Physique. 28] Physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique. 28] Physique"

Transcription

1 Physique Les scietifiques rêvet de maîtriser la fusio ucléaire le moteur des étoiles, qui promet de l éergie iépuisable et propre. Mais même si ue étape historique devrait être bietôt frachie, certais cosidèret le projet comme utopique ou prématuré. L allumage, ou igitio, est proche. Das mois de deux as, à Livermore, e Califorie, les 192 faisceaux laser du NIF cocetrerot leur éorme puissace sur ue pastille sphérique de quelques millimètres. Le NIF, ou Natioal Igitio Facility (Istallatio atioale pour l igitio), est le résultat de 13 as d efforts et de quatre milliards de dollars d ivestissemet. Il est comparable au LMJ fraçais, le Laser Mégajoule, e costructio à Le Barp, au Sud de Bordeaux. Ces deux équipemets sot coçus pour que les faisceaux laser comprimet fortemet le coteu d u microballo des isotopes de l hydrogèe, à savoir du deutérium et du tritium au poit de faire fusioer les oyaux atomiques et libérer aisi de l éergie (voir aussi l article page 36). E d autres termes, l idée est de créer das des coditios cotrôlées ue bombeh miiature pour exploiter l éergie de l explosio. Cela a déjà été testé, et avec succès. Mais jusqu ici, les scietifiques devaiet fourir plus d éergie pour les tirs de laser que la fusio ucléaire e produisait Cela devrait chager avec l etrée e actio du NIF : la fusio du cetre de la cible produira plus d éergie que les lasers e aurot apporté. Ue étape importate aura alors été frachie. Michael Moyer E théorie, le surplus d éergie pourrait être utilisé pour alimeter ue cetrale productrice d électricité. Le deutérium, combustible écessaire à ue telle cetrale exploitat la fusio ucléaire, serait extrait de l eau de mer, et il y aurait i émissios atmosphériques i déchets ucléaires Tout se passerait comme si l o avait capturé ue petite étoile afi de faire marcher les machies sur Terre, et cela sas craidre ue péurie d éergie. Lasers ou champs magétiques La costructio d ue autre istallatio majeure pour la fusio ucléaire bat so plei à Cadarache, au Nord d Aixe-Provece : ITER (Iteratioal Thermouclear Experimetal Reactor). Das cette istallatio dot le coût est estimé à ue dizaie de milliards d euros (costructio et foctioemet durat plus de 20 as), les composats essetiels e sot pas des lasers. Des aimats supracoducteurs assurerot le cofiemet du mélage d isotopes de l hydrogèe, qui sera chauffé à quelque 150 millios de degrés, soit fois la température régat à la surface du Soleil. ITER est aussi cesé produire plus d éergie qu il e cosomme. De Lawrece Livermore Natioal Laboratory 28] Physique Pour la Sciece Jui 2010

2 DANS LA CHAMBRE DE RÉACTION du NIF, e Califorie, 192 faisceaux laser cocetrerot leurs impulsios sur ue toute petite capsule remplie d u mélage d isotopes de l hydrogèe (cette cible est teue par l extrémité du bras e forme de crayo). Ue brève et explosive fusio des oyaux d hydrogèe e résultera. Quad la réactio produira plus d éergie que celle fourie par les lasers, o aura frachi ue étape importate vers le cotrôle de la fusio ucléaire. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [29

3 L ESSENTIEL La fusio d isotopes de l hydrogèe est sur le poit d être efi réalisée avec u gai d éergie : c est ue étape essetielle vers la domesticatio de l éergie des étoiles. E maîtrisat l éergie e excès produite, o pourrait cocevoir des cetrales électriques révolutioaires, fodées sur la fusio thermoucléaire. Toutefois, les chercheurs igoret pas l ampleur des défis techiques à relever avat que l o puisse costruire ue première cetrale à fusio. plus, à la différece des tirs itermittets des systèmes à laser, les champs magétiques d ITER maitiedrot le plasma chaud (le gaz ioisé de deutérium et de tritium) e cofiemet plus cotiu, durat des dizaies ou des cetaies de secodes (voir l article page 44). Cepedat, l igitio du combustible ucléaire pourrait être que la partie facile du cotrôle de la fusio ucléaire. Les experts de la recherche sur la fusio recoaisset de plus e plus que les défis de la costructio et du foctioemet d ue cetrale à fusio pourraiet être bie plus difficiles à relever. Certais physicies qui e sot pas directemet impliqués das les recherches sur la fusio se demadet même si l objectif est réalisable, même e théorie. U réacteur opératioel devrait être fait de matériaux capables de résister des aées durat à des températures de plusieurs millios de degrés. O assisterait à ue irradiatio permaete de particules de haute éergie, coditios qui redet les matériaux ordiaires friables et radioactifs. Il faudra aussi que le réacteur produise so propre tritium, l u des deux composats du combustible, par u procédé complexe. Et afi de s itégrer utilemet au réseau électrique, ue telle cetrale devra foctioer de faço permaete, sas iterruptios i icidets, pedat des déceies. «L attitude répadue a cosisté à admettre l existece de difficultés, mais à les cosidérer comme des problèmes surmotables, que l o réglerait après s être d abord cocetré sur la fusio elle-même, soulige Richard Hazeltie, directeur de l Istitut des études sur la fusio à l Uiversité du Texas à Austi. Il se peut que cela ait été ue erreur.» L éergie des étoiles La fusio ou plutôt l igorace de ce phéomèe décocerte les scietifiques depuis les aées 1860 au mois. Pour expliquer l icroyable diversité de la vie sur Terre, la théorie de Charles Darwi sur l évolutio des espèces par sélectio aturelle suppose que de tout petits chagemets se sot accumulés durat des cetaies de millios d aées. Or les calculs de l émiet physicie britaique William Thomso (lord Kelvi) suggéraiet que l âge du Soleil e pouvait guère excéder quelques dizaies de millios d aées. Comme le racote l auteur américai Charles Seife das so livre de 2008 Su i a bottle, Darwi voyait la critique de Thomso comme FUSION PAR CONFINEMENT INERTIEL (PAR LASER) Créatio d ue impulsio laser Liges amplificatrices Chambre de réactio Do Foley Le NIF (Natioal Igitio Facility) américai, comme le LMJ fraçais et le futur projet europée HiPER, costitue u éorme amplificateur de lumière laser. La plus grade partie de l istallatio est occupée par 192 liges de faisceau qui, à partir d ue faible impulsio laser iitiale, multipliet so itesité u grad ombre de fois. Les faisceaux laser amplifiés coverget, à l itérieur d ue chambre de réactio, vers u cylidre d or coteat la cible, u mélage de deutérium et de tritium. 30] Physique Pour la Sciece Jui 2010

4 l ue des pricipales difficultés de sa théorie. Il répliquait u peu maladroitemet que la coaissace des lois du cosmos était si icomplète que les scietifiques devraiet réserver leur jugemet. Darwi avait raiso. Quelque 70 as de plus passèret avat que les physicies e développet les outils coceptuels écessaires pour compredre ce qui fait briller le Soleil. Vers 1930, les physicies savaiet que toute la matière est faite d atomes, qui ot u oyau costitué de protos chargés positivemet et de eutros o chargés (l hydrogèe est la seule exceptio so oyau est formé d u seul et uique proto). Albert Eistei avait démotré, via sa fameuse formule E = mc 2, que la masse peut se trasformer e éergie. Et les études spectroscopiques ot motré que le Soleil est pas costitué de roche fodue, comme l avait supposé Kelvi, mais essetiellemet d hydrogèe et d u peu d hélium. E 1938, Has Bethe, physicie d origie allemade, comprit que la pressio au cetre du Soleil est si élevée que les oyaux d hydrogèe y sot tassés au poit de vaicre la répulsio etre charges électriques de même sige. Bethe écrivit la Bloc de verre amplificateur Lampe flash réactio e quatre étapes par laquelle les oyaux d hydrogèe fusioet. Les produits fiaux de cette réactio de fusio sot u peu plus légers que les igrédiets iitiaux ; la masse maquate se retrouve sous forme d éergie, qui alimete le Soleil. Haute pressio et haute température Cette réactio e chaîe, complexe, exige des pressios et des températures qui existet qu au cœur des étoiles. Ue voie u peu plus facile pour iduire la fusio met e jeu deux isotopes de l hydrogèe: le deutérium (D, oyau formé d u proto et d u eutro) et le tritium (T, oyau formé d u proto et de deux eutros). La fusio d u oyau de deutérium et d u de tritium produit u oyau d hélium (deux protos, deux eutros) e libérat u eutro et ue certaie quatité d éergie. Cette réactio de fusio etre le deutérium et le tritium est mois exigeate e termes de température et de pressio que la fusio de oyaux d hydrogèe, mais elle libère tout de même beaucoup d éergie. Si les scietifiques parveaiet à déclecher la fusio ucléaire de faço cotrôlée, les problèmes d éergie seraiet résolus. Le combustible est abodat : o LA RÉACTION DEUTÉRIUM-TRITIUM E forçat des oyaux de deutérium (D) et de tritium (T) à se rapprocher suffisammet, via de très hautes températures et pressios, la répulsio électromagétique qui s exerce etre eux est surmotée et les oyaux fusioet. La réactio deutérium-tritium produit u oyau d hélium, u eutro et u surplus d éergie, sous la forme d éergie ciétique des particules produites, c est-à-dire de chaleur. Jessica Huppi Noyau de deutérium p p Noyau d hélium p Éergie Noyau de tritium p Neutro ➋ AMPLIFICATEUR DE FAISCEAU LASER Ue petite impulsio laser ayat été scidée et evoyée à travers des préamplificateurs, elle passe à travers des verres amplificateurs. Des lampes flash au xéo excitet le éodyme coteu das le verre amplificateur ; l éergie aisi déposée das le verre amplificateur est trasmise au faisceau laser lors de so passage. L impulsio laser gage aisi 25 pour cet d éergie à chaque passage, et chaque faisceau est soumis à 52 passages successifs. Faisceau ultraviolet Cylidre creux e or Cible Rayos X ➊ VERS LA CIBLE Lorsque le faisceau laser etre das la chambre de réactio, des cristaux triplet sa fréquece lumieuse pour le faire passer du rouge (couleur mois destructrice pour les dispositifs optiques) à l ultraviolet, plus efficace pour iduire la fusio. Chambre de réactio ➌ IGNITION Au cetre de la chambre de réactio, les faisceaux sot dirigés sur les parois iteres de la cavité e or, qui réagit e émettat des rayos X de haute éergie. Ce rayoemet détruit l eveloppe de la cible et comprime so coteu au poit de lui faire atteidre 100 fois la desité du plomb, et de le chauffer à 100 millios de degrés. Cette brusque augmetatio de la pressio et de la température décleche la fusio. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [31

5 trouve du deutérium das l eau de mer, tadis que le tritium peut être egedré au sei d u réacteur. Et, au cotraire de la fissio, la fusio e crée pas de sous-produits radioactifs à logue durée de vie, c est-à-dire des déchets ucléaires. E théorie, les 3,3 grammes de deutérium coteus das 100 litres d eau de mer représetet autat d éergie que 660 toes de pétrole, et le seul rejet cosisterait e ue bouffée d hélium. Les premiers cocepts de réacteur à fusio sot apparus au début des aées Lyma Spitzer, de l Uiversité de Priceto, calcula que so «stellarator» (du lati stella pour étoile) produirait ue puissace de 150 mégawatts, de quoi alimeter foyers. Le dispositif qu il avait imagié était fodé sur le fait qu aux hautes températures écessaires pour la fusio, tous les électros sot arrachés de leurs atomes. La soupe de particules chargées aisi formée, ommée plasma, peut être maiteue sous cotrôle grâce à u champ magétique. Pour l essetiel, le stellarator de Spitzer cosistait doc e ue bouteille magétique capable de cofier le plasma, même s il était chauffé à des millios de degrés. O parle de «cofiemet magétique». Pour autat, Spitzer et ses successeurs avaiet pas ue très boe compréhesio du comportemet des plasmas. Ils se rediret vite compte que les plasmas e se comportet pas bie du tout. Imagiez u gros ballo e époge. Essayez de le comprimer le plus possible. Quelle que soit la faço dot vous vous y preez, ue partie de l époge s échappera toujours etre vos doigts. Le plasma a ce même comportemet : quad o essaye de le cocetrer das u volume assez petit pour y iduire la fusio, le plasma trouve le moye de s e échapper. C est l obstacle auquel sot cofrotés tous les pricipes de réacteurs à fusio : plus o chauffe et plus o cocetre u plasma, plus il oppose de résistace aux efforts de cofiemet. Les scietifiques se sot démeés durat 60 as pour cotrôler les plasmas e utilisat des bouteilles magétiques de plus e plus grades. Et chaque fois que l o iaugurait ue machie améliorée, coçue pour corriger les faiblesses de la précédete, les éergies supérieures atteites révélaiet ue ouvelle série de difficultés. «Peu importe ce que vous e faites, les plasmas restet toujours u peu FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE U tokamak, eceite e forme de tore, est u dispositif destié à déclecher la fusio au sei d u plasma de deutérium et de tritium piégé magétiquemet. Le plasma, très chaud, est maiteu cofié et à distace des parois grâce à des champs magétiques créés par de puissats électroaimats, tadis que des faisceaux de micro-odes et de particules le chauffet à quelque 150 millios de degrés. Au cotraire de la fusio par cofiemet iertiel, le procédé est pas discotiu. L ambitio du projet ITER (schéma de so tokamak ci-dessous) est d etreteir la fusio durat plusieurs cetaies de secodes. Cryostat Aimats istables», soulige Charles Baker, acie directeur des programmes de recherche sur la fusio des laboratoires atioaux d Argoe et d Oak Ridge, et actuellemet présidet du Comité cosultatif techique américai pour ITER. La crise éergétique des aées 1970 a aussi vu la aissace d ue ouvelle voie de recherche sur la fusio cotrôlée, celle du «cofiemet iertiel». Gager plus d éergie que l o e fourit Cette approche cosiste à utiliser ue multitude de faisceaux laser pour comprimer et chauffer ue cible de deutérium et tritium. Ces essais, réalisés au Laboratoire atioal Lawrece Livermore, siège du programme militaire américai lié à la fusio, ot débuté avec u dispositif à deux faisceaux. Des progrès sur la puissace des lasers ot coduit e 1977 à Shiva (le om du dieu hidou de la créatio et de la destructio), puis à Nova e Chacu de ces programmes de recherche a pulvérisé le record modial de puissace pour des Eceite torique coteat le plasma Dispositifs de chauffage du plasma impulsios laser. Mais, comme das l approche par cofiemet magétique, o a pas pu atteidre le seuil de productio d éergie, celui à partir duquel la fusio produit plus d éergie que les lasers e fourisset. Pour y parveir, le Laboratoire de Livermore avait besoi d u laser 70 fois plus puissat que les précédets. Et e 1997, la costructio du NIF débuta. De l extérieur, le NIF a rie d impressioat. Ce bâtimet sas feêtres, peit d u beige eutre, a eviro la taille d u hagar pour avios. Comme das tout équipemet de sciece lourde, tel le grad collisioeur LHC au CERN, c est la partie efouie de l istallatio qui ispire le respect. À l itérieur, des dizaies de tubes larges de u mètre sot déployés ; ils coduiset à la chambre de réactio, ue sphère haute de trois étages garie de trous pour faire passer les lasers. Au cetre de cette chambre se trouve la cible de deutérium-tritium, maiteue par ce qui ressemble à u gigatesque stylo. Les faisceaux laser serot focalisés vers la cible avec ue précisio micrométrique. Cette cible sera comprimée par ITER Orgaizatio 32] Physique Pour la Sciece Jui 2010

6 des impulsios dot la puissace totale durat ue petite fractio de secode dépassera de loi celle de tout le réseau électrique américai. Bie que le NIF soit coçu pour atteidre le seuil de productio d éergie, la raiso première de so existece est liée à la simulatio des explosios ucléaires. E 1996, le présidet Bill Clito a sigé le Traité d iterdictio complète des essais ucléaires. Pour s assurer cepedat que l arseal existat restera e bo état de foctioemet, les laboratoires américais spécialisés das la recherche sur les armes ucléaires, ceux de Los Alamos et de Livermore, ot mis e place u programme de maiteace et de tests visat à garatir la fiabilité des quelque 5200 têtes ucléaires dot disposet les États-Uis. La plupart des opératios de maiteace cosistet simplemet e des ispectios de routie et au remplacemet de pièces. Ue autre composate de ce programme est la simulatio par ordiateur des explosios ucléaires. Or les modèles physiques correspodats sot très sesibles aux coditios iitiales ; le NIF est coçu pour fourir les doées écessaires à la calibratio de ces modèles, à partir de mesures réalisées sur de miuscules explosios deutérium-tritium. L istallatio sera aussi au service de la recherche fodametale, pour étudier la physique de la matière à température, pressio, desité ou champ extrêmes, telles les odes de choc d ue superova. NIF, 15 as avat ITER? Selo les prévisios, le NIF etamera ses expérieces de fusio du mélage deutérium-tritium au cours de cette aée et, si tout va bie, atteidra le seuil de productio d éergie eviro u a après. Il e s agit pas là du seuil de productio d éergie d ue cetrale, rappelle Edward Moses, directeur du NIF. Il s agira juste d obteir de la pastille de combustible plus d éergie que les 1,8 mégajoules déposés par les impulsios laser. Le NIF devrait atteidre ce seuil 15 as avat ITER. Peu importe commet o réalise la fusio, que ce soit à l aide de lasers mégajoules ou de champs magétiques, l éergie produite se maifeste sous la forme de eutros. Ces particules état eutres, elles e sot pas déviées par les champs électriques et magétiques. E outre, elles passet à travers la plupart des matériaux. La UNE BRÈVE HISTOIRE DE LA FUSION 1950 : Le physicie soviétique Adreï Sakharov coçoit ue eceite magétique de forme torique ommée tokamak, capable de coteir u plasma. Mais les travaux de Sakharov sur les armes ucléaires le détouret du projet : Lyma Spitzer, de l Uiversité de Priceto, ivete le stellarator, u dispositif de même type que le tokamak : Les États-Uis fot exploser Ivy Mike, la première bombe H : Les premiers eutros issus de la fusio par laser sot observés à Moscou et, de faço idépedate, e Frace au CEA : Des chercheurs occidetaux se redet à Moscou afi de predre coaissace de la coceptio du tokamak de Sakharov. Ils costatet qu il produit u plasma bie plus chaud et dese que le stellarator. Les tokamaks se mettet à domier das les projets de fusio par cofiemet magétique : Les recherches sur la fusio par laser preet leur essor ; les Américais proposet le cocept d implosio : Le NIF etame ses expérieces sur la fusio cotrôlée par laser : La costructio d ITER devrait s achever. Les premiers tests de fusio d u plasma de deutérium-tritium sot prévus pour seule faço de les arrêter est de les faire heurter directemet u oyau atomique. Mais de telles collisios fot des dégâts : les eutros issus de la réactio de fusio deutérium-tritium sot si éergétiques qu ils peuvet déplacer u oyau atomique hors de sa positio das le matériau, de l acier par exemple. À la logue, tous ces chocs affaiblisset le réacteur et redet ses structures friables. Les eutros peuvet aussi iduire de la radioactivité, puisque l impact d u eutro sur u oyau atomique peut déstabiliser ce derier. «Même s ils provieet d ue réactio propre, le flux cotiu des eutros redra dagereusemet radioactif tout matériau ordiaire», explique Ch. Baker. Du tritium créé i situ Ue cetrale fodée sur la fusio devra covertir l éergie des eutros e chaleur, qui servira à faire tourer ue turbie. Les réacteurs evisagés accomplirot cette coversio das leurs parois. La probabilité qu u eutro doé heurte u atome de la paroi est faible; mais ue couverture assez épaisse et costruite das le bo matériau quelques mètres d acier peut-être capturera presque tous les eutros émis. Les collisios eutro-oyau chaufferot la couverture et u fluide caloporteur, du sel liquide par exemple, évacuera la chaleur hors du réacteur. Ce sel liquide très chaud servira à créer de la vapeur d eau, qui fera tourer ue turbie pour géérer de l électricité. Sauf que cela est pas si simple. La couverture du réacteur a ue autre foctio, tout aussi essetielle que celles de la récupératio et du trasfert de la chaleur: produire le combustible utilisé das le réacteur. Si le deutérium est bo marché et abodat, le tritium est istable et a ue courte durée de vie (12,3as): il doit e fait être obteu par des réactios ucléaires. Ue cetrale ucléaire ordiaire (à fissio) peut e produire etre deux et trois kilogrammes par a, à u coût estimé etre 60 millios et 90 millios d euros par kilogramme. Or ue cetrale à fusio par cofiemet magétique cosommera eviro u kilogramme de tritium par semaie! «Les besois de la fusio sot bie au-delà de ce que peut fourir la fissio», isiste Mohamed Abdou, directeur du Cetre pour la sciece et la techologie de la fusio de l Uiversité de Califorie à Los Ageles. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [33

7 Pour produire so propre tritium, ue cetrale à fusio devra utiliser ue partie des eutros qu elle émet. À l itérieur de la couverture du réacteur, des caaux de lithium, u métal mou et très réactif, serot cesés capturer les eutros rapides et produire de l hélium et du tritium (voir l illustratio ci-dessous). Le tritium s échapperait par les caaux, afi d être réijecté das le plasma coteu au sei du réacteur. Cepedat, si l o examie les choses e détail, le bila deviet précaire. Chaque réactio de fusio cosomme exactemet u oyau de tritium et produit exactemet u eutro. Par coséquet, chaque eutro proveat du réacteur doit produire au mois u oyau de tritium (sio, le réacteur e cosommera plus qu il e produit). Cela est possible que si les scietifiques parvieet à iduire ue cascade compliquée de réactios. U eutro commece par heurter u oyau de lithium 7, ce qui produit u oyau de tritium, u oyau d hélium et u eutro. Ce secod eutro heurte esuite u oyau de lithium 6 et egedre u secod oyau de tritium, aisi qu u oyau d hélium. De surcroît, le tritium doit être collecté et réitroduit das le plasma avec ue efficacité de près de 100 pour cet. «Das cette réactio e chaîe, vous e devez perdre aucu eutro, sio la réactio s arrête, soulige Michael Dittmar, physicie des particules à l Istitut suisse fédéral pour la techologie (ETH) à Zurich. La première chose à faire [avat de costruire u réacteur] est de démotrer que la productio du tritium peut foctioer.» Pour sa part, R. Hazeltie soulige à quel poit la couverture du réacteur doit avoir des propriétés particulières : «Elle doit accepter beaucoup de chaleur et la trasférer sas surchauffer ; elle doit recueillir des eutros, et les matériaux très élaborés qui la composet doivet pourtat lui coférer ue durée de vie importate. Et e plus, elle doit utiliser ces eutros pour trasmuter du lithium e tritium.» Il est prévu de tester das ITER des modules géérateurs de tritium. E parallèle, u projet plus spécifique, l IFMIF (Iteratioal Fusio Material Irradiatio Facility) prévoit la costructio d u accélérateur afi de produire des eutros et de tester des matériaux de couverture destiés à u réacteur à fusio. M. Abdou estime qu il faudrait etre 30 et 75 as pour maîtriser LES DÉFIS DE LA FUSION Pour que la fusio ucléaire deviee ue source d éergie viable, il faudra surmoter plusieurs problèmes. Chaleur : Les matériaux mis e présece des réactios de fusio doivet résister à de hautes températures pedat des aées. Structure : Les eutros de haute éergie proveat des réactios de fusio fragiliset les matériaux qu ils recotret. Combustible : U réacteur à fusio devra produire du tritium, c est-à-dire ue partie de so combustible, au moye d ue chaîe complexe de réactios. Fiabilité : Les réacteurs à laser e produiset que des saccades de fusio ; les systèmes à cofiemet magétique devrot maiteir u plasma e fusio des semaies durat, et o quelques secodes. Neutro proveat du cœur du réacteur Hélium Lithium 7 Lithium 6 Hélium Neutro GÉNÉRER DU TRITIUM O prévoit que les réacteurs à fusio produirot leur propre tritium par ue chaîe complexe de réactios. U eutro commece par heurter u oyau de lithium 7 implaté das la paroi du réacteur. Cette réactio crée u oyau d hélium, u oyau de tritium et u eutro. Ce secod eutro heurte esuite u oyau de lithium 6, qui se trouve aussi das la paroi du réacteur, ce qui produit u autre oyau d hélium et u de tritium. Tritium Tritium Jessica Huppi suffisammet tous les problèmes liés aux matériaux de couverture pour costruire ue cetrale à fusio opératioelle. «Je pese que c est faisable, dit-il, mais c est beaucoup de travail.» Ue filière viable? Supposos que ce problème soit réglé. Nous sommes e Tat le NIF qu ITER ot été des succès complets, et les objectifs e termes de gai éergétique ot été atteits tout e respectat les budgets La ature a pas réservé aux scietifiques de mauvaises surprises quad ils ot augmeté l éergie e jeu das chacue des deux istallatios; les fatasques plasmas se sot fialemet comportés comme prévu. U bac d essai distict a démotré la faisabilité d ue couverture de réacteur, capable d egedrer du tritium et d évacuer la chaleur due aux eutros afi qu o la trasforme e électricité, tout e résistat aux agressios subatomiques qu elle subirait quotidieemet das ue cetrale à fusio. Et supposos que le coût estimé d ue cetrale à fusio e soit que de dix milliards d euros. Disposerosous alors d ue ouvelle filière éergétique utilisable? Même pour les pioiers qui ot cosacré leur vie à la quête de la fusio cotrôlée, il est difficile de répodre. Le problème est que les cetrales à fusio comme les cetrales à fissio habituelles devrot produire de l électricité e cotiu. État doé leur coût iitial importat, elles e serot retables que si elles foctioet e permaece. «Quad u système exige autat d ivestissemet, il faut pouvoir l exploiter 24 heures sur 24, car vous e payez pas le combustible» fait remarquer Ch. Baker. Malheureusemet, il est très difficile de maiteir u plasma stable assez logtemps. Jusqu à préset, les réacteurs ot réussi à maiteir u plasma e fusio durat mois d ue secode. Le but d ITER est de prologer cette durée à plusieurs dizaies ou cetaies de secodes. Passer à ue fusio du plasma 24 heures sur 24 représetera u pas gigatesque à frachir. «Il va falloir que la fusio se déroule 90 pour cet du temps», estime Ch. Baker e comptat les temps d arrêt pour maiteace. «C est, de loi, la plus grade source d icertitude sur la viabilité écoomique des futurs réacteurs à fusio.» E. Moses, le directeur du NIF, pese avoir la parade. Il a proposé u cocept 34] Physique Pour la Sciece Jui 2010

8 hydride à fusio et fissio ; le système utiliserait des eutros produits par fusio, déclechée par laser, pour cotrôler des réactios de fissio das ue couverture costituée de déchets ucléaires. Il omme so système LIFE (pour l aglais laser iertial fusio egie), et affirme pouvoir livrer ue cetrale électrique foctioat sur ce pricipe e 20 as. Le système imagié par E. Moses se fode sur le fait que l o utilise que ciq pour cet de l uraium qui alimete les cetrales à fissio, avat que l o e retire les barres de combustible et e les stocke pour ue logue coservatio. LIFE bombarderait ce combustible usagé avec des eutros, ce qui accélérerait sa désitégratio e espèces plus légères et mois radioactives, tout e produisat de la chaleur exploitable pour produire de l électricité. «Nos études motret que ous serios compétitifs avec toutes les sources d éergie dispoibles aujourd hui, explique E. Moses. Voire mois chers.» Combie coûtera ue cible? Bie etedu, LIFE est pas sas icovéiets. Selo Edward Morse, professeur de géie ucléaire à l Uiversité de Califorie à Berkeley, chaque filière a ses mystificatios qu il faut débusquer. «La pricipale mystificatio de la fusio cotrôlée par laser est de prétedre que l o pourra produire les cibles à quelques cetimes l uité.» Les cibles e questio, de la taille d u grai de poivre, doivet être usiées avec ue très grade précisio et être parfaitemet sphériques pour s assurer que la compressio sera isotrope. La moidre déformatio et la cible e s allumera pas... Les cibles sot actuellemet très chères à fabriquer. Le Laboratoire de Livermore, qui prévoit de produire ses cibles sur place, e publie pas d estimatios de coût. Mais le Laboratoire d éergétique laser de l Uiversité de Rochester produit aussi des cibles de deutérium-tritium. «Actuellemet, le budget auel utilisé das ce laboratoire pour produire des cibles est de plusieurs millios de dollars, alors qu il e produit qu eviro six par a, idique E. Morse. O pourrait doc e déduire que chaque cible coûte eviro u millio de dollars.» Or e situatio de productio, les cibles e serot pas utilisées au rythme du NIF, capable de réaliser u tir toutes les quelques heures, mais plutôt à la Natioal Fusio Research Istitute UNE VUE DU PLASMA à l itérieur du tokamak sud-corée KSTAR (Korea Supercoductig Tokamak Advaced Research), istallatio de recherche qui a commecé à foctioer e cadece d ue mitrailleuse. «Plus précisémet, il faudra ue machie capable de tirer 600 fois par miute, soulige E. Moses. Elle serait comparable à u moteur de voiture de u millio de chevaux, sauf qu il y aura pas de carboe émis...» Ue cetrale LIFE foctioat 24 heures sur 24 utiliserait eviro cibles par jour. Bie etedu, il est impossible de prévoir la situatio éergétique das 20 as. Il se pourrait que l o ait besoi, plus que jamais, d éergie produite par fusio thermoucléaire. Mais il se pourrait aussi qu ue percée de l éergie solaire, éoliee ou d ue autre forme d éergie fasse apparaître, par comparaiso, la fusio comme trop coûteuse ou difficile à domestiquer. «Il est possible que les ges dirot: certes, ça marche, c est impressioat, mais ous e avos plus besoi, car ous avos d autres possibilités», affirme R. Hazeltie. Autrefois, la fusio thermoucléaire était au-dessus de telles cosidératios. Elle apparaissait radicalemet différete de la productio d éergie par utilisatio de combustibles fossiles, si polluats, ou de l uraium, si dagereux. La fusio représetait ue solutio défiitive, belle et pure, à os besois d éergie. Cette visio est e trai de se dissiper. La fusio est qu ue voie possible parmi d autres, et il lui faudra plusieurs déceies avat qu elle porte ses fruits. L igitio est peutêtre proche, mais l ère de l éergie dispoible à voloté e l est pas. L AUTEUR Michael MOYER est rédacteur à Scietific America. BIBLIOGRAPHIE A. Heller, Safe ad sustaiable eergy with LIFE, Sciece ad Techology Review, avril/mai 2009 (https://str.lll.gov/ AprMay09/moses.html). Research eeds for magetic fusio eergy scieces, Rapport fial du Research Needs Workshop, jui 2009 (www.burigplasma.org/ reew.html). A. Beuzzi-Mouaix, La fusio ucléaire, Beli-Pour la Sciece, Ch. Seife, The Strage History of Fusio ad the Sciece of Wishful Thikig, Vikig, W. J. Nutall, Fusio as a eergy source : challeges ad opportuities, Rapport de l Istitute of Physics, septembre 2008 (www.iop.org/activity/policy/ Publicatios/file_31695.pdf). Pour la Sciece Jui 2010 Physique [35

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Devoir sciences physique 1 S février 2013. Ex 1 : Réactions nucléaires : (4pt) justifier chaque réponse par l'écriture des équations de conservation.

Devoir sciences physique 1 S février 2013. Ex 1 : Réactions nucléaires : (4pt) justifier chaque réponse par l'écriture des équations de conservation. Devoir scieces physique S février 0 Ex : Réactios ucléaires : (pt) justifier chaque répose par l'écriture des équatios de coservatio. 7 W est radioactif α. Il se désitègre e: 7 76 Hf ; 7 Ta ; 75 Re ; 7

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

LENTILLES SYSTEME CENTRE

LENTILLES SYSTEME CENTRE LENTILLES SYSTEME CENTRE. Letilles mices Parmi toutes les letilles, il e existe u certai ombre qui peuvet être décrites par u modèle simple : il s agit des letilles mices. Ue letille mice est ue letille

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

1 ère année > Programme

1 ère année > Programme Istitut Supérieur de Plasturgie d Aleço 1 ère aée > Programme Igéieur Polymères & Composites L igéieur ISPA est u expert e Polymères et Composites ayat ue visio globale de l etreprise lui permettat de

Plus en détail

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC Kaize & Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club idustrielle AIAC Itroducti o Itroductio: vidéo Kai ze coclusio 1 Itroducti o Kai ze La méthode du coclusio 2 Itroducti o Kai ze A- Les types d étiquettes

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Correction Devoir commun Classes de Secondes concernées : 2nde 10, 2nde 11, 2nde13,

Correction Devoir commun Classes de Secondes concernées : 2nde 10, 2nde 11, 2nde13, LYCEE GRAND AIR Correctio Devoir commu Classes de Secodes cocerées : de 10, de 11, de13, feuilles + papier millimétré. 08/0/013 Exercice 1 : L aée lumière. 1. D après le texte, la vitesse de la lumière

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

hydrauliques Identifier les symboles utilisés dans les circuits hydrauliques. Interpréter des schémas hydrauliques simples.

hydrauliques Identifier les symboles utilisés dans les circuits hydrauliques. Interpréter des schémas hydrauliques simples. CHIRE 4 Symboles et schémas hydrauliques Objectifs près la lecture de ce chapitre, vous pourrez : Idetifier les symboles utilisés das les circuits hydrauliques. Iterpréter des schémas hydrauliques simples.

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

chaudières murales à condensation hyper modulante de 0,8 à 28 kw

chaudières murales à condensation hyper modulante de 0,8 à 28 kw chaudières murales à codesatio hyper modulate de 0,8 à 28 kw e u q i u e sur l é h marc MC3 12 MC3 24 MC3 12.12 Cofort + Cofort + MA B20 MC3 12 HP MC3 24 HP MC3 12.12 Cofort + HP Cofort + HP HP MA HP B20

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

COLUMBUS McKINNON CORPORATION

COLUMBUS McKINNON CORPORATION COLUMBUS McKINNON CORPORATION MAN GUARD AVEC UNE CAPACITÉ JUSQU À 3 TONNES Le pala à chaîe électrique CM Ma Guard est très préset das l idustrie de la maipulatio de matériaux, recou pour sa performace

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête.

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête. Cliclasolutio Aée 2006/2007 REQUÊTES Utilité des requêtes QUESTIONNER LA BASE DE DONNÉES La foctio classique d'ue requête est de répodre à ue questio sur la base de doées. "Quels sot les cliets habitat

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

2013 Pearson France Grand livre de la photographie de Scott Kelby Scott Kelby

2013 Pearson France Grand livre de la photographie de Scott Kelby Scott Kelby 5 Créer et utiliser so studio comme u pro Obturatio : 1/20 s Ouverture : f/4 ISO : 100 Focale : 180 mm Photo Scott Kelby 5 Créer et utiliser so studio comme u pro Décor de studio Ue des méthodes les plus

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire SPECIALITE TS ( PHYSIQUE ) : FICHE CURS 6 1/5 MDES PRPRES DE IBRATI Ce qu'il faut reteir Modes propres de vibratio ; iterprétatio odulatoire 1. Productio d u so à l aide d u istrumet de musique U istrumet

Plus en détail

Orange Graduate Programme. Edition 2016

Orange Graduate Programme. Edition 2016 Orage Graduate Programme Editio 2016 Commet Orage vous rapproche de l essetiel? Editorial Vous êtes passioé(e) par les progrès rapides et multiples du umérique? L Orage Graduate programme, c est pour vous!

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Point presse. Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS

Point presse. Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS Poit presse Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS Sommaire 2015 : du PNRU au NPNRU, d ue aveture à l autre Ue ouvelle ambitio au service des quartiers Objectifs icotourables Chiffres clés Top départ Des

Plus en détail

Différentes solutions pour le stockage du combustible épuisé

Différentes solutions pour le stockage du combustible épuisé Différetes solutios pour le stockage du combustible épuisé par Joh P. Colto Le cycle du combustible ucléaire comporte u certai ombre d'opératios distictes avat et après l'irradiatio du combustible das

Plus en détail

Construction d un bâtiment à faible empreinte environnementale et sanitaire

Construction d un bâtiment à faible empreinte environnementale et sanitaire Costructio d u bâtimet à faible empreite eviroemetale et saitaire Famille DENIS 66 200 ELNE Efats de la Mer Argelès sur mer septembre 2009 Cotexte du projet Istallatio e 2007 das les PO Expériece précédete

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques Travaux dirigés de trasports et trasferts thermiques Aée 015-016 Araud LE PADELLEC alepadellec@irap.omp.eu page page 3 P r é s e t a t i o Tous les exercices de trasports et de trasferts thermiques qui

Plus en détail

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique Titre : Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fi[...] Date : 28/10/2014 Pae : 1/10 Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fiis de joit couplés hydromécaique Résumé : Cette documetatio porte sur

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

TP R : méthodes statistiques élémentaires

TP R : méthodes statistiques élémentaires M2 IFMA et MPE TP R : méthodes statistiques élémetaires À la fi de la séace vous déposerez vos scripts R das la boîte de dépôt de votre espace Sakai : http://australe.upmc.fr/portal. 1 Importatio des doées

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale Isolat thermique e matelas COMFORTBATT de Roxul Isolat thermique e matelas pour la costructio résidetielle et commerciale ComfortBatt de Roxul L isolat ROXUL cotribue à ue performace supérieure de l eveloppe

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant

La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant Une centaine de kilos d un combustible inépuisable permettra, dès la seconde moitié du 21e siècle, de produire

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

Dans l air du temps, l énergie éolienne L E S É N E R G I E S R E N O U V E L A B L E S

Dans l air du temps, l énergie éolienne L E S É N E R G I E S R E N O U V E L A B L E S Das l air du temps, l éergie éoliee L E S É N E R G I E S R E N O U V E L A B L E S SOMMAIRE Das l air du temps, l éergie éoliee Depuis logtemps, le vet aide l homme.............. 3 U objectif ambitieux

Plus en détail

Problème I- Acide éthanoïque (ph et conductimétrie) Enoncé

Problème I- Acide éthanoïque (ph et conductimétrie) Enoncé - Acide éthaoïque (ph et coductimétrie) Eocé 1- L acide éthaoïque (H 3 OOH) est u oxydat e solutio aqueuse das le couple H 3 OOH/H 3 H OH (acide éthaoïque/éthaol). Écrire la demi-équatio d oxydoréductio

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo BTS Iformatique de gestio e aée Deis Jaudo Mathématiques Cours Directrice de publicatio : Valérie Brard-Trigo Les cours du Ced sot strictemet réservés à l usage privé de leurs destiataires et e sot pas

Plus en détail

Régulation pour CTA Termibloc

Régulation pour CTA Termibloc Régulatio pour CTA Termibloc Présetatio Termibloc est u système covivial destié à gérer le pilotage des Cetrales de traitemet d Air Aircalo, e particulier Mistral. Il vise à assumer les pricipales foctios

Plus en détail

Interdisciplinarité mathématiques et sciences physiques. Un exemple : la radioactivité en terminale S.

Interdisciplinarité mathématiques et sciences physiques. Un exemple : la radioactivité en terminale S. Iterdiscipliarité mathématiques et scieces physiques. U exemple : la radioactivité e termiale S. Groupe Mathématiques et Scieces Physiques au Lycée IREM de Toulouse Michèle Fauré, Pierre López, Moique

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche.

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche. NOUVEAU: optio de capture d image Systèmes d observatio stéréo Ue image Superbe pour ue large gamme de tâches d ispectio et de retouche. Ue techologie optique brevetée permettat ue visualisatio sas fatigue

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES EXERCICES D PTIQUE GEMETRIQUE ENNCES Exercice 1 : Vitre Motrer que la lumière est pas déviée par u passage à travers ue vitre. Pour ue vitre d épaisseur 1 cm, que vaut le décalage latéral maximal? Si la

Plus en détail

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir Ce que les Afro-Américais atteits de diabète ou d hypertesio artérielle doivet savoir Faites-vous examier pour les maladies réales Natioal Kidey Disease Educatio Program Que puis-je faire pour garder mes

Plus en détail

Le pari de l avenir. Norme EnOcean : la garantie des bâtiments durables.

Le pari de l avenir. Norme EnOcean : la garantie des bâtiments durables. Le pari de l aveir. Norme EOcea : la garatie des bâtimets durables. Efficacité éergétique. Iteropérabilité. Solutios éprouvées. La techique radio sas pile d EOcea. Ue techologie d avat-garde ENOCEAN EST

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision KESTREL ELITE KESTREL ELITE Microscope de mesure sas cotact pour ispectio et mesures de précisio Microscope à deux axes sas cotact, idéal pour la mesure de caractéristiques 2-D de pièces techiques de petite

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables e 2014, je devies rge tous métiers travaux d amélioratio éergétique éergies reouvelables e 2014, je devies rge rge, c est quoi? Vous avez sas doute déjà etedu parler de la metio RGE. Ce sige de qualité

Plus en détail

Cours de méthodes de simulation

Cours de méthodes de simulation ECOLE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D ANALYSE DE L INFORMATION ( ESSAIT) Cours de méthodes de simulatio Préparé par Hasse MATHLOUTHI Aée uiversitaire 2014-2015 AVANT PROPOS Ce documet propose u cours sur

Plus en détail