Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel"

Transcription

1 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale moléulaire liante aratérisée par la présene d un axe de symétrie de révolution passant par les atomes liés. n effet, dans la théorie des groupes, on note les RI symétriques par rapport à un axe C. Les himistes utilisent ependant la notion de liaison dans un sens moins restritif, ainsi que nous l avons fait impliitement tout au long du hapitre VI : on appelle des orbitales présentant simplement une densité maximale dans la ou les régions internuléaires. n partiulier es OM n ont pas de plan nodal passant par deux noyaux liés : est e ritère qui sera retenu pour le lassement des OM en orbitales et orbitales, es dernières présentant au ontraire un tel plan nodal. Quand une moléule possède des OM et des OM, e sont en général es dernières qui onditionnent ses propriétés physio-himiques. n effet la faiblesse relative du reouvrement, fait que es liaisons, plus fragiles, sont plus failement attaquées lors des réations. Il en résulte également que, généralement, l orbitale oupée de plus haute énergie HO et l orbitale vaante de plus basse énergie BV sont de type. Or, nous verrons que es OM jouent un rôle prépondérant dans les propriétés himiques et ertaines propriétés

2 44 spetrosopiques. Par ailleurs, les orbitales étant antisymétriques par rapport à leur plan nodal et les orbitales étant symétriques par rapport à e plan, leur reouvrement est nul. On peut don étudier séparément les systèmes et... La onjugaison On dit qu il y a onjugaison lorsque la formule de Lewis d une moléule présente une alternane de liaisons simples et doubles, une liaison double pouvant être remplaée par un doublet «libre», plus rarement une laune Fig.. Fig.. Quelques moléules onjuguées O On sait que les liaisons et doublets engagés dans la onjugaison ne se omportent plus omme des entités isolées, mais sont interdépendants au sein du système ainsi onstitué. n partiulier, les liaisons sont partiellement déloalisées le long des «simples» liaisons qui aquièrent ainsi un ertain aratère de double liaison, tandis qu en retour les «doubles» liaisons se trouvent affaiblies. Dans l impossibilité de représenter la struture életronique réelle à l aide d une seule formule de Lewis omme dans la Fig., on peut en utiliser plusieurs Fig., les formes mésomères, dont haune ontribue ave un poids plus ou moins grand à la desription de la moléule. I II III IV V Fig.. Formes mésomères du butadiène et du benzène.

3 45 On sait, par exemple, que le butadiène ressemble beauoup à I, et seulement un peu à II-III, tandis que le benzène possède une struture életronique exatement intermédiaire entre IV et V.. Méthode de Hükel simple pour le alul des orbitales.. Base d OA et omptage des életrons partiipant à un système onjugué Les atomes partiipant à un système onjugué sont oplanaires ; e plan sera selon x,y. Chaque atome fournit une orbitale p perpendiulaire à e plan, don p z, suseptible de présenter des reouvrements ave ses homologues des atomes voisins Fig. 3. Fig. 3. Base d OA d un système et nombre d életrons par atome Il y a don autant d OA que d atomes impliqués dans le système onjugué. - Les atomes engagés dans des doubles liaisons, C=C, C=O, C= et. apportent haun un életron au système. - Les atomes non engagés dans des doubles liaisons fournissent soit un doublet, don deux életrons, soit une laune, don zéro életron au système onjugué. Dans les radiaux, présentant un nombre impair d életrons, un de es atomes apporte un életron. Cl O R R R B R R Cl OR R BR Fig. 4. Orbitales non liantes de quelques hétéroatomes : en rouge partiipant à la onjugaison ave életrons ; en bleu, partiipant à la onjugaison sans apporter d életron ; en noir, ne partiipant pas à la onjugaison.

4 46 La Fig. 4 préise la situation de es atomes. Les hétéroatomes monovalents ex. halogènes après formation d une liaison f. AH, hap. IV, Fig. 4 disposent de 3 doublets, l un hybride sp, les autres p purs dont l un partiipe au système onjugué. Les substituants OR, - SR, et. d hétéroatomes bivalents présentent une orbitale non liante p pure f. H O, hp VI, Fig. qui s engage dans la onjugaison. n l absene de onjugaison, les substituants d atomes trivalents R, -PR, et. sont pyramidaux et leur paire libre est une hybride sp f. H 3, hap VI, Fig. 7. Mais si ette paire libre partiipe à un système, le groupement tend à s aplanir, et ette paire libre prend un aratère p pratiquement pur. nfin, plus rarement, un substituant omme -BR peut partiiper à la onjugaison ave une OA vide don sans apporter d életron. Le substituant CR - arbanion est isoéletronique de R et le substituant CR + arboation est isoéletronique de -BR... Approximations de Hükel pour les systèmes méthode de Hükel simple ous avons vu au hapitre IV. que la méthode C.L.O.A., où l OM est prise sous la forme d une ombinaison linéaire d OA : n i i i onduit, à l aide de la méthode variationnelle, à la résolution d un système d équations en i dont le déterminant doit être nul : H S ij ij La méthode de Hükel dite simple s applique aux systèmes des moléules onjuguées, don au alul d orbitales moléulaires onstruites sur la base i des n orbitales atomiques p z qui y partiipent. Par rapport à la méthode de Hükel généralisée présentée au hapitre IV, elle onsiste en un ertain nombre d approximations supplémentaires quant aux termes du déterminant de la relation.

5 47 Approximations et symbolisme de la méthode de Hükel simple i Comme le reouvrement est faible, on néglige S ij devant H ij. i j. Z YZ Y XY X ii Si les atomes i et j ne sont pas liés, on pose H ij = iii Si i et j sont liés, on pose H ij = XY, paramètre ne dépendant que de la nature des atomes X et Y. On pose en outre H ii = X, paramètre aratéristique de l atome X. n pratique, les atomes X, Y et. sont le plus souvent des arbones. On abrège don, en e qui les onerne, l ériture selon CC = C = Pour un système onjugué ne omportant que des arbones, e déterminant se onstruit don en portant : sur la diagonale prinipale en position ij et ji si les atomes i et j sont liés partout ailleurs. Le alul se poursuit par la résolution de l équation qui donne n valeurs de. Chaque valeur k est reportée dans le système d équations dont la solution fournit les oeffiients ik de l orbitale moléulaire k orrespondante. Il sera illustré dans les exemples qui suivent, où l on pourra s aider de la théorie des groupes de symétrie.

6 48 3. xemples : éthylène, butadiène, allyle 3.. thylène C est le système le plus simple possible, ne omportant que deux atomes et liés et don OA et. On a ave les approximations de Hükel : Les paramètres et étant négatifs, <. Ce alul est analogue à elui effetué pour H au hap. IV. L expression mathématique des OM est imposée par la symétrie et donne une orbitale liante et une orbitale * antiliante : Fig. 5. Diagramme orbitalaire et représentation graphique et isodensités alulées des orbitales de l éthylène *

7 49 Le diagramme orbitalaire et les OM orrespondantes sont reportées Fig Butadiène La moléule existe sous deux onformations planes en équilibre, la onformation s-trans étant très largement prédominante : 3 4 s-trans s-is La première est de symétrie C h, la seonde de symétrie C v. ous pouvons remarquer que la méthode de Hükel négligeant l interation des sommets et 4, nous obtiendrions le même résultat dans les deux as. Le déterminant de Hükel s érit en suivant la règle du.. : La table de aratère du groupe C h est donnée en Table. C h C i h A g R z x ; y ; z ; xy B g - - R x ;R y xz;yz A u - - z B u - - x;y 4-4 =B g +A u Redue Table. Caratères de groupe C h. Afin de déterminer les RI des orbitales de la moléule, nous devons aluler les aratères de la RR sur la base des orbitales atomiques p z Fig. 6. Des isodensités alulées de nombreuses moléules sont disponibles en 3-D sur le site OrbiMol

8 5 C 4 3 h i 3 4 Fig. 6. Base d OA du système et éléments de symétrie du butadiène Mais attention! La «reette» du hapitre VI doit être ii révisée. n effet, par une opération de symétrie, haque OA peut ii : - être déplaée ontribution au aratère ; - être inhangée ontribution ; - être hangée en son opposé ontribution -, ette dernière éventualité était impossible dans le as d orbitales s. D où les R : toutes les OA inhangées R = 4 C et i toutes les OA déplaées R = h toutes les OA inversées R = -4 La formule de rédution donne = a u b g Il y a plusieurs manières d exploiter e résultat pour failiter la résolution du système de Hükel. On peut remarquer que les opérations C et i définissant les RI reposant sur A/B et u/g font orrespondre les atomes et 4, d une part, et 3 d autre part. On voit Fig. 7 qu une OM de la forme : doit satisfaire à = 4 et = 3 = - 4 et = - 3 ave la symétrie a u ave la symétrie b g

9 5 4 4 C i a u 4 4 C i b g a u bg Fig 7. Rapports de phase des OA et 4 dans des OM a u et b g. Un résultat analogue serait obtenu pour le ouple et 3. Le système de Hükel à 4 inonnues de déterminant se sinde en deux systèmes à deux inonnues. Pour les OM a u, on substitue à 4 et à 3 : On onstate qu on obtient deux fois la même équation. Le système se réduit don aux deux premières ave le déterminant assoié : ous remarquons que e déterminant peut être obtenu plus simplement à partir du déterminant en remplaçant la olonne par la somme des olonnes et 4, la olonne par la somme + 3 et en ne onservant que les deux lignes différentes. ous nous éviterons don le détour préédent par le système d équations pour obtenir diretement le déterminant assoié aux OM b g. Cette fois, néanmoins, les onditions 4 = - et 3 = - se traduiront en remplaçant dans la olonne par - 4 et la olonne par - 3 soit :

10 5 Ces systèmes donnent les valeurs propres suivantes de l énergie, par ordre roissant puisque et sont négatifs : = +,6 = +,6 3 = -,6 4 = -,6 a u b g a u b g Ave les OM orrespondantes =,37 +,6 +,6 3 +,37 4 =,6 +,37 -,37 3 +,6 4 3 =,6 -,37 +,37 3 -,6 4 4 =,37 -,6 +,6 3 -,37 4 Le diagramme orbitalaire et les représentations graphiques des OM sont donnés dans la Figure 8. Fig. 8. Diagramme orbitalaire et isodensités alulées des orbitales du butadiène.

11 53 Il présente un ertain nombre de traits ommuns à tous les systèmes onjugués. L orbitale d énergie la plus basse a un aratère liant le long de toutes les liaisons. nsuite, il apparaît en élément nodal aratère antiliant supplémentaire dans haque OM d énergie supérieure. La HO, ii, présente les mêmes loalisations et aratères liants que la formule de Lewis, qui omporte des liaisons doubles en - et 3-4. Ainsi, la HO de l homologue supérieur du butadiène, l hexa-,3,5-triène, est liante en -, 3-4 et 5-6 et présente des éléments nodaux entre les liaisons -3 et 4-5. Remarque. On a pu onstater que les aratères de symétrie par rapport à C et à i donnaient des informations redondantes, puisque les OM de symétrie g sont toujours a et que elles de symétrie u sont toujours b. On aurait don pu se ontenter de travailler, par exemple, dans le sous-groupe C de C h. Cette situation est fréquente dans les systèmes onjugués, pour lesquels un seul élément parfois deux suffit souvent à exploiter la symétrie du système. nore faut-il qu il soit onvenablement hoisi. On voit par exemple ii que toutes les OM étant antisymétriques par rapport à h, et élément ne peut apporter auune simplifiation du alul Systèmes onjugués à trois entres Le prototype de es systèmes est l allyle, ation, radial ou anion, suivant le nombre d életrons présents. Le «bromure d allyle», par exemple, nom ourant du 3-bromoéth--ène CH =CH-CH Br, donne en perdant Br - le ation allyle CH =CH-CH +. Ce ation peut être regardé omme résultant de l interation de la liaison éthylénique ave l OA p vaante du entre ationique isoéletronique de BH f... et Fig.. Mais la symétrie de la moléule implique ii la partiipation à parts égales des deux formes mésomères CH =CH-CH + + CH -CH=CH. Les OA de base sont présentées en Fig. 9. La moléule est de symétrie C v, et la formule de rédution montre qu il existe deux OM b et une a.

12 54 Fig. 9. OA de base du système des ation, radial et anion allyle et éléments de symétrie. Le alul des énergies s effetue néanmoins aisément diretement, sans le reours à la théorie des groupes. e qui donne immédiatement les trois valeurs propres de par valeurs roissantes : 3 Les OM, doivent satisfaire aux onditions de symétrie. Pour elles de symétrie B, antisymétriques par rapport à C et symétriques par rapport à, on doit avoir = 3. = Pour elles de symétrie A, symétriques par rapport à C et symétriques par rapport à, on doit avoir : = - 3. = - = On obtient finalement les OM suivantes : 3 3 3,5,7,5,5,7,5 La figure donne les diagrammes énergétiques des ation, radial et anion allyle et la représentation graphique des orbitales. On voit que l életron élibataire du radial neutre

13 55 est plaé dans, don loalisé sur les arbones et 3. Lorsqu on passe au ation, on enlève l életron de ette orbitale : on retire don une demi-harge négative aux arbones et 3 qui portent don une harge de +,5 haun. Ce résultat, prévu par les formes mésomères préédentes, peut également se aluler ave la méthode présentée au 4 suivant. Fig.. Orbitales et diagramme énergétique des ation, radial et anion allyle. Plusieurs moléules et radiaux possèdent un système isoéletronique de l anion allyle : l ozone O 3, SO, -O, et. xaminons par exemple la struture életronique de l ozone. On peut érire l ozone ave deux doubles liaisons O=O VI, mais la règle de l otet est alors violée et on préfère les deux formes mésomères VII et VIII. O O O O O O O O O VI VII VIII La forme VI, bien qu a priori peu réaliste a néanmoins le mérite de montrer lairement qu il y a 4 életrons dans le système, dont apportés par l atome entral et par les deux atomes terminaux. Avant la formation de liaisons, l oxygène entral bivalent possède en effet la même struture orbitalaire que l oxygène de H O : est son doublet de type p pur qui est engagé dans la onjugaison Fig.. Fig.. Orbitales des oxygènes de l ozone : partiipant au système onjugué, en rouge ; doublets p en bleu et sp en noir ne partiipant pas à la onjugaison.

14 56 Les orbitales de l ozone sont tout à fait semblables à elle de l allyle Fig.. Les énergies ont la même expression, à ondition de remplaer les paramètres et relatifs au arbone par O de l oxygène et OO d une liaison OO. Fig.. Diagramme orbitalaire et isodensités du système de l ozone. Une orbitale liante est oupée par deux életrons, e qui orrespond à une demi-liaison sur haque O-O. Cei est représenté au mieux par les formes VII et VIII, en aord ave des aratéristiques expérimentales de l ozone : la longueur de liaison,78 Å est entre elle d une double liaison dioxygène : R e =, Å et d une simple liaison H O : R e =,49 Å 4. Appliation au alul de propriétés moléulaires 4.. Charges életronique et harge nette ous avons vu hap. IV, 5. que la harge d un életron oupant une OM d une moléule diatomique de la forme + se répartissait en q et q sur les atomes et respetivement selon : q q S S La méthode de Hükel négligeant le reouvrement, une orbitale moléulaire oupée

15 57 k ik i k qui ontient n k életrons n k = ou a une ontribution à la harge de l atome i égale à n k ik, soit pour la harge totale, résultant de la somme des ontributions des OM oupées : q i k n k ik La harge nette Q i, orrespondant à e qu a gagné ou perdu l atome par rapport à son état neutre dépend du nombre d életrons p i en général ou, plus rarement, f.. qu il a engagés dans la onjugaison : Q i = p i q i. xemple : butadiène Dans le butadiène, il y a deux OM doublement oupées. La harge du arbone est q =.,37 ontribution de +.,6 ontribution de = La harge du arbone est de même : q =.,6 +.,37 = Comme haque arbone a engagé un életron dans la onjugaison et qu il en possède un, la harge nette est nulle. Ce résultat est général pour les hydroarbures dits alternants. Un hydroarbure est alternant si on peut étoiler marquer d une étoile * ertains atomes de manière que haque atome étoilé soit adjaent à deux atomes non étoilés et inversement. Tous les polyènes linéaires, le benzène, le naphtalène sont alternants. Certains non-alternants peuvent ependant posséder des harges nulles. xemple : ozone Dans l ozone, les harges des oxygènes et sont respetivement : q =.,5 +.,7 =,5 q =,7 = ous avons vu que l oxygène fournit életron au système et l oxygène en fournit, soit pour les harges nettes Q = -,5 Q = +. Cette polarité orrespond aux formules mésomères VI et VII.

16 Indie de liaison ous avons vu que les OM oupées peuvent avoir un aratère liant ou antiliant entre deux atomes. Le produit n k ik jk traduit la ontribution de l orbitale k à la liaison. Cette liaison est renforée quand e produit est positif et d autant plus que sa valeur absolue est importante. Si au ontraire e produit est négatif, il y a entre les atomes un hangement de phase et don l OM présente un aratère antiliant. Si l un des oeffiients est nul, l OM est nonliante entre les atomes onsidérés. n faisant la somme des ontributions sur toutes les OM oupées, on définit l indie p ij de liaison entre les atomes i et j selon : p ij k n k ik jk Un indie de signifie liaison. On vérifie immédiatement que est le as de l éthylène : p Pour le butadiène p =.,6.,37 +.,37.,6 =,89 p 3 =.,6.,6.,37.,37 =, nergie de résonane L énergie totale des életrons d un système est, dans l approximation de Hükel, la simple somme des énergies de haque életron. La onjugaison, est-à-dire l interation de liaisons ou de doublets adjaents, se produit pare qu elle s aompagne d une stabilisation. On appelle énergie de résonane la différene entre l énergie totale des életrons d un système onjugué réel et l énergie qu aurait le même système fitif en l absene d interation des liaisons et doublets. Si nous nous en tenons aux systèmes onjugués ne omportant que des doubles liaisons C=C butadiène, benzène et., l énergie du système fitif est elle qu auraient les életrons dans les orbitales de l éthylène + par double liaison életrons d énergie +. Ainsi l énergie de résonane du butadiène vaut : [ +,6 +,6butadiène + deux doubles liaisons sans interation =,4

17 59 Cette énergie est toujours négative, le système réel étant toujours plus stable que tout système fitif. Lorsque la onjugaison omporte des doublets, l énergie de résonane doit se référer à la somme des énergies des liaisons et des doublets non liants isolés. Dans le as de l ozone par exemple, il existe dans la moléule fitive sans résonane une liaison OO, d énergie O + O et un doublet d énergie O. 5. Moléules yliques onjuguées, aromatiité 5.. Constrution géométrique du diagramme orbitalaire méthode de Frost et Musulin Les polyènes yliques onjuguées, sont annulènes, Les annulènes à arbones sont appelés []-annulènes et ont omme formule brute C H. Le benzène est don le [6]-annulène. Une méthode géométrique simple permet d établir le diagramme orbitalaire et de aluler l énergie lle exploite l analogie entre es moléules où des életrons sont déloalisés sur un yle et le rotateur plan, système où un életron se déplae librement sur un erle. Dans e système quantique simple, on repère la position de l életron par son angle ave une diretion origine et la fontion d onde est alors de la forme : Ae im Soit maintenant un système ylique onjugué formé de atomes et orbitales de base Fig. 3. L un des atomes est pris pour origine et l atome de rang k est repéré par un angle k k Fig. 3. OA de base d un annulène à atomes

18 6 Par analogie ave le rotateur plan, on pose que le oeffiient k de l OA de l atome k est de la forme : k Ae imk Ae imk Chaque atome k étant lié uniquement au préédent k - et au suivant k +, une équation quelonque sauf k = et k = du système de Hükel s érit : k A e k k im k A e n divisant par Aexpimk/ : e im e imk im Ae im k D où les valeurs de l énergie : os m Les valeurs possibles de m sont données par la ondition d uniformité de la solution. Quand k augmente de, est-à-dire quand k augmente de, la fontion d onde doit prendre la même valeur ; autrement dit : k Ae k im k im Ae Il faut que les arguments des exponentielles soient égaux, à un nombre entier p de fois près : m k mk p m p Il faut don que m soit entier. On obtient les valeurs de en donnant valeurs onséutives à m, par exemple m = à m = : 3 os os. os. et ainsi de suite. On obtient graphiquement le diagramme orbitalaire en insrivant le yle de l annulène, présentant un sommet vers le bas, dans un erle de rayon, dont le entre a pour ordonnée. On projette les sommets du polygone sur un axe vertial : haque projetion

19 6 orrespond à un niveau d énergie omme le montre la Fig. 4 dans l exemple du benzène = 6. Fig. 4. Obtention des niveaux d un polyène benzène par la méthode de Frost et Musulin. La Figure 5 présente la onstrution des diagrammes orrespondants pour les annulènes à 4 entres ylobutadiène, 5 entres radial ylopentadiényle, 7 entres radial heptatriényle ou tropyllium. Fig. 5. Diagrammes énergétiques du ylobytadiène et des radiaux ylobutadiényl et yloheptatriényl. Le ylobutadiène possédant deux életrons dans deux niveaux dégénérés est triplet à l état fondamental. Le radial ylopentadiényle possède une OM liante inomplète et peut reevoir un életron supplémentaire donnant l anion ylopentadiényle, entité très stable donnant en partiulier de nombreux omplexes ave les métaux de transition, dont les métalloènes. Au ontraire, le radial tropyllium possède un életron dans une OM antiliante et tend à le perdre pour donner le ation orrespondant.

20 6 On peut remarquer plus généralement que le nombre de niveaux liants est toujours, par onstrution, en nombre impair, de la forme n +, et que es moléules ont don une stabilité maximale quand es niveaux sont remplis, ave par onséquent 4n + életrons. Les orbitales alulées du benzène sont présentées dans la Fig. 6. Figure 7. Orbitales alulées du benzène 5.. Aromatiité Pour le himiste, l aromatiité traduit une stabilité partiulière de ertaines moléules yliques onjuguées omme le benzène. n partiulier es moléules donnent plus failement des substitutions que des additions qui détruiraient la onjugaison. Un ertain nombre de ritères d aromatiité ont été proposés. Une aratéristique des omposés aromatiques onsiste en une diminution importante de l énergie des életrons quand on passe d un polyène linéaire au polyène ylique orrespondant.

21 63 xemple : benzène L énergie B de ses életrons selon la Fig. est : B = = 6 Le polyène linéaire orrespondant est l hexa-,3,5-triène, H C=CH-CH=CH-CH=CH, dont les OM oupées ont pour énergies, et respetivement, soit en tout ; le benzène est don plus stable de. Remarque Il ne faut pas onfondre ette différene d énergie ave l énergie de résonane. Cette dernière est alulée par omparaison ave 3 liaisons sans interation, soit et non par omparaison ave un polyène qui possède lui-même une ertaine énergie de résonane. xemple : ylobutadiène La fig. 8 donne l énergie totale des 4 életrons du butadiène,. Les életrons du ylobutadiène ont pour énergie, et sont don moins stables que eux du butadiène. On peut aluler pour toute valeur de la différene des énergies totales du polyène ylique C et du polyène linéaire orrespondant L : = C - L On a reporté dans la figure 8 la variation de en unités des []annulènes neutres, de la forme C H, à életrons. Comme est négatif, on onstate dans la Fig. que, onformément aux deux exemples préédents, est positif pour C 4 H 4, négatif pour C6H6. Il est négatif dans tous les autres as, mais il prend des valeurs partiulièrement importantes quand = 6,, 4 et., soit de la forme 4n +. Ce résultat est à la base de la règle empirique de Hükel. Règle d aromatiité de Hükel Les annulènes sont aromatiques lorsque le nombre de leurs életrons est de la forme 4n +. Les annulènes pour lesquels il est de la forme 4n sont dits antiaromatiques.

22 Figure 8. Variation de en fontion de des []annulènes neutres en unités. Cette règle s applique aux monoyles et aux polyyliques n ayant pas de arbone ommun à plus de deux yles : le naphtalène, l azulène é, l anthraène 4 é sont aromatiques. L azulène étant formé de yles à 5 et 7 atomes aolés, le yle à 5 haînons tend à apturer un életron supplémentaire et elui à 7 tend à la perdre f. plus haut. Cette moléule possède don un moment diplolaire important, à la différene de des autres pour lesquelles il est nul. La règle de Hükel ne s applique plus si un sommet est ommun à trois yles : le pyrène, ave 6 életrons est aromatique, mais le yle externe de ette moléule omporte 4 de la forme 4n + életrons.

23 65 Hétéroyles Des hétéroyles omme le furane, le pyrrole sont aromatique. L hétéroatome fournit életrons au système qui en ompte don 6. Dans la pyridine, l azote présente une double liaison et de fournit qu un életron à la onjugaison qui en totalise 6. Le doublet est situé dans le plan du yle et onfère à la moléule des propriétés basiques que ne possède pas le pyrole dont le doublet est déloalisé dans le système.

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Le but de ce TP, qui combine modélisation et spectroscopie UV-visible, est de montrer que : - la stabilité des molécules organiques

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Chapitre 6: PROPRIETES DES LIAISONS CHIMIQUES LES REACTIFS ET REACTIONS EN CHIMIE ORGANIQUE

Chapitre 6: PROPRIETES DES LIAISONS CHIMIQUES LES REACTIFS ET REACTIONS EN CHIMIE ORGANIQUE UNIVERSITE DES ANTILLES Faculté de médecine ours de Mr PELMARD Robert rpelmard@univag.fr Les cours seront complétés par la suite. hapitre 6: PRPRIETES DES LIAISNS IMIQUES LES REATIFS ET REATINS EN IMIE

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

CONSTRUCTION ET UTILISATION DES DIAGRAMMES POTENTIEL-pH

CONSTRUCTION ET UTILISATION DES DIAGRAMMES POTENTIEL-pH JL 05-06 PC CHAPITR I6 CONSTRUCTION T UTILISATION DS DIAGRAMMS POTNTIL- Le but de e hapitre est de proposer la mise en plae de l outil thermodynamique permettant de prévoir le sens des réations életrohimiques,

Plus en détail

SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13

SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13 SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13 Plan du cours Cours 1 : La lumière, onde ou corpuscule? Cours 2 : Les limites de la mécanique classique Cours 3 : Les bases de la mécanique quantique Cours 4

Plus en détail

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES.

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. N 2 Mars 2012 La Gazette u Rallye Mathématique e l IREM Paris-Nor LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. Dans un même établissement et pour une urée e 1 heure : ο ο une ate est retenue : le luni 12 après-mii

Plus en détail

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength onsolidation sous vide (-S) C Building worldwide on our strength onsolidation sous vide La onsolidation de terrains sous vide a été introduite dès 1952 par W. Kjellman, l inventeur du drain vertial préfabriqué.

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Transport des matières dangereuses par route en quantités réduites

Transport des matières dangereuses par route en quantités réduites Fihe Prévention - C4 F 01 10 Transport des matières euses par route en quantités réduites Cette fihe s adresse aux entrepreneurs du BTP qui sont amenés, dans le adre de leur ativité professionnelle, à

Plus en détail

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles Session 2014 exceptionnel Partie mathématiques de la deuxième épreuve d'admissibilité Éléments statistiques

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques

Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques Chapitre 5 Structure des molécules polyatomiques On distingue trois cas: Molécules polyatomiques non conjuguées, formées de liaisons simples ou multiples isolées, considérées comme la juxtaposition de

Plus en détail

Optique géométrique (CCP 2007 MP)

Optique géométrique (CCP 2007 MP) MP Physique-himie. Devoir en temps libre DL n 6- : orrigé Optique géométrique (CCP 7 MP) I. DEFINITIONS. Systèmes optiques a. Qu appelle-t-on système optique entré? Un système entré est un système présentant

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. tous les ; tous les b. deux c. remplacé d. électronégatif ; liaison e. moins f. donneur g. donneur ; accepteur h. donneur 2. QCM a. Addition.

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

RESOLUTION D UNE INEQUATION. Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation 2 Appellation 3 Vocabulaire à utiliser

RESOLUTION D UNE INEQUATION. Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation 2 Appellation 3 Vocabulaire à utiliser THEME : Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation Appellation Vocabulaire à utiliser < plus petit inférieur strictement inférieur strictement inférieur plus petit ou égal

Plus en détail

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels Chapitre 6 Circuits séquentiels Plusieurs circuits utilisés dans la vie courante ont besoin de mémoire. Ce chapitre présente les méthodes de base de stockage d information. Les circuits combinatoires présentés

Plus en détail

Chapitre 3 Les propriétés des ondes

Chapitre 3 Les propriétés des ondes ENIÈE IMPESSION LE 1 er août 2013 à 16:36 Chapitre 3 Les propriétés des ondes Table des matières 1 La diffration des ondes 2 2 Les interférenes 3 3 Effet oppler 4 PAUL MILAN 1 PHYSIQUE-CHIMIE. TEMINALE

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e I n t r o d u c t i o n a u x m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 0 e a n n é e ( 0 S ) Examen de préparation de mi-session Corrigé I n t r o d u c t i o n a u x m a

Plus en détail

La liaison chimique : formation des molécules

La liaison chimique : formation des molécules La liaison chimique : formation des molécules variation de l'énergie potentielle, lorsque l'on fait varier la distance entre 2 atomes d''hydrogène courtes distances : interaction répulsive grandes distances

Plus en détail

JAVA ET JDBC : UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI

JAVA ET JDBC : UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI JAVA ET JDBC UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI Comment nous proédons skubi@skubinet http//wwwskubinet Etude de quelques points essentiels et diffiiles Etude d exemples de ode Manuels Tous les douments

Plus en détail

Académie où a été produite la ressource : Montpellier (http://sciences-physiques.acmontpellier.fr) Transformation en chimie organique

Académie où a été produite la ressource : Montpellier (http://sciences-physiques.acmontpellier.fr) Transformation en chimie organique Physique - Chimie Terminale série S Thème : Comprendre : Lois et modèles Type de ressources : Activité documentaire Notions et contenus : Transformation en chimie organique Compétence travaillée ou évaluée

Plus en détail

Théorème d Ampère et applications

Théorème d Ampère et applications 6 Théorème d Ampère et applications 1 Théorème d Ampère Equivalent du théorème de Gauss pour l électrostatique. Permet de calculer des champs simplement en utilisant la symétrie des courants. Mais il faut

Plus en détail

Atomes polyélectroniques

Atomes polyélectroniques Chapitre 2 : UE1 : Chimie Chimie physique Atomes polyélectroniques Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Gaz et Fluides. Équilibre thermodynamique : 3 conditions sont nécessaires pour qu un système soit à l équilibre thermodynamique

Gaz et Fluides. Équilibre thermodynamique : 3 conditions sont nécessaires pour qu un système soit à l équilibre thermodynamique Gaz et Fluides 1 Généralités sur les systèmes thermodynamiques 1.1 Desription d un système Système thermodynamique : est un système omportant un grand nombre de partiules. Il est fermé s il n éhange pas

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l euroode E U R O C O D E Guide d appliation Jean Roux Afin d harmoniser les règles de oneption des strutures en béton entre les états membres de l Union européenne, les règles de alul ont

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

Analyse de la complexité algorithmique (1)

Analyse de la complexité algorithmique (1) Analyse de la complexité algorithmique (1) L analyse de la complexité telle que nous l avons vue jusqu à présent nous a essentiellement servi à déterminer si un problème est ou non facile (i.e. soluble

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

Problèmes à propos des nombres entiers naturels

Problèmes à propos des nombres entiers naturels Problèmes à propos des nombres entiers naturels 1. On dispose d une grande feuille de papier, on la découpe en 4 morceaux, puis on déchire certains morceaux (au choix) en 4 et ainsi de suite. Peut-on obtenir

Plus en détail

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT Chapitre 4 Machines de Turing Dans ce chapitre on présente un modèle de calcul introduit dans les années 3 par Turing, les machines de Turing. Ces machines formalisent la notion de calculabilité. La thèse

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme Enseignant A. Direr Liene 2, 1er semestre 2008-9 Cours de maroéonomie suite Partie 6 : Les flutuations éonomiques à ourt-terme Observons le graphique montrant la prodution industrielle des EU entre 1960

Plus en détail

2 Correspondance des Points de Contrôle Spline - Bézier

2 Correspondance des Points de Contrôle Spline - Bézier COURBES B-SPLINES 1 Introduction Une courbe de Bézier est totalement modifiée dès qu on déplace un point de contrôle : on dit que la méthode de Bézier est une méthode globale. Les courbes B-Splines Uniformes,

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

La stabilité en géométrie

La stabilité en géométrie Roger Cuppens (*) À George Pólya (1) PMEP Pour herher et approfonir 671 La stabilité en géométrie Dans et artile, j étuie le rôle es essins ans l élaboration e la géométrie euliienne. Ce rôle et le fait

Plus en détail

Machines à flux continu

Machines à flux continu Mahines à flux ontinu I- Turbines à gaz I- Prinipe de fontionnement I-- Turbines à gaz terrestre a) Shéma de prinipe Une turbine à gaz élémentaire est onstituée d un ompresseur entrifuge ou axial, d une

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible, IR et de RMN

Spectroscopie UV-visible, IR et de RMN Complément au hapitre 4 Spetrosopie UV-visible, IR et de RMN 1 Absorption d ondes életromagnétiques 11 Rayonnement életromagnétique Une radiation életromagnétique est aratérisée par sa fréquene ν eprimée

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation

Comment déterminer la vrai puissance de son installation Comment déterminer la "vrai" puissance de son installation Les caractéristiques des modules qui sont fournies par le constructeur sont des moyennes. Il indique d'ailleurs toujours l'écart à la moyenne

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i)

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i) hapitre 3 Les transistors bipolaires 3.1 Introduction Les transistors bipolaires ont été très utilisés au début (années 60, 70). Leur importance a diminuée avec l apparition des transistors à effet de

Plus en détail

Test de sélection du 4 juin 2013

Test de sélection du 4 juin 2013 Test de sélection du 4 juin 2013 Vous étiez 270 candidat-e-s à ce test de sélection, et 62 d entre vous (23%) participeront au stage olympique de Montpellier, du 19 au 29 août 2013, dont 12 filles : la

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Spectroscopie infrarouge I Spectroscopies d absorption 1. Généralités Reposent sur les interactions entre la matière et la lumière absorption : excitation après absorption d un quanta d énergiehν transitions

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés

Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Atomes polyélectroniques : Structure électronique et propriétés Observation Contrairement à l atome d hydrogène, l énergie totale (E) d un électron appartenant à un atome à plusieurs électrons ne peut

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Renforcer ses compétences

Renforcer ses compétences Renforcer ses compétences en mathématiques Tome 1 AVANT PROPOS Vos études ou vos activités professionnelles vous ont peut-être éloignés des mathématiques et ceci, parfois depuis longtemps. Vous souhaitez

Plus en détail

Soit une suite. On dit qu elle est géométrique si, partant du

Soit une suite. On dit qu elle est géométrique si, partant du Suites géométriques I) Définition Soit est un nombre entier naturel. Soit une suite. On dit qu elle est géométrique si, partant du TERME INITIAL, pour passer d un terme au suivant, on MULTIPLIE toujours

Plus en détail

Les métiers en élevage porcin s inscrivent dans une dynamique régionale forte

Les métiers en élevage porcin s inscrivent dans une dynamique régionale forte n e r e l l i Trava n i r o p e élevag s r e i t é des m t e s é i r a v s t n a n n o i pass Les métiers en élevage porin s insrivent dans une dynamique régionale forte Ave plus d 1 million de pors produits

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Expressions, types et variables en Python

Expressions, types et variables en Python Expressions, types et variables en Python 2015-08-26 1 Expressions Les valeurs désignent les données manipulées par un algorithme ou une fonction. Une valeur peut ainsi être : un nombre, un caractère,

Plus en détail

Cours d Algèbre I Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 21 novembre Corrigé du Test 1

Cours d Algèbre I Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 21 novembre Corrigé du Test 1 Cours d Algèbre I Bahelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Flukiger 21 novembre 2011 Corrigé du Test 1 Exerie 1. (15 points) Déterminer tous les sous-groupes de Z/12Z. D après le théorème de Lagrange, un sous-groupe

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Mesures d éclairage.

Mesures d éclairage. Mesures d éclairage. Dans le cadre de nos enseignements, nous sommes amenés à comparer des systèmes qui produisent des effets identiques comme par exemple différents systèmes pour éclairer un espace donné.

Plus en détail

Cours de mécanique M14-travail-énergies

Cours de mécanique M14-travail-énergies Cours de mécanique M14-travail-énergies 1 Introduction L objectif de ce chapitre est de présenter les outils énergétiques utilisés en mécanique pour résoudre des problèmes. En effet, parfois le principe

Plus en détail

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2012. Série S

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2012. Série S CLASSES DE PREMIERES GÉNÉRALES ET TECHNOLOGIQUES OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 01 Durée : 4 heures Série S Les calculatrices sont autorisées. Ce sujet comporte 4 exercices

Plus en détail

11 Géométrie. dans l espace. Chapitre

11 Géométrie. dans l espace. Chapitre hapitre éométrie dans l espace e chapitre reprend prolonge le travail fait en collège en géométrie dans l espace Les activités de conjecture de démonstration de construction de figures sont poursuivies

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

LES MOLÉCULES. Module 3 : la formule moléculaire. Date :

LES MOLÉCULES. Module 3 : la formule moléculaire. Date : Module 3 : la formule moléculaire Date : Rappel: La molécule est la plus petite partie possible de toute matière, et qui garde toutes les propriétés de cette matière donc sans en changer la composition

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Décomposition de fractions en éléments simples

Décomposition de fractions en éléments simples Déomposition de frations en éléments simples N. Jaquet Niveau : De la Terminale aux Maths du supérieur Diulté : Moyenne Durée : h à h30 Rurique(s) : Algère (frations rationnelles, systèmes linéaires) Exerie.

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

Mathématiques pour. l informatique

Mathématiques pour. l informatique Xavier Chanet Patrick Vert Mathématiques pour l informatique Pour le BTS SIO Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Illustration de couverture

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat I. Solutions acides faibles 1.1. Observation Le ph d une solution d acide éthanoïque CH 3 COOH de concentration molaire c A = 10 2 mol/l est égale à 3,4. 1.2. Interprétation

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE

Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE 2C3 142 Ecole Normale Supérieure de Cachan Second concours Admission en Cycle Master CHIMIE Session 2013 Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE Durée : 5 heures «Aucun document n est autorisé» «Aucun dictionnaire

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51 Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes Polytech Paris-UPMC - p. /5 Rappels mathématiques s Propriétés - p. 2/5 Rappels mathématiques Soit à résoudre le système linéaire Ax = b. Rappels mathématiques

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

Chapitre 4 : Géométrie plane

Chapitre 4 : Géométrie plane hapitre 4 : Géométrie plane I Rappels et compléments sur les vecteurs I Vecteurs et géométrie Égalité de deux vecteurs : = D ssi D est un parallélogramme (éventuellement aplati) D ddition de vecteurs :

Plus en détail

Séries chronologiques

Séries chronologiques 31-1-2005 Séries chronologiques Nino Silverio Support de cours provisoire pour l unité de valeur Mathématiques et statistiques destiné aux classes du BTS Comptabilité-Gestion de l ECG. Introduction DÉFINITION

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Probabilités conditionnelles

Probabilités conditionnelles 22 Probabilités conditionnelles Ω, B, P est un espace probabilisé. 22. Définition et propriétés des probabilités conditionnelles Considérons l expérience aléatoire qui consiste à lancer deux fois un dé

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2010

G.P. DNS05 Octobre 2010 DNS Sujet Effet Hall et magnétorésistance...1 I.Loi d'ohm...1 II.Champ magnétique propre...2 III.Loi d'ohm en présence de champ magnétique extérieur...2 IV.Influence de la géométrie...3 V.Disque de Corbino...4

Plus en détail

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380)

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380) 17 Marque débat 65200 Cieutat Tél.: 05.62.91.29.38 / Fax : 05.62.91.29.98 Email : d.lejop@foudre-prote.om EURL Capital 7622,45 RCS: Bagnères de Bigorre 399 133 198 Siret: 399 133 198 000 32, APE: 7712B

Plus en détail