Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?"

Transcription

1 Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres études de cette série H Street, NW Washigto, DC Tél. : Fax : Courriel : Site Web : Cette étude spéciale s adresse aux resposables des istitutios de microcrédit qui désiret s iitier aux méthodes d évaluatio par score, ou «scorig», afi de savoir ce qu elles peuvet et e peuvet pas faire, et commet se préparer pour les utiliser. Les premiers chapitres sot gééraux ; les chapitres suivats sot plus techiques. Les lecteurs qui e souhaitet pas etrer das les détails sot ivités à parcourir le texte pricipal et les ecadrés. Ce documet est pas u mauel «mode d emploi». La coceptio et la mise e œuvre d u projet de scorig demadet des compéteces très spécialisées et sot gééralemet trop complexes et spécifiques aux istitutios pour être expliquées das u documet de cette logueur. L exposé ciaprès s appuie sur quelquesues des premières tetatives d utilisatio du scorig das le secteur du microcrédit 1. Das certais cas, il se fode égalemet sur la logue expériece du scorig das les pays à reveu élevé 2. Les exemples cités das cette étude mettet à profit l expériece des auteurs e Amérique latie, où il existe d importates istitutios moderes de microcrédit qui utiliset des bases de doées électroiques adéquates. Moyeat la mise e place d orgaisatios suffisammet solides et de bases de doées suffisammet complètes, le scorig aurait égalemet sa place e Afrique, e Asie et e Europe cetrale. À log terme, le scorig se répadra à travers le mode, bie qu il e puisse pas s appliquer à toutes les istitutios de microcrédit. Cette étude devrait aider les resposables à juger de l itérêt du scorig pour leur propre orgaisatio. Résumé Le défi à relever par les istitutios de microcrédit est d évaluer la probabilité que les pauvres pratiquat ue petite activité idépedate rembourset leurs dettes comme promis. Le scorig u ouveau moye d évaluer le risque marqueratil u grad pas e avat pour le microcrédit? Le scorig réduit les arriérés et doc le temps passé à recouvrer les prêts ; ce gai d efficacité permet d élargir la clietèle et favorise la péreité des istitutios de microcrédit. Le scorig e coviet cepedat pas à la majorité des istitutios de microcrédit. Il doe les meilleurs résultats pour les istitutios qui possèdet u solide dispositif de prêts idividuels et ue importate base de doées historiques sur leurs prêts. Même lorsque le scorig est efficace, ce est qu ue amélioratio otable et o ue véritable percée. E particulier, le scorig e remplacera pas les agets de crédit das le secteur du microcrédit car la plupart des risques associés aux travailleurs idépedats pauvres e sot pas liés aux iformatios utilisées pour le scorig. Cette étude décrit commet foctioe le scorig, ce que les istitutios de microcrédit peuvet e attedre et l utilisatio qu elles peuvet Mettre e place des services fiaciers pour les pauvres

2 e faire, aisi que les doées requises. So efficacité tiet mois à l arseal techique utilisé qu à la formatio systématique des utilisateurs : les agets de crédit et les directeurs d agece e serot covaicus que le scorig peut les aider à predre des décisios que s ils compreet so foctioemet et peuvet l observer lors de tests cocrets. Mais aussi et surtout, le scorig chage les metalités e créat ue culture d aalyse das laquelle les resposables du microcrédit recherchet systématiquemet das leurs bases de doées les iformatios qui apportet des réposes à leurs questios professioelles. I. Itroductio Le microcrédit est apparu avec la créatio de deux ouveaux moyes d évaluer le risque de oremboursemet associé aux travailleurs idépedats pauvres : les groupes de cautio solidaire et les agets de crédit qui procèdet à des évaluatios détaillées de la situatio idividuelle et fiacière des empruteurs aisi que de leur logemet, de leur etreprise et de leurs garaties. Le scorig est u ouveau moye (das le secteur du microcrédit) d évaluer le risque de oremboursemet. Il établit des lies historiques etre les atécédets de remboursemet et les caractéristiques quatifiées des demades de prêt, suppose que ces lies perdurerot et prédit le futur risque de oremboursemet à la lumière des caractéristiques des demades actuelles. Das les pays à reveu élevé, le scorig (par l itermédiaire des cartes de crédit) a marqué u progrès sas précédet car il a permis à des millios de persoes à reveus modestes d avoir accès à des prêts de faible motat, à courte échéace, o garatis et assortis de faibles coûts de trasactio. Le scorig marqueratil la prochaie grade avacée pour le microcrédit? Pour les rares istitutios de microcrédit qui sot déjà importates et bie gérées, et qui possèdet des bases de doées électroiques adéquates, le scorig permet d améliorer l efficacité, d accroître la portée auprès des pauvres et d améliorer la péreité. Le scorig réduit avat tout le temps passé à recouvrer les arriérés auprès des empruteurs e retard de paiemet (u aget de crédit peut écoomiser e moyee ue demijourée de travail par semaie). Les agets de crédit peuvet cosacrer le temps aisi gagé à la recherche de ouveaux empruteurs fiables, ce qui permet d accroître l étedue et le degré de portée. Pour les grades istitutios de microcrédit, le scorig peut égalemet être retable. Par exemple, u test effectué e Bolivie avec des doées historiques a motré que le fait de rejeter les 12 % de prêts les plus risqués qui avaiet été décaissés e 2000 aurait réduit de 28 % le ombre de prêts arriérés de 30 jours 3. E faisat des hypothèses prudetes sur le coût du projet de scorig, l avatage et associé au rejet des prêts qui auraiet posé problème et le coût et lié au rejet erroé de prêts qui auraiet été remboursés sas problème, le scorig aurait été retable au bout d u a. Il aurait égalemet eu ue valeur actuelle ette d eviro 1 millio de dollars. Le scorig apporte ue ette amélioratio, mais e costitue pas ue percée aussi importate au iveau des groupes de cautio solidaire et des évaluatios idividuelles effectuées par les agets de crédit. E fait, le scorig a peu de chaces de foctioer avec les méthodologies de prêts de groupe ou les baques villageoises. E outre, la majorité des istitutios de microcrédit qui accordet des prêts idividuels e sot pas prêtes pour le scorig, soit parce qu elles doivet commecer par améliorer leurs méthodes de base, soit parce que leurs bases de doées e se prêtet pas ecore au scorig. Même das le cas des istitutios de microcrédit qui sot prêtes, le scorig e remplacera pas les agets de crédit i leur évaluatio subjective des facteurs de risque qui e sot pas (ou e peuvet pas être) quatifiés das ue base de doées. Le scorig e marquera pas ue ouvelle percée das le secteur du microcrédit, mais c est l ue des quelques idées ouvelles (comme l adaptatio des produits à la demade, la fouriture de services de dépôt et de paiemet, la prise e cosidératio des questios de gouverace et des mesures d icitatio, et l amélioratio de l orgaisatio commerciale) qui laisset espérer des amélioratios, certes mois spectaculaires mais éamois importates, das le secteur du microcrédit au cours des aées à veir. Le pricipal problème du scorig est le chagemet orgaisatioel après tout, le pouvoir prédictif du scorig peut être testé à l aide des doées historiques avat de l utiliser. Les agets de crédit et les directeurs d agece se méfiet à juste titre des solutios miracles. Avat de pouvoir

3 utiliser le scorig avec cofiace, ils doivet compredre ses pricipes de foctioemet et observer esuite commet il foctioe das la pratique avec leurs propres cliets. Compréhesio et acceptatio écessitet ue formatio cotiue, u suivi étroit et des démostratios régulières du pouvoir prédictif avec les prêts e cours. À terme, u projet de scorig valable coduit à trasformer la culture d ue orgaisatio et amèe les resposables à effectuer (avec l aide d aalystes iteres employés à temps complet) ue aalyse explicite des iformatios iexploitées das leurs bases de doées de faço à apporter des réposes à leurs questios. Ce rapport utilise des exemples cocrets de scorig pour expliquer commet il foctioe e pricipe et das la pratique. Il décrit différets types de fiches de otatio et, surtout, il explique commet tester ces fiches avat de les utiliser, commet les utiliser sur le terrai et commet suivre leurs résultats. Ce faisat, il examie les avatages et les icovéiets du scorig et reverse plusieurs mythes, comme l idée que le scorig remplacera les agets de crédit et accélérera l évaluatio des demades de prêt. Pour aider les istitutios de microcrédit à se préparer et à tirer pleiemet parti du scorig, le derier chapitre examie les teats et les aboutissats de la collecte des doées. II. Évaluatio subjective et évaluatio statistique Les istitutios de microcrédit utiliset déjà l évaluatio subjective, mais pas l évaluatio statistique. Cette sectio présete les cocepts fodametaux de l évaluatio par score, qu elle soit subjective ou statistique, et explique pourquoi les deux méthodes sot complémetaires. Toute techique qui prédit le risque futur à partir des caractéristiques actuelles e utilisat des coaissaces dispoibles sur les lies historiques etre les caractéristiques et le risque relève du scorig. L évaluatio subjective et l évaluatio statistique sot deux méthodes employées pour établir u lie etre les caractéristiques et le risque. La figure 1 présete ue comparaiso géérale des deux méthodes. Figure 1 : Comparaiso de l évaluatio subjective et de l évaluatio statistique Dimesio Évaluatio subjective Évaluatio statistique Source des coaissaces Cohérece du processus Caractère explicite du processus Processus et produit Facilité d acceptatio Processus de mise e œuvre Risques d abus Flexibilité Coaissace des arbitrages etre différets scéarios hypothétiques Expériece de l aget de crédit et de l orgaisatio Varie selo l aget de crédit et d u jour sur l autre Directives d évaluatio au bureau ; ituitio/covictio profode des agets de crédit sur le terrai Classificatio qualitative par l aget de crédit qui coaît persoellemet chaque cliet Déjà utilisée, résultats prouvés ; SIG et processus d évaluatio déjà e place Logue formatio/appretissage des agets de crédit Préjugés persoels, humeur du jour ou simples erreurs Applicatio géérale, si adapté par des resposables itelligets Basé sur l expériece ou sur des hypothèses Base de doées historiques quatifiées sur le portefeuille Notatio idetique des prêts idetiques Lie etre les caractéristiques quatifiées et le risque, établi suivat des règles ou des formules mathématiques Probabilité quatitative car la fiche de otatio idique la corrélatio etre les caractéristiques quatifiées et le risque Chagemet culturel, efficacité pas ecore démotrée ; modifie le SIG et le processus d évaluatio Logue formatio et suivi de toutes les parties preates Doées falsifiées, iutilisées, sousutilisées ou mal utilisées Applicatio uique ; la prévisio de ouveaux types de risque das u ouveau cotexte écessite de ouvelles fiches de otatio Tiré des essais effectués avec les prêts remboursés pour créer les fiches de otatio 3

4 Ecadré 1. Scorig, prêts de groupe et baques villageoises E raiso des problèmes de doées et de la ature des prêts de groupe, l évaluatio statistique est peu susceptible de foctioer correctemet pour les groupes de cautio solidaire ou les baques villageoises. U problème fodametal cocerat les doées est que la plupart des istitutios qui accordet des prêts de groupe acceptet pas les remboursemets partiels : soit chaque membre du groupe paie das les délais prévus, soit persoe e paie. C est ue politique judicieuse, mais cela sigifie qu il est pas idiqué das la base de doées si certais membres du groupe étaiet désireux et capables d effectuer leurs paiemets à temps. Il y a pas de doées sur le risque idividuel. Das ce cas, l évaluatio peut prédire le risque lié au groupe mais pas le risque lié à u membre du groupe. Malheureusemet, il existe ue corrélatio beaucoup mois étroite etre le risque lié au groupe et les caractéristiques du groupe (sexe ou âge moye des membres du groupe) qu etre le risque et les caractéristiques idividuels. Même si u prêteur accepte les remboursemets idividuels, le pricipe même de la solidarité est que le risque idividuel lié aux membres du groupe est essetiellemet idépedat des caractéristiques idividuelles. Le groupe peut accroître la voloté de payer d u idividu (à cause du besoi de faire comme les autres et des sactios sociales) et il peut égalemet accroître la capacité d u idividu de payer (metorat des pairs et assurace iformelle). Iversemet, le groupe par l effet d etraîemet peut aéatir la voloté de payer d u idividu. Par coséquet, quelles que soiet les caractéristiques d u idividu, le risque de oremboursemet déped das ue grade mesure des iteractios etre les membres du groupe, et il y a peu de chaces que les caractéristiques quatifiées permettet de prédire correctemet le résultat de ces iteractios. E résumé, les caractéristiques quatifiées ot ue mois boe valeur idicative du risque pour les groupes que pour les idividus. Ce est pas u problème puisque c est l objectif même du groupe. Mais cela red l applicatio du scorig plus difficile et mois efficace pour les istitutios qui accordet des prêts de groupe et pour les baques villageoises. Évaluatio subjective Les istitutios de microcrédit utiliset actuellemet la méthode d évaluatio subjective pour évaluer le risque, e calculat la probabilité de remboursemet à partir de leurs doées quatifiées (chiffrées et eregistrées das leur base de doées électroique) et de leurs doées qualitatives (o chiffrées et/ou o eregistrées das leur base de doées électroique) sur les caractéristiques du cliet et le cotrat de prêt. L aget de crédit et le directeur du crédit aisi que l istitutio de microcrédit échaget leurs doées d expériece par le biais de directives écrites, de la formatio, ou par le bouche à oreille. Bie que l évaluatio subjective applique des règles quatitatives par exemple, e écartat tout idividu qui exerce so activité depuis mois d u a elle repose essetiellemet sur l opiio persoelle de l aget de crédit à l égard du cliet. Basée pricipalemet sur l ituitio, l évaluatio subjective produit u jugemet qualitatif : «pas très risqué, décaisser», ou «trop risqué, refuser». L évaluatio subjective marche bie, comme le motre l expériece du microcrédit, mais des amélioratios pourraiet être apportées. Par exemple, les agets de crédit doivet predre le temps de tirer les eseigemets de l expériece passée de l orgaisatio et d acquérir u «sixième ses» pour apprécier le risque. La valeur prédictive de l évaluatio subjective varie aussi selo l aget de crédit et selo so humeur du jour. Efi, l évaluatio subjective exclut pas la discrimiatio ou la sélectio d u ombre isuffisat de caractéristiques (ou de caractéristiques iappropriées). Évaluatio statistique L évaluatio statistique prédit le risque à partir de caractéristiques quatifiées eregistrées das ue base de doées. Le lie etre le risque et les caractéristiques est exprimé par u esemble de règles ou de formules mathématiques qui prédiset clairemet le risque sous la forme d ue probabilité. Par exemple, das le cas d u meuisier âgé de 25 as qui demade u prêt pour la première fois, le risque prévisible qu il ait 30 jours d arriérés pourrait être égal à 20 %, tadis que das le cas d ue couturière âgée de 50 as qui a a jamais remboursé e retard ses trois prêts précédets, le risque d arriérés pourrait être que de 5 %. La fiace est la gestio du risque, et l évaluatio statistique facilite la gestio du risque car l évaluatio du risque est cohérete et explicite. La valeur prédictive de l évaluatio statistique peut être testée avat d utiliser cette méthode. Le poit faible de l évaluatio statistique est sa ouveauté ; seules quelques istitutios de microcrédit ot expérimeté cette méthode. L utilisatio de coaissaces quatitatives das ue base de doées pour évaluer le risque va à

5 l ecotre des deux grades iovatios (groupes de cautio solidaire et relatios persoelles avec l aget de crédit) qui défiisset le microcrédit, lesquelles tiret parti des coaissaces subjectives de l aget de crédit sur la solvabilité d u cliet. L adoptio d ue méthode aussi différete que l évaluatio statistique demade ue logue période de formatio et d adaptatio, aisi que des démostratios répétées de so pouvoir prédictif. Même après avoir accepté l évaluatio par score, les istitutios de microcrédit doivet se garder de s y fier aveuglémet. L évaluatio statistique est malheureusemet plus appropriée pour les prêts idividuels que pour les prêts de groupe ou les baques villageoises, comme l explique l ecadré 1. Par ailleurs, le scorig a ue applicatio limitée das le secteur du microcrédit parce qu il écessite ue base de doées électroique qui eregistre les atécédets de remboursemet pour u grad ombre de prêts atérieurs aisi que les caractéristiques du cliet et du cotrat de prêt. Qui plus est, les doées doivet être raisoablemet exactes. Certaies istitutios de microcrédit ot accumulé des doées adéquates das le cadre de la gestio courate de leur portefeuille. Beaucoup d autres, cepedat, e possèdet pas de base de doées électroique, eregistret pas assez d iformatios sur chaque prêt ou e disposet pas de doées exactes. L u des objectifs de la présete étude est d aider les resposables à réfléchir aux moyes de refodre leurs systèmes iformatiques de faço à créer ue base de doées adaptée aux besois du scorig. Complémetarité de l évaluatio subjective et de l évaluatio statistique L évaluatio statistique pred uiquemet e compte des caractéristiques quatifiées, tadis que l évaluatio subjective utilise avat tout des caractéristiques qualitatives. Quelle méthode est préférable? Elles ot toutes deux leur place das le secteur du microcrédit parce qu elles se complètet. L évaluatio subjective peut teir compte d élémets que l évaluatio statistique igore, et l évaluatio statistique permet d aalyser des relatios trop ombreuses, trop complexes ou trop subtiles pour l évaluatio subjective. Les deux méthodes supposet que l aveir sera idetique au passé qu il existe u lie etre le risque et les caractéristiques. Ces hypothèses e sot aturellemet jamais etièremet correctes, mais elles le sot suffisammet pour justifier l itérêt du scorig. L évaluatio par score qu elle soit statistique ou subjective suppose qu il vaut mieux avoir des doées historiques, même icomplètes, que pas de doées du tout. État doé que l évaluatio subjective s appuie sur l expériece d idividus capables d idetifier des tedaces et de combier des coaissaces d origies diverses, cette méthode permet de réagir avec rapidité et souplesse e cas de rupture de tedace. L évaluatio statistique est plus cohérete et permet de détecter des tedaces plus ombreuses (et plus subtiles), mais elle e peut prédire que ce qui s est déjà produit à maites reprises. Il e fait aucu doute que certais risques sot liés à des caractéristiques quatifiées, telles que l edettemet et les arriérés précédets. Cepedat, toutes les caractéristiques e sot pas quatifiables, et même les caractéristiques quatifiables e sot pas toujours quatifiées. Le fait le plus itéressat pour le microcrédit est qu ue partie (icoue) du risque déped des caractéristiques persoelles, qui e peuvet être appréciées que si l o coaît bie le cliet. Quelle est la part de risque liée aux caractéristiques quatifiées? La présete étude vise à démotrer, e s appuyat sur les tests décrits aux chapitres III et IV, que cette part est suffisammet importate pour justifier l évaluatio statistique, mais égalemet trop faible pour écarter l évaluatio subjective. Certais risques sot liés à des caractéristiques quatifiées qu il est préférable d évaluer par la méthode de scorig statistique ; d autres risques sot liés à des caractéristiques qualitatives qu il est préférable d évaluer par la méthode d évaluatio subjective. Das le secteur du microcrédit, la part des caractéristiques qualitatives est trop importate pour que l évaluatio statistique puisse remplacer les agets de crédit et leur évaluatio subjective. De même, l évaluatio statistique e libère pas les directeurs du crédit de la resposabilité des décisios de prêt. Par exemple, cette méthode e permet pas de détermier si u empruteur gère bie so affaire ou s il va gaspiller l arget du prêt. L évaluatio statistique est rie de plus qu ue 5

6 Figure 2 : Arbre à quatre feuilles, doées (arborescece) TOTAL PRÊTS Prêts à problème/soldés = / = 16 % Type de prêt NOUVEAUX Prêts à problème/soldés = / = 19,3 % RENOUVELÉS Prêts à problème/soldés = / = 13,9 % Sexe Sexe FEMMES Prêts à problème/soldés = 9 354/ = 17,9 % HOMMES Prêts à problème/soldés = 5 316/ = 22,3 % FEMMES Prêts à problème/soldés = / = 12,8 % HOMMES Prêts à problème/soldés = 5 868/ = 16,9 % Figure 3 : Arbre à quatre feuilles, risque historique, doées (tableau) Ramificatios Échatillo de costructio, Feuille Premier iveau Deuxième iveau Prêts à problème Prêts remboursés à l échéace Nbre total de cas das la feuille % de prêts à problème % du bre total de cas das la feuille 1 Nouveaux Femmes ,9 26,2 2 Nouveaux Hommes ,3 11,9 3 Reouvelés Femmes ,8 44,6 4 Reouvelés Hommes ,9 17,4 Total prêts ,0 100,0 Source : Istitutio de microcrédit e Amérique latie voix supplémetaire au sei du comité de crédit pour rappeler au directeur du crédit et à l aget de crédit des élémets de risque qu ils pourraiet avoir igorés. III. Foctioemet et méthode de test des fiches de otatio Ue fiche de otatio idique les lies escomptés etre le risque futur et les caractéristiques actuelles de l empruteur, du prêt et du prêteur. Alors qu ue fiche de otatio subjective combie des directives explicites d évaluatio du crédit avec les évaluatios implicites faites par les agets de crédit, ue fiche de otatio statistique est u esemble explicite de règles ou de formules mathématiques. Ce chapitre présete u exemple d arborescece, le type le plus simple de fiche de otatio, et explique commet tester les fiches de otatio avat de les utiliser. Arbre à quatre feuilles La fiche de otatio e forme d arbre à quatre feuilles présetée aux figures 2 et 3 a été établie à partir des doées cocerat les prêts soldés d ue grade istitutio de microcrédit e Amérique latie. Le prêteur cosidère qu u prêt

7 est «à problème» lorsqu il a au mois ue période d arriérés de 30 jours ou au mois sept jours d arriérés e moyee par versemet 4. La racie de l arbre e haut de la figure 2 motre que prêts sur prêts soldés e étaiet «à problème». Le risque historique est doc égal à 16 %, soit au rapport etre le ombre de prêts à problème et le ombre total des prêts. Les braches de l arbre e dessous de la racie das la figure 2 diviset les «prêts soldés» (qui compreet les prêts remboursés et les prêts passés e perte) e quatre feuilles, par type de prêt (ouveau ou reouvelé) et par sexe du requérat (homme ou femme). Pour les ouveaux prêts accordés à des femmes (feuille iférieure gauche), le risque historique est égal à 17,9 % prêts à problème sur u total de prêts. Pour les ouveaux prêts octroyés à des hommes, le risque historique s établit à 22,3 % prêts à problème sur u total de prêts. S agissat des reouvellemets de prêts, le risque historique est égal à 12,8 % pour les femmes et à 16,9 % pour les hommes. La figure 4 repred l arbre préseté aux figures 2 et 3. Les quatre segmets représetet les quatre feuilles. Ils sot classés par iveau de risque gradissat de gauche à droite. La hauteur de chaque segmet idique le risque historique, et la logueur idique la part de la feuille par rapport au ombre total de prêts soldés. Par exemple, le ombre de reouvellemets de prêt accordés à des femmes est égal à divisé par , soit 44,6 % du ombre de prêts soldés (voir la figure 3, feuille 3, coloe de droite). Ce simple arbre à quatre feuilles idique plusieurs choses à cette istitutio de microcrédit : Pour u sexe doé, les ouveaux prêts sot plus risqués que les reouvellemets de prêt. Pour les prêts ouveaux et reouvelés, les hommes présetet plus de risques que les femmes. Le segmet le mois risqué (reouvellemets de prêts aux femmes) comporte eviro deux fois mois de risque que le segmet le plus risqué (prêts ouveaux aux hommes). Le segmet le plus grad (reouvellemets de prêts aux femmes, soit près de la moitié du ombre total de prêts) est celui qui présete le mois de risque. Le segmet le plus petit (prêts ouveaux aux hommes, soit eviro 12 % du ombre total de prêts) est celui qui présete le plus de risque. Figure 4 : Arbre à quatre feuilles et risque historique, doées (graphique) Risque d arriérés 7 jours/versemet 0,25 0,20 0,15 0,10 0,05 Nouveaux prêts (hommes) Nouveaux prêts (femmes) Reouvellemets de prêt (hommes) Reouvellemets de prêt (femmes) Risque historique, ,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 Proportio de cas 7

8 Quelles mesures l istitutio de microcrédit pourraitelle predre sur la base de ces iformatios? Les ouveaux prêts état risqués, e particulier ceux accordés à des hommes, l istitutio pourrait examier de plus près les demades de prêt das ce segmet. Elle pourrait égalemet demader aux agets de crédit de faire ue aalyse mois poussée, ou bie assouplir les coditios à remplir par les cliets, das le cas du segmet à faible risque. Le scorig permet uiquemet de prédire le risque ; il idique pas au prêteur commet gérer ce risque. Les résultats de ce simple arbre à quatre feuilles e sot pas vraimet surpreats. La plupart des istitutios de microcrédit savet probablemet que les ouveaux prêts sot plus risqués que les reouvellemets de prêt et que les hommes présetet plus de risques que les femmes. Certais pourraiet cepedat être surpris d appredre que les ouveaux prêts accordés à des hommes sot près de deux fois plus risqués que les reouvellemets de prêts accordés à des femmes. Cet exemple simple se cotete d illustrer la otio de scorig sas mettre e lumière de ouveaux lies etre les caractéristiques des prêts et le risque de oremboursemet. Commet u arbre peutil aider à prédire le risque? Le scorig présuppose que la relatio passée etre le risque et les caractéristiques perdurera. Le risque historique associé à u segmet deviet doc le risque prévu pour ce segmet. Supposos par exemple que l istitutio de microcrédit de l arbre à quatre feuilles de la figure 4 reçoit ue demade de reouvellemet de prêt d ue femme et qu elle approuve provisoiremet cette demade sur la base d ue évaluatio de solvabilité traditioelle. Le risque historique est égal à 12,8 % pour les reouvellemets de prêts accordés à des femmes. Le risque prévu à partir de la fiche de otatio arborescete est doc aussi égal à 12,8 %. Das le cas d ue première demade de prêt soumise par u homme e supposat qu elle soit provisoiremet approuvée coformémet aux ormes traditioelles du prêteur, le risque prévu est égal à 22,3 %, soit au risque historique pour ce segmet. Le scorig permet de faire des prévisios à l aide de fiches de otatio arborescetes ou plus complexes e supposat que le risque futur associé à ue demade qui présete certaies caractéristiques sera idetique au risque historique associé aux demades passées présetat les mêmes caractéristiques. L évaluatio subjective foctioe de la même faço, mais elle mesure les relatios historiques e termes qualitatifs et implicites plutôt que quatitatifs et explicites. N importe quelle fiche de otatio peut prédire le risque, mais pas toujours avec exactitude. O peut cepedat tester le pouvoir prédictif d ue fiche de otatio avat de l utiliser. Les tests Figure 5 : Échatillo de costructio et échatillo de test Échatillo de costructio ( ) Échatillo de test ( ) Décaissés Soldés Prêt A Prêt B Prêt C Prêt D Prêt E Prêt F Prêt G /12/99 31/7/01 Échatillo de costructio : prêts B, D et E Échatillo de test : prêts C et F Prêts e cours au 31/7/01 : prêts A et G 8

9 Figure 6 : Arbre à quatre feuilles et risque réalisé, Brache Feuille Premier iveau Deuxième iveau Prêts à problème Prêts remboursés à l échéace Nombre total de cas das la feuille % de prêts à problème (risque prévu) % de prêts à problème (risque réalisé) % du bre total de cas das la feuille 1 Nouveaux Femmes ,9 17,8 23,9 2 Nouveaux Hommes ,3 21,9 11,1 3 Reouvelés Femmes ,8 12,1 47,6 4 Reouvelés Hommes ,9 16,1 17,3 Total prêts ,0 15,2 100,0 Source : Istitutio de microcrédit e Amérique latie historiques idiquet quel aurait été le pouvoir prédictif de la fiche de otatio si elle avait été utilisée das le passé. O suppose que le scorig aura le même pouvoir prédictif à l aveir. Supposos qu ue persoe qui boursicote ou fait des paris hippiques cococte u ouveau système pour gager de l arget e bourse ou aux courses. Avat de miser ses propres fods, elle aurait tout itérêt à tester le ouveau système avec des doées historiques pour voir quels résultats il aurait doé das le passé. De même, les istitutios de microcrédit devraiet tester leurs fiches de otatio avat de les utiliser. Cela évite des catastrophes et aide à covaicre les sceptiques que le scorig est ue méthode efficace. Le test historique utilise la fiche de otatio pour prédire le risque associé aux prêts déjà acquittés (ou passés e perte) à partir des caractéristiques coues de ces prêts au momet de leur décaissemet. Le test compare esuite le risque prévu avec le risque réalisé, c estàdire qu il idique si le prêt (après décaissemet) a posé problème ou o. Les tests historiques sot u élémet essetiel du scorig ; aucu prêteur e devrait oter u prêt sas avoir préalablemet testé le pouvoir prédictif. Tests historiques Les tests historiques comportet trois étapes : créatio d ue fiche de otatio à partir des prêts iclus das l échatillo de costructio, utilisatio de la fiche pour prédire le risque associé aux prêts iclus das l échatillo de test, et comparaiso du risque prévu (historique) avec le risque réalisé. U test historique divise les prêts soldés (y compris les prêts passés e perte) e deux échatillos. Les prêts soldés à ue date d échéace doée das le passé costituet l échatillo de costructio utilisé pour établir la fiche de otatio. Das la figure 5, les prêts B, D et E ot été soldés avat la date d échéace et sot doc iclus das l échatillo de costructio. Les prêts soldés après la date d échéace, mais avat la derière date utilisée das la base de doées, costituet l échatillo de test utilisé pour tester le pouvoir prédictif de la fiche de otatio. Das la figure 5, l échatillo de test compred les prêts C et F parce qu ils ot été soldés après la date d échéace das l échatillo de costructio mais avat la date limite de la base de doées. Les prêts e cours à cette date limite prêts A et G idiqués das la figure 5 sot omis des deux échatillos parce qu o igore ecore s ils poset problème ou o. Pour reproduire ue véritable situatio de scorig, le test doit suivre trois pricipes. Tout d abord, u prêt doé peut être iclus das l échatillo de costructio ou de test, mais pas das les deux, car cela surestimerait le pouvoir prédictif. La phase d élaboratio permet d adapter la fiche de otatio aux schémas d associatio apparets etre les caractéristiques et le risque das l échatillo de costructio. Toutefois, certais de ces schémas évoluet das le temps, ou idiquet pas ue véritable associatio et sot le fruit du hasard das u échatillo fii. Ces schémas d associatio e sot pas cous pour les 9

10 Figure 7 : Arbre à quatre feuilles, comparaiso du risque prévu et du risque réalisé, Risque d arriérés 7 jours/versemet 0,25 0,20 0,15 0,10 0,05 Reouvellemets de prêt (hommes) Reouvellemets de prêt (femmes) Nouveaux prêts (femmes) Risque prévu (historique), Risque réalisé, Nouveaux prêts (hommes) 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 Proportio de cas prêts extérieurs à l échatillo de costructio. La fiche de otatio a doc u plus grad pouvoir prédictif pour les prêts iclus das l échatillo de costructio que pour les autres. e situatio réelle, le but est de prédire le risque associé aux prêts o iclus das l échatillo de costructio. Esuite, les prêts iclus das l échatillo de test doivet être soldés après les prêts iclus das l échatillo de costructio. Ue fiche de otatio réelle prédit le risque associé aux prêts soldés après la date limite de l échatillo de costructio, et le test doit refléter cette situatio. Troisièmemet, le test doit baser les prévisios uiquemet sur les caractéristiques coues au momet du décaissemet. Toute iformatio obteue après le décaissemet doit être igorée car les prévisios e situatio réelle e peuvet pas utiliser ces doées. Das l arbre à quatre feuilles représeté à la figure 3, l échatillo de costructio compred les prêts amortis e et l échatillo de test (figure 6) compred les prêts amortis etre le 1 er javier 2000 et le 31 juillet Selo le type de prêt (ouveau ou reouvelé) et le sexe de l empruteur (homme ou femme), la fiche de otatio prédit que le risque futur associé aux cas de l échatillo de test sera idetique au risque historique associé aux cas de l échatillo de costructio présetat les mêmes caractéristiques. Par exemple, das la figure 6, le risque prévu pour les reouvellemets de prêt accordés à des femmes correspod au risque historique pour ce segmet, soit à 12,8 % (feuille 3, coloe «% de prêts à problème [risque prévu])». Il s avère que le risque réalisé e est égal à 12,1 % (feuille 3, coloe «% de prêts à problème [risque réalisé])». La fiabilité de la fiche de otatio est idiquée das la figure 7 par la distace etre les liges correspodat au risque prévu (historique) et au risque réalisé 5. Le risque prévu pour les ouveaux prêts accordés à des hommes (segmet à plus haut risque) est de 22,3 % (feuille 2, coloe «% de prêts à problème [risque prévu])», ce qui est très proche du risque réalisé, 21,9 % (feuille 2, coloe «% de prêts à problème [risque réalisé])». De fait, le risque prévu est proche du risque réalisé das les quatre segmets, comme le motre le graphique de la figure 7. Le scorig prédit le risque e supposat que les lies passés etre le risque et les caractéristiques perdurerot à l aveir. Les tests historiques du pouvoir prédictif comparet le risque prévu avec le risque réalisé pour les prêts déjà soldés. Le scorig est comparable à la otatio basée sur les arriérés que de ombreuses istitutios de microcrédit utiliset déjà, mais ue fois au poit, il est plus facile à utiliser et plus fiable (voir l ecadré 2). 10

11 IV. Foctioemet des fiches de otatio Commet les agets de crédit et les directeurs du crédit utilisetils le scorig das leur travail quotidie? Das ce chapitre, ous utilisos u arbre à 19 feuilles pour illustrer ue politique de sélectio des demades de prêt basée sur quatre classes de risque das lesquelles sot réparties les demades. Nous motros esuite commet utiliser le test historique du pouvoir prédictif pour défiir des seuils de décisio et estimer les arbitrages etre risque, décaissemet et retabilité. Arbre à 19 feuilles Comme l arbre à quatre feuilles, l arbre à 19 feuilles représeté das la figure 8 est costruit à partir des doées recueillies par ue grade istitutio de microcrédit sur ses prêts soldés. L istitutio cosidère qu u prêt pose problème lorsqu il a ue période d arriérés de 30 jours ou sept jours d arriérés e moyee par versemet. Les pricipes appliqués à l arbre à 19 feuilles sot les mêmes que pour l arbre à quatre feuilles. U plus grad ombre de feuilles permet de faire des prévisios plus fies et des distictios plus poussées etre les cas à haut risque et à faible risque. Les 19 feuilles sot défiies par sept variables, subdivisées e sousvariables (quatre au maximum), que la plupart des istitutios de microcrédit eregistret das le cadre de leur processus d évaluatio traditioel : Type de prêt (ouveau ou reouvelé) Nombre de uméros de téléphoe (0, 1 ou 2) Age du demadeur (aées) Expériece de l aget de crédit (ombre de décaissemets) Jours d arriérés par versemet pour le derier prêt soldé Edettemet (rapport etre passif et actif) Taux de garatie (rapport etre la valeur de revete des bies mobiliers doés e atissemet et le motat décaissé) La feuille 11 représete le plus grad segmet, avec 15 % de tous les prêts (coloe «% du ombre total de cas das la feuille», qui est égalemet le mois risqué, avec 4,5 % de risque (coloe «% de prêts à problème»). Le segmet 11 cotiet les demades de reouvellemet soumises par des idividus qui avaiet mois de 1,5 jour d arriérés e moyee par versemet pour leur derier prêt soldé, u uméro de téléphoe ou aucu, et plus de 40 as. Ecadré 2 : Scorig et otatio basée sur les arriérés De ombreuses istitutios de microcrédit évaluet les demades de prêt e foctio des arriérés sur le prêt précédet du même cliet : elles attribuet à ce cliet ue ote. Le scorig est similaire à la otatio, mais c est ue méthode plus exacte et plus facile à utiliser car les différeces etre les prévisios ot ue sigificatio coue. Bie que ce type de otatio soit utile, le scorig l est davatage pour trois raisos. Tout d abord, le scorig quatifie le risque sous la forme d ue probabilité, alors que la otatio se cotete de classer les risques. Par exemple, la ote A pourrait sigifier «offrir des mesures d icitatio pour fidéliser le cliet», la ote B «approuver et accroître le motat et la durée», la ote C «approuver sas modifier les coditios de prêt» et la ote D «refuser». Le prêteur a cepedat aucue idée du pourcetage de prêts avec gradatio A qui préseterot des arriérés, i de l écart de risque etre u prêt A et u prêt C. E revache, o seulemet le scorig classe les risques, mais il précise égalemet les écarts de risque après retraitemet pour établir la précisio absolue (voir chapitre V). Par exemple, o peut escompter que 10 % des prêts ayat u risque prévu de 10 % poserot problème, soit deux fois mois que les prêts ayat u risque prévu de 20 %. Esuite, le scorig tiet compte des lies etre le risque et u large évetail de caractéristiques (y compris les arriérés), alors que la otatio traditioelle e tiet compte que des arriérés. La otatio est doc iutilisable pour les ouveaux prêts puisqu il existe aucu atécédet d arriérés, alors que le scorig foctioe presque aussi bie pour les ouveaux prêts que pour les reouvellemets. Troisièmemet, le scorig utilise ue base de doées historique et des techiques statistiques pour estimer de maière optimale la corrélatio etre le risque et différetes caractéristiques. E revache, la otatio détermie la corrélatio etre le risque et les arriérés à partir du jugemet et de l expériece du resposable qui met au poit le système. Ue simple aalyse de la base de doées pourrait aturellemet aider à cocevoir des systèmes de otatio, mais il est rare que les resposables du crédit procèdet à ue telle aalyse. De même, des tests historiques du pouvoir prédictif sot ormalemet réalisés pour le scorig, mais pratiquemet jamais pour la otatio traditioelle. 11

12 Figure 8: Arbre à 19 feuilles, risque historique, doées Ramificatios Échatillo de costructio, Feuille Premier iveau Deuxième iveau Troisième iveau Quatrième iveau Prêts à problème Prêts remboursés à l échéace Nombre total de cas % de prêts à problème % du ombre total de cas das la feuille 1 Nouveaux Pas de téléphoe N/A N/A ,1 0, téléphoe Age 40 as Exp. de l aget de crédit 500 Exp. de l aget de crédit > ,7 11,0 4,0 7,4 4 5 Age > 40 as Exp. de l aget de crédit 150 Exp. de l aget de crédit > ,5 8,2 1,2 7, téléphoes Age 40 as Exp. de l aget de crédit 700 Exp. de l aget de crédit > ,7 14,6 5,3 5,5 8 9 Age > 40 as Exp. de l aget de crédit 700 Exp. de l aget de crédit > ,5 11,8 3,3 3, Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet 1,5 0 ou 1 téléphoe Age 40 as Age > 40 as ,6 4,5 13,4 15, téléphoes Age 40 as Age > 40 as ,0 8,2 11,7 11, ,5 < jours d arriérés/ versemet 7 0 ou 1 téléphoe Exp. de l aget de crédit Exp. de l aget de crédit > ,3 9,4 2,8 1, téléphoes Garatie/motat décaissé 2,7 Garatie/motat décaissé > 2, ,4 16,7 3,3 1, Jours d arriérés/versemet > 7 Dettes/actifs < 0,03 Dettes/actifs > 0,03 N/A N/A ,9 45,6 0,5 0,6 Total prêts ,1 100,0 Source : Istitutio de microcrédit e Amérique latie

13 E revache la feuille 19 est l u des segmets les plus petits, avec 0,6 % du ombre total de prêts (coloe «% du ombre total de cas das la feuille»), et le plus risqué, avec 45,6 % de risque (coloe «% de prêts à problème»). Elle cotiet les demades de reouvellemet soumises par des idividus qui avaiet plus de 7 jours de retard e moyee par versemet pour leur derier prêt et u taux d edettemet supérieur à 0,03. Ue aalyse succicte de l arbre à 19 feuilles représeté das la figure 8 permet à l istitutio de microcrédit de tirer plusieurs eseigemets. Par exemple, bie que le portefeuille soit cocetré das les segmets à faible risque, certais segmets sot très risqués. Le plus risqué, la feuille 19 (45,6 % de risque), est presque 10 fois plus risqué que le segmet le mois risqué, la feuille 11 (4,5 % de risque). L istitutio e traitera sas doute pas les demades de prêt das les segmets les plus risqués de la même faço que das les segmets les mois risqués. Les caractéristiques liées au risque sot les suivates : Le risque dimiue avec l âge du titulaire du prêt. Le risque augmete avec les arriérés du derier prêt soldé. Le risque dimiue lorsque le motat de la garatie augmete. Le risque augmete avec le taux d edettemet. Le risque augmete avec l expériece de l aget de crédit. L existece d u uméro de téléphoe crée u risque plus grad que le fait d avoir deux uméros de téléphoe ou aucu (peutêtre parce que les services fouris par cette istitutio de microcrédit das ce pays répodet mieux aux besois des pauvres «typiques» [u seul téléphoe] qu à ceux des plus démuis [pas de téléphoe] ou des méages plus aisés [deux téléphoes]. Ces tedaces correspodet à l expériece du prêteur. Elles cofirmet les possibilités offertes par le scorig mais aussi l ituitio du prêteur. Cepedat, le scorig e fait pas que cofirmer ce que le prêteur sait déjà ; il quatifie la corrélatio avec le risque. Par exemple, le prêteur sait déjà que le risque augmete avec les arriérés du derier prêt soldé, mais il e sait pas das quelle proportio. L arbre motre que le risque associé aux reouvellemets de prêts soldés ayat etre 0 et 1,5 jour d arriérés par versemet est égal à 7,3 % (ombre total de prêts à problème das les feuilles 10 à 13 divisé par le ombre total de prêts das ces segmets). Cela représete 15,3 poits de pourcetage de mois que le risque associé aux reouvellemets de prêts ayat etre 1,5 et 7 jours d arriérés (segmets 14 à 17) et 29,3 poits de pourcetage de mois que les reouvellemets de prêts ayat plus de 7 jours d arriérés (segmets 18 et 19). Test historique utilisat u arbre à 19 feuilles La démarche est la même qu avec l arbre à quatre feuilles. L échatillo de costructio couvre la période et l échatillo de test couvre la période Comme pour l arbre à quatre feuilles, le risque historique associé à u segmet sur la période est cosidéré comme le risque prévu pour les prêts de ce segmet sur la période Le test compare esuite le risque prévu avec le risque réalisé. Avec quel degré de précisio l arbre à 19 feuilles costruit à partir des doées préditil le risque pour la période ? La figure 8 idique le risque historique pour les 19 segmets e , et la figure 9 idique le risque réalisé e La figure 10 compare le risque prévu et le risque réalisé. Le pouvoir prédictif peut être évalué selo trois critères. Premièremet, la précisio absolue idique l écart etre le risque prévu et le risque réalisé. Das la figure 10, cet écart est plus ou mois grad selo les segmets. Par exemple, pour le segmet 11 (coi iférieur gauche), le risque prévu est égal à 4,5 %, cotre u risque réalisé de 4,1 %, soit ue erreur d eviro 9 % ([4,5 4,1] divisé par 4,5 = 0,09). E revache, pour le segmet 13 (deux «marches» audessus du coi iférieur gauche), le risque prévu est égal à 8,2 %, cotre u risque réalisé de 11,5 %, soit ue erreur de 40 % ([11,5 8,2] divisé par 8,2 = 0,40). Deuxièmemet, la précisio relative idique das quelle mesure le risque réalisé dimiue ou augmete das les mêmes proportios que le 13

14 Figure 9 : Arbre à 19 feuilles et risque réalisé, Ramificatios Échatillo de costructio, Feuille Premier iveau Deuxième iveau Troisième iveau Quatrième iveau Prêts à problème Prêts remboursés à l échéace Nombre total de cas Predicted % Bad Realized % Bad % du ombre total de cas das la feuille 1 Nouveaux Pas de téléphoe N/A N/A ,1 34,5 0, téléphoe Age 40 as Exp. de l aget de crédit 500 Exp. de l aget de crédit > ,7 11,0 20,1 11,5 4,6 9,0 4 5 Age > 40 as Exp. de l aget de crédit 150 Exp. de l aget de crédit > ,5 8,2 22,4 8,3 1,1 9, téléphoes Age 40 as Exp. de l aget de crédit 700 Exp. de l aget de crédit > ,7 14,6 30,7 23,2 3,8 4,2 8 9 Age > 40 as Exp. de l aget de crédit 700 Exp. de l aget de crédit > ,5 11,8 23,6 16,3 2,7 2, Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet 1,5 0 ou 1 téléphoe Age 40 as Age > 40 as ,6 4,5 6,4 4,1 15,1 16, téléphoes Age 40 as Age > 40 as ,0 8,2 15,0 11,5 8,3 8, ,5 < jours d arriérés/ versemet 7 0 ou 1 téléphoe Exp. de l aget de crédit Exp. de l aget de crédit > ,3 9,4 22,7 11,8 4,0 2, téléphoes Garatie/motat décaissé 2,7 Garatie/motat décaissé > 2, ,4 16,7 34,2 27,9 3,1 1, Jours d arriérés/ versemet > 7 Dettes/actifs < 0,03 Dettes/actifs > 0,03 N/A N/A ,9 45,6 39,1 62,2 0,4 1,4 Total prêts ,1 14,0 100,0 17,5

15 Ecadré 3 : Quelle est l icidece de brusques chagemets sur le scorig? Lorsque le cotexte chage, le scorig perd sa précisio absolue mais il coserve gééralemet sa précisio relative. Das le secteur du microcrédit, le chagemet est costat : la cocurrece augmete, la police commece à faire respecter la loi, ou l écoomie raletit. Même sas chagemet extérieur, les istitutios de microcrédit se développet et adaptet costammet leurs mécaismes iteres. Par exemple, le succès du microcrédit e Bolivie a icité les sociétés chiliees de crédit à la cosommatio à s attaquer au marché bolivie e b, ce qui a triplé les arriérés et doublé les taux de départs de cliets. Le scorig peutil erayer la perte de cliets? Ue fiche de otatio des départs (voir le chapitre VII) a été élaborée avec les doées relatives à la période et testée e utilisat les doées de 1997c. L échatillo de costructio et l échatillo de test reflétaiet ce déplacemet brutal du marché. La précisio absolue était faible mais la précisio relative restait heureusemet élevée. a Edward M. Lewis, A Itroductio to Credit Scorig (Sa Rafael, Calif. : Athea Press, 1990). b Elisabeth Rhye, Maistreamig Microfiace: How Ledig to the Poor Bega, Grew, ad Came of Age i Bolivia (Bloomfield, Id.: Kumaria, 2001) ; et Jeffrey Poyo ad Robi Youg, «Commercializatio of Microfiace : The Cases of Baco Ecoómico ad Fodo Fiaciero Privado FA$$IL, Bolivia» (Bethesda, Md. : Microeterprise Best Practices, 1999). c Mark Schreier, «Scorig Dropout at a Microleder i Bolivia» (mauscrit, Ceter for Social Developmet, Washigto Uiversity, St. Louis, Mo., 2001). risque prévu. Ue fiche de otatio qui offre ue précisio relative classe les prêts das le bo ordre même si elle offre pas ue précisio absolue. Pour l arbre à 19 feuilles, la précisio relative est élevée : à l exceptio de quelques segmets, le risque réalisé augmete régulièremet avec le risque prévu (voir figure 10). E gééral, la courbe de risque réalisé est ascedate de gauche à droite. La précisio relative est plus importate que la précisio absolue parce que, comme expliqué au chapitre V, les directeurs du crédit peuvet utiliser le «Rapport de suivi gééral» pour covertir des scores ayat ue précisio relative e scores ayat ue précisio absolue. D autre part, u brusque chagemet das les coditios du marché ou das la situatio macroécoomique a mois d effet sur la précisio relative que sur la précisio absolue (voir l ecadré 3). Troisièmemet, la précisio e queue de distributio examie la précisio absolue et la Figure 10 : Arbre à 19 feuilles, comparaiso du risque prévu et du risque réalisé, Risque d arriérés 7 jours/versemet 0,35 0,30 0,25 0,20 0,15 0,10 0,05 0 Risque prévu (historique), Risque réalisé, ,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 Proportio de cas

16 Figure 11 : Politique de scorig à quatre classes et évaluatio traditioelle Le cliet soumet ue demade de prêt Le prêteur vérifie la demade par rapport à des critères de base Rejet Approbatio Doées acceptées L aget de crédit procède à ue visite et à ue évaluatio traditioelle Rejet Approbatio Saisie des doées et calcul du Le comité de crédit procède à ue risque prévu évaluatio traditioelle Rejet Risque prévu accepté Approbatio provisoire Rejet Après l approbatio provisoire, le comité de crédit applique la politique de scorig sur la base du risque prévu : Très Normal Limite 0 % de risque Excellet problématique 100 % de risque Excellet Approuver et avatageuses Normal Approuver tel que Limite Examier et modifier Très problématique Rejeter précisio relative pour les segmets qui comptet le plus, à savoir les prêts qui ot u risque prévu très faible ou très élevé. Après tout, la plupart des prêts ot u risque moye, et la politique de scorig a pas d impact sur les prêts moyes. E revache, le scorig a u impact sur les demades de prêt à risque très faible (qui peuvet bééficier de coditios avatageuses) et sur celles à risque très élevé (qui peuvet être modifiées voire même rejetées). Das l arbre à 19 feuilles, la précisio e queue de distributio est excellete : les cas ayat le plus faible risque prévu ot égalemet le plus faible risque réalisé, et les cas ayat le risque prévu le plus élevé ot égalemet le risque réalisé le plus élevé. Par exemple, les deux segmets ayat le risque prévu le plus faible (segmets 11 et 10 das le coi iférieur gauche de la figure 10) ot égalemet le risque réalisé le plus faible et ue très faible erreur de prévisio. Les ciq segmets ayat le risque prévu le plus élevé (segmets 6, 18, 1, 16 et 19 das le coi supérieur droit de la figure 10) ot ue erreur de prévisio importate, mais égalemet le risque réalisé le plus élevé (les arbres comportet souvet des erreurs de prévisio systématiques et variables, otammet pour les segmets de petite taille 6 ). Utilisatio du scorig avec quatre classes de risque Avat d utiliser le scorig pour ue demade de prêt, le prêteur doit tout d abord l approuver e utilisat la même méthode d évaluatio du crédit que s il e disposait pas de scorig. À partir des caractéristiques d u prêt provisoiremet approuvé, le scorig prévoit le risque. Le comité de crédit pred ue décisio basée sur le risque prévu, coformémet à la politique établie par l istitutio de microcrédit pour quatre classes de risque : très problématique, limite, ormal et excellet. Le prêteur défiit u taux plafod pour chaque classe de risque afi d accomplir sa missio, compte teu des arbitrages à faire etre étedue, degré et durabilité de la portée 7. État doé que le scorig igore les caractéristiques qualitatives et e tiet compte que des caractéristiques quatifiées, il e peut remplacer aucu élémet de l évaluatio traditioelle (voir ecadré 4). Le scorig ajoute simplemet ue 16

17 étape à la fi de l évaluatio traditioelle, juste avat le décaissemet. La figure 11 décrit la démarche type suivie par ue istitutio de microcrédit qui utilise le scorig. Le processus démarre lorsqu u cliet soumet ue demade de prêt. Avat que l aget de crédit e rede visite au cliet, la demade est examiée à la lumière de certais critères de base, tels que l acieeté de l etreprise (au mois u a). Si la demade frachit ce cap, l aget de crédit se red sur place et évetuellemet après ue aalyse sur dossier décide s il est approprié de soumettre la demade au comité de crédit. Les demades qui frachisset cette étape sot alors saisies das le système iformatique. Le système calcule u score et imprime des rapports d évaluatio par score (le simulateur de scorig et le rapport sur les effets des caractéristiques sot décrits au chapitre V) qui serot joits aux autres rapports ormalemet remis au comité de crédit. Ecadré 4 : Pourquoi utiliser le scorig uiquemet pour les demades de prêt provisoiremet approuvées par la méthode traditioelle? La part de risque omise das le scorig mais prise e compte das l évaluatio subjective est importate, et iversemet. E pricipe, le scorig pourrait iterveir avat et après l évaluatio subjective. S il a lieu avat et prédit u faible risque, le prêteur peut être teté de se passer de l évaluatio subjective, qui est plus coûteuse. Cela pourrait avoir u effet désastreux car les prêts qui semblet peu risqués sur la base des facteurs quatitatifs pourraiet s avérer très risqués au regard des facteurs qualitatifs. C est pourquoi les istitutios de microcrédit e devraiet utiliser le scorig que pour les demades de prêt provisoiremet approuvées à l issue d ue évaluatio subjective. Le risque global de oremboursemet peut être divisé e trois élémets selo le degré de corrélatio avec les caractéristiques quatifiées de l empruteur, du prêt et du prêteur : Le risque aléatoire est lié à aucue caractéristique, quatifiée ou o. Le risque mesurable est lié aux caractéristiques quatifiées. Le risque qualitatif est lié aux caractéristiques o quatifiées. Les risques aléatoires (comme la foudre) sot imprévisibles. Le scorig mesure uiquemet les risques mesurables. Il met e lumière les corrélatios, pas les causes ; il idique seulemet que tel attribut d ue caractéristique iflue sur le risque, mais pas pourquoi. Efi, l évaluatio traditioelle appliquée au microcrédit examie le risque mesurable et le risque qualitatif. Comparé au scorig, l évaluatio traditioelle doe des résultats plus fiables pour le risque qualitatif (le scorig igore le risque qualitatif) et mois fiables pour le risque mesurable. Ue istitutio de microcrédit qui utilise le scorig pour éviter de faire ue évaluatio traditioelle part du pricipe que le risque qualitatif est approximativemet idetique pour les ouvelles demades de prêt et pour celles provisoiremet approuvées par la méthode d évaluatio traditioelle. Cela suppose e forte cotradictio avec la plupart des techiques actuelles de microcrédit que le risque qualitatif est égligeable ou o mesurable. Das quelle mesure le risque qualitatif estil importat? Le taux de remboursemet état cou que pour les prêts décaissés, aucu test historique e peut idiquer quel aurait été le taux de remboursemet des prêts rejetés pour des raisos d ordre qualitatif suivat la méthode traditioelle, s ils avaiet été octroyés. Les istitutios de microcrédit qui remplacet l évaluatio subjective par le scorig le fot à leurs propres risques. À mois que le risque qualitatif soit totalemet isigifiat, les prévisios serot trop faibles. La seule faço de coaître exactemet l erreur de prévisio est d octroyer des prêts sas évaluatio subjective et de voir commet ils évoluet. Avec le temps, les cetrales des risques fourirot des services de meilleure qualité, de plus grade portée et plus complets, et les istitutios de microcrédit pourrot quatifier davatage de caractéristiques. À mesure que la quatité et la qualité des doées s amélioret, le scorig pourrait u jour remplacer l évaluatio subjective du risque, mais ce est pas ecore certai. Ue société de services fiaciers qui s était implatée e Bolivie et évaluait le risque associé aux petits empruteurs e utilisat uiquemet le scorig a été acculée à la faillitea. E l état actuel des choses, le scorig complète mais e remplace pas le travail des agets de crédit et l évaluatio traditioelle. a Elisabeth Rhye, Maistreamig Microfiace: How Ledig to the Poor Bega, Grew, ad Came of Age i Bolivia (Bloomfield, Id. : Kumaria, 2001). 17

18 Figure 12 : Résultats de la méthode de scorig à quatre classes utilisée e avec u arbre à 19 feuilles costruit à partir de doées portat sur la période Ramificatio Échatillo de test, Feuille Premier iveau Deuxième iveau Troisième iveau Quatrième iveau Prêts à Prêts problème remboursés à l échéace Nombre % prévu total de de prêts à cas problème % réalisé de prêts à problème % du ombre total de cas das la feuille % du ombre total de prêts à problème das la feuille Remboursés à l échéace/à problème Tous prêts ,1 14,0 100,0 100,0 6,1 Excellets 11 Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet < 1,5 0 ou 1 téléphoe Age > 40 as ,5 4,1 16,9 4,9 23,6 TOTAL pour les prêts excellets ,5 4,1 16,9 4,9 23,6 Normaux: 10 Reewal Jours d arriérés/ 0 ou 1 téléphoe Age < 40 as ,6 6,4 15,1 6,9 14,6 versemet < 1,5 13 Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet < 1,5 5 Nouveaux 1 téléphoe Age > 40 as Exp. de l aget de crédit > Reouvellemets 1,5 < Jours d arriérés/ versemet < 7 2 téléphoes Age > 40 as ,2 11,5 8,6 7,1 7,7 0 ou 1 téléphoe Exp. de l aget de crédit > Nouveaux 1 téléphoe Age < 40 as Exp. de l aget de crédit > Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet < 1,5 9 Nouveaux 2 téléphoes Age > 40 as Exp. de l aget de crédit > ,2 8,3 9,4 5,6 11, ,4 11,8 2,5 2,1 7, ,0 11,5 9,0 7,4 7,7 2 téléphoes Age < 40 as ,0 15,0 8,3 8,9 5, ,8 16,3 2,8 3,3 5,1 TOTAL pour les prêts ormaux ,0 10,4 55,7 41,2 8,7 Cas limites 7 Nouveaux 2 téléphoes Age < 40 as Exp. de l aget de crédit > Reouvellemets 1,5 < Jours d arriérés/ versemet < 7 2 téléphoes Garatie/motat décaissé > 2,7 4 Nouveaux 1 téléphoe Age > 40 as Exp. de l aget de crédit < Nouveaux 2 téléphoes Age > 40 as Exp. de l aget de crédit < Nouveaux 1 téléphoe Age < 40 as Exp. de l aget de crédit < Reouvellemets 1,5 < Jours d arriérés/ 0 ou 1 téléphoe Exp. de l aget de crédit < versemet < ,6 23,2 4,2 7,0 3, ,7 27,9 1,8 3,5 2, ,5 22,4 1,1 1,8 3, ,5 23,6 2,7 4,5 3, ,7 20,1 4,6 6,7 4, ,3 22,7 4,0 6,5 3,4 TOTAL pour les cas limites ,1 22,8 18,4 30,0 3,4 Très problématiques 6 Nouveaux 2 téléphoes Age < 40 as Exp. de l aget de crédit < Reouvellemets Jours d arriérés/ versemet > ,7 30,7 3,8 8,3 2,3 Dettes/actif < 0,03 N/A ,9 39,1 0,4 1,0 1,6 1 Nouveaux 0 téléphoe N/A N/A ,1 34,5 0,4 0,9 1, ,4 34,2 3,1 7,6 1,9 16 Reouvellemets 1,5 < Jours d arriérés/ versemet < 7 2 téléphoes Garatie/motat décaissé < 2,7 19 Reouvellemets Jours d arriérés/ Dettes/actif > 0,03 N/A ,6 62,2 1,4 6,1 0,6 versemet > 7 TOTAL pour les prêts très problématiques ,4 37,2 9,0 23,9 1,7 Source : Lati America microleder

19 Figure 13 : Résultats de la politique de scorig à quatre classes utilisée e avec u arbre à 19 feuilles costruit à partir de doées portat sur la période (graphique) Risque d arriérés 7 jours/versemet 0,35 0,30 0,25 0,20 0,15 0,10 0,05 0 Risque réalisé, Excellets 16,9 % de tous les cas 4,1 % des prêts à problème 4,9 % de tous les prêts à problème 23,6 prêts remboursés à l échéace par prêt à problème Normaux 55,7 % de tous les cas 10,4 % des prêts à problème 41,2 % de tous les prêts à problème 8,7 prêts remboursés à l échéace par prêt à problème ,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1, Cas limites 18,4 % de tous les cas 22,8 % des prêts à problème 30 % de tous les prêts à problème 3,4 prêts remboursés à l échéace par prêt à problème Très problématiques 9 % de tous les cas 37,2 % des prêts à problème 23,9 % de tous les prêts à problème 1,7 prêt remboursé à l échéace par prêt à problème Proportio de cas À ce stade, le scorig e chage rie au processus d évaluatio traditioelle ; il est utilisé qu après l approbatio provisoire de la demade de prêt. À quel momet u prêt estil provisoiremet approuvé? Si le comité de crédit approuve pratiquemet toutes les demades qui lui sot soumises, l approbatio provisoire est accordée lorsque l aget de crédit décide de préseter ue demade au comité. Das ce cas, le comité utilise le score pour détermier quelles demades serot examiées e détail et lesquelles serot approuvées sas modificatio. Si toutefois l approbatio provisoire est accordée au iveau du comité propremet dit, le score doit être igoré jusqu à ce que l évaluatio traditioelle ait eu lieu (si le comité jette u œil sur le score avat cela, il pourrait être teté d approuver des demades de prêt sas que leur risque qualitatif ait été évalué). Score e mai, le comité applique ue politique de scorig à quatre classes (voir la ragée iférieure de la figure 11). Classe de risque «excellet» Les demades de prêt qui ot u risque prévu iférieur au seuil le plus faible sot classées excelletes. Pour fidéliser ces cliets à faible risque, le prêteur pourrait adopter ue politique visat à accroître la valeur du prêt aux yeux du cliet e offrat ue lige de crédit, ue réductio de la commissio sur le prêt, ue ristoure e cas de remboursemet sas faute, ou ue réductio du motat de la garatie requise. Le scorig se cotete d idetifier les demades de prêt excelletes, ce qui est pas la meilleure faço de fidéliser cette classe de demadeurs de prêt. Il prédit simplemet le risque, laissat aux directeurs du crédit le soi de décider la marche à suivre. S ils veulet utiliser ue politique de prix fodée sur le iveau de risque, ils doivet défiir les taux d itérêt appliqués e foctio du risque prévu. À titre d illustratio, supposos que le taux de risque plafod pour la classe «excellet» soit fixé à 5 % pour l arbre à 19 feuilles représeté das la figure 12 c estàdire que toutes les demades de prêt pour lesquelles le risque prévu est iférieur ou 19

20 Ecadré 5 : La politique de scorig s appliquetelle aux reouvellemets de prêt? Comme les empruteurs qui demadet u reouvellemet de leur prêt ot déjà u historique de remboursemet, le scorig est ecore plus efficace pour les reouvellemets que pour les ouvelles demades. Certaies istitutios de microcrédit hésitet cepedat à modifier l accord de prêt pour les reouvellemets qui représetet des cas limites, et ecore plus à rejeter les demades de reouvellemet de prêts «très problématiques», e partie parce qu elles doutet de l efficacité du scorig et e partie parce qu elles ot la réputatio d accorder de ouveaux prêts aux empruteurs qui rembourset et tieet à coserver cette image. Que faire? La fiche de otatio devrait teir compte du type de prêt (ouveau ou reouvelé) et des atécédets de remboursemet. S il est établi que les reouvellemets accordés à des cliets présetat de faibles arriérés das leur historique sot mois risqués, alors ue fiche de otatio fiable devrait refléter cette corrélatio. Pourtat, il arrive que le scorig classe das ue catégorie de risque élevé certaies demades de reouvellemet de cliets présetat des atécédets impeccables. Si le test historique e distigue pas les demades de reouvellemet des ouveaux prêts, ces demades présetet probablemet u risque élevé. Mais les prêteurs e peuvet pas rejeter ces demades car cela serait mal iterprété par les empruteurs actuels et parce que le comité de crédit préférerait rejeter le scorig plutôt que de rejeter des demades de reouvellemet présetées par des cliets ayat des atécédets impeccables. Das ces cas, la politique de gestio des cas extrêmes devrait prévoir u exame miutieux de l évaluatio, des modificatios du cotrat de prêt et des «visites de courtoisie» après le décaissemet, à titre prévetif. égal à 5 % sot désigées excelletes. Toutes les demades excelletes das la feuille 11 ot u risque prévu de 4,5 %, sur la base des doées pour la période Les demades excelletes représetet 16,9 % du total. Quels résultats auraito obteu e utilisat ce taux plafod de 5 % pour les demades excelletes? E , 16,9 % des demades de prêt approuvées suivat la méthode d évaluatio traditioelle auraiet égalemet été classées excelletes et acceptées e utilisat la méthode du scorig (voir figures 12 et 13). Il s avère qu il y avait 4,1 % de prêts à problème parmi les demades excelletes, représetat 4,9 % de l esemble des prêts à problème. Autremet dit, das la classe des prêts présumés excellets, il y avait 23,6 prêts remboursés à l échéace pour chaque prêt à problème. Le scorig idetifie les prêts à faible risque et ceux à risque élevé, ce qui aide les resposables à gérer les cas extrêmes. Les prêteurs qui e veulet pas récompeser les prêts à faible risque peuvet fixer le taux plafod à zéro, sachat que le risque prévu est jamais aussi bas. Classe de risque «ormal» Les prêts ayat u risque prévu supérieur au taux plafod reteu pour la classe de risque «excellet» mais iférieur au seuil fixé pour les cas limites sot classés «ormaux». Le scorig cofirme l approbatio provisoire de ces prêts, le comité de crédit les autorise, et ils sot décaissés tels quels. La majorité des prêts provisoiremet approuvés état cosidérés comme ormaux, das la plupart des cas le scorig affecte pas l évaluatio et etraîe pas de surcoûts pour le comité de crédit. Aux figures 12 et 13, supposos que le taux de risque plafod pour les prêts ormaux das l arbre à 19 feuilles soit égal à 12 % (feuilles 10, 13, 5, 15, 3, 12 et 9). E , plus de la moitié (55,7 %) des cas étaiet ormaux, avec u risque prévu supérieur au taux plafod de 5 % pour les prêts excellets et iférieur au taux plafod de 12 % pour les prêts ormaux. Sur ces prêts ormaux, 10,4 % se sot avérés problématiques, ce qui représete 41,2 % du ombre total de prêts à problème. Das la catégorie des prêts ormaux, il y avait 8,7 prêts remboursés à l échéace pour chaque prêt à problème. Classe de risque «limite» Les prêts ayat u risque prévu supérieur au taux plafod reteu pour les cas limites mais iférieur au seuil fixé pour les prêts «très problématiques» sot cosidérés comme des cas limites. Le comité de crédit examie ces cas avec u soi particulier et modifie au besoi le motat décaissé, la date d échéace, la garatie requise ou bie le taux d itérêt ou la commissio (politique de prix fodée sur le iveau de risque). Le comité peut égalemet décider de rejeter certais cas limites. Le scorig ralloge le temps que passe le comité de crédit à évaluer les cas limites. Cela alourdit les coûts, bie que la plupart des prêteurs avertis préfèret gérer les cas limites avat de les approuver. Aux figures 12 et 13, supposos que le taux plafod reteu pour les cas limites das l arbre à 20

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE

Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min)

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min) * selo coditios cotractuelles e vigueur. U accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT + VOTRE CODE SECRET * : www.bpparibas.et Cetre de Relatios Cliets 0 820 820 001 (0,12 /mi) Appli Mes Comptes

Plus en détail

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée for a livig plaet WWF ZOOM: votre carte de crédit persoalisée Le meilleur pour vous. Le meilleur pour l eviroemet. Ue carte de crédit du WWF. Vous faites u geste e faveur de la ature. Sas frais supplémetaires.

Plus en détail

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires.

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires. Toutes les cartes de crédit e se ressemblet pas. Les cartes Visa et MasterCard WWF vous offret tous les avatages d ue carte de crédit classique. Vous disposez toujours et partout d ue réserve d arget das

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les nouveaux arrivants doivent savoir

LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les nouveaux arrivants doivent savoir LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les ouveaux arrivats doivet savoir AU CŒUR DE L HABITATION U logemet bie à vous Si vous veez d arriver au Caada, ue des premières choses que vous devrez probablemet

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel Extrait du Guide Pratique des Représetats du Persoel Partie 5 - Moyes mis à dispositio des ititutios représetatives du persoel 5-4 Les heures de délégatio et la liberté de déplacemet A) Les heures de délégatio

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE Cetre d expertise e aalyse eviroemetale du Québec Programme d accréditatio des laboratoires d aalyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION ET LA VÉRIFICATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN MICROBIOLOGIE DR-12-VMM Éditio

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2. Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES PLAN DU CHAPITRE 2 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.1 Pla de sodage 2.2.2 Probabilités d iclusio 2.3 SONDAGE

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Les nouveaux relevés de compte

Les nouveaux relevés de compte Ifo CR Les ouveaux relevés de compte Les relevés de compte actuels du Crédit Agricole de Champage-Bourgoge sot issus de la migratio iformatique sur le GIE AMT e 2001 : petit format (mais A4 pour les Professioels),

Plus en détail

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information Bio-Statistique 1 ère partie Disciplie : Bio-statistique, Bio-mathématique et Scieces de l Iformatio OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Réaliser l importace du problème de la variabilité ihérete au doées médicales,

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

Bienvenue à notre deuxième édition des Systèmes de réussite de l année!

Bienvenue à notre deuxième édition des Systèmes de réussite de l année! BULLETIN DES SYSTEMES D AFFAIRES DE LA GISC 2 e uméro 2012 Mot du directeur de la rédactio Bieveue à otre deuxième éditio des Systèmes de réussite de l aée! des FSLD frachit des étapes importates 3 Tour

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger Opératios bacaires avec l étrager Extrait des coditios bacaires au 1 er juillet Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : Frais d émissio de viremets e euros (3) vers l Espace écoomique

Plus en détail

Mécanismes de protection contre les vers

Mécanismes de protection contre les vers Mécaismes de protectio cotre les vers Itroductio Au cours de so évolutio, l Iteret a grademet progressé. Il est passé du réseau reliat quelques cetres de recherche aux États-Uis au réseau actuel reliat

Plus en détail

Échantillonnage et estimation

Échantillonnage et estimation Stage «Nouveaux programmes de Termiale S» - Ho Chi Mih-Ville Novembre 202 Échatilloage et estimatio Partie C - Frédéric Barôme page Échatilloage et estimatio Partie C : Capacités et exercices-types. Rappelos

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

Code d éthique et de conduite professionnelle

Code d éthique et de conduite professionnelle Code d éthique et de coduite professioelle 2015 RELX Group Code d éthique et de coduite professioelle 2 Table des matières Notre egagemet e faveur de l itégrité U message de otre Présidet-Directeur Gééral

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses.

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses. L Objectif Natioal des Dépeses d Assurace Maladie : d u outil global de régulatio à ue simple prévisio des dépeses. Isabelle Hirtzli To cite this versio: Isabelle Hirtzli. L Objectif Natioal des Dépeses

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 31 Javier 2011 TRANSPORT Études & documets Modèle écoométrique sur le choix de véhicules des méages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Service de l écoomie, de l évaluatio

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise Maaged File Trasfer Maaged File Trasfer Livraiso express des f ichiers d etreprise Gestio du trasfert de fichiers Livraiso express des fichiers d etreprise Fiaces igéierie photos marketig express [eterprise]

Plus en détail

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique 1 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATIO POLITIQUE SCIETIFIQUE rue de la Sciece 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 URL : www.belspo.be Evaluatio de la Délivrace de Méthadoe e Belgique

Plus en détail

n tr tr tr tr tr tr tr tr tr tr n tr tr tr Nom:... Prénom :...

n tr tr tr tr tr tr tr tr tr tr n tr tr tr Nom:... Prénom :... Nom:... Préom :... Chaque répose peut valoir : c) 2 poits si le choix est totalemet exact + poit si le choix est partiellemet exact + 0 poit si le choix est erroé + -i poit si le choix est u coeses Ue

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC ÉTUDE SECTEUR Saté LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE Etude pour l élaboratio d ue GPEC 02 ÉTUDE - juillet 2012 Laboratoires de biologie médicale : étude pour l élaboratio d ue GPEC Sommaire 03 Pricipaux

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * Opératios bacaires avec l étrager * Coditios bacaires au 1 er juillet 2011 Etreprises et orgaismes d itérêt gééral Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : viremet e euros iférieur

Plus en détail

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire 13 Chapitre Chapitre 13 Statistiques et probabilités Les statistiques et les probabilités occupet ue place importate das l eseigemet de certaies classes préparatoires Les pricipales foctios écessaires

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53.

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53. Probabilités «Pour compredre l actualité, ue formatio à la statistique est aujourd hui idispesable ; c est ue formatio qui développe des capacités d aalyse et de sythèse et exerce le regard critique. Le

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail