Comparaison des fonctions au voisinage d un point

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison des fonctions au voisinage d un point"

Transcription

1 DOCUMENT 29 Comprison des fonctions u voisinge d un point Pour tout 0 R on pose : V 0 = {] 0 η, 0 + η[ η > 0} si 0 R; V 0 = {], + [ R} si 0 = + et V 0 = {], [ R} si 0 =. Un élément de V 0 est ppelé un voisinge de 0. L ensemble des voisinges de 0 est stble pr intersection. Pour tout 0 R, on désigne pr F 0 l ensemble des fonctions définies dns un voisinge de 0. Cet ensemble est stble pr ddition, multipliction pr une constnte, multipliction. 1. Les reltions de domintion et de prépondérnce Définition Soit f et g deu éléments de F 0. On dit que f est dominée pr g u voisinge de 0 s il eiste V V 0 et M > 0 tels que : V f() M g() On dit que f est négligeble devnt g ou que g est prépondérnte devnt f u voisinge de 0 si, pour tout ɛ > 0, il eiste V V 0 tel que : V f() ɛ g() On désigne respectivement pr O(g) et o(g) l ensemble des fonctions dominées pr g et l ensemble des fonctions négligebles devnt g u voisinge de 0. Il est clir que o(g) O(g) F 0. Prfois, pr bus d écriture, on note O(g) et o(g) un élément quelconque de ces ensembles (c est souvent le cs dns l écriture des développements limités). On peut ussi écrire O 0 (g) et o 0 (g) lorsque différentes vleurs de 0 interviennent. Remrquons que: Si f O(g) et si lim g() = 0 lors lim f() = 0. L fonction f est négligeble devnt une fonction constnte non nulle si et seulement si lim f() = 0. Théorème On f o(g) si et seulement si, il eiste dns F 0 une fonction ɛ tel que lim ɛ() = 0 et f() = ɛ()g() pour tout d un voisinge de 0. Si g ne s nnule ps dns f() un voisinge de 0 lors, f o(g) équivut à lim g() = 0 On un résultt nlogue pour l reltion de domintion en remplçnt l fonction ε pr une fonction M bornée dns un voisinge de

2 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D UN POINT Preuve. Supposons f o(g) et soit ε = 1. Il eiste V 1 V 0 tel que si V 1 lors f() g(). On définit sur V 1 une fonction ɛ pr ɛ() = 0 si g() = 0 et ɛ() = f() g() si g() 0. On, pour tout V 1, f() = ɛ()g(). C est évident si g() 0 et si g() = 0 lors f() g() entrine f() = 0. Soit ε > 0. Il eiste V 2 V 0 tel que V 2 implique f() ε g() et si V 1 V 2 lors ɛ() ε. On donc lim ɛ() = 0. Réciproquement, supposons qu il eiste une fonction ɛ, définie sur un voisinge V 1 de 0, telle que lim ɛ() = 0 et f() = ɛ()g() pour tout V 1. Soit ε > 0. Il eiste V 2 V 0 tel que si V 1 V 2, ɛ() < ε. Pour V 1 V 2, f() = ɛ() g() < ε g() et donc f o(g). Dns le cs où f O(g), on définit une fonction M comme l fonction ε précédente mis cette fois M est seulement bornée dns un voisinge de 0. En utilisnt les crctéristions des reltions de domintion et de prépondérnce obtenues dns ce théorème, insi que celle de l reltion d équivlence, l pluprt des preuves de ce document sont élémentires et utilisent les trois résultts suivnts : Le produit de deu fonctions bornées u voisinge de 0 est une fonction bornée u voisinge de 0. Le produit d une fonction bornée u voisinge de 0 pr une fonction de limite nulle en 0 est une fonction de limite nulle en 0. Le produit de deu fonctions de limite nulle en 0 est une fonction de limite nulle en 0. (C est un cs prticulier du résultt précédent.) Eemples. 1) Au voisinge de + on α o(e ) et ln o( α ) si α > 0. Si 0 < α < α lors α o( α ) et e α o(e α ). 2) L fonction f possède un développement limité d ordre n u voisinge de 0, f() = n n + n ɛ() vec lim ɛ() = 0, si et seulement si f() = n n +o( n ). 0 Cel entrine f() = n 1 n 1 +O( n ) mis cette dernière écriture n entrine ps que f un développement limité d ordre n. Elle implique seulement que f un développement limité d ordre n 1 cr O( n ) o( n 1 ). 3) Soit f : R R définie pr f(0) = 0 et f() = e 1 2 pour 0. On, pour tout e 1 2 n = 0 et donc f() o(n ). n N, lim u ± e u2 u n = 0 (voir le document 30) d où lim 0, 0 Désignons pr χ() l fonction crctéristique de Q et posons g() = f()χ(). Comme χ() 1, on encore g() o( n ) ce qui entrine que l fonction g possède des développements limités de tous ordres u voisinge de 0. Cette fonction est continue et dérivble en 0 et 0 est le seul point où elle est continue. Comme elle n est ps continue dns un voisinge de 0, elle n est ps deu fois dérivble en Propriétés des reltion binires de domintion et de prépondérnce. Proposition ) Les reltions de prépondérnce et de domintion sont trnsitives. L reltion de domintion est, de plus, réfleive (c est un préordre). b) Soit f, g, h trois éléments de F 0. Si f o(g) et g O(h) lors f o(h). De même, si f O(g) et g o(h) lors f o(h)

3 2. L ÉQUIVALENCE DES FONCTIONS 313 Preuve. Montrons pr eemple que si f O(g) et g o(h) lors f o(h). Il eiste une fonction M bornée u voisinge de 0 et une fonction ε de limite nulle en 0 telles que f() = M()g() et g() = ε()h() pour tout d un voisinge V de 0. Pour tout de V on donc d où f o(h). f() = M()ε()h() vec lim M()ε() = 0 On remplce prfois f o(g) pr f << g. C est l nottion de Hrdy qui est intéressnte lorsque on utilise l trnsitivité de l reltion de prépondérnce Opértions lgébriques et reltions de domintion et de prépondérnce. Proposition ) Les ensembles O(f) et o(f) sont des sous espces vectoriels de F 0 (stbilité pour l ddition et l multipliction pr une constnte) b) Soit f 1, f 2, g 1, g 2 dns F 0 : f 1 O(g 1 ) et f 2 O(g 2 ) f 1 f 2 O(g 1 g 2 ) f 1 o(g 1 ) et f 2 O(g 2 ) f 1 f 2 o(g 1 g 2 ) 2. L équivlence des fonctions Définition Deu fonctions f et g de F 0 sont dites équivlentes u voisinge de 0 si f g o(g). Cette reltion est notée. Théorème On f g si et seulement si il eiste une fonction ε dns F 0 telle que lim ε() = 0 et f() = (1 + ε())g() pour tout d un voisinge de 0. Si g ne s nnule ps f() dns un voisinge de 0 lors, f g équivut à lim g() = 1. Preuve. Si f g lors f g o(g) et il eiste une fonction ε de limite nulle en 0 telle que f() g() = ε()g() pour tout d un voisinge V de 0. Il en résulte f() = (1 + ε())g() pour tout de V. L réciproque est fcile et si g ne s nnule ps dns un voisinge de 0 lors, f() f() f g équivut à lim = 1 cr g() g() = 1 + ε(). Proposition L reltion binire est une reltion d équivlence. Preuve. Seule l symétrie n est ps évidente. Si f g lors il eiste une fonction ε définie sur un voisinge V de 0 et de limite nulle en 0 telle que, pour tout de V, f() = (1 + ε())g(). Comme lim (1 + ε()) = 1, il eiste un voisinge W de 0 sur lequel 1 + ε() > 0. Pour tout V W, on : g() = 1 ε() f() = (1 1 + ε() 1 + ε() )f() = (1 + ε 1())f() vec ε 1 () = ε(). On lim ε 1 () = 0 et donc g f. 1 + ε() L intérêt de l notion de fonctions équivlentes est due, en grnde prtie, u résultt suivnt dont l preuve est une conséquence immédite du théorème 29.2.

4 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D UN POINT Théorème Soit f et g deu fontions équivlentes de F 0. Si f possède une limite qund 0 lors g possède l même limite qund 0. Pour l preuve, il suffit de dire que pour tout d un voisinge de 0, g() = (1 + ε())f(), vec lim ε() = 0, et utiliser l proposition donnnt l limite d une somme et d un produit de fonctions. Si les fonctions f et g ont l même limite l R lorsque 0 lors lim = 1 et f g u g voisinge de 0. En revnche, le résultt peut être fu si l = 0 ou si l est infini. Pr eemple, lim = lim = + et on n ps 2 u voisinge de l infini. Si tend vers 0, les mêmes fonctions donnent un eemple vec l = L équivlence des fonctions et les opértions lgébriques. f Proposition ) L reltion d équivlence est comptible vec l multipliction: pour f 1, f 2, g 1, g 2 dns F 0, f 1 f 2 et g 1 g 2 impliquent f 1 g 1 f 2 g 2. b) Si f g et si f ne s nnule ps dns un voisinge de 0 lors 1/f 1/g. c) Si f 1 g 1 et f 2 g 2 lors, g 2 o(g 1 ) implique f 1 + f 2 g 1. Preuve. L preuve de ) utilise le théorème Pour b), on dpte l preuve l proposition Donnons une preuve brégée de c). Il eiste des fonctions ε 1, ε 2 et ε 3 telles que f 1 () = (1 + ε 1 ())g 1 (), f 2 () = (1 + ε 2 ())g 2 (), g 2 () = ε 3 ()g 1 () d où f 1 () + f 2 () = (1 + ε 1 () + ε 3 () + ε 2 ()ε 3 ())g 1 () et donc f 1 + f 2 g 1. En générl, l équivlence des fonctions n est ps ps comptible vec l ddition : u voisinge de 0, , 1 1 et 2. On cependnt le résultt suivnt: Proposition Soit f 1, f 2, g 1, g 2 dns F 0, f 1 f 2 et g 1 g 2. S il eiste un voisinge de 0 dns lequel f 1 0 et g 1 0 lors f 1 + g 1 f 2 + g 2. Preuve. Soit V le voisinge de 0 sur lequel f 1 0 et g 1 0 et ε 1, ε 2 les fonctions de limites nulles en 0 telles que f 2 () = (1 + ε 1 ())f 1 (), g 2 () = (1 + ε 2 ())g 1 (). Posons, pour dns V, ε() = 0 si f 1 () + g 1 () = 0 et ε() = ε 1()f 1 () + ε 2 ()g 1 () si f 1 () + g 1 () f 1 () + g 1 () > 0. On, pour tout de V, f 2 () + g 2 () = (1 + ε())(f 1 () + g 1 ()). Pour tout de V, ε() ε 1 () + ε 2 () : c est clir si f 1 () + g 1 () = 0 et sinon ε 1()f 1 () + ε 2 ()g 1 () f 1 () + g 1 () f 1 () ε 1 () f 1 () + g 1 () + ε g 1 () 2() f 1 () + g 1 () ε 1() + ε 2 (). Il en résulte que lim ε() = 0 et donc f 1 + g 1 f 2 + g 2. Remrques. 1) En eminnt l preuve précédente on voit qu une condition suffisnte pour que f 1 f 2 et g 1 g 2 impliquent f 1 + g 1 f 2 + g 2 est que les fonctions f 1 et g 1 ient le même

5 signe en chque point d un voisinge de L ÉQUIVALENCE DES FONCTIONS 315 2) Au voisinge de 0, e 1 + et e 1 mis l deuième reltion ne se déduit ps correctement de l première en joutnt 1 u deu membres cr e et 1 n ont ps le même signe u voisinge de 0. En revnche, l première reltion implique e pr ddition de l fonction positive L composition à droite (ou le chngement de vribles). Proposition Soit 0 et 1 deu élément de R, φ F 0, f F 1 et g F 1. Si lim φ() = 1 lors : f O 1 (g) f φ O 0 (g φ) f o 1 (g) f φ o 0 (g φ) f 1 g f φ 0 g φ Donnons une preuve de l troisième impliction. Soit ε l fonction de limite nulle en 1 telle que pour tout d un voisinge V de 1, f() = (1 + ε())g(). Supposons que φ soit définie sur un voisinge W 1 de 0. Comme V est un voisinge de 1 et comme φ l limite 1 qund tend vers 0, il eiste un voisinge W 2 de 0 tel que φ(w 1 W 2 ) V. L ensemble W 1 W 2 est un voisinge de 0 et, pour tout de W 1 W 2, on f(φ()) = (1 + ε(φ()))g(φ()). L ppliction du théorème sur l limite d une fonction composée donne lim ε(φ()) = 0 d où f φ 0 g φ. Eemples. 1). On sit qu u voisinge de 0, sin. Il en résulte qu u voisinge de 0, sin, sin Au voisinge de 0, ln(1 + ) et donc u voisinge de +, ln(1 + 1/) 1/. 2). Au voisinge de +, ln o() et donc ln ln o(ln ) et o(e ). Remrques.. 1) On remplce prfois dns l définition de l reltion d équivlence, les voisinges pr les voisinges pointés (i.e. privés du point 0 ). Si on dopte ce point de vue, l proposition précédente peut être fusse. Pr eemple, soit f : R R définie pr f(0) = 0 et, pour 0, pr f() = cos 1. Soit ussi g : R R définie pr g(0) = 0 et g() = 1 si 0. On, u voisinge de 0, g 1 (vec les voisinges pointés) et lim f() = 0. En revnche, g f 0 n est ps équivlent à 1 u voisinge de 0 cr cette fonction n ps de limite qund tend vers 0. L epliction se trouve dns l preuve de l proposition Cette preuve utilise le théorème reltif à l limite d une fonction composée et ce théorème est fu vec l notion de limite pr vleurs différentes. On peut énoncer un théorème de composition à droite pour les équivlents définis à l ide des voisinges pointés mis les hypothèses sont moins simples. 2) Il semble difficile de trouver des résultts intéressnts concernnt l composition à guche. Pr eemple, u voisinge de 0, et ln(1 + ) ln(1 + 2 ). De même u voisinge de +, mis e 2 + e L équivlence des fonctions et les fonctions logrithme et eponentielle. En utilisnt le théorème 29.2, on voit que e f e g équivut à lim (f() g()) = 0 et donc, en générl, il n y ps de lien entre l équivlence de f et g et celle de e f et e g (considérer f() = 2

6 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D UN POINT et g() = 2 + u voisinge de + puis h() = et k() = 2 u voisinge de 0). Pour l fonction logrithme on : Proposition Soit f et g deu éléments de F 0 strictement positifs dns un voisinge de 0. Si g dmet une limite l R + {1} en 0 lors f g entrine ln f ln g. Preuve. Comme l 1, il eiste un voisinge V de 0 sur lequel g ne prend ps l vleur 1. Pour V, ln f() ln g() = ln f() ln g() ln g() + 1 = ɛ() + 1 ln f() g() vec ɛ() = ln g(). Comme f g, l limite de f g eiste qund tend vers 0 eiste et vut 1. L limite de son logrithme est donc 0 et lim ɛ() = 0. Finlement, ln f ln g. Si g n dmet ps de limite le résultt peut être fu ; considérer 0 = 0, f() = cos(1/) + 2 et g() = e f(). Il en est de même si l limite de g est 1 : u voisinge de 0, et on n ps ln(1 + ) ln 1. On peut voir ln f ln g sns que f g. Pr eemple, u voisinge de +, ln e 2 ln e 2 +1 et on n ps e 2 e Intégrtion. Proposition Soit f une ppliction dérivble u voisinge d un point 0. (1) Si u voisinge de 0, f () o( 0 ) n (resp. f () O( 0 ) n ), n N, lors f() f( 0 ) o( 0 ) n+1 (resp. f() f( 0 ) O( 0 ) n+1 ). (2) Si u voisinge de 0, f () ( 0 ) n, n N, lors f() f( 0 ) ( 0) n+1 n + 1 Preuve. 1. Soit ε > 0. Il eiste un voisinge V de 0 tel que pour tout V, f () ε 0 n. Si > 0 et V lors f () ε( 0 ) n et l ppliction du corollire 31.4 sur le segment [ 0, ] donne f() f( 0 ) ε ( 0) n+1 ε( 0 ) n+1 = ε 0 n+1. n + 1 Si < 0 et V lors, dns le cs où n est impir, on f () ε( 0 ) n d où pr ppliction du corollire 31.4 sur [, 0 ], f() f( 0 ) ε ( 0) n+1 ε( 0 ) n+1 = ε 0 n+1. n + 1 On obtient l même inéglité si n est pir et finlement (f() f( 0 )) o( 0 ) n+1. L preuve vec l reltion de domintion est similire. 2. Si f () ( 0 ) n lors f () ( 0 ) n o( 0 ) n d où f() f( 0 ) ( 0) n+1 n + 1 et donc f() f( 0 ) ( 0) n+1. n + 1 o( 0 ) n+1 = o( ( 0) n n + 1 )

7 Remrques et eemples. 2. L ÉQUIVALENCE DES FONCTIONS 317 1). On n ps de résultts semblbles vec l dérivtion. Pr eemple, soit f : R R définie pr f() = 2 sin 1 si 0 et f(0) = 0. Au voisinge de 0, f() o() mis l on n ps f () o(1) cr f n ps de limite qund tend vers 0. 2). On peut déduire fcilement de l proposition précédente, le résultt usuel sur l intégrtion des développements limités insi que l formule de Tylor-Young (voir le document 31). 3). Au voisinge de 0, sin, e 1 1 et 1 d où cos , e 1 et ln(1 + ) Autres propriétés de l équivlence des fonctions. Si f g lors il eiste un voisinge V de 0 dns lequel f() et g() sont de même signe. Si f g lors il eiste un voisinge V de 0 dns lequel f() = 0 équivut à g() = 0. si f g et si g est strictement positive dns un voisinge de 0 lors, pour tout α > 0, f α g α. Si f est dérivble en 0, vec f ( 0 ) 0, lors f() f( 0 ) ( 0 )f ( 0 ). Prouvons ce dernier résultt. On peut définir une fonction ε pr ε( 0 ) = 0 et ε() = f() f( 0 ) f ( 0 ) si 0. On sit que lim ε() = 0 et f() f( 0 ) = ( 0 )(f ( 0 ) + 0 ε()) d où si f ( 0 ) 0, et le résultt est démontré. f() f( 0 ) = ( 0 )f ( 0 )(1 + ε() f ( 0 ) ) C est cette dernière propriété qui permet de trouver les équivlents usuels des fonctions élémentires u voisinge de 0, chque fois que l dérivée de l fonction n est ps nulle en ce point. Pr eemple, sin, ln(1+), e 1, tn,... Si l dérivée de l fonction est nulle, il fut trouver une utre méthode. Pr eemple, à prtir de 1 cos = 2 sin 2 (/2), on obtient 1 cos 2 2 en utilisnt l proposition Pr une preuve nlogue et en utilisnt l formule de Tylor-Young, on montre que si f possède une premire dérivée non nulle en 0, f (p) ( 0 ), lors f() f( 0 ) ( 0) p f (p) ( 0 ). p! En utilisnt ce résultt on peut obtenir cos Plus générlement, si f possède un développement limité du type u voisinge de 0 (ici p = 2). f() = f( 0 ) + p ( 0 ) + o(( 0 ) p ), p 0 u voisinge de 0 lors f() f( 0 ) p ( 0 ) p.

8 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D UN POINT 2.6. Eemples. 1). Trouver une fonction simple équivlente u voisinge de + à l fonction f définie, pour > 1, pr : On vec g() = ln(1 + f()) = ln f() = [ ln(1 + ) ln = ln ln(1 + ) ] 1 ln ln + ln(1 + (1/)) ln = ln(1 + g()) ln(1 + (1/)). Pr chngement de vribles, ln(1 + ) u voisinge de 0 donne ln ln(1 + (1/)) 1/ u voisinge de +, d où g() 1. Pr chngement de vribles, ln ln(1 + g()) g() cr et, en prticulier, chngement de vribles, 1 lim g() = 0. On donc u voisinge de +, ln(1 + f()) + : ln. lim ln(1 + f()) = 0. Au voisinge de 0, + e 1, d où pr un dernier f() = e ln(1+f()) 1 ln(1 + f()) 1 ln. 2). Soit (α, β, γ) R 3 et f α,β,γ l fonction définie pour > 1 pr: f α,β,γ () = e α β (ln ) γ On f α,β,γ o(f α,β,γ ) u voisinge de + si et seulement si (α, β, γ) < (α, β, γ ) pour l ordre léicogphique sur R 3, c est-à-dire si et seulement si α < α ou α = α et β < β ou α = α, β = β et γ < γ. L preuve est fcile en utilisnt les résultts concernnt les croissnces comprées des fonctions eponentielles, puissnces et logrithmes. Deu fonctions distinctes du type f α,β,γ sont toujours comprbles pour l reltion de prépondérnce (voir le document 30) et en utilisnt le lemme suivnt on voit que leur ensemble est une prtie libre de l espce vectoriel des pplictions de ]1, + [ dns R. Lemme Soit f 1,..., f n des pplictions définies dns un voisinge de 0. Si f 1 o(f 2 ),..., f n 1 o(f n ) et si f 1 n est ps identiquement nulle dns un voisinge de 0 lors {f 1,..., f n } est une prtie libre de l espce vectoriel des fonctions définies dns un voisinge de 0. L preuve est pr récurrence sur n > 0. Le résultt est vri pour n = 1 et s il est vri pour n 1 supposons qu il eiste λ 1,..., λ n tels que,pour tout d un voisinge de 0, On pour tout k < n, f k o(f n ) d où λ 1 f 1 () λ n f n () = 0. λ 1 f λ n 1 f n 1 o(f n ). Si λ n 0 lors λ 1 f λ n 1 f n 1 o(λ n f n ) (Si λ 0 lors f() = ɛ()g() f() = ɛ() (λg()) et donc f o(g) f o(λg).) λ et donc l proposition 29.2, prtie c), entrine λ 1 f λ n f n λ n f n

9 4. COMPLÉMENTS 319 ce qui est bsurde cr λ n f n n est ps identiquement nulle dns un voisinge de 0 (f n n est ps identiquement nulle dns un voisinge de 0 cr f 1 ne l est ps et f 1 o(f n )). On donc λ n = 0 et l hypothèse de récurrence chève l preuve. Le résultt précédent entrine pr eemple que les fonctions e,..., e n,... sont linéirement indépendntes. 3. Applictions Clcul de limites : c est l ppliction clssique de l notion de fonctions équivlentes. On utilise le théorème Convergence de séries ou d intégrles, en prticulier pour les séries et les intégrles de Bertrnd. Inéglités u voisinge d un point. On déjà vu que si f g u voisinge de 0 lors f et g ont le même signe u voisinge de ce point. Si f o(g) u voisinge de 0 lors, en prennt ɛ = 1 dns l définition de l reltion de prépondérnce on f() g() pour tout d un voisinge de 0. Pr eemple, de 100 o(e ) u voisinge de +, on déduit qu il eiste 0 tel que pour > 0 on it 100 < e. 4. Compléments 4.1. Etension de l définition. Soit I une prtie non vide de R et 0 R un point d ccumultion de I. On peut remplcer F 0 pr l ensemble F 0 (I) formé des fonctions définies sur un ensemble de l forme I V vec V V 0. L pluprt des résultts précédents restent vlbles (ttention à l composition à droite) et un cs prticulier très intéressnt est 0 = + et I = N. On obtient insi le cs des suites. On peut ussi prendre I =] 0, + [, I =], 0 [ ou I = R { 0 } Applictions u intégrles générlisées. Soit R, b R vec < b. On considère deu fonctions f et g continues sur [, b[. Lorsque b R, les reltions de domintion, de prépondérnce et d équivlence sont u voisinge de b et à guche de b (etension de l définition vec I =], b[). Pr eemple, f g signifie qu il eiste un voisinge V de b tel que f et g soient définies sur V ], b[ et une fonction ɛ définie sur V ], b[ telle que, pour tout V ], b[, f() = (1 + ɛ())g() vec lim b,<b ɛ() = 0. S il eiste un voisinge V de b tel que g it un signe constnt sur V ], b[ lors f kg, k 0, implique que les intégrles f() d et g() d sont de même nture. On suppose qu il eiste un voisinge V de b tel que f et g soient positives sur V ], b[ et que f O(g). Si Si b g() d converge lors il en est de même pour f() d diverge lors il en est de même pour b f() d. g() d. On suppose qu il eiste un voisinge V de b tel que f et g soient positives sur V ], b[. Si g() d converge lors (u voisinge de b et à guche)

10 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D UN POINT Si f O(g) f o(g) f g b b f() d O( f() d o( f() d b g() d. g() d). g() d). g() d diverge lors (u voisinge de b et à guche) f O(g) f o(g) f g f() d O( f() d o( f() d g() d. g() d). g() d).

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

mémento de mathématiques pour les ECE1

mémento de mathématiques pour les ECE1 mémento de mthémtiques pour les ECE1 Abdellh Becht Résumé L objectif de ce mémento est de permettre ux élèves de première nnée des clsses préprtoires ux Ecoles de Commerces, option économique, d voir un

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités

Table des matières Dénombrer et sommer Événements et Probabilités Tble des mtières 1 Dénombrer et sommer 5 1.1 Rppels ensemblistes............................. 5 1.1.1 Opértions ensemblistes....................... 5 1.1.2 Bijections............................... 7 1.2

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

2.1 L'automate minimal

2.1 L'automate minimal CH.2 Minimistion 2.1 L'utomte miniml 2.2 L'lgorithme de minimistion Automtes ch2 1 2.1 L'utomte miniml Le lngge L définit sur Σ* l reltion d'équivlence R L : x R L y ssi ( z, xz L yz L). L'AFD M définit

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

TOUT SUR LE TRIANGLE

TOUT SUR LE TRIANGLE PROBLEME de niveu sup rédigé pr R. Ferreol ferreol@mthcurve.com TOUT SUR LE TRIANGLE. DONNÉES ET NOTATIONS 3 points A, B, C non lignés d un pln ffine euclidien P orienté de fçon à ce que (AB, AC ) soit

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad

Cours de Mathématiques L1. Résumé des chapitres. Hassan Emamirad Cours de Mthémtiques L1 Résumé des chpitres Hssn Emmird Université de Poitiers Version 29/21 TABLE DES MATIÈRES 3 Tble des mtières 1 Nombres complexes 5 1.1 Le corps C.....................................

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

O, i, ) ln x. (ln x)2

O, i, ) ln x. (ln x)2 EXERCICE 5 points Commun à tous les candidats Le plan complee est muni d un repère orthonormal O, i, j Étude d une fonction f On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; + [ par : f = ln On

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Option informatique :

Option informatique : Option formtique : l deuxième nnée Lurent Chéno été 1996 Lycée Louis-le-Grnd, Pris Tle des mtières I Arres 13 1 Arres ires 15 1.1 Défitions et nottions... 15 1.1.1 Défition formelle d un rre ire... 15

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3)

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3) Automtes d rbres vec visibilité : rpport de stge de licence (L3) Nicols Perrin ENS de Lyon Mître de stge : Hubert Comon-Lundh - LSV, ENS Cchn Autre encdrnt : Florent Jcquemrd - LSV, ENS Cchn Résumé Mon

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises

Cf. Document : Les différents modes de financement des entreprises / 7 3 e rtie : Les modes de finncement (à moyen et long terme) Cf. Document : Les différents modes de finncement des entrerises Cf. Fiche conseil.37 : Les modes de finncement des investissements - L utofinncement

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

SESSION 2013 MPIN007! INFORMATIQUE. Durée : 3 heures!

SESSION 2013 MPIN007! INFORMATIQUE. Durée : 3 heures! SESSION 2013 MPIN007 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " INFORMATIQUE Durée : 3 heures " N.B. : Le cndidt ttcher l plus grnde importnce à l clrté, à l précision et à l concision de l rédction. Si un cndidt

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Progrmmes des clsses préprtoires ux Grndes Ecoles Filière : scientifique Voie : Mthémtiques et physique (MP) Discipline : Mthémtiques Seconde nnée Clsse préprtoire MP Progrmme de mthémtiques Tble des mtières

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments écnique: chpitre orces; oents INTRDUCTIN Toute ction écnique s'eerçnt sur un objet pour eet soit: de odiier son ouveent ou de le ettre en ouveent, de le intenir en équilibre, de le déorer. Toute ction

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Nombres positifs, métriques et calculatrices

Nombres positifs, métriques et calculatrices Nombres positifs, métriques et calculatrices par Stéphane Junca IUFM et Université de Nice, 1 Introduction Depuis notre enfance on apprivoise la droite numérique avec la distance euclidienne et donc la

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Cours d informtique théorique de M. Arfi FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Université du Hvre Année 2009 2010 Tle des mtières 1 Reltions et lois de composition internes 2 1.1 Reltions.....................................

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail