DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES"

Transcription

1 DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES Õ Õ Õ Õ Õ Õ Séance du Conseil Municipal du vendredi 12 décembre 2014 Le Conseil Municipal, convoqué par lettre du vendredi 28 novembre 2014, s est réuni le vendredi 12 décembre 2014, sous la présidence de M. ROBO Maire de VANNES. Présents : M. David ROBO, M. Lucien JAFFRE, M. François ARS, Mme Pascale CORRE, Mme Nadine DUCLOUX, Mme Jeanine LE BERRIGAUD, M. Pierre LE BODO, M. Olivier LE COUVIOUR, Mme Anne LE DIRACH, Mme Odile MONNET, Mme Christine PENHOUËT, M. Gabriel SAUVET, M. Gérard THEPAUT, Mme Antoinette LE QUINTREC, M. Michel GILLET, M. Patrick MAHE O CHINAL, Mme Christiane RIBES, Mme Violaine BAROIN, M. François BELLEGO, M. Jean-Christophe AUGER, Mme Cécile JEHANNO, Mme Annaick BODIGUEL, Mme Hortense LE PAPE, M. Philippe FAYET, M. Gilles DUFEIGNEUX, Mme Chrystel DELATTRE, Mme Isabelle LETIEMBRE, M. Frank D'ABOVILLE, M. Maxime HUGE, M. Olivier LE BRUN, M. Vincent GICQUEL, Mme Caroline ALIX (du début au point 48), M. Guillaume MORIN, M. Fabien LE GUERNEVE, Mme Ana BARBAROT, Mme Micheline RAKOTONIRINA, M. Franck POIRIER, M. Christian LE MOIGNE, M. Simon UZENAT, M. Bertrand IRAGNE, M. Nicolas LE QUINTREC, M. Roland FAUVIN Pouvoirs : Mme Catherine LE TUTOUR à M. Olivier LE BRUN Mme Caroline ALIX à Mme Odile MONNET (du point 49 à la fin) Mme Latifa BAKHTOUS à M. David ROBO Absente excusée: Mme Sophie GRARE Membres en exercice : 45 Secrétaire de séance : Mme Ana BARBAROT

2 Point n : 48 Séance du Conseil Municipal du 12 décembre 2014 FINANCES Orientations budgétaires 2015 M. Lucien JAFFRE présente le rapport suivant 1. Contexte National Les collectivités locales évoluent désormais dans le contexte d une très grande contrainte financière. Malgré la faiblesse de leur poids dans la dette et les déficits publics, l ensemble des collectivités locales est associé au redressement des comptes publics pour 21 milliards d euros de contribution en Cette contribution a pris la forme d une première baisse, en 2014, des dotations que les collectivités perçoivent de l État, (1,5 milliard d euros). En 2015, la nouvelle baisse opérée, soit 3,7 milliards d euros, représente une diminution de plus de 9 % de la dotation globale de fonctionnement (DGF), leur principal concours financier. Cette baisse sera réitérée en 2016 et 2017, soit, d ici 2017, une diminution de près de 30% de la DGF. En conséquence, en 2015, les collectivités devront faire face à : - Une accentuation du repli des investissements publics locaux qui s'observerait pour tous les niveaux de collectivités; - Un troisième recul consécutif de leur épargne brute ; Cependant, grâce à sa gestion rigoureuse et responsable depuis de nombreuses années, la Ville de Vannes poursuivra en 2015 sa politique volontariste d investissements que l on peut d ores et déjà situer à environ 20 M sur le seul budget principal et près de 4 M sur les budgets annexes.

3 2. Les orientations budgétaires Première partie : Le Budget principal Les concours de l Etat A - La rétrospective Des montants stabilisés depuis En baisse depuis B Les orientations pour La Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) La contribution de la Ville de Vannes au redressement des finances publiques est estimée à près de 1,3 M pour ramener le montant de la Dotation Globale de Fonctionnement à environ 7,7 M. On rappelle que depuis de nombreuses années, la ville de Vannes est pénalisée en recevant une DGF nettement inférieure à la moyenne de celle de sa strate démographique : 190 euros par habitant pour Vannes alors que la moyenne des villes comparables (state de à habitants), s élève à 320 euros par habitant! - La Dotation de Solidarité Urbaine (DSU) Elle est maintenue à la même hauteur qu en 2014, soit 1 M.

4 - La Dotation Nationale de Péréquation (DNP) Elle est prévue en légère augmentation, de l ordre de 2%. C La prospective L application à la Ville de Vannes, du programme national de stabilité, aboutit à une diminution cumulée de la DGF jusqu en 2017 de près de 4 M (2015/2017). Au total, la baisse de DGF représente 24 M de ressources en moins sur l ensemble de ce mandat au regard du mandat précédent. Entre 2014 et 2017, la ville perdrait ainsi l équivalent de la moitié de son épargne brute. Par comparaison, la compensation d une telle baisse de DGF équivaudrait à une augmentation de 15% de la fiscalité ménages. En conséquence, sur l ensemble de ce mandat municipal en cours et par rapport au mandat précédent, la ville perdra un financement de l ordre de 24 M d euros, soit par jour de ce mandat, ou encore l équivalent de plus d une année entière d investissements, au rythme des investissements jusqu ici réalisés par notre ville (près de 120 millions d euros au cours des 6 années du mandat précédent, pour le seul budget principal et 27 millions d euros pour les budgets annexes) Les Ressources Fiscales A - La rétrospective a) Les taxes «ménages» Depuis l an 2000, dans notre ville, les taux ménages sont restés inchangés. Ainsi le contribuable vannetais a été préservé au plus juste au cours des 15 dernières années, par l application d une imposition inférieure d environ 30% à celle des habitants des villes comparables. Comparaison du niveau de pression fiscale exercé sur le contribuable

5 *Source Cabinet Michel Klopfer Paris b) Les autres taxes La taxe sur l électricité conserve son dynamisme comme l indique le graphique cidessous. Pour 2014, le produit attendu sera proche de à 1,15 M et devrait progresser légèrement encore pour La taxe additionnelle sur les mutations sera de l ordre de 2,45 M pour 2014, soit un montant supérieur à la prévision budgétaire, en raison notamment à d un produit lié à une opération de cession exceptionnelle intervenue au cours de l exercice (recette de taxe ). Une légère reprise de ce marché immobilier de l ancien est attendue pour 2015.

6 B Les orientations pour 2015 a) Les taxes ménages Pour pallier en partie la baisse de DGF, le Conseil Municipal s est prononcé favorablement, au mois de septembre dernier, sur la modification de l abattement général à la base relatif à la taxe d habitation. Par ailleurs, la revalorisation nationale des bases ménages est estimée à 0,9%. La variation physique des bases sur la Ville de Vannes peut-être est évaluée à 1,30%. En conséquence et au regard des taux de taxes inchangés pour 2015 (14,82% pour la Taxe habitation, 18,42% pour le foncier bâti, et 48,67% pour le foncier non bâti), le produit total de la fiscalité directe ménages, est estimé à environ 29 M. b) Les autres taxes La taxe sur l électricité est estimée à 1,2 M (+3,5%) et la taxe sur les droits de mutation à 2,2 M. A noter que le budget 2015 intègre les modifications apportées à la taxe de séjour. Un produit supplémentaire est attendu, pour porter son montant à Le produit des jeux provenant de l ouverture attendue du Casino est estimé, pour 2015, à C La prospective La modification de la politique d abattement général à la base adoptée au dernier Conseil Municipal au titre de l exercice 2015, pourrait être reconduite pour 2016.

7 Si la baisse annoncée des dotations de l Etat devait se confirmer, les efforts importants de recherches d économies internes, notamment sur les frais généraux de fonctionnement, ne suffiront pas à compenser cette diminution de recette, ce qui pourrait entraîner par la suite, la nécessité d une évolution des taux ménages Les dotations en provenance de la Communauté d Agglomération Les principaux échanges financiers entre la Ville de Vannes et Vannes- Agglomération sont l attribution de compensation (AC), liée au transfert de compétences ainsi que la dotation de solidarité communautaire (DSC). A La rétrospective Evolution de la dotation communautaire depuis 2008 DSC AC Retours Communautaires ,62% ,50% ,22% ,63% ,87% ,50% ,33% Var. B Les orientations pour 2015 a) L attribution de compensation Elle sera maintenue à 12,3 M, soit un montant identique à celui de b) La dotation de solidarité communautaire Elle sera également maintenue à son niveau de 2014, soit 3,9 M. C La prospective En prospective sur le mandat, l attribution de compensation, tout comme la dotation de solidarité communautaire, seront maintenues à leur niveau de 2015.

8 Toutefois, des mutualisations ou des délégations seront étudiées dans les prochaines années. Elles auront un impact sur l attribution de compensation. 2.4 Le niveau d endettement de la ville A La rétrospective Encours de dette sur les 5 dernières années (budget principal)

9 Ces trois graphiques mettent en évidence, la saine gestion financière de la ville de Vannes et la bonne maîtrise de l endettement (1 030 euros par habitant). Il faut rappeler que cette dette ne comporte aucun emprunt dit «toxique» ni aucun emprunt «in fine». A fin 2014, le taux d intérêt moyen des emprunts se situe à environ 3 %. Les nouvelles renégociations de la dette, effectuées en 2014, ont porté sur 9 contrats, soit sur un montant total d encours de 27,3 M. Elles ont permis de faire une économie substantielle de 1,3 M d intérêts.

10 Les graphiques ci-après indiquent les résultats de ces négociations :

11 B - Les Orientations pour 2015 Le montant de l emprunt prévisionnel est de l ordre de 7,5 M, fixé au niveau le plus juste des besoins en investissements et proche du niveau des remboursements en capital de l exercice. Le montant du paiement des intérêts inscrits en section de fonctionnement s élève à 1,7 M. Le montant du remboursement du capital inscrit en section d investissement s élève à 7,8 M. En 2015, l encours de dette sera augmenté par l intégration de la dette relative à l activité petite enfance reprise en gestion par la Ville (2,7 M, emprunts contractés principalement pour la construction du multi-accueil des Vénètes à Kercado). C La prospective L intégration au cours du mandat de la dette du Partenariat Public Privé (PPP) de Kérino soit, 23,5 M, impactera le niveau d endettement. Pour autant, la prospective de fin de mandat, prévoit un maintien du taux d endettement, inférieur aux seuils considérés admissibles pour une collectivité de notre taille. L endettement par habitant s établira alors proche du niveau moyen d endettement de la strate démographique des villes de à habitants L analyse financière des orientations budgétaires : les principaux impacts sur les sections de fonctionnement et d investissement. Les incidences sur l épargne brute. Préambule Le transfert de l activité «Petite Enfance», du Centre Communal d Action Sociale vers la Ville impactera la section de fonctionnement pour 3,9 M en dépenses et 2 M en recettes. L équilibre du service était déjà assuré par la collectivité via une subvention versée au CCAS. Il ne s agit donc pas d un coût supplémentaire pour la ville. Ce transfert contribue à l optimisation des moyens de la collectivité en préservant et améliorant le service rendu à l usager. L ensemble des emplois, soit 77 agents Equivalent Temps Plein (dont 64 titulaires), est repris in extenso dans les effectifs de la ville.

12 I L évolution de la section de fonctionnement 1 Les dépenses Le chapitre 011 (les charges à caractère général) A La rétrospective La réduction des ressources, s est traduite par une nécessité d une maîtrise des frais généraux tout en continuant à développer des actions de qualité à destination des vannetaises et des vannetais. B Les orientations pour 2015 Le chapitre 011 est estimé à 13 M au budget 2015 (y compris la prise en compte de la petite enfance). Ce montant contenu s inscrit dans la continuité des efforts d optimisation des moyens, consentis au cours des deux dernières années. Chaque service de la Ville, tout comme chaque collaborateur, se mobilisent pour que soit réalisée cette maîtrise des frais généraux. Le coût des énergies, situé à 2,4 M pour 2015, se révèle en augmentation de l ordre de 6%. Pour autant, la mise en concurrence systématique, permettra par exemple, dès 2015, d économiser près de par an sur les consommations du gaz. De plus, l évolution actuelle du prix des carburants devrait nous permettre de réaliser des économies dès L action municipale par son service «énergie», assure également cette maitrise des coûts. En outre, à travers la mise en œuvre du Plan Climat Energie Territorial (PCET), la ville s engage de manière volontariste dans une démarche responsable de développement durable.

13 La Politique de la Ville est au cœur de nos objectifs. Elle se décline à travers des actions fortes telles que le Programme de Rénovation Urbaine qui se poursuit, les nouveaux périmètres d actions sociales prioritaires, l accompagnement des adolescents et des familles et plus particulièrement des familles monoparentales Naturellement, l ouverture et la rénovation de structures municipales dans tous les quartiers participent pleinement à la réalisation de ces objectifs. Il convient de rappeler par ailleurs, que la Ville assume la prise en charge des dépenses supplémentaires liées aux Temps d Activités Périscolaires (TAPS), dépenses nouvelles et obligatoires et pour partie, non financées par l Etat et ce gratuitement pour les familles. C La prospective En prospective, pour ce chapitre 011 des charges à caractère général, une augmentation annuelle de 1,5% est envisagée Le chapitre 012 (les charges de personnel) A La rétrospective Les charges de personnel ont régulièrement été en croissance au cours des années précédentes, et plus fortement à compter de B Les orientations pour 2015

14 A périmètre constant, les charges de personnel sont estimées, pour le budget principal, à 37 M. Le transfert de la petite enfance l incrémentera de 3,4 M. Les principales évolutions des salaires sont de nature réglementaire (Glissement Vieillesse Technicité ou GVT, pour 0,8%dont les revalorisations salariales des agents relevant de catégorie C). La variation des effectifs est positive (+1,5%) en 2015 par l effet de décalage des recrutements réalisés en 2014, pour compenser en partie les départs de collaborateurs. C La prospective Une augmentation annuelle de l ordre de 1,5 % est envisagée pour les charges de personnel Le chapitre 65 (les contributions les subventions versées) A La rétrospective Depuis de nombreuses années, la ville de Vannes intervient financièrement pour soutenir les actions menées par les structures «ad hoc» (CCAS, TAB) mais aussi pour accompagner les associations, très nombreuses, dont le dynamisme contribue de manière importante à l image positive de la ville. Au-delà des subventions directes, il faut bien sûr rappeler que la ville de Vannes contribue de manière importante en logistique (matériels et agents municipaux), lors des principaux événements créés et organisés par les associations tant dans les domaines culturel, que sportif ou encore de l action sociale. B Les orientations pour 2015 L évolution principale en 2015 concerne la subvention au CCAS. En effet, du fait du transfert de la petite enfance, la subvention au CCAS est ramenée de 3,8 M en 2014 à 2,1 M en Le montant total du chapitre 65 est estimé à 8,6 M. Outre, la subvention au CCAS, les subventions aux associations (1,5 M ), la subvention aux écoles privées sous contrat d association (1,6 M ) et la subvention au Théâtre de Bretagne (1,2 M ) sont les principaux postes de ce chapitre. Dans ce poste, figure également la subvention d équilibre au budget annexe des restaurants municipaux (cantines scolaires et restaurant du personnel) pour un montant de

15 C La prospective Pour les années à venir, le montant de ce chapitre 65 est stabilisé Le chapitre 67 (les charges exceptionnelles) A La rétrospective Par définition, ce chapitre a varié en fonction, notamment, des subventions à caractère exceptionnel, accordées aux associations et autres organismes selon les événements créés et organisés sur un exercice. B Les orientations pour 2015 Le montant qui sera inscrit sous ce chapitre, a été estimé à 1,7 M pour le prochain exercice. Les principales inscriptions en 2015 sont : - La subvention au budget annexe des parcs de stationnement : Les subventions exceptionnelles aux associations, pour , dont pour la Semaine du Golfe. La politique événementielle s inscrit pleinement dans notre souhait constant de faire vivre la Ville à tout moment de l année. Elle se poursuivra au même rythme au cours de l année 2015 avec le Festival photos de mer, le Salon du livre, Vannes Côté Jardin, les Fêtes Historiques, le Festival de jazz, les Fêtes d Arvor, CeltiVannes. En outre, la Ville de Vannes, habituée à recevoir et à organiser des évènements sportifs de haut niveau, recevra au mois de juillet 2015, la neuvième étape du Tour France Cycliste. C La prospective Ce chapitre est stabilisé dans son enveloppe Les recettes Chapitre 70 : les produits des services Ce chapitre concerne les recettes de tarification des différents services à la population. Globalement, l augmentation des tarifs est fixée à 0,3% pour les Vannetais et à 4% pour les non Vannetais. Le produit attendu de ces prestations aux usagers, est de l ordre de 3,3 M. Dans ce chapitre, se trouvent également les remboursements de frais des budgets annexes (3,6 M pour les frais de personnel).

16 Le montant total des inscriptions à ce chapitre 70, est estimé pour 2015, à 8,3M, dont plus de 3 M en provenance des budgets annexes pour le remboursement des charges de personnel Chapitre 73 - Les ressources fiscales Le montant total de ce chapitre est prévue à hauteur de 52 M. Ce chapitre correspond aux taxes directes encaissées, ainsi les recettes liées à la fiscalité ménages pour 29 M, les ressources communautaires pour 16,2 M, les droits de mutation pour 2,2 M ou encore la taxe sur l électricité pour 1,2 M Chapitre 74 : les concours de l Etat Outre les concours de l Etat évoqués précédemment (DGF, DSU, DNP), représentant un peu plus de 9 M, soit environ 12 % de moins qu en Ce chapitre intègre les compensations fiscales de l Etat pour un montant estimé de 1,2 M. Les subventions des autres organismes et autres collectivités, sont estimés à hauteur de 1,7 M, en provenance notamment, de la Caisse d Allocations Familiales, en augmentation en 2015, du fait du transfert de la petite enfance. II Le programme d investissement A La rétrospective Millions 30,00 Evolution des dépenses d'équipement depuis ,00 20,00 BUDGET PRIMITIF 15,00 COMPTE ADMINISTRATIF 10,00 5, est Les dépenses d équipements sont restées élevées dans notre ville au cours du dernier mandat.

17 B - Les orientations pour Les dépenses Les dépenses d équipement figurant au budget 2015 du budget principal, seront de l ordre de 20 M. Outre les programmes habituels de grosses réparations et entretien, les programmes suivants seront inscrits sur ce budget : La livraison de la médiathèque de Beaupré-Lalande La poursuite du Programme de Rénovation Urbaine du quartier de Ménimur, La livraison de la médiathèque et du pôle services de Ménimur La livraison de l EHPAD de Ménimur La livraison du Multi accueil des Vénètes à Kercado L initiation du projet de réhabilitation du Centre commercial de Kercado L achèvement de l aménagement de la Maison des associations à Kercado L extension de la Vidéo-protection La création d une Maison de la culture Bretonne La création d un Skate parc sur le port La poursuite de la politique d investissement en matière d eau et d assainissement La réalisation de la Coulée verte à Nord-Gare Le lancement de la mission Fisac sur le Centre-Ville Le début des travaux de rénovation du Centre administratif La fin de l aménagement de l espace des Bigottes L accueil de France Business School rue de la loi La poursuite de la mise en accessibilité des bâtiments communaux L amélioration des trottoirs du Centre Ville par un programme spécifique. De nouvelles acquisitions foncières et notamment, l ex site militaire Systermans, rue Herriot avec le soutien de l EPFR (Etablissement Public Foncier Régional) et de Vannes Agglo. La poursuite de l élaboration du futur Plan Local d Urbanisme (PLU) La poursuite du Plan Climat Energie Territorial (PCET). 2 Les recettes En recettes d investissement, les subventions d équipement attendues (2,5 M ) correspondent principalement au Programme de Rénovation Urbaine et aux médiathèques. Le FCTVA est envisagé à hauteur de 1,8M et le produit des amendes de police est estimé à 0,9M.

18 Les emprunts nouveaux seront limités, comme chaque année, au montant du capital remboursé sur l exercice pour les emprunts en cours, soit entre 7 et 8 M. Bien entendu, malgré les baisses des recettes de fonctionnement et leur impact sur l épargne, une part des investissements sera toujours financée par l autofinancement généré. C La prospective Le Programme d Investissement sur l ensemble du mandat est estimé à 90 M. Compte tenu des conditions financières nouvelles liées à la baisse importante des concours de l Etat, ce programme sera donc inférieur au programme global réalisé sur le mandat précédent. Il s inscrira dans un programme nouveau d autorisations de programmes et crédits de paiement. Des autorisations de programme seront créées dont : - Des autorisations de programme correspondant à des dépenses récurrentes : Valorisation du Patrimoine, Aménagement de l espace public, Renouvellement du parc véhicules et Développement numérique. - Les programmes spécifiques nouveaux pourront également être constitués en autorisation de programmes. III - Le niveau d épargne attendu (épargne brute/épargne nette) A La rétrospective

19 Le graphique ci-dessus montre une lente érosion de l épargne brute au cours des dernières années dû à l effet ciseau d une augmentation des dépenses au regard d une stabilisation des recettes, consécutive à la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement. B Les orientations pour 2015 Par notre gestion budgétaire rigoureuse dans la continuité de celle menée depuis de nombreuses années, nous poursuivrons le maintien du niveau d épargne brute pour garantir une situation financière saine de notre ville. C La prospective L objectif cible sur le mandat est le maintien d une épargne brute annuelle d environ 8 M, laissant une perspective d épargne nette annuelle d 1 M sur le mandat. Deuxième partie : les budgets annexes I Le budget annexe de l eau Le budget de l Eau présente pour 2015 : a) La section de fonctionnement Elle est équilibrée à hauteur de 5,55 M Les principales charges concernent les frais de personnel pour 1,3 M et la dotation aux amortissements pour 1,2 M. Les charges à caractère général représentent dont pour les produits chimiques et pour l électricité. Pour les recettes, 3,7 M proviennent de la consommation des usagers. L export aux autres communes assure un produit de 0,5 M. b) La section d investissement Des dépenses sont prévues à hauteur de 2,3 M. Les travaux correspondent notamment à des extensions ou renforcement de réseaux pour , la mise en œuvre du schéma directeur d eau potable pour ou encore des acquisitions de compteurs pour

20 Ces travaux sont principalement financés par la dotation aux amortissements pour 1,2 M et par un emprunt de c) L encours de dette du budget Eau est de 1,3 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à d) En prospective, la mise en œuvre continue du schéma directeur d eau potable constitue la priorité du mandat. II - Le Budget annexe de l assainissement Le budget de l Assainissement présente pour 2015 : a) La section de fonctionnement est équilibrée à hauteur de 4,13 M Les charges de personnel soit 1,26 M représentent la principale dépense. La section de fonctionnement comprend également : de frais généraux dont pour les frais d électricité et pour les produits chimiques. L amortissement des travaux est estimé à 1, 11 M Pour les recettes de fonctionnement, 2,68 M proviennent des usagers. Pour 2015, une augmentation de 0,08 par m³ est intégrée au budget afin notamment de pallier la réduction des aides de l agence de l eau Loire et Bretagne. On peut souligner également que les villes de Séné et de Saint Avé, le Syndicat de Vannes Ouest et la presqu île de Rhuys bénéficient de la solidarité assurée par la Ville de Vannes. b) En section d investissement des dépenses sont prévues à hauteur de 1,60 M pour la réhabilitation du réseau et la mise en œuvre du schéma directeur d assainissement. Ces travaux sont principalement financés par le biais de la dotation aux amortissements pour 1,11M et par un emprunt de c) L encours de dette du budget Assainissement est de 1,41 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à d) En termes de Prospective, la mise en œuvre continue du schéma directeur d assainissement constitue la priorité du mandat.

21 III - Le budget annexe du Port de plaisance Le budget du Port de Plaisance présente pour 2015 : a) Une section de fonctionnement équilibrée à hauteur de Les dépenses sont principalement à hauteur de pour les frais généraux, pour les charges de personnel et pour les charges d amortissement. Les recettes sont principalement à hauteur de provenant des usagers et de pour l amortissement des subventions d équipement. b) En section d investissement des petits travaux sont prévues à hauteur de Ces travaux sont financés par le biais des amortissements. c) L encours de dette du budget Port de plaisance est de 1,36 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à d) En termes de prospective, le projet «port propre» sera mis en œuvre. IV Le budget annexe des Parcs de Stationnement Le budget des Parcs de Stationnement présente pour 2015 : a) Une section de fonctionnement équilibrée à hauteur de Les dépenses sont principalement à hauteur de pour les frais généraux, pour les charges de personnel et pour les charges d amortissement. Les recettes sont principalement à hauteur de provenant des usagers. Une subvention de du budget principal est nécessaire à l équilibre de ce budget. b) En section d investissement, une enveloppe prévisionnelle de est inscrite pour faire face aux travaux de l année. Ces travaux sont financés par le biais de la dotation aux amortissements. c) L encours de dette du budget Parcs de Stationnement est de 1,69 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à

22 d) En termes de Prospective, la fin de la délégation de service public en décembre 2015 aura pour incidence une réflexion plus globale sur les modes de gestion des parkings, réflexion engagée par l étude initiée dans le cadre du FISAC Centre-Ville. V Le budget annexe des restaurants municipaux Le budget des Restaurants Municipaux présente pour 2015 : Le budget 2015 des restaurants enregistre en année pleine la fermeture du restaurant du personnel de Kergolven. a) Une section de fonctionnement équilibrée à hauteur de 1,8M Outre les charges de personnel s élevant à , les charges à caractère général représentent L alimentation est la principale dépense pour Pour les recettes, proviennent des usagers. Une subvention de du budget principal est nécessaire à l équilibre de ce budget. b) En section d investissement des dépenses sont prévues à hauteur de dont 61K pour des travaux notamment à la cuisine centrale de Kercado et dans les restaurants scolaires des écoles maternelles Calmette et Anne de Bretagne. Ces travaux sont financés par le biais des amortissements pour et par une subvention spécifique du budget principal pour c) L encours de dette du budget Restaurants Municipaux est de 1,38 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à d) En termes de prospective, le transfert des structures petite enfance au sein de la Ville aura pour incidence une réflexion sur l organisation du service de restauration. VI Le Budget annexe des Lotissements Le budget des Lotissements présente pour 2015 : Ce budget annexe concerne désormais le seul lotissement Beaupré-Lalande. a) La section de fonctionnement est équilibrée à hauteur de b) La section d investissement est estimée à hauteur de

23 c) L encours de dette du budget des Lotissements est de 6,46 M Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à d) En termes de prospective, la poursuite de la commercialisation des terrains de Beaupré Lalande. VII Le budget annexe des zones d activités Le budget des Zones d activités présente pour 2015 : a) La section de fonctionnement est équilibrée à hauteur de 1,64 M. b) La section d investissement est estimée à hauteur de c) L encours de dette du budget Zones d activités est de 1,51 M. Le remboursement du capital de la dette est évalué à , les intérêts de ces emprunts sont évalués à Les principales opérations de ce budget des zones d activités sont pour la poursuite de la commercialisation des zones de Laroiseau 1 et 2, Ténénio 2 et le solde du Parc d Activités Paul Duplaix au Prat. *** Telles sont, Mesdames, Messieurs, cher(e)s collègues, les orientations que je vous propose pour le budget 2015 de la ville. Il ne s agit bien évidemment pas du budget primitif lequel sera présenté lors du prochain Conseil Municipal, au mois de février Les orientations budgétaires ne font pas l objet d un vote en Conseil Municipal, mais d une communication permettant d engendrer un débat que je vous propose de lancer dès à présent.

DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES

DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES DEPARTEMENT DU MORBIHAN Envoyé en préfecture le 30/06/2015 VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES Õ Õ Õ Õ Õ Õ Séance du Conseil Municipal du vendredi

Plus en détail

DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES

DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES DEPARTEMENT DU MORBIHAN VILLE DE VANNES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VANNES Õ Õ Õ Õ Õ Õ Séance du Conseil Municipal du vendredi 07 février 2014 Le Conseil Municipal,

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 Séance du Conseil municipal du 16 décembre 2014 Chaque année, dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif, un débat sur les orientations budgétaires

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Nbr de membres en exercice : 53 Quorum : 27 Date de la convocation : 06/05/2013 Affichée le : 25/06/2013

Nbr de membres en exercice : 53 Quorum : 27 Date de la convocation : 06/05/2013 Affichée le : 25/06/2013 En vertu de l'article L.2131-1 du CGCT, le Maire de Poitiers atteste que le présent acte a été affiché, transmis en Préfecture le.. et/ou notifié le.. et qu'il est donc exécutoire. Pour le Maire, Par délégation

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

SEANCE DU 10 avril 2015

SEANCE DU 10 avril 2015 SEANCE DU 10 avril 2015 Le Conseil Municipal de Berneuil en Bray dûment convoqué le 03 avril 2015 s est réuni en séance ordinaire le vendredi 10 avril 2015 à vingt heures trente sous la Présidence de Monsieur

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

/ Affiché le 14/04/2015 Fin d affichage le 15/06/2015. Mairie d Orleix. COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Du mercredi 25 mars 2015 à 20H30

/ Affiché le 14/04/2015 Fin d affichage le 15/06/2015. Mairie d Orleix. COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Du mercredi 25 mars 2015 à 20H30 / Affiché le 14/04/2015 Fin d affichage le 15/06/2015 République Française Département des Hautes- Pyrénées Mairie d Orleix EXTRAIT du Registre des Délibérations du Conseil Municipal COMPTE RENDU DU CONSEIL

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Etaient présents : MM. BONICI Claude, CIURKO Romain, MORIN François Mmes CARMINATI Christine, GUYOT Maryline, LUDOT Valérie, NIORTHE Jacqueline

Etaient présents : MM. BONICI Claude, CIURKO Romain, MORIN François Mmes CARMINATI Christine, GUYOT Maryline, LUDOT Valérie, NIORTHE Jacqueline COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 10 avril 2013 MAIRIE DE POIGNY L an deux mille treize, le dix avril à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal légalement convoqué s est réuni à la

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU JEUDI 17 MARS 2011

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU JEUDI 17 MARS 2011 COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU JEUDI 17 MARS 2011 Etaient présents : Mr LENQUETTE, Maire, Mr CHOQUEZ, Mme COPIN, Mr CAUDRON, Mme VASTRA, Mr CUVILLIER, Mme ABADA, Mr BEN YAHIA,

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------------------------------------ La Lettre informations n 2 - avril 2015 Les comptes de la commune --------------- contexte économique national Pour la première

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL du VENDREDI 12 AVRIL 2013. Compte-rendu

CONSEIL MUNICIPAL du VENDREDI 12 AVRIL 2013. Compte-rendu CONSEIL MUNICIPAL du VENDREDI 12 AVRIL 2013 Compte-rendu Étaient présents : Mmes et MM. Bernard THIVEND, Maire, Isabelle DEMEURE BESSON, Claude HUGUES, Eric MARTIN, Jean-Luc METTON, Christian BUONO Adjoints,

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015 Budget primitif Équilibre général du budget Dotations nouvelles Reports Total INVESTISSEMENT DEPENSES 10 563 898,81 7 079 912,86 17 643 811,67 RECETTES 13 511 283,90 4 132 527,77 17 643 811,67 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Le budget communal : les principes généraux 1

Le budget communal : les principes généraux 1 Le budget communal : les principes généraux 1 G E S T I O N L article 4 du décret n 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique définit le budget comme "l acte par

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le projet de budget 2013 de la Ville de Dakar s inscrit dans une dynamique d assainissement des finances, de renforcement des investissements structurants

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Ce débat permet à l'assemblée délibérante :

Ce débat permet à l'assemblée délibérante : Débat d Orientation Budgétaire 2015 1 OBJECTIFS DU DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE Ce débat permet à l'assemblée délibérante : - d'être informée sur l'évolution de la situation financière de la collectivité

Plus en détail

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France 11 juin 2015 Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL 1. PRESENTATION DES RESULTATS GLOBAUX SECTION DE FONCTIONNEMENT Dépenses de l exercice 4 541 919.83 Recettes de l exercice 5 378 215.04

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

CECI AYANT ETE EXPOSE IL EST CONVENU CE QUI SUIT ENTRE LES PARTIES :

CECI AYANT ETE EXPOSE IL EST CONVENU CE QUI SUIT ENTRE LES PARTIES : Entre : La Ville de Vannes, domiciliée Place Maurice Marchais, 56 000 VANNES, représentée par son Premier Maire Adjoint, Monsieur Lucien JAFFRE, dûment habilité par délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014 COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014 L an deux mille quatorze, le treize du mois de janvier, le Conseil Municipal de la Commune de la Mothe-Achard, dûment convoqué par Monsieur

Plus en détail

COMMUNE DE MOUTHE. PROCES-VERBAL REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 24 mars 2015 20H30

COMMUNE DE MOUTHE. PROCES-VERBAL REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 24 mars 2015 20H30 COMMUNE DE MOUTHE PROCES-VERBAL REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 24 mars 2015 20H30 Le vingt-quatre mars deux mille quinze à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal de la Commune de Mouthe s'est

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

1 SUR LA RECEVABILITE DE LA SAISINE AU TITRE DE L ARTICLE L.1612-2 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

1 SUR LA RECEVABILITE DE LA SAISINE AU TITRE DE L ARTICLE L.1612-2 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Première section Dossier n 2014-026 Avis du 18 juillet 2014 Centre communal d action sociale de la commune de Rigny-la-Salle (Meuse) Non adoption du budget 2014 Article L. 1612-2 du code général des collectivités

Plus en détail