Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE"

Transcription

1 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses d éparge pour doubler le ombre de comptes d éparge parmi les populatios défavorisées Mai 2012 RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE Workig Paper

2

3 WORKING PAPER 3 Workig Paper «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses d éparge pour doubler le ombre de comptes d éparge parmi les populatios défavorisées Alors que les gammes de produits existates itègret déjà la plupart des composates d u service e faveur des plus pauvres et qu il semble possible de les proposer à u prix abordable, elles doivet toutefois être adaptées pour répodre aux besois des populatios défavorisées. Permettre à ce segmet de populatio de trasférer des fods et d effectuer des paiemets sous forme électroique, otammet via la téléphoie mobiles, est la seule stratégie véritablemet appréciable qui puisse permettre à os membres d obteir des résultats rapides. Auteurs : Weselia Agelow, Sukhwider Arora, Piet Biemas et Stephe Peachey Cotexte du documet : Ce projet fait suite au programme de WSBI «Travailler avec les caisses d éparge pour doubler le ombre de comptes d éparge parmi les populatios défavorisées». Le programme a été fiacé par la Fodatio Bill & Melida Gates. Cette étude vise à partager les eseigemets tirés de ce programme. Baques participates : KPOSB Keya, LPB Lesotho, PBU Ugada. SAPB South Africa, Sistema Fedecredito El Salvador, Soapost Burkia Faso, TPB Tazaia, VPSC Vietam. Les auteurs remerciet les baques participates qui ot pas méagé leurs efforts pour remplir les deux questioaires et répodre aux questios subséquetes. Cette versio, qui est la deuxième à être publiée, itègre les commetaires des membres participat à l étude et est destiée à ue plus large diffusio. Tous les autres membres sot ivités à ous faire part de leurs commetaires, das la mesure où l utilité de ce documet va bie au-delà de la problématique de la fouriture de services bacaires aux populatios défavorisées.

4 4 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» CARTOGRAPHIE DES PRODUITS POUR LA FOURNITURE DE SERVICES DESTINÉS AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES MESSAGES CLÉS Tous les projets relevat du Programme du WSBI s egaget à apporter des amélioratios otables à l utilisabilité des produits destiés aux plus pauvres d ici la fi de cette aée, mais les avacées e la matière ot gééralemet été limitées. La présete étude vise à compredre l usage que fot réellemet les populatios défavorisées de leur arget et la capacité des gammes de produits existates à répodre à leurs besois. Le message positif qui ressort de cette étude est que les besois des populatios défavorisées e sot pas si différets de ceux du marché de masse dot elles costituet ue composate essetielle. Le modèle de baque de détail de masse que la plupart des membres du WSBI evisaget de développer devrait doc permettre de satisfaire ces besois. Fait plus ecourageat ecore, les ivestissemets réalisés das le cadre du Programme du WSBI reforcet la capacité à offrir ue offre de produits et de services véritablemet de masse, otammet das le domaie des trasferts iitiés par les cliets, qui revêtet ue importace capitale aux yeux des populatios défavorisées. Par ailleurs, ous costatos que la proportio des populatios défavorisées au sei des clietèles existates est plus importate que prévu (au mois la moitié des opératios effectuées par les cliets porte sur des comptes dot le solde jouralier moye est iférieur à 25 $). Ce documet établit u costat audacieux : la baque uiverselle mèe ue politique e faveur des segmets les plus pauvres, mais so actio e sera recoue qu à partir du momet où les caisses d éparge apporterot la preuve que les populatios défavorisées utiliset de plus e plus leurs produits et services. A ce stade, le costat est plus décevat, e raiso du let décollage du ombre de ouveaux comptes ouverts via les ouveaux caaux de distributio «dédiés aux plus pauvres». Ceci est e partie dû au fait qu il est trop tôt pour dresser u bila pour la plupart des projets. L étude doit doc évaluer le potetiel permettat de répodre aux besois des populatios défavorisées et idetifier les pricipaux obstacles susceptibles d empêcher d exploiter cocrètemet ce potetiel. Ceci soulève u certai ombre de questios fodametales. Quelle est la différece, si tat est qu il e existe ue, etre les besois de l esemble du marché de masse qu il coviet de satisfaire et ceux du segmet des populatios défavorisées de ce marché? S il existe pas de différece fodametale, commet adapter ces offres de maière à e pas décourager la demade évetuelle de services des populatios défavorisées et à e pas les iciter à se tourer vers l écoomie iformelle/moétaire? Efi, si ous savos que ces offres peuvet répodre aux attetes des plus pauvres, à quelles stratégies de commuicatio les membres ot-ils recours vis-à-vis de ce segmet de populatio pour les ameer à commecer à utiliser les produits et services existats? Les études meées das le cadre de ce documet motret que la plupart des composates d ue offre de services à l itetio des populatios défavorisées sot déjà e place ou vieet e complémet des gammes de produits et services existates. Ue étude approfodie du marché laisse peser que, pour doper le développemet de ces produits, les tarifs devrot cibler les populatios rurales les plus pauvres, car la populatio se situat au bas de l échelle socioécoomique est le seul segmet de marché ouvert aux baques parteaires ; le taux de péétratio du marché des méages les mieux atis, gagat ettemet plus de3 à 5 $/jour (e foctio des iveaux de reveus des pays), est e effet déjà élevé. L étude motre la complexité du défi à relever, mais suggère qu il est possible de proposer aux cliets des produits et services abordables, et ce, même aux méages ruraux pauvres ; pour cela, il faut abadoer les trasactios moétaires au profit des trasactios électroiques. Si les membres réussisset à s adapter à ce segmet le plus difficile du marché, ils deviedrot égalemet plus compétitifs sur les segmets de clietèles plus fortuées : c est l ue des forces du modèle de la baque de détail de masse. Il existe u processus clair selo lequel le modèle de la baque de détail de masse se costruit e plusieurs étapes. Il se décompose de la maière suivate : péétratio du marché e répodat aux besois de paiemets et de trasferts immédiats avat d assurer la retabilité via l accumulatio de l éparge et, au fial, de proposer ue gamme de produits et services de masse complète itégrat des services de prêts et d assurace adaptés.

5 WORKING PAPER 5 Si toutes les baques couvertes par l étude e peuvet suivre l itégralité du processus pour l istat, les capacités créées par les projets semblet être e mesure d améliorer de faço otable les iveaux de service à l itetio des populatios défavorisées. La baque de détail de masse se caractérise par ue évidete homogééité e itere, mais aussi par ue commuicatio extere qui répod aux besois de l esemble du marché fiacier de masse. Cela état, la commuicatio est u domaie où il reste ecore beaucoup à faire au sei du Programme du WSBI quelles sot les méthodes utilisées par les baque de détail de masse (études de marché, aalyse des trasactios, groupes de discussio, etc.) pour compredre qui utilise, ou pas, la gamme de produits et de services proposés par ses participats ; quelles sot les amélioratios susceptibles d offrir des services plus abordables et mieux adaptés? La questio fodametale cosiste à savoir commet ue baque de détail de masse qui doit couvrir la plus grade part de marché possible fait-elle compredre aux cliets potetiels les plus défavorisés qu elle s adresse tout autat à eux qu aux classes moyees et mieux aties du marché? Il reviet à chaque baque du programme de décider de la faço dot elle va utiliser les iformatios coteues das cette étude, mais o peut coclure, de maière géérale, que les problématiques liées aux lacues des gammes de produits et de services et à la qualité d ue offre durable peuvet être traitées par des moyes dot ces baques devraiet désormais disposer et que l accessibilité fiacière est égalemet du domaie du possible. Les baques doivet maiteat détermier si les produits destiés aux populatios défavorisées répodet réellemet aux attetes de ce segmet de clietèle (otio d utilisabilité). Cette étape est garate d u succès rapide.

6 6 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE»

7 SOMMAIRE Cartographie des produits pour la fouriture de services destiés 4 aux populatios défavorisées Messages clés Sommaire 7 1. Positioer les caisses d éparge comme des «baques de détail de masse» Des produits de masse u modèle écoomique e costate évolutio L approche géérale du modèle de la baque de détail de masse (MRB) Evaluatio de l utilisabilité sur le marché de masse Accroître la portée des caisses d éparge et leur adéquatio pour les cliets défavorisés Dispoibilité potetielle et structure de l offre de produits et services des membres Proposer ue offre adaptée aux persoes défavorisées Offre de produits/services adaptés aux persoes défavorisées chez les membres participats Sommes-ous proches de l utilisabilité potetielle? Qu est-ce qu u coût abordable pour les pauvres Evaluer les flux potetiels Des liquidités des méages aux commissios de service potetielles Equilibre coûts-qualité bâtir u modèle adapté pour les istitutios membres Les possibilités offertes par la techologie Les ejeux du passage des espèces aux trasactios électroiques et au traitemet par lots Le parteariat outil de la baque de détail de masse Sythèse et coclusio passer de l usabilité à l usage réel 26 Référeces 30 ABRÉVIATIONS Ac / ac DAB B2P CGAP G2P GSMA KYC IMF IRO MMO MNO MRB P2B PPA TPE WSBI Trasfert de compte à compte (gééralemet etre comptes déteus par ue même persoe) Distributeurs automatiques de billets Busiess to Perso (etreprise à particulier) Cosultative Group to Assist the Poor Govermet to Perso (gouveremet à particulier) Groupe Speciale Mobile Associatio Kow Your Customer (Coaitre so cliet) Istitutio de microfiace Opérateur de Trasferts Iteratioaux Opérateur de moaie électroique sur mobile Opérateur de Réseau Mobile Baque de détail de masse Perso to Busiess (particulier à etreprise) Parité de pouvoir d achat Termial de payemet World Savigs Baks Istitute

8 8 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» 1. POSITIONNER LES CAISSES D ÉPARGNE COMME DES «BANQUES DE DÉTAIL DE MASSE» Le secteur fiacier de masse a toujours costitué le cœur de métier des baques membres du WSBI. Tout e s appuyat sur leurs propres réseaux commerciaux, celles-ci ot égalemet fait figures de pioières e faisat appel à d autres réseaux pour atteidre les commuautés laissées pour compte, au travers otammet d agets extérieurs (des réseaux postaux très souvet) et de plus e plus, désormais, d opérateurs de téléphoie mobile. E proposat des produits et services à l esemble du secteur, elles ciblet aussi, la plupart du temps, les populatios défavorisées. Ces produits et services présetet les caractéristiques des produits dits «de masse», das la mesure où les caisses d éparge e ciblet pas spécifiquemet les populatios défavorisées. Cela état, l actio e faveur des plus pauvres est implicite das les valeurs commues véhiculées par les préceptes du WSBI, les «3 R» Régioal (e égliger aucue régio d u pays, qu il s agisse de zoes favorisées ou défavorisées), Retail (travailler avec les méages, les particuliers et les etreprises aisi que les orgaismes publics qui servet d iterface) et Resposable (de maière à favoriser la cohésio sociale des sociétés qu ils servet). Par défiitio, ces valeurs doivet leur permettre de répodre tout autat aux besois des plus pauvres que de tout autre cliet plus classique du marché domestique Des produits de masse u modèle écoomique e costate évolutio Le modèle écoomique de fouriture de services fiaciers de masse coaît actuellemet u développemet rapide, e raiso de : l attetio, au iveau modial, portée à l amélioratio de l accès aux services fiaciers des populatios défavorisées via u vaste réseau d istitutios et de prestataires de la chaie d approvisioemet de services fiaciers de masse ; l amélioratio de la compréhesio du comportemet fiacier des populatios défavorisées, e particulier grâce aux études des «livres de comptes» des méages meées à l origie par Stuart Rutherford (i) ; resposables politiques et régulateurs progressistes désireux d autoriser le recours à des caaux de distributio iovats et mois coûteux comme des succursales, des agets, des opérateurs de téléphoie mobile, etc. à moidre coût ; la gééralisatio du recours à la techologie (otammet les téléphoes mobiles), la réductio des coûts et l amélioratio des capacités techiques pour la collecte, le stockage et l aalyse des doées. Das le Rapport auel 2011 du Programme «Mobile Moey for the Ubaked» (Moaie électroique sur mobile pour les persoes o bacarisées), Igacio Mas souligait la écessité d étudier différetes approches écoomiques pour appréheder la performace d ue orgaisatio das des coditios de marché différetes. (ii) Ce costat s est révélé u élémet icotourable de ce documet. Le Forum écoomique de Davos a égalemet doé u sige fort e 2011 e «cofirmat sas équivoque possible la croissace iclusive via la baque mobile, mais [souligat] e trame de fod ue réelle fragmetatio avec u trop grad ombre d iterveats estimat qu ils peuvet tirer leur épigle du jeu e demeurat idépedats plutôt que de faire partie d u système écoomique plus vaste. Ce comportemet uit à la croissace et à la créatio de valeur. Il existe pourtat ue limite à e pas dépasser, imperceptible das u premier temps, car la fragmetatio du marché etraîe ue perte de valeur et egedre la cofusio.» 1.2. L approche géérale du modèle de la baque de détail de masse (MRB) Le modèle MRB combie ue approche géérale visat à adapter au maximum des systèmes iformatiques cetraux et des processus relativemet simples et stadardisés et des eviroemets-cadres extrêmemet structurés qui les met à dispositio de toutes les activités de la baque et de ses parteaires de la chaîe logistique. Si la fouriture de services et produits à faible coûts passe par la stadardisatio, il faut cepedat démotrer aux cliets que chaque secteur d activité est e mesure de répodre à leurs besois. Pour cela, il faut éviter de multiplier les solutios sur mesure afi d amortir les systèmes cetraux et les frais gééraux sur la base de cliets la plus large possible. Aisi, il est possible d appliquer ue tarificatio au coût margial aux groupes les plus margiaux auxquels est pas imputable l itégralité des frais gééraux.

9 WORKING PAPER 9 Caixa Ecoomica Federal of Brazil e est u bo exemple qui a mis e place des microcrédits e espèces (idéal pour teir ses cliets à l écart des prêteurs sur gages) das le cadre de ses dispositios cotractuelles pour l ouverture d u compte bacaire de base qui permet aussi de recevoir les trasferts sociaux G2P (gouveremet à persoe) par lots et de procéder aux règlemets des services collectifs P2B (persoe à etreprise). L impact sur les etreprises d ue offre combiée de services de ce type est évidet si l o cosidère la faço dot les systèmes cetraux peuvet être amortis et imputés à u ombre croissat de cliets, de maière à géérer des écoomies d échelle. A coditio que les coûts des systèmes cetraux soiet couverts par les frais prélevés au titre du mécaisme de base de dépôts/retraits proposé par tous les comptes bacaires de base, les frais de trasferts de fods et de paiemets de compte à compte peuvet aisi être quasimet réduits aux seuls coûts de distributio des parteaires (DAB, TPE, mobile, etc.) écessaires aux trasferts. E différeciat le prix par type d opératio pour e décupler l utilisatio, l offre globale deviet plus attrayate. Si les gouveremets, les employeurs et les services aux collectivités commecet à payer pour les opératios G2P, B2P, P2B, etc., il est alors possible de proposer u service de base à moidre prix (voire gratuit parfois) tout e demeurat retable. C est dureste ce qui se passé das les pays e développemet plus atis, et l utilisatio du modèle MRB s est gééralisée tat das les écoomies développées qu e développemet, otammet e Amérique latie et e Asie de l Est. Il a cepedat jamais réellemet réussi à s implater e Afrique subsahariee, où il lui est plus difficile de e pas se faire évicer du marché de masse e raiso de sa tarificatio (et fiit doc par être, d ue certaie maière, voué à l échec). Pour être efficace, l approche doit eglober à la fois la demade et l offre du modèle des services fiaciers de masse et déployer à l échelle modiale des systèmes et processus adaptés à l eviroemet local. Les pricipales caractéristiques de cette approche sot les suivates : Characteristics of a Itegrated approach of developig ad maitaiig mass retail fiacial services delivery for the BOP Accet mis sur la DEMANDE s «Offre complète» de services, égalemet e relatio avec le comportemet et la culture du cliet Itérieur vers EXTERIEUR Pricipaux moteurs : les caractéristiques du marché (Offre) et les besois des cliets (Demade) Busiess plas et gestio du chagemet ; viabilité, cotiuité et accessibilité fiacière Extérieur vers INTERIEUR Stratégie coordoée et itégrée des prestataires de services fiaciers et des parteaires d affaires Accet mis sur l OFFRE b. trasposée e ue stratégie «offre» itégrée reposat sur u modèle de masse, e collaboratio avec les parteaires de la chaîe logistique de l offre, mais pilotée par la baque et garatissat la péreité de tous les parteaires ; c. s appuyat sur les plas des différetes parties preates cetrés sur la fouriture de services à l esemble du marché y compris les cliets se situat au «bas de la pyramide»/destiés aux populatios défavorisées ; d. et offre quotidiee de services fiaciers adaptée aux comportemets et à la culture du cliet mais qui, parallèlemet, les façoe et, grâce à cette iteractio, costitue ue source de ouvelles idées permettat d améliorer e permaece la compositio de l offre de masse aisi que l offre destiée aux populatios défavorisées du modèle MRB. t a. axée sur l étude de marché des caractéristiques de la demade et de l offre au iveau local de maière à pouvoir idetifier les moyes les plus efficaces d atteidre les différets segmets de clietèle ;

10 10 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» Cette approche itégrée est u élémet essetiel du modèle global et exige de la baque de détail de masse les règles et caractéristiques suivates : 1. COMPRENDRE ET RÉPONDRE À LA DEMANDE LOCALE a. La distace c est de l arget proximité via ue ifrastructure de distributio efficace, abordable, accessible et dispoible pour tous les cliets, y compris les segmets de clietèle des zoes rurales et à faibles reveus b. tarificatio accessibilité fiacière, solutios alteratives retables et coûts d opportuité c. développemet de produits services répodat aux besois des marchés locaux plus larges et des populatios se situat au bas de la pyramide d. promotio accroître la culture fiacière et la cofiace e. culture iterface cliet accueillate, efficace, facile d utilisatio et agréable, idépedammet de la lague, des compéteces, des codes vestimetaires et de la catégorie des cliets 2. AMÉLIORER LA CONTINUITÉ DE LA CHAINE LOGISTIQUE DE MASSE f. des coûts bas efficacité de l esemble de la chaie logistique grâce à ue approche itégrée et des écoomies d échelle au iveau des frot, middle et back offices g. prix de trasfert, tarif appliqué aux cliets viabilité de toutes les parties preates à la chaie logistique 3. FAIRE CONCORDER L OFFRE ET LA DEMANDE POUR LES ACTIVITÉS «EN COURS»ET LES PROJETS DE CHANGEMENT h. réduire la fragmetatio, priorité aux activités itégratio des services, iteropérabilité, «échage de services» pour cœur de métier les caaux de distributio et les cetres de service i. améliorer l efficacité/l efficiece projets «itégrés» proposat des solutios éprouvées du «chagemet» Autre élémet écessaire à cette approche itégrée : la fidélisatio des différets segmets de la clietèle des particuliers, das la mesure otammet où des groupes de cliets s extraiet de la pauvreté. Après tout, l ue des missios souvet assigée aux caisses d éparge est la mobilisatio de l éparge au profit du développemet idividuel et atioal. La perspective d aider les cliets à se sortir de la pauvreté costitue par coséquet ue raiso majeure d améliorer l utilisabilité de l offre de produits destiée aux populatios défavorisées. Das le schéma de segmetatio ci-cotre, la base cliets du modèle MRB part des segmets à faibles reveus et remote jusqu aux segmets à forte valeur. Il est idispesable de maîtriser les coûts pour créer de la valeur à partir du bas de la pyramide car la plupart des ouveaux etrats et des cliets à faibles reveus e peuvet assumer qu ue ifime partie des frais gééraux fixes bie qu ils soiet susceptibles de gager plus et doc de géérer davatage de valeur, il est pas possible de l aticiper au iveau des affectatios de coûts iitiales ; il est plus sûr de répodre à leurs besois e s appuyat sur la productivité des capacités existates qu e augmetat spécifiquemet la productivité à leur itetio. Segmetatio traditioelle MRB de la clietèle des particuliers s persoes âgées étudiats s autres ouveaux etrats s efats MOYENS HAUTS capital buildig/hauts reveus MOYENS MASSE début d ue éparge réelle mobilisatio/crédit + recours importat aux paiemets MOYENS BAS éparge/crédit limités + trasferts/ paiemets de base Il reviet doc au segmet de clietèle itermédiaire de masse de supporter la plus grade partie des coûts fixes de la baque. Paradoxalemet, les cliets haut de gamme s apparetet quelque peu aux cliets défavorisés, si ce est le fait qu ils géèret u reveu plus élevé. 20 % objectif de profit 40 % objectif de recouvremet de tous les coûts variables plus les coûts fixes de la baque 40%objectif de seuil de retabilité sur les coûts variables

11 WORKING PAPER 11 S il est possible de leur proposer des services et produits au travers de la même ifrastructure que celle utilisée pour les cliets itermédiaires de masse, ils pourrot deveir ue activité retable pour la baque. Toutefois, la multiplicatio de systèmes et processus spécifiques augmete le ratio coût margial/bééfice des services qui leurs sot proposés et pèse sur le bééfice global de la baque. Il est égalemet importat de bie compredre que ce modèle est pas statique ; la plupart des cliets, et même les cliets à faibles reveus, sot appelés à moter das l échelle salariale ue fois sortis du piège de la pauvreté. Il est absolumet idispesable pour la réussite de la baque de détail de masse qu elle opère plus bas das l échelle socioécoomique que ses cocurrets, das la mesure où so modèle écoomique repose sur la faço dot elle sécurise le ombre de cliets écessaires à la réalisatio d écoomies d échelle et de gamme. Cela présuppose e cotrepartie de fixer le prix de l offre de produits et services de telle maière que les désirs et besois de citoyes ordiaires se trasformet e ue demade effective qu ils paierot le prix juste. L objectif est doc de géérer de faibles marges sur des millios de cliets cotrairemet à la stratégie de forte marge/forte valeur/faibles volumes typique des véritables baques commerciales. Cela requiert ue redoutable efficacité et u degré de stadardisatio qui vot souvet de pair avec la collaboratio avec d autres acteurs du même marché de détail lorsque ceux-ci offret u meilleur accès aux cliets margiaux. Le parteariat a toujours joué u rôle potetiel das le secteur de la baque de détail de masse. S agissat des caisses d éparge, elles ot pricipalemet oué des parteariats avec les services postaux et les réseaux d istitutios de crédit locales. Bie que ce modèle demeure répadu, les caisses d éparge cosidèret désormais aussi les opérateurs de téléphoie mobile et les istitutios de microfiace comme des parteaires possibles. Ceci dit, le parteariat est u modèle difficile à mettre e place. L efficiece et la stadardisatio écessaires au modèle MRB, déjà difficiles à obteir e itere, le sot bie davatage lorsqu etre e jeu ue multiplicité d orgaisatios. Chaque parteaire doit pouvoir préserver certais de ses avatages cocurretiels (et les bééfices qui e résultet), mais doit aussi être prêt à reocer à certaies composates de la distributio de l offre de produits et services, car c est le prix d u «espace d échage de services» sur leurs marchés respectif. 1 Il est itéressat de oter que la questio de savoir à qui «appartiet» le cliet semble poser davatage problème avec les ouveaux parteaires potetiels qu avec les parteaires plus traditioels (les tesios portat davatage sur la questio de savoir qui détiet les fods). Pour coclure cette présetatio géérale, le première règle d or de la baque de détail de masse est qu elle e peut être performate qu e ciblat u large spectre de cliets et e satisfaisat u vaste évetail de besois de faço relativemet stadardisée. Ce est qu à cette coditio qu il sera possible de réaliser les écoomies d échelle permettat de reforcer la retabilité des marchés de masse. Deuxième règle d or : il coviet de répodre à ces besois de faço cotiue et homogèe, faute de quoi, les cliets commecet à faire le tri das l offre proposée et les écoomies de gamme sot perdues. Troisième règle d or : les tarifs doivet iciter les cliets à acheter l offre complète et o pas à sélectioer certais produits et services ; u prix trop élevé sape la demade et les cliets revieet à l écoomie moétaire et iformelle ; le MRB sera alors abadoé, das la mesure où il y aura pas assez de cliets pour réaliser des écoomies d échelle ou de gamme Evaluatio de l utilisabilité sur le marché de masse Au fial, l utilisatio est u élémet essetiel du modèle de détail de masse le succès s évalue au regard du ombre de persoes atteites et de la fréquece d utilisatio des produits et services offerts. Cela vaut particulièremet pour la baque de détail de masse, das la mesure où so activité géère des coûts fixes élevés. Certaies baques et istitutios de microfiace ot la possibilité de recouvrer leurs coûts e se cocetrat sur des activités à fort coteu humai et à forte valeur ciblat u ombre relativemet peu élevé de cliets, mais la baque de détail de masse e peut faire ce choix ; e effet, le fait que la moitié de sa clietèle utilise so ifrastructure pour ue seule opératio payate par trimestre c est le cas pour certais membres participat au Programme du WSBI coduit à multiplier par 6 le redemet que doit géérer chaque trasactio par rapport à ue situatio où tous les cliets effectuet ue trasactio payate mais bo marché par mois. Par coséquet, utilisatio et utilisabilité état deux otios différetes, ous devos évaluer l utilisabilité e ous demadat si elle est réellemet susceptible de favoriser l utilisatio. 1 Ceci est pas fodametalemet différet de la coopératio mise e place par les baques de détail de masse avec des prestataires d «ifrastructure» comme des etités tiers de gestio de réseaux DAB et PoS (parfois chapeautées par la baque cetrale ou déteues collectivemet pour offrir leurs services à toutes les baques), mais, das ces cas-là, il y a aucue raiso que le parteaire supplate la baque e tat que «créateur» des produits et services qui sot distribués par l itermédiaire de l ifrastructure.

12 12 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» Doées de l equête ayat servi à étayer cette étude Huit membres du WSBI ot participé à cette étude. Tous, sauf u, sot issus du secteur postal, mais les huit participats représetet désormais u large évetail de stratégies de distributio. Cela va d ue distributio exclusivemet postale (le Burkia Faso et l Afrique du Sud) et d ue combiaiso de succursales et d ageces postales (la Tazaie et le Vietam de même que, bie qu à u moidre degré, le Keya) à la locatio d espace au sei des bureaux de poste sas pour autat s appuyer sur le persoel de la poste (Lesotho) e passat par la commercialisatio au travers d ue marque bacaire postale mais sas lie sigificatif avec la poste (Ougada). Le seul participat ayat aucu lie avec le secteur postal (El Salvador) est ue associatio d istitutios de crédit muicipales et de baques ouvrières. Certais e sot pas autorisés à proposer des crédits (Burkia Faso, Afrique du Sud et Keya) tadis que d autres e ot fait leur cœur de métier (par exemple, El Salvador).Efi, la moitié d etre eux propose explicitemet des produits dédiés aux petites et moyees etreprises. Le tableau ci-dessous offre ue visio globale des acticités de ce groupe disparate. COMPTES DE PAIEMENT COMPTES PAR DÉPÔT MOYEN DÉPÔT MOYEN EN % ET D ÉPARGNE MILLIER D ADULTES 2010 (US$) DU PIB PAR HABITANT Burkia Faso 0,4 millio % Afrique du Sud 6,2 millios % Vietam 0,4 millio % Tazaie 0,6 millio 25 /a /a Keya 1,0 millio % Lesotho 0,1 millio % Ougada 0,4 millio % Le poit de départ de cette étude cosistait à réaliser u sodage auprès de ce groupe disparate, et à e établir la cartographie e foctio : i) des types de segmets de cliets servis (particuliers, groupes, grades etreprises et etités publiques aisi que petites, moyees et micro etreprises); ii) et des besois e services fiaciers de masse auxquels ils répodet (par segmet). Ue descriptio plus complète de l equête est dispoible sur Les résultats présetés ici de maière sythétique y serot vetilés de maière plus détaillée. ACTIVITÉ D ÉPARGNE EN % NOMBRE DE PRODUITS DISTINCTS PROPOSÉS DE L ACTIVITÉ GLOBALE PAR SEGMENT DE CLIENTS PAR BESOIN SATISFAIT INDIVIDUEL GROUPE PME PAIEMENT EPARGNE CRÉDIT PAR NBRE DE CPTES PAR SOLDE Burkia Faso % 100% Afrique du Sud % 60% Vietam % 98% Tazaie Keya % 93% Lesotho % 97% Ougada % 26% La suite du documet traite exclusivemet du segmet des particuliers. Les besois des grades etreprises/orgaismes publics e matière de services bacaires de détail peuvet être cosidérés comme le reflet des besois des particuliers traitat avec eux. De même, les besois des groupes/microetreprises sot cosidérés comme état tout autat assimilables aux besois des particuliers que comme état ue sous-catégorie des besois des particuliers. Quat aux petites et moyees etreprises, l ejeu est différet. Elles e fot pas partie des cibles du Programme du WSBI, mais sot u élémet essetiel du modèle écoomique de toutes les baques de détail de masse les plus performates du WSBI. Ces baques sot gééralemet les meilleurs exemples du WSBI e matière de services fiaciers aux populatios défavorisées et la recherche sur la faço de mieux structurer et distribuer les produits et services aux PME costitue u domaie où des travaux plus poussés pourraiet réellemet bééficier aux populatios défavorisées. 2 2 Ue faço facile de meer la réflexio sur ce thème cosiste à étudier la migratio des paiemets vers les systèmes électroiques effectuée par ue baque de détail de masse. Cette méthode, e amortissat les coûts tat sur u réseau de commerçats que sur les déteteurs de cartes eux-mêmes, favorise so utilisatio de masse. No seulemet elle permet de répartir les coûts sur ue base plus large et offre doc ue plus grade dispersio, mais elle facilite égalemet le retrait d espèces au poit de vete aisi, lorsque le commerçat utilise u termial PoS pour le règlemet de ses vetes, il lui suffit de rajouter à la facture du cliet le motat du retrait d espèces qui est débité de maière électroique sur so compte. E effet, ce qui aurait dû être ue opératio bacaire disticte s iscrit das u processus automatisé peu différet de celui que le commerçat à l habitude de faire et cette opératio peut être facturée à moidre coût. Il e va de même pour le règlemet d ue facture. Il semble peu probable que les populatios défavorisées délaisset les espèces au profit de la moaie électroique à mois qu elles aiet la possibilité de payer leurs achats via la plateforme qu elles utiliset pour régler leurs factures et effectuer des trasferts de fods.

13 WORKING PAPER 13 Ce qui amèe à peser que ous devos élaborer ue défiitio uacée de l utilisabilité qui s articule autour des poits suivats : répodre aux besois et désirs cous des ges ordiaires selo des fréqueces qui motret que ous coaissos déjà l utilisatio qu ils fot de leur arget e combiat mécaismes formels et iformels ; ces capacités sot proposées à u prix qui favorise l utilisatio par des ges ordiaires ayat des moyes limités et qui, gééralemet, cherchet des possibilités iformelles ou semi-formelles fragmetées ou recouret aux espèces pour satisfaire leurs besois fiaciers quotidies ; et ue offre de produits et services proposée de faço à iciter à ue utilisatio suffisate et des schémas d utilisatio permettat la viabilité de l activité coexe du poit de vue de l offre. Chacu de ces poits est repris das les trois chapitres suivats. Le documet défiit u véritable idicateur de référece auquel comparer les amélioratios tagibles e termes d utilisabilité tat du poit de vue de la demade que de l offre. A cet effet, le documet établit (a) u système de otatio de la compositio des offres de produits et services proposées, (b) le coût d utilisatio d ue offre classique et le modèle MRB permettat de la distribuer et (c) les mesures de la compositio et de la fréquece de l utilisatio effective. Etat doé que les disparités e matière de règlemetatio, de positioemet sur le marché et de solidité relative du capital peuvet vouloir dire que le processus de l offre est mieux réparti sur u certai ombre d iterveats, le documet examie égalemet les questios de cotiuité et de viabilité de l activité du poit de vue de chaque parteaire de la chaie logistique. 2. ACCROÎTRE LA PORTÉE DES CAISSES D ÉPARGNE ET LEUR ADÉQUATION POUR LES CLIENTS DÉFAVORISÉS Pour qu ue offre soit réellemet utilisable, il faut qu elle présete toutes les caractéristiques écessaires pour répodre aux besois des cliets ordiaires des services de masse tout e permettat à ceux qui utiliset qu u ombre restreit de produits d etrée de gamme d avoir accès aux foctioalités qu ils souhaitet. Ce chapitre s itéresse doc mois aux produits offerts par les membres qu aux capacités de ceux-ci à satisfaire les besois Dispoibilité potetielle et structure de l offre de produits et services des membres Pour juger das quelle mesure les besois sot satisfaits, le premier poit à cosidérer est le service de dépôt / retrait de base qui permet à tout cliet de parquer ses liquidités excédetaires das u edroit sûr e attedat de pouvoir e faire u meilleur usage. U certai ombre de cliets pourrot recevoir périodiquemet de tels surplus de liquidités, sous la forme de salaires ou de subvetios (B2P ou G2P) : e coséquece, u premier aspect pour accroître l utilisabilité cosiste à permettre d effectuer ces opératios par voie électroique pour éviter au cliet de devoir veir physiquemet déposer ses reveus. L utilisatio la plus fréquete des liquidités excédetaires déposées auprès des baques est le paiemet des factures importates, das la mesure où les dépeses de la vie quotidiee s effectuet ecore essetiellemet e espèces qui e trasitet pas par u compte bacaire (i même par u téléphoe portable). Das sa forme la plus élémetaire, cela cosiste à retirer de l arget pour payer l etité qui a émis la facture, mais o peut ici difficilemet parler de véritable utilisatio. E coséquece, le iveau suivat d utilisatio est de permettre d effectuer au guichet les trasferts électroiques de type P2B et P2G qui costituet aujourd hui la base du paiemet des factures. Le paiemet de factures officielles est toutefois que la plus petite partie des besois fiaciers quotidies des cliets ordiaires qui, quel que soit le iveau de développemet écoomique, effectuet beaucoup plus de trasactios poctuelles variables, otammet des paiemets quotidies à des commerces mais égalemet des trasferts de persoe à persoe, particulièremet importats das les pays e développemet.

14 14 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» Il faut doc au miimum que le dispositif permettat le paiemet des factures (P2B) permette égalemet les trasferts de persoe à persoe (P2P) ; e outre, pour être réellemet utilisables, il faut que ceux-ci puisset être déclechés à distace. Si la maière la plus évidete d y parveir est au moye d u téléphoe portable, il coviet égalemet de e pas exclure d emblée les termiaux PoS : situés das des commerces de détail gééralistes, ces termiaux peuvet e effet être cofigurés pour permettre o seulemet de payer au distributeur les bies et services achetés mais e outre d effectuer des trasferts. Ue fois que les trasferts de persoe à persoe peuvet être déclechés par voie électroique, ce qui permet de faire circuler de l arget etre des comptes, alors par défiitio il deviet possible aux cliets de commecer à trasférer leurs fods etre leurs propres comptes, ce qui leur permet de gérer leur éparge comme u portefeuille, e trasférat de l arget vers des (et à terme hors de) produits d éparge à log terme coçus pour leur permettre de satisfaire leurs objectifs de moye et log terme, sas devoir se déplacer chez leur aget ou das leur agece pour chaque trasfert ou trasactio. Compte teu de tous ces élémets, ue offre de produits et de services de masse réellemet utilisable commece avec des services de base de dépôt et de retrait et l accès au guichet pour évoluer vers des moyes électroiques de trasférer à distace de l arget vers et hors des comptes. La situatio actuelle est illustrée ci-dessous pour les huit membres participats. Das ce tableau, les services de base d ecaissemet et de décaissemet sot surligés e rouge, parce qu ils impliquet des dépôts sur/retraits du compte du cliet et u effort du cliet et de la baque pour que l arget se retrouve au bo edroit e temps voulu ; e coséquece, ils e peuvet pas être qualifiés de facilemet utilisables. Le surligage jaue correspod aux trasactios faisat davatage appel à des moyes électroiques (plus faciles à traiter pour la baque et doc potetiellemet mois chères pour le cliet), même si elles s effectuet au guichet. Le vert correspod aux trasferts puremet électroiques de compte à compte qui peuvet être déclechés à distace. A ce iveau, les fods bacaires devieet très faciles à déplacer, mois oéreux à traiter et aussi utilisables que du cash das la poche sas les risques. A cet égard, il e faut idéalemet rajouter le crédit et l assurace que lorsque l offre de paiemets de base, de trasferts et de produits d éparge est réellemet utilisable, parce qu autremet la baque de détail de masse ajoute rie par rapport au microfiacemet e espèces. A la lumière de cette aalyse, o voit que la plupart des membres participats à cette étude ot déjà la majeure partie des critères exigés sur le marché des services de masse, ou qu ils sot e trai d y travailler. Tous, sauf u, peuvet au mois satisfaire toute la gamme des besois des particuliers au guichet, et six d etre eux peuvet traiter ou serot bietôt e mesure de traiter ces trasactios à distace, par l itermédiaire de plates-formes électroiques. Les services actuellemet/potetiellemet fouris ENCAISSEMENTS ESPÈCES AU GUICHET/ DÉCAISSEMENTS AUTRES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES VIA DAB ÉLECTRONIQUES PERSONNELLES Type de trasactio P2P domestique G2P/B2P domestique Dépôt d espèces Retrait d espèces Paiemet P/B/G2P Trasferts iteratioaux Ecaissemet P2P/B/G Paiemet P2B/G Trasfert P2P/ac > ac Crédit Assurace Burkia Faso l l Afrique du Sud l l l l l l Vietam limités l l l l l limités limités proch. l Tazaia l l l l l l l fiacemet ext. l proch. Keya l l l l l l l proch. proch. proch. proch. Lesotho proch. proch. l l proch. proch. proch. proch. l Ougada l l l l l l l proch. proch. l El Salvador l l l l l l l proch. proch. l l l service dispoible

15 WORKING PAPER 15 Les cliets de six des huit membres participats à cette étude pourrot bietôt recevoir directemet des trasferts électroiques sur leurs comptes puis la cofirmatio à distace de ces ecaissemets ; à terme, ils pourrot trasférer ces fods du compte bééficiaire (e effectuat u paiemet ou u trasfert par téléphoe ou à u termial PoS à distace) sas devoir se redre das ue agece classique. Quatre de ces six membres (les trois d Afrique de l Est et celui du Salvador) ot pu accroître leurs capacités essetiellemet grâce à l assistace fourie par la Fodatio Bill & Melida Gates au cours des trois derières aées. Pour les deux autres (Vietam et Lesotho), des processus plus larges sot à l œuvre, mais le Programme WSBI fourit ue assistace appréciable. Il e va de même au Maroc, où u membre du WSBI participe au Programme WSBI, sas toutefois faire partie de cette étude. Tout cela permet de peser que les trois participats au Programme WSBI (Burkia Faso, Afrique du Sud et Idoésie) dot les capacités e sot pas ecore opératioelles devraiet parveir à combler leur retard Proposer ue offre adaptée aux persoes défavorisées L u des résultats les plus ecourageats de l appel d offres qui a débuté le programme visat à doubler le ombre de comptes d éparge déteus par des persoes défavorisées auprès de certaies caisses d éparge parteaires sélectioées a été la répose des membres des pays e développemet : la moitié des pays où WSBI compte des membres ot soumis des propositios. Il est clair que le terme «favorable aux démuis» e les a pas rebutés, ce qui se compred das la mesure où les ges pauvres ot égalemet des besois fiaciers et sot des cosommateurs actifs de services fiaciers. Il est désormais avéré que les pauvres éparget, comme l illustret os statistiques et celles de l equête. Ils déplacet de l arget das le temps, sur des distaces géographiques et au sei de leurs cercles sociaux et professioels, comme tout le mode. Ils écoomiset pour assurer u meilleur aveir à leurs efats et pour pouvoir faire face à des évéemets prévus ou imprévus. Les bulles de pesée ci-dessous résumet ce que ous pouvos déduire de leur utilisatio actuelle de services fiaciers formels et iformels au sujet des besois auxquels ils cherchet à répodre.?????? Ne pas garder logtemps sur soi les motats excédetaires périodiques mais irréguliers Evoyer et/ou recevoir de l arget à des/d amis ou de membres de la famille Accumuler ou bloquer des sommes plus coséquetes e vue d évéemets futurs attedus Trasformer des motats irréguliers e flux de trésorerie périodiques mais irréguliers Limiter les cotacts directs avec l écoomie officielle (sas perdre de temps/d arget) Avoir accès au crédit comme autre forme de protectio du patrimoie et des dépeses importates cotre les chocs Pourquoi das ce cas e fot-ils pas appel à ous? Pour commecer, cette affirmatio est cotestable ous e sommes ecore qu au début de la collecte de doées comparables auprès des baques parteaires mais, parmi celles déjà reçues, o costate gééralemet qu au mois la moitié des cliets actifs et eviro la moitié des trasactios fot iterveir des comptes dot le solde quotidie moye est iférieur à 25 dollars. Il est doc certai que les persoes disposat de moyes fiaciers limités fot appel à os parteaires bacaires. Le tableau ci-dessous replace cette performace costatée das le cotexte plus vaste du type de soldes d éparge mobilisés par les orgaismes commuautaires, les IMF spécialisées et les baques commerciales. SOLDE QUOTIDIEN MOYENNE GLOBALE RÉFÉRENCE MIX : RÉFÉRENCE CGAP RÉFÉRENCE SAVIX : ACTIF MÉDIAN CALCULÉE DES SOLDES IMF RÉGIONALES FINANCIAL SOLDES COMPARABLES SOLDES D ÉPARGNE ESTIMÉ MOYENS DES DÉPÔTS BANQUES RURALES ACCESS 2010 : POUR SIX DES MEMBRES DES MEMBRES DES MEMBRES, DES MEMBRES D AFRIQUE BANQUES PARTICIPANTS DU GROUPE EARLY 2011 EN 2010 SUBSAHARIENNE COMMERCIALES Burkia Faso 7.5$.d. 450$ 64$ / 99$.d. Vietam.d. 80$ 75$-884$ 89$ / 180$.d. Keya 17$ 12$ 163$ 64$ / 99$ 1 150$ Lesotho.d. 10$ 253$ 75$ / 99$ 1 550$ Ougada 24$ 12$ 73$ 64$ / 99$ 1 075$ Afrique du Sud.d..d. 83$ 75$ / 99$ 9 200$

16 16 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» Cela état, il reste de ombreux adultes o bacarisés das les foyers relativemet plus démuis, qui costituet u importat segmet de marché ecore iexploité. Le graphique à côte distigue les adultes das les ciq pays les plus pauvres das lesquels ous comptos des parteaires (Burkia Faso, Keya, Lesotho, Tazaie et Ougada) etre ceux qui sot déjà bacarisés, les chefs de familles o bacarisées, les adultes o bacarisés secodaires, c est-à-dire les parteaires des chefs de famille, et les adultes tertiaires (essetiellemet très jeues, ayat leurs propres moyes spécifiques mais relativemet limités). Les méages o bacarisés et les adultes primaires o bacarisés (chefs de famille o bacarisées et parteaires o bacarisés de méages bacarisés) sot esuite répartis par iveau de pauvreté et localisatio. Le graphique des pays relativemet plus aisés du Programme WSBI (Salvador, Idoésie, Maroc, Afrique du Sud et Vietam) e diffère pas sesiblemet, même si les degrés de précarité sot différets et que les jeues adultes tertiaires costituet ue cible beaucoup plus itéressate. La pricipale coclusio est que les persoes aux moyes limités trouvet ue utilité aux caisses d éparge et costituet la majeure partie des bases de clietèle de celles-ci, aisi que la plus grade partie du marché das lequel les baques peuvet réaliser leur expasio. La différece cocerat les persoes e situatio de pauvreté ou de précarité est le degré d irrégularité de leur reveu, leur difficulté à couvrir leurs dépeses à l aide de ce reveu, la sévérité des chocs au regard des reveus habituels et la difficulté de costruire et de maiteir ue éparge de réserve à log terme. Pour ue excellete descriptio de ces aspects, veuillez cosulter The Poor ad their Moey, de Rutherford et Arora, aisi que Portfolios of the Poor, de Collis et al. (iii) Programme WSBI das les ciq pays les plus pauvres (72 millios d adultes) 25 m 20 m 10 m Déjà bacarisés Chefs de familles o bacarisées Adultes secodaires o bacarisés Autres o bacarisés (demade limitée) 18 m 18 MILLIONS DE FOYERS NON BANCARISÉS situatio relativemet extrême pauvreté précarité écoomique mois précaire -40% -60% -0% zoe urbaie -28% 37 MILLIONS D ADULTES PRINCIPAUX NON BANCARISÉS situatio relativemet extrême pauvreté précarité écoomique mois précaire -34% -56% -10% zoe urbaie -30% Capacité de service obligatoire pour repodre aux besois des pauvres zoe rurale -72% zoe rurale -70% Tout cela accroît leurs besois de services fiaciers, mais ces besois se maifestet étragemet, la plupart du temps de maière iformelle ou semi-officielle. Les sept besois fodametaux mis e exergue à la page précédete pour ce marché cible sot accessibles de maière plus détaillée sur ENCAISSEMENTS ESPÈCES AU GUICHET / VIA DAB DÉCAISSEMENTS ÉLECTRONIQUES ÉLECTRONIQUES Type de trasactio P2P domestique G2P/B2P domestique Dépôt d espèces Retrait d espèces Trasferts iteratioaux Ecaissemet P/G2P Paiemet P2P/B/G Paiemet P2B/G Trasfert P2P/ac > ac 1. Excédets sortis de la poche 3 l l l l l 2. Evoi et réceptio (persoels) 4 l l l l l l 3. Accumulatio/blocage de l éparge 4 l 4. Coversio de l éparge e flux de trésorerie l l l l l l 5. Iterface avec etités officielles l l l l l l 6. Accès au crédit l l l l capacité requise 3 Das ce cotexte, il est aussi importat d éviter que les reveus reçus se trasformet e cash excédetaire das la poche que de faire sortir le cash excédetaire de la poche (d où l iclusio des trois premiers élémets de service électroiques pour satisfaire ce besoi, outre le dépôt d espèces). Das le même temps, comme le pouvoir d achat e peut pas être gardé hors de la poche idéfiimet, les retraits sot égalemet iclus. 4 Juste e termes de besoi, les trasferts et l éparge icluet les dépôts et retraits d espèces, même si les baques de mase doivet essayer de décourager les cliets d utiliser ces services.

17 WORKING PAPER 17 Ils peuvet égalemet être cartographiés selo la référece de l offre de produits et de services des baques de masse développée plus haut das ce chapitre. C est ce que représete le tableau cidessous. Il est clairemet cofirmé que tout établissemet qui souhaite réellemet répodre aux besois des persoes défavorisées doit itégrer cet aspect das ue offre de masse exhaustive et cohérete du type décrit ci-cotre Offre de produits/services adaptés aux persoes défavorisées chez les membres participats Ayat établi que les persoes défavorisées ot besoi d ue offre de produits et de services sesiblemet similaire à celle de tout cliet particulier d ue baque de détail de masse, et ayat auparavat motré que ce type d offre est de plus e plus proposé par les membres participats à cette étude, le poit suivat est de vérifier si cette offre est proposée aux persoes défavorisées. Das u deuxième temps, ous avos doc evoyé u questioaire destié à recueillir des iformatios sur les produits et services explicitemet fouris aux cliets défavorisés. Il était attedu que les comptes adaptés aux persoes défavorisées auraiet certaies, voire toutes les caractéristiques suivates : aucu ou faible motat iitial exigé pour l ouverture de compte ; aucu ou faible solde miimum ; possibilité de déposer de petit motats irréguliers, aussi souvet que écessaire ; retrait de importe quel motat à tout momet opportu ; possibilité d accumuler de petits motats pour costituer ue éparge plus sigificative au fil du temps, par exemple au moye d ue éparge cotractuelle ; commissios faibles e proportio des motats des opératios ; commissios prélevées par trasactio plutôt que charges mesuelles fixes (par exemple frais de dossier). exigeces KYC pour les preuves de résidece, de reveu et d idetité, qui peuvet égalemet être aisémet satisfaites par les persoes travaillat das l écoomie iformelle, irrégulièremet employées ou auto-employées. Les détails des questios posées et des réposes de chaque baque sot dispoibles sur E résumé : La moitié des réposes (Keya, Lesotho et Afrique du Sud) fot état de produits spécifiques adaptés à la clietèle défavorisée, déjà lacés ou e phase de développemet ; l autre moitié (Burkia Faso, Ougada et Vietam) metioe que la gamme géérale de produits est adaptée à la clietèle défavorisée. Sauf das u cas, le solde miimum pour ouvrir u compte est déjà iférieur à 10 dollars, gééralemet bie iférieur, et das u cas de 1,25 dollar. L exceptio (Burkia Faso, 20 dollars) est e trai de réduire ce miimum. Au momet du questioaire, tous sauf u (Afrique du Sud) offrait la gratuité illimitée des dépôts, l exceptio ayat seulemet itroduit ue très faible commissio de dépôt afi de supprimer ses frais de dossier mesuels. Deux appliquaiet ecore des frais mesuels (Burkia Faso et Ougada), toutefois cotrebalacés par la gratuité des dépôts et le coût léger, voire ul, des retraits. Le Vietam est parveu à associer l absece de frais mesuels et de frais de trasactio, sauf pour les trasferts, mais so activité pricipale cocere les dépôts à terme fixe. S agissat des retraits, deux e prélèvet aucu frais (Burkia Faso et Vietam), deux offret des frais très bas (20 cets américais e Tazaie et e Ougada), u autre applique des frais relativemet faibles aux comptes adaptés à la clietèle défavorisée (30 cets américais au Keya). A l autre extrême, le Lesotho et l Afrique du Sud prélèvet plus d u dollar. Tous sauf u proposaiet des plas d éparge réguliers, mais ceux-ci étaiet essetiellemet du type éparge costituée au fur et à mesure des reveus, doc étaiet pas particulièremet adaptés aux cliets défavorisés. Des dépôts à terme fixe étaiet dispoibles pour de petits motats (das certais cas même iférieurs à 5 dollars), mais à ce iveau ils étaiet probablemet déficitaires parce qu il y avait aucu moye électroique pour le cliet de trasférer de l arget vers ces comptes. U seul (Lesotho) a idiqué avoir u formulaire KYC simplifié das le cas des cliets dot le reveu était iférieur à dollars. 5 La plupart cosidèret la réglemetatio comme u obstacle o égociable. 5 Ce seuil est décrit par la baque du Lesotho comme correspodat aux reveus, mais les auteurs ot pas précisé s il s agissait des reveus effectifs ou des reveus apparets passat par u compte.

18 18 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» 2.4. Sommes-ous proches de l utilisabilité potetielle? Les caractéristiques e suffiset pas à faire ue offre de produits et de services utilisable, mais les résultats de l aalyse à ce jour motret que toutes les pièces écessaires sot e trai de se mettre e place, souvet e coséquece directe des ivestissemets du Programme WSBI. L importat ici est que, das huit des dix projets du Programme WSBI, les cliets pourrot bietôt recevoir directemet de l arget sur leurs comptes par trasfert électroique, puis recevoir à distace la cofirmatio de l arrivée du trasfert (par SMS sur leur téléphoe, par mii extrait das u termial PoS, etc.). A terme, ils pourrot égalemet trasférer ou retirer ces fods du compte bééficiaire (par retrait d espèces, paiemet sortat ou trasfert) par téléphoe ou à partir d u termial PoS, sas se déplacer das ue agece classique. Cet aspect est au mois aussi importat pour les persoes défavorisées o bacarisées que pour tous les autres cliets, das la mesure où ils vivet la plupart du temps hors de la portée des ageces classiques et même des réseaux postaux. 3. QU EST-CE QU UN COÛT ABORDABLE POUR LES PAUVRES Etre capable de répodre aux besois e suffit pas, il faut ecore que les services bacaires soiet offerts à u prix qui icite les méages à abadoer l écoomie iformelle et à reocer aux espèces. La difficulté est de les ameer à verser de petits excédets d arget sur des comptes bacaires das des coditios suffisammet attractives pour que l éparge deviee ue alterative réelle à la dépese. Pour ce faire, il coviet au préalable de compredre véritablemet ce que représetet les sommes e questio pour les populatios défavorisées. Que sigifie vivre avec 2 $ par jour das les pays das lesquels ous opéros E tout premier lieu, vivre avec deux dollars par jour e sigifie pas disposer de deux dollars e espèces. La défiitio iteratioale est toujours calculée e dollars ajustés de la PPA (parité de pouvoir d achat). Le Keya e est u bo exemple : e termes de reveus, il se situe au premier rag des ciq pays les plus pauvres couverts par le programme WSBI, et 'est pas très loi du iveau du pays qui occupe le derier rag du groupe des ciq pays plus riches. Au Keya, 2 $ ajustés de la PPA correspodet à eviro 95 cets par jour e dollars réels, mais les prix pratiqués das les zoes urbaies e sot pas ceux des zoes rurales ; e 2006, les prix des produits de base y étaiet supérieurs de 86 % aux prix des zoes rurales. Cela sigifie que les prix atioaux sot supérieurs d eviro 119 % aux prix ruraux (78 % de la populatio paye les prix ruraux et 22 % paye 86 % de plus). E d autres termes, les prix ruraux représetat 85 % des prix atioaux, das le Keya rural, vivre avec deux dollar par jour sigifie doc vivre avec l équivalet e shillig keyas de 80 cets, et das les zoes urbaies, cela sigifie vivre avec l équivalet d eviro 145 à 150 cets (soit 186% de plus que das les zoes rurales). Das les zoes rurales, ue partie seulemet de la somme correspod à des espèces parce qu ue part importate gééralemet eviro u tiers, voire davatage, des ressources sot e ature (troc et autoproductio). Aisi, sur les 80 cets calculés plus hauts, seulemet 50 cets seulemet sot dispoibles e espèces. Pour ue famille rurale typique, composée de trois adultes et de deux efats, cela sigifie que l esemble du foyer, même das u pays se situat das la fourchette haute de la défiitio iteratioale de la pauvreté, peut tout à fait vivre avec seulemet deux dollars par jour e espèces. Il est itéressat de oter que cela correspod exactemet au reveu moye d adultes vivat e zoe rurales ou péri-urbaies tel que calculé das le cadre de l étude des carets de comptes coduite par Microfiace Opportuities et citée ci-dessous. (iv) Puis multiplier par la part e espèces des reveus ruraux totaux (60 65 %) Tout d abord, soustraire la différece etre prix ruraux et prix atioaux (-15 %) 2 $ PPA/adulte/jour Espèces requises e 0,50 $/jour e zoe rurale Multiplier par le facteur PPA de 0,47 car les prix au KE sot beaucoup mois élevés que les moyees modiales 0,80 zoe ruraux 0,95 $ réel Espèces requises e $/jour e zoe urbaie Multiplier par la différece etre prix urbais et prix atioaux (+55 %)

19 WORKING PAPER Evaluer les flux potetiels Les calculs présetés das l ecadré au-dessus ot été effectués pour les dix pays participat au programme WSBI. Il e résulte que pour les méages ruraux, les flux d espèces s établisset e moyee autour d u iveau pivot de 50 $ par mois, plus ou mois 15 $ ; das le groupe de pays les plus aisés, la moyee s établit plutôt autour d u iveau pivot de juste au-dessus de 100 $ par mois. Pour les méages urbais, les flux d espèces variet etre 100 $ et 175 $ par mois. Das certais pays, le iveau de ces flux déped mois du iveau des iveaux de reveus au iveau atioal (ce qui est le cas des méages ruraux) que de la très forte variabilité de la taille des méages urbais. Cash-flows e zoe rurale UG TZ 40~55+ BF KE LS Cash-flows e zoe urbaie IE ES MA SA VN 60~70 80~ A l évidece, ue partie seulemet des liquidités des méages peut être épargée. Les faits rassemblés das l étude «Portfolios of the Poor» suggèret qu u tiers, au maximum, des liquidités des méages das les pays pauvres trasite par ue forme d istrumet fiacier (éparge ou emprut, pour l essetiel iformels). Ce pourcetage peut atteidre 50 % das les pays les mois pauvres du premier groupe et approcher 100 % das les pays e développemet les plus riches. L étude «The Poor ad Their Moey» idique des pourcetages ecore plus importats au sommet de l échelle. Au fial, o peut raisoablemet estimer que les flux fiaciers des méages ciblés variet sas doute etre 10 à 15 $ par mois au plus bas de l échelle (par exemple das les zoes rurales de Tazaie) à 20 à 25 $ das le groupe itermédiaire (par exemple das les zoes rurales du Keya) et à eviro 100 $ au sommet de l échelle (par exemple das les zoes rurales au Maroc) Des liquidités des méages aux commissios de service potetielles Après avoir détermié les flux de liquidités des méages ruraux qui pourraiet potetiellemet trasiter via des istrumets fiaciers, essetiellemet iformels, plusieurs méthodes permettet d idetifier le motat de commissios que la catégorie de cliets qui compose le marché cible pourrait devoir payer pour la gestio de ces flux via les istrumets dispoibles (formels et iformels): TZ UG SA ES 100~125 $ par mois par méage MA KE IE ±150 Cette étude se cocetre plus particulièremet sur les flux d espèces des méages ruraux, parce que ces méages formet l essetiel du marché ciblé par les participats au programme WSBI. Il est doc possible de défiir assez précisémet les flux d espèces cocerés u motat mesuel moye compris etre 40 à 70 $ das les pays e développemet les plus pauvres (PIB par habitat gééralemet compris etre 500 et 1000 $) et etre 80 à 120 $ das pays e développemet les plus riches (PIB par habitat supérieur à 1000 $). Les feuilles de calculs sur les flux de trésorerie des méages à bas reveus par pays sot dispoibles sur VN LS BF ±175 E 2010, ue importate étude du GCAP (Groupe cosultatif d assistace aux plus pauvres) a aalysé ce que les cliets payaiet réellemet pour l utilisatio de différets types de services bacaires à distace (via les termiaux téléphoiques ou les correspodats/agets bacaires). (v) Pour ue offre de services compreat deux dépôts et deux retraits, la moyee calculée pour u échatillo importat de pays s établissait à 3,9 $ par mois, e dollars ajustés de la PPA ; l équivalet e dollars réels serait compris etre 1,50 et 2,25 $ pour les pays du programme WSBI. Le GCAP a égalemet aalysé le coût d u forfait moye M-PESA portat sur 1,5 retrait/trasfert par mois (et le crédit d appels associé), qui s établit à 2,9 $ ajustés de la PPA, soit etre 1,15 et 1,65 $ dollars réels pour les pays du programme WSBI. Au total, l offre de deux dépôts/deux retraits coûte 10 % du flux mesuel de référece de 40 $ ajustés de la PPA, et le forfait M-PESA eviro 7,5 % de ce flux.

20 20 «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» Ue récete étude du Bosto Cosultig Group fourit des doées très utiles sur les services bacaires de base e Ide et retiet u total de 4,5 Md$ de commissios facturées pour les paiemets effectués via les termiaux téléphoiques et les services de baque de détail (itégrat das les services bacaires ue carte et u PoS). (vi) Das les zoes rurales, u total de 1,35 Md$ de commissios est facturé à 150 millios de méages, ce qui représete u coût moye de 0,75 $ par méage et par mois ; la médiae des ressources jouralières e espèces de ces méages s établit probablemet etre 1,25 et 1,50 $ e dollars réels. 6 Très approximativemet, o peut doc estimer que pour ces méages relativemet pauvres, le coût de l utilisatio de services fiaciers formels représete chaque mois l équivalet de la moitié de leur reveu jouralier e espèces. De plus, ces méages supportet différets coûts visibles et ivisibles liés à l utilisatio des services iformels. Il est très difficile de détermier précisémet quelle part des frais de structure est imputée aux méages, mais il est possible que cette part soit ajustée de sorte à limiter les frais à 5 à 6 % des liquidités susceptibles de trasiter par des istrumets fiaciers. 7 Nous pouvos égalemet estimer le coût d ue offre classique à partir de l étude, citée plus haut, des carets de comptes coduite par MicroFiace Opportuities au Keya. Cette offre iclut eviro 1,5 opératio de dépôt / éparge d u motat compris etre 3 à 6 $, o facturée, ue trasactio M-PESA d u motat d eviro 10 $ facturée eviro 0,70 $ au total, et 0,5 trasactio bacaire d u motat miimum de 20$ facturée sas doute eviro 0,50 $. E majorat ces coûts visibles d u faible motat correspodat aux pertes attedues sur les activités d éparge du groupe, o obtiet u coût total d eviro 1,30 $ au Keya, soit eviro 5 % du total des 25 à 30 $ de liquidités qui trasitet par des istrumets fiaciers pour les méages participats à l equête. Efi, différetes études du CGAP visat à évaluer l éparge à l échelo atioal suggèret que le coût de la collecte de l éparge das les pays d Afrique de l Ouest représete eviro 4 % de l éparge mesuelle collectée puis restituée. Parallèlemet, certais élémets idiquet que les rotatios d éparge iduiset ue perte attedue de 1 à 2 % des sommes épargées, mais cette perte est supportée par u quart seulemet des épargats et e cocere pas tous les cycles d éparge ; cela semblerait toutefois justifier le paiemet d ue prime de sécurité de 3 à 4 % des motats épargé e vue d éviter des pertes catastrophiques sur u cycle d éparge, mais certaiemet pas davatage. Ces études ous fourisset doc plusieurs référeces de travail pour calibrer la tarificatio des services que ous voulos promouvoir auprès des populatios défavorisées et de l offre metioée plus haut. Le tableau ci-dessous présete les flux mesuels de liquidités dot disposet les méages ruraux das dix pays du programme WSBI aisi que le motat des flux susceptibles de trasiter par des istrumets fiaciers. Viet esuite otre estimatio de la fourchette de charge déjà supportée par les méages les plus pauvres via des mécaismes hybrides pour des services iformels ou semi-formels (eviro 5 % cf. les estimatios de BCG Digital Idia et de MicroFiace Opportuities présetées ci-dessus) appliqué au prorata des flux susceptibles de trasiter par des istrumets fiaciers. Efi, la derière lige idique le motat qui devrait être facturé das les pays membres du programme WSBI pour ue offre portat sur 5 opératios compreat deux trasferts électroiques e débit/crédit ou ecaissemet/ décaissemet ce derier mouvemet icluat la possibilité de régler des factures) et trois opératios e cash (probablemet deux dépôts et u retrait). L estimatio par les membres de leur iveau actuel de facturatio idique que les prix des services destiés aux cliets à faibles reveus se situet gééralemet à la limite etre les prix des services iformels et les prix des services hybrides que les populatios défavorisées sot déjà disposées à payer. La présete aalyse a délibérémet privilégié le poit de vue de l acceptabilité pour les méages ruraux, parce que la capacité à fourir des services e respectat cette cotraite est ue garatie de viabilité et de compétitivité accrue das u cotexte urbai (ce dot les istitutios participates devraiet profiter). 6 Le seuil stadard iteratioal de 2$/jour est exprimé e dollars iteratioaux (ajustés de la PPA) et par adulte, ce qui correspod, après prise e compte des différeces de pouvoir d achat, à 0,70 $ aux prix pratiqués sur l esemble du territoire idie, mais les prix état ecore plus bas das les zoes rurales et eviro u tiers des ressources des méages ruraux état e ature, l équivalet cash des 2$ par jours ajustés de la PPA pourrait tomber à 0,35 $ das l Ide rurale. Pour u méage moye composé de 3,5 adultes et de 1,5 à 2 efats, cela correspod à u reveu jouralier d eviro 1,60 $, mais cela cocere les méages les mois pauvres, alors que le reveu média est u peu iférieur, d où l estimatio de 0,50 à 0,75 $ par jour pour u méage rural moye. 7 Si ous appliquos la règle des 80/20, de sorte que les 20 % des méages les plus riches payet 80 % de ces 1,35 Md$, sachat que les 20 % les mois riches effectuet aucue trasactio formelle et e sot doc pas cocerés par ce motat, alors les 60 % des méages itermédiaires (presque tous pauvres ou quasi- pauvres selo les stadards iteratioaux) paiet e moyee 25 $ par mois. A ce iveau, compte teu d u reveu média e espèces d eviro 40 $ par mois et par méage, dot 10 $ pourraiet trasiter par des istrumets fiaciers, des commissios de 4 % sur 10 $ correspodraiet à u prélèvemet maximum de 0,40 $, ce qui laisse ue part ifime aux trasactios iformelles. D où la suggestio que 5 à 6 % des cash-flows serait ue estimatio approximative, mais plus raisoable du coût probable des services formels et iformels.

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires.

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires. Toutes les cartes de crédit e se ressemblet pas. Les cartes Visa et MasterCard WWF vous offret tous les avatages d ue carte de crédit classique. Vous disposez toujours et partout d ue réserve d arget das

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée for a livig plaet WWF ZOOM: votre carte de crédit persoalisée Le meilleur pour vous. Le meilleur pour l eviroemet. Ue carte de crédit du WWF. Vous faites u geste e faveur de la ature. Sas frais supplémetaires.

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE LA SOLUTION WMS/ TMS EXERTE EN LOISTIQUE DE DÉTAIL LOISTIS MANAER SUITE QUELS SONT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec

Plus en détail

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition sommaire Défiir sa problématique, so besoi Pourquoi faire u brief (cahier des charges)? Présélectioer so agece coseil e commuicatio Quel type d agece coseil recherchez-vous? Vous avez trouvé l agece coseil

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

Les nouveaux relevés de compte

Les nouveaux relevés de compte Ifo CR Les ouveaux relevés de compte Les relevés de compte actuels du Crédit Agricole de Champage-Bourgoge sot issus de la migratio iformatique sur le GIE AMT e 2001 : petit format (mais A4 pour les Professioels),

Plus en détail

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel Extrait du Guide Pratique des Représetats du Persoel Partie 5 - Moyes mis à dispositio des ititutios représetatives du persoel 5-4 Les heures de délégatio et la liberté de déplacemet A) Les heures de délégatio

Plus en détail

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Écoomie sociale Pour des commuautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Ce documet a été réalisé par le miistère des Affaires muicipales et des Régios (MAMR) e

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min)

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min) * selo coditios cotractuelles e vigueur. U accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT + VOTRE CODE SECRET * : www.bpparibas.et Cetre de Relatios Cliets 0 820 820 001 (0,12 /mi) Appli Mes Comptes

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * Opératios bacaires avec l étrager * Coditios bacaires au 1 er juillet 2011 Etreprises et orgaismes d itérêt gééral Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : viremet e euros iférieur

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs Ouverture à la cocurrece du trasport ferroviaire de voyageurs COMPLÉMENTS Claude Abraham Présidet Thomas Revial Fraçois Vielliard Rapporteurs Domiique Auverlot Christie Rayard Coordiateurs Octobre 2011

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences Loi Chevèemet du 12 juillet 1999 1. Aspects istitutioels 1.1. Cotexte 1.2 Les différetes structures et leurs compéteces 1.3 Les mécaismes de trasformatio et de créatio d u EPCI Vers ue ouvelle itercommualité

Plus en détail

Code d éthique et de conduite professionnelle

Code d éthique et de conduite professionnelle Code d éthique et de coduite professioelle 2015 RELX Group Code d éthique et de coduite professioelle 2 Table des matières Notre egagemet e faveur de l itégrité U message de otre Présidet-Directeur Gééral

Plus en détail

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL LE WMS EXET DE LA SULY HAIN DE DÉTAIL QUELS SNT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec l évolutio des modes de cosommatio.

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ Adopté par le coseil d admiistratio le jr/ms/2004 AVANT-PROPOS Pour le réseau de la saté et des services sociaux

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Itroductio p 2-3 Les objectifs de cette étude

Plus en détail

Règlement Général des opérations

Règlement Général des opérations Deutsche Bak Règlemet Gééral des opératios AVRIL 2015 Deutsche Bak AG est u établissemet de crédit de droit allemad, dot le siège social est établi 12, Tauusalage, 60325 Fracfort-sur-le-Mai, Allemage.

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

Mécanismes de protection contre les vers

Mécanismes de protection contre les vers Mécaismes de protectio cotre les vers Itroductio Au cours de so évolutio, l Iteret a grademet progressé. Il est passé du réseau reliat quelques cetres de recherche aux États-Uis au réseau actuel reliat

Plus en détail

Bienvenue à notre deuxième édition des Systèmes de réussite de l année!

Bienvenue à notre deuxième édition des Systèmes de réussite de l année! BULLETIN DES SYSTEMES D AFFAIRES DE LA GISC 2 e uméro 2012 Mot du directeur de la rédactio Bieveue à otre deuxième éditio des Systèmes de réussite de l aée! des FSLD frachit des étapes importates 3 Tour

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé MÉMENTO 2014 Aide-mémoire à l usage des admiistrateurs des coopératives PSBL-P Programme de logemet sas but lucratif privé INTRODUCTION Cet outil a été coçu pour guider les admiistrateurs des coopératives

Plus en détail

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite Eterprise Suite Gestio des périphériques de sortie de A à Z i-solutios Eterprise Suite Eterprise Suite Ue gestio cetralisée, ue admiistratio harmoisée, l'efficacité absolue Le temps est u élémet essetiel

Plus en détail

One Office Full Pack Téléphonie fixe, téléphonie mobile et internet tout-en-un

One Office Full Pack Téléphonie fixe, téléphonie mobile et internet tout-en-un Nouveau! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Full Pack Téléphoie fixe, téléphoie mobile et iteret tout-e-u Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar

Plus en détail

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts Miistère des Richesses aturelles et des Forêts Chat-fou du Nord Déclaratio du gouveremet e répose au programme de rétablissemet Photo : Joseph R. Tomelleri LA PROTECTION ET LE RÉTABLISSEMENT DES ESPÈCES

Plus en détail

PREPARER SA RETRAITE

PREPARER SA RETRAITE PREPARER SA RETRAITE Combie éparger pour compléter sa retraite? Pour répodre à cette questio, la première étape cosiste à imagier so trai après 65 as. Des postes de dépeses aurot disparu (otammet ceux

Plus en détail

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais.

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais. Télé OPTIK Plus spectaculaire que jamais. Vivez toute la puissace de la télévisio sur IP grâce au réseau OPTIK 1 de TELUS et découvrez-e l extraordiaire potetiel. Télé OPTIK MC vous doe la parfaite maîtrise

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger Opératios bacaires avec l étrager Extrait des coditios bacaires au 1 er juillet Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : Frais d émissio de viremets e euros (3) vers l Espace écoomique

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise Maaged File Trasfer Maaged File Trasfer Livraiso express des f ichiers d etreprise Gestio du trasfert de fichiers Livraiso express des fichiers d etreprise Fiaces igéierie photos marketig express [eterprise]

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY TABLE DES MATIÈRES Commuiqué... 5 Notes itroductives... 7 Opiios et commetaires...

Plus en détail

Neolane Message Center. Neolane v6.0

Neolane Message Center. Neolane v6.0 Neolae Message Ceter Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord.

Plus en détail

Installation d une infrastructure VMware

Installation d une infrastructure VMware 1 Istallatio d ue ifrastructure VMware Avat de dévoiler les recettes que ous vous avos cococtées, ous devos ous assurer que vous compreez les termes qui serot utilisés das la suite de ce livre et que vous

Plus en détail

Se former, Progresser, Evoluer...

Se former, Progresser, Evoluer... Se former, Progresser, Evoluer... CCI HAUTE-SAVOIE www.formatio-cci.fr Des formatios qui preet e compte les besois de chacu Deuxième orgaisme de formatio après l Educatio Natioale, les Chambres de Commerce

Plus en détail

La Journée de l Innovation Collaborative

La Journée de l Innovation Collaborative Dossier de Presse 2013 La Jourée de l Iovatio Collaborative 28 mars 2013 Avec le soutie d Quaero - L iovatio collaborative Iover, ue écessité autat qu u ivestissemet d aveir! 2 Etamée das les aées 1950-1960

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion Optios Services policiers à Mocto Rapport de discussio Le 22 ovembre 2010 Also available i Eglish TABLE DES MATIÈRES Chapitre 1.0 Sommaire 3 Chapitre 2.0 Problématique 4 Chapitre 3.0 Cotexte 5 Chapitre

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 31 Javier 2011 TRANSPORT Études & documets Modèle écoométrique sur le choix de véhicules des méages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Service de l écoomie, de l évaluatio

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales 3 e Documet de suivi du Vade-mecum relatif à l usage de la lague fraçaise das les orgaisatios iteratioales Octobre 2012 Documet réalisé par l Observatoire de la lague fraçaise de la Directio de la lague

Plus en détail