Physique. 28] Physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique. 28] Physique"

Transcription

1 Physique Les scietifiques rêvet de maîtriser la fusio ucléaire le moteur des étoiles, qui promet de l éergie iépuisable et propre. Mais même si ue étape historique devrait être bietôt frachie, certais cosidèret le projet comme utopique ou prématuré. L allumage, ou igitio, est proche. Das mois de deux as, à Livermore, e Califorie, les 192 faisceaux laser du NIF cocetrerot leur éorme puissace sur ue pastille sphérique de quelques millimètres. Le NIF, ou Natioal Igitio Facility (Istallatio atioale pour l igitio), est le résultat de 13 as d efforts et de quatre milliards de dollars d ivestissemet. Il est comparable au LMJ fraçais, le Laser Mégajoule, e costructio à Le Barp, au Sud de Bordeaux. Ces deux équipemets sot coçus pour que les faisceaux laser comprimet fortemet le coteu d u microballo des isotopes de l hydrogèe, à savoir du deutérium et du tritium au poit de faire fusioer les oyaux atomiques et libérer aisi de l éergie (voir aussi l article page 36). E d autres termes, l idée est de créer das des coditios cotrôlées ue bombeh miiature pour exploiter l éergie de l explosio. Cela a déjà été testé, et avec succès. Mais jusqu ici, les scietifiques devaiet fourir plus d éergie pour les tirs de laser que la fusio ucléaire e produisait Cela devrait chager avec l etrée e actio du NIF : la fusio du cetre de la cible produira plus d éergie que les lasers e aurot apporté. Ue étape importate aura alors été frachie. Michael Moyer E théorie, le surplus d éergie pourrait être utilisé pour alimeter ue cetrale productrice d électricité. Le deutérium, combustible écessaire à ue telle cetrale exploitat la fusio ucléaire, serait extrait de l eau de mer, et il y aurait i émissios atmosphériques i déchets ucléaires Tout se passerait comme si l o avait capturé ue petite étoile afi de faire marcher les machies sur Terre, et cela sas craidre ue péurie d éergie. Lasers ou champs magétiques La costructio d ue autre istallatio majeure pour la fusio ucléaire bat so plei à Cadarache, au Nord d Aixe-Provece : ITER (Iteratioal Thermouclear Experimetal Reactor). Das cette istallatio dot le coût est estimé à ue dizaie de milliards d euros (costructio et foctioemet durat plus de 20 as), les composats essetiels e sot pas des lasers. Des aimats supracoducteurs assurerot le cofiemet du mélage d isotopes de l hydrogèe, qui sera chauffé à quelque 150 millios de degrés, soit fois la température régat à la surface du Soleil. ITER est aussi cesé produire plus d éergie qu il e cosomme. De Lawrece Livermore Natioal Laboratory 28] Physique Pour la Sciece Jui 2010

2 DANS LA CHAMBRE DE RÉACTION du NIF, e Califorie, 192 faisceaux laser cocetrerot leurs impulsios sur ue toute petite capsule remplie d u mélage d isotopes de l hydrogèe (cette cible est teue par l extrémité du bras e forme de crayo). Ue brève et explosive fusio des oyaux d hydrogèe e résultera. Quad la réactio produira plus d éergie que celle fourie par les lasers, o aura frachi ue étape importate vers le cotrôle de la fusio ucléaire. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [29

3 L ESSENTIEL La fusio d isotopes de l hydrogèe est sur le poit d être efi réalisée avec u gai d éergie : c est ue étape essetielle vers la domesticatio de l éergie des étoiles. E maîtrisat l éergie e excès produite, o pourrait cocevoir des cetrales électriques révolutioaires, fodées sur la fusio thermoucléaire. Toutefois, les chercheurs igoret pas l ampleur des défis techiques à relever avat que l o puisse costruire ue première cetrale à fusio. plus, à la différece des tirs itermittets des systèmes à laser, les champs magétiques d ITER maitiedrot le plasma chaud (le gaz ioisé de deutérium et de tritium) e cofiemet plus cotiu, durat des dizaies ou des cetaies de secodes (voir l article page 44). Cepedat, l igitio du combustible ucléaire pourrait être que la partie facile du cotrôle de la fusio ucléaire. Les experts de la recherche sur la fusio recoaisset de plus e plus que les défis de la costructio et du foctioemet d ue cetrale à fusio pourraiet être bie plus difficiles à relever. Certais physicies qui e sot pas directemet impliqués das les recherches sur la fusio se demadet même si l objectif est réalisable, même e théorie. U réacteur opératioel devrait être fait de matériaux capables de résister des aées durat à des températures de plusieurs millios de degrés. O assisterait à ue irradiatio permaete de particules de haute éergie, coditios qui redet les matériaux ordiaires friables et radioactifs. Il faudra aussi que le réacteur produise so propre tritium, l u des deux composats du combustible, par u procédé complexe. Et afi de s itégrer utilemet au réseau électrique, ue telle cetrale devra foctioer de faço permaete, sas iterruptios i icidets, pedat des déceies. «L attitude répadue a cosisté à admettre l existece de difficultés, mais à les cosidérer comme des problèmes surmotables, que l o réglerait après s être d abord cocetré sur la fusio elle-même, soulige Richard Hazeltie, directeur de l Istitut des études sur la fusio à l Uiversité du Texas à Austi. Il se peut que cela ait été ue erreur.» L éergie des étoiles La fusio ou plutôt l igorace de ce phéomèe décocerte les scietifiques depuis les aées 1860 au mois. Pour expliquer l icroyable diversité de la vie sur Terre, la théorie de Charles Darwi sur l évolutio des espèces par sélectio aturelle suppose que de tout petits chagemets se sot accumulés durat des cetaies de millios d aées. Or les calculs de l émiet physicie britaique William Thomso (lord Kelvi) suggéraiet que l âge du Soleil e pouvait guère excéder quelques dizaies de millios d aées. Comme le racote l auteur américai Charles Seife das so livre de 2008 Su i a bottle, Darwi voyait la critique de Thomso comme FUSION PAR CONFINEMENT INERTIEL (PAR LASER) Créatio d ue impulsio laser Liges amplificatrices Chambre de réactio Do Foley Le NIF (Natioal Igitio Facility) américai, comme le LMJ fraçais et le futur projet europée HiPER, costitue u éorme amplificateur de lumière laser. La plus grade partie de l istallatio est occupée par 192 liges de faisceau qui, à partir d ue faible impulsio laser iitiale, multipliet so itesité u grad ombre de fois. Les faisceaux laser amplifiés coverget, à l itérieur d ue chambre de réactio, vers u cylidre d or coteat la cible, u mélage de deutérium et de tritium. 30] Physique Pour la Sciece Jui 2010

4 l ue des pricipales difficultés de sa théorie. Il répliquait u peu maladroitemet que la coaissace des lois du cosmos était si icomplète que les scietifiques devraiet réserver leur jugemet. Darwi avait raiso. Quelque 70 as de plus passèret avat que les physicies e développet les outils coceptuels écessaires pour compredre ce qui fait briller le Soleil. Vers 1930, les physicies savaiet que toute la matière est faite d atomes, qui ot u oyau costitué de protos chargés positivemet et de eutros o chargés (l hydrogèe est la seule exceptio so oyau est formé d u seul et uique proto). Albert Eistei avait démotré, via sa fameuse formule E = mc 2, que la masse peut se trasformer e éergie. Et les études spectroscopiques ot motré que le Soleil est pas costitué de roche fodue, comme l avait supposé Kelvi, mais essetiellemet d hydrogèe et d u peu d hélium. E 1938, Has Bethe, physicie d origie allemade, comprit que la pressio au cetre du Soleil est si élevée que les oyaux d hydrogèe y sot tassés au poit de vaicre la répulsio etre charges électriques de même sige. Bethe écrivit la Bloc de verre amplificateur Lampe flash réactio e quatre étapes par laquelle les oyaux d hydrogèe fusioet. Les produits fiaux de cette réactio de fusio sot u peu plus légers que les igrédiets iitiaux ; la masse maquate se retrouve sous forme d éergie, qui alimete le Soleil. Haute pressio et haute température Cette réactio e chaîe, complexe, exige des pressios et des températures qui existet qu au cœur des étoiles. Ue voie u peu plus facile pour iduire la fusio met e jeu deux isotopes de l hydrogèe: le deutérium (D, oyau formé d u proto et d u eutro) et le tritium (T, oyau formé d u proto et de deux eutros). La fusio d u oyau de deutérium et d u de tritium produit u oyau d hélium (deux protos, deux eutros) e libérat u eutro et ue certaie quatité d éergie. Cette réactio de fusio etre le deutérium et le tritium est mois exigeate e termes de température et de pressio que la fusio de oyaux d hydrogèe, mais elle libère tout de même beaucoup d éergie. Si les scietifiques parveaiet à déclecher la fusio ucléaire de faço cotrôlée, les problèmes d éergie seraiet résolus. Le combustible est abodat : o LA RÉACTION DEUTÉRIUM-TRITIUM E forçat des oyaux de deutérium (D) et de tritium (T) à se rapprocher suffisammet, via de très hautes températures et pressios, la répulsio électromagétique qui s exerce etre eux est surmotée et les oyaux fusioet. La réactio deutérium-tritium produit u oyau d hélium, u eutro et u surplus d éergie, sous la forme d éergie ciétique des particules produites, c est-à-dire de chaleur. Jessica Huppi Noyau de deutérium p p Noyau d hélium p Éergie Noyau de tritium p Neutro ➋ AMPLIFICATEUR DE FAISCEAU LASER Ue petite impulsio laser ayat été scidée et evoyée à travers des préamplificateurs, elle passe à travers des verres amplificateurs. Des lampes flash au xéo excitet le éodyme coteu das le verre amplificateur ; l éergie aisi déposée das le verre amplificateur est trasmise au faisceau laser lors de so passage. L impulsio laser gage aisi 25 pour cet d éergie à chaque passage, et chaque faisceau est soumis à 52 passages successifs. Faisceau ultraviolet Cylidre creux e or Cible Rayos X ➊ VERS LA CIBLE Lorsque le faisceau laser etre das la chambre de réactio, des cristaux triplet sa fréquece lumieuse pour le faire passer du rouge (couleur mois destructrice pour les dispositifs optiques) à l ultraviolet, plus efficace pour iduire la fusio. Chambre de réactio ➌ IGNITION Au cetre de la chambre de réactio, les faisceaux sot dirigés sur les parois iteres de la cavité e or, qui réagit e émettat des rayos X de haute éergie. Ce rayoemet détruit l eveloppe de la cible et comprime so coteu au poit de lui faire atteidre 100 fois la desité du plomb, et de le chauffer à 100 millios de degrés. Cette brusque augmetatio de la pressio et de la température décleche la fusio. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [31

5 trouve du deutérium das l eau de mer, tadis que le tritium peut être egedré au sei d u réacteur. Et, au cotraire de la fissio, la fusio e crée pas de sous-produits radioactifs à logue durée de vie, c est-à-dire des déchets ucléaires. E théorie, les 3,3 grammes de deutérium coteus das 100 litres d eau de mer représetet autat d éergie que 660 toes de pétrole, et le seul rejet cosisterait e ue bouffée d hélium. Les premiers cocepts de réacteur à fusio sot apparus au début des aées Lyma Spitzer, de l Uiversité de Priceto, calcula que so «stellarator» (du lati stella pour étoile) produirait ue puissace de 150 mégawatts, de quoi alimeter foyers. Le dispositif qu il avait imagié était fodé sur le fait qu aux hautes températures écessaires pour la fusio, tous les électros sot arrachés de leurs atomes. La soupe de particules chargées aisi formée, ommée plasma, peut être maiteue sous cotrôle grâce à u champ magétique. Pour l essetiel, le stellarator de Spitzer cosistait doc e ue bouteille magétique capable de cofier le plasma, même s il était chauffé à des millios de degrés. O parle de «cofiemet magétique». Pour autat, Spitzer et ses successeurs avaiet pas ue très boe compréhesio du comportemet des plasmas. Ils se rediret vite compte que les plasmas e se comportet pas bie du tout. Imagiez u gros ballo e époge. Essayez de le comprimer le plus possible. Quelle que soit la faço dot vous vous y preez, ue partie de l époge s échappera toujours etre vos doigts. Le plasma a ce même comportemet : quad o essaye de le cocetrer das u volume assez petit pour y iduire la fusio, le plasma trouve le moye de s e échapper. C est l obstacle auquel sot cofrotés tous les pricipes de réacteurs à fusio : plus o chauffe et plus o cocetre u plasma, plus il oppose de résistace aux efforts de cofiemet. Les scietifiques se sot démeés durat 60 as pour cotrôler les plasmas e utilisat des bouteilles magétiques de plus e plus grades. Et chaque fois que l o iaugurait ue machie améliorée, coçue pour corriger les faiblesses de la précédete, les éergies supérieures atteites révélaiet ue ouvelle série de difficultés. «Peu importe ce que vous e faites, les plasmas restet toujours u peu FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE U tokamak, eceite e forme de tore, est u dispositif destié à déclecher la fusio au sei d u plasma de deutérium et de tritium piégé magétiquemet. Le plasma, très chaud, est maiteu cofié et à distace des parois grâce à des champs magétiques créés par de puissats électroaimats, tadis que des faisceaux de micro-odes et de particules le chauffet à quelque 150 millios de degrés. Au cotraire de la fusio par cofiemet iertiel, le procédé est pas discotiu. L ambitio du projet ITER (schéma de so tokamak ci-dessous) est d etreteir la fusio durat plusieurs cetaies de secodes. Cryostat Aimats istables», soulige Charles Baker, acie directeur des programmes de recherche sur la fusio des laboratoires atioaux d Argoe et d Oak Ridge, et actuellemet présidet du Comité cosultatif techique américai pour ITER. La crise éergétique des aées 1970 a aussi vu la aissace d ue ouvelle voie de recherche sur la fusio cotrôlée, celle du «cofiemet iertiel». Gager plus d éergie que l o e fourit Cette approche cosiste à utiliser ue multitude de faisceaux laser pour comprimer et chauffer ue cible de deutérium et tritium. Ces essais, réalisés au Laboratoire atioal Lawrece Livermore, siège du programme militaire américai lié à la fusio, ot débuté avec u dispositif à deux faisceaux. Des progrès sur la puissace des lasers ot coduit e 1977 à Shiva (le om du dieu hidou de la créatio et de la destructio), puis à Nova e Chacu de ces programmes de recherche a pulvérisé le record modial de puissace pour des Eceite torique coteat le plasma Dispositifs de chauffage du plasma impulsios laser. Mais, comme das l approche par cofiemet magétique, o a pas pu atteidre le seuil de productio d éergie, celui à partir duquel la fusio produit plus d éergie que les lasers e fourisset. Pour y parveir, le Laboratoire de Livermore avait besoi d u laser 70 fois plus puissat que les précédets. Et e 1997, la costructio du NIF débuta. De l extérieur, le NIF a rie d impressioat. Ce bâtimet sas feêtres, peit d u beige eutre, a eviro la taille d u hagar pour avios. Comme das tout équipemet de sciece lourde, tel le grad collisioeur LHC au CERN, c est la partie efouie de l istallatio qui ispire le respect. À l itérieur, des dizaies de tubes larges de u mètre sot déployés ; ils coduiset à la chambre de réactio, ue sphère haute de trois étages garie de trous pour faire passer les lasers. Au cetre de cette chambre se trouve la cible de deutérium-tritium, maiteue par ce qui ressemble à u gigatesque stylo. Les faisceaux laser serot focalisés vers la cible avec ue précisio micrométrique. Cette cible sera comprimée par ITER Orgaizatio 32] Physique Pour la Sciece Jui 2010

6 des impulsios dot la puissace totale durat ue petite fractio de secode dépassera de loi celle de tout le réseau électrique américai. Bie que le NIF soit coçu pour atteidre le seuil de productio d éergie, la raiso première de so existece est liée à la simulatio des explosios ucléaires. E 1996, le présidet Bill Clito a sigé le Traité d iterdictio complète des essais ucléaires. Pour s assurer cepedat que l arseal existat restera e bo état de foctioemet, les laboratoires américais spécialisés das la recherche sur les armes ucléaires, ceux de Los Alamos et de Livermore, ot mis e place u programme de maiteace et de tests visat à garatir la fiabilité des quelque 5200 têtes ucléaires dot disposet les États-Uis. La plupart des opératios de maiteace cosistet simplemet e des ispectios de routie et au remplacemet de pièces. Ue autre composate de ce programme est la simulatio par ordiateur des explosios ucléaires. Or les modèles physiques correspodats sot très sesibles aux coditios iitiales ; le NIF est coçu pour fourir les doées écessaires à la calibratio de ces modèles, à partir de mesures réalisées sur de miuscules explosios deutérium-tritium. L istallatio sera aussi au service de la recherche fodametale, pour étudier la physique de la matière à température, pressio, desité ou champ extrêmes, telles les odes de choc d ue superova. NIF, 15 as avat ITER? Selo les prévisios, le NIF etamera ses expérieces de fusio du mélage deutérium-tritium au cours de cette aée et, si tout va bie, atteidra le seuil de productio d éergie eviro u a après. Il e s agit pas là du seuil de productio d éergie d ue cetrale, rappelle Edward Moses, directeur du NIF. Il s agira juste d obteir de la pastille de combustible plus d éergie que les 1,8 mégajoules déposés par les impulsios laser. Le NIF devrait atteidre ce seuil 15 as avat ITER. Peu importe commet o réalise la fusio, que ce soit à l aide de lasers mégajoules ou de champs magétiques, l éergie produite se maifeste sous la forme de eutros. Ces particules état eutres, elles e sot pas déviées par les champs électriques et magétiques. E outre, elles passet à travers la plupart des matériaux. La UNE BRÈVE HISTOIRE DE LA FUSION 1950 : Le physicie soviétique Adreï Sakharov coçoit ue eceite magétique de forme torique ommée tokamak, capable de coteir u plasma. Mais les travaux de Sakharov sur les armes ucléaires le détouret du projet : Lyma Spitzer, de l Uiversité de Priceto, ivete le stellarator, u dispositif de même type que le tokamak : Les États-Uis fot exploser Ivy Mike, la première bombe H : Les premiers eutros issus de la fusio par laser sot observés à Moscou et, de faço idépedate, e Frace au CEA : Des chercheurs occidetaux se redet à Moscou afi de predre coaissace de la coceptio du tokamak de Sakharov. Ils costatet qu il produit u plasma bie plus chaud et dese que le stellarator. Les tokamaks se mettet à domier das les projets de fusio par cofiemet magétique : Les recherches sur la fusio par laser preet leur essor ; les Américais proposet le cocept d implosio : Le NIF etame ses expérieces sur la fusio cotrôlée par laser : La costructio d ITER devrait s achever. Les premiers tests de fusio d u plasma de deutérium-tritium sot prévus pour seule faço de les arrêter est de les faire heurter directemet u oyau atomique. Mais de telles collisios fot des dégâts : les eutros issus de la réactio de fusio deutérium-tritium sot si éergétiques qu ils peuvet déplacer u oyau atomique hors de sa positio das le matériau, de l acier par exemple. À la logue, tous ces chocs affaiblisset le réacteur et redet ses structures friables. Les eutros peuvet aussi iduire de la radioactivité, puisque l impact d u eutro sur u oyau atomique peut déstabiliser ce derier. «Même s ils provieet d ue réactio propre, le flux cotiu des eutros redra dagereusemet radioactif tout matériau ordiaire», explique Ch. Baker. Du tritium créé i situ Ue cetrale fodée sur la fusio devra covertir l éergie des eutros e chaleur, qui servira à faire tourer ue turbie. Les réacteurs evisagés accomplirot cette coversio das leurs parois. La probabilité qu u eutro doé heurte u atome de la paroi est faible; mais ue couverture assez épaisse et costruite das le bo matériau quelques mètres d acier peut-être capturera presque tous les eutros émis. Les collisios eutro-oyau chaufferot la couverture et u fluide caloporteur, du sel liquide par exemple, évacuera la chaleur hors du réacteur. Ce sel liquide très chaud servira à créer de la vapeur d eau, qui fera tourer ue turbie pour géérer de l électricité. Sauf que cela est pas si simple. La couverture du réacteur a ue autre foctio, tout aussi essetielle que celles de la récupératio et du trasfert de la chaleur: produire le combustible utilisé das le réacteur. Si le deutérium est bo marché et abodat, le tritium est istable et a ue courte durée de vie (12,3as): il doit e fait être obteu par des réactios ucléaires. Ue cetrale ucléaire ordiaire (à fissio) peut e produire etre deux et trois kilogrammes par a, à u coût estimé etre 60 millios et 90 millios d euros par kilogramme. Or ue cetrale à fusio par cofiemet magétique cosommera eviro u kilogramme de tritium par semaie! «Les besois de la fusio sot bie au-delà de ce que peut fourir la fissio», isiste Mohamed Abdou, directeur du Cetre pour la sciece et la techologie de la fusio de l Uiversité de Califorie à Los Ageles. Pour la Sciece Jui 2010 Physique [33

7 Pour produire so propre tritium, ue cetrale à fusio devra utiliser ue partie des eutros qu elle émet. À l itérieur de la couverture du réacteur, des caaux de lithium, u métal mou et très réactif, serot cesés capturer les eutros rapides et produire de l hélium et du tritium (voir l illustratio ci-dessous). Le tritium s échapperait par les caaux, afi d être réijecté das le plasma coteu au sei du réacteur. Cepedat, si l o examie les choses e détail, le bila deviet précaire. Chaque réactio de fusio cosomme exactemet u oyau de tritium et produit exactemet u eutro. Par coséquet, chaque eutro proveat du réacteur doit produire au mois u oyau de tritium (sio, le réacteur e cosommera plus qu il e produit). Cela est possible que si les scietifiques parvieet à iduire ue cascade compliquée de réactios. U eutro commece par heurter u oyau de lithium 7, ce qui produit u oyau de tritium, u oyau d hélium et u eutro. Ce secod eutro heurte esuite u oyau de lithium 6 et egedre u secod oyau de tritium, aisi qu u oyau d hélium. De surcroît, le tritium doit être collecté et réitroduit das le plasma avec ue efficacité de près de 100 pour cet. «Das cette réactio e chaîe, vous e devez perdre aucu eutro, sio la réactio s arrête, soulige Michael Dittmar, physicie des particules à l Istitut suisse fédéral pour la techologie (ETH) à Zurich. La première chose à faire [avat de costruire u réacteur] est de démotrer que la productio du tritium peut foctioer.» Pour sa part, R. Hazeltie soulige à quel poit la couverture du réacteur doit avoir des propriétés particulières : «Elle doit accepter beaucoup de chaleur et la trasférer sas surchauffer ; elle doit recueillir des eutros, et les matériaux très élaborés qui la composet doivet pourtat lui coférer ue durée de vie importate. Et e plus, elle doit utiliser ces eutros pour trasmuter du lithium e tritium.» Il est prévu de tester das ITER des modules géérateurs de tritium. E parallèle, u projet plus spécifique, l IFMIF (Iteratioal Fusio Material Irradiatio Facility) prévoit la costructio d u accélérateur afi de produire des eutros et de tester des matériaux de couverture destiés à u réacteur à fusio. M. Abdou estime qu il faudrait etre 30 et 75 as pour maîtriser LES DÉFIS DE LA FUSION Pour que la fusio ucléaire deviee ue source d éergie viable, il faudra surmoter plusieurs problèmes. Chaleur : Les matériaux mis e présece des réactios de fusio doivet résister à de hautes températures pedat des aées. Structure : Les eutros de haute éergie proveat des réactios de fusio fragiliset les matériaux qu ils recotret. Combustible : U réacteur à fusio devra produire du tritium, c est-à-dire ue partie de so combustible, au moye d ue chaîe complexe de réactios. Fiabilité : Les réacteurs à laser e produiset que des saccades de fusio ; les systèmes à cofiemet magétique devrot maiteir u plasma e fusio des semaies durat, et o quelques secodes. Neutro proveat du cœur du réacteur Hélium Lithium 7 Lithium 6 Hélium Neutro GÉNÉRER DU TRITIUM O prévoit que les réacteurs à fusio produirot leur propre tritium par ue chaîe complexe de réactios. U eutro commece par heurter u oyau de lithium 7 implaté das la paroi du réacteur. Cette réactio crée u oyau d hélium, u oyau de tritium et u eutro. Ce secod eutro heurte esuite u oyau de lithium 6, qui se trouve aussi das la paroi du réacteur, ce qui produit u autre oyau d hélium et u de tritium. Tritium Tritium Jessica Huppi suffisammet tous les problèmes liés aux matériaux de couverture pour costruire ue cetrale à fusio opératioelle. «Je pese que c est faisable, dit-il, mais c est beaucoup de travail.» Ue filière viable? Supposos que ce problème soit réglé. Nous sommes e Tat le NIF qu ITER ot été des succès complets, et les objectifs e termes de gai éergétique ot été atteits tout e respectat les budgets La ature a pas réservé aux scietifiques de mauvaises surprises quad ils ot augmeté l éergie e jeu das chacue des deux istallatios; les fatasques plasmas se sot fialemet comportés comme prévu. U bac d essai distict a démotré la faisabilité d ue couverture de réacteur, capable d egedrer du tritium et d évacuer la chaleur due aux eutros afi qu o la trasforme e électricité, tout e résistat aux agressios subatomiques qu elle subirait quotidieemet das ue cetrale à fusio. Et supposos que le coût estimé d ue cetrale à fusio e soit que de dix milliards d euros. Disposerosous alors d ue ouvelle filière éergétique utilisable? Même pour les pioiers qui ot cosacré leur vie à la quête de la fusio cotrôlée, il est difficile de répodre. Le problème est que les cetrales à fusio comme les cetrales à fissio habituelles devrot produire de l électricité e cotiu. État doé leur coût iitial importat, elles e serot retables que si elles foctioet e permaece. «Quad u système exige autat d ivestissemet, il faut pouvoir l exploiter 24 heures sur 24, car vous e payez pas le combustible» fait remarquer Ch. Baker. Malheureusemet, il est très difficile de maiteir u plasma stable assez logtemps. Jusqu à préset, les réacteurs ot réussi à maiteir u plasma e fusio durat mois d ue secode. Le but d ITER est de prologer cette durée à plusieurs dizaies ou cetaies de secodes. Passer à ue fusio du plasma 24 heures sur 24 représetera u pas gigatesque à frachir. «Il va falloir que la fusio se déroule 90 pour cet du temps», estime Ch. Baker e comptat les temps d arrêt pour maiteace. «C est, de loi, la plus grade source d icertitude sur la viabilité écoomique des futurs réacteurs à fusio.» E. Moses, le directeur du NIF, pese avoir la parade. Il a proposé u cocept 34] Physique Pour la Sciece Jui 2010

8 hydride à fusio et fissio ; le système utiliserait des eutros produits par fusio, déclechée par laser, pour cotrôler des réactios de fissio das ue couverture costituée de déchets ucléaires. Il omme so système LIFE (pour l aglais laser iertial fusio egie), et affirme pouvoir livrer ue cetrale électrique foctioat sur ce pricipe e 20 as. Le système imagié par E. Moses se fode sur le fait que l o utilise que ciq pour cet de l uraium qui alimete les cetrales à fissio, avat que l o e retire les barres de combustible et e les stocke pour ue logue coservatio. LIFE bombarderait ce combustible usagé avec des eutros, ce qui accélérerait sa désitégratio e espèces plus légères et mois radioactives, tout e produisat de la chaleur exploitable pour produire de l électricité. «Nos études motret que ous serios compétitifs avec toutes les sources d éergie dispoibles aujourd hui, explique E. Moses. Voire mois chers.» Combie coûtera ue cible? Bie etedu, LIFE est pas sas icovéiets. Selo Edward Morse, professeur de géie ucléaire à l Uiversité de Califorie à Berkeley, chaque filière a ses mystificatios qu il faut débusquer. «La pricipale mystificatio de la fusio cotrôlée par laser est de prétedre que l o pourra produire les cibles à quelques cetimes l uité.» Les cibles e questio, de la taille d u grai de poivre, doivet être usiées avec ue très grade précisio et être parfaitemet sphériques pour s assurer que la compressio sera isotrope. La moidre déformatio et la cible e s allumera pas... Les cibles sot actuellemet très chères à fabriquer. Le Laboratoire de Livermore, qui prévoit de produire ses cibles sur place, e publie pas d estimatios de coût. Mais le Laboratoire d éergétique laser de l Uiversité de Rochester produit aussi des cibles de deutérium-tritium. «Actuellemet, le budget auel utilisé das ce laboratoire pour produire des cibles est de plusieurs millios de dollars, alors qu il e produit qu eviro six par a, idique E. Morse. O pourrait doc e déduire que chaque cible coûte eviro u millio de dollars.» Or e situatio de productio, les cibles e serot pas utilisées au rythme du NIF, capable de réaliser u tir toutes les quelques heures, mais plutôt à la Natioal Fusio Research Istitute UNE VUE DU PLASMA à l itérieur du tokamak sud-corée KSTAR (Korea Supercoductig Tokamak Advaced Research), istallatio de recherche qui a commecé à foctioer e cadece d ue mitrailleuse. «Plus précisémet, il faudra ue machie capable de tirer 600 fois par miute, soulige E. Moses. Elle serait comparable à u moteur de voiture de u millio de chevaux, sauf qu il y aura pas de carboe émis...» Ue cetrale LIFE foctioat 24 heures sur 24 utiliserait eviro cibles par jour. Bie etedu, il est impossible de prévoir la situatio éergétique das 20 as. Il se pourrait que l o ait besoi, plus que jamais, d éergie produite par fusio thermoucléaire. Mais il se pourrait aussi qu ue percée de l éergie solaire, éoliee ou d ue autre forme d éergie fasse apparaître, par comparaiso, la fusio comme trop coûteuse ou difficile à domestiquer. «Il est possible que les ges dirot: certes, ça marche, c est impressioat, mais ous e avos plus besoi, car ous avos d autres possibilités», affirme R. Hazeltie. Autrefois, la fusio thermoucléaire était au-dessus de telles cosidératios. Elle apparaissait radicalemet différete de la productio d éergie par utilisatio de combustibles fossiles, si polluats, ou de l uraium, si dagereux. La fusio représetait ue solutio défiitive, belle et pure, à os besois d éergie. Cette visio est e trai de se dissiper. La fusio est qu ue voie possible parmi d autres, et il lui faudra plusieurs déceies avat qu elle porte ses fruits. L igitio est peutêtre proche, mais l ère de l éergie dispoible à voloté e l est pas. L AUTEUR Michael MOYER est rédacteur à Scietific America. BIBLIOGRAPHIE A. Heller, Safe ad sustaiable eergy with LIFE, Sciece ad Techology Review, avril/mai 2009 (https://str.lll.gov/ AprMay09/moses.html). Research eeds for magetic fusio eergy scieces, Rapport fial du Research Needs Workshop, jui 2009 (www.burigplasma.org/ reew.html). A. Beuzzi-Mouaix, La fusio ucléaire, Beli-Pour la Sciece, Ch. Seife, The Strage History of Fusio ad the Sciece of Wishful Thikig, Vikig, W. J. Nutall, Fusio as a eergy source : challeges ad opportuities, Rapport de l Istitute of Physics, septembre 2008 (www.iop.org/activity/policy/ Publicatios/file_31695.pdf). Pour la Sciece Jui 2010 Physique [35

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

Différentes solutions pour le stockage du combustible épuisé

Différentes solutions pour le stockage du combustible épuisé Différetes solutios pour le stockage du combustible épuisé par Joh P. Colto Le cycle du combustible ucléaire comporte u certai ombre d'opératios distictes avat et après l'irradiatio du combustible das

Plus en détail

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale Isolat thermique e matelas COMFORTBATT de Roxul Isolat thermique e matelas pour la costructio résidetielle et commerciale ComfortBatt de Roxul L isolat ROXUL cotribue à ue performace supérieure de l eveloppe

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision KESTREL ELITE KESTREL ELITE Microscope de mesure sas cotact pour ispectio et mesures de précisio Microscope à deux axes sas cotact, idéal pour la mesure de caractéristiques 2-D de pièces techiques de petite

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche.

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche. NOUVEAU: optio de capture d image Systèmes d observatio stéréo Ue image Superbe pour ue large gamme de tâches d ispectio et de retouche. Ue techologie optique brevetée permettat ue visualisatio sas fatigue

Plus en détail

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais.

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais. Télé OPTIK Plus spectaculaire que jamais. Vivez toute la puissace de la télévisio sur IP grâce au réseau OPTIK 1 de TELUS et découvrez-e l extraordiaire potetiel. Télé OPTIK MC vous doe la parfaite maîtrise

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

COMMENT ÇA MARCHE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE

COMMENT ÇA MARCHE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE TROUSSE PÉDAGOGIQUE 9 E ANNÉE Le préset Guide de l eseigat, qui accompage la trousse pédagogique COMMENT ÇA MARCHE : PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ 9 e aée a été coçu à l itetio

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance Simulatios iteractives de covertisseurs e électroique de puissace Jea-Jacques HUSELSTEIN, Philippe ENII Laboratoire d'électrotechique de Motpellier (LEM) - Uiversité Motpellier II, 079, Place Eugèe Bataillo,

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Installation d une infrastructure VMware

Installation d une infrastructure VMware 1 Istallatio d ue ifrastructure VMware Avat de dévoiler les recettes que ous vous avos cococtées, ous devos ous assurer que vous compreez les termes qui serot utilisés das la suite de ce livre et que vous

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007

Calibration bayesienne et prédiction de réglages. Marc Sancandi CESTA-DEV/SIS «Incertitudes et Simulation» 3-4 Octobre 2007 Calibratio bayesiee et prédictio de réglages Marc Sacadi CEA/CESTA Séiaire «Icertitudes et Siulatio», DIF 3-4 Octobre 2007 CESTA-DEV/SIS «Icertitudes et Siulatio» 3-4 Octobre 2007 1 Qu est-ce que la «prédictio

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Neolane Message Center. Neolane v6.0

Neolane Message Center. Neolane v6.0 Neolae Message Ceter Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord.

Plus en détail

Les études. Recommandations applicables aux appareils de levage "anciens" dans les ports. Guide Technique

Les études. Recommandations applicables aux appareils de levage anciens dans les ports. Guide Technique es Cetre d Etudes Techiques Maritimes et Fluviales Les études Recommadatios applicables aux appareils de levage "acies" das les ports Guide Techique PM 03.01 Cetre d Etudes Techiques Maritimes et Fluviales

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion Optios Services policiers à Mocto Rapport de discussio Le 22 ovembre 2010 Also available i Eglish TABLE DES MATIÈRES Chapitre 1.0 Sommaire 3 Chapitre 2.0 Problématique 4 Chapitre 3.0 Cotexte 5 Chapitre

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite Eterprise Suite Gestio des périphériques de sortie de A à Z i-solutios Eterprise Suite Eterprise Suite Ue gestio cetralisée, ue admiistratio harmoisée, l'efficacité absolue Le temps est u élémet essetiel

Plus en détail

trouve ton équilibre

trouve ton équilibre trouve to équilibre www.bee-secure.lu FR Trouver so équilibre Es-tu allé à u cocert ou à la piscie récemmet? A quad remote ta derière recotre avec des amis? Combie de temps passes-tu sur les réseaux sociaux?

Plus en détail

Mécanismes de protection contre les vers

Mécanismes de protection contre les vers Mécaismes de protectio cotre les vers Itroductio Au cours de so évolutio, l Iteret a grademet progressé. Il est passé du réseau reliat quelques cetres de recherche aux États-Uis au réseau actuel reliat

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Manuel d initiation à l ordinateur HP Media Center

Manuel d initiation à l ordinateur HP Media Center Mauel d iitiatio à l ordiateur HP Media Ceter Les garaties des produits et services HP sot exclusivemet présetées das les déclaratios expresses accompagat ces produits et services. Aucu élémet de ce documet

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

Guide des logiciels de l ordinateur HP Media Center

Guide des logiciels de l ordinateur HP Media Center Guide des logiciels de l ordiateur HP Media Ceter Les garaties des produits et services HP sot exclusivemet présetées das les déclaratios expresses de garatie accompagat ces produits et services. Aucu

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras Maîtrise de Mathématiques TER Le badit machot à deux bras Deis Cousieau Sous la directio de Jea-Michel Loubes Septembre 2003 Table des matières 1 Présetatio du problème 2 1.1 Exemple de la machie à sous,

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information Bio-Statistique 1 ère partie Disciplie : Bio-statistique, Bio-mathématique et Scieces de l Iformatio OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Réaliser l importace du problème de la variabilité ihérete au doées médicales,

Plus en détail