DS de Résistance des Matériaux 1 Master 1 FS2 Le 22 octobre 2012 Avant-Propos Aucun document n est autorisé. La calculatrice est autorisée. Tout autre appareil électronique est strictement interdit Cet

Plus en détail

Technique de Correction du Facteur de Puissance (PFC) dans les convertisseurs AC-DC monophasé : Application boost PFC

Technique de Correction du Facteur de Puissance (PFC) dans les convertisseurs AC-DC monophasé : Application boost PFC Technique e Correction u Facteur e Puiance (PFC) an le convertieur AC-DC monophaé : Application boot PFC *Z.Dey, *M K Fellah, *A.Benaia * ntelligent Control an Electrical Power Sytem aboratory CEPS Djillali

Plus en détail

BARRES. Barres en cuivre et aluminium

BARRES. Barres en cuivre et aluminium On utilie actuellement deux métaux comme conducteur dan le tableaux électrique: le cuivre et l'aluminium. En particulier, i on veut déterminer une ditribution de puiance à l'intérieur d'un tableau électrique,

Plus en détail

Chapitre 3 Conditionnement des Signaux de Capteurs

Chapitre 3 Conditionnement des Signaux de Capteurs Chapitre 3 Conitionnement e Signaux e Capteur Par Pr. M. Attari, USTHB Attari.mo@gmail.com CAPTEU Conitionnement u Signal Filtrage Anti-epliement LINEAIZATION ANALOGIQUE LINEAIZATION NUMEIQUE Circuit e

Plus en détail

Table des matières. Page i

Table des matières. Page i Manuel de vérification MNPHI Table des matières Table des matières Introduction 1 Brève description 1 Organisation du manuel 1 Exemple 1 Poutre en béton armé simplement appuyée 2 Description 2 Données

Plus en détail

2. Capacité portante d une fondation superficielle sur sol purement cohésif non pesant

2. Capacité portante d une fondation superficielle sur sol purement cohésif non pesant Influence du comportement plastique de la structure sur l état limite ultime dans les problèmes d interaction sol-structure Sylvain Plumey 1. Introduction Il existe un certain nombre d incertitudes sur

Plus en détail

ETUDE DES DEFORMATIONS M G. M t M G 1. Dans (G,x,y,z ): 0 M t. N = 0, Ty = 0, Tz = 0 avec. [T coh ] = donc = M t 0, M fy = 0, M fz = 0 REMARQUE:

ETUDE DES DEFORMATIONS M G. M t M G 1. Dans (G,x,y,z ): 0 M t. N = 0, Ty = 0, Tz = 0 avec. [T coh ] = donc = M t 0, M fy = 0, M fz = 0 REMARQUE: TSN Solie iéal: matériau homogène, isotrope, poutre rectiligne, e section constante et circulaire. Les actions etérieures ans les sections etrêmes sont moélisables par eu moments opposés, portés par la

Plus en détail

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 CROISSANCE (CORRECTION DE LA FICHE DE TD N 2) Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 EXERCICE 1 (1) Nou avon déjà montré dan la fiche de travaux dirigé n 1 que la dynamique du tock de capital par tête

Plus en détail

Devoir n 3 Résistance des Matériaux

Devoir n 3 Résistance des Matériaux evoir n Résistance des Matériau Portiue ( pts) Le portiue suivant est constitué de barres biarticulées, Les liaisons avec l etérieur se feront par l intermédiaire des rotules en et Que peuton dire de la

Plus en détail

Technique de Commande d un Convertisseur Multiniveau Appliqué pour la compensation d énergie réactive.

Technique de Commande d un Convertisseur Multiniveau Appliqué pour la compensation d énergie réactive. n International Conference on Electrical an Electronic Engineering - April 8 Techniue e Commane un Convertieur Multiniveau Appliué pour la compenation énergie réactive. M. Flitti M.K. Fellah Y. Sahali

Plus en détail

Racine carrée. 1 Introduction 1. 2 Définition 2. 3 Propriétés 2. 4 Simplifier une racine carrée 4. 6 Quantité conjuguée 6

Racine carrée. 1 Introduction 1. 2 Définition 2. 3 Propriétés 2. 4 Simplifier une racine carrée 4. 6 Quantité conjuguée 6 Table es matières Racine carrée 1 Introuction 1 Définition Propriétés 4 Simplifier une racine carrée 4 Équation x a = 0 6 6 Quantité conjuguée 6 1 Introuction On veut connaître la mesure es iagonales e

Plus en détail

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m)

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m) DIMENSIONS & POIDS PROFIL EN L PROFIL EN T MURS 5+ (L=m) LONGUEUR = 5m (érie 5) ou LONGUEUR = m (érie 5+) en L ou T PAREMENT BROSSÉ AUTRES PAREMENTS SUR DEMANDE DIMENSIONS ET POIDS MODELES H H 1 B B 1

Plus en détail

Amélioration de la commande directe du couple

Amélioration de la commande directe du couple Chapitre III Amélioration de la commande directe du couple Introduction Améliorer le performance de la DTC claique revient urtout à maîtrier la variation de la fréquence de commutation et réduire le ondulation

Plus en détail

Chapitre 2.2 La réflexion et les miroirs plans

Chapitre 2.2 La réflexion et les miroirs plans Chapitre. La réfleion et les miroirs plans La loi e la réfleion La réfleion est le phénomène qui permet à la lumière e subir un changement e irection à la rencontre une interface principalement ans la

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 1

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 1 D O Correction PCS 06 07 RAVAUX DRGÉS DE O Exercice : Loi e Cauchy La formule e Cauchy simplifiée, onnant l inice un verre pour une raiation monochromatique e longueur one λ est : n = A + B λ où A et B

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Fonctions e plusieurs variables November 1, 2004 1 Différentiabilité 11 Motivation Pour une fonction une variable f, éfinie au voisinage e 0, être érivable en 0, c est amettre un éveloppement limité à

Plus en détail

8. Tenue à la mer des talus en enrochements

8. Tenue à la mer des talus en enrochements 8. Tenue à la mer de talu en enrochement 8.1. Introduction Le talu en enrochement prennent une place de plu en plu importante dan la contruction de ouvrage maritime défenif. Cela tient à pluieur raion

Plus en détail

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS CHAITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS Le ytème peuvent préenter une préciion inuffiante, de l intabilité, un temp de répone trop lent, un dépaement trop important, de vibration, une grande enibilité

Plus en détail

SSNS111 - Flexion d une dalle en béton armé sous charge répartie

SSNS111 - Flexion d une dalle en béton armé sous charge répartie Titre : SSNS111 - Flexion d'une dalle en béton armé sous c[...] Date : 25/07/2014 Page : 1/6 SSNS111 - Flexion d une dalle en béton armé sous charge répartie Résumé : Ce test concerne une dalle en béton

Plus en détail

(P) avec ρ(p) : la densité du système matériel au point P ;

(P) avec ρ(p) : la densité du système matériel au point P ; 1 CHPTRE 4 PUNCE ET ÉNERGE 4.1 Puissance es efforts extérieurs oit un ensemble matériel (E, en mouvement par rapport à un repère R. L ensemble matériel (E est soumis à une action mécanique (ponctuelle,

Plus en détail

CALCULER UNE ENVELOPPE CONVEXE

CALCULER UNE ENVELOPPE CONVEXE CALCULER UNE ENVELOPPE CONVEXE 1. Introuction Soit A une partie e R n. De nombreux problèmes géométriques requièrent la étermination e l enveloppe convexe e A. L enveloppe convexe e A sera notée conv(a).

Plus en détail

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée Pr. A. BENCHETTARA USTHB/Fac. CHIMIE/CPMI/LECMCM Mater 2 : MMM REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Minitère de l Eneignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Univerité de Science et

Plus en détail

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES ACCOUNTING FOR THE UNDEGROUND WATER FLOW ON THE THERMAL PERFORMANCE OF GEOTHERMAL DIAPHWAGM WALLS Dina RAMMAL

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE P 010

AVIS TECHNIQUE P 010 AVIS TECHNIQUE P 010 Ponceau CONDUITS MATIÈRE À 2 ÉLÉMENTS (CM2) Fournisseur : Béton Provincial Ltée Mars 2014 AVIS TECHNIQUE P 010 CONDUITS MATIÈRE À 2 ÉLÉMENTS (CM2) 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Description

Plus en détail

Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles

Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles Page 1 sur 26 Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles [Sergio Torres] Sergio Antonio Torres Escobar logout cours myfolder aide -> exercices -> table des matières ->

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Bâtiment

Brevet de technicien supérieur Bâtiment Brevet de technicien supérieur Bâtiment Session 2008 Épreuve U4 : ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous - Epreuve : U. 41 ELABORATION D UNE NOTE DE CALCUL DE STRUCTURES Durée : 4 h Coefficient : 2 Documents du

Plus en détail

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU Schöck Rutherma type,,, Schöck Rutherma type Contenu Page Raccordement en cas de décalage vers le bas 74 Raccordement en cas de décalage vers le haut/informations de mise en œuvre 75 Raccordement à des

Plus en détail

Endommagement des bétons à haute température

Endommagement des bétons à haute température Enommagement e béton à haute température Ghaan Mounaje, Hocine Boua, Abellah Menou, Frééric Gronin To cite thi verion: Ghaan Mounaje, Hocine Boua, Abellah Menou, Frééric Gronin. Enommagement e béton à

Plus en détail

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant :

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant : Univerité Kadi Merbah Ouargla Département d Informatique et de Technologie de l Information 1 ère mater informatique RCS et Fondamentale Module PCSD/Tec_IP Mar 2014 TD1 Couche Phyique Exercice 1 (Vitee

Plus en détail

Application BAEP 1. Flexion composée Diagramme d interaction Exemple d un poteau

Application BAEP 1. Flexion composée Diagramme d interaction Exemple d un poteau Application BAEP 1 Flexion composée Diagramme interaction Exemple un poteau On consière un poteau carré e 60 cm e côté en éton C50. Les efforts à l ELU qui s appliquent sur ce poteau sont N = 3,MN et M

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 3. PRÉSENTATION SUCCINCTE SUR LA CONCEPTION ET LE CALCUL DES POUTRES MIXTES...7 3.1 Généralités sur les planchers...7 3.2 Rappels sur les actions

Plus en détail

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R Suite de cour cour e chéma de commande, comme le ignaux fourni ont trè varié et dépendent du type de convertieur. Il ont claé uivant: - la forme du courant: commande en courant continu ou par impulion;

Plus en détail

Résolution performante des problèmes instationnaires d interaction thermique fluide solide.

Résolution performante des problèmes instationnaires d interaction thermique fluide solide. Congrè Françai e Thermique, SFT 2006, Île e Ré, 16-19 mai 2006 Réolution perormante e problème intationnaire interaction thermique luie olie. Emmanuel RADENAC 1*, Jérémie GRESSIER 1, Pierre MILLAN 1 1

Plus en détail

Maison de Famille PROFILS ACIER PORTES PLIANTES GAMME 16. Photos Thierry BRETON Tous droits réservés

Maison de Famille PROFILS ACIER PORTES PLIANTES GAMME 16. Photos Thierry BRETON Tous droits réservés côté nature LES PLACARDS À LA MESURE DE VOS ENVIES LOFT CONTEMPORAIN Maion de Famille SERVICE PROFILS ACIER Couleur Vitaminée Sifia, c et aui de nombreue olution d aménagement intérieur de votre placard.

Plus en détail

Révision sur les Fondations Superficielles

Révision sur les Fondations Superficielles Révision sur les Fondations Superficielles Problème 1 La figure ci-dessous présente les conditions des sols et de la géométrie pour une semelle simple. On vous demande de dimensionner la largeur de cette

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

VII. Corrigé : Réactions nucléaires et temps de chute libre

VII. Corrigé : Réactions nucléaires et temps de chute libre Cours Astrophysique II, Dr. Pierre North EPFL Section e physique 3e année Série e la semaine No 4 7..009 Semestre automne 009 VII. Corrigé : Réactions nucléaires et temps e chute libre. Réactions nucléaires.

Plus en détail

Chapitre 7 Les sections soumises à l effort tranchant. Section 7.3 Le dimensionnement à l effort tranchant

Chapitre 7 Les sections soumises à l effort tranchant. Section 7.3 Le dimensionnement à l effort tranchant Chapitre 7 Les sections soumises à l effort tranchant Section 7.3 Le dimensionnement à l effort tranchant 7.3.3 un exemple d application au béton armé Section en Té présentée au chapitre.3.. Béton C 30/37

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 3 LES SECTIONS SOUMISES A L EFFORT NORMAL Section 3.2 L effort de compression centrée 3.2.1 Le calcul de la résistance 3.2.1.1 le comportement élastique 3.2.1.2 le

Plus en détail

1 - MODÈLE DE L'OUVRAGE.

1 - MODÈLE DE L'OUVRAGE. Les fiches d'informations du Club Ouvrages Maritimes n 09 (2007) Importance de la modélisation des pieux sur le calcul de l'enveloppe des moments d'une poutre supportant une voie de roulement. par Olivier

Plus en détail

Application d un Onduleur de Tension à Niveaux Multiple pour la Compensation d Energie Réactive

Application d un Onduleur de Tension à Niveaux Multiple pour la Compensation d Energie Réactive ICEEA 8 International Conference on Electrical Engineering an it Application. Sii Bel-Abbè, May &,8 Application un Onuleur e Tenion à Niveaux Multiple pour la Compenation Energie Réactive M. FLITTI M.K.

Plus en détail

LA DROITE. Chapitre Coefficient angulaire d une droite Concept

LA DROITE. Chapitre Coefficient angulaire d une droite Concept Chapitre 17 LA DROITE Dans ce chapitre, nous supposons le plan muni un repère orthonormé (O, i, ). 17.1 Coefficient angulaire une roite 17.1.1 Concept Consiérons une roite 0, comprenant O. 0 y = mx (avec

Plus en détail

Calcul du mur armé Données d'entrée

Calcul du mur armé Données d'entrée Calcul du mur armé Données d'entrée Projet Date : 0.08.006 Paramètres (saisie pour l'étude actuelle) Matériaux et normes Structures en béton : Coefficients EN 99-- : Maçonnerie armée : Calcul des murs

Plus en détail

Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2

Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2 Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2 I. Théorie 1. Contrainte limite d'adhérence Pour qu'un élément béton armé puisse fonctionner, il faut que tous les efforts repris par

Plus en détail

Méthode semi-analytique pour les effets du temps dans les poutres mixtes acier-béton

Méthode semi-analytique pour les effets du temps dans les poutres mixtes acier-béton Méthode emi-analytique pour le effet du temp dan le poutre mixte acier-béton uang-huy Nguyen 1, Mohammed Hjiaj 1, Brian Uy 1 Laboratoire de Génie ivil et Génie Mécanique INA de Renne, 0 avenue de Butte

Plus en détail

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Marcel Hurez Nicolas Juraszek Marc Pelcé AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-381011-7 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12280-0 Symboles et notations A

Plus en détail

ELEMENT FLECHI : Déversement

ELEMENT FLECHI : Déversement ELEMENT FLECHI : Déversement Données Poutre IPE330 uniformément chargée, bi-articulée, et maintenue latéralement aux 2 extrémités. Facteur de sécurité ELU γ G =1.35, γ Q =1.5 γ M0 =1, γ M1 =1 Longueur

Plus en détail

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre Cyril COUERC /03/006 Fabien FONTN Compte Rendu T Mécanique de Fluide : Tn : erte de care dan une conduite de petit diamètre IU Génie Mécanique 005/006 Univerité de ordeaux Science et Tecnoloie ae ur 5

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

Chapitre 5 : Condensateurs et diélectriques

Chapitre 5 : Condensateurs et diélectriques Chapitre 5 : Conensateurs et iélectriques Exercices E. On onne r 0,06 m, le rayon es armatures; onc A πr π (0,06) 36π 0 4 m et 0,00 m, la istance entre les armatures. (a) À partir e l équation 5.3, on

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

TRACTION COMPRESSION EXERCICES

TRACTION COMPRESSION EXERCICES TRACTION COMPRESSION EXERCICES P. VASSART / Bac Construc / IEPSCF NAMUR 1 Problème de contrôle - Effort maximum pouvant être supporté par un élément Concerne : élément de section constante (barre, tige),

Plus en détail

Les isométries du plan

Les isométries du plan Chapitre 8 Le iométrie u plan 1. Symétrie orthogonale (ou ymétrie axiale) Définition. Etant onné une roite u plan, la ymétrie orthogonale axe et la tranformation u plan notée, qui aocie à tout point M

Plus en détail

Protection des installations photovoltaïques contre la foudre et les surtensions

Protection des installations photovoltaïques contre la foudre et les surtensions Protection de intallation photovoltaïque NIT 7.12 Protection de intallation photovoltaïque SEV 4022 1 2 Onduleur 3 E IIE 01.01.2013 Protection de intallation photovoltaïque Protection optimale de l intallation

Plus en détail

Schöck Isokorb modèle K-Eck

Schöck Isokorb modèle K-Eck Schöck Isokorb modèle Schöck Isokorb modèle Selon la norme SIA 262 Contenu Page Calepinage des éléments/remarques 126 Tableaux de dimensionnement 127 Disposition des armatures Schöck Isokorb modèle -CV35

Plus en détail

Éléments de modélisation des structures - problèmes de résistance des matériaux. Dominique Bauer, ing., Ph.D.

Éléments de modélisation des structures - problèmes de résistance des matériaux. Dominique Bauer, ing., Ph.D. Éléments de modélisation des structures - problèmes de résistance des matériaux Dominique Bauer, ing., Ph.D. 1 Problème 1 Une charge de 10 kn est supportée par quatre tiges en acier reliées par des poutres

Plus en détail

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé.

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé. Le redreeur Nou avon vu que, la plupart du temp, l'énergie électrique était fournie par le réeau, et donc par l'intermédiaire d'une tenion inuoïdale. Or, dan de nombreue application (une bonne partie de

Plus en détail

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour 1 Dimenionnement d un moteur ynchrone à aimant permanent démarrant ur le réeau pour pompe immergée Juliette Soulard, Sébatien Cadeau-Belliard*, Katrin Wand* Electrical Machine and Power Electronic Royal

Plus en détail

Béton I Chapitre v. association béton-acier et disposition constructives HADJ SADOK A.

Béton I Chapitre v. association béton-acier et disposition constructives HADJ SADOK A. Chapitre V. ASSOCIATION BETON-ACIER ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES V.1 ASSOCIATION BETON-ACIER L association béton-acier est efficace pour les raisons suivantes : - Le béton résiste à la compression - L

Plus en détail

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité 1 UV Cour 4 Sytème linéaire aervi : analye de la tabilité ASI 3 Contenu! Introduction " Élément d'une tructure d'aerviement! Sytème en boucle fermée "Fonction de tranfert en boucle ouverte notion de chaîne

Plus en détail

Dimensionnement d un bâtiment de 6 étages en béton armé avec murs de contreventements ductiles Préparé par Cécile Haremza, Ingénieur de Recherche ULg.

Dimensionnement d un bâtiment de 6 étages en béton armé avec murs de contreventements ductiles Préparé par Cécile Haremza, Ingénieur de Recherche ULg. 19-1 Dimensionnement un bâtiment e 6 étages en béton armé avec murs e contreventements uctiles Préparé par Cécile Haremza, Ingénieur e Recherche ULg. 1. Introuction Caractéristiques es matériaux Béton

Plus en détail

Exercice n 17 : Poutres simples

Exercice n 17 : Poutres simples Page 1 sur 11 Exercice n 17 : Poutres simples [Sergio Torres] Sergio Antonio Torres Escobar logout cours myfolder aide -> exercices -> table des matières -> glossaire Contact - Questions - Commentaire

Plus en détail

8. Prévision des houles de tempêtes

8. Prévision des houles de tempêtes Le état de mer naturel 08 - Préviion de houle de tempête 8. Préviion de houle de tempête 8.1. Méthodologie Il n'exite pa de méthode théorique trè atifaiante pour prédire le état de mer et le houle de tempête

Plus en détail

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation Chapitre VIII-4 Plan : I- Généralité...2 - Solubilité et contante de olubilité...2 a- Définition...2 b- Mie en olution aqueue d un olide moléculaire an réaction chimique...2 c- Mie en olution aqueue d

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2007-2008 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 18 février 2008) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement

Plus en détail