RAPPORT DE PRÉSENTATION. Budget 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE PRÉSENTATION. Budget 2015"

Transcription

1 RAPPORT DE PRÉSENTATION Budget 2015 CONSEIL MUNICIPAL 30 MARS 2015

2

3 SOMMAIRE Budget Les priorités du budget 2015 Fonctionnement 2015 Équilibre du budget Les recettes Les dépenses L épargne brute Investissement 2015 Équilibre du budget Les recettes Les dépenses Ratios financiers Budgets annexes Choix par Politique publique Développement économique et rayonnement Bien vivre ensemble à Caen Solidarités Qualité du cadre de vie 3

4 4

5 Ce premier budget de la mandature s inscrit dans un contexte financier contraint avec la baisse de la dotation globale de fonctionnement en provenance de l État à hauteur de 2,8 millions d'euros. Cette baisse de la dotation s inscrit dans la durée puisqu elle est appelée à se prolonger en 2016 et 2017 de ce même montant et de manière cumulée. Pour autant, l ambition pour le développement et l attractivité de la Ville n'est nullement remise en cause. Les investissements restent à un niveau suffisamment élevé pour accompagner les projets qui s inscriront dans le cadre du prochain Plan Pluriannuel d Investissement (PPI). Ce budget 2015 est également marqué par les premiers effets financiers de la mutualisation avec le transfert de 70 salariés à l agglomération de Caen la mer au 1 er octobre 2014 et à nouveau de 161 salariés au 1 er janvier Budgétairement, ces transferts sont neutres. Ils se traduisent par une diminution de la masse salariale de la Ville avec, en contrepartie, une réduction de l attribution de compensation versée par Caen la mer à la Ville du même montant. 5

6 BUDGET 2015 Les priorités ELLES S INSCRIVENT DANS LA LIGNE DES ENGAGEMENTS PRÉSEN- TÉS LORS DU DÉBAT D ORIENTATION BUDGÉTAIRE. Conduire une politique fiscale pour rendre la ville attractive Malgré un contexte financier contraint, la Ville confirme son engagement de baisser les taux d imposition de 1 %. Avec une augmentation des taux de 6,5 % au cours de la mandature précédente, l impôt a atteint un niveau jugé difficilement supportable. Dégager un niveau d épargne permettant d assurer l autofinancement des projets Avec un taux d épargne brute de 8,24 %, bien au-delà du seuil critique des 7 % avancés par le cabinet KLOPFER, le budget 2015 permet, avec un montant de 11,6 millions d'euros, de maintenir un niveau d investissement net comparable à celui de l année Celui-ci est à la fois un frein à l'arrivée de nouveaux Caennais et d'éventuels investisseurs, et une incitation au départ de Caennais vers des communes où l'imposition est moins élevée. En dépit de la revalorisation forfaitaire des bases votée par le Parlement, le maintien de cette politique se traduira en fin de mandature par une baisse, sans doute faible, du montant de l impôt, mais à même de rendre à nouveau la ville attractive par rapport aux collectivités qui l entourent. 6

7 Investir pour le développement de Caen L investissement, à hauteur de 25,6 millions d'euros, permettra d assurer l entretien durable du patrimoine (7,3 millions d'euros), de réaliser les investissements déjà engagés (11 millions d'euros) et de lancer un nouveau programme, incluant la conduite d actions en faveur des économies d énergie et les études nécessaires à la préparation du prochain Plan Pluriannuel d'investissement pour 7,3 millions d'euros. Stabiliser l encours de la dette à un niveau soutenable L objectif de ce budget 2015 est de stabiliser l encours de la dette au niveau de l année La structure actuelle de celle-ci, bien équilibrée entre taux fixes et taux variables, fait l objet d une gestion active permettant d optimiser les frais financiers, sans recours à des produits risqués. Les recherches d accompagnement de nos projets par des partenaires (réponse à des appels à projets, étude de cofinancements public-privé ) sont des solutions à privilégier afin de favoriser une hausse du niveau des investissements sur le territoire. 7

8 BUDGET 2015 Les grands équilibres 195,3 M EQUILIBRE BUDGETAIRE 2015 Fonctionnement : 140,4 M * 64.7 Personnel Impôts locaux M Dotations Caen La Mer M 62.0 Dépenses de gestion Dotations Etat Intérêts de la dette 11.6 Epargne brute Autres recettes 28.0 Investissement : 38,3 M * 12.7 Capital de la dette Epargne brute M 25.6 Dépenses d'investissement Recettes d'investissement 13.7 Emprunts nouveaux M * Hors opérations d'ordres budgétaires et révolving pour : *Hors opérations d ordres budgétaires et revolving pour 16,6 M 16,6 M 8

9 Présentation des équilibres du budget 2015 Le budget PRESENTATION global 2015 s élève DES à 195,3 EQUILIBRES M. DU BUDGET 2015 Les dépenses de fonctionnement s établissent, hors opérations d ordre, à près Le budget global de M s'élève. S agissant à 195,2 du M. volume des dépenses fonctionnement d équipement, s'établit son montant hors s élève d'équipement son montant s'élève à 25,5M. S'agissant du volume des dépenses La section de opérations d'ordre à 25,5 à M près. de 129 M. OBJET Dépenses BP 2014 (K ) Dépenses BP 2015 (K ) 15/14 (%) FONCTIONNEMENT % opérations réelles % opérations d'ordre % INVESTISSEMENT % opérations réelles % Dont dépenses d'équipement % opérations d'ordre % opérations de trésorerie % TOTAL % opérations réelles % opérations d'ordre % opérations de trésorerie % 9

10 ÉQUILIBRE DU BUDGET Fonctionnement

11 Équilibre du budget de fonctionnement 2015 EQUILIBRE DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2015 OBJET BP 2014 (k ) Projet BP 2015 (k ) 2015/2014 RECETTES 70 produits des services % 73 impôts et taxes après mutualisation % 74 dotations et subventions % 75 produits de gestion courante % 013 atténuation de charges % 76 produits financiers % 77 produits exceptionnels % TOTAL recettes réelles % opérations d'ordre % TOTAL % DEPENSES 011 charges à caractère général % 012 charges de personnel après mutualisation % 65 charges de gestion courante % 66 charges financières % 67 charges exceptionnelles % 68 provision pour risques et charges atténuation de produits dépenses imprévues % TOTAL dépenses réelles % opérations d'ordre % TOTAL % 11 Page 7

12 ÉQUILIBRE DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2015 Les recettes Elles comprennent : PAGE 12 Répartition des recettes de fonctionnement 49 % par la fiscalité directe locale, tenant compte d une baisse des taux communaux de 1% : 69,181 M, 5 % par les versements de Caen la mer : 7 M qui, compte tenu des charges transférées (10,2 M ), baissent de 65,7 % par rapport à 2014, 26 % par les ressources en provenance de l État : 36,2 M, 20 % par les autres recettes de gestion : 27,9 M. 12

13 La fiscalité directe locale : 69,2 M La fiscalité directe locale 69,2 M Évolution des bases d imposition La fiscalité directe locale 69,2 M Sur la Evolution base du des Projet bases de d'imposition Loi de Finances Les produits Ainsi, Les produits compte de tenu la fiscalité des éléments locale précédemment Ainsi, de compte évoqués la fiscalité : tenu baisse locale des taux éléments et évo- La 2015, Evolution fiscalité Sur les la valeurs des directe base bases locatives du locale d'imposition Projet 69,2 sont de M revalorisées Loi de Finances Les produits de 0,9 2015, %. les valeurs locatives sont revalorisées lution précédemment positive des évoqués: bases baisse locatives, de taux le produit évolution fiscal est positive attendu des en bases hausse locatives, de 0,4 % le et Sur la base du Projet de Loi de Finances Ainsi, compte tenu des éléments de 0,9%. Par ailleurs, les nouvelles Par Evolution 2015, les ailleurs, valeurs des bases les locatives d'imposition nouvelles sont revalorisées constructions Sur de la 0,9%. et base améliorations du Par Projet ailleurs, de Loi des les de nouvelles bâtiments Finances précédemment Les produits de évoqués: la fiscalité baisse locale de taux et constructions et améliorations des à produit 69,2 M fiscal. est attendu en hausse de 0,4% évolution Ainsi, positive des bases locatives, le à 69,2 compte M. tenu des éléments bâtiments existants génèrent une évolution existants constructions génèrent et améliorations une évolution des produit fiscal est attendu en hausse de 0,4% 2015, les valeurs locatives sont revalorisées précédemment évoqués: baisse de taux et positive évaluée à 0,5%. à 69,2 M. positive bâtiments évaluée existants à 0,5 génèrent %. une évolution Produit Notifié 2014 BP /14 de 0,9%. Par ailleurs, les nouvelles évolution positive des bases locatives, le (K ) (K ) constructions positive évaluée à 0,5%. Bases Notifié et 2014 améliorations BP 2015 des produit 15/14 Produit fiscal Notifié est 2014 attendu BP en 2015 hausse 15/14 de 0,4% TH (K ) (K ) (%) à 69,2 M. (K ) (K ) % bâtiments existants génèrent une évolution FB % Bases Notifié 2014 BP /14 positive TH évaluée à 0,5% % TH FNB % 0.4% (K ) (K ) (%) FB % TH FNB % 1.4% Bases FB Notifié BP % 15/14 FNB (K ) 301 (K ) % (%) TOTAL % TH % TOTAL FB % 1.4% FNB Ainsi, le montant 301 des bases 305 d'impositions 1.4% Ainsi, devrait le montant s'établir des à 302 bases M d'impositions en 2015 (+1,4%). TOTAL % Ainsi, devrait le s'établir montant à 302 des M bases en 2015 d imposition (+1,4%). devrait Les s établir taux à 302 M en 2015 (+1,4 %). Ainsi, le montant des bases d'impositions devrait Les taux La s'établir Municipalité à 302 M s'est en engagée 2015 (+1,4%). à baisser les Les taux La Municipalité taux d'imposition s'est engagée de 1% dès à baisser les La Les taux Municipalité taux Ils d'imposition seront fixés tiendra de comme 1% son dès suit engagement : de baisser La Ils seront Municipalité les fixés taux comme s'est d imposition engagée suit : à de baisser 1 % dès les taux d'imposition Taux de % dès /14 Ils seront Taux fixés comme 2014 suit 2015 : 15/14 Ils seront TH fixés comme 17.34% suit : 17.17% -1.0% TH FB 17.34% 30.73% 17.17% 30.42% -1.0% -1.0% Taux /14 FB FNB 30.73% 31.86% 30.42% 31.54% -1.0% -1.0% FNB 31.86% 31.54% -1.0% TH 17.34% 17.17% -1.0% FB 30.73% 30.42% -1.0% FNB 31.86% 31.54% -1.0% Produit FB Notifié BP % 15/14 FNB (K ) 96 (K ) % TOTAL % TH % TOTAL FB % 0.4% FNB % Le produit de la fiscalité Le produit directe de la fiscalité BP 2015 directe BP 2015 TOTAL % Somme des trois taxes directes locales (taxe d habitation et taxes foncières) acquittées par Somme des les trois contribuables taxes directes caennais locales en (taxe d habitation Le produit et taxes foncières) de la fiscalité acquittées par les contribuables caennais 69,2 M en directe BP 2015 Somme des trois 69,2 taxes M directes locales (taxe d habitation et taxes foncières) acquittées par les contribuables caennais en ,2 M L'ENGAGEMENT D'UNE BAISSE DES TAUX D'IMPOSITION DÈS 2015 SERA TENU : - 1 % 13 Page 9

14 GE 14 Les dotations de la communauté d agglomération : 7 M Les reversements effectués par Caen la mer s'établissent comme suit : Dotations de Caen la Mer BP 2014 (K ) CA 2014 (K ) BP 2015 (K ) L attribution de compensation (4,9 M ) Depuis la création de la Communauté d Agglomération au 1 er janvier 2002, la taxe professionnelle n est plus perçue par les communes mais par la Communauté d Agglomération Caen la mer. En contrepartie, le produit de la taxe professionnelle perçu en 2001 est garanti et reversé à chaque commune sous la forme d une attribution de compensation, déduction faite de la charge nette des compétences transférées à l agglomération et des impôts ménages perçus par l ex-district. BP 15/14 (%) Attribution de Compensation % Dotation de solidarité et fonds de péréquation % (DSC et FPIC) TOTAL GENERAL % La dotation de solidarité communautaire (DSC) et le fonds de péréquation des ressources intercommunales et communales (2,1 M ) La DSC est une attribution complémentaire facultative qui a pour objectif un partage équitable de la richesse fiscale sur le territoire. Concernant la péréquation horizontale, la montée en puissance du fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) se poursuit, conformément au calendrier initial et aux orientations du pacte de confiance et de responsabilité, à hauteur de 780 M en Pour la Ville de Caen, la péréquation pourrait être de 1,4 M (contre 1 M en 2014). LES REVERSEMENTS DE FISCALITÉ DE CAEN LA MER : 7 M Cette année, Caen la mer versera à la Ville une attribution de compensation (AC) diminuée des charges transférées (10,2 M ) soit 4,9 M. Il convient de préciser que ce montant n est qu une première évaluation qui sera finalisée dans le cadre des travaux de la Commission Locale d Évaluation des Transferts de Charges (CLETC). 14

15 Les concours financiers de l État : 36,2 M La baisse des dotations de l État aux collectivités locales a été confirmée dans le Projet de Loi de Finances pour Outre la dotation forfaitaire en baisse de 2,8 M, la dotation de solidarité urbaine et le FNTP sont également budgétés en baisse de 0,2 M. Ce recul des concours financiers de l État pour la Ville de Caen sera de l ordre de 7,7 % par rapport aux notifications 2014, soit une perte de plus de 3 M. DOTATIONS DE L ÉTAT EN BAISSE DE 3 M EN 2015 Les concours financiers de l'etat 36,2 M La baisse des dotations de l'etat aux collectivités locales a été confirmée dans le Projet de Loi de Finances pour Outre la dotation globale de fonctionnement en baisse de 2,8M, les compensations fiscales sont également budgétées en baisse, pour 0,2 M. Ce recul des concours financiers de l'etat pour la Ville de Caen sera de l'ordre de 7,7% par rapport aux notifications 2014, soit une perte de plus de 3 M. Dotations de l'etat CA 2014 (K ) BP 2015 (K ) BP 15/14 (%) DGF % Dotation forfaitaire % DSU % FNTP % DGD % COMPENSATIONS FISCALES % compensations TP % compensations FB % compensations T H % TOTAL GENERAL % Total des apports de l'etat: 36,2 M En baisse de 3 M Les autre Les prod de 4,4%) Les recet les remb dans le ca (1,8 M ) domaine des r infrastruc les prin services. produits Les autre Les dro budgétée attendue stationne 2015 par La taxe reconduc Les autre Elles son loyers et (1,9 M ) CAF (2 M de l'enfa l'etat (1,6 autres ( médiatio 15

16 Les autres recettes : 28 M Les produits des services (9 M, en hausse de 4,4 %) Les recettes des restaurants scolaires (2 M ), les remboursements de frais par le CCAS dans le cadre de la mutualisation des services (1,8 M ) et les redevances d occupation du domaine public (1,6 M dont 612 K au titre des redevances d occupation des infrastructures de télécommunication) sont les principaux postes des produits des services. Le solde vient de l ensemble des produits tarifés de la Ville. Les autres dotations et recettes (8 M ) Elles sont essentiellement constituées par les loyers et redevances des fermiers de la Ville (1,9 M ), des participations versées par la CAF (2 M ) au titre des actions en direction de l enfance, des participations versées par l État (1,6 M ) au titre des emplois d avenir et autres (réussite éducative, dispositif de médiation sociale ). Les autres impôts et taxes (11 M ) Les droits de mutation (3,3 M ) sont budgétés en ligne avec les réalisations attendues en Les recettes de stationnement (4 M ) sont prévues stables en 2015 par rapport à La taxe sur l électricité est prévue en reconduction soit 1,8 M. TOTAL DES AUTRES RECETTES : 28 M 16

17 ÉQUILIBRE DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2015 Les dépenses Répartition des charges de fonctionnement Répartition des charges de fonctionnement charges de gestion courante 27% charges de personnel après mutualisation 50% charges à caractère général 19.5% charges financières 1.5% charges exceptionnelles 1.5% autres charges 0.5% Les dépenses de personnel : 64,7 M Les charges de personnel représentent cette année 50 % du budget total de fonctionnement contre 52 % au budget primitif Cette baisse mécanique provient du transfert d agents à l agglomération engagé en deux vagues successives (octobre 2014 puis janvier 2015). Hors transfert, le budget a été construit en croissance 0, le budget primitif 2015 devant au plus être égal à la consommation budgétaire En effet, hors transfert, le budget affecté aux dépenses de personnel en 2014 aurait été de 75 M. Ainsi, les impacts nationaux et locaux sont maitrisés au sein d une enveloppe budgétaire stable. 17

18 Mesures nationales Le taux de contribution CNRACL est passé de 30,40 % à 30,45 % (+ 0,17 %) au 01/01/2015. Sur la seule base du réalisé prévu au 31/12/2014, le coût supplémentaire est estimé à Le taux de contribution IRCANTEC A passe de 3,80 % à 3,96 % (+ 4,21 %) et celui de l IR- CANTEC B de 11,98 % à 12,18 % (+ 1,66 %). Sur la seule base du réalisé prévu au 31/12/2014, le coût supplémentaire est estimé à Organisation des élections : Les heures d élections rémunérant les agents participant à l organisation des deux scrutins (deux tours «départementales» et deux tours «régionales») sont valorisées à hauteur de , soit un surcoût estimé de par rapport à Mesures locales Glissement vieillesse technicité : En ce qui concerne les agents non titulaires non permanents, les enveloppes affectées sont maîtrisées. Impact de la réforme des rythmes scolaires : L année 2014, première année pleine en terme de mise en œuvre des dispositifs initiés par la Ville dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, a permis une analyse des coûts liés aux besoins de vacataires horaires nouveaux. Il est proposé de maintenir l enveloppe inscrite au BP 2014, complétée par celle inscrite au Budget Supplémentaire (BS), soit Garantie individuelle de pouvoir d achat (GIPA) : Aucune annonce concernant le maintien ou non de ce dispositif n est intervenue. En cas de maintien, les mesures salariales prises en faveur des agents de catégorie C en 2014 devraient permettre une économie d environ sur l enveloppe GIPA Sur la base de l effectif présent au 31/10/2014 et après intégration des dates d avancement à l échelon à la durée minimale prévue pour 2015, le coût estimé des avancements d échelon en 2015 est de brut, soit un coût chargé de La dépense liée aux avancements de grade et promotions ne devrait pas évoluer à la hausse en 2015 et sa valorisation est estimée à en coût chargé. LES DÉPENSES DE PERSONNEL : 64,7 M 18

19 Les dépenses autres de gestion Les charges à caractère général (24,9 M ) En 2015, les charges liées à la structure seront budgétées en baisse de 6,4 %. Eu égard aux cessions de patrimoine réalisées, une économie substantielle est prévue sur les taxes foncières. Par ailleurs, les crédits alloués à l énergie ont fait l objet de réductions de Les charges courantes (34,2 M ) La Ville a procédé à une révision de sa politique de subventionnement afin d en alléger son coût. En outre, l enveloppe d indemnités des élus est diminuée de 20,5 %. Au total, les charges de ce chapitre sont budgétées en baisse de 4,3 % en Les charges exceptionnelles (2,1 M ) Les charges financières (2,1 M ) L inscription baisse de en 2015 par rapport à 2014 soit 4,5 %. L orientation de la dette légèrement plus marquée en taux variable fait bénéficier la Ville de taux particulièrement bas. LES DÉPENSES AUTRES DE GESTION : 63,9 M Les autres dépenses Elles sont évaluées à Ce chapitre de dépenses enregistre notamment des subventions dites affectées, c est-à-dire avec un objet déterminé non récurrent. L enveloppe dédiée sera budgétée en réduction sur Au total, une baisse de 2,5 % est prévue sur l année. Les provisions pour risques et charges ( ) La redevance d occupation du domaine public liée aux fourreaux de télécommunication est inscrite dès le budget primitif. Eu égard à la procédure juridique en cours sur le dossier, cette recette est intégralement provisionnée. 19

20 ÉQUILIBRE DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2015 L épargne brute Pour faire face à la réduction des concours en provenance de l État, il est indispensable de maîtriser les dépenses de fonctionnement afin de limiter l effet de ciseaux et ceci malgré le caractère naturellement inflationniste de certains postes de dépenses (eau, assurances, contrats de maintenance 3 L'EPARGNE BRUTE 2015 des équipements et logiciels, etc.). Dans ce contexte, l objectif principal porte Compte tenu de la réduction des concours sur le maintien de la soutenabilité financière en provenance de l Etat, il est de nos budgets. indispensable de maîtriser les dépenses de fonctionnement afin de limiter l effet de Ainsi, pour 2015, l épargne brute (11,6 M ) ciseaux et ceci malgré le caractère permet de produire une performance naturellement inflationniste de certains proche du niveau prévu en 2014 et supérieure au taux plancher prévu prudentielle- postes de dépenses (eau, assurances, contrats de maintenance des équipements ment à 7 %. et logiciels, etc.). TAUX D AUTOFINANCEMENT BP 2015 (TAUX D ÉPARGNE BRUTE) Dans ce contexte, l objectif principal porte sur le maintien de la soutenabilité financière de nos budgets. RAPPORT ENTRE L ÉPARGNE BRUTE ET LES RECETTES RÉELLES DE Ainsi, pour 2015 l'épargne brute (11,6 M ) permet FONCTIONNEMENT de produire : une performance proche du niveau prévu en 2014 et supérieur au 8,24 taux % plancher prévu prudentiellement à 7% EQUILIBRE DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT BP 2014 Projet BP 2015 BP 15/14 BP 15/14 (K ) (K ) (K ) (%) A total recettes de fonctionnement % B total dépenses de gestion % C = ( A - B ) épargne de gestion courante % D frais financiers % E = ( C - D ) épargne brute % E / A taux d'épargne brute 8.36% 8.24% Taux d autofinancement BP 2015 (taux d épargne brute) Rapport entre l'épargne brute et les recettes réelles de fonctionnement. Il mesure la part des recettes disponible pour le financement de l investissement. 8,24% 20

21 ÉQUILIBRE DU BUDGET Investissement 2015 Le volume des dépenses d équipement figurant au prochain budget a été déterminé de manière à garantir le maintien de la bonne santé financière de la Ville. Une attention particulière a été apportée aux subventions à recevoir des partenaires. Celles-ci progressent de 4,1 % et contribuent à limiter le recours à l emprunt. La dette est donc attendue quasi-stable en fin d exercice avec une variation de l ordre de , sous réserve des réalisations de la totalité des dépenses prévues au 31/12/2015. Pour 2015, le volume prévisionnel des dépenses d investissement s élève à 25,5 M. Sur la durée du mandat, il s agira de concilier un haut niveau de service à la population, tout en maintenant l entretien du patrimoine et l amélioration du cadre de vie dans tous les quartiers de la ville. Enfin, la volonté forte de dynamiser l économie locale en soutenant l activité sera une priorité du mandat. 21

22 Équilibre du budget d investissement 2015 OBJET BP 2014 (K ) BP 2015 (K ) 2015/2014 (%) RECETTES 10 dotations (FCTVA et TA) % 13 subventions d'investissement reçues % 16 emprunts % 27 immobilisations financières % 024 produit des cessions % TOTAL recettes réelles % opérations d'ordre % et emprunts revolving % TOTAL % DEPENSES 16 emprunts % dépenses d'équipement % dont précédente programmation % dont nouvelle programmation NS dont programmes annuels % dont autres dépenses 743 NS autres dépenses 99 NS TOTAL dépenses réelles % opérations d'ordre % et emprunts revolving % TOTAL % 22

23 ÉQUILIBRE DU BUDGET D INVESTISSEMENT 2015 Les recettes PAGE 23 L épargne brute et financement des investissements BP 2014 (K ) BP 2015 (K ) Financement BP 15/14 (K ) de l'investissement A épargne brute % B FCTVA et TA % C cofinancements % D recettes diverses ( cessions, tva) % E ( A+B+C+D ) total des ressources % F investissement programmés % G = ( F - E ) besoin de financement NS 1 remboursement capital emprunts nouveaux ( 1-2 ) solde emprunts L épargne brute devrait s établir à 11,6 M en 2015 permettant d assurer le financement de plus de 45 % des investissements (25,6 M ) programmés en Ce financement direct sera complété par la récupération de la TVA relative à l exercice 2014, par les recettes fiscales d investissement, par les dotations d investissement et les cofinancements. Epargne brute FCTVA et Taxe d'aménagement Cofinancements Au total, les 25,6 M d investissement programmés devraient bénéficier d un financement direct de l ordre de 25,3 M. En pratique, et en application du principe de prudence, les réalisations en autofinancement sont systématiquement supérieures aux prévisions, ce qui laisse présager d un léger désendettement. Autres recettes (Cessions, TVA)

24 ÉQUILIBRE DU BUDGET D INVESTISSEMENT 2015 Les dépenses Les dépenses d investissement Le budget 2015 fixe un montant prévisionnel de dépenses d investissement de 25,6 M qui se déclinera comme suit : - pour les opérations individualisées : 18,3 M dont 11 M au titre de la précédente programmation, - pour l entretien durable du patrimoine une enveloppe budgétaire estimée à 7,3 M sera affectée globalement à ces travaux en Il s agit des travaux liés aux installations techniques (renouvellements des différents parcs 24 existants de matériel...) et à PAGE l entretien du patrimoine communal. VENTILATION DES DÉPENSES D INVESTISSEMENT : 25,6 M Programmes annuels 7,3 M opérations individualisées au titre de la précédente programmation 11 M Opérations individualisées au titre de la nouvelle programmation 7,3 M 24

25 Principaux investissements hors ANRU en milliers d'euros Principaux investissements hors ANRU en K Acquisition des propriétés sinistrées de la rue Guerrière, Château Ducal, remparts Sud-Est Fonds de modernisation des équipements sociaux (Desnos et Pôle Gérontologique) Aménagements Pointe Presqu'ile Projet réseau chaleur bois à la Guérinière et Grâce de Dieu Fonds de modernisation des équipements sportifs Accessibilité du patrimoine communal et programme Handicap Voirie Fonds de modernisation des équipements socio éducatifs Création et renouvellement des réseaux d'eau pluviale Vidéo protection Travaux de réduction des consommations électriques (éclairage public) Enfouissement de containers quartier du Chemin Vert (2ème tranche) Fonds de modernisation des équipements culturels et restaurations d'œuvres Mairie Numérique Travaux d'amélioration des performances énergétiques des bâtiments Salle d'animation Quartier du Chemin Vert Travaux au centre d'animation AMVD Programme Pistes cyclables Soutien aux opérateurs de logement social OPAH (logement indigne et précarité énergétique) Investissements dans le cadre de l ANRU : K 25

26 La dette évolution et structure Le montant du recours à l'emprunt, prévu au budget, pour financer les dépenses d'investissement s'élève à 13 M. Avec un montant de remboursement du capital prévu à 12,7 M, il résulte un léger endettement de l'ordre de 0,3 M. Rapporté à l'encours de la dette, le niveau de remboursement en capital est élevé ce qui témoigne d'une dette dite courte. La dette : évolution et structure En effet, la Ville a emprunté sur des durées plus courtes qu'ailleurs ce qui a pour effet d'accélérer le remboursement des emprunts mais aussi de réduire les frais financiers. La durée de vie résiduelle moyenne des emprunts est ainsi de 11,7 ans contre 14,5 ans en moyenne dans les collectivités de même strate démographique. 100 Le montant du recours à l emprunt, prévu 95 au budget, pour financer les dépenses d investissement s élève 90à 13 M. Avec un montant de 85 remboursement du capital prévu à 12,780 M, il résulte un léger endettement de l ordre de L encours qui s élève à 96,5 M début devrait connaître sur l année une relative stabilité tant du point de vue de sa 2.5 structure de taux que de son exposition au risque. En effet, la proportion de taux fixe sera sensiblement équivalente à celle d aujourd hui. Rapporté à l encours de la dette, le niveau Le faible taux d intérêt aujourd hui observé de remboursement en capital est élevé, sur l ensemble de la dette (1,80 % contre ce qui témoigne d une dette dite courte. Frais financiers 2,81 budgétisation % pour (échelle de les droite) autres villes de même Frais financiers réalisation (échelle de droite) En effet, la Ville a emprunté sur des durées strate) verra son niveau stabilisé selon les Dette au 1er janvier (échelle de gauche) plus courtes qu ailleurs ce qui a pour effet dernières estimations disponibles à ce jour. La dette d accélérer évolution le remboursement et structure des emprunts mais aussi de L'encours réduire les qui frais s'élève financiers. à 96,5 M début 2015 En effet, la proportion de taux fixe sera La dette évolution devrait et connaître structure sur l'année une relative sensiblement équivalente à celle Le montant La durée du de recours stabilité vie résiduelle tant à l'emprunt, du moyenne point de prévu des vue de sa En effet, d'aujourd'hui. la Ville a emprunté sur des durées au Le budget, emprunts montant pour est du structure recours ainsi financer de de à taux l'emprunt, 11,7 les que de ans dépenses son contre prévu exposition au En effet, la Ville a emprunté sur des durées d'investissement risque. plus courtes au 14,5 budget, ans en pour moyenne s'élève financer dans à 13 M. les les collectivités dépenses Dette qu'ailleurs par type de ce qui tauxa pour effet En effet, la proportion de taux fixe sera plus courtes qu'ailleurs ce qui a pour effet Avec d'investissement de un même montant strate s'élève démographique. de remboursement à 13 M. du d'accélérer le remboursement des sensiblement équivalente à celle capital Avec prévu un montant à 12,7 M, de remboursement il résulte un léger du d'accélérer le remboursement des d'aujourd'hui. emprunts mais aussi de réduire les frais endettement capital prévu de à l'ordre 12,7 M, de 0,3 il résulte M. un léger emprunts financiers. mais aussi de réduire les frais Le faible taux d'intérêt aujourd'hui observé endettement de l'ordre de 0,3 M. financiers. sur l'ensemble DETTE AU 1 ER de la dette (1,80% contre JANVIER 2015 : La durée de vie résiduelle moyenne des Rapporté à l'encours 2,81% de pour la les dette, autres le villes niveau de même La durée de vie résiduelle moyenne des de Rapporté remboursement à l'encours strate) de la dette, le niveau emprunts est ainsi de 11,7 ans contre 14,5 96,5 en verra capital son niveau M est élevé stabilisé ce selon les emprunts est ainsi de 11,7 ans contre 14,5 qui de témoigne remboursement dernières d'une dette en estimations capital dite courte. est disponibles élevé ce à ce jour. ans en moyenne dans les collectivités de qui témoigne d'une dette dite courte. ans en moyenne dans les collectivités de même strate démographique. même strate démographique Page Frais financiers budgétisation (échelle de droite) Frais financiers budgétisation (échelle de droite) Frais financiers réalisation (échelle de droite) Frais financiers réalisation (échelle de droite) Dette au 1er janvier (échelle de gauche) Dette au 1er janvier (échelle de gauche) L'encours qui s'élève à 96,5 M début 2015 L'encours devrait connaître qui s'élève sur à 96,5 l'année M une début relative 2015 En 26 effet, la proportion de taux fixe sera sensiblement En effet, la proportion équivalente de taux à fixe celle sera

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2013 1

BUDGET PRIMITIF 2013 1 BUDGET PRIMITIF 2013 1 Un budget de fonctionnement contraint et prudent. Un budget d investissement volontaire et engagé Une fiscalité inchangée 2 4 orientations fortes: Développer et améliorer les services

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET M49

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET M49 REPUBLIQUE FRANCAISE 38000140 COMMUNE DE CROLLES POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET SERVICE PUBLIC LOCAL DE L EAU M49 BUDGET PRIMITIF BUDGET EAU ANNEE 2015 S O M M A I R E Pages I - Informations générales

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Mairie de Mauguio BUDGET PRIMITIF 2015 1

Mairie de Mauguio BUDGET PRIMITIF 2015 1 BUDGET PRIMITIF 2015 1 Sommaire : I La stratégie financière d un budget équilibré II L équilibre de la section de fonctionnement Des recettes de fonctionnement aux dépenses de fonctionnement III L équilibre

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72 Sous la présidence de M. Guy Vaxelaire, le Conseil Communautaire s est réuni en Commission Finances le 10 février afin d examiner le budget primitif 2010. Les 17 février et 1 er avril, le Conseil a approuvé

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL L exercice 2014 dégage un résultat de - 3 088 442,07 composé de l ensemble des opérations réelles et d ordre +2 091 721,03 en fonctionnement -5 180 163,10 en investissement Ces résultats se cumulent à

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles I- LE PARC DES EXPOSITIONS AUJOURD HUI Bien positionné sur les classements internationaux, Paris est une destination phare du tourisme d affaires au niveau

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015. Conseil municipal du 15 avril 2015

BUDGET PRIMITIF 2015. Conseil municipal du 15 avril 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 Conseil municipal du 15 avril 2015 1 Les engagements municipaux Fonctionnement : Priorité à la qualité de l accueil et du service rendu Efforts toujours renforcés sur la gestion des

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail