Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët"

Transcription

1 Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205

2 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés Opértions sur les limites Fonctions monotones Exercices Quelques rppels (Prties mjorées et minorées, Suites... ) Limites Exercices corrigés Continuité 9 2. Définition et propriétés Théorème des vleurs intermédiires Fonction continue sur un intervlle fermé borné Fonction strictement monotone et continue Exercices Exercices corrigés Dérivée Définitions Opértions sur les dérivées Théorème des Accroissements Finis Fonctions de clsse C n Exercices Exercices corrigés Formules de Tylor et développements limités Tylor-Lgrnge Tylor-Young Fonctions nlytiques (hors progrmme...) Développements limités Exemples (formules de tylor, DL) Equivlents Exercices Exercices corrigés

3 5 Intégrle et primitives 2 5. Objectif Intégrle des fonctions en esclier Intégrle des fonctions continues Primitives Intégrtion pr prties, formule de Tylor Théorème de convergence Exercices Exercices corrigés Fonctions réelles de plusieurs vribles Limite, continuité Différentielle, dérivées prtielles Recherche d un extremum Exercices

4 Chpitre Limites. Définition et propriétés Dns tout ce document, on utiliser indifférement le terme fonction et le terme ppliction. Une ppliction (ou une fonction) f de D dns E est l donnée pour tout x D de son imge pr f, notée f(x). (Le domine de définition de f est donc ici l ensemble D.) lorsque nous prlerons d une fonction de R de R, le domine de définition de f ser donc R tout entier. Définition. (Limite finie en un point de R) Soit f une ppliction de D R dns R, R et l R. On suppose qu il existe b, c R t.q. b < < c et D ]b, [ ], c[. On dit que l est limite de f en si pour tout ε > 0, il existe α > 0 t.q. : (x D, x, x α) ( f(x) l ε). Proposition. (Unicité de l limite) Soit f une ppliction de D R dns R et R. On suppose qu il existe b, c R t.q. b < < c et D ]b, [ ], c[. Soit l, m R. On suppose que l est limite de f en et que m est ussi limite de f en. Alors, l = m. Démonstrtion : Soit ε > 0. Comme l est limite de f en, il existe α > 0 t.q. Comme m est limite de f en, il existe β > 0 t.q. x D, x, x α f(x) l ε. x D, x, x β f(x) m ε. On choisit mintennt x = min( + α, + β, +c 2 ). On lors x, x D (cr < x < c), x α et x β. On donc f(x) l ε et f(x) m ε. On en déduit l m 2ε. On insi montré que l m 2ε, pour tout ε > 0. On en déduit que l = m. En effet, si l m on l m > 0. On choisit lors ε = l m 4 et on obtient 2ε = l m 2 et donc 2 (cr ε > 0). Ce qui est bsurde. On donc bien, nécessirement, l = m. ε, Nottion : Si l est limite de f en, on note l = lim x f(x). 3

5 Proposition.2 (Crctéristion séquentielle de l limite) Soit f une ppliction de D R dns R, R et l R. On suppose qu il existe b, c R t.q. b < < c et D ]b, [ ], c[. Alors, l est l limite en de f si et seulement si f trnsforme toute suite convergente vers (et prennt ses vleurs dns D \ {}) en suite convergente vers l, c est-à-dire : (x n ) n N D \ {}, lim n + x n = lim f(x n) = l. n + Démonstrtion : On suppose tout d bord que l = lim x f(x) et on v montrer que f trnsforme toute suite convergente vers (et prennt ses vleurs dns D \ {}) en suite convergente vers l. Soit (x n ) n N D \ {} t.q. lim n + x n =. On veut montrer que lim n + f(x n ) = l, c est-à-dire (pr définition de l limite d une suite) que pout tout ε > 0 il existe n 0 N t.q. n n 0 f(x n ) l ε. (.) Soit donc ε > 0. On cherche à montrer l existence de n 0 donnnt (.). On commence pr remrquer que, comme l = lim x f(x), il existe α > 0 t.q. Puis, comme lim n + x n =, il existe n 0 N t.q. x D, x, x α f(x) l ε. (.2) n n 0 x n α. On donc pour n n 0, x n D, x n (cr l suite (x n ) n N prend ses vleurs dns D \ {}) et x n α. Ce qui donne, pr (.2), f(x n ) l ε. On donc bien n n 0 f(x n ) l ε. On donc bien montré que lim n + f(x n ) = l. Ce qui termine l première prtie de l démonstrtion (c est-à-dire que l = lim x f(x) implique que f trnsforme toute suite convergente vers (et prennt ses vleurs dns D \ {}) en suite convergente vers l.) On montre mintennt l réciproque. On suppose que f trnsforme toute suite convergente vers (et prennt ses vleurs dns D \ {}) en suite convergente vers l. On veut montrer que l = lim x f(x). Pour cel, on v risonner pr l bsurde. On suppose que l n est ps l limite en de f (l fonction f peut lors voir une limite en différente de l ou bien ne ps voir de limite en ) et on v construire une suite (x n ) n N prennt ses vleurs dns D \ {}, t.q. lim n + x n = et l n est ps limite de f(x n ) qund n + (en contrdiction vec l hypothèse). Comme l n est ps l limite en de f, il existe ε > 0 t.q. pour tout α > 0 il existe x t.q. x D, x, x α et f(x) l > ε. (.3) Soit n N. En prennt α = n+ dns (.3), on peut donc choisir un réel x n t.q. x n D, x n, x n n + et f(x n) l > ε. (.4) On insi construit une suite (x n ) n N t.q. (x n ) n N D \ {}, lim n + x n = (cr x n n+ pour tout n) et l n est ps limite de f(x n ) qund n + (cr f(x n ) l > ε pour tout n). Ce qui est bien en contrdiction vec l hypothèse que f trnsforme toute suite convergente vers (et prennt ses vleurs dns D \ {}) en suite convergente vers l. Ce qui termine l démonstrtion de l proposition.2. 4

6 Remrque. Il est souvent prtique d utiliser l crctéristion séquentielle de l limite. Soit, pr exemple, une fonction f de R dns R, A une prtie non vide mjorée de R et l borne supérieure de A. Soit enfin m R. On suppose que. f(x) m pour tout x A, 2. lim x f(x) = f(). On veut montrer que f() m. Bien sûr, ceci est immédit si A (et il suffit lors d utiliser l première condition!) mis est un peu moins immédit si A. Dns ce cs ( A), on remrque qu il existe une suite (x n ) n N d éléments de A t.q. lim n + x n = (ceci est donné dns l proposition.3). Comme lim x f(x) = f(), on donc lim n + f(x n ) = f() et comme f(x n ) m pour tout n N, on en déduit bien que f() m. Proposition.3 Soit A une prtie non vide de R.. On suppose que A est mjorée et on pose = sup(a). Il existe lors une suite (x n ) n N d éléments de A t.q. lim n + x n =. 2. On suppose que A n est ps mjorée. Il existe lors une suite (x n ) n N d éléments de A t.q. lim n + x n = +. Démonstrtion : Cette démonstrtion est lissée en exercice (exercice.6). Définition.2 (Limite finie à droite (ou à guche) en un point de R) Soit f une ppliction de D R dns R, R et l R.. On suppose qu il existe c R t.q. < c et D ], c[. On dit que si l est limite à droite de f en si pour tout ε > 0 il existe α > 0 t.q. : x D, < x + α f(x) l ε. 2. On suppose qu il existe b R t.q. b < et D ]b, [. On dit que l est limite à guche de f en si pour tout ε > 0 il existe α > 0 t.q. : x D, α x < f(x) l ε. Proposition.4 (Unicité de l limite à droite (ou à guche)) Soit f une ppliction de D R dns R et R.. On suppose qu il existe c R t.q. < c et D ], c[. Si f dmet une limite (finie) à droite en, cette limite est unique. 2. On suppose qu il existe b R t.q. b < et D ]b, [. Si f dmet une limite (finie) à guche en, cette limite est unique. Démonstrtion : L démonstrtion de l unicité de l limite à droite est très voisine de l démonstrtion de l unicité de l limite fite pour l proposition.. On reprend ici cette démonstrtion. On suppose que l est limite à droite de f en et que m est ussi limite à droite de f en. Soit ε > 0. Comme l est limite à droite de f en, il existe α > 0 t.q. x D, < x + α f(x) l ε. 5

7 Comme m est limite à droite de f en, il existe β > 0 t.q. x D, < x + β f(x) m ε. On choisit mintennt x = min( + α, + β, +c 2 ). On lors x D, < x + α et < x + β. On donc f(x) l ε et f(x) m ε. On en déduit l m 2ε. On insi montré que l m 2ε, pour tout ε > 0. Comme dns l proposition., on en déduit que l = m. Ce qui donne l unicité de l limite à droite de f en. L démonstrtion de l unicité de l limite à guche est semblble et est lissée en exercice. Nottion : Si l est limite à droite de f en, on note l = lim x,x> f(x). Si l est limite à guche de f en, on note l = lim x,x< f(x). Proposition.5 (Limite=limite à droite et à guche) Soit f une ppliction de D R dns R, R et l R. On suppose qu il existe b, c R t.q. que b < < c et D ]b, [ ], c[. Alors, f dmet l comme limite en si et seulement si f dmet l comme limite à droite et à guche en. Démonstrtion : Cette démonstrtion (dns le cs D = R \ {}) est lissé en exercice (exercice.9). Proposition.6 (Crctéristion séquentielle de l limite à droite) Soit f une ppliction de D R dns R, R et l R. On suppose qu il existe c R t.q. < c et D ], c[. On lors :. l est l limite à droite en de f si et seulement si f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et supérieure à, en suite convergente vers l, c est-à-dire : (x n ) n N D, x n > pour tout n N, lim n + x n = lim f(x n) = l. n + 2. l est l limite à droite en de f si et seulement si f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et décroissnte, en suite convergente vers l, c est-à-dire : (x n ) n N D, < x n+ x n pour tout n N, lim n + x n = lim f(x n) = l. n + Démonstrtion : L démonstrtion du premier item est très voisine de celle fite pour l proposition.2. On reprend donc ici l démonstrtion de l proposition.2. On suppose tout d bord que l = lim x,x> f(x) et on v montrer que f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et supérieure à, en suite convergente vers l. Soit (x n ) n N D t.q. lim n + x n = et < x n pour tout n N. On veut montrer que lim n + f(x n ) = l, c est-à-dire (pr définition de l limite d une suite) que pout tout ε > 0 il existe n 0 N t.q. n n 0 f(x n ) l ε. (.5) Soit donc ε > 0. On cherche à montrer l existence de n 0 donnnt (.5). On commence pr remrquer que, comme l = lim x,x> f(x), il existe α > 0 t.q. x D, < x + α f(x) l ε. (.6) 6

8 Puis, comme lim n + x n = (et que x n > pour tout n N), il existe n 0 N t.q. n n 0 < x n + α. On donc pour n n 0, x n D (cr l suite (x n ) n N prend ses vleurs dns D) et < x n + α. Ce qui donne, pr (.6), f(x n ) l ε. On donc bien n n 0 f(x n ) l ε. On donc bien montré que lim n + f(x n ) = l. Ce qui termine l première prtie de l démonstrtion (c est-à-dire que l = lim x f(x) implique que f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et supérieure à, en suite convergente vers l.) On montre mintennt l réciproque. On suppose que f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et supérieure à, en suite convergente vers l. On veut montrer que l = lim x,x> f(x). Pour cel, on v risonner pr l bsurde. On suppose que l n est ps l limite à droite en de f (l fonction f peut lors voir une limite à droite en différente de l ou bien ne ps voir de limite à droite en ) et on v construire une suite (x n ) n N prennt ses vleurs dns D \ {}, supérieure à, t.q. lim n + x n = et t.q. l n est ps limite de f(x n ) qund n + (en contrdiction vec l hypothèse). Comme l n est ps l limite à droite en de f, il existe ε > 0 t.q. pour tout α > 0 il existe x t.q. x D, < x + α et f(x) l > ε. (.7) Soit n N. En prennt dns (.7) α = n+, on peut donc choisir x n t.q. x n D, < x n + n + et f(x n) l > ε. on obtient insi une suite (x n ) n N D \ {}, supérieure à, tendnt vers, qund n +, et dont l imge pr f ne tend vers l. Ce qui est bien en contrdiction vec l hypothèse que f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et supérieure à, en suite convergente vers l. Ce qui termine l démonstrtion du premier item de l proposition.6. On montre mintennt le deuxième item. L première prtie est immédite. Si l = lim x,x>, l fonction f trnsforme toute suite convergente vers, prennt ses vleurs dns D \ {} et décroissnte, en suite convergente vers l (cr une telle suite est nécessirement supérieure à ). Pour montrer l réciproque, on risonne une nouvelle fois pr l bsurde. On suppose que l n est ps l limite à droite en de f. L démonstrtion du premier item permis de montrer qu il existit ε > 0 et une suite (x n ) n N vérifint < x n, x n D, f(x n ) l > ε pour tout n N et lim x n =. n + Il suffit de modifier légerement cette suite pour l rendre décroissnte. Pour n N on pose y n = min(x 0,..., x n ). L suite (y n ) n N vérifie lors (en remrqunt que y n est l un des x p pour p n et que < y n x n ) < y n+ y n, y n D, f(y n ) l > ε pour tout n N et lim y n =. n + l suite (y n ) n N prend donc ses vleurs dns D\{}, est décroissnte, converge vers et l suite (f(y n )) n N ne converge ps vers l. Ceci est en contrdiction vec l hypothèse. L démonstrtion de l proposition.6 est terminée. 7

9 Bien sûr, une crctéristion nlogue est possible pour l limite à guche. Dns le premier item, on remplce supérieure pr inférieure et dns le deuxième item, on remplce décroissnte pr croissnte, voir l exercice.9. Exemple. On prend ici D =]0, [ et on cherche l limite à droite de f en 0 dns les deux exemples suivnts :. Pour x D, f(x) = sin( x ). Pour cet exemple, f n dmet ps de limite à droite en Pour x D, f(x) = x sin( x ). Pour cet exemple, lim x 0,x>0 f(x) = 0. Définition.3 (Limite infinie en point, limites en ± ) Soit f une ppliction de D R dns R.. Soit R. On suppose qu il existe b, c R t.q. D ]b, [ ], c[ et b < < c. On dit que lim x f(x) = + si pour tout A R il existe α > 0 t.q. : x D, x, x α f(x) A. 2. Soit l R. On suppose qu il existe b R t.q. D ]b, + [. On dit que lim x + f(x) = l si pour tout ε > 0, il existe M > 0 t.q. : x D, x M f(x) l ε. 3. On suppose qu il existe b R t.q. D ]b, + [. On dit que lim x + f(x) = + si pour tout A R il existe M > 0 t.q. : x D, x M f(x) A. Bien sûr, des définitions nlogues existent vec u lieu de + et, dns le cs du premier item, il est ussi possible de définir des limites infinies à droite et à guche. Il est suggéré d écrire de telles définitions. Exemple.2 On prend ici D =]0, [ f(x) = pour x D. On lors ; x2. lim x 0,x>0 f(x) = +, 2. lim x + f(x) = 0..2 Opértions sur les limites Proposition.7 (Limite d une somme, d un produit et d un quotient) Soit f, g deux pplictions de D R dns R et, b, c R t.q. b < < c et D ]b, [ ], c[. Soit l, m R t.q. lim x f(x) = l et lim x g(x) = m. Alors :. lim x (f + g)(x) = l + m, 2. lim x fg(x) = lm, 8

10 3. Si m 0, il existe β > 0 t.q. ] β, [ ], + β[ D et g(x) 0 pour tout x ] β, [ ], + β[ (de sorte que f/g est bien définie sur ] β, [ ], + β[) et on : f lim x g (x) = l m. Démonstrtion : Les items et 3 sont lissés en exercice (exercice.0). On montre ici le deuxième item. On veut montrer que lim x fg(x) = lm, c est-à-dire que pour tout ε > 0 il existe α > 0 t.q. x D, x, x α fg(x) lm ε. (.8) Soit ε > 0. On cherche donc α > 0 vérifint (.8). Pour x D, on rppelle que fg(x) = f(x)g(x). On commence pr remrquer que fg(x) lm = fg(x) lg(x) + lg(x) lm, de sorte que Comme lim x g(x) = m, il existe α > 0 t.q. fg(x) lm f(x) l g(x) + l g(x) m. (.9) x D, x, x α g(x) m ε 2( l + ), de sorte que x D, x, x α l g(x) m ε 2. (.0) Il existe ussi 2 > 0 t.q. x D, x, x α 2 g(x) m g(x) m +, de sorte que x D, x, x α 2 f(x) l g(x) f(x) l ( m + ). (.) Enfin, comme lim x f(x) = l, il existe α 3 > 0 t.q. x D, x, x α 3 f(x) l ε 2( m + ). (.2) On pose mintennt α = min(α, α 2, α 3 ) > 0 et on obtient, grâce ux inéglités (.9)-(.2), Ce qui est (.8) et conclut l démonstrtion. x D, x, x α fg(x) lm ε 2 + ε 2 = ε. Des résultts nlogues à ceux donnés dns l proposition.7 sont possibles si l = ± et (ou) si m = ±. Proposition.8 (pssge à limite dns une inéglité) Soit f, g deux pplictions de D R dns R et, b, c R t.q. D ]b, [ ], c[ vec b < < c. Soit l, m R t.q. lim x f(x) = l et lim x g(x) = m. On suppose que f(x) g(x) pour tout x D. On lors l m. 9

11 Démonstrtion : On commence pr montrer que l m 2ε, pour tout ε > 0. Soit ε > 0. Comme lim x f(x) = l, il existe α > 0 t.q. x D, x, x α f(x) l ε l ε f(x) l + ε. Comme lim x g(x) = m, il existe α 2 > 0 t.q. x D, x, x α 2 g(x) m ε m ε g(x) m + ε. On choisit mintennt x = + α vec α = min(α, α 2, +c 2 ) (de sorte que α α, α α 2, x et x D). On lors l ε f(x) g(x) m + ε. On donc bien montré que l m 2ε pour tout ε > 0. On en déduit que l m 0. En effet, si l m > 0, on pose ε = l m 4 et on obient 4ε = l m 2ε, ce qui est bsurde cr ε > 0. Finlement, on bien montré que l m. Voici une conséquence immédite de l proposition.8. Soit f, g, h trois pplictions de D R dns R et, b, c R t.q. D ]b, [ ], c[ vec b < < c. Soit l, m, k R t.q. lim x f(x) = l, lim x g(x) = m et lim x h(x) = k. On suppose que f(x) h(x) g(x) pour tout x D. On lors l k m. Il suffit en effet d ppliquer l proposition.8 vec le couple f, h et vec le couple h, g. Il est ussi intéressnt de remrquer que si l = m, il est inutile de supposer que h it une limite en. Le fit que h it une limite en (et que cette limite soit l) est lors une conséquence de l encdrement de h entre f et g. Ceci est donné dns l proposition.9. Proposition.9 (Limite pr encdrement) Soit f, g, h trois pplictions de D R dns R et, b, c R t.q. D ]b, [ ], c[ vec b < < c. Soit l R t.q. lim x f(x) = lim x g(x) = l. On suppose que f(x) h(x) g(x) pour tout x D. L fonction h lors une limite en et cette limite est l. (c est-à-dire lim x h(x) = l.) Démonstrtion : Soit ε > 0. Comme lim x f(x) = l, il existe α > 0 t.q. x D, x, x α f(x) l ε l ε f(x) l + ε. Comme lim x g(x) = l, il existe α 2 > 0 t.q. x D, x, x α 2 g(x) l ε l ε g(x) l + ε. On pose lors α = min(α, α 2 ) On lors x D, x, x α l ε f(x) h(x) g(x) l + ε, et donc x D, x, x α h(x) l ε. Ce qui prouve bien que l fonction h une limite en et que cette limite est l. On donne mintennt un résultt (mlheureusement un peu compliqué à énoncer) sur l composition de limites. 0

12 Proposition.0 (Composition de limites) Soit f, g deux pplictions de R dns R et, b, c R. On suppose que lim x f(x) = b et lim x b g(x) = c. On suppose ussi que f(x) b pour tout x R\{}. Alors, lim x g f(x) = c Démonstrtion : Soit ε > 0. On cherche α > 0 t.q. x, x α g(f(x)) c ε. On commence pr utiliser le fit que lim y b g(y) = c. Ceci donne l existence de η > 0 t.q. Puis, comme lim x f(x) = b, il existe α > 0 t.q. y b, y b η g(y) c ε. (.3) x, x α f(x) b η. Comme f(x) b (pour tout x R \ {}), on donc vec (.3) On bien montré que lim x g f(x) = c. x, x α g(f(x)) c ε. Remrque.2 Dns l proposition.0, nous vons pris (pour simplifier l énoncé) des pplictions de R dns R. Mis, cette proposition reste vrie si f est définie que D R et g définie sur E R en supposnt qu il existe γ > 0 t.q. D ] γ, [ ], + γ[ et E ]b γ, b[ ]b, +γ[. Il fut lors commençer pr remrquer que g f est définie sur ensemble qui contient ] δ, [ ], + δ[ pour un certin δ > 0..3 Fonctions monotones Définition.4 (fonctions croissntes) Soit < b + et f une ppliction de ], b[ dns R.. On dit que f est croissnte (ou monotone croissnte) si : x, y ], b[, x < y f(x) f(y). 2. On dit que f est strictement croissnte (ou strictement monotone croissnte) si : x, y ], b[, x < y f(x) < f(y). De mnière nlogue, on définit les fonctions décroissntes. Proposition. (Limites d une fonction monotone) Soit < b + et f une ppliction croissnte de ], b[ dns R. On lors :. L ppliction f dmet en tout point c ], b[ une limite à droite et une limite à guche, encdrnt f(c) (c est-à-dire lim x c,x<c f(x) f(c) lim x c,x>c f(x)). 2. L ppliction f dmet une limite (à guche) finie ou égle à + en b, et l ppliction f dmet une limite (à droite) finie ou égle à en.

13 Démonstrtion : Soit c ], b[. On v montrer que f dmet une limite à guche en c et que cette limite est inférieure ou égle à f(c). On pose A = {f(x), x < c}. L ensemble A est une prtie non vide de R, mjorée pr f(c) (cr f est croissnte), il dmet donc une borne supérieure, que l on note l. On l f(c) (cr f(c) est un mjornt de A). On montre mintennt que l = lim x c,x<c f(x). Soit ε > 0. Comme l ε n est ps un mjornt de A (puisque l est le plus petit des mjornts de A), il existe b A t.q. b > l ε. Il existe donc x 0 < c t.q. f(x 0 ) = b > l ε. On pose α = c x 0. On donc α > 0 et, grâce à l croissnce de f, et donc, comme x 0 = c α et f(x 0 ) = b > l ε, x 0 x f(x 0 ) f(x), c α x l ε < f(x). Pr définition de l on ussi On donc, finlement, x < c f(x) l. c α x < c l ε < f(x) l. Ceci prouve que l = lim x c,x<c f(x). On donc bien montré que f dmet une limite à guche en c et que cette limite est inférieure ou égle à f(c). Un risonnement semblble (non fit ici) permet de montrer que f dmet une limite à droite en c et que cette limite est supérieure ou égle à f(c). Pour montrer que f dmet une limite à guche, finie ou égle à +, en b, on pose Im(f) = {f(x), x ], b[}. Si Im(f) est mjorée, on note β l borne supérieure de Im(f). L croissnce de f permet lors de montrer que β = lim x b,x<b f(x). Cette démonstrtion est lissée ici en exercice. Si Im(f) n est ps mjorée, l croissnce de f permet de montrer que lim x b,x<b f(x) = +. Cette démonstrtion est ussi lissée ici en exercice. Bien sûr, les démonstrtions pour trouver l limite à droite en sont très voisines. Remrque.3 Soit < b + et f une ppliction croissnte de ], b[ dns R. On pose α = lim x,x> f(x) et β = lim x b,x<b f(x) (on rppelle que α R { } et β R {+ }). Si f n ps de sut (c est-à-dire lim x c,x<c f(x) = lim x c,x>c f(x) pour tout c ], b[), l ppliction f est lors une bijection de ], b[ dns ]α, β[. Nous démontrerons cette propriété u chpitre 2, section Exercices.4. Quelques rppels (Prties mjorées et minorées, Suites... ) Exercice. Soit, b R. Montrer les implictions suivntes :. ( ε > 0, < ε) = 0. 2

14 2. ( ε > 0, < b + ε) b. 3. ( ε > 0, b < ε) = b. Pour les exercices suivnts, on rppelle que si A est une prtie non vide mjorée de R, il existe un nombre réel, noté sup(a), qui est le plus petit des mjornts de A. De même, si A est une prtie non vide minorée de R, il existe un nombre réel, noté inf(a), qui est le plus grnd des minornts de A. Exercice.2 Soit A est une prtie non vide mjorée de R. On pose A = {, A}. Montrer que A est une prtie non vide minorée R. Comprer inf( A) et sup(a). Exercice.3 Soit A et B deux prties non vides de R t.q. A B. On suppose que B est mjorée. Montrer que A est mjorée et que sup(a) sup(b). Cette dernière inéglité est-elle nécessirement stricte si l inclusion de A dns B est stricte? Exercice.4 Soit A et B deux prties non vides mjorées de R. On pose A + B = { + b, A et b B}. Montrer que A + B est mjorée et comprer sup(a + B) et sup(a) + sup(b). Exercice.5. Montrer que toute suite convergente dns R est bornée (c est-à-dire mjorée et minorée). 2. Montrer que toute suite croissnte mjorée est convergente dns R. Exercice.6 Soit A une prtie non vide de R.. On suppose que A est mjorée et on pose = sup(a). Montrer qu il existe une suite d éléments de A qui converge vers. 2. On suppose que A n est ps mjorée. Montrer qu il existe une suite d éléments de A qui converge vers l infini. Exercice.7 (Moyennes hrmonique et rithmétique). Montrer que, pour tout, b R t.q. 0 < < b, on : < 2b + b < + b < b Soit u 0, v 0 R t.q. 0 < u 0 < v 0. On définit, pr récurrence, les suites (u n ) n N et (v n ) n N pr : u n+ = 2u nv n, v n+ = u n + v n. u n + v n 2 () Montrer que les suites (u n ) n N et (v n ) n N sont bien définies et que u n, v n > 0 pour tout n N. Montrer que les suites (u n ) n N et (v n ) n N sont convergentes (dns R). (b) Montrer que lim n + u n = lim n + v n. (c) Vérifier que l suite (u n v n ) n N est constnte. (d) Donner l limite commune ux suites (u n ) n N et (v n ) n N. 3

15 .4.2 Limites Exercice.8 Soit l R, R, (u n ) n N une suite et f une ppliction de R dns R. Ecrire à l ide des quntificteurs les phrses suivntes :.. L suite (u n ) n N ne tend ps vers l qund n tend vers L suite (u n ) n N tend vers + qund n tend vers f(x) ne tend ps vers l qund x tend vers. 4. f(x) ne tend ps vers l qund x tend vers +. Exercice.9 (Limite, limite à droite et limite à guche) Soit R et l R. Soit f une ppliction définie sur A = R \ {} à vleurs dns R.. Montrer que f dmet l comme limite en si et seulement si f dmet (en ) l comme limite à droite et comme limite à guche. 2. Montrer que f dmet l comme limite à guche en si et seulement si f vérifie l condition suivnte : Pour toute suite (x n ) n N de points de A, x n, qund n + lim f(x n) = l, n + où x n qund n + signifie = lim n + x n et x n+ x n pour tout n N. 3. Reprendre les questions et 2 vec l = et vec l =. Exercice.0 (Opértions sur les limites) Soit, b R, < b et I =], b[. Soit f et g deux pplictions de I dns R et l, m R. On suppose que l = lim x, x> f(x) et m = lim x, x> g(x).. Montrer que l + m = lim x, x> (f + g)(x). 2. On suppose que m 0. Montrer qu il existe c ], b[ t.q. g(x) 0 pour tout x J =], c[. Montrer que l m = lim x, x> f(x) g(x). 3. On suppose que m = 0, l > 0 et que g(x) > 0 pour tout x I. Montrer que lim x, x> f(x) g(x) =. 4. On prend ici = 0, b =, f(x) = sin( x ) et g(x) = x. Les pplictions fg et f/g (qui est bien définie sur I) ont-elles une limite à droite en 0? Exercice. (Quelques exemples... ) Pour les exemples suivnts, l fonction f est définie sur I = R.. On définit f pr f(x) = x + x 2 x pour x 0 et f(0) =. L ppliction f -t-elle une limite en 0? une limite à droite en 0? une limite à guche en 0? 4

16 2. On définit f pr f(x) = x 2 + x + (x + ) pour tout x. Quelle l limite de f en +? 3. On définit f pr f(x) = sin( x 2 ) x pour x 0 et f(0) =. L ppliction f -t-elle une limite en 0? une limite à droite en 0? une limite à guche en 0? 4. Pour x R, on note E(x) = sup{n Z; n x}. On définit f pr f(x) = x x E(x) pour tout x 0. Soit n Z, L ppliction f -t-elle une limite en n? une limite à droite en n? une limite à guche en n? Exercice.2 (Autres exemples... ). f(x) = x 3 3x+2 2x 2 x pour x ]0, [. Quelle est l limite (à guche) de f en? 2. f(x) = x+3 4x+3 x+4 2x+4 pour x ]0, [. Quelle est l limite (à droite) de f en 0? 3. Soit > 0. On définit f pr f(x) = (+x) x pour x ]0, [. Quelle est l limite (à droite) de f en 0? 4. f(x) = ( + sin x) x pour x ]0, [. Quelle est l limite (à droite) de f en 0? Exercice.3 (Fonction périodique dmettnt une limite) Soit f une ppliction de R dns R. on suppose qu il existe T > 0 t.q. f(x + T ) = f(x) pour tout x R (on dit lors que f est périodique de période T ). On suppose de plus que f dmet une limite finie, notée l, en +. Montrer que f est une fonction constnte. Exercice.4 (Limite en + ) Soit f : R R définie pr f(x) = sin(x) pour tout x R. L fonction f dmet-elle une limite en +? Exercice.5 (Point fixe d une ppliction croissnte) Soit I = [0, ] et f une ppliction croissnte de I dns I. On pose A = {x I, f(x) x}. Montrer que :. A, 2. x A f(x) A. 3. A possède une borne inférieure I. 4. f() =. (Toute ppliction croissnte de [0, ] dns [0, ] dmet donc un point fixe.) Exercice.6 (Densité de Q dns R) Pour tout x R et tout ε > 0, construire x ε Q tel que x x ε ε. Exercice.7 (Moyenne de Cesàro) Soit (u n ) n N une suite de nombres complexes. On définit l suite (v n ) n N pr v n = u+...+un n.. Soit l C. On suppose (dns cette question) que lim n + u n = l. Montrer que lim n + v n = l. 2. On suppose mintennt que u n R, pour tout n N. () Montrer que lim n + u n = + implique lim n + v n = +. 5

17 (b) On suppose que l suite (u n ) n N est croissnte. Soit l R +, montrer que lim v n = l lim u n = l. n + n + 3. (Générlistion) Soit (λ n ) une suite de nombres réels strictement positifs. Soit l C. On suppose que lim n + u n = l et que lim λ k ) = +. Pour n N, on pose Montrer que lim n + w n = l. 4. Montrer que n + ( k=n w n = k= k=n k= λ ku k k=n k= λ. k n n lim =. n + n 5. Soit l C. On suppose que lim n + (u n+ u n ) = l. Montrer que lim n + u nn = l..5 Exercices corrigés Exercice.8 (Corrigé de l exercice.) Pour les exemples suivnts, l fonction f est définie sur I = R.. On définit f pr f(x) = x + x 2 x pour x 0 et f(0) =. L ppliction f -t-elle une limite en 0? une limite à droite en 0? une limite à guche en 0? Pour x > 0, on f(x) = x +. On donc lim x 0,x>0 f(x) =. L fonction f donc une limite à droite en 0. Pour x < 0, on f(x) = x (cr x 2 = x). On donc lim x 0,x<0 f(x) =. L fonction f donc une limite à guche en 0. Comme lim x 0,x>0 f(x) lim x 0,x<0 f(x), l fonction f n ps de limite en On définit f pr f(x) = x 2 + x + (x + ) pour tout x. Quelle l limite de f en +? Pour x > 0, on : f(x) = ( x 2 + x + (x + ))( x 2 + x + + (x + )) x2 + x + + (x + ) = x2 + x + (x + ) 2 x2 + x + + (x + ), et donc f(x) = x x2 + x + + (x + ) =. + x + x x On en déduit que lim x + f(x) = 2. 6

18 3. On définit f pr f(x) = sin( x 2 ) x pour x 0 et f(0) =. L ppliction f -t-elle une limite en 0? une limite à droite en 0? une limite à guche en 0? Pour x > 0, on f(x) = sin(x) x. L fonction sin est dérivble et s dérivée est l fonction cos. L limite à droite en 0 de f est donc cos(0), c est-à-dire lim x 0,x>0 f(x) =. L fonction f donc une limite à droite en 0. Pour x < 0, on f(x) = sin( x) x une limite à guche en 0. = sin(x) x. On donc lim x 0,x<0 f(x) =. L fonction f donc Comme lim x 0,x>0 f(x) lim x 0,x<0 f(x), l fonction f n ps de limite en Pour x R, on note E(x) = sup{n Z; n x}. On définit f pr f(x) = x x E(x) pour tout x 0. Soit n Z, L ppliction f -t-elle une limite en n? une limite à droite en n? une limite à guche en n? Pour x [n, n[, on E(x) = n et donc f(x) = x x n +. lim x n,x<n f(x) = n. L fonction f donc une limite à guche en n. On en déduit que Pour x [n, n+[, on E(x) = n et donc f(x) = x x n. On en déduit que lim x n,x>n f(x) = n. L fonction f donc une limite à droite en n. Comme lim x n,x>n f(x) lim x n,x<n f(x), l fonction f n ps de limite en n. Exercice.9 (Corrigé de l exercice.3) Soit f une ppliction de R dns R. on suppose qu il existe T > 0 t.q. f(x + T ) = f(x) pour tout x R (on dit lors que f est périodique de période T ). On suppose de plus que f dmet une limite finie, notée l, en +. Montrer que f est une fonction constnte. Soit x R, on v montrer que f(x) = l. On commence pr montrer, pr récurrence sur n, que f(x) = f(x + nt ) pour tout n N. En effet, pour n =, l hypothèse sur f donne bien f(x) = f(x + T ). Puis, soit n N. On suppose que f(x) = f(x + nt ). L hypothèse sur f, utilisée vec le point x + nt, donne f(x + nt ) = f(x + nt + T ). On en déduit que f(x) = f(x + (n + )T ). On bien insi montré, pr récurrence sur n, que f(x) = f(x + nt ) pour tout n N. On remrque mintennt que lim n + (x + nt ) = +. Comme f dmet l comme limite en +, on donc lim n + f(x + nt ) = l, et donc f(x) = l. Ce qui prouve que f est l fonction constnte et égle à l. Exercice.20 (Corrigé de l exercice.4) Soit f : R R définie pr f(x) = sin(x) pour tout x R. L fonction f dmet-elle une limite en +? L fonction f n ps de limite en +. En effet, supposons que f it une limite en +, notée l (vec l R {+ } { }). Toute suite convergent vers + est lors trnsformée en une suite ynt l pour limite. En prennt l suite (x n ) n N vec x n = 2nπ pour tout n N, on en déduit que l = 0. Puis, en prennt l suite (y n ) n N vec y n = 2nπ + π 2, on en déduit que l =. Ceci prouve que f n ps de limite en +. 7

19 Une utre démonstrtion possible consiste à utiliser l exercice.9. 8

20 Chpitre 2 Continuité 2. Définition et propriétés Définition 2. (Continuité en un point) Soit f une ppliction de D R dns R et D.. On dit que f est continue en si pour tout ε > 0, il existe δ > 0 t.q. : x D, x δ f(x) f() ε. 2. On dit que f est séquentiellement continue en si f trnsforme toute suite convergente vers en suite convergente vers f(), c est-à-dire : (x n ) n N D, lim n + x n = lim f(x n) = f(). n + Remrque 2. Sous les hypothèses de l définition 2. et si il existe b, c R t.q. b < < c et D ]b, [ ], c[, il est fcile de voir que f est continue en si et seulement si f() = lim x f(x). Théorème 2. (Continuité versus continuité séquentielle) Soit f une ppliction de D R dns R et D. Alors, f continue en si et seulement si f est séquentiellement continue en. Démonstrtion : L démonstrtion n est ps détillée ici. Il suffit essentiellement de reprendre celle de l proposition.2. Remrque 2.2 L continuité en un point est une propriété locle. En effet, Soit f une ppliction de D R dns R et D. Soit γ > 0. On pose D = D ] γ, + γ[. On ppelle f l restriction de f D (c est-à-dire que f est définie sur D et f = f sur D). Alors, f est continue en si et seulement si f est continue en. Définition 2.2 (Continuité) Soit f une ppliction de D R dns R. on dit que f est continue si f est continue en tout point de D. Remrque 2.3 Une ppliction f de R dns R peut être continue en tout point de R, elle peut être continue en certins points de R et non continue en d utres points. Enfin, elle peut ussi être continue en ucun point de R. C est le cs, pr exemple, de l fonction f définie pr f(x) = si x Q et f(x) = 0 si x R \ Q. 9

21 On donne mintennt l définition de l continuité uniforme, plus forte que l continuité. Définition 2.3 (Continuité uniforme) Soit f une ppliction de D R dns R. on dit que f est uniformément continue si pour tout ε > 0, il existe δ > 0 t.q. : x, y D, x y δ f(y) f(x) ε. Exemple 2. On prend ici D =]0, [ et f(x) = x pour x ]0, [. L ppliction f est continue (c est-àdire continue en tout point de D) mis n est ps uniformément continue. Proposition 2. (Somme, produit et quotient d pplictions continues) Soit f, g deux pplictions de D R dns R et D. On suppose que f et g sont continues en. Alors :. L ppliction f + g est continue en, 2. L ppliction fg est continue en, 3. Il existe β > 0 t.q. g(x) 0 pour x D ] β, + β[ et f/g (qui est bien définie pour x D ] β, + β[) est continue en. Démonstrtion : Ici ussi, il suffit essentiellement de reprendre l démonstrtion de l proposition.7. Proposition 2.2 (Continuité de l composée) Soit f une ppliction de D R dns R et g une ppliction de E R de R. On suppose que Im(f) = {f(x), x D} E (de sorte que g f est définie sur D). Soit D. On suppose que f est continue en et g est continue en f(). Alors, g f est continue en. Démonstrtion : Ici ussi, il suffit essentiellement de reprendre l démonstrtion de l proposition Théorème des vleurs intermédiires Théorème 2.2 (Théorème des vleurs intermédiires) Soit, b R, < b, et f une ppliction continue de [, b] dns R. Alors, l ppliction f prend toutes les vleurs comprises entre f() et f(b) (c est-à-dire que pour tout γ pprtennt à l intervlle dont les bornes sont f() et f(b), il existe c [, b] t.q. f(c) = γ). Démonstrtion : On distingue deux cs possibles. Premier cs. On suppose que f() f(b). Soit γ [f(), f(b)]. On pose A = {x [, b] t.q. f(x) γ}. L ensemble A est non vide (cr il contient ) et est mjoré pr b. Il dmet donc une borne supérieure que nous notons c. On, bien sûr, c b ( A et b est un mjornt de A). On v montrer que f(c) = γ. On commence pr remrquer qu il existe une suite (c n ) n N de points de A t.q. lim n + c n = c (voir, pr exemple, l exercice.6). Pr continuité de f en c, on donc f(c) = lim n + f(c n ) et donc, comme f(c n ) γ pour tout n N, on en déduit f(c) γ. 20

22 On suppose mintennt que f(c) < γ (et on v montrer que ceci est impossible). On donc c < b (cr f(b) γ). On pose ε = γ f(c) > 0. Pr continuité de f en c, il existe donc α > 0 t.q. x [, b], x c α f(x) f(c) ε. On donc, en prticulier, vec β = min(α, b c) > 0, c x c + β f(x) f(c) + ε = γ. Ceci prouve que (pr exemple) c + β A, en contrdiction vec l définition de c (qui est c = sup A). On insi montré que f(c) n est ps strictement inférieur à γ. On donc f(c) = γ. Deuxième cs. On suppose que f() > f(b). Soit γ [f(b), f()]. On montre lors qu il existe c [, b] t.q. f(c) = γ pr un risonnement semblble u précédent en prennt A = {x [, b] t.q. f(x) γ}. Ce risonnement n est ps détillé ici. Remrque 2.4 Voici deux conséquences immédites du théorème des vleurs intermédiires.. Soit, b R, < b, et f une ppliction continue de [, b] dns R. Alors {f(x), x [, b]} contient l intervlle dont les bornes sont f() et f(b). 2. Soit I un intervlle de R et f une ppliction continue de I dns R. Alors, f vérifie l propriété des vleurs intermédiires, c est à dire : Pour tout, b I, < b, {f(x), x [, b]} contient l intervlle dont les bornes sont f() et f(b). Remrque 2.5 Soit I un intervlle de R et f une ppliction de I dns R. L remrque précédente montre que l continuité de f implique que f vérifie l propriété des vleurs intermédiires. L réciproque est fusse, c est-à-dire que le fit que f vérifie l propriété des vleurs intermédiires n implique ps l continuité de f. (L propriété des vleurs intermédiires peut être présentée comme une sorte de continuité vec l notion d ordre dns R, lors que l continuité fit plutôt ppel à l notion de distnce.) Nous verrons u chpitre 3 que si f est dérivble de ], b[ dns R, lors f vérifie l propriété des vleurs intermédiires mis n est ps toujours continue. 2.3 Fonction continue sur un intervlle fermé borné Théorème 2.3 (fonction continue sur un compct) Soit, b R, < b, et f une ppliction continue de [, b] dns R. Alors, l ppliction f est bornée et tteint ses bornes. (c est-à-dire qu il existe m, M R et c, d [, b] t.q. f(c) = m, f(d) = M et, pour tout x [, b], m f(x) M.) Démonstrtion : Etpe On montre tout d bord que f est mjorée (c est-à-dire que Im(f) = {f(x), x [, b]} est mjorée). Pour cel, on risonne pr l bsurde. On suppose donc que f n est ps mjorée. Soit n N. Comme f n est ps mjorée, l ensemble A n = {x [, b] t.q. f(x) n} est non vide. Comme cet ensemble est mjoré pr b, il dmet une borne supérieure, notée x n, et on x n [, b]. On sit ussi que x n est limite d une suite de point de A n (voir l exercice.6). Il existe donc une suite (x n,k ) k N d élément de A n t.q. lim k + x n,k = x n (noter que n est ici fixé). Comme x n,k A n, on f(x n,k ) n et comme f est continue en x n, on lim k + f(x n,k ) = f(x n ). On en déduit que f(x n ) n (noter bien encore que n est ici fixé). 2

23 L suite (x n ) n N est décroissnte (cr A n+ A n ) et minorée (pr ). Elle est donc convergente dns R. On pose x = lim n + x n. Comme x n b pour tout n N, on ussi x b, et comme f est continue en x, on lim n + f(x n ) = f(x), ce qui impossible cr f(x n ) n pour tout n N (et donc lim n + f(x n ) = + ). On donc montré que f est mjorée. Un risonnement similire non fit ici permet de montrer que fest minorée. Etpe 2 On note M = sup{im(f)}. On montre mintennt qu il existe d [, b] t.q. f(d) = M. Pour cel, on utilise un risonnement semblble à celui de l première étpe. Soit n N, On pose M n = M n et B n = {x [, b] t.q. f(x) M n }. Comme M n n est ps un mjornt de Im(f), l ensemble B n est non vide. Comme cet ensemble est mjoré pr b, il dmet une borne supérieure, notée y n, et on y n [, b]. Comme y n est limite d une suite de point de B n et que f est continue en y n, on donc f(y n ) M n. (On risonné ici comme à l première étpe. Noter ussi que f(y n ) M cr M = sup{im(f)}.) L suite (y n ) n N est décroissnte (cr B n+ B n ) et minorée (pr ). Elle est donc convergente dns R. On pose d = lim n + y n. Comme y n b, pour tout n N, on ussi d b et, comme f est continue en d, on lim n + f(y n ) = f(d). On en déduit que f(d) = M en pssnt à l limite sur les inéglités M n = M n f(y n) M. Un risonnement similire non fit ici permet de montrer qu il existe c [, b] t.q. f(c) = m = inf(im(f)). Exemple 2.2 On prend ici I =]0, [ et f(x) = /x pour x ]0, [. Pour cet exemple, l ppliction f est non mjorée et elle est minorée mis s borne inférieure est non tteinte. Le théorème 2.2 permet de montrer que l imge d un intervlle pr une ppliction continue est un intervlle. Avec le théorème 2.3, on même que l imge pr une ppliction continue d un intervlle fermé borné est un intervlle fermé borné. Ceci est donné dns le théorème 2.4. Théorème 2.4 (Imge d un intervlle pr une ppliction continue) Soit I intervlle (non vide) de R et f une ppliction continue de I dns R. On pose Im(f) = {f(x), x I}. Alors :. L ensemble Im(f) est un intervlle. (Autrement dit, l imge pr une ppliction continue d un intervlle est un intervlle.) 2. Si I = [, b] vec, b R, < b, on Im(f) = [m, M] vec m, M R (on peut noter que m = inf(im(f)) et M = sup(im(f))). (Autrement dit, l imge pr une ppliction continue d un intervlle fermé borné est un intervlle fermé borné.) Démonstrtion : On montre tout d bord le er item du théorème. Si Im(f) est minorée, on pose α = inf(im(f)). Si Im(f) n est ps minorée, on pose α = (dns ce cs, on pose ussi inf(im(f)) = ). De même, si Im(f) est mjorée, on pose β = sup(im(f)). Si Im(f) n est ps mjorée, on pose β = + (dns ce cs, on pose ussi sup(im(f)) = + ). L définition de α et β donne donc imméditement que Im(f) [α, β]. Pour montrer que Im(f) est un intervlle, il suffit de montrer que ]α, β[ Im(f). Soit γ ]α, β[. Comme γ n est ps un minornt de Im(f), il existe I t.q. f() < γ. De même, Comme γ n est ps un mjornt de Im(f), il existe b I t.q. f(b) > γ. le nombre γ est donc compris entre f() 22

24 et f(b). Comme f est continue sur l intervlle fermé borné dont les bornes sont et b, le théorème des vleurs intermédiires (théorème 2.2) donne qu il existe x entre et b (et donc x dns I) t.q. f(x) = γ. On donc bien montré que ]α, β[ Im(f) et donc que Im(f) est un intervlle (c est un intervlle dont les bornes sont α et β). On montre mintennt le deuxième item du théorème. Le théorème 2.3 montre qu il existe m, M R et c, d [, b] t.q. f(c) = m, f(d) = M et que Im(f) [m, M). Puis le théorème des vleurs intermédiires (théorème 2.2) montre que pour tout γ [m, M], il existe x entre c et d (et donc x [, b]) t.q. f(x) = γ. On en déduit que Im(f) = [m, M]. 2.4 Fonction strictement monotone et continue Théorème 2.5 Soit I un intervlle (de R) dont les extrémités sont et b, vec < b +, et f une ppliction strictement croissnte, continue, de I dns R. On pose Im(f) = {f(x), x I}, α = inf(im(f)) (vec inf(im(f)) = si Im(f) est non minorée), β = sup(im(f)) (vec sup(im(f)) = + si Im(f) est non mjorée). Alors :. Im(f) est un intervlle dont les extrémités sont α et β. On note J cet intervlle. 2. Si I =], b[, on lors J =]α, β[. 3. L ppliction f est bijective de I dns J. 4. On note g l fonction réciproque de f (c est-à-dire g définie de J dns I t.q. g f(x) = x pour tout x I et f g(x) = x pour tout x J). L ppliction g est continue et strictement croissnte (de J dns I). Démonstrtion :. Le théorème 2.4 donne que Im(f) est un intervlle. L définition de α et β donne lors que les extrémités de cet intervlle sont α et β. 2. Pour montrer que Im(f) =]α, β[ (lorsque I =], b[), il suffit de montrer que α Im(f) et β Im(f). Pour cel, on risonne pr l bsurde. On suppose que α Im(f). Il existe lors c ], b[ t.q. f(c) = α (et donc α R). Mis, en prennt y ], c[, on lors, grâce à l stricte croissnce de f, f(y) < f(c) = α, ce qui contrdictoire vec l définition de α. Donc, α Im(f). De mnière nlogue, on peut montrer que β Im(f). On bien insi montré que Im(f) =]α, β[. 3. L fonction f est surjective de I dns J (cr J = Im(f)). Il reste à montrer que f est injective, mis ceci est une conséquence simple de l stricte croissnce de f. En effet, soit x, y I, x y. Si x > y, on f(x) > f(y). Si x < y, on f(x) < f(y). Dns les deux cs, on donc f(x) f(y), ce qui prouve l injectivité de f. L ppliction f est donc bien une bijection de I dns J. 4. On note g l fonction réciproque de f (g est donc définie de J dns I). On remrque tout d bord que g est strictement croissnte. En effet, soit x, y J, x < y. Si g(x) g(y), on, pr l croissnce de f, x = f(g(x)) f(g(y)) = y, ce qui est impossible. On donc g(x) < g(y), ce qui prouve que g est strictement croissnte. Il reste à montrer que g est continue en tout point de J. Soit α < γ < β. Comme g est croissnte, g dmet des limites à droite et à guche en γ, notées g l (γ) et g r (γ), et ces limites encdrent g(γ) (proposition.). Plus précisément : lim g(x) = sup{g(x), x < γ} = g l(γ) g(γ) g r (γ) = inf{g(x), x > γ} = lim g(x). x γ,x<γ x γ,x>γ 23

25 Mis, comme Im(g) est un intervlle (cr Im(g) = I) l ensemble [g l (γ), g r (γ)] est inclus dns Im(g), ce qui n est possible que si g l (γ) = g r (γ). On donc g l (γ) = g(γ) = g r (γ), ce qui prouve que g est continue en γ. Un risonnement nlogue prouve que g est continue en α si α J (on considère lors l limite à droite de g en α et on montre qu elle est égle à ) et que g est continue en β si β J (on considère lors l limite à guche de g en β et on montre qu elle est égle à b). Ceci termine l démonstrtion de ce théorème. Exemple 2.3 On prend dns cette exemple I =] π/2, π/2[ et, pour x I, f(x) = tn(x). L fonction f est continue strictement croissnte de I dns R. On α = inf(imf) = et β = sup(imf) = +. Le théorème 2.5 donne lors que f est une bijection de I dns J vec J = R et que s fonction réciproque est continue strictement croissnte de J dns I. Cette fonction réciproque est l fonction rctn. 2.5 Exercices Exercice 2. (Fonction continue, non nulle en un point) Soit f une fonction de R dns R et R. On suppose que f est continue en et que f() 0. Montrer que f est non nulle sur un intervlle ouvert contennt. Exercice 2.2 (Fonction lipschitzienne) Soit f : R R et k R +. On suppose que f(x) f(y) k x y pour tout x, y R. Montrer que f est continue (sur tout R). Exercice 2.3 Pour quelle vleur de α l fonction f, définie ci-près, est-elle continue sur R? { x 3 8 f(x) = x 2 si x 2 α si x = 2. Exercice 2.4 (Fonctions monotones) Soit, b R, < b et I =], b[. Soit f une ppliction strictement croissnte de I dns R. On pose A = {f(x), x I}, α = inf A et β = sup A. (Si A est non minorée, on pose inf A =. Si A est non mjorée, on pose sup A = +.). Montrer que lim x f(x) = α (on pourr distinguer les cs α R et α = ). Montrer que lim x b f(x) = β. 2. Soit c I. Montrer que f dmet une limite à droite en c, notée f d (c), et une limite à guche en c, notée f g (c). Montrer que f g (c) f(c) f d (c). 3. On suppose que f d (c) = f g (c) pour tout c I (vec f d et f g définies à l question précédente). Montrer que f est continue et que f est bijective de ], b[ dns ]α, β[. Exercice 2.5 (Polynôme de degré impir) Montrer que toute fonction polynôme de R dns R, de degré impir, s nnule en u moins un point. Exercice 2.6 (Existence d un mximum) 24

26 Soit f une fonction continue de R + dns R +. On suppose que lim x f(x) = 0. Montrer que f dmet un mximum (c est-à-dire qu il existe R + t.q., pour tout x R +, f(x) f()). Exercice 2.7 (Injectivité et continuité donne monotonie) Soit, b R, < b, et f [, b] R continue et injective. Montrer que f est monotone. [Utiliser le théorème des vleurs intermédiires.] Exercice 2.8 (Prolongement pr continuité) Soit f l ppliction de R \ {, } dns R définie pr :. L fonction f est-elle continue en 0? 2. Clculer lim x f(x) et lim x f(x). f(x) = x3 2x 2 x + 2. x 3. Existe-t-il une fonction g définie et continue sur R et qui est égle à f sur R \ {, }? Exercice 2.9 Soit f et g deux fonctions de [0, ] dns R, continues et t.q. f(0) = g() = 0 et g(0) = f() =. Montrer que : λ R +, x [0, ], f(x) = λg(x). Exercice 2.0 (Vleur intermédiire) Soit f une fonction continue de [0, ] dns R.. Montrer que pour tout t [0, ], l ensemble {s [0, ] t.q. f(s) = f(0)+f(t) 2 } est non vide. Pout t [0, ], on pose ϕ(t) = inf{s [0, ] t.q. f(s) = f(0)+f(t) 2 }. 2. Soit t [0, ], montrer que ϕ(t) [0, ] et que f(ϕ(t)) = f(0)+f(t) Montrer que si f est strictement croissnte, l ppliction ϕ insi définie de [0, ] dns [0, ] est continue. 4. Donner un exemple de fonction f pour lequel l fonction ϕ n est ps continue. Exercice 2. (Fonction dont l imge est discrète) Soit f : R R une fonction continue (c est-à-dire continue en tout point de R). On suppose que f(x) {0, }, pour tout x R. Montrer que f est constnte. [utiliser le théorème des vleurs intermédiires.] Exercice 2.2 (Continuité de mx et min ). Montrer que, pour tout x, y R, mx{x, y} = 2 (x + y + x y ) et min{x, y} = 2 (x + y x y ). 2. Soit f et g deux pplictions de R dns R. On définit les pplictions f g et f g de R dns R pr : (f g)(x) = mx{f(x), g(x)}, (f g)(x) = min{f(x), g(x)}, pour x R. Soit R. On suppose que f et g sont continues en. Montrer que f g et f g sont continues en. 25

27 Exercice 2.3 (Convexe implique continue) Soit f une ppliction de R dns R. On suppose que f est convexe, c est à dire que f(tx + ( t)y) tf(x) + ( t)f(y) pour tout t [0, ] et pour tout x, y R. On pose α = f() f(0), β = f(0) f( ) et γ = mx{ α, β }.. Soit x ]0, [. Montrer que βx f(x) f(0) αx. [Utiliser le fit que x = t + ( t)0, vec t = x, et 0 = tx + ( t)( ), vec t = +x.] 2. Soit x ], [. Montrer que f(x) f(0) γ x. En déduire que f est continue en Montrer que f est continue en tout point de R. Exercice 2.4 (Borne supérieure tteinte) Soit f une ppliction continue de R + dns R + (on rppelle que R + = [0, [). On suppose que lim x f(x) = 0. Montrer que l ensemble {f(x), x R + } est mjoré et qu il existe R + t.q. f() = sup{f(x), x R + }. Exercice 2.5 (Exercice sur les vleurs intermédiires) Soit f une ppliction continue de [0, ] dns R t.q. f(0) = f(). Soit n N. pour x [0, n ], on pose g(x) = f(x + n ) f(x).. Montrer que n k=0 g( k n ) = Montrer qu il existe x 0, x [0, n ] t.q. g(x 0) 0 et g(x ) Montrer qu il existe x [0, n ] t.q. f(x + n ) = f(x). Exercice 2.6 (Prolongement pr continuité) Pour x ]0, [, on pose f(x) = Exercice 2.7 (Point fixe) x ln(x). Peut on prolonger f pr continuité en 0 et en? Soit f une fonction continue de [0, ] dns [0, ] et vérifint. Montrer que f est injective. 2. Montrer que {f(0), f()} = {0, }. 3. Montrer que f est surjective. 4. Montrer que f dmet un point fixe. Exercice 2.8 (Eqution fonctionnelle) x, x 2 [0, ], x x 2 f(x ) f(x 2 ). Soit f une fonction définie sur R +, à vleurs dns R et vérifint l éqution fonctionnelle suivnte : Pour tout x, y R +, f(x + y) = f(x)f(y).. Montrer que f est à vleurs positives ou nulles. 26

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (2eme semestre)

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (2eme semestre) Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, 1ere nnée, Anlyse (eme semestre) T. Gllouët pour les chpitres 1-5 et 7. A. Benbdllh pour le chpitre 6 My 3, 010 Tble des mtières 1 Limites 3 1.1 Définition

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence de Mthémtiques, première nnée Lurent Michel Automne 2011 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo Feuille de TD 6. Théorie de l mesure et intégrtion. J.C. Prdo Exercices. Exo. 72 Soit f une fonction sur. On considère muni de l tribu B des boréliens et d une mesure λ sur B. On suppose que f est λ-loclement

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Etude de suites récurrentes

Etude de suites récurrentes [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 5 mi 06 Enoncés Etude de suites récurrentes Exercice [ 0304 ] [Correction] u 0 = R et n N, + = u n ) Justifier que l suite ( ) est bien définie et n N, [ ; ] b)

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Limites de fonctions

Limites de fonctions Aix-Marseille Université 013-014 Analyse I PLANCHE : LIMITES, CONTINUITÉ Les exercices marqués du symbole sont les exercices qui seront traités prioritairement en TD. Le site internet EXO7 (http ://exo7.emath.fr)

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

mémento de mathématiques pour les ECE1

mémento de mathématiques pour les ECE1 mémento de mthémtiques pour les ECE1 Abdellh Becht Résumé L objectif de ce mémento est de permettre ux élèves de première nnée des clsses préprtoires ux Ecoles de Commerces, option économique, d voir un

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie Mth Spé MP Chpitre 13 : intégrtion sur un intervlle quelconque : théorie 19/1/2012 1 Cs des onctions à vleurs dns R + Déinition : onction continue pr morceux sur un intervlle : Une onction : K où (K =

Plus en détail

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction Prép. Agrég. écrit d Anlyse, Annexe n o 6. Méthode de Lplce dns R d Fonctions définies pr une intégrle On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que l fonction F(t = g(x

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

11 Fonctions numériques - continuité

11 Fonctions numériques - continuité 11 Fonctions numériques - continuité 11.1 Ensemble des fonctions à vleurs réelles 11.1.1 Fonctions numériques Soit E un ensemble non vide. On note E l ensemble des pplictions de E dns. On définit les opértions

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes Chpitre 1 Dénombrer et sommer Compter des objets et fire des dditions, voilà bien les deux ctivités les plus élémentires à l bse des mthémtiques. Et pourtnt à y regrder de plus près, ce n est ps si fcile.

Plus en détail

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI Toutes les questions de cours et R.O.C. u bc de T.S. Vincent PANTALONI VERSION DU 9 MARS 2012 Tble des mtières Bc 2011 3 Bc 2011 5 Bc 2010 9 Bc 2009 11 Bc 2008 13 Bc 2007 17 Bc 2006 19 Bc 2005 21 ii Remerciements.

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Séries, intégrales et probabilités

Séries, intégrales et probabilités Séries, intégrles et probbilités Thierry MEYRE Préprtion à l grégtion interne. Année 2014-2015. Université Pris Diderot. IREM. http://www.prob.jussieu.fr/pgeperso/meyre 2 BIBLIOGRAPHIE. Les ouvrges de

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités Tble des mtières 1 Dénombrer et sommer 5 1.1 Rppels ensemblistes............................. 5 1.1.1 Opértions ensemblistes....................... 5 1.1.2 Bijections............................... 7 1.2

Plus en détail

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines Fonctions : vritions et extremums. Fonctions ffines Clsse de seconde I. Sens de vrition d'une fonction... 1) Fonctions croissntes... ) Fonctions décroissntes... II. Tbleu de vritions...3 III. Mximum, minimum...3

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers Chpitre 5 Intégrtion Nous llons construire l intégrle pr un procédé de pssge à l limite. D bord on définit l intégrle des fonctions en escliers, ensuite on psse à l limite pour intégrer des fonctions plus

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Enoncés 1 Topologie Ouverts et fermés Exercice 6 [ 118 ] [correction] On muni le R-espce vectoriel des suites réelles bornées de l norme u = sup u n

Plus en détail

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications.

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications. LEÇON N 67 : Formules de Tylor. Applictions. Pré-requis : Théorème de Rolle, théorème des Accroissements Finis ; Intégrtion pr prties ; Nottions de Lndu. 67. Résultts globux 67.. Formule de Tylor-Lgrnge

Plus en détail

Mathématiques du signal déterministe

Mathématiques du signal déterministe Conservtoire Ntionl des Arts et Métiers MAA17 Mthémtiques du signl déterministe Nelly POINT 11 octobre 211 Tble des mtières 1 Intégrtion 3 1.1 Méthodes d intégrtion : rppels........................ 3

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes...

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes... Lycée Pul Doumer 203-204 TS Cours Limites de Fonction Contents Limites d une fonction et symptotes. Limite en l infini....................................2 Limite en un réel..................................

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques Bcclurét 20 Résumé Ce document contient les principles définitions, théorèmes et propriétés du cours de mthémtiques du tronc commun de mthémtiques de Terminle S. Je tiens à remercier

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS

LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS Soit R. Dns tout ce chpitre, on dir qu une fonction f de domine de définition D f est définie u voisinge de s il existe un réel

Plus en détail

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux Cours de Terminle S Lycée Cmille Pissrro 203-204 Sébstien Andrieux 7 juin 204 Tble des mtières I Cours de Terminle S 5 Risonnement pr récurrence 6 2 Suites et limites des suites 8 I Suite convergente,

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Analyse 1 L1-mathématiques

Analyse 1 L1-mathématiques Anlyse L-mthémtiques Renud Leplideur Année 3-4 UBO Tble des mtières Inéglités et clculs 3. Nombres..................................... 3.. Les ensembles N, Z, Q et R...................... 3.. Les intervlles

Plus en détail

DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours

DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours Deug Mis 1 Année 2002-2003 J.-F. Burnol Université Lille 1 1 DEUG MIAS 1 Année 2002-2003 Premier et deuxième semestres Feuilles de Cours Toutes les fiches de cours distribuées ux étudints pendnt l nnée

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange THÉORIE DE LA MESURE Notes de cours de B.Demnge Cours donné en 212-213 2 INTRODUCTION Ce cours pour but de donner une bonne définition de l intégrle de fonctions d une ou plusieurs vribles réelles, qui

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques TS Lycée Henri IV Tble des mtières I Les nombres complexes 7 Rcines n ième d un nombre complexe non nul 7. Définition.................................................... 7.2 Représenttion

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Table des matières. Avant propos

Table des matières. Avant propos Tble des mtières Avnt propos ii 1 Intégrle de Riemnn 1 1.1 Intégrle des fonctions en esclier............ 2 1.2 Fonctions intégrbles u sens de Riemnn........ 6 1.3 Propriétés générles de l intégrle de Riemnn......

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Intégration, probabilités

Intégration, probabilités prép-greg 7-8 Intégrtion, probbilités Dns tous les exercices probbilistes, les vribles létoires sont supposées définies sur le même espce probbilisé (Ω, A, P). I Questions de cours L fonction t sin t t

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I..

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. TS-cours-chp2-1 - LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. Limite d une suite 1 / tend vers l infini Définition ( rppel ) Dire que l suite tend vers + signifie que, pour tout nombre A, l intervlle [A ; +

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE

EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE Définition 1 Soit (f x ) x A une fmille de fonctions continues à vleurs dns C, définies sur un intervlle [, b[ de R. On considère l intégrle impropre g(x) = que

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2 CALCUL INTEGRAL Ph DEPRESLE 9 juin 5 Tble des mtières Intégrle d une fonction continue et positive sur un segment Primitives d une fonction sur un intervlle. Primitives, définition...................................

Plus en détail

Intégration des fonctions continues par morceaux

Intégration des fonctions continues par morceaux Chpitre 4 Intégrtion des fonctions continues pr morceu 4.1 Introduction Dns cette section, on fie < deu réels, on note I = [, ] et on considère f : I R une ppliction continue. On suppose en outre que f

Plus en détail

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S Clmths.fr - Les Roc en Terminle S CONTENTS ROC - exigibles... 2 Roc 1 Théorème de comprison pour les suites... 2 Roc 2 Limite de qn lorsque q > 1... 2 Roc 3 Unicité de l fonction exponentielle... 3 Roc

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Continuité. Chapitre Définition et propriétés. Définition 2.1 (Continuité en un point) Soit f une application de D R dans R et a D.

Continuité. Chapitre Définition et propriétés. Définition 2.1 (Continuité en un point) Soit f une application de D R dans R et a D. Chapitre Continuité.1 Définition et propriétés Définition.1 (Continuité en un point) Soit f une application de D R dans R et a D. 1. On dit que f est continue en a si pour tout ε>0, ilexisteδ>0 t.q. :

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Kit de survie - Bac S

Kit de survie - Bac S Kit de survie - Bc S. Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad Cours de Mthémtiques L1 Résumé des chpitres Hssn Emmird Université de Poitiers Version 29/21 TABLE DES MATIÈRES 3 Tble des mtières 1 Nombres complexes 5 1.1 Le corps C.....................................

Plus en détail

Limite d une fonction à l infini

Limite d une fonction à l infini CHAPITRE 3 LIMITES DE FONCTIONS ET DE SUITES Limite d une fonction à l infini et s courbe repré-. Limite finie d une fonction à l infini Soit f une fonction définie sur un intervlle [ ; + [ senttive. L

Plus en détail