Kit de survie - Bac S

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Kit de survie - Bac S"

Transcription

1 Kit de survie - Bc S. Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k < : x < y kx > ky sens contrire Pour x et y de même signe : x < y x > y sens contrire Pour x > et y > : x < y x < y même sens Pour x > et y > : x < y x < y même sens Si f croissnte * : x < y f(x < f(y même sens Si f décroissnte * : x < y f(x > f(y sens contrire (* sur un intervlle contennt x et y Exemples : Schnt que 3 < x < 5, que peut-on en conclure pour 3 x? 3 < x < 5 5 < x < 3 < 3 x < 3 x < Comment montrer que pour tout x >, x < x? Pour tout x > : < x < x x < x x < x (cr x > x > x Rppels : On peut toujours jouter membre à membre deux inéglités. On peut multiplier membre à membre deux inéglités si tous les termes sont positifs. On ne peut ps soustrire ou diviser membre à membre deux inéglités. Encdrement de x y : On détermine d bord un encdrement de y, puis on effectue l somme membre à membre vec celui de x. { { < x < 3 Exemple : < y < < x < 3 < x y < 7. < y < Encdrement de x y : (les bornes de l encdrement de x étnt de même signe - idem pour y On détermine d bord un encdrement de, puis il fut s rrnger pour multiplier membre à membre deux y encdrements dont tous les termes sont positifs. Exemple : Exemple : { { 8 < x < 9 3 < y < < x < < y < 3 3 < x y < < x y < 3. 8 < x < 9 < y < 3 < x < 3 < y < < x y < 3. TS P.Brchet - /

2 Méthode importnte à connître : (vlble pour les fonctions et les suites Pour montrer que A < B, il est dns certins cs plus fcile de clculer A B, puis en étudint son signe de montrer que A B <. Exemple : Comment montrer que si x < lors x 8 x 9 <? Pour tout x <, x 8 x 9 = + { }} { { ( x x > < (cr (x 9 x 9 < 7 } {{ } b Inéglités clssiques Pour tout x : cos x et sin x. c Signe de x + b ( Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ On détermine l vleur de x qui nnule x + b, puis on pplique l règle : «signe de près le». d Signe de x + bx + c ( ܾ Ü Ü ½ Ò ½ On clcule l discriminnt = b c (suf cs évidents Si <, on pplique l règle : «toujours du signe de». ܾ Ü Ü Si =, on clcule l rcine double : x ½ Ò ¼ Ò Ü½ ½ = b. On pplique lors l règle : «toujours du signe de et s nnule pour x = x». ܾ Ü Ü ½ Ò ¼ Ò Si >, on clcule les deux rcines : x ܽ = b et x µ¼ Ò Ü¾ ½ = b +. On pplique lors l règle : «signe de à l extérieur des rcines». (on suppose que x < x TS P.Brchet - /

3 e Utilistion des vritions d une fonction pour déterminer son signe Les cs les plus clssiques : (minimum positif (mximum négtif + + (f croissnte (f décroissnte. Étude de fonction Prité - Périodicité f est pire si D f est symétrique pr rpport à et si f( x = f(x pour tout x D f. L courbe dns un repère orthogonl est symétrique pr rpport à l xe des ordonnées. f est impire si D f est symétrique pr rpport à et si f( x = f(x pour tout x D f. L courbe dns un repère orthogonl est symétrique pr rpport à l origine. une fonction f définie sur R est périodique de période T si f(x + T = f(x pour tout x. L courbe dns un repère orthogonl est invrinte pr l trnsltion de vecteur T i. b Axe et centre de symétrie C f dmet l droite d éqution x = comme xe de symétrie dns un repère orthogonl si pour tout h tel que ± h D f, f( + h = f( h. C f dmet le point Ω (,b comme centre de symétrie dns un repère orthogonl si pour tout h tel que f( + h + f( h ± h D f, = b. c Limites Limite d une somme : ( + ( }{{} }{{} l l l l + l ( }{{} + ( }{{} + + ( }{{} l ( + ( + ( + ( }{{} }{{} }{{} }{{} + + Limite d un produit : + ( }{{} ( ( l l ( ( + ( ( }{{} }{{} }{{} }{{} }{{} }{{} l l l> + l< + ( ( }{{} }{{} l> ( ( + ( ( + }{{} }{{} }{{} }{{} l< + + ( ( + ( ( }{{} }{{} }{{} }{{} + Limite de l inverse : ( l }{{} l ( }{{} ± ( + }{{} + ( }{{} Limite d un quotient : Pour les quotients (utres que les fonctions rtionnelles en ±, on «sépre l frction» : ( ( = ( ( TS P.Brchet - 3/

4 Formes indéterminées : Les deux cs de forme indéterminée sont : ( + ( }{{} }{{} + Polynômes et fonctions rtionnelles en ± : ; ( ( }{{} }{{} ± En ±, l limite d une fonction polynome est égle à l limite de son terme de plus hut degré. En ±, l limite d une fonction rtionnelle est égle à l limite du quotient des termes de plus hut degré du numérteur et du dénominteur (ne ps oublier de simplifier le quotient des termes de plus hut degré vnt de déterminer l limite. d Asymptotes Si lim f(x = ± lors l droite d éqution x = est une symptote verticle à C f. x Si lim f(x = b lors l droite d éqution y = b est une symptote horizontle à C f en ±. x ± Si lim f(x (x + b = lors l droite d éqution y = x + b est une symptote oblique à C f en ±. x ± Si f(x = x + b + g(x vec g(x = lors l droite d éqution y = x + b est une symptote oblique à C f en ±. De fçon générle, si lim x ± lim f(x g(x = lors les courbes C f et C g sont symptotes. x ± Pour déterminer l position reltive entre deux courbes C f et C g, on étudie le signe de f(x g(x (méthode ussi vlble pour les symptotes horizontles et obliques : - si f(x g(x pour tout x d un intervlle I, lors C f est située u dessus de C g sur I. - si f(x g(x pour tout x d un intervlle I, lors C f est située en dessous de C g sur I. e Dérivtion Dérivbilité : f(x f( f est dérivble en si lim existe et est égle à un réel. x x si l limite n existe que pour x >, f n est dérivble qu à droite. si l limite n existe que pour x <, f n est dérivble qu à guche. Dérivées des fonctions usuelles : f(x = f (x = f(x = x + b f (x = f(x = x f (x = f(x = x f (x = x f(x = x 3 f (x = 3x f(x = x f (x = x f(x = x f (x = x 3 f(x = x 3 f (x = 3 x f(x = x f (x = x Opértions sur les fonctions dérivbles : Fonction Fonction dérivée Fonction Fonction dérivée f + g f + g f f f k f (k réel k f f f g f g + f g f g f Tngente f f f g f g Si f est dérivble en lors une éqution de l tngente à C f u point d bscisse est : y = f(+f ((x (le coefficient directeur de l tngente est égle à l vleur de l dérivée Pour déterminer les bscisses des éventuels points de C f où l tngente est prllèle à une certine droite d éqution y = mx + p, il suffit de résoudre l éqution f (x = m. (les coefficients directeurs devnt être égux g TS P.Brchet - /

5 g Continuité f est continue en un point d un intervlle I D f si f dmet une limite en et si lim x = f(. Si f est dérivble en lors f est continue en. h Théorème de l vleur intermédiire - Éqution f(x = k Si f est continue et strictement croissnte ou strictement décroissnte sur un intervlle I et si k est compris entre les vleurs de f ux bornes de I lors l éqution f(x = k dmet une unique solution x dns I. Exemple : l fonction f définie pr f(x = x 3 + x est continue et strictement croissnte sur I = [,] cr f est dérivble et f (x = 3x + > sur I. De plus 5 est compris entre f( = et f( =. On peut donc en conclure que l éqution f(x = 5 dmet une unique solution x dns [,]. Recherche une vleur pprochée de x à près : x,,,3,,5,6,7,8,9 f(x,3,93 3,5,,87 5,7 On rrêté les clculs près,6 cr f(,5 < 5 < f(,6. On peut donc en déduire que :,5 < x <,6. Une vleur pprochée de x pr défut à près est,5 et une vleur pprochée de x pr excès à près est,6. 3. Primitives F est une primitive de f sur un intervlle I si F est dérivble sur I et si pour tout x de I, F (x = f(x. Si F est une primitive de f sur intervlle I lors toutes les primitives de f sur I sont de l forme F (x = F (x + C où C est une constnte réelle. Toute fonction continue sur un intervlle I dmet des primitives sur I. Primitives des fonctions usuelles : (F représente une primitive de f f(x = F (x = x f(x = x F (x = x3 3 f(x = x F (x = x f(x = F (x = x x f(x = x F (x = x f(x = x 3 F (x = x f(x = x 3 F (x = x f(x = sin x F (x = cos x Formules générles : f(x = cos x F (x = sin x forme de f une primitive de f exemples U U U U U U 3 U U 3 U U U (U(x U U 3 (U(x 3 U f(x = x ln x F (x = (ln x f(x = (x + F (x = (x f(x = x(x + 3 F (x = (x + f(x = 3x (x 3 F (x = + x U f(x = (7x + 3 F (x = (7x + U (U(x > 3 U f(x = F (x = 3x + U 3x + U sin U cos U f(x = x sin(x + F (x = cos(x + U cos U sin U f(x = cos(x + 5 F (x = sin(x + 5 TS P.Brchet - 5/

6 Recherche prtique d une primitive : Pour les fonctions usuelles, on utilise directement les formules. Pour utres fonctions, il fut d bord identifier l forme qui ressemble le plus à l fonction. Si on l forme excte, on utilise directement l formule correspondnte. Dns le cs contrire, on écrit l forme excte qu il fudrit pour l fonction f et on rectifie en multiplint pr le coefficient déqut. Exemple : Soit f définie sur ] ; + [ pr f(x = (3x + 6. On pense à l forme U (dont une primitive est U Une primitive de f sur ] ; + [ est donc F définie pr F (x = 3. Fonctions logrithme népérien et exponentielle Existence ln x n existe que si x >. e x existe pour tout réel x. U. On écrit que f(x = 3 3 (3x + 6 } {{. } forme excte (3x + 6. Exemple : L fonction f définie pr f(x = ln ( x n est définie que sur ] ; [ ] ; + [ cr il fut que x soit strictement positif. b Lien entre ln x et e x y = e x ln y = x ln (e x = x ; e ln x = x (pour x > c Vleurs prticulières ln = ; ln e = e = ; e = e ; e = e d Propriétés lgébriques Si > et b > : ln(b = ln + ln b ; ln ( ( = ln ; ln = ln ln b b Pour tout n Z, ln ( n = n ln ; ln = ln Pour tous réels et b : e e b = e +b ; Pour tout n Z, (e n = e n e = e ; e e b = e b Exemples (: Si x >, ln = ln(x = ln x x Pour tout x, (e x e 3x = e x e 3x = e x e Signe de ln x et de e x Signe de ln x : Si < x < lors ln x est strictement négtif ; Si x > lors ln x est strictement positif ; ln =. Signe de e x : pour tout réel x, e x est strictement positif. TS P.Brchet - 6/

7 f Équtions et inéqutions Si > et b > : ln = ln b = b ; ln < ln b < b ; ln ln b b e = e b = b ; e < e b < b ; e e b b ln x = x = e ; ln x < < x < e ; ln x > x > e Si > : e x = x = ln ; e x < x < ln ; e x > x > ln Remrque : Pour les équtions et inéqutions vec logrithme, ne ps oublier de commencer pr définir les conditions d existence (les expressions contenues dns un logrithme doivent être strictement positives. Exemples d équtions et d inéqutions : ln x + ln = 5. Condition d existence : x >. Avec cette condition : { } ln x + ln = 5 ln (x = 5 x = e 5 x = e5 e 5. S = ln (x +. Condition d existence : x + > x >. Avec cette condition : ln (x + x + e x e. S = ] ; e ] e x e x 3 = X X 3 = vec X = e x. = 6 ; X = ou X = 3. D où, e x = (impossible ou e x = 3 x = ln 3. S = {ln 3} e x < 5e x e x < 5 e x ex < 5 (cr e x > x < ln 5 x < ln 5. S = g Limites Sitution en + : lim ln x = + x + ln x Pour tout entier n >, lim x + (on dit que x n est plus fort que ln x en + x n = ; lim x + x n ln x = + ] ; ln 5 [. lim x + ex = + e x Pour tout entier n >, lim x + x n = + ; lim x n x + e x = (on dit que e x est plus fort que x n en + : on en déduit que e x est ussi plus fort que ln x en + Méthode générle en cs de FI en + : Mettre le plus fort en fcteur en hut et en bs. Exemples : ( ln x lim ln x x = lim x x + x + x ln x = cr lim = et lim x + x x = + x + lim x + 3ex x = lim (3 x + ex x x e x = + cr lim x + e x = et lim x + ex = + e x + ln x lim = lim x + x + x + e ( x + ln x x ( + x = + cr lim x + e x Sitution en : x lim ln x = x> Pour tout entier n >, x lim x n ln x = x> e x x = + et lim ln x x + e x = (le plus fort est en bs TS P.Brchet - 7/

8 Méthode générle en cs de FI en vec un logrithme : on essie de fire pprître x n ln x. Exemple : lim + ln x = lim ( + x ln x = + cr lim = + et lim x ln x = x x x x x x x x> x> x> x> Sitution en : lim x ex = lim x xn e x = Méthode générle en cs de FI en vec un exponentiel : on essie de fire pprître x n e x. Exemple : lim ( x ex x + = lim x x e x + e x = cr lim x x e x = et lim x ex = ln( + x e x Autres limites : lim = et lim = x x x x h Dérivées et primitives (ln x = ; (ln u = u x u (e x = e x ; (e u = u e u (u > Exemples : [ ln(x + ] = x x + ; [e x ] = e x Si U >, une primitive de U Une primitive de u e U est e U. U est ln U ; Si U <, une primitive de U U est ln( U. Exemples : Soit f définie sur ] ; + [ pr f(x = x 8. On écrit que f(x =. x 8 } {{ } forme excte Une primitive de f sur ] ; + [ est donc F définie pr F (x = ln(x 8 cr x 8 reste strictement positif sur ] ; + [. Si f(x = e x = ( e x lors une primitive de f est définie pr F (x = e x. Si f(x = e x+5 = ( e x+5 lors une primitive de f est définie pr F (x = ex Intégrtion Soit f une fonction continue sur un intervlle I : Pour tous et b de I, b Pour tout de I, l fonction F définie pr F (x = x =. f(x dx = [F (x] b = F (b F ( où F est une primitive de f sur I. x f(t dt est l primitive de f sur I qui s nnule pour Exemple : e ln x x dx = [ (ln x ] e = (ln e (ln =. Propriétés de l intégrle : Pour f et g continues sur un intervlle I et pour, b et c de I : b f(x dx = f(x dx. b b c c f(x dx + f(x dx = f(x dx (Reltion de Chsles b TS P.Brchet - 8/

9 b (f + g(x dx = Pour tout réel k, b b f(x dx + b (kf(x dx = k b Si b et si f(x sur [,b] lors Si b et si f(x sur [,b] lors g(x dx (linérité de l intégrle b b Si b et si f(x g(x sur [,b] lors f(x dx (linérité de l intégrle f(x dx f(x dx b f(x dx Si b et si m f(x M sur [,b] lors m(b b b g(x dx f(x dx M(b (inéglité de l moyenne Vleur moyenne d une fonction sur un intervlle Si f est continue sur [,b], l vleur moyenne de f sur [,b] est égle à b b f(x dx Clculs d ires f et g sont deux fonctions continues sur [,b]. Si pour tout x [,b], f(x g(x lors l ire de l prtie du pln comprise entre les courbes de f et g et les droites d éqution x = et x = b est égle à b g(x f(x dx en unités d ire. («intégrle de l plus grnde moins l plus petite» Si pour tout x [,b], f(x lors l ire de l prtie du pln comprise entre l courbe de f, l xe des bscisses et les droites d éqution x = et x = b est égle à b f(x dx en unités d ire. Si pour tout x [,b], f(x lors l ire de l prtie du pln comprise entre l courbe de f, l xe des bscisses et les droites d éqution x = et x = b est égle à b f(x dx en unités d ire. Remrques : Pour voir l ire en cm, il fut multiplier le résultt en unités d ire pr l vleur en cm d une unité sur l xe des bscisses et pr l vleur en cm d une unité sur l xe des ordonnées. Pour déterminer l ire entre une courbe et l xe des bscisses, il fut d bord étudier le signe de l fonction sur l intervlle en question. Pour déterminer l ire entre deux courbes, il fut d bord étudier leur position reltive sur l intervlle en question. 6. Suites numériques Risonnement pr récurrence Principe générl : Pour montrer qu une propriété dépendnt d un entier n est vrie pour tout n n : on vérifie que l propriété est vrie u rng n. on suppose l propriété vrie u rng p (en trduisnt ce que cel signifie et on montre qu lors l propriété est vrie u rng p +. on conclut en disnt que l propriété est donc vrie pour tout n n. Exemple : Montrons pr récurrence que l suite (U n définie pr U = et U n+ = + U n est positive et mjorée pr : U. L propriété est vrie u rng. On suppose l propriété vrie u rng p, c est à dire que U p. On lors : + U p + U p U p+. L propriété est lors vrie u rng p +, elle est donc vrie pour tout n. TS P.Brchet - 9/

10 b Comment étudier le sens de vrition d une suite? Méthode : on étudie le signe de U n+ U n. Si pour tout n, U n+ U n reste toujours positif lors l suite est croissnte. Si pour tout n, U n+ U n reste toujours négtif lors l suite est décroissnte. Exemple : Soit (U n l suite définie pr U = et U n+ = U n + n. Pour tout n, U n+ U n = n. (U n est donc croissnte. Méthode (uniquement pour les suites dont tous les termes sont strictement positifs : on compre U n+ U n à. Si pour tout n, U n > et U n+ reste supérieur à lors l suite est croissnte. U n Si pour tout n, U n > et U n+ reste inférieur à lors l suite est décroissnte. U n Exemple : Soit (U n l suite définie pr U n = 3 n. Pour tout n, U n > et U n+ U n = 3. (U n est donc croissnte. Méthode 3 (pour les suites explicites définies pr U n = f(n : on utilise les vritions de l fonction f sur [ ; + [. Si f est croissnte sur [; + [ lors l suite est croissnte. Si f est décroissnte sur [; + [ lors l suite est décroissnte. Exemple : Soit (U n l suite définie pr U n = e n+. On U n = f(n vec f définie sur [; + [ pr f(x = e x+. Pour tout x, f (x = (x+ e x+ <. f est décroissnte sur [; + [, donc (Un est décroissnte. Méthode : à l ide d un risonnement pr récurrence Si on montre pr récurrence que pour tout n, U n+ U n lors l suite est croissnte. Si on montre pr récurrence que pour tout n, U n+ U n lors l suite est décroissnte. Exemple : Soit (U n l suite définie pr U = e et U n+ = ln (U n. Montrons pr récurrence que (U n est décroissnte, c est à dire que pour tout n, U n+ U n : Au rng n = : U =. On bien U U. On suppose l propriété vrie u rng p, c est à dire que U p+ U p. L fonction ln étnt croissnte sur ] ; + [, on lors ln (U p+ ln (U p. On en déduit que U p+ U p+. L propriété est lors vrie u rng p +, donc elle est vrie pour tout n. c Mjornt et minornt d une suite Une suite (U n est mjorée pr un réel M si, pour tout n, U n reste inférieur ou égl à M. Méthodes possibles pour montrer que M est un mjornt : On peut étudier le signe de U n M et montrer que U n M est toujours négtif ou nul. On peut utiliser un risonnement pr récurrence pour démontrer que U n reste toujours inférieur ou égl à M. (voir exemple du prgrphe «Risonnement pr récurrence» Pour les suites explicites définies pr U n = f(n, on peut étudier les vritions de l fonction f. Si, pour tout x, f(x M lors (U n ser mjorée pr M. Une suite (U n est minorée pr un réel m si, pour tout n, U n reste supérieur ou égl à m. Méthodes possibles pour montrer que m est un minornt : On peut étudier le signe de U n m et montrer que U n m est toujours positif ou nul. On peut utiliser un risonnement pr récurrence pour démontrer que U n reste toujours supérieur ou égl à m. (voir exemple du prgrphe «Risonnement pr récurrence» où l on montre que l suite est minorée pr Pour les suites explicites définies pr U n = f(n, on peut étudier les vritions de l fonction f. Si, pour tout x, f(x m lors (U n ser minorée pr m. d Limites de suite Une suite (U n est dite convergente s il existe un réel l tel que lim U n = l. n + L suite est dite divergente si elle n dmet ps de limite ou si lim U n = ± n + Les théorèmes sur les opértions vec les limites de fonction restent vlbles pour les suites. TS P.Brchet - /

11 Pour les suites définies pr U n = f(n : si f dmet une limite en + lors lim U n = lim f(x. (dns l n + x + prtique, on peut continuer à utiliser n comme vrible Exemple : ( lim n ln n = lim n ln n ln n = +, cr lim n + n + n n + n = Limite de q n : si < q < lors lim n + qn =. si q > lors lim n + qn = +. si q lors l suite de terme générl q n n dmet ps de limite. Exemples ( : n lim 3 = + cr 3 >. n + lim 3 ( ( n + n ( = 3 cr < <, donc lim n n + = et lim ( n n + =. Théorèmes de comprison : si pour tout n n, U n V n et si lim V n = + lors lim U n = +. n + n + si pour tout n n, U n W n et si lim W n = lors lim U n =. n + n + si pour tout n n, V n U n W n et si lim V n = n + Exemple : Pour tout n, n cos n n n cos n Donc, lim n + n =. lim W n = l (l réel lors n + et lim n + n = lim n + n =. e Convergence des suites croissntes ou décroissntes toute suite croissnte et mjorée pr M converge vers un réel l vec l M. toute suite décroissnte et minorée pr m converge vers un réel l vec l m. lim U n = l. n + Détermintion de l dns le cs des suites définies pr U n+ = f (U n : Si pour tout x [ ; b], f(x [ ; b] ; si f est continue sur [ ; b] et si, pour tout n, U n [ ; b] lors : lim U n = l lim f (U n = f(l lim U n+ = f(l l = f(l n + n + n + f Suites rithmétiques On psse d un terme u terme suivnt en joutnt toujours le même nombre r ppelé rison de l suite. Pour tout n : U n+ = U n + r ; U n = U + nr ; U n = U p + (n pr Si pour tout n, U n+ U n = constnte lors (U n est une suite rithmétique de rison égle à l constnte. Up + Un U p + U p+ + + U n = (n p + = (nb de termes Si l rison r est positive, l suite est croissnte. Si l rison r est négtive, l suite est décroissnte. er terme + dernier Exemple : Soit (U n l suite rithmétique de er terme U = et de rison r = 3. U = U + r = + 3 = 3 ; U 33 = U + 33r = = Pour tout n, U n = U + nr = + 3n. U + U + + U = + 3 = 87. L suite est strictement croissnte cr >. TS P.Brchet - /

12 g Suites géométriques On psse d un terme u terme suivnt en multiplint toujours pr le même nombre q ppelé rison de l suite. Pour tout n : U n+ = q U n ; U n = q n U ; U n = q n p U p Si pour tout n, Un+ U n = constnte lors (U n est une suite géométrique de rison égle à l constnte. U p + U p+ + + U n = U p qn p+ de termes qnb = er terme (pour q q q Pour étudier le sens de vrition, on clcule U n+ U n et on fctorise. (remrque : si q < l suite est ni croissnte, ni décroissnte Exemple : Soit (U n l suite géométrique de er terme U = 5 et de rison q =. U = q U = 5 = 8 ; U = q U = 5 = 5 Pour tout n, U n = q n U = 5 n. U + U + + U 8 = 5 9 = 555. U n+ U n = 5 n+ 5 n = 5 n ( = 5 n >. L suite est croissnte. h Exemple de suite récurrente définie pr U n+ = f (U n Soit (U n, l suite définie pr U = et U n+ = U n + 3. Représenter grphiquement les premiers termes de l suite : y=x U U ( (3 y= x +3 ( U U U On trce d bord l représenttion grphique de l fonction f définissnt l reltion de récurrence (ici on f(x = x +3 et l droite d éqution y = x. On prt de U en bscisse : l ordonnée du point de l courbe correspondnt à cette bscisse nous donne U [( sur le grphique]. Pour déterminer U = f (U, il nous fut rbttre U sur l xe des bscisses [( sur le grphique] en utilisnt l droite d éqution y = x. Dès lors, U est l ordonnée du point de l courbe d bscisse U [(3 sur le grphique]. Pour poursuivre l construction, on répète le procédé en rbttnt U sur l xe des bscisses... b Montrer pr récurrence que, pour tout n, U n : u rng : U. on suppose l propriété vrie u rng p, c est à dire que U p. On lors : Up 3 Up + 3 Up+. L propriété est lors vrie u rng p +. Elle est donc vrie pour tout n. c Montrer que l suite est croissnte et conclure sur s convergence : Pour tout n, U n+ U n = Un + 3 Un = 3 ( Un cr Un. L suite est donc croissnte et comme elle est mjorée, elle converge. d Déterminer l limite de l suite : L suite converge vers un réel l et l fonction f définie pr f(x = x + 3 est continue sur [ ; ], donc : lim n + Un = l On en déduit que lim f (Un = f(l lim n + lim n + Un =. n + Un+ = f(l l = f(l l = l + 3 l =. TS P.Brchet - /

13 7. Complexes Forme lgébrique - Clculs dns C Tout complexe s écrit de fçon unique sous l forme lgébrique z = + ib ( et b réels vec i =. { est l prtie réelle (nottion { : Re(z et b est l prtie imginire (nottion : Im(z. + ib = + ib =, b,,b réels b = b Le conjugué de z est z = ib. Pour écrire un quotient de complexes sous forme lgébrique, on multiplie en hut et en bs pr le conjugué du dénominteur (s il n est ps réel. ( z z + z = z + z ; z z = z z ; z = z (z. z Exemples : + i ( + i(3 i 6 i + 3i i = = 3 + i (3 + i(3 i 3 + = 8 i 3 Résolution de l éqution + iz = + 3i : z Pour z, on obtient : + iz = ( + 3iz = ( + iz z = Résolution de l éqution ( + iz = z + 3i : En posnt z = x + iy (x et y réels, on : + i ( + i(x + iy = x iy + 3i (x y + i(x + y = (x + i( y + 3 D où, z = + i. = i + { x y = x x + y = y + 3 i =. 5 { x = y = Résolution de z + bz + c = (, b et c réels : = b c Si >, deux solutions réelles : z = b Si =, une solution réelle double : z = b. Si <, solutions complexes : z = b i et z = b +. et z = b + i. Exemple : z + z + = = 3 = ( 3i. Deux solutions : z = i 3 et z = + i 3. Remrque : On fctorise les polynômes dns C comme dns R. b Forme trigonométrique - Module et rguments Pour z = + ib ( et b réels : Le module de z est : z = + b = zz. cos θ = z Si z, tout réel θ tel que sin θ = b est un rgument de z. On note rg z = θ + kπ (k Z z Pour tout θ, on pose e iθ = cos θ + i sin θ. e iθ = ; (e iθ = e iθ ; e i(θ+kπ = e iθ e iθ e iθ = e i(θ+θ ; e iθ = e iθ e iθ ; = e i(θ θ ; ( e iθ n = e inθ e iθ Si un complexe non nul dmet r comme module et θ comme rgument lors z = r e iθ (forme trigonométrique ou forme exponentielle Si z = r e iθ vec r > lors z = r et rg z = θ + kπ. r e iθ = r e iθ (vec r > et r > r = r et θ = θ + kπ. TS P.Brchet - 3/

14 Exemple de pssge de l forme lgébrique à l forme trigonométrique : 3 Soit z = 3 + i. z = ( cos θ = 3 + =. sin θ = θ = π 6. D où z = ei π 6. Exemple de pssge de l forme trigonométrique à l forme lgébrique : ( ( π ( π ( z = e i π = cos + i sin = + i = + i. Autres exemples clssiques d utilistion de l forme trigonométrique : Clcul de ( i. Il est hors de question de fire le clcul sous forme lgébrique. On détermine d bord l forme trigonométrique de z = i : z = + = cos θ = =. sin θ = θ = π. D où z = e i π. = Ainsi, ( i = z = ( e i π = 6 e i3π = 6 (cos ( 3π + i sin ( 3π = 6 Soit z = + i et z = 3 + i. Clculer l forme trigonométrique de z, z et z ( π ( π. En déduire l vleur de cos et sin. z Réponse : En clculnt le module et un rgument de z et z, on montre que z = e i π et que z = e i π 6. On en déduit que z = ei π z e i = e i( π π π 6 = e i π. 6 Ainsi π est un rgument de z. Or, z = z z ( π Donc, cos = Re ( z z z z = i 3 + i = et ( π sin = ( + i ( 3 i Im ( z z z z = = 6 ( i ( 6 Résolution de l éqution z 3 = : En posnt z = r e iθ, on doit voir r 3 e i3θ = e i r 3 = et 3θ = kπ r = et θ = kπ 3. Les trois solutions sont donc : e i = ; e i π 3 = + i 3 et ei π 3 = i 3 c Complexes et géométrie Le pln complexe est muni d un repère orthonormé direct (O, u, v. (en prennt k =, k = et k =.. ( x L ffixe du point M y est z M = x + iy. L ffixe du milieu I de [AB] est z I = z A + z B. L ffixe de G le brycentre de (A, (B,b (C,c est : z G = z A + b z B + c z C ( + b + c. + b + c L ffixe du vecteur ( x V est z y V = x + iy. z AB = z B z A ; z U + V = z U + z V ; z k U = k z U TS P.Brchet - /

15 ( Si M est d ffixe z lors z = OM et rg z = u, OM (z. Si V est d ffixe z lors z = ( V et rg z = u, V (z. v O z u M rg z v O u z V rg z ( AB = z B z A ; u, AB = rg (z B z A (vec A B ( ( z AB, CD = rg CD (vec A B et C D z AB (AB//(CD rg (A B et C D (AB (CD rg (A B et C D ( z CD z AB = + kπ ou π + kπ z CD z AB ( z CD = π z AB + kπ ou π réel + kπ z CD z AB imginire pur A, B, C lignés rg ( z AC z AB = + kπ ou π + kπ z AC z AB réel (A B et A C L ensemble des points M d ffixe z tels que z z A = r (r > est le cercle de centre A et de ryon r. L ensemble des points M d ffixe z tels que z z A = z z B (z A z B est l méditrice du segment [AB]. L ensemble des points M d ffixe z tels que rg (z z A = θ + kπ est l demi-droite prtnt de A (mis ne contennt ps A dirigée pr le vecteur ( V tel que u, V = θ d Crctéristion d un réel et d un imginire pur z est réel Im(z = z = z z = ou rg z = + kπ ou rg z = π + kπ. z est imginire pur Re(z = z = z z = ou rg z = π + kπ ou rg z = π + kπ. Exemples : Détermintion de l ensemble E des points M d ffixe z tels que ( + iz + 3 i soit imginire pur. On pose z = x + iy (x et y réels. iz + 3 i imginire pur ( + i(x + iy + 3 i imginire pur (x y i(x + y imginire pur x y + 3 =. E est donc l droite d éqution y = x + 3. Détermintion de l ensemble E des points M d ffixe z tels que z i soit réel. z Soit A d ffixe i et B d ffixe (. ( z i z i z i réel z = i ou rg = + kπ ou rg = π + kπ (vec z. z z ( z Ce qui équivut à M = A ou MB, MA = + kπ ou π + kπ (vec M B. E est donc l droite (AB privée du point B. TS P.Brchet - 5/

16 8. Probbilités Générlités Lors d une expérience létoire : L univers Ω est l ensemble des résultts possibles. Un événement A est une prtie de l univers. Un événement élémentire est un événement ne comportnt qu un seul élément. L événement contrire de l événement A est l événement noté A formé de tous les éléments de Ω n pprtennt ps à A. L événement A B (noté ussi «A et B» est l événement formé des éléments de Ω pprtennt à A et à B. L événement A B (noté ussi «A ou B» est l événement formé des éléments de Ω pprtennt u moins à l un des événements A ou B. Deux événements A et B sont dits incomptibles si A B =. Si Ω = {e,e,,e n } et si à chque résultt possible e i on ssocie un nombre p(e i tel que p(e i et p(e + p(e + + p(e n =, on dit que l on défini une loi de probbilité sur Ω. L probbilité d un événement est l somme des probbilités des événements élémentires qui le constituent. Pour tous événements A et B : p ( = ; p (Ω = p(a ; p ( A = p(a ; p(a B = p(a + p(b p(a B (si A et B sont incomptibles, p(a B = p(a + p(b Dns le cs de l équiprobbilité, p(a = nb d éléments de A nb de cs fvorbles nb d = éléments de Ω nb de cs possibles Exemple : Tirge u hsrd d une crte dns un jeu de 3 crtes vec les événements : p(l crte tirée est un roi = 3 = p(l crte tirée est un coeur = = p(l crte tirée est un roi et un cœur = p(l crte tirée est un roi ou un cœur = = 3 b Probbilités conditionnelles Définition Etnt donné deux événements A et B (B d un univers Ω : On ppelle probbilité de B schnt A, le réel noté p A (B tel que p A (B = p(a B p(a Propriété Pour tous événements non ( vides A et B : p A (B ; p A B = pa (B nb de cs fvorbles pour A B Dns le cs de l équiprobbilité, p A (B = nb de cs fvorbles pour A p(a B = p(a p A (B = p(b p B (A Propriété Formule des probbilités totles Si A, A,, A n sont des événements non vides deux à deux incomptibles et dont l union est égle à Ω (on dit lors qu ils forment une prtition de l univers lors pour tout événement B : p(b = p (A B + + p (A n B = p(a p A (B + + p(a n p An (B TS P.Brchet - 6/

17 Représenttion à l ide d un rbre pondéré p(a x p (B A p (B B A = p(a B p(a p(a A A p (B A p (B A p (B A B B B U p(a B + p(a B + p(a3 B = p(b U U U p(a3 A3 p (B A3 B p (B A3 B somme égle à Règles de construction et d utilistion des rbres pondérés : Sur les premières brnches, on inscrit les p (A i. Sur les brnches du type A i B, on inscrit p Ai (B. Le produit des probbilités inscrites sur chque brnche d un chemin donne l probbilité de l intersection des événements plcés sur ce chemin. L somme des probbilités inscrites sur les brnches issues d un même nœud est égle à (loi des nœuds. L probbilité d un événement E est l somme des probbilités des chemins qui boutissent à E. Exemple : Un sc contient des jetons de trois couleurs, l moitié de blncs, le tiers de verts et le sixième de junes. 5% des jetons blncs, 3% des jetons verts et % des jetons junes sont ronds. Tous les utres jetons sont crrés. On tire u hsrd un jeton. Construction de l rbre : 6 3 B V J,5,5,3,7,,6 rond crré rond crré rond crré b Schnt que le jeton tiré est blnc, quelle est l probbilité pour qu il soit crré? L lecture directe de l rbre nous donne que p B (C =,5. c Quelle est l probbilité pour que le jeton tiré soit rond? p(r =,5 + 3,3 + 6, = 5. d Schnt qu il est rond, quelle est l probbilité pour qu il soit blnc? p(b R p R (B = =,5 p(r 5 = 3 5. c Indépendnce en probbilité Définition Deux événements A et B sont dits indépendnts si p(a B = p(a p(b. Ce qui revient à dire que p A (B = p(b ou p B (A = p(a TS P.Brchet - 7/

18 d Loi numérique ssociée à une expérience létoire On considère une expérience létoire où à chque résultt possible on peut ssocier un réel X. On note x i les vleurs possibles de X et p i l probbilité que X prenne l vleur x i. Définir l loi de probbilité de X, c est donner (sous forme d un tbleu l probbilité de chcun des événements X = x i. Espérnce mthémtique de X : E(X = n p i x i = p x + + p n x n ( i= n Vrince de X : V (X = p i (x i (E(x = p (x + + p n (x n (E(x i= Écrt-type de X : σ(x = V (x Exemple : On lnce un dé. Le joueur ggne 6 euros s il obtient un ou un «6» et il perd euros dns le cs contrire. Soit X le gin du joueur. Loi de probbilité de X : X ne peut prendre que les vleurs - et 6. On p(x = = 6 = 3 et p(x = 6 = 6 = 3 x i - 6 p i (l somme doit être égle à E(X = 3 ( = 3 ; V (X = 3 ( + 3 (6 e Loi binomile 3 3 ( = et σ(x = 9 = 8 3 Définition On ppelle épreuve de Bernoulli toute expérience létoire ne présentnt que deux issues possibles (contrires l une de l utre. On ppelle schém de Bernoulli toute répétition d épreuves de Bernoulli identiques et indépendntes. Exemple : Lncer un dé vec pour issues contrires «obtenir un 6» et «ne ps obtenir un 6» est une épreuve de Bernoulli. Lncer le dé fois est un schém de Bernoulli (on répète l épreuve de Bernoulli. Pr contre, si on s intéresse ensemble ux six événements «obtenir le chiffre n«( n 6, ce n est plus une épreuve de Bernoulli. Remrques : Les deux issues contrires d une épreuve de Bernoulli se note en générl S (pour «succès«et S. L probbilité que S soit rélisé est noté en générl p (l probbilité de S est lors ( p. Pour s ssurer que l on bien ffire à un schém de Bernoulli, il fut vérifier que chque expérience prise isolément n dmet que deux issues possibles (contrires l une de l utre, que le «succès«toujours l même probbilité d pprître et qu il y bien indépendnce entre chcune des épreuves de Bernoulli successives. Propriété p p n S S épreuves p p p p S S S S Étnt donné une épreuve de Bernoulli où l probbilité d obtenir un succès S est p et le schém de Bernoulli consistnt à répéter n fois de mnière indépendnte cette épreuve. Si note X l vrible létoire qui à chque issue possible du schém de Bernoulli ssocie le nombre de fois où est ppru un succès S, l loi de probbilité de X est ppelée loi binomile de prmètres n et p et est notée B(n,p. Probbilité d obtenir k succès : p(x = k = ( n k pk ( p n k (k entier tel que : k n Espérnce de X : E(X = np Vrince de X : V (X = np( p Écrt-type de X : σ(x = np( p Exemple : Si on lnce 7 fois de suite un dé et si on note X le nombre de 6 obtenus, on répète 7 fois l épreuve de Bernoulli : «obtenir un 6 (probbilité : - ne ps obtenir un 6». 6 X suit donc l loi binomile de prmètres n = 7 et p = 6. TS P.Brchet - 8/

19 L probbilité d obtenir exctement trois fois un «6» est égle à : ( 7 3 ( 6 3 ( 5 6. L probbilité de n obtenir que des «6» est égle à : ( L probbilité de n obtenir ucun «6» est égle à : ( 5 6 L espérnce de X (nombre moyen de «6» que l on peut espérer obtenir en répétnt un grnd nombre de fois l expérience létoire est égle à np = 7 6. f Loi uniforme Définition On dit qu une vrible létoire X suit l loi uniforme sur [ ; b] lorsque pour tout intervlle I, inclus dns [ ; b], l probbilité de l événement «X pprtient à I» est égle à l ire du rectngle de bse I et de huteur b. b On peut considérer que p (X I = x I I dx. («ire sous l courbe» b Propriété Si une vrible létoire X suit l loi uniforme sur [ ; b] lors pour tous réels α et β inclus dns [ ; b], on : b p (α X β = β α b b α β b p (X α = p ( X α = α b b α b p (X β = p (β X b = b β b b β b p (X = α = b (on les mêmes résultts vec des inéglités strictes Si une vrible létoire X suit l loi uniforme sur [ ; b] lors l espérnce de X est égle à + b. g Loi exponentielle Définition On dit qu une vrible létoire X suit l loi exponentielle de prmètre λ sur [ ; + [ lorsque pour tout intervlle I, inclus dns [ ; + [, l probbilité de l événement «X pprtient à I» est égle à l ire sous l courbe sur I de l fonction f définie pr f(x = λ e λx α b f(x = λ e λx I On donc p (X I = λ e λx dx. x I TS P.Brchet - 9/

20 Propriété Si une vrible létoire X suit l loi exponentielle de prmètre λ sur [ ; + [ lors pour tous réels α et β inclus dns [ ; + [, on : f(x = λ e λx p (α X β = β α λ e λx dx = [ e λx] β α α β f(x = λ e λx p (X α = p ( X α = α λ e λx dx = [ e λx] α α f(x = λ e λx p (X β = p ( X β = β λ e λx dx = [ e λx] β β (on les mêmes résultts vec des inéglités strictes Si une vrible létoire X suit l loi exponentielle de prmètre λ sur [ ; + [ lors l espérnce de X est égle à λ. Exemple : L durée de vie X (en heures d un composnt électronique suit l loi exponentielle de prmètre λ =,6 sur [, + [. L probbilité qu un de ces composnts pris u hsrd it une durée de vie inférieure à heures est donnée pr : p(x < =,6e,6x dx = [ e,6x] = e,6. L probbilité qu un de ces composnts pris u hsrd it une durée de vie supérieure à 5 heures est donnée pr : p(x > 5 = h Loi normle 5,6e,6x dx = [ e,6x] 5 = e,3. Définition On dit qu une vrible létoire X suit l loi normle d espérnce µ et d écrt-type σ lorsque pour tout intervlle I l probbilité de l événement «X pprtient à I» est égle à l ire sous l courbe sur I de l fonction f définie pr f(x = σ π e,5 f(x ( x µ σ I TS P.Brchet - /

21 Remrque : L ire totle sous l courbe est égle à (on dit que f est une densité de probbilité et l courbe est symétrique pr rpport à l espérnce µ. On donc l sitution suivnte : Aire=,5 µ p (X µ =,5 p (X µ =,5 Propriété Si une vrible létoire X suit l loi normle d espérnce µ et d écrt-type σ lors pour tous réels α et β, on : p (α X β = TI : DISTR (nd+vars ; normlcdf (α,β,µ,σ CASIO : Menu STAT ; DIST ; NORM ; NCD vec Lower : α ; Upper : β ; σ : σ ; µ : µ p (X α = TI : normlcdf ( 99,α,µ,σ CASIO : NCD vec Lower : 99 ; Upper : α ; σ : σ ; µ : µ α β p (X β = TI : normlcdf (β, 99,µ,σ CASIO : NCD vec Lower : β ; Upper : 99 ; σ : σ ; µ : µ clcultrice α Vleurs remrqubles : p (µ σ < X < µ + σ =,68 ; p (µ σ < X < µ + σ =,95 ; p (µ 3σ < X < µ + 3σ =,997 Exemple : (pour tester s clcultrice Si X suit l loi normle d espérnce µ = 58 et d écrt-type σ = 6, on doit voir : p (5 X 6,68689 ; p (X 55,38538 ; p (X 6,593 Exemple : Le dimètre X des brres métlliques sortnt d un telier suit l loi normle d espérnce mm (le dimètre ttendu et d écrt-type,8 mm. Un client refuse d cheter des tubes dont le dimètre ne serit ps compris entre,9 mm et, mm. On cherche à déterminer le pourcentge de tubes cceptés pr le client. p (,9 X,,888, donc 88,8% des tubes sont cceptés pr le client. Exemple 3: Une vrible létoire suivnt une loi normle est telle que p (X < =,67 et p (X < 3 =,59. On peut en déduire que p (X > = p (X =,933 et p ( < X < 3 = p (X < 3 p (X < =,9. 9. Échntillonnge Intervlle de fluctution à 95% Propriété Étnt donné une popultion dns lquelle l proportion connue d un certin crctère est p. Si on prélève, vec remise, un échntillon de tille n dns cette popultion lors il y 95% de chnce (dns certines conditions que l proportion f du crctère u sein de cet échntillon pprtienne à l intervlle : [ ] p( p p( p p,96 ; p +,96 n n Cet intervlle est ppelé intervlle de fluctution à 95% de l échntillon ssocié à l proportion p. β TS P.Brchet - /

22 b Prise de décision à prtir d un intervlle de fluctution Propriété Étnt donné une popultion dns lquelle on suppose que l proportion d un certin crctère est p. Si on prélève, vec remise, un échntillon de tille n dns cette popultion et si l fréquence réelle observée f du crctère dns cet échntillon est comprise dns l intervlle de fluctution lors on dit qu on ccepte u seuil de 95% l hypothèse que l proportion réelle du crctère dns l popultion est bien p (dns le cs contrire, on dit qu on rejette l hypothèse. Exemple : Un cndidt pense que 5% des électeurs lui sont fvorbles. On prélève vec remise un échntillon de 5 électeurs : 7% des électeurs interrogés de cet échntillon se déclrent fvorble u cndidt en question. L intervlle de fluctution de l échntillon ssocié à l proportion de 5% est [,76 ;,56] cr,5,8,5,8,5,96,76 et,5 +,96, ,7 étnt en dehors de l intervlle de fluctution, on peut rejeter u seuil de 95% l hypothèse du cndidt selon lquelle 5% des électeurs lui sont fvorbles. c Estimtion pr un intervlle de confince Propriété On cherche à connitre une estimtion de l proportion p inconnue d un certin crctère u sein d une popultion. Pour cel, on prélève vec remise un échntillon de tille n u sein de l popultion et on note f l proportion observée du crctère u sein de l échntillon. Il y lors 95% de chnce (dns certines conditions que l proportion p du crctère u sein de l popultion totle soit comprise dns l intervlle : [ f ; f + ] n n Cet intervlle est ppelé intervlle de confince à 95% ssocié à l proportion f. Exemple : Un sondge rélisé sur un échntillon de personnes ttribue à un cndidt un score de 8%. L intervlle de confince à 95% ssocié à cette proportion observée de 8% dns l échntillon est [,8% ;,%] cr,8,8 et,8 +,. TS P.Brchet - /

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - c E Etude du signe d une eression - igne de + b ( 0) On détermine l vleur de qui nnule + b, uis on lique l règle : "signe de rès le 0". +b b/ + signe de ( ) signe de - igne de + b + c (

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques Bcclurét 20 Résumé Ce document contient les principles définitions, théorèmes et propriétés du cours de mthémtiques du tronc commun de mthémtiques de Terminle S. Je tiens à remercier

Plus en détail

Kit de survie : - Bac STL STI2D

Kit de survie : - Bac STL STI2D Kit de survie : - Bc STL STID Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout : x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux Cours de Terminle S Lycée Cmille Pissrro 203-204 Sébstien Andrieux 7 juin 204 Tble des mtières I Cours de Terminle S 5 Risonnement pr récurrence 6 2 Suites et limites des suites 8 I Suite convergente,

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI Toutes les questions de cours et R.O.C. u bc de T.S. Vincent PANTALONI VERSION DU 9 MARS 2012 Tble des mtières Bc 2011 3 Bc 2011 5 Bc 2010 9 Bc 2009 11 Bc 2008 13 Bc 2007 17 Bc 2006 19 Bc 2005 21 ii Remerciements.

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S Clmths.fr - Les Roc en Terminle S CONTENTS ROC - exigibles... 2 Roc 1 Théorème de comprison pour les suites... 2 Roc 2 Limite de qn lorsque q > 1... 2 Roc 3 Unicité de l fonction exponentielle... 3 Roc

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2 CALCUL INTEGRAL Ph DEPRESLE 9 juin 5 Tble des mtières Intégrle d une fonction continue et positive sur un segment Primitives d une fonction sur un intervlle. Primitives, définition...................................

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Résumés de cours : Terminale S.

Résumés de cours : Terminale S. Résumés de cours : Terminle S. Mths-Terminle S. Mr Mmouni : myismil@ltern.org source disponible sur: c http://www.chez.com/myismil Smedi 08 Avril 2006. Tble des mtières Nombres complexes. 3. Prtie réelle

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

Kit de survie - Bac S

Kit de survie - Bac S - Opértions sur les inéglités Kit de survie - Bc S Inéglités - Etude de signe Règles usuelles : Pour tout : x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k < : x < y kx >

Plus en détail

Etude de suites récurrentes

Etude de suites récurrentes [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 5 mi 06 Enoncés Etude de suites récurrentes Exercice [ 0304 ] [Correction] u 0 = R et n N, + = u n ) Justifier que l suite ( ) est bien définie et n N, [ ; ] b)

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

zz' = z. z' ; Si z' # 0 1 z' Re(z) = z + z z est réel z = z ; z est imaginaire pur z = - z

zz' = z. z' ; Si z' # 0 1 z' Re(z) = z + z z est réel z = z ; z est imaginaire pur z = - z Nomres complexes Module et conjugué d'un nomre complexe Définition - Propriétés Un nomre complexe z s'écrit de fçon unique sous l forme + i ; IR, IR On dit que + i est l forme lgérique du nomre complexe

Plus en détail

mémento de mathématiques pour les ECE1

mémento de mathématiques pour les ECE1 mémento de mthémtiques pour les ECE1 Abdellh Becht Résumé L objectif de ce mémento est de permettre ux élèves de première nnée des clsses préprtoires ux Ecoles de Commerces, option économique, d voir un

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

R.O.C. Nombres complexes. Pondichéry Enseignement spécifique. Exercice 4 Enoncé Restitution organisée de connaissances

R.O.C. Nombres complexes. Pondichéry Enseignement spécifique. Exercice 4 Enoncé Restitution organisée de connaissances Nombres complexes R.O.C. Pondichéry 22. Enseignement spécifique. Exercice 4 Prtie A Restitution orgnisée de connissnces Soit z uombre complexe. On rppelle que z est le conjugué de z et que z est le module

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Terminle S Vlère BONNET vlere.bonnet@gmil.com) 9 mi Lycée PONTUS DE TYARD rue des Gillrdons 7 CHALON SUR SAÔNE Tél. : ) 85 46 85 4 Fx : ) 85 46 85 59 FRANCE ii LYCÉE PONTUS DE TYARD

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. Session Pondichéry (avril 2010) MATHÉMATIQUES (obligatoire) Correction. Série : S

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. Session Pondichéry (avril 2010) MATHÉMATIQUES (obligatoire) Correction. Série : S BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session Pondichéry vril ) MATHÉMATIQUES obligtoire) Correction Série : S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 EXERCICE PARTIE A Soient et b deux réels tels que < b. Soient

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010 Corrigé du bcclurét S Pondichéry 2 vril 2 EXERCICE Commun à tous les cndidts Prtie A : Restitution orgnisée de connissnces 6 points f et g sont deux fonctions continues sur un intervlle [ ; b] donc g f

Plus en détail

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1 Chpitre 7 Intégrle et primitive TABLE DES MATIÈRES pge - Chpitre 7 Intégrle et primitive Tble des mtières I Exercices I-................................................ I- Clcul pproché d une intégrle

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

TS 2, Correction Bac Blanc n o 2

TS 2, Correction Bac Blanc n o 2 TS, Correction Bc Blnc n o Exercice Nouvelle-Clédonie, mrs extrit) points Restitution Orgnisée de Connissnces On utiliser le résultt suivnt : les solutions de l éqution différentielle E ) y = y où R sont

Plus en détail

Analyse 1 L1-mathématiques

Analyse 1 L1-mathématiques Anlyse L-mthémtiques Renud Leplideur Année 3-4 UBO Tble des mtières Inéglités et clculs 3. Nombres..................................... 3.. Les ensembles N, Z, Q et R...................... 3.. Les intervlles

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

CHAPITRE 10 : LA FONCTION LOGARITHME NEPERIEN

CHAPITRE 10 : LA FONCTION LOGARITHME NEPERIEN L fonction logrithme népérien Cours CHAPITRE : LA FONCTION LOGARITHME NEPERIEN. Définition de l fonction logrithme népérien L fonction logrithme népérien, notée ln, est définie sur ],+ [, prend l vleur

Plus en détail

Limite d une fonction à l infini

Limite d une fonction à l infini CHAPITRE 3 LIMITES DE FONCTIONS ET DE SUITES Limite d une fonction à l infini et s courbe repré-. Limite finie d une fonction à l infini Soit f une fonction définie sur un intervlle [ ; + [ senttive. L

Plus en détail

Chapitre 2 Limites et asymptotes

Chapitre 2 Limites et asymptotes Chpitre 2 Limites et symptotes A) Introduction ) Le grenier Je veux monter un toit à une pente en lissnt l plce pour une pièce (grenier) de 3 mètres de long et 2 mètres de hut. OA = 3, OC = 2, OE = x.

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

1 Introduction. y = f 1 (x) On suppose que la fléchette atteint toujours la cible, et on appelle x l abscisse du point d impact P.

1 Introduction. y = f 1 (x) On suppose que la fléchette atteint toujours la cible, et on appelle x l abscisse du point d impact P. Introduction Un jeu consiste à lncer une fléchette sur des cibles dont l forme est donné dns chque cs pr le domine de pln coloré, situé u dessus du segment représentnt l intervlle [; ], et dont l ire totle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010 Corrigé du bcclurét S Pondichéry vril EXERCICE Commun à tous les cndidts Prtie A : Restitution orgnisée de connissnces 6 points f et g sont deu fonctions continues sur un intervlle [ ; b] donc g f est

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Ordre et comparaisons

Ordre et comparaisons Seconde 0 - Année 2004 2005 ORDRE ET COMPARAISONS Ordre et comprisons. ACTIVITÉ SUR L ORDRE.. nomres positifs et nomres négtifs. Les réels se représentent sur l droite réelle. Dire que x est positif(ou

Plus en détail

Terminales S. Liste «non exhaustive» des Restitutions Organisées des Connaissances:

Terminales S. Liste «non exhaustive» des Restitutions Organisées des Connaissances: Terminles S Liste «non exhustive» des Restitutions Orgnisées des Connissnces: Théorème 1 : Critère de divergence d'une suite Théorème 2 : Comprison pr rpport à une suite divergente Théorème 3 : Théorème

Plus en détail

Intégration Primitives

Intégration Primitives Intégrtion Primitives Christophe ROSSIGNOL Année scolire 2015/2016 Tble des mtières 1 Rppels et compléments 3 1.1 Rppels de dérivtion.......................................... 3 1.1.1 Dérivtion en un point......................................

Plus en détail

Chapitre 6. Primitive et Intégrale. 6.1 Primitive Rappels

Chapitre 6. Primitive et Intégrale. 6.1 Primitive Rappels Chpitre 6 Primitive et Intégrle 6. Primitive 6.. Rppels Définition 6... Si f est une fonction définie sur un intervlle I, une primitive de f sur I est une fonction F telle que pour tout x dns I, F (x)

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Chapitre XI : Lois continues

Chapitre XI : Lois continues Chpitre XI : Lois continues Extrit du progrmme : I. Lois de proilité à densité 1. Vrile létoire à densité Dns de nomreux domines, on est mené à étudier des vriles létoires pouvnt prendre, du moins théoriquement,

Plus en détail

Chapitre 2. Les nombres complexes. 2.1 Définition et propriétés de C

Chapitre 2. Les nombres complexes. 2.1 Définition et propriétés de C Chpitre 2 Les nombres complexes Certines équtions polynomiles à coefficients réels n ont ps de solution dns R ; c est le cs de l éqution du second degré x 2 +1 = 0 puisque tout crré de réel est positif.

Plus en détail

DÉNOMBREMENT LOIS DE PROBABILITÉ

DÉNOMBREMENT LOIS DE PROBABILITÉ DÉNOMBREMENT LOIS DE PROBABILITÉ A Dénombrement I Utilistion de digrmmes, de tbleux, d rbres Exemples : 1. Un centre de loisirs ccueille 100 enfnts. Deux sports sont proposés : le footbll et le tennis.

Plus en détail

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes...

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes... Lycée Pul Doumer 203-204 TS Cours Limites de Fonction Contents Limites d une fonction et symptotes. Limite en l infini....................................2 Limite en un réel..................................

Plus en détail

Exercices de révision

Exercices de révision Université de Cen Licence de Biologie Semestre 0 04 Mthémtiques TD Groupe 4 Exercices de révision Corrigé Nombres complexes Exercice. On pose A = + i et B = + i. Clculer A B, A + B, A B, B, A + B. Clculer

Plus en détail

ROC: Restitution Organisée des Connaissances

ROC: Restitution Organisée des Connaissances ROC: Restitution Orgnisée des Connissnces Terminle S Septembre 2005 Tble des mtières 1 Anlyse 2 1.1 Limites et ordre........................... 2 1.2 Bijection............................... 3 1.3 Fonction

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mthémtiques TS Lycée Henri IV Tble des mtières I Les nombres complexes 7 Rcines n ième d un nombre complexe non nul 7. Définition.................................................... 7.2 Représenttion

Plus en détail

Lois de probabilité continues

Lois de probabilité continues Lois de probbilité continues Tble des mtières I Lois de probbilité continues I.1 Principe et définitions........................................... I. Exemples de lois continues.........................................

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

Exercices sur le logarithme népérien (1)

Exercices sur le logarithme népérien (1) TS On considère l fonction f : + ln et l on note C s courbe représenttive dns le pln muni d un Eercices sur le logrithme népérien () repère O, i, j Sns clcultrice, clculer : ; B ln 5 ln 9 5 A ln 6 ln ln

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Calcul intégral. Catherine Decayeux. Catherine Decayeux () Calcul intégral 1 / 23

Calcul intégral. Catherine Decayeux. Catherine Decayeux () Calcul intégral 1 / 23 Clcul intégrl Ctherine Decyeux Ctherine Decyeux () Clcul intégrl 1 / 23 I-Introduction Le clcul intégrl s est développé u XVIIe siècle vec les trvux de Bonvntur Cvlieri, Isc Newton, Leibniz... mis les

Plus en détail

I. Fonctions

I. Fonctions FORMULAIRE MATHÉMATIQUES - RENTRÉE 205 - PRÉPA ECS PREMIÈRE ANNÉE Tble des mtières I. Fonctions - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 4. Générlités sur les fonctions...................

Plus en détail

CH 1 Analyse : Continuité et limites

CH 1 Analyse : Continuité et limites CH Anlyse : Continuité et ites 4 ème Sciences Septembre 9 A. LAATAOUI I. Rppels Notion de continuité : Grphiquement, on peut reconnître une onction continue sur un intervlle I pr le it que le trcé de l

Plus en détail

Intégration. 1 Intégrale d une fonction. 2.1 Définition Propriétés Ensemble des primitives d une fonction... 6

Intégration. 1 Intégrale d une fonction. 2.1 Définition Propriétés Ensemble des primitives d une fonction... 6 Tble des mtières Intégrle d une fonction. Définition.................................................. Propriétés................................................. 4 Notion de primitive d une fonction 5.

Plus en détail

Table des matières 3. GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS...63 A) ENSEMBLE DE DÉFINITION D'UNE FONCTION...63

Table des matières 3. GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS...63 A) ENSEMBLE DE DÉFINITION D'UNE FONCTION...63 Tble des mtières 1. ALGORITHMES...15 A) LES PRINCIPAUX ALGORITHMES À SAVOIR CONSTRUIRE ET MANIPULER...15 1. Comment écrire un lgorithme qui clcule un terme u n d'une suite numérique définie pr récurrence?...15

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction Prép. Agrég. écrit d Anlyse, Annexe n o 6. Méthode de Lplce dns R d Fonctions définies pr une intégrle On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que l fonction F(t = g(x

Plus en détail

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers Chpitre 5 Intégrtion Nous llons construire l intégrle pr un procédé de pssge à l limite. D bord on définit l intégrle des fonctions en escliers, ensuite on psse à l limite pour intégrer des fonctions plus

Plus en détail

La loi normale. Chapitre Introduction Motivation à partir de la loi binomiale Notion de variable aléatoire à densité

La loi normale. Chapitre Introduction Motivation à partir de la loi binomiale Notion de variable aléatoire à densité Chpitre 4 L loi normle 4.1 Introduction Dns le chpitre précédent, les probbilités rencontrées se rmenient à lister tous les cs possibles, leur ttribuer l même probbilité, et diviser le nombre de cs fvorbles

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence de Mthémtiques, première nnée Lurent Michel Automne 2011 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

! Remarque : La racine carrée d un nombre négatif n existe pas.

! Remarque : La racine carrée d un nombre négatif n existe pas. 3 ème Chpitre A 3 RACINE CARREE D UN NOMBRE POSITIF 1 I) Définition et conditions d existence de l rcine crrée d un nombre. 1) Définition. Il existe deux nombres tel que si on les multiplie pr eux même

Plus en détail

Cours Intégrales Primitives 1 / 7 A Chevalley

Cours Intégrales Primitives 1 / 7 A Chevalley A 17 Primitives Intégrles Aleth Chevlley 1. Intégrle d une fonction continue 1.1. Définition Soit C l coure représenttive de f dns un repère orthonorml. L intégrle de à de l fonction f est l ire du domine

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

SVE 101, TD Feuille Variables aléatoires continues et théorèmes asymptotiques

SVE 101, TD Feuille Variables aléatoires continues et théorèmes asymptotiques SVE, TD Feuille 7 7. Vribles létoires continues et théorèmes symptotiques Exercice 7. Dns un érodrome, l durée du processus d tterrissge d un vion, mesuré en minutes, est une vrible létoire T dont l densité

Plus en détail